Version classiqueVersion mobile

Renseignement et avant-guerre de 1914 en Grande Région

 | 
Gérald Arboit

Les services de renseignements d’Europe de l’Ouest à la veille du premier conflit mondial

Olivier Lahaie

Texte intégral

1Dans cette présentation des services de renseignements d’Europe de l’Ouest à la veille du premier conflit mondial, nous nous attacherons certes à décrire succinctement leurs structures, mais nous réfléchirons surtout à la place, accordée au renseignement en tant qu’« instrument des relations internationales », dans cette Europe du premier XXe siècle…

2Notre première partie sera donc l’occasion de répondre à cette double question : pourquoi les États européens avaient-ils conscience de l’utilité d’être renseigné dès le temps de paix, et pourquoi, précisément entre 1900 et 1914, cette préoccupation a-t-elle pris autant d’acuité ? Dans une seconde partie, nous examinerons avec quels outils, gouvernements et états-majors se renseignaient. Enfin, dans notre troisième partie, nous procéderons à un tour d’horizon comparatiste du renseignement militaire européen à la veille du cataclysme de 1914…

Pourquoi les États avaient-ils conscience de l’utilité d’être renseigné dès le temps de paix, et particulièrement dans la période 1900-1914 ?

  • 1 Sun Tsu, L’art de la guerre, Paris, Flammarion, 1972, p. 54.
  • 2 Machiavel, L’art de la guerre, Saint-Amand, Garnier-Flammarion, 1991, p. 196.
  • 3 Nicolas Rollin, Le service de renseignements militaire, en temps de paix, en temps de guerre, Pari (...)

3« Si tu veux la paix, prépare la guerre ». Tout le monde connaît cette maxime antique. Or on ne peut bien se préparer à la guerre que si l’on connaît la force et l’organisation de son, ou de ses ennemis potentiels. « Détermine les plans de l’ennemi et tu sauras quelle stratégie sera couronnée de succès, et celle qui ne le sera pas », disait déjà Sun Tzu1. « On doit examiner les habitudes et le caractère de l’ennemi », conseillait encore Machiavel2… On doit aussi connaître les dispositions de celui, ou de ceux qui seraient disposés à servir d’alliés à l’un des deux partis en cas de conflit, voire à rester neutres. Or un service de renseignement militaire ne s’improvise pas, car « l’espionnage est un arbre qui ne porte des fruits que bien des années après sa plantation »3. Il doit être organisé avant la guerre. Et puisqu’on ne peut prévoir ni le début des opérations, ni la direction qu’elles prendront, il faut que l’espionnage soit permanent, de manière à avoir tous les agents complètement préparés à leur rôle, et surtout disponibles dès que le besoin s’en fait sentir. Ces précisions liminaires étant faites, pourquoi la recherche de renseignements prend-elle autant d’importance dans les premières années du XXe siècle ? Rappelons que depuis 1871, l’Europe vit dans un régime de paix armée. Chaque État est persuadé qu’à plus ou moins long terme, une guerre est « inévitable » ; pour ne pas être pris en défaut, décideurs civils et militaires savent qu’il faut s’y préparer, tout en ignorant le préavis qui reste à leur disposition. Or, si le sentiment d’être menacé sur ses frontières est quasi général, il se manifeste différemment selon les pays.

  • 4 Pour de plus amples détails, cf. Hans Ehlert, Michael Epkenhans, Gerhard P. Gross (dir.), The Schl (...)

4L’Allemagne croit que le monde n’éprouve que jalousie devant sa réussite, et donc qu’« antipathie » à son égard. À l’ouest, elle se sent menacée par « le Peuple français, le plus agité, le plus ambitieux, le plus vaniteux de tous les peuples d’Europe et, dans la pleine acceptation du terme, le plus militariste et le plus nationaliste » (si l’on en croit Bülow). Blessée par l’affront de 1870, la France déclame en effet son besoin de revanche. Les nationalistes ne dénoncent pas seulement l’impérialisme allemand : ils émettent des revendications au sujet de l’Alsace-Lorraine, lancent des invectives racistes… En 1913, l’élection du Lorrain Poincaré ne rassure pas Berlin, quasiment au moment où les effectifs militaires français se trouvent gonflés par la loi de 3 ans… Depuis la signature de la convention militaire franco-russe de 1892, puis de l’Entente cordiale de 1904 (laquelle débouchera en 1907 sur la Triple Entente, grâce à l’esquisse d’un rapprochement anglo-russe), l’Allemagne a le sentiment d’être encerclée. C’est pourquoi le Grand état-major penche pour une guerre préventive contre la France, désignée adversaire principal ; son plan de guerre vise à vaincre rapidement à l’Ouest pour disposer ensuite des moyens suffisants pour se défendre contre les Russes4. À l’Est justement, on s’inquiète pour la sécurité de la Prusse orientale, d’autant que la rénovation de l’armée tsariste la rend chaque jour plus dangereuse. Berlin sait que les emprunts russes ont servi le développement des voies ferrées stratégiques, censées amener, dès les tout premiers jours du conflit, l’armée du Grand-duc Nicolas à pied d’œuvre. De manière plus générale, l’Allemagne — parce qu’elle croit représenter une civilisation « supérieure » — se sent « entourée de peuples slaves pleins d’aversion pour elle », toujours selon Bülow. Enfin, dans le cadre de la Triple Alliance, le gouvernement impérial est conscient qu’il faut pouvoir répondre aux éventuelles demandes d’aide de ses alliés italiens ou austro-hongrois (préoccupation qui projettera bientôt le Reich dans la guerre).

5Dans cette France obnubilée par son infériorité démographique par rapport à sa voisine, le sentiment de l’inéluctabilité et de la proximité d’une nouvelle guerre franco-allemande est souvent évoqué depuis les crises marocaines de 1905 et 1911. Les discours imprudents de Guillaume II, les déclarations des pangermanistes ne sont pas non plus propices à rassurer des gouvernants, persuadés que le Kaiser considère la guerre comme une possible continuation de sa politique étrangère. Pour ce qui le concerne, depuis que le service de renseignement a récupéré une version du plan Schlieffen en 1904, l’état-major français redoute une attaque « brusquée ». Dans cet environnement tendu, il n’est donc pas surprenant que toutes les puissances aient éprouvé le besoin de se renseigner sur les intentions de leurs voisines…

Comment se renseignait-on avant la Grande Guerre ?

6Les nations civilisées considèrent comme un crime infamant l’espionnage exercé contre elles. Mais dans le même temps, chacune organise l’espionnage au détriment des autres ; chacune d’elle l’encourage, loue le mérite de ceux qui l’exercent à son profit… Or si l’agent de renseignement est un fournisseur professionnel d’informations secrètes, affilié à une organisation clandestine, il n’est pas l’unique moyen pour se procurer des informations. Pour être instruit des desseins de l’étranger, il existe aussi d’autres ressources que les espions, comme les représentants diplomatiques, les attachés militaires, les officiers en mission, ou les émissaires résidant sur place. La recherche du renseignement « militaire » n’est donc pas l’apanage du Service de renseignements de l’armée. En France, celui-ci provient de deux sources, dépendant de deux administrations : la Guerre et les Affaires étrangères, mais est centralisé par une seule, la première. Et si le Quai d’Orsay fournit des renseignements militaires, ce n’est que comme organe de transmission, l’intérêt de ses agents se rapportant plus à la politique générale. À côté de l’espionnage traditionnel, « professionnel et militaire », il existe donc un renseignement de type « diplomatique », voire « commercial ».

  • 5 Auguste Froment, L’espionnage militaire et le service des renseignements en France et à l’étranger (...)

7En effet, la diplomatie, représentation légale de l’État, se livre à la recherche du renseignement, au même titre que les services secrets (organismes certes moins avouables, mais très actifs). Un ambassadeur peut pratiquement être qualifié d’« espion distingué qui s’est placé sous la protection du droit des gens5 ». Et les ambassadeurs ne sont pas seuls à pratiquer cette activité particulière : les ministres plénipotentiaires, les ministres résidents, consuls, vice-consuls et agents consulaires, les chargés d’affaires glanent cette manne tant désirée par les gouvernants… En vertu du privilège d’exterritorialité, ces personnels ne sont pas soumis aux lois du pays hôte ; leur correspondance, expédiée par la valise diplomatique, ne peut être contrôlée : elle est garantie par le droit international. L’inconvénient réside dans le fait qu’en cas de guerre avec le pays qui les accueille, ces personnels doivent partir quand survient la rupture des relations diplomatiques ; ils ne peuvent donc renseigner sur l’évolution de la situation militaire ennemie. Il faut également souligner que les informations, transmises par le canal diplomatique, ne sont pas de la même teneur que celles expédiées par un agent dépendant de la Guerre… Le diplomate vit dans un monde à part. Ses renseignements sont surtout des renseignements de chancellerie ou de seconde main. Ils proviennent très rarement d’une observation directe des populations ou des faits. Sur bien des points, les diplomates en sont réduits aux renseignements superficiels et incomplets provenant de la lecture de journaux (souvent publiés dans des langues qu’ils ne maîtrisent pas). Enfin, le système consistant à muter un diplomate tous les quatre ou cinq ans lui interdit une vue précise et documentée des événements en formation dans une zone. Ces coupures, ces renseignements — insuffisants et sans lien entre eux — ne sont donc pas de nature à avertir la métropole de l’approche d’un grave péril. Il en résulte un scepticisme qui généralement, dans les milieux diplomatiques, est considéré comme « nécessaire et élégant ». Quant aux secrétaires d’ambassade, ils partagent leur temps à la rédaction « en belle écriture » et en des relations mondaines charmantes, mais qui ne sortent pas d’un cercle fermé. Très peu connaissent la langue du pays ; moins encore voyagent à l’intérieur pour l’étudier.

8Avant 1914, les diplomates répugnent à cette besogne d’informateur, la considérant comme indigne de leur personne. Beaucoup font donc un grand effort sur eux-mêmes pour s’y livrer, conscients que la sécurité du pays en dépend. Ceci ne doit pas surprendre. Le diplomate de carrière du début du siècle se veut « réservé » ; il s’applique à lui-même une censure que lui imposent son éducation et son savoir-vivre. À cette époque, chez les personnes de qualité embrassant « La Carrière », être curieux ou indiscret constitue un grave manquement à l’éthique et à la déontologie. Les rapports sont donc le compte-rendu de conversations « d’hommes du monde » avec leurs homologues — les Anglais parlent de Gentlemen — et d’impressions, générées par le contact des foules ou par la lecture de la presse. Le séjour d’un ambassadeur et celui de sa cohorte d’attachés servent malgré tout à recueillir très officiellement une multitude d’informations sur le pays d’installation. L’ambassadeur s’axe volontairement sur le renseignement d’ordre « politique », « économique » et « social » ; il renseigne son Gouvernement sur les pensées intimes du souverain ou du Président auprès duquel il est accrédité.

9En matière de renseignement militaire, il faut pourtant « faire mieux » ; c’est pour cette raison que l’ambassadeur n’est pas seul. Il se retranche derrière l’attaché militaire, véritable spécialiste, qui lui est à son poste pour aborder exclusivement le domaine « militaire », et — s’il est entreprenant — pour entretenir des informateurs, catégorie vile entre toutes, que le diplomate répugne à fréquenter. Les gouvernants savent que les ambassades sont des agences d’espionnage qui bénéficient du privilège d’exterritorialité, mais ils les supportent, car elles représentent aussi une cible idéale pour leurs services de contre-espionnage. En effet, dans leurs coffres-forts se trouvent des documents ayant trait à l’organisation des services de renseignement des pays qui les entretiennent (rapports d’espions en attente d’expédition, moyens employés par ces derniers pour communiquer entre eux et leurs chefs, liste de contacts, codes, etc.). Le plus souvent, les attachés s’efforcent, par leurs subventions occultes, de contribuer à l’entretien d’un état d’esprit favorable aux menées de l’espionnage. Comme le raconte dans ses mémoires le chef des services de renseignement allemands, tous les événements politiques en Allemagne, notamment les débats au Reichstag, faisaient l’objet de rapports chiffrés que les diplomates neutres transmettaient aux alliés franco-britanniques.

  • 6 Maurice Vaïsse, « L’évolution de la fonction d’attaché militaire en France au XXe siècle », Relati (...)

10Apparus en France en 1864, les attachés militaires sont au nombre de seize en 1897, dont deux en Allemagne et un en Autriche-Hongrie, renforcés de quatre attachés navals. En 1903, leur nombre est porté à vingt-huit, dont sept navals6. À titre de comparaison, les attachés étrangers en France sont vingt-six dont dix navals, chiffres que d’aucuns considèrent comme dangereux pour la sécurité nationale. En 1914, le nombre des attachés militaires français est ramené à dix-neuf, celui des attachés navals à sept. Leur mission est fixée par des textes réglementaires qui excluent tout recours à l’espionnage ; dans la réalité, ce sont majoritairement leurs rapports qui renseignent le Deuxième Bureau de l’état-major de l’Armée. Bien qu’ils soient tenus d’agir en accord avec les idées de l’ambassadeur et de correspondre avec Paris par son intermédiaire, ou par celui du chef de la légation, les attachés utilisent la valise diplomatique, disposent d’un chiffre spécial pour communiquer avec le ministère de la Guerre. Ainsi, si l’attaché est le représentant de sa propre armée dans le pays où il réside, c’est aussi l’un de ses principaux agents de renseignement du temps de paix. Rattachés « par ordre » aux Affaires étrangères, les attachés expédient donc des rapports techniques au ministère de la Guerre. Leurs écrits complètent ceux des officiers des Armées, envoyés de façon exceptionnelle (et souvent sur leurs congés) en mission de reconnaissance dans les pays étrangers. Issus des grandes écoles militaires, souvent bien nés, les attachés français sont nommés par décret ; ils portent parfois un grade fictif, surtout lorsqu’ils ont été désignés pour un pays qui exige un officier supérieur, voire un général. Entre cinq et six officiers généraux sont attachés dans les pays où la France possède des intérêts majeurs. Possédant la langue du pays, formés à l’usage des bonnes manières, ils ont suivi pendant deux ans un stage de formation au renseignement avant d’entrer en fonction, en vue d’être aptes à dresser un inventaire des ressources matérielles et morales de l’armée étrangère qu’ils observent. Il faut aussi les alerter sur la nature des renseignements à rechercher en priorité. Une fois en place, ils sont des auxiliaires précieux du personnel diplomatique, à qui ils évitent de se compromettre dans des affaires jugées inconvenantes. Sous l’autorité de l’ambassadeur, l’attaché doit mettre dans sa conduite beaucoup de prudence, de dignité, de tact, et ne se laisser emporter ni par sa passion, ni par son zèle.

11Les attachés effectuent un lourd travail : recueil d’informations sur les armées, suivi (en tant qu’invité) des manœuvres et des exercices militaires, rédaction de fiches diverses. L’attaché s’entretient enfin avec ses homologues étrangers et participe aux réunions mondaines. Ce point n’est pas à négliger. Il n’est pas rare de tirer des éléments intéressants de conversations amicales avec des officiers étrangers. Parfois, des amitiés se nouent hors du protocole. Une fois que ce tour d’horizon est achevé, l’attaché doit tenir ses informations à jour et en expédier la quintessence. Celui qui ne consulte que la documentation dite « ouverte » (c’est-à-dire communicable à tous) — dans les journaux, les revues ou les annuaires — rassemble généralement autant de renseignements qu’un espion moyen. L’attaché fait souvent de faux voyages « d’agrément » et observe attentivement certains sites militaires. S’il veut aller plus loin, se lancer dans l’espionnage (et, de ce fait, enfreindre les textes qui sont censés régir son emploi), il doit payer des nationaux du pays hôte qu’il rémunère grâce aux fonds secrets hypocritement mis à sa disposition. Il entretient et aide aussi les agents résidents que la France possède dans le pays, et qu’il n’a pas lui-même recrutés. La prudence est alors de mise, car au cours de ces opérations clandestines il risque l’expulsion, au même titre qu’il met en jeu la réputation de son pays… En effet, l’attaché faisant partie du personnel diplomatique, il ne peut pas être poursuivi judiciairement, car il bénéficie de l’exterritorialité. La masse d’informations recueillie par les attachés doit être recoupée et unifiée pour être exploitée avec pertinence. La mise en forme est une nécessité qui évite la transmission de rapports lacunaires ou inutiles. Les rapports de situation et techniques, les comptes-rendus thématiques et les résultats de leur réseau d’espionnage parviennent quotidiennement (et parfois plusieurs fois par jour) au cabinet du ministre de la Guerre sous pli cacheté, par l’intermédiaire du service de renseignement auquel ils sont rattachés, ou par télégramme chiffré. Pour déjouer les efforts du contre-espionnage étranger qui le surveille particulièrement, l’attaché se doit d’être extrêmement discret avec ses divers interlocuteurs sur l’armée française et l’esprit de défense qui anime le pays. Certes, il est habilité à communiquer certaines informations militaires, mais doit s’abstenir de répondre aux questions indiscrètes. En certaines occasions, il se livre pourtant à des échanges de renseignements sur la base du « donnant-donnant » avec des représentants de puissances considérées comme des alliées potentielles.

  • 7 Charles Lucieto, En missions spéciales ; mémoires d’un agent des services secrets de l’Entente, Pa (...)

12Pour sa part, Berlin pouvait compter sur dix-sept attachés militaires et huit attachés navals pour recueillir du renseignement militaire. Ils expédiaient leurs rapports à la fois à la Wilhelmstrasse et au Grand état-major. Au quotidien, cette double subordination ne leur facilitait pas la tâche. Les relations entre l’état-major et le ministère des Affaires étrangères — et celles entre le Service de renseignements de l’armée et celui de la marine (en rivalité constante) — étaient si mauvaises, que cela affectait le travail de toute la chaîne de renseignement (axes de recherche, collecte, transmission)7.

Portrait du renseignement « militaire » européen en 1914

13Rappelons préalablement que le terme « renseignement » est la forme contractée de « renseignement militaire brut » ; le « renseignement » désigne ainsi une information à caractère militaire telle qu’elle se présente au moment où elle est recueillie par des « organes de recherche ». Précisons également ce que l’on entend par « cycle du renseignement ». Lorsqu’un décideur exprime le besoin d’être informé avec des données fiables, précises et actualisées — sur les intentions inavouées des États jugés menaçants — de manière à prendre des décisions adéquates, toute la « chaîne renseignement » se mobilise en vue de collecter les éléments désirés. Ces derniers sont à la fois géographiques, statistiques, militaires et politiques ; ils portent sur tous les théâtres d’opérations possibles et se rapportent à la préparation de la guerre. On cherche ainsi, dès le temps de paix, à éviter les surprises, à assurer plus facilement la sécurité de la nation, tout en menant une politique cohérente sur la scène diplomatique. Après l’exploitation des informations (analyse, recoupements, traitement), une « synthèse de renseignements » est diffusée au demandeur comme aide à la décision. On y fait mention des « impressions » des spécialistes du renseignement concernant une situation ennemie particulière…

  • 8 Voir Olivier Lahaie, Renseignements et services de renseignements en France pendant la guerre de 1 (...)

14Les enjeux du renseignement militaire sont triples : d’une part, il s’agit d’assurer l’autonomie de décision du général en chef en lui livrant, dans la mesure du possible, tous les éléments concernant son ennemi. Il pourra ainsi concevoir plus sereinement ses plans de guerre. D’autre part, le renseignement contribue à planifier les opérations, puisqu’en évaluant la force probable de l’adversaire, il autorise l’engagement d’un volume adapté de troupes. Enfin, il contribue à se prémunir de toute action de l’ennemi en déjouant ses stratagèmes. Un service de renseignement efficace accorde donc une liberté d’action plus grande, facilite l’économie de ses forces (en les soustrayant aux coups adverses), comme la concentration de ses propres moyens, là où cet ennemi est le plus faible. La réalisation permanente et simultanée de ces trois principes de la guerre doit assurer l’avantage au général en chef8. Précisons cependant qu’avant 1914, aucun État européen ne consentait à avouer qu’il disposait d’un service d’espionnage militaire : tout juste s’agissait-il « d’entretenir quelques agents secrets pour se défendre contre les entreprises de l’étranger ».

  • 9 SHD/DAT 7 N 2501, Jean-Charles Bernis, Le Deuxième Bureau ; conférence à l’École Supérieure de Gue (...)
  • 10 Il sera remplacé au service de renseignement par le lieutenant-colonel Zoppf.

15Dressons à présent un rapide portrait du renseignement français d’avant 1914. L’évaluation du travail effectué par le Deuxième Bureau de l’état-major de l’Armée à la fin du XIXe siècle montre que c’est un service manquant d’une certaine dynamique. Certes, ses études de l’armée allemande permettent de rassembler une documentation de fond indispensable, mais les moyens d’investigation lui font défaut et ses cadres sont peu formés. Il manque aussi cet engouement pour l’espionnage (comme en Allemagne et en Angleterre), car ce métier est encore, chez nous, jugé infamant pour un officier. La France d’alors craint d’être envahie par une multitude d’espions allemands, et c’est dans ce contexte d’« espionnite » qu’en 1894, l’Affaire Dreyfus éclate. Ses conséquences seront fondamentales pour le renseignement français. Compromis par la production de fausses pièces à conviction, le service de renseignement est privé de sa mission de contre-espionnage au profit de la Sûreté Générale du ministère de l’Intérieur. Il convient ici de faire le distinguo entre « le service de renseignement » — qui possède son propre chef — et « le Deuxième Bureau ». Véritable instrument de recherche du renseignement caché (ou fermé), le service de renseignement n’est que « rattaché » au Deuxième Bureau, organe d’analyse. Le premier est un outil de collecte du renseignement au profit du second, puisqu’il l’aide à réaliser ses « synthèses de renseignement » en lui fournissant les éléments nécessaires à sa réflexion. C’est le service de renseignement qui — par le biais de ses agents répartis dans les postes frontière — alimente ce bureau central en renseignements des plus divers9. Sans les informations, récoltées précédemment par le contre-espionnage, le Deuxième Bureau français végète, lorsqu’en 1906, un de ses officiers parvient à acheter une version du plan Schlieffen. En 1908, le colonel Dupont prend la tête du service de renseignement ; il y restera jusqu’en 1913, date à laquelle il présidera aux destinées du Deuxième Bureau10.

  • 11 Olivier Lahaie, op. cit.
  • 12 Henri Navarre (et un groupe d’anciens membres du S.R.), Le Service de renseignements (1871-1944), (...)
  • 13 Bertrand Warusfel, « Histoire de l’organisation du contre-espionnage français entre 1871 et 1945 » (...)

16En janvier 1914, plusieurs Instructions fixent le rôle du Deuxième Bureau, ses missions et l’aide que les officiers des forces doivent lui apporter. Partie de l’état-major, il est un « organe auxiliaire du commandement ». Il transmet ses renseignements au ministre de la Guerre, au généralissime désigné, au Conseil supérieur de la Défense nationale et au Conseil supérieur de la Guerre, organes qui sont en charge de la défense du pays et de l’organisation de l’armée au sens large. Avant l’engagement, il lui revient de localiser « le gros » des forces adverses. Les sources dont il se sert sont les ouvrages et revues militaires officiels et privés, les rapports d’agents, les journaux civils (politiques ou simples quotidiens), le compte-rendu des discussions au sein des assemblées parlementaires (consignées dans les bulletins officiels), les circulaires municipales ou gouvernementales, les registres des administrations, les règlements, les statistiques de production de l’industrie en général (et de celle de l’armement en particulier), la correspondance (officielle ou privée). La centralisation des informations au Deuxième Bureau est nécessaire aux recoupements et lui évite les erreurs d’appréciation ; cette tâche permanente lui permet de se faire une opinion d’ensemble sur l’adversaire qui soit la plus fiable possible. La nature des renseignements étudiés par le Deuxième Bureau recouvre quatre domaines : l’ennemi, le terrain, les ressources de tous ordres, enfin l’état d’esprit des habitants. Le but ultime de sa « synthèse de renseignements » est de produire, à chaque fois que le besoin s’en fait sentir, une analyse de l’organisation et du fonctionnement des armées ennemies, de leur déploiement dans la profondeur, de l’état de leurs fortifications, en vue de l’édification des décideurs11. En 1912, les postes que le service de renseignement français possède à Belfort et Nancy surveillent l’Allemagne, ceux de Grenoble et de Nice : l’Italie, et celui de Mézières : la Belgique12. Avant-guerre, l’entretien de ces postes coûte 535 000 francs l’année, soit le volume des fonds secrets du ministère de la Guerre. Dix-huit commissaires spéciaux, appartenant au ministère de l’Intérieur, collaborent avec les postes service de renseignement pour surveiller le passage des frontières et les activités des étrangers sur le territoire national. Peu avant la guerre, le service de renseignement recouvre sa mission de contre-espionnage13. La marine française possède quant à elle des structures de renseignement qui lui sont propres. Le « Deuxième Bureau de statistique maritime et d’étude des marines étrangères » apparaît en 1882 ; il est vite rebaptisé « Service spécial de l’état-major ». En 1913, son effectif est de sept officiers, chargés d’exploiter les rapports des attachés navals. Cette section ne se livre pas à l’espionnage ; les choses évoluent ensuite, notamment avec l’interception des communications de la Kriegsmarine et le recrutement d’agents susceptibles d’évaluer la menace sous-marine.

  • 14 Pour un point complet, cf. Gordon Thomas, Histoire des services secrets britanniques, Paris, Nouve (...)
  • 15 Cf. Olivier Lahaie (éd.), Charles Dupont, Mémoires du chef des services spéciaux (1896-1926), Pari (...)
  • 16 Sir George Aston, Secret Service. Espionnage et contre-espionnage anglais pendant la guerre de 191 (...)
  • 17 Sir Basil Thomson, op. cit.
  • 18 William James, The Eye of the Navy. A Biographical Study of Admiral Sir Reginald Hall, London, Met (...)

17Examinons à présent le renseignement en Angleterre14. En 1909, on avait créé le Secret Intelligence Service au War Office, confiant mission à Mansfield Cumming, de la Royal Navy, de se documenter sur la Kriegsmarine. Le Secret Intelligence Service étendit ensuite sa recherche au renseignement terrestre « fermé ». À partir de 1913, dans le cadre des accords militaires franco-britanniques, des notes de renseignements sont échangées entre le ministère de la Guerre français et son homologue britannique. Le chef du Deuxième Bureau se rend à Londres afin de s’entretenir avec son homologue. Dès janvier 1914, la nécessité d’harmoniser les politiques de recherche du renseignement militaire se fait jour. Des mesures sont prises pour faciliter la recherche commune sur l’armée allemande15. Pourtant, quand éclate le conflit, le Secret Intelligence Service ne dispose pratiquement pas d’agents infiltrés dans le Reich16 … En 1909, on avait aussi fondé le Secret Service Bureau qui, sous les ordres du Captain Vernon Kell, avait reçu pour mission de lutter contre l’espionnage allemand en Angleterre avec le renfort de la Special Branch de Scotland Yard. Le Secret Service Bureau ne compte encore que quatorze membres en 1914, d’où la nécessité de cette aide policière17. À la demande du War Office, Secret Intelligence Service et Secret Service Bureau étaient donc chargés de prévenir toute action d’espionnage, en particulier dans les ports britanniques. En revanche, en Asie et en Afrique, le recueil du renseignement était assuré par l’Indian Office et le Colonial Office. Début août 1914, mille cent Allemands étaient déjà fichés. Pour la Grande-Bretagne, puissance maritime et coloniale, la guerre était d’abord à envisager sur mer. La Royal Navy avait besoin d’être renseignée sur le commerce maritime de l’ennemi afin de couper ses approvisionnements. En 1914, la mission de renseignement naval va être confiée au British Naval Intelligence, dirigé par le Captain Reginald Hall18.

  • 19 Barbara Werthein Tuchman, Le secret de la Grande Guerre, Paris, Fayard, 1965.
  • 20 Hector C. Bywater, Hubert C. Ferraby, Intelligence Service, Paris, Payot, 1932.

18Pour transmettre des informations ou instructions secrètes à l’insu de l’ennemi, les militaires et les diplomates utilisaient depuis l’antiquité des codes secrets. En 1914, la transmission des messages se faisait par T.S.F. en utilisant l’alphabet Morse. À cette époque, le code allemand était encore basé sur le principe du « chiffre de Vigenère » consistant à remplacer chaque lettre, ou chiffre, d’un texte par un signe différent. Pour connaître les intentions de l’ennemi, le directeur du British Naval Intelligence proposa à Churchill, de créer un service de cryptanalyse afin de « casser » le chiffre allemand. Sir Alfred Ewing et Reginald Hall fondèrent alors Room Fourty qui déploya aussitôt des stations de radiolocalisation sur les côtes Est et Sud-est de la Grande-Bretagne19. Dès lors, celles-ci interceptèrent les messages, émis par la station radio de la Kriegsmarine à Nauen, qui furent ensuite déchiffrés20.

  • 21 Markus Pöhlmann, « Le renseignement allemand en guerre : structures et opérations », Guerres mondi (...)
  • 22 Cf. Walter Nicolai, Forces secrètes, Paris, Nouvelle Revue critique, 1932.
  • 23 Busso von Bismarck, « L’attaché militaire et le service des renseignements », L’espionnage et le c (...)
  • 24 Au sujet de l’Evidenzbureau, cf. Max Ronge, Espionnage. Douze années au service des Renseignements (...)

19Évoquons pour terminer le cas du renseignement allemand. Créé en 1889, le service de renseignements militaire était à l’origine un bureau de l’état-major, appelé Nachrichtenbüro. Il possédait des compétences dans les domaines de l’espionnage et du contre-espionnage. Sous l’appellation ultérieure de Nachrichten Abteilung, cet organe de renseignement était aux ordres du Grand état-major. En 1914, il comptait environ quatre-vingt-dix officiers et fonctionnaires, et était commandé par l’Oberstleutnant Hentsch21. Au sein du Nachrichten Abteilung, il y avait surtout la section Abteilung-IIIb, le véritable « service secret des armées » chargé de l’espionnage et du contre-espionnage. Depuis 1913, son chef était le Major (commandant) Walter Nicolai. À Paris, IIIb disposait d’un espion de valeur en la personne du baron von Schluga, un journaliste d’origine autrichienne qui entretenait des relations avec des membres du Gouvernement français (y compris au sein du ministère de la Guerre). Ses renseignements provenaient surtout d’indiscrétions recueillies lors de cocktails. Avant la guerre, IIIb avait mis en place des officiers de renseignements dans les principaux Q.G. frontaliers : six à l’ouest et cinq à l’est. Ils étaient chargés du recueil du renseignement et du recrutement d’agents dans les pays frontaliers de leurs ressorts22. À l’étranger, d’autres agents effectuaient des missions de renseignements à partir des ambassades et des légations allemandes, lesquelles fonctionnaient comme de véritables bureaux de renseignement. Protégés par l’immunité diplomatique, les officiers qui y étaient affectés avaient pour mission permanente de recruter des traîtres, au sein des états-majors ou de la société civile du pays de résidence23. En 1914, IIIb avait repéré le dispositif stratégique français et noté ses points faibles. À l’est, il s’intéressait à la Russie, collaborant avec l’Evidenzbureau autrichien en Pologne et dans les Balkans24.

  • 25 Selon sa formule, restée célèbre, « L’avenir de l’Allemagne est sur l’eau ».

20Il y avait également un service de renseignement naval. Dès 1888, Guillaume II avait exprimé sa volonté de doter l’Allemagne d’une flotte de guerre lui permettant d’être présente dans les eaux de ses colonies d’Afrique et de ses comptoirs en Asie, ainsi que sur toutes les mers du globe25. L’amiral Tirpitz fut chargé de mettre en œuvre la politique navale. La flotte britannique représentait une réelle menace pour le commerce maritime allemand, puisque les navires devaient obligatoirement naviguer au large des côtes anglaises. Tirpitz dota donc la marine impériale d’un service de renseignement naval, connu sous l’appellation d’Abteilung « N ». En 1914, ce service fut placé sous le commandement du capitaine de frégate Isendahl. Sans surprise, l’intéressé reçut comme mission prioritaire de se renseigner sur la montée en puissance de la Royal Navy. À l’instar d’Abteilung-IIIb pour l’armée de terre, Abteilung « N » se livrait à l’espionnage sous la direction du capitaine de corvette Steinhauer. En 1911, le Secret Service Bureau britannique réussit à démanteler un de ses réseaux, dirigé par un agent qui surveillait Plymouth, Portsmouth et le trafic sur les docks de Londres. L’homme reconnut avoir subordonné des Anglais ; grâce à ses révélations, le Secret Service Bureau put arrêter dix autres espions jusqu’en juillet 1914. La Kriegsmarine commença à écouter les radios de la marine britannique entre 1907 et 1908, sans toutefois réussir à déchiffrer ses messages secrets. Lorsque la guerre éclata, elle ne disposait pas de moyens d’écoutes spécifiques, mais seulement d’un service de surveillance T.S.F. à partir de ses bâtiments à la mer.

Notes

1 Sun Tsu, L’art de la guerre, Paris, Flammarion, 1972, p. 54.

2 Machiavel, L’art de la guerre, Saint-Amand, Garnier-Flammarion, 1991, p. 196.

3 Nicolas Rollin, Le service de renseignements militaire, en temps de paix, en temps de guerre, Paris, Librairie nationale, 1908, p. 11.

4 Pour de plus amples détails, cf. Hans Ehlert, Michael Epkenhans, Gerhard P. Gross (dir.), The Schlieffen Plan. International Perspectives on the German Strategy for World War I, The University Press of Kentucky, 2014.

5 Auguste Froment, L’espionnage militaire et le service des renseignements en France et à l’étranger, Paris, Juven, 1887, p. 84.

6 Maurice Vaïsse, « L’évolution de la fonction d’attaché militaire en France au XXe siècle », Relations internationales, no 32, 1982, p. 508.

7 Charles Lucieto, En missions spéciales ; mémoires d’un agent des services secrets de l’Entente, Paris, Berger-Levrault, 1926, p. 4-6, 156 et Sir Basil Thomson, La chasse aux espions ; mes souvenirs de Scotland Yard 1914-1919, Paris, Payot, 1933, p. 137.

8 Voir Olivier Lahaie, Renseignements et services de renseignements en France pendant la guerre de 1914-1918 (2ème et 5ème bureaux de l’E.M.A. ; 2ème bureau du G.Q.G. - Section de Renseignements / Section de Centralisation du Renseignement). Evolutions et adaptations, Doctorat, Paris IV-Sorbonne, 2006.

9 SHD/DAT 7 N 2501, Jean-Charles Bernis, Le Deuxième Bureau ; conférence à l’École Supérieure de Guerre, 1934, p. 10.

10 Il sera remplacé au service de renseignement par le lieutenant-colonel Zoppf.

11 Olivier Lahaie, op. cit.

12 Henri Navarre (et un groupe d’anciens membres du S.R.), Le Service de renseignements (1871-1944), Paris, Plon, 1978, p. 18-20.

13 Bertrand Warusfel, « Histoire de l’organisation du contre-espionnage français entre 1871 et 1945 », Maurice Vaïsse, Il n’est point de secrets que le temps ne révèle ; études sur l’histoire du renseignement, Paris, Lavauzelle, 1998, p. 99 et suivantes.

14 Pour un point complet, cf. Gordon Thomas, Histoire des services secrets britanniques, Paris, Nouveau Monde, 2008.

15 Cf. Olivier Lahaie (éd.), Charles Dupont, Mémoires du chef des services spéciaux (1896-1926), Paris, Histoire et Collections, 2014.

16 Sir George Aston, Secret Service. Espionnage et contre-espionnage anglais pendant la guerre de 1914-1918, chapitre 1, Paris, Payot, 1931.

17 Sir Basil Thomson, op. cit.

18 William James, The Eye of the Navy. A Biographical Study of Admiral Sir Reginald Hall, London, Methuen & Co., 1955.

19 Barbara Werthein Tuchman, Le secret de la Grande Guerre, Paris, Fayard, 1965.

20 Hector C. Bywater, Hubert C. Ferraby, Intelligence Service, Paris, Payot, 1932.

21 Markus Pöhlmann, « Le renseignement allemand en guerre : structures et opérations », Guerres mondiales et conflits contemporains, no 232, 2008, p. 6.

22 Cf. Walter Nicolai, Forces secrètes, Paris, Nouvelle Revue critique, 1932.

23 Busso von Bismarck, « L’attaché militaire et le service des renseignements », L’espionnage et le contre-espionnage pendant la guerre mondiale, d’après les archives militaires du Reich, t. 2, Paris, Payot, 1934, p. 84 et suivantes.

24 Au sujet de l’Evidenzbureau, cf. Max Ronge, Espionnage. Douze années au service des Renseignements, Paris, Payot, 1932 et Les maîtres de l’espionnage 1914-1918, Paris, Payot, 1935 ; Klemens von Walzel, Un service d’espionnage. souvenirs de quatorze années au service des renseignements austro-hongrois 1905-1918, Paris, Payot, 1935.

25 Selon sa formule, restée célèbre, « L’avenir de l’Allemagne est sur l’eau ».

Auteur

Docteur en histoire contemporaine (Paris), est lieutenant-colonel au service historique de la Défense, à Vincennes. Il se spécialise sur l’histoire du renseignement militaire et des services de renseignements militaires, en France et à l’étranger, entre 1870 et 1940, mais aussi sur l’impact des renseignements recueillis sur les décideurs, civils et militaires, avant et pendant les trois guerres franco-allemandes.

© CNRS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search