Version classiqueVersion mobile

Renseignement et avant-guerre de 1914 en Grande Région

 | 
Gérald Arboit

Le renseignement, la Grande Région et la déclaration de guerre

Gérald Arboit

Texte intégral

  • 1 Cf. Hans Ehlert, Michael Epkenhans, Gerhard P. Groß (dir.), The Schlieffen Plan. International Per (...)

1Il en est des origines de la Première Guerre mondiale comme de l’improprement désigné « plan Schlieffen »1. Généralement, les études historiques se limitent aux tendances profondes ou immédiates. Souvent, le caractère régional des espaces stratégiques est marginalisé au profit d’une vision préfigurant la mondialisation du conflit à venir. Pourtant, la Grande Région, cette unité de coopération territoriale fondée dans les années 1980, et donc anachronique pour notre propos, mais groupant les Lorraine wallonne, allemande et française, le Luxembourg et la Sarre, devient non seulement l’espace des batailles futures, mais est déjà celui d’un affrontement méconnu, bien que les journaux de l’époque l’aient entretenu par un climat de tension, depuis 1871.

  • 2 Le Mythe de la guerre-éclair. La Campagne de l’Ouest de 1940 [Blitzkrieg-Legende, der Westfeldzug (...)

2Concernant la manœuvre allemande, l’historien allemand Karl-Heinz Frieser s’est étonné « que jusqu’à aujourd’hui, en général, la discussion sur le plan Schlieffen se soit limitée à l’aile droite »2, c’est-à-dire au mouvement tournant par le Luxembourg et la Belgique. Certes, ces violations d’États neutres constituaient en effet une nouveauté stratégique notable, mais Frieser, à la fois officier et historien, ne comprenait pas que les opérations en Grande Région n’aient pas attiré l’attention. Deux livres, publiés à l’occasion des récentes commémorations et qui renouvellent l’historiographie de l’entrée en guerre, ignorent pareillement la question. Leurs deux auteurs marginalisent la Grande Région qui forme pourtant le centre du dispositif offensif allemand de 1914.

  • 3 Les somnambules. Eté 1914 : comment l’Europe a marché vers la guerre, Paris, Flammarion, 2014.

3Le premier, l’Australien Christopher Clark, enseignant à Cambridge, a lancé le mouvement en se penchant sur le temps court de la crise induite par l’assassinat des héritiers de la couronne d’Autriche-Hongrie à Sarajevo et prend le contrepied des thèses conventionnelles sur les origines du conflit. S’il disculpe très largement l’Allemagne, minorant l’autorité de l’empereur Guillaume II sur ses ministres, c’est pour mettre en évidence l’écrasante responsabilité des Serbes et du tsar Nicolas II, renforcée par l’irresponsabilité des dirigeants français, qui n’ont pas su modérer les Russes, et la légèreté des Britanniques, qui s’étaient engagés dans une alliance où ils n’avaient pas leur place. De fait, les dirigeants de la Belle Époque, tels des somnambules, auraient marché sans aucune visibilité, croyant à la réalité d’un conflit d’apparence localisé dans le temps et l’espace, pour se défaire de leurs peurs, se dégager de leurs impasses géopolitiques, n’écoutant plus que leurs petites ambitions3.

  • 4 Le Feu aux poudres. Qui a déclenché la guerre en 1914 ?, Paris, Belin, 2014.
  • 5 Les Buts de guerre de l’Allemagne impériale (1914-1918), Paris, Trévise, 1970.

4Professeur émérite de l’université Heinrich Heine de Düsseldorf, l’allemand Gerd Krumeich lui a répondu en réintroduisant la longue durée. À la thèse des responsabilités partagées, Krumeich préfère l’obsession russe de l’Allemagne. Au somnambulisme de Clark, il oppose clairement une peur panique de l’avenir des dirigeants allemands. L’enchaînement des alliances dans les Balkans leur faisait craindre la réalisation de leur hantise stratégique : une mobilisation russe, entraînant de facto une décision similaire en France et en Grande-Bretagne. Plutôt que de subir l’encerclement, le Reich, empereur et classe politique à l’unisson, préfère déclarer la guerre à l’Europe4. Krumeich s’inscrit donc dans la traditionnelle vision de Fritz Fischer, édictée en 1961, de la responsabilité allemande, tout en percevant différemment le poids des raisons de politique intérieure, tant le poids de l’impérialisme que de la question sociale5.

5Sans prétendre entrer dans la controverse avec ces deux éminents historiens, cet ouvrage entend toutefois apporter sa contribution à ce débat sur la question de l’entrée en guerre à l’été 1914. En se penchant sur une question largement délaissée par les publications récentes, elle entend, à travers l’histoire du renseignement, apporter un éclairage nouveau au fonctionnement des relations internationales. D’ailleurs, Clark plus que Krumeich a évoqué l’action des services de renseignement, notamment pour tenter de comprendre l’attentat de Sarajevo.

  • 6 Jean-Claude Delhez, La bataille des Frontières. Joffre attaque au centre (22-26 août 1914), Paris, (...)

6Pourtant, l’espace où les services de renseignement ont le plus sûrement anticipé le conflit à venir fut bien la Grande Région, plutôt que la Bosnie. Historiquement, il était le lieu belligène par excellence, celui par lequel passèrent toutes les invasions, aussi bien vers l’est que vers l’ouest. Il est également spécifique au regard du développement des services de renseignement depuis la fin du XIXe siècle6. Logiquement, cet espace fut choisi par les différents états-majors pour la Revanche à venir, tant pour les Français décidés à combattre les Allemands, que pour ces derniers, soucieux de préserver les territoires ravis à la France par le traité de Francfort (10 mai 1871) : la Moselle, le Bas-et le Haut-Rhin.

  • 7 Enzo Traverso, À feu et à sang. De la guerre civile européenne 1914-1945, Paris, Stock, 2007.
  • 8 Keith Jeffery, MI6. The History of the Secret Intelligence Service, 1909-1949, Londres, Bloomsbury (...)
  • 9 Gérald Arboit, « Espionner le Grand-duché de Luxembourg. Une guerre secrète méconnue pendant la Pr (...)

7Tous les principaux acteurs du premier conflit mondial, à l’exception notable de l’Autriche-Hongrie, y partageaient leurs frontières. Cette peur aux frontières suffit, à cette époque, à justifier l’existence de services de renseignement. La politique internationale est certes déjà mondiale, mais les espaces coloniaux britannique, français, allemand, hollandais, belge et italien contraignent encore fortement la géographie mondiale. Et le point de rencontre des enjeux franco-allemands se trouvait justement en Grande Région. La perspective d’une nouvelle conflagration, dans cette « guerre civile européenne »7 qui marquait tous les esprits, fut déterminante pour le développement de processus de renseignement au voisinage de l’épicentre franco-allemand. On pense effectivement à la Grande-Bretagne8, mais on ne doit pas oublier la Belgique. Le Grand-duché de Luxembourg, pour sa part, était trop concerné par ses contractions internes, autour des questions scolaires et minières, pour apprécier pleinement les engagements à venir ; il était aussi le seul pays de la Grande Région à ne pas disposer de service de renseignement, ce qui en faisait un terrain de jeu appréciable pour ceux qui en disposaient !9

  • 10 Archives nationales du Luxembourg, Luxembourg (ANLux), AE-00436.
  • 11 Christopher Andrew, The Defence of the Realm. The Authorized history of MI5, Londres, Penguin Book (...)
  • 12 Schweirische Bauzeitung, vol. 61-62, 1911, p. 226.

8À telle enseigne cette affaire est restée jusqu’à aujourd’hui sans véritable solution. Le 27 janvier 1914, la gendarmerie luxembourgeoise établit un rapport sur un dénommé « Nelsen Max-Hubert-Martin », ingénieur de son état, marié et venant de Davos. Les raisons de cet intérêt n’étaient pas clairement énoncées. Tout juste pouvait-on affirmer qu’elle agissait à la demande du procureur général de l’État. Son vrai nom n’apparut qu’au moment de la réponse du Landrat d’Emden, le 19 février10. Il s’appelait Max Hubert Nellissen et avait été condamné pour vol (Metz, 25 novembre 1898), faux en écriture (Duisbourg, 14 mai 1903), tromperie et détournement (Duisbourg, 11 août 1903). Effectua-t-il ses deux ans et neuf mois cumulés de prison ? Fut-il condamné par contumace comme le laissait entendre son mariage (12 septembre 1903) avec la mère de ses deux filles, qui résidait dans la région liégeoise ? Fuit-il en Grande-Bretagne, où il contracta un mariage (24 mars 1908) avec une nièce de l’espion allemand Karl Gustav Ernst11 ? Que vint-il faire à Borkum (octobre 1909-avril 1911), île de Frise orientale, puis chez ses beaux-parents à Müllheim-am-Rhein (avril 1911-décembre 1912) s’il était un fugitif, d’autant que les Landraten d’Emden et de Pirmasens le surveillaient ? Fut-ce à cause de cette surveillance qu’il se réfugiât à Davos (décembre 1912-octobre 1913) ? D’autant qu’à chacune de ces étapes allemandes et suisse, il laissa à chaque fois des dettes qui ne pouvaient que le signaler, comme le fit, dans un journal professionnel, le secrétaire de l’Association suisse pour l’aménagement des eaux à Zurich, l’ingénieur A. Härry12. Même les gendarmes luxembourgeois se doutaient qu’une action criminelle était en cours en Suisse.

  • 13 ANLux, AE-00436.

9Nellissen ne serait qu’un aventurier comme le XIXe siècle finissant en engendrait s’il n’avait été trouvé sur lui trois documents qui figuraient au dossier mais auxquels aucune pièce ne se rapportait. Chacun portait la mention « streng Geheime » et émanait du ministère prussien de la Guerre, provenant des dossiers de l’inspection des forteresses de Metz. Leurs dates extrêmes allaient du 15 avril 1913 au 13 janvier 1914. C’est-à-dire dix jours avant l’arrivée de Nellissen à Luxembourg. Les gendarmes avaient toutefois établi que ce ressortissant allemand séjournât en ville en décembre 1913. À cette occasion, il avait tenu des « réunions nocturnes et tardives » avec un entrepreneur itinérant de spectacles, le messin Charles-Emile Ozouf, qui se produisait à Luxembourg en juillet et en octobre de chaque année depuis 1908, et un autre homme qui ne fut pas identifié. Comme Ozouf et Nellissen furent aperçus se partageant « plusieurs milliers de francs » dans le « restaurant des 2e classes de la gare de Luxembourg », les gendarmes en déduisirent qu’Ozouf devait être impliqué dans la traite des blanches, mais « la preuve réelle n’[avait] pas pu être fournie jusque-là »13. Cela était néanmoins suffisant pour rendre Nellissen indésirable au Grand-Duché. Dans l’attente de son jugement par le tribunal de district, le 16 mars 1914, il fut incarcéré. Le jour du jugement, son épouse fut interrogée par le commissaire de police de Luxembourg, Alphonse Rupprecht. Elle révéla que son époux avait reçu un appareil de photo en mars 1913, que la police luxembourgeoise ne retrouva pas lorsqu’elle fouilla le logement des Nellissen. Ces éléments achevèrent de convaincre les autorités luxembourgeoises qu’elles étaient en présence d’un « espion ».

  • 14 Matthew S. Seligmann, Spies in Uniform. British Military and Naval Intelligence on the Eve of the (...)
  • 15 The Tablet, 14 septembre 1930, p. 23.

10Mais, jamais, elles purent dire en faveur de qui Nellissen travaillait. Comme il se réfugia à Anvers, il y a tout lieu de penser qu’il travaillait pour les Britanniques. Cinq indices le laissaient penser. Le premier était évidemment les documents allemands qu’il transportait ; ils étaient trop généraux pour intéresser Français ou Belges, mais offraient de bonnes informations, comme la liste des entreprises stratégiques pour les fortifications allemandes, à un nouveau venu comme le Secret Service Bureau. Le second tenait dans le fait qu’Ozouf disparut de la scène luxembourgeoise suite à cette expulsion. Le troisième voulait que Nellissen se trouvât à Borkum au moment où les capitaine Bernard Frederic Trench et lieutenant de vaisseau Vivian Brandon, mandatés par l’Amirauté britannique, entamèrent leur mission sur l’île qu’il quitta quatre mois après leur condamnation pour espionnage par la Cour impériale de Leipzig14 ; il semble que Nellissen assura le soutien aux « espions » sans s’impliquer lui-même. Le quatrième souligne bien cette mission de soutien opérationnel qui incombait à Nellisen : sa profession, « ingénieur » comme il se présentait ou « technicien » et « architecte » comme le nomma Härry, comme l’orthographe de son nom et l’ordre de ses prénoms changeaient à chaque fois qu’il se déplaçait ; s’il n’était que son emploi correspondait à celui qu’occupaient les chefs des réseaux britanniques en Belgique, ces changements d’identité et de profession servaient à brouiller les pistes de la police allemande. Enfin, dernier indice, et non des moindres, il gagna Anvers, puis la Hollande, zones d’opération du Secret Service Bureau depuis les premiers mois de 1914, d’où Nellissen fut exfiltré vers la British East Africa, sous la protection d’un ordre religieux soutenant la colonisation britannique, celui des missionnaires de Mill Hill. Il fut emmené en 1922 par le père Arnold Witlox, qui venait de rentrer en Europe, malade, et trouva la rédemption en construisant des églises, devenant l’« architecte de Dieu », avant d’être emporté par les fièvres noires en décembre 192915.

  • 16 Léon Daudet, L’avant-guerre. Études et documents sur l’espionnage juif-allemand en France depuis l (...)

11Les moyens mis en œuvre par les Britanniques, s’il s’agit bien d’eux au Luxembourg, montrent que les techniques du renseignement étaient déjà sophistiquées en ce début de XXe siècle. Et ils soulignaient une fois de plus la centralité de la Grande Région lotharingienne, même si elle déborde largement vers la Suisse et les Pays-Bas. Plus généralement, le déploiement des services de renseignement dans ces années d’avant-guerre, pour reprendre le mot forgé par le polémiste nationaliste Léon Daudet en 191316, ne renforce-t-il pas cette idée d’un champ de bataille choisi, dans la plus pure tradition stratégique napoléonienne, par tous les futurs belligérants ?

12Les contributions ici réunies dans cet ouvrage entendent répondre à cette problématique. Elles font suite aux journées d’études des 19 et 20 février 2015 organisées par le Centre régional universitaire lorrain d’histoire, à l’Université de Lorraine (Nancy). Cette manifestation comme les présents actes ont obtenu la labellisation Centenaire de la Première Guerre mondiale, soulignant leur importance dans l’historiographie de cette période.

13Pour mieux appréhender la particularité de la Grande Région dans cet avant-guerre, il nous a paru utile de faire figurer en ouverture de ce volume une étude inédite : « Ambitions, risques et hasards : le rôle du premier service de renseignement serbe dans l’entrée en guerre ». Gérald Arboit montre ainsi comment un État, aux ambitions supérieures à ses moyens, fut constamment conscient de l’impact que représentait l’élimination de l’archiduc François-Ferdinand pour en prendre le risque. L’intérêt de cette contribution est de montrer que l’attentat de Sarajevo ne répondait pas à la logique militaire en cours depuis le début du siècle, qui privilégiait la Grande Région. Au contraire, cet événement prit une tournure particulière en raison de l’enchaînement des alliances diplomatiques…

14Par sa description des services de renseignement et de leurs moyens de recueillir de l’information, Olivier Lahaie permet de mieux appréhender leur action en Grande Région. Il les replace ainsi dans leur processus de mise en œuvre au sein des principaux États européens, avant de décrire leur importance à l’été 1914 et de procéder à un tour d’horizon du renseignement militaire en France, en Allemagne et en Grande-Bretagne.

15Frédéric Schwindt présente quant à lui le concept de la Grande Région dans son contexte de l’avant-guerre. Pour cela, il emprunte à la vision futuriste d’Emile Driant, officier dans l’armée française et auteur de roman d’anticipation à la Jules Verne. Ainsi dessine-t-il un espace naturellement ouvert à la manœuvre militaire aussi bien qu’à l’espionnage. Il souligne également la difficulté d’appréhender les agents infiltrés en raison de sa concentration de population.

16Si l’on parle de renseignement pour les services mis en œuvre par chaque État, les opinions publiques voient plus trivialement leurs activités comme de l’« espionnage ». C’est que, comme Gérald Arboit le souligne, les États développèrent en parallèle de leurs services une législation prohibant sur leur territoire l’action des services adverses. Le développement de la presse de masse eût tôt fait de médiatiser dans le grand public ce « mot infâme » qu’est depuis le XVIIIe siècle l’espion. Avec la répression de l’espionnage, à travers l’héritage napoléonien du droit, la Grande Région apparaît encore plus comme un espace complémentaire plutôt qu’antagoniste.

17Pascal Pirot le démontre bien dans sa présentation d’un sujet trop peu étudié dans le domaine des Intelligence Studies, celui des influences en matière de création de service de renseignement. Rappelant l’édification de telles structures en France et en Allemagne, il esquisse le processus qui aboutit à sa mise en place en Belgique. Mais il le fait à travers des structures grand-régionales, c’est-à-dire celles s’occupant de surveillance à la frontière. Question cruciale pour une Belgique neutre et environnée d’États adversaires ! Étonnamment, ce pays retient un modèle d’organisation emprunté, non pas aux deux grands actifs en Grande Région, mais aux Pays-Bas. Lequel royaume présente l’avantage d’être neutre, tout en étant un ennemi potentiel pour la Belgique.

18Gérald Sawicki poursuit dans cette logique d’apprentissages mutuels, mais cette fois entre ennemis. Il porte son regard sur le dispositif central de cet avant-guerre grand-régional. Une telle analyse permet de souligner le caractère empirique du développement des services de renseignement à la frontière, l’activisme français entraînant une réponse allemande. C’est donc bien d’un modèle français et d’adaptabilité prussienne que l’on peut parler. Le dispositif allemand développé en Alsace-Moselle fut ainsi transposé en Prusse contre la Russie.

19Markus Pöhlmann clôt cette évocation du renseignement en Grande Région par une analyse des capacités allemandes. Celle-ci est bienvenue, car elle permet d’en finir avec la traditionnelle surévaluation de ces moyens, fruit d’une volonté acharnée de faire de l’Allemagne le fauteur de conflit, conjuguée à une tendance bien française de voir la Première Guerre mondiale dans le prisme de la Seconde, comme pour se dédouaner de la défaite de juin 1940. Au contraire, Pöhlmann souligne la faiblesse du renseignement prise en compte par le haut commandement allemand. Il montre également comment tout cet appareil s’est transformé lors du passage du temps de paix à la guerre.

Notes

1 Cf. Hans Ehlert, Michael Epkenhans, Gerhard P. Groß (dir.), The Schlieffen Plan. International Perspectives on the German Strategy for World War I, Lexington, Kentucky University Press, 2014.

2 Le Mythe de la guerre-éclair. La Campagne de l’Ouest de 1940 [Blitzkrieg-Legende, der Westfeldzug 1940], Paris, Belin, 1995 (réimpr. 2003), p. 151.

3 Les somnambules. Eté 1914 : comment l’Europe a marché vers la guerre, Paris, Flammarion, 2014.

4 Le Feu aux poudres. Qui a déclenché la guerre en 1914 ?, Paris, Belin, 2014.

5 Les Buts de guerre de l’Allemagne impériale (1914-1918), Paris, Trévise, 1970.

6 Jean-Claude Delhez, La bataille des Frontières. Joffre attaque au centre (22-26 août 1914), Paris, Economica, 2013.

7 Enzo Traverso, À feu et à sang. De la guerre civile européenne 1914-1945, Paris, Stock, 2007.

8 Keith Jeffery, MI6. The History of the Secret Intelligence Service, 1909-1949, Londres, Bloomsbury, 2010.

9 Gérald Arboit, « Espionner le Grand-duché de Luxembourg. Une guerre secrète méconnue pendant la Première Guerre mondiale », Hémecht, 2015, no 1, p. 59-78.

10 Archives nationales du Luxembourg, Luxembourg (ANLux), AE-00436.

11 Christopher Andrew, The Defence of the Realm. The Authorized history of MI5, Londres, Penguin Books, 2010, p. 38.

12 Schweirische Bauzeitung, vol. 61-62, 1911, p. 226.

13 ANLux, AE-00436.

14 Matthew S. Seligmann, Spies in Uniform. British Military and Naval Intelligence on the Eve of the First World War, Oxford, Oxford University Press, 2006, p. 8-9.

15 The Tablet, 14 septembre 1930, p. 23.

16 Léon Daudet, L’avant-guerre. Études et documents sur l’espionnage juif-allemand en France depuis l’affaire Dreyfus, Paris, Nouvelle librairie nationale, 1913.

Auteur

Docteur habilité en histoire contemporaine (Strasbourg, Arras), est directeur de recherche au Centre français de recherche sur le renseignement à Paris et auditeur de l’IHEDN (Nancy, 2000). Ses axes de recherche couvrent aussi bien l’histoire des services de renseignement (France, Luxembourg, Belgique, Italie, Serbie) que les relations internationales contemporaines, notamment à travers le rôle de l’information.

© CNRS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search