Version classiqueVersion mobile

Renseignement et avant-guerre de 1914 en Grande Région

 | 
Gérald Arboit

Préface

Olivier Forcade

Texte intégral

1Que le régionalisme littéraire et politique ouvre le chemin à une analyse stratégique et militaire d’échelle régionale n’étonnera pas les lecteurs de Maurice Barrès, d’Émile Driant (capitaine Danrit) et des écrivains des « provinces perdues ». Les études réunies par Gérald Arboit offrent ainsi un regard inédit sur l’histoire des régions-frontières, entre Alsace, Lorraine allemande, française et wallonne, et Sarre qu’enserrent les terres de neutralité diplomatique et militaire de Belgique, du Luxembourg et, plus loin, de la Suisse. Ces études campent sur le terrain d’une histoire du renseignement qui irrigue l’analyse de la stratégie, du fait militaire, des relations internationales, des sociétés frontalières enfin, dans le moment de l’avant-guerre de 1914-1918.

2Par l’approche du renseignement, cette histoire croisée des populations comme des territoires allemands et français de la « Grande Région » enrichit l’histoire frontalière entre la France et l’Allemagne, dans le passage du XIXe au XXe siècle. Gérald Arboit y joint deux études sur les services de renseignements serbes de l’avant-guerre et sur la législation nationale comparée sur l’espionnage dans les deux pays entre 1886 et 1914. L’étude des services serbes offre une comparaison utile, notamment sur l’adaptation au jeu géopolitique des changements de frontière, après l’annexion de la Bosnie par l’Autriche-Hongrie en 1908. L’exploitation systématique des archives françaises, allemandes et luxembourgeoises assure l’intérêt des analyses croisées réunies. Au total, l’histoire du renseignement étatique livre un éclairage original sur les années 1870 à 1914. Trop souvent négligée par les historiens quand d’autres lui préfèrent une vision complotiste et systématique de l’espionnage, l’analyse par le renseignement fait, en outre, revisiter l’histoire politique, culturelle ou militaire. Or, la fin de siècle et les années 1900 y invitent, tant les romans, la presse régionale comme nationale, quand elle n’était pas de parti ou de ligue, a nourri la mémoire locale, la psychologie de populations, les rumeurs de part et d’autre de la frontière. C’est bien la thèse d’une culture régionale empreinte des logiques et des pratiques de renseignement propres à un espace stratégique, économique, politique comme culturel frontalier (la notion « transfrontalière » est encore prématurée par comparaison de l’après-1945) qui est exposée. L’espace stratégique de la « Grande Région » a été une terre d’élection de l’espionnage et, à certains égards, un laboratoire de la modernité du renseignement avant-même 1914. Ici réside le premier apport notable des études données. L’échelle d’un espace frontalier stratégique où se déploient des rivalités stratégiques propres, aux deux points de vue nationaux de Berlin et de Paris comme à celui des voisins immédiats, Belgique et Luxembourg en tête, marque l’avant-guerre. Militaire, la frontière trouve une profondeur stratégique dans l’analyse des systèmes de défense fortifiés, à savoir la ligne de fortifications Séré de Rivière dans les secteurs de Toul, Verdun, Épinal des années 1880-1900 face, bientôt, aux défenses de la Moselstellung. Or, pénétrer l’intention de manœuvre et l’axe d’offensive stratégique comme les défenses adverses constitua un objectif permanent des services de renseignements allemands et français, plus largement européens. Les postes de renseignements militaires couvraient des espaces de surveillance qui s’avançaient en territoire étranger par le recrutement et le maniement d’agents de différentes nationalités. Les études de Gérald Arboit, Frédéric Sawicki, Pascal Pirot ou Frédéric Schwindt, l’exposent nettement. Tout aussi important est le renseignement désormais délibéré sur les systèmes d’armement dont sont équipées les fortifications défensives, parfois redoutables comme le signale le cas de la tourelle éclipsable à double canon de 75 du fort de Liouville, près de Saint-Mihiel, en 1912. Autant dire que la protection du secret de la défense nationale avait déjà fait son entrée dans les pratiques de renseignement, dès avant la guerre de 1914-1918, même si les réponses juridiques du droit de l’espionnage allaient tarder à venir mais après la Grande Guerre, s’accélérant entre 1934 et 1939 en France par exemple. Soutenue à l’Université de Nancy en 2006 sous la direction de François Roth, la belle thèse de Gérald Sawicki a déjà établi le cadre de ces rivalités secrètes franco-allemandes, policières et militaires, à la frontière entre 1871 et 1914, sans interdire des apports nouveaux que livre ce dernier.

  • 2 Arnaud-Dominique Houte et Jean-Noël Luc (dir.), Les Gendarmeries dans le monde de la Révolution à (...)
  • 3 Xavier Rousseaux, Laurence Van Ypersele, La Patrie crie vengeance ! La répression des inciviques b (...)
  • 4 Sébastien Laurent, Politique de l’ombre. État, renseignement et surveillance en France, Paris, Fay (...)
  • 5 Laurence Van Ypersele, Emmanuel Debruyne, Stéphanie Claisse, De la guerre de l’ombre aux ombres de (...)
  • 6 Voir à ce titre les travaux de Lise Galand, L’Einkreisung dans la politique étrangère allemande av (...)

3L’ouvrage se connecte par ailleurs aux recherches récentes sur les polices. Les travaux les plus récents consacrés par les historiens de la police et des forces mixtes que sont les gendarmeries ont nourri la compréhension du renseignement dans la perspective de la surveillance des populations et des territoires d’abord, de la circulation des savoirs et des pratiques entre les polices et les gendarmeries. Citons les travaux récents engagés par Jean-Noël Luc2, Xavier Rousseaux sur les inciviques belges au sortir de la guerre de 1914-19183, Sébastien Laurent4 et les recherches d’Emmanuel Debruyne, Louis Panel, Arnaud-Dominique Houte, Pierre Karila-Cohen entre autres5. Dans la diversité des études de cas données, l’apport de l’ouvrage collectif réside dans une appréciation méthodique de l’espace stratégique frontalier, entre invasions, occupations, évacuations et zones de combat arrimant mentalement l’expérience culturelle, politique et militaire de l’espionnage chez les populations régionales. Précisément, les pratiques locales des services de renseignement conduisent souvent à des réponses et des adaptations des services d’espionnage jusqu’à leur forme d’organisation, entre géopolitique régionale, nationale et impériale. Ainsi en est-il, en suivant Gérald Sawicki, des adaptations des services prussiens qui importent les structures mises sur pied en Alsace-Moselle à l’autre frontière du Reich, celle avec la Russie. Le renseignement entre bien, dès avant 1914, dans des modalités stratégiques et diplomatiques qui définissent les menaces stratégiques prioritaires, la crainte de l’Einkreisung ayant marqué les élites allemandes dans les années 19006. Gérald Arboit souligne l’influence du Nachrichtendienst allemand sur les services serbes en constitution dans la seconde moitié du XIXe siècle.

4Le second apport de l’ouvrage réside sans conteste dans le parti pris d’une compréhension des pratiques de l’espionnage au point de vue des populations. Car l’espionnage cristallise d’abord des peurs au plus profond des populations d’où naissent des rumeurs, des psychoses et des comportements qui s’inscrivent dans le souvenir des guerres passées depuis le XIXe siècle. La guerre de 1870-1871 et ses batailles ont une place particulière comme l’explique Frédéric Schwindt, revenant sur les contacts entre armées et populations en temps de guerre, au cœur desquelles l’espionnage tient une place singulière parce qu’il offre un continuum entre le temps de paix et de guerre. Agents, occasionnels ou permanents, informateurs, stipendiés ou mus par le seul patriotisme, espions professionnels tels Max Hubert Nellissen qui travaille à la solde des Anglais selon Arboit, délimitent les contours d’un monde interlope de part et d’autre de la frontière. Les Italiens, les Belges et des Luxembourgeois entre autres se déplacent également dans cet espace transfrontalier, propice aux jeux d’influence et d’espionnage.

  • 7 Zeev Sternhell, Maurice Barrès et le nationalisme français, Paris, Pluriel-Fayard, 2016 (1972), p. (...)
  • 8 Olivier Dard et Nathalie Sévilla (dir.), Le Phénomène ligueur en Europe et aux Amériques, Metz, Pr (...)

5Ainsi, les populations frontalières sont, non familières, mais plus proprement sensibles aux affaires d’espionnage et aux condamnations qui s’ensuivent, en grand nombre, avant 1914. Depuis l’Affaire Dreyfus, l’époque était à la dénonciation des espions que des propagandes, officielles ou spontanées, nourrissaient sur le terreau d’un imaginaire fertile auquel les romanciers de l’époque, tel Driant, contribuaient allègrement. Ces thématiques relèvent également de la dénonciation de l’étranger, de l’espion ou du traître nourrie par une littérature régionale de la revanche emblématisée par l’œuvre de Maurice Barrès notamment7. En suivant Frédéric Schwindt qui décèle un probable « atavisme de l’Est », Olivier Lahaie et Gérald Arboit, on comprend mieux que l’espionnage, sans cesse dénoncé dans les obsessions complotistes et du danger ennemi qu’armaient les ligues dont celle d’Action française, a pu marquer durablement la vie des frontaliers et des habitants des territoires plus à l’intérieur8.

  • 9 Fabian Lemmes, Johannes Grossmann, Nicholas Williams, Olivier Forcade, Rainer Hudemann (dir.) Evak (...)
  • 10 Olivier Forcade, Maurice Vaïsse (dir.), Le Renseignement pendant la Première Guerre mondiale, acte (...)

6Ultime spécificité, mais qui appelle des comparaisons avec les autres espaces frontaliers de la France avec l’Italie ou l’Espagne ayant connu des déplacements ou des évacuations de populations de part et d’autre de la Grande Guerre, la fixation de population en arrière des territoires occupés, puis annexés au Second Reich en 1871, ouvre d’autres possibilités de recrutement d’informateurs, d’agents, de patriotes qui n’ont tout simplement pas oublié leur patrie d’origine et aspirent secrètement à œuvrer pour elle, individuellement ou collectivement9. Il a pu en aller ainsi de certains Alsaciens-Mosellans qui s’installent dans les Vosges, en Meurthe-et-Moselle, parfois dans des départements plus intérieurs de la France. Les viviers de recrutement des réseaux de résistance de la Grande Guerre trouvent ici en partie leurs origines. Le lien avec la patrie d’origine et la « petite patrie » survit dans les associations d’originaires, si spécifiques de la Troisième République au tournant de 1900, comme manifestation politique (une « autre citoyenneté ») et culturelle (l’attachement à la langue, au terroir, à la terre des ancêtres) qui construit l’identité nationale. L’histoire de l’espionnage ramène alors de façon inattendue à cette grande question de la citoyenneté et de l’identité régionale. Le troisième apport majeur se trouve dans l’analyse fine des modèles nationaux de services de renseignement, dont on a dit l’adaptation à des considérations géopolitiques frontalières. Qu’il s’agisse des expériences belge, française, allemande ou serbe, les recherches confirment la nature limitée des moyens humains, techniques ou budgétaires qui arment les services secrets avant 1914, mettant en relief l’écart entre la représentation qu’en donnent l’époque et les contemporains, et la réalité de leurs actions. Marcus Pölhmann le montre dans le cas allemand, même si la guerre conduisit à rehausser leurs moyens techniques et humains comme l’a montré un récent colloque organisé par l’Académie du renseignement à Paris en novembre 201410. La constitution des services serbes par Garasanin à partir de 1839, dont le rôle fut magnifié ou diabolisé sur le rôle de La Main noire à l’entrée en guerre, revient sur l’invention des services secrets au XIXe siècle. L’analyse des bureaucraties policière et militaire du secret des États est déplacée au profit d’une compréhension première du fait opérationnel militaire, de l’action clandestine et de propagande ouvrant à la guerre secrète, sinon à une logique de pré-terrorisme, du moins d’action violente contre l’État ottoman.

7D’autre part, la spécialisation des services ne répond naturellement pas à une logique géopolitique strictement frontalière, mais à des ressorts internes et externes, autrement de dit de sécurité nationale intérieure et extérieure. La surveillance interne des populations et la définition de menaces proprement nationales, à la différence de celles extérieures des États voisins ou plus lointains engagent, dès la constitution des services de renseignement, une spécialisation tantôt militaire, tantôt policière et de gendarmerie. Rapporté au droit public et pénal des États, dont Bertrand Warusfel a parfaitement tracé les étapes et Sébastien Laurent magistralement analysé les cadres et les ressorts dans sa grande étude sur l’État, le renseignement et la surveillance au XIXe siècle, le terrain d’étude saisi par ces nouvelles recherches est particulièrement judicieux. Gérald Arboit met en évidence le corpus juridique original qui s’applique à des territoires soumis à des législations fluctuantes au gré des invasions, occupations et annexions depuis le Premier Empire, par-delà le Code pénal français de 1810. Ce dernier s’appliqua à des territoires en Belgique, au Luxembourg et à des terres de l’empire allemand s’appuyant sur le Strafgesetzbuch qui purent revenir sur certaines de ses dispositions en matière de répression de l’espionnage. L’ouvrage collectif achève ici de convaincre sur l’intérêt de l’analyse d’échelle choisie.

Notes

2 Arnaud-Dominique Houte et Jean-Noël Luc (dir.), Les Gendarmeries dans le monde de la Révolution à nos jours, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne (PUPS), « Mondes contemporains », 2016, 414 p.

3 Xavier Rousseaux, Laurence Van Ypersele, La Patrie crie vengeance ! La répression des inciviques belges au sortir de la guerre de 1914-1918, Editions Le Cri, 2009.

4 Sébastien Laurent, Politique de l’ombre. État, renseignement et surveillance en France, Paris, Fayard, 2009, 700 p.

5 Laurence Van Ypersele, Emmanuel Debruyne, Stéphanie Claisse, De la guerre de l’ombre aux ombres de la guerre. L’espionnage en Belgique durant la guerre de 1914-1918, Bruxelles, Editions Labor, 2011, 316 p. ; Louis Panel, La Grande Guerre des gendarmes. « Forcer au besoin leur obéissance », Paris, NME, 2013, 611 p. et Gendarmerie et contre-espionnage 1914-1918, Paris, 2004, la Documentation française, 250 p. ; Arnaud Dominique Houte, Le Métier de gendarme au XIXe siècle, Rennes, PUR, 2010, 319 p. et avec Aurélien Lignereux et Quentin Deluermoz, « Sociétés et forces de sécurité », Revue d’Histoire du XIXe siècle, n ° 50, 2015 ; Dominique Kalifa, Pierre Karila-Cohen, Le Commissaire de police au XIXe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2008, 284 p. On attend les actes du colloque international organisé les 4-6 février 2015 par Guillaume Payen avec le Centre de recherche de l’EOGN de Melun et l’Université Paris-Sorbonne, Gendarmeries et polices face à la Première Guerre mondiale (1914-1918).

6 Voir à ce titre les travaux de Lise Galand, L’Einkreisung dans la politique étrangère allemande avant 1914, mémoire de master 2, Université Paris-Sorbonne, dir. Olivier Forcade, 2012 et sa thèse en cours, L’Allemagne impériale et le spectre de l’encerclement entre 1906 et 1914 : diffusion, circulation et transformation d’une notion dans l’espace public, co-direction d’Hélène Miard-Delacroix et Olivier Forcade, Université Paris IV-Sorbonne. Voir son article, « Engagement scientifique et manipulation politique : les universitaires allemands et l’encerclement de l’Empire avant 1914 », Trajectoires. Travaux des jeunes chercheurs du CIERA, 9, 2015.

7 Zeev Sternhell, Maurice Barrès et le nationalisme français, Paris, Pluriel-Fayard, 2016 (1972), p. 387-389 sur les agents de l’étranger qu’il dénonce encore après 1919.

8 Olivier Dard et Nathalie Sévilla (dir.), Le Phénomène ligueur en Europe et aux Amériques, Metz, Presses universitaires de Metz, 2011, 443 p.

9 Fabian Lemmes, Johannes Grossmann, Nicholas Williams, Olivier Forcade, Rainer Hudemann (dir.) Evakuirungen im Europa der Weltkriege, Berlin, Metropol Verlag, 2014, 288 p.

10 Olivier Forcade, Maurice Vaïsse (dir.), Le Renseignement pendant la Première Guerre mondiale, actes du colloque du 25 novembre 2014, École militaire, organisé par l’Académie du renseignement, à paraître chez NME.

© CNRS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search