Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Autopsie du musée

 | 
Agnès Callu

Territoires

Pour un musée universel : le Louvre Abu Dhabi1

Vincent Lefevre

Texte intégral

  • 1 Cette présentation reflète le travail de l’Agence France-Muséums effectué entre 2007 et le premier (...)

1Dans une carrière de conservateur, il est relativement rare de pouvoir participer à la création d’un musée – plus particulièrement dans le monde occidental où les institutions muséales sont nombreuses et ont, bien souvent, une longue histoire. Il est encore plus rare que cette création se fasse totalement ex nihilo, notamment pour un musée qui ne soit pas consacré exclusivement à l’art contemporain. Ajoutons que ce projet de musée, situé hors du monde occidental, envisageait d’emblée de placer les arts non occidentaux sur un pied d’égalité avec les arts européens et on comprendra l’attraction que pouvait exercer le Louvre Abu Dhabi pour un conservateur spécialisé dans les arts asiatiques – et ce, en dépit de la polémique qui a entouré (en France, du moins) le lancement de cette entreprise.

2Même si, au tout début de l’aventure, ce projet s’annonçait plus comme un musée « d’art classique », l’entrée en lice du Louvre et, plus globalement, de la France l’a orienté vers un musée « universel », terme qu’il convient de préciser. Dans le langage courant, « musée encyclopédique » et « musée universel » semblent deux expressions relativement interchangeables, reposant sur un principe au demeurant difficilement réalisable au sens strict. Pourtant, on peut établir une distinction. En effet, l’adjectif « encyclopédique » renvoie au désir de comprendre l’être humain et le monde où il vit grâce à une recherche interdisciplinaire et allie donc arts, sciences, techniques, etc. En revanche, « universel » établit une ouverture à l’ensemble des cultures, mais semble aussi plus vague et, à ce titre, peut se limiter à un mode d’expression – en l’occurrence, artistique. De ce fait, il est plus envisageable à mettre en œuvre à notre époque.

3Selon les termes de l’accord intergouvernemental signé le 7 mars 2007 entre les Émirats arabes unis et la France, le musée du Louvre Abu Dhabi présentera « des objets majeurs dans les domaines de l’archéologie, des beaux-arts et des arts décoratifs, ouvert à toutes les périodes y compris à l’art contemporain, bien que mettant l’accent sur la période classique, à toutes les aires géographiques et tous les domaines de l’histoire de l’art ». Ainsi ouvert à toutes les formes d’expressions artistiques issues de toutes les civilisations, depuis la préhistoire jusqu’à nos jours, le futur musée peut à bon droit être qualifié d’universel. Mais, cette large ambition une fois posée, il convient de s’interroger sur l’identité d’un musée « universel » à Abu Dhabi en ce début de xxie siècle et notamment sur ce qui le distingue d’autres musées rangés sous le même label en d’autres parties du monde.

4En effet, si tous les musées qualifiés d’universels dans le monde partagent plus ou moins la même ambition de connaissance, leur universalisme n’en reste pas moins le fruit de leur histoire, et par conséquent, de celle des collections qu’ils sont à même de présenter à leurs visiteurs. Il n’en ira pas autrement pour le Louvre Abu Dhabi, même si les conditions particulières de sa mise en place – au début du xxie siècle, dans une région en plein développement économique et culturel, mais encore peu dotée d’institutions comparables, et en s’appuyant sur une coopération entre deux États souverains – en font un cas encore unique à ce jour.

5En premier lieu, c’est une proposition de lecture globale de l’histoire de la production artistique mondiale. À ce titre, cette proposition ne vise pas à l’encyclopédisme et, fruit des circonstances qui l’ont vu naître, est nécessairement amenée à évoluer, du fait du renouvellement permanent des connaissances et des approches. C’est encore moins un modèle unique et interchangeable. En effet, le Louvre Abu Dhabi est bien un musée « universel » propre à Abu Dhabi dans les premières décennies du xxie siècle et, à ce titre, il doit assumer son ancrage local et temporel : situé dans la région dynamique du Golfe, au Moyen-Orient, dans les années 2000, il ne saurait être un musée universel tel que créé en Europe ou en Occident, dans un contexte historique et culturel différent ; de même, un tel projet serait forcément différent s’il se développait en Extrême-Orient ou en Amérique du Sud.

6Par bien des aspects, le Louvre Abu Dhabi s’inscrit sur une page encore blanche de l’histoire des musées, dans la mesure où le rassemblement des œuvres qu’il va présenter est moins qu’ailleurs la conséquence d’une histoire longue et complexe. En outre, si les Émirats arabes unis participent d’une riche et longue civilisation arabe, il s’agit d’un État jeune, sans réelle tradition patrimoniale et muséale. Aussi la proposition qui peut y être développée est-elle, sinon moins biaisée qu’elle ne le serait dans un pays à l’histoire plus prégnante, du moins nécessairement différente. Ainsi, par rapport aux musées universels européens (le cas de l’Amérique du Nord est un peu autre), le Louvre Abu Dhabi sera relativement affranchi des relations complexes de l’Europe avec le reste du monde et pourra proposer un autre équilibre de parcours.

7Cela étant, Abu Dhabi n’est pas non plus un emplacement neutre. Son implantation au centre du vaste continent eurasiatique ne peut pas rester sans conséquence sur les équilibres du parcours. Bien entendu, la vocation universelle du musée implique de laisser une place à toutes les parties du monde, mais les apports ne seront pas nécessairement toujours totalement équilibrés. Là encore, le parcours doit assumer des partis pris.

8C’est pourquoi, avant de se pencher un peu plus précisément sur cette proposition de lecture de l’histoire mondiale de l’art que sera le Louvre Abu Dhabi, il convient de rappeler le contexte qui a présidé à sa naissance.

9Contrairement à ce que l’on peut lire trop souvent, le Louvre Abu Dhabi n’a jamais été conçu comme une antenne internationale du fleuron des musées français – à l’instar de ce que sont le Louvre Lens ou le Centre Pompidou-Metz sur le territoire national (pour se limiter à des exemples français). Certes, ce projet participe d’une certaine manière d’une tendance générale d’expansion des grands musées du monde, mais, ici, il s’agit – et il convient d’y insister – d’une initiative émirienne. La volonté d’implanter une institution culturelle de cette ampleur à Abu Dhabi relève d’une vision géopolitique pour le développement de ce riche État du Golfe persique, vision dans laquelle le soft power joue un grand rôle. En outre, comme on va le voir, ce projet participe aussi d’un développement urbain.

  • 2 Du nom de la Perpetual Maritime Truce signée en 1853.

10Comme on le sait, la rive sud du Golfe persique, du Koweït au Sultanat d’Oman, est bordée d’un chapelet d’États créés récemment, pris en sandwich entre les deux géants que sont l’Arabie saoudite et l’Iran, mais qui bénéficient de l’extrême richesse de leur sous-sol en hydrocarbures. Protectorat britannique de 1820 à 1971, souvent connu comme le Trucial Oman2, la région a ainsi pu s’affranchir de l’emprise de l’Empire ottoman, avant de gagner son indépendance en 1971. Le projet d’une vaste fédération, en négociation depuis 1968, ne put aboutir et Bahrain et le Qatar décidèrent de devenir des États autonomes. Quant à Sheikh Zayed, souverain d’Abu Dhabi, il parvint à grouper autour de lui six autres Émirats (Dubai, Sharjah, Ajman, Ras al-Khaimah, Umm al-Quwain et Fujairah), formant ainsi la fédération connue comme les Émirats arabes unis. L’Émirat d’Abu Dhabi constitue le plus vaste (80 % du territoire), mais aussi le plus riche des sept Émirats, tandis que sa principale ville éponyme joue le rôle de capitale fédérale.

  • 3 Durant le protectorat britannique, la roupie indienne faisait office de monnaie locale.
  • 4 Cette proportion est plus forte à Abu Dhabi même, et encore plus à Dubaï ; elle est plus faible da (...)
  • 5 Par conséquent, l’arabe n’est la langue maternelle « que » de 60 % de la population, tandis que l’ (...)

11Les Émirats arabes unis ne possèdent pas un patrimoine culturel extrêmement étendu, et celui-ci est en grande partie immatériel. Pour autant, la région est partie prenante de la riche culture arabo-musulmane et, surtout, elle se trouve sur un lieu de passage crucial, entre Occident et Asie. L’Inde, en effet, ne se trouve qu’à deux-trois heures d’avion3. Si cette fonction de carrefour est historiquement très ancienne – comme en atteste l’archéologie –, elle continue d’être très active à l’époque contemporaine et sera même appelée à se développer davantage à l’avenir, notamment avec l’accroissement du tourisme international (notamment asiatique). Le cosmopolitisme des Émirats arabes unis, et plus particulièrement de ses deux métropoles, Abu Dhabi et Dubai, se reflète naturellement dans leur population. En 2006, les Émirats arabes unis comptaient 4,2 millions d’habitants (1,3 million à Abu Dhabi), mais au moins 80 % de cette population n’est pas émirienne4 : 27 % d’Arabes en dehors du Golfe (Palestiniens, Égyptiens, etc.), 26 % d’Asiatiques (Inde, Pakistan, Philippines, etc.), 22 % d’Arabes des autres pays du Golfe, 16 % d’Européens (dont les deux tiers sont britanniques) et 6 % d’Américains5.

12Cette situation géographique, cette réalité démographique et ce potentiel commercial et touristique sont naturellement des composantes essentielles de l’universalisme tel qu’exprimé par le Louvre Abu Dhabi. Mais la naissance du musée tient d’abord à d’autres considérations. Tout d’abord, il s’agit pour les Émirats arabes unis de se préparer à « l’après-pétrole » en diversifiant leur économie et en formant leur jeune population : cela passe par l’implantation d’universités et d’institutions culturelles. D’autre part – à l’instar de ce que les États-Unis ont pu faire à la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle –, c’est un moyen de s’affirmer sur la scène internationale autrement que comme une réserve de pétrodollars. Enfin, cela fait partie d’une stratégie de développement urbain. Ainsi, la ville d’Abu Dhabi, installée sur un petit archipel côtier, tend à s’étendre sur plusieurs îles périphériques, en donnant à ces nouveaux quartiers des identités particulières. Ce projet urbain à l’horizon 2030 va de pair avec l’établissement de nombreuses infrastructures : extension de l’aéroport, mise en place d’une voie de chemin de fer reliant l’ensemble des Émirats et faisant notamment la jonction avec le métro de Dubaï et le futur métro d’Abu Dhabi, etc.

13Une des parties les plus ambitieuses de ce projet est l’aménagement de l’île de Saadiyat, reliée à l’île principale par un pont, et qui comprendra plusieurs districts : entre un quartier résidentiel autour d’une marina et le front de mer dévolu au tourisme et aux loisirs, se développera le district culturel qui comprendra, outre le Louvre Abu Dhabi, le musée national Sheikh Zayed (musée d’histoire locale, construit par Norman Foster et élaboré en collaboration avec le British Museum), un Guggenheim (musée d’art contemporain, construit par Frank Gehry) et, dans une seconde phase, un théâtre/opéra (construit par Zaha Hadid) et un musée maritime (par Tadao Ando).

14C’est ainsi que Jean Nouvel s’est vu confier le projet de ce qui devait alors être un musée « d’art classique », et dont il a conçu l’esquisse sans programme préétabli. Ce n’est que dans un second temps que le Louvre a été approché. Tout d’abord réservé, pour ne pas dire réticent, le grand musée parisien a compris que l’enjeu le dépassait et c’est pourquoi l’accord a été signé à un niveau intergouvernemental. De plus, l’association, derrière la bannière du Louvre, de tous les musées nationaux (et, potentiellement, de l’ensemble des collections publiques françaises) était le seul moyen de garantir l’universalisme du futur musée. Comment en effet prétendre couvrir l’ensemble des civilisations sans Guimet ou Branly ? l’ensemble des périodes sans Saint-Germain-en-Laye, Orsay ou le Centre Pompidou ?

15Pour coordonner l’ensemble du côté français a été créée l’Agence France-Muséums (AFM), en charge de l’élaboration du Projet scientifique et culturel, de la négociation des prêts français, de la politique d’acquisition, mais aussi du suivi du projet architectural, de la formation ou de la programmation des expositions. Clé de voûte du système, le prêt d’œuvres issues des collections françaises durant dix ans, mais sur une base annuelle, garantit le lancement du musée et le passage de relais avec la collection nationale d’Abu Dhabi en voie de constitution : de 300 prêts durant les trois premières années, le chiffre passe à 250 puis à 200 durant les trois dernières années.

16À partir de 2007-2008, l’équipe scientifique constituée au sein de l’AFM s’est donc attachée à élaborer le propos du musée, en prenant en compte les facteurs évoqués ci-dessus. Comme on l’a dit, il s’agit d’une proposition de lecture d’histoire mondiale de l’art, construite autour des notions de décloisonnement (des civilisations et des techniques) et de décentrement (en évitant une approche trop exclusivement occidentale). Cette proposition fait le pari du rapport direct avec les objets et les œuvres. En tout premier lieu, le Louvre Abu Dhabi sera un rassemblement inédit de témoignages matériels de la production artistique mondiale aux Émirats arabes unis et invitera à s’interroger sur le statut particulier conféré à ces œuvres par l’institution muséale. En outre, le contact direct et sensible avec des objets authentiques implique que le musée doit certes répondre à une mission d’éducation et de diffusion des connaissances, très expressément voulue par les Émirats arabes unis, mais aussi, et surtout, doit être un lieu de délectation et de plaisir. Aussi, l’échelle humaine du musée et cette notion d’agrément conduisent à proposer un parcours qui ne soit pas distribué en plusieurs départements distincts – par technique ou par aire de civilisation, comme c’est souvent le cas –, mais qui, au contraire, fasse le pari de la continuité et de l’homogénéité. Ainsi l’expérience de visite, si elle permet l’apprentissage, doit s’apparenter à une promenade à travers la production artistique. Dès lors, le musée ne se conçoit pas à l’instar d’une bibliothèque où l’on irait consulter des ouvrages au gré des envies ou du hasard de la déambulation le long des rayonnages, mais comme un récit continu.

17Cette proposition de lecture repose sur le principe de la pluralité et sur les jeux de mise en regard, plutôt que de confrontation ou de comparaison. Pour commencer, et sur un plan très concret, la collection du Louvre Abu Dhabi sera présentée, tout au long du parcours, en vis-à-vis de prêts français qui évolueront au fil des dix premières années du musée. En effet, doté d’une collection de très haut niveau, mais qui reflète les possibilités actuelles du marché de l’art, et complétée pendant dix ans par des prêts de tout premier plan issus de collections publiques françaises, le musée aborde donc son ambition universelle avec un nombre d’œuvres facilement appréhendable lors d’une visite unique (300 prêts et environ le même nombre d’œuvres acquises), ce qui permet un parcours à visage humain et a des implications fortes sur les partis pris retenus. Cette première mise en regard garantit ainsi, de par une saine émulation, le très haut niveau des œuvres présentées, de même qu’elle facilite la relative complétude du parcours – même si, tant l’histoire des collections publiques françaises que les possibilités actuelles du marché de l’art n’autorisent pas un traitement tout à fait égal de chaque période ni de chaque civilisation.

18Le second volet de cette pluralité des regards consiste à mettre en valeur la coexistence des différentes civilisations présentées dans le musée. Tout en favorisant les rencontres et les rapprochements, le parcours s’attachera à ne pas forcer abusivement le dialogue : en effet, toutes les civilisations ne se sont pas rencontrées et certains faits majeurs ont pu avoir lieu dans un relatif isolement ; aussi, construire le parcours uniquement sur l’idée du dialogue pourrait faire courir le risque de la surinterprétation historique, voire du contresens, ou du moins pourrait amener à ne mettre l’accent que sur le plus petit dénominateur commun et donc des faits anecdotiques. Au contraire, notre proposition de parcours invite à un certain relativisme culturel – en tâchant naturellement d’éviter les pièges du « politiquement correct » –, en ce sens qu’il laisse une place à la multiplicité des regards et des expressions et donc autorise des espaces de respiration monographique, mais cherche avant tout à mettre en avant les lignes de convergence dans les grandes phases historiques. Ainsi, on essaie de montrer comment chaque civilisation participe, à son rythme et en fonction des circonstances, d’une histoire générale de l’humanité. En d’autres termes, le principe des mises en regard nécessite de trouver un juste équilibre entre singularités d’une part, et constantes et invariants, de l’autre.

19Le récit proposé par le parcours du Louvre Abu Dhabi se construit sur une trame chronologique commune à l’ensemble des civilisations. Entrant en résonance avec l’architecture de Jean Nouvel, ce parcours se décline en quatre ailes qui sont autant de phases chronologiques, mais aussi des unités de sens. Aussi, les espaces qui séparent chacune des ailes du musée doivent – outre leurs fonctions utilitaires et de repos pour les visiteurs – se concevoir comme des lieux de transition où l’on perçoit clairement qu’un changement majeur s’effectue qui nécessite le passage à un nouveau chapitre de l’histoire mondiale, dans lequel s’établissent des équilibres nouveaux. Au sein de chaque aile, le récit se partage en un certain nombre de séquences qui sont autant d’unités de sens structurantes de la période couverte par l’aile. Pour ce faire, au sein d’une même grande tranche chronologique, le parcours adopte par moments une approche thématique. Gardant un point de vue justement « universel », le Louvre Abu Dhabi doit marquer une certaine souplesse dans l’utilisation des dates, notamment pour montrer que, s’il y a un mouvement global, il n’en existe pas moins des différences de rythme et d’intensité. De la même façon, le parcours unique doit trouver un juste milieu entre les notions de rupture et celle de continuité ou de tradition. En fin de compte, partant de l’aube d’une humanité conçue comme unitaire pour parvenir à une mondialisation des échanges artistiques, le parcours du Louvre Abu Dhabi se construit davantage autour de la notion de cycles que sur la linéarité de phases clairement tranchées.

20Schématiquement, le parcours se structure de la manière suivante :

  • Aile 1 : Partant de la préhistoire, on assiste à la mise en place des premières sociétés sédentaires puis à la naissance des grandes civilisations dont on suit les grandes étapes de l’évolution jusqu’à la mise en place d’empires-monde de la fin de l’Antiquité (Rome, Chine des Han, etc.). Si un certain nombre des civilisations évoquées ici ont plus ou moins disparu, les grandes constructions culturelles de la fin de la période ont eu une longue postérité, leur héritage marquant durablement les périodes ultérieures, parfois jusqu’à nos jours.
  • Aile 2 : Dans cette aile, l’art religieux s’avère plus prégnant qu’ailleurs. De nouvelles religions (christianisme, islam) s’affirment et s’étendent tandis que d’autres, plus anciennes (hindouisme et bouddhisme, par exemple), dépassent leur berceau d’origine pour toucher de nouvelles contrées. Cette diffusion des religions et des modes d’expression artistiques associés va de pair avec les routes de commerce, autre grand fait marquant de la période qui se caractérise par de nombreux échanges, mais principalement à travers des contacts de proximité d’une civilisation à l’autre.
  • Aile 3 : Le nouveau développement des échanges maritimes entraîne non seulement la mise en contact direct de civilisations jusqu’alors très éloignées les unes des autres, et par conséquent une sorte de première mondialisation, mais aussi un accroissement des connaissances et de nouveaux regards sur le monde. Dans ce monde plus ouvert, on constate cependant une forme d’équilibre entre les grandes puissances et civilisations, équilibre qui tend à se rompre à la fin de la période. Alors que, d’une manière ou d’une autre, l’artiste commence à se distinguer de l’artisan, le fait artistique prend un relief nouveau.
  • Aile 4 : La révolution industrielle – dont les modalités se déclinent selon une chronologie variable selon les parties du monde – change l’équilibre des forces en même temps qu’elle ouvre l’âge de la modernité. Le rapport au monde et à l’art (qui devient un phénomène proprement autonome) s’en trouve radicalement modifié. Si la notion de progrès est omniprésente, la modernité dans l’art se nourrit, quant à elle, de tensions parfois divergentes. Alors que l’Occident domine une grande partie de la période couverte par cette aile, la tendance change au cours du xxe siècle pour déboucher sur la mondialisation actuelle.

21Bien entendu, cette approche est confrontée à un certain nombre de limites, qui tiennent avant tout à l’économie et la disponibilité des œuvres. C’est pourquoi la version no 5 du Projet scientifique et culturel (fin 2012-début 2013) s’est attachée à construire un parcours où les différents thèmes retenus l’ont été parce qu’ils paraissaient signifiants, mais aussi parce qu’ils étaient suffisamment larges pour pouvoir s’accommoder d’œuvres différentes d’une année sur l’autre (quitte à changer de support, par exemple une estampe remplacée par une sculpture ou un objet d’art décoratif) et ainsi garantir une forme de permanence du discours, du moins pendant les dix premières années. Par ailleurs, les partis pris relèvent certes de choix intellectuels, mais ceux-ci tiennent également compte des réalités matérielles. Ainsi, certains faits historiques majeurs ne peuvent être présentés aux visiteurs à l’aide d’objets d’art et ont été écartés du discours. Parfois, les objets existent ou ont existé, mais ne peuvent être présentés dans le musée. Par exemple, peu d’œuvres africaines et océaniennes permettant d’illustrer les périodes anciennes ont été conservées. Quant aux objets précolombiens, ils sont rares dans les collections françaises et quasiment impossibles à acquérir à l’heure actuelle. Plus généralement, la réalisation de ce parcours « universel » dépend des capacités des collections publiques françaises et des opportunités du marché de l’art – surtout lorsqu’on veut garantir la dimension éthique de la politique d’acquisition (les œuvres pillées sont naturellement écartées, mais aussi celles dont la provenance n’est pas douteuse, mais insuffisamment précise).

  • 6 Laurence des Cars (dir.), Louvre Abu Dhabi, Naissance d’un musée, Paris-Abu Dhabi : Abu Dhabi Tour (...)

22Comme on le voit, concevoir un musée « universel » – aujourd’hui comme par le passé – relève de choix et de partis pris. Il ne saurait être question d’une formule, justement, « universelle », pas plus que celle-ci ne saurait être figée dans le temps. Ainsi, selon les termes de l’accord intergouvernemental, le Projet scientifique et culturel du Louvre Abu Dhabi était censé s’élaborer en quatre versions successives et il a finalement été jugé utile d’en faire une cinquième – sur laquelle s’appuie cette réflexion. Les changements survenus en 2013 dans la gouvernance du Louvre et de l’Agence France-Muséums semblent conduire à la mise en œuvre d’une sixième version. Sans que cela soit radicalement différent, il est donc possible que la présentation finale du musée (c’est-à-dire, à son ouverture) s’écarte en partie de ce qui a été exposé dans ces lignes. Pour autant, ce pari d’un nouveau musée universel a commencé à faire l’objet d’une première forme de réalisation, à travers la construction d’un premier état de la collection, conformément aux orientations du Projet scientifique et culturel : publiée intégralement (dans son état de la fin 2012), elle a été exposée à Abu Dhabi avant de l’être au Louvre. Quel que soit donc le destin de ce projet, cette exposition et cette publication6 porteront témoignage de ce qui aura été une des plus belles entreprises muséales de ce début de siècle.

Notes

1 Cette présentation reflète le travail de l’Agence France-Muséums effectué entre 2007 et le premier semestre 2013, et plus particulièrement la version no 5 du Projet scientifique et culturel, achevée à la fin 2012. Toutefois, l’ouverture du Louvre Abu Dhabi est prévue – à l’heure où ces lignes sont écrites – pour la fin de l’année 2015. Dans l’intervalle, il est possible, voire normal, que le projet évolue, conséquence des aléas du chantier, de la volonté de la partie émirienne ou du mode de gestion du côté français. Aussi est-il possible que le résultat final ne corresponde pas – ou pas totalement – à ce qui figure ci-dessous et ce sur quoi a travaillé l’auteur.

2 Du nom de la Perpetual Maritime Truce signée en 1853.

3 Durant le protectorat britannique, la roupie indienne faisait office de monnaie locale.

4 Cette proportion est plus forte à Abu Dhabi même, et encore plus à Dubaï ; elle est plus faible dans les autres Émirats.

5 Par conséquent, l’arabe n’est la langue maternelle « que » de 60 % de la population, tandis que l’anglais est pratiqué par 65 % des habitants et résidents. La population est musulmane à 70 %, mais chrétienne à près de 20 % et le reste est hindou ou bouddhiste.

6 Laurence des Cars (dir.), Louvre Abu Dhabi, Naissance d’un musée, Paris-Abu Dhabi : Abu Dhabi Tourism and Cultural Authority, Musée du Louvre, Skira-Flammarion, 2013.

© CNRS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540