Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Autopsie du musée

 | 
Agnès Callu

Figures

Émile Biasini : bâtir des Maisons de la Culture, les musées du xxe siècle

Agnès Callu

Texte intégral

  • 1 Agnès Callu, Gaëtan Picon, Esthétique et Culture [préface de Jean-François Sirinelli et postface d (...)
  • 2 Coll., Gaëtan Picon, de l’aventure littéraire à l’action culturelle, Paris, Les Indes Savantes, 20 (...)
  • 3 Ce texte a été prononcé lors de l’hommage rendu à Émile Biasini en avril 2012 au ministère de la C (...)

1Lorsque je m’engageais en 2005 dans l’académisme d’une thèse sur Gaëtan Picon1, mon intuition me guida d’emblée jusqu’à la rue Duroc chez Émile Biasini que j’avais croisé quelques mois plus tôt à La Rochelle, à l’occasion d’un colloque2. Impressionnée par sa carrière, inquiète devant la perspective d’un tempérament que j’imaginais éruptif et sans partage, je craignais, en début de projet, de l’agacer par la naïveté de mes propos ou le contresens de questions dénuées de fondements. Il m’accueillit dans un vaste bureau, non sans auparavant m’avoir montré les cimaises d’un salon lumineux sur lesquelles brillaient en sombre des œuvres de Soulages ou de Zao Wou-Ki. Puis, face à face, séparés par la seule barrière d’un enregistreur, confortés par la présence d’archives personnelles sur la validité desquelles il entendait bien m’éclairer, à l’ombre d’une bibliothèque, témoin d’une curiosité littéraire et artistique où l’éclectisme contemporain dominait, nous nous engageâmes, plusieurs semaines durant, dans une conversation aux allures biographiques : je la voulais ainsi, car elle seule me semblait pouvoir objectiver la narration personnelle que j’attendais sur Gaëtan Picon3.

  • 4 Émile Biasini, Grand travaux : de l’Afrique au Louvre, Paris, Odile Jacob, 1995.
  • 5 Notamment, cf. « Témoignage enregistré d’Émile Biasini », dans « L’œil double : d’un art à l’autre (...)

2Je ne sais s’il me dit tout alors. Il avait déjà écrit4, s’était exprimé5, beaucoup, mais il me confia :

  • 6 Entretien d’Émile Biasini avec Agnès Callu, 21 avril 2005.

Vous savez, je compte bien tout déballer, me « mettre à table », il est temps. J’ai le sentiment que vous allez m’entendre puisque vous comprenez Gaëtan Picon et que, moi aussi, à un point que vous n’imaginez sans doute pas6.

  • 7 Ibid.

3Dans un premier mouvement, refusant le cadre d’entretien proposé, il parla, sans fard, dans la brusquerie, la provocation aussi, me testant pour évaluer mes supposées barrières et prétendues connaissances. L’essai achevé : deux heures de phrases directes et elliptiques plus tard qui me laissèrent exsangue autant qu’inquiète, il me dit, amusé : « Vous tenez le choc, c’est bien : revenez mercredi prochain7. » Cette fois-là, nous discutâmes vraiment et les souvenirs, dix heures durant, surgirent dans une sincérité que jamais je n’aurais osé espérer.

  • 8 Marie-Ange Rauch, Le bonheur d’entreprendre : les administrateurs de la France d’Outre-mer et la c (...)
  • 9 Agnès Callu (dir.), Les élites culturelles locales, 1947-1989 : cartographie et sociographie, Pari (...)

4Enfant du Sud, il raconta sa famille et ses études à Aix, le choix de faire « Colo », l’Afrique du Dahomey, de la Guinée ou du Tchad qui firent de lui cet « administrateur de la brousse » qui, au début, séduisit tant Malraux8. Appelé au ministère des Affaires culturelles en construction, il y déploya sa force colossale de grand commis de l’État au service des Théâtres, de la Musique et de l’Action culturelle, changeant les rites, bâtissant, surtout, les Maisons de la culture9.

5Ces années ministérielles (1959-1960-1966) de work in progress, il faut les relire aujourd’hui en pensant à un attelage qui, loin de diminuer ou de brouiller la stature d’Émile Biasini, l’éclaire et l’humanise : Émile Biasini/Gaëtan Picon, Gaëtan Picon/Émile Biasini fonctionnant tel un « De amicitia », à la manière d’un : « Parce que c’était lui, parce que c’était moi. »

6Pour accomplir leur grand dessein, celui d’une action culturelle concrète et partagée entre tous les Français, le duo eut à : gérer les héritages, inventer la Culture contemporaine (y compris dans ses bases techno-financières) et à faire surgir de terre les Maisons de la culture.

Gérer les héritages

  • 10 Arch. nat., archives de la DGAL, DGAL 105, « Étude de réorganisation de la DGAL établie par Émile (...)

7À exprimer des formules rapides fatalement réductrices, trois types d’héritages attendaient d’être surmontés, voire surplombés : le symbolique, l’humain et le fonctionnel. L’enjeu consistait effectivement à imposer la révolution copernicienne imaginée par Malraux en ménageant les incarnations du mythe de la Quatrième République. Il y avait à supporter « l’ancienne équipe » incarnée par Jeanne Laurent, peu désireuse de laisser la place, à contourner un Jacques Jaujard « demeuré envahissant », à composer avec les « hommes du Cabinet », jaloux du lien privilégié parce qu’amical (en son commencement au moins) entretenu avec Malraux, enfin, surtout sans doute, à faire face à la Direction générale des Arts et Lettres, la DGAL, terre d’élection de la réforme à entreprendre, « qui constituait une administration routinière et sclérosée dont la médiocratisation était générale […] », Émile Biasini en fait le constat brutal dès son arrivée aux affaires10.

Inventer la Culture contemporaine

  • 11 Agnès Callu, « Gaëtan Picon ou la naissance d’un expert culturel », « Gaëtan Picon ou la naissance (...)

8Un tel défi réclamait : d’une part, la mise en place d’un mode opératoire ; de l’autre, sur cette base, une délimitation projective des périmètres d’intervention : celui de l’expert, celui du décideur11.

9Le modèle décisionnel du tandem s’impose de lui-même. Gaëtan Picon se sait pétri d’abstraction. Il se trouve donc dans l’absolue nécessité de s’adosser à un bâtisseur pour concrétiser ses visions conceptualisées, sinon sans doute demeurées purement cérébrales. Aussi bien accueille-t-il à bras ouverts Émile Biasini, envoyé par Malraux « pour lui donner un coup de main », dans la gestion d’un immense travail de terrain dont il pressent les enjeux, mais dont il ignore en totalité les pratiques et les usages.

  • 12 Jean Lacouture, « L’œil multiple de Gaëtan Picon », dans Gaëtan Picon, de l’aventure littéraire à (...)

10Il faut le reconnaître, de prime abord, Jean Lacouture le souligne, l’attelage paraît improbable entre « […] le Bordelais surgi d’une toile de Balthus et le Vauclusien qui semble sortir des vestiaires après un match de rugby […] »12.

11Cependant, c’est à l’écart du conflit, et tout au contraire sur le registre de l’empathie, de l’intime et rare connivence aux courbes harmoniques, fusionnelles même que l’exceptionnel compagnonnage se met à fonctionner.

12Émile Biasini le résume en synthèse :

  • 13 Émile Biasini, Grand travaux : de l’Afrique au Louvre, op. cit., p. 135 et entretien d’Émile Biasi (...)

[…] Je fus son Vendredi. Sept années durant, Gaëtan Picon et moi, nous vécûmes la plus insolite des aventures en contact quotidien, nos bureaux mitoyens, en permanente prise directe jusqu’à devenir comme les doigts d’une seule main. Qui faisait quoi ? […] Ensemble, nous faisions, Gaëtan pensait, je faisais […]13.

13C’est pourquoi, le binôme Biasini/Picon – vite détesté, car envié : les jaloux y voient la force de proposition qu’il incarne, soit l’alliance entre Invention et Pratique, Idéologie et Tactique, Théorie et Usages, et, dans l’imposante stature d’Émile Biasini une « botte de Nevers » heureusement trouvée par Gaëtan Picon pour éviter l’étrillage que sa seule cérébralité lui réserve – est plus que solide, il est solidaire. Au-delà d’août 1966 et de la démission commune, par-delà l’univers feutré de la rue Saint-Dominique, les deux hommes demeurent intellectuellement unis dans l’action par l’admiration réciproque de compétences d’emblée ressenties complémentaires.

14L’organisation des périmètres est évidente puisque, intelligente, elle intègre et capitalise la puissance de chacun.

  • 14 Philippe Urfalino, L’invention de la politique culturelle, Paris, Hachette Littératures, 2004.

15Picon, de son côté « pense la culture ». Et Malraux, l’invitant à le rejoindre à la tête de la DGAL en 1959, sait exactement ce qu’il fait, puisque, depuis la fin des années 1930, il est le témoin oculaire privilégié de la construction du concept culturel de Picon autour de la triangulation notionnelle ardue que ce dernier dessine entre Culture, Connaissance et Civilisation dès 1937, mue, éclairée par Nietzsche. En 1959, Malraux sait donc que son ami philosophe va donner du souffle et de la perspective à la mise en œuvre d’une Culture à la fois refondée autour de l’héritage historique et espérée par eux deux, en propre, contemporaine. Et il ne se trompe pas, car c’est ce que fait Picon, esthéticien, lorsqu’il théorise la Culture : en 1960, à Béthune, il pose les prodromes de son grand dessein en avançant l’intrication des liens entre « la Culture et l’État » ; en 1962, au Havre, sous les mots d’un discours intitulé « Culture et Création », il précise l’articulation biconceptuelle du titre, pour lui déterminante ; en 1966, à Amiens, il échafaude, « en dur » et sur le temps long, « l’invention d’une politique culturelle »14.

16Émile Biasini, en toute logique, est mis aux commandes des réformes infrastructurelles. Et, très clairement, la paternité de la mise en chantier des réformes de la DGAL lui revient. Bien sûr, le soir, dans l’ombre de la rue Saint-Dominique, à l’heure du dîner ou encore dans les allées du Palais-Royal, sous l’œil de Malraux qui les observe depuis sa terrasse, Picon, en confiance, partage avec Émile Biasini ses idées, trace des orientations, envisage les contours d’une politique culturelle. Mais, il déverse l’ensemble, à sa manière, dans l’abstraction de ses visions et par un langage qui, toujours conceptuel, puisant aux sources philosophiques, ignore le passage au concret et toute matérialité.

17Que fait Émile Biasini ? Il convertit. Il modifie donc les cadres. Alors qu’il reviendra à Pierre Moinot devenu directeur de la DGAL en remplacement de Gaëtan Picon en octobre 1966, de rendre en décembre 1967 un rapport sur la réorganisation de la Direction générale et que cette dernière sera supprimée très officiellement en 1969, Émile Biasini bataille, dès janvier 1960, en faveur d’une structuration des services de ladite Direction. Il milite essentiellement pour la création d’une plateforme administrative sous-tendant « l’Action culturelle ». C’est dire qu’il souhaite voir organisé par l’État, « […] le rapprochement des citoyens avec la création et la recherche contemporaines […] », qui soit incarné par les « Maisons de la Culture », et qu’a ce grand projet de Malraux et Picon, il veut assortir des budgets supplémentaires autant qu’une augmentation durable en personnel.

  • 15 Entretien d’Émile Biasini avec Agnès Callu, 12 mai 2005.

18Émile Biasini se bat donc, sans discontinuer, pour l’obtention de plus de moyens et une clarification des organigrammes : il parvient, à partir de 1962, à la mise en place de la nouvelle organisation « titanesque-biasiniesque »15 (sic) : la DGAL fonctionne, mieux, moins mal au moins, sur une architecture désormais à quatre étages pilotés par : une Direction du Théâtre, de la Musique et de l’Action culturelle, les services de la Création artistique, les services de l’Enseignement artistique, la Direction des musées de France.

  • 16 Bernard Beaulieu et Michèle Dardy, Histoire administrative du ministère de la Culture, 1959-2002, (...)
  • 17 Émile Biasini, Grand travaux : de l’Afrique au Louvre, op. cit., p. 141.

19Mais par-delà les réformes de l’administration centrale16, Émile Biasini exhorte Picon à « tenter le terrain » avec lui, sur le modèle protohistorique dernièrement imaginé à Fort-Lamy en accord avec Le Corbusier. Et Picon se prête au jeu, suivant avec passion et admiration, les réalisations de son « double » qui, bâtisseur inspiré, commence à construire, partout en France, les fondations d’une politique inventée ensemble. De sorte que tandis que l’un, dans le cerne obscur de ses pensées philosophiques, échafaude les conditions intellectuelles d’un ordre culturel hanté par la Création et matérialisé par les Maisons de la Culture, l’autre, appliquant « la bonne vieille méthode de brousse : la tournée, le contact, la palabre »17, s’emploie à traduire, au réel, les jaillissantes idées du premier, veillant, dans le « faire », à ne jamais altérer l’idéal d’excellence postulé aux fondements.

20Entre 1960-1961 et 1966, alors même que le socle nécessaire à un « après », structuré et raisonné, est déjà fermement élaboré et qu’en 1965, l’inspecteur des Finances Robert Lion avait rendu un rapport très positif sur les Maisons de la Culture, la visibilité de l’Action culturelle – reçue comme « anarchique » – est cependant quasi nulle. Effectivement, le projet « Action culturelle » demeure presque enfermé dans les seules emprises de la rue de Valois jusqu’au double départ de Picon et d’Émile Biasini. Les deux hommes, surtout depuis le début de l’année 1966, sont comme maintenus en lisière et les relations se sont considérablement envenimées entre eux et Malraux depuis que s’amorce « l’affaire Landowski ». Il n’est donc pas à l’ordre du jour, pour le Cabinet, de leur faire, sinon de la publicité, au moins de leur offrir une surface d’exposition valorisante du côté des « décideurs » de Matignon et, a fortiori, de ceux de l’Élysée.

  • 18 Agnès Callu, Gaëtan Picon : Esthétique et culture, op. cit., p. 411-420.

21Dans les faits, la transmission de l’information matricielle vers « le sommet », celle qui autorise le changement de cap décisif, prend la trajectoire suivante18. En janvier 1966, Malraux, compilant les initiatives et résultats de la politique signée Picon-Biasini, produit une note de synthèse intitulée « Une politique de la Culture » qui remonte à la présidence de la République. Elle est d’abord étudiée par le Secrétariat général de l’Élysée, « réactif » au dossier « Culture » en la très efficace personne de Jean Maheu, puis, un an plus tard, début 1967, elle est portée directement à la connaissance du général de Gaulle qui écrit :

[…] J’ai lu de près la note de M. Malraux et le commentaire de notre Secrétariat général au sujet d’une politique de la Culture. J’ajoute que le moment vient où il faudra que notre régime marque la Culture française à tous égards, […] les Maisons de la Culture, devant avoir, à mon avis, la priorité.

  • 19 Émile Biasini, Grand travaux : de l’Afrique au Louvre, op. cit., p. 152 et entretien d’Émile Biasi (...)

22En sorte que, s’il est communément admis que les rénovations d’amplitude nationale datent de 1967, il n’en est pas moins vrai que la théorisation de l’impulsion et l’impulsion elle-même – la première : originelle et originale – sont à inscrire dans la période temporelle antérieure. C’est pourquoi la protohistoire des Maisons de la Culture, celle des années 1961-1966, mérite d’être immédiatement portée au crédit du tandem Picon-Biasini. Ce dernier rapporte que Les Lettres françaises, sous une plume communiste, le décrivaient alors comme « le promoteur immobilier » des Maisons quand Gaëtan Picon en était « l’architecte-concepteur »19.

  • 20 Arch. nat., archives des services de la présidence de la République, 1959-1969, « Affaires culture (...)

23En mars 1966, Émile Biasini, dans un rapport bilan – testamentaire faudrait-il dire ? – à son ministère de tutelle, expose un état de situation fidèle de ce que lui et Gaëtan Picon sont parvenus à mettre en œuvre depuis la « charte » dite de Béthune20. En liminaire, il rappelle la base, soit le projet esthétique piconien, façonné autour de la notion d’œuvre d’art, présente, héroïque presque.

24Ensuite, il souligne la double « déconcentration » nécessaire à opérer : celle « géographique » pour « réduire le privilège absolu de Paris » et obtenir que « les biens de la Culture se rapprochent physiquement des Français là où ils se trouvent » ; celle « sociale » pour que lesdits biens « deviennent accessibles à tous ».

25Il définit après la fonction humaniste des Maisons de la Culture :

[…] La Maison de la Culture consiste dans le rassemblement architecturalement harmonieux des moyens techniques propres à assurer dans tous les ordres culturels les possibilités de création et de diffusion au bénéfice du plus grand nombre ; elle propose, d’un ordre culturel à l’autre, une tentation spontanée suscitant de nouvelles motivations d’intérêt […].

26Devant la pertinence de la pionnière Maison du Havre, Émile Biasini avait souligné, dès 1965, dans une note connexe élaborée main dans la main avec Gaëtan Picon, l’excellence prometteuse du modèle berruyer. En effet, la Maison de la Culture de Bourges, ouverte en octobre 1963, inaugurée solennellement par Malraux en avril 1964, fonctionne avec l’aide de l’État qui finance à 50 % la construction du bâtiment et participe pour 50 % au fonctionnement de la structure. Pendant la saison 1963-1964, plus de 50 300 spectateurs ont assisté à 100 manifestations présentées au rythme de 10 par mois (non compris les expositions). Émile Biasini se montre très satisfait d’une organisation qui réussit le challenge de la polyvalence :

[…] La caractéristique essentielle de la Maison de la Culture de Bourges est d’être constamment vivante, comme un carrefour d’idées et d’échanges. Pour la première fois, les divers ordres culturels sont ainsi associés dans une permanente confrontation et mêlés aux éléments du bien-être quotidien. La première des vertus que les usagers lui reconnaissent, c’est de s’y trouver chez eux. Mais ils y rencontrent aussi Molière, Braque, Debussy…

27Émile Biasini dresse en mars 1966 un tableau, au final, très encourageant. Fonctionnent d’ores et déjà – portées par des hommes de théâtre, comédiens, metteurs en scène et/ou scénographes –, en plus de Bourges (avec Gabriel Monnet) et du Havre (emmené par Marc Netter), les Maisons de la Culture de Caen (autour de Jo Tréhard) et d’Amiens (dirigée par Philippe Tiry) ainsi que le Théâtre de l’Est parisien (TEP) incarné par la Guilde de Ménilmontant (conduite par Guy Rétoré). Thonon et Firminy, « de type plus réduit et de vocation locale », sont sur le point d’être ouvertes. En chantier, s’inscrivent Saint-Étienne, Rennes, Nevers et Reims et sont programmés, sur le court terme, Angers et Grenoble. Figurent encore, au titre de l’étude, les sites de Besançon, Bordeaux, Brest, Chalon-sur-Saône, Chambéry, Clermont-Ferrand, Longwy, Lyon, Marseille, Metz, Nanterre-Créteil, Nantes, Pau, Strasbourg et Valenciennes.

28Dans sa conclusion, en très dynamique directeur, Émile Biasini se montre donc confiant pour l’avenir des Maisons de la Culture qu’il voit soutenues par la politique et les crédits du Ve Plan :

[…] L’implantation doit être parfaite de façon à assurer la couverture de l’ensemble du territoire, avec un nombre prévu de 10 établissements à rayonnement national, 25 à rayonnement régional, à quoi s’ajoutera un certain nombre de Maisons de la Culture à rayonnement local, intermédiaires entre les grands centres de rayonnement et les maisons des jeunes et autres établissements socioculturels […].

29De fait, malgré l’échec semi-relatif, en longue durée, des Maisons de la Culture, les « Biasini-Picon », comme un temps on les surnomma, ont relevé le gant et remporté la manche. Avec eux et épaulés par les premières implantations issues de « la génération Jeanne Laurent », à l’écart des prototypes proches de l’éducation populaire surgis en 1934-1936, se concrétise un modèle d’exception culturelle « à la française », fondé sur les valeurs d’une démocratisation « nouvelle vague ». Il est original dans ses postulats créatifs visant l’excellence ; inventif, il s’affirme de surcroît sensible à la redistribution équitable des richesses de « la Culture des cultures » quand il se propose d’irriguer l’ensemble de l’Hexagone pour toucher tous les Français.

30L’épopée duelle s’arrête cependant à l’été 1966, car Émile Biasini et Picon « sautent » – beaucoup de ceux qui témoignent utilisent la périphrase. Pourquoi ? Comment ? L’affaire Landowski/Boulez, évidemment. Mais l’enracinement du conflit est plus ancien. C’est vrai, autant ensemble que pris séparément, les deux amis sont au ministère au cœur de la tempête. On l’a vu, le tandem, au début, « sous le règne » de Georges Loubet, puis, après « l’interlude Holleaux », de façon très accrue, avec le Cabinet Antoine Bernard, n’a pas la faveur des puissants. Tandis que tous deux impriment la marque d’une action culturelle offensive, ils sont mis à l’index, objets d’une jalousie sans limites. Aussi bien, « l’affaire Boulez » a-t-elle tout d’un compte à régler et tombe à point pour, d’un coup, se débarrasser de deux fâcheux.

31Dans l’épreuve, les deux hommes, dans un premier mouvement, ne subissent pas le même sort. Picon, sans avocat, est abandonné par Malraux.

32Émile Biasini, lui, conserve des appuis. En effet, Jean Maheu est désireux de sauver le directeur de l’Action culturelle, « malgré Picon » :

[…] M. Biasini a eu une conduite maladroite au moment de la mise en place du nouveau service de la musique et son hostilité à la nomination de M. Landowski a pu légitimement irriter le ministre. Il reste que M. Biasini est un administrateur remarquable qui, dans un ministère où cette qualité n’est pas courante, a su, en cinq ans à peine, mettre en place de toutes pièces les éléments d’une nouvelle dimension de l’action de l’État dans le domaine culturel, c’est-à-dire, l’Action culturelle […].

  • 21 Ibid., p. 489-496.

33Quoiqu’il en soit, la messe est dite et, un soir d’août 1966, se ferment, pour Gaëtan Picon et Émile Biasini, sept années aux Affaires culturelles. Picon est la victime désignée d’une farce tragi-comique consistant, au ministère, à éliminer d’abord le très intelligent Biasini, jugé « caïdal » et, « plus haut », à faire définitivement taire les frémissantes envies de novations de la part d’un Malraux, toujours suspecté de croire aux bienfaits d’un élitisme culturel exigeant, postulat partagé dans la constance avec Gaëtan Picon. Mais, pour un temps, avant l’arrivée prédominante de Georges Pompidou aux affaires, un pas différent est désormais prescrit : il consiste, utile, mais plus conventionnel, à préconiser l’extension d’une Culture populaire. Dès lors, le rassurant et bon pédagogue Pierre Moinot, est désigné d’office21.

34« Grillé » (sic), Émile Biasini le dit de lui-même, il retourne aux Finances, puis à l’ORTF, en Aquitaine, où avec l’ami bordelais Picon, toujours, il tente en 1973 – sans succès, hélas ! – une « Villa Médicis » au sein de laquelle les amis communs, de Jean-Louis Barrault à Boulez, pourraient « créer ». La seconde moitié des années 1980 et la confiance de François Mitterrand lui assurent des chantiers, hors d’échelle, mais à sa mesure. Les années 2000 l’inscrivent encore au sommet de la Maison des Cultures du Monde.

  • 22 Entretien d’Émile Biasini avec Agnès Callu, 6 juin 2005.

35Cette trajectoire de haut fonctionnaire, Émile Biasini accepta de la re-parcourir devant moi, avec moi, jamais à la manière d’une réussite sociale, ni, ailleurs, sur le registre de l’amertume. Il raconta, me lit ses lettres, celles des autres, se souvint, pour moi, d’un instant, d’une couleur, d’un échange, d’une émotion. Notre amitié – j’ose la nommer ainsi – se poursuivit bien au-delà de 2005. En avril 2011, je lui demandais pourquoi il m’avait tendu la main et ne cessait depuis de le faire. Il me répondit : « J’ai toujours aimé la compagnie de Gaëtan Picon et j’ai rêvé avec lui des Maisons de la Culture, ces nouveaux musées du xxe siècle. À travers vous, je l’ai revu, relu, compris une dernière fois22. »

Notes

1 Agnès Callu, Gaëtan Picon, Esthétique et Culture [préface de Jean-François Sirinelli et postface d’Yves Bonnefoy], Paris, Honoré Champion, 2011, Prix Chaix d’Est Ange, Agnès Callu, Admirable tremblement du temps de Gaëtan Picon, [avec Yves Bonnefoy, Francis Marmande, Philippe Sollers, Bernard Vouilloux], Paris, L’Atelier contemporain, 2015, Agnès Callu, Gaëtan Picon, Les Lettres et les Arts : dans l’atelier de la création [préface de Jean-Michel Leniaud], Paris, Honoré Champion, 2016.

2 Coll., Gaëtan Picon, de l’aventure littéraire à l’action culturelle, Paris, Les Indes Savantes, 2007.

3 Ce texte a été prononcé lors de l’hommage rendu à Émile Biasini en avril 2012 au ministère de la Culture.

4 Émile Biasini, Grand travaux : de l’Afrique au Louvre, Paris, Odile Jacob, 1995.

5 Notamment, cf. « Témoignage enregistré d’Émile Biasini », dans « L’œil double : d’un art à l’autre », Paris, IMEC, 2011.

6 Entretien d’Émile Biasini avec Agnès Callu, 21 avril 2005.

7 Ibid.

8 Marie-Ange Rauch, Le bonheur d’entreprendre : les administrateurs de la France d’Outre-mer et la création du ministère des Affaires culturelles, Paris, La Documentation française, 1998.

9 Agnès Callu (dir.), Les élites culturelles locales, 1947-1989 : cartographie et sociographie, Paris, Éditions du CNRS, [à paraître fin 2017].

10 Arch. nat., archives de la DGAL, DGAL 105, « Étude de réorganisation de la DGAL établie par Émile Biasini », avril-septembre 1960. Voir son état définitif, en une synthèse de 15 p., reprographié et diffusé à l’automne 1962, cf. Émile Biasini, « Action culturelle An I, 1961-1962 », Paris, Ministère des Affaires culturelles, octobre 1962.

11 Agnès Callu, « Gaëtan Picon ou la naissance d’un expert culturel », « Gaëtan Picon ou la naissance d’un expert culturel », dans Experts et décideurs culturels au xxe siècle (Jean-Michel Leniaud et François Monnier, dir.), EPHE, 2013, p. 91-96.

12 Jean Lacouture, « L’œil multiple de Gaëtan Picon », dans Gaëtan Picon, de l’aventure littéraire à l’action culturelle, Paris, Les Indes savantes, 2007, p. 74.

13 Émile Biasini, Grand travaux : de l’Afrique au Louvre, op. cit., p. 135 et entretien d’Émile Biasini avec Agnès Callu, 6 juin 2005.

14 Philippe Urfalino, L’invention de la politique culturelle, Paris, Hachette Littératures, 2004.

15 Entretien d’Émile Biasini avec Agnès Callu, 12 mai 2005.

16 Bernard Beaulieu et Michèle Dardy, Histoire administrative du ministère de la Culture, 1959-2002, Paris, La Documentation française, 2002.

17 Émile Biasini, Grand travaux : de l’Afrique au Louvre, op. cit., p. 141.

18 Agnès Callu, Gaëtan Picon : Esthétique et culture, op. cit., p. 411-420.

19 Émile Biasini, Grand travaux : de l’Afrique au Louvre, op. cit., p. 152 et entretien d’Émile Biasini avec Agnès Callu, 12 mai 2005.

20 Arch. nat., archives des services de la présidence de la République, 1959-1969, « Affaires culturelles », 5 AG 1 [Élysée] 90, note d’Émile Biasini, 14 mars 1966 [transmise à l’Élysée, en copie, en octobre 1966].

21 Ibid., p. 489-496.

22 Entretien d’Émile Biasini avec Agnès Callu, 6 juin 2005.

© CNRS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540