Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Autopsie du musée

 | 
Agnès Callu

Figures

À la Direction des musées de France1

Jacques Sallois

Texte intégral

  • 1 Les notes manuscrites très sommaires à partir desquelles je me suis exprimé en février 2012 dans l (...)

1Il ne fut pas simple de quitter les confortables fonctions de délégué aux affaires internationales du groupe de la Caisse des dépôts, pour laquelle je sillonnais l’Europe et le monde. Ma vieille passion pour les musées, contractée très tôt et entretenue sans relâche, n’avait certes pas faibli. À la Caisse des dépôts comme à la Délégation interministérielle à l’aménagement du territoire et à l’attractivité régionale (DATAR), je n’avais cessé de saisir toutes les occasions que m’offraient mes déplacements professionnels, pour les voir et les revoir. Je me rappelle encore la surprise du préfet de l’Aveyron lorsque, préparant une mission difficile à Decazeville, je lui demandais de me réserver un moment pour découvrir le musée Fenaille à Rodez, alors fermé.

  • 2 Aujourd’hui quai François Mitterrand.

2La passion l’emporta donc sur le confort. Mais le franchissement de la Seine, de mon bureau du quai Anatole France à celui, non moins prestigieux, du quai, alors des Tuileries2, ne fut pas de tout repos. Avant que je puisse engager quatre chantiers majeurs, quatre crises majeures m’y attendaient.

Quatre crises majeures

3Je savais que la première d’entre elles était ouverte et qu’elle était au cœur des problèmes de réorganisation que j’aurais à gérer. Mais je n’imaginais pas qu’il y en aurait quatre à la fois.

Une grève

4Pour le directeur des musées, alors également président de la Réunion des musées nationaux, la gestion sociale des personnels des deux maisons – étroitement imbriqués – était particulièrement sensible. Les effectifs étaient importants et les grèves immédiatement visibles. Les centrales syndicales le savaient et en jouaient. Dès mon arrivée, je retrouvais donc les réunions de négociations que j’avais pratiquées naguère comme directeur de cabinet : les affrontements et les proclamations convenues des syndicats ; les réunions diurnes et nocturnes où l’écoute et la patience sont essentielles ; les négociations avec le ministère de la Culture d’une part et Bercy d’autre part. Bref, l’entrée en matière ne fut pas franchement artistique. Mais je parvins, après quelques semaines tendues, à pacifier non sans mal la situation.

Des vols

  • 3 Au demeurant lettré et poète distingué.

5La négociation était en cours quand, depuis Dunkerque, où je présidais un jury d’architecture, j’appris que deux vols venaient de se produire à deux heures d’intervalle, au Louvre et au musée Hébert. Rentré dans la nuit et après un bref échange avec le ministre, je préparai quelques décisions un peu fortes que je déclinai devant une forêt de micros et de caméras du monde entier. Deux semaines plus tard, un nouveau vol se produisit, j’obtins alors de Pierre Joxe, ministre de l’Intérieur, la mise à disposition d’un inspecteur de police qu’il m’avait précédemment refusée. Je lui avais rappelé qu’en 1911, lors du vol de La Joconde, le président du Conseil Joseph Caillaux avait remplacé le directeur des musées par un haut gradé des services de sécurité et que j’étais en fonction depuis trop peu de temps pour que la formule soit reprise. Conseillé par deux spécialistes – j’obtins le concours du président du Crédit lyonnais et du patron des magasins du Printemps –, l’inspecteur de police Maurice Gravaud3 anima une très efficace mission de sécurité.

6Deux ans plus tard, le remarquable travail de l’Office central de recherche des vols d’œuvres d’art permit de retrouver les tableaux. Une conférence de presse, soigneusement préparée avec Mme Mireille Ballestrazzi, directrice de l’Office central de la répression des vols d’œuvres et d’objets d’art (OCRVOOA), ne rassembla que deux journalistes… J’avais déjà eu l’occasion, à la DATAR, de constater que, pour recueillir l’attention des médias, il valait mieux annoncer de mauvaises nouvelles plutôt que des succès trop évidents…

Le « marché unique » et la circulation des œuvres d’art

  • 4 Mon collègue Philippe Limouzin-Lamothe, conseiller-maître honoraire à la Cour des comptes lui a su (...)

7La mise en œuvre de la libre circulation des biens et services, dans le cadre du marché unique européen décidé par le traité de Maastricht, réservait le cas des armes, des drogues et des œuvres d’art. Rien n’avait été préparé, en France, en ce qui concerne ces dernières. C’était d’autant plus inquiétant que cette perspective mettait directement en danger le système en vigueur. Forts de crédits d’acquisition en sensible progrès, les conservateurs avaient en effet pris l’habitude d’arrêter en douane, au prix déclaré par l’exportateur, les œuvres qui leur paraissaient de nature à enrichir leurs collections. Directeur de cabinet, j’avais visité à plusieurs reprises, près de la place de la République, les locaux de douanes où étaient présentées les œuvres proposées à l’exportation. Un conteneur entier de bronzes en partance pour le Japon m’avait péniblement impressionné. Percevant l’angoisse des conservateurs et la nervosité du marché de l’art, je constatais que la direction n’avait ni information sur l’état des échanges ni réflexion sur la ligne à tenir. Je suggérai donc au ministre de la Culture, Jack Lang, de créer un observatoire du mouvement des œuvres d’art rassemblant les services de la direction, les conservateurs et les professionnels du marché de l’art. Je lui proposai également d’en confier la présidence à André Chandernagor4 qui venait de quitter la première présidence de la Cour. Ancien ministre des Affaires européennes, il saurait nouer avec les services de Bruxelles, autant qu’avec les ministères compétents à Paris, le dialogue nécessaire. Je découvris seulement après coup qu’il fréquentait depuis longtemps les ventes aux enchères. Les débats qu’il organisa avec talent et les négociations engagées confirmèrent que notre système devrait s’adapter.

8Il nous fallut rechercher un consensus minimum sans lequel aucun système ne pourrait fonctionner durablement. À Bruxelles, nous devions manœuvrer contre les pays attachés à la libre circulation sans restriction tout en rassemblant ceux, dont nous étions, qui souhaitaient garder un minimum de contrôle. Au terme de plusieurs mois de négociation, un compromis se fit sur l’établissement de seuils de valeur différents selon la nature des œuvres, au-dessus desquels serait maintenue une demande d’autorisation de sortie du territoire communautaire. À Paris, il importait de trouver un équilibre entre les exigences légitimes des conservateurs et celles des marchands qu’il n’était pas judicieux de contrarier. Une loi du 31 décembre 1992, votée après « arrêt de la pendule » au début de 1993, prévoyait que l’octroi d’un certificat de circulation pouvait être refusé pendant trois ans si l’œuvre était considérée comme un trésor national, afin de donner le temps de réunir les fonds nécessaires à son acquisition. Cette solution fut évidemment critiquée des deux côtés. Les marchands contestaient le niveau ridiculement bas des seuils, les conservateurs les jugeaient scandaleusement hauts et le délai de trois ans déplorablement court. Ils ne manquèrent pas de le dire haut et fort – et de l’écrire. C’est pourtant l’équilibre qui, à peu de chose près, dure encore.

Les « MNR »

9Dès l’été 1990, plusieurs lettres de descendants de familles juives déportées attirèrent mon attention sur la situation d’œuvres acquises de gré ou de force par l’occupant, récupérées après la guerre et conservées dans les musées. Il me fallut beaucoup interroger pour commencer à comprendre la situation de ces œuvres que seul désignait le sigle « MNR » (Musées nationaux récupération). Sans retracer ici une histoire complexe qui a été depuis maintes fois décrite, je finis par constater deux éléments essentiels. D’une part, après consultation de la Chancellerie, j’eus la confirmation que les œuvres en cause avaient été simplement confiées aux musées afin qu’ils les exposent pour faciliter la recherche de leurs propriétaires. Par ailleurs, la bibliothèque du Louvre conservait les archives dites « Rose Valland » du nom de la personne courageuse qui avait suivi le rassemblement des œuvres par les services allemands.

10Comprenant rapidement que personne n’était en mesure ni vraiment désireux de les traiter, je décidai, avec mon adjoint Alain Erlande-Brandenburg qui m’avait éclairé, de les transférer au Quai d’Orsay afin qu’elles fussent exploitées par le service des archives diplomatiques, infiniment mieux équipé et disposé. Je demandai ensuite les inventaires des œuvres détenues par l’ensemble des musées. Faute de réponse, je préparai une circulaire rappelant que « récemment les questions soulevées par le sort des biens spoliés pendant la dernière guerre ont retrouvé une acuité nouvelle » et que « la direction des musées de France participe à ce mouvement de clarification des problèmes liés à cette douloureuse situation ». De nouveau, en dépit de nombreux rappels, je ne reçus aucun écho. Par une nouvelle circulaire que je rédigeai au creux de l’été, le 12 août 1993, j’exigeai pour le 25 septembre suivant « la description des œuvres conservées, la liste des périodes d’exposition permanente ou temporaire de chacune d’entre elles depuis 1951, la liste de celles qui avaient été restituées depuis la même date ainsi que les demandes de restitutions en cours ».

11Encore une fois, ma demande resta sans réponse. Les quelques bribes de listes que je parvins à obtenir me convainquirent qu’au-delà de l’inégale bonne volonté des conservateurs, les inventaires des œuvres qui avaient été très largement réparties dans les musées « de province » n’étaient ni rigoureusement tenus, ni régulièrement récolés. Il fallut, après ma sortie de fonctions, l’intervention plus insistante encore de la Cour, puis la création de la commission Mattéolipour que le problème des inventaires des MNR, des dépôts et de l’ensemble des collections fût enfin pris en compte.

12La gestion des crises, prévues ou inopinées, a souvent justifié le lancement de chantiers de réforme qui ont contribué à orienter durablement l’évolution du monde des musées de France.

Quatre chantiers majeurs

La réorganisation de la Direction des musées de France

13Bien que qualifiée « des musées de France » depuis l’après-guerre, la direction restait en fait la juxtaposition d’une direction des musées nationaux et d’une « inspection des musées de province ». La première assurait l’intendance des musées nationaux en gérant leurs personnels et leurs moyens sans intervenir beaucoup, finalement, sur leur orientation. La seconde inspectait peu, mais soutenait activement de ses conseils et surtout de ses subventions, devenues importantes au cours de la dernière décennie, les musées dits « classés et contrôlés ». Les musées « classés » étaient placés sous la direction de conservateurs d’État mis à disposition des collectivités locales tandis que les critères d’inscription sur la liste des musées « contrôlés » restaient incertains. Cette situation était à l’évidence inadaptée aux perspectives d’autonomisation des musées nationaux et de décentralisation des collectivités locales.

14Après une longue concertation interne, un arrêté du 6 août 1991 modifia profondément ce schéma. La direction était délestée de ses tâches de gestion directe au profit des musées nationaux qui étaient érigés en établissements publics (au Louvre, en premier lieu) ou réorganisés en services à compétence nationale, ou qui bénéficiaient au moins de l’affectation d’un secrétaire général. Mais, afin d’assumer ses missions d’orientation, elle était organisée en cinq départements et un service de l’inspection exerçant leurs compétences en direction de l’ensemble des musées, qu’ils relèvent de l’État ou des collectivités locales. Outre le département des Affaires administratives et financières, un département avait vocation à être compétent pour les personnels de l’État (dont la gestion quotidienne devait être déconcentrée) et ceux des collectivités locales (en ce qui concernait les statuts et les effectifs globaux). Un département de la Muséographie et des Équipements intervenait lui aussi en direction de tous les musées. La création d’un département des Publics constituait une profonde novation. Il existait bien une petite et valeureuse équipe animée par quelques militantes de la médiation culturelle. Mais il s’agissait, pour la première fois dans une direction du ministère de la Culture – et je m’en voulais de n’y avoir pas pensé quelques années plus tôt –, de définir une vraie politique de promotion et de suivi de l’accueil et des tarifs.

15Enfin, et c’était à vrai dire pour moi l’essentiel, un département des collections succédait à un bureau des prêts et dépôts. Il s’agissait, cette fois, d’affirmer clairement la vocation de l’administration à intervenir non seulement comme greffier enregistrant les décisions individuelles ou collectives des conservateurs, mais aussi pour organiser la définition et le suivi des modes de gestion des collections. Les vols aussi bien que la question des MNR m’avaient révélé les graves carences des musées français en matière de sécurité, mais également de tenue et de récolement des inventaires. Il s’agissait aussi, au-delà de ces deux priorités, d’articuler la hiérarchie de la bonne gestion des collections en rappelant notamment la nécessité de subordonner l’affectation des crédits d’acquisition à la mise en œuvre de programmes cohérents de restauration et de conservation préventive.

  • 5 Par Georges-Henri Rivière.

16Je dois hélas reconnaître qu’en dépit de mes efforts, les résultats ne furent pas immédiats. Le chantier de la numérisation des collections en était à ses balbutiements et, faute d’avoir obtenu la mise au point d’une circulaire sur les inventaires, j’en fus réduit à diffuser le seul texte disponible, encore très insuffisant, qui avait été élaboré dans les années 19505.

Le statut des collections

  • 6 Article 6 de la loi du 22 juillet 1983.

17Mettre les collections au cœur des préoccupations de la Direction conduisait logiquement à poser la question de leur statut. La législation, non plus que la rare jurisprudence, ne garantissaient guère le principe de leur inaliénabilité pourtant au cœur de la tradition française de la conservation. On n’imaginait certes pas une mise en cause du principe par l’État. Mais la décentralisation, singulièrement renforcée en 1983, affirmant que les collectivités locales étaient désormais libres de créer et de gérer leurs musées6, comportait des risques que nous ne pouvions ignorer. Le développement d’une idéologie libérale prônant le « tout marché » et visant la remise en cause de toutes ses entraves ne faisait que renforcer ces craintes. J’étais persuadé pour ma part que l’inaction assortie du déni du risque autant qu’une illusoire proclamation unilatérale de l’inaliénabilité devaient être l’une et l’autre écartées. Restait à trouver une formule à la fois protectrice, réaliste et cohérente avec notre tradition juridique.

18De façon assez inattendue, c’est une visite à Londres des services de la Museums and Galleries Commission qui m’inspira une possible solution. Cet organisme autonome, mais doté de pouvoirs d’intervention, mettait au point un schéma consistant à attribuer aux musées des labels conditionnant l’accès aux financements publics en général et à ceux, espérés alors, de la loterie nationale. Notre premier projet, préparé dès 1991, proposait de définir une appellation « musées de France » garantissant l’inaliénabilité aux collections qui y seraient conservées en contrepartie de quelques exigences (notamment concernant la présence de personnel scientifique et la tenue des inventaires). Le projet chemina pendant plus de deux ans et finit par être adopté lors du dernier conseil des ministres du gouvernement Bérégovoy, en février 1993. C’était évidemment un peu tard pour garantir sa pérennité, mais je tenais absolument à planter un jalon sur une route dont j’étais persuadé qu’elle serait longue en tout état de cause.

  • 7 Le Figaro Magazine, s. l. n. d.

19De fait, Jacques Toubon, nouveau ministre de la Culture et sensible aux inquiétudes de certains conservateurs, décida de mettre en chantier un projet plus « jacobin ». Je repris loyalement la démarche interministérielle avec un cabinet du Premier ministre qui ne cachait pas sa préférence pour le projet précédent. Un article de presse7 accusant ce nouveau projet de vouloir « nationaliser les collections privées » conduisit le gouvernement à arrêter la démarche. Il fallut attendre quelques années pour qu’elle soit reprise, comme je le pensais nécessaire, dans le cadre d’une longue concertation parlementaire. Elle aboutit à la « loi musées » de 2002 dont l’équilibre est finalement assez proche du premier projet adopté dix ans plus tôt.

Un « projet culturel pour chaque musée »

  • 8 De 1972 à 1981.
  • 9 De 1981 à 1984.

20J’avais été frappé, au cours de mes dix années de contrôle du ministère depuis la Cour des comptes8 et de mes trois années de direction du cabinet9, de constater que la plupart des institutions culturelles n’estimaient pas nécessaire de formaliser leur projet culturel. Et que l’État se gardait d’ailleurs de l’exiger. La situation était particulièrement caractéristique dans le domaine des musées. Les musées nationaux, et d’abord les plus grands d’entre eux, s’étonnaient même que la question puisse se poser. « Nous sommes là depuis deux siècles », estimaient-ils, « cela suffit à orienter notre démarche ».

  • 10 Jacques Sallois, Les musées de France, PUF (Que sais-je ?), troisième édition (1995), p. 81 (quatr (...)

21Les choses avaient cependant commencé à changer du côté des musées des collectivités locales. L’inspection des musées subordonnait progressivement les concours de l’État à la production de projets qui ne se limitaient plus à quelques documents de programmation architecturale. Peu à peu, l’idée s’imposa que « grand ou modeste, national ou local, public ou privé, tout musée doit s’interroger sur sa vocation, l’évolution de ses collections et de son public, son rôle dans la ville et la région, sa place sur la scène nationale et internationale – bref, définir son « projet scientifique et culturel »10. Vingt ans après, le principe est admis, même si sa traduction reste encore parfois défaillante.

  • 11 Directeur des musées de France de 1945 à 1957.

22Lorsqu’elle est appliquée aux musées nationaux, la démarche les conduit, notamment, à s’interroger sur leur rôle dans la communauté des musées de France. Dès les années 1930, et de nouveau après la guerre sous l’impulsion de Georges Salles11, une dizaine de grands départements scientifiques animés par les musées nationaux avaient été définis par catégories de collections (antiquités, peintures, sculptures…). J’ai tenté à mon tour d’en créer de nouveaux (pour les arts d’Afrique et d’Océanie, pour le xxe siècle…). Il est encore difficile de prétendre que les grands musées – ou les « grands départements » des plus grands de ces derniers – assument systématiquement un rôle de référence et d’animation à l’égard de l’ensemble des collections de leur discipline, mais l’idée chemine.

L’aménagement du territoire national des musées

23Ancien délégué à l’aménagement du territoire, je ne pouvais faire l’économie d’une réflexion sur celui des musées. Les grands projets parisiens avaient profondément renouvelé l’image même des musées qui, à l’aube de la décennie précédente, ne mobilisaient guère les élus de nos régions. Partout désormais se multipliaient les chantiers de construction et de rénovation. Les Fonds régionaux d’acquisition contribuaient comme jamais à l’enrichissement des collections. Sachant en outre ce que je devais au vieux musée de Boulogne-sur-Mer, encore ébranlé par la guerre à mon adolescence, je consacrai avec passion toute mon énergie à soutenir cette mutation. Ces innombrables voyages sur le terrain pour aider, dans le dialogue avec les conservateurs et les élus, à la naissance des projets, au cheminement des chantiers et à l’inauguration des équipements, ont été la part la plus stimulante et gratifiante de ces quatre années.

24J’avais, en même temps, le sentiment que cette profonde rénovation du réseau de nos musées devait s’accompagner d’une réflexion sur le déploiement des collections. Depuis l’arrêt Chaptal de 1801 qui répartissait le produit des guerres de la Révolution, la politique de dépôt des collections de l’État en direction des musées des collectivités locales n’a connu que de rares périodes d’audace. Mes efforts pour relancer – pacifiquement – cette démarche se heurtèrent à la faible transparence de la répartition des collections et au peu d’enthousiasme des conservateurs des musées nationaux à partager leurs trésors. Leurs prêts pour les expositions étaient volontiers généreux. Cependant, l’idée même d’un redéploiement plus durable des collections, inspiré par une réflexion par domaines animée par les « grands départements scientifiques » en fonction des « projets scientifiques et culturels » des musées dépositaires, emportait beaucoup moins leur adhésion. De même était-il difficile d’imaginer un redéploiement des dépôts anciens entre musées locaux. Je ne connaissais que l’exemple, modeste du musée de Quimper, dont le conservateur, faisant le tour des musées de France, sortit de leurs réserves les peintures bretonnantes qui ornent maintenant les deux salles d’entrée rénovées. Les défaillances des inventaires des collections et des registres des dépôts ainsi que l’absence de leur récolement périodique réduisaient, encore une fois, toute politique volontariste.

25Je ne cachai pas ma préoccupation aux collègues de la Cour qui engageaient alors un contrôle et furent attentifs à la question. Avant même le dépôt de leur rapport, au début de 1997, le gouvernement décida de créer une commission de récolement des dépôts d’œuvres d’art – que je préside aujourd’hui à la suite de Jean-Pierre Bady. La « loi musées » de 2002 étendit l’exigence de récolement périodique à l’ensemble des collections et prescrivit son achèvement en 2014. Même si cette échéance n’a pas été totalement respectée, le principe en est désormais admis pour l’ensemble des collections comme pour les dépôts. Il faut encore espérer que cette évolution contribue à une relance de la politique des dépôts et de redéploiement des collections.

26Voilà, très brièvement résumées, quelques-unes des questions qui m’ont passionné pendant quatre ans et me passionnent encore vingt ans plus tard.

Notes

1 Les notes manuscrites très sommaires à partir desquelles je me suis exprimé en février 2012 dans le cadre du cycle de conférences organisé à l’INHA, par Agnès Callu, ont été reprises en suivant pratiquement le même plan pour la rédaction d’un article dans l’ouvrage sur les relations entre la Cour des comptes et le ministère de la Culture paru en 2014 à la documentation française. Le texte de cet article est très largement repris ici avec l’accord de l’éditeur.

2 Aujourd’hui quai François Mitterrand.

3 Au demeurant lettré et poète distingué.

4 Mon collègue Philippe Limouzin-Lamothe, conseiller-maître honoraire à la Cour des comptes lui a succédé en 2001.

5 Par Georges-Henri Rivière.

6 Article 6 de la loi du 22 juillet 1983.

7 Le Figaro Magazine, s. l. n. d.

8 De 1972 à 1981.

9 De 1981 à 1984.

10 Jacques Sallois, Les musées de France, PUF (Que sais-je ?), troisième édition (1995), p. 81 (quatrième édition en 2008).

11 Directeur des musées de France de 1945 à 1957.

Auteur

Ancien directeur des musées de France (1990-1994)
Président de chambre honoraire à la Cour des comptes, Président du conseil d’administration de l’INHA (de 2002 à 2007), Président de la commission de récolement des dépôts d’œuvres d’art (depuis 2009), Président de la commission scientifique nationale des collections (depuis 2013).

© CNRS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site