Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Autopsie du musée

 | 
Agnès Callu

Figures

Jean Cassou : essai sur une modernité muséale

Agnès Callu

Texte intégral

  • 1 Un panorama dynamique est composé par les entretiens radiophoniques livrés par Jean Cassou : Entre (...)
  • 2 Jean Cassou, Une vie pour la liberté, Paris, Robert Laffont, 1981, Pierre Georgel, Jean Cassou : c (...)
  • 3 Voir, en particulier, Antoine Compagnon, Les cinq paradoxes de la modernité, Paris, Le Seuil, 1990 (...)
  • 4 Henry Rousso, La dernière catastrophe. L’histoire, le présent, le contemporain, Paris, Gallimard, (...)

1Peut-on écrire « neuf » sur Jean Cassou en 2013-2016 ? De fait, l’exercice est périlleux lorsqu’il oblige à éviter la tautologie et les redites. Or, la masse critique est déjà pléthorique1, de l’autorécit « diariste » publié par Cassou lui-même en 1981, à la première mise au point de 1967 due à Pierre Georgel, jusqu’au panorama livré par Florence de Lussy dans le catalogue accompagnant l’exposition de 19952. Attraper en oblique le sujet consiste donc à rapidement s’écarter du portrait pour ouvrir le débat – le centrer – sur la notion, à géométrie variable, de modernité3. De la sorte, l’interrogation première est la suivante : comment Cassou se trouve-t-il incarner une/la modernité par ses fonctions et son lieu d’exercice et, dans le même instant, en mode oppositionnel, rester à ses marges quand, en définitive, il l’a regardée de loin dès lors qu’elle devait entrer au musée, matérialisée par des œuvres et propulsée par des créateurs plasticiens « du temps présent »4 ?

2Qualifier en trois traits Jean Cassou signifie rappeler qu’il est l’homme d’une génération, d’un [anti]-milieu, d’une sédimentation d’envies ou de dons. Chacun de ces trois cercles, rapportés l’un à l’autre, offrant des lignes concaves ou convexes, mettent au jour sa posture d’esthète esthéticien, sa position en faveur du musée national d’Art moderne dont il questionne le capital symbolique, le périmètre d’action et les usages sociaux.

  • 5 Jean-François Sirinelli, Comprendre le xxe  siècle français, Paris, Fayard, 2005.
  • 6 Nicole Racine, « Jean Cassou, un homme libre en politique », dans Jean Cassou, un musée imaginé, o (...)
  • 7 Jean Zay, Souvenirs et solitude [préf. Jean Cassou], Paris, Julliard, 1946.
  • 8 Jean-Marie Ginesta, « Jean Cassou et l’Espagne en 1936 », dans Matériaux pour l’histoire de notre (...)
  • 9 Anne Hogenhuis, Des savants dans la Résistance : Boris Vildé et le réseau du musée de l’Homme, Par (...)
  • 10 Jean Cassou et al., Art et contestation, Bruxelles-Paris, La Connaissance/Weber, 1968.
  • 11 Formule empruntée à De Gaulle en son siècle, Paris, Plon, 1990 et sq. Edgar Morin dit de Cassou qu (...)
  • 12 « Le siècle a-t-il un avenir », dans Espace-Temps. net [à paraître].
  • 13 Pascal Ory et Jean-François Sirinelli, Les intellectuels en France : de l’Affaire Dreyfus à nos jo (...)

3La personnalité de Cassou est fortement impactée par le facteur générationnel. Né en Espagne en 1897 à Bilbao, il meurt à Paris en 1986. Coupant en diagonale le xxe siècle5, sa trajectoire « frotte » ses grandes césures, la chronologie individuelle heurtant les jalons du contemporain. Pendant la Grande Guerre, Jean Cassou est ajourné plusieurs fois et n’est pas mobilisé. En 1934, il est membre du Comité de vigilance des intellectuels anti-fascistes6. Au moment du Front populaire, dans le Cabinet du jeune Turc Jean Zay7, il annonce son soutien aux républicains espagnols8. En 1939, quand le Pacte germano-soviétique est signé, alors que ses convictions le rapprochent du Parti communiste, c’est la rupture. Le Second conflit mondial le voit entrer en Résistance : il rejoint alors le groupe du musée de l’Homme9, échappe à la Gestapo, devient un agent du réseau Bertaux, est emprisonné à Toulouse. La Libération et le Gouvernement provisoire le nomment commissaire de la République de la région de Toulon. Plus tard, il rencontre Tito, condamné par Staline. En 1958, il s’insurge contre De Gaulle et son « Mai ». Il ne tarde pas encore à se déclarer partisan de l’indépendance de l’Algérie ou à s’enflammer en 196810. Loin des clichés et de « l’effet catalogue historique », Jean Cassou s’affiche comme un pur produit de sa génération : soit, comme beaucoup des siens, un humaniste, un « intellectuel » qui pense à gauche, un homme « en son siècle »11 qui brandit son époque12, s’engageant derrière des causes et avançant des valeurs13.

  • 14 Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron, Les héritiers : les étudiants et la culture, Paris, Éditi (...)
  • 15 Jean Cassou, Bayonne, Paris, Émile-Paul frères, 1927.
  • 16 Jean Cassou est également président du Comité national des écrivains en 1956 et directeur d’études (...)
  • 17 Voir, sur le milieu, Claudine Darré-Bière « Jean-Louis Vaudoyer et son œuvre », thèse non publiée, (...)
  • 18 Voir la contribution d’Agnès Callu sur Henri Verne dans le même ouvrage.
  • 19 Jean Cassou, Le souvenir de Pierre Louÿs, Lille, Le Mercure de Flandre, 1929. En plan-masse, voir, (...)
  • 20 Jean-Pierre Martin, Henri Michaux, Paris, Gallimard, 2004.
  • 21 Martin Blumenson, Le réseau du musée de l’Homme : les débuts de la Résistance en France, Paris, Le (...)
  • 22 Claude Aveline, Jean Cassou, Louis Martin-Chauffier, Vercors [Jean Bruller], La voie libre, Paris, (...)
  • 23 Plusieurs dossiers personnels de Jean Cassou offrent une traçabilité de la carrière de l’homme, cf (...)

4Par ailleurs, Cassou n’est pas un « héritier » à la mode de Bourdieu14. Il se « fabrique » et l’absence de mimétisme social accroît la singularité de son profil. Fils d’un Béarnais, ingénieur des Arts et Manufactures qui meurt à l’aube de la guerre en 1914, et d’une Andalouse, Cassou se construit sans figure paternelle. Il devient maître d’étude au lycée de Bayonne15, rédacteur au ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, conseiller littéraire aux Éditions Fourcade, inspecteur des Monuments historiques, conservateur, enfin, du musée d’Art moderne16. La trajectoire est intéressante : là, pas de fils de famille devenu « par relation » conservateur, ni dandy aimant les arts17 mais bien, au départ, un militant issu des milieux dits de la Connaissance et non de ceux de la Culture18. De surcroît, Cassou se singularise par des rencontres qui pèsent comme autant d’implants : Pierre Louÿs19, dont il devient le secrétaire en 1921, Henri Michaux, croisé aux Éditions Fourcade au tournant des années 193020, le groupe ami du musée de l’Homme21, et là voisinent Agnès Humbert, Claude Aveline, Simone Martin-Chauffier, Marcel Abraham, Serge Ravanel ou le philosophe Jankélévitch, son beau-frère22. En définitive, Jean Cassou, l’autocrate, invente son identité culturelle depuis le « dedans »23.

  • 24 Jean Cassou, Panorama de la littérature espagnole contemporaine, Paris, Kra, 1929. Il est aussi ha (...)
  • 25 Miguel de Cervantès, Nouvelles exemplaires [trad. de Jean Cassou], Paris, J. Schiffrin, 1928.
  • 26 Miguel de Unamuno, Comment on fait un roman, Paris, [trad. de Jean Cassou], [s. l.], 1929, Hommage (...)
  • 27 Agnès Callu, Gaëtan Picon (1915-1976) : Esthétique et Culture, Paris, Honoré Champion, 2011, p. 50 (...)
  • 28 Toujours emporté par la musique, cf. Arnold Schoenberg, 15 Gedichteaus " Das Buch der hängenden Gä (...)
  • 29 Plus exhaustif, voir Jean Cassou, Éloge de la folie, Paris, Émile-Paul frères, 1925, Les harmonies (...)
  • 30 Voir, notamment, Jean Cassou, La création des mondes : essais sur l’art, Paris, Éditions ouvrières (...)
  • 31 Jean Cassou, La mémoire courte, Paris, Éditions de Minuit, 1953.
  • 32 Id., Trois poètes, Rilke, Milosz, Machado, Paris, Plon, 1954.
  • 33 Id., Cassou, Pour la poésie, Paris, Corrêa, 1935. Voir aussi Élodie Bouygues, « Jean Cassou, pour (...)
  • 34 Jean Cassou, La rose et le vin, Paris, Éditions-imprimerie des poètes, 1952.
  • 35 Jean Noir, Trente-trois sonnets composés au secret, Paris, Éditions de Minuit, 1944.

5Ses goûts emmêlés à ses dons et ses talents croisant ses désirs le définissent en épaisseur. En tête, sans doute, une hispanophilie rectrice, matérialité d’un double legs familial. Par son père, Cassou est fidèle aux traditions d’Oc, devenant le Premier président de l’Institut d’études occitanes. Par sa mère, il respire l’Espagne24, traduisant les Nouvelles exemplaires de Cervantès25 et livrant, avec la subtilité linguistique que seule la double culture autorise, des adaptations de Lorca, Unamuno ou Antonio Machado26. Ensuite, Cassou qui appela si délicatement Gaëtan Picon « l’Orphée de l’Île de Ré »27, est l’homme de(s) Lettre(s)28. À l’écart de la fastueuse énumération, on le sait romancier. Jeune, avec Éloge de la folie, Les harmonies viennoises, La clef des songes, Les inconnus dans la cave ou Les massacres de Paris ; puis, de nouveau, en spasmes rapprochés, pendant la décennie 1950 se succèdent Le bel automne, Le livre de Lazare, Le temps d’aimer ; plus tard, enfin, Le voisinage des cavernes paraît en 197129. On lui attribue aussi la qualité d’essayiste30 et sa perspicacité saillante s’affirme en 1953 avec La mémoire courte31 et, l’année d’après, autour de Trois poètes : Rilke, Milosz, Machado32. Mais, évidemment, Jean Cassou appelle et incarne la poésie33, dans les sillons de Max Jacob, Milosz – toujours –, Apollinaire parfois34. Son nom ne cesse de s’associer à une poésie engagée : ses trente-trois sonnets, composés de tête dans sa prison de Toulouse et publiés en 1944 sous le pseudo de Jean Noir aux Éditions de Minuit, configurent une part déterminante de la mémoire résistante35.

6Si dans les imaginaires collectifs s’imposent, dominants, les attelages Cassou et l’Espagne, Cassou et les Lettres, une troisième association est évidemment décisive : celle construite en intrication avec les Arts. De fait, le goût artistique de Jean Cassou se manifeste de trois façons : il est admiratif des artistes ; il s’affirme fidèle à une « modernité » figurative adossée aux grands « Anciens » ; il s’attache à la vue large contextualisante de la production créatrice.

7À la source – et en prendre la mesure est essentiel –, Cassou aime les artistes, frôleurs de vérité, avec lesquels il espère et favorise le contact le plus direct :

  • 36 Jean Cassou, un musée imaginé, op. cit., p. 171.

[…] C’est parce que je les sens plus près de la vie […] que les artistes me satisfont plus que les littérateurs. Ils sont plus complets et c’est le détachement même de leur personne, le fait d’être des créateurs d’objets, qui leur permet d’être des personnes. Je déteste l’homme de lettres. Les artistes sont beaucoup plus vrais parce qu’ils s’oublient eux-mêmes dans l’objet […]36.

8Et cet « amant des formes », à l’adoration presque païenne des figures : « [je suis] philosophiquement, substantiellement, organiquement figuratif », aime, précisément, les œuvres quand elles sont traversées d’humanité. Pierre Georgel l’expose avec sûreté :

[…] Cassou cherche avant tout dans l’œuvre d’art ce qui en fait pleinement une réalité humaine, sublime mais humaine, sublime parce qu’humaine. L’autorité de la forme, qu’il persistera toujours à présenter comme inhérente au génie des arts plastiques, reste à ses yeux subordonnée à un impératif supérieur : son déploiement, si imposant soit-il, doit être chargé de signification humaine […].

  • 37 Il admire aussi beaucoup le travail de Goya ou Daumier.
  • 38 Jean Cassou, El Greco, Paris, Somogy, 1951, Jean Cassou et Paul-Henri Michel, Delacroix, Paris, Éd (...)
  • 39 Jean Cassou, un musée imaginé, op. cit., p. 172.
  • 40 Jean Cassou, Picasso, Somogy, 1958.
  • 41 Jean Cassou, Chagall, Paris, Somogy, 1982, Jean Cassouet al., De Bonnard à Picasso : cinquante ans (...)
  • 42 Fernand Léger [introduction de Jean Cassou], Paris, RMN, 1949, Jean Cassou et Jean Leymarie, Ferna (...)

9Alors il est facile de comprendre le dévouement de Jean Cassou à la cause moderne, reposant sur la trilogie : Objet/Forme/Figure, toujours défendue contre l’art abstrait qui, selon lui, écrase, voire abolit, toute réalité spécifique. Le « musée personnel » de Cassou se décompose, naturellement – à la manière d’un schéma aussi –, en trois strates : au sommet, un panthéon artistique37 où scintillent les œuvres de Greco, Delacroix, Ingres, Rembrandt38 car partout s’y illustrent, en convergence ou non, les concepts chez lui fondateurs : humanisme, lyrisme, réalité/réalisme, hommage de la forme. Ensuite, non équidistantes, deux ailes : l’une qualifiée de « lyrique » – principe constant chez Cassou, Pierre Georgel le rappelle39 – qui, au sommet, admire le « chef d’œuvérique » Picasso40 mais aussi Chagall, Bonnard, Ensor, Redon, Zadkine, Matisse, Delaunay, Picabia, Kupka, Arp, Kandinsky, Klee ou Miró41. Une autre, plus classique42, où la préférence de Jean Cassou va à Braque, Brancusi, Laurens ou Léger.

  • 43 Gaëtan Picon, Panorama de la nouvelle littérature française, Paris, Le Point du jour, 1949 et Pano (...)
  • 44 Jean Cassou, Panorama des arts plastiques, Paris, Gallimard, 1960.
  • 45 Les sources du xxe siècle, les arts en Europe de 1884 à 1914, [introduction par Jean Cassou, texte (...)
  • 46 Cassou est intarissable sur le projet qui l’anime : « […] La vision ici adoptée est panoramique [… (...)

10L’orientation panoramique de Jean Cassou passionne aussi sûrement. Son ambition – partagée avec le philosophe Gaëtan Picon43 – d’établir un « panorama des arts plastiques »44, à l’écart d’un tout non sélectif mais en faveur d’un choix épais car civilisationnel, raisonné puisque les « abandons » sont historiquement expliqués, aux multiples ramifications quand l’ensemble des arts est convoqué, le caractérise en profondeur. Le projet qu’il invente autour des « Sources du xxe siècle »45 est symptomatique. Préfigurateur et poussé par le génie spatial de Le Corbusier s’y lisent, obsédants et en résonance, la pluridisciplinarité, l’environnementalisme, l’interaction des arts, le dialogue critique entre les œuvres et la documentation protéiforme, en un mot, « l’esprit d’une époque, le tableau d’un moment de civilisation »46.

  • 47 Jean Cassou, Le Musée national d’art moderne, Paris, Art et Style, 1948.

11La passion panoramique et historicisante de Cassou peut s’exercer de plein droit au musée d’Art moderne47.

12Le lire en donne la mesure parce qu’il définit l’ADN de « son » musée pour lequel il espère :

  • 48 Jean Cassou, Le musée imaginé, op. cit., p. 20.

[…] le panorama d’une vaste et ininterrompue aventure de l’esprit qui, avec une puissance égale succède aux mouvements du xixe siècle tels qu’ils sont représentés au Louvre et dans ce prolongement du Louvre qu’est, au Jeu de Paume, le musée de l’Impressionnisme […]48.

  • 49 Ibid., p. 228-238.
  • 50 Ibid, p. 228 : la phrase est due à Georges Salles : il la prononce le jour de l’inauguration du mu (...)
  • 51 Caroline Poulain, « Louis Hautecœur et Vichy : pensée et action politique d’un historien de l’arch (...)
  • 52 Jean Cassou, Raoul Dufy, poète et artisan, Genève, Skira, 1946 et Juan Gris, Paris, RMN, 1974.
  • 53 Marcel Gromaire [préf. de Jean Cassou], Paris, ministère des Affaires culturelles, 1963 et Emmanue (...)

13Les jalons technocratiques de l’histoire institutionnelle ont déjà été posés49. On connaît le prologue d’une trajectoire muséale placée sous le signe de la très attendue et réputée « séparation entre l’État et le génie »50. De fait s’enchâssent des périodisations historiographiquement identifiées : les premières passes d’armes de Cassou au Luxembourg et l’utilité de la construction d’un réseau social autour de Louis Hautecœur51 ; la protohistoire du MNAM, marquée du soutien financier de Georges Salles et d’une politique scientifique distribuée en deux affluents quand les acquisitions et donations autorisent d’un côté, des « massifs » symboliques autour de Matisse, Picasso, Léger ; de l’autre, l’arrivée des « innovants » ante 1945 : Juan Gris ou Dufy52 mais aussi ceux que Cassou reconnaît : Gromaire ou Gondouin53 « entrent au musée ». L’autodiscours de Jean Cassou en 1949 a des allures globales de satisfecit :

  • 54 Archives des musées nationaux, dossier de Jean Cassou O31.

Plus qu’une institution, un tel musée était une entreprise ; c’était un musée perpétuellement en acte […]. La création du musée d’art moderne, c’était la réintégration de l’art à la vie publique. Braque, Matisse, Rouault, Léger, Picasso, Chagall – je ne parle ici que de quelques illustres aînés – allaient désormais dans un bâtiment national avoir chacun sa salle à l’aménagement comme à l’administration de laquelle ils pourraient collaborer. Ils seraient tenus au courant de la façon dont la représentation de leur œuvre, dans les diverses périodes de son évolution et par des pièces significatives, y serait établie. Ils participeraient à cet établissement par les acquisitions et, souvent, les donations qu’ils consentiraient de telles œuvres leur appartenant ; par leurs conseils, par un constant contact amical avec les conservateurs, par le choix qu’ils feraient eux-mêmes de telles des toiles de leur salle que ceux-ci pourraient envoyer à des expositions à l’étranger et que, sur les murs de leur salle, ils remplaceraient par des toiles prêtées […]. Cette constante adaptation à la vie qui se fait et va se faire oblige le musée d’art moderne à une continuelle mobilité […]54.

  • 55 Voir la contribution d’Agnès Callu sur Henri Verne dans le même ouvrage.

14Les débuts du MNAM sont néanmoins chaotiques, les crédits demeurant (toujours) insuffisants. Toujours est-il que Cassou, dans la difficulté, affirme deux idées rectrices qui, enlacées, répondent à son objectif majeur, soit celui d’inventer un musée citoyen. Non seulement le musée se doit d’être citoyen quand par sa muséographie, sa scénographie, le plus grand nombre peut accéder aux chefs-d’œuvre de l’humanité ; mais il est impératif qu’il le soit lorsque, pédagogique, sa charte esthétique l’oblige à offrir, dans le continuum et sans angles morts, une fresque iconique des évolutions artistiques du xxe siècle. Cassou, mû par un esprit humaniste construit en empathie avec les idéaux de 1936 et ceux de la Résistance, estime que son devoir premier est de combler les lacunes et de présenter au(x) peuples(s), in vivo, un grand « manuel » de l’art moderne55. Légaliste et respectueux d’une fonction socioculturelle imposant des devoirs, il imagine que la place aux jeunes artistes vivants ne peut se faire que dans un temps second. Effectivement, selon lui, l’urgence consiste à présenter des corpus représentatifs de la production des grands aînés – Braque ou Chagall –, qui leur assureront une légitimation muséale partagée, donc républicaine.

  • 56 Jean Cassou, L’École de Paris 1900-1950, Londres, Royal Academy of arts, 1851.
  • 57 Jean Cassou, un musée imaginé, op. cit., p. 22.
  • 58 Agnès Callu, Gaëtan Picon, op. cit., p. 397 et sq.

15Aussi bien le bilan de Cassou à la tête du musée national d’Art moderne est immédiatement – « à froid » aussi – ressenti « réactionnaire » ou qualifié d’« oldschool » : il ignore l’expressionnisme allemand, De Stijl ou le suprématisme ; il est ouvertement frileux devant un Mondrian ou un Marcel Duchamp, exaltant, toujours et encore, « l’École de Paris »56. L’interprétation exige cependant plus de nuance. Assurément, Cassou refuse la « négation de l’art »57 qu’il perçoit dans l’abstraction mais, aux fondements, le sens de l’activité qu’il déploie au cœur du musée est presque plus civique qu’esthétique, presque davantage signée de responsabilité collective que d’autoritarisme artistique « a-novateur ». Marqué par les perspectives de l’éducation populaire, il intègre pleinement le musée dans le champ de la connaissance, loin du concept de « Culture contemporaine », pourtant alors propulsée par Malraux et Gaëtan Picon58.

16Son rejet des « contre-cultureux » pèse lourd dans son bilan par la médiatisation qui en est donnée. La controverse avec Jean Dubuffet fait ainsi valeur d’exemple quand ce dernier refuse de se rendre à la Biennale de São Paulo de 1961 dont Cassou est le commissaire :

  • 59 IMEC, fonds G. Picon, copie de la lettre de Jean Dubuffet à Jean Cassou, 22 décembre 1960, voir Ag (...)

[…] Il ne m’est guère possible de donner aux qualifications flatteuses figurant dans votre lettre un autre motif qu’une intention d’urbanité, à les rapprocher du livre que vous avez publié il y a quelques mois sur la peinture contemporaine [ i. e. Panorama des arts plastiques contemporains, Paris, Gallimard, 1960] et où se trouvent mentionnées (pour mémoire et comme chose de nulle importance) mes « attrayantes peintures », ou des propos injurieux que vous tenez habituellement à tout venant sur mes travaux, dont vous n’avez d’ailleurs jamais le moins du monde envisagé qu’ils méritent aucune place dans les collections du musée que vous dirigez. Il est vrai que vous ne les avez connus que par ouï-dire puisque vous n’avez jamais visité aucune des expositions qui en ont eu lieu à Paris depuis seize années – où on voit bien, sans que vous ayez à le souligner, que les expositions de peintures ne vous paraissent pas au nombre des choses qui, pour reprendre votre expression, valent la peine. Votre offre de faire figurer un de mes ouvrages à l’exposition pour laquelle vous avez été chargé de constituer la participation française est des plus obligeantes. Elle illustre ce que vous écrivez touchant à votre activité en faveur de la gloire des peintres. À supposer que votre patronage soit de quelque apport pour conférer la gloire aux peintres, il me faut vous dire que, si peu croyable que cela vous semble, je n’ai nul désir que mes travaux deviennent l’objet d’aucune gloire. Si la désignation de cinq peintres français pour l’exposition de São Paulo vous a été réservée, c’est évidemment que les promoteurs de cette manifestation font confiance à vos vues sur l’art actuel telles qu’elles sont exposées dans votre récent livre et ils sont en droit d’attendre que vous y fassiez figurer les peintres auxquels est, dans cet ouvrage, attribué du mérite. Vous comprendrez aisément qu’il ne serait pas plaisant pour moi de voir mes travaux présentés dans une ville lointaine par un introducteur qui n’a jamais témoigné pour eux dans le passé d’aucune sympathie ni considération […]59.

  • 60 Ibid., p. 548-556.

17La question de la modernité chez Jean Cassou doit certainement être considérée dans une perspective « grand angle ». Associer l’homme à la seule fermeture temporelle qui exclut la contemporanéité créative réduit, de manière considérable, l’interprétation. Il est impératif d’entendre le conflit générationnel et intellectuel l’opposant aux « nouvelles vagues » qui inventent les lignes de la Culture contemporaine, arpentant les « Sentiers de la création » quand lui sillonne davantage les chemins de la connaissance60. « Romantique et humaniste », Cassou n’obéit qu’à son Moi « irréductible » :

[…] Toute ma vie, toute mon œuvre sont une protestation de la liberté […]. Je me suis trouvé dans mes fonctions d’esthéticien, de défenseur de l’art moderne, de créateur du musée d’art moderne […]. Je me suis complètement dégagé des influences du goût du jour, des modes. Je vais chercher mes sources là où elles sont : ce sont les miennes […]. Si je m’intéresse à tel mouvement intellectuel, philosophique, littéraire ou artiste de mon temps, il me paraît impossible qu’on puisse me rallier à l’un deux. On ne doit me réduire qu’à la part irréductible de moi-même […]. Je crois que je puis me dire romantique et humaniste […].

18C’est pourquoi Jean Cassou, configuré par un premier xxe siècle surdéterminant, adapte le concept de modernité à la hauteur de sa génération et à l’échelle d’une liberté que son expérience autant que son esprit critique lui ont désignée comme non négociable.

Notes

1 Un panorama dynamique est composé par les entretiens radiophoniques livrés par Jean Cassou : Entretiens de Jean Cassou par Jean Rousselot en 1964, Paris, INA, 1999 et Entretiens de Jean Cassou par Nicole Racine, Paris, INA, 1982.

2 Jean Cassou, Une vie pour la liberté, Paris, Robert Laffont, 1981, Pierre Georgel, Jean Cassou : choix de textes, bibliographie, portraits, facsimilés, Paris, Seghers, 1967, Florence de Lussy (dir.), Jean Cassou, un musée imaginé, Paris, Bnf, Centre Georges Pompidou, 1995.

3 Voir, en particulier, Antoine Compagnon, Les cinq paradoxes de la modernité, Paris, Le Seuil, 1990, Jean-Marie Domenach, Approches de la modernité, Paris, Ellipses, 1986, Yves Vadé, Ce que modernité veut dire, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 1994.

4 Henry Rousso, La dernière catastrophe. L’histoire, le présent, le contemporain, Paris, Gallimard, 2012.

5 Jean-François Sirinelli, Comprendre le xxe  siècle français, Paris, Fayard, 2005.

6 Nicole Racine, « Jean Cassou, un homme libre en politique », dans Jean Cassou, un musée imaginé, op. cit., p. 106-119.

7 Jean Zay, Souvenirs et solitude [préf. Jean Cassou], Paris, Julliard, 1946.

8 Jean-Marie Ginesta, « Jean Cassou et l’Espagne en 1936 », dans Matériaux pour l’histoire de notre temps, 1986, nos 7-8, p. 18-21.

9 Anne Hogenhuis, Des savants dans la Résistance : Boris Vildé et le réseau du musée de l’Homme, Paris, CNRS, 2009.

10 Jean Cassou et al., Art et contestation, Bruxelles-Paris, La Connaissance/Weber, 1968.

11 Formule empruntée à De Gaulle en son siècle, Paris, Plon, 1990 et sq. Edgar Morin dit de Cassou qu’il est « un homme du siècle », dans Jean Cassou, un musée imaginé, op. cit., p. 23.

12 « Le siècle a-t-il un avenir », dans Espace-Temps. net [à paraître].

13 Pascal Ory et Jean-François Sirinelli, Les intellectuels en France : de l’Affaire Dreyfus à nos jours, Paris, Perrin, 2004.

14 Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron, Les héritiers : les étudiants et la culture, Paris, Éditions de Minuit, 1964.

15 Jean Cassou, Bayonne, Paris, Émile-Paul frères, 1927.

16 Jean Cassou est également président du Comité national des écrivains en 1956 et directeur d’études à l’École pratique des hautes études de 1965 à 1971. Il reçoit le Grand Prix national des Lettres en 1971 et le Grand Prix de la Société des gens de Lettres en 1983.

17 Voir, sur le milieu, Claudine Darré-Bière « Jean-Louis Vaudoyer et son œuvre », thèse non publiée, Paris-Sorbonne, 1990.

18 Voir la contribution d’Agnès Callu sur Henri Verne dans le même ouvrage.

19 Jean Cassou, Le souvenir de Pierre Louÿs, Lille, Le Mercure de Flandre, 1929. En plan-masse, voir, Jean-Paul Goujon, Pierre Louÿs, Paris, Fayard, 2002.

20 Jean-Pierre Martin, Henri Michaux, Paris, Gallimard, 2004.

21 Martin Blumenson, Le réseau du musée de l’Homme : les débuts de la Résistance en France, Paris, Le Seuil, 1979.

22 Claude Aveline, Jean Cassou, Louis Martin-Chauffier, Vercors [Jean Bruller], La voie libre, Paris, Flammarion, 1951.

23 Plusieurs dossiers personnels de Jean Cassou offrent une traçabilité de la carrière de l’homme, cf. Arch. nat., dossier de Légion d’honneur 19800035/1313/51860 et dossier de la Société des gens de Lettres, 454 AP 72 ou Archives des musées nationaux, dossier de Jean Cassou O31.

24 Jean Cassou, Panorama de la littérature espagnole contemporaine, Paris, Kra, 1929. Il est aussi habité par l’Amérique latine, voir notamment, Jean Cassou, L’art de l’Amérique latine, Paris, Centre de documentation universitaire, 1954.

25 Miguel de Cervantès, Nouvelles exemplaires [trad. de Jean Cassou], Paris, J. Schiffrin, 1928.

26 Miguel de Unamuno, Comment on fait un roman, Paris, [trad. de Jean Cassou], [s. l.], 1929, Hommage à Federico Garcia Lorcapoète fusillé à Grenade, Paris, Rodel, 1937, Antonio Machado, Juan de Mairena [préf. de Jean Cassou], Paris, Gallimard, 1955.

27 Agnès Callu, Gaëtan Picon (1915-1976) : Esthétique et Culture, Paris, Honoré Champion, 2011, p. 504.

28 Toujours emporté par la musique, cf. Arnold Schoenberg, 15 Gedichteaus " Das Buch der hängenden Gärten" von Stefan George [version française de Jean Cassou et Max Deutsch], Wien, Universal Ed., 1952.

29 Plus exhaustif, voir Jean Cassou, Éloge de la folie, Paris, Émile-Paul frères, 1925, Les harmonies viennoises, ibid., 1926, Le pays qui n’est à personne, ibid., 1928, La clef des songes, ibid., 1929, Les massacres de Paris, Comme une grande image, ibid., 1931, Les inconnus dans la cave, Paris, Gallimard, 1933, Paris, Gallimard, 1935, Légion, ibid., 1939, Le centre du monde, Paris, Sagittaire, 1945, Le bel automne, Paris, Julliard, 1950, Le livre de Lazare, Paris, Plon, 1955, Le temps d’aimer, Paris, Albin Michel, 1959, Le voisinage des cavernes, ibid., 1971, Si j’étais un caïd…, Paris, Garnier Frères, 1977.

30 Voir, notamment, Jean Cassou, La création des mondes : essais sur l’art, Paris, Éditions ouvrières, 1971. Aussi, sur un autre registre, Parti pris : essais et colloques, Paris, Albin Michel, 1963.

31 Jean Cassou, La mémoire courte, Paris, Éditions de Minuit, 1953.

32 Id., Trois poètes, Rilke, Milosz, Machado, Paris, Plon, 1954.

33 Id., Cassou, Pour la poésie, Paris, Corrêa, 1935. Voir aussi Élodie Bouygues, « Jean Cassou, pour une redéfinition de la poésie dans Les Nouvelles littéraires des années vingt », Fabula/Les colloques, « Les Nouvelles littéraires : une idée de littérature ? », URL : http://www.fabula.org/colloques/document1462.php.

34 Jean Cassou, La rose et le vin, Paris, Éditions-imprimerie des poètes, 1952.

35 Jean Noir, Trente-trois sonnets composés au secret, Paris, Éditions de Minuit, 1944.

36 Jean Cassou, un musée imaginé, op. cit., p. 171.

37 Il admire aussi beaucoup le travail de Goya ou Daumier.

38 Jean Cassou, El Greco, Paris, Somogy, 1951, Jean Cassou et Paul-Henri Michel, Delacroix, Paris, Éditions du dimanche, 1947, Jean Cassou, Ingres, Bruxelles, Éditions de la connaissance, 1947, Id., Rembrandt, Paris, Somogy, 1954.

39 Jean Cassou, un musée imaginé, op. cit., p. 172.

40 Jean Cassou, Picasso, Somogy, 1958.

41 Jean Cassou, Chagall, Paris, Somogy, 1982, Jean Cassouet al., De Bonnard à Picasso : cinquante ans de peinture française, Paris, RMN, 1953, Paul Haesaerts, James Ensor [préf. de Jan Cassou], Bruxelles, Meddens, 1973, Jean Cassou, Odilon Redon, Milano, Fratelli Fabbri ed., 1972, Matisse, Paris-Londres, Braun, 1949, Ossip Zadkine. Lettres à André de Ridder [introduction de Jean Cassou], Anvers, Librairie des Arts, 1963, Guy Habasque, Robert Delaunay, 1885-1841 [préf. de Jean Cassou], Paris, RMN, 1957, Gabrielle Vienne, Kupka [préf. De Jean Cassou], Paris, RMN, 1958, Arp [introduction de Jean Cassou], Paris, Musée national d’Art moderne, 1962, Jean Cassou, Wassily Kandinsky. Interférences, aquarelles et dessins, Paris, Delpire, 1961, Antoinette Huré, Joan Miró [préf. de Jean Cassou], Paris, [ministère des Affaires culturelles], 1962, L’art moderne suisse de Hodler à Klee [préf. de Jean Cassou], Paris, Musée national d’Art moderne, 1960.

42 Fernand Léger [introduction de Jean Cassou], Paris, RMN, 1949, Jean Cassou et Jean Leymarie, Fernand Léger : dessins et gouaches, Paris, Chêne, 1972, Gabrielle Vienne, L’atelier de Braque [préf. de Jean Cassou], Paris, RMN, 1961, Henri Laurens [avant-propos de Jean Cassou], Paris, RMN, 1951.

43 Gaëtan Picon, Panorama de la nouvelle littérature française, Paris, Le Point du jour, 1949 et Panorama des idées contemporaines, Paris, NRF, 1957. Sur « l’idée de panorama », cf. Colette Guedj, « Quelques observations autour du Panorama », dans Gaëtan Picon, de l’aventure littéraire à l’action culturelle, Paris, Rivages des Xantons, 2007, p. 51-59.

44 Jean Cassou, Panorama des arts plastiques, Paris, Gallimard, 1960.

45 Les sources du xxe siècle, les arts en Europe de 1884 à 1914, [introduction par Jean Cassou, textes de Giulio Carlo Argan et Nikolaus Pevsner], Paris, Musée national d’Art moderne, 1960.

46 Cassou est intarissable sur le projet qui l’anime : « […] La vision ici adoptée est panoramique […]. L’art moderne, dans le détail et par telle ou telle de ses manifestations les plus sensationnelles, inquiète, intéresse, provoque ; mais la grosse affaire est de le sentir et de le considérer en tant que phénomène […] », cf. Jean Cassou, un musée imaginé, op. cit., p. 21.

47 Jean Cassou, Le Musée national d’art moderne, Paris, Art et Style, 1948.

48 Jean Cassou, Le musée imaginé, op. cit., p. 20.

49 Ibid., p. 228-238.

50 Ibid, p. 228 : la phrase est due à Georges Salles : il la prononce le jour de l’inauguration du musée en février 1947.

51 Caroline Poulain, « Louis Hautecœur et Vichy : pensée et action politique d’un historien de l’architecte », dans LHA, 2002, no 3, p. 103-111.

52 Jean Cassou, Raoul Dufy, poète et artisan, Genève, Skira, 1946 et Juan Gris, Paris, RMN, 1974.

53 Marcel Gromaire [préf. de Jean Cassou], Paris, ministère des Affaires culturelles, 1963 et Emmanuel Gondouin : 1883-1934 [préf. de Jean Cassou], Paris, Gründ, 1969.

54 Archives des musées nationaux, dossier de Jean Cassou O31.

55 Voir la contribution d’Agnès Callu sur Henri Verne dans le même ouvrage.

56 Jean Cassou, L’École de Paris 1900-1950, Londres, Royal Academy of arts, 1851.

57 Jean Cassou, un musée imaginé, op. cit., p. 22.

58 Agnès Callu, Gaëtan Picon, op. cit., p. 397 et sq.

59 IMEC, fonds G. Picon, copie de la lettre de Jean Dubuffet à Jean Cassou, 22 décembre 1960, voir Agnès Callu, Gaëtan Picon…, op. cit., p. 497-439.

60 Ibid., p. 548-556.

© CNRS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site