Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Autopsie du musée

 | 
Agnès Callu

Figures

Du collectionneur et des musées : David David-Weill (1871-1952), « l’exemple exemplaire »

Agnès Callu

Texte intégral

  • 1 Agnès Callu, La Réunion des musées nationaux (1870-1940) : genèse et fonctionnement, Paris-Genève, (...)
  • 2 Pascal Ory, L’histoire culturelle, Paris, PUF, 2007.
  • 3 François Dosse, Le pari biographique : écrire une vie, Paris, La Découverte, 2011.
  • 4 Art history and visual studies in Europe : transnational discourses and national frameworks [edite (...)
  • 5 William Genieys, Sociologie politique des élites, Paris, Armand Colin, 2011.
  • 6 Claude Javeau, « Sartre et sa théorie des émotions : une confrontation avec Erving Goffman », Soci (...)

1Saisir en historien la figure de David David-Weill, tout ensemble banquier, esthète, mécène, manager, collectionneur, donateur ou amateur d’art, réclame la vue large1. Aussi bien, la grille d’interprétation retenue est celle issue de l’histoire culturelle comprise comme une histoire sociale des représentations2. Elle est effectivement la plus apte à relever le « pari biographique »3, identifier la sociogénèse d’une figure muséale et extra-muséale, évaluer le charisme en longue durée d’un parcours au capital symbolique déterminant, en France, mais hors de l’hexagone aussi. Avancer le choix d’une grille de lecture ne signifie pas invalider les autres disciplines puisque sont convoquées pour l’étude, croisées, les Visual Studies4, l’histoire du goût, la sociologie dynamique des élites5, la théorie des émotions6 qui, sur des modèles académiques, installent, en épaisseur, l’explicitation historicisée des affects et des sentiments.

  • 7 Albert Henraux, Marcelle Minet et Georges Salles, Donations de David David-Weill aux musées frança (...)

2C’est pourquoi approcher le tempérament autant que la position « collectionniste » de David-Weill ne se résume, en aucune façon, à esquisser mal ou trop vite une trajectoire déjà identifiée par l’historiographie7.

  • 8 Jean Hilaire et Françoise Hildesheimer (dir.), L’intérêt général aux xixe et xxe siècles, Paris, A (...)

3Le propos, intéressé par l’histoire dite « de profil » et sans disqualifier la chronologie, préfère souligner les traits majeurs d’une personnalité signée par la puissance d’un héritage familial, gouvernée par un altruisme privilégiant l’intérêt général8, mue enfin par un goût, à la confluence – en contradiction, presque à la manière d’un oxymore – de l’universalité et de l’hyperspécialisation [érudite]. Les trois caractères articulés ensemble donnent de l’épaisseur à des gestes forts manifestés en faveur des musées, sinon trop vite assimilables à une démarche sans projet directeur en raison de l’altérité même qui les caractérise.

Du poids du legs familial

  • 9 Martine Orange, Ces messieurs de Lazard, Paris, Albin Michel, 2006 et Guy-Alban de Rougemont, Laza (...)
  • 10 William D. Cohan, The last tycoons : the secret history of Lazard Frères and co, Anchor, 2008.

4David David-Weill, avant d’avancer un prénom, d’autorité, affiche une renommée, une célébrité, celle de sa famille, les David-Weill. David-Weill – qui fait transformer son nom de famille Weill en David-Weill en 1929 – est né en 1871 en Californie, mais cependant ses parents sont lorrains. Son père, le banquier Alexandre Weill, originaire de Phalsbourg, dirige avec ses beaux-frères, les quatre frères Lazard, la banque du même nom, fondée en 1876 à San Francisco9. David-Weill est aussi le cousin de Michel Weill, copropriétaire des grands magasins White House de la côte Pacifique. C’est pourquoi, au titre de la première strate sociale, celle qui détermine les profils et consolide les carrières, s’impose l’appui fondamental d’une puissance d’argent familiale qui, s’exportant aux États-Unis, y réussit une greffe écoculturelle optimale10.

  • 11 Antoine Prost, Éloge des pédagogues, Paris, Le Seuil, 1985.
  • 12 Les donateurs du Louvre, Paris, RMN, 1989, p. 172, 183-184, 246.
  • 13 Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron, Les héritiers : les étudiants et la culture, Paris, Éditi (...)
  • 14 André Kaspi, Les Américains, Paris, Le Seuil, 2008.
  • 15 Voir les analyses toujours pertinentes d’Henry Coston, Ces financiers qui mènent le monde, Paris, (...)
  • 16 Voir, par exemple, Edith Wharton, Sur les rives de l’Hudson, Paris, Flammarion, 1996.
  • 17 Michel Lobrot, Les forces profondes du moi, Paris, Économica, 1983.

5Après la stance américaine, au tournant des années 1885, la famille David-Weill rejoint le vieux continent, s’installe à Paris et David suit un cursus secondaire au lycée Condorcet où les leçons du normalien écrivain et critique Émile Faguet comme le compagnonnage de Marcel Proust fabriquent des souvenirs durables11. Profilé pour « les Affaires », le jeune homme fait ensuite son droit et, à vingt ans, intègre la maison de banque créée par son père et ses oncles. Sur un autre registre, mais au titre de la famille toujours, son mariage, en 1897, avec Flora Raphaël, fille du banquier Edward Raphaël, intéresse. De cette union, naissent sept enfants qui, à eux seuls, composent un « réseau » alliant l’art à l’argent : à preuve, Jeanne sera Mme Roger Seligmann, Marthe, Mme Jean Lambiotte, Antoinette, Mme Maxime Citroën12. Aussi bien, abondant la thèse de l’héritage préfigurateur13, trois métadonnées historiques dominent le caractère de David-Weill : « l’américanité » de sa culture14, l’influence d’une assise financière considérable15, le poids d’un milieu où la copénétration entre l’argent, la philanthropie et le goût pour l’art – si finement décrite par Edith Wharton – est culturelle au point d’en devenir naturelle16. D’évidence, les « forces profondes », celles qui sont reçues à la manière d’un legs génétique, configurantes d’un ADN en devenir, façonnent déjà très largement les orientations sensibles et concrètes de David David-Weill17.

Force de la personnalité au service du goût

6En revanche, il y a, assurément, chez le collectionneur une part personnelle très importante. À l’écart de l’invention ou d’une paresseuse légende urbaine, les contemporains de David-Weill s’accordent à déceler chez lui trois qualités : l’honnêteté, la sympathie, le sens du devoir. Alignées de la sorte, les mots et périphrases paraissent sans aspérité historique, presque sans doute hagiographiques. Pourtant, loin de l’invalidité de l’exemple unique, de nombreux témoignages toujours y reviennent, toujours les valorisent, donnant du corps et de la valeur à des désignations lexicales trop vite réduites au seul compliment mondain.

7Ainsi, d’Albert Henraux rendant hommage à « l’un des plus grands collectionneurs du monde » :

  • 18 Donations de David David-Weill aux musées français, op. cit., p. I-II.

[…] Qui ressembla davantage à « l’honnête homme » du xviie siècle que notre cher Président David-Weill ? Il avait la même exquise et parfaite courtoisie, provenant de la même éducation, la même intelligente bonté, le même sentiment de la justice, le même goût, le même équilibre, la même loyauté […]18.

  • 19 Georges Salles, Le regard, Paris, RMN, 1992.

8Le « cœur pur » de David-Weill est, quant à lui, loué sous la plume du directeur des musées de France, Georges Salles, si attentif, on s’en souvient, à l’intensité du « regard » porté aux œuvres19 :

  • 20 Donations de David David-Weill aux musées français, op. cit., p. III-V.

[…] Parler de David David-Weill […], c’est d’abord évoquer la lueur d’exquise bonté qui palpitait dans son œil, son sourire, ses gestes, sur toute sa personne. Il y avait en lui un don de sympathie qui le reliait aux êtres et aux choses […]. Il m’a dit bien souvent : « Voyez-vous, je n’ai plus qu’une volonté, celle de servir ». Servir […], vocable digne d’une devise héraldique, mot-clef, mot qui donne en effet la clef d’un personnage et le secret de sa poésie20.

  • 21 Marcel Aubert, La Bourgogne. La sculpture, Paris, Van Oest, 1930.

9Mêmes sentiments du côté de Marcelle Minet, active au Louvre auprès de Marcel Aubert, le conservateur des Sculptures21 et proche de David-Weill :

  • 22 Donations de David David-Weill aux musées français, op. cit., p. VII-XVI.

[…] M. David-Weill avait une compréhension très vaste des aspirations de l’homme […]. Sa générosité n’avait de comparable que son enthousiasme […]. Cet homme de grand caractère était très modeste, humble même. Une profonde sagesse, la diversité des intérêts qui l’avaient sollicité lui avaient donné un admirable équilibre […]. C’est en s’excusant presque et avec une infinie délicatesse qu’il encourageait, appuyait, secourait […]. Un humour enjoué, une grande jeunesse d’esprit, une indicible bonté donnaient à son accueil un incomparable accent […]. Nous ne saurions mieux le dépeindre qu’en reproduisant le portrait que le professeur Rivet a tracé de lui : « il faisait le bien comme d’autres font le mal, instinctivement » […]22.

10Enfin, « l’homme de devoir » est unanimement salué. Ainsi, le journaliste au Figaro André Warnod livre une synthèse convaincante dans l’éloge en 1953 :

  • 23 André Warnod, « Le musée de l’Orangerie présente les donations de David David-Weill aux musées fra (...)

Le nom de David David-Weill restera comme celui d’un homme très riche qui savait consacrer une partie de ses richesses aux valeurs intellectuelles, scientifiques et artistiques. La fortune et l’amour de l’art imposent des devoirs. Il le savait et l’acceptait avec joie […]. Il n’agissait qu’à bon escient, par devoir sublimé23.

  • 24 Voir les recherches en cours conduites à l’INHA par Chantal Georgel, conseiller scientifique pour (...)

11Les qualités de David-Weill, agissent, évidemment, au bénéfice de la construction de valeurs morales structurantes, mais elles viennent aussi à l’appui de la genèse et de la consolidation d’un goût singulier24. Les historiens, souvent, peinent à comprendre la protohistoire de ce dernier. Où débusquer les références supposées alimenter le panthéon artistique personnel ? Où chercher les legs intellectuels à lire dans les ouvrages matriciels d’une bibliothèque ? Où identifier les premières formes et pratiques culturelles en faveur des œuvres d’art (achetées, contemplées, touchées, admirées) ? Où décrypter la force d’une imagination et, de là, la fabrication d’un imaginaire de beauté ? Chez David-Weill, il semble que deux éléments déterminants catalysent la formation du goût : l’éclectisme dans l’excellence et l’acceptation consentie du choc esthétique.

  • 25 Jacques Vandier écrit : « On peut dire de lui qu’il était un spécialiste dans les disciplines les (...)
  • 26 Werner Muenstenberger, Le collectionneur : anatomie d’une passion, Paris, Payot, 1996.

12La première donnée est suffisamment inédite pour faire l’objet d’un microdéveloppement. En effet, l’éclectisme est réputé éloigné des habitus « maniaques » du « collectionneur-type » chez lequel, en dénominateur commun, les sociologues pointent – sur un périmètre, un objet, un sujet – l’investissement irrationnel, le manque, l’anxiété, l’incertitude, la tension, la culpabilité, la possession, le surpassement et alii. Selon David-Weill, aucun objet n’est à privilégier et, dans le même mouvement, aucune traque ou prédation nécessaire pour, à toute force, l’obtenir. C’est tout le contraire qui gouverne le geste du collectionneur dans sa quête des œuvres : à la manière d’un universalisme éloigné de l’obsession, domine la curiosité panoramique, multi-active et plurisectorielle25, cependant détachée du ressort négatif de l’insatisfaction chronique26.

13La presse, écho de l’opinion au seuil de représentativité recevable, rapporte ce trait cardinal. Ainsi, respectivement, les colonnes de L’Aurore, du Figaro et de L’Intransigeant :

  • 27 G. Joly, « L’hommage des musées français à David David-Weill », dans L’Aurore, 6 mai 1953 ; Pierre (...)

Le Président David-Weill est une figure exceptionnelle pour les amateurs d’art de ce temps. Sa curiosité et son éclectisme n’avaient point de limite et il n’est pas de forme plastique pour laquelle il ne se passionna.
[…] Ce grand collectionneur richissime n’avait pas au contraire de la plupart une spécialité, un dada. En définitive, il aimait tout ce qui était beau […].
[…] Cet homme éclairé et éclectique s’intéressait à tous les domaines de la curiosité […]27.

  • 28 Agnès Callu, Gaëtan Picon (1915-1976) : Esthétique et Culture, Paris, Honoré Champion, 2011, p. 12 (...)

14Néanmoins si cette ouverture protéiforme est globalement considérée comme le signe d’un goût à l’écart du compulsionnel restreint sachant, à l’inverse, regarder plus loin et capter une esthétique de la diversité, certains la raillent, pointant son aspect « bazar » (sic).À preuve, l’incise du poète écrivain René Lacôte, proche du philosophe Gaëtan Picon28, qui dit sa réserve dans une livraison des Lettres Françaises :

  • 29 René Lacôte, « La visite à l’Antiquaire », dans Les Lettres Françaises, 14 mai 1953.

[…] David David-Weill était un homme d’une très grande culture artistique qui s’est intéressé à tout et qui a constitué un échantillonnage de pièces maîtresses, un échantillonnage vaste et somptueux, c’est vrai, mais un bric-à-brac tout de même […]29.

  • 30 Agnès Callu, Gaëtan Picon…, op. cit., p. 112 et sq. Voir aussi, Jean-Claude Larat, Malraux, théori (...)

15Plus loin que l’énonciation descriptive de cette culture éclectique, encore faut-il en comprendre l’origine. De fait, de quelle source surgit un tel goût multipolaire ? Identifier ce caractère revient à accepter d’entendre, chez David-Weill, la place première, décisive, incandescente réservée aux affects. De fait, pour le collectionneur, l’émotion à l’œuvre, ce que l’art fait au cœur, l’emporte sur tout. Il adhère totalement, sans le verbaliser, au choc esthétique promu par un Malraux qui considère que l’œuvre « en présence » (sic), en intensité, traumatique, héroïque, transfusante, empoigne le cerveau limbique des hommes et des peuples30.

16Sur cette part laissée au torrent émotionnel, une nouvelle fois, Marcelle Minet rappelle la face dionysiaque de David-Weill :

  • 31 Donations de David David-Weill aux musées français, op. cit., p. VII-XVI.

[…] Le collectionneur n’acheta jamais un objet ou un tableau dont il n’eût subi la séduction. Son choix n’était pas déterminé par le sujet représenté, mais plutôt par l’émotion, le choc souvent bouleversant que provoquent la rencontre de la sensibilité de l’artiste, l’expression d’une vision nouvelle des choses […], la perception d’un tempérament à travers le rythme des volumes et des tons […]. L’émotion qu’il percevait devant un objet d’art lui interdisait toute spécialisation […]31.

17Quant à Georges Salles, il restitue avec chaleur l’affection témoignée aux objets par son ami :

  • 32 Ibid., p. I-II.

[…] Si David-Weill prenait tant de plaisir à rechercher le bel objet, c’est qu’il y était incité par un mouvement affectif. L’objet qu’il convoitait, il le rendait sien par le cœur avant de le posséder autrement. Je n’ai jamais vu chez d’autres amateurs ce rayonnement de tendresse que montrait David-Weill en regardant une toile de Corot, un bronze de Chine, une argenterie de Germain, un dessin de Saint-Aubin ou quelque autre précieuse pièce venue sous son toit et fixée là dans sa familiarité. À voir son émoi et sa sollicitude à l’égard du petit monde enchanté qui partageait sa demeure, on avait le sentiment qu’entre lui et les choses s’étaient établies cette connivence, cette vibrante intimité qui unissent des vivants […]32.

18Corpus « chef d’œuvérique » et extensif, la collection David-Weill ne trouve pas d’écho dimensionnel dans l’académisme descriptif et préfère, plus juste, l’autodiscours de Marcelle Minet qui, affective autant qu’émotive, fait une place légendaire – car à hauteur d’homme – aux trésors amoncelés :

  • 33 Ibid., p. VII-XVI.

[…] Les belles proportions et les lignes pures qui permettent le plein épanouissement de l’être avaient attiré David-Weill vers de rares pièces d’orfèvreries des xvie et xviie siècles […]. Un flambeau de Meissonnier, un bronze de Caffieri, une soupière des Germain le ravissaient […]. S’il s’abandonnait […] au charme du merveilleux que surent traduire en couleurs fraîches et vives les enlumineurs, les émailleurs ou les sculpteurs romans et gothiques, il se laissait aussi toucher par les registres des travaux et des jours d’un mastaba égyptien. La grâce d’une sculpture du xve siècle français le remuait […] ; la puissance des bronzes chinois archaïques […] lui apportait la révélation d’un art consommé […]. Certes, la belle ordonnance d’un temple grec ou l’Hermès de Naples le satisfaisaient pleinement, mais il ne rejetait pas les masques et figurines d’albâtre, de marbre ou de cristal de roche, les objets d’or de l’Amérique précolombienne. Il retrouvait cette sympathie […] dans l’utilisation que firent des laques de Chine et du Japon les grands ébénistes tels que Carlin, Saunier, Montigny ou Dupain […]. Il aimait passionnément la peinture […] depuis les scènes […] des Frères Le Nain jusqu’au Champ de courses de Raoul Dufy et aux compositions de Picasso. Le voisinage des toiles sereines et tendres de Corot avec le romantisme fougueux et chaud de Delacroix, au milieu de meubles du xviiie siècle […], le contraste de la palette de Renoir avec un beau portrait d’Ingres, le génie des instantanés de Degas à côté de l’heureux abandon de Claude Monet, lui procurèrent le plus grand des réconforts […]33.

19Sur le ton de la narration romanesque, la description foisonnante, cumulante, aux frontières de l’enivrement, de la collection David-Weill est fidèle puisqu’elle rend hommage aux unica comme aux corpus qui, sur une ligne diachronique, dans la polysémie des genres et des écoles, ont valeur de « master pieces ».

Une posture d’action

20L’harmonie entre un héritage assimilé/acculturé/accepté, un « bon naturel » faisant préférer l’intérêt collectif au particulier et un goût universel enté sur le potentiel de séduction et d’émotion des œuvres, conduit David-Weill – consolidé par son aptitude aux affaires et son sens financier – à occuper trois périmètres : la philanthropie, la direction d’un établissement culturel, le mécénat.

  • 34 Ludovic Tournès (dir.), L’argent de l’influence : les fondations américaines et leurs réseaux euro (...)

21Culturellement américanisé, dynastiquement profilé, naturellement altruiste, David-Weill s’engage dans une action philanthropique massive que son capital financier autorise et que les fractures sismiques des deux guerres lui désignent34. Là encore, la multiplicité autant que l’ampleur des chantiers qu’il encourage et parfois fait surgir s’imposent en force. Marcelle Minet en donne le récit :

[…] La paix revenue [i. e. en 1918], David-Weill développa, en bâtissant de nouveaux immeubles, la Fondation d’habitations à bon marché qu’avait instituée son père et participa aux constructions de Sociétés d’habitations ouvrières. Il s’intéressa activement au sanatorium des cheminots, à une clinique médico-chirurgicale gratuite, à des œuvres maternelles, à des laboratoires de recherches […]. Entre les deux guerres […], il participa à la Cité universitaire […] en agrandit le domaine en 1927 par l’achat de 13 000 mètres carrés et en 1929 la dota de 5 millions de francs […]. Après la Libération, animé d’un enthousiasme encore décuplé, […] [il se préoccupa de] la crise du logement qui lui apparut comme l’un des plus graves problèmes de notre temps […].

  • 35 Jean-Claude Daumas (dir.), Dictionnaire historique des patrons français, Paris, Flammarion, 2010.
  • 36 Agnès Callu, La Réunion des musées nationaux, op. cit., p. 416 et sq., p. 421 et sq., p. 427 et sq
  • 37 Agnès Callu, « La politique d’exposition de la RMN, 1930-1950 : capital symbolique et enjeux polit (...)

22Toutefois, plus visible encore, s’installe dans les imaginaires collectifs, la figure de David-Weill comme « grand patron »35. De fait, à la tête de la RMN – il est président du Conseil des musées nationaux de 1932 à 1940 – il participe à la modernisation de l’établissement créé en 1895, préfigurant sa stature de « grand opérateur culturel » au service des musées. Son action est décisive pour le développement de trois domaines36. Il plaide pour des acquisitions qui engagent vers plus de « modernisme » (sic). Sa passion de l’archéologie et de l’Asie lui fait soutenir des fouilles dans des zones géographiques jusqu’alors délaissées : il creuse ainsi l’écart faisant faire un saut qualitatif majeur aux Antiquités orientales et extrême-orientales. Il investit massivement le secteur des expositions, défendant une position offensive, risquée et novatrice qui favorise l’expansion experte et commerciale considérable que la RMN connaît au seuil des années 193037.

  • 38 Agnès Callu, La Réunion des musées nationaux, op. cit., p. 303 et sq.

23Sa nomination au sommet de la Réunion des musées nationaux, lorsque le collectionneur japonisant Raymond Koechlin38 cède son fauteuil, est très attendue. Témoin, un article paru dans une tribune de Coemedia en décembre 1931 :

  • 39 « Qui succèdera à Raymond Koechlin à la présidence du Conseil des musées nationaux ? », dans Comoe (...)

[…] Les partisans d’un amateur mettent en avant le nom de M. David-Weill. Déjà vice-président du Conseil [des musées nationaux], [il] serait incontestablement the right man in the right place. On sait que le Conseil gère une fortune de plusieurs millions et doit gérer au mieux ses arrérages. M. David David-Weill, rompu à la pratique des affaires, bienfaiteur de nos collections publiques, dont la maison est un magnifique musée, ne devrait rencontrer aucune opposition […]39.

  • 40 Jean-Michel Leniaud et François Monnier (dir.), Experts et décision, Paris, EPHE, 2012.

24Véritable décideur culturel – autant qu’expert, la conjonction est suffisamment rare pour être notée40 – David-Weill instaure à la RMN des pratiques managériales qui mixent verticalité hiérarchique, suivi de proximité des dossiers, croyance en la puissance des réseaux d’influence. Ce profil de « manager » aux allures de « pater familias » s’accompagne et se mâtine cependant toujours de douceur et d’empathie aux œuvres et aux hommes.

25Le fugitif « journal » proposé par Albert Henraux est, sur ce point, révélateur :

  • 41 Donations de David David-Weill aux musées français, op. cit., p. I-II.

C’est un jeudi matin : il est à peine 9 h 45. Le Conseil des musées nationaux est convoqué pour 10 heures. Tout semble calme dans les bureaux de la Direction, les couloirs sont vides. Mais voilà que les huissiers frappent aux portes : « le Président est arrivé ». Et ceux qui sont déjà là – il y en a peu… – de se précipiter dans la salle du Conseil pour tenir compagnie à leur Président. Celui-ci est tranquillement assis sur un coin de la grande table et attend en regardant les objets qui seront présentés tout à l’heure […]. Il fallait le voir accueillant l’un après l’autre chaque membre du Conseil, demandant des nouvelles de ceux qui avaient été souffrants, s’inquiétant auprès des conservateurs des besoins de leurs départements ou leur signalant l’objet rare qu’il avait découvert chez tel ou tel marchand […]41.

  • 42 René Huyghe, Une vie pour l’art : de Léonard à Picasso, Paris, Éditions de Fallois, 1994.

26Il n’empêche, David-Weill est omniprésent dans la prise de décision, intrusif, voire invasif, dans le champ des acquisitions, désignant aux conservateurs – sans attendre de réplique – les œuvres à acheter. Un billet adressé à l’indispensable et savant René Huyghe42 en 1938 en est l’un des multiples exemples :

  • 43 Archives des musées nationaux, dossier de David David-Weill, CC1/18.

Cher Monsieur et Ami,
Je suis direct. Allez voir le paysage de Courbet chez Rosenberg […]. Je vous avais signalé aussi par téléphone le magnifique don de Wildenstein et je vous avais indiqué en même temps l’intérêt qu’il y aurait pour vous à voir le beau tableau de Renoir qu’il a chez lui […]. Merci de suivre mes recommandations […]43.

  • 44 Christine Bouneau et Jean-Paul Callède (dir.), Léo Lagrange : une perspective de renouvellement da (...)
  • 45 Archives des musées nationaux, dossier d’Ivor Churchill, CC1/18.

27David-Weill, en « américain », est fondamentalement un homme clanique qui milite pour une internationalisation des pratiques nécessitant l’inclusion, dans les organes de direction, de personnalités étrangères « lancées », érudites et richissimes. En août 1937, il écrit directement au ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts – alors Léo Lagrange44 – pour favoriser l’entrée au Conseil des musées nationaux de Lord Ivor Churchill45 « a patron of art » :

  • 46 Archives des musées nationaux, dossier de David David-Weill, CC1/18.

Monsieur le Ministre,
[…] Au Conseil, depuis quelques années, grâce à une initiative intelligente, nous avons eu la bonne fortune de pouvoir nous adjoindre un certain nombre de collègues étrangers nous permettant ainsi soit de reconnaître des générosités passées, soit de susciter des générosités à venir. C’est à ce titre que M. Walter Gay, peintre de talent, collectionneur de goût le plus raffiné, faisait partie de notre Conseil. Son décès laisse une place vacante et j’ai tenu à vous signaler sans tarder celui qui parmi les collectionneurs et amateurs d’art étrangers me paraît le plus digne de lui succéder et dont la présence parmi nous pourra vraisemblablement contribuer à l’enrichissement de nos collections. Il s’agit de Lord Ivor Churchill, amateur d’art au goût le plus délicat qui a déjà fait des dons importants à nos musées […]. Je crois qu’il y a d’autant plus de hâte à prendre une décision à ce sujet que je sais que nous sommes menacés de certaines candidatures qui seraient néfastes et produiraient le plus mauvais effet […]46.

  • 47 Agnès Callu, La Réunion des musées nationaux…, op. cit., p. 397 et sq.

28David-Weill assume sa place managériale et pratique le lobby pour asseoir les rentrées d’argent autant que les acquisitions que seuls le talent et la pugnacité des amateurs, selon lui, parviennent à dénicher. Son tempérament lui assure le respect de tous les musées, mais, dans le même mouvement, l’autorité, voire l’autoritarisme de la RMN qu’il incarne, alors qu’elle est bousculée sur certains dossiers de gestion47, jamais ne pesa autant sur les musées de France. David-Weill est l’auteur de cette mutation infrastructurelle, les institutions muséales ne cessant pourtant de lui être redevables quand il leur distribue libéralités autant qu’il multiplie les dons de chefs-d’œuvre.

David David-Weill, bienfaiteur des musées

  • 48 Après le décès de Flora David-Weill, une partie de la collection fut vendue à Drouot ou Galliera, (...)
  • 49 Des mécènes par milliers. Un siècle de dons par les Amis du Louvre, Paris, RMN, 1997.

29La générosité de David-Weill en direction des musées ne peut prendre du sens qu’à la condition d’entendre les goûts et pratiques qui le fondent. Son tempérament – sa richesse aussi – lui permet de donner aux institutions muséales tout en préservant un corpus admirable ornant, signant sa maison-musée de Neuilly48. La répétition du catalogue de ses bienfaits – en argent comme en dons d’œuvres49 – pour les collections publiques serait redondante. Cependant, une fois encore, il est utile d’insister sur l’intentionnalité patrimoniale qui le guide et la diversité des institutions bénéficiaires de ses libéralités, le Louvre n’étant pas la seule organisation à laquelle songea l’exceptionnel collectionneur.

  • 50 La Société des Amis du Louvre fondée en 1897 compose, sur ce point, une interface très utile. Voir (...)
  • 51 Donations de David David-Weill aux musées français, op. cit., p. 207-250. Voir aussi Hélène David- (...)
  • 52 Donation de David-Weill au musée du Louvre, miniatures et émaux, Paris, RMN, 1956.
  • 53 Les donateurs du Louvre, op. cit., p. 183.

30De fait, acheter pour donner, prendre et reverser, se doter afin de mieux se dessaisir, telle est la loi dominante chez David-Weill. Ici, pas de trocs ou d’échanges marchands, mais le goût du comblement puisqu’il s’agit d’identifier les manques pour, chaque fois que cela est possible, occuper les angles morts50. Les bibliothèques sont destinataires, mais les musées plus encore retiennent le grand mécène. Ainsi, en province, de ceux de Saint-Quentin ou de Mulhouse et à Paris, Carnavalet. Les « nationaux » profitent : Cluny, Guimet, Rodin ou les Arts et Traditions populaires s’enrichissent de lots remarquables. Les « médians » comme l’Union centrale des Arts décoratifs – au statut privé, mais dont les collections sont publiques –, dont il est le vice-président et où son nom longtemps se perpétue51, enregistrent des chefs-d’œuvre quand les noms de Delafosse, Percier et Fontaine, Lami ou Le Lorrain émaillent son catalogue. Au Louvre, écrin naturellement préféré des attentions du collectionneur, dès 1912 les dons s’accumulent et qualitatif et quantitatif rivalisent d’excellence52. Des lots considérables font leur entrée : sept cents objets sumériens, des esquisses de Clodion et Pigalle, des albums de David ou Delacroix, quarante-huit études de Constable ou près de quatre cents miniatures et émaux français et étrangers des xvii-xixe siècles. Des unica aux signatures d’exception brillent sous les noms de Perronneau, Renoir, Watteau, Houdon, Ingres, Courbet, Daumier, Thomas Germain ou Pajou53.

  • 54 Cf. « Patrimoines, revue de l’INP », 2010, no 6, p. 3 et sq.
  • 55 Gérard Selbach, Les musées d’art américains, une industrie culturelle, Paris, L’Harmattan, 2000.
  • 56 Agnès Callu, « La Réunion des musées nationaux, 1895-2011 », op. cit.

31L’identité du lien qui unit David David-Weill aux musées français oblige, par-delà la position d’un profil singulier, à réfléchir à la place du collectionneur dans l’institution muséale au xxe siècle. Sur ce point, le cas français interroge puisque les collectionneurs sont, dans un mouvement contradictoire, espérés et maintenus en lisière. Ils sont attendus pour leurs largesses et les dons potentiels qu’ils sont susceptibles de faire et, au même moment, laissés dans un périmètre qui n’est pas celui de la prise de décision finale, réservée aux conservateurs et/ou, plus tard, aux hiérarques/énarques. À la différence du modèle américain qui accepte, revendique l’inclusion des collectionneurs dans le musée leur réservant les plus hautes fonctions, l’administration culturelle française, au nom d’une professionnalisation garante d’une supposée objectivité scientifique et de compétences technocratiques54, n’accepte de leur octroyer qu’une autorité partielle55. David-Weill, puissant financier franco-américain et décideur à l’expertise esthète, imposa, l’espace d’une génération – de 1930 au tournant de la décennie 1950 –, un modèle mixte qui devait assurer « l’âge d’or » d’une toute puissante RMN56 jusqu’au seuil des années 1990.

Notes

1 Agnès Callu, La Réunion des musées nationaux (1870-1940) : genèse et fonctionnement, Paris-Genève, Honoré Champion, 1994, p. 387-392.

2 Pascal Ory, L’histoire culturelle, Paris, PUF, 2007.

3 François Dosse, Le pari biographique : écrire une vie, Paris, La Découverte, 2011.

4 Art history and visual studies in Europe : transnational discourses and national frameworks [edited by Matthew Rampley, Thierry Lenain, Hubert Locher, Andrea Pinotti, Charlotte Schoell-Glass, Kitty Zijlmans], Leiden, Boston, E. J. Brill, 2012.

5 William Genieys, Sociologie politique des élites, Paris, Armand Colin, 2011.

6 Claude Javeau, « Sartre et sa théorie des émotions : une confrontation avec Erving Goffman », Sociologies [En ligne], Dossier « Émotions et sentiments, réalité et fiction », mis en ligne ler juin 2010.

7 Albert Henraux, Marcelle Minet et Georges Salles, Donations de David David-Weill aux musées français, Paris, RMN, 1953. Voir aussi, pour un panorama campé au coude des années 1920 : Gabriel Henriot, Collection David-Weill, Paris, 1926.

8 Jean Hilaire et Françoise Hildesheimer (dir.), L’intérêt général aux xixe et xxe siècles, Paris, Association pour l’histoire du groupe Caisse d’épargne, 2009.

9 Martine Orange, Ces messieurs de Lazard, Paris, Albin Michel, 2006 et Guy-Alban de Rougemont, Lazard Frères : Banquiers des deux mondes (1848-1939), Paris, Fayard, 2011.

10 William D. Cohan, The last tycoons : the secret history of Lazard Frères and co, Anchor, 2008.

11 Antoine Prost, Éloge des pédagogues, Paris, Le Seuil, 1985.

12 Les donateurs du Louvre, Paris, RMN, 1989, p. 172, 183-184, 246.

13 Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron, Les héritiers : les étudiants et la culture, Paris, Éditions de Minuit, 1985.

14 André Kaspi, Les Américains, Paris, Le Seuil, 2008.

15 Voir les analyses toujours pertinentes d’Henry Coston, Ces financiers qui mènent le monde, Paris, Librairie Française, 1955.

16 Voir, par exemple, Edith Wharton, Sur les rives de l’Hudson, Paris, Flammarion, 1996.

17 Michel Lobrot, Les forces profondes du moi, Paris, Économica, 1983.

18 Donations de David David-Weill aux musées français, op. cit., p. I-II.

19 Georges Salles, Le regard, Paris, RMN, 1992.

20 Donations de David David-Weill aux musées français, op. cit., p. III-V.

21 Marcel Aubert, La Bourgogne. La sculpture, Paris, Van Oest, 1930.

22 Donations de David David-Weill aux musées français, op. cit., p. VII-XVI.

23 André Warnod, « Le musée de l’Orangerie présente les donations de David David-Weill aux musées français », dans Le Figaro, 11 mai 1953.

24 Voir les recherches en cours conduites à l’INHA par Chantal Georgel, conseiller scientifique pour l’axe de recherche « Histoire du goût ».

25 Jacques Vandier écrit : « On peut dire de lui qu’il était un spécialiste dans les disciplines les plus diverses », cf. Les donateurs du Louvre, op. cit., p. 183.

26 Werner Muenstenberger, Le collectionneur : anatomie d’une passion, Paris, Payot, 1996.

27 G. Joly, « L’hommage des musées français à David David-Weill », dans L’Aurore, 6 mai 1953 ; Pierre Mazars, « David David-Weill ou le financier fit mentir la fable », dans Le Figaro Littéraire, 9 mai 1953 ; R. Wilhelem, « David David-Weill a offert en quarante ans un millier d’œuvres aux musées », dans L’Intransigeant, 7 mai 1953.

28 Agnès Callu, Gaëtan Picon (1915-1976) : Esthétique et Culture, Paris, Honoré Champion, 2011, p. 121.

29 René Lacôte, « La visite à l’Antiquaire », dans Les Lettres Françaises, 14 mai 1953.

30 Agnès Callu, Gaëtan Picon…, op. cit., p. 112 et sq. Voir aussi, Jean-Claude Larat, Malraux, théoricien de la littérature (1920-1951), Paris, PUF, 1996.

31 Donations de David David-Weill aux musées français, op. cit., p. VII-XVI.

32 Ibid., p. I-II.

33 Ibid., p. VII-XVI.

34 Ludovic Tournès (dir.), L’argent de l’influence : les fondations américaines et leurs réseaux européens, Paris, Autrement, 2010.

35 Jean-Claude Daumas (dir.), Dictionnaire historique des patrons français, Paris, Flammarion, 2010.

36 Agnès Callu, La Réunion des musées nationaux, op. cit., p. 416 et sq., p. 421 et sq., p. 427 et sq.

37 Agnès Callu, « La politique d’exposition de la RMN, 1930-1950 : capital symbolique et enjeux politiques » [à paraître].

38 Agnès Callu, La Réunion des musées nationaux, op. cit., p. 303 et sq.

39 « Qui succèdera à Raymond Koechlin à la présidence du Conseil des musées nationaux ? », dans Comoedia, 10 décembre 1931.

40 Jean-Michel Leniaud et François Monnier (dir.), Experts et décision, Paris, EPHE, 2012.

41 Donations de David David-Weill aux musées français, op. cit., p. I-II.

42 René Huyghe, Une vie pour l’art : de Léonard à Picasso, Paris, Éditions de Fallois, 1994.

43 Archives des musées nationaux, dossier de David David-Weill, CC1/18.

44 Christine Bouneau et Jean-Paul Callède (dir.), Léo Lagrange : une perspective de renouvellement dans la construction des jeunes générations ?, Pessac, Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, 2012.

45 Archives des musées nationaux, dossier d’Ivor Churchill, CC1/18.

46 Archives des musées nationaux, dossier de David David-Weill, CC1/18.

47 Agnès Callu, La Réunion des musées nationaux…, op. cit., p. 397 et sq.

48 Après le décès de Flora David-Weill, une partie de la collection fut vendue à Drouot ou Galliera, cf. Étude Ader, Picard, Collection David-Weill – Estampes de maîtres des xixe et xxe siècles, Paris, Hôtel Drouot, 25 et 26 mai 1971 ; Collection David-Weill – Dessins et tableaux, histoire de Paris et de ses environs, sujets divers du xviiie au xxe siècle, Paris, Hôtel Drouot, mercredi 9 et jeudi 10 juin 1971 ; Collection David-Weill – Haute curiosité (antiquités égyptiennes, précolombiennes, bronzes et émaux), Paris, Hôtel Drouot, 16 juin 1971 ; Collection David-Weill – Orfèvrerie T. 1 – Orfèvrerie France xviie et xviiie siècles, Paris, Palais Galliera, vendredi 4 juin 1971 ; Collection David-Weill – Orfèvrerie T. 2 – Orfèvrerie France xve au xviiie siècles, Paris, Palais Galliera, mercredi 24 novembre 1971 ; Collection David-Weill – Orfèvrerie T. 3 – Orfèvrerie France xiie et xixe siècles, Paris, Hôtel Drouot, jeudi et vendredi 5 mai 1972 ; Collection David-Weill – Bronzes antiques des steppes et de l’Iran, Hôtel Drouot, mercredi 28 et jeudi 29 juin 1972.

49 Des mécènes par milliers. Un siècle de dons par les Amis du Louvre, Paris, RMN, 1997.

50 La Société des Amis du Louvre fondée en 1897 compose, sur ce point, une interface très utile. Voir Agnès Callu, La Réunion des musées nationaux…, op. cit., p. 185-190.

51 Donations de David David-Weill aux musées français, op. cit., p. 207-250. Voir aussi Hélène David-Weill présidente et mécène, Paris, Les Arts décoratifs, 2013.

52 Donation de David-Weill au musée du Louvre, miniatures et émaux, Paris, RMN, 1956.

53 Les donateurs du Louvre, op. cit., p. 183.

54 Cf. « Patrimoines, revue de l’INP », 2010, no 6, p. 3 et sq.

55 Gérard Selbach, Les musées d’art américains, une industrie culturelle, Paris, L’Harmattan, 2000.

56 Agnès Callu, « La Réunion des musées nationaux, 1895-2011 », op. cit.

© CNRS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540