Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Autopsie du musée

 | 
Agnès Callu

Préface

Roland Recht

Texte intégral

1Deux positions bien tranchées se sont opposées lors des débats suscités par la Révolution française autour de la muséographie du Louvre. Techniques en apparence, elles portaient en vérité sur l’essentiel : comment convient-il de présenter les œuvres et donc de s’adresser au public – ce qui revient à poser la question de la fonction du musée.

2En 1792, le ministre Roland souhaite « entremêler » siècles et écoles et fournir ainsi au visiteur le plaisir de la découverte. Un an plus tard, Jean-Baptiste Lebrun propose au contraire une disposition strictement régie par la notion d’« écoles » ainsi que par le développement organique qu’avait établi Winckelmann pour l’art antique : tout art passe par trois phases – jeunesse, maturité, décadence – qu’il faut rendre visibles. À l’arbitraire du goût chez Roland, Lebrun substitue un système reposant sur une philosophie de l’histoire.

3En quoi ce débat nous concerne-t-il encore ? Dans la mesure où il dessine deux conceptions de la culture qui, aujourd’hui, font toujours débat. La proposition de Roland repose sur l’idée selon laquelle la contemplation d’une peinture doit être la seule finalité de son exposition. La muséographie préconisée par Lebrun fixe au musée un objectif pédagogique, si l’on peut dire : le visiteur doit moins s’adonner à la contemplation qu’à l’enrichissement de son savoir. Dans un cas, il s’agit de satisfaire des sujets sensibles à l’art, dans l’autre, d’instruire des sujets par l’art.

4Finalement, c’est le projet de Lebrun qui fera l’objet d’une application quasi universelle. Mais si de nos jours l’existence des musées est une donnée admise par toutes les idéologies, sa mission fait de plus en plus souvent l’objet de désaccords profonds, plus ou moins explicites, entre les autorités politiques de tutelle et les conservateurs des collections. Le musée n’est pas tant considéré comme la lente stratification des significations symboliques qui se sont attachées à des œuvres de portée universelle, que comme un « équipement culturel » au même titre qu’une salle de concert. Davantage incités à relayer des expositions « clés en main » qu’à conserver, enrichir et promouvoir les collections dont ils ont la charge, les conservateurs sont soumis à des impératifs économiques dont plus personne ne peut contester la validité.

5Le musée devrait être un lieu ouvert à tous : on n’exige cette ouverture ni d’une bibliothèque ni d’une salle de concert. Il devrait s’adresser à tous : pourtant, tout comme on apprend à lire il faut bien apprendre à voir, et cela n’est guère donné d’un coup.

6Ce qui dessert le musée aux yeux des politiques qui vivent au rythme de l’évènementiel, est en vérité ce qui fait sa force symbolique : sa permanence. On y va à la rencontre du temps. Le temps y est distribué au sein d’espaces articulés les uns avec les autres. Un temps qui n’est certes pas immuable dans sa totalité, mais dont suffisamment de parties constitutives forment une sorte de base chiffrée. Au cours de ses présentations changeantes, le musée peut offrir des variations nombreuses qui, à chaque fois, forment de nouvelles séquences discursives. La muséographie accélère ou ralentit, rapproche ou éloigne, étire ou comprime le temps. L’histoire (de l’art) telle qu’elle apparaît dans le musée, est semblable à un récit romanesque dont les œuvres constitueraient les personnages.

  • 1 Voir récemment le numéro spécial de la revue Critique consacré au thème : « Le musée sous réserve (...)

7Le destin des musées a voulu qu’à la sortie du xxe siècle, leur définition ne fût plus tout à fait assurée1. Mais en même temps que cette mutation s’opère avec régularité, on assiste à une grande diversification des recherches que le musée suscite ou favorise. La sociologie, la psychologie de la perception, les sciences de l’éducation, le management culturel, l’anthropologie, la sémiologie, l’histoire du goût, l’histoire des collections, l’histoire de l’architecture, s’ajoutent à la muséologie et à l’histoire des musées dont les travaux sont déjà fort nombreux. Ce sont d’immenses champs de recherche qui ainsi s’emparent du musée.

8À cette mutation significative du musée s’ajoute un phénomène qui a pris, au cours de la seconde moitié du xxe siècle, un développement inattendu : c’est celui des expositions temporaires. Longtemps conçues comme une activité secondaire des musées, elles tendent, dans beaucoup de cas, à se substituer à leur mission première. Là encore, c’est sous l’effet d’une pression constante des tutelles qui préfèrent que l’on parle de leur ville ou de leur région à propos d’une exposition temporaire sur un thème « grand public », alors que la permanence du musée ne se voit signalée que dans les prospectus touristiques. Dans les régions, dans les villes moyennes, les collections publiques sont le plus souvent considérées comme un patrimoine coûteux et sans valeur symbolique suffisante. Paradoxalement, ce « siècle des musées » a donc engendré une grande misère des musées de France au profit des institutions géantes concentrées à Paris ou dans quelques grandes villes demeurées soucieuses d’une activité complète.

9Agnès Callu, en historienne qui objective les situations, rend compte ici d’une partie conséquente de cette diversité des savoirs mobilisés autour du musée. Aux côtés des auteurs qu’elle a sollicités sous une forme orale ou écrite, acteurs, témoins ou observateurs vigilants, elle publie sous sa propre signature plusieurs études montrant à quel point elle s’implique dans la réflexion autour de la théorie du musée, de sa fonction sociale et de son capital symbolique. L’ouvrage qu’elle a conçu à la suite des séminaires qui, en trois années successives, en ont fourni la matière, forme une contribution particulièrement salutaire à un débat qui n’est pas près de son terme.

Notes

1 Voir récemment le numéro spécial de la revue Critique consacré au thème : « Le musée sous réserve d’inventaire », conçu par Jean-Louis Jeannelle (juin 2014).

Auteur

© CNRS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540