Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Territoires de l'urbain en Asie

 | 
Manuelle Franck
, 
Thierry Sanjuan

Postface

Territoires de projets : l’Asie orientale à l’épreuve d’un nouveau « régime de production urbaine » ?

Charles Goldblum

Texte intégral

1Par-delà les tendances uniformisatrices, portées par la mondialisation économique, et les effets de métropolisation, vecteurs de sa transcription spatiale, l’Asie orientale continue d’être caractérisée par la diversité, la variété de ses villes et de ses territoires. Ceux-ci participent cependant à un univers de projets urbains et territoriaux qui, singuliers ou coordonnés, manifestent leur appartenance commune à une aire de croissance économique. Une dynamique multiforme de mise en adéquation extensive des territoires par l’urbain et par les réagencements régionaux aux impératifs des échanges, de la circulation des flux qui les traversent, porte la logique des projets jusqu’aux régions reculées ou enclavées, aux confins des territoires nationaux. Cette dynamique extensive, débordant les frontières, converge avec une urbanisation intensive des aires centrales et périurbaines dans un bouleversement des formes et des statuts des territoires. Les contributions au présent ouvrage éclairent ces processus et stratégies d’urbanisation traversant, dans leurs diverses déclinaisons, les espaces de l’Asie orientale, mettant ainsi en évidence les opérateurs majeurs des changements dimensionnels des villes et territoires de projets comme des projets eux-mêmes. S’en dégage l’idée d’une mutation dans les manières de produire la ville, voire d’un nouveau régime urbain sous-tendu par des logiques spécifiques. Si de nouvelles formes, de nouveaux acteurs, un nouveau vocabulaire relatifs à la fabrication urbaine apparaissent, le changement ne porte pas exclusivement, ni nécessairement, sur l’espace physique, sur la ville dans sa matérialité ; il concerne également, et peut-être avant tout, le statut conféré aux espaces, aux formes, quelle qu’en soit l’ancienneté, au sein de nouveaux ensembles territoriaux en cours de formation et relativement aux dynamiques qui en sont porteuses ou les traversent.

2Cette nouvelle donne urbaine, observable tant dans les réorientations des programmes de nouveaux quartiers planifiés à Hanoi et Hô Chi Minh-Ville que dans les récentes innovations singapouriennes en matière d’aménagement et de mégaprojets, voire dans le réinvestissement du centre et des espaces portuaires de Tôkyô, a ses lieux de forte intensité que sont les métropoles, avec leurs hyper-centres et leurs grands projets périphériques, les grands sites touristiques également. Elle a aussi ses lieux de faible intensité, villes petites et moyennes, territoires enclavés ou éloignés des grands réseaux d’infrastructures ; ceux-ci sont cependant sélectivement concernés par la logique expansive des corridors et triangles de croissance, par les grands programmes d’infrastructures (tel celui de la Région du Grand Mékong) visant à la fluidité des échanges supranationaux, par l’attractivité des lieux valorisés du fait de leur patrimoine et de leurs paysages.

3Dans la diversité des situations et objets urbains étudiés, le présent ouvrage esquisse les contours de cet univers de projet en expansion, permettant de cerner quelques traits saillants de cette nouvelle donne urbaine, l’une de ses caractéristiques étant de transgresser les partitions géopolitiques et géoéconomiques (entre pays d’économie libérale et pays en transition vers l’économie de marché ; entre urbanisation dirigée par l’État et urbanisation orientée par le marché) et les échelles (entre métropoles et petites villes ; entre rural et urbain ; entre espaces des pratiques urbaines quotidiennes et grands schémas d’aménagement). C’est dans une lecture décalée par rapport aux énoncés thématiques de l’ouvrage que cette réflexion conclusive propose d’en rendre compte.

Un univers de projets en expansion. Redimensionnement urbain et reconfiguration des tracés

4Depuis quelques décennies, les territoires de l’Asie orientale sont entrés dans une phase de transformation par l’urbain leur conférant l’allure de chantiers permanents. Ceci affecte à l’évidence les morphologies, les formes et les paysages, mais également – et sans doute plus profondément – les logiques des interventions, leur statut, ainsi que celui des territoires concernés. Si ces bouleversements sont activés par la financiarisation, l’internationalisation de la production urbaine dans son articulation au déploiement des nouvelles technologies de l’information et de la communication (primat des flux, vitesse de circulation, accélération des échanges), la manifestation la plus patente de l’instauration d’un nouveau régime urbain demeure le changement dimensionnel associé aux flux d’échange dans une même logique de projet.

Reconditionnement urbain et projets résidentiels

5Portant sur la taille des villes, le reconditionnement urbain adopte les voies de l’action publique volontariste (au travers des préconisations des schémas directeurs et de la redéfinition des limites administratives des villes), mais aussi celles des processus économiques et spatiaux auxquels sont associées l’émergence et la diffusion des « méga-projets » urbains (villes nouvelles « intelligentes », hyper-centres). T. G. McGee, avec ses travaux sur la méga-urbanisation en Extrême-Orient, fut un des premiers parmi les chercheurs travaillant sur l’Asie urbaine à analyser ces changements dimensionnels dans leur nouveauté (motivant la création d’un néologisme : desakota – ville-village) et à en percevoir la portée. L’apport de la présente collection d’articles, de ce point de vue, est de nous faire entrer dans le modus operandi de ces changements et d’en faire percevoir la logique trans-scalaire.

6La production résidentielle est particulièrement éclairante à cet égard. Le marché du logement condense en effet, dans son principe même, le rapport du fixe et du circulant, étant donné que ce qui y circule comme bien marchand, c’est précisément un mode de fixation sur le territoire. À ce rapport économique se superpose et s’impose celui relatif aux conditions techniques de la circulation des flux, notamment du transport des flux matérialisés. La formule du condominium, promue par Singapour dès les années 1970, en tant que type d’habitat de grand standing en copropriété lié à la mobilité internationale des cadres des entreprises multinationales, cristallise cette relation ; liées au développement des hyper-centres verticalisés et à leur mode de valorisation foncière dans les grands pôles d’échanges internationaux, au rang desquels Singapour figure comme hub pour l’Asie du Sud-Est, les opérations de construction de condominiums accompagnent désormais, comme le montre Xavier Guillot, le mouvement de périphérisation des équipements centraux dans la cité-État, ainsi que la privatisation de la production du logement. Or, à ce double mouvement correspond un dispositif urbanistique dit de « régionalisation », reposant sur le double principe de promotion des nouveaux « centres régionaux » et d’un renforcement des connexions physiques avec le développement des autoroutes urbaines. La réalisation de nouvelles unités résidentielles aménagées par la promotion privée est ainsi inscrite dans une logique de réseaux, associant leur développement à celui des infrastructures de transport (autoroutes, systèmes de transport collectif en site propre), leur permettant d’occuper les interstices de l’urbanisme étatique (villes nouvelles, zones industrielles, corridors de développement) ; en résulte, selon la juste formule de Xavier Guillot, un « habitat urbain sans ville ». C’est ainsi, dans l’insertion des condominiums sous forme de resorts comme dans l’idéal de « ville nouvelle écologique » et de waterfront city, une « idée de ville » qui, reposant sur une vision « touristique », ludique et sportive, de la vie quotidienne, s’élabore, contrastant avec la logique des flux, l’« emprise de la vitesse » qui en commande et autorise le modèle.

7Le condominium, et plus largement la nouvelle typologie de l’habitat de l’ère de la métropolisation promue à partir des villes phares de l’Asie orientale, met ainsi en évidence le poids des infrastructures dans les changements dimensionnels dont les espaces urbains de l’Extrême-Orient sont aujourd’hui l’objet. Résultant d’une domination de la logique des flux sur la fixation territoriale, résidentielle en particulier, cette typologie gagne des villes de moindre importance à la faveur des intégrations économiques régionales, y compris celles de pays en transition économique, telles que Phnom Penh. Après une phase de restauration de l’urbain marquée, dans les années 1990, par la multiplication des réalisations résidentielles privées, individuelles en majorité, et le développement d’un habitat infra-légal, c’est dans un mouvement associant grandes infrastructures (tributaires de l’aide internationale) et méga-projets de villes nouvelles privées (portés par des investissements directs étrangers, régionaux notamment) que la capitale cambodgienne tend, dans les années 2000, à rejoindre les formes générales de l’urbanisation-métropolisation asiatique. L’un des intérêts de la contribution de Gabriel Fauveaud est de montrer que ces grandes opérations ne sont pas seules à contribuer à la reconfiguration du marché immobilier urbain et au redimensionnement de l’espace urbain, dans une économie urbaine émergente dominée par l’industrie textile et le tourisme. L’éclairage est ainsi porté sur l’apport majoritaire des opérations groupées de lotissements dérivés du compartiment, constituant de nouvelles « cités résidentielles » désignées sous le terme khmer de borey. Investissant de larges portions du territoire urbain, le long des grands axes et les interstices entre ceux-ci et entre les grands projets, au gré de l’extension du réseau viaire (voire en en requérant la réalisation), ces opérations de promotion contribuent, conjointement à ces derniers, à l’instauration d’un nouveau régime de production urbaine que caractérise le déploiement de la ville dans la grande dimension, à l’échelle des opérations et à l’échelle urbaine.

8Commandées par la réalisation et le tracé des infrastructures de transport, ces opérations – à l’instar des lotissements qui, sous la désignation de ban chatsan en Thaïlande ou de taman en Malaysia, les ont précédées dans les années 1980 – entrent en résonance avec les impératifs de mobilité qui caractérisent le « nouveau régime urbain » sur un triple registre : celui de la mise en circulation du foncier comme bien marchand ; celui de la mobilisation de capitaux de promotion ; celui de la « mobilisation » de la population citadine, y compris dans le sens de sa capacité financière de déplacement (individuel) motorisé pour ce qui est des déplacements quotidiens.

Les infrastructures de la mobilité et la question de l’espace public

9La réalisation des grandes infrastructures de transports, telles que les grandes liaisons ferroviaires, et des grands équipements est effectivement au centre de cette reconfiguration, sur le mode volontariste, des territoires par l’urbain, du moins pour ce qui concerne l’approche sectorielle. Y contribuent également les modifications de tracés viaires qui déterminent les conditions du déplacement des citadins. En l’occurrence, c’est avant tout dans la façon dont les infrastructures de la mobilité croisent l’ensemble de la chaîne de transformation urbaine et territoriale, à différentes échelles, et en particulier dans le domaine de l’habitat, que les actions relatives aux transports intéressent le champ de l’ouvrage. Cependant, si la nouvelle typologie de l’habitat entretient des relations étroites avec l’expansion et la modernisation des réseaux viaires, qu’advient-il des réseaux hérités, de la trame viaire longtemps dépositaire, à l’écart des grands tracés, de la pérennité de la forme urbaine au sein même des quartiers centraux face à l’« explosion des mobilités » ?

10C’est précisément à ces échelles mineures, celle des rues et ruelles des quartiers centraux (colonial et chinois) de Hô Chi Minh-Ville que Marie Gibert observe la dynamique de métropolisation, entre impératif de circulation et conquête de la grande dimension. Devant l’état de « métropolisation incomplète » qu’y traduit, selon elle, la hiérarchie incomplète du réseau viaire, la rénovation de la voirie s’impose comme un élément clé du renouvellement urbain – l’élargissement des ruelles œuvrant au redimensionnement de la centralité comme la création de nouvelles voies à celui l’agglomération. Or cet élargissement opère au cœur de la fabrique urbaine : participant de la logique de libre-circulation des flux, inaugurée avec le Renouveau – Doi moi – de la fin des années 1980, il procède à une inversion du rapport socio-spatial entre le bâti et la voie qui prévalait jusqu’alors en dehors des grands axes et des quartiers programmés, dans le réseau des rues et ruelles où la rangée de compartiments ou de maisons-tubes était constitutive de la rue, notamment de la rue marchande. S’impose désormais, à Hô Chi Minh-Ville comme dans les autres grandes agglomérations de l’Asie orientale, la logique fonctionnelle du fixe et du circulant telle qu’exprimée par le rapport de la tour à la voie dans l’hypercentre. Réponse à l’impératif de fluidité, cette transformation fonctionnelle bouleverse le quotidien des villes, libérant progressivement le mouvement en déconnectant l’habitat de l’activité, ce que traduit le passage de la voie de desserte à la voie de transit. Dans le contexte de la transition vietnamienne, elle est également, dans les faits, l’instrument de la mise en adéquation de la ville aux normes métropolitaines telles qu’elles s’expriment dans l’idée de la ville « moderne et civilisée ». Participant d’une reconfiguration de la carte foncière, le recalibrage des tracés viaires contribue également à une redistribution de la population urbaine selon une nouvelle stratification sociale dont le statut foncier et la localisation deviennent les marqueurs majeurs, accentuant et rendant lisibles les disparités sociales : à la fluidité externe correspond le jeu de l’« entre-soi », du repli social et individuel, tandis que le complexe commercial avec sa galerie marchande tend à se substituer à la rue marchande. Ainsi s’organise une nouvelle quotidienneté urbaine supposée en phase avec les ambitions métropolitaines qu’exprime plutôt qu’il ne les orchestre le schéma directeur à l’horizon 2025, celle d’une « métropole fonctionnelle » obéissant à une logique de projet associant « nouvelles zones d’urbanisation » (KDTM) et grands axes structurants comme modalité de renouvellement urbain et d’expansion métropolitaine.

11Instrument de la volonté régalienne, le tracé viaire est révélateur des ambitions métropolitaines, de ses vecteurs, limites et contraintes aussi. À la fois objet et instrument des transformations urbaines contemporaines, la rue/ruelle s’impose ainsi comme analyseur des modalités instauratrices d’un nouvel ordre urbain, à l’intersection du physique, du spatial et du social : nouvelles articulation rue-territoire/espace public-espace privé/nouvelles segmentations socio-spatiales.

12La mise en conformité de la rue marchande ou de la ruelle avec les impératifs circulatoires pèse sur le devenir en tant qu’espace social et espace public dans le nouvel ordre urbain en construction. Précisément, parmi les dispositifs urbains ayant, dans le présent ouvrage, fonction d’analyseurs, les espaces publics – avec toute l’ambiguïté de l’expression – occupent une position cardinale en ce sens qu’ils associent (et mettent souvent en conflit) l’espace de la quotidienneté et l’espace fonctionnel, celui de la circulation en particulier, ou l’espace officiel de représentation. Comme le montre Thierry Sanjuan dans son texte relatif à l’urbanité chinoise, aux résonances habermasiennes, à travers l’espace public, c’est la faculté de la ville à faire société qui est questionnée. La ville n’est donc pas donnée comme le produit d’une société urbaine constituée en tant que telle, l’hypothèse étant que c’est précisément dans la construction urbaine que la société urbaine contemporaine se constitue. On le comprend d’autant mieux que c’est effectivement dans cette construction, dans les mobilités physiques et sociales qui la sous-tendent et qu’elle active que se dessinent les nouvelles formes et figures de la stratification sociale – mode de partage du territoire urbain en termes fonctionnels et spatiaux, mais aussi en termes de partage social : univers de l’« entre-soi » répondant aux normes de l’ordre urbain porté par les nouveaux projets publics et individuels, à l’instar de celui qui, dans l’observation de Marie Gibert, vient s’immiscer ou s’imposer dans les ruelles vietnamiennes.

13C’est en ce sens, du fait même de leur exposition aux bouleversements urbains, que les espaces publics, sont révélateurs des évolutions et du changement de registre en matière de développement territorial et urbain. Dans cette quête d’une méthode d’investigation propre à rendre compte de ces changements dans les voies et formes qu’ils adoptent dans les grandes villes chinoises, une attention particulière est d’abord portée à la structuration sociale qui, dans une phase particulière – telle celle de la danwei organisant socio-spatialement la relation habitat-travail –, confère ses codes aux usages des espaces partagés ; ainsi des pratiques auxquelles donnent lieu les ruelles pékinoises (hutong) ou les courées shanghaïennes (lilong).

14Considéré au singulier – à l’échelle du réseau de ruelles artisanales et commerciales de Shanghai connues sous le nom de Tianzifang et résultant de la rénovation de la Concession française – et dans son rapport à l’habitat, l’espace public devient dans l’article de Florence Padovani sur un lilong (courée), l’analyseur des transformations relatives au tissu social d’un quartier « central » de la métropole chinoise, celui de l’ancienne Concession française, dans un contexte de changement accéléré (changement urbain, changement de statut, changement d’image) et de gentrification, dont, ici – comme dans les anciens quartiers centraux tombés en déshérence dans les villes européennes –, les intellectuels et les artistes constituent les avant-courriers. La constitution de l’habitat comme ressource locative participe de cette dynamique endogène ; un moment ralentie par les effets, de la crise de 1997 et par le statut alors promu de « meilleure zone industrielle créative », la dynamique du quartier rejoint le processus massif d’internationalisation impulsé par l’Exposition universelle, grand événement international consacrant Shanghai comme métropole mondiale et comme vitrine de l’ouverture chinoise sur le monde : développement du tourisme et montée en gamme des commerces, éléments d’une citadinité mise aux normes internationales d’une métropole mondiale, vont de pair pour tirer parti des traces d’un passé recomposé pour la circonstance. Cette valorisation par l’image médiatique « globale » impose sa prépondérance par rapport aux conditions de vie locales, légitimant l’expropriation ; l’intérêt public (le bien-être) étant assimilé aux intérêts (économiques et médiatiques) nationaux, il trouve notamment sa traduction foncière dans le déplacement sous contrainte des citadins et de leurs activités.

15On retrouve ici quelques points clés communs : l’espace public de la quotidienneté, les grands projets internationaux, le foncier et l’expropriation comme mode de la transformation urbaine sous contrainte, la trace historique et le passé recomposé. L’attention porte également sur les interstices de l’ordre urbain structuré par le politique. Ceci pose, notamment, la question – soulevée par Thierry Sanjuan – du changement de signification d’espaces publics conçus et réalisés sous le communisme dans une optique de glorification du régime (telles les places de prestige devenues vitrines de la Chine moderne comme à Shanghai), de la conversion des anciens espaces de représentation en lieux de sociabilité urbaine (lieux d’exposition, de spectacles, cafés, ouverture des espaces publics à d’autres scénographies de la vie quotidienne urbaine).

16Cette observation porte, en filigrane, la question de la signification politique et sociale du système urbain en construction par rapport à la ville du centralisme démocratique, où l’espace pas plus que le pouvoir ne se partage – il se distribue hiérarchiquement, s’ajuste, voire se négocie en parallèle. Quelle(s) signification(s) attribuer aux pratiques et idéalités de partage de l’espace public dans un tel contexte ? Quels en sont les ressorts et ceux des projets qui les portent ? Ces questions, et avec elles celles des spécificités de la production urbaine (fonctions et statuts), des négociations et hybridations de formes dans les contextes de transition vers l’économie de marché, viennent ainsi en contrepoint de l’observation des régularités qu’induit l’internationalisation de la production urbaine, autre caractéristique majeure de l’hypothétique nouveau régime urbain.

L’internationalisation de la production urbaine et ses vecteurs : le patrimonial, l’évènementiel, les dispositifs spatiaux supranationaux

17L’internationalisation est une caractéristique multiforme des économies à l’ère de la mondialisation ; elle est aussi, sur plusieurs plans, une caractéristique de la production urbaine et territoriale en Extrême-Orient, où elle affecte les projets tant en termes de financement que de conception, de destination ou de fonction. Patente dans les pays en transition vers l’économie de marché, où elle caractérise à la fois la voie et la forme qu’y adopte l’ouverture économique, la dimension internationale opère en profondeur dans les lieux phares que sont les grandes métropoles asiatiques, y compris aux échelles mineures, gagnant des espaces et objets incertains – jusqu’aux traces d’un passé supposé ou recomposé.

Entre planification urbaine et urbanisme de projets, figures ambiguës de la métropolisation en Asie orientale

18Face aux bouleversements résultant de processus exogènes, associés à la mondialisation économique, la recherche d’une maîtrise des incidences spatiales – de la « territorialisation » – des flux internationaux, d’un cadre conceptuel orchestrant les transformations et innovations, passe notamment par les dispositifs de planification urbaine. L’élaboration et la mise en œuvre de schémas directeurs ne sont cependant pas sans soulever quelque paradoxe quant à la question de la régulation des effets de l’internationalisation induits par ces démarches. Celles-ci mobilisent en effet souvent des dynamiques externes difficilement contrôlables par les instances territoriales ou nationales, qu’il s’agisse de la circulation des conceptions et des modèles d’aménagement ou des moyens pratiques (techniques et financiers) de l’élaboration des plans. Il en va ainsi des schémas inscrits dans le cadre de grands projets supranationaux, tels ceux orchestrés par la Banque asiatique de développement (BAD) ou l’Unesco, mais aussi de ceux tributaires des financements et de l’expertise de la coopération bilatérale. Schémas directeurs et plans d’aménagement occupent ainsi une position particulière, entre processus et stratégie, dans la mise en adéquation des territoires avec les impératifs de l’économie mondiale ; s’agissant de villes inscrites dans la longue durée telles Tôkyô ou Xi’an, ce réagencement implique une mise à l’épreuve du continuum historique dans sa dimension spatiale, la patrimonialisation des centres anciens (y compris ceux issus d’une phase antérieure de la métropolisation) figurant comme l’une des modalités de leur conversion à la logique de projet prévalant aujourd’hui. Qu’advient-il des figures structurantes des villes – entre évolution, adaptation et rupture – censées en assurer la pérennité ? Si les volumétries et façades du bâti semblent vouées, plus encore aujourd’hui, au changement, à l’altération, les tracés de voirie sont souvent donnés pour les ultimes éléments structurants assurant la continuité urbaine dans la durée. Mais qu’en est-il avec la puissance actuelle, destructrice et reconstructrice, des flux et des infrastructures que leur logique impose ? Processus économiques et démographiques et actions volontaristes convergent dans cette dynamique qui constitue aussi une dialectique entre impacts territoriaux de la mobilité et effets circulatoires de la territorialité contemporaine.

19C’est sur ce double registre que se place le mouvement japonais de reconcentration urbaine désigné (dans sa formulation anglo-saxonne) sous l’expression d’Urban Renaissance : faisant office de doctrine urbanistique japonaise en ce début du xxie siècle, ce mouvement, dont rend compte la contribution de Corinne Tiry-Ono, se déploie à la fois à l’échelle de l’agglomération métropole-capitale de Tôkyô et à l’échelle de sites centraux laissés en friche par la privatisation des chemins de fer à la fin des années 1980. De même que les tendances d’évolution relatives à l’ensemble des villes et territoires de référence, ce mouvement relève d’une nouvelle donne du développement urbain au tournant du xxe siècle. Les enjeux d’attractivité, de compétitivité, notamment par rapport aux autres grands pôles asiatiques que sont Shanghai, Singapour ou Hong Kong, présentent cependant ici la particularité (partagée avec les grandes villes occidentales) de s’inscrire dans une logique post-métropolitaine : à la différence de nombre de villes asiatiques où cette dynamique concurrentielle associée à la mondialisation contribue aux stratégies et processus de construction d’une métropole, c’est – face à une métropole préexistant en tant que telle – une stratégie de renouvellement qui s’engage dans un jeu de références non pas avec les legs urbains et architecturaux anciens, mais avec les héritages urbains proches. Ainsi du projet pour la gare centrale de Tôkyô, édifice du début du xxe siècle donné comme élément patrimonial spécifique à protéger et à mettre en valeur en jouant sur sa singularité morphologique ; lui sont associés un développement vertical et des combinaisons programmatiques trouvant leur origine dans la complexité de la répartition des propriétés foncières et dans la diversité des acteurs du développement urbain qui en résulte. Le recyclage du complexe portuaire et industriel de la baie de Tôkyô en aires de loisirs selon la logique des waterfronts, tel qu’étudié par Rémi Scoccimarro, participe à Tôkyô et Yokohama comme à Singapour de la post-production de la métropole asiatique dans ses lieux-phares. Associée à des logiques « post-fordistes », cette dynamique, un temps stimulée au Japon par la bulle foncière, joue communément sur l’élimination, l’occultation ou l’esthétisation des marques du fonctionnement industriel et portuaire au profit des signes « globalisés » du monde de la consommation, du tourisme et des loisirs. C’est là encore une manifestation de la dimension trans-scalaire des logiques œuvrant, ici sur un mode volontariste, ailleurs sur un mode processuel, à l’instauration d’un nouvel ordre territorial et urbain. Signe des temps, le portage de cette stratégie de méta-ou hyper-développement, jouant sur ce que l’on pourrait désigner comme hybridations métropolitaines (hybridation des formes et hybridation des modes de production de la ville), est assuré par le secteur privé en lien avec l’État facilitateur, dans une logique de projet associant les formes d’une délégation de la maîtrise d’ouvrage (création de zones spéciales sur des sites stratégiques, espaces livrés aux pratiques dérogatoires) à une recentralisation de la décision (instauration d’agences ad hoc et création d’un ministère des territoires, des infrastructures, du transport et du tourisme). Face aux récentes logiques de développement polycentrique, la reconcentration urbaine, avec pour principe la compacité, la densification, n’intervient pas ici comme un abandon de la prépondérance accordée au jeu du marché, à la libre circulation des flux, mais comme un moment dans une dynamique de reprise du processus de métropolisation, de rationalisation, de redéfinition des règles du jeu urbain, la déréglementation négociée contribuant notamment à écarter les collectivités territoriales des négociations en matière d’aménagement.

20Dans les faits, quelles que soient les spécificités « post-métropolitaines » du cas de Tôkyô, et au-delà de celles-ci, on assiste au passage généralisé de l’urbanisation est-asiatique de l’ère des plans à celle des projets, passage obligé du fait que la dynamique de croissance tend à rendre les plans inopérants. Ce mouvement se traduit pas un redimensionnement de l’aire de déploiement urbain, changement dimensionnel porté par les infrastructures de la mobilité et opérant dans le sens d’une articulation des échelles. Ainsi, en Chine, au projet de développement territorial du Grand Ouest (« Go West ») fait écho la polarité métropolitaine du Grand Xi’an (projet officialisé en 2009). La logique des infrastructures est porteuse d’une mise en réseau du territoire avec un engrenage de délocalisations par projets, dont la linéarité est déterminée par les lignes à grande vitesse. L’entrée dans l’ère de la grande dimension gagne ainsi une ville régionale de second rang telle que Xi’an ; mais avec la caractéristique d’une ville historique, dont le plan en damier – figure emblématique de l’histoire des plans de ville royale et de leur réinterprétation – « résiste » à l’ère des grands projets. Traitant de la ville comme palimpseste, Bruno Fayolle Lussac nous montre en effet que, si la trace matérielle du passé urbain (celle du damier, en l’occurrence) devient évanescente, elle persiste cependant en tant que principe organisateur par-delà les transformations de la ville matérielle, comme matrice des extensions urbaines. Mise à l’épreuve par l’échelle et l’intensité du développement urbain en Chine, cette « résilience locale » exprimerait la pérennité de la tension entre deux figures ordonnatrices de l’urbanisme impérial : l’ancrage du pouvoir central exprimé dans le plan en damier et la linéarité commerciale des flux. Caractérisé par le rapport rocade/villes-satellites, le principe radioconcentrique de l’actuel schéma directeur (1995-2020), en serait encore la manifestation, tout en confirmant le primat accordé à la mobilité (infrastructures de transports, aéroport), aux flux locaux et nationaux, aux échanges internationaux, à leur rôle déterminant dans la définition des nouvelles conditions et formes de la fixation territoriale.

21Le rapprochement des exemples de Tôkyô, de Hô Chi Minh-Ville et de Xi’an sur le thème de la pérennisation des formes urbaines, entre trace matérielle et principe organisateur, vient éclairer la réflexion sur la patrimonialisation urbaine, en particulier comme modalité d’internationalisation et d’entrée dans la logique de projet. Dans le cas de Tôkyô, caractérisé par la préexistence de la métropole, c’est encore de la subsistance de traces apparentes (la gare) ou inapparentes (les friches) que se nourrit la réécriture de la ville sur elle-même : un nouveau principe organisateur prend forme dans les « délaissés » de la métropolisation issus de sa phase antérieure. Le rapprochement avec Hô Chi Minh-Ville introduit la dimension métropolitaine dans sa production actuelle, celle-ci mettant en cause le principe organisateur de la ville, à savoir la ruelle, principe « inapparent » dans le sens où il est exclu de la représentation savante et officielle (celle de cette cartographie que Michel de Certeau oppose au parcours – univers de pratiques du quotidien) et qui, par le jeu de l’élargissement, de l’intégration à la hiérarchie et à la fluidité (fluidification) du réseau viaire « hérité » (il est également question ici, comme dans le cas de Xi’an, de damier, de plan orthonormé, à ceci près que celui-ci porte la marque la colonisation française), participe à la progression volontariste de la métropolisation.

22Observons que cette entrée par le patrimoine, si elle mobilise un savoir historique (et l’historicité urbaine), n’est pas assimilable à une entrée par l’histoire, car c’est bien de la ville contemporaine en construction qu’il est ici question. Ainsi que le relève Bruno Fayolle Lussac, les traces du passé urbain, y compris celles des fondations anciennes de Xi’an révélées par les travaux de fouille menés des années 1950 jusqu’au début des années 2000, demeurent tributaires du contexte de changement urbain planifié, dans ses lieux comme dans ses orientations. L’effacement des traces semble s’imposer comme la condition du maintien du site urbain comme site vivant ; la valeur accordée aux « villes d’histoire et de culture » définit cependant un nouveau cadre pour la conservation sélective des monuments et sites archéologiques, avec leur intégration aux plans ou schémas de développement urbain, la sauvegarde du patrimoine culturel étant désormais associée à l’ouverture au tourisme international, dans un temps où, avec la nouvelle donne de l’« économie socialiste de marché », d’autres forces se profilent, avec leurs figures et modèles – à la fois ceux organisant l’ouverture et ceux en résultant.

Les avatars du patrimoine dans l’internationalisation : hybridation, recyclage et recomposition du passé urbain

23La question des traces urbaines, entre effacement et recyclage, ouvre un autre volet – mis en évidence par Adèle Esposito à propos de la « « cité murée » de Hong Kong – concernant leur mode de traitement : à la sédimentation urbaine par le lieu où la forme urbaine (le lien entre héritage et hybridation laissant ici planer l’idée d’un introuvable modèle) s’adjoint la sédimentation par le texte en forme d’invention d’une mémoire du lieu, permettant aux acteurs de l’aménagement (nationaux ou internationaux, institutionnels ou privés) de jouer d’un effet de valorisation historique.

24Élément de la mythologie urbaine de Hong Kong, la « cité murée » de Kowloon, ancienne citadelle dont les murs d’enceinte ont été détruits dans la période de l’occupation japonaise, joue semble-t-il d’un tel effet, soulevant la question du lien entre historiographie et patrimonialisation : devenue espace de rejet, concentré de populations et d’activités jugées indésirables, l’effacement de cette manière de « cité interdite » en négatif devient un enjeu, objet de débat, puis objet d’études historiques avant sa démolition au début des années 1990, dans le contexte de la rétrocession prochaine de la colonie. À l’encontre de l’image de bas-fonds, d’espace de non-droit promue par l’administration britannique, se construit une « mémoire écrite et iconographique » produite par des architectes et chercheurs qui, elle-même, viendra se fondre ou se résorber dans l’opération symbolique de purification par la substitution à la cité murée d’un parc inspiré de l’art chinois des jardins, mais aussi dans l’alchimie de sa conversion fonctionnelle en lieu de mémoire hybride, lieu d’exposition des textes critiques qui ont jalonné sa défondation.

25Dans cette démarche de reconstruction de la cité par l’imagination, rendue visible par la maquette et par le texte (on pense ici à une épigraphie de la modernité), par la création de nouvelles traces évoquant les anciennes sur le mode de la séquence, de la séparation : citadelle, cité murée, parc, s’immisce un autre personnage, celui fantasmé du visiteur ou du touriste « regardeur » pour lequel cette scénographie d’un passé recomposé s’installe.

26Au titre de ce passé recomposé une mention particulière doit être faite de la combinatoire entre la logique patrimoniale et la valorisation touristique – et de l’arrière-plan d’internationalisation dont elle procède. Sans que cette combinatoire occupe nécessairement une position cardinale dans les contributions, figurant parfois en filigrane, celles-ci contribuent, chacune à sa manière, à élucider la place qu’occupe la fonction/fiction narrative dans les logiques d’intervention urbaine œuvrant à la métropolisation et sa fonction performative comme source imaginative de produits « culturels » dérivés, qu’il s’agisse du recyclage des traces physiques de la Concession française dans les lilong de Shanghai telles qu’analysées par Florence Padovani ou de la réélaboration des traces de la présence à Shanghai d’immigrants juifs allemands fuyant le nazisme dans la contribution de Françoise Kreissler. C’est dans le contexte de l’ouverture économique de la fin des années 1980 que le fragment urbain oublié de Hongkou – quartier de Tilanqiao – réémerge dans la forme paradoxale d’un lieu mémoriel décontextualisé et re-contextualisé selon un processus dont le rétablissement des relations diplomatiques avec les États-Unis d’Amérique et avec Israël marque les jalons politiques, étapes d’affirmation d’un rayonnement international. Ce recyclage mémoriel d’un fragment urbain mobilise une nouvelle combinaison d’acteurs à l’écart des habitants (population ouvrière et commerçante vieillissante), avec en premier lieu les autorités municipales porteuses du classement du quartier dans une logique de labellisation « patriotique » du patrimoine, mais aussi, après les historiens, les architectes et journalistes, l’élément décisif de la valorisation sur le plan opérationnel ayant évidemment été le contexte de l’organisation de l’Exposition universelle de 2010 et la réhabilitation-réaffectation du tissu industriel avec l’entrée en jeu des urbanistes shanghaiens. Françoise Kreissler relève une convergence de vue de ces derniers avec les chercheurs et historiens de Shanghai dans la définition d’une position officielle en matière de patrimoine : c’est la valeur mémorielle du lieu plutôt que sa valeur historique qu’il conviendrait de conserver – à ceci près que les urbanistes sont porteurs d’une position performative relative non seulement à la mise en valeur de lieux ou d’objets, mais à la conception de projets, position que condense aussi le Musée juif de Shanghai.

27Ces échantillons spatialisés, réels ou fantasmés, d’histoire urbaine deviennent les points d’ancrage – points d’appui matériels et supports narratifs – logique du signe jouant sur les correspondances (toponymes, types d’activités). On est, certes, loin des grands récits fondateurs des cités de la cosmologie chinoise ; mais, à l’heure de l’affirmation de Shanghai comme métropole mondiale, avec pour point d’orgue l’Exposition universelle de 2010, cette démarche s’apparente à la volonté d’inscription de la métropole dans un grand récit, celui de l’histoire mondiale, celles de la colonisation et de la Deuxième Guerre mondiale, éclairant ainsi sous un jour particulier les logiques patrimoniales et les formes qu’elles adoptent dans un contexte de modernisation et d’internationalisation urbaine accélérée.

Logiques de projet « hors sol » et nouvelles normes urbaines : de la patrimonialisation à l’urbanisme événementiel

28Les projets auxquels nous avons fait référence dans cette entrée relative à l’internationalisation relevaient peu ou prou de logiques ou d’initiatives endogènes, ceci valant tant pour les schémas d’aménagement que pour les interventions patrimoniales. Le présent ouvrage rend cependant compte de situations-limites dans lesquelles les logiques d’internationalisation, bien que relevant de secteurs distincts – le patrimoine pour l’une des contributions, l’évènementiel pour l’autre – présentent la caractéristique commune d’être tributaires de logiques externes et d’opérer « hors sol » (ce qui n’est évidemment pas sans implication foncière), raison pour laquelle il nous a semblé judicieux pour notre propos de les réunir sous une même rubrique. Dans le cas des villages urbains de Lijiang (province du Yunnan), traité par Li Bing, c’est le processus de classement au patrimoine mondial naturel en 2003 qui fait, non sans quelque paradoxe propre à la démarche patrimoniale, à sa logique d’identification et de reconnaissance, entrer cet espace dans la sphère des projets internationaux. Sa labellisation comme joyau touristique, si elle ouvre l’accès à l’aide financière internationale pour les infrastructures nécessaires à l’accueil des touristes et au développement des sites touristiques, transforme les villages de la ville en zones résiduelles au statut précaire : ignorées du champ patrimonial, ils sont de fait considérés inclassables selon les normes urbanistiques induites par le tourisme et au regard du dynamisme économique local qui en résulte. On est loin ici d’une simple opposition entre le « local » et le « global », l’initiative de classement et la logique économique y afférente composent un nouveau système d’acteurs dans lequel les autorités locales apparaissent comme lieu d’articulation entre logiques patrimoniales et intérêts économiques locaux, sans égards pour une partie des habitants exclue du nouveau jeu urbain, y compris sous la forme d’une exclusion foncière. Dans un contexte particulier de post-séisme, la nouvelle donne urbaine dynamique touristique converge avec celle de la reconstruction dans une logique de projets (nouvelle ville, nouveaux marchés et commerces) jouant sur les ambiguïtés d’un dualisme foncier obsolète (entre propriété du village et propriété de l’État ; entre terres agricoles et terrains à bâtir) pour le transfert de propriété aux promoteurs publics et privés, l’expropriation étant en outre une source importante de revenus publics. C’est en fait une dynamique de projets en chaîne qui semble impulsée : la gestion des effets socio-spatiaux de ces formes exclusives d’urbanisation est également génératrice, dans le cadre d’une campagne nationale, de projets pilotes destinés à limiter, compenser, occulter ces effets négatifs par la production d’infrastructures, l’amélioration des conditions d’hygiène, de l’aspect physique, le changement de statut des villages urbains (et de leur habitants) ; ces interventions traduisent cependant les difficultés institutionnelles relatives à la gestion de la norme et aux écarts à la norme, face à de puissants vecteurs de changement, quelle que soit la dimension des espaces ainsi mis en jeu.

29Dans les faits, les opérations menées selon ces logiques de projet – qu’il s’agisse de la reconstruction post-séisme ou de la promotion des projets touristiques associés à la valorisation patrimoniale – sont génératrices de nouvelles normes sociales et spatiales que recouvre le vocable de « modernisation ». C’est également sur ce registre de l’introduction de nouvelles normes urbaines que joue l’urbanisme événementiel.

30On sait combien, depuis le xixe siècle, les grands évènements que sont les expositions et foires internationales, les Jeux olympiques et autres rencontres sportives, les grandes conférences politiques, ont contribué à forger la modernité urbaine occidentale, à la diffuser en Europe et au-delà, voire à la constituer en modèle. L’Asie orientale, notamment le Japon, mais aussi la Thaïlande, le Cambodge et l’Indonésie ont également connu leurs effets modernisateurs. Mais ce processus prend, dans le contexte géoéconomique et géopolitique actuel de l’Asie orientale, une signification particulière et une portée nouvelle comme voie d’entrée des pays en transition vers l’économie de marché – y compris les moins intégrés à l’économie mondiale – dans le jeu urbain de la globalisation, avec pour mode opératoire la logique des grands projets et grands travaux sur financement externe.

31L’intérêt du cas de Vientiane, tel que présenté dans l’article de Clément Musil, Karine Peyronnie et Bounleuam Sisoulath, n’est pas seulement d’illustrer l’extensivité du processus – sa diffusion jusqu’au cas extrême d’une petite capitale –, mais également de mettre en évidence ses effets d’accélération, ses incidences sur la ville matérielle, sur le tissu urbain ; ce d’autant mieux qu’il ne s’agit pas seulement de moderniser et de déployer la ville, mais de la produire – situation paradoxale d’une production exogène de la ville par les moyens, les formes et les normes de la métropolisation. La confrontation de Vientiane aux grands événements politiques, culturels, commerciaux et sportifs de portée régionale (notamment en tant que membre de l’Asean) met en effet en évidence une caractéristique plus large des pays en transition concernant le financement sur projet des équipements et infrastructures de la mise aux normes urbaine. Comme indiqué ailleurs dans le cas de Hô Chi Minh-Ville, et de façon plus patente encore, il s’agit ici, plus même que d’une délégation de la maîtrise d’ouvrage urbaine, d’une « externalisation » des ressorts de la décision en matière d’aménagement, voire de gestion urbaine, le multi-partenariat ou la maîtrise d’œuvre internationale venant contrarier le principe proclamé du centralisme démocratique – situation qui trouve une expression spatiale quasi métaphorique dans une centralité urbaine en souffrance. Il n’en demeure pas moins que ces projets associés aux grands événements internationaux et que l’on pourrait qualifier, faute de mieux, d’opportunistes, participent d’une dynamique d’internationalisation de la production urbaine. Celle-ci concerne à la fois la fonction des projets (réalisation de grands équipements urbains, tel le centre de conférences internationales ; amélioration des réseaux, notamment des infrastructures de transport) et les sources de financement (mobilisation des réseaux de l’aide publique au développement ; mobilisation des ressources foncières dans le dispositif d’échange « terre contre infrastructures »). Loin de signifier un retrait de l’État-parti du jeu du développement urbain en termes politico-institutionnels, voire de contrôle social, la logique de projet s’impose cependant dans ses formes internationales, comme condition d’une réponse adaptée aux exigences de l’accueil des grands événements ; plus largement, l’aide financière et l’assistance technique internationales constituent des voies imposées pour l’entrée des villes de la transition dans la compétition économique urbaine. On peut, à cet égard, parler d’« urbanisme événementiel » : conférant une visibilité internationale même à des capitales de petite taille comme Vientiane, les grands événements leur imposent dans les faits la mise aux normes urbaine (et avec elle la réceptivité aux modèles architecturaux et urbains en vigueur dans les villes phares de la région), non seulement pour des raisons techniques d’accueil, mais aussi en raison même de la médiatisation des événements plaçant ces villes sous les projecteurs.

Logiques transfrontalières en mode majeur et en mode mineur

32Une figure particulière de l’internationalisation, associée au changement dimensionnel des organisations territoriales aux différentes échelles et à la place des infrastructures dans cette dynamique, concerne les articulations supranationales visant la création de synergies économiques, tels les « polygones de croissance », « corridors de développement » et « villes doublons ». Tirant notamment parti des localisations littorales ou riveraines des villes, ces programmes mobilisent des capacités technologiques et financières nationales et/ou internationales pour l’établissement de liaisons terrestres et la réalisation d’ouvrages de franchissement. Johor Bahru, situé à l’extrémité méridionale de la péninsule et en position frontalière de Singapour, relève de ce cas de figure et s’inscrit dans l’aire de déploiement économique et spatial de la cité-État : comme « banlieue ou pôle émergent ? », interroge l’article de Nathalie Fau. La question du développement périphérique est ici posée dans des formes supranationales.

33Tributaires des relations diplomatiques et économiques entre pays, et de la maîtrise technique du franchissement, l’extension transfrontalière des dynamiques métropolitaines comme les effets de systèmes dans le cas des « villes doublons » posent des problèmes particuliers dans les cas de discontinuité territoriale où le franchissement, outre ses contraintes techniques, implique des volontés partagées (mais néanmoins généralement hiérarchisées ou polarisées, et non nécessairement simultanées en ce qui concerne la prise d’initiative) de jouer de complémentarités, de faire système sur le plan territorial et économique. On rejoint ici sur ce mode volontariste – volonté pour partie venue d’ailleurs, dans le cas des « villes doublons » –, la question de la circulation des flux et de leurs lieux d’ancrage à l’échelle territoriale et dans leurs points de contact réels ou virtuels.

34C’est relativement à ce mode d’ancrage que Nathalie Fau interroge la manière pour Singapour de faire aujourd’hui système : centre exerçant sa domination sur une banlieue en territoire étranger – Johor Bahru – au sein d’une agglomération transfrontalière ou pôle urbain au sein d’un binôme de villes interconnectées répondant aux logiques internes de chaque État ? Ici encore, les années 2000 marquent un changement dans les modalités d’inscription spatiale de la mondialisation avec le lancement d’un méga-projet malaysien de développement régional d’un nouveau type : Iskandar Development Region (IDR). Ce projet opère un changement dimensionnel conforme aux canons de la métropolisation ; ses grandes opérations mettant en scène une modernité urbaine à la singapourienne (condominiums) mais aussi péri-urbaine à l’américaine (lotissements) marquent également un changement de référentiel, l’ensemble s’inscrivant dans une stratégie qualifiée par l’auteur comme celle de la « banlieue revendiquée », dont la promotion vise directement Singapour, l’attraction de ses investissements, de ses habitants. Ce jeu sur l’attractivité, impliquant un renforcement des liaisons physiques (Second Link Bridge), n’est toutefois pas dépourvu d’ambiguïté (entre la visibilité des signes internationaux de la modernité urbaine et la volonté d’affirmation d’une identité malaise-musulmane portée par l’élite dirigeante), ni de complexité en raison de la démultiplication des polarités (déplacement des fonctions administratives fédérales et de l’État de Johor vers Kota Iskandar, polarité résidentielle de Nusajaya). Nonobstant la promotion d’Iskandar par un « marketing métropolitain » mettant en avant la thématique récurrente du développement durable et la qualité des modes de vie, le dispositif aboutit au stade actuel à une métropolisation inaboutie, ébauche de ville polycentrique non conçue comme telle. En l’absence d’une forte dynamique économique interne et transfrontalière, le jeu de compétition urbaine et portuaire avec Singapour se double d’une concurrence interne entre les pôles urbains du projet au sein de l’État de Johor et de tensions entre celui-ci et l’État fédéral (notamment autour de la question de la localisation des projets portuaires) – tensions qui, dans les faits, traversent l’ensemble du projet Iskandar, avec l’enjeu de la capture des flux comme catalyseur de la machine territoriale.

35Les mouvements de métropolisation ou dérivés de celle-ci gagnent ainsi, par vague, l’ensemble des espaces nationaux jusqu’à leurs frontières et, dans la logique de fluidification des échanges au moyen du développement des infrastructures, débordent au-delà de celles-ci. Ce sont ces effets spatiaux d’une intégration économique transnationale – activée en l’occurrence par la Banque asiatique de développement à l’échelle des pays du Mékong – qu’analyse Elsa-Xuân Lainé à partir de l’examen des petites villes frontalières du nord de la Thaïlande.

36Observons que le débordement des limites administratives et territoriales, mais aussi physiques (notamment par les ouvrages de franchissement), est une marque de fabrique de la métropolisation, celle-ci répondant à une double dynamique : territoriale (expansion) et réticulaire (connexion). La stratégie des « villes doublons » analysée par Elsa-Xuân Lainé et associant la Thaïlande à ses pays limitrophes (Laos et Birmanie) participe doublement à la dynamique d’internationalisation, ici sur son versant volontariste. D’une part, elle est promue par une puissante organisation internationale (à l’aire de rayonnement régionale) : la Banque asiatique de développement, et répond à sa doctrine des 3 C : « connectivity, community, competitiveness », visant à assurer la fluidité des échanges à l’échelle régionale et à créer un grand marché à l’échelle de la péninsule, notamment par un soutien au développement d’infrastructures. D’autre part, participant du programme de la Région du Grand Mékong, elle s’appuie sur des accords bilatéraux de coopération pour favoriser les synergies économiques transfrontalières entre les villes situées sur les deux rives du Mékong – notamment en levant les obstacles physiques et politiques au rapprochement. Cette stratégie, mettant à profit les techniques de franchissement (ponts transfrontaliers), est génératrice de nouveaux projets tels les quartiers de tête de pont, avec cependant des effets généralement non symétriques sur les deux rives, car tributaires des spécificités et statuts des espaces urbains respectifs (ainsi de Chiang Saen, qui, ville historique, connaît des transformations limitées, car classée comme zone de conservation patrimoniale).

37Dans cet univers de projets gagnant les confins des territoires nationaux, les petites villes frontalières n’échappent pas à la reconfiguration des territoires par l’intégration économique transnationale, ni à la reconfiguration économique des échanges par l’intégration physique associée aux infrastructures. Ces effets extensifs de l’internationalisation esquissent une nouvelle hiérarchie urbaine au sein du nouveau maillage territorial supranational : métropoles mondialisées et têtes de réseaux (Bangkok)/villes de second rang relais de la mondialisation (Khon Kaen, Chiang Rai)/villes frontalières – hiérarchie dans laquelle ces dernières se voient affecter de nouvelles fonctions d’articulation des territoires comme supports de flux. À ce dispositif territorial structuré, hiérarchisé par l’urbain, correspondent des niveaux et des formes d’intégration économique, territoriale et technologique que traduisent notamment la nature et le niveau des équipements et infrastructures de transport, ainsi que la sélectivité des espaces bénéficiant des investissements nationaux et transnationaux – ainsi des villes du corridor Nord-Sud Bangkok-Kunming via la Birmanie ou le Laos, bénéficiaires des financements internationaux (BAD), ainsi que de la part des États (Thaïlande et Chine) pour le financement des ponts (connectivité directe) et des ports (liaisons), assurant le développement d’un commerce bilatéral dominé par la Thaïlande. Cette dynamique exogène de régionalisation de la mondialisation – l’établissement de « corridors » participant de la régionalisation de la décision en matière d’organisation territoriale – suscite une internationalisation des villes transfrontalières et nœuds de « corridors ». Viendrait s’y combiner, selon Elsa-Xuân Lainé, une dynamique de décentralisation, de développement frontalier (promotion des investissements, financement des infrastructures, planification spatiale) présentée comme « endogène », portée par les acteurs publics nationaux. Ceux-ci saisiraient en somme l’occasion des grands programmes régionaux pour tenter d’intégrer des fragments de territoire dits de marges (lieux d’instabilité, zones de non-droit et de pratiques illégales) – encore que ceci fasse question pour les pays en transition tributaires de l’aide publique au développement : Cambodge, Laos et Vietnam en particulier.

Branchements spatiaux, exclusion sociale, réactivité citoyenne : figures d’un nouvel ordre urbain en gestation ?

38Les caractéristiques mentionnées comme significatives d’un nouvel ordre urbain en gestation, quoique figurant à des stades différents, apparaissent communément dans les diverses situations urbaines de référence, mettant en évidence des régularités, des récurrences – y compris par effets de mimétisme. Cependant, les processus et procédures précédemment décrits sont ceux qui façonnent la ville dans sa version officielle, celle qui accède à la visibilité, voire celle qui sacrifie aux impératifs médiatiques comme mode d’existence et moyen d’exister dans la compétition urbaine. Il n’empêche que les moyens d’accès à la « publicité » sont souvent loin d’être transparents ; en témoigne l’opacité dont s’entourent volontiers les transactions foncières relatives à la conversion des espaces aux fonctions et usages requis par cette redéfinition des logiques de production urbaine. En outre, dans cette dynamique, tous les vecteurs sont loin de relever des grands acteurs urbains nationaux et internationaux, porteurs du « nouveau régime urbain », et l’ensemble des pratiques et actions constitutives de l’espace urbain dans sa complexité ne saurait être ramené à leurs logiques d’action.

39À l’écart des grands dispositifs géographiques et économiques se manifestent des initiatives locales de branchement sur le mouvement dominant ou, à défaut, usant de la négociation des marqueurs de la (post-)modernité urbaine avec les codes issus de la tradition comme mode d’intégration au main stream. Ainsi, tandis que la source de l’action patrimoniale de protection des centres anciens et de l’habitat vernaculaire est souvent exogène – qu’il s’agisse du classement par l’Unesco ou de mise en valeur touristique –, dans le cas du village chinois des Wu étudié par Alain Leclerc, la transformation-modernisation spatiale est d’initiative locale, endogène, le lien social se perpétuant dans la reconstruction et non dans la conservation. Dans les nouveaux blocs d’habitation aux formes et agencements inspirés des modèles occidentaux, les appartements jouent à réinventer la maison traditionnelle. Sont ainsi introduites des hiérarchies spatiales nouvelles, mais obéissant à une logique de segmentation de l’espace dérivée de celle des maisons traditionnelles. Les obstacles à la libre-circulation qui façonnent l’espace domestique de la maison traditionnelle, à l’instar du mur des siheyuan (maisons à cour carrée) – et des hutong (ruelles) – pour l’espace urbain de Pékin, trouvent dans la modernité résidentielle et urbaine les sources d’une recomposition répondant à des codes formels, visuels ou symboliques, dans lesquels il est permis de lire de nouvelles figures de singularisation de l’habiter, voire de l’urbanité. Il est aussi ici question, sur un registre particulier – celui des modèles de l’habiter et de leur circulation dans le temps et dans l’espace –, des catalyseurs du changement et de leurs paradoxes, leur approche renvoyant aussi aux spécificités des modes de territorialisation dans lesquelles se jouent les négociations complexes avec d’autres modèles et d’autres logiques.

40Outre ce branchement aux limites physiques des systèmes métropolitains, de nouveaux modes de branchement apparaissent au cœur même de ceux-ci, dans leurs limites sociales, induits par une double exclusion : exclusion sociale des rejetés de la croissance économique, exclusion physique des espaces un moment « délaissés », mais dont la reconquête participe de l’instauration du nouvel ordre urbain. Dans l’alternative radicale s’adapter ou disparaître que ce dernier tend à imposer, quelques nouveaux interstices apparaissent, sous les formes d’un branchement intermittent, éphémère et rendu en quelque sorte invisible, sur les marqueurs de l’hyper-centralité urbaine. Dans les années 1970, certains auteurs n’hésitaient pas à faire des espaces d’exclusion, de la « marge », la clé de l’organisation socio-spatiale ; mais ce n’est pas du côté des slums de Bangkok ou des kampung de Jakarta que David-Antoine Malinas enquête sur l’exclusion et l’occultation urbaines, mais au sein de la global city de Tôkyô : exclu de la représentation physique et fonctionnelle de la métropole japonaise, le très précaire n’en apparaît pas moins comme un constituant de son univers. Suite à la résorption des lieux d’habitat précaire des sans-abri est venue s’y substituer, au gré des évolutions de la métropole, une nouvelle typologie des espaces urbains de la marginalité, inapparente dans la cartographie officielle. Occultation sociale, occultation physique : aux nouvelles catégories d’exclus et formes d’exclusion (travailleurs précaires, intérimaires, personnes sans domicile fixe et sans emploi régulier) correspondent de nouveaux lieux d’accueil précaires (espaces commerciaux transformés en lieux de vie hors heures d’ouverture, cafés Internet offrant un hébergement tarifé). À la différence des formes antérieures de la sous-intégration, ces espaces se fondent dans les lieux de la visibilité officielle, devenant ainsi eux-mêmes difficilement repérables et dénombrables, consacrant ainsi, d’une certaine manière, le lien entre le social et le territorial dans l’exclusion de la représentation.

41Dans cette réappropriation en parallèle des lieux et formes de la postmodernité, la question de l’espace public occupe une place particulière, dans le sens où s’y jouent les relations de l’espace physique et du politique (urbs et civitas, en somme), non seulement sous l’aspect de la régulation des flux et de leur fixation, mais aussi sous l’aspect de l’irruption du virtuel et des réseaux sociaux. Face au caractère impératif des dynamiques urbaines à l’œuvre sur le plan économique et spatial, à leur caractère exclusif (exclusion foncière, exclusion du champ de la décision), des mouvements réactifs se dessinent qui tendent, pour certains, à épouser le terrain des innovations technologiques en matière de communication (cybercitoyens, société civile en réseau). Observons qu’à l’ère de la mondialisation des échanges et de la révolution des techniques de communication et de transport, la mise en circulation généralisée que l’on constate en Asie orientale, et au-delà, ne concerne pas les seules marchandises, personnes et informations. Elle implique aussi le mouvement des idées et la mobilisation de citoyens en faveur de la libre-circulation de la parole. La revendication du partage de la décision et de la libre expression des choix politiques, telle qu’elle s’exprime à Hong Kong – grand pôle de l’économie asiatique –, manifeste la complexité des relations entre liberté des échanges et libre-circulation des idées et de la parole, complexité que vient accentuer la formule « un pays, deux systèmes ». Hormis le tour proprement politique que prennent les revendications démocratiques actuelles (notamment en matière de choix électoraux), l’espace urbain en tant qu’objet d’intervention devient « tenseur » : objet de tension spécifique ou passage obligé pour l’expression tolérable ou officiellement audible de tensions venues d’ailleurs, d’autres sphères ? C’est d’une certaine manière l’interrogation que suscite le texte de Nicolas Douay dans son emploi de l’expression de société civile pour en rassembler les diverses occurrences. L’auteur observe, à cet égard, la montée en puissance des enjeux « post-matérialistes », en particulier ceux relatifs à l’environnement, au patrimoine et aux droits de l’homme, en phase avec les grands mouvements mondialisés : « mouvement des indignés », « occupy », entre autres. Effet de mondialisation certes, mais non restreinte à la diffusion médiatique ou au mimétisme, car les objets de mobilisation sont eux-mêmes à mettre en relation avec un contexte marqué par les grands travaux d’infrastructures répondant aux exigences de la mobilité internationale et par les impacts que suscitent les aménagements portuaires, ferroviaires (ligne à grande vitesse) et routiers (desserte de l’aéroport international). Ce mouvement s’accompagne d’une évolution des formes et finalités des pratiques militantes qui met en jeu l’expertise et les réseaux sociaux, la mise en tension des principes de légalité et de légitimité ouvrant sur une revendication de participation aux décisions, en termes de représentation électorale, mais aussi en termes de choix d’aménagement, dans la définition d’une coalition de « régime urbain » répondant à des orientations et référentiels distincts. Des notions telles que celles de « régime urbain » et de « société civile », à présent couramment évoquées (ou invoquées) dans le discours sur la ville et sur l’urbanisation, prennent en Asie orientale une connotation et une force particulières au regard des positions et politiques anti-urbaines, développées jusqu’à leurs extrêmes meurtriers dans certaines parties de cette aire il y a encore quelques décennies, marquant une limite qui tend aujourd’hui à s’estomper mais dont, à certains égards, l’ambiguïté du statut de Hong Kong porte encore la trace.

42Nul ne saurait aujourd’hui contester que de nouvelles logiques techniques, économiques, socio-politiques sous-tendent les configurations territoriales qui, à diverses échelles, se manifestent en Asie orientale. En outre, l’esquisse d’une mondialisation régionalisée produit des articulations et des effets de système. Est-ce à dire qu’à l’intérieur des territoires nationaux respectifs, voire à l’échelle de l’ensemble régional hétérogène que constitue l’Asie orientale, ces logiques – dans lesquelles on peut lire l’émergence d’un nouveau régime urbain – ou leurs résultantes font pour autant système ?

43S’agissant de l’hypothèse de l’instauration d’un nouveau régime urbain (ou de production urbaine), on ne saurait éluder la question, d’autant que même dans les pôles avancés des dynamiques présentes, en l’occurrence Singapour, Hong Kong ou Tôkyô, les réajustements spatiaux et réorientations urbanistiques en cours, les aléas résultant de la formation des bulles foncières et de leur éclatement, le caractère partiel voire factice de l’élimination des espaces de production, incitent à penser que l’idée de « métropolisation incomplète » – formulée par Marie Gibert pour le cas de la métropole (Hô Chi Minh-Ville) d’un pays en transition (le Vietnam) –, serait aussi pertinente pour l’approche de ces grands pôles urbains : la métropolisation, dans ses dispositifs les plus aboutis, serait désormais vouée à l’inachèvement, au renouvellement permanent. Autrement dit, la question de la « métropole incomplète » ne serait pas limitée à un effet retard propre aux pays en transition ou en développement, aux effets de décalage propres à la montée en puissance de l’Asie-Pacifique, mais relèverait d’un effet structurel à l’heure des flux et de la compétitivité généralisée, vouant villes et territoires au changement permanent de leurs dimensions, de leurs articulations fonctionnelles, de leurs morphologies, mais tout autant de leur image, de leur référentiel ou du label qui en tient lieu (ville créative, smart city).

44Si nouveau régime urbain il y a, n’est-ce pas dans cette faculté ou cette astreinte au renouvellement spatial, au recyclage des temporalités, fût-ce au prix d’une auto-hybridation des phases antérieures de la métropolisation qu’il convient d’en rechercher sinon les ressorts du moins le modus operandi ? Face à ce mouvement permanent, n’est-ce pas précisément ce qui, aux échelles mineures, apparaît comme signe d’une métropolisation inaccomplie, inachevée, qui dans les faits et dans des conditions souvent précaires, assure le fonctionnement des villes et des territoires, comme par surcroît ? De ce point de vue, l’Asie orientale se fond-elle dans les opérateurs communs de l’internationalisation de la production urbaine, fût-ce comme avant-courrier ou fer de lance ? À l’examen de ses façons propres d’incorporer les identifiants de ce nouveau régime urbain en cours d’instauration ou d’y réagir, on est en droit d’en douter. Ces interrogations ne font que valider l’intérêt que nombre de contributions du présent ouvrage attachent aux échelles mineures et aux effets d’hybridation dont elles sont l’objet.

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site