Version classiqueVersion mobile

Ramadan et politique

 | 
Fariba Adelkhah
, 
François Georgeon

Livre premier. Les politiques publiques du ramadan

Chapitre 3. Une piété inventée : le ramadan dans les mass media syriens1

Andreas Christmann
Traduction de Bernard

Texte intégral

  • 1 Cet article est extrait de ma thèse : Le Mois de jeûne du ramadan et la Fête de la rupture du jeûn (...)
  • 2 Hans Gunter Lobmeyer, « Al-dimuqratiyya hiyya al-hall ? The Syrian Opposition at the End of the As (...)
  • 3 Exemples dans : Andreas Christmann, « Islamic Scholar and Religious Leader : Shaikh Muhammad Sa’id (...)

1En Syrie, après une période de répression religieuse, menée par le gouvernement nationaliste dominé par le parti Ba’th, dans les années quatre-vingt2, le passé récent a laissé voir une croissance remarquable des symboles islamiques et des pratiques religieuses dans la sphère publique3. En fait, si l’on compare le ramadan actuel avec celui d’il y a dix ou quinze ans, à Damas, on doit reconnaître que l’affichage public de la religiosité est devenu très populaire. Les commerçants ferment leur magasin pendant la journée, les petits restaurants ferment avant l’iftar, les amis se rassemblent devant la télévision, et même les femmes vont régulièrement à la mosquée pour la prière spéciale du ramadan, la salat at-tarawih. Parmi les jeunes, la pratique du ramadan est également beaucoup plus observée qu’elle ne l’était par le passé.

2En poursuivant une nouvelle stratégie de légitimation de son pouvoir politique, davantage basée sur les groupes et les institutions islamiques syriens – et en abandonnant progressivement son programme laïque, voire athée -, le gouvernement Ba’thiste encourage activement la diffusion de symboles islamiques dans la sphère publique. Toutefois, en faisant cela, il court non seulement le risque d’abandonner sa vision séculière du monde, mais également de rompre le statu quo qui existe entre les intérêts divergents pour le pouvoir, des multiples groupes ethnico-religieux présents en Syrie. Malgré les leçons de solidarité et d’unité qui le caractérisent, le mois de ramadan, en tant que rituel d’ordre public, est surtout un moment idéal pour faire preuve d’attitudes différentes à l’égard de la religion, du pouvoir et de l’État. En effet, c’est un bon moment pour afficher des habitudes et des coutumes différentes, pour se confronter aux autres par des pratiques sociales et des rituels opposés, ou encore pour protester contre la réussite de certains par rapport à d’autres. C’est le moment par excellence au cours duquel la frontière entre ceux qui appartiennent et ceux qui n’appartiennent pas à des groupes religieux et ethniques spécifiques, est encore plus clairement tracée : d’un point de vue religieux entre sunnites, chiites, alaouites et chrétiens ; d’un point de vue plus idéologique entre salafistes, soufis, Frères musulmans et nouveaux intellectuels musulmans ; d’un point de vue géographique enfin, entre Damascènes et non Damas-cènes, etc. Le ramadan est également une période de plus grande séparation entre classes sociales : les couches les plus basses de la société, les classes moyennes inférieures, les classes moyennes supérieures, et la nouvelle bourgeoisie nationale, vivent et pratiquent le ramadan de manières fort différentes. En somme, s’il est pratiqué publiquement, le mois de jeûne du ramadan est un moment de l’année où les diversités et les tensions religieuses, ethniques, politiques et sociales d’une ville comme Damas s’affichent au premier plan.

3Nous nous intéresserons dans ce chapitre aux ambiguïtés et aux difficultés auxquelles se trouve confronté le gouvernement syrien en autorisant la réémergence des symboles et des idées du ramadan dans la sphère publique. Le but est de montrer comment les mass media laïques – et nous nous concentrerons ici plus particulièrement sur la télévision d’État – essaient d’enrichir leurs programmes avec de nombreux traits caractéristiques du mois de ramadan ; en se concentrant sur cet aspect, il est clair que seule une vision bien spécifique de la question sera présentée. Nous allons tout d’abord nous intéresser à la programmation horaire, à la répartition et au contenu des émissions télévisées, en analysant les programmes diffusés pendant les périodes de ramadan de 1995 et 1996. Puis nous étudierons de près trois genres différents de programmes, tels que les séries à caractère historique, les comédies et les émissions religieuses, en nous demandant comment la télévision reflète la moralité et les valeurs religieuses de base, et comment elle popularise les questions religieuses et les aspects rituels du mois de ramadan. Nous regarderons également comment les sujets qui traitent du ramadan sont représentés à travers des dessins humoristiques parus dans des quotidiens syriens. Nous soutiendrons notamment l’idée que le langage télévisé des programmes du ramadan et le contenu des dessins humoristiques sont conceptuellement formateurs plutôt qu’ils ne sont des phénomènes neutres. Nous verrons comment les programmes télévisés et la presse manipulent et inventent de « nouvelles » expressions religieuses en changeant certains aspects traditionnels du ramadan et de l’islam en général. Cela sera discuté au regard du contexte politique et social en Syrie.

Télévision et mass media en Syrie

  • 4 Arvind Singhal et Vijay Krishna, « Syria », dans Mass Media in the Middle East, p. 261-272.

4En Syrie, la propriété des media est essentiellement concentrée entre les mains du gouvernement qui exerce un fort contrôle sur les publications, les films et les émissions, ainsi que sur la formulation des politiques à adopter face aux nouvelles technologies de la communication, telles que le câble, les fibres optiques et les ordinateurs. L’implication du secteur privé, sous la forme de soutien commercial aux émissions et aux productions de film, bien que limité, est tout de même en hausse. Le gouvernement croit fermement que les mass media et le message qu’ils diffusent ont un rôle important à jouer dans le développement de la société syrienne, et que c’est un moyen de la contrôler d’une manière plus efficace. A travers une série de licences, de procédures, de barrières et de lignes de conduite culturelles, le ministère de l’Information et le ministère de la Culture et de la Conduite nationale ont la possibilité de déterminer le contenu des programmes et des films qui passent à la télévision. Ces médias sont considérés comme des moyens très sensibles pour façonner l’opinion publique, puisqu’ils sont largement reçus par la population syrienne. En 1989, le nombre de téléviseurs était estimé à 710 000 ; en 1992, on estimait qu’au moins 80 % des ménages syriens possédaient un téléviseur4. Beaucoup de ces téléviseurs sont encore noir et blanc, étant donné que la transmission couleur n’a commencé qu’à la fin des années soixante-dix. La télévision du ramadan est largement reçue partout dans le pays, et son impact déborde même sur les pays voisins.

Les programmes télévisés pendant le ramadan : enquête

  • 5 Al-Ba‘th, 26 janvier 1996, p. 8.

5Au début du ramadan de l’année 1996, le principal journal syrien, al-Ba‘th, proclamait que « la télévision serait sans aucun doute la “star” du mois de ramadan » et annonçait une multiplication et une diversification des programmes, ainsi qu’une augmentation du nombre de séries télévisées5. En fait, un premier regard sur ces programmes donne à voir une quantité et une variété remarquables d’émissions : séries, science-fiction, interviews, documentaires, comédies, informations, programmes éducatifs, drames et autres films. Deux changements significatifs sont à noter par rapport aux programmes du reste de l’année. Tout d’abord, pendant le ramadan, beaucoup de temps est consacré aux émissions islamiques, à savoir des commentaires des hadith, des lectures et des enseignements du Coran, des séries historiques à caractère religieux, des séminaires et des méditations. Deuxièmement, on trouve davantage de programmes télévisés de divertissement pendant le ramadan qu’en temps normal : jeux-concours, quiz, séries comiques, émissions de musique et de danse jouent en effet un rôle important. A nouveau, ce mélange de piété et d’amusement, d’ascétisme et de divertissement, d’activités religieuses et séculières, est très frappant.

6L’heure de programmation des émissions est un autre trait spécifique de la télévision pendant le ramadan. En effet, le programme quotidien commence à midi avec l’hymne national (an-nashid al-arabi as-suri), de la musique folklorique syrienne et la récitation du Coran (tilawat al-qur’an). Dans le programme pour enfant qui suit, les principes de base de la foi islamique sont enseignés à un groupe d’enfants, habillés dans des tenues islamiques qui semblent artificielles. Une heure environ avant la rupture du jeûne et le début du repas de l’iftar, des chefs cuisiniers de différents pays arabes, la plupart d’Afrique du Nord, présentent des recettes de plats exotiques qu’ils viennent d’inventer ou bien des recettes de plats traditionnels de leur pays, réalisés pendant le ramadan. Puis, à une heure où pratiquement tout le monde musulman attend avec impatience et excitation la fin du jeûne, alors que les hommes se reposent ou bien se réveillent de leur sieste, et que les femmes sont sur le point de préparer le repas, les prédicateurs, les narrateurs et les commentateurs du Coran commencent leurs enseignements religieux et leur récitation du Coran, créant par là même, des sensations émotionnelles agréables. Cela prend fin d’une manière brutale avec l’annonce de la prière du coucher du soleil (al-maghrib). Brusquement, les images et le son télévisés changent complètement de registre. Images lentes, plans longs et mouvements panoramiques de la caméra accompagnent un son propre à la méditation et des voix murmurantes qui implorent Dieu. C’est ainsi que, assez curieusement, les images les plus fortes du point de vue méditatif et spirituel, apparaissent à la télévision alors que tout le pays, que ce soit les musulmans qui jeûnent ou non (et même les non-musulmans), mange le repas le plus conséquent de la journée. Puis, avec la fin de ce programme religieux, des rythmes, des styles et des contenus nouveaux sont proposés. C’est désormais l’heure du divertissement du soir qui va durer jusque tard après minuit.

  • 6 Voir Munir Kayyal, Hikayat dimashqiya fi l-adab ash-sha’abi, Damas, Ibn Khaldoun, 1987, p. 39, et (...)

7Il est évident que le programme de la télévision suit presque exactement le modèle et la structure des rituels du ramadan, à savoir : dans l’après-midi, les enseignements, les leçons et les sermons religieux, ainsi que les efforts des femmes pour préparer un nombre considérable de mets succulents, la récitation du Coran, les prières individuelles et/ou la prière obligatoire du coucher du soleil avant le repas de l’iftar, puis le passage d’un rituel ascétique à une célébration plus détendue, plus simple et plus gaie. Cependant, ce n’est pas seulement cette structure verticale du rituel qui est observée, mais également sa structure horizontale, c’est-à-dire la durée du ramadan sur une période de trente jours. Cette structure horizontale est reflétée par le nombre d’épisodes de séries télévisées diffusées pendant un mois. Habituellement, les séries sont composées de quinze épisodes (ou moins) programmés de manière espacée au cours de l’année. Pendant le mois de ramadan, on diffuse un épisode par jour. Ici, la télévision a hérité et repris à son compte la vieille tradition damascène de raconter des histoires pendant le ramadan : un montreur d’ombres chinoises (karakuzati), ou bien un conteur (hakawati), venait tous les jours dans les cafés et les restaurants de Damas, et racontait un des trente épisodes de l’histoire de la ville, ou bien une des nombreuses disputes qu’il avait entendues dans les environs6.

Histoires nationales et exclusion de la religion

  • 7 L’actrice Rarda dans Sayyidati, 3 février 1995, p. 44.
  • 8 Voir Lila Abu-Lughod : « Finding a Place for Islam : Egyptian Television Serials and the National (...)

8Si la télévision est la « star » du ramadan, alors les séries sont les « megastars » du ramadan. Marcher dans les rues de Damas à une heure où l’une des quatre séries du soir passe à la télévision, c’est entendre dans toutes les maisons devant lesquelles on passe les mêmes dialogues et la même musique de la série diffusée (musalsalat). Tous les journaux et les magazines les plus importants assurent une couverture complète de l’heure, du contenu et de la diffusion de ces séries du ramadan. Des affiches publicitaires sont même placardées partout dans la ville. Les magazines de cinéma et même les journaux politiques publient d’interminables critiques de ces séries. Les attentes des téléspectateurs sont tellement élevées que, pendant le ramadan, un acteur « soit devient une star célèbre dans le monde arabe, soit échoue complètement7 ». Si vous demandez à un Syrien le lendemain matin, vous ne trouverez personne qui ne soit au courant de l’épisode de la veille. C’est ainsi que les séries diffusées pendant le ramadan ont donné naissance à une communauté nationale qui n’inclut pas seulement des Syriens musulmans sunnites et chiites, mais également des chrétiens, des juifs, des humanistes, des socialistes, des nationalistes et bien d’autres encore. Ces séries télévisées rassemblent également des générations, des groupes d’âge, des classes et des sexes différents, et réussissent à créer une sorte de connaissance collective, qui est peut-être unique et spécifique à des pays du tiers-monde comme la Syrie et l’Égypte8.

  • 9 Funun, 10 février 1996, p. 10.

9Pour le ramadan de 1996, trois des quatre séries du soir ont été produites par des sociétés syriennes, alors que la quatrième (« La Porte de quelqu’un d’Helouan ») a été achetée à l’Égypte. Cette série égyptienne, sur la cour et la famille du roi Farouk (qui a régné jusqu’en 1953), a été diffusée très tard dans la soirée, et, après seulement trois épisodes, elle a été vivement critiquée, qualifiée de trop ennuyeuse, superficielle et « déconnectée de la vraie vie des gens9 ». Deux des trois séries syriennes, « Les Frères de la poussière » (ikh-wat at-turab) et « Le Bazar de le soie » (khan al-harir) étaient des séries historiques ; toutes deux ont été produites par les deux principaux directeurs de télévision syriens : la première par Nadjat Isma’il Anzur, qui a produit d’autres séries célèbres du ramadan, telles que « La fin d’un homme audacieux », « Les Prédateurs », « La Richesse de l’univers » ou « Fantaisies historiques » (pour le ramadan 1997) ; la seconde a été produite par Haitam Hakki, qui travaille pour une société de films privée. Éduqués en Europe et laïques, les deux producteurs étaient décidés à produire des séries de haute qualité.

10A la différence de la plupart des autres séries arabes du ramadan, ces deux films historiques étaient davantage des feuilletons politiques que des aventures familiales ; ils traitaient de périodes sensibles et décisives de la construction de la nation syrienne, comme la lutte pour l’indépendance et l’établissement d’un État-nation. « Les Frères de la poussière » montre le long combat des nationalistes syriens pour leur indépendance, contre l’Empire ottoman tout d’abord, puis contre l’hégémonie du mandat français. Les premiers épisodes se déroulent à la fin de la Première Guerre mondiale, et montrent les effets de la violente domination ottomane en Syrie, la désastreuse destruction de l’économie syrienne, ainsi que la brutalité du commandant suprême ottoman, Djamal Bacha, à rencontre de la population syrienne. Les épisodes se focalisent essentiellement sur la résistance syrienne, les soulèvements et les rebellions des nationalistes contre les politiques menées par les souverains ottomans, qui cherchent à unir Turcs et Syriens en tant que musulmans pour lutter contre l’ennemi commun, les « infidèles » européens. Le héros de la série est un bel officier syrien, audacieux et intelligent, formé dans une caserne militaire près d’Istanbul, qui rejoint le mouvement de résistance contre les troupes ottomanes, alors qu’il rentre en Syrie. Ayant trouvé refuge dans une caverne perdue dans la forêt, il mène des actions indépendantes contre ces mêmes troupes. Avec d’autres défenseurs armés de la cause arabe, il est finalement tué par Djamal Bacha. La résistance continue et conduit à la proclamation de l’indépendance de la Syrie en 1920, ainsi qu’à des révoltes contre les troupes françaises – plus particulièrement le grave soulèvement de 1925-1927 -, puis à leur évacuation. Depuis lors, ces évènements sont des éléments importants de l’histoire nationale, et ils sont célébrés chaque année par des manifestations séculières, telles que le « Jour des Martyrs » (6 mai), ou le « Jour de l’Évacuation » (17 avril).

11La deuxième série « Le Bazar de la soie » raconte l’histoire du milieu urbain des marchands du bazar, des commerçants et des courtiers dans les environs d’Alep (Khan al-Harir), à la veille de l’unification de la Syrie et de l’Égypte dans la « République arabe unie » (1958-1961). Reflétant le combat politique et militaire entre les forces du « traité de Bagdad » (France, Angleterre) et leurs opposants (Égypte, Syrie, Union soviétique), le film montre clairement la polarisation politique des différents protagonistes de la série. En effet, les riches commerçants et les entrepreneurs prospères soutiennent les puissances européennes, alors que les petits marchands et les commerçants du souk appuient l’alliance égypto-syrienne. Plutôt que cet arrière-plan hautement politisé (incidemment évoqué à travers les nouvelles à la radio, les discussions et les rumeurs véhiculées par les gens de Khan al-Harir), la véritable série concerne davantage les hauts et les bas de la vie quotidienne à Khan al-Harir, à savoir les complots de famille, les histoires d’amour, les mariages, les enterrements et les réussites économiques. A la différence de la première série historique déjà mentionnée, où une forme de désespoir patriotique cherche à inspirer un sentiment de fierté nationale, ce feuilleton intéresse surtout les gens en fonction de leurs intérêts économiques. En se focalisant sur les échanges mercantiles et financiers des gens, ainsi que sur la compétition quotidienne et l’entreprise, le script laisse supposer que, à la base, la richesse économique ou la pauvreté sont les principales motivations qui guident l’orientation politique, et que ce sont ces mêmes positions (riches ou pauvres) qui font que les gens deviennent corrompus ou restent honnêtes. Le premier cas est illustré par l’histoire de Kamal, un parvenu malin, dont le mariage avec la fille d’un riche marchand, Saqiya, sans beauté particulière, est arrangé pour des raisons financières. Avec l’aide de l’opulente famille, de fonctionnaires corrompus, d’avocats malhonnêtes, et d’hommes d’affaires cupides et tricheurs, il prend de plus en plus de pouvoir sur le marché local et sur les affaires commerciales de petits entrepreneurs. L’autre face de la moralité est représentée par l’amour véritable entre Mohsen et Fadda. Ils tombent amoureux l’un de l’autre pour des raisons purement romantiques, bien loin de quelconques intérêts politiques ou économiques. Contrairement à Kamal, Mohsen est un personnage simple, honnête et bon, issu d’un milieu social assez pauvre, qui ne cède pas à la tentation de devenir cruel et corrompu, dans la compétition du marché. Autrement dit, cette série personnifie la moralité et l’immoralité, par le conflit entre deux classes sociales. Elle raconte la combat de familles décentes et honnêtes qui luttent pour le rester, par contraste avec des familles de la bourgeoisie nationale qui tirent en toute insouciance avantage de la libéralisation économique et des liens commerciaux avec l’Occident.

12En résumé, les séries télévisées « Frères de la poussière » et « Le Bazar de la soie » perpétuent la tradition du ramadan, où les réalisateurs de film confrontent les téléspectateurs avec des événements forts de leur histoire nationale, à l’image de la série diffusée l’année précédente « Le Bain des Qaishani » (hammam al-qaishani), « Abou Kamal, deuxième partie » (par le scénariste Fouad Sharbaji) et « La Fin d’un homme courageux » (nihayat rajul shuja’) en 1994, « Le sourire de la tristesse » (basmat al-khunz) peu de temps avant le ramadan de 1994 ou encore « Les Jours damascènes » (ayyam shamiyah) en 1993. Le temps de l’action de toutes ces séries se déroule à nouveau, soit à la fin de la domination ottomane, soit sous l’occupation française, et la résistance contre les étrangers, ou la collaboration avec eux, y est décrite. En situant elles aussi l’intrigue dans des milieux urbains, essentiellement dans des vieux quartiers de Damas tels que « Hamam al-Qaishani » ou « Hamam al-Hanah », ces séries donnent une image simplifiée du passé, où des intérêts conflictuels et des interrelations et interdépendances historiques complexes sont distillées à travers une poignée de personnages types.

  • 10 Abu-Lughod, 1993, p. 28.
  • 11 Ayant confessé qu’elle n’était pas encore enceinte, on conseille à la femme de Kamal d’aller avec (...)

13Toutefois, il est intéressant de regarder de plus près la manière dont la religion est présentée dans ces séries télévisées. Le fait que l’identité et la foi musulmanes ne soient en aucune façon au cœur de l’une au moins de ces quatre séries est frappant. On cherche vraiment à éviter de présenter le cadre religieux des principaux protagonistes, bien que des formes de piété et d’activités religieuses de tous les jours soient parfois montrées à l’écran. La plupart du temps, elles remplissent surtout des fonctions marginales mais complémentaires, à l’intérieur de la toile de l’action et des relations, par exemple lorsque le vieux cheikh Ali de « Khan al-Harir », aveugle, prononce constamment des phrases du type « Ya Latif », « Ya Karim », ou « Ya Rabb » (implorations à Dieu), ou encore quand une importante réunion d’un groupe de la résistance est ouverte par une récitation collective de versets coraniques, comme dans « Les Frères de la poussière ». Les séries ne se concentrent pas sur « la valeur de la foi religieuse et de la piété, mais sur la place où le discours musulman est pertinent10 » – comme l’exprime Lila Abu-Lughod ; cela sert à satisfaire les besoins personnels des gens, à partager leurs soucis quotidiens, leurs peines et leurs peurs (surtout en ce qui concerne les femmes !). Cela est clairement illustré dans la série « Le Bazar de la soie », où les femmes vont rendre fréquemment visite au vieilles cheikhat, ces femmes à la réputation de guérisseuses et de saintes, consultées pour que leurs amulettes ou leurs broderies protègent les gens contre les maladies, les accidents, les infortunes et les mésaventures, ou encore les pertes financières, ou bien d’un point de vue positif, pour qu’elles assurent le succès en amour, en fécondité, en voyages, en relations avec des gens de pouvoir, et autres entreprises du même genre11. D’un autre côté, l’islam peut être également présenté comme un modèle éthique à suivre, pour être calme, tolérant, indulgent et honorable, ce qu’incarne le cheikh Qudri, dans la série « Le Bazar de la soie ». Il apparaît généralement quand les disputes sont à leur apogée et qu’elles sont sur le point de dégénérer. En posant des questions sur les causes de la violente dispute, il agit davantage comme un arbitre que comme un juge compétent, en tentant seulement de faire baisser la tension extrême en disant : « S’il vous plaît, calmez-vous » ou « Vous pouvez toujours résoudre ces problèmes, mais pensez-y calmement » ; « Dieu te le donnera » ou encore « Si vous êtes droits, alors vous obtiendrez vos droits ».

  • 12 Si les musulmans syriens veulent voir une série avec un point de vue islamique au centre, ils doiv (...)
  • 13 Abu-Lughod, 1993, p. 28.

14En se concentrant sur la production d’identités nationales séculières12, la séparation entre activités religieuses et séculières dans les séries télévisées « produit un sentiment de séparation des sphères, dévoilant l’absence de pertinence de la religion dans le domaine public du développement et du progrès économique, et de la responsabilité sociale13 ».

La critique sociale à travers les comédies et les dessins humoristiques pendant le ramadan

15La quatrième série du soir, « Les Rêves de Abou al-Hana » (ahlam Abu al-Hana), produite par Hicham Sharbataji, est une comédie. Le héros éponyme est joué par David Lahham, très populaire en Syrie, non seulement du fait de ses talents de comédien, mais surtout du fait de ses critiques acerbes des travers de la société syrienne. Alors qu’en 1995, David Lahham dans le rôle de Abou al-Hana, avait fait de la série « Ghawar » un énorme succès, « Les Rêves de Abou al-Hana » a été un échec total. Après seulement trois épisodes, l’acteur a été vivement critiqué par ses admirateurs, et la série a été attaquée, décrite comme une grosse farce plate et triviale, sans aucune ferveur sociale autour. Le magazine de films al-Funun écrivait :

  • 14 Funun, 8 février 1996, p. 3. La hausse terrible des prix pendant le ramadan est un des problèmes l (...)

« Par son jeu d’acteur, David Lahham avait l’habitude de refléter la vraie vie dans une société de crises. Dans la nouvelle série, il est davantage une caricature ou une parodie qui n’arrive pas à atteindre les subtilités des critiques sociales précédentes. Par exemple, il n’est pas normal qu’il ne soit pas devenu furieux quand il a vu le prix anormalement élevé des bananes alors qu’il passait dans le bazar14 ! »

16On dit que l’artiste a été tellement déprimé par cette attitude de l’opinion publique qu’il n’a pas osé quitter sa maison pendant tout le mois de ramadan. Quoi qu’il en soit, la série n’a pas été retirée du programme, étant donné que la tradition du ramadan veut que les trente épisodes d’une histoire soient racontés. L’histoire de ce « scandale » du ramadan met en lumière un aspect essentiel des comédies en Syrie et dans tout le monde arabo-musulman : celles-ci fonctionnent comme un miroir, un moyen de critique, d’ironie et de sarcasmes publics et collectifs, au sein d’une société où règnent la censure la plus stricte et des services de sécurité omniprésents, et où l’existence de magazines politiques ou de journalisme d’investigation est pratiquement impensable. Pour le téléspectateur, il est officieusement clair que ces comédies servent d’indicateurs pour mesurer jusqu’où il est possible d’aller dans la dénonciation des problèmes sociaux. Même si les blagues ne sont pas très spirituelles, chacun sait que cette forme d’esprit est acceptable à ce moment-là et tolérée par le régime.

  • 15 La visibilité, la position et la taille de la lune ont fonctionné pendant toute l’époque prémodern (...)
  • 16 On peut trouver des variantes de ce thème satirique dans des dessins d’autres pays arabes, voir : (...)

17La critique sociale, couplée à la rhétorique religieuse, est employée dans les dessins humoristiques publiés dans les journaux qui appartiennent à l’État, tel que al-Ba‘th, Tichrin, ou al-Thaura. Dans ces journaux qui d’habitude ne traitent jamais des questions religieuses, des dessinateurs comme Ali Farzat de al-Ba‘th, utilisent de manière sélective des traits du ramadan, afin de faire passer un message de critique sociale auprès des lecteurs. Par ce biais, non seulement ils réduisent le message du ramadan à un seul de ses aspects, mais, volontairement ou non, ils le désacralisent également. De nombreux dessins illustrent l’omniprésence du rêve de nourriture et des fantasmes chez ceux qui jeûnent. Un dessin (n° 1) avec pour légende « L’homme qui jeûne », montre un homme assis à table, devant une assiette presque vide et un verre d’eau, alors que, dans la bulle au dessus de sa tête, il rêve de fruits, de légumes, de kébab et de poulet, de plats de poisson et de nombreuses boissons. Les pensées de ceux qui jeûnent sont exclusivement dépeintes sous l’angle de l’obsession du repas à venir de l’iftar. D’autres dessins condensent le message social, culturel et religieux du ramadan à travers de petites images contenant des fruits, un bol de soupe, une bouteille de jus et un téléviseur (n° 2), ou bien un téléviseur dont l’écran fonctionne comme une porte de cuisinière, qui laisse entrevoir un poulet rôti, avec pour légende : « Un plat du ramadan » (n° 3). En outre, le symbole le plus significatif du ramadan, le croissant, est représenté sous forme d’un panier rempli de tous les mets, boissons et sucreries dont peuvent avoir envie les musulmans qui jeûnent (n° 4 )15. L’attention de ces derniers est également tout entière tournée vers la manière de tuer le temps, comme l’exprime le dessin (n° 5) intitulé : « Le mois où l’on s’intéresse à l’heure » ; il figure un homme dont la tête est un réveil, et dont la moustache représente la grande et la petite aiguille, indiquant l’heure de l’iftar. D’autres dessins traitent du même sujet : la préoccupation de la nourriture, et le déroulement de la journée comme une période de souffrance qui passe lentement16.

  • 17 Cette critique correspond à une campagne de plusieurs journaux (voir note 14) contre une hausse de (...)
  • 18 La recontextualisation d’expressions islamiques est fréquement utilisée dans un but nationaliste e (...)

18En condensant à l’intérieur d’un seul cadre des relations complexes, un dessin peut mettre des expressions religieuses dans un nouveau contexte et évoquer de nouveaux points de référence. Prenons par exemple l’expression : « Par Dieu, je jeûne », qui est une des réponses du Prophète aux tentations. Cette expression est écrite dans une bulle qui émane d’un inspecteur gouvernemental en charge du contrôle des prix du marché (n° 6). En disant « Par Dieu, je jeûne », il détourne délibérément la tête d’un étalage de fruits, dont les étiquettes annoncent une hausse des prix de 100 %17. Le dessin (n° 7) joue avec le sens littéral du verbe ramada, qui signifie « chauffer », dans un contexte de hausse du prix des denrées alimentaires pendant le ramadan. Il montre un homme pauvre passant devant un magasin où il est inscrit « Prix du ramadan », par la porte duquel sortent des flammes. Dans la bulle, en changeant les voyelles, l’homme a transformé ramadaniya (la joie et la festivité du ramadan) en ramada’iya, qui signifie le réchauffement (des prix pendant le ramadan). Dans un autre dessin (n° 8), l’expression « la nouvelle lune du ramadan » habituellement associée à la joie et à l’excitation, prend un sens accusateur : placée près d’une flèche qui indique une hausse des prix, la « nouvelle lune » signifie pour l’homme la perte d’une partie de son vêtement, ce qui symbolise un niveau de vie plus bas pendant le ramadan18.

19Dans de nombreux dessins, l’image de l’homme pauvre et maigre, pantalon usé et veste en lambeaux, incarne tout autant les exclus de la société que ceux qui n’ont pas les moyens de participer à l’atmosphère festive et commerciale du mois du ramadan. Dans l’un de ces dessins (n° 10), ce type d’homme émacié est représenté devant un vendeur d’herbes médicinales, à qui il demande une prescription pour traiter la pauvreté. Dans le dessin suivant (n° 11), on peut voir un homme décharné assis devant la télévision, alors que le bulletin météo annonce une légère baisse des températures. A la fin du bulletin, l’homme dit (qu’il espère) que cela touchera également les prix. Le thème du dessin (n° 12) traite de l’incapacité financière, dans laquelle se trouvent des pans entiers de la population, de participer au vaste marché de la fête : un père tente d’empêcher son fils de regarder à travers une vitrine de vêtements pour enfants où il est écrit : « Marché de fête ».

  • 19 Voir Volker Perthes, « Le secteur privé, la libéralisation économique et les perspectives de démoc (...)

20Inversement, le ramadan est également représenté comme un mois où les pauvres peuvent connaître un rétablissement temporaire de leur mauvaise situation. Grâce à la tradition de la charité pour les gens sans domicile et pour ceux qui sont dans le besoin, pendant le ramadan, le degré de pauvreté est rendu légèrement moins honteux, surtout quand le mois touche à sa fin. Un dessin (n° 13) montre un grand rassemblement d’hommes dans le besoin, tous mal habillés et ayant tous le même air désespéré ; l’un d’entre eux porte une pancarte où il est écrit : « Prolonger le mois de ramadan pour nous ». Ce dessin est peut-être le plus dur en termes de critique de l’inégalité sociale en Syrie. Il dévoile ouvertement que la pauvreté est un phénomène de masse dans une société qui tente de transformer son économie centralisée, basée sur le socialisme, en un système capitaliste de marché (deuxième infitah)19. Cela remet également en question la vision islamique d’un système social juste, où les différences sociales entre les riches et les pauvres seraient atténuées par le système de l’aumône des premiers vers les seconds. Comme de nombreux articles de la presse laïque, ce dessin affirme le contraire : le rituel du ramadan que constitue le paiement de la zakat al-fitr n’est qu’un acte d’ordre cosmétique, qui cache, sous les traits de la religion, des antagonismes et des conflits de classe dans une société musulmane. Par ailleurs, les discours sur l’égalité sociale ne font que nourrir les illusions, ce qui semble être mis en exergue dans le dessin (n° 14), où un homme paraît complètement repu, après avoir longuement rêvé d’un banquet d’iftar. C’est encore le cas dans le dessin (n° 15), où l’on voit un poulet rôti servi sur une table dont la nappe est rapiécée. Le pauvre est en train de regarder une émission culinaire du ramadan et a l’impression d’atteindre le met délicieux porté aux nues à la télévision : mais le poulet devant lui n’est qu’une bulle de savon.

21Dans certains dessins, la divergence profonde entre les pauvres et ceux à qui profitent les réformes économiques est illustrée encore plus clairement. Nombreux sont les dessins où deux hommes incarnent chacun une classe sociale différente. Ainsi, dans le dessin (n° 16), l’homme de droite montre tous les signes de l’extrême pauvreté. Il pense au ramadan en lettres minuscules, fines et ordinaires, alors que l’homme de gauche, rêve au ramadan en lettres grandes, épaisses et décoratives dans le style arabesque. Ce dernier est habillé à la manière de la vieille bourgeoisie nationale occidentalisée : costume noir, gilet, montre de poche, chemise blanche, cravate, fez rouge sur la tête. Le dessin (n° 17), pour sa part, exprime les différentes attentes que suscite le mois de ramadan : le croissant du ramadan représente un gros morceau de pain pour l’homme décharné, alors que pour la femme richement habillée, il annonce la promesse d’un nouveau bijou qui ne fera qu’augmenter sa richesse.

  • 20 Voir Richard Antoun, « The Social Significance of Ramaḍān in an Arab Village », The Muslim World, (...)

22En résumé, la rhétorique de ces dessins et autres caricatures est clairement imprégnée des motifs du ramadan. L’idée est de recontextualiser le message éthique et social propre à cette période, avec pour arrière plan les tensions sociales dans la Syrie contemporaine. C’est surtout la propension à faire des sacrifices ou à contribuer à l’aumône, en tant que norme islamique, qui est représentée et remise en question. Dès lors, d’un point de vue économique, les effets de ces devoirs sociaux du ramadan doivent permettre de réduire les inégalités économiques à un moindre degré20. Dans le contexte syrien, le vigoureux appel à plus de justice sociale et d’égalité est utilisé à la télévision pour critiquer les effets désastreux de la libéralisation économique, et les orientations pro-occidentales qui ont rendu l’économie syrienne encore plus dépendante. Mais dans le même temps, la télévision syrienne cherche à refléter et à manipuler un islam plus pragmatique et plus éthique.

Les émissions religieuses et la suppression des formes de religiosité populaire

  • 21 Ya ramadan, jaww l-taqwa al-quran, Ya ramadan, jaww l-tauba al-kubra ; jaww birri wa l-ihsan, ya r (...)

23Enfin, les émissions religieuses pendant le ramadan méritent que l’on s’y arrête. L’émission de méditation après la prière du coucher du soleil et pendant le repas d’iftar de rupture du jeûne est un des traits tout à fait marquants de la période de ramadan. L’émission de l’année 1996, « Ô ramadan » (ya ramadan), de même que celle de l’année précédente, « Ô Seigneur » (ya rabb), était composée d’une série de signes religieux et de symboles islamiques, qui semblaient aller à l’encontre du langage visuel clairsemé et iconoclaste de l’islam orthodoxe. La portée des hymnes, des prières implorant Dieu, et des autres messages diffusés, y est renforcée par des plans de minarets, de calligraphies, de musulmans en pleine méditation, d’images romantiques de paysages syriens, ou de pages du Coran, plans qui viennent s’insérer à l’écran telles des cartes. Par exemple, le verset « kaffi, hiya mamdudatun ilayk », le fait de « tendre ma main vers Dieu », est illustré à l’écran par un plan en contre-plongée sur le mihrab ou bien sur la coupole de la mosquée. L’hymne « ya Allah, laka ar-ridda wa alf ‘alaq ‘an ramadan » (Ô Dieu, tu n’es que plaisir, et un millier de rayons sur le ramadan) est illustré à travers des plans de ciel nuageux, avec un soleil sombre en arrière plan, ou bien par un zoom rapide qui se détourne du ciel, avec l’inscription « Allah », pour retourner sur la terre où de belles petites chutes d’eau, un soleil brillant sur un étang ou sur un champ en fleur, sont illuminés. Un autre mouvement de zoom qui part d’un minaret illustre, pour sa part, la direction de l’appel du muezzin pour la prière du coucher du soleil. Un zoom rapide vers l’entrée principale de la mosquée suit, alors que le muezzin appelle à la prière : « Hayya ‘ala s-salat » (Levez-vous pour la prière !). Pendant le générique d’ouverture de l’émission « Ô ramadan » et le début de l’hymne à Dieu : « Ô ramadan, tu es rempli de la peur du Coran de Dieu, tu es plein de grande repentance, plein de mes bonnes actions et de ma charité, Ô ramadan21 », on peut voir des images de l’entrée principale de la mosquée, du grand chandelier, des vitraux et des croyants qui récitent le Coran, assis devant un petit lutrin où est posée une édition de luxe du Coran. Enfin, une vue aérienne d’une mosquée tout illuminée, au milieu d’une ville noire comme un four, est également présentée à l’écran.

24La télévision syrienne a cherché à présenter ici des activités rituelles qui sont au cœur du ramadan. Elle utilise un langage visuel et auditif nouveau dans ses émissions de méditation, pour couvrir une manifestation importante de ce mois de jeûne, et pour attirer vers elle les musulmans, dont l’attitude est davantage religieuse pendant cette période. Cependant, aussi intense et complète que soit la couverture télévisuelle de la vie religieuse pendant le ramadan, il est évident que ce n’est qu’une image partielle et assez irréaliste des pratiques religieuses qui est présentée. De toute évidence, des éléments spécifiques de la vie religieuse en Syrie sont gommés, alors que l’accent est mis sur d’autres. En ce qui concerne les pratiques religieuses populaires pendant le ramadan, pas un seul élément de mysticisme ou de culte des saints locaux, de guérisons miraculeuses, de divinations ou de spéculations métaphysiques, n’est donné à voir. Les médias font d’une spiritualité populaire canalisée, loin d’un panthéisme mystique, une forme de dévotion beaucoup plus monothéiste (tawhid). Si auparavant, dans l’islam damascène, toutes sortes de prophètes islamiques, de cheikhs soufis et de saints pouvaient être invoqués – ou sont encore invoqués dans des mosquées locales, des takiyya et des zawiyya -, désormais seul le nom d’Allah (et parfois celui du prophète Mohammed) est prononcé à la télévision. Il n’y a aucune référence aux ordres soufis, aux saints et aux cheikhs, aucun musulman pieux n’est montré visitant des tombeaux, des lieux saints ou des ordres mystiques. Allah est devenu la seule référence transcendantale des pratiques rituelles.

  • 22 6 février 1996, Channel 1 (enregistré par l’auteur).

25Pendant le commentaire de chants mystiques ibtihalat, une voix off explique que tous ces chants sont censés seulement purifier l’âme de tous les péchés, afin de trouver Dieu en état de purification. Touts les autres chants qui accompagnaient ordinairement les célébrations rituelles du ramadan ne sont pas considérés comme fonctionnels, mais « seulement comme des expressions symboliques du respect et de l’admiration à l’égard de ces événements en tant que tels22 ». Ainsi, en concevant Dieu comme un élément non-manipulateur et plus abstrait, la télévision a ramené la religion populaire vers une conformité beaucoup plus proche des idéaux de l’islam monothéiste officiel. Cependant, même cette version du « courant majoritaire » de l’islam est dépeinte de manière assez arbitraire. Les producteurs de ces émissions religieuses ont bien du mal à présenter une piété rationnelle, terre-à-terre, qui « n’en fait pas trop ». Ainsi, les vocalistes (munshidun) sont-ils présentés immobiles, ne laissant transparaître aucune émotion, le regard froid et en positions fixes ; les danseurs soufis-muridun exécutent leurs mouvements tourbillonnants dans un environnement artificiel, transformant de manière affligeante l’atmosphère spirituelle en un jeu de scène folklorique ; les danses, pratiquées dans les mosquées, d’habitude entraînantes, telles que la « raqs as-samah » (la danse de la magnanimité), apparaissent beaucoup plus statiques à l’écran. A la télévision, rien ne laisse suggérer une quelconque possibilité d’excès, d’exagération ou de transe, qui ne sont pourtant pas inhabituels durant ces cérémonies. On a l’impression, à travers les médias, que ces manifestations islamiques sont davantage le reflet de modes de comportement lors d’un congrès du parti, que ceux de célébrations rituelles dans des mosquées.

Conclusion

26Les mass media en Syrie sont très fortement influencés par le parti Ba’th au pouvoir et sont normalement programmés pour soutenir et promouvoir le nationalisme, le patriotisme et la culture arabe. Dans l’idéologie Ba’thiste, l’islam avait l’habitude de n’être qu’un bien culturel arabe, un moyen pour revitaliser la force et la gloire des Arabes. Cependant, alors que l’islam en tant que vecteur de la renaissance arabe a été remplacé dans les années soixante et soixante-dix par le nationalisme arabe, c’est à la fin des années quatre-vingt et au début des années quatre-vingt-dix que l’islam a été de nouveau reconnu comme une des forces premières de la société syrienne. L’analyse des émissions du ramadan a révélé que le gouvernement syrien cherchait de plus en plus à légitimer son pouvoir en faisant appel à des symboles islamiques. Du fait de son monopole toujours existant sur les chaînes de télévision, le gouvernement syrien a la possibilité de gérer les représentations de l’islam et du ramadan, et ce faisant, d’exclure différentes versions d’un même sujet. Malgré les expressions et les manières très différentes de pratiquer le jeûne du ramadan dans la réalité sociale, il est clairement apparu que les émissions du ramadan avaient notamment pour but de renforcer la notion d’appartenance à une seule communauté nationale, sans égards pour la confession, l’ethnie, la classe ou le sexe.

27La programmation des émissions télévisées reflète et renforce l’islamisation croissante de la vie publique. C’est-à-dire que, pendant le ramadan, on permet à l’islam d’être une caractéristique encore plus pénétrante de la culture publique, comme la preuve en est donnée par la multiplication des salutations islamiques, des phrases, des styles de tenues, de cercles d’enseignements et de programmes culinaires à l’écran ; elle l’est également dans la manière où le temps est mesuré en fonction du jeûne et de sa rupture, et la façon dont les programmes sont diffusés en fonction du calendrier lunaire islamique. Néanmoins, avec l’appel vigoureux à l’unification de la communauté nationale, le principal message lancé par la télévision n’est pas celui de la prédominance d’un islam sunnite sur les autres groupes de la société, mais celui de l’harmonie entre les intérêts et les orientations divergentes. Premièrement, les séries à caractère historique diffusées pendant le ramadan renforcent les identités nationales, ce qui permet de réduire les différences de classes, ethniques et sociales. Elles excluent la religion en tant que facteur de prise de conscience depuis que la religion en politique, et en particulier l’islam politique, est perçue comme la cause de frictions ethniques et sectaires. Deuxièmement, les comédies télévisées et les dessins humoristiques critiquent les disparités économiques et sociales desquelles pourrait résulter un manque d’harmonie et de solidarité parmi les membres de la communauté nationale. Troisièmement, les émissions religieuses excluent toutes les formes de religiosité populaire qui pourraient être la cause de conflits avec des groupes sunnites plus réformistes. En outre, les programmes religieux qui passent à la télévision ne font référence à aucune école ou confession particulière qui existe dans la religion musulmane. Les traits distinctifs des rituels et des modes sunnites ou chiites disparaissent alors.

28Cette étude a essayé de démontrer que la diffusion de la religiosité, des symboles et des rituels islamiques pendant le mois de jeûne du ramadan, se heurte à la volonté du gouvernement de contrôler et de programmer l’islamisation de la sphère publique. La couverture médiatique du ramadan et de ses manifestations doit faire comprendre à tout le monde quel degré de religion et quelle sorte d’islam la classe au pouvoir est prête à accepter. En redéfinissant le rôle de l’islam dans la société syrienne, un nouveau mode d’expression de la foi islamique est introduit dans les programmes télévisés, que l’on ne peut qu’appeler « une piété inventée ». Désormais, il reste à voir si le gouvernement syrien va réussir à implanter cette forme de piété au sein de la population, ou bien si un groupe musulman particulier va réussir à implanter sa propre piété dans la sphère publique.

1. « L’homme qui jeûne », al-Ba‘th, 7 février 1995.

2. Sans légende, al-Ba‘th, 9 février 1995.

3. « Plat du ramadan », al-Ba‘th, 15 février 1995.

4. « La lune de ramadan », al-Ba‘th, 20 février 1995.

5. « Le mois où l’on s’intéresse à l’heure », al-Ba‘th, 2 février 1995.

6. L’inspecteur des prix : « Par Dieu, je jeûne », al-Ba‘th, 16 février 1995.

7. Le passant : « Flambée [des prix] ». Sur la vitrine : « Prix de ramadan », al-Ba‘th, 30 janvier 1995.

8. La flèche vers l’homme : « Lune du ramadan ». Sur l’autre flèche : « Hausse [des prix] », al-Ba‘th, 30 janvier 1995.

9. « Ô vous qui dormez, réveillez-vous ! », al-Ba‘th, 10 février 1995.

10. Le pauvre : « Je voudrais une prescription pour le traitement de la pauvreté ». Sur l’enseigne du magasin : « Herbes médicinales », al-Ba‘th, 15 février 1995.

11. Le bulletin météo : « On prévoit une baisse des températures ». L’homme assis devant la télévision : « Si cela pouvait arriver aux prix ! », al-Ba‘th, 28 février 1996.

12. Sur la vitrine du magasin : « Marché de la fête », al-Ba‘th, 28 février 1995.

13. Sur la pancarte : « Prolongez le mois de ramadan pour nous », al-Ba‘th, 2 mars 1995.

14. Sans légende, Tichrin, 4 février 1995.

15. L’émission de télévision : « Plat du ramadan », al-Ba‘th, 24 janvier 1996.

16. Dans chacune des bulles : « Ramadan », al-Ba‘th, 19 février 1995.

17. « Vœu pour la lune de la fête », al-Ba‘th, 18 février 1996.

Notes

1 Cet article est extrait de ma thèse : Le Mois de jeûne du ramadan et la Fête de la rupture du jeûne ‘Aid el-Fitr. Étude de la signification sociale des rituels islamiques et aspects des changements religieux, Leipzig (à paraître). J’aimerais remercier Kerstin Wilsch et Christa Salamandra pour leurs commentaires, et le groupe GAAC « Islam et modernité » (Erlangen/Washington) pour leurs critiques.

2 Hans Gunter Lobmeyer, « Al-dimuqratiyya hiyya al-hall ? The Syrian Opposition at the End of the Asad Era », dans E. Kienle (éd.), Contemporary Syria, Liberalization between Cold War and Cold Peace, Londres, British Academic Press, 1994, p. 81-96.

3 Exemples dans : Andreas Christmann, « Islamic Scholar and Religious Leader : Shaikh Muhammad Sa’id ramadan al-Buti » ; dans John Cooper, Ronald L. Nettler, Mohd Mahmoud (éd.), Islam and Modernity. Muslim Intellectuals Respond, Londres, I.B. Tauris, 1998, p. 57-81

4 Arvind Singhal et Vijay Krishna, « Syria », dans Mass Media in the Middle East, p. 261-272.

5 Al-Ba‘th, 26 janvier 1996, p. 8.

6 Voir Munir Kayyal, Hikayat dimashqiya fi l-adab ash-sha’abi, Damas, Ibn Khaldoun, 1987, p. 39, et Munir, Hikayat dimashqiya fi l-adab ash-sha ‘abi, Damas, Ibn Khaldoun, 1987, p. 39, et Munir Kayyal, Ramadan fi Sham : ayyam zaman, Damas, Mu’assasa an-Nuri, 1992, p. 188

7 L’actrice Rarda dans Sayyidati, 3 février 1995, p. 44.

8 Voir Lila Abu-Lughod : « Finding a Place for Islam : Egyptian Television Serials and the National Interest », Public Culture, 5 (3), 1993, p. 25.

9 Funun, 10 février 1996, p. 10.

10 Abu-Lughod, 1993, p. 28.

11 Ayant confessé qu’elle n’était pas encore enceinte, on conseille à la femme de Kamal d’aller avec sa mère chez une cheikhat de réputation sainte, habillée en tenue islamique, avec un « hijab blanc ». En comptant les perles de son misbah (pour réciter les 99 noms d’Allah), la cheikhat confectionne une broderie avec le nom de Dieu et celui de Sadiqa, de sa mère et de son père. Elle prononce la formule « Je cherche la protection à tes côtés » (dakhilak), puis la mère paie pour les amulettes et récite avec sa fille une prière pour le prophète Mohammed. Après que la cheikhat lui eut dit de réciter la formule « Tout est dans tes mains, tu es le Tout-Puissant » (innahu ‘ala kull shay’ qadir) mille fois par jour et dans toutes les circonstances, Sadiqa et sa mère repartent avec l’espoir que la fille sera bientôt enceinte.

12 Si les musulmans syriens veulent voir une série avec un point de vue islamique au centre, ils doivent regarder un programme non syrien via le satellite, comme la série d’Ahmed Tantawi « Mohammed, le messager de Dieu pour le monde » (Egyptian TV : 1994/1995/1996) ou la série historique « Le Jugement légal en Islam » (Saudi Arabian TV ; directeur Fa’iq Ismaïl).

13 Abu-Lughod, 1993, p. 28.

14 Funun, 8 février 1996, p. 3. La hausse terrible des prix pendant le ramadan est un des problèmes les plus importants pour de larges parts de la population syrienne. Bien que la politique actuelle de l’État soit d’encourager un système de marché avec ses principes de l’offre et de la demande, il y a néanmoins, chaque année, une campagne médiatique contre l’intolérable hausse des prix, des fruits (des bananes !), des légumes, des vêtements et des chaussures plus particulièrement. Par exemple, al-Ba‘th demande le 21 janvier 1996, p. 5 : « Ne devrions nous pas mettre la pression sur les bazars de la ville pendant le ramadan ? » ou bien : « Qui est capable de stabiliser les marchés avec une balance raisonnable de produits et de prix ? » (21 février 1995, p. 6) ; al-Thaura diffuse le message suivant : « La vague de la hausse des prix continue et affecte tous les types de produits ! » (27 janvier 1996, p. 7) ; al-Ba‘th demande : « Pourquoi les prix augmentent-ils pendant le ramadan » (6 février 1995, p. 5), ou bien s’exclame, outré : « Les inspections des marchés d’aliments totalement absentes ! » (26 févirer 1995, p. 5) ou encore : « Le ramadan et la fièvre brûlante des prix ! » (26 janvier 1996, p. 4) ; alors que Tichrin constate avec sarcasme : « Noble ramadan et des prix encore plus nobles » (5 février 1996, p. 6)

15 La visibilité, la position et la taille de la lune ont fonctionné pendant toute l’époque prémoderne et moderne comme l’indicateur de temps du mois de ramadan. La nouvelle lune – après la fin de la vieille lune décroissante de cha’ban – marque le début du mois de jeûne. Ce rituel est scrupuleusement observé et on dit qu’il influence la réussite du ramadan. Pour réduire le symbole même du ramadan à une image de nourriture et de boissons, il faut exclusivement évoquer des références matérialistes (le sous-titre du dessin est : « Le croissant du ramadan).

16 On peut trouver des variantes de ce thème satirique dans des dessins d’autres pays arabes, voir : Marjo Buitelaar, Fasting and Feasting in Morocco. Women’s Participation in ramadan, Oxford, Berg, 1993, p. 183-187.

17 Cette critique correspond à une campagne de plusieurs journaux (voir note 14) contre une hausse des prix incontrolée. al-Ba‘th commente par exemple : « Tout cela arrive dans la réalité, dans toutes les villes et tous les villages, ce n’est pas une pièce de théatre ». Mais qu’a fait le ministère de l’Approvisionnement, ou qu’est-il en train de faire ? Jusqu’à maintenant, personne n’a suggéré une quelconque mesure pour stopper ceux qui jouent avec la nourriture des gens. Nous avons trouvé une réponse moqueuse à cela : « Si le ministère de l’Approvisionnement fait le ramadan en abandonnant toutes les mesures, alors pleins de bonnes choses pour eux » (1er février 1995, p. 12)

18 La recontextualisation d’expressions islamiques est fréquement utilisée dans un but nationaliste et séculier. Par exemple, le dessin (n° 9) représente un homme chargé de réveiller les musulmans qui jeûnent, tôt le matin, en criant : « Ya na’im, wahid ad-da’im, isha ya na’im ! » (Ô vous qui dormez, déclarez votre foi en l’unité de Dieu, réveillez vous, Ο vous qui dormez) ; l’expression est réduite dans une bulle devant une carte de tous les pays du monde arabe, et remplacée par les mots « isha ya na’im » (Ô vous qui dormez, réveillez vous !).

19 Voir Volker Perthes, « Le secteur privé, la libéralisation économique et les perspectives de démocratisation : le cas de la Syrie et de certains autres pays arabes », dans Ghassan Salamé (éd.), Démocraties sans démocrates, politiques d’ouverture dans le monde arabe et islamique, Paris, Fayard, 1994, p. 335-371.

20 Voir Richard Antoun, « The Social Significance of Ramaḍān in an Arab Village », The Muslim World, 1968, vol. 58, p. 39, pour ses exemples d’échanges d’argent et de cadeaux pendant le ramadan à Kufr al-Ma, Jordanie.

21 Ya ramadan, jaww l-taqwa al-quran, Ya ramadan, jaww l-tauba al-kubra ; jaww birri wa l-ihsan, ya ramadan, ya ramadan », 6 février 1996, Channel 1 (enregistré par l’auteur).

22 6 février 1996, Channel 1 (enregistré par l’auteur).

Table des illustrations

Légende 1. « L’homme qui jeûne », al-Ba‘th, 7 février 1995.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2905/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende 2. Sans légende, al-Ba‘th, 9 février 1995.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2905/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende 3. « Plat du ramadan », al-Ba‘th, 15 février 1995.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2905/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
Légende 4. « La lune de ramadan », al-Ba‘th, 20 février 1995.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2905/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende 5. « Le mois où l’on s’intéresse à l’heure », al-Ba‘th, 2 février 1995.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2905/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Légende 6. L’inspecteur des prix : « Par Dieu, je jeûne », al-Ba‘th, 16 février 1995.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2905/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 297k
Légende 7. Le passant : « Flambée [des prix] ». Sur la vitrine : « Prix de ramadan », al-Ba‘th, 30 janvier 1995.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2905/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Légende 8. La flèche vers l’homme : « Lune du ramadan ». Sur l’autre flèche : « Hausse [des prix] », al-Ba‘th, 30 janvier 1995.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2905/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Légende 9. « Ô vous qui dormez, réveillez-vous ! », al-Ba‘th, 10 février 1995.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2905/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Légende 10. Le pauvre : « Je voudrais une prescription pour le traitement de la pauvreté ». Sur l’enseigne du magasin : « Herbes médicinales », al-Ba‘th, 15 février 1995.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2905/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Légende 11. Le bulletin météo : « On prévoit une baisse des températures ». L’homme assis devant la télévision : « Si cela pouvait arriver aux prix ! », al-Ba‘th, 28 février 1996.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2905/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Légende 12. Sur la vitrine du magasin : « Marché de la fête », al-Ba‘th, 28 février 1995.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2905/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Légende 13. Sur la pancarte : « Prolongez le mois de ramadan pour nous », al-Ba‘th, 2 mars 1995.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2905/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende 14. Sans légende, Tichrin, 4 février 1995.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2905/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Légende 15. L’émission de télévision : « Plat du ramadan », al-Ba‘th, 24 janvier 1996.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2905/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Légende 16. Dans chacune des bulles : « Ramadan », al-Ba‘th, 19 février 1995.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2905/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende 17. « Vœu pour la lune de la fête », al-Ba‘th, 18 février 1996.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2905/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 283k

Auteur

Andreas Christmann : assistant en études islamiques au Département des religions et de la théologie à l’université de Manchester (Royaume-Uni), il est l’auteur d’un Ph.D., soutenu à l’université de Leipzig, intitulé The Fasting Month of Ramadan and the Feast of Fastbreaking ‘Îd al-Fitr. Studies on the Social Significance of Islamic Rituals and Aspects of Religious Change, qui doit être publié prochainement.

Bernard (Traducteur)

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search