Version classiqueVersion mobile

Territoires de l'urbain en Asie

 | 
Manuelle Franck
, 
Thierry Sanjuan

Cinquième partie. Les nouvelles échelles de la ville

Un développement local en dehors de la sphère d’influence gouvernementale ?

Les villages urbains de Lijiang dans la province du Yunnan

Li Bing

Texte intégral

  • 1 Ceci est le chiffre de 2006. Source : Yang Shugao et al., 2007, Lijiang nianjian 2007 [Annuaire de (...)

1Territoire le plus important de l’ethnie des Naxi, Lijiang est situé dans une région marginale du Sud-Ouest de la Chine. Avec 1,15 million d’habitants1, sa municipalité s’étend sur 20 600 km2. Elle est située au nord-ouest de la province du Yunnan et à l’ouest de la province du Sichuan. Lijiang se trouve dans la région intermédiaire entre le plateau tibétain et le plateau Yungui. La rivière Jinsha, partie amont du fleuve Yangzi, coule dans les vallées. En contournant par le nord-ouest et l’est le bassin de Lijiang, il donne naissance à l’ancienne ville de Lijiang à 2 400 m d’altitude et sépare cette dernière du district autonome tibétain de Diqing au nord-ouest. Ce bassin est l’un des plus fertiles et l’un des plus grands au nord-ouest de la province du Yunnan (fig. 1).

Figure 1 : La situation géographique de la municipalité de Lijiang.
(Carte réalisée par l’auteur.)

2Sur le territoire de Lijiang, la diversité géographique engendre la richesse des ressources touristiques naturelles. La plupart des sites sont encore peu ou pas exploités. Depuis 2003, le classement au patrimoine mondial naturel de la région des Trois Fleuves parallèles a permis à l’ensemble des sites naturels de la municipalité de Lijiang d’être connus du monde entier.

3La région naxi fut aussi un lieu de rencontre de diverses cultures et religions, grâce à l’attitude ouverte des gouverneurs naxi dans l’histoire. Diverses religions extérieures, comme le taoïsme, le bouddhisme han, le bouddhisme tibétain, même le christianisme et l’islam, touchèrent successivement le territoire naxi. La culture dongba manifeste l’identité culturelle naxi. En 2003, les anciens documents de la culture dongba ont été classés au patrimoine mondial immatériel par l’Unesco.

  • 2 Cette époque se situe au début de la dynastie des Yuan pendant la domination mongole (1271-1368).

4Au milieu de ce bassin, la cité de Dayan fut créée au xiiie siècle2, en tant que capitale des Naxi. Au fil des ans, cette ville s’est développée pour atteindre une superficie de 1,4 km² vers le milieu du xxe siècle. Cette cité, initialement sans remparts, s’étend vers les champs adjacents, comme un grand village. La maison traditionnelle des Naxi est principalement en structure en bois sur fondation de pierres, avec trois niveaux au maximum. Les pièces sont distribuées par une cour carrée centrale. Elle est d’un style spécifique fusionnant l’architecture han, tibétaine, et de l’ethnie bai. Construits sur le même principe, nombre de petits villages s’éparpillent dans ce bassin. Au sein des réseaux des diguettes des champs, des voies principales ont été créées pour lier les villages et la cité de Dayan. Ainsi, cet ensemble constitué de cours d’eaux, de petits ponts en bois ou en pierre et de ruelles sinueuses, des champs, des montagnes autour, présente-t-il un paysage agricole charmant.

5Depuis 1994, le tourisme a été officiellement déclaré comme le socle de l’activité économique de Lijiang, il connut d’ailleurs une fulgurante ascension. Le tremblement de terre en 1996 n’a pas affecté le classement au patrimoine mondial de l’ancienne ville. En plus, la ville s’est reconstruite en profitant de l’aide financière internationale et nationale, qui entraîna l’amélioration des services urbains et de la capacité d’accueil des touristes. Aujourd’hui, elle est un des joyaux touristiques chinois avec ses trois sites classés au patrimoine mondial.

6Les constructions liées au tourisme sont très soutenues par le gouvernement local. La modernisation urbaine de Lijiang fut mise en marche à toute vitesse, comme la construction d’infrastructures, l’installation des réseaux électriques, hydrauliques, informatiques. Parallèlement, la ville de Lijiang se modernise et s’étend rapidement en profitant d’un essor touristique accéléré. La superficie urbaine de Lijiang en 2005 fut quatre fois plus grande que celle en 1994. Les autorités se consacrent à la construction des réseaux de transport, d’infrastructures et de sites touristiques. De même, les investisseurs voient leurs projets touristiques et immobiliers fructifier. Les grandes routes, les nouveaux bâtiments et les touristes qui viennent en masse incarnent la prospérité de la ville. De plus en plus de terrains agricoles autour de la ville sont urbanisés rapidement pendant ce processus.

7Un autre type d’espace urbain, situé à l’intérieur des grands îlots urbains ou à la périphérie, s’oppose à l’image de prospérité touristique véhiculée par les autorités locales et les promoteurs. On y trouve des rues sales et très dégradées, des bâtiments vétustes ou reconstruits de manière anarchique, ainsi que des bribes de champs qui ont survécu à la pression de l’urbanisation. Les spécialistes chinois qui s’intéressent au développement urbain ont donné un nom spécial à ce phénomène. Ils l’appellent chengzhongcun, littéralement le « village urbain » ou le « village dans la ville ».

  • 3 Bureau no 2 de l’Institut d’urbanisme de la province du Yunnan, 2007, « Qingyun cun huanjing tishen (...)

8Selon les autorités locales, ces villages urbains sont des angles morts dans le cadre de la gestion urbaine par les bureaux d’urbanisme. Les constructions autonomes des paysans sans contrôle gouvernemental constituent un aspect incontournable de la physionomie urbaine réelle. Ils « compromettent l’aspect de la ville, contrecarrent le développement urbain, empêchent la réorientation économique du village et sont de gros problèmes sociaux », « les villages urbains posent des problèmes économiques et sociaux, et ils restreignent le développement durable de la ville et la construction urbaine, en compromettant, voire endommageant, la physionomie urbaine de Lijiang3 ».

9Au sein de ces villages urbains, diverses dynamiques se sont cependant manifestées, non moins prospères que celles des zones touristiques. Quels éléments essentiels motivent les activités dans les villages urbains ? Pourquoi les cadres de vie de ces îlots villageois n’ont-ils pas été améliorés comme dans les zones touristiques au cours de leur développement... ?

10Cet article se propose d’analyser les dynamiques socio-spatiales des villages urbains de Lijiang, qui constituent des îlots villageois au cœur de la ville. Il abordera les spécificités des modes de développement, les motifs des acteurs, les contextes économiques et politiques du développement des villages urbains à Lijiang.

Une image urbaine derrière la vitrine touristique

  • 4 Le comité de villages (Cunweihui) est l’« organisation autonome de base des masses », dont le prési (...)

11Selon la photo satellite de Lijiang prise en 2005, il existe au cœur des grands quartiers urbains, des champs qui sont encore cultivés et qui, pour l’instant, n’ont pas fait l’objet de projets d’aménagement de la part des autorités locales ou des promoteurs privés. Ce sont des terrains agricoles à l’intérieur des zones urbaines. Appartenant aux comités des villages4, elles continuent à évoluer selon les besoins des villageois, et ceci sans aides des autorités locales.

12L’urbanisation du territoire de Lijiang commence en général par la création de réseaux routiers. Ensuite, les abords des nouvelles voies sont construits. Les terrains agricoles situés au milieu des îlots créés sont moins convoités par les promoteurs. Plus les champs sont éloignés du centre-ville, plus ils sont étendus. Quant aux villages situés à l’intérieur de la ville ou en périphérie, ils sont modernisés par leurs habitants, qui gardent leur statut de paysans.

13Apparu à partir des années 1990 dans la province du Guangdong, le phénomène du village urbain est très courant dans beaucoup de villes chinoises qui ont connu une croissance exponentielle. Il suscite l’intérêt de beaucoup de chercheurs chinois de différentes disciplines comme la géographie, l’urbanisme, l’économie, la sociologie, l’anthropologie. Chacun de ces spécialistes a défini ce phénomène selon un point de vue qui lui est propre. Il existe donc une variété de définitions proposées.

  • 5 Zhou, Daming, 1993, « Lun dushi bianyuan nongcun shequ de dushihua » [Urbanisation de la communauté (...)

14Situés dans la périphérie de la ville, ces villages traduisent un phénomène particulier sous les régimes actuels de l’expropriation foncière et d’enregistrement d’état civil. Ils possèdent à la fois des modalités quotidiennes du citadin et du villageois. Par exemple, ils ont une forte densité démographique, mais conservent en partie seulement des activités agricoles, la totalité ou une partie de leurs terrains agricoles ayant été expropriés par le gouvernement local. Les villageois conservent seulement leurs terrains bâtis et les développent par divers moyens. Une partie des habitants de ces communes a un état civil citadin, tandis que l’autre garde un état civil villageois5, le statut de citadin, dans le régime dualiste actuel de l’état civil étant bien plus favorable pour l’accès aux services sociaux.

  • 6 Zhang, Jianming, Xueqiang et Xu, 1999, « Cong chengshi bianyuandai de tudi liyong kan chengshi kech (...)

15Le village urbain possède également certaines des caractéristiques d’une ville. Il bénéficie par exemple des infrastructures urbaines et ses habitants adoptent progressivement des modes de vie urbains, sans cependant se défaire de leur mode de pensée et de leurs valeurs rurales6. Ce phénomène est produit plutôt par la population dans le cadre de l’accroissement urbain qu’il n’est le fruit d’une volonté des autorités locales planifiée dans le schéma directeur.

  • 7 Bureau de l’Institut de l’urbanisme et de conception de la ville et la campagne de la province du Y (...)

16Dans le bassin de Lijiang, 36 villages sont concernés à l’intérieur ou aux alentours de la ville. Ils regroupent 16 000 habitants, 30 ethnies minoritaires, sur les terrains d’une superficie de 10 km², dont 6 km² sont destinés à la construction urbaine7.

Figure 2 : La juxtaposition de bâtiments traditionnels et modernes (village de Fuhui). 1 : bâtiment traditionnel ; 2 : rue principale du marché de Fuhui.
(Photographie de l’auteur, 2009.)

17Le village avec ses champs est parfois fragmenté en plusieurs morceaux du fait de la réquisition des terrains par le gouvernement local. Il peut, par exemple, être traversé par une nouvelle route, coupé en deux par la construction d’une zone d’habitation (fig. 3). Selon la législation chinoise, le comité de gestion du village continue à gérer toutes les affaires et biens collectifs du village, bien que celui-ci soit déjà entouré et partiellement envahi par l’espace urbain. Les espaces villageois sont relégués derrière les constructions urbaines – là, où il n’y a presque pas de touristes. Ces espaces, à la limite entre la ville et la campagne, sont moins surveillés par les autorités locales et laissés à l’abandon, ce dont témoigne la quantité de déchets qui s’y accumulent.

Figure 3 : La répartition des marchés et trois villages urbains pilotes désignés par le gouvernement de Lijiang.
(Carte réalisée par l’auteur.)

18Dans le village, les nouvelles constructions à grande hauteur remplacent peu à peu les maisons de paysans. Cela entraîne l’apparition de zones de haute densité, au sein desquelles la qualité de l’espace public est appauvrie dans la mesure où l’espace entre les bâtiments est réduit, empêchant ainsi l’ensoleillement. Par ailleurs, cette densification réduit l’espace pour de grands espaces publics pouvant accueillir des espaces verts ou des activités communautaires. Enfin, la transformation de l’espace provoque des désordres en matière d’alimentation en eau potable et d’évacuation des eaux usées mais aussi des difficultés dans l’aménagement des réseaux électriques.

19Tout cela a dénaturé la physionomie d’une ville du patrimoine mondial, et constitue un obstacle à l’amélioration du service urbain et de la qualité de vie locale. Notamment pour les gouvernements, le village urbain est considéré comme un des grands problèmes auxquels les villes chinoises en croissance doivent faire face actuellement. Pour certains, le village urbain est une sorte de bidonville chinois qui doit être mieux intégré dans la ville par des mesures officielles.

Le changement de vie et des activités économiques

20Ces sites de villages urbains accueillent des habitants socialement modestes, qui sont très peu soutenus par les services gouvernementaux mais qui, malgré tout, disposent d’une grande vitalité. Ils tirent profit du développement urbain et touristique local. Ici, deux groupes sociaux qui dépendent l’un de l’autre se soutiennent pour gagner leur vie : d’un côté, les paysans qui vivent grâce aux loyers de leurs appartements et aux bonus annuels de l’économie collective du village ; de l’autre côté, les travailleurs migrants qui gagnent leur vie en ville et habitent dans ces quartiers qui offrent des services à leur portée. A Lijiang, le peuple naxi, qui a quitté la ville ancienne, participe aussi à la vie quotidienne de certains quartiers de villages urbains, qui lui offre des conditions de vie plus pratiques et moins onéreuses que la cité de Dayan. De nouveaux espaces d’habitation naissent grâce aux villageois d’origine et aux citadins déménagés. Nous pouvons citer quelques exemples comme le village Hongwen et la zone d’habitation de l’avenue de Xi’an (fig. 4), le village Yuhe et la zone d’habitation de Xiangshan, le village de Zhaihoushang et la zone d’habitation de Yukangyuan. Le cadre de vie se modernise considérablement et le mode de vie change de façon spécifique, mais le statut civil des villageois reste inchangé du fait du régime dualiste entre les citadins et les ruraux. Dans ces quartiers, divers services bons marchés s’installent, comme par exemple de petits restaurants, des auberges, des coiffeurs, des épiceries, des laveries, des boutiques de confection.

Figure 4 : Le village de Hongwen et les zones d’habitation.
1 : Le village de Hongwen ; 2 : La zone d’habitation de l’avenue de Xi’an ; 3 : Le marché de Hongwen. (Source : Google Earth, 2010.)

  • 8 M. Li Xi, responsable du musée de la Culture dongba, interrogé lors des enquêtes à Lijiang en 2006.

21Subissant une perte partielle ou totale de leurs champs, les paysans du village urbain ont trouvé de nouveaux moyens pour mieux vivre. Outre leur habitation originelle, ils construisent des extensions ou des appendices sur leurs terrains bâtis, ou transforment les pièces disponibles, pour les louer aux migrants ou leur attribuer de nouvelles fonctions (restaurant, hôtel, salle de jeux). « Après avoir perdu leurs terrains cultivés, les villageois du centre-ville sont souvent plus riches que la majorité des citadins à Lijiang, qui gagnent uniquement un salaire dans leur unité de travail », selon Li Xi8.

Les services touristiques : construction locative et nongjiale

22Petit à petit, ces phénomènes se propagent dans les villages urbains, parce qu’ils répondent à la demande des migrants. Dans le marché des appartements, les nombreuses demandes de logement à loyer modéré touchent plusieurs catégories de locataires : des étudiants, des touristes individuels, des travailleurs-paysans migrants (mingong), des commerçants-migrants et beaucoup de jeunes diplômés aux revenus très modestes. Les villages urbains offrent ces services à proximité de leurs lieux de travail, leur permettent de s’installer provisoirement et de démarrer leur carrière professionnelle sans être trop paralysés par le coût de l’hébergement.

23De ce fait, la plupart des paysans du village urbain à Lijiang tirent leurs revenus de la location individuelle de leur appartement, boutique, hôtel, ou d’une location collective de leur marché ou usine, décidée par le comité du village.

24En général, les réseaux de transport du village urbain restent inchangés, mais la morphologie urbaine est modifiée du fait de la reconstruction et de la modification des bâtiments réalisées par le propriétaire paysan. Les nouveaux hôtels du village sont souvent très différents par rapport à l’architecture traditionnelle des Naxi. Le volume des bâtiments s’étend pour installer des chambres sur les deux côtés du couloir, se compacte pour ôter la cour carrée centrale, et s’élève plus haut (R+2 ou R+3) que les bâtiments traditionnels (R ou R+1) pour accueillir plus de locataires. La structure traditionnelle de l’architecture en bois n’est plus adaptée au confort d’usage et confort acoustique locatif. Le béton et la brique sont alors choisis dans la plupart des constructions.

  • 9 Nongjiale signifie « la joie chez un paysan ». Il s’agit d’un nouveau service touristique comprenan (...)

25Des habitations traditionnelles peu modifiées subsistent parfois malgré les transformations architecturales du village urbain. Ces propriétaires paysans proposent d’héberger les touristes désireux de goûter à la vie traditionnelle naxi, transformant leurs demeures en gites, et leur proposent d’autres services comme la restauration et des divertissements. Le nom de ce type de service multifonctionnel est nongjiale9. Ceci est un service à l’échelle familiale, comme une auberge, un restaurant et un lieu de divertissement à la fois auprès des touristes ou des habitants locaux. Au contraire de la construction moderne, les propriétaires locaux gardent habituellement leurs maisons traditionnelles pour conserver au maximum les particularités architecturales et culturelles des Naxi. Les sites prospères sont souvent liés à la qualité du paysage et à l’accès facile pour le touriste, depuis la nouvelle ville, le bourg et la campagne.

Les centralités urbaines créées par et pour les habitants locaux

26Le gouvernement de Lijiang se consacre plutôt au développement touristique et aux constructions urbaines qu’au développement local pour ses habitants. Les villages autour de la ville se connectent petit à petit aux zones urbaines en expansion. Des activités commerciales apparaissent, souvent installées le long de la rue ou au carrefour développées par les villageois pour desservir les citadins des nouveaux quartiers. Il s’agit principalement de vente de produits agricoles pour la vie quotidienne. Financés par le collectif du village et des contributions de villageois, ces marchés ont été construits pour satisfaire les demandes des habitants alentour (fig. 5).

27Appartenant au terrain du village, le marché est souvent très bien situé : au milieu d’un quartier d’habitation, ou à l’intersection de grandes artères passantes. Les marchés portent souvent le nom du village qui a investi dans la construction. Les marchés et leurs quartiers alentour constituent de nouvelles centralités, qui sont essentiellement destinés aux paysans et aux nouveaux arrivants (les citadins et les migrants).

Figure 5 : Le marché de Jinjia.
(Photographie de l’auteur, 2009.)

28La création des différents marchés correspond à des phases du développement de la ville liées aux politiques des différentes époques. Avant le développement touristique, l’unique marché de la ville de Lijiang était le marché de Sifang, qui servait principalement à cette petite ville, de moins de 4 km² à l’époque. Au début de la réforme économique des années 1980, le marché Yuhe a été créé sur la place Yuhe, située sur l’axe reliant l’ancienne et la nouvelle ville. Après le grand incendie de 1981 à la porte de Guanmenkou, un nouveau marché a été bâti pour répondre à la forte consommation quotidienne de Dayan, particulièrement pour la vente des viandes. Ce marché a été déplacé en 1999 et fusionné avec le marché de Zhongyi au sud de Dayan pour libérer l’espace et permettre la construction de l’hôtel de Jiannanchun l’année suivante. Cette opération indique que la cité de Dayan se transforme en un site touristique. Le marché de Zhongyi reste jusqu’à aujourd’hui le seul marché destiné aux habitants de l’ancienne ville. Le marché de Qingyun, créé en 1993, est situé dans le village éponyme à l’ouest de la colline du Lion, du côté sud de la route de Changshui. C’était, avant le déménagement de la gare routière en 2007, un lieu très dynamique, car il était proche de la gare routière, l’entrée la plus importante et la plus fréquentée pour accéder à Lijiang.

29La reconstruction après le séisme entraîne une fulgurante émergence des marchés dans la nouvelle ville, quatre marchés ont été construits au cours de l’année 1998. La nouvelle ville s’étend vers le nord-ouest, en installant ces quatre marchés à côté des rues importantes : le boulevard Shangri-la, l’avenue Fuhui, l’avenue Xiangshan et la route de Changshui. De nouvelles centralités urbaines se forment au fur et à mesure autour de ces nouveaux « marchés populaires » (fig. 3).

30Tous ces marchés dans la nouvelle ville sont des constructions réalisées par le comité du village, et non par le gouvernement. Ils sont plutôt simples, rustiques et archaïques, donc moins fréquentés par les touristes. Même s’ils ne figurent pas sur un plan officiel, les marchés se répartissent de façon à garder une distance d’environ un kilomètre entre eux pour mieux quadriller l’espace et servir les habitants. De plus, le faible prix et l’abondance des produits correspondent aux besoins des habitants locaux et des travailleurs-migrants. Les revenus de ces marchés constituent les revenus principaux des villages urbains.

Pourquoi les villages urbains émergent-ils ?

31L’hybridation des villages et des espaces urbains est fondamentalement un effet du conflit entre le régime ancien, qui maintient la différence entre la ville et la campagne, et la situation économique actuelle, qui exige une intégration entre eux. En même temps, il représente aussi une solution aux demandes mutuelles entre les paysans, la population urbaine locale et les migrants, aussi bien à Lijiang que dans les autres villes chinoises en forte croissance. Il s’agit concrètement de conflits complexes entre le système de propriété foncière dualiste créé sous le régime communiste depuis les années 1950, de la forte extension urbaine induite par l’essor économique depuis une vingtaine d’années, des demandes de logements et celles liées à la vie quotidienne des migrants et des résidents locaux, et des demandes des paysans vis-à-vis des changements considérables de leur cadre de vie.

Le régime de propriété foncière dualiste face à la forte croissance urbaine

  • 10 Huang, Quanle, 2010, « Une urbanisation hybride : métamorphose spatiale et sociale de Shipai “villa (...)

32En Chine, en 1958, la propriété foncière privée a été majoritairement supprimée. Depuis, la propriété du sol est devenue « publique », c’est-à-dire que le sol appartient soit à l’État, soit à une collectivité, comme l’unité de travail en ville ou le village en campagne. Néanmoins, le droit de l’utilisation du sol peut être transféré à différentes sortes de « propriétaires » temporaires et bailleurs, qui occupent et exploitent le sol10. D’après la loi agraire, le transfert du droit de propriété ne se fait qu’en un seul sens : la propriété collective peut être transférée à l’État. Ainsi le gouvernement municipal peut exproprier les terres agricoles appartenant à des collectifs villageois. Il n’est ni légal ni possible de transformer la propriété étatique en propriété collective.

33Dans ce contexte, à Lijiang comme dans d’autres villes chinoises, la réquisition des terres à la campagne pour la construction urbaine est un processus de transfert des terres d’une propriété publique (collective) à une autre propriété publique (étatique). Sur le terrain réquisitionné, le gouvernement procède à une construction directe (comme par exemple la construction d’une route) ou à une vente à un promoteur privé ou public qui, normalement, va y réaliser des projets immobiliers.

34Le sol qui appartient au village est constitué principalement de deux types de terrains : le terrain agricole (gengdi) et le terrain bâti (zhaijidi) avec ou sans construction. Tandis que l’expropriation d’un terrain agricole est relativement facile à réaliser et peu coûteuse (il suffit de verser à la collectivité le prix du terrain), l’acquisition d’un terrain bâti peut s’avérer très onéreux, car il faut dédommager et reloger les habitants. Le grand décalage de prix entre ces deux types de terrains conduit les autorités locales à réquisitionner prioritairement les terrains agricoles, alors que les terrains bâtis restent dans la main de leurs propriétaires d’origine. De cette façon, les anciennes zones d’habitation du village (terrains bâtis et bâtiments) se trouvent petit à petit entourées de nouveaux lotissements créés sur des terrains agricoles avoisinants.

35Tant que le terrain n’est pas exproprié, les villageois ont toute liberté pour faire des constructions selon leurs propres désirs et sans respect des règlements de construction en ville, décrits dans le schéma directeur de la ville. Sous le régime dualiste entre la ville et la campagne en Chine, actuellement inchangé, les constructions du village ne sont, par conséquent, pas contrôlables par le gouvernement municipal. Ainsi, pour gagner leur vie par la location des appartements, les villageois cherchent à construire un bâtiment en hauteur et de grande taille sur le même terrain, sans études préalables pour assurer des espaces publics et un aspect du village convenables. Les bâtiments du village deviennent de plus en plus hauts, le village de plus en plus dense, tandis que les espaces publics sont de plus en plus amoindris, dégradés et inconfortables.

L’absence d’offre de logements gouvernementaux à loyer modéré

36Le développement urbain à Lijiang, soutenu principalement par le tourisme à partir du milieu des années 1990, attire des vagues de migrants pour y travailler. Ces migrants ont une forte demande en logements à loyers modiques dans les quartiers dynamiques où ils travaillent. Parallèlement, les habitants locaux cherchent aussi une vie quotidienne moins coûteuse correspondant à leurs propres revenus, alors que la vie devient plus chère dans ou proche des sites touristiques. Malheureusement, les autorités locales n’ont pas suffisamment de motivations pour offrir la location de logements moins chers pour diverses raisons.

37La taxe sur le logement représente une partie importante des recettes du gouvernement local, alors que la construction de logements moins chers ne permet pas aux autorités locales de toucher ces recettes. De plus, pour diminuer le coût du logement, les autorités locales doivent céder au promoteur des terrains à titre gratuit ou modique et prendre en charge les frais de construction. Toutes ces démarches ne sont pas du tout rentable par rapport à la construction d’habitations destinées au marché.

  • 11 Yuan, Jian, 2005, « Fangdichan taolao zhongguo » [La Chine est coincée dans la promotion immobilièr (...)
  • 12 « 1.59 wanyi : zhongguo ju’e maidi shouru yinggai guishui suoyou ? » [1 590 milliards de yuans : à (...)
  • 13 Luo, Tao, et Tao Zhang Tao, 2007, « Difang zhengfu weihe buyuan jian lianzufang ? » [Pourquoi le go (...)

38En Chine, les revenus de l’expropriation du terrain correspondent à une partie des ressources gouvernementales. Par exemple, de 2001 à 2003, les revenus des autorités locales issus de la vente des terrains étaient de 910 milliards de yuans11, soit 35 % des revenus fiscaux de la Chine totale. Ils augmentent encore au fil des ans : 589,4 milliards de yuans en 2004, 47 % des revenus fiscaux totaux et, à partir de 2005, le taux de ce revenu dépasse 50 % pour nombre d’autorités locales12. La construction de logements sociaux entraîne automatiquement la baisse des prix des logements du secteur commercial. 5 % d’augmentation de l’offre des logements sociaux entraîne une baisse du prix du marché de 3 à 4 % des logements du secteur commercial13, et cela provoque ensuite la baisse du revenu gouvernemental lors de l’expropriation des terrains.

39Les métiers liés à la promotion immobilière sont actuellement les facteurs les plus importantes pour le PIB de l’économie chinoise. La baisse du prix du logement commercial du fait de la construction du logement social va certainement influencer l’augmentation du PIB. Ce dernier est en ce moment l’indice le plus important pour l’évaluation des performances des fonctionnaires et des cadres dans le secteur gouvernemental. Aucune mesure stricte n’est appliquée aux autorités locales pour évaluer la construction, ou punir pour la non-construction de logements sociaux.

40Dans ces conditions, la population en masse s’accumule dans les lieux et espaces publics sans intérêts touristiques, parfois dégradés ou insalubres.

La réaction du gouvernement

41Du point de vue des autorités locales chargées de l’urbanisme, ces villages urbains deviennent de plus en plus difficiles à contrôler et à organiser selon les règlements urbains, du fait du prix du terrain en hausse et de la forte densité urbaine. Dans la plupart des cas, ils sont dégradés à plusieurs niveaux : l’insalubrité des espaces publics, la forte densité des bâtiments, les dangers des incendies causés par la mauvaise qualité des bâtiments, l’insuffisance des services publics.

  • 14 Yi gong bu nong, yi cheng dai xiang signifie que « l’industrie aide l’agriculture, la ville aide la (...)

42Depuis 2006, le gouvernement central chinois commence à s’orienter vers le développement de la campagne, soutenu particulièrement par l’industrie et par la ville14. Nommé « la construction de nouvelles campagnes socialistes » (shehui zhuyi xin nongcun), cette mesure politique est financée par le budget public et a pour but de diminuer le décalage des offres de service entre la ville et la campagne. Elle donne des traitements plus avantageux aux paysans, pour la construction des infrastructures et pour les services publics à la campagne. Il s’agit de la protection des champs agricoles contre l’urbanisation rapide, de l’approvisionnement en alimentation et en eau, de la construction d’infrastructures agricoles, ainsi que de l’augmentation du niveau de la science agricole.

43En conséquence, trois villages urbains à savoir les villages de Taihe, Qingyun et Zhaihoushang, sont désignés comme les sites pilotes pour enclencher la construction de ces « nouvelles campagnes socialistes ». Les programmes d’aménagement ont été élaborés en 2007 par l’Institut d’urbanisme de la ville et de la campagne de la province du Yunnan.

44S’inscrivant dans le schéma directeur de 2004, le gouvernement local réalise les constructions routières, prévues dans le schéma directeur, initiant le processus de transformation de ces trois villages urbains. Le nouveau boulevard de Xueshan a été réalisé récemment et les terrains agricoles du village ont encore été réduits. Des résidences collectives pour les paysans ont été construites, destinées à la fonction d’habitation de ce quartier. Mais ces réalisations ne modifient pas l’état du village urbain, ni à Lijiang ni dans les autres villes chinoises, tant que subsiste le régime dualiste entre villageois et citadin.

  • 15 Entretien en 2009 avec M. Cao Jianzhong, chef du Bureau de l’élaboration de l’urbanisme de la munic (...)

45Après plus de cinquante ans d’histoire, le régime de registre d’état civil en Chine n’est toujours pas changé. Les paysans gardent leur statut, même s’ils vivent dans la ville, et le système agraire, le modèle de gestion, les relations sociales… continuent à exister dans ces lieux. Le projet de la transformation des villages urbains de Lijiang en 2007 est défini seulement au niveau d’une amélioration de l’environnement physique et d’un aménagement des espaces des villages. Il ne s’agit que de transformer des façades, d’équiper les services urbains, de changer la situation sanitaire, alors que la cause institutionnelle, soit le registre dualiste d’état civil, n’a pas été touchée. C’est-à-dire que le statut des paysans perdure, même s’ils ne pratiquent plus les activités agricoles, mènent une vie urbaine et logent dans des lieux en plein cœur de la ville. Le gouvernement local ne propose pas aux paysans les bénéfices et la protection des droits de la vie égaux à ceux des citadins. Concrètement, ils résistent à ces démarches gouvernementales, indiquées dans le plan de transformation, qui risquent de réduire leurs gains15.

46Ce régime caractéristique du régime communiste chinois fait que les paysans n’ont pas le droit de posséder leurs terrains agricoles, alors que l’État a le droit supérieur d’en disposer sans négocier de façon égale avec les paysans. De plus, les paysans n’ont pas d’associations présentes pour défendre leurs droits au moment de la négociation avec les autres acteurs (les autorités locales, les promoteurs privés). Pendant le changement de statut du terrain agricole, le gouvernement local définit un prix d’expropriation beaucoup plus bas que le prix de revente aux promoteurs privés. Ces processus expliquent l’expansion urbaine en Chine, les paysans n’ayant ni suffisamment de moyens ni de temps pour s’adapter à la vie urbaine au moment de ce changement radical.

47Dans le cas contraire, si les paysans possédaient la propriété privée du terrain, avec le même statut que les autorités locales et les promoteurs privés, ils négocieraient un prix leur permettant de protéger leurs propres intérêts. Les autorités locales et les promoteurs étendraient les villes moins rapidement et l’urbanisation en Chine serait ralentie automatiquement. En raison du prix foncier élevé, le gouvernement et les promoteurs chercheraient des moyens plus intensifs pour bien utiliser les terrains déjà exploités. Les paysans auraient plus de dédommagements et plus de temps pour s’adapter aux changements de leur mode de vie, déjà moins radicaux que la réalité d’aujourd’hui. Tout le monde prendrait son temps plus largement pour trouver les solutions vis-à-vis des problèmes posés par le progrès social causé par l’urbanisation.

48Finalement, les paysans n’ont presque pas d’autres choix pour vivre que de s’appuyer sur la location de leurs appartements. L’hybridation du village et des espaces urbains est un effet logique et fatal. Pour les autorités locales, le village urbain est un phénomène urbain révélant la faiblesse institutionnelle, car ces zones spécifiques n’ont pas été efficacement maîtrisées par la règlementation urbaine. Dans les faits, cette faiblesse permet également aux paysans de trouver une issue non seulement pour continuer leur vie mais aussi pour améliorer leur condition de vie, sans protection gouvernementale, sous le statut de paysan. En conséquence, les villages urbains ne vont pas être définitivement éliminés, si la mesure gouvernementale ne touche pas de modification institutionnelle. Les effets négatifs vont subsister et réapparaître.

  • 16 De 1953 à 1982, selon la loi « Guojia jianshe zhengyong tudi banfa » [Les procédés de l’expropriati (...)

49La figure 6 nous montre le processus du développement urbain à Lijiang avec les villages alentour. Avant la création de la ville moderne, les villages et la cité de Dayan coexistent dans le bassin sans réseau de transport moderne. Sous le régime de l’économie planifiée, la ville de Dayan s’agrandit par la création de la ville moderne au côté nord-ouest. Quelques villages ont été touchés, mais les politiques de l’époque permettaient aux paysans de transformer leur statut en celui de citadin et d’avoir un poste de travail en ville. C’est-à-dire qu’ils bénéficiaient de tous les avantages des citadins avec très peu de dédommagement de terrains expropriés16. Ce processus était plus intéressant pour les paysans, car le statut citadin et le poste de travail leur permettaient d’avoir une assurance couvrant une partie de leur vie, alors que les paysans n’en bénéficient pas. Les nouveaux terrains urbains en provenance du village s’agrandissent moins rapidement du fait de la politique de restriction pendant les trente premières années après la fondation de la République populaire de Chine.

50Lors de la modernisation urbaine, la population locale propose toujours des idées créatives pour améliorer leur vie personnelle. Sans soutiens spéciaux du gouvernement, les habitants locaux, notamment les paysans, créent des activités économiques dans leur cadre de vie : le village urbain. Les activités dans cet espace spécifique s’adaptent à l’état politique actuel en Chine et manifestent des demandes mutuelles entre la population locale et les migrants. Dans les villages urbains, les constructions « illégales » ou « non autorisées par le gouvernement » offrent des appartements moins chers aux migrants et aux populations moins aisées, alors que cela relève normalement de la responsabilité du gouvernement local.

51Parallèlement, ils ont trouvé ce moyen de vie qui leur permet même d’avoir un niveau de vie souvent supérieur aux citadins. Il s’agit d’activités économiques familiales et collectives. Toutes ces activités produisent des chaos architecturaux, des espaces publics sales et une non-restauration des bâtiments dégradés, du fait de l’absence de projet urbain et de l’absence de financements pour anticiper tous les problèmes. En réalité, les villages urbains sont aussi dynamiques que les sites touristiques de Lijiang grâce à ces diverses activités, qui offrent les services directement aux travailleurs locaux et migrants dans les activités touristiques.

Figure 6 : L’évolution des espaces urbains et des villages dans le bassin de Lijiang depuis les années 1950.
(Carte réalisée par l’auteur.)

Bibliographie

Références bibliographiques

Bureau du comité du Parti communiste chinois de Lijiang, Bureau de la préfecture de Lijiang et Bureau des statistiques de la préfecture de Lijiang, 1999, Lijiang wushinian (1949-1999) [Cinquante ans à Lijiang (1949-1999)], Kunming, sans éd., 275 p.

Bureau no 2 de l’Institut de l’urbanisme et de conception de la ville et la campagne de la province du Yunnan, 2007, « Qingyuncun huanjing tisheng guihua sheji fangan » [Projet d’amélioration environnementale du village de Qingyun], Lijiang, Bureau d’urbanisme de Lijiang, 10 p.

Bureau no 2 de l’Institut de l’urbanisme et de conception de la ville et la campagne de la province du Yunnan, 2007, « Taihecun huanjing tisheng guihua sheji fangan » [Projet d’amélioration environnementale du village de Taihe], Lijiang, Bureau d’urbanisme de Lijiang, 10 p.

Bureau no 2 de l’Institut de l’urbanisme et de conception de la ville et la campagne de la province du Yunnan, 2007, « Zaihoushangcun huanjing tisheng guihua sheji fangan » [Projet d’amélioration environnementale du village Zaihoushang], Lijiang, Bureau d’urbanisme de Lijiang, 10 p.

Comité de rédaction des annuaires de l’arrondissement de Gucheng de la municipalité de Lijiang, 2007, Lijiangshi guchengqü nianjian 2007 [Annuaire de l’arrondissement de Gucheng de la municipalité de Lijiang 2007], Kunming, Yunnan minzu chubanshe [Éditions des nationalités du Yunnan], 496 p.

Comité de rédaction des annales de la préfecture de Lijiang, 2000, Lijiang diqüzhi (jiezhi 1990) [Annales de la préfecture de Lijiang (jusqu’à 1990)], tome I, Kunming, Yunnan minzu chubanshe [Éditions des nationalités du Yunnan], 777 p.

Comité de rédaction des annales de la préfecture de Lijiang, 2000, Lijiang diqüzhi (jiezhi 1990) [Annales de la préfecture de Lijiang (jusqu’à 1990)], tome II, Kunming, Yunnan minzu chubanshe [Éditions des nationalités du Yunnan], 795 p.

Comité de rédaction des annales de la préfecture de Lijiang, 2000, Lijiang diqüzhi (jiezhi 1990) [Annales de la préfecture de Lijiang (jusqu’à 1990)], tome III, Kunming, Yunnan minzu chubanshe [Édition de l’ethnie du Yunnan], 761 p.

Du, Jie, 1999, « Dushi li cunzhuang de shiji xuanzhe : guanyu shenzhenshi luohuqu yuan nongcun chengshihua jincheng de diaocha baogao » [Le choix du village urbain au xxie siècle : le rapport d’enquête pour le processus d’urbanisation du village du district Luohu à Shenzhen], Chengshi guihua [Urbanisme], Pékin, p. 14-16.

Guo, Shutian, et Chunbin Liu, 1990, Shiheng de zhongguo [La Chine non équilibrée], Shijiazhuang, Hebei renmin chubanshe [Éditions populaires du Hebei], 387 p.

Huang, Quanle, 2010, « Une urbanisation hybride : métamorphose spatiale et sociale de Shipai “village urbain” de Canton en Chine », 1978-2008, Paris, thèse de doctorat, université Paris-VIII, 460 p.

Li, Bing, 2012, « Patrimoine et mutation urbaine dans le cadre du développement touristique – Le cas de Lijiang de la province du Yunnan, Chine », Paris, thèse de doctorat, université Paris-I, 499 p.

Li, Ruming, et al., 2001, Lijiang naxizu zizhixian zhi (jiezhi 1990) [Annales du district autonome des Naxi de Lijiang (avant 1990)], Kunming, Éditions des nationalités du Yunnan, 1 049 p.

Li, Zhao, 2001, « Chengzhongcun gaizao tujing de sikao » [Les réflexions sur la transformation du village urbain], Anhui jianzhu [Architecture d’Anhui], no 3, p. 8-9.

Luo, Tao, et Tao Zhang, 2007, « Difang zhengfu weihe buyuan jian lianzufang ? » [Pourquoi le gouvernement local n’aime pas construire de logement moins cher ?], Jingji xinxi ribao [Journal d’informations économiques], Pékin, 25 décembre (http://house.focus.cn/news/2007-04-27/307553.html).

Sanjuan, Thierry, 1997, À l’Ombre de Hong Kong : le delta de la rivière des Perles, Paris, L’Harmattan, 314 p.

Sanjuan, Thierry (dir.), 2006, Le Dictionnaire de la Chine contemporaine, Paris, Armand Colin, 320 p.

Sanjuan, Thierry, 2007, Atlas de la Chine, les mutations accélérées, Paris, Autrement, 80 p.

Xie, Zhikui, 2003, « Huajie chengshihua jincheng zhong de chengzhongcun wenti » [Résoudre le problème du village urbain dans le processus d’urbanisation], Tequ lilun yu shijian [Théories et pratiques de la zone spéciale], Shenzhen, no 8, p. 39-43.

Yuan, Jian, 2005, « Fangdichan taolao zhongguo » [La Chine est coincée dans la promotion immobilière], http://www.sciencehuman.com/party/survey/survey2005/survey200511z22.htm

Yang, Junsheng, et al., 2008, Lijiang naxizu zizhixian zhi (1991-2000) [Annales du district autonome des Naxi de Lijiang (1991-2000)], Kunming, Yunnan minzu chubanshe [Éditions des nationalités du Yunnan], 1 009 p.

Zhou, Daming, 2993, « Lun dushi bianyuan nongcun shequ de dushihua [Urbanisation de la communauté rurale de la périphérie de la ville] », Shehuixue yanjiu [Études sociologiques], Pékin, no 6, p. 13-20.

Zhang, Jianming, et Xu, Xueqiang, 1999, « Cong chengshi bianyuandai de tudi liyong kan chengshi kechixu fazhan : yi guangzhou weili » [Regard sur le développement durable urbain à travers l’utilisation des territoires périphériques de la ville : le cas de Canton], Chengshi guihua huikan [Forum de planification urbaine], Shanghai, no 3, p. 15-19.

« 1.59 wanyi : zhongguo ju’e maidi shouru yinggai guishui suoyou ? » [1 590 milliards de yuans : à qui doivent appartenir les revenus importants provenant des ventes des terrains en Chine ?], http://blog.china50plus.com/blog/article_view.php?blog_id=1904&msg_id=945315.

Sites Internet

http://km.xxgk.yn.gov.cn/canton_model56/newsview.aspx?id=1001331

http://www.ynwmw.com/wenmingyunnan/wenmingcun/200907/t20090704_1513.html

http://doucety.wordpress.com/2010/11/01/le-yunnan-3-dali-lijiang-les-gorges-du-saut-ddu-tigre

http://www.tv5.org/TV5Site/dotclear/index.php/Chine-vieille-ville-de-lijiang

http://blog.travelpod.com/travel-blog-entries/mikbelanger/1/1270650830/tpod.html

Notes

1 Ceci est le chiffre de 2006. Source : Yang Shugao et al., 2007, Lijiang nianjian 2007 [Annuaire de Lijiang 2007], Kunming, Yunnan minzu chubanshe [Éditions des nationalités du Yunnan], p. 389.

2 Cette époque se situe au début de la dynastie des Yuan pendant la domination mongole (1271-1368).

3 Bureau no 2 de l’Institut d’urbanisme de la province du Yunnan, 2007, « Qingyun cun huanjing tisheng fang’an » [Projet urbain d’amélioration de l’environnement du village de Qingyun], Lijiang, Bureau d’urbanisme de Lijiang, sans éditeur, 2007, p. 2.

4 Le comité de villages (Cunweihui) est l’« organisation autonome de base des masses », dont le président et le vice-président sont élus directement par les paysans. Les comités de villages ne sont pas des organisations politiques. Leur pouvoir est d’ordre administratif ; ils ont pour mission de renforcer les capacités d’autogestion des campagnes. Ils sont placés sous le contrôle des organisations locales du parti que sont les assemblées représentatives des populations rurales ou les conseils. Source : China Analysis : Les nouvelles de Chine, no 11-12, décembre 2006-février 2007, p. 4.

5 Zhou, Daming, 1993, « Lun dushi bianyuan nongcun shequ de dushihua » [Urbanisation de la communauté rurale de la périphérie de la ville], Shehuixue yanjiu [Études sociologiques], no 6, p. 13-20.
Le régime dualiste chinois provoque un grand décalage dans les conditions de vie entre le citadin et le paysan, sur 14 aspects : il s’agit du registre d’état civil, des rations de vivres, des rations en aliments secondaires et en combustibles, du logement, des moyens de production, de l’éducation, de l’emploi, de la maladie, de l’assurance retraite, de la protection du travail, des ressources humaines, du service militaire, du mariage et de la procréation. Un état civil urbain donne accès aux services gouvernementaux, statut beaucoup plus avantageux que l’état paysan. Source : Guo, Shutian, et Liu, Chunbin, 1990, Shiheng de zhongguo [La Chine non équilibrée], Shijiazhuang, Hebei renmin chubanshe [Éditions populaires du Hebei], p. 1-2, 31.

6 Zhang, Jianming, Xueqiang et Xu, 1999, « Cong chengshi bianyuandai de tudi liyong kan chengshi kechixu fazhan : yi guangzhou weili » [Regard sur le développement durable urbain à travers l’utilisation des territoires périphériques de la ville : le cas de Canton], Chengshi guihua huikan [Forum de planification urbaine], p. 15-19.

7 Bureau de l’Institut de l’urbanisme et de conception de la ville et la campagne de la province du Yunnan, 2007, « Projet d’amélioration environnementale du village de Qingyun », Kunming, sans éd., p. 2.

8 M. Li Xi, responsable du musée de la Culture dongba, interrogé lors des enquêtes à Lijiang en 2006.

9 Nongjiale signifie « la joie chez un paysan ». Il s’agit d’un nouveau service touristique comprenant principalement la restauration, l’hôtellerie et les divertissements. Ce service est souvent organisé par les paysans dans leur propre maison, proche des lieux touristiques.

10 Huang, Quanle, 2010, « Une urbanisation hybride : métamorphose spatiale et sociale de Shipai “village urbain” de Canton en Chine », 1978-2008, Paris, thèse de doctorat, université Paris-VIII, p. 47.

11 Yuan, Jian, 2005, « Fangdichan taolao zhongguo » [La Chine est coincée dans la promotion immobilière], http://www.sciencehuman.com/party/survey/survey2005/survey200511z22.htm

12 « 1.59 wanyi : zhongguo ju’e maidi shouru yinggai guishui suoyou ? » [1 590 milliards de yuans : à qui doivent appartenir les revenus importants provenant des ventes des terrains en Chine ?], http://blog.china50plus.com/blog/article_view.php?blog_id=1904&msg_id=945315

13 Luo, Tao, et Tao Zhang Tao, 2007, « Difang zhengfu weihe buyuan jian lianzufang ? » [Pourquoi le gouvernement local n’aime pas construire de logement moins cher ?], Jingji xinxi ribao [Journal d’informations économiques], Pékin, 25 décembre (http://house.focus.cn/news/2007-04-27/307553.html).

14 Yi gong bu nong, yi cheng dai xiang signifie que « l’industrie aide l’agriculture, la ville aide la campagne ».

15 Entretien en 2009 avec M. Cao Jianzhong, chef du Bureau de l’élaboration de l’urbanisme de la municipalité de Lijiang.

16 De 1953 à 1982, selon la loi « Guojia jianshe zhengyong tudi banfa » [Les procédés de l’expropriation du terrain pour la construction d’État], l’indemnisation du terrain exproprié pour les paysans fut déterminée au niveau de la production totale du terrain exproprié pendant les années précédentes, de 3 à 5 ans.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : La situation géographique de la municipalité de Lijiang.(Carte réalisée par l’auteur.)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/29041/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Figure 2 : La juxtaposition de bâtiments traditionnels et modernes (village de Fuhui). 1 : bâtiment traditionnel ; 2 : rue principale du marché de Fuhui.(Photographie de l’auteur, 2009.)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/29041/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Figure 3 : La répartition des marchés et trois villages urbains pilotes désignés par le gouvernement de Lijiang.(Carte réalisée par l’auteur.)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/29041/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende Figure 4 : Le village de Hongwen et les zones d’habitation.1 : Le village de Hongwen ; 2 : La zone d’habitation de l’avenue de Xi’an ; 3 : Le marché de Hongwen. (Source : Google Earth, 2010.)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/29041/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende Figure 5 : Le marché de Jinjia.(Photographie de l’auteur, 2009.)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/29041/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Figure 6 : L’évolution des espaces urbains et des villages dans le bassin de Lijiang depuis les années 1950.(Carte réalisée par l’auteur.)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/29041/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 221k

Auteur

Maître de conférences à l’École d’architecture et des beaux-arts, Université polytechnique de Dalian (province du Liaoning) ; son article a bénéficié du Fonds de recherche fondamentale pour les universités centrales (no DUT13RC(3) 97).

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search