Version classiqueVersion mobile

Ramadan et politique

 | 
Fariba Adelkhah
, 
François Georgeon

Livre premier. Les politiques publiques du ramadan

Chapitre premier. Les usages politiques du ramadan, de l’Empire ottoman à la république de Turquie

François Georgeon

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Mahya : c’est par ce terme que l’on désignait, en turc-ottoman, les inscriptions lumineuses qui, pendant toute la durée des mois de ramadan, étaient suspendues entre les minarets des grandes mosquées dans les villes de l’Empire ottoman. Ces inscriptions, que les habitants aimaient à venir contempler après les repas de rupture du jeûne, étaient l’œuvre de véritables spécialistes, les mahyaci ; ceux-ci disposaient entre les minarets des câbles sur lesquels ils avaient placé des chandelles, et les câbles une fois tendus faisaient apparaître, se détachant sur le ciel nocturne, des expressions ou des formules à caractère religieux, telles que « Louanges soient à Dieu » ou « Sois le bienvenu ramadan ». Dans son Constantinople, Théophile Gautier a décrit en termes inoubliables les mahya que, vers 1850, il avait pu contempler entre les minarets des grandes mosquées d’Istanbul :

« D’une flèche à l’autre, écrit-il, couraient en lettres de feu des versets du Koran, inscrits sur l’azur comme sur...

Auteur

François Georgeon : directeur de recherche au CNRS, Paris (ESA 8032, Études turques et ottomanes), il est historien de l’Empire ottoman et de la Turquie moderne. Il a publié récemment en collaboration Vivre dans l’Empire ottoman, sociabilités et relations intercommunautaires (xviie-xxe siècles), Paris, Éditions L’Harmattan, 1997, et Cafés d’Orient revisités, Paris, CNRS Éditions, 1997.

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search