Version classiqueVersion mobile

Territoires de l'urbain en Asie

 | 
Manuelle Franck
, 
Thierry Sanjuan

Troisième partie. Espaces collectifs et pratiques de la ville

Aménagement de l’espace et mouvements sociaux urbains à Hong Kong

Nicolas Douay

Texte intégral

1Les processus d’aménagement urbain sont caractérisés par de nombreuses interactions, entre acteurs publics et privés mais aussi avec l’apport de la société civile c’est-à-dire l’ensemble des organisations ou des groupes constitués de façon plus ou moins formelle et qui n’appartiennent ni à la sphère gouvernementale ni à la sphère commerciale. Cette contribution fait le choix d’observer la contribution de la société civile à l’urbanisme hongkongais par l’intermédiaire des mobilisations collectives et du débat public qui ont l’espace urbain comme cadre et comme objet. L’objectif est d’étudier l’évolution des formes et des réseaux des mouvements sociaux urbains hongkongais depuis la seconde moitié du xxe siècle, notamment l’activisme urbain de la génération « post-80 », avec le renouveau des objets de mobilisation et des pratiques militantes.

Une société civile comme relais important de la colonisation britannique

2Pendant l’ensemble de la période coloniale britannique, de 1842 à 1997, la société civile joue un rôle important dans la vie quotidienne des Hongkongais et se caractérise par une importante diversité (Ngo, 1999). Ces groupes servent de relais à l’administration coloniale et d’intermédiaire dans ses relations avec la population locale en délivrant les services publics de base en matière d’éducation et de santé. Les kaifong, associations de quartier (neighborhood association), sont composés de Chinois et assurent un maillage du territoire. Ils connaissent un développement important grâce au support financier de l’administration, des communautés religieuses et du milieu des affaires. Avec l’afflux de réfugiés dans les années 1950, le gouvernement subventionne plus largement les kaifong, qui sont au nombre de 60 en 1960.

3Des groupes plus institutionnalisés, souvent affiliés à des communautés religieuses, vont aussi structurer la société civile. Dans le domaine de la santé, en 1870, l’ouverture du Tong Wah Hospital permet de développer les soins auprès des Chinois et marque l’arrivée d’une élite chinoise pour participer à la gestion des affaires locales. L’institution hospitalière élargit ensuite son domaine d’action, notamment vers l’éducation, et devient un des principaux relais entre le gouvernement colonial et la population locale. Les organisations religieuses étrangères sont aussi présentes à l’image du Morrison Education Society School (1842) ou du Medical Missionary Hospital (1843), qui est le premier à pratiquer la médecine occidentale auprès de la population locale.

4De plus, les organisations commerciales participent à la diversité de la société civile avec la Hong Kong Chamber of Commerce (1896) dominé par les Occidentaux, puis la création en 1931 de la Chinese Chamber of Commerce. Enfin, nous pouvons noter la présence d’organisations sportives comme le Chinese YMCA (1901) ou le Hong Kong YWCA (1920).

5Ces différentes organisations de la société civile sont largement aidées par les communautés d’affaires et religieuses. Elles assurent l’essentiel des services publics de base, elles sont donc les relais de l’administration coloniale en répondant aux différentes demandes sociales. Dès le début de la période coloniale, aux côtés de la communauté d’affaires, certaines des organisations de la société civile ont été associées aux décisions prises au sein du Legislative Council (LegCo). Créé en 1843 en tant que pouvoir législatif colonial sous la loi anglaise, le LegCo a toujours réservé une place importante aux représentants des différents groupes socio-professionnels, qui étaient désignés par l’administration coloniale. En 1985, le LegCo est étendu et les premières élections législatives indirectes sont organisées. Cette représentation du monde professionnel et de la société civile s’institutionnalise par l’intermédiaire du système des functional constituencies, qui va structurer ces différents collèges socio-professionnels. Encore aujourd’hui, cela caractérise l’organisation socio-politique hongkongaise avec la moitié des législateurs qui sont élus au suffrage universel direct dans des circonscriptions géographiques, alors que l’autre moitié est désignée par un collège électoral bien plus restreint et organisé en circonscriptions socio-professionnels. Ce système électoral est à la base d’un système politico-économique très efficace qui est décrit par les politologues comme étant une coalition de croissance ou un régime urbain réunissant le gouvernement et la communauté du milieu des affaires autour d’un projet de développement commun permettant de maintenir et développer les intérêts respectifs de ces deux groupes. Cette coalition assoit son pouvoir grâce au système des functional constituencies, qui lui assure un accès formel et légitime aux arènes de négociation et de décision.

Les mouvements sociaux urbains pendant la colonisation britannique

6Différents mouvements sociaux vont se succéder dans le temps (Chiu et Lui, 2000 ; Butenhoof, 1999). En 1925 et 1926, un important mouvement de grèves et de boycotts paralysent la colonie (ainsi que Canton) pendant 8 mois afin de dénoncer l’impérialisme britannique à la suite de différents incidents, notamment à Shanghai impliquant des policiers britanniques. Il s’agit là du premier mouvement social d’importance dans la colonie.

7Dans les années 1950, avec l’arrivée massive de réfugiés en provenance de la Chine continentale, qui vient de tomber dans le giron communiste, les revendications sociales se font de plus en plus fortes. La dénonciation des conditions de pauvreté s’exprime par des demandes de contrôle des loyers. En décembre 1953, un incendie dans le bidonville de Shek Kip Mei laisse plus de 53 000 personnes sans abri. Le gouvernement décide alors du développement d’une large politique de construction de logements sociaux. Cette détresse sociale va aussi s’exprimer par l’intermédiaire d’un affrontement entre communistes et nationalistes, les émeutes d’octobre et novembre 1956 se soldent par 60 morts et 300 blessés.

8Dans les années 1960, Hong Kong décolle économiquement, mais la croissance ne profite pas à tous dans les mêmes conditions. Les revendications portent surtout sur la justice économique et sociale avec un développement du droit du travail. Les objets de mobilisation commencent à se diversifier avec la demande de reconnaissance du chinois comme langue officielle ou la dénonciation de la corruption policière qui deviendra encore plus intense dans les années 1970. En 1966, 3 jours d’émeutes font suite à une augmentation des tarifs du Star Ferry. En avril 1967, sous l’influence de la « Révolution culturelle », qui a lieu en Chine continentale, la violence maoïste gagne la colonie et des bombes sont notamment posées. Les troubles vont durer 8 mois pour aboutir au bilan de 52 morts et 802 blessés. Ces événements créent un tournant dans l’histoire coloniale avec, en réaction, le développement d’une large politique sociale pour assurer la stabilité politique de la colonie. En 1968, le gouvernement crée le City District Office et augmente les ressources des organisations de la société civile mais aussi des services gouvernementaux. Les responsables de la colonie répondent par ce que King (2003) nomme l’« absorption administrative de la politique » avec la cooptation des leaders locaux et la transformation des doléances de la population et de ses rancœurs en simples demandes factuelles et non idéologiques, qui font de l’efficacité de l’administration un véritable enjeu. Ainsi, alors que la crise des années 1960 plonge ses racines dans le défi lancé par la population locale à l’administration, elle aboutit à générer des attentes particulières envers cette dernière. Dans une période où les violences maoïstes sont particulièrement importantes, la réponse du gouvernement permet en conséquence de renforcer le lien avec la population.

9Avec l’augmentation constante du niveau de vie de Hongkongais depuis les années 1960, les objets de mobilisation poursuivent leurs diversifications et deviennent de plus en plus post-matérialistes avec la question des droits de l’homme ou la protection de l’environnement. Ainsi les années 1980 sont marquées par le mouvement anti-nucléaire soutenu par de nouveaux groupes comme le WWF ou les Amis de la Terre. Les mobilisations dénoncent le projet de réacteur nucléaire à Daya Bay à proximité de la frontière avec Hong Kong dans le sud de la province du Guangdong.

10La déclaration commune de 1984 entre la Chine et le Royaume-Uni, quant à la rétrocession de Hong Kong, ouvre une période de transition politique qui va focaliser un peu plus les mobilisations sur la question de la démocratie. De nouveaux groupes apparaissent comme the Meeting Point, Association of Democracy and People’s Livelihood ou encore the Hong Kong Affairs Society. En 1991, les premières élections au suffrage universel direct au LegCo dans le cadre de circonscriptions géographiques voient apparaître les premiers partis politiques.

11Les événements de la Place Tian’anmen en 1989 suscitent une large mobilisation de soutien et développent les craintes quant à l’avenir de Hong Kong au sein de la République populaire de Chine. Cet événement est fondateur pour la génération « post-80 » qui est particulièrement active depuis la fin de la colonisation britannique.

Le contexte de la rétrocession et la génération « post-80 »

12Malgré la rétrocession de Hong Kong en 1997, l’ancienne colonie demeure différente du reste de la République populaire de Chine. Une loi fondamentale détermine son régime politique qui obéit au principe « un pays, deux systèmes ». Elle permet à la Région administrative spéciale de Hong Kong de conserver son système légal et politique, sa monnaie et ses lois sur l’immigration jusqu’en 2047, soit 50 ans après le transfert de la souveraineté.

  • 1 Cette loi fondamentale sert de constitution à la Région administrative spéciale de Hong Kong, elle (...)

13À la suite de la rétrocession, avec la crise financière asiatique, puis l’épidémie de SRAS (Syndrome respiratoire aigu), l’économie ralentit et les frustrations sociales se multiplient. En juillet 2003, le gouvernement propose une loi qui vise la subversion politique (envisagée sous l’article 23 de la basic law1). À l’image des manifestations hongkongaises qui suivent les événements de 1989, la force numérique des mouvements sociaux s’exprime alors clairement. Une grande manifestation, qui rassemble plus de 500 000 personnes, expose les craintes pour les libertés de la presse, de religion et d’association. La proposition de loi fut rejetée après la perte du soutien d’un nombre important de législateurs. Cela entraîna la démission de plusieurs membres du cabinet, dont celle du chef de l’exécutif, Tung Chee Hwa, le 10 mars 2005, soit 20 mois après la grande manifestation. L’arrivée de Donald Tsang illustre un changement d’attitude. Ayant servi sous le régime colonial, il bénéficie donc d’une certaine popularité au sein de la population hongkongaise, qui le juge plus compétent que Tung pour mettre en œuvre des réformes politiques et assurer la prospérité économique du Territoire.

14Cette première décennie post-rétrocession correspond donc au renforcement de la société civile qui participe à la recherche d’une identité hongkongaise : « Following July 1, Hong Kong has seen consecutive social movements to demand universal suffrage, defend its core values, and preserve its natural and historical heritage (Victoria Harbour, Star Ferry and Queen’s Pier, to name the notable themes). These are not sporadic campaigns ; they articulate a common desire, particularly amongst the younger post-1980s generation, to search for Hong Kong’s identity and worth from colonial past. » (Cheung, 2008 : xii.)

La diversification des objets de mobilisation et des répertoires d’action

15Les objets de mobilisation évoluent. Alors que le logement ou le droit du travail occupaient l’essentiel des mobilisations lors de la période coloniale, les revendications ou plutôt les actions se diversifient. Les enjeux sociaux font encore l’objet de mobilisation, mais les revendications deviennent aussi « post-matérialistes ». Ainsi, Alain Touraine (1978) met en avant la notion de « nouveaux mouvements sociaux », qui expriment ces nouvelles revendications. Cette notion prend en compte les spécificités des mouvements sociaux apparus depuis la fin des années 1960 avec le passage de revendications matérialistes (caractéristiques du mouvement ouvrier) à des préoccupations post-matérialistes (paix, environnement…). Cette analyse est courante dans la littérature hongkongaise (Ma, 2007 : 205-206).

16À Hong Kong, le passage aux « nouveaux mouvements sociaux » se fait par l’intermédiaire d’une recherche d’identité locale. En effet, au cours des années 1970 et 1980, le mouvement étudiant s’inscrit dans un positionnement anticapitaliste et anticolonialiste (Martin, 2009, 2011). Après la rétrocession, les critiques contre le colonialisme se positionnent plutôt contre le nationalisme chinois afin d’affirmer une identité hongkongaise qui ne soit ni britannique, ni contrôlée par Pékin. Cette recherche d’identité locale développe un intérêt pour le territoire et les questions d’aménagement. La question urbaine est donc mêlée aux enjeux de démocratisation, puis de développement durable, pour mettre en récit l’existence d’un territoire hongkongais à travers son patrimoine ou son environnement.

Queen’s Pier, événement fondateur d’une longue série de mobilisations

17En 1989, l’administration coloniale propose le projet de Central and Wan Chai Reclamation, qui vise à gagner de l’espace grâce à des remblais sur le port. Au moment de la transition la controverse devient plus importante avec la campagne « Save Our Harbour », qui recueille 170 000 signatures en 1997. La mobilisation conduit au recul du gouvernement et à l’adoption d’une loi afin de protéger le port. Toutefois, cette loi n’empêche pas une dernière transformation du front de baie du quartier des affaires à Central. La controverse se déplace ainsi sur les enjeux de protection du patrimoine avec la campagne pour sauver de la destruction le Queen’s Pier, qui accueille le Star Ferry (Veg, 2007). Finalement en 2007, après plusieurs mois de manifestations, occupations et grèves de la faim, le Queen’s Pier est démoli, mais a permis de sensibiliser l’opinion publique aux enjeux de protection du patrimoine et de l’environnement tout en revisitant l’identité coloniale britannique. Après le choc des événements de Tian’anmen, la campagne du Queen’s Pier, et ses développements ultérieurs quant à la protection du port de Victoria, apparaît comme l’événement fondateur de cette génération post-80, qui prend alors pleinement conscience de la dimension territoriale de cette recherche d’identité hongkongaise.

18Dans le quartier de Wan Chai, un peu avant la rétrocession, la communauté culturelle et artistique se mobilise pour sauver de la destruction le marché qui témoigne de la présence de l’architecture moderne. Puis, de 2006 à 2008, la mobilisation se porte sur la seconde phase du projet de rénovation urbaine porté par l’agence gouvernementale (URA), qui doit conduire à la démolition de la rue Lee Tung, connu pour être la « wedding card street ». Les activistes se mobilisent pour préserver le patrimoine ordinaire du quotidien et refuser les logiques de la gentrification du quartier. En dehors de ce quartier, différentes controverses portent sur les contenus et les processus des différents projets de rénovation ou de renouvellement urbains. Les mouvements sociaux ont permis de faire évoluer la pratique du gouvernement vers une meilleure prise en compte des résidents locaux et un plus grand intérêt pour le patrimoine local.

19En 2009 et 2010, le projet de ligne à grande vitesse « Guangzhou-Hong Kong Express Rail Link », qui porte l’abréviation XRL, a fait l’objet de mobilisations (Fong, 2011). La controverse porte à la fois sur le coût de 66,9 milliards de dollars hongkongais et aussi sur la défense du village de Choi Yuen Tsuen, qui doit être rasé pour laisser place à un dépôt. La remise en cause des méthodes et des finalités de l’urbanisme rationnel se focalise alors sur la défense du village avec la célébration du mode de vie rural afin de remettre en cause les valeurs dominantes de consumérisme dans la société hongkongaise. En 2011, des actions du même type portent sur le projet du gouvernement consistant à réaliser une troisième voie pour l’aéroport de Chek Lap Kok. Il s’agit encore une fois de dénoncer la domination des intérêts économiques au sein des différents forums de la planification au détriment de la protection de l’environnement.

20Depuis 2010, les enjeux de protection de l’environnement sont au cœur des mobilisations avec l’opposition au projet d’incinérateur qui serait implanté sur une extension de l’île de Shek Kwu Chau, entre les îles de Lantau et Cheung Chau, pour un montant de 23 milliards de dollars hongkongais. La controverse porte, d’une part, sur le choix technologique avec une critique d’une stratégie de traitement des ordures qui priorise l’incinération avec les risques de pollution à la dioxine au détriment des autres solutions comme le développement du tri sélectif et, d’autre part, sur la localisation de l’équipement dans un secteur naturel du territoire. Plus récemment encore, de nouvelles mobilisations tentent de limiter le développement de centrales nucléaires dans la partie continentale du delta de la rivière des Perles.

21À l’automne 2011, dans la lignée du printemps arabe et du mouvement des indignés en Europe, le mouvement des « Occupy » se lance dans la contestation pacifique pour dénoncer les abus du capitalisme financier. Le mouvement planétaire part de New York et de Wall Street, mais arrive à Hong Kong en s’installant à Central au cœur du quartier des affaires en occupant la place au pied de la tour de la HSBC pendant 10 mois.

22Cette liste d’événements n’est pas exhaustive et tend surtout à montrer que différentes controverses se succèdent dans le temps et renvoient à différents espaces et surtout à une diversification des objets. Cependant, un grand nombre d’activistes vont s’investir dans plusieurs de ces causes faisant ainsi évoluer les formes et finalités des pratiques militantes.

L’évolution des pratiques militantes

Ressources utilisées et répertoire d’actions

23Les mouvements sociaux urbains inscrivent souvent leurs actions à la frontière entre légalité et illégalité. Toutefois, les différents groupes peuvent avoir recours à différents répertoires d’action, surtout en lien avec les ressources mobilisées. Dans les faits, l’accessibilité de chacune de ces ressources diffère selon les groupes, n’étant pas contraints de la même façon par leurs ressources et leur identité.

24Dans cette perspective, la notion de « mobilisation de ressources » est déterminante. Michel Offerlé (1996), politiste français, distingue trois grandes catégories de ressources mobilisables par les mouvements sociaux : tout d’abord le nombre, c’est-à-dire la capacité à mobiliser des effectifs importants ; ensuite l’expertise, dépendant des compétences des membres du groupe et/ou leur capacité à mobiliser des personnalités compétentes censées permettre la persuasion ; enfin, le recours au scandale permet la dénonciation. On comprend donc en quoi la disponibilité de chacune de ces ressources va influencer le répertoire de chaque groupe. La « ressource nombre » peut apparaître évidente, lorsqu’un groupe d’activistes veut empêcher la destruction d’un élément du patrimoine en l’occupant. La « ressource expertise » pourra être au cœur de l’action de militants environnementalistes qui vont vouloir remettre en cause des choix technologiques, nous pouvons citer l’exemple du think tank Civic Exchange qui a réussi à rassembler plusieurs experts reconnus. Enfin, la « ressource scandale » va être au cœur de certaines mobilisations par exemple dans l’espace numérique, qui, sans cette médiatisation, pourraient apparaître comme étant des démarches solitaires.

Parcours militants et institutionnalisation

25Les actions militantes évoluent dans le temps, les méthodes changent, les militants peuvent se détacher de leurs causes ou aussi faire évoluer les ressources utilisées en participant par exemple à une dynamique d’institutionnalisation de ces mouvements sociaux. Depuis la rétrocession, de nombreux activistes ont pu donner une telle illustration en participant notamment à l’institutionnalisation des mouvements sociaux par l’intermédiaire de différents dispositifs participatifs.

26Nous pouvons prendre l’exemple de Christine Loh (Loh, 2007, 2009), qui a d’abord passé 14 ans dans le monde des affaires avant d’être nommée au LegCo en 1992. Elle se présente ensuite, avec succès, aux élections de 1995 et 1998, où elle s’illustre dans la défense des droits de l’homme et de la démocratie. En 2000, elle décide de ne pas se représenter et de créer un think tank, le Civic Exchange, qui devient rapidement un des groupes les plus influents de la société civile, notamment pour les enjeux environnementaux, où le think tank se heurte aux politiques gouvernementales par exemple en matière de lutte contre les pollutions ou de changement climatique. Elle est aussi impliquée dans des postes à responsabilités dans des groupes comme Friends of the Earth, Human Rights in China ou Society for Protection of the Harbour. En 2012, avec l’arrivée du nouveau chef de l’exécutif, Leung Chunying, elle accepte de devenir Undersecretary for the Environment, avec l’ambition de faire avancer les dossiers de la pollution de l’air, des déchets et de la protection des espaces naturels. Christine Loh illustre ainsi un parcours militant fait d’aller-retour entre le mouvement social et les institutions publiques. En tentant de rester fidèle aux valeurs qui fondent son engagement, elle participe ainsi à un processus d’institutionnalisation des mouvements sociaux conduisant à la participation à la sphère publique de l’aménagement.

27Plus récemment, le parcours d’Icarus Wong Ho-yin révèle aussi un parcours militant fait d’apprentissage et d’institutionnalisation. Alors qu’il est encore étudiant, il s’illustre en participant à la grève de la faim du Queen’s Pier. Il a été assistant d’une parlementaire du Labour Party et on le retrouve ensuite dans différentes mobilisations contre la ligne XRL ou les politiques de rénovation urbaine. Avec Chu Hoi-dick, qui a le même parcours d’activiste, ils participent aux élections pour les conseils de district en novembre 2011 en tant que représentants d’un nouveau parti, le Land Justice League. Le mouvement se présente comme étant un « local identity movement » et place les enjeux d’aménagement au cœur de ses préoccupations. La plupart de ses membres font partie de cette génération post-80 qui a fait l’apprentissage de l’activisme urbain au moment de la mobilisation pour le Queen’s Pier et ensuite lors des différentes luttes.

28Ces parcours et ses proximités révèlent ainsi des liens entre la sphère activiste et la sphère formelle de l’urbanisme avec des mouvements sociaux qui s’institutionnalisent et participent, sous différentes formes, à l’élaboration des politiques publiques.

Le tournant numérique et l’exemple de la Citizen Map

29Par rapport aux différentes ressources identifiées par Michel Offerlé (1996), l’Internet et la dimension participative du web 2.0 permettent de s’appuyer et d’amplifier facilement ces trois ressources. La mise en réseau des internautes permet la diffusion et la collecte d’informations à grande échelle et la constitution d’une expertise alternative qui façonne l’opinion publique en contraignant souvent les médias à reprendre leurs objets de mobilisation. Les politiques urbaines sont donc placées sous la surveillance de ces cybers citoyens, qui peuvent en contester le bien-fondé en transformant les nouveaux réseaux sociaux en forums de débat public. Par rapport aux luttes urbaines traditionnelles, cette contestation 2.0 permet de rassembler un nombre important de citoyens en un temps plus court, de donner plus d’importance aux scandales et finalement de révéler des capacités inédites d’expertise, qui apparaissent grâce à des processus participatifs. L’Internet révèle alors des mouvements sociaux urbains à l’organisation moins hiérarchique et collective laissant place à des formes d’engagement plus individuelles, où la dimension réticulaire offre de nouveaux horizons en permettant le renforcement et l’élargissement d’une forme d’intelligence collective.

30Le territoire de la région administrative de Hong Kong offre le visage d’une grande dualité avec une forte densité urbaine mais où 70 % de l’espace y est encore naturel. Toutefois, face à l’immensité du territoire à surveiller et à la faiblesse des ressources de l’administration, il se développe une certaine impunité quant aux atteintes à l’environnement.

31Dans cette perspective, le South China Morning Post, quotidien hongkongais de référence en langue anglaise, a lancé une initiative qui utilise la technologie kényane Ushaihidi (Douay, 2011). Le journal se propose de mettre en lumière les atteintes à l’environnement rapportées par les Hongkongais dans le cadre d’un site internet participatif. La Citizen map rassemble les informations, les vérifie et les médiatise afin d’influencer l’agenda politique du gouvernement. Après une semaine d’utilisation, 20 événements avaient été rapportés, ils étaient près de 120 en janvier 2011 et de 250 en octobre 2012. Aujourd’hui, la Citizen map se limite aux enjeux environnementaux, mais annonce dans sa présentation officielle que, dans le futur, elle pourrait s’élargir à d’autres sujets.

32En 2010, la principale controverse environnementale portait sur la destruction d’une partie du site naturel de Tai Long Sai Wan à Sai Kung. L’homme d’affaires Simon Lo Lin-Shing voulait y construire une villa très imposante avec piscine, terrains de tennis, jardins biologiques et étangs artificiels. La presse a alors divulgué que le projet prenait place sur un site archéologique et les écologistes ont révélé que le travail de fondation, ainsi que la circulation des camions au sein de zones protégées, avaient déjà provoqué de graves atteintes à l’environnement. En quatre jours, une page du réseau social Facebook dénonçant le projet rassemble 46 000 membres et conduit de ce fait le gouvernement à imposer un moratoire de trois ans. Cet événement révèle ainsi les capacités transformationnelles d’une mobilisation numérique.

Quelle institutionnalisation des mouvements sociaux urbains ? et avec quelle capacité transformationnelle ?

33Depuis la rétrocession, la diversité des mobilisations locales a conduit à l’avènement d’une culture démocratique (Béja, 2007) et au renforcement de la société civile, mais n’en a toutefois pas fait pour autant un acteur à part entière au sein de la coalition de croissance. Ce troisième pouvoir semble encore « vibrant but loosely organized » (Chua et al., 2006 ; Loh, 2007). Le régime urbain garde en fait la forme d’un binôme, où le gouvernement et la communauté du milieu des affaires sont à la fois complices et complémentaires. L’achèvement de la transition démocratique semble donc nécessaire si la société civile veut s’assurer une place plus importante : « Civil society does not only act as a watchdog of the government and business, it is also a partner in governance. The blossoming of civil society in Hong Kong is ironically a result of an extremely awkward political system, and most of the time, civil society in Hong Kong is pitched against the regime. […] This will not change unless the disarticulated nature of the political system is reformed. » (Yip, 2008 : 227.)

34L’arrivée éventuelle de la société civile au sein de cette coalition pourrait remettre en cause la nature même du régime urbain et des politiques urbaines produites (Chan, 2003 ; Ng, 2008 ; Douay, 2011). Ainsi, nous pouvons faire l’hypothèse qu’un achèvement de la démocratisation et que le renforcement de la société civile permettrait d’engager avec plus de vigueur un tournant collaboratif et durable pour l’aménagement de l’espace.

35Dans une théorie du développement, Hooshang Amirahmadi et David Gladstone (1996) mettent en avant les éventuelles modalités d’émergence d’une société civile dans le contexte des pays émergents. Ils insistent sur trois périodes possibles : 1. la première période avec un fort développement, où l’État est dominant et la société civile faible ; la seconde, où la société civile s’affirme et entre en conflit avec l’État ; la troisième, avec deux possibilités : la paralysie du développement avec la domination de l’État ou de la société civile ou un développement plus durable avec un équilibre entre l’État et la société civile.

36Dans cette perspective, nous pouvons émettre l’hypothèse selon laquelle Hong Kong serait dans une période de transition où la société civile s’affirme, mais ne fait pas encore partie de la coalition du régime urbain. La situation politique et institutionnelle amène à s’interroger quant à la possibilité d’un tel tournant, alors que les réformes politiques sont toujours en discussion, notamment avec la question des modalités de la désignation du chef de l’exécutif au suffrage universel direct à partir de 2017. L’avenir dira si le renforcement des mouvements sociaux urbains est porteur d’une capacité transformationnelle pour construire une ville plus collaborative, plus durable ou encore plus inclusive.

Bibliographie

Références bibliographiques

Amirahmadi, Hooshang et David Gladstone, 1996, « Towards a dynamic theory of the state and civil society in the development process », Journal of Planning Education and Research, vol. 16, p. 15-25.

Béja, Jean Philippe, 2007, « L’avènement d’une culture politique démocratique », Perspectives chinoises, no 2, p. 4-13.

Butenhoff, Linda, 1999, Social Movements and Political Reform in Hong Kong, Westport (Connecticut), Praeger, 216 p.

Chan, Tin-Yeung, Joseph, 2003, Civil society and the government in Hong Kong : opportunities and challenges, Hong Kong, mémoire de master en urbanisme, Hong Kong Univeristy, master thesis in urban planning, 248 p.

Cheung, Anthony, 2008, « Hong Kong’s Role in Transforming China » dans Chan, Ming K. (dir.), China’s Hong Kong Transformed, Retrospect and Prospects Beyond the First Decade, Hong Kong, City University of Hong Kong Press, p. xi-xvii.

Chiu, Stephen W.K. et Tai-lok Lui, 2000, The Dynamics of Social Movement in Hong Kong, Hong Kong, Hong Kong University Press, 320 p.

Chua, Hoi-Wai et al., 2006, The Hong Kong Special Administrative Region : A Vibrant but Loosely Organized Civil Society, Hong Kong, Civicus Civil Society Index Report for the Hong Kong Special Administrative Region, PRC, 107 p.

Douay, Nicolas, 2011, « Quand l’émergence de la société civile change le modèle de régulation foncière hongkongais », Revue Tiers Monde, no 306, p. 115-138.

Douay, Nicolas, 2011, « Urban planning and cyber-citizenry in China. How the 2.0 opposition organises itself », China Perspectives, no 1, p. 77-79.

Fong, Yuk Kwan, 2011, Tsoi Yuen Resistance and Post-80s Generation : A new wave of domestic social movement, Helsinki, mémoire de master, University of Helsinki Faculty of Social Sciences Social and Cultural Anthropology, 123 p.

Hong, Yu-Hung, 2003, « Communicative Planning in an Undemocratic Society : Hong Kong Case », dans Dutt, Ashok K., et al., The GeoJournal Library, Challenges to Asian Urbanization in the 21st Century, vol. 75, p. 83-101.

Huang, Li-Ling, 2005, « Urban Politics and Spatial Development : The Emergence of a Participatory Planning » dans Kwok, Reginald Yin-Wang, Globalizing Taipei. The Political Economy of Spatial Development, New York, Routledge, p. 78-98.

King, Ambrose Yeo-chi, 2003, 1re publication : 1974, « Administrative Absorption of Politics in Hong Kong : Emphasis on the Grass Roots Level », dans Ming, Sing (dir.), Hong Kong Government and Politics, Oxford, Oxford University Press, p. 69-92.

Loh, Christine, 2007, « Une société civile vivante mais entravée », Perspectives chinoises, no 2, p. 42-47.

Loh, Christine, 2009, « Une ancienne députée de Hong Kong sur la toile », entretien de Éric Sautedé avec Christine Loh à propos de son site Civic Exchange, Hermès, no 55, p. 83-88.

Ma, Ngok, 2007, Political Development in Hong Kong, State, Political Society, and Civil Society, Hong Kong, Hong Kong University Press, p. 205-206.

Martin, Pierre, 2009, Hong Kong : patrimoine, activisme et décolonisation, mémoire de master, IEP de Lille, 162 p.

Martin, Pierre, 2011, « Émanciper la ville et le citoyen : le mouvement civique urbain hongkongais », Monde chinois, no 24, p. 94-104.

Ng, Mee Kam, 2008, « From Government to Governance ? Politics of Planning in the First Decade of the Hong Kong Special Administrative Region », Planning Theory and Practice, vol. 9, no 2, p. 165-185.

Ngo, Tak-Wing, 1999, Hong Kong’s History : State and Society Under Colonial Rule, Londres, Routledge, 205 p.

Offerlé, Michel, 1996, Sociologie des groupes d’intérêt, Paris, Montchrestien, 158 p.

Touraine, Alain, 1978, La Voix et le regard, Paris, Seuil, 315 p.

Veg, Sebastian, 2007, « Le patrimoine culturel à Hong Kong », Perspectives chinoises, no 2, p. 48-52.

Yip, Yan-Yan, et Christine Loh, 2008, « New Generation, Greening Politics and Growing Civil Society » dans Chan, Ming K. (dir.), China’s Hong Kong Transformed, Retrospect and Prospects Beyond the First Decade, Hong Kong, City University of Hong Kong Press, p. 227.

Notes

1 Cette loi fondamentale sert de constitution à la Région administrative spéciale de Hong Kong, elle se fonde sur la déclaration commune de 1984 entre la Chine populaire et le Royaume-Uni, fut adoptée le 4 avril 1990 par la septième Assemblée nationale populaire (ANP) et prit effet le 1er juillet 1997 lors de la rétrocession.

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search