Version classiqueVersion mobile

Territoires de l'urbain en Asie

 | 
Manuelle Franck
, 
Thierry Sanjuan

Deuxième partie. Politiques publiques et reconfigurations des territoires urbains

Fabrication et Imbrication urbaine des fronts de mer Japonais : le cas du port de Tôkyô

Rémi Scoccimarro

Texte intégral

1Accompagnant l’essor économique du pays au cours du xxe siècle, les grands groupes industriels japonais se sont implantés de façon privilégiée sur les littoraux, en bénéficiant des avantages comparatifs qu’offrent ces espaces pour l’approvisionnement en matières premières et l’exportation des biens manufacturés.

2Devenus des éléments constitutifs de la puissance économique de l’archipel, ces vastes zones industrialo-portuaires, construites en avancées sur la mer, ont relégué les fronts de mer au second plan de l’urbanité, inaccessibles aux habitants, dans des villes qui ont tourné le dos à la mer, en particulier pendant la Haute Croissance d’après-guerre (Bourdier, 1992).

  • 1 La régie semi-publique en charge de fournir du logement de masse à l’après-guerre.

3Dans ces espaces, le trait de côte est malaisé à définir, sans cesse rattrapé par la construction de nouveaux terre-pleins. Au seuil des années 1980, les îles artificielles des ports japonais, avec leur tissu industriel vieillissant, leurs centrales thermiques ou leurs incinérateurs, au sein d’un réseau de canaux aux eaux saumâtres et eutrophisées, étaient majoritairement dédiées aux fonctions industrielles et logistiques. Certains de ces terre-pleins hébergent aujourd’hui des logements, sous la forme de grands ensembles d’habitations. Destinées aux classes populaires, ils sont gérés par les régies municipales, les mieux lotis habitant le parc de logement vieillissant de la Toshikôdan1.

4Cette partie de la ville est pourtant celle qui, sur le papier, comporte le plus d’espaces verts, comparée aux zones centrales. Ce sont les parcs qui résultent de l’obligation faite depuis 1973 de réserver une part des surfaces construites en terre-pleins pour des espaces publics et des accès au front d’eau. Mais, d’une piètre qualité paysagère, ils sont peu desservis par les transports en commun, ce qui limite leur fréquentation aux populations qui habitent ou travaillent à proximité. Finalement, ces espaces tiennent surtout de l’aire de repos autoroutière, camionneurs et dockers s’y reposent et, lorsqu’il y a un accès à l’eau, retraités et pêcheurs du dimanche viennent y pique-niquer. C’est le cas de la zone 13 du port de Tôkyô, construite autour d’un bassin de stockage du bois désaffecté au début des années 1970 et aménagé en parc avec une plage artificielle.

  • 2 D’après Yokouchi Norihisa, un des meilleurs spécialistes de l’aménagement des fronts de mer au Jap (...)

5Cependant, après les chocs pétroliers de 1973 et 1978, l’industrie lourde japonaise se délocalise vers le reste de l’Asie et, avec la reconversion pour des industries moins consommatrices d’espace, la nécessité de vastes bases industrielles est de moins en moins évidente. Dans le même temps, la fin progressive des vraquiers rend de nombreux quais et espaces de stockage obsolètes, alors que la croissance des gabarits des porte-conteneurs empêche l’utilisation des anciennes infrastructures portuaires, au profit de plateformes construites plus au large. Le Japon connaît ainsi, comme les vieux pays industrialisés d’Europe et d’Amérique du Nord, ce même phénomène de déplacement des zones portuaires hors du centre-ville et de redécouverte du front de mer. Celui-ci se fait à travers le paradigme du waterfront, dont les premières réalisations nord-américaines définissent les formes, en particulier à Baltimore et à New York avec l’aménagement du Battery Park (Buttenwieser, 1987 ; Gravari, 1991). Réintégrés dans l’urbain, ces waterfronts deviennent autant de miroirs grossissant pour l’image de l’agglomération, à même de devenir les vitrines des centres-villes (Hudson, 1996). Ils sont les lieux d’implantations d’activités scientifiques, récréatives et de chalandises sur le modèle du shopping mall. Ils hébergent des sièges sociaux d’entreprises et des infrastructures valorisantes pour les villes comme les centres de congrès internationaux (Chaline, 1992). Le Japon est en phase avec les tendances mondiales des pays développés et le mot waterfront apparaît en japonais aux milieux des années 1970. Un des premiers aménagements de ce type est la rénovation du port de Kushiro à Hokkaidô en 19852. La période 1985-1995 est même qualifiée d’« années du waterfront au Japon » (Isobe, 1994 ; Yokouchi, 1994 ; Kitami, 1998).

  • 3 Mais celles-ci sont très souvent situées sur des avancées sur la mer, comme Shinagawa à Tôkyô, Tak (...)

6C’est aussi la période de la Bulle spéculative foncière (1985-1991), qui impulse une très forte demande en nouveaux espaces de bureaux. Dans ce contexte, et à condition de construire les éléments de liaisons suffisantes pour les intégrer à l’espace urbain, les surfaces libérées sur les terrains gagnés sur la mer sont susceptibles de constituer une réserve foncière facilement valorisable, du fait de la proximité géographique au centre-ville. De plus, leur structure foncière se prête particulièrement bien aux opérations urbaines : alors que le remembrement urbain est en général long et fastidieux au Japon (Ishida, 1992 ; Aveline, 1994), ces espaces, comme les friches ferroviaires3, offrent la possibilité rare de disposer de vastes parcelles, immédiatement mobilisables, cela parfois sans même devoir changer de propriétaire. Lorsqu’il s’agit d’un grand groupe, il suffit de transférer les terrains de la filiale industrie à celle qui est en charge des questions foncières. C’est le cas pour les deux plus grands acteurs fonciers de la baie de Tôkyô : Mitsubishi et Mitsui. À ces opérateurs privés, s’ajoutent les pouvoirs publics locaux, municipalité ou département, qui voient l’occasion de mettre en valeur leurs propres terrains sur le front de mer afin d’y construire de grands équipements.

7Pendant la Bulle, les projets de réaménagement se multiplient ainsi sur les côtes japonaises, en prenant pour modèle les codes esthétiques et architecturaux des waterfronts nord-américains. Il s’agit de produire de la surface de bureaux dans des sites attractifs, mais aussi de façonner des images de villes valorisantes, ce dont manquent cruellement les métropoles de l’archipel, à commencer par sa capitale, qui souffre d’un fort déficit de lisibilité internationale (Fujimori, 1987). Ces opérations prennent la forme de mégaprojets urbains, dépassant la centaine d’hectares, avec des coûts très élevés en infrastructures de liaison. Le plus vaste de ces projets, le « Sous-centre urbain du front de mer », sur 448 ha, est lancé en 1988, sous la tutelle directe du gouvernement métropolitain de Tôkyô. La même année, la ville de Yokohama, étroitement associée au groupe Mitsubishi, lance l’opération Minato Mirai 21, sur 186 ha.

  • 4 Situé dans les arrondissements de Chiyoda, Chûô et Minato de Tôkyô.

8L’effondrement de la Bulle foncière en 1991 a fortement réduit les ambitions quant à la création de nouveaux quartiers d’affaires. En revanche ces mégaprojets ont initié une reconfiguration radicale des fronts d’eau, en posant des cadres esthétiques et un modèle de développement pour la rénovation des espaces portuaires, mais aussi du centre-ville, au point qu’on peut se demander si aujourd’hui la reconfiguration du front de mer n’est pas en passe de reconfigurer à son tour l’hypercentre4, en particulier à Tôkyô.

9Nous traiterons dans un premier temps du processus de fabrication du front d’eau dans le cadre de l’opération « Sous-centre urbain du front de mer », puis nous verrons comment celle-ci a initié une reconfiguration du cœur de la zone portuaire, permettant son imbrication dans l’espace urbain de la capitale japonaise.

La transformation de la zone no 13

Un mégaprojet urbain

  • 5 Tôkyô-to chôkikeikaku maitauntôkyô nijûichi seiki wo mezashite [Plan à long terme de la ville de T (...)

10Les premiers projets d’aménagement de la zone no 13 du port de Tôkyô apparaissent dans le Plan à long terme de Tôkyô en 19825, sous l’appellation Teleport town. Il s’agit d’implanter, sur 40 ha, un pôle de services et d’équipements high-tech destinés aux entreprises et permettant des accès facilités aux réseaux de télécommunications de type satellite, fibre optique ou hertzien, à l’instar des téléports étatsuniens (Huet et Zeitoun, 1995). À une époque où l’Internet n’est pas répandu dans sa forme actuelle, on retrouve de mêmes projets de téléport dans les autres métropoles japonaises : Minato Mirai 21 à Yokohama, Cosmosquare à Ôsaka ou Makuhari Shintoshin à Chiba. Tous situés sur des terrains gagnés sur la mer, ils sont couplés à des projets de quartiers modèles, suréquipés en nouvelles technologies de l’information et de la communication.

11La Bulle foncière dope les ambitions des aménageurs et, lorsque le Gouvernement métropolitain de Tôkyô présente officiellement l’opération en 1988, il s’agit désormais d’une ville de 60 000 habitants pour 110 000 travailleurs, sur un périmètre de 448 ha. Le nouveau quartier est intégré à la politique de « sous-centres », qui vise à déconcentrer les fonctions d’affaires de l’hypercentre, d’où son appellation de « Sous-centre urbain du front de mer » (Rinkai fukutoshin). Crée ex nihilo, l’opération vise à proposer une « nouvelle forme d’urbanisme », prenant la forme d’un quartier multifonctionnel hypermoderne et agréable à vivre. Avec ses « immeubles intelligents », il est destiné à être la vitrine de la ville et le modèle de développement du futur Tôkyô.

12Dans les faits, il s’agit surtout de la création de zones d’affaires visant à accroître l’offre foncière dans la capitale et de la doter d’équipements lui permettant de faire jeu égal avec les autres métropoles internationales : centres de congrès, d’expositions, grands hôtels, téléports. Pour habiller l’opération, et la vendre aux citoyens, on inclut la rénovation du front d’eau avec plages, promenades et points de vue sur Tôkyô.

  • 6 Les terrains à usage commercial les plus chers de la capitale en 2014 sont toujours situé à Ginza, (...)
  • 7 Rinkaifukutoshinkaihatsu Chikubetsu jishikeikaku II [Plan des opérations par secteur du projet de (...)

13Dans le double contexte de la bulle et de la dérégulation de l’économie japonaise qui l’accompagne, le financement de l’opération s’appuie sur la rente foncière, escomptée sous forme de loyer. Ce montage permet d’annoncer un aménagement à coût zéro, dans la droite ligne de la politique d’« activation du secteur privé » (minkatsu) de Nakasone Yasuhiro, Premier ministre de 1982 à 1987 et proche du gouverneur de Tôkyô d’alors, Suzuki Shin. ichi. Une même logique est à l’œuvre sur le front d’eau londonien, qui consacre le partenariat public-privé pour l’aménagement urbain (Michon, 2001). Situé à moins de six kilomètres du palais impérial et de Ginza6, la zone no 13 du port est très proche de l’hypercentre et attractive pour les investisseurs. Le Gouvernement métropolitain de Tôkyô imagine même, à terme, un futur quartier d’affaires de plus de 300 ha7 sur les terre-pleins de Tsukishima, Harumi et Toyosu (fig. 1), qui ferait la jonction entre le Rinkai fukutoshin et l’hypercentre.

Figure 1 : La zone centrale du port de Tôkyô en 2014. (Source : carte au 30 000e du port de Tôkyô (2013) et relevés personnels de l’auteur (2014).)

Vers l’enclave ludique et marchande

14La bulle spéculative foncière se « dégonfle » en 1991, avant même que les premiers travaux ne soient terminés. Les prix fonciers dans le centre de Tôkyô chutent à un niveau où ils ne représentent en moyenne plus que 30 % de leur valeur au maximum de la Bulle. Les aménageurs qui avaient tablé sur une forte demande en espaces de bureaux et une rente foncière élevée, ne peuvent que constater l’effondrement de leur modèle de financement face au désengagement en cascade des investisseurs. Le problème est d’autant plus sévère que, suivant le mécanisme vertueux de l’activation du secteur privé, les équipements et infrastructures publiques financées par le Gouvernement métropolitain de Tôkyô étaient calibrés sur la capacité d’investissement du secteur privé de la période de Bulle, comme le Rainbow Bridge, un pont géant qui enjambe le port.

  • 8 De l’anglais date spot, lieu de rendez-vous amoureux.

15Jusqu’en 1995, l’essentiel de la fréquentation de la zone no 13 est composé des ouvriers de la construction et des travailleurs du port. Le bâtiment imposant du Telecom center, qui abrite le téléport, trône, seul, aux milieux des friches tertiaires. Mais, en juin de la même année, la zone devient accessible en transport en commun avec la mise en service du Yurikamome, un petit train automatique de type Val, qui fait la jonction avec la ligne Yamanote, le périphérique ferroviaire de la capitale. Dans les mois d’été qui suivent sa mise en service, il est pris d’assaut par de jeunes couples en quête de promenade « romantique ». Le phénomène est remarqué par la presse et les magazines qui contribuent à populariser la pratique. Un simple aller-retour dans ce train surélevé permet en effet d’apprécier un « Tôkyô by night » avec une vue imprenable, et peu coûteuse, sur la tour de Tôkyô illuminée, le parc d’immeubles environnants et l’imposant Rainbow Bridge, scintillant la nuit aux couleurs de l’arc-en-ciel. En 1996, la zone Daiba du Rinkai fukutoshin (fig. 2), avec son décor de plage, accessible en quelques minutes du Yamanote, est alors consacrée par les médias comme le dêto supotto8 le plus populaire de la baie de Tôkyô.

Figure 2 : La zone no 13 en 2014. (Source : Rinkai fukutoshin no machizukuri gaidorain [Schéma d’orientation pour l’aménagement du Rinkai fukutoshin] (révision de juillet 2014) et relevés personnels de l’auteur (2014).)

16Après les couples, ce sont les familles qui redécouvrent les plages artificielles, rénovées et accessibles, au cœur de la capitale. Le premier shopping mall « Decks Tôkyô beach », contrôlé par le groupe Sumimoto, est inauguré en juillet 1996. Il remplace les deux établissements de restauration traditionnelle qui préexistaient sur la plage. Ce decks est une véritable terrasse, face au bras de mer, avec le skyline du centre-ville de Tôkyô en arrière-plan. Il propose une offre variée d’établissements de restauration dans un cadre « marin », avec bastingage et fausses bouées de sauvetage. En 1997, la fréquentation dépasse vingt-deux millions de visiteurs et lorsqu’en 1999, une ligne de métro au gabarit de la mégapole permet enfin le transport de masse, la fréquentation fait un saut de plus de cinq millions de visiteurs, atteignant 36,7 millions l’année suivante.

  • 9 Grand opérateur foncier de la capitale, particulièrement implanté dans le quartier de Roppongi (Mi (...)

17Constatant ce succès populaire, et alors que le foncier d’affaires ne démarre toujours pas, l’opération est progressivement réorientée vers la construction d’installations de loisirs basés sur la promenade et la consommation occasionnelle. Alors que les shopping malls s’étendent sur le front d’eau, une friche au centre du terre-plein est allouée pour 10 ans à Mori Biru9. Le groupe construit, en association avec l’immobilière Mitsui, un espace marchand aux allures de mini-parc d’attraction, Pallette Town. Il comporte une grande roue, un mini-circuit de démonstration des véhicules du constructeur Toyota et un centre commercial à thème, Venus Fort. Ce dernier, présenté comme étant dédié à une clientèle « jeune et féminine » (d’où l’appellation « Venus »…), reproduit une rue italienne, à la façon des répliques kitch que l’on peut trouver dans les espaces similaires de Las Vegas. Une scène de spectacle propose des animations tout au long de la journée commerciale, dans un bâtiment sans fenêtre qui tient de l’entrepôt.

  • 10 Ils étaient 53 millions en 2013 d’après le Bureau des affaires portuaires. À titre de comparaison, (...)

18Cette nouvelle fonction, commerciale et ludique, permet de drainer sur la zone plus de quarante millions de visiteurs par an à partir de 200310. Plus qu’un quartier de ville, avec les centres commerciaux qui se multiplient sur la zone no 13 et les friches tertiaires reconverties en parkings, cela s’apparente plutôt à un banal espace périurbain, d’autant qu’il est également bien desservi par le réseau autoroutier du Kantô et qu’à la différence des espaces du centre-ville, pourtant proche, on peut y venir aisément en voiture grâce aux friches reconverties en parkings. De plus, en dépit de la fréquentation impressionnante par les populations de touristes urbains et de visiteurs, celle-ci reste très saisonnière : l’endroit est vide les jours de semaine, encore plus pendant l’hiver. Peu de personnes s’aventurent au-delà de la zone Daiba, créant un fort contraste entre les zones commerciales très fréquentées et le reste, désert, de l’aménagement.

19Cette présence est cependant le signe d’une indéniable ouverture du front de mer de la capitale au public. Elle initie une modification du rapport entre la mer et les habitants, et les investisseurs constatent que les terrepleins du port peuvent être utilisés autrement que comme bases industrielles ou portuaires.

20L’aménagement d’un sous-centre d’affaires sur la zone no 13 est de facto abandonné. Le téléport n’a en rien favorisé l’implantation d’activités basées sur les nouvelles technologies de l’information et de la communication. La zone no 13 est encore moins une nouvelle ville ou ce nouveau quartier « du futur » que promettaient les brochures initiales. Le Rinkai fukutoshin a pris la forme d’une méga-enclave ludique dans le port de Tôkyô, un espace où le touriste-consommateur est l’actant privilégié et où l’offre de loisir est déclinée au maximum (Gravari-Barbas, 2001). C’est le « filon » trouvé pour rentabiliser les terrains, dans lequel les autorités de Tôkyô s’engouffrent, en orientant tous les aménagements vers ce qui permet de capter ce public de touristes urbains.

21Moins ambitieux que la « ville du xxie siècle », cette conversion permet en revanche de viabiliser les friches avec des constructions légères facilement convertibles. Le complexe Ôedo Onsen (sources chaudes), le complexe pour cérémonie de mariages « Anniversaire Tôkyô Bay », l’hôpital d’Ariake sont de bons exemples de ces constructions qui, ni dans la localisation, ni dans le type d’activité, ne correspondent à la définition des périmètres ou des parcelles dans le plan d’occupation du sol.

22En revanche, la conversion vers l’enclave ludique et le tourisme urbain, et son succès, fait aujourd’hui figure de modèle pour la rénovation urbaine du reste des terre-pleins du port.

  • 11 Entretiens au Bureau des affaires portuaires de Tôkyô avec Matsunawa Hiroshi et Ôkubo Takako, en f (...)

23Ainsi le front d’eau, au départ plutôt un faire-valoir et un habillage esthétique, est-il désormais au centre des opérations urbaines sur les terrepleins. La zone Daiba est un modèle revendiqué par les aménageurs du Gouvernement métropolitain de Tôkyô pour un aménagement réussi11. Dans les publications présentant les aménagements du port, les vues cavalières sur des parcs d’immeubles de bureaux ont laissé la place à des vues idylliques sur des shopping malls, les complexes de loisirs et les jolies promenades au bord de l’eau. Le waterfront s’est ainsi imposé comme un support de revitalisation urbaine. On retrouve le même processus à Yokohama avec Minato Mirail 21, qui connaît des fréquentations du même ordre de grandeur que le Rinkai fukutoshin et sert également d’assise à la rénovation de la partie la plus ancienne du port de la ville.

L’imbrication du front de mer dans l’espace urbain

La validation d’un modèle de reconversion du port

24Le réaménagement du terre-plein de Toyosu montre combien la recette qui a fonctionné pour aménager le Rinkai fukutoshin s’applique aujourd’hui pour réaménager le reste du port de Tôkyô. Toyosu formait un terre-plein hétéroclite de 110 ha entre la zone no 13 et l’embouchure de la Sumida, incluant industries lourdes (sidérurgie et construction navale), quais vraquiers et entrepôts vieillissants datant des années 1960, des bassins de stockage du bois désaffectés et un parc ancien de grands ensembles d’habitation. Les plans de réaménagement de cette zone prévoyaient, encore au milieu des années 1990, une zone d’affaires destinée à prolonger l’hypercentre vers la zone no 13.

25Le réaménagement de la partie ouest, Toyosu-futô, presque entièrement détenue par la ville, est encore incertain. On prévoyait d’y déplacer le marché de gros de la capitale, aujourd’hui à Tsukiji, mais les sols sont pollués aux hydrocarbures. Les derniers plans prévoient une zone mixte avec habitats collectifs en hauteur et espace commercial au centre.

  • 12 Phénomène de retour au centre-ville (toshin kaiki) des habitants, permis par la baisse des prix fo (...)
  • 13 Nouvelle appellation de la Toshikôdan depuis 2004, qui doit désormais s’autofinancer plus largemen (...)

26En revanche, la partie est de Toyosu a entamé une reconversion profonde, sur un mode autonome et plus pragmatique, impulsée par le déménagement des chantiers navals Ishikawajima-harima Heavy Industries, entreprise liée au groupe Mitsui. Ce dernier avait déjà reconverti un site similaire, dans le cadre de l’opération Okawabata River City 21, un parc d’immeubles de luxe à l’embouchure de la Sumida, dont la parcelle destinée aux tours de bureaux a été finalement dédiée à un centre commercial. Pour Toyosu, les logements, en barres et en tours, sont moins luxueux et destinés aux classes moyennes, celles qui reviennent peupler le centre de Tôkyô depuis les années 200012. L’opération est couplée à un shopping mall, « Lalaport », une marque que le groupe décline sur les terre-pleins de la baie où il est présent. Les usines et les entrepôts sont en passe de disparaître et les terrains libérés sont reconvertis en zones résidentielles gérées par Mitsui Fudôsan et la Toshisaisei13. Une partie réduite est dévolue à l’immobilier d’affaires avec seulement trois tours de bureaux, dont le siège rénové d’Ishikawajima-harima Heavy Industries et un centre de recherche du groupe NTT.

Photo 1 : Le front d’eau de Toyosu Lalaport.
(Source : l’auteur, 2013.)

27Pour soigner l’aménagement du site, on a conservé des éléments des chantiers et inséré çà et là, aux abords du shopping mall, des éléments « marins » : ancres, hélices, enseignes et restaurants de poissons cuisinés à l’anglo-saxonne (Photo 1). Comme Mitsubishi à Minato Mirai 21, les aménageurs de Mitsui ont conservé un des deux radoubs et une grue des chantiers Ishikawajima-harima Heavy Industries comme éléments de décor. Pour profiter pleinement de la vue sur le bras de mer, on a même installé des sièges deux places en béton : l’usage du lieu par les couples a été prévu en amont, pour forger la notoriété du lieu et accroître sa fréquentation.

28L’aménagement de Toyosu est exemplaire de l’adaptation des investisseurs au nouveau contexte de la capitale, ici Mitsui, tirant les enseignements de l’opération River Side 21 et du Rinkai fukutoshin, où le groupe prévoyait encore en 1994 de construire un immeuble de bureaux.

29Ce rôle de modèle du Rinkai fukutoshin est attesté avec la présence de photo de Daiba dans les publications du Gouvernement métropolitain de Tôkyô destinées au développement des terre-pleins de Harumi et de Toyosu. Il a révélé le potentiel des bassins et des canaux de l’intérieur du port de Tôkyô pour mettre en valeur ces opérations urbaines. Plus petites et moins ambitieuses, celles-ci ont entamé une refonte fonctionnelle, par le logement et la chalandise, et paysagère, par le front d’eau. Le reste du front de mer de Tôkyô, dont les derniers bassins de stockage du bois encore en activité, sont désormais aussi concernés par des rénovations sur le modèle du tourisme urbain.

Un front de mer factice et globalisé

30La plage artificielle de Daiba n’est pas la première du genre, ni la seule dans la baie de Tôkyô. Celle de Makuhari à Chiba s’étend sur dix kilomètres. Plus proche du centre, dans l’arrondissement d’Edogawa de Tôkyô, le parc Kaisai Rinkai offre aussi une plage artificielle de graviers, ouverte en 1989. Mais aucune ne connaît le succès de celle de Daiba, pourtant plus petite, plus artificielle et où la baignade est interdite. À la différence des autres, cette dernière comporte les éléments qui « font plage » et offre une reconstruction de la nature selon le modèle idéal et idéel. Les pins et le sable blanc renvoient aux attributs de la belle plage au Japon (Pelletier, 1990), le choix d’enrochements, plutôt que les traditionnels tétrapodes, participent à la création d’un décor attractif. Les infrastructures de protection du littoral n’ont d’ailleurs pas lieu d’être, puisque le vrai front de mer a été reporté à dix kilomètres au sud-est par la construction de nouveaux terre-pleins. De plus, dans la baie de Tôkyô, les plages naturelles ont toutes disparu depuis la fin de la Haute Croissance et le débat d’un retour de la vraie nature ne se pose donc plus. Avec ce Tôkyô-plage permanent, on répond à la demande d’accès au littoral des populations locales, qui réclamaient, dans les années 1970, le droit à la mer (irihamaken) (Pelletier, 1992), quand les aménagements portuaires avaient rendu le littoral invisible et inaccessible.

31L’eau et le sable comme décor sont présents pour les visiteurs, mais aussi pour bonifier les complexes architecturaux. La nécessité de conserver le cadre paysager en l’état implique, en retour, un fort contrôle social sur les zones. Ainsi, en plus de l’interdiction de la baignade, du fait de la pollution de l’eau, il est interdit de pratiquer les activités qu’affectionnent en général les Japonais sur les plages : feux d’artifices, barbecues, pique-niques, pêche. Une foule d’autres interdictions rappelle que ces plages relèvent de l’espace urbain et non de l’espace sauvage. Au contraire des traditionnelles activités de plage, ce sont les loisirs encadrés, et marchands, qui sont permis et encouragés : manger sur l’eau dans un bateau-restaurant, regarder passer les navires depuis les bancs prévus à cet effet, utiliser la navette fluviale ou dîner aux terrasses des cafés le soir, en profitant de la vue sur les lumières de la ville.

32Ce décor, maintenu propre et « civilisé », est le support du nouveau paysage urbain de Tôkyô. Identifiable, valorisant et exportable, il est un élément du marketing urbain de la capitale japonaise. Celle-ci, désormais en concurrence avec les autres villes globales d’Asie orientale, peut rivaliser avec elles sur le plan esthétique et sur celui de la qualité de la vie urbaine. Les campagnes menées depuis 1999 pour la candidature de Tôkyô aux Jeux olympiques ont ainsi systématiquement mis en valeur l’aspect qualitatif et les possibilités offertes par le cadre du front de mer et ses terre-pleins, facilement aménageables. En 2020, les Jeux de Tôkyô se dérouleront essentiellement dans la zone portuaire, en périphérie proche de la zone no 13, elle-même intégrée au dispositif.

33Cette mise en place d’une esthétique globalisée, sur le modèle des waterfronts anglo-saxons, permet d’offrir des points de vue saisissants sur le centre de Tôkyô, avec une sensation de « déjà-vu » troublante, loin des représentations traditionnelles de la ville japonaise, entre pétales de cerisiers et « enfer des mégalopoles surpeuplées ». Les tours du central business district de Tôkyô apparaissent en arrière-plan des bras de mer, qu’enjambe le Rainbow bridge, dont l’architecture rappelle le Golden Gate ou les ponts de Brooklyn. On retrouve même une réplique de la Statue de la liberté. Lors du prêt d’un an de la statue française originale, l’installation a eu un tel succès, qu’une réplique la remplace depuis 2000 et elle est devenue un élément du décor et une des attractions de la zone Daiba.

Photo 2 : Le centre de Tôkyô vu de Daiba (Rinkai fukutoshin).
(Source : l’auteur, 2007.)

  • 14 Un même processus est à l’œuvre à Yokohama, avec la réhabilitation d’entrepôts de briques rouges, (...)

34Est-ce un signe de la globalisation de Tôkyô ou, au contraire, de Tôkyô qui s’empare de la globalisation ? Le mouvement est double. En plus d’offrir une image calibrée à l’exportation, le Rinkai fukutoshin est aussi un lieu de globalisation des pratiques urbaines. Plus que l’identification, c’est l’imaginaire d’autres villes qui est proposé ici, en interne, aux visiteurs japonais comme aux touristes asiatiques, présents en nombre sur la zone. Cela se retrouve à l’intérieur des shopping malls. Ces derniers accueillent les espaces marchands de la mondialisation que sont les foodcourts ou des espaces commerciaux à thème exotique comme un « Little Hong Kong » ou le Venus Fort14. D’autres enseignes commercialisent des produits alimentaires en importation directe des États-Unis ou d’Europe, dans leur emballage d’origine.

35En cela, le front de mer, avec ses avancées sur la mer, avec leur peu d’historicité, est un poste avancé et privilégié de la globalisation de la ville japonaise. L’implantation de la Cité universitaire internationale de Tôkyô, l’usage systématique de toponymies anglicisantes et la construction de condominiums destinés à loger des populations de cadres expatriés, renforcent le caractère « international » du Rinkai fukutoshin. Celui-ci pourrait générer une notoriété du lieu plus intéressante que le statut de dêto supotto, et attirer à terme les vrais acteurs souhaités : ceux de l’immobilier d’affaires.

Les limites de la reconfiguration du front de mer

36Ce modèle de rénovation du front de mer fonctionne pour les terrepleins les plus anciens : les friches tertiaires de la zone no 13 se meublent progressivement et le reste des terre-pleins du port sont en passe d’être rénovés sur le même modèle. Les constructions de zones résidentielles fournissent une part de la clientèle des shopping malls et de véritables quartiers de ville ont émergé dans cette partie de Tôkyô. En revanche, pour l’aménagement des tout derniers terre-pleins, en construction aux limites sud du périmètre du port, il n’est plus question de ville nouvelle, ni d’investissements coûteux, mais plutôt de trouver un usage quelconque à ces surfaces. Le Gouvernement métropolitain de Tôkyô, qui possède les terrains, se contente donc d’aménagements cosmétiques, comme cette forêt artificielle d’une centaine d’hectares, Tôkyô no mori. Celle-ci constituera une surface boisée comparable à celle du palais impérial et formera le second espace vert de la capitale.

  • 15 En nous plaçant sous le vent de certain de ces incinérateurs, nous avons pu mesurer en juillet 201 (...)

37L’autre limite de la reconfiguration du front de mer réside dans le maintien des activités industrialo-portuaires. Les nouvelles zones commerciales et résidentielles, même les plus cossues, jouxtent ainsi le tissu industriel et logistique du port, parfois répulsifs, comme les nombreux incinérateurs d’ordures ménagères, ceux-là mêmes qui ont traité, de 2011 à 2014, les gravats en provenance des zones dévastées par le tsunami du 11 mars 2011, déchets radioactifs compris15.

38La reconversion du port, qui conserve une forte dimension fonctionnelle, reste donc partielle. Pour les promenades sur le front de mer, la présence des grues et des porte-conteneurs atteste du caractère marin des lieux. Concernant les immeubles d’habitation, ces activités sont génératrices de nuisances et limitent l’ampleur de la requalification vers le haut de ces quartiers. Ainsi les avions en approche sur les nouvelles pistes de l’aéroport de Haneda, au sud du port, frôlent-ils les immeubles de la zone no 13 à une cadence de 5 à 10 min en fin de journée.

  • 16 Un mouvement inclusif et non excluant, motivé par la baisse des prix fonciers. Il est difficile se (...)

39La reconversion des ports des métropoles de la baie de Tôkyô a donné naissance à un nouveau type d’espace urbain, localisé sur le front mer. La transition à partir des activités héritées de la Haute Croissance économique ne s’est pas faite vers l’immobilier d’affaires, comme envisagé initialement, mais par le développement de quartiers multifonctions, mêlant habitat, espaces de chalandise et emplois tertiaires de second plan. Ce sont des lieux de vie dont l’attractivité tient à la position géographique, proche du centre, et à l’offre de logement, accessible aux classes moyennes et aux familles16, dans le cadre de fronts d’eau mis en valeur. Les zones des terre-pleins des ports de Tôkyô et Yokohama sont désormais des lieux fréquentés, habités et imbriqués dans le quotidien des habitants de la mégapole.

  • 17 Le cahier des charges pour la construction des devantures d’immeubles de Minato Mirai 21, à Yokoha (...)

40En comparaison des exemples londoniens ou nord-américains, ces quartiers ne constituent pas des modèles très originaux, ce qui est pour les aménageurs une réussite : cela participe à faire du front de mer le lieu de l’internationalisation de la ville japonaise, dotée d’un paysage aux références lisibles, avec des formes qui tranchent face au reste du tissu urbain. C’est l’envers de ce que l’on pouvait nommer autrefois « la ville japonaise » et sa fausse impression de désordre. Avec un contrôle serré du bâti et de l’occupation des sols, l’uniformité architecturale imposée jusque dans la tonalité chromatique des bâtiments, la voierie hiérarchisée et segmentée, l’habitat exclusivement collectif et une attention particulière portée à l’esthétique, on pourrait presque qualifier ces quartiers de « dés-japonisés » voire « dés-asiatisés17 ».

  • 18 Le ratio diurne-nocturne est ainsi passé pour Tôkyô de 122 % en 2000 à 118 % en 2010. Dans le même (...)
  • 19 Nihonbashi chiiki kara hajimaru aratana machizukuri ni mukete, 2008, Tôkyô, Association Nihonbashi (...)

41Ces nouveaux pans de ville ne forment donc pas des extensions du central business district et leurs emplois tertiaires tiennent plus des back office que des fonctions de commandement ou de représentation, qui eux restent dans un hyper centre en contraction. Le mouvement serait plutôt inverse : la présence de populations vivant à proximité du centre rend celui-ci plus vivant et moins monofonctionnel. Le ratio diurne-nocturne des quartiers centraux s’infléchit18, leur donnant plus de poids démographique, ce qui participe à leur reconfiguration. En plus du retour des infrastructures commerciales, ou des équipements publics comme les écoles, de nouvelles demandes apparaissent pour l’amélioration de la qualité de la vie dans cette zone centrale. C’est le cas de l’ONG Nihonbashi renaissance19, soutenu par la mairie d’arrondissement, mais surtout par le groupe Mitsui. Elle propose un plan de réaménagement prévoyant la destruction de l’autoroute urbaine qui surplombe depuis 1964 le pont Nihonbashi, kilomètre zéro de l’archipel, construit en 1902. L’objectif est une rénovation globale des canaux du quartier des affaires et de l’embouchure de la Sumida, en prenant pour référence les opérations similaires menées à Boston, Seattle, Düsseldorf et Séoul. La présence d’un acteur foncier de poids, Mitsui Immobilier, dans l’association, atteste de la faisabilité de l’opération. Mais surtout, alors que, pour les rénovations précédentes du centre, seules la localisation et la dimension fonctionnelle étaient déterminantes, le cadre esthétique et la qualité de vie d’un quartier peuvent être désormais des éléments constitutifs de la valeur foncière.

Bibliographie

Références bibliographiques

Aveline, Natacha, 1994, La bulle foncière au Japon, Paris, Adef, 254 p.

Bourdier, Marc, 1992, « Tôkyô sur mer : le devenir de la zone portuaire de la métropole nippone », Les annales de la recherche urbaine, no 55-56, p. 170-181.

Buttenwieser, Ann L., 1987, Manhattan, Water-bound, New York, New York University Press, 244 p.

Chaline, Claude, 1992, « Le réaménagement des espaces portuaires délaissés », Les annales de la recherche urbaine, no 55-56, p. 78-87.

Chûôku ekotaun kousou harumi chiku [Conceptions de l’arrondissement de Chûô pour l’eco-town de la zone Harumi], 2012, Tôkyô, Arrondissement de Chûô, 60 p.

Fujimori, Terunobu, 1987, « Le problème de la tour de Tôkyô », dans Berque, Augustin (dir.), La qualité de la ville, urbanité française, urbanité nippone, Tôkyô, Maison franco-japonaise, 328 p.

Gravari, Maria, 1991, La mer retrouvée. Baltimore et autres reconquêtes de fronts d’eau urbains, Paris, thèse de doctorat, université Paris-IV, 3 vol., 892 p.

Gravari-Barbas, Maria, 2001, « Les enclaves ludiques : Le cas du Navy Pier à Chicago », dans Ghorra-Gobin, Cynthia (dir.), Réinventer le sens de la ville : les espaces publics à l’heure globale, Paris, L’Harmattan, p. 159-168.

Hudson, Brian J., 1996, Cities on the Shore : The Urban Littoral Frontier, Londres, Thomson Learning, 180 p.

Ishida, Yorifusa, 1992, Nihonkindai toshikeikakushi kenkyû [Étude sur l’histoire de la planification urbaine dans le Japon contemporain], Tôkyô, Kashiwa, 338 p.

Isobe, Masahiko, 1994, Kaigan no kankyô, wôtâfurontogaku nyûmon [L’environnement littoral, introduction à la science du waterfront], Tôkyô, Asakurashôten, 210 p.

Kitami, Toshirô, 1998, « Toshi to kôwan, sono rekishi, riron, seisaku » [Villes et ports, histoire, logique et politique], Toshimondaikenkyu [Société pour la recherche sur les questions urbaines], vol. 50, no 7, p. 3-17.

Michon, Perrine, 2001, « L’espace public des Docklands : quand le privé fait la ville », Géocarrefour, vol. 76, no 1, p. 31-38.

Minato Mirai 21 chûô chiku toshikeikan keisei gaidorain [Schéma d’orientation pour façonner le paysage urbain de la zone centrale de Minato Mirai 21], 2013, Yokohama, Bureau d’aménagement de la ville de Yokohama (www.city.yokohama.lg.jp/toshi/mm21/keikan/pdf/mm21guideline.pdf).

Nihonbashi chiiki kara hajimaru aratana machizukuri ni mukete [Vers un nouvel urbanisme qui commence dans la zone de Nihonbashi], 2008, Tôkyô, Association Nihonbashigawa ni sora wo torimodosu [reconquérir le ciel au dessus de la rivière Nihonbashi], 28 p.

Pelletier, Philippe, 1992, « L’insularité dans la mer intérieure », Îles et archipels, no 16, 282 p.

Pelletier, Philippe, 1990, « Un paysage sans paysans, le cas du Japon », Annales de géographie, no 553, p. 305-327.

Rinkai fukutoshin no machizukuri gaidorain [Schéma d’orientation pour l’aménagement du Rinkai fukutoshin], 2009, Tôkyô, Bureau des affaires portuaires du Tôkyô-to [Gouvernement métropolitain de Tôkyô], 64 p.

Rinkai fukutoshin kaihatsu Chikubetsu jishikeikaku II [Plan des opérations par secteur du projet de sous-centre de bord de mer no 2], 1991, Tôkyô, Tôkyô-to [Gouvernement métropolitain de Tôkyô], 26 p.

Rouvière, Christian, 1987, « La nature dans la ville et la qualité de l’environnement au Japon », dans Berque, Augustin (dir.), La qualité de la ville, urbanité française, urbanité nippone, Tôkyô, Maison franco-japonaise, 328 p.

Tôkyô kô binran 2013 [Carte au 30 000e et guide du port de Tôkyô 2013], 2013, Tôkyô, Bureau des affaires portuaires du Tôkyô-to [Gouvernement métropolitain de Tôkyô], 2 p.

Tôkyôwanshi [Histoire de la baie de Tôkyô], 1974, Tôkyô, Tôkyô-to [Gouvernement métropolitain de Tôkyô], 216 p.

Toyko Waterfront City, 2013, Tôkyô, Bureau des affaires portuaires du Tôkyô-to [Gouvernement métropolitain de Tôkyô], plan.

Toyosu-Harumi kaihatsu seibi keikaku [Plan de réajustement pour l’aménagement de Toyosu et de Harumi], 2004, Tôkyô, Arrondissement de Chûô, 74 p.

Yokouchi, Norihisa (dir.), 1993, Wôtâfuronto kaihatsu wo saguru [À la recherche des projets de développement des fronts de mer], Chiba, Nihondaigaku [Centre de recherche sur le waterfront], 236 p.

Yokouchi, Norihisa, 1994, Wôtâfuronto no keikaku nôto [Notes sur l’aménagement des fronts de mer], Tôkyô, Kyôritsu, 188 p.

Notes

1 La régie semi-publique en charge de fournir du logement de masse à l’après-guerre.

2 D’après Yokouchi Norihisa, un des meilleurs spécialistes de l’aménagement des fronts de mer au Japon, lors d’un entretien mené en janvier 2005.

3 Mais celles-ci sont très souvent situées sur des avancées sur la mer, comme Shinagawa à Tôkyô, Takashima à Yokohama ou Umeda à Ôsaka.

4 Situé dans les arrondissements de Chiyoda, Chûô et Minato de Tôkyô.

5 Tôkyô-to chôkikeikaku maitauntôkyô nijûichi seiki wo mezashite [Plan à long terme de la ville de Tôkyô, My town Tôkyô, une ville pour le xxie siècle], 1982, Tôkyô, Tôkyô-to, 184 p.

6 Les terrains à usage commercial les plus chers de la capitale en 2014 sont toujours situé à Ginza, 4e chôme (district d’arrondissement), avec un niveau de référence de 29 600 000 yens/m2, soit un peu plus de 215 000 €/m2 (ministère de l’Aménagement du territoire, des infrastructures et du tourisme, 2014 : http://tochi.mlit.go.jp/chika/kouji/2014/index.html.

7 Rinkaifukutoshinkaihatsu Chikubetsu jishikeikaku II [Plan des opérations par secteur du projet de sous-centre de bord de mer no 2], 1991, Tôkyô : Tôkyô-to, 26 p.

8 De l’anglais date spot, lieu de rendez-vous amoureux.

9 Grand opérateur foncier de la capitale, particulièrement implanté dans le quartier de Roppongi (Minato-ku), avec une série de tours, dont le complexe Roppongi Hills et la Mori Tower (2003, 238 m).

10 Ils étaient 53 millions en 2013 d’après le Bureau des affaires portuaires. À titre de comparaison, Tôkyô Disney Resort plafonne à 27 millions la même année, un chiffre qui varie peu depuis les 25 millions de 2003 (Oriental Land Factbook 2013).

11 Entretiens au Bureau des affaires portuaires de Tôkyô avec Matsunawa Hiroshi et Ôkubo Takako, en février 2005.

12 Phénomène de retour au centre-ville (toshin kaiki) des habitants, permis par la baisse des prix fonciers, mais aussi conjointement, par la mise à disposition des terrains libérés et reconvertis de la zone portuaire.

13 Nouvelle appellation de la Toshikôdan depuis 2004, qui doit désormais s’autofinancer plus largement et participe de plus en plus à des projets d’aménagement résidentiel à but lucratif.

14 Un même processus est à l’œuvre à Yokohama, avec la réhabilitation d’entrepôts de briques rouges, construits dans les années 1910, et transformés en espace commercial.

15 En nous plaçant sous le vent de certain de ces incinérateurs, nous avons pu mesurer en juillet 2013 des doses radioactives (en μSv/h) certes très faibles, mais huit fois supérieures au fond moyen à Tôkyô depuis le 21 mars 2011, lui-même dix fois supérieur à celui antérieur à la catastrophe de Fukushima no 1.

16 Un mouvement inclusif et non excluant, motivé par la baisse des prix fonciers. Il est difficile selon nous de voir dans la rénovation de ces quartiers un processus de gentrification.

17 Le cahier des charges pour la construction des devantures d’immeubles de Minato Mirai 21, à Yokohama, spécifie ainsi, photos à l’appui, qu’il n’est pas question de reproduire ces superpositions de néons publicitaires multicolores, typiques des quartiers commerciaux des villes japonaises et d’Asie orientale (Minato Mirai 21 chûô chiku toshikeikan keisei gaidorain, 2013 : 34-35).

18 Le ratio diurne-nocturne est ainsi passé pour Tôkyô de 122 % en 2000 à 118 % en 2010. Dans le même temps, celui des départements-dortoirs de Saitama et Chiba passait respectivement de 86,4 % et 87,6 % en 2000 à 88,6 % et 89,5 % en 2010 (Japan Statistical Yearbook 2014). Pour les quartiers centraux de Tôkyô, l’évolution entre 2000 et 2010 est encore plus marquée : 2 374 % à 1 738 % pour Chiyoda, 897 % à 492 % pour Chûô et de 525 % à 432 % pour Minato. Parallèlement, celui de Shinjuku n’évoluait que de 279 % à 229 % (Tôkyô Tôkei Nenkan, 2010). Il y a donc bien un rééquilibrage au profit de l’hypercentre.

19 Nihonbashi chiiki kara hajimaru aratana machizukuri ni mukete, 2008, Tôkyô, Association Nihonbashigawa ni sora wo torimodosu kai, 28 p.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : La zone centrale du port de Tôkyô en 2014. (Source : carte au 30 000e du port de Tôkyô (2013) et relevés personnels de l’auteur (2014).)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28978/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Figure 2 : La zone no 13 en 2014. (Source : Rinkai fukutoshin no machizukuri gaidorain [Schéma d’orientation pour l’aménagement du Rinkai fukutoshin] (révision de juillet 2014) et relevés personnels de l’auteur (2014).)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28978/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Photo 1 : Le front d’eau de Toyosu Lalaport.(Source : l’auteur, 2013.)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28978/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Légende Photo 2 : Le centre de Tôkyô vu de Daiba (Rinkai fukutoshin).(Source : l’auteur, 2007.)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28978/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 226k

Auteur

Géographe, Maître de conférences à l’université de Toulouse-Jean Jaurès et Membre de l’EA 1441 Centre d’études Japonaises.

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search