Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Territoires de l'urbain en Asie

 | 
Manuelle Franck
, 
Thierry Sanjuan

Première partie. Identités et reconfigurations des héritages dans la ville

Les transformations sociales du lilong de Tianzifang à Shanghai

Florence Padovani

Texte intégral

  • 1 Le Règlement pour la planification urbaine de Shanghai (1995) stipule à l’article 14 paragraphe 3  (...)

1À Shanghai, les processus de transformations urbaines à grande échelle datent de la décennie 1990. Lors du voyage de Deng Xiaoping dans le sud du pays en 1992, celui-ci s’est arrêté à Shanghai et a donné le signal d’un renouveau. Après une longue période de mise à l’écart du développement économique, Shanghai a pu de nouveau jouer un rôle de premier plan dans l’économie chinoise. Ce rang que la municipalité veut tenir s’accompagne d’un discours de modernisation et de transformation en profondeur de la ville (Laurens, 2005). Il s’agit de lire dans la nouvelle architecture de la ville son statut de métropole asiatique, dans un premier temps, et très rapidement mondiale. L’Exposition universelle de 2010 a été le point d’orgue de la matérialisation du rôle que Shanghai veut donner à voir au monde (Padovani, 2010). La rénovation urbaine qui est au cœur de cette vision que le discours officiel proclame haut et fort a été accélérée, dès que les autorités ont su que Shanghai accueillerait l’exposition universelle. Les transformations (ou rénovations) urbaines à Shanghai visent les quartiers jugés vétustes, délabrés, avec pour objectifs à la fois de les moderniser et de permettre un accès au confort pour les résidants, et en même temps de donner une belle image de la ville1. En plus de l’argument du confort, s’ajoute celui de la sécurité. Le documentaire filmé par Sylvie Levey en 2007, Shanghai, en attendant le paradis, est très éloquent à ce sujet : il débute par un incendie dans un quartier délabré du centre-ville et se poursuit en montrant la vie communautaire de résidants dans les vieux immeubles de la ville chinoise. Donc, pour les autorités, à un premier niveau de discours, il s’agit de légitimer auprès des populations concernées les processus d’évictions et de relogements. À un second niveau, le discours s’adresse à la population shanghaienne dans son ensemble, il s’agit là de donner une bonne image de la ville à l’international. Les quartiers concernés se situent au cœur de la ville de Shanghai ou en proche périphérie. Ce phénomène n’est pas unique en son genre et d’autres grandes métropoles briguant une reconnaissance internationale ont, elles aussi, dû faire face aux mêmes problèmes posés par la transformation urbaine. L’analyse de la rénovation à Istanbul est à ce titre très intéressante (Pérouse, 2007). Comme à Shanghai, les quartiers les plus ciblés par la rénovation se situent dans le centre historique ou en proche périphérie. Là aussi, les arguments de la modernisation apportant le confort aux résidants et une meilleure image de la ville sont abondamment utilisés pour légitimer la nouvelle politique d’urbanisation (Berry-Chikhaoui, 2007).

  • 2 Selon les chiffres du bureau statistique de Shanghai entre 1995-2005 : 42 millions de mètres carré (...)

2À Shanghai, ce n’est qu’à partir de 1993 que les étrangers ont été autorisés à investir dans l’immobilier et à développer de grands projets. Les premiers à le faire furent des Hongkongais et des Taïwanais, lesquels ont imposé un rythme de développement de plus en plus soutenu (Wu, 2000). Les impératifs financiers, les projets de développement d’infrastructure, les embellissements et les évictions des résidants combinés à une rapidité d’exécution entrent souvent en conflit à plusieurs niveaux d’abord entre les différentes administrations impliquées, puis avec les promoteurs privés qui ont leurs propres vues et bien sûr avec les populations résidentes, installées de longue date ou les migrants économiques qui, ne pouvant se permettre que des loyers modiques, habitent souvent dans des habitats délabrés. Or, ces différents acteurs contribuent tous à construire l’espace urbain. En agissant sur le bâti, les autorités transforment radicalement le paysage urbain mais aussi le tissu social. Selon cette logique, une forme de ségrégation est à l’œuvre visant à attirer les classes aisées dans le centre de la ville, dans des résidences de luxe construites autour de grands centres commerciaux, qui ont remplacé les anciens habitats2. Les prix de l’immobilier devenant d’ailleurs prohibitifs pour les anciens résidants, qui sont eux mis à l’écart, comme ce fut le cas à Xin Tiandi, quartier lui aussi situé dans l’ancienne concession française et première opération immobilière d’envergure (He, 2009).

3À travers le cas de Tianzifang, l’accent est mis sur un quartier situé en plein cœur de Shanghai, dans l’ancienne concession française où subsistent de nombreux habitats anciens (fin xixe-début du xxe siècle), dont la valeur d’attrait touristique est forte. Tianzifang est unique par bien des aspects : d’abord par la lutte longue et difficile menée par les parties prenantes, par la façon dont il a échappé à la démolition et par la façon dont il est ensuite devenu à son tour un modèle de rénovation urbaine.

Quelques éléments introductifs

  • 3 Les lilong sont aussi appelés courées : « Elles sont traversées par un réseau hiérarchisé de voies (...)

4Tianzifang est ce que l’on appelle à Shanghai un lilong3. Il est composé d’un ensemble de petits immeubles de deux étages, dont l’architecture est en briques grises et rouges. Il recouvrait au départ 72 000 m², mais tend aujourd’hui à s’étendre vers l’ouest, incluant d’autres lilong sous le label « Tianzifang ». Il est caractéristique de l’urbanisation à Shanghai à la fin du xixe ou début du xxe siècle. Il est situé aujourd’hui dans l’arrondissement de Luwan, au sud-ouest du centre de la ville de Shanghai, mais, à l’époque de sa construction, il faisait partie de la concession française. Dans cette dernière se trouvent de nombreuses zones de préservation patrimoniale, dont l’ancienne résidence de Zhou Enlai ou celle de Sun Yat-sen, toutes les deux situées dans une petite rue non loin de Tianzifang (rue Sinan). Xin Tiandi, autre lilong déjà évoqué, et reconverti en résidences de luxe ainsi qu’en zone de loisirs, se situe aussi sur le territoire administré par l’arrondissement de Luwan. Le succès de cette rénovation urbaine délicate – le bâtiment ayant accueilli le premier congrès du Parti communiste chinois est intégré au périmètre de Xin Tiandi – a amené les autorités à la prendre comme modèle pour les transformations qui ont suivi.

  • 4 Il s’agissait même du bâti le plus répandu avant la rénovation urbaine des années 2000. En 1949, e (...)

5À la fin du xixe siècle, les lilong sont nés dans un contexte d’industrialisation très dynamique. Il s’agissait d’une opération immobilière, qui visait à construire des bâtiments assez bon marché destinés à accueillir la main-d’œuvre ouvrière travaillant dans les petites unités de production installées le long des voies d’eau sillonnant Shanghai à l’époque. Les lilong ne couvraient donc pas uniquement une partie de la concession française, mais aussi le reste de Shanghai à quelques nuances de style près4. La construction de Tianzifang, quant à elle, est assez récente, puisqu’elle date de 1930. De petits fonctionnaires, des artistes et des enseignants ont ainsi profité de ces logements à moindre coût pour s’y installer. L’organisation physique des lilong implique des contraintes spatiales et donc sociales très importantes. Dans les faits, l’usage d’une cuisine ou d’une salle de bains en commun provoque un sens du collectif très fort. Dans son documentaire, Sylvie Levey montre bien combien il est difficile pour les résidants de se séparer après avoir vécu pendant plusieurs générations dans une promiscuité qui crée des liens.

6Aujourd’hui, Luwan est considéré comme un arrondissement ayant un charme nostalgique particulier, c’est aussi un périmètre qui attire les promoteurs immobiliers voulant profiter de l’aubaine. Tirant bénéfice de la politique de développement, des promoteurs privés alliés aux autorités locales ont saisi l’occasion pour se lancer dans de grands programmes de modernisation de l’arrondissement. Tianzifang en faisait partie.

7Tianzifang est enserré entre la rue Jianguo (Centre) au nord, rue assez étroite à sens unique (à deux voies) bordée de platanes qui est très passante, la petite rue Taikang au sud, à sens unique et qui n’était pas très fréquentée avant le succès de Tianzifang, la rue Ruijin (Sud), artère importante à l’ouest – elle aussi à sens unique, à double voies et bordée de platanes –, enfin la petite rue Sinan à l’est comparativement peu fréquentée – elle est aussi à sens unique, à voie unique et bordée de platanes. Un peu plus au sud, se trouve la rue Zhaojiabang, l’un des grands axes de la municipalité avec ses six voies. Celle-ci se situe à l’emplacement d’une ancienne voie d’eau qui servait au transport fluvial des marchandises produites dans les petites usines la bordant. Aujourd’hui recouverte, elle continue à jouer un rôle important dans le transport shanghaien.

Les acteurs de la transformation de Tianzifang

8En 1949, une première mutation importante eut lieu, quand le gouvernement communiste redistribua les logements dans les lilong contre un loyer modique, ce qui provoqua un grave problème de surpopulation. Là où une seule famille vivait confortablement, quatre ou cinq ont dû partager le même espace engendrant une promiscuité et une dégradation des lieux. La trame sociale existante fut détruite et une nouvelle population s’installa. À Tianzifang, une première destruction de plusieurs ruelles du lilong eut lieu à cette époque pour laisser la place à six petites usines (pièces détachées d’horlogerie, hangars, mise en boîte de produits alimentaires). Ces bâtiments ne sont pas très hauts. La fabrique de produits alimentaires qui accueille aujourd’hui une galerie de photos (Deke-Erh) a deux étages. Le plus haut bâtiment comprend cinq étages. Les ouvriers logeaient sur place dans les petits appartements alloués par le gouvernement.

9À la fin de la décennie 1980 et surtout pendant la suivante, les unités de production, contrôlées par l’État, qui n’étaient pas rentables, ont été fermées ou ont dû se reconvertir. C’est ainsi que les six petites unités installées à Tianzifang durent déposer le bilan dans les années 1990. Les ouvriers qui le souhaitaient ont pu acheter leur logement à des prix préférentiels. Les usines furent donc désaffectées, mais la plupart des résidants ont choisi de rester sur place. Ayant des revenus modestes, ils ne pouvaient pas acheter de logement dans les nouvelles résidences qui commençaient à sortir de terre.

10Rappelons toutefois qu’à Shanghai, comme dans les autres villes chinoises, l’État reste le propriétaire du sol, les individus, les unités de travail ou les sociétés privées n’ont donc qu’un droit d’usage. Dans le cas des lilong, qui sont souvent surpeuplés, les droits de propriété sont donc très fragmentés.

  • 5 Huang Yongyu est né en 1924, c’est un écrivain et un peintre de renom. Après avoir subi les attaqu (...)

11Rapidement, des artistes se sont montrés intéressés par l’espace demeuré vacant et ils ont pu louer à prix modique les anciens sites industriels pour y installer leurs ateliers. L’un de ces artistes célèbres, Huang Yongyu5, a donné à ce lieu le nom d’un peintre de l’antiquité chinoise tombé aujourd’hui dans l’oubli : Tianzifang. Il donnait ainsi une tonalité artistique, qui sera la marque de fabrique du lieu. Le fait que ce soit un artiste aussi renommé qui ait baptisé le lilong lui donne une légitimité artistique aux yeux des connaisseurs mais aussi des autorités de la municipalité. Notons que, jusqu’en 2008, aucun texte officiel n’utilisait la dénomination de Tianzifang mais plutôt celle de la rue « Taikang lu » et ce n’est qu’une fois que les autorités ont reconnu l’identité propre du lieu que le nom de « Tianzifang » apparut.

12La communauté des résidants de Tianzifang se transforme donc à nouveau. À la fin des années 1990 sont installés des résidants de longue date, ainsi que des migrants économiques qui sous-louent en général une pièce. À ceux-ci s’ajoutent des artistes. Les migrants économiques font partie du paysage urbain depuis le début des années 1990, mais les artistes sont des acteurs un peu différents. Parmi eux, certains ont une certaine notoriété comme Huang Yongyu – mentionné plus haut – ou Chen Yifei, photographe renommé, qui a fait un long séjour en Amérique du Nord, où il a découvert la transformation d’anciennes usines en galerie d’art. Il va beaucoup œuvrer pour l’installation des artistes à Tianzifang. En 2004, on estime que 18 000 m2 d’espace industriel de Tianzifang ont été reconvertis en studio, en galerie, en atelier d’artistes ou bureaux d’architectes d’intérieur, soit la quasi-totalité de l’espace disponible (Wang Wei-hsin, 2011). Dès l’origine, ce qui marque l’originalité de Tianzifang, c’est que se côtoient dans un périmètre limité les artistes et les résidants. Dans d’autres lieux où les artistes se sont installés à Shanghai comme Suzhou Creek ou Red House, il n’y avait pas d’habitants, c’était uniquement des structures industrielles abandonnées.

La lutte pour la survie de Tianzifang

  • 6 « En Chine en 2010, les revenus tirés d’opérations immobilières représentent 1/3 du revenu nationa (...)

13Devant l’afflux d’artistes à Tianzifang, cherchant à la fois un lieu source d’inspiration et un loyer modeste, des négociations s’engagèrent avec les résidants. Ceci était particulièrement difficile, puisque, d’un côté, les règlements interdisent de changer la fonction d’occupation des sols et que, d’autre part, à cause du nombre important de propriétaires pour un petit espace, il était difficile de trouver un accord. Parallèlement, dans un souci de construire une image plus moderne de Shanghai, et aussi de réaliser une opération financière intéressante6, les autorités municipales vendirent à une société immobilière hongkongaise : ShuiOn Land, la même que celle qui avait conçu Xin Tiandi, plusieurs lilong, dont Tianzifang, pour construire de grands immeubles de luxe, ainsi qu’un centre commercial. C’est de cette bataille pour sa survie que naquit le lieu tel qu’il est aujourd’hui.

  • 7 Comme par exemple Chen Yingfang, sociologue, alors professeur à l’université normale de la Chine d (...)

14Une mobilisation des artistes mais aussi des chercheurs7 et même des cadres politiques eut lieu sous différentes formes pour dénoncer les destructions massives du patrimoine local. Le débat, parfois violent, n’eut pas une grande visibilité médiatique. Les résidants s’impliquèrent très peu et, même s’ils étaient les premiers concernés, ils n’ont pas organisé de mouvement revendicatif. Ils sont apparus comme captifs d’une dynamique qu’ils ne pouvaient pas arrêter. Mis à distance des débats, ils étaient destinés à être évincés à des fins de revalorisation de l’arrondissement. Initié par les pouvoirs publics, et par les promoteurs privés, ce grand projet de démolition de Tianzifang et de développement, sur un modèle similaire à celui de Xin Tiandi, avait pour but de transformer totalement le quartier en réaffectant les espaces.

15Tianzifang commençait à être connu, mais sa situation restait précaire. Finalement, comme les prix de l’immobilier se sont effondrés lors de la crise asiatique en 1997, tous les grands projets immobiliers ont été ajournés ou révisés dans des proportions plus modestes. Tianzifang en bénéficia et fut donc épargné. À partir de 2004, un accord a été scellé entre les différents acteurs (artistes, entrepreneurs et fonctionnaires de l’arrondissement) permettant de sauver Tianzifang, mais en contrepartie de nouvelles structures d’encadrement furent créées pour superviser son développement. L’implication des autorités municipales marqua un tournant dans le l’évolution du site. En 2005, Tianzifang fut nommé « la meilleure zone industrielle créative de Shanghai ».

Les conséquences pour les résidants

  • 8 On retrouve cette histoire dans le Quotidien du Peuple, 11.09.2006 ou dans le Shanghai Business Da (...)

16À partir de 2004, certains résidants ont commencé à louer leur logement à des artistes ou à des entrepreneurs. De plus en plus de cafés, restaurants, boutiques de souvenirs se sont installés à Tianzifang. Pour les résidants qui souhaitaient déménager pour un environnement moins confiné, l’occasion était trop belle pour la laisser passer. Nombre de personnes ont donc quitté les lieux, spécialement ceux qui habitaient au rez-de-chaussée ou au premier étage. Pour ceux du second, c’était, et c’est toujours, assez difficile de trouver preneur. Devant la complexité pour établir un bail avec plusieurs propriétaires par étage, et pour prévenir les litiges possibles, un comité de gestion a été créé en 2004. On assiste donc dans le cas de Tianzifang à un phénomène rare de résidants qui quittent volontairement leur logement et reçoivent même un loyer mensuel non négligeable. Dans la plupart des cas, les résidents sont déplacés sous la contrainte et ne reçoivent qu’une indemnité forfaitaire. Les journaux shanghaiens ont rapporté que le premier résidant à se lancer dans l’aventure fit quelques travaux dans son appartement et, avant même d’avoir achevé ces travaux, un créateur de mode lui proposa 4 000 yuans par mois de loyer, plus 1 500 yuans de salaire pour qu’il travaille pour lui comme employé, ce qui représentait plus de dix fois son revenu mensuel8. Aujourd’hui, les prix ne cessent d’augmenter et 40 m2 dans l’allée principale peuvent se louer pour un maximum de 40 000 yuans par mois.

  • 9 Résultats d’une enquête d’opinion diligentée par le comité de quartier du district de Luwan en 201 (...)

17La créativité de Tianzifang et sa reconnaissance officielle ont apporté une grande vitalité à la communauté, ainsi qu’une augmentation substantielle des revenus des habitants. Au départ, la ruelle concernée était au no 210 de la rue Taikang. Par la suite, l’appellation Tianzifang a été étendue à un périmètre plus large et, aujourd’hui, trois ruelles sont englobées : les no 210, 248 et 274 de la rue Taikang. En 2011, la proportion de locaux loués était de 75 % au no 210, où il n’y a que des petits immeubles de logements, 78 % au no 248 et dans la troisième et dernière, partie développée plus récemment, située plus à l’ouest seulement 28 %9. Au total, 45 % des familles interrogées ont choisi de rester vivre sur place, 37 % ont loué leur appartement et 17 % sont devenues entrepreneurs (1 % n’ont pas pu répondre au questionnaire). Sur les 301 familles qui habitent sur place, 114 souhaiteraient pouvoir trouver un locataire, 34 voudraient partir, 97 veulent rester et 75 ne sont pas très sûres. Ces chiffres montrent que le développement de Tianzifang est vivement souhaité par les résidents et que la transformation sociale va inévitablement se poursuivre. Les résidents dont les revenus augmentent se trouvent aussi en position de choix, surtout pour ceux qui sont au rez-de-chaussée. La trame sociale change à nouveau sous la pression de la rénovation urbaine. Parallèlement à cette métamorphose, la densité de population diminuant, les bâtiments devraient pouvoir être mieux entretenus ; toutefois, lors des travaux pour l’implantation de boutiques ou de restaurants, peu de contrôles sont effectués et certains redoutent que les maisons ne s’effondrent. C’est la conséquence du fait que la conservation du patrimoine n’est pas inscrite comme une priorité.

18Ce phénomène d’intégration de résidants, d’artistes et de commerçants est unique à Shanghai et contribue à l’attrait de ce lieu. Les touristes, d’ailleurs en majorité chinois, viennent se promener dans les ruelles en faisant une relecture sélective de l’histoire locale à travers une reconstruction aseptisée d’un lieu de vie que nous avons décrit plus haut comme manquant de tout confort moderne. Pour autant, ce succès ne va pas sans poser quelques problèmes.

  • 10 Entretien effectué en 2010.
  • 11 Constaté par l’auteur en avril 2008.

19Lors d’entretiens effectués entre 2005 et 2012, certains résidents au premier ou surtout au deuxième étages se sont plaints de ne pas trouver de locataire et de subir les assauts de touristes les considérant comme des curiosités. Autre sujet de récrimination, les petits commerces de proximité, le grand marché au bout de la rue Taikang, les petits coiffeurs, cordonniers, vitriers… ont disparu pour laisser la place à des boutiques beaucoup plus luxueuses. Mme Li, retraitée, se plaint : « avant, j’allais faire mon marché tous les matins et on se retrouvait entre nous, on bavardait en achetant les légumes. Maintenant, le nouveau marché est plus petit, il n’y a plus de services comme avant et puis c’est beaucoup plus cher. Il n’y a plus que des boutiques à la mode, c’est bon pour les jeunes et les étrangers, pas pour des gens comme nous !10 » Le tissu informel est en grande partie détruit, ce qui n’est pas sans poser des difficultés pour la vie quotidienne des résidants. Pour M. Huang, retraité, « je ne peux sortir que très tôt le matin, sinon je n’ai pas un moment de répit, ils veulent tous me prendre en photo et ils font tellement de bruit que mon oiseau a peur. Le soir, ce sont des cris et du bruit jusque très tard. Si je pouvais, je déménagerais le plus vite possible. C’est pas une vie ! ». Des disputes entre les résidents, les propriétaires des bars et parfois les clients ont lieu de temps en temps, forçant les vigiles et le comité de quartier à intervenir. Même s’il n’y a pas de manifestation devant le comité de l’arrondissement de Luwan, certains résidents, du troisième étage, avaient tendu des banderoles dénonçant les changements auxquels ils étaient confrontés11. Il y a donc des résistances sporadiques, mais qui n’ont pas beaucoup d’impact sur le développement de Tianzifang.

  • 12 Entretien effectué en mai 2012.

20Toutefois, le mouvement de départ des résidents s’accélère, ils étaient 670 familles il y a huit ans et ne seraient aujourd’hui que 80 à rester, dont une majorité de personnes âgées. Depuis 2011 sont apparus, au fond des allées commerçantes, des panneaux en chinois et en anglais indiquant que les visiteurs ne devaient pas pénétrer plus loin ou bien que les photos étaient interdites après cette limite. De petites guérites ont été installées aux entrées des allées pour les vigiles en faction. Des barrières ont été mises pour empêcher les véhicules et même les bicyclettes de rentrer. Mme Huang, 83 ans, raconte : « j’ai toujours vécu ici depuis mon mariage. » Actuellement, ils sont sept membres de la famille dans une petite maison traditionnelle (shikumen). « Sur la terrasse où je fais sécher mon linge, les gens viennent pour prendre des photos. Quand on prend le déjeuner au rez-de-chaussée, il y a même des touristes qui poussent la porte pour prendre des photos ! » Elle voudrait rester, mais ses enfants sont divisés. Sa belle-fille a proposé d’ouvrir une boutique au rez-de-chaussée en espérant ainsi tirer bénéfice du flot de touristes qui passent sous leurs fenêtres12.

  • 13 Compte rendu de l’enquête dans l’article suivant (en chinois), « Pourquoi est-ce que Tianzifang s’ (...)

21Fin 2012, une enquête13 menée auprès des touristes visitant Tianzifang a montré qu’il était classé dernier parmi les sites shanghaiens. Après huit ans de développement, le bilan est mitigé. Mlle Wu, taïwanaise, explique ainsi son sentiment : « Lors de ma première visite, quand on prenait un café dans une allée, on pouvait voir des résidents passer à vélo avec leurs légumes tout juste achetés. Ce passage du passé récent était tout à fait fascinant. […] Depuis deux ans, le nombre de visiteurs quotidiens a beaucoup augmenté. À l’intérieur de Tianzifang, les gens se bousculent et se poussent pour avancer. »

22Faire cohabiter les artistes et les résidents dans un même lieu semblait à l’origine un bon projet, mais il paraît être victime de son succès. Nous avons vu que les résidents sont pris dans une contradiction entre ceux qui bénéficient d’un revenu confortable et les autres dont la qualité de vie au quotidien s’est détériorée. En ce qui concerne les artistes, ceux qui ont permis à Tianzifang d’exister, ils ont commencé à partir. Les loyers sont devenus trop élevés, les touristes passent souvent rapidement sans faire d’achat et puis la concurrence est de plus en plus importante.

À travers Tianzifang, c’est tout un arrondissement qui se transforme

23Comme l’ont fait remarquer amèrement certains résidents, les environs du lilong ont changé. La rue Taikang était jusqu’au début des années 2000 une rue paisible à sens unique, étroite, bordée de platanes. Des deux côtés de rue en allant d’ouest en est, il y avait des échoppes « ordinaires » avec le vitrier, la matelassière, le coiffeur pouvant accueillir un client à la fois, un marché couvert sur deux étages avec fruits et légumes au rez-de-chaussée et volailles et poissons vivants au premier, une marchande de petits pains à la vapeur, un horloger, une supérette. Tous ces commerçants habitaient sur place à Tianzifang ou à proximité. Tous se connaissaient et il y avait de forts liens qui les unissaient dans une vie de quartier intense. Au fur et à mesure de l’évolution de Tianzifang, ces commerces ont laissé la place à des boutiques de plus en plus haut de gamme faites pour plaire aux touristes de passage. Multiplication des magasins vendant du thé et offrant des initiations à la cérémonie du thé, boutiques de vêtements chics (beaucoup de cachemire), galerie vendant des photos de Shanghai. On comprend que cette forme de développement ne satisfasse pas les riverains, obligés de faire leurs courses plus loin et de voir leurs habitudes changées. Tout l’espace est dédié aux touristes de passage.

24En face de Tianzifang, toujours dans la rue Taikang, en contre-point, le lilong de Xin Xili a été complètement détruit pour laisser la place à plusieurs immeubles de haut standing, ainsi qu’une galerie commerçante comportant restaurants, banques, cinémas, boutiques variées. Les anciens résidants ont été délogés par la police et envoyés en grande banlieue.

25Dans l’optique de rendre l’accès à Tianzifang plus facile, une station de métro (ligne 9) a été créée juste avant l’ouverture de l’Exposition universelle, avec une sortie en face de l’entrée principale de Tianzifang. Dans Tianzifang lui-même, les ruelles ont été rénovées, des toilettes publiques ont été ajoutées et les cuisines communes ont été, pour certaines, rénovées. Certes, les poubelles sont toujours présentes aux carrefours des ruelles et certains se sont plaints des souris et des cafards, mais le lieu est tout de même beaucoup plus propre qu’avant. Dans les points positifs, on constate aussi que nombre de propriétaires ont choisi soit d’ouvrir leur propre boutique et de devenir ainsi entrepreneurs, soit de travailler sur place.

  • 14 Yung, Esther Hiu Kwan, Chan, Edwin Hon Wan, et Ying Xu (2011) et UN-Habitat (2008).

26Arrivé à un certain point, le développement durable14, permettant de mener de front le développement social, économique et la protection des monuments historiques, paraît intenable. Tianzifang semble avoir atteint aujourd’hui ce point où l’un des éléments ou plusieurs se trouvent lésés. Tianzifang, au début, a été sauvé par un regroupement spontané d’artistes et d’autres acteurs se sentant impliqués. Or, aujourd’hui, les artistes commencent à partir, les résidents qui le peuvent aussi et ce sont les commerçants qui les remplacent. Les ruelles se retrouvent saturées par les flots de touristes faisant disparaître petit à petit ce qui faisait le caractère unique du lieu : du bâti ancien avec des résidents continuant à vivre sur place. Le bâti d’ailleurs a subi nombre de modifications pour permettre la création des galeries et des boutiques. Tianzifang est aujourd’hui victime de son succès et devient petit à petit comme les autres villages ou enclaves historiques en Chine : un espace de loisirs recomposé avec un parfum désuet, où l’on peut acheter les mêmes souvenirs qu’ailleurs.

27En d’autres termes, le but ultime des dirigeants de l’arrondissement de Luwan avec l’accord des autorités supérieures est de remodeler fondamentalement le paysage urbain, tout en utilisant les occasions qui s’offrent à elles. Celles-ci contribuent à une réorganisation des fonctions et une remise en ordre du tissu social. Ici, les résidents ne sont pas chassés mais peu à peu s’éloignent, et le processus de gentrification continue inexorablement. Cela permet de produire des citadins aux normes d’une ville internationale digne de ce nom et de donner ainsi une image flatteuse de la métropole shanghaienne.

Bibliographie

Références bibliographiques

Benghozi, Pierre-Jean, 2006, « Mutations et articulations contemporaines des industries culturelles », Création et diversité au miroir des industries culturelles, p. 129-152.

Berry-Chikaoui, Isabelle, et al., 2007, Villes internationales, La Découverte, p. 328.

Chen, Yingfang, 2008, « Chengshi kaifa de zhengdangxing weiji yu helixing kongjian » [La crise actuelle du développement urbain et la rationalité de l’espace], Pékin, Recherches sociologiques, vol. 3, p. 29-55.

Chen, Yingfang, 2009, « Légitimité, rationalité et stratégies politiques : les fondements du miracle urbain chinois », Terrains et travaux, no 16, p. 97-135.

Cheng, Chi-Hui, 2002, Xintiandi. Shanghai in the changing track : case study of the block renovation in Tai-Ping Bridge area in Shanghai, Taipei, mémoire de master, National Taiwan University, p. 90.

Fan, Wenbing, 2004, Shanghai lilong de baocun yu gengxin [The Conservation and Renewal of lilong in Shanghai], Shanghai, Shanghai Science Publishing Company, p. 263.

Guo, Xinyang, 2005, Laofangzi biancheng miaolin shaonü [Les villes maisons deviennent de « belles jeunes femmes »], Xinmin Wanbao, 22 août, p. 21.

He, Shenjing, et Fulong Wu, 2005, « Property-led Redevelopment Case Study of Xintiandi Redevelopment Project in Shanghai », Journal of Urban Affairs, vol. 27, no 1, p. 1-23.

He, Shenjing, 2007, « State-sponsored Gentrification Under Market Transition : The Case of Shanghai », Urban Affairs Review, vol. 43, no 2, p. 171-198.

Yung, Esther Hiu Kwan, Chan, Edwin Hon Wan, et Ying Xu, 2011, « Sustainable development and the Rehabilitation of a Historic urban District – Social Sustainability in the Case of Tianzifang in Shanghai », Sustainable Development. En ligne : http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/sd.534/pdf.

Hui, Xiaoxi, 2009, The Chinese housing reform and the following new urban question, Amsterdam, communication lors du 4e colloque international du Forum international sur l’urbanisme, The 4th International Conference of the International Forum on Urbanism. En ligne : http://newurbanquestion.ifou.org/proceedings/3%20The%20Urbanized%20Society/full%20papers/B008_Xiaoxi_The%20Chinese%20Housing%20Reform%20and%20the%20following%20New%20Urban%20Questions-fullpaper_revised.pdf.

Ji, Haiying, 2004, Zoujin tianzifang [Entrer dans Tianzifang], Xinmin Wanbao, 25 mai, p. 9.

Laurans, Valérie, 2005, « Shanghai : l’argument du confort pour déplacer les résidents urbains », Perspectives chinoises, no 87, http://perspectiveschinoises.revues.org : 688.

Levey, Sylvie, 2007, Shanghai, en attendant le paradis, Paris, Artline Film, 92 mn.

Ley, David, 2003, Artists, aestheticisation and the field of gentrification, Urban Studies, vol. 40, no 12, p. 2527-2544.

Lorrain, Dominique, 2011, Métropoles XXL en pays émergents, Paris, Presses de Sciences Po, p. 410.

Ning, Yuemin, 1998, « City Planning and Urban Construction in the Shanghai Metropolitan Area », dans Foster, Harold D., David Chuenyan Lai et Naisheng Zhou (dir.), The Dragon’s Head : Shanghai, China’s Emerging Megacity, Victoria, Western Geographical Press, p. 229-245.

Padovani, Florence, 2010, « Premières impressions sur l’Exposition universelle de Shanghai », EchoGéo, http://echogeo.revues.org/12139.

Pan, Tianshu, 2004, « Historical Memory, Community Building and Place-making in Neighborhood Shanghai », dans Ma, Laurence J. C., et Fulong Wu (dir.), Restructuring the Chinese City, Londres et New York, Routledge, p. 122-137.

Pérouse, Jean-François, 2007, « Istanbul, entre Paris et Dubaï : mise en conformité “internationale”, nettoyage et résistances », dans Berry-Chikhaoui, Isabelle, et al., Villes internationales, Paris, La Découverte, p. 31-62.

Regulations of Shanghai Municipality on City Planning (http://www.asianlii.org/cn/legis/cen/laws/rosmocp507), 15.07.1995.

Ren, Xuefei, 2008, « Forward to the Past : Historical Preservation in Globalizing Shanghai », City and Community, no 7, 1er mars, p. 19.

Rutcosky, Kori, 2007, Adaptive Reuse as Sustainable Architecture in Contemporary Shanghai, Lund, mémoire de master, Lund University, p. 48.

Sanjuan, Thierry (dir.), 2006, Le Dictionnaire de la Chine contemporaine, Paris, Armand Colin, p. 320.

SCIC (Shanghai Creative Industry Center), 2006, Shanghai Creative Industries development Report, Shanghai, Shanghai scientific and technological literature publishing house, p. 244.

Shanghai shi chengshi fangwu chaiqian guanli shishi xize [Gestion du déplacement des résidents urbains de la ville de Shanghai. Réglementation détaillée de mise en vigueur], 2001 (http://www.shanghai.gov.cn/shanghai/node2314/node3124/node3177/node3180/userobject6ai1072.html), 01.10.2001.

Shanghai shi fangwu tudi ziyuan guanli ju [Bureau de la gestion des terrains et des bâtiments de la municipalité de Shanghai], 2002, Shanghai shi lishi wenhua fengmao qu he youxiu lishi jianzhu baohu tiaoli, 2002 [Réglementation de la préservation des secteurs à caractère historique et culturel et de l’architecture historique éminente de la ville de Shanghai, 2002] ( http://www.shanghai.gov.cn/shanghai/node2314/node3124/node3177/node3181/u6ai1126.html), 25.07.2002.

Slater, Tom, 2006, « The Eviction of Critical Perspectives from Gentrification Research », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 30, no 4, p. 737-757.

Tsai, Wan-Lin, 2008, The Redevelopment and Preservation of Historic Lilong Housing in Shanghai, Philadelphie, mémoire de master, University of Pensylvania, p. 90.

UN-Habitat, 2008, Best Practices on Social Sustainability in Historic Districts, Nairobi, United Nations-Human Settlements Programme, UN-Habitat et Unesco,, En ligne : http://unesdoc.unesco.org/images/0017/001784/178405e.pdf, p. 88.

Wang, Jieqiong, et Yao Zigang, 2009, Preservation and Regeneration via Haipai Cultural Renaissance – A Case Study of Tianzifang Creative Quarter in Shanghai, Amsterdam, communication au 4e colloque du Forum international sur l’urbanisme. En ligne : http://newurbanquestion.ifou.org/proceedings/3%20The%20Urbanized%20Society/full%20papers/B0241_Wang_Jieqiong_Preservation%20and%20Regeneration%20via%20Hai%20Pai%20Culture%20Renaissance_Reviewed.pdf, p. 12.

Wang, Jun, 2012, « Evolution of Cultural Clusters in China. Comparative Study of Beijing and Shanghai », Architectori. ca, no 2, p. 148-159.

Wang, Jun, et Shaojun Li, 2009, « The rhetoric and reality of culture-led urban regeneration – a comparison of Beijing and Shanghai, China », Amsterdam, communication au 4e colloque du Forum international sur l’urbanisme. En ligne : http://ifou.org/conferences/2009delft/proceedings/6%20The%20Design%20of %20the %20New %20Urban %20Space/full %20papers/D052_WANG_JUN_rhetoric %20and %20reality %20in %20culture-led %20regeneration.pdf, p. 14.

Wang, Jun, 2009, « “Art in capital” : Shaping distinctiveness in a culture-led urban regeneration project in Red Town, Shanghai », Cities, vol. 26, no 6, p. 318-330.

Wang, Wei-hsin, 2011, « Commercial Gentrification and Entrepreneurial Governance in Shanghai : A Case Study of Taikang Road Creative Cluster », Urban Policy and Research, vol. 29, no 4, p. 363-380.

Wu, Weiping, 2004, « Cultural strategies in Shanghai : regenerating cosmopolitanism in an era of globalization », Progress in planning, no 61, p. 159-180.

Wu, Fulong, 2000, « The Global and Local Dimensions of Place-making : Rethinking Shanghai as a World City », Urban Studies, vol. 37, no 8, p. 1359-1377.

Xu, Yincai, 2011, Shanghai Tianzifang de qianshi jinsheng, [Tianzifang d’hier et d’aujourd’hui], (http://blog.sina.com.cn/s/blog_517081ff0100pgnr.html), 17.02.2011.

Yu, Hai, 2011, Jiucheng genge xinxushi de quanliweidu he linian weidu – yi shanghai tianzifangweili [Le concept et le pouvoir de rénovation des anciens habitats : le cas de Tianzifang à Shanghai], Nanjingshehuikexue [Journal des sciences sociales de Nankin], vol. 4, p. 23-29.

Yin, Xiaoting, 2012, Trends of Preserving Historic Districts, Perm, communication du 48e congrès d’Isocarp. En ligne : http://www.isocarp.net/Data/case_studies/2078.pdf, p.12.

Zheng, Jane, 2011, « “Creative Industry Clusters” and the “Entrepreneurial City” of Shanghai », Urban Studies, vol. 48, no 16, p. 1-22.

Zheng, Jane, 2010, « The “entrepreneurial state” in “creative industry cluster” development in Shanghai », Journal of Urban Affairs, no 32, p. 143– 170.

Zhao, Chunlan, 2004, « From shikumen to new-style : a rereading of lilong housing in modern Shanghai », The Journal of Architecture, no 9, p. 49-76.

Zhu, Songlin, 2009, Jiedu Tianzifang. Woguo chengshi de ketexu fazhan moshi de tansuo [Décripter Tianzifang. Exploration d’un modèle dans une ville en développement continu], Shanghai, Wenhui chubanshe, p. 171.

Zukin, Sharon, 2009, « New Retail Capital and Neighborhood Change : Boutiques and Gentrification in New York City », City and Community, vol. 8, no 1, p. 47-64.

Notes

1 Le Règlement pour la planification urbaine de Shanghai (1995) stipule à l’article 14 paragraphe 3 : « La rénovation urbaine dans les vieux quartiers doit se concentrer sur les zones à haute concentration d’habitat délabré, temporaires et de décharges, ainsi que sur les zones qui ne bénéficient pas d’installations publiques. »

2 Selon les chiffres du bureau statistique de Shanghai entre 1995-2005 : 42 millions de mètres carrés de bâti ont été détruits et 820 458 familles ont été déplacées. Sur la même période, voir He, 2007.

3 Les lilong sont aussi appelés courées : « Elles sont traversées par un réseau hiérarchisé de voies internes, lui-même isolé des grandes artères de la ville par des commerces ou des murs que ponctuent seuls quelques porches ou portes. » (Sanjuan, 2006 : 56-57.)

4 Il s’agissait même du bâti le plus répandu avant la rénovation urbaine des années 2000. En 1949, elle représentait 69 % du bâti (Fan, 2004).

5 Huang Yongyu est né en 1924, c’est un écrivain et un peintre de renom. Après avoir subi les attaques de la Révolution culturelle, il a repris ses activités artistiques de calligraphie et de gravures sur bois.

6 « En Chine en 2010, les revenus tirés d’opérations immobilières représentent 1/3 du revenu national. » (Yu, Hai : 24.)

7 Comme par exemple Chen Yingfang, sociologue, alors professeur à l’université normale de la Chine de l’Est (2008, 2009), ou Yu Hai (2011).

8 On retrouve cette histoire dans le Quotidien du Peuple, 11.09.2006 ou dans le Shanghai Business Daily, 19.09.2006.

9 Résultats d’une enquête d’opinion diligentée par le comité de quartier du district de Luwan en 2010 auprès des 671 familles habitant dans le périmètre de Tianzifang. L’étude en elle-même n’a pas été publiée, mais des extraits sont accessibles sur le blog de Xu Yincai Tianzifang d’hier et d’aujourd’hui (http://blog.sina.com.cn/s/blog_517081ff0100pgnr.html).

10 Entretien effectué en 2010.

11 Constaté par l’auteur en avril 2008.

12 Entretien effectué en mai 2012.

13 Compte rendu de l’enquête dans l’article suivant (en chinois), « Pourquoi est-ce que Tianzifang s’est transformé en quartier 3A le moins satisfaisant ? », Jiefang ribao [Quotidien de la libération], 22.03.2013 (http://www.jfdaily.com/a/5553919.htm).

14 Yung, Esther Hiu Kwan, Chan, Edwin Hon Wan, et Ying Xu (2011) et UN-Habitat (2008).

Auteur

Sociologue, Maître de conférences à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Membre de l’UMR 8586 Prodig.

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540