Version classiqueVersion mobile

Territoires de l'urbain en Asie

 | 
Manuelle Franck
, 
Thierry Sanjuan

Première partie. Identités et reconfigurations des héritages dans la ville

Citadelle, quartier hyperdense… et enfin parc : la « cité murée » de Kowloon (Hong Kong), espace de négociation et emblème identitaire

Adèle Esposito

Texte intégral

  • 1 Les Nouveaux Territoires de Hong Kong comprennent une partie de la péninsule de Kowloon, ainsi que (...)

1La « cité murée » de Kowloon est un lieu emblématique de l’opposition chinoise à la colonisation britannique de Hong Kong. Forteresse, enclos muré renfermant un village, haut lieu de la culture chinoise au xixe siècle, elle fait l’objet d’un conflit diplomatique entre les gouvernements britannique et chinois, qui se disputent la juridiction de ce site à la suite de l’intégration des « Nouveaux Territoires » de Hong Kong dans l’empire britannique en 18991. Son statut incertain a comme conséquence l’absence de contrôle institutionnel sur la cité. De ce fait, dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, elle accueille une population migrante du continent chinois, ainsi que de nombreuses activités illégales. À la fin des années 1970, la cité est le quartier le plus dense de Hong Kong : sa population est comprise entre 33 000 et 40 000 habitants pour une surface de moins de trois hectares. Dans le cadre des négociations qui amènent à la rétrocession de Hong Kong à la République populaire de Chine, les gouvernements britannique et chinois prennent la décision conjointe en 1984 de démolir entièrement la cité. La destruction, entre 1992 et 1993, est suivie de l’aménagement d’un parc public, The Kowloon Walled City Park, qui est inspiré de l’art des anciens jardins des lettrés chinois.

2La cité murée de Kowloon a fait l’objet de nombreuses études, qui ont vu le jour surtout à partir de la fin des années 1970. Dans un premier temps, qui a précédé et a suivi immédiatement sa démolition, des chercheurs (Miyamoto, 2000) et des architectes (Ho et Suenn, 1992) se sont mobilisés pour mettre en avant les qualités socio-spatiales de la cité et, éventuellement, pour proposer des solutions d’aménagement qui conservent, au moins en partie, les bâtiments. D’autres travaux (Sinn, 1987) ont retracé son histoire, en mettant l’accent sur le conflit diplomatique entre la Chine et le Royaume-Uni, et sur le phénomène de marginalisation de cette enclave (Seth, 2000). Des recherches plus récentes (Padua, 2010 ; Nixon Chen, 2013) ont interrogé le rôle de la cité et, en particulier, de son aménagement actuel, dans la construction d’une mémoire historique à Hong Kong. Ces travaux, ainsi que les analyses menées par de jeunes architectes (Nuttaphol, 2002 ; Hueng, 2013) ont durement critiqué le projet de parc, qui a été décrit comme un espace déconnecté de son environnement urbain (Hueng, 2013), empruntant des références exogènes aux héritages de Hong Kong (Padua, 2010) et adaptant de façon irrespectueuse un modèle hérité (Nuttaphol, 2002).

3Cet article étudie les représentations de l’histoire, de la culture et de l’identité de Hong Kong qui ont été inspirées par la cité murée. Ces représentations ont été élaborées par plusieurs catégories d’acteurs (institutions, architectes et chercheurs, membres de la communauté, départements de la ville de Hong Kong). Ces représentations n’ont pas seulement comme objectif celui d’exprimer une vision, mais aussi celui d’établir un pouvoir d’aménagement sur cet espace. Si la réalisation du parc est la manifestation d’un pouvoir dominant (celui de l’institution, qui s’impose voire expulse la communauté résidente), le projet est révélateur d’un processus de négociation entre des représentations multiples, orchestré par les fonctionnaires qui sont censés mettre en œuvre la commande (et la rhétorique) institutionnelle. Ces fonctionnaires, loin de recevoir passivement la commande, dégagent des marges de liberté, où ils expriment des représentations ambivalentes, ils donnent voix à une mémoire historique dont la matérialité des vestiges a été détruite, composent avec des dispositifs hérités et avec des perspectives particulières sur la notion d’identité, de culture et de mémoire historique.

4Cet article est fondé sur l’analyse d’un corpus riche de documents : littérature académique, articles de presse et rapports produits par des architectes et des fonctionnaires des autorités de Hong Kong. Mes observations prennent également appui sur des observations de terrain, éclairées par le témoignage de l’architecte qui a été le principal auteur du projet de parc. Mes réflexions sont ancrées dans un champ de recherche qui étudie la négociation du pouvoir d’agir dans des espaces urbains hérités, où les programmes portés par les autorités locales ou nationales, s’insérant dans des stratégies de renouvellement ou d’expansion urbaine, entrent en conflit avec les intérêts d’autres acteurs. Ces recherches concernent l’exercice de pouvoir d’aménagement et d’occupation de l’espace, mais aussi l’écriture de l’histoire, dont les traces spatiales sont manipulées, voire recréées, pour servir des intérêts particuliers. Alors que ces travaux explorent les phénomènes de contestation et de résistance à des projets privés ou gouvernementaux, exercées par les habitants (Cartier, 1996 ; Herzfeld, 2006 et 2010 ; Li Zhang, 2002), cet article considère les architectes comme les acteurs principaux d’une négociation qui prend en compte la commande institutionnelle mais l’adapte pour exprimer la vision spécifique des concepteurs du projet architectural et paysager.

La citadelle, un espace catalyseur de tensions politiques

  • 2 Les guerres de l’Opium (1839-1842 ; 1856-1860) opposent la dynastie des Qing à plusieurs pays occi (...)

5En 1688, un village muré, doté d’un poste militaire, est fondé dans le nord-est de la péninsule de Kowloon, sur le site d’un établissement humain ancien, remontant à la dynastie Song (960-1279). La construction de villages fortifiés est, à l’époque, pratique courante dans le Sud-Est de la Chine. Probablement, ces villages ont une fonction défensive contre les attaques fréquentes des pirates dans ces zones côtières (Shelton et Karakiewicz, 2011). Un fort est bâti sur le même site en 1810, mais son rôle économique et politique est moindre, jusqu’à l’invasion britannique de Hong Kong en 1841 (Sinn, 1987). En 1843, après la ratification du traité de Nankin, qui met fin à la première guerre de l’Opium2 et cède Hong Kong au gouvernement britannique, ce village résiste à l’avancée de la puissance coloniale. La même année, le commandant de Ta-p’eng, l’autorité martiale la plus élevée de la région de Hsin-an, ainsi que l’assistant magistrat (hsun-chien), se déplacent ici pour contrôler les 491 villages se déployant dans les environs du fort. L’augmentation de la garnison militaire ne suffit pas, néanmoins, à freiner l’invasion anglaise. Le gouverneur général des provinces des Kwangtung [Guangdong] et Kwangsi [Guangxi] ordonne alors la construction de la « cité murée de Kowloon » (Chiu-lung tsai-ch’eng), qui renferme dans son enceinte, finalisée en 1847, des casernes, des maisons civiles, des sièges administratifs et le yamen, le bâtiment principal de la résidence militaire. Cette cité a une surface de deux hectares (Sinn, 1987) (fig. 1). Elle est dotée de six tourelles de garde, quatre portes d’entrée et un nombre indéterminé de canons. La ville accueille à cette époque environ 500 militaires et 200 civils. Plus tard, les murs de la cité sont élargis sur une surface triangulaire qui inclut la partie septentrionale de la colline, située en arrière de l’enclos principal (fig. 2).

Figure 1 : La reconstruction de l’état des lieux de la cité murée en 1903 (Ho, 1992), fondée sur les documents du Public Records Office. H.K. Government Records Service.

  • 3 « Within the city of Kowloon the Chinese officials now stationed there shall continue to exercise (...)

6Le rôle « défensif » de la cité ne se réfère pas seulement au domaine militaire. D’après Sinn (1987), qui analyse directement les sources historiques, l’enclave est considérée comme un lieu de résistance au « matérialisme occidental », qui serait véhiculé par la colonisation britannique. Dans cette perspective, une école communale (Lung-chin i-hsüeh), qui fait aussi office de salle d’assemblée publique (Hai-pin Tsou Lu), est fondée dans la cité, avec l’objectif de « renforcer moralement » la population locale dans la philosophie confucéenne. Dès lors, la cité est un lieu symbolique d’une identité chinoise défendue et menacée, « source d’autorité et patronage » pour la population native de Kowloon (Sinn, 1987 : 35). Ce rôle est renforcé après la Convention de Pékin en 1899, qui cède les « Nouveaux Territoires » à l’exploitation britannique. La cité se retrouve formellement dans le territoire placé sous la domination étrangère. Toutefois, le gouvernement chinois demande et obtient le maintien de sa juridiction sur la cité, à condition que cet état de droit ne porte pas atteinte aux exigences militaires pour la défense de la présence anglaise à Hong Kong3.

Figure 2 : Le paysage à l’intérieur de la cité. (Source : Antiquities and Monuments Office, Recreation and Culture Branch.)

  • 4 L’auteur fonde cet argument sur une source bibliographique que je n’ai pas pu retrouver, les référ (...)

7Plusieurs auteurs ont essayé de comprendre pourquoi le gouvernement chinois a attribué autant d’importance à la cité murée. D’après Miners (1981), le pouvoir chinois garde sa dignité en maintenant son pouvoir sur cette enclave. Ho Siu Fong (1986) cite l’« Ancien livre du droit à la cour royale », d’après lequel, si un empereur chinois perd une ville, il ne pourra plus entrer dans le temple royal de la capitale jusqu’à ce que cette ville ne soit reconquise. Pour ne pas être atteint par cette interdiction, la dynastie Qing a réussi, dans les premiers traités portant sur les concessions, à retenir les villes côtières sous son pouvoir. Parmi celles-ci, non seulement Kowloon mais aussi la cité murée de Weihaiwei, qui reste chinoise, lorsque la péninsule de Liaotung [Liaodong] est cédée aux Britanniques en 1898. Betty Ho (1996)4 fait valoir l’argument que, à travers ces territoires délimités demeurant sous le contrôle impérial, le gouvernement chinois aspire à garder les droits ultimes sur les territoires donnés en concession. Ces trois hypothèses, loin d’être contradictoires, témoignent du rôle stratégique joué par cette enclave. Si la cité permet au gouvernement chinois de garder une emprise, quoique limitée, sur les territoires cédés aux étrangers, et d’espérer ainsi ne pas perdre complètement son autorité à Kowloon, elle est aussi conçue comme une entité politique autonome et gouvernée par des lois propres (fig. 3).

Figure 3 : Une vue de la cité murée autour de 1900, montrant que les fortifications s’étendaient sur la colline située en arrière de la cité.
(Source : Antiquities and Monuments Office, Recreation and Culture Branch.)

  • 5 « ... The exercise of jurisdiction by the Chinese officials in the city of Kowloon having been fou (...)

8Or, lorsque le pouvoir britannique essaie de prendre possession des Nouveaux Territoires en 1899, la population locale s’insurge. 600 soldats sont alors envoyés par le gouverneur général de Kwangtung et Kwangsi pour défendre l’occupation étrangère, mais la moitié d’entre eux prend refuge dans la cité au lieu de se battre aux côtés des colonisateurs. Dès lors, l’existence de cette enclave chinoise est perçue comme une menace pour la sécurité du régime britannique (Wesley-Smith, 1973). Celui-ci saisit la clause de la convention de Pékin, selon laquelle la cité pourrait rester sous la juridiction chinoise seulement à condition que cela ne nuise pas à la défense des droits de la puissance coloniale. L’armée britannique occupe la cité en chassant les 2 000 résidants (Liotard, 1992). Le gouvernement colonial amende la convention sans consulter la partie chinoise, en imposant la juridiction anglaise sur la cité murée de Kowloon5. L’ambiguïté légale et administrative dans laquelle se retrouve la cité, presque un siècle durant, tient au fait que la partie chinoise n’a jamais reconnu cette modification de la convention. Les deux gouvernements constatent un désaccord tacite, n’osant pas affirmer leur emprise sur ce territoire, de crainte de rompre l’équilibre instable de leurs relations diplomatiques. Paradoxalement, l’autonomie de la cité est maintenue par son état de non-droit. Son rôle symbolique, en tant que « citadelle » d’une identité chinoise réprimée par la domination étrangère, est confirmé voire renforcé.

  • 6 À ce propos, voir Ho (1992). La maquette qui reconstruit la cité murée à la fin du xixe siècle, ex (...)

9Du fait de l’incertitude de son statut administratif, la cité est exclue des dynamiques d’urbanisation qui touchent la péninsule de Kowloon entre les années 1900 et 1930. Au cours de cette période, les villages sont progressivement absorbés dans des tissus résidentiels et commerciaux en formation, alors que la cité conserve sa structure villageoise et ses anciennes bâtisses. L’iconographie historique et les reconstructions du plan réalisées par les architectes6 en rendent compte : l’habitat de la cité murée était composé de maisons à un ou deux niveaux et de bâtiments administratifs, peu denses. Le bâti s’organisait autour des voies sinueuses de la cité, orientées approximativement dans les directions nord-sud et est-ouest, et ponctuées par la végétation.

  • 7 En anglais dans le texte : « a place of popular resort and antiquarian interest » (Bristows, 1984  (...)
  • 8 Il s’agit de The Antiquities and Monuments Ordinance, un décret appliqué à Hong Kong pendant la pé (...)
  • 9 L’occupation japonaise de Hong Kong commence en 1941 et prend fin lors de la capitulation du Japon (...)

10En utilisant comme prétexte la valeur historique de cette enclave restée en dehors du temps, le gouvernement colonial expulse les 500 habitants qui résident dans la cité en 1937, dans le but d’aménager « une station de loisir et d’intérêt historique7 ». En cohérence avec un dispositif législatif d’origine anglaise, et importé à Hong Kong pour la protection des monuments historiques8, la puissance coloniale met en avant la valeur d’ancienneté des bâtiments administratifs – alors que les maisons ordinaires sont détruites –, et, ce faisant, met dans l’ombre le rôle de la cité en tant que lieu de résistance politique et culturelle. En destinant la cité murée « aux loisirs », les colonisateurs s’arrogent le contrôle sur cet espace. Or, l’occupation japonaise de Hong Kong9 freine la réalisation de ce projet. La délégation japonaise détruit les murs de la cité et en utilise les matériaux pour étendre l’aéroport voisin de Kai Tak. Néanmoins, l’effacement de sa limite physique n’annule pas le conflit administratif sur le statut foncier et sur les droits d’occupation de la cité, qui est réactivé après la Seconde Guerre mondiale.

Un quartier hyperdense aux empreintes villageoises

  • 10 Dans les années 1980, il y a 150 dentistes et 80 médecins originaires du continent chinois, qui pr (...)

11Après le conflit mondial, de nombreux réfugiés arrivent à Hong Kong et s’établissent dans la cité, parce que les prix d’achat et de location sont ici particulièrement bas à cause de l’incertitude administrative. Les transactions immobilières ne peuvent pas être enregistrées par le bureau local du cadastre (District Land Office), mais la propriété immobilière est certifiée sur la base des accords personnels et du témoignage des voisins. Des migrants provenant du continent chinois et travaillant sans permis, parmi lesquels de nombreux médecins et dentistes, exercent leur profession dans la cité10.

12Dans un premier temps, les habitants auto-construisent leurs maisons. Puis, dans les années 1960 et 1970, des promoteurs commencent à réaliser des bâtiments compris entre dix et seize étages (fig. 4), qui ne respectent aucune règle de construction, sauf les limitations de hauteur imposées par l’aéroport voisin. Plafonds bas, fondations peu profondes, services de base inexistants : les promoteurs visent à maximiser leur profit dans une zone où ils n’ont aucune contrainte constructive. La population augmente considérablement pendant les années 1970 : plus de 10 bâtiments, en moyenne, sont construits ou transformés, chaque année, afin d’absorber la croissance démographique (Chiang Hong Man, 1980). À la fin des années 1980, la cité compte approximativement 500 bâtiments et accueille une population comprise entre 33 000 (Liotard, 1992) et 40 000 personnes (Ho, 1992).

Figure 4 : Une vue aérienne de la cité murée en 1973.
(Source : Girard Lambot, 1993 : 71.)

  • 11 Sur la base des documents graphiques produits par Suenn Ho, 1992 ; et Girard Lambot, 1993 : 177.

13Alors que les fortifications de la citadelle ont été détruites, la limite actuelle de la cité est à nouveau clairement marquée par un front compact de bâtiments, entouré de voies de circulation sur les quatre côtés. L’image de la forteresse demeure, mais elle est maintenant associée au caractère fermé, possiblement dangereux d’un quartier précaire, qui est souvent désigné comme slum dans la presse ou dans la rhétorique du pouvoir colonial. Or, sa limite spatiale n’est pas le seul dispositif qui demeure malgré le changement drastique du type d’occupation. L’analyse comparée des plans de la cité au début de 1903 et en 199211 révèle que le plan du quartier hyperdense conserve l’empreinte des voies principales du village. Celles-ci sont orientées nord-sud et est-ouest et répartissent l’espace de la cité en neuf portions rectangulaires. L’espace central conserve les bâtiments du yamen, qui sont réutilisés comme équipements communautaires. Le yamen est entouré de nouveaux bâtiments, qui reprennent la trame des anciennes implantations (fig. 5).

Figure 5 : La maquette réalisée par Miyamoto et son équipe, exposée dans le parc de la cité murée.
(Source : photo de l’auteur, juin 2013.)

  • 12 . Jiulong chengqu tekan (Kowloon District Special Publication, n. d.), no 19, et Jiulong chengzhai (...)
  • 13 « The City was left to its own devices, and to develop, as Governor Sir Alexander Grantham describ (...)

14L’origine villageoise de ce quartier est confirmée par Chan Hip Ping, directeur de l’association des résidants fondée en 1963. Celui-ci explique que « la communauté de la cité murée est similaire à celle d’un village paysan » (Girard et Lambot, 1993 : 174-175). Pour corroborer cette hypothèse, il est important d’observer que le nom de cette association, Kai Fong, est un terme utilisé, en cantonais, pour dénoter le comité d’un village (Shelton et Karakievicz, 2011). À travers la publication d’essais, l’association met en valeur le rôle de la cité dans l’histoire locale, afin de renforcer le patriotisme des résidants12. De l’attachement des habitants témoignent également les enquêtes sociologiques menées à la fin des années 1970. Parmi celles-ci, Chiang Hong-Man (1980) rend compte du « sentiment d’identité et d’appartenance » des résidants qui s’opposent au relogement, ainsi que leur volonté de défendre la juridiction chinoise sur la cité. Les représentations négatives de la cité, qui mettent l’accent sur la présence d’activités illégales13, révèlent leur caractère partiel à la lumière de la solidarité d’une communauté solidement ancrée dans un espace hérité, dont les dispositifs fondateurs ont été conservés voire réaffirmés, notamment la limite du quartier.

15Dès que la démolition de la cité est annoncée en 1984, des architectes chercheurs mènent des analyses spatiales visant à faire valoir, d’un côté, les qualités des aménagements spatiaux réalisés directement par les habitants et, de l’autre, la richesse culturelle et sociale de la communauté résidente. Suenn Ho (1992) décrit la façon dont les habitants ont adapté des espaces de vie de taille réduite aux rencontres et aux échanges (par exemple, les toits-terrasses des bâtiments sont reliés par des passerelles et des escaliers, et sont utilisés comme une vaste place publique). Ho croit que, si la cité ne peut pas être conservée à cause de son insalubrité, les manières de construire et d’occuper l’espace devraient être utilisées comme modèle pour la planification de logements collectifs. Miyamoto (2000) réalise une maquette de la cité (fig. 5), ainsi qu’une coupe longitudinale à travers les bâtiments qui montre la densité de l’occupation humaine. Girard et Lambot (1993) et Miyamoto (2000) esquissent un portrait de la communauté résidente empreint de la beauté des choses ordinaires – intérieur des maisons, objets personnels, habitants au travail – non exempt d’une nostalgie pour ces ambiances qui seront perdues pour toujours à la suite de la démolition. Ces auteurs constituent une documentation écrite et iconographique de la cité qui permettra de conserver, sinon la matérialité du quartier, tout au moins sa mémoire historique.

Le parc ou la création de « nouveaux héritages »

  • 14 Grâce à l’engagement de la police de Hong Kong, de l’association Kai Fong et de nombreux bénévoles (...)

16La construction d’une mémoire historique sur la cité par les architectes-chercheurs est concomitante avec la diffusion de représentations négatives par le pouvoir britannique (Seth, 2000 ; Hueng, 2013), qui mettent l’accent sur l’état de non-droit et sur les activités illégales qui auraient lieu dans la cité. Seth (2000) définit ce phénomène de « polarisation négative ». Il explique que, dans les années 1950, les activités illégales (drogues, prostitution, jeux d’argent) implantées dans la cité sont, en réalité, largement utilisées par la population du Territoire. Cette enclave ne fait alors que rendre évidentes, par leur concentration spatiale, les zones d’ombre de la société hongkongaise : une évidence qui n’est certainement pas confortable pour les institutions coloniales, qui voudraient promouvoir une image de Hong Kong où règneraient l’ordre et la propreté. Bien que prostitution, drogue et jeux d’argent aient été presque totalement éradiqués de la cité entre les années 1960 et 197014, la représentation négative de la cité reste enracinée dans le discours. Michael Herzfeld (2006) explique que la production d’images négatives concernant une communauté vise non seulement à l’expulser, et à établir donc un contrôle politique et administratif sur le territoire qu’elle occupe, mais aussi à faire valoir des codes esthétiques qui seront véhiculés par de nouveaux aménagements. Herzfeld étudie la communauté de Pom Makahan à Bangkok et montre que le projet de régénération urbaine promu par la Bangkok Metropolitan Authority, consistant à remplacer un quartier d’habitat par un parc, associe l’idée de beauté à de grands espaces ouverts. Cette idée, d’origine occidentale, a comme contrepoint la saleté et le désordre, qui sont en revanche associés à l’habitat auto-construit.

17À Kowloon, c’est le gouvernement colonial qui, en premier, propose l’aménagement d’un parc public à la place du quartier d’habitat. Néanmoins, ce projet ne peut pas aboutir sans l’aval du gouvernement chinois qui, tout au long des années 1970, s’oppose au relogement des habitants pour continuer à défendre sa juridiction sur la cité. La situation change drastiquement en 1984, lorsque les deux gouvernements engagent des négociations secrètes, qui aboutissent à la décision conjointe de démolir la cité et de la remplacer par un parc. Ce retournement politique reflète la détente progressive des relations diplomatiques entre la Chine et le Royaume-Uni, qui amènera à la restitution de Hong Kong en 1997. Le réaménagement de la cité symbolise la réintégration de l’enclave dans un territoire qui « redevient » chinois, et constitue alors une occasion pour la célébration d’une identité nationale retrouvée. Toutefois, le projet nationaliste va de pair avec l’appropriation du programme et des méthodes britanniques. En remplaçant le quartier par un parc, les autorités sécurisent leur emprise sur le foncier, en rompant le cycle des réoccupations humaines. Ces autorités souhaitent faire tabula rasa de l’image négative associée à la cité et, par extension, à la métropole hongkongaise : celle d’une ville où pauvreté, insalubrité et surpopulation sont autant de marques des inégalités sociales et économiques, provoquées par un libéralisme économique sans contraintes.

  • 15 Différentes options sont proposées aux habitants : la location de logements publics, des facilitat (...)
  • 16 Il s’agit du département chargé des équipements, qui sont propriété du gouvernement de Hong Kong, (...)
  • 17 Communication personnelle avec l’architecte en juillet 2013.

18La démolition de la cité et le relogement des habitants15 sont entrepris entre 1992 et 1993. Le projet du parc est confié à l’Architectural Service Department (ASD) de la ville de Hong Kong16, qui lance un concours interne pour les projets proposés par ses fonctionnaires. La proposition gagnante est celle de Tse Shun Kai, architecte hongkongais formé aux États-Unis. Celui-ci explique que son projet est « chinois », à la différence des autres, rejetés par les dirigeants du ASD, qui sont d’inspiration « occidentale17 ». Le parc est, en effet, conçu à partir de plusieurs modèles de jardins privés construits dans les maisons de savants chinois (Jonhston, 1991) et renoue alors avec une tradition ancienne, remontant à la dynastie des Han (206 av. J.-C.-220 ap. J.-C.). Tse Shun Kai et son équipe effectuent plusieurs missions sur le continent chinois afin de choisir quels seront les jardins pris comme modèles. Ils finissent par choisir trois styles de jardin élaborés dans trois villes chinoises à l’époque de la dynastie Qing (1644-1912), dont ils combinent les références. La focalisation sur cette époque de l’histoire chinoise tient à plusieurs raisons : l’historiographie célèbre l’épanouissement que connaît la Chine pendant cette période ; ce sont les souverains Qing qui fondent la cité murée de Kowloon en tant que forteresse militaire et culturelle ; la main-d’œuvre que l’architecte fait venir de Chine détient le savoir-faire constructif élaboré à cette époque.

  • 18 Idem.

19Dans un article sur la cité murée de Kowloon, Padua (2010) écrit que l’aménagement d’un parc est un choix arbitraire, inspiré par un modèle exogène, compte tenu du fait que ces jardins n’ont jamais vu le jour à Hong Kong. Or, la référence aux jardins des savants chinois tient à une volonté délibérée de « créer des héritages » : des formes nouvelles, mais qui renvoient à une idée du passé que l’on veut célébrer. Le parc est configuré, de ce fait, comme un espace déconnecté de ses environs par son altérité formelle. Dans la perspective des institutions chinoises, la référence au modèle savant du jardin valorise l’identité panchinoise de Hong Kong. La création du parc symbolise la restitution de Hong Kong à la Chine, à travers la prise de possession d’un espace dont la propriété avait été longtemps contestée. L’architecte qui en est le principal concepteur, en revanche, élabore le projet du parc public comme « s’il s’agissait de son jardin personnel18 ». En se plaçant dans la lignée des lettrés chinois qui aménageaient des jardins dans leurs maisons, il se considère comme le porteur d’une tradition et de connaissances élitistes qu’il déploie dans une création individuelle. Loin de croire qu’il est en train d’effectuer une copie d’anciens modèles, il met en avant l’originalité de sa création qui puise, adapte et combine des registres de référence multiples.

Du jardin au parc, l’adaptation à des nouveaux usages

20Les fonctionnaires de l’Architectural Service Department choisissent des éléments typiques des jardins de lettrés, qu’ils ont sélectionnés lors de leurs voyages sur le continent chinois, et les reformulent dans le projet de parc public. Or, ces éléments ne sont jamais fidèlement copiés, car ils sont adaptés aux conditions imposées par la nouvelle commande. Par exemple, les parcours à l’intérieur du parc sont élargis par rapport à la taille qu’ils ont traditionnellement dans les jardins privés. La galerie couverte, qui sert à la promenade et à la méditation du propriétaire dans le jardin privé, est utilisée, dans le parc, pour une exposition de photos historiques sur la cité. Le nombre et la taille des bâtiments sont réduits : l’architecte en chef affirme, en effet, que les habitants de Kowloon vivent entourés de hautes tours et qu’ils ont besoin d’un grand espace ouvert, plutôt que d’un espace public densément bâti. La maison privée du lettré, qui est traditionnellement située au cœur de la composition paysagère, est remplacée par le yamen, utilisé comme espace d’exposition.

  • 19 Ibidem.
  • 20 Ibidem.

21La transformation de ces dispositifs architecturaux hérités a suscité des critiques de la part du service d’architecture de Shanghai, auprès duquel l’architecte hongkongais a séjourné afin d’apprendre l’art du jardin chinois. Alors que le premier penchait pour le respect d’un modèle prétendu original, l’architecte défendait ses choix d’adaptation en argumentant que, « même dans les jardins dits traditionnels, de nombreuses variations de taille et disposition de ces dispositifs sont possibles19 ». Cette bataille savante révèle l’importance accordée à la légitimation du projet par la référence au passé. Elle rend compte aussi de la position de l’architecte hongkongais – et formé aux États-Unis –, par rapport aux autorités de Shanghai : l’architecte témoigne « avoir été considéré comme un étranger, qui devait être éduqué à la culture chinoise20 », alors que lui-même se perçoit comme porteur d’un savoir qui le permet de se positionner en tant qu’égal vis-à-vis de ses correspondants chinois.

  • 21 Inscriptions sur une pierre située à l’intérieur du parc (Seth, 2000).

22Son intention première, celle de démocratiser un modèle autrefois destiné à une élite pour un usage public, justifie, à ses yeux, plusieurs ordres d’adaptation. Si, comme l’affirme Nuttaphol (2002), ces transformations réduisent la « finalité spirituelle » de l’aménagement qui, dans sa fonction originaire, était destiné au recueillement, elles valorisent le rôle du parc comme marqueur identitaire pour la population de Hong Kong. Cette finalité est clairement affichée dans la stratégie de l’Architectural Service Department, qui avait trois objectifs principaux pour l’aménagement du parc : « offrir un lieu de détente pour la population de Hong Kong » ; « utiliser le parc pour éduquer la population à la culture chinoise » ; et, enfin, « préserver l’esprit de la cité murée de Kowloon21 ». Alors que les deux premières sont réalisées à travers ces adaptations du modèle liées aux nouveaux usages, la troisième est atteinte par l’hybridation du modèle du jardin.

Entre parc et musée, l’hybridation d’un modèle

  • 22 Hung, 2013 : 103, traduction de l’anglais par l’auteur.

23Dans son analyse du projet de parc, Hung (2013) affirme que « si le premier et le deuxième objectifs sont reflétés dans le projet de façon cohérente, l’intention de préserver l’esprit de la cité murée de Kowloon ne correspond pas avec l’architecture du parc22 ». Cette conclusion ne prend pas en compte l’aménagement de certains espaces où les architectes, en collaboration avec le bureau des Antiquités et des monuments (Antiquities and Monuments Office), ont intégré des traces héritées des différentes phases historiques de la cité.

24Des stèles, qui étaient affichées sur les deux côtés du portail sud de la cité pendant le xixe siècle, et qui portent l’inscription « cité murée de Kowloon », sont retrouvées sur le terrain, après la démolition du quartier d’habitat. Autour de ces ruines, un enclos situé à un niveau inférieur à celui du sol est aménagé. Ici sont conservés également les restes du système de drainage de la cité du xixe siècle et des morceaux de fondation d’une des tours, des barres de fer entourées de ciment, qui ne présentent aucune valeur constructive particulière. Ces objets sont protégés au titre des « monuments historiques », selon une loi en la matière, approuvée par le gouvernement colonial, et légèrement réformée en 1976 (Cody, 2002).

25Les fonctionnaires du bureau des Antiquités et des monuments (Sairling, 1995) rendent compte de l’appropriation de ces notions d’origine européenne. En rendant compte des interventions sur la cité de Kowloon, ils mettent l’accent sur les soins apportés pour le dégagement des murs du yamen de la mitoyenneté avec les tours qui l’encerclaient, permettant ainsi d’en préserver l’intégrité matérielle. Cette logique centrée sur l’authenticité matérielle coexiste néanmoins avec d’autres valeurs.

Figure 6 : Une fouille archéologique dans le parc de la cité murée. On voit les vestiges des fondations d’une des tours, ainsi que les idéogrammes signifiant « par ces formes, tu peux imaginer l’esprit ». (Source : photo de l’auteur, août 2013.)

  • 23 Haibin Zoulu, en cantonais, et en anglais dans le texte (traduction par l’auteur), dans la brochur (...)

26Les idéogrammes inscrits le long du mur de la fouille signifient « par ces formes, tu peux imaginer l’esprit » : le visiteur est invité à reconstruire par l’imagination la mémoire de la cité telle qu’elle n’existe plus (fig. 6). Les objets, alors, sont moins conservés pour leur valeur matérielle que pour leur pouvoir évocateur. Un peu plus loin vers l’est, sur le site d’implantation de l’école du xixe siècle, désormais détruite, est érigée une stèle qui porte une inscription signifiant « lieu de morale élevée et d’excellence académique situé près de la mer23 » (fig. 7).

Figure 7 : L’ambiance de la galerie commerciale de Kawasaki, qui vise à reproduire la cité murée. (Source : http://randomwire.com/​kowloon-walled-city-rebuilt-in-japan, 04.01.14.)

  • 24 Communication personnelle avec Tse Shun Kai en août 2013.

27Dans ce cas, les objets sont absents, mais la mémoire est conservée par d’autres moyens, et notamment par l’inscription qui sert de support pour la remémoration du passé. De cette façon, « les aménagements du parc conservent la mémoire des trois générations24 » de la cité : l’ancienne citadelle, le quartier d’habitat et le parc. Loin d’être considérées comme une damnatio memoriae, les démolitions successives apparaissent comme un mal nécessaire (compte tenu, par exemple, de l’insalubrité du quartier hyperdense), qui fait partie du cycle naturel de naissance et de mort. Tout comme un organisme vivant, la cité est née, a grandi, est morte… pour laisser la place à une nouvelle réalité spatiale. La conservation des vestiges matériels est, dans cette logique, un prétexte et un moyen pour l’évocation de souvenirs qui, évanescents et immatériels, constituent néanmoins la valeur patrimoniale par excellence. Le modèle du jardin savant chinois est alors « hybridé » par l’interposition de ces éléments originaires d’époques différentes. Le parc est conçu, de façon concomitante, comme un musée historique à ciel ouvert.

La persistance de la cité

28Le parc de la cité murée de Kowloon occupe environ trois hectares d’une plus grande parcelle entourée de voies de circulation, et qui est entièrement aménagée en parc, le Carpenter Road Park. Le premier parc est séparé du deuxième par un mur, qui évoque les fortifications de l’ancienne cité détruite à l’époque de l’occupation japonaise. Or, les frontières exactes de la citadelle ne sont pas connues. Ironiquement, les nouveaux murs sont tracés autour de la parcelle désignée pour le parc, et dont les limites correspondent au quartier hyperdense. Cette imprécision est occultée dans l’espace d’exposition qui est aménagé dans l’ancien yamen, où deux maquettes sont présentées côte à côte : celle de l’ancienne citadelle et celle du parc, dont les limites semblent correspondre. Mais d’autres différences s’ensuivent : alors que la cité avait probablement quatre portails (Chiang Hong Man, 1979-1980), le parc en a six. Dans le parc, le principal est au sud, car il ouvre sur l’axe nord-sud de la composition, le long duquel se trouvent le yamen et, à proximité de celui-ci, l’enclos avec les fouilles. En revanche, dans l’ancienne cité, l’entrée principale se trouvait au sud-est, et conduisait à une rue commerçante, à un marché et, par le Lung Tsun Stone Bridge, à la côte de la péninsule de Kowloon. La démarche de projet consiste alors à sortir de terre des traces enfouies depuis longtemps (par exemple, une collection de stèles), pendant que de nouvelles traces sont créées – les murs –, qui évoquent les anciennes, perdues, sans néanmoins l’obligation de les restituer fidèlement. Or, ces murs renvoient également à un autre registre de référence, celui du jardin des lettrés. Ces jardins étaient, en effet, entourés de murs (Johnston, 1991) pour les protéger du milieu urbain dans lequel ils étaient établis. À travers l’histoire de cet espace, l’enclos délimité indique toujours un lieu défendu de l’extérieur. Cependant, cette organisation spatiale a renvoyé à des réalités très différentes : une citadelle, un quartier densément habité, voire un ghetto, et enfin un parc. Des éléments constitutifs ont été conservés : notamment le périmètre, marqué par des murs ou par un front compact de bâtiments, et le yamen, qui a servi de résidence militaire, de centre pour les anciens et aujourd’hui de musée. En dépit de ces changements, le terme « cité » a continué à être utilisé pour définir cet espace. L’idée même de la « cité », en tant qu’entité autonome, source d’autorité politique et d’identité culturelle, est maintenue derrière cette désignation à travers les mutations spatiales de cet espace emblématique.

La circulation d’un modèle, du ghetto au parc à thème

29Alors que l’architecte Suenn Ho, dans son analyse du quartier hyperdense (1993), avait proposé que des projets d’habitat collectif prennent en compte l’ingéniosité des aménagements réalisés par les habitants, la cité murée de Kowloon, telle qu’elle était dans les années 1970, a servi de support pour l’élaboration d’un tout autre type de projet : celui d’un parc à thème intégré dans l’Anata No Warehouse (en français, « ton entrepôt »), une galerie commerciale de Kawasaki (Japon). Cet aménagement tente de reproduire les environnements sombres des ruelles sans aération, les bâtiments dégradés, jusqu’aux petites chambres où logeaient les prostituées, dont la présence est évoquée par des grandes poupées placées derrière des vitres opaques (fig. 7). La représentation véhiculée par ce « parc » est celle d’un lieu qui est à la fois répugnant et fascinant, qui dégoûte par sa saleté mais qui attire du fait de son caractère dangereux. L’image qui avait été proposée par la presse dans les années qui avaient précédé immédiatement la destruction de la cité, est aujourd’hui proposée à des acheteurs curieux. Un modèle exportable est alors créé sur la base d’une image dont la finalité n’est pas de transmettre la complexité de la réalité sociale et spatiale reflétée par l’architecture de la cité mais des ambiances qui suscitent une curiosité morbide.

Bibliographie

Références bibliographiques

Antiquities and Monuments Office, Recreation and Culture Branch, 1996, Kowloon Walled City, Hong Kong, Publication of the Antiquities and Monuments Office, 13 p.

Bristows, Roger, 1984, Land-Use Planning in Hong Kong : History, Policies and Procedures, Hong Kong, Oxford University Press, 340 p.

Cartier, Carolyn, 1996, « Conserving the built environment and generating heritage tourism in Peninsular Malaysia », Tourism Recreational Research, vol. 21, no 1, p. 45-53.

Chan, Cheung Ming, Au, Chor Fai, et Bong Kong Choy, 1988, A Longitudinal Study on the Kowloon Walled City Clearance : The Pattern of Service Utilization, Community Identity and Life Satisfaction of the Residents, Hong Kong, Chinese University of Hong Kong, rapport non publié, 71 p.

Chen, Ka Tat Nixon, 2013, « A Forgotten Heritage in Hong Kong – Kowloon Walled City », communication à la conférence internationale de l’Icomos, Bangkok (Thaïlande), 15-16 octobre 2013.

Cheung, Sidney C. H., 2003, « Remembering through Space : the Politics of Heritage in Hong Kong », International Journal of Heritage Studies, vol. 9, no 1, p. 7-26.

Chiang, Hong Man, 1979-1980, Re-Development of Kowloon Walled City, Hong Kong, rapport non publié, 106 p.

Chow, Nelson, 1974, Report of a Survey on the Social Environment of Inhabitants of the Kowloon Walled City, Hong Kong, Institute of Social Work Training, rapport non publié, 24 p.

Civil Engineering and Development Department, Kowloon Development Office, 2009, Kai Tai Development Engineering Study cum Design and Construction of Advance Works – Investigation, Design and Construction, AECOM Asia Company Ltd : www.epd.gov.hk/eia/register/report/eiareport/eia.../AnnexA.pdf, 18.09.13.

Cody, Jeff, 2002, « Heritage as Hologram : Hong Kong after a Change in Sovereignty, 1997-2001 », dans Logan, William S., The Disappearing “Asian” City. Protecting Asia’s Urban Heritage in a Globalizing World, Oxford, Oxford University Press, p. 185-207.

Fearns, Jim, 1993, Demolition of Kowloon Walled City, Hong Kong, Civil Engineering Department, rapport non publié, 8 p.

Girard, Greg, et Ian Lambot, 1993, City of Darkness. Life in Kowloon Walled City, Hong Kong, Watermark, 216 p.

Ho, Puay-Peng, Lo, Ka Yu Henry, NG, Wan Yee Wendy, et Sze Man Heidi Lam, 2009, Historical cum Social Study on Kowloon City District in Connection with Kai Tak Area, Hong Kong, rapport de recherche, 391 p.

Ho, Siu Fong Betty, 1986, Redevelopment of Kowloon Walled City. A Feasibility Study, Hong Kong, thèse, Master of Science in Urban Planning, 121 p.

Johnston, R. Stewart, 1991, Scholar Gardens of China. A Study and Analysis of the Spatial Design of the Chinese Private Garden, Cambridge, Cambridge University Press, 351 p.

Kenworthy Teather, Elisabeth, et Chun Sing Chow, 2010, « Identity and Place : the Testament of Designated Heritage in Hong Kong », International Journal of Heritage Studies, vol. 9, no 2, p. 93-115.

Harter, Seth, 2000, « Hong Kong’s Dirty Little Secret : Clearing the Walled City of Kowloon », Journal of Urban History, vol. 27, no 1, p. 92-113.

Ho, Suenn, 1992, An Architectural Study on the Kowloon Walled City. Preliminary Findings, Hong Kong, rapport académique non publié, 33 p.

Hung, Mattheuw, 2013, Kowloon Walled City : Heterotopia in a Space of Disappearance, Hong Kong, rapport de recherche non publié, 130 p.

Lam, Bourree, 2009, « Interview with Douglas Young : “I like to shock” », Asia Pacific CNN, CNN Travel, 7 décembre : travel.cnn.com/.../interview-douglasyoung-019507, 18.09.13.

Leeming, Frank, 1977, « Kowloon City », dans Street Studies in Hong Kong : Localities in a Chinese City, Hong Kong, Oxford University Press, p. 144-157.

Leisure and Cultural Service Department, Antiquities and Monuments Office, 2009, Conservation Management Plan for the Site of Lung Tsun Stone Bridge : http://www.amo.gov.hk/form/140meeting/AAB-30-2009-10%20Annex%20D.pdf, 18.09.13.

Leung, Wai-tung, 1996, « From Urban-Cancer to Urban Lung : Lessons from the Redevelopment of Hong Kong’s Kowloon Walled City », dans Houses for Millions. The Challenge Ahead, Hong Kong, textes de communication, p. 389-393.

Liotard, Pascale, 1992, « Kowloon Walled City. A Unique Phenomenon Comes to an End », Pace, vol. 39, p. 55-62.

Miyamoto, Ryûji, 2000, Kowloon Walled City, Tôkyô, Hiroshi Shimonaka, 40 p.

Morrow, Kate, 1995, « Infamous Den of Iniquity Transforms into Serene Urban Tranquillity », Sunday Extra, 10 septembre, p. 1.

Ng, Kang-Chung, 1994, « Walled City Park Project Wins Top Award », China Morning Post, 12 janvier, p. 18-20.

Nuttaphol, Ma, 2002, Kowloon Walled City Park : a Closer Look at Design Restrictions for Modern Unse, Hong Kong, MSc (Conservation), Chinese Landscape, thèse non publiée, 20 p.

Padua, Mary G., 2010, « Designing an Identity : The Synthesis of a Post-Traditional Landscape Vocabulary in Hong Kong », Landscape Research, vol. 32, no 2, p. 225-240.

Popham, Peter, 1993, « The City of Darkness », Architectural Review, novembre, p. 71-75.

Pullinger, Jackie, 1973, Crack in the Wall. Life and Death in Kowloon Walled City, Londres-Kent, Hodder and Stoughton, 144 p.

Sair-ling, Lam, 1995, « The Lamp of Memory : Conservation Works from Kung Ting Study Hall and Kowloon Walled City », Hong Kong, International Conference on Chinese Architectural History, p. 1-8.

Shelton, Barry, et Justyna Karakiewicz, 2011, The Making of Hong Kong. From Vertical to Volumetric, Londres-New York, Routledge, 192 p.

Sinn, Elizabeth, 1987, « Kowloon Walled City : its Origin and Early History », Journal of the Royal Asiatic Society Hong Kong Branch, no 27, p. 30-45.

Special Committee on Clearance of Kowloon Walled City, 1987, Compensation and Rehousing Arrangements for Kowloon Walled City Residents, Hong Kong, Hong Kong Housing Authority, 16 p.

Wesley Smith, Peter, 1973, « The Walled-City of Kowloon and its Law Today », dans Topley, Marjorie (ed.) Hong Kong : the Interaction of Traditions and Life in the Towns : Proceedings of a Week-end Symposium, 25th-26th November 1972, Hong Kong, Royal Asiatic Society, p. 119-129.

Notes

1 Les Nouveaux Territoires de Hong Kong comprennent une partie de la péninsule de Kowloon, ainsi que des îles périphériques (Lantau, Lamma, Cheung Chau et Peng Chau), qui ont été données en concession par le gouvernement chinois au gouvernement britannique en 1898. Ils couvrent une surface de 952 km2 et constituent aujourd’hui approximativement 80 % du territoire hongkongais.

2 Les guerres de l’Opium (1839-1842 ; 1856-1860) opposent la dynastie des Qing à plusieurs pays occidentaux, qui veulent contraindre la Chine à l’ouverture commerciale, et notamment à l’autorisation du trafic d’opium sur son territoire.

3 « Within the city of Kowloon the Chinese officials now stationed there shall continue to exercise jurisdiction except so far as may be inconsistent with the military requirement to the defense of Hong Kong. Within the remainder of the newly leased territory Great Britain shall have sole jurisdiction [...]. It is further agreed that the existing landing place near Kowloon City shall be reserved for the convenience of Chinese men-of-war, merchants and passenger vessels, which may come and go and lie there all the pleasure and for convenience of movement of the officials and people within the city ». Extraits de la convention de 1898 (Ho Siu Fong, 1986 : 20).

4 L’auteur fonde cet argument sur une source bibliographique que je n’ai pas pu retrouver, les références étant incomplètes : Lai, 1947, Centenary History.

5 « ... The exercise of jurisdiction by the Chinese officials in the city of Kowloon having been found to be inconsistent with the military requirements for the defence of Hong Kong [...] », la cité murée est déclarée « part and parcel of Her Majesty’s Colony of Hong Kong [...] as if it had originally formed part of the said colony » (Wesley-Smith, 1973 : 93).

6 À ce propos, voir Ho (1992). La maquette qui reconstruit la cité murée à la fin du xixe siècle, exposée dans le musée du parc, rend également compte de ces organisations d’empreinte villageoise.

7 En anglais dans le texte : « a place of popular resort and antiquarian interest » (Bristows, 1984 : 44-46).

8 Il s’agit de The Antiquities and Monuments Ordinance, un décret appliqué à Hong Kong pendant la période coloniale et fondé sur The Ancient Monument and Protection Act, la loi pour la protection des monuments historiques promulguée au Royaume-Uni en 1882. Cette loi permet de protéger deux types d’objets hérités : les sites monumentaux et les bâtiments.

9 L’occupation japonaise de Hong Kong commence en 1941 et prend fin lors de la capitulation du Japon en 1945.

10 Dans les années 1980, il y a 150 dentistes et 80 médecins originaires du continent chinois, qui pratiquaient leur profession à l’intérieur de la cité (Chan Cheung Ming, 1988).

11 Sur la base des documents graphiques produits par Suenn Ho, 1992 ; et Girard Lambot, 1993 : 177.

12 . Jiulong chengqu tekan (Kowloon District Special Publication, n. d.), no 19, et Jiulong chengzhai jiefang fuli shiye cujin weiyanhui (dir.), no 16 (Seth, 2000 : 112).

13 « The City was left to its own devices, and to develop, as Governor Sir Alexander Grantham described it, into a cesspool of iniquity, with heroin divans, brothels and everything unsavory. From the early 60’s, squatter huts gave way to high-rise buildings, which seemed designed to break every conceivable construction regulations. Built with no open space between them, but with passages connecting each other like rabbit warrens, they are fire and health hazards and perfect criminals hideouts. » (Sinn, 1987 : 40.)

14 Grâce à l’engagement de la police de Hong Kong, de l’association Kai Fong et de nombreux bénévoles, parmi lesquels Jackie Pullinger, rendue célèbre pour son action contre la drogue (Pullinger, 1973).

15 Différentes options sont proposées aux habitants : la location de logements publics, des facilitations pour l’achat d’un logement ou encore des compensations d’ordre monétaire (Hong Kong Housing Authority, 1987). Ces opérations coûtent trois billions de dollars hongkongais, équivalents à environ 300 milliards d’euros (Liotard, 1992).

16 Il s’agit du département chargé des équipements, qui sont propriété du gouvernement de Hong Kong, et de ceux qui sont financés par le gouvernement : http://www.archsd.gov.hk/en/about-us.aspx,04.01.14.

17 Communication personnelle avec l’architecte en juillet 2013.

18 Idem.

19 Ibidem.

20 Ibidem.

21 Inscriptions sur une pierre située à l’intérieur du parc (Seth, 2000).

22 Hung, 2013 : 103, traduction de l’anglais par l’auteur.

23 Haibin Zoulu, en cantonais, et en anglais dans le texte (traduction par l’auteur), dans la brochure promotionnelle du parc.

24 Communication personnelle avec Tse Shun Kai en août 2013.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : La reconstruction de l’état des lieux de la cité murée en 1903 (Ho, 1992), fondée sur les documents du Public Records Office. H.K. Government Records Service.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28954/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Légende Figure 2 : Le paysage à l’intérieur de la cité. (Source : Antiquities and Monuments Office, Recreation and Culture Branch.)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28954/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 299k
Légende Figure 3 : Une vue de la cité murée autour de 1900, montrant que les fortifications s’étendaient sur la colline située en arrière de la cité.(Source : Antiquities and Monuments Office, Recreation and Culture Branch.)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28954/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Figure 4 : Une vue aérienne de la cité murée en 1973.(Source : Girard Lambot, 1993 : 71.)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28954/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Légende Figure 5 : La maquette réalisée par Miyamoto et son équipe, exposée dans le parc de la cité murée.(Source : photo de l’auteur, juin 2013.)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28954/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Légende Figure 6 : Une fouille archéologique dans le parc de la cité murée. On voit les vestiges des fondations d’une des tours, ainsi que les idéogrammes signifiant « par ces formes, tu peux imaginer l’esprit ». (Source : photo de l’auteur, août 2013.)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28954/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 314k
Légende Figure 7 : L’ambiance de la galerie commerciale de Kawasaki, qui vise à reproduire la cité murée. (Source : http://randomwire.com/​kowloon-walled-city-rebuilt-in-japan, 04.01.14.)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28954/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 150k

Auteur

Chargée de recherche en études urbaines au Centre national de la recherche scientifique et Membre de l’UMR 7136 AUS.

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search