Version classiqueVersion mobile

Territoires de l'urbain en Asie

 | 
Manuelle Franck
, 
Thierry Sanjuan

Préface

L’Asie, lieu de nouvelles formes de l’urbain ?

Manuelle Franck et Thierry Sanjuan

Texte intégral

  • 1 Les premiers travaux du groupe de recherche Norao (Nouvelles organisations régionales en Asie orien (...)

1Cet ouvrage est le résultat de travaux de recherche réalisés et débattus dans le cadre du groupe de recherche Norao, dédié ici aux questions urbaines en Asie orientale dans le prolongement des conclusions de nos premiers travaux sur les réorganisations régionales en Asie orientale et la structuration d’un axe maritime par des métropoles de premier rang dans la région1. Pluridisciplinaire, ce groupe a rassemblé des spécialistes de l’Asie du Nord-Est et de l’Asie du Sud-Est, sans toutefois y intégrer l’Asie du Sud, au risque certes de se priver d’une perspective plus large mais afin d’éviter de diluer la comparaison vers des régions dont les dynamiques ont été moins intégrées à celles de l’Asie orientale jusque dans les années 2000. Les contributions sur la Chine ont été les plus nombreuses du fait de la taille de cet État continent et du caractère spectaculaire des transformations urbaines qui s’y sont déroulées ces trente dernières années, des contributions traitent aussi de Tôkyô et de l’Asie du Sud-Est.

2Si le thème de l’urbain est classique et apparemment bien connu, il nous a cependant paru pertinent de travailler sur l’objet ville, essentiellement dans les grandes métropoles, et non sur la ville comme cadre, dans la mesure où des recherches sont en cours dans différentes disciplines, dans des logiques comparatives, tant par des chercheurs confirmés que par des doctorants, et que ces recherches sont en train de renouveler notre regard sur la ville en Asie à cette échelle, voire sur la ville tout court.

3L’explosion urbaine de l’Asie s’accompagne en effet aussi bien de l’importation d’une modernité internationale que de nouvelles traductions dans les représentations, les pratiques et les matérialisations de la ville, liées à des sociétés nombreuses, anciennes et non occidentales. De nouvelles configurations intra-urbaines, réticulaires et d’échelle régionale apparaissent dans une Asie aujourd’hui pour partie aussi développée que les pays européens et nord-américains. En cela, notre fil rouge a été celui d’un questionnement sur l’actuelle production par l’Asie de nouvelles formes urbaines, dans un contexte de globalisation. L’Asie urbaine, émergeant des anciennes conceptions d’une Asie des fortes densités rurales, et devenant l’un des pôles dominants de la globalisation par son nombre et le poids de ses métropoles, est-elle en train de devenir un lieu novateur pour la ville, pour nos villes ?

4Le programme a mis l’accent sur les formes du bâti et les structures urbaines, mais aussi sur les acteurs, les représentations et les pratiques. Les aspects intra-urbains ont été privilégiés, à plusieurs échelles, de l’habitat à la rue, aux diverses formes de quartiers jusqu’à l’ensemble des agglomérations. Même de très grande échelle, les contributions s’inscrivent dans un contexte de transformations urbaines portées par l’internationalisation des échanges, à l’origine des processus de métropolisation. Une dernière partie analyse plus spécifiquement d’autres échelles de la ville, qui, dans les chapitres précédents, apparaissent seulement comme des éléments de contextualisation des processus étudiés.

5Le contexte de compétition nationale et internationale, en particulier entre villes asiatiques, pousse à des actions de marketing urbain toujours plus sophistiquées, à l’origine de nouvelles formes urbaines. L’Asie place en effet dans ses villes ses valeurs de modernité et de montée en puissance économique et géopolitique de la région à l’échelle mondiale. Verticalité, éléments architecturaux de prestige telles les grandes places en Chine ou les fronts d’eau aménagés à Tôkyô ou à Vientiane, grands équipements, élargissement des voies qui transforment, socialement et physiquement, les trames héritées, nouveaux centres d’affaires ou ensembles résidentiels, tels les condominium de Singapour ou les borey de Phnom Penh, sont autant de symboles de modernité, auxquels toutes les villes travaillent. Ces transformations posent la question des politiques urbaines qui les sous-tendent et des modes de planification de l’expansion urbaine, ainsi que celle des modèles de référence, infiniment plus complexes que de simples emprunts à des standards internationaux. Il est question dans ces contributions de modèles importés dans les schémas directeurs à Xi’an, du modèle du jardin des lettrés à Hong Kong, du modèle du waterfront américain, de modèles de quartiers résidentiels singapouriens ou shanghaiens à Hô Chi Minh-Ville...

6La production urbaine est le fruit d’un grand nombre d’acteurs. Des montages, parfois complexes avec des partenariats publics-privés, faisant intervenir les acteurs publics de différents échelons territoriaux et s’articulant à des orientations de politiques publiques nationales, sont à l’origine de nombreux projets urbains, en plus de ceux qui sont développés par les promoteurs privés. Les contributions mettent aussi l’accent sur le rôle des acteurs de la société civile ou du monde académique dans la production de représentations attachées à l’ensemble de la ville ou à certains de ses quartiers. Les chercheurs sont régulièrement convoqués dans le processus de légitimation des dimensions historiques de certains quartiers, qui participent de l’identité urbaine, comme dans les cas exposés ici de la cité murée de Kowloon ou du quartier Tilanqiao de Shanghai. De même, les mobilisations de la société civile interviennent dans la préservation de bâtiments ou de quartiers entiers, à Shanghai ou à Hong Kong.

7Transformations physiques et modification des pratiques urbaines vont de pair, de nouvelles formes de bâti répondant à des demandes sociales émergentes ou produisant de nouveaux usages de la ville et de nouvelles sociabilités. Il en est ainsi des villes chinoises, où l’ouverture d’espaces publics plus diversifiés crée de nouvelles sociabilités, à Tôkyô, où les boutiques ouvertes 24 heures sur 24 s’adaptent aux besoins des sans-abri nomades de la décennie 2000, à Singapour enfin, où les différentes formes des condominiums s’adaptent au plus près des demandes sociales. Il n’y a certes pas rupture dans les pratiques citadines, mais adaptation des pratiques anciennes à de nouveaux espaces, que ce soit dans les formes de sociabilité, à Hô Chi Minh-Ville par exemple, ou dans les modes d’habiter à Pékin. La production d’une citadinité qui en découle est en enjeu important de sociétés qui s’urbanisent.

8Cet ouvrage présente ainsi les résultats du groupe de recherche suivant cinq champs principaux : les identités et reconfigurations des héritages dans la ville ; les politiques publiques et les recompositions des territoires urbains ; les espaces collectifs et les pratiques de la ville ; les modèles de l’habiter et les nouvelles échelles de la ville en Asie.

9Le fait urbain en Asie est, on le sait, très ancien et fortement structuré par des modèles où domine celui de la ville chinoise, quadrangulaire, murée et organisée en interne par une trame orthogonale. Pour autant, sur l’épaisseur de temps de ces matrices originelles se sont greffées celles des influences étrangères et l’introduction depuis le xixe siècle de la modernité occidentale. Celle-ci s’est elle-même déclinée suivant les temporalités, successives ou combinées, des métropoles européennes et américaines : temps des infrastructures modernes, temps des redéploiements urbains et des villes nouvelles, temps de la cité-jardin légitimant des ségrégations sociales (gated communities, condominiums) et un zonage sectoriel des fonctions. La globalisation transforme aujourd’hui radicalement les cultures, les pratiques urbaines et la production de la ville (Appadurai, 1996 ; Guggenheim et Södertröm, 2010).

10Suivant la rapidité de la croissance économique et urbaine des pays asiatiques, les villes de ce continent ont suivi un ordre temporel successif de ces modernisations (Hong Kong, Singapour), d’autres ont dû combiner en une génération ces importations de modèles et se les approprier (Shanghai, Séoul) (Ma et Wu, 2005 ; Lorrain, 2011). La ville asiatique est un palimpseste, où les couches urbaines se superposent, se mêlent, se combinent dans des trajectoires originales et physiquement fortement marquées (Fayolle Lussac, 2010).

11En cela, le patrimoine fait depuis longtemps question. Les études sur la notion et les politiques de patrimoine sont déjà anciennes (Fresnais, 2001 ; Zhang, 2003). Dans une première partie sur les identités et les reconfigurations des héritages dans la ville, notre groupe de recherche a approché les politiques patrimoniales sous l’angle des acteurs, dans l’aménagement à multiples échelles et le changement de paradigmes comme à Xi’an, et dans la production – inégalement fondée – d’identité patrimoniale comme objet d’instrumentalisation politique comme à Hong Kong ou Shanghai (Cody, 2002 ; Veg, 2007 ; Wang, 2008 ; Yip et Loh, 2008 ; Kenworthy Teather et Chow, 2010).

12Bruno Fayolle Lussac analyse ainsi l’évolution des schémas directeurs de la ville de Xi’an, en interrogeant la notion de résilience urbaine mise en tension par l’expansion des villes en voie de métropolisation et s’interrogeant sur la question des modèles qui sous-tendent ces schémas. Les traces de l’organisation spatiale des villes anciennes chinoises, selon le traditionnel plan orthogonal, découpé en neuf carrés, sont encore visibles. Elles sont remplacées à mesure de l’extension de la ville, que le plan orthogonal contraint, par une organisation radioconcentrique, puis un modèle de cité-jardin en grappe à mesure du changement d’échelle de la ville.

13Adèle Esposito s’attache, quant à elle, aux représentations comme entrée d’analyse des formes urbaines. Elle aborde la cité murée de Kowloon, puis sa démolition et son remplacement dans les années 1990 par un parc public, à travers la thématique des représentations historiques, culturelles et identitaires véhiculées par le parc construit à l’emplacement de la cité murée. L’histoire de la cité murée de Kowloon charge en effet les lieux d’une forte portée symbolique. Lieu autonome de par son statut particulier de zone rétrocédée aux Britanniques mais restant sous juridiction chinoise, puis de zone de non-droit par la modification unilatérale du statut de cette enclave par les Britanniques mais non reconnue par les Chinois, la cité a symbolisé l’identité chinoise par sa capacité d’autonomie politique, sa capacité de résistance, militaire et culturelle. Devenue hyperdense suite aux migrations en provenance de Chine continentale après la Seconde Guerre mondiale, elle a aussi représenté un concentré des vices et trafics de la société hongkongaise à l’époque coloniale. L’analyse du processus de décision de la démolition de la cité, permettant la promotion de l’image d’une cité hongkongaise propre, et son remplacement par un parc public, qui doit préserver l’esprit de la cité murée, dessiné par un architecte hongkongais formé aux États-Unis se référant aux principes d’organisation des anciens jardins de lettrés, jette une lumière sur les traces matérielles et immatérielles laissées par la cité murée de Kowloon.

14Florence Padovani évoque les transformations du lilong de Tianzifang à Shanghai, une ville dont les mutations rapides des années 1990 se sont souvent traduites par des évictions brutales de populations. Ce quartier de petits fonctionnaires, artistes et enseignants de l’ancienne concession française devient un quartier ouvrier après 1949. À la fermeture des ateliers en 1990, la population ouvrière demeure sur place, rejointe par des artistes et des migrants investissant les espaces disponibles. Après la vente du lilong à un promoteur, l’article analyse le processus de sa défense par un groupe d’artistes et d’intellectuels, puis une récupération de la dimension artistique par les pouvoirs publics, qui font du lilong une zone industrielle créative, dans un objectif de mise en tourisme. Victime de son succès, surtout depuis le raccordement du quartier par le métro, le quartier se transforme physiquement, par l’élargissement des ruelles, et socialement, par le départ des habitants d’origine, chassés par le renchérissement du coût de la vie dans le quartier ou préférant louer leur appartement à de nouveaux arrivants.

15Françoise Kreissler décrypte, quant à elle, les processus qui ont conduit à la patrimonialisation de l’histoire des réfugiés juifs européens de Shanghai, avec pour conséquence de faire du quartier de Tilanqiao à Shanghai, où la plupart des réfugiés ont résidé, un lieu historique et un lieu de mémoire, où sont érigés deux monuments mémoriels. Alors qu’il existe une politique de conservation de bâtiments patrimoniaux en Chine, au niveau central et municipal, depuis les années 1980, aucun bâtiment d’une valeur particulière ne prédisposait Tilanqiao à devenir secteur protégé. Sa valeur est en fait mémorielle. Ce sont les recherches chinoises menées depuis les années 1980 autour du Centre d’histoire juive de l’Académie des sciences sociales de Shanghai qui, associées à des enjeux diplomatiques rapprochant la Chine d’Israël après la reconnaissance diplomatique de la République populaire par Israël en 1992, reflétant les orientations de la politique étrangère post-maoïste, ont contribué à forger l’image de Shanghai, érigée en modèle, de ville non antisémite et ouverte aux réfugiés juifs d’Europe. La patrimonialisation du quartier a suivi, avec l’érection d’une stèle commémorative, la transformation de l’ancienne synagogue russe en mémorial des réfugiés juifs et, enfin, le classement du quartier et son plan de conservation confié à un des plus grands urbanistes de Shanghai, alors que les recherches du Centre d’études juives se poursuivent pour indiquer une continuité supposée des communautés juives à Shanghai.

16Dans une Asie où les États sont pour la plupart interventionnistes, les politiques publiques, macro-économiques et d’aménagement du territoire, ou ciblées sur la ville et les règlements d’urbanisme, sont à l’évidence des facteurs importants de transformation urbaine, modifiant les pratiques de la ville, et de puissants outils de leur développement et de leur insertion dans la compétition internationale. Les contributions de Corinne Tiry-Ono et de Rémi Scoccimarro abordent à propos de Tôkyô deux exemples de transformations à l’échelle des quartiers, fruit de l’articulation entre politiques publiques et jeu des acteurs privés. L’échelle de la rue, qui permet une appréhension fine des dynamiques socio-spatiales (Bres et al., 2010), est quant à elle privilégiée par Marie Gibert. À l’inverse, l’absence de politique pour la ville, telle qu’analysée par Clément Musil, Karine Peyronnie et Bounleuam Sisoulath dans le cas de Vientiane, aboutit à un urbanisme de projets non intégrés, dont les effets sur la structuration de la ville sont limités.

17Corinne Tiry-Ono analyse l’impact de la politique japonaise de « renaissance urbaine » des années 2000, qui vise à revitaliser les villes pour les rendre compactes et attractives au plan international, dans un contexte de forte concurrence avec les villes occidentales et surtout asiatiques. La dimension de déréglementation négociée entre l’État et le privé constitue une spécificité de cette politique urbaine, qui succède à des politiques mises en œuvre dès les années 1980. Sur les sites sélectionnés, tous situés dans les centres villes et présentant de forts potentiels de surdéveloppement, comme les quartiers des gares, l’État s’engage à assouplir les règles de construction et à raccourcir les délais administratifs du processus d’urbanisation, en échange d’une participation des entreprises à la modernisation rapide du quartier. Les deux exemples choisis, les nœuds ferroviaires de la gare de Shibuya et de la gare centrale de Tôkyô, se sont densifiés et verticalisés rapidement, la multiplicité des acteurs engagés dans le processus du quartier de Shibuya, l’État, des collectivités territoriales ou des entreprises privées et publiques, le différenciant en termes de processus de celui de la gare centrale. Le choix de la verticalité constitue un mode de valorisation foncière mais surtout, à Tôkyô – jusque-là peu verticalisée –, un symbole de la modernité urbaine dans le contexte de concurrence entre les métropoles asiatiques.

18Rémi Scoccimarro aborde les reconfigurations urbaines de Tôkyô à travers l’analyse des processus de redéveloppement des terre-pleins de la baie de Tôkyô, vastes zones industrialo-portuaires construites sur la mer qui ont accompagné la croissance économique japonaise au xxe siècle. Ces terre-pleins sont aujourd’hui réintégrés à l’espace urbain, par un processus de mise en valeur sur le modèle des waterfronts des villes américaines, les conditions en termes de raccordement par les transports, de tertiarisation de l’économie, de propriété foncière aux mains de grands groupes étant réunies pour permettre leur transformation en enclaves ludique et du tourisme urbain, à l’origine d’une reconfiguration de la zone portuaire et du développement d’interactions entre le waterfront et l’hypercentre. Ces waterfronts participent aussi de l’alignement de Tôkyô sur les grands standards internationaux en termes de qualité de vie et des infrastructures, qui, avec la verticalisation étudiée par Corinne Tiry-Ono, lui permettent de s’inscrire dans la compétition internationale des capitales de rang mondial.

19Clément Musil, Karine Peyronnie et Bounleuam Sisoulath décrivent, quant à eux, les effets de la tenue à Vientiane des Jeux sud-est-asiatiques de 2009 sur la production urbaine. L’article détaille le processus d’équipement de la ville, c’est-à-dire les opérations réalisées, les acteurs en jeu et les effets sur la structuration urbaine. Cet urbanisme événementiel n’a pas eu à Vientiane le même impact qu’ailleurs, car, comme le reste de l’urbanisme de Vientiane, il n’a pas été coordonné ni conçu comme outil de production urbaine adossé à un projet de ville. Les travaux ont porté sur la construction d’équipements sportifs et la création ou l’élargissement de voies d’accès. Ces équipements ont été réalisés avec l’aide internationale, tout particulièrement des principaux partenaires économiques du Laos, qui, en échange de leurs investissements, ont obtenu des contreparties, soit en posant des conditions techniques ou d’origine des entreprises retenues, soit en échange de concessions foncières, forestières ou minières. Les équipements sportifs installés dans différents lieux de la ville n’ont pas créé de nouvelles centralités. Les équipements routiers ont en revanche permis l’émergence d’une logique de raccordement et de connexion, à l’origine d’un urbanisme de fragmentation légitimé par la création des voies d’accès. Les réalisations liées aux jeux, comme les autres réalisations événementielles à Vientiane, se caractérisent par l’absence de planification qui fait qualifier l’urbanisme de Vientiane d’urbanisme de projet, caractérisé par la multiplicité des acteurs étrangers, la démesure des investissements, le faible impact sur la structuration de la ville.

20Marie Gibert décrypte les transformations rapides et polymorphes de Hô Chi Minh-Ville et leur réception par les citadins à travers l’analyse des ruelles de la ville héritée. Hô Chi Minh-Ville se caractérise par une faible emprise foncière du réseau viaire, développé de façon spontanée au cours de l’histoire de la ville, la plupart des ruelles étant connectée directement aux grands axes. Ces ruelles, qui irriguent des quartiers très denses, sont polyfonctionnelles, servant à la circulation, au commerce, à la sociabilité des habitants du quartier, qui se retrouvent volontiers le soir dans la rue, gommant les limites entre espace public et privé, dans un rapport étroit entre la ruelle et le territoire riverain. La comparaison entre réseau viaire hérité de la ville historique et réseau viaire des nouveaux quartiers périphériques, qui symbolisent la ville moderne non congestionnée avec des rues monofonctionnelles dédiées à la circulation et où séparation entre espaces public et privé est nette, modèle véhiculé notamment par les modèles singapouriens et shanghaiens, permet à Marie Gibert de montrer les natures différentes des voies et les enjeux liés à l’élargissement du réseau de ruelles hérité, rendu nécessaire par leur congestion. La fluidité de la circulation n’est en effet pas le seul enjeu qui pousse les autorités à mettre en place des programmes d’élargissement des ruelles. Ils répondent aussi à des enjeux de modernisation, de contrôle de l’État sur le développement urbain et de contrôle administratif sur les populations riveraines, de valorisation foncière, et correspond bien à la demande des nouvelles classes moyennes propriétaires, tout en entraînant d’importantes recompositions sociales par le départ des populations les moins aisées et des petits commerces.

21Dans la troisième partie, consacrée aux espaces collectifs et pratiques de la ville, nous souhaitions prolonger les travaux qui émergent aujourd’hui sur les recompositions des espaces de la communauté dans les pays asiatiques, où les normes culturelles du politique diffèrent de l’Occident, où certains États restent dominés par des régimes autoritaires faisant historiquement de l’espace public des lieux d’auto-célébration, et où émergent des logiques nouvelles de ségrégations organisées par les liens entre le politique et le monde des affaires (He, 2007) mais aussi de revendications sociétales sur des questions politiques – comme l’ont montré dernièrement les mouvements des tournesols à Taipei ou des parapluies à Hong Kong –, urbanistiques ou environnementales. En quoi l’espace dans la ville asiatique est-il aujourd’hui un lieu de confrontation entre une formalisation normée par le pouvoir et des opinions publiques naissantes (Chiu et Lui, 2000) ?

22Parallèlement, les villes asiatiques s’enrichissent aussi d’un tissu dense d’espaces collectifs et ouverts. Alors qu’hier, les espaces publics, comme les parcs et les jardins en Chine continentale, étaient des lieux exceptionnels de liberté, d’expression corporelle et de loisirs (Mozère, 2010 ; Sanjuan, 2010 ; Graezer-Bideau, 2012), hors des contraintes du groupe de travail ou de la famille, de tels lieux se multiplient aujourd’hui afin de répondre au besoin d’une nouvelle façon de vivre ensemble, bousculant les normes relationnelles, effaçant – relativement – la crainte d’une exposition à l’anonymat et pouvant mener à une nouvelle conscience citoyenne.

23Thierry Sanjuan dresse ainsi une trajectoire de l’urbanité en Chine à travers le thème des espaces publics et des usages citadins qui s’y développent à l’époque contemporaine. L’article décrypte en premier lieu les codes sociaux et la façon dont ils s’appliquent dans les lieux publics. Dans une Chine où les individus se définissent dans leurs rapports aux autres, les espaces publics sont des lieux appréhendés de façon ambivalente, l’anonymat y est redouté comme source de vulnérabilité, mais il y est recherché par la liberté qu’il procure. L’article analyse ensuite la mise en place d’espaces publics au cours du xxe siècle. Le régime communiste aménage systématiquement des espaces publics destinés à l’usage populaire, en ouvrant des jardins autrefois privés et surtout en bâtissant de grandes places monumentales symbolisant la puissance et la gloire du régime. Depuis les années 1990, les places de prestige se multiplient dans les villes chinoises comme autant d’outils de mise en scène municipale et de marketing urbain, les lieux publics se diversifiant également – galeries, cafés, grands hôtels… en plus des espaces et jardins publics proprement dits. Ces espaces, plus diversifiés dans leurs fonctions, plus morcelés dans leur paysage, et utilisés à toute heure du jour et de la nuit par des groupes différents, rendent possible le développement de nouvelles sociabilités fondées sur l’appartenance à une ville, qui contribuent à bâtir une conscience urbaine et par-delà, une citadinité.

24Nicolas Douay analyse la façon dont la société civile intervient dans le débat sur l’urbanisme et l’aménagement de Hong Kong, à travers des mobilisations collectives, fortement liées à la recherche d’une identité hongkongaise et à l’émergence d’une société civile. L’historique qu’il dresse des mobilisations montre une diversification des thématiques, qui accompagne le renforcement de la société civile et la multiplication des mobilisations, d’abord sur des thématiques sociales, puis vers des thèmes comme l’environnement, les conflits, le patrimoine, le territoire. L’auteur analyse également les acteurs et les vecteurs de ces mobilisations. La génération dite « post-80 », après la rétrocession à la Chine, est la génération qui porte aujourd’hui encore les mobilisations, et qui est à l’origine d’un intérêt nouveau pour le territoire et l’aménagement. La biographie de certains des acteurs fait apparaître des relations avec la sphère institutionnelle publique, qui assurent un relais politique aux revendications. Le vecteur de ces mobilisations est devenu numérique, d’où une capacité d’amplification et une plus forte capacité transformationnelle des mobilisations. Hong Kong se trouverait ainsi dans une période de transition au cours de laquelle la société civile s’affirme et prendra bientôt toute sa place dans les choix politiques, notamment en matière d’urbanisme et d’aménagement.

25David-Antoine Malinas aborde la question des usages de la ville et des territoires de la marge à travers le thème des sans-abri dans les villes japonaises, dont la nature et les modes d’insertion dans la ville se sont modifiés depuis les années 1960. Des années 1960 à 1990, ce sont des travailleurs journaliers, anciens migrants ruraux qui, sédentarisés, se regroupent dans des quartiers séparés, les yoseba, contrôlés par les yakuza, où ils trouvent les commerces et services correspondant à leur pouvoir d’achat. Du milieu des années 1990 à 2000, ce sont plutôt des chômeurs, exclus de l’économie formelle, qui occupent de façon sédentaire des espaces publics, en compétition avec les autres usages de ces espaces. Depuis 2000, ils sont remplacés par des travailleurs pauvres, condamnés au travail précaire par les règles qui exigent que l’accès aux emplois stables se réalise dès la sortie de l’université, ne pouvant accéder au logement du fait de l’exigence de cautions élevées, condamnés au nomadisme et vivant dans les centres commerciaux ouverts 24 heures sur 24.

26Le logement est certainement l’un des objets majeurs des analyses urbaines sur l’Asie. Les métropoles de cette région ont été les lieux de recomposition des pratiques héritées de l’espace dans des contextes de productions urbaines modernes (Gelézeau, 2003). Elles ont été aussi des lieux d’innovations comme la création de condominiums à Singapour, en lien direct avec des transferts de savoir-faire et l’attraction de classes aisées à l’échelle internationale (Charmes et Guillot, 2006 ; Guillot, 2006). L’argument de la modernité a pu aussi faciliter les bouleversements subis par les populations locales (Laurans, 2005). La quatrième partie décline ainsi le jeu des acteurs et les hybridations en cours dans les modèles de l’habiter.

27Xavier Guillot évoque l’émergence de nouvelles formes d’habitat dans les villes asiatiques à travers l’exemple des condominiums de Singapour. À partir d’un historique de l’implantation, des acteurs et de la nature des condominiums, il évoque la diversification des formes d’insertion dans le tissu urbain et dans le territoire, et les logiques d’hybridation et de reterritorialisation liées à l’évolution du statut social des condominiums. Dans les années 1970, les condominiums, destinés à une clientèle fortunée singapourienne et expatriée, sont d’abord implantés en centre-ville, permettant de valoriser le foncier. Ils vont s’étendre au-delà du centre dans les années 1980, le long des grands axes routiers, dans une nouvelle forme d’implantation permettant un accès direct aux voieries, supprimant ainsi l’échelle intermédiaire du quartier et proposant un type d’habitat multifonctionnel intégrant des services et des espaces de loisirs. Amorçant un processus de démocratisation de ce type de logement, ces condominiums attirent davantage les classes moyennes singapouriennes et les expatriés en contrat local. Dans les années 1990, le condominium est implanté dans les villes nouvelles, en vue d’une hybridation du parc de logement public par un partenariat unique entre l’agence publique HDB et les promoteurs privés. Enfin, les condominium vont dans les années 2010 s’implanter dans les nouvelles zones résidentielles de luxe consacrées aux loisirs, développées pour une clientèle internationale fortunée, essentiellement asiatique. Ces évolutions, qui s’articulent avec les stratégies d’aménagement et d’habitat portées par les agences publiques, manifestent des partenariats originaux, selon les périodes, entre le secteur public et le secteur privé, et indiquent la prise en compte de l’évolution de la demande sociale.

28Gabriel Fauveaud consacre son article aux borey, ces lotissements résidentiels de quelques hectares qui se sont développés à l’initiative de promoteurs privés à Phnom Penh depuis les années 1990, et qui constituent une nouvelle référence résidentielle au sein d’un marché immobilier très spéculatif et en pleine expansion. Ces lotissements se développent essentiellement en périphérie, où ils constituent, sur un foncier bon marché, un mode d’urbanisation composé de compartiments chinois, alternatif par rapport aux opérations de centre-ville, où sont développés des ensembles de villas à destination des catégories sociales plus aisées. Le borey devient la référence résidentielle à Phnom Penh, reconnue par les pouvoirs publics en 2011 par l’attribution d’une définition légale précisant les droits et devoirs des promoteurs comme des propriétaires. Ces borey constituent par ailleurs un support de professionnalisation des promoteurs, sur le plan architectural, sur celui des services présents dans les borey et en termes de technique marketing, qui est empruntée aux promoteurs asiatiques.

29Alain Leclerc s’intéresse à la reproduction, dans des logements modernes, des modes d’habiter traditionnels, qui informent sur la perception et les modes d’occupation de l’espace chinois. L’espace chinois est borné, séparé des autres mondes par un mur, à toutes les échelles – depuis la muraille de Chine aux murs entourant les habitations – et hiérarchisé. À partir de la description d’une maison traditionnelle, composée d’un enclos muré qui masque l’intérieur de la parcelle, de bâtiments hiérarchisés implantés autour de cours carrées, où les espaces de réception sont fonction du degré d’intimité du visiteur avec les habitants des lieux, Alain Leclerc montre que l’organisation intérieure des appartements modernes, leur organisation, la hiérarchisation des pièces, reproduit les perceptions traditionnelles dans un environnement moderne et d’apparence occidentalisé.

30La question des nouvelles échelles de la ville, objet de la cinquième partie de cet ouvrage, se pose dès lors que l’on aborde l’Asie urbaine, où, portées par la globalisation et les dynamiques d’intégration régionale, les transformations sont rapides en centre-ville et dans les zones périurbaines, où les conversions du rural à l’urbain sont visibles et entraînent de profondes et parfois conflictuelles transformations socio-spatiales. Dans les grandes métropoles, étudiées dans la continuation des études sur les villes globales (Sassen, 1991 ; Scott, 2001), comme dans certaines villes secondaires (Franck et al., 2012), les fonctions urbaines ne se limitent plus à un noyau urbain mais se déploient sur des aires plus vastes, caractérisées par la mixité rurale-urbaine (Mc Gee, 1991), formant des zones métropolitaines étendues (Mc Gee et Robinson 1995), ou décrites comme des méga-régions urbaines (Douglass, 2000), franchissant parfois les frontières (Yeung et Lo, 1998), formant des réseaux structurant la façade pacifique de l’Asie (Lo et Marcotillo, 2000 ; Pelletier, 2004 ; Taillard, 2004 ; Gipouloux, 2009). Les processus, les acteurs et les échelles de la production urbaine, les formes spatiales produites ont alimenté une recherche abondante, posant la question des limites de ces configurations urbaines, de leur fonctionnement et du statut des zones rurales.

31Les contributions de cette cinquième partie éclairent la diversité des échelles produites et la complexité des processus à l’œuvre en abordant les dynamiques urbaines par leur marge, de façon décalée. Li Bing analyse l’expansion de Lijiang à partir de ses interstices ruraux ; S’attachant à la problématique de l’impact de l’intégration régionale sur les villes, Elsa Lainé se penche sur l’expansion de villes thaïlandaises situées aux bas des hiérarchies urbaines et Nathalie Fau aborde l’émergence d’une métropole transfrontalière entre Singapour et Johor Bahru par sa périphérie, Johor Bahru.

32Li Bing traite du phénomène des « villages urbains », qui se développent dans les interstices des zones nouvellement urbanisées des villes chinoises en rapide expansion, du fait du dualisme du régime foncier, entre terrains bâtis et non bâtis – le plus souvent des terrains agricoles –, et de l’état civil qui différencie les citadins des ruraux. Il étudie ce phénomène dans la ville de Lijiang, une ville qui a connu une forte expansion à la suite du classement de ses ressources au patrimoine mondial de l’Unesco et se compose aujourd’hui de trois ensembles, la ville ancienne de Dayan, devenue site touristique, la ville nouvelle, développée par extension sur le foncier agricole le long de grandes routes, et les « villages urbains », enclaves rurales, sans services publics, gérées par les comités de villageois. Ces derniers abritent les habitants ruraux d’origine, mais reçoivent aussi les populations ayant quitté Dayan et des migrants, attirés par les possibilités d’emplois à Dayan et trouvant dans les villages urbains à se loger bon marché, en l’absence de logements à loyers modérés dans la ville nouvelle. Li Bing rend compte des changements sociaux et spatiaux qui s’opèrent dans ces villages, de nouvelles activités de service apparaissant et les parcelles se densifiant pour répondre à la demande et procurer des ressources aux ménages qui ont dû céder leurs terrains agricoles.

33Elsa Xuan Lainé analyse l’impact de la conjonction des projets internationaux de la Région du Grand Mékong et des politiques nationales sur les villes frontalières thaïlandaises du quadrilatère de développement. Ces villes sont périphériques à leurs échelles nationales respectives et situées au bas des hiérarchies urbaines nationales. Mais leur positionnement sur les corridors de la Région du Grand Mékong, sur lesquels se concentrent les investissements en infrastructures et les accords de libre circulation, leur permet de s’intégrer aux dynamiques transnationales et d’articuler les flux empruntant les corridors, modifiant ce faisant les hiérarchies urbaines. Ces villes frontalières font par ailleurs l’objet de politiques nationales spécifiques de développement. Malgré leur petite taille, elles sont marquées par un processus d’internationalisation, analysé à partir des exemples des investisseurs étrangers et des touristes, qui, avec les infrastructures de transport construites dans le cadre des projets de la Région du Grand Mékong, contribuent à modifier leurs configurations spatiales. De nouvelles polarités émergent autour des infrastructures, particulièrement des infrastructures de franchissement de la frontière. Elles se développent également à une nouvelle échelle, celle des doublons composés de villes en vis-à-vis de part et d’autre des frontières.

34Nathalie Fau s’interroge enfin sur la position de Johore Bahru au sein d’une métropole transfrontalière singapourienne en émergence, se proposant d’analyser la métropole sous l’angle des effets induits par la frontière sur les dynamiques métropolitaines et sur l’impact de ces dynamiques sur la périphérie que constitue Johore Bahru au regard des phénomènes d’expansion générés à partir du centre singapourien. L’historique des relations entre Johore et Singapour rend compte du contexte qui a permis de modeler le paysage urbain de Johore. Du fait de la frontière, qui implique l’existence de politiques, d’aménagement et d’enjeux nationaux propres concernant les villes, Johore Bahru ne peut être réduit à une banlieue de Singapour. Les discontinuités, démographiques, économiques et foncières y sont d’ailleurs beaucoup plus marquées que dans une banlieue classique. Johore Bahru est aussi la porte d’entrée d’un territoire malaisien musulman et modernisé et une ville secondaire, parmi d’autres, entretenant une relation complexe de dépendance et de concurrence avec Kuala Lumpur. L’ensemble de ces positionnements contribue à forger le paysage urbain de Johore Bahru, et à expliquer son fonctionnement et sa contribution à l’émergence d’une région urbaine polycentrique, associant deux métropoles jumelles à des phases différentes du processus d’urbanisation.

Bibliographie

Références bibliographiques

Appadurai, Arjun, 1996, Modernity at Large : Cultural Dimensions of Globalization, University of Minnesota Press, 248 p.

Bres, Antoine, Cuenot, Jean François, et Thierry Sanjuan, 2010, « Rues en parallèle, une étude comparative entre Shanghai et Paris », EchoGéo, no 12.

Charmes, Éric, et Xavier Guillot, 2006, « L’expatriation dans les métropoles des régions émergentes : quelle insertion locale ? », dans Huynh, Phuong Mai (dir.), Habitat et vie urbaine. Changements dans les modes de vie, Paris, actes du colloque 14 et 15 mars 2006, Puca, p. 95-105.

Chiu, Stephen W.K., et Tai-lok Lui, 2000, The Dynamics of Social Movement in Hong Kong, Hong Kong, Hong Kong University Press, 320 p.

Cody, Jeff, 2002, « Heritage as Hologram : Hong Kong after a Change in Sovereignty, 1997-2001 », dans Logan, William S., The Disappearing “Asian” City. Protecting Asias Urban Heritage in a Globalizing World, Oxford, Oxford University Press, p. 185-207.

Fayolle Lussac, Bruno, 2010, « La ville n’est-elle qu’un palimpseste ? », dans Augustin, Jean-Pierre, et Michel Favory (dir.), 50 questions à la ville : comment penser et agir sur la ville (autour de Jean Dumas), Bordeaux, MSHA, p. 299-304.

Fresnais, Jocelyne, 2001, La protection du patrimoine en République populaire de Chine (1949-1999), Paris, Éditions du C. T. H. S., 653 p.

Gelézeau, Valérie, 2003, Séoul, ville géante, cités radieuses, Paris, CNRS Éditions, 291 p.

Graezer-Bideau, Florence, 2012, La danse du yangge. Culture et politique dans la Chine du xxe siècle, Paris, La Découverte, 436 p.

Guggenheim, Michael, et Ola Söderström (dir.), 2010, Re-shaping Cities. How Global Mobility Transforms Architecture and Urban Form, Londres et New York, Routledge, 251 p.

Guillot, Xavier, 2006, « Flux économiques, transferts d’expertises et production immobilière haut de gamme en Asie orientale », Géocarrefour, vol. 80, p. 171-181.

He, Shenjing, 2007, « State-sponsored Gentrification Under Market Transition : The Case of Shanghai », Urban Affairs Review, vol. 43, no 2, p. 171-198.

Kenworthy Teather, Elisabeth et Chun Sing Chow, 2010, « Identity and Place : the Testament of Designated Heritage in Hong Kong », International Journal of Heritage Studies, vol. 9, no 2, p. 93-115.

Laurans, Valérie, 2005, « Shanghai : l’argument du confort pour déplacer les résidents urbains », Perspectives chinoises, no 87, (http://perspectiveschinoises.revues.org:688).

Lorrain, Dominique, 2011, Métropoles XXL en pays émergents, Paris, Sciences Po Presses, p. 410.

Ma, Laurence G., et Fulong Wu (dir.), Restructuring the Chinese City Changing society, economy and space, Londres et New York, Routledge, 2005, 283 p.

Mozère, Liane, 2010, Fleuves et rivères couleront toujours. Les nouvelles urbanités chinoises, Paris, L’Aube, 180 p.

Pelletier, Philippe (dir.), 2004, Identités territoriales en Asie orientale, Paris, Les Indes savantes, 388 p.

Sanjuan, Thierry, 2010, La Chine et le monde chinois. Une géopolitique des territoires, Paris, Armand Colin, avec la participation de Pierre Trolliet, 384 p.

Taillard, Christian (dir.), 2004, Intégrations régionales en Asie orientale, Paris, Les Indes savantes, 490 p.

Veg, Sebastian, 2007, « Le patrimoine culturel à Hong Kong », Perspectives chinoises, no 2, p. 48-52.

Wang, Zheng, 2008, « National Humiliation, History Education, and the Politics of Historical Memory : Patriotic Education Campaign in China », International Studies Quarterly, vol. 52, no 4, p. 783-806.

Yip, Yan-Yan, et Christine Loh, 2008, « New Generation, Greening Politics and Growing Civil Society » dans Chan, Ming K. (dir.), China’s Hong Kong Transformed, Retrospect and Prospects Beyond the First Decade, Hong Kong, City University of Hong Kong Press, p. 227.

Zhang, Liang, 2003, La naissance du concept de patrimoine en Chine xixe-xxe siècles, Paris, Recherches/Ipraus, 287 p.

Notes

1 Les premiers travaux du groupe de recherche Norao (Nouvelles organisations régionales en Asie orientale) ont été réunis par Philippe Pelletier et Christian Taillard dans deux tomes publiés aux éditions des Indes savantes en 2004.

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search