Version classiqueVersion mobile

La guerre froide et l'internationalisation des sciences

 | 
Corine Defrance
, 
Anne Kwaschik

Première partie. Collaboration internationale et stratégies nationales

Jalons pour une histoire de l’internationalisme scientifique : le Conseil international des unions scientifiques et l’Union académique internationale

Ludovic Tournès

Texte intégral

  • 1 On se contentera de renvoyer à quelques articles présentant un point de la question. Voir notammen (...)
  • 2 Trois références parmi d’autres : Susan Pedersen, Back to the League of Nations, American Historic (...)
  • 3 Quelques exceptions : Frank Greenaway, Science international. A History of the International Counc (...)
  • 4 Voir Westad, Leffler (ed.), Reviewing the Cold war (note 1), chap. 1 et 2, notamment sur la questi (...)

1La production historiographique sur le thème « science et guerre froide » est tellement conséquente qu’en dresser un panorama excéderait de loin les limites de cet article1. En revanche, il est relativement aisé d’y repérer des thèmes récurrents ainsi que des points aveugles. Sans surprise, l’un des thèmes fondamentaux de cette historiographie est l’utilisation de la science par les États, notamment les deux superpuissances, dans le cadre de la course à la technologie. La production des savoirs scientifiques y apparaît largement indexée sur l’affrontement bipolaire et peine à être considérée en dehors de cette logique. Or, si la guerre froide est un moment de mobilisation scientifique au service de l’affrontement idéologique, elle est aussi celle où des grands projets de coopération internationale connaissent une croissance sans précédent. C’est sur ce deuxième aspect, négligé par l’historiographie, que l’on se penchera ici. L’internationalisme scientifique est en effet absent de l’écran-radar des historiens, le terme « internationalisme » étant presque définitivement associé à l’entre-deux-guerres et à un idéalisme naïf dont l’échec de la Société des Nations constituerait le symbole. Or, l’historiographie actuellement en plein essor de la Société des Nations tend de plus en plus à infirmer un tel point de vue2. Quant à l'internationalisme scientifique, il est loin de se réduire à cette caricature, non seulement parce qu’il est plus pragmatique qu’on veut bien le croire, mais aussi parce qu’il connaît une seconde vie après 1945, et pas seulement en tant que support d’une stratégie américaine destinée à renforcer la cohérence du bloc occidental. Son histoire de long terme reste encore largement à écrire, et c’est à la mise en place de quelques jalons en ce sens que je consacrerai cet article, à travers l’étude de deux organisations sur lesquelles la production historique est quasiment inexistante : le Conseil international des Unions scientifiques (CIUS)3 et l’Union académique internationale (UAI), deux organisations qui ont joué un rôle important dans la structuration de la vie scientifique internationale depuis leur création au lendemain de la Première Guerre mondiale. L’internationalisme scientifique qu’elles incarnent ne renvoie pas plus à une hypothétique imperméabilité de la science au contexte politique, qu’à une indexation pure et simple sur lui ; plus subtilement, il témoigne d’une interaction complexe avec le politique, que l’on voudrait interroger ici. En effet, si l’internationalisme scientifique incarné par le CIUS et l’UAI n’exclut pas les rivalités et les confrontations nationales, il constitue, en plein cœur de la guerre froide, le creuset de l’émergence de nouvelles problématiques internationales qui dépassent l’opposition bipolaire structurant les relations internationales au cours de cette période. Cette constatation ne fait que confirmer la nécessité de poursuivre la réévaluation de la guerre froide telle qu’elle a été mise en œuvre depuis quelques années4, non seulement en insistant sur le fait que la logique de bipolarisation ne domine pas toute l’histoire de la science pendant cette période, mais aussi en soulignant l’ouverture nécessaire de la chronologie, en amont comme en aval, afin d’avoir une autre lecture des événements de la période 1947-1989. Le texte qui suit, outre qu’il tente de donner une première vue d’ensemble de l’histoire des deux organisations jusqu’à la guerre froide, s’articule autour de deux idées principales : la première est que la logique qui traverse l’histoire de ces organisations, si elle n’est pas imperméable aux soubresauts de la politique internationale, ne peut pas être lue comme un simple décalque des relations interétatiques, car les frontières apparaissent plus poreuses et mouvantes dans le champ scientifique que dans le champ politique. La deuxième est que ces organisations sont l’un des foyers majeurs de l’émergence de la notion de coordination de la recherche scientifique, coordination qui se traduit dès l’entre-deux-guerres, et encore plus pendant la guerre froide, par le développement de projets internationaux.

L’institutionnalisation de l’internationalisme scientifique

  • 5 Sur ce terrain encore peu labouré : Les Congrès, lieux de l’échange intellectuel (1850-1914), Mill (...)

2L’internationalisme scientifique a connu une première phase dans la deuxième moitié du xixe siècle, concrétisée par la croissance rapide des congrès internationaux5. La fin de la Grande Guerre en 1918 voit s’ouvrir une deuxième phase avec la création de deux organisations qui ont vocation à constituer la Société des Nations des scientifiques : le Conseil international des recherches (CIR), devenu ensuite Conseil international des unions scientifiques, et l’Union académique internationale (UAI).

Le Conseil international des Recherches et le Conseil international des Unions scientifiques

  • 6 Institut de France. Académie des Sciences, Conférence interalliée des académies scientifiques tenu (...)
  • 7 Schroeder-Gudehus, Les scientifiques (note 3), p. 248.
  • 8 Greenaway, Science international (note 3), p. 31-32.
  • 9 Brigitte Schroeder-Gudehus, Pas de Locarno pour la science. La coopération scientifique internatio (...)
  • 10 Schroeder-Gudehus, Les scientifiques (note 3), p. 298.
  • 11 Frederick W.G. Baker, Le Conseil international des unions scientifiques, Paris, Conseil internatio (...)

3Les origines immédiates du Conseil international des recherches remontent au mois d’octobre 1918, lorsque, peu avant l’armistice, se tient à Londres une conférence interalliée des académies (composée de représentants français, anglais, américains, brésiliens, belges, italiens et serbes) dont l’objectif est de développer la coopération scientifique internationale sans les puissances centrales6. Il en résulte la création en 1919 du CIR, composé au début de douze académies nationales des sciences (Belgique, Canada, France, Italie, Japon, Nouvelle-Zélande, Pologne, Portugal, Roumanie, Serbie, Grande-Bretagne, États-Unis). Les académies allemandes, autrichienne et bulgare en sont exclues7 : il faut attendre les accords de Locarno en 1925 pour que le CIR invite officiellement les scientifiques autrichiens, hongrois et bulgares à adhérer, leur intégration ayant lieu officiellement en 1928 lors de la 4e assemblée générale8. En revanche, l’Allemagne ne rentrera pas dans le CIR (la proposition lui est faite en 19269), pas plus que dans le CIUS qui lui succède, les scientifiques allemands étant majoritairement opposés au rapprochement avec la SdN opéré par le régime de Weimar10. En 1931, lorsque le CIR se transforme en CIUS, il comprend 37 pays11, majoritairement européens (Belgique, Bulgarie, Danemark, Espagne, Finlande, France, Italie, Grande-Bretagne, Grèce, Hongrie, Monaco, Pays-Bas, Norvège, Pologne, Portugal, Roumanie, Suède, Suisse, Tchécoslovaquie, Yougoslavie) et américains (États-Unis, Canada, Cuba, Brésil, Chili, Mexique, Uruguay), ainsi qu’une partie de leurs dépendances coloniales dont le statut au sein du Conseil reste ambigu : la Tunisie et le Maroc pour la France ; l’Égypte (indépendante en 1922), l’Afrique du Sud, l’Inde, la Thaïlande, l’Australie et la Nouvelle-Zélande pour la Grande-Bretagne ; l’Indonésie pour les Pays-Bas. Le Japon en est également membre. En 1934 viennent s’y ajouter l’Argentine et le Vatican, et en 1937 la Chine et les Philippines.

  • 12 Schroeder-Gudehus, Les scientifiques (note 3), p. 247.
  • 13 International Council of Scientific Unions (ICSU), Report of Proceedings of the Fifth General Asse (...)
  • 14 Malcolm Richardson, A Search for Genius in Weimar Germany : The Abraham Lincoln Stiftung and Ameri (...)
  • 15 Report of the National Academy of Science for the year 1919, p. 77.
  • 16 Daniel J. Kevles, George Ellery Hale, the First World War, and the Advancement of Science in Ameri (...)
  • 17 Baker, Le Conseil international (note 11), p. 4.
  • 18 ICSU, The Second General Assembly of the ICSU held at Brussels, July 9th to 13th 1934, Report of P (...)

4Si le CIR/CIUS semble indexer sa politique sur celle de la SdN, le détail révèle une situation plus complexe. D’abord parce que la carte de ses membres ne coïncide pas avec celle de la SdN : l’Égypte n’entre à la SdN qu’en 1937 ; l’Indonésie n’en est pas membre (l’Inde est alors la seule colonie membre de la Société), pas plus que les États-Unis, Cuba, le Vatican et les Philippines. Le Brésil en est membre, mais la quitte en 1926 tout en restant au CIUS, comme l’Italie (qui quitte la SdN en 1937) et le Japon (en 1933). Ensuite, l’exclusion des puissances centrales n’est que partiellement entrée dans les faits, en particulier s’agissant de l’Allemagne, dont la place majeure dans le paysage scientifique avant et après la Grande Guerre interdisait une exclusion totale. De fait, dès le début des armées 1920, en réaction contre le boycott dont ils font l’objet par les instances scientifiques internationales, les Allemands nouent des contacts parallèles avec des milieux scientifiques d’autres pays, par ailleurs membres du CIR12 ; s’y ajoute le fait que toutes les unions disciplinaires membres du CIR ne suivent pas la consigne de la direction, pour des raisons qui resteraient à déterminer : ainsi l’Union astronomique internationale, fondée en 1919, entretient d’emblée des liens avec certains scientifiques allemands13. Dès le milieu des années 1920, l’Allemagne est donc partiellement sortie de son isolement scientifique, en dépit des consignes de boycott du CIR. Elle y est aidée également par la politique de bourses d’études mise en place par des organisations américaines comme la fondation Rockefeller ou sa fondation-écran en Allemagne, l’Abraham Lincoln Stiftung14, dont les fonds permettent aux savants allemands de voyager à l’étranger. Enfin, la troisième différence entre le CIR/CIUS et la Société des Nations réside dans la participation officielle et la place importante qu’y occupent les États-Unis : lors de la réunion fondatrice du CIR en juillet 1919, ils sont venus en force avec une délégation de 21 représentants15 dont l’objectif est de faire de l’organisation une extension internationale du National research council alors en pleine organisation aux États-Unis16. Lors de la transformation du CIR en CIUS en 1931, son premier président est l’astronome américain George Ellery Hale, une fonction qu’il occupe jusqu’en 193417. Les États-Unis occupent par ailleurs des positions importantes dans une partie des unions qui constituent le CIUS : en 1933, ils président l’Union radio scientifique internationale (A.E. Kennelly), l’Union internationale de physique pure et appliquée (R.A. Millikan), l’Union astronomique internationale (F. Schlesinger) et l’Union géodésique et géophysique internationale (W. Bowie)18, soit quatre des sept unions que compte le CIUS.

  • 19 The Year Book of the ISCU 1954.
  • 20 ICSU, The fourth General Assembly of the ICSU Held at London, July 22th to 24th 1946, Report of Pr (...)
  • 21 The Year Book of the ICSU 1956.
  • 22 The Year Book of the ICSU 1954.
  • 23 IX Assembly of the ICSU, Notes and Records of the Royal Society of London, 16-2, November 1961, p. (...)

5La première phase de l’histoire du CIR/CIUS s’achève en 1940, lorsque l’assemblée générale prévue à Copenhague est annulée en raison du conflit mondial, et il faut attendre décembre 1945 pour que le conseil exécutif se réunisse à nouveau à Londres afin d’amorcer le redémarrage de l’organisation, effectif l’année suivante. À partir de 1947, le CIUS est affecté par la guerre froide ; il est par ailleurs clair qu’il est dominé par les puissances occidentales (États-Unis, France, Grande-Bretagne), ne serait-ce que parce que la majorité de son financement provient désormais de l’UNESCO, dont les États-Unis sont les premiers contributeurs19. En 1946, les États-Unis conquièrent à nouveau la présidence de l’organisation, en y portant John A. Fleming, déjà membre du bureau exécutif avant 193920, et qui reste à la tête du CIUS jusqu’en 1949. Pourtant, là encore, l’évolution de sa composition suggère une situation plus complexe sur le terrain. En effet, si l’URSS n’adhère à l’organisation qu’en 195621 (l’année suivant son adhésion à l’UNESCO), en revanche, une partie des pays d’Europe de l’Est déjà présents avant 1939 (Bulgarie, Pologne, Roumanie, Yougoslavie) en restent membres après l’installation des régimes communistes22, sauf la Hongrie qui ne réintégrera l’organisation qu’en 196123. La RFA y est admise en 1952, suivie en 1962 de la RDA (alors que les deux pays ne rentrent à l’ONU qu’en 1973). La Corée du Nord et la Corée du Sud entrent en 1961 (elles entrent à l’ONU seulement en 1991), suivies en 1964 du Vietnam du Nord et du Vietnam du Sud (le Vietnam réunifié adhère à l’ONU en 1977). Quant à la Chine, elle est représentée par l’académie de Nankin jusqu’en 1949, date à laquelle elle se délocalise à Taipei en Chine nationaliste, et continue à siéger jusqu’en 1972, un an après l’obtention par la Chine populaire du siège permanent au Conseil de sécurité. A partir de 1977, la Chine populaire adhère à certaines unions, avant d’adhérer au CIUS dans les années 1980.

  • 24 The Year Book of the ICSU 1954.
  • 25 ICSU, Report of Proceedings of the Sixth General Assembly, Amsterdam 1-3 October 1952, Cambridge, (...)
  • 26 The Year Book of the ICSU 1959.
  • 27 Corine Defrance, Le paysage universitaire et scientifique allemand entre déchirures et interdépend (...)
  • 28 ICSU, Report of Proceedings of the Fifth General Assembly, op. cit., p. 27.
  • 29 ICSU-IAU, Transactions of the International Astronomical Union, vol. VIII, Eight General Assembly (...)
  • 30 The Year Book of the ICSU 1958 ; ICSU-IAU, Transactions of the International Astronomical Union, v (...)
  • 31 ICSU, Report of Proceedings of the Fifth General Assembly, op. cit., p. 146-148.
  • 32 The Year Book of the ISCU1969.
  • 33 ICSU, Financial Statement for the Year Ended 31. December 1959.
  • 34 Greenaway, Science international (note 3), p. 113.

6Si l’URSS n’adhère qu’en 1956, elle est dès avant cette date membre de deux unions internationales, l’Union astronomique internationale et l’Union internationale de chimie pure et appliquée24. Il en est de même pour la Hongrie et la RDA, cette dernière envoyant dès 1952 des représentants au congrès annuel de l’Union astronomique internationale25 où elle adhérera en 195926, refusant de laisser aux scientifiques de RFA la représentation de l’Allemagne dans son ensemble27. L’union astronomique semble l’une des organisations où l’opposition entre Soviétiques et Américains est la plus nette. En août 1948, lors de son assemblée générale, elle se donne un président suédois et six vice-présidents dont un Américain et un Soviétique (Viktor A. Ambartsumian, qui deviendra président du CIUS en 196928). Par ailleurs, le représentant de l’URSS invite la prochaine assemblée, prévue pour 1952, à se tenir à Moscou, tandis que le représentant américain propose la Californie. L’invitation russe, initialement acceptée par une majorité des membres de l’Union, est remise en cause par son comité exécutif, qui choisira finalement une troisième solution avec Rome29. L’URSS réitère sa proposition pour le congrès de 1955, à nouveau déclinée, et c’est seulement en 1958 que l’Union tiendra son assemblée à Moscou30, un an après le succès du Spoutnik. Pour autant, la place de l’URSS à l’Union astronomique est minoritaire, si l’on se fie à la direction des commissions : les Américains en président 14 sur 42 contre 1 pour l’URSS et 8 à la France31. Il en est de même au CIUS : dès son adhésion en 1956, l’URSS obtient certes un représentant au bureau exécutif, puis l’une des vice-présidences de l’Union en 1959, et la présidence en 196932 ; par ailleurs, à partir de 1967, les statuts de l’Union sont rédigés dans quatre langues : l’anglais, le français, l’espagnol et le russe. Sa participation financière est d’emblée importante, puisque l’URSS est en troisième position des contributeurs nationaux au budget du CIUS en 1959, derrière les États-Unis et la Grande-Bretagne33 ; mais sa présence dans les commissions est nettement moindre que celle des États-Unis, et les assemblées générales n’auront jamais lieu dans un pays du bloc communiste, alors qu’elles se déroulent deux fois aux États-Unis pendant la guerre froide (1958 et 1976)34.

L’Union académique internationale

  • 35 American Council of Learned Societies Bulletin no 1, October 1920, p. 1.
  • 36 UAI, Compte rendu de la 8e session annuelle du comité, 1927, p. 5 [ci-après UAI suivi du no de la (...)
  • 37 UAI, 16e session, 1935, p. 10.
  • 38 UAI, 19e session, 1938, p. 4.
  • 39 UAI, 18e session, 1937, p. 58.

7On observe la même configuration à l’Union académique internationale. Celle-ci constitue le pendant du CIR/CIUS dans le domaine des humanités (histoire, philologie, archéologie, sciences morales, politiques et sociales). Sa création intervient aussi à la fin de la Grande Guerre, la conférence inaugurale étant convoquée à l’initiative de la France en mai 1919 à Paris, profitant de la présence de nombreux experts universitaires dans les délégations de la conférence de la Paix35. Comme le CIR, l’UAI est une fédération d’académies ou d’institutions nationales en tenant lieu. Au départ, elle compte onze pays auxquels se joignent quatre nouveaux en 1920 ; ils sont majoritairement européens (Belgique, Danemark, France, Grande-Bretagne, Grèce, Italie, Pologne, Pays-Bas, Roumanie, Serbie, Portugal, Norvège), secondairement américains (États-Unis) et asiatiques (Russie, Japon). Comme dans le CIR, les puissances centrales en sont exclues, de même que, de facto, l’URSS, puisqu’il semble que la présence de la Russie à l’UAI soit uniquement le fait d’émigrés ayant fui la révolution. À partir de 1927, la Hongrie est intégrée ; en revanche, la même année, une proposition commune des États-Unis, de la Norvège et des Pays-Bas pour l’intégration de l’Allemagne et l’Autriche est retirée avant d’être mise au vote afin d’éviter un rejet36. Elle sera réitérée en 1935, l’Allemagne et l’Autriche étant cette fois-ci réintégrées à l’unanimité37, alors que la première a quitté la SdN deux ans auparavant. L’Allemagne, comme l’Italie, continuera à participer aux activités de l’UAI jusqu’à l’éclatement de la guerre. Quant à l’Autriche, elle disparaît des membres après l’Anschluss, ne participant pas à la session de l’UAI qui a lieu au mois de mai 193838 Enfin, comme au CIR/CIUS, la présence des États-Unis est importante : lors de la réunion inaugurale, deux historiens (Charles H. Haskins de Harvard et James Shotwell de Columbia) représentent à la fois l’American historical association et l’American academy of arts and science et, surtout, l’American council of learned societies (ACLS), fédération de sociétés savantes alors en voie d’organisation et créée dans le but de renforcer le poids des États-Unis à TUAI. Les États-Unis seront présents désormais à toutes les sessions de l’Union, d’abord représentés par James Shotwell, puis, à partir de 1924, par l’historien Waldo Leland, secrétaire de l’ACLS, qui deviendra président de l’UAI en 193839.

  • 40 UAI, 21e session, 29 septembre-1er octobre 1947, p. 5.
  • 41 Idem., p. 6.
  • 42 UAI, Coup d’œil sur les 25 premières sessions du comité, 1920-1950, Bruxelles, 1951, p. 12.
  • 43 UAI, 22e session, 14-17 juin 1948, p. 5.
  • 44 UAI, 31e session, 1957, p. 18.
  • 45 UAI, 27e session, 1953, p. 9.
  • 46 UAI, 23e session, 14-18 juin 1949, p. 12.
  • 47 UAI, 31e session, 1957, p. 12.

8L’Union tient son dernier congrès avant-guerre en 1939 à Londres, puis est mise en sommeil jusqu’en 1947 : cette année, elle s’enrichit de nouveaux membres, notamment la Suède, l’Autriche, l’Espagne (pourtant au ban des nations et non membre de l’ONU où elle n’entrera qu’en 1955), le Portugal (idem), mais aussi la Yougoslavie, la Chine, la Grèce, la Finlande et la Tchécoslovaquie40. Comme au CIUS, l’entrée en guerre froide n’est pas sans effet sur l’organisation : en septembre 1947, lors de l’assemblée générale, Waldo Leland annonce à la fois son départ de la présidence, tout en faisant lire devant l’assemblée une lettre dans laquelle il encourage l’UAI à devenir « a champion of intellectual freedom41 » ; il l’appelle également à mondialiser son recrutement pour en faire le centre des activités académiques internationales ; enfin, il souhaite la voir s’engager dans l’étude des grandes idéologies qui divisent le monde afin de chercher les voies d’une meilleure compréhension entre les peuples et d’une paix mondiale. Mais l’assemblée ne suit que partiellement le vœu de son président sortant, notamment pour ce qui concerne la première recommandation : « tout en admirant la grandeur de cette conception, [elle] décida que l’UAI continuerait à se consacrer en ordre principal à des entreprises purement scientifiques42 ». Au lieu d’entrer à pieds joints dans la logique de guerre froide, l’UAI préfère donc jouer la carte du dialogue avec le bloc de l’Est. Celle-ci se révèle infructueuse dans l’immédiat : les discussions sont ouvertes en 1947 avec l’URSS en vue de son adhésion43 ; mais celle-ci, qui continue à recevoir des convocations en tant qu’ancien membre (bien qu’elle n’y ait été représentée que par des émigrés), n’y répond jamais, et les pourparlers s’interrompent en 195744. De leur côté, la Pologne et la Roumanie cessent de payer leur cotisation en 194745, la Hongrie en 194946, et la Tchécoslovaquie en 1951, tandis que l’année suivante, le Japon et l’Allemagne sont réintégrés. Le cas allemand est complexe en raison de la partition du territoire : TUAI reçoit des demandes d’adhésion de la part des académies de Göttingen, Heidelberg et Munich, mais pas de l’académie de Berlin située en RDA. Les représentants de TUAI suggèrent alors aux Allemands des deux bords de trouver un représentant qui puisse parler au nom de toutes les académies allemandes ; la négociation ayant échoué, c’est l’académie de Göttingen qui représente l’Allemagne à TUAI à partir de 1952. Mais si la RDA est exclue, elle collabore dans les faits à plusieurs projets, comme nous le verrons plus loin. Et en 1957, elle est officiellement intégrée, l’Allemagne étant représentée par l’académie de Berlin pour la RDA, et l’académie de Munich pour la RFA47. De leur côté, les autres démocraties populaires font progressivement leur retour à l’UAI : la Tchécoslovaquie en 1956, la Hongrie, la Pologne et la Yougoslavie en 1957, la Roumanie en 1959.

La coordination internationale de la recherche

L’émergence d’une notion

  • 48 Ludovic Tournès, Sciences de l’homme et politique. Les fondations philanthropiques américaines en (...)
  • 49 Voir les statuts du Conseil international des recherches, dans Union géodésique et géophysique int (...)
  • 50 UAI, 4e session, 1923, p. 6.
  • 51 Rapport sur la 48e session de l’Union académique internationale, Comptes rendus des séances de l’A (...)
  • 52 UAI, 8e session, 1927, p. 46-48.
  • 53 SDN. CICI. Procès verbal de la onzième session, Genève, 14 septembre 1929.
  • 54 Jean-Jacques Renoliet, L’UNESCO oubliée. La Société des Nations et la coopération intellectuelle, (...)
  • 55 SDN. CICI. Rapport de la Commission sur les travaux de sa quatorzième session plénière, août 1932.
  • 56 ICSU. The Second General Assembly of the ISCU held at Brussels, July 9th to 13th, 1934, London, 19 (...)
  • 57 SDN. CICI. Rapport de la commission sur les travaux de sa 19e session plénière, août 1937.

9La notion de coordination de la recherche émerge après 1918 dans les pays industrialisés, et se manifeste à travers la naissance des politiques scientifiques nationales, une question qui a suscité une historiographie abondante48. En revanche, la coordination internationale de la recherche, au centre de l’activité du CIR/CIUS et de l’UAI, reste mal connue. L’idée qui sous-tend leur création est que les académies nationales des sciences, après avoir été mobilisées pour la guerre, doivent dépasser le nationalisme et coordonner leurs efforts pour lancer des projets internationaux afin d’identifier de nouveaux domaines de recherches49. Dès 1917, une telle coordination avait commencé, les scientifiques américains, anglais et français s’étant réunis à Londres pour travailler en commun sur la détection des sous-marins. Après la guerre, chacun dans son domaine, le CIUS et l’UAI vont tenter de poursuivre cette coordination. Mais cette ambition est également celle de la Commission internationale de coopération intellectuelle (CICI) de la Société des Nations, dont la création en 1922 est accueillie fraîchement par les scientifiques qui y voient une organisation concurrente. Lorsqu’en 1922, la CICI propose une coopération à l’UAI, celle-ci en accepte le principe50, mais avec réticence51 ; elle se limitera à des échanges d’informations en matière de coordination bibliographique, entreprise dans laquelle les deux institutions sont alors engagées52. Le CIR/CIUS n’est guère enthousiaste non plus53 : alors que la CICI et son organe exécutif l’Institut international de coopération intellectuelle (IICI) ont créé une section des relations scientifiques qui envoie dès le milieu des années 1920 des représentants dans les congrès et s’efforce de placer la CICI en position de coordinatrice de la vie scientifique internationale54, l’assemblée du CIR décide en juillet 1928 de mettre en place une collaboration avec elle, mais il faut attendre 1932 pour que soit signé un accord provisoire55, deux ans encore pour qu’un représentant de l’IICI soit invité au congrès du CIUS56, puis encore trois ans pour que soit signé, en 1937, un accord définitif entre les deux organisations, au terme duquel « le CIUS remplira désormais le rôle d’organe consultatif de l’Organisation de coopération intellectuelle [qui chapeaute la CICI et l’IICI] en ce qui concerne les problèmes d’ordre scientifique ; cette dernière, de son côté, sera consultée par le Conseil pour toutes les questions touchant l’organisation du travail scientifique57 ». Si le partage des compétences et des territoires respectifs est acté, la guerre empêchera momentanément toute action concrète.

  • 58 ICSU, Notes and Records of the Royal Society of London, 4-2, October 1946, p. 68-73.

10En 1945, la coordination internationale de la recherche est plus que jamais à l’agenda du CIUS, et les discussions reprennent avec l’UNESCO, qui succède à la CICI et l'ΙΙCI. Mais cette fois-ci, les contacts ont lieu en amont, au moment même de la constitution de l’UNESCO, alors que le CIUS n’a pas encore repris ses activités : le 4 décembre 1945, son comité exécutif se réunit à Londres et prend contact avec la commission préparatoire pour l’UNESCO qui siège au même moment dans la capitale anglaise. Ces discussions débouchent en décembre 1946 sur un accord qui reprend les termes de celui de 1937 ; le CIUS est reconnu comme l’organe principal de coordination des activités scientifiques internationales, et l’UNESCO comme la principale organisation de l’ONU concernant la science. Un poste chargé d’assurer la liaison entre les deux organisations sur une base permanente est créé, et le CIUS se voit attribuer le statut de conseiller scientifique de l’UNESCO. Dès sa première assemblée en 1946, le CIUS invite des représentants de la défunte CICI et de l’UNESCO58 afin d’acter ce rapprochement.

  • 59 Chloé Belloc, La création du Conseil international de la philosophie et des sciences humaines, 194 (...)
  • 60 UAI, 23e session, 1949, p. 12.
  • 61 CIPSH, Statuts et composition des organisations membres, 1969.

11À l’UAI, on observe un processus similaire : dès 1947, l’UNESCO manifeste la volonté de créer un organe destiné à coordonner les recherches en sciences humaines. L’UAI tout juste reconstituée ne peut alors plus esquiver le dialogue avec une organisation qui a une légitimité internationale plus forte que l’ancienne CICI, qui dispose d’un budget plus important et pourrait l’aider à financer ses projets. Ce processus est entériné par l’assemblée générale de l’UNESCO en 1948 qui décide la création du Conseil international de la philosophie et des sciences humaines (CIPSH)59, dans lequel l’UAI s’intègre, mais où elle a négocié une place de choix, puisqu’elle « y représente les corps savants nationaux60 » et dispose à ce titre des deux cinquièmes des voix aux côtés des unions disciplinaires internationales. Au cours des années suivantes, le CIPSH va monter en puissance, comportant treize fédérations ou unions internationales en 1969 (comme la Fédération internationale des sociétés de philosophie, le Comité international des sciences historiques ou l’Union internationale des sciences anthropologiques et ethnologiques)61.

  • 62 UNESCO, Première assemblée générale plénière du CISS, Paris, 15-18 décembre 1953.
  • 63 International Social Science Council (ISCC), The First Six Years 1953-1959, Paris, 1959, p. 17.
  • 64 Gail Archibald, Les États-Unis et l’UNESCO, 1944-1963 : les rêves peuvent-ils résister à la réalit (...)
  • 65 ISSC, The First Six Years 1953-1959 (note 63), p. 16.

12Par ailleurs, l’UNESCO, au terme d’un processus identique, crée trois ans plus tard le Conseil international des sciences sociales (CISS), groupement d’associations internationales disciplinaires (sociologie, économie, psychologie, science politique, etc.) qui disposent désormais avec lui d’un organe fédératif à l’égal du CIPSH ou du CIUS. L’objectif du CISS est de « favoriser le progrès des sciences sociales dans le monde entier et leur application aux principaux problèmes contemporains62 ». On ne s’étonnera pas de voir les États-Unis y occuper une place prépondérante : ce sont eux qui ont insisté auprès de l’assemblée générale de l’UNESCO en 1950 pour créer une telle institution, dont le premier président est l’Américain Donald Young, également président de la Russell Sage foundation et mandaté par l’American sociological association63. Cette prépondérance américaine répond à la situation centrale des États-Unis à l’UNESCO au cours de sa première décennie d’existence64 ; elle s’estompera au cours des années suivantes, à mesure que le nombre de membres du CISS augmentera65.

  • 66 CIPSH, Bulletin 1950, p. 7.
  • 67 UNESCO, Rapport sur l'assemblée constitutive du Conseil international provisoire des sciences soci (...)
  • 68 CIPSH, Bulletin 1951-52-53, p. 10.
  • 69 Id ., 21.
  • 70 Ludovic Tournès, La diplomatie culturelle de la fondation Ford. Les éditions Intercultural Publica (...)

13Le dernier étage de cette construction institutionnelle est la mise en place en 1950 d’un comité de coordination inter-conseils qui assure le lien entre le CIPSH, le CIUS ainsi que le Conseil pour la coordination des congrès internationaux de sciences médicales (CCICMS)66. De son côté, Le CISS se met dès sa création en lien avec le CIUS et avec le CIPSH67. Enfin, toutes ces organisations mettent en place une « politique des congrès68 » plus coordonnée qu’avant 1939. Entre 1918 et le début des années 1950, le milieu scientifique international s’est donc doté d’une architecture institutionnelle élaborée qui dispose désormais, via le système de l’ONU, de finances plus importantes que dans l’entre-deux-guerres, l’UNESCO apportant au CIUS et au CIPSH (donc à l'UAI) une contribution financière qui va leur permettre de développer leurs activités. Ce système ne fonctionne pas indépendamment du contexte politique : on l’a vu plus haut avec l’évolution des compositions du CIUS et de l'UAI. Par ailleurs, au cours de la guerre froide, ces organismes sont de facto plus ou moins engagés dans la confrontation idéologique : on en veut pour preuve le fait que la revue Diogène, qui constitue l’activité principale du CIPSH, est financée par la fondation Ford69, laquelle entame au début des années 1950 une diplomatie culturelle de guerre froide destinée à rallier les intellectuels européens à la cause atlantiste70. Toutefois, cette dimension ne doit pas masquer le fait que ces organisations mettent également en place au cours de la période des projets de recherche internationaux qui ne fonctionnent pas uniquement selon une logique de mobilisation de la science au service des politiques de puissances des États. La coopération internationale, si elle est évidemment traversée par les rivalités personnelles, disciplinaires, institutionnelles, nationales et géopolitiques, apparaît comme une nécessité épistémologique, en raison de l’émergence de nouveaux savoirs au croisement de multiples disciplines, mais aussi une nécessité financière et logistique étant donné la complexité et le coût des projets mis en œuvre. De ce point de vue, l’internationalisme scientifique est porté autant par un pragmatisme bien compris que par un idéalisme dont l’entre-deux-guerres a montré les limites pratiques. Après 1945, il va se manifester par la mise en place de projets qui traduisent l’émergence dans le champ international d’enjeux situés au-delà de la logique de bipolarisation. On en donnera dans les lignes qui suivent quelques exemples.

Les projets de l’UAI

  • 71 Voir la liste sur le site de l’UAI, http://www.uai-iua.org/

14Dès sa création, l’UAI a lancé de nombreux projets collectifs : au moins 76 entre 1919 et 2013, dont 15 entre 1920 et 1939, et 28 entre 1947 et 199071. Il est hors de question de les étudier en détail ici ; on se bornera à souligner deux éléments majeurs qui semblent s’en dégager.

  • 72 UAI, 20e session, 1939, p. 12.
  • 73 UAI, 11e session, 1930, p. 21. Il n’est pas indiqué s’il s’agit de Kœnigs-berg en Prusse orientale (...)
  • 74 UAI, Coup d’œil sur les 25 premières sessions du comité, 1920-1950, op. cit., p. 9.
  • 75 UAI, 17e session, 1936, p. 25.

15Le premier est qu’ils donnent lieu à des coopérations traversant partiellement les lignes de fractures géopolitiques, avant et pendant la guerre froide. C’est le cas du Corpus vasorum antiquorum, premier projet de l’UAI, visant à réaliser un catalogue complet des vases antiques contenus dans les collections publiques et privées du monde entier. Si l’Allemagne n’y participe pas dans l’immédiat, elle s’y implique à partir de son entrée dans TUAI en 1935, publiant des fascicules jusqu’à la fin de l’année 193872. C’est aussi le cas du projet de recension des Manuscrits alchimiques, dont un tome est consacré à partir de 1930 aux manuscrits conservés en Allemagne recensés par un correspondant de l’UAI à Koenigsberg73 ; des savants allemands y collaborent jusqu’en 1939 via l’Académie des sciences de Prusse74. L’Allemagne coopère également jusqu’en 1939 au projet des Forma orbis romani (carte archéologique de l’Empire romain) et au Dictionnaire du latin médiéval, les Allemands reprenant à partir de 1936 le travail de dépouillement des textes latins d’origine germanique assuré par les Américains dans l’attente de l’intégration de l’Allemagne75. Le régime nazi s’est accommodé de cette coopération, espérant sans doute que ces recherches pouvaient servir à la légitimation de ses thèses raciales.

  • 76 UAI, 26e session, 1952, p. 23 ; 27e session, 1953, p. 13 ; 31e session, 1957, p. 20.
  • 77 UAI, 26e session, 1953, p. 23.
  • 78 UAI, 32e session, 1958, p. 21.
  • 79 UAI, 31e session, 1957, p. 32-36 ; 32e session, 1958, p. 32-37.
  • 80 UAI, 36e session, 1962, p. 106.
  • 81 UAI, 28e session, 1954, p. 54-55.

16La coopération se poursuit pendant la guerre froide : alors que la RDA n’est pas encore formellement associée à l'UAI, l’université de Leipzig participe à la poursuite de la réalisation du Corpus vasorum antiquorum à partir de 1952 (il est possible qu’elle y ait déjà été associée avant 1939)76 Il en est de même pour le Dictionnaire du latin médiéval77. Du côté des autres démocraties populaires, la Pologne, la Hongrie et la Tchécoslovaquie se joignent au Corpus vasorum antiquorum à partir de leur adhésion à TUAI et préparent l’édition de fascicules78. Même chose pour le Dictionnaire du latin médiéval, auquel la Hongrie et la Tchécoslovaquie se joignent en 1957, une jonction d’autant plus facile que les deux pays avaient déjà travaillé sur le projet, soit pour leur propre compte (pour la Tchécoslovaquie à partir de 1934), soit en coopération avec TUAI (pour la Hongrie à partir de 1932)79. La Pologne se joint au projet en 1958, et la Roumanie Tannée suivante, tout comme elles participent aussi au Corpus vitrearum medii aevi (corpus des vitraux médiévaux) à partir de 1957. De son côté, la Yougoslavie s’est jointe en 1953 au Forma orbis romani. En 1960, il semble que la Pologne soit la première démocratie populaire à proposer un projet à TUAI, avec le Corpus des textes antiques et médiévaux sur la théorie de l’art ; deux ans plus tard, l’académie de Tchécoslovaquie est à l’initiative du projet Fontes africae historiae consistant à publier les sources de l’histoire africaine précoloniale80. Avec l’URSS, les contacts sont plus épisodiques : on notera toutefois qu’en 1954, les autorités soviétiques autorisent la publication des manuscrits possédés par la bibliothèque de Leningrad et le musée historique de Moscou dans le cadre du projet Monumenta musicae byzantinae81 Ce n’est sans doute pas un cas isolé, et l’histoire de ces contacts de part et d’autre du rideau de fer mériterait une étude plus poussée.

17Le deuxième intérêt de ces projets est leur extension géographique : si la majorité concerne les antiquités grecques et latines, d’autres aires s’imposent rapidement, si bien que les activités de l’UAI participent d’une histoire longue du patrimoine de l’humanité qui commence bien avant la convention rédigée par 1’UNESCO en 1972, l’action de l’UAI se positionnant dès 1920 sur un registre patrimonial en lançant des inventaires exhaustifs de monuments, vases, statues, vitraux et manuscrits, sans oublier les langues et les coutumes d’Occident et, de façon plus limitée, du reste du monde. Sur les 15 projets mis en place avant 1939, plusieurs portent sur les aires extra-européennes : ainsi le catalogue des Manuscrits alchimiques (1920) qui intègre les manuscrits arabes ; le Dictionnaire du droit coutumier indonésien lancé en 1920 à l’initiative de l’Académie royale des sciences néerlandaise et interrompu en 1950 lors de l’indépendance de l’Indonésie ; mais aussi les Documents historiques concernant le Japon lancés en 1922, interrompus pendant la Deuxième Guerre mondiale et relancés en 1954 avec le soutien du CIPSH et de l’UNESCO ; les projets Concordance et indices de la tradition musulmane et Encyclopédie de l’Islam, tous deux lancés en 1932 par l’Académie royale des sciences néerlandaise ; ou encore le Dictionnaire pali, lancé en 1924 par l’Académie danoise, avec la coopération de l’Académie des sciences de Berlin. Après 1945, les projets portant sur des aires extra-européennes continuent à se développer avec le soutien financier de l’UNESCO, ainsi le Corpus inscriptionum iranicarum (1951), les Fontes historiae africanae (1962), le Corpus antiquarum americanensum (1962) dirigé par le Conseil mexicain des instituts de sciences humaines, l'histoire et philologie de l’Iran préislamique (1972), l’Inventaire critique du Ramayana (1977), l'Atlas linguistique de la zone pacifique (1979) qui couvre également la Chine et la Corée, ou encore les Manuscrits littéraires coptes (1979). La cristallisation de la notion de patrimoine mondial se fait donc en pleine guerre froide, même si elle n’apparaît au grand jour qu’en 1972.

Les projets du CIUS

  • 82 ICSU, Report of Proceedings of the Fourth General Assembly, op. cit., p. 29.
  • 83 Greenaway, Science international (note 3), p 153.
  • 84 The Year Book of the ISCU 1957, p. 15.
  • 85 ICSU, Financial Statement for the Year Ended 31 December 1959.

18Au CIUS aussi, malgré les oppositions et l'instrumentalisation de la recherche, émergent des logiques intellectuelles qui vont au-delà de la bipolarisation, nécessité faisant loi. Ainsi à l’Union astronomique internationale, où dès 1946, la réalisation d’une carte du ciel exige la collecte de photos prises sur l’ensemble de l’hémisphère nord par les observatoires allemands et russes, ainsi qu’une recension des étoiles, dont une partie importante est réalisée sous les auspices de l’Académie des sciences soviétique82. Quelques années plus tard, la préparation de l’Année géophysique internationale (1957-1958) marque une accélération de la coopération internationale et une charnière dans l’histoire du CIUS, en raison de son caractère multidisciplinaire sans précédent. Le projet est mis en route en 1952, et dès le début, sa dimension transfrontière est évidente, l’URSS manifestant son intérêt alors qu’elle n’est pas encore membre du CIUS83. Lors de la phase opérationnelle du projet, elle y est pleinement associée, avec deux représentants dans le comité d’organisation (contre, entre autres, trois Anglais, trois Américains, trois Belges, cinq Français)84 et une des contributions les plus importantes à son budget85. L’Année géophysique internationale n’est pas sans répercussions, puisqu’elle est directement à l’origine de la signature du traité de l'Antarctique (1959), un événement secondaire dans le contexte des tensions internationales de la fin des années 1950, mais qui, à la lumière de l’importance prise ultérieurement par les questions environnementales, est à bien des égards un événement fondateur, dans la mesure où il contribue à donner à l’environnement son statut d’enjeu mondial.

  • 86 The Year Book of the ISCU 1958, p. 19
  • 87 The Year Book of the ISCU 1960, p. 22.

19Par ailleurs, l’Année géophysique donne un élan important au CIUS, permettant aux scientifiques d’identifier de nouveaux objets de recherches qui vont se traduire dans les années suivantes par la création de nombreux programmes de recherches associant les pays des deux blocs : le Comité sur la recherche océanique (SCOR, 195 7)86, le Comité sur la recherche antarctique (SCAR, 1958), le Comité international de géophysique (CIG, 1959), le Comité sur la recherche spatiale (COSPAR, 1959), où l’URSS partage une vice-présidence avec les USA sous la présidence « neutre » des Pays-Bas87, ou encore le Comité sur le programme biologique international (SCIBP, 1963). Certes, cette coopération rencontre ses limites, comme le montre le cas de la Commission sur les applications de la radioactivité où l’URSS n’est pas présente. Mais le plus important est sans doute ailleurs : de ces projets se dégagent des problématiques nouvelles qui dépassent la logique bipolaire, et en particulier l’une d’entre elles, qui traverse de façon évidente les projets liés à la recherche sur l’Antarctique, l’océan ou le système solaire : l’environnement. Si elle n’émerge comme problème mondial qu’en 1972 avec la conférence de l’ONU de Stockholm qui donne naissance au Programme des Nations Unies pour l’environnement, elle se cristallise au cours des années 1950 et 1960, en pleine guerre froide, et le CIUS en est l’un des lieux majeurs. Cette histoire aussi reste à écrire.

20Au total, de ce survol des grandes unions scientifiques internationales se dégagent à la fois une autre logique et une autre chronologie. L’autre logique, c’est la complexité des rapports entretenus par les milieux scientifiques avec le politique ; si l’on a abondamment écrit, à juste titre, sur le nationalisme des milieux scientifiques, y compris lorsqu’il se pare des atours de l’internationalisme, il est évident que ce dernier doit aussi être pris au sérieux et étudié dans toute sa subtilité afin de pouvoir construire une histoire des relations scientifiques internationales contemporaines véritablement articulée avec le politique, et non purement et simplement indexée sur lui, ou pire, imaginée comme lui étant imperméable. L’autre chronologie, c’est celle qui invite à relativiser la rupture de 1947, en mettant en valeur les relations de long terme entre les milieux scientifiques nationaux de part et d’autre de la Deuxième Guerre mondiale, relations qui ne peuvent se lire uniquement à travers le prisme de la bipolarisation. Il est en effet caractéristique que, dans le processus d’émergence des problématiques de l’environnement et du patrimoine mondial au cours de la guerre froide, aucune des deux superpuissances ne semble jouer un rôle moteur. En d’autres termes, non seulement l’internationalisme scientifique existe pendant la guerre froide, mais il invite également à jeter un autre regard sur elle.

Notes

1 On se contentera de renvoyer à quelques articles présentant un point de la question. Voir notamment David Reynolds, Science, Technology and the Cold War. In : Odd Ame Westad, Melvyn Leffler (eds.), The Cambridge History of the Cold War, vol. III, Cambridge, Cambridge University Press, 2010, p. 378-399 ; Christophe Bluth, Science and Technology. In : Saki R. Dockrill, Geraint Hughes (eds.), Palgrave Advances in Cold War history, Paigrave MacMillan, 2006, p. 189-209 ; Aaron L. Friedberg, The United States and the Cold War Arms Race. In : Odd Ame Westad (ed.), Reviewing the Cold war, Approaches, Interpretations and Theories, London, Frank Cass, 2000, p. 207-231.

2 Trois références parmi d’autres : Susan Pedersen, Back to the League of Nations, American Historical Review, 112-4, 2007, p. 1019-1117 ; Iris Borowy, Coming to Term with World Health. The League of Nations Health Organization, Berlin, Peter Lang, 2009 ; Patricia Clavin, Securing the World Economy. The Reinvention of the League of Nations 1920-1946, Oxford, Oxford University Press, 2013.

3 Quelques exceptions : Frank Greenaway, Science international. A History of the International Council of Scientific Unions, Cambridge, Cambridge University Press, 1996, qui présente une histoire institutionnelle et internaliste ; et surtout pour l’entre-deux-guerres, Brigitte Schoeder-Gudehus, Les scientifiques et la paix, Montréal, Presses de l’université de Montréal, 1978.

4 Voir Westad, Leffler (ed.), Reviewing the Cold war (note 1), chap. 1 et 2, notamment sur la question des « origines ».

5 Sur ce terrain encore peu labouré : Les Congrès, lieux de l’échange intellectuel (1850-1914), Mille neuf cent. Cahiers Georges Sorel, 7 (1989) ; Anne Rasmussen, Jalons pour une histoire des congrès internationaux au xixe siècle : régulation scientifique et propagande intellectuelle, Relations internationales, 62 (1990), p. 115-133 ; et plus récemment Wolf Feuerhahn, Pascale Rabault-Feuerhahn (éds), La fabrique internationale de la science : les congrès scientifiques de 1865 à 1945, Revue germanique internationale, 12, 2010.

6 Institut de France. Académie des Sciences, Conférence interalliée des académies scientifiques tenue à Londres les 9, 10, 11 octobre 1918, Paris, 1918, Bibliothèque nationale de France (ainsi que les autres documents cités).

7 Schroeder-Gudehus, Les scientifiques (note 3), p. 248.

8 Greenaway, Science international (note 3), p. 31-32.

9 Brigitte Schroeder-Gudehus, Pas de Locarno pour la science. La coopération scientifique internationale et la politique étrangère des États pendant l’entre-deux-guerres, Relations internationales, 46, 1986, p. 189.

10 Schroeder-Gudehus, Les scientifiques (note 3), p. 298.

11 Frederick W.G. Baker, Le Conseil international des unions scientifiques, Paris, Conseil international des unions scientifiques, 1981.

12 Schroeder-Gudehus, Les scientifiques (note 3), p. 247.

13 International Council of Scientific Unions (ICSU), Report of Proceedings of the Fifth General Assembly, Copenhagen 14-16 September 1949, Cambridge, Cambridge University Press, 1950, p. 142.

14 Malcolm Richardson, A Search for Genius in Weimar Germany : The Abraham Lincoln Stiftung and American Philanthropy [En ligne], German Historical Institute, Washington D.C., http://www.ghi-dc.org/publications/ghipubs/bu/026/b26richardson.html, consulté le 1er mai 2013.

15 Report of the National Academy of Science for the year 1919, p. 77.

16 Daniel J. Kevles, George Ellery Hale, the First World War, and the Advancement of Science in America, Isis, 59-4, Winter 1968, p. 427-437.

17 Baker, Le Conseil international (note 11), p. 4.

18 ICSU, The Second General Assembly of the ICSU held at Brussels, July 9th to 13th 1934, Report of Proceedings, London, 1935, p. 25, 100, 105, 130, 134.

19 The Year Book of the ISCU 1954.

20 ICSU, The fourth General Assembly of the ICSU Held at London, July 22th to 24th 1946, Report of Proceedings, Cambridge, Cambridge University Press, 1946.

21 The Year Book of the ICSU 1956.

22 The Year Book of the ICSU 1954.

23 IX Assembly of the ICSU, Notes and Records of the Royal Society of London, 16-2, November 1961, p. 248-250.

24 The Year Book of the ICSU 1954.

25 ICSU, Report of Proceedings of the Sixth General Assembly, Amsterdam 1-3 October 1952, Cambridge, Cambridge University Press, 1953, p. 23.

26 The Year Book of the ICSU 1959.

27 Corine Defrance, Le paysage universitaire et scientifique allemand entre déchirures et interdépendances. In : Jean-Paul Cahn, Ulrich Pfeil (éd.), Allemagne 1945-1961 : de la « catastrophe » à la construction du Mur, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2008, p. 209-225.

28 ICSU, Report of Proceedings of the Fifth General Assembly, op. cit., p. 27.

29 ICSU-IAU, Transactions of the International Astronomical Union, vol. VIII, Eight General Assembly Held at Rome, 4-13 September 1952, London & New York, Academic Press, 1962, p. 17-18 & 31-36.

30 The Year Book of the ICSU 1958 ; ICSU-IAU, Transactions of the International Astronomical Union, vol. XIA, London & New York, Academic Press, 1962, p. 499.

31 ICSU, Report of Proceedings of the Fifth General Assembly, op. cit., p. 146-148.

32 The Year Book of the ISCU1969.

33 ICSU, Financial Statement for the Year Ended 31. December 1959.

34 Greenaway, Science international (note 3), p. 113.

35 American Council of Learned Societies Bulletin no 1, October 1920, p. 1.

36 UAI, Compte rendu de la 8e session annuelle du comité, 1927, p. 5 [ci-après UAI suivi du no de la session].

37 UAI, 16e session, 1935, p. 10.

38 UAI, 19e session, 1938, p. 4.

39 UAI, 18e session, 1937, p. 58.

40 UAI, 21e session, 29 septembre-1er octobre 1947, p. 5.

41 Idem., p. 6.

42 UAI, Coup d’œil sur les 25 premières sessions du comité, 1920-1950, Bruxelles, 1951, p. 12.

43 UAI, 22e session, 14-17 juin 1948, p. 5.

44 UAI, 31e session, 1957, p. 18.

45 UAI, 27e session, 1953, p. 9.

46 UAI, 23e session, 14-18 juin 1949, p. 12.

47 UAI, 31e session, 1957, p. 12.

48 Ludovic Tournès, Sciences de l’homme et politique. Les fondations philanthropiques américaines en France au xxe siècle, Paris, Garnier, 2013 [2011], p. 167 sq.

49 Voir les statuts du Conseil international des recherches, dans Union géodésique et géophysique internationale, première assemblée générale, Rome, mai 1922 (bulletin géodésique no 1).

50 UAI, 4e session, 1923, p. 6.

51 Rapport sur la 48e session de l’Union académique internationale, Comptes rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles lettres, 118-3, 1974, p. 460-466.

52 UAI, 8e session, 1927, p. 46-48.

53 SDN. CICI. Procès verbal de la onzième session, Genève, 14 septembre 1929.

54 Jean-Jacques Renoliet, L’UNESCO oubliée. La Société des Nations et la coopération intellectuelle, 1919-1946, Paris, Publications de la Sorbonne, 1999, p. 275 sq. ; Ludovic Tournès, Les États-Unis et la Société des Nations (1914-1946) : le système international face à l’émergence d’une superpuissance, Berne, Peter Lang, 2015, ch. 5.

55 SDN. CICI. Rapport de la Commission sur les travaux de sa quatorzième session plénière, août 1932.

56 ICSU. The Second General Assembly of the ISCU held at Brussels, July 9th to 13th, 1934, London, 1935, p. 117-118.

57 SDN. CICI. Rapport de la commission sur les travaux de sa 19e session plénière, août 1937.

58 ICSU, Notes and Records of the Royal Society of London, 4-2, October 1946, p. 68-73.

59 Chloé Belloc, La création du Conseil international de la philosophie et des sciences humaines, 1946-1949, Bulletin de l’Institut Pierre Renouvin, 2007/1, no 25, p. 28.

60 UAI, 23e session, 1949, p. 12.

61 CIPSH, Statuts et composition des organisations membres, 1969.

62 UNESCO, Première assemblée générale plénière du CISS, Paris, 15-18 décembre 1953.

63 International Social Science Council (ISCC), The First Six Years 1953-1959, Paris, 1959, p. 17.

64 Gail Archibald, Les États-Unis et l’UNESCO, 1944-1963 : les rêves peuvent-ils résister à la réalité des relations internationales ? Paris, Publications de la Sorbonne, 1993.

65 ISSC, The First Six Years 1953-1959 (note 63), p. 16.

66 CIPSH, Bulletin 1950, p. 7.

67 UNESCO, Rapport sur l'assemblée constitutive du Conseil international provisoire des sciences sociales, 6-9 octobre 1952.

68 CIPSH, Bulletin 1951-52-53, p. 10.

69 Id ., 21.

70 Ludovic Tournès, La diplomatie culturelle de la fondation Ford. Les éditions Intercultural Publications (1952-1959), Vingtième siècle. Revue d’histoire, octobre-décembre 2002, p. 65-77.

71 Voir la liste sur le site de l’UAI, http://www.uai-iua.org/

72 UAI, 20e session, 1939, p. 12.

73 UAI, 11e session, 1930, p. 21. Il n’est pas indiqué s’il s’agit de Kœnigs-berg en Prusse orientale ou en Bavière.

74 UAI, Coup d’œil sur les 25 premières sessions du comité, 1920-1950, op. cit., p. 9.

75 UAI, 17e session, 1936, p. 25.

76 UAI, 26e session, 1952, p. 23 ; 27e session, 1953, p. 13 ; 31e session, 1957, p. 20.

77 UAI, 26e session, 1953, p. 23.

78 UAI, 32e session, 1958, p. 21.

79 UAI, 31e session, 1957, p. 32-36 ; 32e session, 1958, p. 32-37.

80 UAI, 36e session, 1962, p. 106.

81 UAI, 28e session, 1954, p. 54-55.

82 ICSU, Report of Proceedings of the Fourth General Assembly, op. cit., p. 29.

83 Greenaway, Science international (note 3), p 153.

84 The Year Book of the ISCU 1957, p. 15.

85 ICSU, Financial Statement for the Year Ended 31 December 1959.

86 The Year Book of the ISCU 1958, p. 19

87 The Year Book of the ISCU 1960, p. 22.

Auteur

Professeur d’histoire internationale à l’université de Genève. Spécialiste des circulations transnationales intellectuelles et scientifiques, de la diplomatie culturelle et des relations entre les États-Unis et l’Europe. Publications : New Orleans sur Seine. Histoire du jazz en France, Paris, Fayard, 1999 ; Du phonographe au MP3, Paris, Autrement, 2008, rééd. 2011 ; L’Argent de l’influence. Les fondations américaines et leurs réseaux européens, Paris, Autrement, 2010 ; Sciences de l’homme et politiques. Les fondations philanthropiques américaines en France au XXe siècle, Paris, Garnier, 2011 ; Les États-Unis et la Société des Nations (1914-1946) : le système international face à l’émergence d’une superpuissance, Berne, Peter Lang, 2015.

© CNRS Éditions, 2016

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search