Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Géoarchéologie des îles de la Méditerranée

 | 
Matthieu Ghilardi

Partie 4. Deltas, lagunes et marais : des interfaces propices à l'implantation des sociétés humaines / Deltas, lagoons, and marshes as suitable environments for human habitation

Changements environnementaux et histoire de la colonisation humaine des Îles Baléares (Méditerranée occidentale) : conséquences sur l’évolution de la végétation

Burjachs Francesc, Pérez-Obiol Ramon, Picornell-Gelabert Llorenç, Revelles Jordi, Servera-Vives Gabriel, Expósito Isabel et Yll Errikarta-Imanol

Résumé

Les Îles Baléares n’ont pas été colonisées par l’homme de manière continue antérieurement à 2500 avant notre ère (vers 4450 ans cal. BP). De ce fait, il est possible de connaître l’évolution « naturelle » des paysages végétaux des Baléares au cours des deux premiers tiers de l’Holocène (~ entre 10000 et 4000 ans cal. BP). Cette étude propose de mieux définir et d'appréhender les rôles respectifs des sociétés humaines et/ou du climat dans la transformation du couvert végétal au cours de l’Holocène récent dans le plus grand archipel de Méditerranée occidentale. Les résultats de cette étude démontrent l’importance, et le contrôle, des oscillations climatiques sur l’évolution de la végétation jusque vers le milieu de l’Holocène dans les Baléares. Avec les données acquises, et présentées ici, il apparaît très nettement que la transformation du paysage se produit avant la colonisation des premiers hommes. A Minorque (nord-est des îles Gymésies), ce bouleversement se produit entre le IVe et le IIIe millénaire avant notre ère (soit 5825-4675 ans cal. BP), alors qu’à Majorque cette transition est moins bien datée, oscillant entre la fin du VIe et le milieu du Ier millénaire av. J.-C. (soit entre 7169 et 2535 cal. BP). Au sud (îles Pityuses), les changements observés à Ibiza sont moins prononcés et se produisent principalement autour de l’événement climatique 4.2 ka cal. BP : ils sont synchrones de l’anthropisation de l’île. La corrélation entre les incendies forestiers et les événements climatiques rapides (Bond events), ainsi que l’adaptation de la végétation jusqu’au Moyen Âge (Xe siècle), incite à penser que l’évolution des conditions climatiques a été le paramètre prépondérant pour expliquer les changements de la végétation au cours des 10 000 dernières années dans les Baléares.

Texte intégral

Introduction

1Les îles ont toujours été considérées comme des « laboratoires expérimentaux » pour l’étude fine des changements environnementaux en raison de leur forte sensibilité aux variations climatiques (territoires isolés et faible résilience). En complément, une plus grande partie des études démontre que la colonisation humaine des îles a contribué à modifier l’environnement et à transformer les paysages (Flenley et al., 1991 ; Dumont et al., 1998 ; Vigne, 1999 ; Prebble et Dowe, 2008). Toutefois, par le biais d’une recherche plus détaillée, il est possible de prouver que le facteur climatique est une variable importante dans le phénomène de résilience de la végétation (Athens et al., 2002 ; Sáez et al., 2009 ; Cañellas-Boltà et al., 2013 ; Rull et al., 2013) et que l’impact des activités anthropiques ne se fait réellement ressentir que depuis récemment (à titre d’exemple, vers l’année 1620 de notre ère, à Rano Aroi, sur l’Île de Pâques ; Rull et al., 2015). Parfois, distinguer les deux facteurs principaux précités est très difficile en raison notamment de possibles hiatus sédimentaires et d’inversions dans les datations radiométriques des séquences étudiées (Horrocks et al., 2013), limitant ainsi fortement la compréhension de l’évolution « naturelle » des paysages végétaux et l’appréciation du rôle joué par l’impact anthropique dans ces modifications. Notre intérêt pour les Baléares se fonde sur le fait que ces îles n’ont pas été habitées de façon attestée jusque vers 2500 avant notre ère et pérenne jusque vers 1700 av. J.-C. Ces îles de Méditerranée occidentale (Figure 1) présentent des superficies petites et moyennes (Tableau 1) et se caractérisent par un climat typiquement méditerranéen (Tableau 1 ; Servera-Nicolau, 1999 ; Picornell-Gelabert, 2012). Cet article propose une synthèse des résultats palynologiques et anthracologiques obtenus à ce jour dans le plus grand archipel de Méditerranée occidentale, en contexte archéologique ou non, à l’échelle des dix derniers millénaires.

Figure 1 : Carte de localisation des sites mentionnés dans le texte. Légende des sites archéologiques : CG (Clossos de Can Gaià ; âge du Bronze), TSF (Son Ferrer ; âge du Bronze et du Fer), CC (Cas Canar ; âge du Fer), CN (Cornia Nou ; âge du Bronze et du Fer), CP (Cova Sa Parra ; âge du Fer), CB (Cap Barbaria II ; âge du Bronze).

Tableau 1 : Données de localisation, superficie et climatiques pour les Îles Baléares (Méditerranée occidentale).

Histoire de l’occupation humaine

2Les vestiges archéologiques des Îles Baléares sont assez récents par rapport à d’autres territoires insulaires méditerranéens et ne présentent aucune trace datant du Néolithique (Micó-Pérez, 2005 et 2006). Les premières occupations sont mal renseignées et l’établissement définitif de groupes humains n’est pas bien daté. Bien qu’il y ait des indices révélant que les humains ont abordé les îles pendant le IIIe millénaire av. J.-C., la date précise de leur implantation se situe entre 2900-2800 av. J.-C. (4850-4750 cal. BP ; Guerrero et al., 2007 ; Guerrero et Calvo, 2008) et le 2350-2150 av. J.-C. (4300-4100 cal. BP ; Alcover, 2008). À partir de ce moment se développe un habitat chalcolithique (Figure 2A et Tableau 2) dans toutes les îles (Micó, 2006 ; Calvo et al., 2002 ; Calvo et Guerrero, 2002), mais les vestiges de cette époque sont encore rares. Toutefois, il est évident que vers 1700 av. J.-C. (3650 cal. BP) une culture complètement sédentaire se développe, avec une continuité démographique dans tout l’archipel, appelée « naviforme » (âge du Bronze ; Guerrero et al., 2007; Lull et al., 1999). C’est à partir de ce moment qu’apparaît l’architecture cyclopéenne monumentale (Figure 2B), avec la généralisation des « navetiformes », c’est-à-dire des maisons mégalithiques qui forment les villages naviformes. Ces villages ne comportent pas de remparts et/ou des traces urbanistiques (Figures 2C et 2D). Vers 900-800 av. J.-C. (2850-2750 cal. BP) la société naviforme subit toute une série des changements structuraux qui culminent avec la naissance de la culture talayotique (Première âge du Fer / Fer I) (Guerrero et al., 2002 ; Lull et al., 1999). Cette culture implique aussi une architecture monumentale, mais dans ce cas en forme d’édifices publics d’une typologie variée, parmi lesquels les talayots se distinguent (Figure 2). À partir de 550 av. J.-C. environ (2500 cal. BP), on observe la destruction de quelques villages talayotiques, la diversification des rituels funéraires et l’apparition de nouveaux monuments religieux. Ces changements donnent naissance à la culture postalayotique (Seconde âge du Fer / Fer II), qui s’étale jusqu’à la conquête romaine des Baléares en 123 av. J.-C. (Guerrero et al., 2002 ; Lull et al., 1999). La romanisation de l’archipel implique la fondation de cités telles que Palma (Figure 1), Pollentia et Bochoris. La domination romaine des Baléares perdure jusqu’en 534 apr. J.-C. à laquelle succède la conquête vandale qui ouvre une période d’instabilité de domination byzantine. Cette étape se termine avec la conquête et la domination musulmane de l’archipel en 902 apr. J.-C. qui se termine en 1229 apr. J.-C. avec la conquête chrétienne qui annexe les territoires Baléares à la couronne catalano-aragonaise.

Figure 2 : Images de différents sites archéologiques à Majorque à partir des premiers établissements ddu Chalcolithique et jusqu’au Moyen Âge.
Figure 2A : hutte circulaire à Son Ferrandell - Olesa (Valldemossa, Majorque), site Chalcolithique (image : Manuel Calvo - UIB).
Figure 2B : Navetiformes I et II à Closos de can Gaià (Felanitx, Majorque), site de l’âge du Bronze - Naviforme (image: Equip Closos - UIB).
Figure 2C : talayot à Capocorb (Llucmajor, Majorque), âge du Fer - Talayotique (image : Manuel Calvo-UIB).
Figure 2D : maisons et rues du site musulman d’Almallutx (Majorque) (image : Jaume Deyà et Pablo Galera, Almallutx Archaeological Project).

Âge cal. BP

Âge cal. BC ou AD

Culture

721 - 0

1229 - 1950 AD

Chrétiens

1048 - 721

902 - 1229 AD

Musulman

1416 - 1048

534 - 902 AD

Vandales et Byzance

2073 - 1416

123 BC - 534 AD

Rome

2500 - 2073

550 BC - 123 BC

Postalayotique

2850/2750 - 2500

900/800 - 550 BC

Talayotique

2850/2750

900/800 BC

transition Naviforme - Talayotique

3050/3000

1100/1050 BC

(âge du Bronze final)

3050/3000

1100/1050 BC

Naviforme

3600/3500

1650/1550 BC

(âge du Bronze moyen)

3800 - 3600/3500

1850 - 1650/1550 BC

Âge du Bronze ancien

4450 - 3800

2500 - 1850 BC

Chalcolithique

Tableau 2 : Chronologies des différentes cultures des Îles Baléares.

Données pour la végétation des Baléares à l’Holocène

3D’un point de vue paléoenvironnemental, ces îles ont été relativement peu étudiées. Nous avons choisi de sélectionner les sites qui disposent d’une séquence palynologique continue et très bien datée : ainsi sur l’île de Minorque, les sites d’Algendar (Yll et al., 1997 ; Pérez-Obiol et Sadori, 2007 ; Carrión et al., 2012 ; Figure 1) et d’Es Grau (Burjachs, 2006 ; Carrión et al., 2012 ; Figure 1) ont été privilégiés. Sur Majorque, le site d’Albufera d’Alcúdia (Burjachs et al., 1994 ; Pérez-Obiol et Sadori, 2007 ; Carrión et al., 2012 ; Figure 1) a été choisi, tandis que sur Ibiza, Prat de Vila a été retenu (Yll et al., 2009 ; Carrión et al., 2012 ; Figure 1). En complément, les sites d’Els Closos de Can Gaià (Picornell-Gelabert et Servera-Vives, 2016 on line), de Son Ferrer (Picornell- Gelabert et al., 2012), de Cas Canar (Llergo et Riera, 2010), de Cornia Nou (Portillo et al., 2014), de Cova de Sa Parra (Yll, 2011) et de Cap de Barbaria II (Revelles et Burjachs, 2015) ont été choisis parmi les analyses polliniques et anthracologiques (Picornell-Gelabert, 2012) de référence en contexte archéologique.

Minorque

4Deux séquences sont disponibles pour l’île de Minorque : la première, Es Grau (Figure 1), est particulièrement bien datée et la seconde, Algendar (Figure 1), a fait l’objet d’une analyse à haute résolution. Ces séquences palynologiques montrent un changement brutal de la composition de la végétation entre 5350 et 4675 cal. BP (Tableau 3). Au cours des deux premiers tiers de l’Holocène, le paysage végétal était essentielle- ment dominé par des Juniperus, Buxus, Thymelaea et Ephedra, accompagnés d’espèces arborées caducifoliées (Corylus, Quercus caducifoliées et Tilia pour l’essentiel ; Figures 3 et 4). Au contraire, le dernier tiers de l’Holo- cène est plutôt dominé par l’olivier sauvage (Olea), le chêne vert (Quercus type sempervirent), l’arbre à mastic (Pistacia cf. lentiscus), les bruyères (Erica spp) et les cistes (Cistus spp ; Figures 3 et 4). Cependant, vers 7500 ans cal. BP, des modifications des pourcentages dans la composition de la végétation sont identifiées et cela pourrait être mis en relation avec la tendance générale d’un accroissement du phénomène général de sécheresse (Bar-Matthews et al., 1999 ; Donges et al., 2015). Ainsi, à l’échelle de l’île, il est possible d’observer ce phénomène à travers la baisse de représentation du taxon Corylus et de l’augmentation simultanée des cf. Juniperus, Ephedra et Thymelaea (Figures 3 et 4). Une accentuation de cette ambiance climatique plus sèche est également notée à partir de l’évènement 5.9 ka cal. BP (Bond et al., 1997), illustré par la représentation maximale de taxons tels que le cf. Juniperus, et la baisse synchrone des Ephedra, alors qu’un essor des courbes d’Olea, Quercus et Erica spp. est observé.

Majorque

5À Majorque, une seule séquence palynologique s’avère fiable, sur le site de S’Albufera d’Alcúdia (Burjachs et al., 1994, Figure 1). Néanmoins, le cadre chronostratigraphique est mal défini et n’a pas permis l’élaboration d’un modèle d’âge/profondeur suffisamment précis pour interpréter de manière fine les changements de la végétation au cours de l’Holocène sur l’île (Figure 5). Toutefois, les résultats suggèrent un changement soudain vers 3250 av. J.-C. (5200 cal. BP) où la prédominance des genévriers (Juniperus), éphédras (Ephedra) et buis (Buxus) est remplacée par celle de l’oléastre (Olea), des pins (Pinus) et des chênes (Quercus spp). Le début du changement de la végétation intervient après l’évènement climatique 5.9 ka cal. BP, où est enregistré une baisse significative des Juniperus et Ephedra avec l’augmentation en parallèle des taxons de type Quercus semper- virents et Pistacia.

Figure 3 : Diagramme pollinique d’Algendar (Minorque) des taxons sélectionnés. Les événements climatiques sont fondés sur Bond et al. (1997).

Figure 4 : Diagramme pollinique d’Es Grau (Minorque) des taxons sélectionnés. Les événements climatiques sont fondés sur Bond et al. (1997).

Figure 5 : Diagramme pollinique d’Alcúdia (Majorque) de taxons sélectionnés. Les événements climatiques sont basés sur Bond et al. (1997).

Figure 6 : Diagramme pollinique de Prat de Vila (Ibiza) de taxons sélectionnés. Les événements climatiques sont basés sur Bond et al. (1997).

Ibiza

6Deux séquences palynologiques sont disponibles sur cette île (Yll et al., 2009 ; Carrión et al., 2012) et dans le cadre de cette contribution il a été décidé de détailler celle prélevée à Prat de Vila (Figures 1 et 6 ; Tableau 1) car elle est la mieux datée. Dans cette île, en position plus méridionale, la composition et l’évolution de la végétation sont différentes des îles plus septentrionales des Baléares. Les changements observés à Ibiza ne sont pas les mêmes que ceux enregistrés dans les îles Gymésies (Majorque et Minorque). Au début de l’Holocène moyen, vers 8000 ans cal. BP (Figure 6), le paysage végétal est dominé par des chênes (Quercus spp) et des pins (Pinus), avec égale- ment la présence de quelques espèces arborées caducifoliées (Corylus, Alnus, Quercus type caducifoliés, etc.), tandis qu’au cours de l’Holocène récent, la végétation est dominée par la présence de pins et d’herbacées (NAP, Figure 6). À Ibiza, Juniperus, Buxus, Olea et Ephedra sont nettement moins représentés que dans les îles Gymésies. Il est intéressant d’observer la synchronie des changements de la végétation avec les épisodes climatiques, en particulier après l’événement aride daté de 7.5 ka cal. BP (Bar-Matthews et al., 1999 ; Donges et al., 2015), où l’on remarque une baisse des Quercus et une augmentation simultanée des Pinus jusqu’à l’évènement 5.9 ka cal. BP (Bond et al., 1997). Après cette phase d’aridité du 5.9 ka cal. BP commence une phase de domination des Quercus sempervirents qui va atteindre son maximum vers 2700 ans avant notre ère (4650 cal. BP). À partir de cette date les taxons type Quercus diminuent, alors que simultanément une augmentation des Pinus est enregistrée. Par la suite, vers 1700 av. J.-C. (3650 cal. BP), un changement majeur dans la composition de la végétation intervient, en relation probable avec une stabilisation et augmentation de la population sur l’île d’Ibiza.

À propos de la composition de la végétation pendant l’Holocène

7L’information la plus importante repose sur le fait que Majorque et Minorque présentent, avant l’arrivée de l’homme, une composition et une évolution de la végétation bien différentes des îles Pityuses et du milieu continental ibérique distant d'environ 250 à 350 km. Il s’agit en effet d’un paysage caractérisé par la présence endémique d’un certain type de buis (Buxus cf. balearica), de genévriers méditerranéens (Juniperus cf. phoenicea, J. cf. oxycedrus), de quelques chênes (Quercus types sempervirens et caducifoliés) et de très peu de pins (Pinus). Entre 5825 et 4675 ans cal. BP (daté précisément à Es Grau autour de 5350 ans cal. BP ; Tableau 3), le paysage végétal se modifie de manière brutale et devient plus arbustif, ouvert, de type maquis, avec la présence d’oliviers sauvages et de chênes sempervirens (Quercus cf. coccifera, Q. cf. ilex, Q. cf. suber) qui perdurent encore de nos jours. Sur Ibiza, la végétation se rapproche plus de celle du milieu continental ibérique voisin (seulement distant d’environ 100 km), où les taxons de type Pinus et Quercus prédominent avec également une transition de la végétation plus progressive qu’à Majorque et Minorque (Carrión et al., 2012). L’obtention de données archéobotaniques dans le cadre de fouilles archéologiques (Figures 7 et 8) permet de renforcer la notion d’anthropisation des paysages à partir de l’installation des premiers établissements vers 1650-1550 ans avant notre ère (3600- 3500 ans cal. BP ; Tableau 2 ; Calvo et Aguareles, 2011). Ainsi, si l’on compare les données palynologiques obtenues en contexte archéologique avec celles issues de sites « naturels », on se rend compte d’une prédominance des mêmes taxons (Figure 7), auxquels il convient d’ajouter d’importants apports de taxons de type rudéral-adventice et cultivés, suggérant un milieu perturbé autour des sites à partir de l’âge du Bronze moyen ou Naviforme (1650-1550 ans avant notre ère). Les données anthracologiques (Figure 8) indiquent en complément une uniformité dans l’exploitation des taxons présents dans le paysage, avec la prédominance de taxons identifiés également dans l’analyse pollinique, et ce, tout au long de la culture naviforme (âge du Bronze), talayotique (âge du Fer Initial) et post-talayotique (âge du Fer Final). Il est également intéressant de noter que l’anthracologie a permis de révéler la présence de taxons qui sont difficiles, voire impossibles, à déterminer par le biais de l’analyse pollinique à cause de leur faible capacité de conservation ou de dispersion de leurs pollens : il s’agit en particulier du figuier (Ficus carica), des lianes Clematis, du laurier (Laurus nobilis), de la lavande (Lavandula sp.) et du myrte (Myrtus communis).

Occupation humaine et changements écologiques associés

8Les Îles Baléares sont parmi les dernières îles de Méditerranée à avoir été colonisées par les sociétés humaines. Malgré l’existence de nombreux travaux axés sur l’arrivée des premiers hommes dans cet archipel, la datation de ce phénomène demeure très incertaine (Alcover, 2008). Ainsi, les dates généralement admises remontent à environ 4450 ans cal. BP (Micó-Pérez, 2005) avec une variante vers 3800 ans cal. BP (Guerrero et al., 2007). Une datation récente par le radiocarbone effectuée sur des ossements d’ovicaprin, renseigne un âge de 2460-2210 av. J.-C. (4327 ± 62 cal. BP ; Aramburu-Zabala et Martínez-Sánchez, 2015) et pour- rait être finalement acceptée comme la plus ancienne trace d’occupation humaine, elle serait également asso- ciée à des céramiques campaniformes. Il est intéressant de noter que le changement abrupt de la composition de la végétation, intervenu entre 5825 et 4675 ans cal. BP (Tableau 3), présente un décalage avec le phénomène d’anthropisation des Baléares. Preuve supplémentaire de ce décalage entre changements paysagers et anthro- pisation, il est important de souligner l’extinction des deux seuls micromammifères présents dans les Baléares. Ainsi, Eliomys morpheus (= Hypnomys morpheus) et Asoriculus hidalgoi (= Nesiotites hidalgoi), qui habitaient ces îles (Bover et Alcover, 2008), disparaissent probablement vers 6715 ans cal. BP pour Eliomys morpheus et vers 4869 ans cal. BP pour A. hidalgoi, soit bien avant l’arrivée des premiers hommes. Par ailleurs, l’extinction de l’unique macromammifère des îles Gymésies, en l’occurrence une chèvre endémique (Myotragus balearicus), est certainement liée à l’arrivée des sociétés humaines sur Majorque et Minorque ; son extinction serait donc postérieure au changement soudain de la végétation (Alcover et al., 1999 ; Bover et Alcover, 2003). Autre indication de la complexité de cette relation entre changements de la végétation et les effets de anthropisation, les indicateurs polliniques qui pourraient être utilisés pour confirmer l’arrivée des premiers humains sont rencontrés tout au long des séquences couvrant l’Holocène (Cerealia-type, Cannabaceae, Juglans, Vitis, Plantago, Asphodelus, Rumex, Urticaceae ; taxons situés sur la droite des diagrammes, Figures 3, 4, 5 et 6 ), bien qu’ils soient effectivement plus abondants depuis la colonisation humaine, en raison de l’introduction de nouvelles espèces animales et de pratiques agricoles (Figure 7).

Figure 7 : Synthèse des résultats de l’analyse pollinique des principaux taxons ligneux, d’herbacées de taxons « rudéraux » et des « cultures » obtenus à partir de prélèvements réalisés en contexte archéologique. Légende des acronymes : ABA (âge du Bronze Ancien) ; ABM (âge du Bronze Moyen) ; ABF (âge du Bronze Final) ; AFI (âge du Fer I) ; AFII (âge du Fer II). Les acronymes des sites sont les mêmes que ceux reportés sur la Figure 1.

Tableau 3 : Âges supposés du changement soudain de la végétation intervenu aux Baléares, en fonction des datations disponibles. Toutes les datations que nous avons utilisées pour les diagrammes et le texte on été calibrées avec le logiciel CalPal http://www.calpal-online.de/​)

Figure 8 : Synthèse des résultats des analyses anthracologiques menées sur les îles de Minorque et de Majorque (Picornell-Gelabert, 2012).

Interprétation climatique de l’évolution de la végétation

9La présente contribution ne se place pas dans une logique de déterminisme climatique et souhaite avant tout démontrer l’existence de changements naturels dans la composition de la végétation des Baléares avant l’arrivée des premiers hommes. En effet, ces derniers ne sont pas les seuls responsables de la transformation des paysages végétaux, du moins au cours des deux premiers tiers de l’Holocène, comme peuvent en témoigner les graphiques des Figures 9A, 9B et 9C indiquant une tendance à la baisse des arbres mésophiles tout au long de l’Holocène, alors que dans le même temps on observe l’augmentation des arbustes. Ce phénomène peut être interprété comme une tendance à une pluviométrie moindre et/ou à une distribution annuelle différente des précipitations atmosphériques, à savoir une accentuation des épisodes arides du climat méditerranéen. En particulier dans les îles Gymésies, les arbres mésophiles (indicateurs d’humidité) sont davantage représentés que les arbustes (indicateurs d’aridité) à Algendar jusqu’à l’évènement 4.2 ka cal. BP : cela ne coïncide pas exactement avec ce qui peut être observé à Alcúdia, où ce phénomène intervient vers 3.3 ka cal. BP, bien que ces observations doivent être relativisées en raison du faible nombre de datations par le radiocarbone obtenues pour ce site. En revanche, dans les îles Pityuses, les arbris- seaux prédominent très tôt par rapport aux arbres mésophiles (après l’évènement 7.5 ka cal. BP), probablement en raison d’une localisation plus méridionale d'une part. D’autre part, il est envisageable de faire coïncider les minima d’arbres mésophiles avec les épisodes de refroidissement climatique (Bond et al., 1997) associés à une plus forte aridité en Méditerranée. Ces corrélations sont assez évidentes en particulier pour les événements majeurs 8.2 et 4.2 ka cal. BP, mais aussi avec les évènements mineurs 9.3 ; 7.2-7.5 ; 5.9 ; 2.8 et 1.4 ka cal. BP (Bar-Matthews et al., 1999 ; Cacho et al., 2001 ; Frigola et al., 2007 ; Fletcher et al., 2010 ; Fletcher et Zielhofer, 2013 ; Rasmussen et al., 2014 ; Donges et al., 2015). Par conséquent, il est évident que ces événements climatiques globaux ont eu une influence directe sur la composition et l’évolution de la végétation de ces îles. De même, les feux de forêt sont manifestement naturels, de par leur datation antérieure à l’arrivée des premiers hommes (Figure 9D) et doivent plutôt être corrélés avec les événements climatiques globaux intervenus au cours de l’Holocène, notamment ceux intervenus il y a 8.2 ka, 5.9 ka et 4.2 ka cal. BP. La date de la colonisation des îles au cours du Chalcolithique coïncide approximativement avec l’évènement 4.2 ka cal. BP, alors que la transition entre l’âge du Bronze et l’âge du Fer coïncide avec l’évènement climatique daté vers 2.8 ka cal. BP (Figures 3, 4, 5 et 6). Enfin, l’événement 1.4 ka cal. BP semble se corréler avec la fin de l’Empire Romain d’Occident. Il est logique de penser que ces coïncidences ne sont pas le fruit du hasard et les événements climatiques sont des variables qu’il est important d’envisager dans le cadre d'études archéologiques et historiques puisqu’elles peuvent favoriser voire accélérer les mutations sociales.

Figure 9 : Courbes de représentation (en %) des arbres mésophiles (Quercus type caducifolié, Tilia, Ilex, Acer, Corylus, Ligustrum, Alnus, Ulmus, Populus, Salix, Fraxinus) et des arbustes (Erica, Pistacia, Rhamnus, Cistus, Cistaceae, Helianthemum, Coriaria, Thymelaea, Myrtus) durant l’Holocène moyen et supérieur à Minorque (Figure 9A), Majorque (Figure 9B) et Ibiza (Figure 9C), selon l’analyse pollinique de sites naturelles. Figure 9D : Relation entre « charcoal » (microcharbons du feu à la forêt) et le total d’arbres avec le Pinus exclu.
Les événements sont d’accord avec Bond et al. (1997).

Relations entre changements de végétation et présence de faune endémique ?

10Les données dont nous disposons montrent clairement un changement soudain de la végétation avant l’arrivée des premiers hommes dans les îles Gymésies, les seules îles peuplées par la chèvre endémique des Baléares (Myotragus balearicus). Ces îles devaient être composées d’une formation végétale atypique à base de buis et de genévriers, ce qui diffère des communautés végétales de l’île d’Ibiza ou du continent voisin. On pense que Myotragus pourrait avoir été responsable de la mutation de cette végétation. À ce titre, il faut relever la moindre importance des pins (Pinus) dans ces formations végétales, au contraire d’Ibiza (« île des pins » en phénicien) : est-ce à dire que les pins tendres de taille réduite plutôt que les genévriers, étaient à la base de l’alimentation des chèvres ? Toutefois, il est difficile de comprendre comment cette chèvre a pu disparaître totalement sans que l’homme ou d’autres animaux en soient responsables, alors que depuis le Pliocène, elle a fait face à de nombreux changements climatiques. Pour évoquer sa disparition, deux hypothèses peuvent être avancées : la première pourrait être liée à une maladie épidémique contractée par contact avec d’autres animaux importés (MacPhee et Marx, 1997 ; Bover et Alcover, 2008), et la seconde pourrait être liée à une sur- prédation (Diamond, 1989 ; Costa-Ribas, 2000) : dans ce dernier cas, cela signifierait donc que l’homme est arrivé dans ces îles bien avant la date la plus ancienne supposée que nous avons obtenue à partir de datations 14C effectuées sur des sites archéologiques.

Conclusion

11L’information principale de cette étude repose sur la différence entre la paléovégétation des îles Gymésies (nord-est des Baléares) et celle des Pityuses (sud-ouest des Baléares). En effet, la composition de la végétation avant l’arrivée des premiers hommes dans les îles Gymésies était vraisemblablement adaptée au climat et à la faune au cours des deux premiers tiers de l’Holocène. Cette dernière période correspond également à l’existence de l’herbivore endémique des Gymésies, la chèvre Myotragus, dont l’extinction peut être mise en relation avec les variations climatiques survenues pendant l’Holocène Récent et l’introduction de nouveaux herbivores par les premiers hommes. Dans les îles Pityuses, la végétation est semblable à celle présente dans l’est de la péninsule Ibérique, à la même latitude. Il y a d’ailleurs une bonne corrélation entre les données de la paléovégétation issues des sites naturels et de ceux provenant de fouilles archéologiques. De manière générale, les évènements climatiques globaux et rapides, tels que les Bond events (Bond et al., 1997) et les RCCs (Rapid Climate Changes, Mayewsky et al., 2004 ; Fletcher et al., 2010 ; Donges et al., 2015), marquent des change- ments et de nouvelles tendances dans l’évolution de la végétation de ces îles. En l’état actuel des séquences palynologiques et des datations disponibles, des changements brutaux de la végétation sont observés vers 5200 cal. BP à S’Albufera d’Alcúdia (Majorque), vers 5825 cal. BP à Cala’n Porter (Minorque), aux alentours de 5350 cal. BP à Es Grau (Minorque), et enfin 4675 cal. BP à Algendar (Minorque). Ces changements interviennent bien avant l’occupation affirmée des sociétés humaines et de nouvelles études, fondées sur des chronostratigraphies plus nombreuses, seront nécessaires pour distinguer la part climatique de la part anthropique dans ces changements de végétation entre l’Holocène moyen et récent. De leur côté, les pollens utilisés comme « marqueurs anthropiques », qui auraient pu préciser l’intervention de l’homme sur les paysages végétaux, ne sont pas pertinents dans les sites naturels étudiés car ils se révèlent être présents avant et après la colonisation des Baléares par les premiers hommes. De nouvelles recherches pluridisciplinaires pourraient apporter en ce sens de nouvelles pistes de réflexion sur les problématiques liant l’évolution de la végétation au cours de l’Holocène avec les changements climatiques et les conséquences de l’anthropisation.

Remerciements

12J. Revelles a été bénéficiaire d’un contrat predoctoral FPU, du Ministerio de Educación, Cultura y Deporte (Espagne) et le travail de Ll. Picornell-Gelabert a été financé grâce à une bourse postdoctorale attribuée par le Gouvernement des Îles Baléares (Conselleria d’Educació i Universitat) et du Fonds Social Européen et d’une bourse Beatriu de Pinós du Gouvernement de la Catalogne (BP-A 2014 00216). Tandis que le travail de G. Servera-Vives a été financé par le Ministerio de Economía y Competitividad (Programme Juan de la Cierva, Espagne). Enfin, le travail de L1. Picornell-Gelabert et de G. Servera Vives fait partie du transfert des connaissances du projet « Live between islands: insular landscapes, connectivity and material culture in the communities of the Balearic Islands during Recent Prehistory (2500-123 years BC) » (réf. HAR2012-32602) et « Archipiélagos: paisajes, comunidades prehistóricas insulares y estrategias de conectividad en el Mediterráneo occidental el caso de las Islas Baleares durante la prehistoria » (HAR2015 67211-P). du Ministerio de Economía y Competitividad (Espagne). Enfin, les auteurs tiennent à remercier Matthieu Ghilardi pour la relecture et l'amélioration du style de cette contribution.

Bibliographie

Références

ALCOVER J.A., « The First Mallorcans: Prehistoric Colonization in the Western Mediterranean », Journal of World Prehistory, 21-1, 2008, p. 19-84.

ALCOVER J.A., PÉREZ-OBIOL R., YLL E.I., BOVER P.,

«The diet of Myotragus balearicus Bate 1909 (Artiodactyla: Caprinae), an extinct bovid from the Balearic Islands: evidence from coprolites », Biological Journal of the Linnean Society, 66, 1999, p. 57-74.

ARAMBURU-ZABALA J., MARTÍNEZ-SÁNCHEZ J.A., « La cova de Son Pellicer (Calvià, Mallorca). Salas 1 (niveles inferiores) Y3 », inédit, 2015, 112 p. Rapport en ligne.

ATHENS J.S., TOGGLE H.D., WARD J.V., WELCH D.J., « Avifaunal extinctions, vegetation change, and Polynesian impacts in prehistoric Hawaii », Archaeology in Oceania, 37-2, 2002, p. 57-78.

BAR-MATTHEWS M., AYALON A., KAUFMAN A., WASSERBURG G.J., « The Eastern Mediterranean paleoclimate as a reflection of regional événements: Soreq cave, Israel », Earth and Planetary Science Letters, 166-1/2, 1999, p. 85-95.

BOND G., SHOWERS W., CHESEBY M., LOTTI R., ALMASI P., DEMENOCAL P.B., PRIORE P., CULLEN H., HAJDAS I., BONANI G., « A Pervasive Millennial-Scale Cycle in North Atlantic Holocene and Glacial Climates », Science, 278, 1997, p. 1257-1265.

BOVER P., ALCOVER J.A., « Understanding Late Quaternary extinctions: the case of Myotragus balearicus (Bate, 1909) », Journal of Biogeography, 30-5, 2003, p. 771-781.

BOVER P., ALCOVER J. A., « Extinction of the autochthonous small mammals of Mallorca (Gymnesic Islands, Western Mediterranean) and its ecological consequences », Journal of Biogeography, 35-6, 2008, p. 1112-1122.

BURJACHS F., « Palinología y restitución palinológica », Ecosistemas - Revista Científica y Técnica e Ecología y Medio Ambiente, 15 (1), 2006, p. 1-10.

BURJACHS F., PÉR EZ-OBIOL R., ROUR E J.M., JULIÀ R., « Dinámica de la vegetación durante el Holoceno en la isla de Mallorca », in Mateu I., Dupré M., Güemes J., Burgaz M.E., Trabajos de Palinología Básica y Aplicada, València, Universitat de València, 1994, p. 199-210.

CACHO I., GRIMALT J.O., CANALS M., SBAFFI L., SHACKLETON N.J., SCHOENFELD J., ZAHN R., « Variability of the western Mediterranean Sea surface temperature during the last 25,000 years and its connection with the Northern Hemisphere climatic changes ». Paleoceanography, 16-1, 2001, p. 40-52.

CALVO M., GUERRERO V., Los inicios de la metalúrgia en Baleares. El Calcolítico (c. 2500-1700 cal. BC), Palma, El Tall Editors, 2002.

CALVO M., GUERRERO V., SALVÀ B., « Los orígenes del poblamiento balear. Una discusión no acabada », Complutum, 13, 2002, p. 159-191.

CALVO M., AGUARELES A., Calv ià. Patrimonio Cultural,Palma de Mallorca, Fundació Calvià, 2011.

CAÑELLAS-BOLTÀ N., RULL V., SÁEZ A., MARGALEF O., BAO R., PLA-R A BE S S., BLAAUW M., VALERO-GARCÉS B., GIRALT S.,

« Vegetation changes and human settlement of Easter Island during the last millennia: a multiproxy study of the Lake Raraku sediments », Quaternary Science Reviews, 72, 2013, p. 36-48.

CARRIÓN J.S., FERNÁNDEZ S., GONZÁLEZ-SAMPÉRIZ P., LÓPEZ-MERINO L., PEÑA L., BURJACHS F., LÓPEZ-SÁEZ J. A., GARCÍA-ANTÓN M., CARRIÓN-MARCO Y., UZQUIANO P., POSTIGO J.M., BARRÓN E., ALLUÉ E., BADAL E., DUPRÉ M., FIERRO E., MUNUER A M., RUBIALES J.M., GARCÍA-A MORENA I., J IMÉNEZ-MORENO G., GIL-ROMERA G., LEROY S., GARCÍA-MARTÍNEZ M.S., MONTOYA E., FLETCHER W., YLL I.E., VIEIRA M., RODRÍGUEZ-ARIZA M.O., A NDERSON S., PEÑALBA C., GIL-GARCÍA M.J., PÉREZ-SANZ A., ALBERT R.M., DÍEZ M.J., MORALES C., GÓMEZ-MANZANEQUE F., PARRA I., RUIZ-ZAPATA B., RIERA S., ZAPATA L., EJARQUE A., VEGAS T., RULL V., SCOTT L., ANDRADE A., PÉREZ- DÍAZ S., ABEL-SCHAAD D., MORENO E., HERNÁNDEZ-MATEO L., SÁNCHEZ-BAENA J.J., RIQUELME J. A., IGLESIAS R., FR ANCO F., CHAÍN C., FIGUEIRAL I., GRAU E., MATOS M., JIMÉNEZ-ESPEJO F., ARRIBAS A., GARRIDO G., FINLAYSON G., FINLAYSON C., RUIZ M., PÉREZ-JORDÁ, G., MIRAS Y., Paleoflora y Paleovegetación de la Península Ibérica e Islas Baleares: Plioceno-Cuaternario, Madrid, Ministerio de Economía y Competitividad, 2012.

COSTA-RIBAS B., « Plantejaments per a l’anàlisi del procés d’establiment humà en petits medis insulars. El cas de l’arxipièlag balear », in Guerrero V.M., Gornés S., Colonización humana en ambientes insulares : interacción con el medio y adaptación cultural, Palma de Mallorca, Servei de Publicacions de la Universitat de les Illes Balears, 2000.

DIAMOND J., « The present, past and future of human caused extinctions », Philosophical Transactions of the Royal Society, London, B325, 1989, p. 469-477.

DONGES J.F., DONNER R.V., MARWAN N., BREITENBACH S.F.M., REHFELD K., KURTHS J., « Non-linear regime shifts in Holocene Asian monsoon variability: potential impacts on cultural change and migratory patterns », Climate of the Past, 11-5, 2015, p. 709-741.

DUMONT H.J., COCQUYT C., FONTUGNE M., ARNOLD M., REYSS J.-L., BLOEMENDAL J., OLDFIELD F., STEENBERGEN C. L. M., KORTHALS H.J., ZEEB B.A., « The end of moai quarrying and its effect on Lake Rano Raraku, Easter Island », Journal of Paleolimnology, 20-4, 1998, p. 409-422.

FLENLEY J.R., KING A.S.M., JACKSON J., CHEW C., TELLER J.T., PRENTICE M.E., « The late Quaternary vegetational and climatic history of Easter Island », Journal of Quaternary Science, 6-2, 1991, p. 85-115.

FLETCHER W.J., SÁNCHEZ-GOÑI M.F., PEYRON O., DORMOY I., « Abrupt climate changes of the last deglaciation detected in a western Mediterranean forest record », Climate of the Past, 6-2, 2010, p. 245-264.

FLETCHER W.J., ZIELHOFER C., « Fragility of Western Mediterranean landscapes during Holocene Rapid Climate Changes », Catena, 103, 2013, p. 16-29.

FRIGOLA J., MORENO A., CACHO I., CANALS M., SIERRO F.J., FLORES J.A., GRIMALT J.O., HODELL D.A., CURTIS J.H., « Holocene climate variability in the western Mediterranean region from a deepwater sediment record ». Paleoceanography, 22-2, 2007 p. 1-16.

GUERRERO V.M., CALVO M., SALVÀ B., « La cultura talayótica. Una sociedad de la edad del Hierro en la periferia de la colonización fenícia », Complutum, 13, 2002, p. 221-258.

GUERRERO V.M., CALVO M., GARCÍA-ROSSELÓ J., GORNÉS S., Prehistoria de las Islas Baleares : Registro arqueológico y evolución social antes de la Edad del Hierro, British Archaeological Reports, International Series, 1690, 2007.

GUERRERO V.M., CALVO M., « Resolviendo incertidumbres. Nuevos datos sobre las primeras ocupaciones humanas de las Baleares », in Hernández M.S., Soler J.A., López J.A., IV Congreso de Neolítico peninsular, t. II, Alacant, MARQ, 2008.

HORROCKS M., MAR R A M., BAISDEN W.T., FLENLEY J., FEEK D., GONZÁLEZ-NUALART L., HAOA-CARDINALI S., GORMAN T.E., « Pollen, phytoliths, arthropods and high-resolution 14C sampling from Rano Kau, Easter Island: evidence for late Quaternary environments, ant (Formicidae) distributions and human activity », Journal of Paleolimnology, 50-4, 2013, p. 417-432.

LLERGO-LÓPEZ Y., RIERA-MORA S., Estudio polínico de muestras sedimentarias de los yacimientos arqueológicos de Ses Païses y Cascanar, (Mallorca, Islas Baleares), rapport inédit, Universitat de Barcelona, 2010.

LULL V., MICÓ R., RIHUETE C., RISCH R., Ideología y sociedad en la prehistoria de Menorca. La Cova des Càrritx y la Covades Mussol, Barcelona, Consell Insularde Menorca, 1999.

MACPHEE R.D.M., MARX P.A., « The 40,000-year plague. Humans, hyperdisease, and first-contact extinctions », in Goodman S.M., Patterson, B.D., Natural change and human impact in Madagascar, London - Washington, Smithsonian Institution Press, 1997.

MAYEWSKI P.A., ROHLING E.E., STAGER J.C., KARLEN W., MAASCH K. A., MEEKER L.D., MEYERSON E.A., GASSE F., VAN KREVELD S., HOLMGREN K., LEE-THORP J., ROSQVIST G., RACK F., STAUBWASSER M., SCHNEIDER R.R., STEIG E.J., « Holocene climate variability », Quaternary Research, 62-3, 2004, p. 243-255.

MICÓ-PÉREZ R., Cronología absoluta y periodización de la prehistoria reciente las Islas Baleares, British Archaeological Reports International Series, 1373, 2005.

MICÓ-PÉREZ R., « Radiocarbon dating and Balearic Prehistory. Reviewing the Periodization of the Prehistoric Sequence », Radiocarbon, 48-3, 2006, p. 421-434.

PÉREZ-OBIOL R., SADORI L., « Similarities and dissimilarities, synchronisms and diachronisms in the Holocene vegetation history of the Balearic Islands and Sicily », Vegetation History and Archaeobotany, 16-4, 2007, p. 259-265.

PICORNELL-GELABERT L., Paisaje vegetal y comunidades prehistóricas y protohistóricas en Mallorca y Menorca (Illes Balears): una aproximación desde la antracología, thèse de doctorat, Universitat de Barcelona, 2012.

PICORNELL-GELABERT L., SERVERA V IVES G., RIERA S., ALLUÉ E., « The study of prehistoric sacred sites and sacred plants: a case study of Son Ferrer funerary mound in Majorca, Balearic Islands », in Pungetti G., Oviedo G., Hooke D., Sacred species and sites. Advances in biocultural diversity, Cambridge, Cambridge University Press, 2012, p. 428-434.

PICORNELL-GELABERT L., SERVERA-VIVES G., « Landscape practices and the everyday life in domestic spaces Bronze Age Mallorca (Balearic Islands): Perspectives for and archaeology of fuel and firewood«. Quaternary International, 2016 on-line, http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1040618215014524

PORTILLO M., LLERGO Y., FERRER A., ANGLADA M., PLANTALAMOR L., ALBERT R.M., « Actividades domésticas y molienda en el asentamiento talayótico de Cornia Nou (Menorca, Islas Baleares): resultados del estudio de microfósiles vegetales », Revista d’Arqueologia de Ponent, 24, 2014, p. 311-321.

PREBBLE M., DOWE J.L. « The late Quaternary decline and extinction of palms on oceanic Pacific islands », Quaternary Science Reviews, 27 (27-28), 2008, p. 2546-2567.

RASMUSSEN S.O., BIGLER M., BLOCKLEY S.P., BLUNIER T., BUCHARDT S.L., CLAUSEN H.B., CVIJANOVIC I., DAHL-JENSEN D., JOHNSEN S.J., FISCHER H., GKINIS V., GUILLEVIC M., HOEK W.Z., LOWE J.J., PEDRO J.B., POPP T., SEIERSTAD I. K., STEFFENSEN J. P., SVENSSON A. M., VALLELONGA P., VINTHER B.M., WALKER M.J.C., WHEATLEY J.J., WINSTRUP M., « A stratigraphic framework for abrupt climatic changes during the Last Glacial period based on three synchronized Greenland ice-core records: refining and extending the INTIMATE événement stratigraphy », Quaternary Science Reviews, 106, 2014, p. 14-28.

REVELLES J., BURJACHS F., Informe de l’anàlisi arqueopalinològica del jaciment de “Cap de Barbaria II” (Formentera, Illes Balears). Campanyes d’excavació arqueològica 2013- 2014, rapport inédit, Universitat Autònoma de Barcelona, 2015.

RULL V., Cañellas-Boltà N., Sáez A., Margalef O., Bao R., Pla-Rabes S., Valero-Garcés B., Giralt S., « Challenging Easter Island›s collapse: the need for interdisciplinary synergies », Frontiers in Ecology and Evolution - Paleoecology, 1-article 3, 2013, p. 1-5.

RULL V., Cañellas-Boltà N., Margalef O., Sáez A., Pla-Rabes S., Giralt S., « Late Holocene vegetation dynamics and deforestation in Rano Aroi: Implications for Easter Island›s ecological and cultural history », Quaternary Science Reviews, 126, 2015, p. 219-226.

SÁEZ A., VALERO-GARCÉS B. L., GIRALT S., MORENO A., BAO R., PUEYO J.J., HERNÁNDEZ A., CASAS D., « Glacial to Holocene climate changes in the SE Pacific. The Raraku Lake sedimentary record (Easter Island, 27°S) », Quaternary Science Reviews, 28-25-26, 2009, p. 2743-2759.

SERVERA-NICOLAU J., « Principals trets fisiogràfics i climàtics de les Pitiuses », Territoris, 2, 1999, p. 9-37.

VIGNE J.-D., « The large “true” Mediterranean islands as a model for the Holocene human impact on the European vertebrate fauna? Recent data and new reflections », in Benecke N., The Holocene History of the European Vertebrate Fauna Modem Aspects of Research, Berlin, Verlag Marie Leidorf GmbH - Rahden/Westf, 1999, p. 295-321.

YLL E.I., « Anàlisi pollínica de mostres de la cova de Sa Parra, in Marlasca R., López J.M., Colomar M., Escandell M.J., La Mola de Formentera, un paisatge per a la investigació i la recuperació social de la Prehistòria a les Pitiüses, Memòria científica inèdita. Formentera-Eivissa 2001-2011, inédit - 2011.

YLL E.I., PÉREZ-OBIOL, R., PANTALEÓN-CANO J., ROURE J.M., « Palynological Evidence for Climatic Change and Human Activity during the Holocene on Minorca (Balearic Islands) », Quaternary Research, 48, 1997, p. 339-347.

YLL E.I., BURJACHS F., EXPÓSITO I., « Descobrint els paisatges del passat », in Marí M., Vila i Ses Feixes. Els camins de l’aigua, Eivissa, GEN-GOB Eivissa, 2009, p. 19-40.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Carte de localisation des sites mentionnés dans le texte. Légende des sites archéologiques : CG (Clossos de Can Gaià ; âge du Bronze), TSF (Son Ferrer ; âge du Bronze et du Fer), CC (Cas Canar ; âge du Fer), CN (Cornia Nou ; âge du Bronze et du Fer), CP (Cova Sa Parra ; âge du Fer), CB (Cap Barbaria II ; âge du Bronze).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28689/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Légende Tableau 1 : Données de localisation, superficie et climatiques pour les Îles Baléares (Méditerranée occidentale).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28689/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Légende Figure 2 : Images de différents sites archéologiques à Majorque à partir des premiers établissements ddu Chalcolithique et jusqu’au Moyen Âge.Figure 2A : hutte circulaire à Son Ferrandell - Olesa (Valldemossa, Majorque), site Chalcolithique (image : Manuel Calvo - UIB).Figure 2B : Navetiformes I et II à Closos de can Gaià (Felanitx, Majorque), site de l’âge du Bronze - Naviforme (image: Equip Closos - UIB).Figure 2C : talayot à Capocorb (Llucmajor, Majorque), âge du Fer - Talayotique (image : Manuel Calvo-UIB).Figure 2D : maisons et rues du site musulman d’Almallutx (Majorque) (image : Jaume Deyà et Pablo Galera, Almallutx Archaeological Project).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28689/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Légende Figure 3 : Diagramme pollinique d’Algendar (Minorque) des taxons sélectionnés. Les événements climatiques sont fondés sur Bond et al. (1997).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28689/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 265k
Légende Figure 4 : Diagramme pollinique d’Es Grau (Minorque) des taxons sélectionnés. Les événements climatiques sont fondés sur Bond et al. (1997).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28689/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Figure 5 : Diagramme pollinique d’Alcúdia (Majorque) de taxons sélectionnés. Les événements climatiques sont basés sur Bond et al. (1997).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28689/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Légende Figure 6 : Diagramme pollinique de Prat de Vila (Ibiza) de taxons sélectionnés. Les événements climatiques sont basés sur Bond et al. (1997).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28689/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Légende Figure 7 : Synthèse des résultats de l’analyse pollinique des principaux taxons ligneux, d’herbacées de taxons « rudéraux » et des « cultures » obtenus à partir de prélèvements réalisés en contexte archéologique. Légende des acronymes : ABA (âge du Bronze Ancien) ; ABM (âge du Bronze Moyen) ; ABF (âge du Bronze Final) ; AFI (âge du Fer I) ; AFII (âge du Fer II). Les acronymes des sites sont les mêmes que ceux reportés sur la Figure 1.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28689/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Légende Tableau 3 : Âges supposés du changement soudain de la végétation intervenu aux Baléares, en fonction des datations disponibles. Toutes les datations que nous avons utilisées pour les diagrammes et le texte on été calibrées avec le logiciel CalPal http://www.calpal-online.de/​)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28689/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende Figure 8 : Synthèse des résultats des analyses anthracologiques menées sur les îles de Minorque et de Majorque (Picornell-Gelabert, 2012).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28689/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 481k
Légende Figure 9 : Courbes de représentation (en %) des arbres mésophiles (Quercus type caducifolié, Tilia, Ilex, Acer, Corylus, Ligustrum, Alnus, Ulmus, Populus, Salix, Fraxinus) et des arbustes (Erica, Pistacia, Rhamnus, Cistus, Cistaceae, Helianthemum, Coriaria, Thymelaea, Myrtus) durant l’Holocène moyen et supérieur à Minorque (Figure 9A), Majorque (Figure 9B) et Ibiza (Figure 9C), selon l’analyse pollinique de sites naturelles. Figure 9D : Relation entre « charcoal » (microcharbons du feu à la forêt) et le total d’arbres avec le Pinus exclu.Les événements sont d’accord avec Bond et al. (1997).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28689/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 326k

Auteurs

ICREA, Barcelona, Catalogne, Espagne (francesc.burjachs@icrea.cat)
IPHES / Institut Català de Paleoecologia Humana i Evolució Social, Tarragona, Catalogne, Espagne (rikeryll@gmail.com)
URV / Universitat Rovira i Virgili, Tarragona, Catalogne, Espagne (francesc.burjachs@urv.cat)

UAB / Universitat Autònoma de Barcelona, Dept. Biologia Animal, de Biologia Vegetal i d’Ecologia, Bellaterra, Espagne (ramon.perez@uab.cat)

UIB / Universitat de les Illes Balears, ArqueoUIB, Palma, Mallorca, Espagne (tokelau24@gmail.com ; serveravives@gmail.com)

UAB / Universitat Autònoma de Barcelona, Dept. de Prehistòria, Bellaterra, Espagne (jordi.revelles@uab.cat)

UIB / Universitat de les Illes Balears, ArqueoUIB, Palma, Mallorca, Espagne (tokelau24@gmail.com ; serveravives@gmail.com)

IPHES / Institut Català de Paleoecologia Humana i Evolució Social, Tarragona, Catalogne, Espagne (rikeryll@gmail.com)

IPHES / Institut Català de Paleoecologia Humana i Evolució Social, Tarragona, Catalogne, Espagne (rikeryll@gmail.com)

© CNRS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540