Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Géoarchéologie des îles de la Méditerranée

 | 
Matthieu Ghilardi

Partie 4. Deltas, lagunes et marais : des interfaces propices à l'implantation des sociétés humaines / Deltas, lagoons, and marshes as suitable environments for human habitation

Changements environnementaux et impact des sociétés humaines autour du site minoen de Malia (Crète, Grèce)

Bilan des acquis et nouvelles recherches

Lespez Laurent, Müller Celka Sylvie et Pomadère Maia

Résumé

Les recherches géoarchéologiques se sont multipliées en Grèce au cours des vingt dernières années. Elles reposent aujourd’hui de plus en plus souvent sur l’intégration de travaux géographiques, paléoenvironnementales, archéologiques et historiques selon des méthodes qui permettent de reconstituer l’évolution des paysages et des rapports Nature/Société au cours des derniers millénaires. Il existe à Malia, Crète centre-orientale, un potentiel original pour confronter les recherches paléoenvironnementales et archéologiques depuis la fin du Néolithique. La présence d’un petit marais côtier au pied de la cité minoenne est garant d’archives sédimentaires permettant l’enquête paléoenvironnementale alors que le contexte archéologique est l’un des plus riches de l’île. Les données acquises montrent la permanence et l’extension des milieux palustres malgré de brèves périodes de déstabilisation de l’environnement littoral sous l’action de facteurs météo-marins ou d’origine tectonique. Elles révèlent un potentiel unique pour caractériser les conséquences de la mise en valeur agricole et de l’urbanisation que des investigations à venir devraient permettre de préciser.

Texte intégral

Introduction

1Les recherches géoarchéologiques reposent aujourd’hui fréquemment sur l’intégration des recherches géographiques, paléoenvironnementales, archéologiques et historiques qui permettent de reconstituer simultanément l’évolution des paysages et les rapports Nature/Sociétés humaines au cours des derniers millénaires (Lespez, 2007). Accompagnées d’études paléoenvironnementales conduites à l’extérieur des sites archéologiques, ces recherches permettent de restituer les dynamiques paysagères et de contribuer à la compréhension des conditions environnementales dans lesquelles se sont développés les processus socio-économiques (Ghilardi et al., 2008, 2013 et 2014 ; Kouli et al., 2009 ; Lespez, 2008 ; Lespez et al., 2013, 2014 et accepté ; Pavlopoulos et al., 2010 et 2013 ; Triantaphyllou et al., 2010). Cependant, les prospections géoarchéologiques restent en grande partie à développer en Crète. Elles ont été pendant longtemps centrées sur les espaces littoraux de la grande île. La reconstitution paléogéographique est alors au centre du propos (par exemple Dalongeville, 2000 ; Theodorakopoulou et al., 2009 et 2012), souvent accompagnée de la mise en évidence du rôle des événements sismiques, des mouvements tectoniques et des tsunamis associés (par exemple Pirazolli et al., 1992 ; Stiros, 2001 et 2010 ; Scheffers et Scheffers, 2007 ; Mourtzas, 2012), ou des conséquences de l’éruption explosive du volcan de Santorin sur les dynamiques littorales (Minoura et al., 2000 ; Dominey-Howes, 2004 ; Bruins et al., 2008 ; Novikova et al., 2011). Les recherches pionnières sur les dynamiques paysagères reposent principalement sur des approches historiques conduites à l’échelle de l’île, permettant de reconstituer l’environnement des deux derniers millénaires (Rackham et Moody, 1996). En relation avec les fouilles archéologiques, des analyses archéobotaniques ayant pour but la reconstitution des paysages passés et des systèmes de production associés sont venues récemment apporter de nombreuses informations (Moody, 2013). Parallèlement, les recherches paléoenvironnementales conduites en dehors des sites archéologiques se sont timidement développées. À ce titre, les travaux pionniers entrepris par Atherden et Hall (1999), puis plus tard ceux de Bottema et Sarpaki (2003), sur les dépôts de la tourbière d’Asi Gonia et le remplissage lacustre du Lac Kournas ont fourni de précieuses informations sur les dynamiques du couvert végétal au cours des derniers millénaires. Cependant, ces travaux demeuraient isolés. Ils ont été récemment repris par des prospections à haute résolution temporelle appuyées sur de multiples indicateurs sédimentologiques et biologiques dont les premiers résultats sont prometteurs (Jouffroy-Bapicot et al., en prep. ; Vannière et al., en prep ; Figure 1).

2Parallèlement, les recherches géoarchéologiques se sont développées sur les espaces continentaux afin de remettre en contexte archéologique les archives paléoenvironnementales obtenues au centre de la Crète. C’est dans ce cadre qu’ont été étudiées les dépressions karstiques qui parsèment la montagne crétoise (Siart et al., 2010), mais surtout que se sont développées de nouvelles études géoarchéologiques, à proximité des sites palatiaux minoens, celui de Phaistos (Figure 1) notamment. Les premiers résultats des recherches conduites par Ghilardi et al. (sous presse) dans l’ancienne dépression fluvio-lacustre située au pied du site palatial sont très prometteurs. C’est dans la même perspective que se situe le travail en cours aux abords de la ville minoenne de Malia. Pour des raisons diverses, les projets précédents portant sur les paléoenvironnements de Malia et leurs liens avec le site archéologique sont demeurés inachevés (Dalongeville, 2000 ; Lespez et al., 2002 et 2003). Or, il existe à Malia un potentiel avéré pour les recherches paléoenvironnementales. La présence d’un petit marais côtier assure la présence d’archives sédimentaires permettant l’enquête paléoenvironnementale alors que la richesse du contexte archéologique depuis la fin du Néolithique (Müller, 1998) nécessite que les données paléoécologiques soient interprétées en discussion avec les archéologues. C’est dans cette perspective que s’engage ce nouveau projet selon une approche pluridisciplinaire dans la longue durée. Cet article propose un état sur les données acquises au cours de ces quinze dernières années, dont certaines ne sont pas encore publiées, afin de définir les enjeux futurs des études géoarchéologiques dans la région.

Figure 1 : Localisation du site de Malia et des sites faisant l’objet d’investigations paléoenvironnementales, cités dans l’article.

Terrain d’étude

L’environnement

3La ville minoenne de Malia est située sur la côte septentrionale de la Crète (Figure 1), au pied du mont Séléna (1 600 m). Ce dernier fait partie du grand massif montagneux du Dikté qui culmine à 2 148 m et domine le poljé du Lassithi. La chaîne du Séléna, constituée par des calcaires marmoréens blancs, surplombe un versant où affleurent les calcaires bleus du Crétacé connus localement sous le nom de Sideropetra (Bonnefont, 1971). Ce versant est caractérisé par de beaux replats dont le niveau le plus étendu se situe aux alentours de 90 m d’altitude et forme la butte du Prophète Élie et un plateau plus développé vers l’est, l’Arkovouno. Alors que la partie occidentale de la dépression de Malia correspond à un long plan incliné recouvert de formations superficielles complexes limono-sableuses rouges, la partie orientale correspond à un bas-plateau qui se développe principalement dans les calcaires bleus (Sideropetra). Ce talus présente des modelés karstiques, en particulier des dolines plus ou moins importantes, à remplissage d’argile sableuse rouge, séparées par des échines rocailleuses. Vers le nord, le plateau domine la mer Egée par une falaise vive, haute de 10 à 15 mètres. La ville minoenne s’est installée à l’extrémité orientale du bas-plateau et domine vers l’ouest un petit marais littoral (Figure 2) qui fait la jonction avec le piémont occidental où s’est installée la ville contemporaine. Cette position charnière explique le fonctionnement particulier du marais. Ce dernier est aujourd’hui en grande partie recouvert de roseaux (arundo donax et phragmites phragmites) et de prairies à joncs. Son altitude est inférieure à un mètre au-dessus du niveau moyen de la mer (Figures 2 et 3). Vers l’est, il dessine un rentrant remarquable dans le plateau calcaire qui sert de soubassement à la ville antique. Le contact correspondant à des versants aux tracés rectilignes résulte vraisemblablement du jeu récent d’une faille (Pareyn, 1963). Vers l’ouest, le contact avec le piémont de Malia s’effectue par une pente plus douce. Il faut également remarquer l’existence, au centre de ce marais, d’une butte de calcaire bleu bien développée qui s’allonge du Nord au Sud. Le marais est séparé de la mer par un littoral bas, rocheux, constitué par des formations quaternaires dunaires ou marines consolidées, désignées localement sous le nom d’ammouda, qui se sont formées au cours du début de la dernière période froide dans un contexte régressif (Caron et al., 1998 ; Dalongeville et al., 2000) et qui définissent la Pointe du Moulin. Celle-ci protège l’anse du Moulin, une belle plage bordée par un cordon dunaire qui abrite le marais de Malia des incursions marines. Aujourd’hui, le marais est principalement alimenté par les nappes contenues dans les calcaires secondaires et tertiaires. Ces nappes sont en communication et forment un aquifère hétérogène et discontinu (Lambrakis et Kallergis, 2001). Le drainage du marais est assuré par trois drains principaux qui se rejoignent vers un unique exutoire. Malgré le battement saisonnier de la nappe et les prélèvements effectués dans celle-ci, le marais n’est jamais totalement asséché même en été.

Figure 2 : Photographie légendée du marais de Malia et de son environnement

Figure 3 : Carte géomorphologique du marais de Malia et des investigations conduites avant 2003 (Lespez et al., 2003) et en 2015.
1. Calcaire crétacé (sidéroptra) ; 2. Calcarénite tyrrhénienne (amouda) ; 3. Plage sableuse ; 4 Cordon littoral sableux recouvert de roseaux ; 5. Dépôts palustres holocènes principalement recouvert par une roselière et sa ceinture de plantes hygrophyles (joncs, etc.) ; 6. Sondages et carottages ante 2015 (carré vert) et Carottages de la campagne 2015 (rond rouge).

Le contexte archéologique

4Le peuplement de la plaine de Malia a fait l’objet de recherches au cours des années 1990 grâce à la réalisation d’un projet de prospection archéologique sous l’égide de l’École française d’Athènes (Müller, 1996 et 1998 ; Müller Celka, 2010). Il remonte au Néolithique final mais ne prend de l’importance qu’à partir du Minoen ancien IIB. L’essor de la région de Malia date de l’époque protopalatiale, c’est-à-dire de celle du premier palais (début du IIe millénaire av. J.-C.). Cette période correspond manifestement à un pic dans l’occupation du sol. Sur le site de la ville, après une vague de destructions à la fin du Minoen moyen II, le palais et certains quartiers sont reconstruits. La période suivante (appelée néopalatiale, MM III-MR I) semble moins florissante, si l’on en juge par le nombre des sites d’habitat recensés dans la plaine et leur absence quasi-totale sur les contreforts du Séléna (Müller Celka et al., 2014). Le palais et la cité qui l’entoure continuent cependant à donner les signes d’une activité importante, avant de subir un coup irrémédiable au cours du Minoen récent I, vers 1500 av. J.-C., vraisemblablement plus tôt que la plupart des autres sites minoens. Réoccupée très partiellement à la période post-palatiale (Minoen récent III A et B), la ville est ensuite abandonnée vers 1200 av. J.-C. pour plus d’un millénaire. Les campagnes de prospection dans la plaine de Malia montrent que le site de la ville et divers points de la plaine ont encore été habités durant les époques romaine tardive, paléochrétienne et vénitienne. En ce qui concerne le marais, il faut relever que la butte qui occupe son centre a livré quelques vestiges de la période minoenne (fin du Minoen ancien, Minoen moyen II et III et période post-palatiale), mais uniquement sous forme de tessons et de fragments d’obsidienne épars. Elle recèle en revanche de nombreux vestiges architecturaux de la période romaine, dont une citerne liée à un aqueduc (Müller et al., 2003). La butte centrale porte également les restes d’une basilique d’époque paléochrétienne (IV-VIe siècles apr. J.-C.) (van Effenterre, 1980). En revanche, les alentours immédiats du marais à l’ouest et au sud n’ont pratiquement pas livré de matériel archéologique. C’est sur sa bordure orientale que le marais était le plus colonisé par l’extension de la ville, comme en témoigne la densité des tessons de surface, l’une des plus élevées de tout le site archéologique (Müller, 1991). Pour le secteur situé au nord du marais, trois points méritent d’être signalés. Premièrement, la plage était bordée à l’est, au pied de la butte, par un mur de soutènement (d’allure minoenne mais de date non précisée) aujourd’hui presque complètement démantelé, dont l’aspect massif a pu faire penser à un mur d’enceinte (Van Effenterre, 1976). Deuxièmement, toutes les formations de calcarénite (ammouda) à l’ouest de la pointe du Moulin ont servi de carrières, comme le prouvent les blocs abandonnés en cours d’extraction et les traces d’enlèvement, bien visibles en particulier le long du « chenal » parallèle à la Pointe du Moulin. L’exploitation de ces carrières remonte à la période minoenne mais l’une d’entre elles au moins a été exploitée à l’époque romaine (Müller et al., 2003 ; Müller Celka et Dalongeville, 2009 ; Müller Celka et al., 2011). Troisièmement, un bâtiment monumental immergé en avant et sur la plage du Moulin, que les conditions météorologiques particulières ont rendu bien visible en 2015, pourrait être identifié comme un grand entrepôt (Guest-Papamanoli et Treuil, 1979). Sa localisation près du trait de côte de l’âge du Bronze et l’abondance des vestiges affleurant aux alentours invitent à y reconnaître un quartier portuaire de Malia, un secteur qui reste encore à explorer.

Précédentes études paléoenvironnementales

5Les questions liées à l’existence, ou non, d’un port et celles de l’évolution du trait de côte ont longtemps monopolisé l’attention des archéologues ou des paléoenvironnementalistes ayant travaillé à Malia. Plongée au cœur d’une économie d’échanges pour l’essentiel maritimes, la ville devait certainement avoir un port dont l’emplacement reste jusqu’à ce jour difficile à établir avec précision. Cette question du « port » minoen est en fait celle de la nature de la paléogéographie littorale au cours de l’époque minoenne. Pour les uns, le marais actuel était le vestige d’une ancienne lagune ayant pu servir de havre aux embarcations assurant la liaison avec le reste de la Méditerranée orientale (Van Effenterre, 1980), peut-être même en aménageant un canal pour servir de voie d’accès à la partie interne de la lagune (Raban, 1991) ; en revanche, pour d’autres, la stabilité d’ensemble du paysage littoral conduisait à imaginer un port d’échouage dans l’Anse du Moulin (Dewolf et al., 1963 ; Hue et Pelon, 1991). C’est principalement pour répondre à ces questions qu’une première campagne de carottage a été mise en place dans le marais (Dalongeville et al., 2000).

Les carottages de 1993 et leurs analyses

6Les résultats obtenus sont décrits dans Lespez et al. (2002 et 2003). Les principales conclusions sont rappelées ici mais l’interprétation est partiellement modifiée suite aux résultats encore inédits des investigations postérieures (cf. infra). Six carottages de 6 à 7 m de profondeur ont été positionnés dans le marais (Figure 3) à l’aide d’un carottier tracté par un camion dans la partie interne du cordon littoral (C7, C8 and C5), dans le marais (C6 and C10) et sur ses marges (C9). Les carottes mesurent un mètre de long et 10 cm de diamètre. Effectuées avec un matériel lourd, elles ont été marquées par une compression parfois importante (20 %) et la perte des sédiments les moins compactés (sables). Sur le terrain, chaque section prélevée a fait l’objet d’une description macroscopique (texture, couleur, teneur en macrorestes végétaux et bioclastes). Les analyses de laboratoire et les datations ont été concentrées sur la carotte C6 révélant la stratigraphie la plus développée et la plus intéressante (Figure 4). Les trois carottages réalisés sur le cordon littoral montrent une sédimentation holocène venant directement reposer sur les calcarénites observées à la Pointe du Moulin. Ces dernières affleurent d’ailleurs vers 4 à 5,5 m sous le niveau marin actuel. Vers l’ouest, ces calcarénites sont recouvertes par des dépôts alluviaux vers la base, recouverts de sables de cordon dunaire remaniés par la mer et le vent vers le sommet, alors que s’intercalent vers l’est des formations colluviales remaniant des sols bruns rubéfiés et une petite séquence palustre. Le carottage C6 montre le développement de cette séquence palustre. Il comprend la succession de cinq unités sédimentaires principales datées par onze datations radiocarbone obtenues grâce à la méthode conventionnelle. À la base (7,2-6 m), la sédimentation argileuse organique correspond à un taux de sédimentation assez élevé (0,93 mm/an) et témoigne d’un comblement progressif d’une dépression marécageuse entre 6500 et 5200 av. J.-C. Cette sédimentation est surmontée par des dépôts argileux bleu-gris à passées limono-sableuses ou plus organiques et tourbeuses (6-3,6 m), révélant ainsi un environnement palustre marqué par des apports alluviaux entre 5200 et 1500 av. J.-C., soit du Néolithique moyen au Minoen récent I. La nature du sédiment indique des alternances entre des périodes marquées par le développement d’une étendue d’eau libre subsistant toute l’année et d’autres caractérisées par un battement notable de la nappe permettant le développement d’une roselière, comme le confirme le déclin des pollens de plantes hygrophiles. L’unité suivante correspond à un sable argileux (3,6-3,2 m) qui indique des conditions de sédimentation plus énergétiques entre le Minoen récent I et la période Hellénistique (entre 1739-1513 et 190-414 apr. J.-C.). Malheureusement cette unité n’a pas pu être étudiée avec précision car elle a flué et n’a pu être conservée dans la carotte. Les unités suivantes comportent de nombreuses ponces et des feldspaths automorphes indiquant le remaniement de sédiments d’origine volcanique. C’est pour cette raison que nous avons émis l’hypothèse que cette dernière unité était en lien direct avec l’éruption volcanique de Santorin dont on sait qu’elle prend place à la fin du XVIIe siècle av. J.-C. (Manning et al., 2014). Les conséquences de cet événement sont maintenant assez bien connues en Crète septentrionale (Hardy and Renfrew, 1990). En effet, un tsunami d’une hauteur de 4 à 18 m, selon les modèles utilisés (Minoura et al., 2000 ; Novikova et al., 2011), fut responsable d’une submersion marine de grande ampleur mais de courte durée. Celle-ci a été observée à Gouves, à 20 km à l’ouest de Malia. L’hypothèse d’une rupture du cordon littoral accompagnée d’une invasion marine dans le marais semble se dessiner. Malheureusement, les carottages réalisés en 1993 ne permettent pas de caractériser son extension, sa hauteur et la durée de la submersion au pied de la ville minoenne. Par ailleurs, contrairement au site de Palaikastro, localisé à l’extrémité nord-est de l’île, où les recherches archéologiques et géomorphologiques mettent en évidence l’impact d’un tsunami d’au moins 9 m de hauteur (Bruins et al., 2008), à Malia un seul dépôt littoral de pierres ponces a été signalé à ce jour dans un niveau du MR I dans la région d'Haghia Varvara (Müller Celka 2000), ce qui ne permet pas, d’aborder actuellement la question des conséquences catastrophiques de cet événement sur la cité minoenne. Les travaux récents sur la chronologie absolue du Bronze égéen, en plaçant la date de l’explosion du volcan de Santorin au XVIIe siècle av. J.-C. (Manning, 2014), ont confirmé l’impossibilité de lier directement cet événement, rattaché à une phase avancée du MR IA, à la destruction des seconds palais crétois survenue, notamment à Cnossos et à Phaistos, à la fin du Minoen récent IB. Il est cependant probable que cette catastrophe naturelle ait affecté la prospérité de la Crète durant le Minoen récent I (Driessen et Macdonald, 1997). Cette hypothèse mérite d’être explorée à Malia où la ville fut progressivement abandonnée entre le MR IA et le MR IB, l’occupation MR IB du palais étant en outre faiblement attestée. Cette sédimentation est surmontée par une nouvelle unité de dépôts palustres (3,2-2,2 m). Les influences marines sont notables mais témoignent plutôt d’une sédimentation d’arrière-cordon que d’un milieu lagunaire pendant une grande partie de l’Antiquité (200-400 apr. J.-C.). Cette unité est surmontée par une sédimentation sableuse actuelle qui est principalement composée de sables marins remaniés par le vent et viennent former le cordon dunaire littoral depuis le début du Ve ap. J.-C. Cette campagne de sondages a montré que le marais de Malia a été, principalement au cours de l’Holocène, un bas-marais alimenté en eau douce. Néanmoins, plusieurs changements d’origines sédimentaires, correspondant vraisemblablement à des phases de déstabilisation du cordon littoral de courte durée, sont attestés immédiatement en arrière du cordon. Ils sont sans doute à mettre en relation avec des événements exceptionnels de type hydroclimatique (submersion de tempête), tectonique ou volcanique (tsunami lié à l’éruption du Santorin). Cependant, la résolution temporelle et analytique du seul carottage étudié (C6) est insuffisante et ne permet ni de dater précisément ces événements, ni de déterminer la durée et l’extension des transformations environnementales associées. Par ailleurs, les premières analyses effectuées (sédimentologie, bio-indicateurs) montrent un potentiel très intéressant des archives sédimentaires conservées dans le marais pour les analyses paléoenvironnementales. Elles confirment qu’il constitue un espace original en Crète, encore très largement sous-exploité malgré cette première campagne de carottages.

Figure 4 : Le carottage C6 : principales analyses et leurs interprétations (d’après Lespez et al., 2003, modifié).

Les prospections géomorphologiques récentes

7Depuis le début des années 2000, les recherches de terrain ont été poursuivies au cours de plusieurs campagnes consacrées à la géomorphologie de la plaine de Malia, du marais et du bas-plateau qui porte la ville minoenne. Principalement appuyées sur des observations de terrain mais également sur des sondages à la tarière pédologique, elles avaient pour objectif de préciser les limites du marais et de préparer une nouvelle campagne de carottage. Les prospections ont confirmé la faiblesse des archives sédimentaires disponibles sur le plateau de Malia mais aussi dans la plaine occidentale et sur les contreforts montagneux. Les dépressions et petits vallons qui parcourent ces espaces présentent des remplissages sédimentaires de faible épaisseur ou peu différenciés alors que l’expansion urbaine et touristique empêche une prospection exhaustive, en particulier des espaces littoraux. En revanche, les sondages préliminaires ont attesté le potentiel du marais bien au-delà de la zone d’arrière-cordon littoral principalement prospectée par la première campagne de carottage. En effet, les archives sédimentaires apparaissent relativement diversifiées et montrent une extension ancienne des zones palustres. Les sondages préliminaires permettent de préciser son extension vers le sud, attestant que les milieux palustres se sont étendus jusqu’à la butte méridionale (S3, S4, S6 ; Figure 5). En revanche, un sondage réalisé entre les deux buttes (S5) suggère que ces dernières sont jointives et qu’elles dessinent une échine centrale qui n’a jamais été traversée par les écoulements temporaires ni recouverte par les eaux stagnantes. Du côté occidental, le développement d’une argile sableuse à macrorestes végétaux, surmontée par une argile sableuse brune d’origine colluviale, indique l’atterrissement progressif d’un marais saisonnièrement inondé. Faute de datations, cet atterrissement est difficile à expliquer. Par comparaison avec les faciès sédimentaires et les datations obtenues sur le carottage C6, on peut néanmoins penser que cette évolution s’est produite au cours des deux derniers millénaires. Du côté occidental, ces formations recouvrent une argile grise foncée à macrorestes végétaux. D’une épaisseur de deux mètres, elle témoigne de milieux plus humides avant l’atterrissement. La comparaison avec C6 permet également de penser que la dépression marécageuse était encore en eau au cours de l’âge du Bronze avant un atterrissement attribuable aux deux derniers millénaires. Dans l’ensemble, les résultats obtenus confortent les hypothèses émises à partir de l’analyse des carottages de la campagne de 1993 (Lespez et al., 2002 et 2003). Ils confirment ainsi l’extension large et durable d’un espace palustre au pied de la cité minoenne et remettent en cause l’hypothèse d’un port lagunaire. Ces résultats engagent également la réflexion sur les conséquences environnementales de la mise en valeur du territoire de la ville. En effet, les études conduites sur C6 montrent le développement de feux importants aux abords du marais vers 2600-2250 av. J.-C. (Minoen Ancien II et III), correspondant à la première occupation importante du site de Malia. L’accélération de la sédimentation détritique observée sur C6 suggère un défrichement effectué par les agriculteurs installés aux abords du marais. Plus tard, l’atterrissement généralisé du marais par une sédimentation limono-argileuse brune observée sur l’ensemble des carottages et sondages situés en arrière du cordon littoral suggère un nouvel épisode d’érosion des sols dont il est difficile encore aujourd’hui de déterminer l’origine et la chronologie précise : pendant l’Antiquité et le début de l’époque byzantine ou à partir de l’époque vénitienne ? Si le marais semble avoir été très résilient face à ces transformations environnementales, il est probable que les archives sédimentaires en aient conservé la mémoire.

De nouvelles recherches

8Le marais de Malia constitue donc une opportunité rare de développer des recherches sur les transformations environnementales dans le monde égéen au cours des huit derniers millénaires et d’y évaluer la part des facteurs bioclimatiques et des sociétés humaines. Les nouvelles recherches possèdent donc un double objectif. Il s’agit notamment de suivre à haute résolution les transformations des milieux palustres et d’y lire la part des oscillations hydroclimatiques à partir d’une nouvelle campagne de carottage entreprise à l’automne 2015 à l’aide d’un carottier à percussion motorisé de type Cobra (Figure 3). Onze carottages d’une profondeur de 4 à 8 m ont été réalisés dans le marais de Malia. Ce type d’investigations offre l’opportunité de suivre les modifications hydrologiques dans la longue durée. Celles-ci peuvent être déduites des fluctuations du niveau de la nappe qui, une fois le niveau marin stabilisé vers sa position actuelle, dépendent essentiellement du rapport entre l’évapotranspiration et l’alimentation par les nappes et les écoulements superficiels. Le petit bassin versant qui alimente le marais en eau superficielle possède une taille de 20 km2 et n’est parcouru que par des écoulements éphémères. L’alimentation en eau est donc principalement assurée par les aquifères contenues dans le substrat calcaire et qui ressurgissent dans le marais par plusieurs exsurgences. La vigueur des pentes du bassin versant et le climat crétois (Rackham et Moody, 1996) laissent penser que des orages localisés ont également pu entraîner un fonctionnement brutal du bassin-versant, responsable de dépôts détritiques qui ont dû être conservés dans les archives sédimentaires. Par ailleurs, les études du carottage C6 démontrent la capacité du marais à enregistrer les évènements marins exceptionnels (tempêtes ou tsunamis) qui se sont traduites par un recul du cordon dunaire, des submersions marines transportant des sables et des bio-indicateurs (ostracodes et foraminifères) d’origine marine. La profondeur du marais, plus de 300 m, devrait permettre d’évaluer l’impact morphologique du tsunami issu de l’effondrement de la caldeira du Santorin lors de l’éruption de l’âge du Bronze. Plus généralement, afin de retracer l’évolution paléohydrologique du marais, des études sédimentologiques, géochimiques et micromorphologiques conduites à haute résolution sont envisagées, car elles permettront de restituer les flux sédimentaires et d’estimer les évolutions post-dépositionnelles des sédiments (processus pédologiques). L’utilisation de certains marqueurs, comme la susceptibilité magnétique (Dearing, 1999), permet de caractériser les phases de détritisme mais également d’identifier les événements exceptionnels d’origine volcanique ou marine. L’étude des paramètres magnétiques sera complétée par des analyses géochimiques destinées à l’identification des éléments majeurs et traces dans le sédiment. Ces dernières devraient par exemple mettre en évidence une variabilité du rapport Potassium/Titanium considéré par ailleurs comme un bon indicateur des apports terrigènes silicatés en relation directe avec l’érosion des sols (Arnaud et al., 2012). On peut également penser que les retombées volcaniques (téphra) issues des éruptions des volcans ioniens et égéens (Bronk-Ramsey et al., 2015) ont pu être conservées dans les milieux les plus protégés. Elles seront détectées par la susceptibilité magnétique afin d’être caractérisées par des études géochimiques spécifiques. Par ailleurs, les résultats préliminaires des recherches polliniques montrent un développement des plantes hygrophyles attestant une baisse de la nappe phréatique vers 4300-4100 et 2395-2040 av. J-C. Néanmoins, la caractérisation de ces périodes doit être affinée pour qu’elles puissent être comparées avec les enregistrements disponibles en Crète. Pour cela, le contenu biologique de la sédimentation sera analysé car les études polliniques et des microrestes non-polliniques permettent de définir l’évolution des ceintures de végétation des zones humides (depuis les étendues d’eau libre jusqu’à la végétation arborée rivulaire). L’évolution de l’hydromorphie peut en être déduite par les contraintes imposées aux végétaux et les nécessaires adaptations qui en ont découlé (voir par exemple Lespez et al., accepté). Les biomarqueurs comme les ostracodes seront également analysés car ils permettent d’envisager une histoire hydrologique des zones en eau et de l’évolution des principaux paramètres que sont notamment la température, la turbidité et l’eutrophisation. L’ensemble de ces indicateurs doit permettre de restituer les dynamiques paléohydrologiques du marais et de les comparer avec les résultats des recherches en cours dans les espaces montagnards (tourbière d’Asi Gonia) et littoraux (Lac Kournas), situés plus de 100 km à l’ouest dans des contextes archéologiques moins fertiles, mais également avec les données en cours de publication en Crète méridionale. Ces dernières montrent que le développement de la seconde phase plus sèche enregistrée à Malia correspond au passage de milieux lacustres à des milieux palustres au pied de la ville palatiale de Phaistos (Ghilardi et al., sous-presse). Au-delà de la restitution des fluctuations climatiques qui restent cruciales dans l’histoire environnementale de la Méditerranée (Magny et al., 2013), l’objectif premier est d’apporter des données originales pour alimenter la discussion relative aux interactions entre les fluctuations climatiques et les transformations sociétales qui sont au cœur de nombreux débats scientifiques contemporains, en particulier pour l’âge du Bronze en Égée. Les tenants des effets déterminants du climat (Carpenter, 1966 ; Weiss et al., 1993 ; de Menocal, 2001 ; Drake, 2012 ; Kaniewski et al., 2013) sont de plus en plus confrontés aux remarques critiques d’ordre méthodologique ou plus fondamentales (Berglund, 2003 ; Butzer, 2012 ; Lespez et al., 2014, accepté).

Figure 5 : Le remplissage de la partie interne du marais (transect sud : S1 à S6).

9Parallèlement, ces travaux doivent permettre d’appréhender l’histoire de cet espace palustre à partir de la fin du Néolithique, où sont attestées les premières traces de peuplement, et surtout au cours de l’âge du Bronze, où le marais s’est trouvé aux portes d’une cité de plusieurs milliers d’habitants (Müller Celka, 2010). Ce projet ne peut être conduit que par l’association d’équipes travaillant sur différents objets de recherche (prospection autour de la ville minoenne, mission archéologique dans le secteur urbain de l’âge du Bronze, paléogéographie et paléoenvironnement). Le croisement de résultats obtenus à l’échelle intra site (recherches archéologiques, archéobotaniques et archéozoologiques) et hors site (archives sédimentaires et leur contenu biologique et géochimique) permet d’envisager la question fondamentale de l’économie agricole, selon le projet de « l’archéologie agraire » (Guilaine, 1991) ainsi que celles liées à la production artisanale, diversifiée dans la ville minoenne. Cela est d’autant plus important que l’étude des systèmes agraires constitue encore un angle mort de la recherche sur la civilisation minoenne. Pourtant, les stratégies de subsistance mises en place par les communautés de la plaine de Malia y ont conditionné l’accroissement de la population, l’urbanisation et le développement d’organisations politiques et économiques palatiales pendant environ cinq siècles. Les indices du Bronze Ancien II sont nombreux dans la ville et sur le territoire, suggérant une exploitation agricole intensive dès cette phase (Alberti et al., à paraître). Pour le Bronze moyen et surtout récent, la documentation épigraphique et archéologique atteste du rôle central des productions agricoles et de l’élevage dans l’organisation économique et politique, notamment à travers la production textile. On peut ainsi s’interroger sur les implications de l’urbanisation, associée à l’émergence d’artisans, de fonctionnaires et autres groupes d'individus ne s’occupant pas de ce qu’on appellerait aujourd’hui le secteur primaire, c’est-à-dire l’approvisionnement alimentaire. Ce phénomène a dû impliquer un renouvellement des pratiques agricoles pour nourrir cette population (Halstead, 2000). À ce titre, le marais n’apparaît pas seulement comme un conservatoire d’archives naturelles ou un réservoir d’eau douce, mais aussi comme un espace agricole, peut-être horticole, privilégié. Cet aspect demeure encore largement méconnu et mérite d’être interrogé à partir du potentiel géoarchéologique du marais, de la plaine et des fouilles archéologiques. Les recherches palynologiques et des microrestes non-polliniques conduites sur le marais devraient nous permettre de mettre en évidence les pratiques agricoles (Lespez et al., 2014 et accepté ; Glais et al., 2016), mais aussi le potentiel offert par les milieux des zones humides pour la chasse, la pêche, la cueillette et l’utilisation des matières premières (notamment les roseaux potentiellement utilisés dans les toitures ou pour la manufacture de vases en pierres ; Morero, 2013). Il sera alors peut-être possible de reconsidérer la contribution de cette zone marécageuse au développement de Malia à l’âge du Bronze.

10Par ailleurs, la caractérisation d’une économie agricole implique la multiplication des analyses de macrorestes et surtout de microrestes végétaux issus des fouilles, parallèlement à l’enquête géoarchéologique : l’étude des phytolithes et la mesure des isotopes stables des carporestes, aujourd’hui en cours à l’occasion des fouilles du secteur Pi (Gomrée et al., 2012 ; Pomadère, 2014), sont susceptibles de montrer un apport en eau (irrigation) ou la fertilisation des sols de cultures, notamment par les déjections animales et humaines (Vaiglova et al., 2014 ; Bull et al., 2001). Ces analyses peuvent également fournir des données déterminantes pour comprendre les étapes et le mode de traitement des récoltes de céréales.

11En retour, l’exploitation des ressources artisanales et agricoles a pu avoir des conséquences sur la disponibilité et la qualité des ressources naturelles locales (eau, sols, bois etc.) et par conséquent sur la vie des populations qui se sont succédé dans la région (Acheson, 1997 ; Bintliff, 2012). L’accroissement démographique a vraisemblablement augmenté la pression des activités agropastorales et a peut-être entraîné une surexploitation des ressources liées aux activités agricoles mais aussi artisanales. La mise en œuvre de nouvelles recherches sur la reconstitution des paléoenvironnements réalisée à partir des carottages effectués dans le marais permettra de caractériser les transformations environnementales associées à ces périodes. On peut espérer, à partir des analyses multi-indicateurs envisagées, mettre en évidence les périodes de pression sur le milieu avec leurs conséquences sédimentaires (érosion des sols), chimiques (pollution) et biologiques (changement et appauvrissement des milieux). Cette éventuelle dégradation de l’environnement fait débat en Crète (Moody, 1997) et sa caractérisation apparaît cruciale car elle permettra de savoir si elle a pu également contribuer aux évolutions du Bronze Moyen et Récent : déclin du nombre de sites et de la ville de Malia dès le MR IA, puis abandon de la plaine côtière à partir du MR IIIC, dont l’explication traditionnelle par des menaces venant de la mer comme la piraterie (Nowicki, 2000), peut être mise en doute. Les recherches paléoenvironnementales permettront de mieux comprendre la temporalité et la nature de la phase de déprise agraire qui suit la période minoenne, déduite localement des recherches archéologiques. Ainsi, une réduction des troupeaux après l’effondrement du système palatial, à l’économie pastorale spécialisée, ainsi que l’abandon des champs, ont pu entraîner le développement de formations forestières secondaires (garrigues et maquis) comme le montrent les résultats préliminaires des investigations polliniques réalisées au Lac Kournas (Jouffroy-Bapicot et al., in prep.). Ces travaux permettront de contextualiser ces problématiques historiques, liées aux différentes formes d’organisation politique et économique en Crète, en renouvelant leur approche par la place centrale accordée aux relations Nature/Sociétés.

Conclusion

12Le marais de Malia a déjà livré une partie de ses secrets. La persistance et l’extension des milieux palustres pendant une grande partie de l’Holocène sont attestées et un port d’échouage semble avoir été aménagé par les Minoens pour développer leurs échanges commerciaux. Cependant, la question de l’impact des événements de courte durée, comme le tsunami issu de l’éruption du Santorin ou des périodes de changements climatiques rapides, reste ouverte. Plus généralement, il reste à écrire l’histoire des relations entre la ville minoenne et son environnement proche et plus généralement l’histoire des interactions entre les sociétés d’agro-pasteurs et leur environnement dans la région de Malia. Ces travaux, et les comparaisons qu’ils permettront avec ceux actuellement en cours à Phaistos, contribueront à améliorer notre connaissance des relations homme-milieu en Crète et, plus particulièrement, des relation entre les villes minoennes et leur environnement proche

Remerciements

13Les recherches présentées dans cet article ont obtenu le soutien de l’École française d’Athènes depuis les années 1990 dans le cadre de programmes collectifs dirigés par plusieurs de ses membres (S. Müller Celka, A. Dandrau, M. Pomadère). Les recherches conduites en 2015 ont été financées par l’EFA dans le cadre du programme de recherche sur « Le paléoenvironnement et l’archéologie du paysage à Malia » (resp. M. Pomadère et L. Lespez). Elles s’inscrivent également dans le volet 4 (ArcheoMed, resp. L. Carozza et L. Lespez) financé par le CNRS (INEE) du programme Paleomex du chantier MISTRALS. Maia Pomadère a également bénéficié du soutien de l’Université de Picardie Jules Verne et de l’EA 4284-TrAme.

Bibliographie

Références

ACHESON P.E., « Does the “economic explanation” work? Settlement, agriculture and erosion in the territory of Halieis in the Late Classical-Early Hellenistic period », Journal of Mediterranean Archaeology, no 10, 1997, p. 165-190.

ALBERTI M.E., MÜLLER CELKA S., POMADÈRE M., « The management of agricultural ressources in Malia, Crete : the palace, the town and the countryside from MBA to LBA Early ». In Garcia D., Orgeolet R., Pomadère M., Zurbach J., The Country in the City, Archaeopress, à paraître.

ARNAUD F., RÉVILLON S., DEBRET M., REVEL M., CHAPRON E., JACOB J., GIGUET-COVEX C., MAGNY, M., 2012. « Reconstructed regional erosion patterns reveal Holocene NW European Alps soil evolution and paleohydrology ». Quaternary Science Reviews, no 51, 2012, p. 81-92.

ATHERDEN M.A., HALL J.A., « Human impact on vegetation in the White Mountains of Crete since ad 500 », The Holocene, no 9, 1999, p. 183-93.

BINTLIFF J.L., « Environmental Degradation and the Decline of Ancient Complex Societies in the MediterraneanRegion », in Bertoncello F., Braemer F., Variabilités environnementales, mutations sociales, Nature, intensités, échelles et temporalités des changements, Actes des XXXIIe Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, Antibes, APDCA, 2012, p. 213-220.

BERGLUND B., « Human impact and climate changes – synchronous events. And a causal link? », Quaternary International, no 105, 2003, p. 7-12.

BONNEFONT J.-C., La Crète, étude géomorphologique, Thèse d’État, Paris 4-Sorbonne, 1971.

BOTTEMA S., SARPAKI A., 2003, « Environmental change in Crete: a 9000-year record of Holocene vegetation history and the effect of the Santorini eruption », The Holocene, no 13, (5), 2003, p. 733-749.

BRONK RAMSEY C., HOUSLEY R. A., LANE C.S., SMITH V.C., POLLARD A. M, « The RESET tephra database and associated analytical tools », Quaternary Science Reviews, no 118, 2015, p. 33-47.

BRUINS H. J., MACGILLIVRAY J. A., SYNOLAKIS C. E., BENJAMINI C., KELLER J., KISCH H. J., VAN DER PLICHT J., « Geoarchaeological tsunami deposits at Palaikastro (Crete) and the Late Minoan IA eruption of Santorini », Journal of Archaeological Science, no 35 (1), 2008, p. 191-212.

BULL I. D., RICHARD P., BETANCOURTP. P. « An organic geochemical investigation of the practice of manuring at a Minoan site on Pseira Island, Crete », Geoarchaeology, no 16 (2), 2001, p. 223-242.

BUTZER K.W., « Collapse, environment, and society », Proceedings of National Academic Science, no 109, (10), 2012, p. 3632-3639.

CARON V., BERNIER P., KERAUDREN B., DALONGEVILLE R., « Les séquences diagénétiques des calcarénites littorales du Pléistocène récent de Crète septentrionale », Bulletin de la Société Géologique de France, no 169, (3), 1998, p. 415-424.

CARPENTER R., Discontinuity in Greek civilization, Londres, 1966.

DALONGEVILLE R., LESPEZ L., POURSOULIS G., PASTRE J.-F., KERAUDREN B., MATHIEU R., PRIEUR A., RENAULT-MISKOVSKY J., DARMON F., KUNESCH S., BERNIER P., CARON V., PELC V., LE CAMPION T., PANTAZIDOU A., EVIN J., OBERLIN C., SCHUTZ C., SIBELLA P., VIRET J., « Malia: un marais parle », Bulletin de Correspondance Hellénique, no 125, (1), 2000, p. 67-88.

DEARING J., « Magnetic susceptibility in Environmental magnetism: a practical guide », Quaternary Research Association, London, 1999, p. 35-62.

DEWOLF Y., POSTEL F., VAN EFFENTERRE H., « Géographie préhistorique de la région de Mallia », In Mallia. Site et nécropoles (II). Etudes Crétoises, no XIII, 1963, p. 28-36.

DOMINEY-HOWES D.T.M., « A re-analysis of the Late Bronze Age eruption and tsunami of Santorini, Greece, and the implications for the volcano-tsunami hazard », Journal of Volcanology and Geothermal Research, no 130, 2004, p. 107-132.

DRAKE B. L., « The influence of climatic change on the Late Bronze Age Collapse and the Greek Dark Ages », Journal of Archaeological Science, no 39, 2012, p. 1862-1870.

DRIESSEN J., MACDONALD C., The troubled island: Minoan Crete before and after the Santorini eruption, Aegaeum, Liège, no 17, 1997.

GHILAR DI M., KU NESCH S., ST Y LLAS M., FOUACHE E., « Reconstruction of Mid-Holocene sedimentary environments in the central part of the Thessaloniki Plain (Greece), based on microfaunal identification, magnetic susceptibility and grain-size analyses », Geomorphology, no 97, (3-4), 2008, p. 617-630.

GHILARDI M., COLLEU M., PAVLOPOULOS K., FACHARD S., PSOMIADIS D., ROCHETTE P., DEMORY F., KNODELL A., TRIANTAPHYLLOU M., DELANGHE-SABATIER, D., BICKET A., FLEURY J., « Geoarchaeology of Ancient Aulis (Boeotia, Central Greece): Human occupation and Holocene landscape changes », Journal of Archaeological Science, no 40, 2013, p. 2071-2083.

GHILARDI M., PSOMIADIS D., PAVLOPOULOS K., MÜLLER CELKA S., FACHARD S., THEURILLAT T., FACHARD S., THEURILLAT F., VERDAN S., KNODELL A.R., THEODOROPOULOU T., BICKET A., BONNEAU, A., « Mid-to Late Holocene shoreline reconstruction and human occupation in Ancient Eretria (South Central Euboea, Greece) », Geomorphology, no 208, 2014, p. 225-237.

GHILARDI M., COLLEU M., PSOMIADIS D., GASSE F., SINIBALDI L., DELANGHE-SABATIER D., ANDRIEU-PONEL V., RENARD M., LESPEZ L., FLEURY J., LONGO F., ROSSI A., AMATO V., « Étude paléoenvironnementale autour du site de Phaistos (plaine de Messara, Crète, Grèce) : mise en évidence d’une phase de sédimentation lacustre pendant l’époque minoenne », in Levefre-Novaro D., Martzloff L., Ghilardi M., Actes du colloque DIKIDA, Strasbourg, in press, 22 p.

GLAIS A., LOPEZ-SAEZ J.-A., LESPEZ L., DAVIDSON., « Climate and human–environment relationships on the edge of the Tenaghi-Philippon marsh (Northern Greece) during the Neolithization process », Quaternary International, 2016, doi:10.1016/j.quaint.2015.07.032.

GOMR ÉE T., LANGHOR C., POMADÈRE M., « Excavations in the Pi Area at Malia (2005-2010) », in Andrianakis M., Varthalitou P., Tzachili I., Archaeological Work in Crete 2, Rethymno, 2012, p. 89-97.

GUEST-PAPA MANOLI A., TREUIL R., « Bâtiment immergé », Bulletin de Correspondance Hellénique, no 103, 1979, p. 668-669.

GUILAINE J., Pour une archéologie agraire, Paris, 1991.

HALSTEAD P., « Land Use in Postglacial Greece: cultural causes and environmental effects », in Halstead P., Frederick C., Landscape and land use in postglacial Greece, Sheffield, 2000, p. 110-128.

HARDY D.A., RENFREW A.C., Thera and the Aegean world III. The Thera foundation, London, 1990.

HUE M., PELON O., « Malia et la mer. Les ports et la mer ». Aegeum, no 7, Annales d’archéologie de l’Université de Liège, 1991, p. 117-129.

JOUFFROY-BAPICOT I., VANNIÈRE B., IGLESIAS V., DEBRET M., MEUNIER G., DELARRAS J.F., « 2000 years of environmental changes under climatic and anthropogenic forcing factor in the White mountains of Crete. Multiproxy analysis of the Asi Gonia peat deposit », en préparation.

KANIEWSKI D., VAN CAMPO E., GUIOT J., LE BUREL., OTTO T., BAETEMAN C., « Environmental Roots of the Late Bronze Age Crisis », PLoS ONE, no 8-8, 2013, doi: 10.1371/journal.pone.0071004

KOULI K., TRIANTAPHYLLOU M., PAVLOPOULOS K., TSOUROU T., KARKANAS P., DERMITZAKIS M.D., « Palynological investigation of the Holocene palaeoenvironmental changes in the coastal plain of Marathon (Attica, Greece) », Geobios, no 42, 2009, p. 43-51.

LAMBRAKIS N., KALLERGIS G., « Reaction of subsurface coastal aquifers to climate and land use changes in Greece: modelling of groundwater refreshening patterns under natural recharge conditions », Journal of Hydrology, no 245, 2001, p. 19-31.

LESPEZ L., « Les dynamiques des systèmes fluviaux en Grèce du Nord au cours des 7 derniers millénaires : vers une approche multi-scalaire des interactions Nature/Société » Géomorphologie. Relief, processus, environnement, no 1, 2007, p. 49-66.

LESPEZ L., « L’environnement du Néolithique à l’Âge du Bronze », in Treuil R., Darcque P., Poursat J.-C., Touchais G., Les civilisations égéennes du Néolithique à l’Âge du Bronze, PUF, Nouvelle Clio, Paris, 2008, p. 13-30.

LESPEZ L., DALONGEVILLE R., PASTR E J.-F., MÜLLER CELKA S. « Le site de Malia et la mer. Approche environnementale », in Boussac M.F., Morphogenèse en Méditerranée orientale pendant les époques historiques. Topoi, Maison de l’Orient Méditerranéen, Topoi, no 11, Lyon, 2003, p. 613-633.

LESPEZ L., DALONGEVILLE R., PASTRE J.-F., MATHIEU R., DARMON F., POURSOULIS G., « Middle-Late Holocene palaeo-environmental evolution and coastline changes of Malia (Crete)». In Fouache E., The Mediterranean World Environment and History, Elsevier, Paris, 2003, p. 439-452.

LESPEZ L., TSIRTSONI, Z., DARCQUE, P., KOUKOUKI - CHRYSSANTHAKI H., MALAMIDOU D., TREUIL R., DAVIDSON R., KOURTESSI-PHILIPPAKIS G., « The lowest levels at Dikili Tash, northern Greece: a missing link in the Early Neolithic of Europe », Antiquity, 87-335, 2013, p. 30-45.

LESPEZ L., TSIRTSONI Z., LOPEZ SAEZ J.-A., LE DREZEN Y., GLAIS A., « Beyond determinism: For a local approach to nature/society interactions in the southern Balkans at the transition from the Neolithic to the Bronze Age », in Arnaud-Fassetta G., Carcaud N., French Geoarchaeology in the 21st century, Éditions du CNRS, Paris, 2014, p. 157-171.

LESPEZ L., GLAIS A., LÓPEZ-SÁEZ J.-A.; LE DREZEN Y., TSIRTSONI Z., DAVIDSON R., BIRÉE L., MALAMIDOU D., « Mid-Holocene rapid environmental changes and human adaptation in Northern Greece », Quaternary Research, accepté.

MAGNY M., COMBOURIEU NEBOUT N., DE BEAULIEU J.L., BOUT-ROUMAZEILLES V., COLOMBAROLI D., DESPRAT S., FRANCKE A., JOANNIN S., PEYRON O., REVEL M., SADORI L., SIANI G., SICRE M.A., SAMARTIN M.A., SIMONNEAU A., TINNER W., VANNIÈRE B., WAGNER B., ZANCHETTA G., ANSELMETTI F., BRUGIAPAGLIA E., CHAPRON E., DEBRET M., DESMET M., DIDIER J., ESSALLAMI L., GALOP D., GILLI A., HAAS J.N., KALLEL N., MILLET L., STOCK A., TURON J.L., WIRTH S., « North–south palaeohydrological contrasts in the central Mediterranean during the Holocene: tentative synthesis and working hypotheses », Climate of the Past, 9, 2013, p. 2043-2071.

MANNING S.W., HÖFLMAYER F., MOELLER N., DEE M. W., RAMSEY C.B., FLEITMANN D., HIGHAM T., KUTSCHERA W., WILD, E.M., « Dating the Thera (Santorini) eruption: archaeological and scientific evidence supporting a high chronology », Antiquity, 88, 342, 2014, 1164-1179.

de MENOCAL P., « Cultural responses to climate change during the Late Holocene », Science, 292, 2001, p. 667-673.

MINOURA K., IMAMURA F., KURAN U., NAKAMURA T., PAPADOPOULOS G. A., TAKAHASHI T., YALCINER A.C., « Discovery of Minoan tsunami deposits », Geology, 28, (1), 2000, p. 59-52.

MOODY J., « The Cretan Environment: Abused or Just Misunderstood? », in Kardulias P.N., Shutes M.T., Aegean Strategies. Studies of Culture and Environment on the European Fringe, 1997, p. 61-77.

MOODY J., « Hinterlands and hinterseas: resources and production zones in Bronze Age and Iron Age Crete », in Cadogan G., Iacovou M., Kopaka K. Whitley J., Parallel Lives: Ancient Island Societies in Crete and Cyprus, British School at Athens Studies, 20, 2013, p. 233-271.

Morero E., « Les techniques de fabrication des vases de pierre », in Poursat J.C., Le Quartier Mu V. Vie quotidienne et techniques au Minoen Moyen II, Études crétoises, 34, Athènes, 2013, p. 13-26.

MOURTZAS N.D., « Fish tanks of eastern Crete (Greece) as indicators of the Roman sea level », Journal of Archaeological Science, 39-7, 2012, p. 2392-2408.

MÜLLER S., « Travaux de l’École française d’Athènes en Grèce en 1990. Malia, prospection archéologique de la plaine », Bulletin de Correspondance Hellénique, 115-2, 1991, p. 75-84.

MÜLLER S., « Malia. Prospection archéologique de la plaine », Bulletin de Correspondance Hellénique, 120-2, 1996, p. 921-928.

MÜLLER S., « Malia. Prospection archéologique de la plaine », Bulletin de Correspondance Hellénique, 122-2, 1998, p. 548-542.

MÜLLER CELKA S., Malia. Bulletin de correspondance hellénique, 124-2, 2000, p. 501-505.

MÜLLER CELKA S., « Terroir et territoire à Malia à l’époque protopalatiale », Bulletin de Correspondance Hellénique, 131-2, 2010, p. 855-860.

MÜLLER CELKA S., DALONGEVILLE R., « Les calcarénites dunaires littorales en Méditerranée orientale : formation, propriétés, exploitation », in Jockey P., Actes du 8e Colloque International d’Asmosia, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, Paris, 2009, p. 143-160.

MÜLLER CELKA S., LAFFINEUR J.-N., ANSLIN T., « Travaux de l’École française d’Athènes en 2002. Malia. Prospection archéologique de la plaine », Bulletin de Correspondance Hellénique, 127-2, 2003 [2006], p. 456-469.

MÜLLER CELKA S., LAFFINEUR J.-N., ANSLIN T., GOMREE R., « Recherches dans les carrières de calcarénite (ammouda) de la région de Malia », in Vlazaki M., Proceedings of the 10th International Cretological Congress, Chania, 2011, p. 543-563.

MÜLLER CELK A S., PUGLI D., BENDALI F., « Settlement pattern dynamics and natural resources in MM-LM I Crete: the case of Malia », in Touchais G., Laffineur R., Rougemont F., PHYSIS. L’environnement naturel et la relation homme-milieu dans le monde égéen protohistorique, Aegaeum, 37, 2014, p. 431-440.

NOVIKOVA T., PAPADOPOULOS G.A., MCCOY F.W., « Modelling of tsunami generated by the giant late Bronze Age eruption of Thera, South Aegean Sea, Greece » Geophysical Journal International, no 186-2, 2011, p. 65-680.

NOWICKI K., « Defensible Sites in Crete c. 1200-800 B.C. (LM IIIB/IIIC through Early Geometric) », Aegaeum, 21, 2000, p. 53-62.

PAREYN C., « Étude géologique de Malia. In Malia », Site et nécropoles (II), Études Crétoises, XIII, 1963, p. 9-27.

PAVLOPOULOS K., TRIANTAPHYLLOU M.V., KARKANAS P., KOULI, K., SYRIDES G., VOUVALIDIS K., PALYVOS N., TSOUROU T., « Paleoenvironmental evolution and prehistoric Human environment, in the embayment of Palamari (Skyros Island, Greece) during Middle-Late Holocene », Quaternary International, 216, 2010, p. 41-53.

PAVLOPOULOS K., FOUACHE E., SIDIROPOULOU M., TRIANTAPHYLLOU M., VOUVALIDIS K., SYRIDES G., GONNET A., GRECO E., « Palaeoenvironmental evolution and sea-level changes in the coastal area of NE Lemnos Island (Greece) during the Holocene », Quaternary International, 308, 2013, p. 80-88.

PIRAZZOLI P. A., AUSSEIL-BADIE J., GIRESSE P., HADJIDAKI E., ARNOLD M., « Historical environmental changes at Phalasarna harbor, West Crete », Geoarchaeology, 7-4, 1992, p. 371-392.

POMADÈRE M., « Rapports sur les travaux de l’école française en 2010. Malia, secteur Pi », Bulletin de Correspondance Hellénique, 135, (2), (2011) [2014], p. 601-624.

RABAN A., « Minoan and Canaanite harbours, Les ports et la mer ». Aegeum, 7, Annales d’archéologie de l’Université de Liège, 1991, p. 129-146.

RACKHAM O., MOODY J., The Making of the Cretan Landscape, Manchester University Press, 1996.

SIART C., HECHT S., HOLZAUER I., ALTHERR R., MEYER H.P., SHUKRAFT G., EITTEL B., BUBENZER O., PANAGIOTOPOULOS D., « Karst depressions as geoarchaeological archives: the palaeoenvironmental reconstruction of Zominthos (Central Crete) based on geophysical prospection, mineralogical investigations and GIS », Quaternary International, 216, 2010, p. 75-92.

SCHEFFERS A., SCHEFFERS S., « Tsunami deposits on the coastline of west Crete (Greece) », Earth and Planetary Science Letters, 259, (3), 2007, p. 613-624.

STIROS S. C., « The AD 365 Crete earthquake and possible seismic clustering during the fourth to sixth centuries AD in the Eastern Mediterranean: a review of historical and archaeological data », Journal of Structural Geology, 23, (2), 2001, p. 545-562.

STIROS S.C., « The 8.5+ magnitude, AD365 earthquake in Crete: Coastal uplift, topography changes, archaeological and historical signature », Quaternary International, 216, (1), 2010, p. 54-63.

THEODORAKOPOULOU K., PAVLOPOULOS K., TRIANTAPHYLLOU M., KOULI K., TSOUROU T., BASSIAKOS Y., HAYDEN B., « Geoarchaeological studies in the coastal area of Istron-Kalo Chorio (gulf of Mirabello-Eastern Crete): landscape evolution and paleoenvironmental reconstruction », Zeitschrift für Geomorphologie, Supplementary Issues, 53-1, 2009, p. 55-70.

THEODORAKOPOULOU K., ATHANASSAS K., ZACHARIAS N., BASSIAKOS Y., 2012, « Sedimentological response to Holocene climate events in the Istron area, Gulf of Mirabello », NE Crete, Quaternary International, 266, 2012, p. 62-73.

TRIANTAPHYLLOU M., KOULI K., TSOUROU T., KOUKOUSIOURA O., PAVLOPOULOS K., DERMITZAKIS M.D., « Paleoenvironmental changes since 3000 BC in the coastal marsh of Vravron (Attiki, SE Greece) », Quaternary International, 216, 2010, p. 14-22.

VAIGLOVA P., RIVALS F., BOGAARD A., FRASER R., GARDEISEN A., CAVANAGH W., MEE C., RENARD J., LAMB A., « Interpreting Ancient Crop and Animal Management Strategies at Neolithic Kouphovouno, Southern Greece: Results of Integrating Crop and Animal Stable Isotopes and dental Micro- and Mesowear », in Touchais G., Laffineur R., Rougemont F. (éds), PHYSIS. L’environnement naturel et la relation homme-milieu dans le monde égéen protohistorique. Aegaeum, 37, Liège, 2014, p. 287-296.

VAN EFFENTERRE H., VAN EFFENTERRE M., « Maisons IV. Le quartier Thêta (1956-1960) », Études Cretoises XXII, Paris, 1976.

VAN EFFENTERRE H., Le palais de Malia et la cité minoenne, Edizioni dell’Ateneo, Rome, 1980.

VANNIÈRE B., JOUFFROY-BAPICOT I., PEDROTTA T., MEUNIER G., SABATIER P., MAGNY M., « Neoglacialand land use impact on flood frequency and soil erosion increase in the EasternMediterranean during the mid- to late-Holocene transition », en préparation.

WEISS H., COURTY M. A., WETTERSTROM W., GUICHARD F., SENOIR L., MEADOW R., CURNOW A., «The genesis and collapse of third millennium North Mesopotamian civilization », Science, 261, 1993, p. 995-1004.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Localisation du site de Malia et des sites faisant l’objet d’investigations paléoenvironnementales, cités dans l’article.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28683/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Figure 2 : Photographie légendée du marais de Malia et de son environnement
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28683/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Figure 3 : Carte géomorphologique du marais de Malia et des investigations conduites avant 2003 (Lespez et al., 2003) et en 2015.1. Calcaire crétacé (sidéroptra) ; 2. Calcarénite tyrrhénienne (amouda) ; 3. Plage sableuse ; 4 Cordon littoral sableux recouvert de roseaux ; 5. Dépôts palustres holocènes principalement recouvert par une roselière et sa ceinture de plantes hygrophyles (joncs, etc.) ; 6. Sondages et carottages ante 2015 (carré vert) et Carottages de la campagne 2015 (rond rouge).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28683/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Légende Figure 4 : Le carottage C6 : principales analyses et leurs interprétations (d’après Lespez et al., 2003, modifié).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28683/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Figure 5 : Le remplissage de la partie interne du marais (transect sud : S1 à S6).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28683/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 110k

Auteurs

LGP-UMR CNRS 8591, 1 place Aristide Briand, 92195 Meudon cedex et UPEC, 61 Avenue du Général de Gaulle 94010 Créteil, France

Archéorient (Université de Lyon / CNRS UMR 5133), Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 7 Rue Raulin, 69365 Lyon CEDEX 07, France

EA 4284 TrAme, Université de Picardie-Jules Verne, 80025 Amiens, France

© CNRS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540