Version classiqueVersion mobile

Musulmans de France et d’Europe

 | 
Rémy Leveau
, 
Khadija Mohsen-Finan

Hommage à Rémy Leveau

Texte intégral

1Rémy Leveau (1932-2005) est décédé brutalement alors qu’il achevait, avec l’ensemble des contributeurs de cet ouvrage, ce projet réalisé dans le cadre de l’Ifri.

2Le thème lui tenait à cœur : il y avait travaillé pendant vingt ans, avec le souci de montrer l’émergence de l’islam et de la sédentarisation des populations de culture musulmane dans l’espace français et européen, public et privé, et la volonté de l’inscrire dans le champ de la réflexion.

  • 1 Notamment Gilles Kepel, Catherine Wihtol de Wenden, Mustapha Diop, Riva Kastoryano, Werner Ruf, Ba (...)

3Depuis le milieu des années 1980, après de longs séjours dans le monde arabe (Maroc, Libye, Liban, Égypte), de retour à Paris, Rémy Leveau s’est consacré à l’étude de l’islam sociologique, entouré de collègues et d’étudiants1 auxquels il a associé d’autres collaborateurs et amis, français et étrangers, croisant enquêtes de terrain et analyses politologiques.

  • 2 Voir Nouvelles citoyennetés : réfugiés et sans-papiers dans l’espace européen, Paris, Ifri, « Trav (...)

4Ce phénomène constituait pour lui, un élément majeur de la transformation des sociétés européennes. Cet ouvrage vient en réalité clore un ensemble de réflexions menées sous sa direction depuis 1999, notamment à l’Ifri, sur l’identité, la citoyenneté et la « demande d’islam en Europe »2.

  • 3 Cette phrase de Rémy Leveau est extraite de l’introduction du présent ouvrage.

5Dans le présent ouvrage, il s’agissait pour lui et pour les différents auteurs de montrer que la culture musulmane a progressivement trouvé sa place dans les sociétés française et européennes malgré un débat « frileux et exalté », selon ses propres termes. La polémique de l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne illustre bien ces peurs. Pour Rémy Leveau, « une intégration réussie et une Turquie incorporée sur un pied d’égalité pourraient donner une autre dimension à la communauté de sécurité régionale que constitue déjà l’Union européenne. Cela pourrait consolider son emprise sur les Balkans et lui permettre de retrouver toute son influence comme médiateur crédible au Moyen-Orient. Il y a donc de moins en moins de raisons de faire la distinction entre l’interne et l’externe, entre les frontières géographiques et les frontières de l’identité qui peuvent créer un nouveau type d’étranger dans l’espace national et européen3 ».

Notes

1 Notamment Gilles Kepel, Catherine Wihtol de Wenden, Mustapha Diop, Riva Kastoryano, Werner Ruf, Barnabé Lopez-Garcia, Dietmar Loch, Malika Zeghal, Valérie Amiraux et bien d’autres encore.

2 Voir Nouvelles citoyennetés : réfugiés et sans-papiers dans l’espace européen, Paris, Ifri, « Travaux et recherches de l’Ifri », 2001 ; L’Islam en France et en Allemagne, Paris, Ifri/La Documentation française, 2001 ; Nationalité et citoyenneté, nouvelle donne d’un espace européen, Paris, Les travaux du Centre d’études et de prévision, 2002 ; New European Identity and Citizenship, Londres, Ashgate, 2002 ; De la citoyenneté locale, Paris, Ifri, « Travaux et recherches de l’Ifri », 2003.

3 Cette phrase de Rémy Leveau est extraite de l’introduction du présent ouvrage.

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search