Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Géoarchéologie des îles de la Méditerranée

 | 
Matthieu Ghilardi

Partie 3. Adaptation aux mutations paysagères à l'échelle intra-site : la nécessaire prise en compte des paramètres environnementaux / Human adaptation to site-scale landscape changes: the importance of environmental parameters

Évolution des paysages et histoire de l’occupation d’Érétrie (Eubée, Grèce) du Bronze ancien à l’époque romaine

Ghilardi Matthieu, Müller Celka Sylvie, Theurillat Thierry, Fachard Sylvian et Vacchi Matteo

Résumé

Dans le cadre d’un programme interdisciplinaire d’étude de la mobilité holocène du littoral eubéen, le site d’Érétrie (île d’Eubée, Grèce) a fait l’objet de douze carottages. Ces derniers ont été réalisés dans la plaine deltaïque où l’agglomération antique s’est développée. En se fondant sur des analyses de granulométrie et d’identification malacologique des sédiments prélevés, différents environnements de dépôt ont pu être caractérisés, puis datés, grâce à 33 datations par le radiocarbone. Les principaux résultats mettent en évidence une transition graduelle entre un environnement marin, entre le début et le milieu de l’Holocène, et des lagunes et marais côtiers, depuis le milieu de l’Holocène (~ 3200 av. J.-C.) jusqu’à l’époque romaine (VIe siècle apr. J.-C.). Une phase d’incursion marine, dont l’origine reste à clarifier, est également attestée entre 1800 et 1000 av. J.-C. Cet article vise à mettre en exergue les dynamiques de peuplement en lien avec l’évolution des paysages, depuis le premier habitat préhistorique de la plaine côtière (Helladique ancien vers 3000 av. J.-C.) jusqu’à la fin de l’époque romaine (Ve-VIe siècles apr. J.-C.). L’adaptation des sociétés humaines à la mobilité des paysages littoraux et fluviaux pendant l’âge du Bronze contraste avec l’emprise grandissante de ces dernières sur le milieu naturel durant la période antique, qui aboutit à l’urbanisation de la plaine entre l’acropole et la mer.

Texte intégral

Présentation du secteur d’étude et problématiques géoarchéologiques

1Érétrie se situe sur la côte occidentale de l’île d’Eubée (Figure 1), sixième plus grande île de Méditerranée (~3700 km²), séparée de la Grèce continentale à Chalkis par un étroit bras de mer, l’Euripe (Figures 1 et 2). L’emprise archéologique du site couvre une superficie d’environ 1 km² et s’étend, du nord au sud, d’une colline calcaire nommée Kastelli culminant à environ 120 m d’altitude, l’acropole de la ville antique, jusqu’aux rivages d’une étroite plaine côtière d’origine deltaïque (Figure 2 ; Ghilardi et al., 2014). Cette éminence rocheuse, ainsi que plusieurs baies bordées d’un chapelet d’îlots, offrait pendant les périodes préhistorique et antique un emplacement stratégique qui contrôlait la voie maritime à travers le golfe eubéen méridional ainsi que le principal axe de communication terrestre entre le nord et le sud de l’île, comme en attestent les nombreux vestiges identifiés. En effet, depuis 50 ans environ, les fouilles archéologiques menées conjointement par l’École suisse d’archéologie en Grèce (ESAG) et le Service archéologique grec (11e Ephorie des Antiquités Préhistoriques et Classiques) ont considérablement enrichi la connaissance de l’occupation du site. Elles ont mis en lumière la naissance de la cité au VIIIe siècle av. J.-C. et son rôle majeur dans la colonisation grecque en Méditerranée, suivie d’une période de prospérité entre le Ve et le IIIe siècle av. J.-C. (Ducrey et al., 2004 ; Martin-Pruvot et al., 2010). Ces recherches ont aussi mis en évidence les déplacements récurrents de ses habitants, depuis le IVe millénaire jusqu’à l’époque romaine, entre le sommet de l’acropole et la plaine côtière (Müller Celka, 2010a). Ces mouvements ont soulevé la question de l’évolution des paysages au cours des cinq derniers millénaires. À la fin des années 1980, l’analyse conjointe de données paléoenvironnementales issues de carottages et des variations eustatiques basées sur la datation d’anciens niveaux de plage indurés et immergés (beachrocks) démontrait qu’une baie profonde avait occupé en grande partie l’emplacement de la ville actuelle jusqu’à la fin de l’âge du Bronze (Kambouroglou, 1989). Cependant, l’absence d’une chronostratigraphie de précision laissait ouvertes de nombreuses questions. Afin de combler ces lacunes, deux campagnes de carottages se sont déroulées à Érétrie en 2011 et en 2014 (collaboration entre les laboratoires CEREGE et Archéorient du CNRS et l’École suisse d’archéologie en Grèce), avec pour objectif d’affiner la reconstitution paléogéographique de la plaine deltaïque et de replacer les différents sites mis au jour dans la plaine littorale d’Érétrie dans leur contexte paléoenvironnemental. Le présent article vise également à mettre en lumière les interactions entre les sociétés humaines et la mobilité des environnements sur la longue durée. Cette approche s’inscrit dans une enquête plus globale sur la mobilité holocène du littoral eubéen qui, à travers l’étude de plusieurs sites, permet d’appréhender cette évolution à l’échelle régionale (Amarynthos : Ghilardi et al., 2012 ; Aulis : Ghilardi et al., 2013 ; Érétrie : Ghilardi et al., 2014 ; Lefkandi : en cours d’étude et publication des résultats attendue pour 2017, en collaboration avec I. Lemos, British School at Athens).

Figure 1 : Plan archéologique d’Érétrie avec localisation des carottages.

Figure 2 : Photographie par drone d’Érétrie depuis le nord (août 2015). Au premier plan, l’acropole située sur la colline de Kastelli, qui surplombe la plaine côtière où se sont développés le site antique et la ville moderne.

Méthodes d’étude paléoenvironnementale pour reconstituer la mobilité holocène du littoral

2Douze carottages ont été effectués dans la plaine deltaïque (Tableau 1) où a été bâtie la ville moderne sur les vestiges antiques d’Érétrie (Figure 1). Les carottes, prélevées par le biais d’un carottier à percussion (Cobra TT avec extracteur hydraulique, les sédiments ont été recueillis dans des tubes hermétiques d’1 m de long et de 5 cm de diamètre), ont ensuite été acheminées au CEREGE (Aix-en-Provence) pour y être analysées. Parmi les études menées en laboratoire sur les sédiments collectés, les identifications malacologique (mollusques de taille centimétrique) et microfaunistique (ostracodes et foraminifères) ont permis de caractériser les environnements de dépôt. Les analyses de granulométrie (méthodes par tamisage humide et LASER) ont ensuite favorisé la caractérisation de la taille des sédiments dans le but d’en déduire l’énergie de dépôt. Enfin, 33 datations par le radiocarbone (Tableau 2) ont été effectuées sur des macrorestes végétaux et des coquilles marines et lagunaires dans le but d’obtenir une chronostratigraphie à haute résolution, de façon à être en phase avec la datation précise des vestiges archéologiques. L’utilisation du logiciel Calib 7.1 (http://calib.qub.ac.uk/​calib/​calibhtml; Stuiver et Reimer, 1993) a permis de calibrer (courbes IntCal13 et MARINE13 ; Reimer et al., 2013, avec un ΔR = 113 ± 63 d’après Siani et al., 2000) l’ensemble des résultats obtenus auprès des laboratoires de datation par le radiocarbone Beta Analytic et de Poznan (Pologne). Les résultats montrent des âges qui s’échelonnent du IXe millénaire av. J.-C. à la fin de l’époque byzantine (XVe siècle apr. J.-C.).

Présentation synthétique des résultats de carottage et implications pour la mobilité latérale du trait de côte à Érétrie

3L’ensemble des données paléoenvironnementales issues des douze carottages permet de reconstituer l’histoire de la sédimentation quaternaire (fin du Pléistocène et Holocène) de la plaine. Différentes unités sédimentaires ont pu être identifiées grâce au croisement des résultats issus des analyses menées en laboratoire. On a ainsi pu constater qu’au cours du Pléistocène supérieur et jusqu’au début de l’Holocène (< 10000 BP), un environnement exclusivement continental de type Terra Rossa prédominait au pied de la colline de Kastelli lorsque le niveau de la mer était environ 30 mètres plus bas qu’aujourd’hui (Figure 3 ; Pavlopulos et al., 2012 ; Vacchi et al., 2014). Cette observation avait déjà été relevée dans de précédents travaux géomorphologiques (Kambouroglou, 1989), mais la surface continentale pré-transgressive n’avait pu être caractérisée précisément, ni même datée. Le carottage ER08, implanté au nord-est de la ville d’Érétrie (Figure 3), permet de mettre en relation la première incursion marine au pied de l’acropole, qui vient recouvrir les dépôts de Terra Rossa au début de l’Holocène, avec la remontée globale du niveau marin en Méditerranée (niveau de -120 m par rapport à l’actuel, il y a environ 25 000 ans ; Lambeck and Purcell, 2005). Si le Pléistocène supérieur est caractérisé par la prédominance d’un environnement continental (altération chimique du substrat calcaire durant la dernière époque glaciaire), l’Holocène révèle l’in- fluence des dynamiques marines et fluviales sur l’évolution morphologique de la région d’étude. Ainsi, la première moitié de l’Holocène (10000 à 5000 BP) est marquée par la remontée constante du niveau global de la mer, qui atteint son paroxysme vers 5500 BP. L’incursion concomitante de la mer jusqu’au pied de la colline de Kastelli semble donc exclure toute possibilité d’occupation humaine dans la plaine à la fin du Néolithique, mais la présence de dépôts exclusivement continentaux (Terra Rossa et détritique ; Figure 3) dans le carottage ER10 (Figure 4) suggère l’existence d’une zone occidentale restée à l’écart de l’incursion marine au cours de l’Holocène.

Tableau 1 : Localisation des douze carottages à Érétrie.

Tableau 2 : Datations par le radiocarbone sur des macrorestes végétaux et des coquilles marines et lagunaires.

Figure 3 : Résultats de l’identification malacologique du carottage ER08 et des datations par le radiocarbone en fonction de la profondeur.

4À partir de 3500-3000 av. J.-C., période correspondant au Néolithique final et au début de l’âge du Bronze (Helladique ancien), les dynamiques continentales (alluvionnement et détritisme torrentiel et/ ou colluvionnaire) se confrontent à la remontée du niveau marin, qui marque à partir de 4000 av. J.-C. un ralentissement notable, facilitant ainsi l’édification des deltas dans toute la Méditerranée (Brückner et al., 2005) et en Grèce en particulier (Kraft et al., 1977 ; Genre, 1989 ; Vött et al., 2007). À l’échelle du site d’Érétrie, l’évolution géomorphologique se matérialise par deux phases marquées de progradation du trait de côte, l’une à l’Helladique ancien (3000-2100 av. J.-C.) et l’autre du Ier millénaire avant notre ère à nos jours, séparées par une phase d’incursion marine au cours du IIe millénaire avant notre ère. Les principales phases d’évolution morphologique du trait de côte et du réseau hydrographique sont détaillées par la suite, dans leur contexte archéologique local, afin de mieux appréhender la dynamique de l’occupation humaine confrontée à l’interface très mobile que constituait le littoral érétrien.

Figure 4 : Transect stratigraphique réalisé depuis l’est vers l’ouest (carottages ER10, ER 11, ER05 et ER02).

L’Helladique ancien (3000-2100 av. J.-C.) : progradation deltaïque et implantation humaine dans la plaine littorale nouvellement créée

5Les plus anciennes traces de présence humaine, remontant au Néolithique final (IVe millénaire av. J-C.), ont été découvertes au sommet de la colline de Kastelli, alors située en bord de mer. L’absence de sites archéologiques dans la plaine alluviale avant cette date répond à la présence d’un environnement marin mis en évidence par les carottages. L’étude des carottes ER04, ER05 et ER09 (Figure 5 ; Ghilardi et al., 2014) confirment que le village qui apparaît dans la plaine au début du Bronze ancien II (vers 3000-2800 av. J.-C.), et qui s’étend aujourd’hui du temple d’Apollon au nord-ouest (Müller Celka et al., 2013) aux parcelles Bouratza, Alexandri et Roussos au sud-est (Müller Celka, 2010b) était un site littoral (Figures 6 et 7). Le transfert des habitants depuis le sommet de Kastelli vers la plaine alluviale en formation, pour autant qu’il s’agisse de la même population, fait suite au phénomène de progradation deltaïque attesté dans la partie occidentale du secteur situé au pied de la colline à partir d’environ 3100-3000 av. J.-C. (Figure 6). L’apport alluvionnaire d’un petit cours d’eau (< 5 km) débouchant à l’ouest de la colline a pu édifier des levées alluviales basses (< à 1-2 m) dans un contexte de ralentissement marqué de la remontée du niveau marin (1 m par millénaire environ pour la période 3000-1000 av. J.-C.). Ces levées, évoluant localement en cordons littoraux, ont progressive- ment isolé des lagunes (eaux saumâtres) entre le pied de la colline de Kastelli et la partie distale du delta. Les analyses sédimentologiques et microfaunistiques mettent en évidence un environnement lagunaire confiné et peu profond au centre et à l’est du secteur carotté, caractérisé par la présence d’argiles grises compactes à ostracodes lagunaires de type Cyprideis Torrosa et de gastéropodes lagunaires Cerithium vulgatum (Ghilardi et al., 2014). Des apports d’eau douce transforment localement la (ou les) lagune(s) en zones palustres, comme en témoigne la présence de gastéropodes terrestres (Helicidae sp.). Il est donc probable que les habitants de l’Helladique ancien se sont installés sur ces cordons littoraux, ou levées deltaïques, à l’avant d’une lagune et à proximité immédiate et à proximité de l’embouchure des bras du cours d’eau. La genèse de la progradation pourrait résulter d’une combinaison de facteurs avec parmi eux un ralentissement notable de la remontée du niveau marin depuis le milieu de l’Holocène et un alluvionnement intense lié à la mise à nu des versants par la déforestation dès le Néolithique final, phénomène attesté ailleurs en Égée à cette époque (Whitelaw, 2000). On dispose cependant de peu de données sur l’exploitation de l’arrière-pays érétrien à cette époque (Sampson, 1980 et 1996). Cette première installation littorale reflète un phénomène constaté à l’échelle de la mer Égée, et particulièrement en Eubée, où le nombre de sites implantés sur des paléo-littoraux augmente rapidement à l’Helladique ancien II (2800- 2500 av. J.-C). Malheureusement, l’agglomération du Bronze ancien II et III (2800-2100 av. J.-C.) se trouve aujourd’hui sous des bâtiments de la ville moderne, ce qui empêche de multiplier les carottages et les fouilles archéologiques à ses abords immédiats pour en préciser la paléotopographie. Dans l’état actuel des données, il semble qu’elle se soit installée vers la fin du Bronze ancien I (vers 2800 av. J.-C.) sur une étroite bande de terre bordée de lagunes, puis déplacée vers le sud-est sur un petit promontoire côtier, au milieu du Bronze ancien II (vers 2500 av. J.-C.). En effet, à cette période, un bras du delta a recouvert le premier emplacement, comme l’indiquent à la fois la séquence stratigraphique des fouilles au sud-ouest du temple d’Apollon (Verdan, 2013) et celle de la carotte ER04 (Figure 5). La configuration du site à cette période est difficile à préciser, sinon qu’il était entouré de lagunes à l’est (ER09) et au nord (ER04 et ER07, Figure 5) et longé par un cours d’eau à l’ouest (ER04 et ER05, Figure 5) ; le point de raccord avec un environnement continental reste à découvrir. De ce fait, on ne peut exclure que le site, regroupant les parcelles de Bouratza-Roussos-Alexandri, ait constitué à cette période un îlot côtier. D’autre part, les données des carottes ER01, ER02 et ER03 (Figure 4 ; Ghilardi et al., 2014) montrent que la presqu’île actuelle de Pézonisi était nettement séparée du rivage au Bronze ancien, bien qu’on y ait signalé des vestiges archéologiques datant de cette époque (Themelis, 1969). À l’échelle régionale, l’Égée connaît un fort développe- ment culturel au cours du Bronze ancien (IIIe millénaire av. J.-C.) et cette situation apporte des éléments de réflexion utiles pour mieux cerner la configuration du site d’Érétrie à cette période. En effet, les échanges par voie maritime se développent et voient l’apparition, vers 2500 av. J.-C., des premiers navires marchands à coque pansue et voile carrée, contras- tant avec les « long boats » cycladiques attestés auparavant, étroites pirogues mues par deux rangs de pagayeurs (Broodbank, 2002 ; Wedde, 2000). Cela signifie qu’un mouillage sûr devient essentiel pour l’intégration aux réseaux d’échange et pour la survie économique des sites côtiers fondés à cette période. De fait, plusieurs sites majeurs de l’Helladique ancien sont installés sur de petits caps, une configuration topographique qui offre un double mouillage, abrité quelle que soit la direction du vent. En Eubée, Manika en est un exemple particulièrement éloquent (Sampson, 1985 ; Sampson, 1988). On peut donc imaginer que le premier site helladique d’Érétrie ait, lui aussi, occupé une protubérance du trait de côte, entourée de lagunes servant de mouillage aux bateaux de pêche et de commerce. Le site est finalement abandonné à la transition entre le Bronze ancien III et le Bronze moyen, vers la fin du IIIe millénaire av. J.-C. (Müller Celka, 2010b). Cet abandon trouve une explication évidente dans les résultats des analyses sédimentologiques : dès 1800 av. J.-C., la mer a submergé la plaine alluviale et chassé les habitants vers les hauteurs de Kastelli.

Figure 5 : Transect stratigraphique réalisé autour du temple d’Apollon (carottages ER06, ER07, ER04 et ER05).

Figure 6 : Reconstitution paléogéographique de la plaine d’Érétrie.
Figure 6A : vers 3000 av. J.-C., 6B : vers 1800-1100 av. J.-C., 6C : vers 700 av. J.-C., 6D : vers 350 av. J.-C.

Figure 7 : Configuration des paysages à Érétrie au Bronze ancien (vers 3000-2000 av. J.-C.).

Fin de l’Helladique moyen et Helladique récent (1800-1000 av. J.-C.) : absence de sites d’implantation et phase d’incursion marine

6Alors que l’Helladique ancien est caractérisé par un phénomène rapide de progradation deltaïque et de colonisation de la plaine alluviale en formation, les paysages de l’Helladique moyen et de l’Helladique récent (env. 2000-1000 av. J.-C.) offrent une image radicalement différente (Figure 6). En effet, l’incursion soudaine de cet espace deltaïque par la mer, vers 1800 av. J.-C., le rend impropre à toute installation humaine jusque vers 1000-900 av. J.-C. Cette phase est illustrée dans les carottages par une strate d’environ 1 m à 1,5 m d’épaisseur (Figures 4 et 5) conte- nant de nombreuses coquilles marines (gastéropodes de type Bittium reticulatum et Rissoa ventricosa) dans des sables moyens à grossiers relativement homogènes issus des carottages situés au centre et à l’ouest de la zone prospectée (Figures 4 et 5). Les conséquences sur l’habitat sont directes : aucun site datant de l’âge du Bronze moyen et récent n’a été découvert à ce jour ailleurs que sur la colline de Kastelli. Les origines de cette réincursion marine, qui s’étend quasiment tout au long du IIe millénaire av. J.-C., sont inconnues. Plusieurs hypothèses peuvent être formulées, en particulier celle d’un lien avec la remontée constante du niveau de la mer conjuguée avec un phénomène de subsidence causé par le jeu de failles actives situées de part et d’autre de l’Euripe (faille de Lefkandi ? Ghilardi et al., 2014). Ce retrait du littoral pourrait éventuellement avoir été indirectement favorisé par un abandon prolongé de l’exploitation de l’arrière- pays, qui aurait induit une diminution des apports détritiques et un accroissement des phénomènes érosifs marins créant des brèches dans les cordons littoraux et les levées alluviales.

L’époque géométrique (IXe-VIIIe siècles av. J.-C.) : une nouvelle phase de progradation deltaïque

7Après l’incursion marine du IIe millénaire av. J.-C., on observe une nouvelle phase de sédimentation deltaïque dans le secteur du temple d’Apollon au début du Ier millénaire av. J.-C. (ER04, ER05 et ER07, Figure 5). Aucune trace d’occupation n’est attestée sur le site, que ce soit sur la colline de Kastelli ou dans la plaine, entre la fin de l’époque mycénienne (vers 1050 av. J.-C) et l’époque protogéométrique (milieu du IXe siècle av. J.-C.). Dès le VIIIe siècle av. J.-C., en revanche, les constructions se multiplient, signe d’un accroissement rapide de la population. Cette première agglomération ne possède pas de trame urbaine organisée : l’habitat s’étend de manière discontinue du pied de l’acropole au rivage. Il se compose d’ensembles distincts de quelques maisons, partiellement entourés de murs d’enclos, qui reflètent probablement une répartition de l’espace par groupes familiaux (Verdan, 2015 ; Blandin, 2007 ; Mazarakis Ainian, 2006). Les carottages et sondages archéologiques opérés dans la plaine mettent en évidence un environnement assez semblable à celui de l’Helladique ancien, complexe et très mobile, avec en particulier de nombreux apports détritiques d’origine fluviatile, qui entraînent la progradation d’un delta et la création de marais côtiers et de lagunes, faisant se déplacer le trait de côte vers le sud (Figure 6C). Les habitations et les nécropoles s’établissent de préférence dans la plaine alluviale à l’apex du delta et sur des levées sableuses le long du chenal principal ainsi que sur plusieurs cordons littoraux, à proximité de plans d’eau protégés qui servent de mouillage aux embarcations. Un tel environnement, qui peut apparaître de nos jours inadapté au développement d’un établissement pérenne, a été privilégié par des sociétés de l’Antiquité, et ce pour plusieurs raisons (Châtelain, 2007). Il offrait, d’une part, un cadre défensif naturel ainsi que des possibilités de mouillage et constituait, d’autre part, un milieu riche en ressources exploitables, tels que les matériaux de construction (argile, roseaux, etc.), des pâtures maigres pour chevaux et bovins ainsi qu’une abondante faune aquatique et avicole. On remarquera d’ailleurs que les plus anciennes fondations des Eubéens sur le pourtour méditerranéen, comme Al Mina, dans l’estuaire de l’Orontes (Öner, 2008), Cumes, au bord du golfe de Gaète (Poupet et Harfouche, 2005), ou encore Methoni, dans le golfe Thermaïque (Ghilardi et al., 2009), ont été établies dans des environnements similaires.

L’époque archaïque (VIIe-VIe siècles av. J.-C.) : assainissement de la plaine et premier programme urbanistique

8Dans ce milieu très mobile d’un point de vue géomorphologique, les Érétriens ont commencé par se prémunir des crues en élevant autour de chaque parcelle de petits murets destinés à protéger l’espace habitable, comme l’attestent les épaisses couches d’alluvions accumulées à l’extérieur de ceux-ci (Verdan, 2013). Est-ce parce que certains épisodes torrentiels ont été particulièrement ravageurs ou pour un tout autre dessein, on l’ignore encore, mais la communauté décide, vers 700 av. J.-C., d’assécher la plaine deltaïque (Krause, 1985). Le bras oriental est endigué par un long mur de berge en direction de la zone marécageuse à l’est, vestige de l’ancienne baie d’époque préhistorique. Dans une seconde phase, ce chenal est interrompu à l’apex du delta et les eaux sont canalisées dans un bras occidental. Cette entreprise s’est avérée efficace, car on ne constate plus de traces d’alluvionnement à l’intérieur de l’espace habité après cette date. Ces contraintes environnementales très fortes ont conditionné dès l’origine le développe- ment de la ville dont le plan des époques postérieures porte encore l’empreinte. En effet, les anciennes ramifications du cours d’eau asséché seront utilisées comme voies de circulation et contribueront à délimiter des parcelles privées, constituant le noyau de quartiers qui se développeront par la suite. La trame urbaine de la cité donne ainsi à voir le réseau de l’ancien delta fossilisé. Une porte, associée à un premier mur d’enceinte, est érigée au VIe siècle av. J.-C. à l’endroit de l’ancienne diffluence de la rivière, là où un pont permettait de la traverser (Krause, 1972 ; Fachard, 2004), tandis que le front du delta principal est aménagé pour y installer l’agora. Mis à part ces monuments épars, notre connaissance de l’organisation de la ville archaïque demeure incertaine. Était-elle déjà enceinte d’une fortification ? Les avis divergent, mais lorsqu’on se réfère au plan de la cité du IVe siècle av. J.C., c’est bien le rempart qui marque le paysage de son empreinte et qui permet de mesurer l’emprise de l’homme sur l’environnement.

Les époques classique et hellénistique (Ve-IIe siècles av. J.-C.) : vers une urbanisation croissante du milieu

9La construction du rempart urbain d’Érétrie vers 400 av. J.-C. a non seulement été la plus grande dépense publique de l’histoire de la cité, mais elle a également confronté ses habitants à des choix d’urbanisme, de poliorcétique et d’ingénierie d’une portée considérable (Fachard, 2004). Longue de plus de 4 km et dotée d’une soixantaine de tours, la muraille longeait la rivière occidentale et le bord de mer, traversait des étendues marécageuses et franchissait le sommet de l’acropole, pour englober une surface d’environ 80 ha (Figures 1 et 6D). Il s’agissait en quelque sorte de repenser la ville pour en redéfinir l’étendue, avec à l’esprit les besoins présents ainsi que les développements futurs du tissu urbain. Certains des choix qui ont présidé à la construction de l’enceinte apparaissent aujourd’hui difficiles à comprendre sans une connaissance précise de l’environnement auquel les Érétriens ont été confrontés lorsqu’ils en planifièrent le tracé. Le résultat des campagnes de carottages permet de préciser les problèmes qu’ils ont rencontrés et les solutions qu’ils y ont apportées. La réciproque n’en est pas moins vraie, car l’étude du tracé de l’enceinte permet de mieux appréhender la géomorphologie antique, suivant le principe que l’ouvrage tire le meilleur parti de la nature du terrain. On s’intéressera ici à deux secteurs seulement, où la confrontation des données archéologiques et paléo-environnementales s’avère instructive. Un ancien marais à l’est de la cité, dont l’existence a été confirmée par les carottages récents (Ghilardi et al., 2014), créait un climat d’insalubrité, par ailleurs confirmé par le témoignage des sources antiques écrites (Diogène Laërce, Vies des philosophes, II 133). Rien ne suggère que les Érétriens soient parvenus à drainer cet espace marécageux, que l’on a longtemps identifié avec l’étang de « Ptechai », mentionné dans une fameuse inscription d’Érétrie de la fin du IVe siècle av. J.-C., mais qui doit être localisé ailleurs dans le territoire d’Érétrie (Knoepfl r, 2001 ; Châtelain, 2001 ; Fachard, 2012). Sans doute l’avantage défensif qu’il conférait l’emportait-il sur la qualité de l’air : il interdisait en effet un assaut direct du mur oriental par des machines de sièges (béliers et tours mobiles) et rendait impossible tout travail de sape. Le positionnement de la muraille en retrait des marais se justifie donc parfaitement d’un point de vue défensif. Mais ce qui surprend ici, c’est que les Érétriens en inclurent une partie à l’intérieur de l’enceinte. Ce choix présentait une difficulté de taille, puisque le sol n’était pas suffisamment stable pour supporter le poids de la muraille et des tours, ce qui a dû impliquer d’importants travaux de terrassement et l’implantation de fondations particulièrement puissantes. La première explication qui vient à l’esprit est la volonté de gagner de l’espace d’habitation sur les marais, comme semblent l’attester d’épais remblais anthropiques au-dessus de séquences marécageuses dans plusieurs carottages (ER06, ER09 et ER11). Au débouché du marécage au sud, le rempart est renforcé par deux tours rondes qui flanquent une porte. Le carottage ER02 (Figure 4) révèle que cette dernière s’ouvrait alors sur le front de mer et donnait peut-être accès à une grève propice à la mise à sec de navires ou à une voie de circulation qui longeait le littoral. De là, la fortification formait une extension vers le sud, marquant un large coude défendu par plusieurs tours. L’absence apparente d’ouverture dans la muraille urbaine indique qu’il n’était pas possible de pénétrer depuis l’intérieur de la ville dans ce secteur, qui était toutefois accessible depuis l’avant- port par une large ouverture vers l’ouest. Les carottages ER01 et ER03 (Ghilardi et al., 2014) ont permis de confirmer l’hypothèse depuis longtemps formulée qu’il s’agissait d’un port interne fortifié (Pickard, 1891). L’analyse des sédiments révèle l’existence à cet endroit d’un environnement marin ouvert avec dépôts de forte énergie jusque vers le début du Ier millénaire av. J.-C., qui évolue vers des sables moyens à grossiers, devenant fins dans les deux derniers siècles av. J.-C., où la malacofaune atteste l’alternance d’environnements marin et lagunaire. Les Érétriens se sont vraisemblablement servis de cordons littoraux pour fortifier cette baie (Kambouroglou, 1989). La faible profondeur de cette dernière (probablement moins de 2 m) devait interdire la présence de navires à fort tonnage (et donc exclure la présence d’un port marchand), mais aurait parfaitement pu convenir à des navires de guerre. Les fortifications protégeaient la baie d’une attaque terrestre venant de l’est, tandis que l’accès restreint depuis la ville limitait les risques d’incendie criminel et autres actes de sabotage (Baika, 2013). Cette base navale est selon toute vraisemblance aménagée lors de la construction des murailles aux alentours de 400 av. J.-C. et s’intègre dans la nouvelle planification urbaine tout en répondant à un besoin précis de l’État érétrien.

L’époque romaine (Ier av. - VIe siècles apr. J.-C.) : insalubrité des zones basses et contraction de l’habitat

10Le port interne se colmate probablement durant l’époque romaine, comme l’indique la présence d’argiles compactes de couleur blanche (ER03), à un moment qui voit les contours de l’agglomération entièrement redéfinis. La date obtenue par le radio- carbone pour la transition entre environnement marin peu profond (associé au port militaire) et milieu confiné de type lagunaire se situe à la transition entre la période hellénistique et l’époque romaine. La plaine deltaïque sur laquelle s’était développé l’habitat est en grande partie délaissée au profit du piémont de l’acropole. En l’absence d’enregistrements dans les carottages pour cette période, on imputera volontiers ce bouleversement à l’insalubrité des zones basses, sans doute due à la remontée de la nappe phréatique et au manque d’entretien des systèmes de drainage ainsi que du canal occidental, ce qui causera finalement l’abandon d’Érétrie vers le VIe siècle de notre ère. Le paysage antique d’alors a sans doute peu évolué jusqu’au XIXe siècle : une ville nouvelle est fondée en 1834 sur les ruines de l’antique cité, mais ne prospérera guère puisque sa population sera décimée par la malaria (Pajor, 2006).

Implications pour l’étude de la remontée du niveau moyen de la mer Égée à Érétrie au cours de l’Holocène

11Les analyses malacologiques réalisées sur les carottages d’Érétrie ont révélé l’existence de faciès caractéristiques de milieux marins et lagunaires, mais également plus faiblement saumâtres (environnements palustres), permettant de reconstituer l’évolution paléogéographique du secteur d’étude. À partir de la datation par le radiocarbone d’échantillons typiques des différents environnements et leur intégration dans un modèle géophysique de référence (Spada et Stocchi, 2007), il a également été possible d’extrapoler ces informations de manière à restituer l’évolution relative du niveau de la mer à Érétrie. Les milieux de dépôt marin et lagunaire représentent les limites inférieures d’un paléo-niveau de la mer : pour les échantillons marins (principalement des mollusques), il est difficile de donner un seuil supérieur d’erreur en raison d’une possible présence du paléo-niveau à plusieurs mètres au-dessus. En revanche, la barre d’erreur verticale est moindre pour les milieux lagunaires, car ces étendues d’eau saumâtre se forment au niveau de la mer ou quelques décimètres en dessous. Ces étendues d’eau se développent généralement parallèlement à la côte et sont séparées de la mer ouverte par une barrière de sable (Kjerfve, 1994), avec laquelle elles communiquent par un ou plusieurs graus. En Grèce, la profondeur des lagunes est généralement inférieure à 1 m et ne dépasse que très rarement 2 m, comme du reste l’ensemble des lagunes de Méditerranée. Une barre d’erreur supérieure d’1 m a donc été attribuée à tous les échantillons provenant de milieux lagunaires. La Figure 8 illustre la comparaison entre l’évolution du niveau de la mer telle qu’elle ressort des échantillons prélevés à Érétrie et la courbe géophysique de remontée du niveau de la mer pour l’Égée nord-occidentale, modélisée avec le code SELEN (Spada et Stocchi, 2007). Contrairement à ce qui avait été avancé (Kamborouglou, 1989), il n’existe pas de niveau marin proche ou supérieur à l’actuel (« sea-level high stand ») d’origine isostatique au cours du Néolithique dans le bassin Égéen, cela a d’ail- leurs été également vérifié au nord de l’Égée (Vacchi et al., 2014). Par conséquent, toutes les traces d’un niveau de la mer supérieur à l’actuel durant l’holocène sont liées à des mouvements verticaux d’origine néotectonique (Pirazzoli et al., 1999 ; Pavlopoulos et al., 2012 ; Vacchi et al., 2012). À Érétrie, les résultats obtenus indiquent une assez bonne adéquation avec le tracé de la courbe géophysique, où une décélération des taux de remontée est particulièrement marquée au cours des cinq derniers millénaires. Cependant, un léger décalage au-dessus de la courbe est observé à partir de 2500 av. J.-C. On interprète ce phénomène comme une tendance régionale au soulèvement tectonique, qui affecte l’Eubée au cours de l’Holocène récent (Pirazzoli et al., 1999, Evelpidou et al., 2012). On peut, en effet, raisonnablement exclure une origine isostatique d’un niveau de la mer supérieur à l’actuel à Érétrie au cours de l’Holocène.

Fig. 8 : Courbe de la remontée du niveau marin à l’Holocène à Érétrie (Eubée).

Conclusion

12L’approche interdisciplinaire adoptée dans le cadre de l’étude géoarchéologique du site d’Érétrie, à plusieurs échelles de temps et d’espace, démontre toute la complexité des relations entre les logiques d’occupation humaine et l’évolution rapide des environnements. Ces derniers ont, dès l’origine, conditionné le développement du site à Érétrie, offrant un cadre idéal aux habitants qui s’installent au début du IIIe millénaire sur un littoral abrité, avant de les contraindre à le quitter en raison d’une incursion marine. La mer ennoie alors la plaine deltaïque et les oblige à se replier sur la colline de Kastelli. Dès le début du Ier millénaire, une nouvelle phase de développement de l’habitat est attestée et s’accompagne de travaux visant à limiter les effets néfastes des crues. L’apex du delta est endigué pour drainer la plaine et l’effet de cette entreprise monumentale perdure jusqu’à la construction de l’enceinte classique au IVe siècle av. J.-C. Cette dernière marque le paysage de son empreinte et sert de délimitation entre l’espace urbanisé et le territoire alentour. Ce forçage anthropique sur les dynamiques naturelles relève toutefois d’un équilibre fragile : la remontée de la nappe phréatique, l’insalubrité induite par les marais et le colmatage du port interne et du canal occidental auront raison de la cité qui sera abandonnée à la fin de l’époque romaine. Si l’interaction entre les sociétés humaines et leur environnement s’évalue à l’intérieur de l’espace habité, les sédiments issus des carottages prélevés dans la plaine côtière témoignent également d’un bouleversement à l’échelle régionale. On observe en effet deux importantes crises détritiques qui semblent contemporaines du premier habitat en plaine vers 3000 av. J.-C. et de sa réoccupation au IXe siècle av. J.-C. Les origines de ces soudaines décharges sédimentaires de grande ampleur sont encore incertaines et, si des paramètres naturels ne peuvent être exclus (phase climatique plus humide, réajustements tectoniques dans un contexte très actif), des facteurs anthropiques peuvent également être pris en compte. En effet, il est tentant de mettre en relation ces phénomènes d’alluvionnement avec des déboisements intensifs de l’arrière-pays érétrien, sans doute provoqués par un accroissement de la population ou une intensification de l’agriculture. Mais il ne s’agit en l’état que d’hypothèses qui s’inscrivent dans un débat plus large sur l’impact des sociétés humaines sur leur environnement en contexte insulaire méditerranéen.

13Les populations de l’âge du Bronze semblent tirer parti de leur environnement naturel, et de son évolution, pour s’y implanter et en exploiter les ressources, sans le modifier. L’impact de l’anthropisation, s’il est indubitable, est accidentel et ne résulte pas d’une volonté de modifier le milieu. Ces sociétés sont égale- ment les victimes impuissantes des forces de la nature lors de nouvelles phases de remontée globale du niveau de la mer ou de subsidence. A contrario, dès la période géométrique à Érétrie, et même dès l’époque mycénienne ailleurs en Grèce, émergent de nouveaux modes d’appropriation de l’espace, induits par l’expansion démographique, politique et économique. En effet, si le cadre naturel dans lequel se développe la cité est bien mis à profit, cette adaptation fait progressivement place à un forçage anthropique des dynamiques environnementales, avec l’endiguement et la dérivation de cours d’eau, le remblaiement partiel d’espaces marécageux et l’aménagement de lagunes en zones portuaires. Paradoxalement, l’impact de ces ouvrages a sans doute fini par avoir raison de la cité antique d’Érétrie plus sûrement que les changements environnementaux.

Bibliographie

Références

BAIKA K., « The Fortifications of Shipsheds and Naval Arsenals », in Blackman D.J. – Rankov B. (éds.), Shipsheds of the Ancient Mediterranean, New York, Cambridge UP, 2013, p. 210-230.

BLANDIN B., Les pratiques funéraires d’époque géométrique à Érétrie. Espace des vivants, demeures des morts. Eretria XVII, Fouilles et recherches, Gollion, Infolio éditions, 2007.

BROODBANK C., An Island Archaeology of the Early Cyclades, Cambridge, Cambridge UP, 2002, 414 p.

BRÜCKNER H., VÖTT A., SCHRIEVER A., HANDL M., « Holocene delta progradation in the Eastern Mediterranean: case studies in their historical context », Méditerranée, 104, 2005, p. 95-106.

CHATELAIN T., La Grèce antique et ses marais. Perception et exploitation des milieux palustres chez les Anciens, Thèse de doctorat, Université de Neuchâtel et Paris IV-Sorbonne, 2007.

CHATELAIN T., « Assèchement et bonification des terres dans l’Antiquité grecque. L’exemple du lac de Ptéchai à Érétrie: aspects terminologiques et techniques », in Briant P. (éd.), Irrigation et drainage dans l’Antiquité, qanãts et canalisations souterraines en Iran, en Egypte et en Grèce, Paris, Thotm Éditions, 2001, p. 81-108.

DUCREY P., FACHAR D S., KNOEPFLER D., THEURILLAT T., WAGNER D., ZANNIS A.G., Érétrie. Guide de la cité antique, Gollion, Infolio éditions, 2004, 314 p.

EVELPIDOU N., VASSILOPOULOS A., PIRAZZOLI, P., « Holocene emergence in Euboea island (Greece) », Marine Geology, 295-298, 2012, p. 14-19.

FACHARD S., « L’enceinte urbaine d’Érétrie : un état de la question », Antike Kunst, 47, 2004, p. 91-109.

FACHARD S., La défense du territoire d’Érétrie : Étude de la chora et de ses fortifications. Eretria XXI, Fouilles et recherches, Gollion, Infolio éditions, 2012.

GENRE C., 1989. « Variations de la ligne de rivage depuis l’Antiquité en Égée centre occidentale », Cahiers du centre de géomorphologie de Caen, 36, 1989, p. 247-250.

GHILARDIM., LERHUNJ., COURELM.-F., CHAMARD P., QUEYREL F., STYLLAS M., « The contribution of Digital Elevation Models in defining geomorphological processes and potential locations of buried Antic settlements. A case study from Methoni (Thessaloniki Plain – Greece) », in De Dapper, Vermeulen M. & F., Deprez S., Taelman D. (éds.), “Ol’Man River”: Geo-Archaeological Aspects of Rivers and River Plains, Proceedings of the International Colloquium (Ghent, 22-24 September 2006), Ghent 2009, p. 395-406.

GHILARDI M., FACHARD S., PAVLOPOULOS K., PSOMIADIS D., COLLANA Chr., BICKET A., CREST Y., BONNEAU A., DELANGHE-SABATIER D., KNODELL A.R., THEURILLAT T., « Reconstructing mid-to-recent Holocene paleoenvironments in the vicinity of ancient Amarynthos (Euboea, Greece) », Geodinamica Acta, 25 (1-2), 2012, p. 38-51.

GHILARDI M., COLLEU M., PAVLOPOULOS K., FACHARD S., PSOMIADIS D., ROCHETTE P., « Geoarchaeology of Ancient Aulis (Boeotia, Central Greece): human occupation and Holocene landscape changes », Journal of Archaeological Science, 40, 2013, p. 2071-2083.

GHILARDI M., PSOMIADIS D., PAVLOPOULOS K., MÜLLER CELKA S., FACHARD S., THEURILLAT T., VERDAN S., KNODELL A.R., THEODOROPOULOU T., BICKET A., BONNEAU A., DELANGHE- SABATIER D., « Mid- to Late Holocene shoreline reconstruction and human occupation in Ancient Eretria (South Central Euboea, Greece) », Geomorphology, 208, 2014, p. 225-237.

KAMBOUROGLOU E., Ερέτρια. Παλαιογεωγραφική και γεωμορφολογική εξέλιξη κατά το Ολόκαινο. Σχέση φυσικού περιβάλλοντος και αρχαίων οικισμών, Athènes, Éditions commune d’Érétrie, 1989, 234 p.

KJERFVE B. « Coastal lagoons », Coastal lagoon processes, Elsevier Oceanography series, 60, 1994, p. 1-8.

KNOEPFLER D., « Le contrat d’Érétrie en Eubée pour le drainage de l’étang de Ptéchai », in Briant P. (éd.), Irrigation et drainage dans l’Antiquité, qanãts et canalisations souterraines en Iran, en Egypte et en Grèce, Paris, Thotm Éditions, 2001, p. 41-79.

KRAFT J.C., ASCHENBRENNER S.E., RAPP Jr. G., « Palaeogeographic reconstructions of coastal Aegean archaeological sites », Science, 195, 1977, p. 941-947.

KRAUSE C., Das Westtor. Ergebnisse der Ausgrabungen 1964-68. Eretria IV, Ausgrabungen und Forschungen, Bern, Francke éditions, 1972, 87 p.

KRAUSE C., « Naissance et formation d’une ville », Histoire et archéologie. Les Dossiers, 94, 1985, p. 17-25.

LAMBECK K., PURCELL A., « Sea-level change in the Mediterranean Sea since the LGM: model predictions for tectonically stable areas », Quaternary Sciences Reviews, 24, 2005, 1969-1988.

MARTIN-PRUVOT C., REBER K., THEURILLAT T. (dir.), Cité sous terre. Desarchéologues Suisses explorent la cité grecque d’Érétrie. Catalogue d’exposition Antikenmuseum Basel und Sammlung Ludwig, Gollion, Infolio éditions 2010, 317 p.

MAZARAKIS AINIAN A., « Γεωµετρική Ερέτρια. Αρχιτεκτονική, πολεοδοµία και κοινωνική οργάνωση », in A. Mazarakis Ainian (éd.), Αρχαιολογικό Έργο Θεσσαλίας και Στερεάς Ελλάδας (Volos 27.2-2.3 2003), Volos, 2006, p. 955-977.

MÜLLER CELKA S., « Avant la cité », in Martin-Pruvot C., Reber K., Theurillat T. (dir.), Cité sous terre. Des archéologues suisses explorent la cité grecque d’Érétrie, Gollion, Infolio éditions, 2010a, p. 50-55 et 86-88.

MÜLLER CELKA S., « L’occupation d’Érétrie (Eubée) à l’Helladique moyen », in Philippa-Touchais A., Touchais G., Voutsaki S., Wright J. (éds.), Mesohelladika. La Grèce continentale au Bronzemoyen. Actes du colloque international, Athènes, 8-12 mars 2006, BCH Suppl. 52, Athènes, 2010b, p. 335-348.

MÜLLER CELKA S., T. KRAPF, VERDAN S., «La céramique helladique du sanctuaire d’Apollon Daphnéphoros à Érétrie (Eubée)», BCH, 135/1, 2013, p. 21-61.

ÖNER E., « Alluvial geomorphology and paleogeographical studies on the Asi (Orontes) delta plain (Antakya/Hatay) », Aegean Geograp. J., 17, 2008, p. 1-25.

PAJOR F., Eretria - Nea Psara. Eine klassizistische Stadtanlage über der Antiken Polis. Eretria XV. Ausgrabungen und Forschungen, 2 vol., Gollion, Infolio éditions, 2006.

PAVLOPOULOS K., KAPSIMALIS V. , THEODORAKOPOULOU K., PANAGIOPOULOS I. P. « Vertical displacement trends in the Aegean coastal zone (NE Mediterranean) during the Holocene assessed by geo-archaeological data », The Holocene, 22 (6), 2012, p. 717-728.

PICKARD J., « A Topographical Study of Eretria », American Journal of Archaeology 1st series, 7, 1891, p. 371-389.

PIRAZZOLI P., STIROS S.C., ARNOLD M., LABOREL J., LABOREL-DEGUEN F., « Late coseismic vertical displacements and tsunamis deposits near Kynos, Gulf of Euboea, Central Greece », Physics and Chemistry of the Earth, 24 (4), 1999, p. 361-367.

POUPET P., HARFOUCHE R., « Kyme-Cumae (Italie) : regards sur les formes du paysage autour d’un port de l’Antiquité », Méditerranée, 104, 2005, p. 37-48.

REIMER P. J., BARD E., BAYLISS A., BECK J. W., BLACKWELL P. G., BRONK RAMSEY C., BUCK C. E., CHENG H., EDWARDS R. L., FRIEDRICH M., GROOTES P. M., GUILDERSON T. P., HAFLIDASON H., HAJDAS I., HATTÉ C., HEATON T.J., HOGG A. G., HUGHEN K.A., KAISER K. F., KROMER B., MANNING S. W., NIU M., REIMER R. W., RICHARDS D. A., SCOTTE. M., SOUTHON J. R., TURNEY C.S.M. and VAN DER PLICHT J., « IntCal13 and MARINE13 radiocarbon age calibration curves 0–50,000 years cal. BP », Radiocarbon, 55-4, 2013, p. 1869-1887.

SAMPSON A.D., Euboea: prehistoric sites and settlements in Euboea, Αρχείο Ευβοϊκών Μελετών, 23, 1980.

SAMPSON A.D., Μάνικα Ι: Μία πρωτοελλαδική πόλη στη Χαλκίδα, Athènes, Εταιρεία Ευβοϊκών Σπουδών, 1985, 450 p.

SAMPSON A.D., Μάνικα II: Ο πρωτοελλαδικός οικισμός και το νεκροταφείο, Athènes, Εταιρεία Ευβοϊκών Σπουδών, 1988, 212 p.

SAMPSON A.D., « Euboea », in G.A. Papathanassopoulos (éd.), Neolithic Culture in Greece, Athènes, Museum of Cycladic Art, 1996, p. 73-74.

SIANI G., PATERNE M., ARNOLD M., BARD E., MÉTIVIER B., TISNERAT N., BASSINOT F., « Radiocarbon reservoir ages in the Mediterranean Sea and Black Sea », Radiocarbon, 42, 2000, p. 271-280.

SPADA G., STOCCHI P., « SELEN: a Fortran 90 program for solving the “Sea Level Equation” », Computers and Geosciences, 33, 2007, p. 538-562. doi:10.1016/j. cageo.2006.08.006.

STUIVER M., REIMER P.J., « Radiocarbon calibration program CALIB REV7.1.0 », Radiocarbon, 35, 1993, p. 215-230.

VACCHI M., ROVERE A., ZOUROS N., DESRUELLES S., CAROBN V., FIRPO M., « Spatial distribution of sea-level markers on Lesvos Island (NE Aegean Sea): evidence of differential sea-level changes and the neotectonic implications », Geomorphology, 159-160, 2012, p. 50-62.

VACCHI M., ROVERE A., CHATZIPETROS A., ZOUROS N., FIRPO N., « An updated database of Holocene relative sea level changes in NE Aegean Sea », Quaternary international, 328-329, 2014, p. 301-310.

VERDAN S., « Geometric Eretria: Some Thoughts on Old Data », Mediterranean Archaeology, 25, 2015, p. 181-189.

VERDAN S., Le Sanctuaire d’Apollon Daphnéphoros à l’époque géométrique. Eretria XXII, Fouilles et recherches, 2 vol., Gollion, Infolio éditions, 2013.

VÖTT A., « Relative sea level changes and regional tectonic evolution of seven coastal areas in NW Greece since the mid-Holocene », Quaternary Science Reviews, 26, 2007, p. 894-919.

WEDDE M., Towards a Hermeneutics of Aegean Bronze Age Ship Imagery, Studien zur Archäologie und Geschichte Griechenlands und Zyperns, Band 6, Mannheim und Möhnesee, 2000, 256 p.

WITHELAW T., « Settlement Instability and Landscape Degradation in the Southern Aegean in the Third Millenium B.C. », in P. Halstead and Ch. Frederick (éds.), Landscape and Land Use in Postglacial Greece, Sheffield, Sheffield Academic Press, 2000, p. 135-161.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Plan archéologique d’Érétrie avec localisation des carottages.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28590/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 347k
Légende Figure 2 : Photographie par drone d’Érétrie depuis le nord (août 2015). Au premier plan, l’acropole située sur la colline de Kastelli, qui surplombe la plaine côtière où se sont développés le site antique et la ville moderne.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28590/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 609k
Légende Tableau 1 : Localisation des douze carottages à Érétrie.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28590/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Légende Tableau 2 : Datations par le radiocarbone sur des macrorestes végétaux et des coquilles marines et lagunaires.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28590/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Légende Figure 3 : Résultats de l’identification malacologique du carottage ER08 et des datations par le radiocarbone en fonction de la profondeur.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28590/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 310k
Légende Figure 4 : Transect stratigraphique réalisé depuis l’est vers l’ouest (carottages ER10, ER 11, ER05 et ER02).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28590/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Figure 5 : Transect stratigraphique réalisé autour du temple d’Apollon (carottages ER06, ER07, ER04 et ER05).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28590/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
Légende Figure 6 : Reconstitution paléogéographique de la plaine d’Érétrie.Figure 6A : vers 3000 av. J.-C., 6B : vers 1800-1100 av. J.-C., 6C : vers 700 av. J.-C., 6D : vers 350 av. J.-C.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28590/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 550k
Légende Figure 7 : Configuration des paysages à Érétrie au Bronze ancien (vers 3000-2000 av. J.-C.).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28590/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 594k
Légende Fig. 8 : Courbe de la remontée du niveau marin à l’Holocène à Érétrie (Eubée).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28590/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 247k

Auteurs

Archéorient (Université de Lyon / CNRS UMR 5133), Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 7 Rue Raulin, 69365 Lyon CEDEX 07, France
École suisse d’archéologie en Grèce, c/o Institut d’archéologie et des sciences de l’Antiquité, Université de Lausanne, 1015 Lausanne, Suisse

Institut d’archéologie et des sciences de l’Antiquité, Université de Lausanne, 1015 Lausanne, Suisse
École suisse d’archéologie en Grèce, c/o Institut d’archéologie et des sciences de l’Antiquité, Université de Lausanne, 1015 Lausanne, Suisse

Département des Sciences de l’Antiquité, Université de Genève, rue De-Candolle, 1211 Genève 4, Suisse
École suisse d’archéologie en Grèce, c/o Institut d’archéologie et des sciences de l’Antiquité, Université de Lausanne, 1015 Lausanne, Suis

Centre Européen de Recherche et d’Enseignement des Géosciences de l’Environnement (UM 34 Aix-Marseille Université / CNRS UMR 7330, IRD, Collège de France), Europôle Méditerranéen de l’Arbois BP 80 13545 Aix-en-Provence CEDEX 04, France
Labex OTMed (Aix-Marseille Université), Europôle Méditerranéen de l’Arbois, Avenue Louis Philibert, 13857 Aix-en-Provence CEDEX 03, France

© CNRS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540