Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Géoarchéologie des îles de la Méditerranée

 | 
Matthieu Ghilardi

Partie 1. Anthropisation et mutations paysagères à la transition Paléolithique/Néolithique / Anthropization and landscape changes during the Late Paleolithic/Neolithic transition

La néolithisation de la haute montagne corse : l’Abri des Castelli, 2 140 m d’altitude (commune de Corte, centre-Corse)

Mazet Sylvain, Marini Nathalie-Anne, Bontempi Jean-Michel et Boschian Giovanni

Résumé

Cette contribution a pour but de restituer les interactions socio-environnementales d’un site archéologique de la haute montagne corse, occupé entre le VIe et le IVe millénaire avant notre ère. L’étude toujours en cours d’un abri sous bloc situé à 2 140 m d’altitude, au centre de l’île, indique que les zones les plus montagneuses de la Corse ont pu être occupées et les ressources naturelles localement exploitées depuis le VIe millénaire av. J.-C. L’occupation de l’abri d’I Castelli peut être mise en relation avec l’exploitation d’un filon de rhyolite, roche volcanique qui a servi de support à la confection d’armatures de trait, mais aussi avec un site de plein air situé sur un replat (I Pozzi, 2 000 m d’altitude) où des sédiments organiques ont été découverts puis étudiés à des fins paléoécologiques. Une étude multi-proxy, intégrant techniques archéologiques et paléo-environne- mentales, associées à des datations par le radiocarbone, a été menée afin d’appréhender les pratiques des groupes néolithiques au sein de cet espace de montagne. Les principaux résultats tendraient à indiquer la présence sur crête d’un couvert arbustif antérieur à la fréquentation néolithique. En revanche, durant l’occupation de l’abri, c’est un paysage ouvert qui transparaît de l’étude pollinique où les indicateurs de l’anthropisation demeurent limités. Enfin, l’étude anthracologique révèle l’utilisation exclusive du pin comme combustible dans le foyer du IVe millénaire ce qui pose la question de la limite supérieure de la forêt en Corse au Néolithique moyen.

Texte intégral

Introduction

1La vallée de la Restonica débouche sur l’une des villes les plus emblématiques de la Corse, Corte (Haute-Corse), et est aujourd’hui bien connue des randonneurs pour ses célèbres lacs de Melu et Capitellu, nichés au cœur du Parc Naturel Régional de la Corse. Ce point d’accès à la haute montagne, caractérisé par ses paysages façonnés par les glaciers au cours du Quaternaire, attire jusqu’à 260 000 visiteurs durant la saison estivale (Site internet « Grand site de France, 2015). En effet, après le déclin des activités pastorales (transhumance) à partir du début du XXe siècle, la haute montagne est à nouveau investie et ce sont les activités touristiques qui prédominent. C’est dans cette même vallée, lors d’une prospection archéologique menée en 2004 visant à inventorier son patrimoine archéologique, que l’abri des Castelli a été découvert (Association Ouenikion, 2004). Il s’agit d’un bloc granitique d’une dizaine de mètres de longueur (Figure 1), offrant le seul abri potentiel sur cette portion de crête culminant à 2 180 mètres d’altitude. La masse rocheuse procure trois zones protégées par des surplombs ; seul l’abri Est présente un mur de protection en pierres sèches. Au sol, à l’intérieur de l’abri, la présence de pointes de flèches taillées dans une roche volcanique, la rhyolite, a permis d’initier une fouille archéologique sur ce gisement. La typologie des artéfacts collectés atteste en effet d’une fréquentation de l’abri au cours du Néolithique. Les premiers résultats des études pluridisciplinaires, obtenus après cinq missions de recherches, permettent de restituer l’évolution d’un territoire de haute montagne fréquenté et exploité entre le VIe et la fin du IVe millénaire avant notre ère.

Figure 1 : Vue vers le sud-est de l’abri des Castelli, 2140 m, vallée de la Restonica, Corse (photo J.-M. Bontempi), et localisation de la Corse au sein de l’aire tyrrhénienne.

Contexte de la recherche et problématiques

2Si de nombreuses fouilles archéologiques ayant trait à la Préhistoire récente de la Corse ont été menées sur la frange littorale et dans les secteurs de piémont (Cesari, 2012 ; D’Anna et al., 2001 ; Leandri et Gilabert, 2013 ; Lanfranchi et Weiss, 1997 ; Neuville, 2007 ; Weiss, 2010), l’abri des Castelli offre pour la première fois l’opportunité de mieux connaître le peuplement néolithique de la Corse dans ses zones les plus reculées, à savoir le domaine de la haute montagne. Il renseigne également sur le processus de néolithisation qui touche le bassin méditerranéen occidental au VIe millénaire, important les différents éléments du mode de vie néolithique, à savoir l’élevage, l’agriculture, la céramique et la sédentarisation (Mazurié de Keroualin, 2003 ; Guilaine, ce volume). Outre les questions liées à la chronologie, la thématique de la haute montagne induit des problématiques spécifiques sur les modes d’occupation à ces altitudes qui sont soumises à des contraintes météorologiques fortes (Ségard et al., 2003). Elles amènent à s’interroger sur les motivations, les activités pratiquées, ainsi que la circulation des hommes et des biens sur des territoires où les dénivelés rendent les déplacements difficiles. Les premières occupations néolithiques en Corse, attestées vers 5600 ans avant notre ère, présentent un hiatus temporel avec la population mésolithique précédente occupant l’espace insulaire entre les IXe et VIIe millénaires (Pasquet et Demouche, 2012). Les premières productions du Néolithique ancien en Corse se caractérisent par une céramique principalement décorée à la coquille de Cardium à partir de la seconde moitié du VIe millénaire. Les décors au Cardium définissent le faciès Basi-Filiestru-Pienza qui a pour aire géographique l’archipel toscan, la Toscane, la Ligurie et la Sardaigne, tandis que les décors à sillons d’impressions ont des affinités avec la céramique « impressa » de type Peiro-Signado-Caucade localisée en Ligurie et en Provence (Binder, 2014 ; Guilaine, ce volume). La chronologie et la correspondance des faciès de ces céramiques Impresso-Cardiales laissent supposer une néolithisation en provenance de la péninsule italienne, mais qui n’est pas encore définie avec précision (Van Willigen, 2007). Dans le corpus des sites attribués au Néolithique insulaire, les sites côtiers sont les mieux représentés (Tozzi et Weiss, 2001). Les sites de montagne, fouillés durant les années 1970 pour les plus récents, sont rares : il convient de citer l’abri Albertini (900 m ; Acquaviva, 1979) dans le Niolu, la grotte Southwell (930 m ; Passemard, 1925) près de Vizzavona, ou encore Currachiaghju, dans l’Alta Rocca (850 m ; Lanfranchi, 1977).

Contexte environnemental

3Le site d’I Castelli se trouve dans la partie granitique de l’île. Le granite y est modérément fracturé et les prospections géologiques ont permis d’identifier à proximité de l’abri treize veines de syénite, un affleurement de quartz et, plus significatif du point de vue archéologique, un filon de rhyolite (Figure 2) ; ils sont tous positionnés dans des diaclases du substrat. Les paysages du plateau d’I Castelli ont été façonnés par l’activité des glaciers au cours de la dernière grande glaciation quaternaire qui s’est achevée en Corse vers 12000 BP (Conchon, 1988) : on peut ainsi notamment observer la présence de deux cirques glaciaires, le premier sous la ligne de crête à l’Ouest de l’abri et le second en contrebas, là où la bergerie d’I Pozzi a été implantée. La végétation environnante est asylvatique, typique de l’étage cryo-méditerranéen qui se développe sur les versants montagneux à l’adret entre 1 800 et 2 200 m d’altitude (Gamisans, 1999) et se compose principalement de genévriers (Juniperus) et de genêts de Salzman (Genista salz-mannii lobelioides). L’aulne (Alnus viridis suaveolens) est présent à plus basse altitude, jusqu’à 2000 m, alors que le pin (Pinus nigra laricio) se rencontre en-dessous de 1800 m d’altitude. L’abri est situé dans un espace que l’on peut qualifier de plateau puisque le dénivelé, avec moins de 14 %, est faible en comparaison avec les secteurs environnants. Cette configuration – un secteur à faible dénivelé, exposé au sud à une altitude supérieure à 1 800 m – est relativement rare sur l’île (0,3 % de la superficie totale de la Corse ; Mazet, 2008) et bien que l’enneigement de nos jours perdure 6 mois de l’année, la présence de sources et cours d’eau en contrebas en font une zone d’estive favorable. En contrebas de l’abri, à 1 950 m d’altitude, une zone humide de faible étendue, I Pozzi, s’est développée sur une étroite terrasse à flanc de pente (Figure 2). Des structures circulaires en pierres sèches non datées ont été inventoriées à proximité et la bergerie d’I Pozzi, située plus bas à 1 835 m d’altitude, est la plus haute recensée sur l’île. L’inventaire de ces structures, dans les vallées de la Restonica et du Tavignanu (Mazet et al., 2014), montre une forte densité de fréquentation et démontre ainsi le potentiel de ces vallées du centre-Corse pour la pratique d’activités pastorales. Les données paléoenvironnementales holocènes recueillies en Corse regroupent un corpus d’au moins 65 sites, à savoir des gisements paléontologiques, des carottages polliniques ou des gisements archéologiques ayant livré des informations concernant la faune ou la flore (Marini, 2008). Cependant, les études paléontologiques ne sont représentées que par des gisements de faibles altitudes, inférieures à 390 m (Salotti et al., 2008), alors que les sites archéologiques procurant des données relatives à la flore ou la faune présentent une altitude maximale de 979 m (Acquaviva, 1979). Le secteur de la haute montagne n’est ainsi représenté que par les séquences polliniques réalisées par Maurice Reille en particulier sur les lacs de Crenu (1 280 m), Bastani (2 089 m) et Ninu (1 770 m), dont les séquences chronologiques sont les plus complètes (Reille, 1975 ; 1990 et 1992a ; Reille et al., 1999). L’étude des diagrammes de Crenu et du delta du Fangu suggère qu’au début de l’Atlantique, qui correspondrait au début de l’occupation de l’abri des Castelli, le pin (Pinus laricio) se développerait en altitude jusqu’à 1 800 m (Reille, 1990 et 1992a).

Figure 2 : Carte de localisation du plateau des Castelli, de l’abri et de la zone de prélèvement d’I Pozzi (I Pozzi 1) et distribution des vestiges archéologiques découverts en prospection. Vue vers le nord-est de l’ensemble du secteur d’I Castelli et I Pozzi (photo C. Joly).

Méthodes

4Devant l’intérêt d’un gisement tel que l’abri des Castelli, il a été mis en œuvre conjointement une étude archéologique et une étude paléoenvironnementale.

Prospections et fouilles archéologiques

5Une prospection pédestre a été menée sur l’en- semble du plateau des Castelli en insistant sur la zone autour de l’abri, sur le secteur du filon de rhyolite et sur le replat d’I Pozzi, dans le but de bien circonscrire les zones fréquentées par les populations néolithiques. Les découvertes, mais aussi les cheminements, ont été enregistrés par GPS et un dictionnaire d’attributs a été créé pour décrire les artéfacts récoltés. La fouille archéologique a concerné l’abri est des Castelli sur un peu moins d’une dizaine de mètres carrés et sur toute la puissance stratigraphique, à l’exception du niveau du VIe millénaire qui n’a fait l’objet que d’un sondage exploratoire de 0,25 m² afin de préciser la chronologie et les modalités d’occupation du gisement. Pour ces travaux, il a été choisi de coter chaque vestige en trois dimensions à l’aide d’une station totale, la description de l’objet étant faite dans une base de données, le tout pouvant être visualisé et interrogé dans un Système d’Information Géographique (SIG). Les artefacts céramiques (N = 233) et lithiques (N = 7780) découverts en fouille ont fait l’objet d’analyses typologiques afin de conduire des études comparatives entres les différents niveaux archéologiques, mais également avec d’autres gisements de la même période. Les études de provenance ont été menées sur le matériel céramique et lithique dans le but de mettre en évidence d’éventuelles zones d’approvisionnement ainsi que l’intégration du site à des réseaux d’échanges extra-insulaires. L’étude de la provenance de la céramique s’établit selon deux niveaux d’analyse : une analyse macroscopique et une analyse microscopique (loupe à grossissement (10x) ; stéréomicroscope ; microscope optique sur lame mince) menées à l’Université de Pise par M. Gabriele. Les compositions des groupes minéro-pétrographiques identifiés sont comparées aux échantillons de référence compilés par Gabriele (2015). Concernant les études lithiques, les couleurs et textures des artefacts en rhyolite ont été inventoriées après observations macroscopiques et comparées aux filons localisés sur le plateau d’I Castelli par notre équipe, ainsi qu’aux travaux publiés sur la rhyolite insulaire en contexte archéologique (Ameziane-Federzoni, 2011). Quatorze artefacts, identifiés lors de l’inventaire comme des matières siliceuses, ont fait l’objet d’études non destructives sous stéréomicroscope (grossissements compris entre 10x et 60x ; C. Bressy-Léandri) et les descriptions ont été comparées aux collections de références établies par C. Bressy-Léandri (SRA de Corse). 539 vestiges en obsidienne ont été soumis à des analyses géochimiques destructives (MEB-EDS, LA-ICP-MS) et non destructives (EDXRF, PIXE) à l’Université Michel de Montaigne Bordeaux 3 : les résultats traités par analyse statistique factorielle (logiciel XLSTAT, Addinsoft) ont été comparés aux travaux de Le Bourdonnec et al. (2010).

Analyses paléobotaniques

6Des études anthracologiques et palynologiques ont été conduites afin de proposer une restitution du couvert végétal et questionner l’emploi des ressources végétales par ces groupes néolithiques.

Anthracologie

7Les études anthracologiques ont porté sur 349 fragments de charbons de bois extraits des niveaux archéologiques de l’abri est. Les éléments les plus volumineux ont fait l’objet de prélèvements individuels ; de plus le sédiment dégagé de l’abri a été échantillonné de manière systématique par quart de mètre carré, puis flotté et tamisé (300 µm). Afin d’individualiser les caractères diagnostiques, les fragments de bois brûlés ont été analysés au microscope à lumière réfléchie Olympus BX41M selon les trois axes de frac- ture (transversal, tangentiel et radial) à l’Université de Venise par A. Forti. Les déterminations ont été effectuées en référence aux atlas anatomiques pour les arbres à feuilles caduques (Schweingruber 1990a et 1990b ; Nardi Berti, 2006) et pour les conifères (Greguss, 1955).

Palynologie

8L’étude palynologique a été menée sur des échantillons des niveaux archéologiques du IVe et Ve millénaires, ainsi que sur les sédiments organiques d’une colonne de 50 cm (I Pozzi) prélevée dans le secteur ouest de la zone humide d’I Pozzi et située à environ 200 m en contrebas de l’abri. Environ 4 grammes de sédiments ont été prélevés dans les sédiments de l’abri et 1 cm3 à 1 cm de résolution sur la séquence organique, soit 13 échantillons pour la séquence d’I Pozzi. Le protocole d’extraction, conduit à l’Université de Reading (Royaume-Uni), inclut les étapes suivantes : dissolution des échantillons dans une solution conte- nant 1 % de sodium pyrophosphate, ajout de grains de pollen exotique (afin d’évaluer les variations de densité des pollens fossiles), puis tamisage à 125 et 10 μm ; séparation des matières minérales et organiques par flottation ; acétolyse ; ajout de glycérol pour la réalisation des lames minces. Un échantillon (A1C2) recueilli dans l’abri, dans des niveaux datés du Ve millénaire, a présenté un nombre suffisant de grains pour atteindre un comptage de plus de 300 grains de pollen terrestre, nombre statistiquement représentatif (Heim, 1970). Concernant les échantillons d’I Pozzi, un premier comptage d’évaluation a porté sur 150 grains par lame. Les identifications ont été faites en référence à Moore et al. (1991) et Reille (1992b). Les diagrammes ont été réalisés à l’aide du logiciel TiliaGraph v2.

Tableau 1 : Datations radiométriques obtenues pour I Pozzi et I Castelli, calibrations d’après Reimer et al., 2013.

Sédimentologie

9Les études sédimentologiques permettent de caractériser les dépôts en relation avec les données archéologiques et paléobotaniques, mais également d’identifier d’éventuels forçages climatiques ou anthropiques. Des observations sédimentologiques ont été menées par G. Boschian de l’Université de Pise dans l’abri est au cours de la fouille, ainsi que sur les coupes naturelles situées sur le plateau d’I Castelli, à 50 m à l’est de ce même abri. Des lames minces micromorphologiques ont été ensuite réalisées afin d’étudier sa stratigraphie de manière plus approndie. Les lames ont été étudiées par G. Boschian (Mazet, 2009) à l’aide d’un microscope polarisant. La séquence d’I Pozzi a fait l’objet de descriptions sédimentaires suivant le système Tröels-Smith (1955). Les analyses suivantes ont été menées à 2 cm de résolution sur l’ensemble de la colonne à l’Université de Reading: détermination de matière organique par perte au feu selon la méthode décrite dans Bengtsson et Enell (1986) ; mesures de susceptibilité magnétique (basse et haute fréquences) à l’aide d’un Bartington dual frequency MS2B sensor (Oldfield et Crowther, 2007), les résultats Xlf étant exprimés à 10-8 m3 kg-1 ; une analyse granulométique par laser (Malvern Mastersizer 3000) suivant les principes présentés par Blott et al. (2004), les résultats en pourcentage étant représentés suivant les trois fractions, argiles (0.01-2 μm), limons (2-63 μm) et sables (63-2000 μm).

Datation

10Huit datations radiométriques (spectrométrie de masse par accélérateur – AMS) ont été réalisées sur des échantillons de charbons de bois (I Pozzi 1, I Castelli 1, 3, 4, 5, 6) et de sédiments organiques (I Pozzi 2, I Castelli 2) prélevés dans l’abri est, ainsi que sur la séquence d’I Pozzi 1. Elles permettent d’établir le cadre chronologique de l’occupation anthropique et des dépôts sédimentaires. Les échantillons I Castelli 1, 3, 4, 5, 6 ont fait l’objet de déterminations anthracologiques avant datation radiométrique : les taxons identifiés sont respectivement Pinus, Alnus, Acer, indéterminable et Sorbus. Les échantillons ont été soumis aux laboratoires suivants : Beta Analytic (I Pozzi 2, I Castelli 3 et 4), University of Waikato (I Pozzi 1), Centre de Datation par le Radiocarbone (I Castelli 5 et 6) et CEDAD (I Castelli 1 et 2). Les datations BP ont été calibrées à l’aide du logiciel OxCal v.4.2.4 (Bronk Ramsey, 2013) suivant la courbe de calibration InterCal13 (Reimer et al., 2013). Les dates mentionnées ci-dessous présentent un intervalle de 2σ (Tableau 1).

Résultats

11Les résultats sont présentés suivant le type de données, archéologique et paléo-environnementale, pour les différentes zones d’études : plateau d’I Castelli, abri est, zone humide d’I Pozzi.

La fréquentation néolithique du plateau des Castelli

12Suite aux découvertes réalisées à la surface de l’abri des Castelli, les prospections pédestres réalisées dans son environnement proche et sur le plateau d’altitude des Castelli (21 ha visités) ont permis d’inventorier environ 200 vestiges parmi lesquels se trouvent principalement des éclats mais aussi des armatures perçantes (N = 5), des armatures tranchantes (N = 5), des percuteurs (N = 6) et des nucléi (N = 38) (Figure 3). Ces artéfacts se concentrent dans cinq zones différentes. Le foyer principal de densité est l’abri des Castelli avec 1457 vestiges trouvés en surface, majoritairement en rhyolite. Cette roche a été prélevée sur un filon se trouvant à proximité immédiate et se caractérisant par un épandage d’éclats débités ou détachés par gélifraction, sur une longueur de 200 m. Une petite concentration sur la crête nord pourrait révéler l’emplacement d’une zone qui a pu servir ponctuellement de poste de guet. Enfin, en contrebas de l’abri, à 2000 m d’altitude, le replat des Pozzi offre un espace plan, orienté plein sud, à l’abri des vents soufflant sur les crêtes et donc propice à une implantation de plein air. Dans l’état actuel des recherches, une cinquantaine de vestiges néolithiques y a été découverts à la faveur d’une zone d’érosion active : il s’agit, pour les éléments caractéristiques, d’armatures perçantes (N = 2), d’une armature tranchante, de percuteurs (N = 4) et de nucléi (N = 8). La typologie des vestiges taillés et leur répartition sur le plateau montrent que quatre des cinq « foyers de concentration » de vestiges sont de potentiels lieux de débitage de rhyolite. Il ne s’agit donc pas seulement de lieux de passage mais de réelles zones d’activités qui pourraient s’avérer complémentaires au sein de ce territoire de haute montagne.

Figure 3 : Figures 3A, 3B et 3C : Armatures perçantes en rhyolite du IVe millénaire trouvées en fouille ; Figures 3D, 3E, 3F : Armatures tranchantes en rhyolite du Ve millénaire trouvées en prospection (Figs. 3D et 3E) et en fouille (6) ; Figures 3G, 3H et 3I : Segment de cercle du V-IVe millénaires, trouvé en prospection (en rhyolite, Fig. 3G), en fouille (en obsidienne, Figs. 3H et 3I) ; Figure 3J : Inclusion végétale (Cistus ?) dans un tesson du IVe millénaire (Échelle : 2 cm).

L’occupation de l’abri à la fin du IVe millénaire

13Lors du dégagement du premier niveau d’occupation de l’abri, fermé sur ses côtés nord et sud par un muret en pierre sèche, une structure foyère (foyer 1) a été exhumée (Figure 4). De forme ovale, ayant pour dimension 70 cm de diamètre dans sa plus grande longueur, il se compose de 17 pierres, 6 au centre, posées à plat, les 11 autres en périphérie, légèrement inclinées vers le centre du foyer pour former une cuvette. Cet aménagement a été réalisé à partir de modules granitiques présentant une face plane. Le plus grand de ces modules, de 30 cm de longueur, provient d’un plan de diaclase du granite et aurait ainsi pu constituer une surface de chauffe privilégiée. Un charbon de bois (Pinus), situé à -77 cm, a donné une datation de 3940-3640 cal BC (LTL4436A, Figure 5 et Tableau 1), permettant d’attribuer ce foyer au début du IVe millénaire av. J.-C (Figure 5). Un bloc de syénite, retrouvé à proximité immédiate du foyer, a servi d’enclume lors de percussions lancées et de percussions posées diffuses comme l’indiquent les stigmates sur sa surface. Au fond de l’abri, contre le muret sud, un agencement de pierres plates formant une fosse d’un diamètre de 30 cm environ pourrait avoir été utilisé pour le stockage (Figure 4). Enfin, à l’extérieur de l’abri est, un alignement de six modules, sur une longueur d’1,5 m affleurant pour partie à la surface, assure la continuité du muret fermant le locus est. Ils reposent sur le niveau du IVe millénaire et s’appuient sur le bord d’une diaclase du substrat. Il s’agit vraisemblablement d’un aménagement extérieur permettant de canaliser les eaux de pluie ou de ruissellement courant sur le rocher, en les empêchant ainsi de pénétrer dans l’abri (Figure 4). L’assemblage lithique est centré sur la production d’armatures de trait puisque 37 armatures perçantes, 14 arma- tures tranchantes et 20 segments de cercle ont été exhumés pour seulement 3 grattoirs et 26 objets retouchés à la fonction difficilement déterminable (Fig. 3). La présence de produits finis, associés à de très nombreux éclats, des déchets de taille et des nucléi (N = 12), attestent la fonction d’atelier de débitage de l’abri des Castelli. Alors qu’aucune céramique n’avait été trouvée en prospection aux abords même de l’abri, ce sont près de 233 vestiges céramiques qui ont été récoltés dans l’abri, principalement au sein des niveaux du IVe millénaire. Une étude spatiale menée sur ces vestiges (analyse de densité par noyau ; Mazet, 2009) montre que la céramique se concentre dans la zone d’activité du niveau 1 près du foyer, de l’enclume sur bloc de syénite et de la fosse possible de stockage. L’étude typologique effectuée par M. Gabriele révèle un nombre minimum de dix individus. Couplée à l’étude technologique, elle montre une corrélation entre la forme des récipients et la nature des pâtes (Mazet, 2009, 2010 et 2012 ; Mazet et al., 2014). Les poteries de formes fermées probable- ment globulaires sont confectionnées avec des pâtes comprenant des dégraissants provenant de substrats granitiques (quartz, feldspath, mica) alors que les formes ouvertes, cylindriques, montrent la présence ponctuelle de schiste. La provenance du dégraissant est donc locale du fait du contexte granitique de la Corse. Cependant, le contexte métamorphique des schistes verts également identifiés suggère une provenance microrégionale qui se situerait à l’est de Corte. Il est vraisemblable de penser que ces pots ont été apportés dans l’abri et que leur confection est inter- venue plus bas en altitude, comme l’attesterait l’inclusion végétale retrouvée sur un tesson (Figure 3J). La morphologie de l’empreinte, dont l’identification nécessiterait confirmation, évoque une feuille de ciste (Cistus) emprisonnée dans la pâte avant cuisson, arbuste qui se trouve de nos jours à plus basse altitude, et associé au maquis.

Figure 4 : Plan de l’abri Est d’ I Casteli (muret de protection, aménagement du IVe millénaire – foyer 1, protection contre le ruissellement et fosse – et foyer 2 du Ve millénaire) et restitution photogrammétrique de l’abri et des foyers (de haut en bas : vu du bloc et de l’abri Est depuis l’est ; vue du foyer 2 depuis le fond de l’abri ; vue du foyer 1 depuis l’entrée de l’abri).

L’occupation de l’abri au Ve millénaire

14Les niveaux occupés durant le Ve millénaire sont structurés par un foyer appareillé (Foyer 2). Lors de la fouille, la partie supérieure de quelques pierres commençait déjà à apparaître dès la cote -73. Cet empierrement se densifie et, une fois les modules les plus bas dégagés (z = -85), il constitue une structure ovale de combustion de 75 cm de largeur sur 95 cm de longueur (Figure 4). Une soixantaine de modules en granite, mesurant une quinzaine de centimètres de longueur pour les plus gros (N = 10), forment une structure en cuvette. Ces modules sont généralement calés par d’autres sous-jacents de plus petit calibre et donc plus bas en altitude. Ainsi le plan des deux foyers montre leur quasi parfaite superposition, le foyer 1 plus réduit étant légèrement décalé vers l’intérieur de l’abri (Figure 4). Cette position peut s’expliquer par la forme du plafond de l’abri est : formé par un tafonu (mot en langue corse désignant les cavités creusées généralement dans les boules granitiques par l’érosion), le plafond à l’intérieur de l’abri permet de se tenir debout, puis il s’ouvre vers l’extérieur formant une sorte d’auvent. Les foyers se trouvent précisément à l’aplomb de cet auvent évitant ainsi à la fumée produite par les structures de combustion de stagner dans l’espace interne de l’abri. Contrairement aux niveaux sus-jacents, l’assemblage lithique se caractérise par la présence quasi exclusive d’armatures tranchantes (N = 69) généralement en rhyolite, associées aux segments de cercle (N = 36 ; Figure 3). Contrairement à l’occupation du IVe millénaire, l’armature perçante est absente et la céramique beaucoup plus rare (N = 82).

Figure 5 : Représentation graphique des datations 14C d’I Castelli et d’I Pozzi réalisée à l’aide du logiciel OxCal v.4.2.4 (Bronk Ramsey, 2013).

L’occupation de l’abri au VIe millénaire

15Le sondage exploratoire a permis de révéler la présence d’un niveau épais d’une quinzaine de centimètres, reposant sur une arène granitique stérile et se caractérisant par une très grande densité de produits de débitage de rhyolite dont notamment 10 armatures à tranchant transversal, 5 éclats retouchés et 3 nucléi. Une datation 14C (LTL4435A, Tableau 1) réalisée sur du sédiment micro-charbonneux révèle un âge de 5469-5212 cal. BC indiquant ainsi que la première occupation de l’abri renvoie à la seconde moitié du VIe millénaire et correspondrait au début de la néolithisation de l’espace insulaire (Figure 5).

Provenance des matériaux

16Au total, ce sont près de 7 000 vestiges lithiques qui ont été exhumés dans l’abri lors des différentes campagnes. Ces artéfacts sont produits à partir de rhyolite majoritairement, cette roche volcanique représentant environ 80 % de l’assemblage lithique, proportion stable au cours du Ve et du IVe millénaire. D’autres roches endogènes comme le quartz mais aussi exogènes à l’espace insulaire comme l’obsidienne ou le silex ont servi de support à la taille. Les populations du Néolithique ont donc utilisé cet abri comme atelier de débitage, servant à produire principalement des pointes de flèches. Ainsi, 98 armatures de trait tranchantes, 40 armatures perçantes et 55 segments de cercles ont été façonnés sur éclats ou lames pour les premiers, sur éclats pour les seconds et sur éclats épais pour les derniers, soit un total de 197 armatures de tout type. Des traces d’impact ont été observées sur les armatures et peu sont intactes, ce qui laisserait supposer une réutilisation des hampes des flèches et une production de nouvelles armatures dans l’abri, celles brisées étant laissées sur place. Situé à 250 m de l’abri et à la même altitude, un filon de rhyolite de couleur grise fournit une roche de très bonne qualité pour la taille. Au niveau du filon, des éclats, nucléi, déchets de façonnage et outils ont été trouvés en prospection attestant d’une activité de taille sur place. C’est cette même rhyolite (forme, texture, dimensions du cortex identiques) qui, dans la très grande majorité des cas (N = 6418), a été taillée dans l’abri. D’autres variétés de rhyolite de couleurs différentes ont cependant été utilisées, ce qui amène à réfléchir sur la provenance des différents matériaux employés. Une rhyolite rougeâtre à texture fine (N = 23) proviendrait du massif du Monte Cintu, point culminant de la Corse (2 706 m), situé à 15 km à vol d’oiseau. Des galets de rivière (N = 3) utilisés comme percuteurs d’après les stigmates observés à leur surface ont pu être ramassés dans le thalweg de la rivière de la Restonica qui coule au fond de la vallée, 700 m plus bas en altitude. Enfin, le gîte des quartzs taillés dans l’abri (N = 60) est difficile à déterminer car cette roche est ubiquiste en contexte granitique. Pour les roches exogènes, notre attention s’est portée sur l’étude de provenance des obsidiennes et des silex représentant respectivement 8 % (N = 620) et 0,2 % (N = 15) du corpus lithique. Les analyses de provenance ont localisé leur gîte en Sardaigne : à Perfugas pour le silex (Bressy-Leandri, 2008 ; Mazet et al., 2014) et au Monte Arci pour l’obsidienne (Mazet et al., 2014). La proportion d’obsidienne au sein de l’assemblage lithique de l’abri est basse (8 %) par rapport aux valeurs constatées pour les sites de plein air datés du Néolithique ancien et moyen se trouvant dans le sud de la Corse ou sur la côte orientale (Le Bourdonnec et al., 2010). Néanmoins, la présence de cette obsidienne et la preuve de son débitage dans l’abri (présence d’éclats de retouche provenant du façon- nage des segments de cercle) fournissent de nouvelles données quant à la diffusion de cette ressource dans l’espace insulaire au cours du Néolithique.

Les données paléo-environnementales

17Si les artéfacts produits par les Néolithiques nous renseignent sur leurs savoir-faire et sur leurs activités, les nombreux écofacts prélevés en fouille ou au niveau des Pozzi donnent la possibilité de caractériser ces secteurs de haute montagne pour la période néolithique du point de vue environnemental.

Résultat des analyses anthracologiques

18L’assemblage anthracologique, issu des niveaux datés des V-IVe millénaires, analysé par A. Forti (Mazet 2009, 2010 et 2012 ; Mazet et al., 2014) a permis de dénombrer 12 taxons (Figure 6A). Parmi les plus fréquents, on peut noter la présence du pin (Pinus sp., 27 %), de l’érable (Acer sp., 19 %), de l’aulne (Alnus sp., 13 %), du sorbier (Sorbus sp., 9 %) et du peuplier/saule (Populus/Salix, 7 % ; Figure 6A). L’assemblage reflète un approvisionnement provenant d’écosystèmes variés qui aujourd’hui se rencontrent à différentes altitudes : forêt de pin, forêt mixte à feuillage caducs avec le noisetier, lisières de bois représentés par les pruniers et les Pomoideae, ainsi que les zones humides (aulne, peuplier/saule). La présence du peuplier/saule dans l’assemblage anthracologique de l’abri des Castelli pourrait être associée à l’utilisation d’ustensiles de la vie quotidienne, tels que les emmanchements pour le peuplier et la fabrication de paniers pour le saule. L’étude anthracologique révèle en parti- culier que les charbons de bois identifiés dans le foyer daté du IVe millénaire, sont presque exclusivement du pin. Cependant, cette espèce n’est pas connue pour maintenir un feu de qualité. Le choix préférentiel d’une essence dépend de plusieurs facteurs complémentaires, aussi bien anthropiques qu’environnementaux. Parmi ceux là, la facilité d’approvisionnement aux alentours du site en terme de biomasse, l’accessibilité, la distance et la facilité de transport sont déterminants (Thery-Parisot, 2002). De cela, nous pouvons déduire que le pin n’était pas très distant du site, hypothèse qui pourrait être en accord avec les données de M. Reille (1992a), ou en tout cas plus proche que d’autres espèces mieux adaptées à la combustion, comme le hêtre ou le chêne qui ne sont pas représentés dans l’assemblage anthracologique (Mazet, 2012). Toutefois, l’hypothèse de l’utilisation du pin en lien avec une fonction spécifique du foyer peut- être avancée, notamment si on envisage la production de résine comme colle naturelle pour la fixation des armatures de trait sur les hampes des f lèches. Cependant, aucun résidu n’a encore été identifié sur ce type d’artéfact. Parmi les taxons les plus fréquemment représentés dans l’étude anthracologique, seuls le pin et l’aulne présentent des courbes continues dans les diagrammes polliniques établis par M. Reille sur les deux sites les plus élevés de son étude, à savoir les lacs d’origine glaciaire de Bastani (Reille, 1992a) et Nino (Reille, 1975), durant l’Atlantique, alors qu’Acer présente de sporadiques occurrences sur les deux sites. Les pourcentages de pollens arboréens, principalement représentés par Pinus Laricio, Alnus Suaveoleus et Erica Arborea, atteignent sur ces sites des valeurs supérieures à 90 % pour la période néolithique. Cela n’indiquait pas toutefois la présence d’un couvert forestier à ces altitudes de par la sous-représentation de la végétation locale et la proximité des différents étages de végétation (Reille, 1992a). Cependant, les études de M. Reille indiquent que l’augmentation d’Erica Arborea dans les diagrammes polliniques de cette période suggèrerait une présence qui aurait pu atteindre 1 500 m d’altitude, alors que le pin occuperait des terrains situés jusqu’à 1 800 m d’altitude (Reille, 1992a).

Palynologie

19L’échantillon recueilli dans des niveaux de l’abri datés du Ve millénaire (A1C2) présente un assemblage dominé par des herbacées avec près de 90 % des taxons inventoriés, principalement Plantago et Caryophylaceae, qui font partie de nos jours de la végétation environnante (Figure 6B). Le pin domine l’assemblage arboréen mais on note également la présence de quelques occurrences de chêne, de noisetier et d’Ericaceae, aujourd’hui associés à une végétation de plus basse altitude. Les espèces comme l’aulne et les fougères, plus caractéristiques de milieux humides, sont également représentées. Le diagramme pollinique indique donc la présence d’un milieu ouvert avec un signal anthropogénique faible, comprenant un unique pollen de céréale et quelques occurrences de Plantago lanceolota et Chenopodium, plantes rudérales qui pourraient indiquer une perturbation des sols (Figure 6A). Le pin, qui domine l’assemblage anthracologique, ne présente que de faibles pourcentages dans le spectre pollinique (inférieurs à 10 %), alors qu’il est un fort pollinisateur. Ces valeurs sont proches de celles enregistrées dans les diagrammes de Reille, aux lacs de Nino et de Bastani, durant l’Atlan- tique, lors de l’optimum d’Erica Arborea (Reille, 1975 et 1992a), dont les taux sont toutefois faibles dans nos enregistrements. Il est donc possible que le spectre pollinique soit représentatif d’une végétation locale très ouverte, se développant à proximité même de l’abri, sans doute sous influence anthropique.

Figure 6 : Données paléo-environnementales de l’abri Est d’I Castelli ; Figure 6A : Graphique des identifications anthracologiques des niveaux du V-IVe millénaires ; Figure 6B : Spectre pollinique du Ve millénaire ; Figure 6C : Observations géomorphologiques de la coupe stratigraphique Sud.

Analyse sédimentologique de l’abri et du plateau des Castelli

20Des observations sédimentologiques ont également été menées dans l’abri durant la fouille. L’étude de la séquence indique qu’un horizon B de sol moyennement à faiblement développé se trouve à la base de la séquence (Figure 6C). Cet horizon semble avoir subi une forte érosion, comme l’indiquerait la transition abrupte avec les dépôts supérieurs néolithiques qui présentent un apport de matériau d’origine anthropique moyen à fort suivant les zones de l’abri (Figure 6C). Les premiers résultats des analyses de lames minces micromorphologiques (Mazet, 2009) indiquent que les dépôts sont principalement composés de sables granitiques altérés et de matières organiques amorphes d’origine pédogénétique et/ou anthropique, notamment de larges fragments de charbons (centimétriques). La présence de fins niveaux de matière organique amorphe suggère une fréquentation cyclique, et les grains allongés orientés parallèlement, des épisodes de piétinement (Mazet, 2009). L’étude géomorphologique de l’environne- ment proche de l’abri indique une évolution similaire à celle observée dans l’abri. En effet, à 50 m à l’est de celui-ci, un profil naturel observé sur une coupe érodée présente un horizon B de sol moyennement à faible- ment développé, tronqué par une surface d’érosion abrupte. Ces observations suggéreraient la présence passée d’un couvert forestier à haute altitude, ce qui pourrait correspondre aux résultats obtenus par Reille et attribués à l’optimum climatique atlantique (Reille, 1992a), puis une réduction de ce couvert forestier et une érosion des sols, avant l’accumulation de colluvions modernes/récentes. L’accumulation de dépôts de pente peut atteindre jusqu’à deux mètres d’épaisseur dans les zones de dépression. Les observations permettent de résumer la formation du site de la façon suivante :

21(1) accumulation d’un cône de déjection formé avant l’occupation néolithique ; (2) développement d’un sol avec un couvert arbustif/forestier suggéré par la présence d’un horizon B ; (3) détachement du bloc de l’abri depuis l’aiguille granitique qui le surplombe ; (4) occupation néolithique avec érosion des sols et accumulation de dépôts anthropiques ; (5) actuelle- ment, érosion locale provoquée par les eaux de pluie et/ou de fonte des neige catalysée par le surpâturage créant un remaniement des sédiments et une redéposition des matériaux dans les secteurs plans.

Les données paléoenvironnementales d’I Pozzi

22La localisation de cette séquence, associée à des vestiges néolithiques trouvés au sol et sa proximité avec l’abri des Castelli, confère à la séquence d’I Pozzi un fort potentiel pour la reconstitution des interactions socio-environnementales à une échelle locale. La lithostratigraphie, les déterminations de matière organique ainsi que l’analyse granulométrique de la séquence d’I Pozzi présentent une alternance de dépôts sédimentaires mis en place dans des conditions de forte énergie (sable et graviers) et de conditions plus stables permettant l’accumulation de végétation (niveaux limoneux riches en matières organiques fortement humifiées), même si l’apport d’arène granitique demeure important (Figure 7). Les taux de matière organique sont significatifs, variant de 1 % à 40 %, et permettent d’identifier trois principaux faciès organiques s’échelonnant de 9 à 29 cm (niveau depuis la base de la colonne). La courbe de susceptibilité magnétique présente des valeurs en faible augmentation tout au long du profil (XLF de 3 à 16 x 10-8m3kg-1), à l’exception de deux pics situés à la base et vers le haut de la séquence (respectivement 9 et 19 x 10-8m3kg-1 aux niveaux 2 et 42 cm ; Figure 7). Ces variations de susceptibilité magnétique, bien que de faible amplitude, doivent faire l’objet d’études complémentaires pour déterminer si elles pourraient être en relation avec d’éventuelles perturbations des dépôts d’origine anthropique, notamment liés à des feux (Oldfield et Crowther, 2007). Elles semblent toutefois, dans un premier temps, liées à des variations dans la granulométrie, en particulier au niveau 42 avec une augmentation de l’apport d’arène granitique, alors que le pic du niveau 2 correspond à une légère augmentation de matériaux limoneux. Deux datations 14C obtenues à la base et au sommet de la séquence organique (WK25621, 3510-3126 cal. BC et Beta412040, 753-410 cal. BC ; Tableau 1) montrent que ces sédiments se sont développés depuis la fin du Néolithique moyen, avec une datation légèrement postérieure à la dernière occupation de l’abri d’I Castelli, jusqu’au début de l’âge du Fer (Figures 5 et 7). Etant donné la large période chronologique représentée sur une séquence de 20 cm, il est probable que des phénomènes de compressions et d’érosions aient affectés les dépôts, comme l’indique l’apport minérogénique intercalé entre les faciès organiques (niveaux 12-13, 15-17 et 22-23 cm). Toutefois, on ne peut exclure un arrêt de la sédimentation ou une sédimentation lente, en particulier durant l’accumulation organique, phénomènes qui pourraient également expliquer la chrono-stratigraphie de cette séquence.

23Une étude pollinique a également été menée sur les niveaux riches en matière organique. Le diagramme pollinique montre de fortes proportions d’Alnus indiquant qu’une aulnaie se développait probablement aux environs immédiats de la zone d’échantillonnage tout au long de la séquence (Mazet et al., 2014 ; Figure 7). Dans ce contexte, il est important de signaler que la présence de l’aulnaie peut masquer la représentation d’autres espèces, en limitant l’apport pollinique extérieur (Heim, 1970) et affectant la perception de la végétation régionale (Reille, 1990). L’aulne est caractéristique de la végétation de zone humide à cette altitude, tout comme d’autres espèces recensées, notamment les laiches (Carex) et le groupement des fougères (Dryopteris, Filicales, Pteridium). Le groupe des plantes herbacées est dominé par Poaceae, associé à des taxa représentées dans les prairies d’altitude, notamment Caryophylaceae, Asteraceae, Lactuaceae, Armeria et Artemisia. On note également la présence de taxons de nos jours associés à la végétation de l’étage supra-méditerranéen (Quercus, Corylus, Ericaceae) et de l’étage montagnard avec Pinus. Les indicateurs anthropogéniques sont limités avec des occurrences de plantes rudérales, Plantago lanceo- lata et Chenopodium, dans les niveaux organiques supérieurs. Bien que la séquence d’I Pozzi doive faire l’objet d’analyses complémentaires, des témoignages discrets de fréquentation du bassin-versant sont avérés durant la seconde moitié de l’Holocène. L’objectif est de porter le nombre de pollens comptés à 300 grains terrestres excluant Alnus, et d’étendre l’analyse à l’en- semble de la colonne prélevée, afin notamment d’établir des comparaisons avec d’autres sites d’altitude, en particulier pour les périodes les plus récentes avec le lac de Capitellu, également situé dans la vallée de la Restonica (Reille, 1992a).

Figure 7 : Résultats de l’étude paléo-environnementale multi-proxy de la séquence d’I Pozzi 1. A : Datations 14C, lithostratigraphie, sédimentologie (pourcentage de matière organique, susceptibilité magnétique, granulométrie). B : Diagramme pollinique préliminaire.

Conclusion et perspectives

24La démarche multi-proxy que nous venons de détailler, fondée sur les recherches archéologiques couplées aux études paléo-environnementales, a permis de révéler l’exploitation préhistorique d’un territoire de haute montagne durant la néolithisation de la Corse (VIe millénaire), et perdurant au Ve et au IVe millénaire. Les nombreuses armatures de trait en rhyolite, présentant parfois des traces d’impact, suggèrent que ce sont l’approvisionnement en matière première sur le filon de rhyolite tout proche et la pratique de la chasse qui motivèrent la présence de groupes néolithiques. Malgré la position reculée du gisement, en haute montagne, la présence de vestiges taillés dans d’autres types de rhyolite provenant du Massif du Cintu plus au nord, mais aussi d’artéfacts en obsidienne et en silex provenant de Sardaigne, montre la mobilité des groupes durant cette période et le dynamisme des échanges. Si la présence humaine est donc bien attestée et des indices d’érosion des sols observés sur le plateau, l’évaluation pollinique réalisée au niveau de la zone humide d’I Pozzi, indiquerait que cette occupation a eu un faible impact sur la végétation. Néanmoins, l’utilisation quasi-exclusive du pin comme combustible dans le foyer du IVe millénaire permet de formuler deux hypothèses qu’il est, dans l’état actuel des recherches, difficile d’infirmer ou de confirmer. Première hypothèse, la facilité d’acquisition pour les Néolithiques de cette essence se consumant rapidement a compensé ses faibles qualités en tant que combustible, ce qui implique la présence du pin sur crête alors qu’il n’est plus présent à l’heure actuelle au-delà de 1800 m d’altitude. Cette supposition a le mérite de poser la question de la limite altitudinale du pin et donc la forêt au cours du Néolithique. Seconde hypothèse, les Néolithiques ont eu besoin spécifiquement de ce résineux afin d’utiliser sa sève comme colle naturelle pour la confection de flèches. Cela pourrait expliquer une acquisition même à plus basse altitude, dans l’hypothèse où la limite de la forêt au Néolithique serait similaire à la limite actuelle.

25Les résultats que nous venons d’exposer doivent être approfondis. Ainsi, les futures recherches s’attacheront à achever la fouille des niveaux archéologiques datés du VIe millénaire et à améliorer nos connaissances du contexte chronologique des dépôts de l’abri est. Il s’agira de compléter le corpus lithique, de comprendre l’organisation spatiale de l’abri pour cette période et d’acquérir des datations radiométriques. Les études de provenance des artefacts en obsidienne et silex, et des vestiges céramiques mis au jour en 2014, seront poursuivies afin de compléter les études déjà menées. De même, les analyses anthracologique, micromorphologique, l’étude des pollens et des palynomorphes non polliniques seront approfondies sur les échantillons déjà collectés et sur ceux à venir. Ces études complémentaires visent à renseigner les problématiques suivantes :

26(1) explorer les possibles résiliences ou changements d’activités au cours des périodes chronologiques représentées (fouille des niveaux du VIe millénaire) ; (2) déterminer si l’horizon B identifié dans les profils de sols peut être associé à un possible couvert forestier composé notamment de pin ; (3) mettre en relation les dynamiques de végétation et de formation des sols avec de possibles changements climatiques et l’effet potentiel de l’introduction des activités agro-pastorales ; (4) examiner le rôle du pin dans l’assemblage forestier et l’utilisation de cette espèce dans la fabrication d’outils ; (5) mettre en évidence les interactions au niveau local et régional, mais également à plus grande échelle, afin de replacer l’occupation de l’abri dans le contexte ouest-méditerranéen.

Remerciements

27Cette opération n’aurait pu se faire sans le soutien du Service Régional de l’Archéologie de Corse (DRAC, MCC), de la Collectivité Territoriale de Corse et de l’Université de Corse. Merci également aux relecteurs pour leurs commentaires avisés.

Bibliographie

Références

ACQUAVIVA L., La Préhistoire et la Protohistoire des hautes vallées du Centre Nord de la Corse, Thèse de 3e cycle, Université de Nice, 1979.

AMEZIANE-FEDERZONI, Approvisionnement et diffusion de la rhyolite dans le Nord de la Corse au néolithique ancien et moyen, Thèse de doctorat, 2011.

ASSOCATION OUENIKION, Bulletin d’archéologie et d’histoire de la Corse : II, Bulletin de l’Association historique et archéologique Ouenikion, Corte, 2004, 100 p.

BENGTSSON L., ENELL M., « Chemical Analysis », in Berglund B.E., Handbook of Holocene palaeoecology and palaeohydrology, Chichester, John Wiley and Sons, 1986, p. 423-451.

BINDER D., « Mésolithique et Néolithique ancien en Italie et dans le sud-est de la France entre 7000 et 5500 BCE cal. : questions ouvertes sur les dynamiques culturelles et les procès d’interaction », in Perrin T., Manen C., Marchand G., Allard P., Binder D., Ilett M., Autour du Néolithique ancien : les outils du changement : critique des méthodes (session H), in JAUBERT J., FOURMENT N., DEPAEPE P., Transitions, ruptures et continuité durant la Préhistoire, actes du XXVIIe Congrès préhistorique de France (Bordeaux – Les Eyzies, 2010), Paris, Société préhistorique française, 2014, p. 341-355.

BLOTT S., CROFT D.J, PYE K, SAYENE S.E, WILSON H.E., « Particle Size Analysis by Laser Diffraction », Forensic Geoscience: Principles, Techniques and Applications, 232, 2004, p. 63-73.

BRESSY-LEANDRI C., D’ANNA A., POUPEAU G., LE BOURODNNEC F.-X., BELLOT-GURLET L., LEANDRI F., TRAMONI P., DEMOUCHE F., « Chert and obsidian procurement of three Corsican sites during the 6th and 5th millenniums BC », Comptes rendus Palevol, 7, 4, 2008, p. 237-248.

BRONK RAMSEY C., OxCal 4.2, 2013, http://c14.arch/ox.ac.uk/oxcal

CESARI J., « I Calanchi-Sapar’Alta, un site préhistorique majeur », in Cesari J., Leandri F., Mallet V., 20 années de recherche sur la préhistoire récente, Stantari : Histoire naturelle & culturelle de la Corse, 29, Kyrnos publications, Bastia, 2012, p. 48-51.

CONCHON O., « Manifestation et chronologie de la déglaciation fini-würmiennne en Corse », Bulletin de l’Association française pour l’étude du quaternaire, vol. 25, 2, 1988, p. 91-96.

D’ANNA A., MARCHESI H., TRAMONI P., GILABERT C., DEMOUCHE F., « Renaghju (Sartène, Corse- du-Sud), un habitat de plein-air néolithique ancien en Corse », Bulletin de la Société préhistorique française, tome 98, 3, 2001, p. 431-444.

GABRIELE M., La circolazione delle ceramiche del Neolitico nel medio e alto Tirreno e nell’area ligure-provenzale: Studi di provenienza, Thèse de doctorat, 2015, 437 p.

GAMISANS J., La végétation de la Corse, Aix-en-Provence, Éditions Édisud, 1999, 391 p.

GREGUSS P., Xilotomische Bestimmung der Heute Lebenden Gymnospermen, Akadémiai Kiadó, Budapest, 1955, 329 p.

HEIM J., Les relations entre les spectres polliniques récents et la végétation actuelle en Europe occidentale, Thèse, Univerité de Louvain, Laboratoire de Palynologie et Phytosociologie, Belgique, 1970, 179 p.

LANFRANCHI (de) F., « Le néolithique du Curacchiaghiu (Lévie, Corse) » Le ceramiche graffite nel neolitico del Mediterraneo centro-occidentale, 13, 1977, p. 201-205.

LANFRANCHI F. (de), WEISS M.C., L’aventure humaine préhistorique en Corse, Ed. Albiana, 1997, 503 p.

LEANDRI F., GILABERT C., Le Monte Revincu, aux origines du mégalithisme en Méditerranée, Paris, Errance, 2013, 133 p.

LE BOURDONNEC F.X., BONTEMPI J.-M., MARINI N., MAZET S., NEUVILLE P.F., POUPEAU G.,

SICURANI J., « Western Mediterranean obsidians characterization by SEM-EDS and the Neolithic site of A Fuata (Corsica) », Journal of Archaeological Science, 37, 2010, p. 92-106.

MARINI N., Nature et évolution de différents territoires préhistoriques et protohistoriques en Corse : synthèse et interprétations des données archéologiques et paléo-environnementales, Thèse de Doctorat, Université de Corse, 2008, 300 p.

MAZET S., Prospection thématique et évaluation de l’abri des Castelli (2140 m), Rapport d’opération archéologique adressé au SRA de Corse, 2008, 71 p.

MAZET S., Fouille programmée annuelle de l’abri des Castelli (2140 m), Rapport d’opération archéologique adressé au SRA de Corse, 2009, 116 p.

MAZET S., Fouille programmée annuelle de l’abri des Castelli (2140 m), Rapport d’opération archéologique adressé au SRA de Corse, 2010, 84 p.

MAZET S., Fouille programmée annuelle de l’abri des Castelli (2140 m), Rapport d’opération archéologique adressé au SRA de Corse, 2012, 54 p.

MAZET S., BONTEMPI, J.-M., MARINI N., BOSCHIAN G., BRESSY-LEANDRI C., FORTI A., GABRIELE M., LE BOURDONNEC F.-X., JOLY-DELANOE C., WILKINSON K., « L’abri des Castelli (2140 m, Corte), une occupation néolithique de haute montagne », in Senepart I., Leandri F., Cauliez J., Perrin T., Thirault E., Chronologie de la Préhistoire récente dans le Sud de la France, Actes des 10e RMPR - octobre 2012 Porticcio, AEP, Toulouse, 2014, p 339-350.

MAZURIÉ DE KEROUALIN K., Genèse et diffusion de l’agriculture en Europe: agriculteurs, chasseurs, pasteurs, Paris, Errance, coll. « Hespérides », 2003, 184 p.

MOORE P.D., WEBB J.A., COLLINSON M.E., Pollen Analysis (2nd Ed.), Oxford, Blackwell, 1991, 216 p.

NARDI BERTI R., La struttura anatomica del legno ed il riconoscimento dei legnami italiani di più corrente impiego, Instituto del legno, CNR-IVALSA, Firenze, 2006, 158 p.

NEUVILLE P., « La terrasse V du site néolithique de A Fuata (Lumio, Haute-Corse) », in TOZZI C., WEISS M.C., Préhistoire et Protohistoire de l’aire tyrrhénienne, Pisa, Felici Editore, 2007, 294 p.

OLDFIELD F., CROWTHER J., « Establishing fire incidence in temperate soils using magnetic measurements », Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, 249, 2007, p. 362-369.

PASQUET A., DEMOUCHE F., « La Punta di Caniscione », in Cesari J., Leandri F., Mallet V., 20 années de recherche sur la préhistoire récente, Stantari : Histoire naturelle & culturelle de la Corse, 29, Kyrnos publications, Bastia, 2012, p. 8-9.

PASSEMARD E., « Trois gisements néolithiques de la Corse », Bulletin de la Société préhistorique de France, tome 22, 6-7, 1925, p. 221-225.

REILLE M., Contribution pollenanalytique à l’histoire Tardiglaciaire et Holocène de la végétation de la montagne corse, Thèse, Université d’Aix-Marseille III, 1975, 206 p.

REILLE M., Leçon de palynologie et d’analyse pollinique, Éd. du CNRS, Paris, 1990, 206 p.

REILLE M., « New pollen-analytical researches in Corsica: the problem of Quercus Ilex L. and Erica arborea L., the origin of Pinus halepensis Miller forests », New Phytologist, 122, 1992a, p. 359-378.

REILLE M., Pollen et Spores d’Europe et d’Afrique du Nord, Marseille : Laboratoire de Botanique Historique et Palynologie, 1992b, 543 p.

REILLE M., GAMISANS J., ANDRIEU-PONEL V., BEAULIEU J.-L., « The Holocene at Lac de Creno, Corsica, France: a key site for the whole island », New Phytologist, 141, 1999, p. 291-307.

REIMER P.J., BARD E., BAYLISS A., BECK J.W., BLACKWELL P.G., BRONK RAMSEY C., BUCK C. E., CHENG H., EDWARDS R.L., FRIEDRICH M., GROOTES P.M., GUILDERSON T.P., HAFLIDASON H., HAJDAS I ., HATTÉ C., HEATON T.J., HOFFMANN D.L., HOGG A.G., HUGHEN K.A., KAISER K.F., KROMER B., MANNING S.W., NIU M., REIMER R.W., RICHARDS D.A., SCOTT E.M., SOUTHON J.R., STAFF R.A., TURNEY C.S.M., VAN DER PLICHT J., « IntCal13 and Marine13 radiocarbon age calibration curves 0–50,000 years cal BP », Radiocarbon, 55 (4), 2013, p. 1869-1887.

SALOTTI M., LOUCHART A., BAILON S., LORENZO S., OBERLIN C., OTTAVIANI-SPELLA M.-M., PEREIRA E., TRAMONI P., « A Teppa di U Lupinu Cave (Corsica, France) - Human presence since 8500 years BC, and the enigmatic origin of the earlier, late Pleistocene accumulation », Acta zoologica cracoviensia, 51A, 2008, p. 15-34.

SCHWEINGRUBER F.H., Anatomie europäischer Hölzer – Anatomy of European woods, Forschunganstalt für Wald, Schnee und Landschaft, Birmensdorf (Hrsg.), Bern, Stuttgart, Haupt, 1990a.

SCHWEINGRUBER F.H., Microscopic wood Anatomy, Swiss Federal Institute for Forest, Snow and Landscape Research, Birmensdorf, 1990b.

SEGARD M., WALSH K, COURT-PICON M., MOCCI F., PALET MARTINEZ J.M., « L’occupation de la haute montagne dans les Alpes occidentales : apport de l’archéologie et des analyses paléoenvironnementales », in Boetsch G., Devriendt W., Piguel A., Permanences et changements dans les sociétés alpines, Actes du Colloque de Gap (juillet 2002), Édisud, 2003, p. 17-30.

GRAND SITE DE FRANCE, [En ligne], http://www.grand- sitedefrance.com/en/component/content/article/18-les- sites-membres/92-vallee-de-la-restonica.html, [Lien valide en novembre 2015], 2015.

THERY-PARISOT I., Economie des combustibles au Paléolithique : expérimentation, taphonomie, anthracologie, Paris, Éditions du CNRS, 2002, 195 p.

TOZZI C., WEISS M.C., « Nouvelles données sur le Néolithique ancien de l’aire corso-toscane », Bulletin de la Société préhistorique française, tome 98, 3, 2001, p. 445-458.

TROELS-SMITH, J., « Karakterisering af løse jordater (Characterisation of unconsolidated sediments) », Geologiske Undersøgelse Series, IV 3, 1955, p. 1-73.

VAN WILLINGEN S., « Entre Toscane et Provence », in D’Anna A., Cesari J., Ogel L., Vaquer J., 128e Congrès national des Sociétés savantes, Bastia, 2003, Comité des Travaux historiques et scientifiques, 2007, p. 59-77.

WEISS M.C., A Petra, L’Ile Rousse, (campagnes de fouilles 2003-2006), Ajaccio, Éd. Albiana, 2010, 247 p.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Vue vers le sud-est de l’abri des Castelli, 2140 m, vallée de la Restonica, Corse (photo J.-M. Bontempi), et localisation de la Corse au sein de l’aire tyrrhénienne.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28512/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 615k
Légende Figure 2 : Carte de localisation du plateau des Castelli, de l’abri et de la zone de prélèvement d’I Pozzi (I Pozzi 1) et distribution des vestiges archéologiques découverts en prospection. Vue vers le nord-est de l’ensemble du secteur d’I Castelli et I Pozzi (photo C. Joly).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28512/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
Légende Tableau 1 : Datations radiométriques obtenues pour I Pozzi et I Castelli, calibrations d’après Reimer et al., 2013.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28512/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Légende Figure 3 : Figures 3A, 3B et 3C : Armatures perçantes en rhyolite du IVe millénaire trouvées en fouille ; Figures 3D, 3E, 3F : Armatures tranchantes en rhyolite du Ve millénaire trouvées en prospection (Figs. 3D et 3E) et en fouille (6) ; Figures 3G, 3H et 3I : Segment de cercle du V-IVe millénaires, trouvé en prospection (en rhyolite, Fig. 3G), en fouille (en obsidienne, Figs. 3H et 3I) ; Figure 3J : Inclusion végétale (Cistus ?) dans un tesson du IVe millénaire (Échelle : 2 cm).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28512/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Légende Figure 4 : Plan de l’abri Est d’ I Casteli (muret de protection, aménagement du IVe millénaire – foyer 1, protection contre le ruissellement et fosse – et foyer 2 du Ve millénaire) et restitution photogrammétrique de l’abri et des foyers (de haut en bas : vu du bloc et de l’abri Est depuis l’est ; vue du foyer 2 depuis le fond de l’abri ; vue du foyer 1 depuis l’entrée de l’abri).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28512/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 430k
Légende Figure 5 : Représentation graphique des datations 14C d’I Castelli et d’I Pozzi réalisée à l’aide du logiciel OxCal v.4.2.4 (Bronk Ramsey, 2013).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28512/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Figure 6 : Données paléo-environnementales de l’abri Est d’I Castelli ; Figure 6A : Graphique des identifications anthracologiques des niveaux du V-IVe millénaires ; Figure 6B : Spectre pollinique du Ve millénaire ; Figure 6C : Observations géomorphologiques de la coupe stratigraphique Sud.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28512/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende Figure 7 : Résultats de l’étude paléo-environnementale multi-proxy de la séquence d’I Pozzi 1. A : Datations 14C, lithostratigraphie, sédimentologie (pourcentage de matière organique, susceptibilité magnétique, granulométrie). B : Diagramme pollinique préliminaire.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28512/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 382k

Auteurs

INRAP Grand-Oues sylvain.mazet@inrap.fr

University of Reading, School of Archaeology, Geography and Environmental Science, n.a.marini@reading.ac.uk

Musée Départemental d’Archéologie Jérôme Carcopino jmbontempi@cg2b

Università di Pisa, Dipartimento di Biolog giovanni.boschian@inipi.it

© CNRS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540