Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Géoarchéologie des îles de la Méditerranée

 | 
Matthieu Ghilardi

Partie 1. Anthropisation et mutations paysagères à la transition Paléolithique/Néolithique / Anthropization and landscape changes during the Late Paleolithic/Neolithic transition

La diffusion du Néolithique en Méditerranée

Guilaine Jean

Résumé

Cet article propose une synthèse sur la chronologie et les caractères de la diffusion du Néolithique depuis le Proche-Orient jusqu’au Maroc à travers l’espace méditerranéen. Après avoir résumé les principales étapes de l’émergence de l’économie agricole dans la zone levantine, le cas de Chypre est plus particulièrement évoqué : les répercussions des avancées continentales y sont précoces, dès le Xe millénaire avant notre ère, tandis que l’île évoluera ensuite vers un conservatisme particulier (culture de Khirokitia). En domaine égéen, les circulations mari- times, actives dès le Mésolithique, expliquent le transfert d’animaux « contrôlés » sur certaines îles : ainsi un suidé est présent sur le site de Maroulas à Kythnos dès les IXe/VIIIe millénaires. Toutefois ce n’est qu’autour de 7000 av. J.-C. que les premiers agriculteurs sont attestés en Crète, à Cnossos. Un Néolithique à céramique mono- chrome est signalé vers 6300 av. J.-C. à Corfou. Il sera relayé vers 6000 av. J.-C. par des groupes à poterie imprimée qui, présents également en Italie du Sud, seront les vecteurs de l’économie de production dans toute la partie nord- occidentale de la Méditerranée où ils s’implanteront dans de petits établissements côtiers. À partir de 5500 av. J.-C., des populations à céramique cardiale prendront le relais, parachevant la néolithisation de l’Ouest méditerranéen. On en retrouvera une version spécifique au Maroc où blé et ovins domestiques sont signalés vers 5300/5200 av. J.-C.

Texte intégral

Aux origines : le Proche-Orient et l’Anatolie

1Au Proche-Orient, la néolithisation est un processus de longue durée. La première étape en est constituée par la sédentarisation (ou sub-sédentarisation) des épipaléolithiques natoufiens à compter de 12000 av. J.-C. Cette fixation au sol est relative puisque subsistent des comportements de mobilité. Les habitats envisagés comme plus stables présentent des constructions circulaires ou semi-circulaires, tantôt creusées en fosse à flanc de talus (exemple de Mallaha, Israël) tantôt à même un sol plat (Qarassa 3, Syrie). Ce sont de petits hameaux aux unités groupées dans le cadre d’une organisation sociale orientée vers un choix de vie collective. C’est dans ce domaine de l’architecture que la culture natoufienne est réellement innovante, tandis que l’économie repose toujours sur la chasse et la cueillette. Ces tendances à la fixation au sol se doublent de la présence, dans l’habitat ou à proximité, de sépultures individuelles ou collectives : on tient désormais à conserver ses morts près de soi. Le chien domestique est présent (Valla, 1991 et 2000 ; Ibañez et al., 2014). Une déstabilisation de ce système est parfois imputée au refroidissement climatique du Dryas récent (vers 10900/ 9600 av. J.-C.; Carlson, 2013). Elle aurait entraîné la première dispersion de certains groupes par terre ou par mer. Le processus de sédentarisation n’en est pas pour autant bloqué puisqu’il se conforte au cours du Khiamien (vers 10000/9500 avant notre ère) et, surtout, lors du Néolithique pré-céramique A (PPNA, vers 9500/8500 avant notre ère). À cette époque, des établissements à maisons circulaires sont implantés dans les grandes vallées : axes du Jourdain (Jéricho, Netiv Hagdud, Gilgal 1) et de l’Euphrate (Abu Hureyra, Jerf el Ahmar, Mureybet) ou sur leurs marges. Mais leur présence est également attestée dans les terres plus arides (Wadi Tumbaq 3 dans le Ba’las ; Abbès, 2014). Le PPNA est aussi reconnu en Djezireh orientale (Nemrik) et jusque dans le Zagros (Aurenche et Kozlowski, 1999). Pierres, briques et torchis s’associent dans la construction. Les premières tentatives de mise en culture du blé et de l’orge sont notées autour de 9000 av. J.-C. bien que, souvent, la morphologie des graines ne montre pas de claires modifications morphologiques (« agriculture pré-domestique », Tanno et Willcox, 2012). La chasse fournit toujours l’alimentation en viande. Les localités comportent désormais, distincts des habitations familiales, des « bâtiments publics » aux fonctions sans doute multiples : sociales (lieux de réunions et de décisions), cérémonielles (espaces pour rituels), économiques (stockage). On parle de bâtiments « collectifs » ou « communautaires » pour souligner le caractère fédérateur qu’ils pouvaient jouer pour assurer la cohésion villageoise. Les bâtiments en fosse de Jerf el Ahmar (Syrie), les enclos à stèles mégalithiques de Göbekli (Turquie), la tour de Jéricho (Israël, Palestine) en constituent diverses expressions (Stordeur, 2014 ; Schmidt, 2006). Entre 8500 et 7000 avant notre ère, soit durant un millénaire et demi, au cours du Néolithique précéramique B (PPNB), le Néolithique parvient à un stade abouti (Figure 1, voir aire en violet). L’architecture privilégie de plus en plus des maisons rectangulaires. Çayonü offre de bons exemples successifs de maisons en constante adaptation : planchers surélevés, « caves » ou réserves, pièces autonomes, etc. (Özdoğan et Başgelen, 1999). La domestication des céréales et des légumineuses semble assurée vers 8500/8000 av. J.-C. Celle des ongulés (chèvre, mouton, bœuf et porc) est en bonne voie vers 8000 av. J.-C., même si la chasse conserve souvent une place prépondérante dans l’acquisition des ressources carnées. Ces avancées économiques combinées à une certaine pression démographique expliquent la constitution de gros villages (cf. Abu Hureyra, plus de 10 hectares) dominant hiérarchiquement diverses localités périphériques. D’amples réseaux de circulation diffusent des pièces parfois de haute qualité artisanale : lames d’obsidienne cappadocienne, vases et bracelets de pierre, coquillages de la mer Rouge. Une hiérarchie sociale est perceptible dans les pratiques funéraires, certains individus étant dotés de marqueurs de distinction rares tel ce sujet de Halula mis en terre avec un pendentif de cuivre anatolien et un collier de perles de calcédoine, de turquoise et de quartz (Molist et al., 2009). On pense que certains personnages ou des familles en vue pouvaient prendre en charge les rituels qui se déroulaient dans les bâtiments cérémoniels, exerçant ainsi sur leurs semblables une forme de pouvoir intellectuel. On assiste également alors au développement de représentations anthropomorphes : statuaire de la culture d’Urfa, figurines masculines ou féminines. À compter de 7000 av. J.-C., cette grande entité PPNB, étalée du Néguev au plateau anatolien et à l’Iran occidental, se fragmente en diverses unités régionales. La céramique apparaît en plusieurs points : sur la côte méditerranéenne, sur l’Euphrate, en Anatolie centrale et un peu plus tard dans le Levant-Sud. La diffusion vers l’Europe va dès lors s’amorcer (Figure 1).

Figure 1 : Carte résumant les grandes étapes de la néolithisation de la Méditerranée autour de trois sphères culturelles.
À l’Est, l’aire d’émergence du processus (PPNA / PPNB). Au centre, cultures de l’aire égéo-anatolienne.
À l’Ouest, cultures des céramiques à impressions (impressa, cardial).
Les dates indiquent les moments d’apparition du Néolithique.

Chypre : un cas d’école

2L’île est en contact avec le continent dès l’extrême fin des temps paléolithiques par le jeu de « visiteurs » venant par mer en explorer les potentialités. Ces chasseurs-cueilleurs n’en introduisent pas moins des sangliers sur l’île qui, se reproduisant rapidement, deviendront pendant plusieurs siècles leur proie principale. Une première stabilisation de ces populations intervient vers 9000 av. J.-C. avec la création de localités de maisons circulaires (Agia-Varvara-Asprokremnos, Ayios Tychonas-Klimonas, voir Figures 2 et 3 ; Vigne et al., 2012). La présence d’un grand bâtiment « communautaire » à Klimonas souligne les liens idéologiques unissant l’île aux communautés continentales PPNA de l’Euphrate. Introduit sur l’île, le blé amidonnier est cultivé. La chasse aux suidés pourvoit en viande et semble jouer un rôle économique déterminant comme l’exprime l’abondance des pointes de projectile. Vers 8500 av. J.-C., une inflexion se produit. Lors des premiers temps du site de Parekklisha-Shillourokambos, se développe une architecture de poteaux de bois et d’argile affectée à la construction de cabanes ou d’enclos, ceux-ci sans doute destinés au parcage d’animaux récemment introduits du continent : la chèvre, le bœuf, peut-être des suidés domestiques (Guilaine et al., 2011). Vers 8000 av. J.-C., les architectures feront désormais appel à la pierre, à la « terre à bâtir », à des « proto-briques » puis à des briques moulées, à l’usage d’enduits des sols et des murs, matériaux qui, avec des variantes au fil des siècles, caractérisent les localités chypriotes du PPNB puis celles de la culture de Khirokitia (Figure 3) jusque vers 6000 av. J.-C. Vers 8000 avant notre ère, le mouton est à son tour intro- duit de même que le daim de Mésopotamie, espèce dès lors abondamment chassée. Élevage et chasse assurent en complémentarité la nourriture carnée. L’orge est cultivée. Jusque vers 7500 av. J.-C., les influences continentales sont sensibles dans le débitage bipolaire de lames sur nuclei naviformes et dans l’importation de lamelles d’obsidienne de Cappadoce. Des puits et des citernes alimentent les localités en eau de nappes phréatiques (Shillourokambos et Mylouthkia ; Peltenburg, 2003). Dans la seconde moitié du VIIIe millénaire, une nouvelle rupture s’opère: les importations d’obsidienne se raréfient, les techniques du PPNB se dissolvent et l’industrie prend dès lors des caractères plus robustes (pics, grattoirs, lames allongées et larges). Se met alors en place progressivement une culture autochtone, plus distanciée de la souche levantine : la culture de Khirokitia (Le Brun, 2002).

Figure 2 : Sites précéramiques et céramiques (Sotira) de l’île de Chypre évoqués dans le texte.

Figure 3 : Chypre. Khirokitia.
Haut : Maisons circulaires du Néolithique acéramique (VIIe millénaire avant notre ère).
Bas : Essai de restitution par le Département des Antiquités de Chypre de ces habitations préhistoriques.

3Les localités s’enferment derrière des remparts (Tenta et Khirokitia ; Dikaios 1953 ; Le Brun et Daune, 2003 ; Todd, 1987). Les maisons demeurent toujours circulaires, s’opposant aux habitations rectangulaires dès lors majoritaires sur le continent. En pierre ou en brique, elles sont constituées de murs épais parfois renforcés d’anneaux externes. Cette culture disparaîtra au VIe millénaire avant notre ère. Il faudra attendre le Ve millénaire pour qu’après un temps de hiatus un Néolithique avec poterie (Sotira ; Figure 2) se généralise à toute l’île.

De l’Anatolie à l’Égée

4La colonisation agricole de la sphère égéenne a pu emprunter diverses routes, maritimes ou terrestres. C’est par mer que certains mouvements de populations ont apporté sur les îles grecques des suidés et le chien. Ces deux espèces sont présentes sur l’île de Kythnos (Figure 1), à Maroulas, entre la fin du IXe et les débuts du VIIIe millénaire avant notre ère. Ce dernier site comportait 31 structures circulaires, de 3 à 4 m de diamètre, interprétées comme des restes d’habitations. Des sépultures en fosse étaient disposées sous le sol de ces maisons ou à proximité (Sampson et al., 2010). Une telle situation (maisons rondes, introduction d’un suidé sauvage) rappelle la configuration chypriote des Xe-IXe millénaires avant notre ère. Un suidé ainsi qu’un capriné ont aussi été reconnus lors des phases mésolithiques de la grotte du Cyclope à Youra dans les Sporades (Sampson, 2008). C’est en Crète, vers 7000 av. J.-C., que se manifeste le plus ancien néolithique daté d’Europe. Alors apparaissent sur l’île, déjà fréquentée par des groupes mésolithiques, des cultivateurs de blé et de pois, également éleveurs de moutons, de chèvres et de bœufs (Evans, 1964 et 1968 ; Efstratiou et al., 2004 ; Figure 1). On ignore l’origine de ces nouveaux venus, culturellement originaux, qui s’implantent sur le site même de Cnossos. En effet, ils n’utilisent pas de céramique et leur industrie est distincte de celle des derniers PPNB orientaux ou anatoliens : elle s’apparenterait plutôt à celle d’autochtones mésolithiques ayant emprunté (où ? quand ?) des techniques étrangères de l’agriculture et de l’élevage (Kaczanowska et Kozlowski, 2011).

5L’une des voies essentielles de la néolithisation de la Grèce semble également passer par l’Anatolie. En effet, au PPNB, bien implanté dès le IXe millénaire sur le plateau anatolien (Asikli), s’est substituée, autour de 7000 av. J.-C., une culture à céramique dont le site de Çatal Hüyük demeure le plus emblématique en raison des recherches extensives de ses fouilleurs successifs (Mellaart, 1967 ; Hodder, 2006) et de la masse documentaire qui en provient (Figure 1). Le village néolithique (Çatal Est) se compose de maisons quadrangulaires mitoyennes en brique, à toits plats et accès par terrasses. Ces habitations agglutinées sont un legs du PPNB antérieur (Asikli). La riche iconographie murale, peinte ou modelée, les banquettes ornées de cornes de bovins, les inhumations sous le sol des maisons ouvrent d’intéressantes perspectives sur les aspects symboliques qui rythmaient la vie des néolithiques anatoliens. On sait, depuis les récentes fouilles de Dikili Tash en Macédoine orientale, que le Néolithique de souche anatolienne a pu être transmis par la Thrace turque et le nord de la Grèce à une certaine partie de la sphère égéenne (Lespez et al., 2012). Des contacts trans-égéens ont aussi été possibles. En Macédoine (site de Nea Nikomedia) comme en Thessalie (Argissa, Achilleion, Elateia), la séquence céramique néolithique débute par des productions souvent sphériques et à petit pied, le plus souvent monochromes, parfois peintes. Ce « Proto-Sesklo » est l’agent néolithisant, l’existence d’un horizon acéramique antérieur, longtemps soutenue, ayant été abandonnée. En Thessalie de l’Est, les sites, nombreux tout au long du Néolithique ancien, débutent vers 6500 avant notre ère, pour connaître ensuite une longue durée et certains évoluer en éminences par superposition de vestiges anthropiques (tells, magoules ; Perlès, 2001). Les habitations font appel à la pierre et à la brique, legs oriental, mais aussi, sur d’autres sites, au bois et à l’argile (ou torchis) ; elles peuvent être espacées au sein de l’espace villageois tandis que le style agglutiné centro-anatolien ne semble plus présent. La culture des céréales et des légumineuses, l’élevage du porc, du bœuf, de la chèvre et du mouton constituent la base de l’économie (Halstead, 2011). Dans les troupeaux, le mouton domine largement en nombre. Les matériaux de l’industrie lithique peuvent être importés (obsidienne de Milos, silex blond d’origine inconnue, jaspe) et s’associer à des roches locales (radiolarites et silex). Les armatures sont à tranchant transversal : on ne connaît plus ici les diverses variétés de pointes perçantes du PPNB. L’extension de cet horizon ancien à poterie monochrome au Péloponnèse est attestée à la grotte Franchthi (Péloponnèse, Grèce ; Perlès, 2003). On le retrouvera jusqu’à Corfou, en Grèce occidentale, dans le premier horizon néolithique du site de Sidari (Berger et al., 2014). Toutefois ici l’industrie lithique n’a rien à voir avec les productions lamellaires sur silex blond moucheté de la Grèce du Nord. Il s’agit d’une production sur petits éclats, dans la tradition mésolithique locale, sans doute adaptée à un style de vie fondé pour partie sur l’exploitation des ressources maritimes (Sordinas 1969 et 2003). Dans la plus grande partie de la Grèce, la phase moyenne du Néolithique se caractérise par la production de céramique peinte (culture de Sesklo).

La transition adriatique

6À Sidari, le Néolithique « initial » se manifeste vers 6300 avant notre ère, avec donc peu de retard par rapport à l’apparition des villages thessaliens. Sur ce même site, il sera relayé, après un certain hiatus, par des groupes utilisant une céramique à décor d’impressions. Ces derniers s’implanteront bientôt, vers 6000 av. J.-C., sur les deux rives de l’Adriatique et enverront même des éléments pionniers porter les recettes de l’agriculture et de l’élevage en quelques points de la Méditerranée occidentale, préfigurant en ces lieux le développement du Néolithique cardial (Guilaine et al., 2011). Ces groupes à poterie imprimée sont donc les véritables vecteurs du système néolithique dans toute la partie ouest du bassin méditerranéen (Figure 1). Quelle est leur origine ? Trois hypothèses ont été avancées : la plus ancienne considère ces populations comme une émanation des localités littorales nord-levantines qui, à compter de 7000 avant notre ère, utilisent une poterie à décor parfois imprimé (DFBW ; Bernabo Brea, 1950). Cette hypothèse semble cependant peu probable, car les concordances chronologiques des productions orientales avec les poteries à impressions de Dalmatie ou d’Italie ne sont que partielles ; l’industrie lithique (notamment les petites flèches perçantes levantines) a peu à voir avec les séries de Méditerranée centrale ; les jalons insulaires intermédiaires ignorent ces styles céramiques. La deuxième hypothèse (plus classique) considère que les céramiques imprimées de Méditerranée centrale et occidentale constituent une production stylistique autochtone prenant le relais, vers l’Ouest, de l’horizon monochrome égéen auquel sont empruntées la technique céramique et les recettes agro-pastorales. Les contacts avec les cultures balkaniques sont, dans ce cas, limitées à de rares points où Starčevo et « Impresso » se superposent (Obré ; Benac, 1973). Enfin, la troisième hypothèse (la plus récente) considère, au contraire, le développement des groupes à céramique imprimée de Méditerranée centrale comme une émanation périphérique des groupes balkaniques jouant un rôle moteur dans la néolithisation de l’Occident (Rasse, sous presse). Les arguments sont les suivants : la présence en Grèce du décor d’impressions antérieurement à celui de l’Impresso italo-adriatique (par exemple à Mavropigi, en Grèce, dès 6400 av. J.-C. ; Karamitrou-Mentessidi et al., 2013) ; les points communs entre le Starčevo et l’Impresso adriatique d’un certain nombre de techniques ornementales sur céramique (impressions en épis, incisions courbes, coups d’ongle, motifs « pincés », etc., Guilaine, 1976 ; Salanova, 2014) ; le recours à la technique « timber frame » (à poteaux juxtaposés) dans la construction en bois et torchis de certaines maisons d’Italie du Sud (Favella) de même que le rite « balkanique » consistant à brûler les maisons (Tiné, 2009) ; la diffusion en Méditerranée occidentale dès le Néolithique ancien d’un mouton domestique présentant des caractères « continentaux » (Vigne, 2007).

L’Italie du Sud

7Comme en Thessalie, les régions du sud de l’Italie et la Sicile font l’objet, contrairement aux rares sites méso- lithiques connus, d’une dense implantation d’établissements dès le plus ancien néolithique. Ceux-ci peuvent être ouverts ou bien entourés de fossés ou de murs de protection (Molfetta, Balsignano). Les structures domestiques (fours, foyers, silos) sont nombreuses. Les maisons, bâties en bois et torchis, ont des plans rectangulaires (Favella) ou elliptiques (Rendina ; Tiné, 2009). De grands enclos de pierre devaient servir au parcage de troupeaux (Trasano). L’économie repose sur l’agri- culture céréalière et l’élevage des ovins et des bœufs (Torre Sabea). La chasse ne tient qu’une place mineure. L’industrie de la pierre semble associer des héritages mésolithiques (« castelnoviens ») – armatures géométriques, microburins, débitage laminaire – (Dini et al., 2008) à des éléments allochtones – longues lames de silex, lamelles à lustré, haches polies – dont l’origine peut être recherchée dans les horizons pleinement néolithiques du domaine égéen (Guilaine et Cremonesi, 2003). La pression au levier dans la production de fortes lames serait déjà attestée dès cette époque (Guilbeau, 2010). La céramique comporte essentiellement des pots de fleurs à léger pied et des vases sphériques également à bourrelet basilaire. Elle est décorée dans un premier temps d’impressions peu soignées et assez sommaire- ment disposées, mais une évolution vers une thématique mieux structurée surviendra rapidement, en association avec le recours à la gravure et à la peinture. Très vite, ces changements donneront naissance à des faciès qui, tout en conservant le fonds initial à poterie imprimée, s’enrichiront de caractères spécifiques (horizons Guadone, Masseria la Quercia, Matera en Italie du Sud-Est, Stentinello en Sicile).

La conquête de l’Ouest

8La néolithisation de la Méditerranée occidentale s’est effectuée en deux temps : « Impressos » et Cardiaux ont été successivement à l’œuvre. Dans un premier temps, entre 5900 et 5600 avant notre ère (Figure 4), des groupuscules italiques pionniers, porteurs de céramiques a impressa ont, par voie maritime, investi sélectivement les terres côtières du grand arc ouest-méditerranéen en y introduisant une économie fondée sur l’agriculture et l’exploitation des bovins et des ovins. Toute une série de petits sites – type « ferme » ou habitats en grotte – Isola del Giglio en Toscane (Figure 4), Arene Candide en Ligurie, Pont de Roque Haute et Peiro Seignado en Languedoc, El Barranquet à Valencia (Figure 4) – se distingue notamment par une poterie à sillons d’impressions, technique dont on peut tenter de jalonner la propagation depuis la Grèce de l’Ouest (Sidari, Figure 4) jusqu’à l’Espagne méridionale (Figures 5A et 5B). Cette diffusion s’inscrit dans la première moitié du VIe millénaire avant notre ère. Dans un second temps, entre 5500 et 5000 avant notre ère, du Latium (région centrale de l’Italie, correspondant aux environs de Rome) et de la Sardaigne jusqu’au Portugal, se développent des groupes qui feront du décor à la coquille (Cardium, Pectunculus) la base de leur ornementation céramique. On les désigne sous le terme de « Cardial », mais des divergences permettent de différencier un « Cardial tyrrhénien » (Latium, Toscane, Sardaigne, Corse ; Figure 4) d’un « Cardial franco- ibérique » étalé de la Provence au Portugal, ce dernier se présentant avec d’inévitables nuances régionales (Guilaine, 2003 ; Guilaine et al., 2007 ; Manen, 2014 ; Figure 5C). Ces populations vivent dans des localités de plein air, exploitant par l’agriculture les terres alentour, mais tirent aussi parti, à travers l’élevage et le pastoralisme, de certaines niches écologiques plus réfractaires. La conquête de terres intérieures s’amorce largement (site de Chaves en Haut-Aragon, de la Cariguela de Piñar dans la Bétique). Certains abris ou grottes sont utilisés temporairement. L’outillage est à base d’outils de déforestation (lames polies ; Figure 5D), de moisson (faucilles), de mouture (meules). La chasse connaît un certain regain dans les aires forestières ou en moyenne montagne. Des pièces en os (spatules, cuillers) sont originales. Quand les premiers colons a impressa puis leurs successeurs cardiaux sont apparus en Méditerranée de l’Ouest, ils ont dû logiquement entrer en contact avec des populations locales « méso- lithiques » de chasseurs-cueilleurs. Ces possibles contacts ont donné lieu à toute une littérature modélisant de façon théorique les caractères de ces rencontres. Pourtant ces phénomènes de « face à face » sont, sur le plan archéologique, difficiles à détecter. En effet, dans les stratigraphies, un hiatus sédimentaire et chronologique sépare souvent les niveaux des derniers chasseurs castelnoviens (datés des derniers siècles du VIIe millénaire avant notre ère) des premières strates néolithiques. Comment expliquer ce hiatus ? On l’a parfois attribué à une péjoration climatique et environnementale survenue lors de l’événement de 6200 avant notre ère (événement 8,2 ka BP), lequel aurait pu déstabiliser les ultimes sociétés de chasseurs. Cette question demeure controversée et reste à éclaircir. La dynamique de propagation du front néolithique s’accompagne d’une progressive rétraction vers l’Ouest des cultures de chasseurs à trapèzes, depuis l’Italie du Sud jusqu’à l’Atlantique (Perrin et Binder, 2014). Les héritages culturels du substrat mésolithique parmi les premières populations agricoles sont ténus : quelques persistances techniques au plan lithique, l’usage de coquillages dans la confection de signes identitaires comme les parures (cf. Columbella rusticae). Une certaine rareté des sépultures est également un trait commun des derniers chasseurs et des premiers paysans. Peu avant 5000 av. J.-C., une autre culture néolithique se constitue, pour partie dérivée du Cardial, pour partie constituée de façon autonome : l’Épicardial. Très conquérante, elle reculera toujours davantage les limites géographiques de la néolithisation méditerranéenne jusque dans les Alpes occidentales, le Massif Central, l’Aquitaine, la Meseta ibérique.

Figure 4 : La première vague de néolithisation en Méditerranée occidentale (6000/5600 avant notre ère). Sites à céramiques à décor de sillons d’impressions. 1. Sidari (Grèce) ; 2. Kronio (Sicile, Italie) ;3. Isola del Giglio (Italie) ; 4. La Lucciola (Panicarola, Italie) ; 5. Arene Candide (Finale Ligure, Italie) ; 6. Grotte Pollera (Italie) ; 7. Arma di Nasino (Italie) ; 8. Caucade (Alpes-Maritimes, France) ; 9. Pont de Roque-Haute (Hérault, France) ; 10. Peiro Seignado (Hérault, France) ; 11. Petite grotte de Bize (Aude, France) ; 12. Grotte Gazel (Aude, France) ; 13. Grotte des Fées, Leucate (Aude, France) ; 14. El Barranquet (Valencia, Espagne) ; 15. Mas d’Is (Alicante, Espagne).

Figure 5 : Néolithique ancien ouest-méditerranéen.
Figure 5A : Céramiques à sillons d’impressions. Pont de Roque-Haute, Portiragnes (Hérault). Vers 5800 av. J.-C.
Figure 5B : Céramique à sillons d’impressions. Grotte des Arene Candide, Finale Ligure (Italie). Vers 5900 av. J.-C.
Figure 5C : Vase à décor cardial. Grotte Bayol (Gard). Vers 5300/5200 av. J.-C..
Figure 5D : Haches polies. Site cardial de la Cova de l’Or, Bocairent (Valencia, Espagne). Vers 5300/5200 av. J.-C. (Courtoisie de B. Marti, Musée de Préhistoire de Valencia).

De l’Égypte au Maroc

9Bien que le Delta du Nil se trouve aux portes méridionales du Proche-Orient, l’économie néolithique, émergée au Levant, a pris du temps avant de gagner la sphère de l’Égypte actuelle. On sait pourtant que les Levantins n’ont pas hésité à s’aventurer quelque-fois jusque dans le Delta lors de parties de chasse ou de phases de reconnaissance. La découverte dans cette région de pointes d’Hélouan, une variété d’armature du PPNA et des phases anciennes du PPNB, en témoigne. Mais ce n’est que dans le courant du VIe millénaire avant notre ère que l’économie céréalière et l’élevage des ongulés pénètrent, en l’état des connaissances, dans le Delta et la Basse-Égypte. Plusieurs sites (Merimdé, le Fayoum) attestent alors pleinement de la conversion néolithique de cette sphère jusque-là demeurée fidèle à l’économie de chasse-cueillette. La chronologie relative à la diffusion néolithique le long des côtes africaines de la Méditerranée demeure encore mal connue. Des fouilles trop anciennes et une recherche lente à émerger en raison de problèmes économiques et politiques ne permettent pas d’avoir une vision générale correcte des processus. Quelques sites (Haua Fteah en Libye, Khanguet Si Mohamed Tahar en Algérie) montrent que des espèces domestiques sont attestées dès le VIe millénaire même si, dans la tradition capsienne, la chasse, la pêche, la collecte ou la consommation de mollusques continuent de tenir, dans certains milieux particuliers, une place déterminante. C’est finalement dans l’aire la plus occidentale de la Méditerranée, au Maroc, que les données sont les plus fournies. Dans la grotte de Kaf That- El Ghar, du blé et des ovins domestiques sont signalés vers 5300 avant notre ère (Ballouche et Marinval, 2003). Or ces espèces, végétale et animale, sont toutes deux d’origine proche-orientale. De plus récents travaux sur le site d’Ifri Oudadane montrent la présence de blé et d’orge domestiques à compter de 5200 av. J.-C. (Morales et al., 2013). C’est dire que la diffusion, en supposant que leur pénétration se soit effectuée par la voie sud-méditerranéenne, a été très rapide : du Nil jusqu’au Maroc, la propagation se serait opérée dans le cadre du seul VIe millénaire avant notre ère sans véritable arythmie. On pense parfois que l’Espagne a pu jouer un rôle dans ce mécanisme de transfert, le détroit de Gibraltar perçu tel un point de contact actif entre les deux continents. La présence de céramique à décor cardial de part et d’autre du détroit est un argument parfois avancé. Toutefois, sans nier ces relations, certains traits morphologiques (vases à fond pointu et bord déjeté, décor en flamme, faisceaux de cannelures) donnent au Cardial marocain une certaine spécificité. De son côté, le rôle éventuel du détroit sicilien dans de possibles contacts entre la péninsule italienne et la Tunisie au Néolithique ancien n’est pas toujours clarifié en l’état des données et ne permet pas de juger des éventuelles influences de « l’impresso » italien en Afrique du Nord (comme pourrait toutefois le suggérer la présence d’obsidienne de Pantelleria sur le site SHM1 de Hergla (Tunisie ; Mulazzani, 2014). Globalement, vers 5000 av. J.-C., les terres bordières de la Méditerranée sont définitivement néolithisées. Toutefois, il n’y a pas pour autant de standardisation culturelle. La Méditerranée restera longtemps, sur ce plan, un espace parcellisé. Deux mille ans plus tard, vers 3000 avant notre ère, une césure partagera encore la mer en deux sphères essentielles : à l’est, un monde en voie d’urbanisation et à l’ouest une vaste aire qui peine à sortir du Néolithique (Figure 6).

Figure 6 : Aspects de la Méditerranée vers 3000 avant notre ère. Égypte : Premières dynasties / Ancien Empire.
Levant, Anatolie, Egée : Bronze ancien proto-urbain. Méditerranée centrale et occidentale : Cultures du Néolithique final ou Chalcolithique.

Bibliographie

Références

ABBES F., « Le Bal’as, un autre scénario de la néolithisation du Proche-Orient », in Manen C., Perrin T., Guilaine J., La Transition néolithique en Méditerranée, Arles et Toulouse, Errance et Archives d’Écologie Préhistorique, 2014, p. 9-21.

AURENCHE O., KOZLOWSKI S.K., La naissance du Néolithique au Proche-Orient ou le paradis perdu, Paris, Errance, 1999, 256 p.

BALLOUCHE A., MARINVAL P., « Données palynologiques et carpologiques sur la domestication des plantes et l’agriculture dans le Néolithique ancien du Maroc septentrional (site de Kaf That El-Ghar) », Revue d’Archéométrie, 27, 2003, p. 49-54.

BENAC A., Obre, Sarajevo, Bosnich-Herzegowinischen Landesmuseums, 1973.

BERGER J.F., METALLINOU G., GUILAINE J., « Vers une révision de la transition méso/néolithique sur le site de Sidari (Corfou, Grèce). Nouvelles données géoarchéologiques et radiocarbone. Évaluation des processus post-dépositionnels », in Manen C., Perrin T., Guilaine J., La Transition néolithique en Méditerranée, Errance et Archives d’Écologie Préhistorique, Arles et Toulouse, Errance et Archives d’Écologie Préhistorique, 2014, p. 213-232.

BERNABO BREA L., « Il Neolitico a ceramica impressa e la sua diffusione nel Mediterraneo », Rivista di Studi Liguri, XVI, 1950, p. 25-36.

CARSLON A.E., « The Younger Drias climate event », The Encyclopedia of Quaternary Science, 3, 2013, p. 126-134.

DINI M., GRIFONI CREMONESI R., KOZLOWSKI S.K., MOLARA G., TOZZI C., « L’industria castelnoviana della grotta di Latronico 3 (Potenza, Italia) », Preistoria Alpina, 43, 2008, p. 49-74.

DIKAIOS P., Khirokitia, Londres, Oxford University Press, 1953.

EFSTRATIOU N., KARSETOU A., BANOU E. S.,

MARGOMENOU D., 2004. « The Neolithic settlement at Knossos. New light on an old picture », in Cadogan G., Hatzaki E., Vasilikis A., Knossos : Palace, City and State, British School at Athens Studies, 12, 2004, p. 39-49.

EVANS J., « Excavations in the Neolithic Settlement of Knossos, 1957-1960, I, » British School at Athens, 59, 1964, p. 132-230.

EVANS J., « Knossos Neolithic II. Summary and Conclusions », British School at Athens, 63, 1968, p. 239-276.

GUILAINE J., Premiers bergers et paysans de l’Occident méditerranéen, Paris-La Haye, Mouton, 1976, 286 p.

GUILAINE J., De la vague à la tombe. La conquête néolithique de la Méditerranée, Paris, Le Seuil, 2003, 375 p.

GUILAINE J., BRIOIS F., VIGNE J.-D., Shillourokambos.
Un établissement néolithique pré-céramique à Chypre. Les fouilles du Secteur 1, Athènes, Errance, École Française d’Athènes, 2011, 1248 p.

GUILAINE J., CREMONESI G., Torre Sabea. Un établissement du Néolithique ancien en Salento, Collection de l’École Française de Rome, 315, 2003, 399 p.

GUILAINE J., MANEN C., VIGNE J.-D., Pont de Roque Haute. Nouveaux regards sur la néolithisation du Sud de la France, Toulouse, Archives d’Écologie Préhistorique, 2007, 334 p.

GUILBEAU D., Les grandes lames et les lames par pression au levier du Néolithique et de l’Énéolithique en Italie, Thèse de Doctorat, Université de Paris-Ouest (3 volumes), 2010.

HALSTEAD P., « Farming, material culture and ideology : repackaging the Neolithic of Greece (and Europe) », in Hadjikoumis A., Robinson E., Viner S., Dynamics of Neolithisation in Europe. Studies in honour of Andrew Sherratt, Oxford, Oxbow Books, 2011, p. 131-151.

HODDER I., 2006. Çatal Höyük. The Leopard’s Tale, London, Thames and Hudson, 288 p.

IBAÑEZ J.J., GONZALEZ URQUIJO J.E., TERRADAS X., « Natufian huts and hamlets : experimenting for a sedentary life », in Montero-Fonollós J.L., Redonner vie aux Mésopotamiens, Mélanges offerts à Jean-Claude Margueron à l’occasion de son 80e anniversaire, Universidade da Coruña y el Consello de Ferrol, 2014, p. 75-95.

KACZANOWSKA M., KOZLOWSKI J., « Lithic Industry from the aceramic level at Knossos (Crete, Greece) : an alternative approach », Eurasian Prehistory, 8, 2011, p. 67-87.

KARAMITROU-MENTESSIDI G., EFSTRATIOU N., KOZLOWSKI J.K., KACZANOWSKA M., MANIATIS Y., CURCI A., MICHALOPOULOU S., PAPATHANASIOU A., VALAMOTI S.M., « New Evidence on the beginning of farming in Greece: the Early Neolithic settlement of Mavropigi in Western Macedonia (Greece) », Antiquity, 87, 2013, version en ligne seulement.

LE BRUN A., « Neolithic Society in Cyprus: a tentative analysis », in Bolger D. and Serwint N., Engendering Archaeology. Women and Society in Ancient Cyprus, Boston, American School of Oriental Research, 2002, p. 23-31.

LE BRUN A., DAUNE-LE BRUN O., « Deux aspects du Néolithique précéramique récent de Chypre : Khirokitia et Cap Andreas Kastros » in Guilaine J., Le Brun A., Le Néolithique de Chypre, École Française d’Athènes, Bulletin de Correspondance Hellénique, Suppl. 43, 2003, p. 45-59.

LESPEZ L., TSIRTSONI Z., DARCQUE P., KOUKOULI-CHRYSSANTHAKI H., MALAMIDOU D., TREUIL R., DAVIDSON E., KOURTESSI-PHILIPPAKIS G., OBERLIN C., « The lowest levels at Dikili Tash, northern Greece : a missing link in the Early Neolithic of Europe », Antiquity, 86, 2012, p. 30-45.

MANEN C., « Dynamiques spatio-temporelles et culturelles de la néolithisation ouest-méditerranéenne », in Manen C., Perrin T., Guilaine J., La Transition néolithique en Méditerranée, Arles et Toulouse, Errance et Archives d’Écologie Préhistorique, 2014, p. 405-418.

MELLAART J., Çatal Hüyük. A Neolithic Town in Anatolia, London, Thames and Hudson, 1967, 232 p.

MOLIST M., MONTERO RUIZ I., CLOP X., ROVIRA S., GUERRERO E., ANFRUNS J., « New Metallurgic Findings from the Pre-Pottery Neolithic : Tell Halula (Euphrates Valley, Syria) », Paléorient, 35, 2, 2009, p. 33-48.

MORALES J., PÉREZ-JORDA G., PEÑA-CHOCARRO L., ZAPATA L., RUIZ-ALONSO M., LÓPEZ-SAEZ J.A., LINSTÄDTER J., « The Origins of Agriculture in North-West Africa: macro-botanical remains from Epipaleolithic and Early Neolithic levels of Ifri Oudadane (Morocco) », Journal of Archaeological Science, 40, 2013, p. 2659-2669.

MULAZZANI S., « Le site SHM-1 (Tunisie) entre le VIIe et le VIe millénaire cal. BC. Prémices d’une transition du Capsien supérieur vers le Néolithique », in Manen C., Perrin T., Guilaine J., La Transition néolithique en Méditerranée, Arles et Toulouse, Errance et Archives d’Écologie Préhistorique, 2014, p. 453-461.

ÖZDOĞAN M., BAŞGELEN N., Neolithic in Turkey. The Cradle of Civilization, Istanbul, Arkeoloji Ve Sanat Yayinlari, 1999.

PELTENBURG E., The Colonization and Settlement of Cyprus. Investigations at Kissonerga-Mylouthkia, 1976- 1996, Savedalen, Studies in Mediterranean Archaeology, P. Aströms, 2003, 320 p.

PERLÈS C., The Early Neolithic of Greece, Cambridge University Press, 2001, 372 p.

PERLÈS C., « The Mesolithic at Franchti : an overview of the data and problems », in Galanidou N., Perlès C., The Greek Mesolithic. Problems and Perspectives, British School at Athens Studies, 10, 2003, p. 79-87.

PERRIN T., BINDER D., « Le Mésolithique à trapèzes et la néolithisation de l’Europe sud-occidentale », in Manen C., Perrin T., Guilaine J., La Transition néolithique en Méditerranée, Errance / Archives d’Écologie Préhistorique, Arles et Toulouse, Errance et Archives d’Écologie Préhistorique, 2014, p. 271-281.

RASSE M., « Modélisation de la diffusion du Néolithique en Europe », Revue Mappemonde, 115 (sous presse).

SALANOVA L., « Les premières communautés agro-pastorales de Bulgarie », Comptes-rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, 2014, p. 423-443.

SAMPSON A., The Cyclops Cave on the Island of Youra, Greece. Mesolithic and Neolithic Networks in the Northern Aegean, INSTAP, Philadelphia, Academic Press, Monograph Series, 2008.

SAMPSON A., KACZANOWSKA K.M., KOZLOWSKI J., The Prehistory of the Island of Kythnos (Cyclades, Greece) and the Mesolithic Settlement at Maroulas, Krakow, The Polish Academy of Arts and Sciences / The University of the Aegean, 2010.

SCHMIDT K., Sie bauten die ersten Tempel. Das rätselhafte Heiligtum der Steinzeitjäger, Munchen, C. H. Beck, 2006.

SORDINAS A., « Investigations of the prehistory of Corfou during 1964-1966 », Balkan Studies, 20, 1969, p. 399-424. SORDINAS A., « The “Sidarian”: maritime Mesolithic non geometric microlithes in Western Greece », in Galanidou N., Perlès C., The Greek Mesolithic. Problems and perspectives, British School at Athens Studies, 10, 2003, p. 89-97.

STORDEUR D., « Jerf el Ahmar entre 9500 et 8700 cal BC. Un village des débuts de l’agriculture. Une société complexe », in Manen C., Perrin T., Guilaine J., La Transition néolithique en Méditerranée, Arles et Toulouse, Errance et Archives d’Écologie Préhistorique, 2014, p. 27-45.

TANNO K., WILLCOX G., « Distinguishing wild and domestic wheat and barley spikelets from early Holocene in the Near East », Vegetation History and Archaeobotany, 21, 2, 2012, p. 107-115.

TINÉ V., Favella. Un villagio neolitico nella Sibaritide, Roma, Istituto Poligrafico e Zecca delle Stato, 2009.

TODD I., Vasilikos Valley. Project 6. Excavations at Kalavasos Tenta. I., Studies in Mediterranean Archaeology, Göteborg, P. Astroms, 1987.

VALLA F., « Les Natoufiens de Mallaha et l’espace », in Bar Yosef O., Valla F., The Natufian Culture in the Levant, Ann-Arbor, 1991, p. 111-122.

VALLA F., « La sédentarisation au Proche-Orient : la culture natoufienne », in Guilaine J. Premiers paysans du Monde, Errance, Paris, 2000, p. 13-30.

VIGNE J.-D., « Exploitation des animaux et néolithisation en Méditerranée nord-occidentale », in Guilaine J., Manen C., Vigne J.-D., Pont de Roque-Haute. Nouveaux regards sur la néolithisation de la France méditerranéenne, Toulouse, Archives d’Écologie Préhistorique, 2007, p. 221-301.

VIGNE J.-D., BRIOIS F., ZAZZO A., WILLCOX G., CUCCHI T., THIÉBAULT S., CARRÈRE I., FRANEL Y., TOUQUET R., MARTIN C., MOREAU C., CROMBY C., GUILAINE J., « The First wave of cultivators spread to Cyprus earlier than 10 600 years ago », Proceedings of the National Academy of Sciences of America, 109-22, 2012, p. 8445-8449.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Carte résumant les grandes étapes de la néolithisation de la Méditerranée autour de trois sphères culturelles.À l’Est, l’aire d’émergence du processus (PPNA / PPNB). Au centre, cultures de l’aire égéo-anatolienne.À l’Ouest, cultures des céramiques à impressions (impressa, cardial).Les dates indiquent les moments d’apparition du Néolithique.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28482/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 275k
Légende Figure 2 : Sites précéramiques et céramiques (Sotira) de l’île de Chypre évoqués dans le texte.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28482/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 371k
Légende Figure 3 : Chypre. Khirokitia.Haut : Maisons circulaires du Néolithique acéramique (VIIe millénaire avant notre ère).Bas : Essai de restitution par le Département des Antiquités de Chypre de ces habitations préhistoriques.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28482/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 365k
Légende Figure 4 : La première vague de néolithisation en Méditerranée occidentale (6000/5600 avant notre ère). Sites à céramiques à décor de sillons d’impressions. 1. Sidari (Grèce) ; 2. Kronio (Sicile, Italie) ;3. Isola del Giglio (Italie) ; 4. La Lucciola (Panicarola, Italie) ; 5. Arene Candide (Finale Ligure, Italie) ; 6. Grotte Pollera (Italie) ; 7. Arma di Nasino (Italie) ; 8. Caucade (Alpes-Maritimes, France) ; 9. Pont de Roque-Haute (Hérault, France) ; 10. Peiro Seignado (Hérault, France) ; 11. Petite grotte de Bize (Aude, France) ; 12. Grotte Gazel (Aude, France) ; 13. Grotte des Fées, Leucate (Aude, France) ; 14. El Barranquet (Valencia, Espagne) ; 15. Mas d’Is (Alicante, Espagne).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28482/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 378k
Légende Figure 5 : Néolithique ancien ouest-méditerranéen.Figure 5A : Céramiques à sillons d’impressions. Pont de Roque-Haute, Portiragnes (Hérault). Vers 5800 av. J.-C.Figure 5B : Céramique à sillons d’impressions. Grotte des Arene Candide, Finale Ligure (Italie). Vers 5900 av. J.-C.Figure 5C : Vase à décor cardial. Grotte Bayol (Gard). Vers 5300/5200 av. J.-C..Figure 5D : Haches polies. Site cardial de la Cova de l’Or, Bocairent (Valencia, Espagne). Vers 5300/5200 av. J.-C. (Courtoisie de B. Marti, Musée de Préhistoire de Valencia).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28482/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Légende Figure 6 : Aspects de la Méditerranée vers 3000 avant notre ère. Égypte : Premières dynasties / Ancien Empire.Levant, Anatolie, Egée : Bronze ancien proto-urbain. Méditerranée centrale et occidentale : Cultures du Néolithique final ou Chalcolithique.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28482/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 328k

Auteur

College de France, 11 place Marcelin-Berthelot 75005 Paris, jguilaine@wanadoo.fr

© CNRS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540