Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Géoarchéologie des îles de la Méditerranée

 | 
Matthieu Ghilardi

Introduction générale

Géoarchéologie des îles de Méditerranée

Ghilardi Matthieu, Leandri Franck, Bloemendal Jan, Lespez Laurent et Fachard Sylvian

Texte intégral

1Le nombre exact d'îles en Méditerranée est difficile à estimer mais on ne compte qu'environ 200 îles dont la superficie est supérieure à 5 km². Certains auteurs évoquent jusqu’à dix mille îles et îlots (Renou, 2012) dont la majorité serait située dans la seule Mer Égée. Moins de trois cents seraient habitées de nos jours. D’un point de vue géologique et géodynamique, les îles de Méditerranée sont situées au contact des plaques tectoniques africaine et eurasienne (Figure 1) et des sous-plaques anatolienne, égéenne, apulienne et ibérique (McKenzie, 1972). Ce sont des objets géologiques et géographiques complexes où coexistent des îles formées de roches très anciennes et certaines créées très récemment (îles volcaniques) grâce à l’action des forces telluriques et de remontées magmatiques le long de la zone de subduction puis de collision. Si les îles de Méditerranée occidentale sont généralement moins exposées à l’aléa environnemental, celles de Méditerranée centrale et orientale ont souvent été affectées par des phénomènes naturels cataclysmiques (éruption de Santorin vers 1650 avant notre ère, tremblement de terre de magnitude 8.9 à l’ouest de la Crète en 365 apr. J.-C., etc.). Pourtant, les sociétés humaines se sont implantées très tôt dans ces espaces (Cherry, 1981 et 1990 ; Phoca-Cosmetatou, 2011). Ces îles sont, dans leur grande majorité, des reliquats de terres émergées plus étendues qui ont été progressivement recouvertes par la remontée de la mer depuis la fin de la dernière grande glaciation quaternaire, il y a 20 000 ans. La notion d’insularité est donc bien plus complexe qu’elle n’y paraît, car la remontée du niveau marin de 120 à 130 m au cours des 20 000 dernières années (Figure 2A ; Lambeck et Purcell, 2005 et Lambeck et al., 2014) et d’environ 45 m depuis 12 000 ans (Figure 2B ; Vacchi et al., 2016) a profondément modifié la morphologie des côtes continentales et insulaires du bassin méditerranéen, entraînant des modifications importantes des superficies, des altitudes relatives, des pentes et des trajectoires écologiques et migratoires. Il existait ainsi de très grandes îles en Méditerranée occidentale et orientale : le bloc Corse-Sardaigne avait une superficie d’à peu près 45 000 km² (Figure 3) avant sa séparation il y a environ 13 000 ans, et en Méditerranée orientale une très grande île cycladique couvrait une superficie de plusieurs milliers de kilomètres carrés, englobant notamment Paros, Naxos, Delos et Mykonos. Les îles sont par définition des entités géographiques et archéologiques complexes, à la fois ouvertes sur l’horizon et les côtes continentales voisines, mais aussi, paradoxalement, relativement fermées de par leur isolement, créant ainsi des spécificités quant à leur biodiversité et leur colonisation par les sociétés humaines.

Figure 1 : Carte géodynamique de la Méditerranée faisant apparaître les limites des plaques tectoniques (d’après Bird, 2003) et les séismes dont la magnitude est supérieure à 5.5 pour la période 1976-2005
(source : The Global Centroid-Moment-Tensor (CMT) Project, www.globalcmt.org) ;
Adri. : Adriatique ; ANAT. : Anatolienne ; ARAB. : Arabique ; Ligur. : Mer de Ligurie ; GR. : Grèce ;
Sard. : Sardaigne ; Sic. : Sicile ; TUN. : Tunisie ; Tyrrh. : Mer Tyrrhénienne.

2Trois grands domaines insulaires se distinguent d’ouest en est : entre les côtes d’Italie, de France, d’Espagne et de Tunisie, c’est globalement le domaine des îles de moyenne et de grande superficie comme la Sardaigne, la Corse (respectivement deuxième et quatrième îles méditerranéennes par leur superficie), les Baléares (Majorque et Minorque) et Djerba. Excepté les îles de Tunisie, localisées à proximité immédiate du littoral continental, les autres îles se trouvent relative- ment éloignées des espaces continentaux. De nos jours, ces montagnes immergées dans la mer ne s’observent plus à l’œil nu depuis la côte ou en des cas de visibilité exceptionnelle). Le deuxième domaine insulaire de Méditerranée se localise entre la péninsule Italienne et les côtes libyennes où se situe la plus grande île de Méditerranée, la Sicile, autour de laquelle gravitent un nombre important d’îles de petite superficie, en particulier Malte et l’archipel des Éoliennes. Ce secteur est marqué par une intense activité des forces tectoniques (volcanisme et sismicité) qui ont fortement influencé l’évolution des paysages et forcé les populations à s’adapter aux contraintes environnementales. Enfin, le troisième domaine insulaire de Méditerranée s’étend des côtes de Chypre (3e île de Méditerranée) à celles de l’Adriatique, englobant ainsi la myriade d’îles de la mer Égée dont la Crète (5e), l’Eubée (6e), Lesbos (8e) et Rhodes (9e) sont les plus étendues. La mer Ionienne et l’Adriatique abritent plus généralement des petites et moyennes îles, où Céphalonie (11e île de Méditerranée), Corfou (12e), Cres, Krk et Brač figurent parmi les plus étendues (Tableau 1). Ce troisième domaine se situe près des côtes proche- orientales et anatoliennes et fut le premier à connaître la révolution néolithique, à Chypre dès le IXe millénaire avant notre ère puis en Crète au cours du VIIIe millénaire av. J.-C. (Figure 4), alors que la Grèce continentale voisine ne sera affectée que vers le milieu du VIIe millénaire. Les variations du niveau marin et la forte activité des forces tectoniques ont contribué à modeler des paysages, autant qu’une précoce anthropisation.

Figure 2 : Courbes de remontée globale du niveau marin. Figure 2A : depuis la fin de la dernière période glaciaire (source : Lambeck et al., 2014), LGM : Last Glacial Maximum ; 8.2 : Evènement 8.2 Ka BP ; YD : Younger Dryas (ou Dryas récent) ; H1, H2 et H3 référent aux évènements de Heinrich. Figure 2B : pour la Méditerranée occidentale (source : Vacchi et al., 2016).

Figure 3 : Carte de la reconstitution du bloc corso-sarde au cours de la dernière période glaciaire.
La zone hachurée correspond à la superficie comprise entre 0 et 120 m de profondeur (source des données bathymétriques : http://portal.emodnet-bathymetry.eu/​) où - 120 m correspond au niveau de la mer il y a environ 20 000 ans. La zone couverte en bleu ciel autour de l’île d’Elbe correspond également aux profondeurs 0-120 m.

3Depuis quelques années, on assiste à un vrai essor d’un courant de pensée et de recherche géoarchéologique français (Carcaud et Arnaud-Fassetta, 2014). Le présent ouvrage s’inscrit dans cette lignée et vise à promouvoir le rôle central joué par la France dans la promotion des recherches interdisciplinaires, visant ici à mieux appréhender les relations entre les environnements du passé et les sociétés humaines. La géaorchéologie se définit comme une approche et de récits de voyageurs des époques prémoderne et contemporaine), la paléoécologie (étude des bioindicateurs a partir de séquences sédimentaires intra- et extra-sites), la paléontologie, etc. On oppose souvent des termes tels que géoarchéologie, archéométrie, archéologie environnementale, géohistoire, archéogéographie, etc., mais l’objet des recherches est, in fine, semblable et aborde des problématiques interdisciplinaires traitant des interrelations entre les sociétés humaines et leur environnement. Le but principal de la géoarchéologie est de comprendre les interactions entre l’environnement et les sociétés humaines du passé, sans restriction d’échelle spatiale ou de temps. Sur ce dernier point, l’Anthropocene (néologisme né au XXIe siecle qui signifie littéralement « ere de pluridisciplinaire plus qu’une discipline stricto sensu (Ghilardi et al., 2009, 2012a et 2012b). Elle emprunte autant aux sciences humaines qu’aux sciences de l’environnement (Ghilardi et al., 2009 ; Kluiving et al., 2012). Les méthodes et techniques utilisées par les géoarchéologues peuvent appartenir à des disciplines telles que l’archéologie, l’épigraphie, la philologie, la géographie (étude de géographie historique fondée sur l’étude diachronique de supports cartographes l’être humain ») correspond à la période géologique où les actions anthropiques se font ressentir sur l’environnement et sont capables de bouleverser profondément les écosystèmes. Initiée au XIXe siècle suite à la révolution industrielle, d’après ses concepteurs, cette période est à notre sens trop restrictive temporelle- ment et prend le risque d’être inutilement catastrophiste. En effet, pour ses promoteurs, l’Anthropocène semble plus se confondre dans ce cas précis avec une forme « d’anthropisation destructrice des environnements modernes et contemporains » et n’intègre pas la trajectoire de l’anthropisation des milieux biophysiques qui débute avec le Paléolithique, se poursuit au Mésolithique et s’accentue à partir du développement des activités de production au Néolithique. En effet, l’Homme a commencé à modifier son environnement dès le Pléistocène supérieur et les bouleversements majeurs du Néolithique (transition d’un mode de vie de chasseurs-cueilleurs à celui d’agriculteurs) sont un exemple de déstabilisation brutale du système Terre, probablement comparable à celle que nous connaissons de nos jours. Le Proche-Orient et La Méditerranée ont été des lieux privilégiés de cette anthropisation précoce et les îles de Méditerranée sont de véritables laboratoires expérimentaux pour observer les interactions Nature/Société sur le temps long.

Rang

Nom

Pays

Superficie (km²)

Point culminant (m)

1

Sicile

Italie

25460

3350

2

Sardaigne

Italie

23813

1834

3

Chypre

Chypre/Turquie/Royaume-Uni

9251

1952

4

Corse

France

8681

2706

5

Crète

Grèce

8261

2453

6

Eubée

Grèce

3655

1743

7

Majorque

Espagne

3640

1445

8

Lesbos

Grèce

1641

968

9

Rhodes

Grèce

1410

1216

10

Chios

Grèce

822

1297

11

Céphalonie

Grèce

775

1628

12

Minorque

Espagne

702

358

13

Corfou

Grèce

641

906

14

Ibiza

Espagne

577

475

15

Djerba

Tunisie

514

53

16

Lemnos

Grèce

476

470

17

Samos

Grèce

476

1433

18

Naxos

Grèce

428

1003

19

Zakinthos

Grèce

406

756

20

Cres

Croatie

406

639

21

Krk

Croatie

406

568

22

Brač

Croatie

395

780

23

Andros

Grèce

380

997

24

Thasos

Grèce

379

1204

25

Lefkada

Grèce

303

1158

26

Karpathos

Grèce

301

1215

27

Hvar

Croatie

300

628

28

Kos

Grèce

290

843

29

Pag

Croatie

285

349

30

Gökçeada/Imbros

Turquie

279

673

Tableau 1 : Liste des trente plus grandes îles de Méditerranée (classées par ordre décroissant de superficiel).

Figure 4 : Carte des axes de diffusion des céréales et des animaux domestiqués au Néolithique en Méditerranée (adaptée de Guilaine, 2003 et Rasse, 2014) et chronologie (dates reportées) des premières apparitions du Néolithique dans les grandes îles de Méditerranée (Guilaine, ce volume). Les flèches noires indiquent que la diffusion se poursuit, se référer à Rasse, 2014 pour plus de détails ; E. : Eubée.

4La difficulté majeure que rencontrent les recherches géoarchéologiques est l’identification puis l’analyse des sites d’occupation dans un contexte de remontée constante du niveau de la mer depuis la fin du Paléolithique. Pendant longtemps, les îles de Méditerranée ne présentaient pas de réel intérêt géoarchéologique – du moins pas pour les périodes les plus anciennes – dans la mesure où l’on pensait, à tort, que la remontée du niveau global de la mer avait contribué à submerger la plupart des sites paléolithiques, méso- lithiques et une partie de ceux datés du Néolithique ancien. Mais les découvertes majeures faites à Chypre (Vigne et al., 2012), en Crète (Strasser et al., 2011) et en Corse (Cesari et al., 2012) relancent les problématiques archéologiques d’occupation de l’espace insulaire de Méditerranée et du rôle joué par les îles dans la diffusion des nouvelles techniques agricoles depuis le Levant jusqu’à la péninsule Ibérique. Si les études archéologiques se sont particulièrement intensifiées depuis un demi-siècle ainsi que les recherches paléoécologiques, essentiellement en relation avec l’étude des modifications du couvert végétal des espaces insulaires (études palynologiques, dendrochronologiques et anthracologiques), force est de constater la faiblesse des approches pluridisciplinaires intégrées. En effet, les échelles intra-site (celle du site archéologique) et régionale (celle du bassin versant) sont rarement croisées et ne permettent pas de distinguer de manière convaincante les effets locaux, ceux plus globaux, les signaux d’origine naturelle et ceux d’origine anthropique, sans parler des effets taphonomiques qui s’expriment à toutes les échelles.

  • 1 Organisé par le CNRS (Matthieu Ghilardi, CEREGE et Laurent Lespez, LGP-Meudon), la Direction Région (...)

5C’est à partir de ces réflexions que l’idée d’organiser un colloque interdisciplinaire sur la géoarchéologie des îles de Méditerranée s’est naturellement imposée. Entre le 30 juin et le 2 juillet 2015, le premier colloque de géoarchéologie des îles de Méditerranée s’est déroulé à Cargèse (Corse, France)1. Une centaine de participants venant de quatorze pays (75 % provenant de France, d’Italie et de Grèce) a pu présenter l’état des connaissances ainsi que les avancées scientifiques majeures de leur recherche. De nombreux exemples ont été pris dans les trois domaines insulaires de Méditerranée définis (cf. supra). Il faut relever que les neuf plus grandes îles de Méditerranée (Sicile, Sardaigne, Chypre, Corse, Crète, Eubée, Majorque, Lesbos et Rhodes), dont la superficie dépasse individuellement 1 000 km² (Tableau 1), couvrant environ 83 % des surfaces émergées insulaires (Kolodny, 1966), ont concentré de manière logique une grande partie des recherches archéologiques et géoarchéologiques présentées. On peut regretter l’absence d’études développées dans les milieux insulaires d’Albanie, de Tunisie, ou de Croatie, absence qui témoigne sans doute du développement tardif de la recherche pluridisciplinaire dans ces régions. En raison de leur faible superficie, la difficulté de prélever des archives sédimentaires permettant l’analyse de plusieurs indicateurs nécessaires à l’établissement des reconstitutions paléoenvironnementales fiables peut en partie expliquer la rareté des recherches géoarchéologiques dans les espaces insulaires d’Albanie, de Croatie, et de Tunisie. Il apparaît aujourd’hui nécessaire de développer les recherches géoarchéologiques dans ces territoires, pourtant très anciennement occupés (l’occupation des îles de Croatie remonte au Paléolithique ; Phoca Cosmetatou, 2011), en s’appuyant sur le développement de nouvelles collaborations internationales.

6Le présent ouvrage recueille vingt-quatre contributions (voir Figure 5 pour la distribution spatiale des îles étudiées) qui ont fait l’objet d’une communication orale ou par poster lors du colloque GEOMEDISLANDS. En fonction des thèmes et des chronologies d’étude, les chapitres ont été regroupés dans cinq parties intitulées « Anthropisation et mutations paysagères à la transition Paléolithique/Néolithique » ; « Mobilité et reconstitution des anciens niveaux marins depuis la fin de la dernière grande glaciation quaternaire » ; « Adaptation aux mutations paysagères à l’échelle intra-site : la nécessaire prise en compte des paramètres environnementaux » ; « Deltas, lagunes et marais : des interfaces propices à l’implantation des sociétés humaines » et « Matières premières, exploitation et interactions ».

7La première partie de l’ouvrage, intitulée « Anthropisation et mutations paysagères à la transition Paléolithique/Néolithique » traite des problématiques relatives à l’anthropisation des îles de Méditerranée vers le début de l’Holocène, il y a 11 700 ans. Une synthèse sur les processus de la néolithisation du bassin méditerranéen, où le cas précis de Chypre est largement détaillé, est livrée par Jean Guilaine. Plus de quarante années de recherche sur « les révolutions néolithiques » opérées depuis l’est vers l’ouest de la Méditerranée ont permis de caractériser les transformations majeures opérées dans les formes de l’habitat, de la confection des biens et de la domestication des plantes et animaux. À la lumière de recherches récentes (Vigne et al., 2012), les premiers signes de la néolithisation remonteraient aux alentours du IXe millénaire à Chypre, et les liens avec la péninsule anatolienne et le Proche-Orient seraient évidents. La question de la colonisation humaine des îles de Méditerranée est directement reliée à celle de sa diffusion depuis le continent. La possibilité de déplacement sur la mer est à mettre en relation avec des avancées majeures dans la connaissance de la navigation marine et l’amélioration des techniques dès la fin du Paléolithique et au début du Néolithique. En mer Égée, de nombreuses recherches sont consacrées à la reconstitution des premières routes maritimes et des embarcations les ayant empruntées : le point sur l’en- semble de ces connaissances est effectué par Christina Papoulia. La mobilité des sociétés humaines au sein de l’espace méditerranéen et l’anthropisation des îles de Méditerranée ont également participé à l’introduction de nouvelles espèces végétales et animales. Sur ce dernier point, la domestication puis l’introduction de caprins (Capra hircus) dans plusieurs îles de Méditerranée (Crète notamment) ont contribué à déstabiliser les écosystèmes végétaux (contribution de Leppard et Birch) qui n’étaient sans doute pas adaptés à la prédation par des herbivores. La disparition de certaines espèces végétales et l’augmentation de l’érosion des versants sont parmi les nombreuses conséquences directes de l’anthropisation en contexte méditerranéen. L’apparition des hommes dans la compétition alimentaire depuis la fin de la dernière période froide a également eu pour conséquence une intense prédation sur des espèces animales, probablement déjà affectées par les premiers signes du réchauffement climatique postglaciaire. Le débat sur l’extinction des hippopotames nains de Chypre est particulièrement probant (Simmons et Mandel). En effet, la question majeure abordée, et largement débattue depuis des décennies, est celle du rôle capital joué par les premiers hommes du Néolithique dans la disparition de ces animaux à Chypre. Mais la possibilité d’une extinction causée par une succession d’évènements climatiques est également avancée par d’autres auteurs qui relativisent dans le même temps le rôle joué par les sociétés humaines. Si les premiers hommes du Néolithique semblent avoir voulu transformer les espaces « naturels » du Paléolithique, ils se sont également adaptés au relief escarpé et aux contraintes paysagères afin de pouvoir développer les différentes formes de l’agriculture. Ainsi, un des rares exemples d’habitat néolithique de haute altitude (2 140 m) a été mis au jour en Corse. Les recherches menées par des archéologues et des paléoécologues (Mazet et al.) permettent de mettre en évidence l’occupation d’un abri sous roche où les activités pastorales, de chasse et d’exploitation des filons de rhyolite se sont développées dès le VIe millénaire. L’adaptation aux conditions climatiques de la haute montagne démontre la transformation progressive des milieux biophysiques en territoires façonnés par l’exploitation des ressources naturelles par les sociétés humaines du Néolithique.

Figure 5 : Carte des principales îles étudiées et mentionnées dans les différentes contributions de ce volume. C. : Céphalonie ; Eu. : Eubée ; T. : Thasos ; K. : Keos ; Ko. : Kouphonisi ; Ky. : Kythera ; L. : Limnos ; N. : Naxos ; R. : Rhodes ; Sa. : Santorin.
Les rectangles rouges couvrent les secteurs insulaires non couverts dans le présent ouvrage.

8La deuxième partie de l’ouvrage, intitulée « Mobilité et reconstitution des anciens niveaux marins depuis la fin de la dernière grande glaciation quaternaire », s’attache à retracer les rythmes de la remontée du niveau marin post-glaciaire et les conséquences de cette dernière sur la morphologie du littoral des îles méditerranéennes depuis la fin du Paléolithique. Le contexte géodynamique est particulièrement actif (déformations tectoniques des côtes) en Méditerranée centrale et orientale, ce qui contraste avec le bassin occidental. L’utilisation de plusieurs marqueurs des variations, verticales et latérales, du niveau moyen de la mer ne remonte pas au-delà de l’Holocène pour les cas étudiés ici. La réalisation de carottages, couplée à la datation d’anciens niveaux de plage indurés et submergés (beachrocks) a permis d’établir une courbe précise de la remontée du niveau marin sur la façade tyrrhénienne de la Corse au cours des huit derniers millénaires (Vacchi et al.). Ainsi, on apprend qu’au début du Néolithique, le niveau de la mer devait être situé à environ 8 m sous l’actuel et qu’un ralentissement important est observé à partir du début de l’âge du Bronze (il y a 4 300 ans) où le niveau moyen de la mer était à peine inférieur à 2 m par rapport au niveau actuel. Depuis l’époque romaine (il y a 2 000 ans environ), le niveau de la mer a très faible- ment varié, avec une remontée d’environ 70 à 30 cm. La quasi-absence d’activité tectonique dans ce secteur de la Méditerranée (sismicité faible et peu déformante) permet d’obtenir un cadre précis des variations eustatiques, ce qui contraste singulièrement avec la mer Égée notamment. La modélisation des déformations des lignes de rivage, grâce à l’utilisation de données bathymétriques, a été mise en œuvre sur l’île égéenne de Limnos (Chalkioti). Les résultats permettent de retracer les modifications morphologiques du trait de côte pour les 20 000 dernières années. On apprend ainsi que l’île était encore probablement connectée à la péninsule anatolienne voisine il y a encore 13 000 à 12 000 ans. La présence de sites archéologiques datés de l’âge du Bronze a permis d’affiner la modélisation des variations eustatiques au cours de l’Holocène récent. L’identification, puis la datation, de beachrocks et de structures archéologiques submergés, et ou émergées, a contribué à retracer l’évolution du trait de côte sur l’île de Kea (Cyclades, mer Égée) et de proposer une reconstitution paléogéographique dans un secteur archéologique très riche (Mourtzas et Kolaiti). L’utilisation combinée de marqueurs archéologiques et d’indicateurs d’anciens niveaux de plages permet d’obtenir une étude complète des déformations de la ligne de rivage depuis 5 000 ans environ.

9La troisième partie, intitulée « Adaptation aux mutations paysagères à l’échelle intra-site : la nécessaire prise en compte des paramètres environnementaux », permet précisément de mieux saisir à l’échelle du site archéologique les conséquences des changements environnementaux sur les stratégies d’adaptation mises en œuvre par les anciennes sociétés humaines. Si les milieux biophysiques semblent avoir été longtemps résilients face aux populations humaines du Néolithique et de l’âge du Bronze, il apparaît que le « forçage anthropique » s’impose sur les environnements insulaires dès l’Antiquité gréco-romaine au moins. Les fouilles archéologiques permettent de reconstituer l’histoire des sites d’occupation, mais elles n’autorisent la reconstitution de l’évolution d’un site dans son contexte paléo-paysager que de manière très limitée. Malgré la richesse de certains acquis archéologiques sur des sites parfois étudiés depuis plusieurs décennies comme à Thasos ou encore Érétrie, pendant long- temps la faiblesse des données paléo-environnementales n’a fourni que quelques éléments partiels pour comprendre la relation qu’entretenaient les sociétés anciennes avec leur environnement. Les perturbations anthropiques étaient, de manière logique, trop importantes et venaient masquer les signatures des phénomènes environnementaux « naturels ». La première contribution (Quesnel et al.), fondée sur l’association de données géophysiques et de carottages, démontre que l’agora de la cité antique de Thasos (mer nord égéenne) a été en partie bâtie à l’emplacement d’une ancienne baie marine, probablement colmatée entre les VIIIe et Ve siècles avant notre ère. Des traces d’activité métallurgique ont également été relevées pour la première moitié du Ier millénaire av. J.-C. Ces résultats issus des analyses paléoenvironnementales renouvellent les approches archéologiques et permettent de relancer les recherches sur l’emplacement de l’agora de Thasos (Quesnel et al.). La deuxième contribution s’intéresse à la cité eubéenne d’Érétrie (Ghilardi et al.), établie le long de la rive orientale de l’Euripe (étroit bras de mer entre l’Attique et l’Eubée). Les résultats sédimentologiques et malacologiques issus de plusieurs carottages réalisés au pied de l’acropole ont contribué à modéliser une reconstitution paléogéographique de la plaine de la cité éponyme. Deux phases majeures d’alluvionnement ont ainsi été révélées à l’Helladique (âge du Bronze) et au début de la période géométrique (IXe-VIIIe siècles avant notre ère). De nombreux sites archéologiques datés de l’Helladique moyen à final et de l’Antiquité gréco-romaine servent, de manière complémentaire, à l’interprétation des données de carottages et de marqueurs chronologiques pour retracer l’évolution morphologique du linéaire côtier au cours des cinq derniers millénaires. L’un des apports majeurs de cette contribution repose sur la mise en évidence de l’alternance de phases d’incursions et de régressions marines. Ces phénomènes sont à mettre en relation avec la remontée globale du niveau marin à l’Holocène et avec l’alluvionnement des cours d’eau locaux, dont la dynamique hydrosédimentaire a été influencée par l’action conjuguée de forçages naturels et anthropiques. Témoins directs des influences environnementales sur les structures d’occupation humaine, les bassins portuaires constituent de véritables laboratoires pour l’étude des dynamiques sédimentaires en lien avec l’aménagement des littoraux à des fins économiques et politiques. Une synthèse conduite à l’échelle des ports des petites îles de Méditerranée, fondée sur la méthode d’analyse en composantes principales (ACP), permet d’établir une typologie relativement précise des sites portuaires (Giaime et al.). L’avant-dernière contribution s’intéresse à la déformation de la ligne de rivage en Sicile (Sélinonte) et à Lipari (île située au nord de la Sicile). De nombreux vestiges archéologiques submergés datant de l’Antiquité gréco-romaine témoignent d’une subsidence très importante du trait de côte sur les deux sites (Mazza). L’utilisation combinée de méthodes traditionnelles issues de la géographie historique (exégèse des sources écrites d’auteurs anciens) et de méthodes d’investigation moderne (relevés bathymétriques et intégration des données dans un système d’information géographique) permet de mieux appréhender les conséquences d’évènements extrêmes (tremblement de terre, crues, etc.) sur les stratégies d’implantation humaine et de défense contre l’aléa environnemental. La dernière contribution (Stiros) fait la lumière sur les conséquences morphologiques que peuvent avoir les tremblements de terre (séismes) sur les habitats de la Mer Égée pendant la période historique. L’exégèse des sources écrites anciennes associée à l’étude, à l’échelle du site archéologique, des manifestations physiques des tremblements de terre permet de mieux appréhender la perception du risque sismique par les sociétés anciennes et de leurs conséquences socio-économiques et politiques sur le monde égéen. Il ne fait aucun doute que cette dernière contribution saura alerter le lecteur sur des problématiques environnementales encore d’actualité. La démarche empirique qui est ici adoptée, fondée sur l’accumulation des expériences, souligne la nécessité pour les sociétés humaines contemporaines de mieux connaître leur passé pour envisager l’avenir. La nécessaire prise de recul (temps long, de l’échelle pluriséculaire à celle du millénaire) dans l’étude des phénomènes environnementaux cataclysmiques (séismes, tsunamis, éruptions volcaniques, tempêtes, crues, etc.) s’avère comme une étape préalable à l’estimation de l’ampleur et la fréquence du phénomène étudié. Les expériences du passé, plus ou moins proche, sont indispensables pour caractériser les phénomènes dans leur dimension spatio-temporelle et ainsi mieux appréhender leurs conséquences socio-économiques et politiques.

10La quatrième partie s’intitule « Deltas, lagunes et marais : des interfaces propices à l’implantation des sociétés humaines ». À la faveur de la stabilisation de la remontée du niveau marin depuis 6 000 ans environ et sous l’action croissante des actions anthropiques sur les dynamiques hydro-sédimentaires des cours d’eau ayant engendré des phénomènes de progradation deltaïque à l’échelle de la Méditerranée, des zones humides se développent à l’arrière de cordons sableux. En raison de la faible taille des bassins versants des îles de Méditerranée et d’un climat plus aride en général, les deltas y sont moins fréquents et moins développés que sur le continent. Cependant, des lagunes, des marais littoraux et des étangs, apparus dans un paysage littoral en pleine mutation paysagère, ont été très tôt le refuge d’une extraordinaire biodi-versité et ont fait l’objet d’une intense occupation humaine (Vogiatzakis et al., 2008), à l’instar des marges continentales (Walsh, 2013). Une synthèse et un état des connaissances sur l’alluvionnement dans les îles de Méditerranée sont réalisés par T. Brown et K. Walsh. Deux périodes majeures d’activité d’hydrodynamique des cours d’eau sont observées entre 3000 et 800 av. J.-C. puis entre 400 av. J.-C. et 1600 apr. J.-C. La combinaison des forçages naturels, liés à des changements des conditions climatiques, et anthropiques (déforestation, changement dans les pratiques agricoles, renforcement de l’érosion) semble être à l’origine de ces phénomènes d’alluvionnement intense. Des phénomènes alluvionnaires liés au Petit âge de Glace (environ 1400-1850 apr. J.-C.) semblent être présents dans les îles de Méditerranée (Corse et Crète) mais sont peut-être moins fréquents et surtout encore peu étudiés comparativement aux recherches conduites sur les espaces continentaux voisins. Les seconde et troisième contributions s’intéressent à l’alluvionnement de deux cours d’eau de Corse, le Sagone et le Golo. Dans les deux cas, des études réalisées à partir de carottages et d’analyses de laboratoire permettent de reconstituer les rythmes de l’alluvionnement des fleuves et d’évaluer la mobilité des chenaux et du trait de côte. Le Sagone semble être à l’origine d’un phénomène de progradation deltaïque dès le VIIIe siècle avant notre ère, depuis le nord-est vers le sud-ouest (Ghilardi et al.). Ainsi, aux alentours du premier millénaire avant notre ère, l’actuelle plaine du Sagone était une vaste baie marine, le trait de côte se situant alors 500 m plus au nord qu’aujourd’hui. À l’époque romaine, la création de cordons littoraux successifs liée à la redistribution littorale des alluvions du Sagone ne fait subsister qu’une lagune confinée au pied du replat de Sant’Appianu. Les données palynologiques ne semblent pas attribuer cet alluvionnement soudain à des facteurs anthropiques. En effet, elles montrent une empreinte très ténue sur le couvert végétal des actions anthropiques entre l’âge du Bronze moyen et le début de l’époque romaine. Il semble qu’à la fin de l’âge du Bronze, période qui correspond au développement du mégalithisme anthropomorphe, l’implantation de statues menhirs en rive droite du Sagone se soit réalisée dans un environnement de marais continental à proximité du replat de Sant’Appianu. Dans le cas du Golo, la période d’étude est plus restreinte et s’étend du milieu du Ier millénaire av. J.-C. et la fin du Petit âge de Glace. L’embouchure du plus long fleuve de Corse s’est forte- ment déplacée au cours de cette période en raison de phases d’alluvionnement marquées au cours de l’Antiquité gréco-romaine et du Petit âge de Glace (Vella et al.). La présence de Mariana, colonie romaine fondée au Ier siècle av. J.-C., attise de nombreux débats sur l’existence de structures portuaires fluviales ou maritimes. À ce jour, aucun bassin portuaire n’a été mis en évidence à proximité immédiate du site et l’un des objectifs de la recherche géoarchéologique était de pouvoir restituer la position du fleuve et du trait de côte au cours de l’Antiquité romaine dans le but de mener de nouvelles prospections archéologiques. L’objectif est de savoir si l’antique Mariana disposait d’un bassin portuaire fluvial ou maritime afin de comprendre plus généralement les relations entre la cité et le reste de l’Empire romain. Les quatrième et cinquième chapitres s’attachent à étudier des séquences sédimentaires et palynologiques provenant de zones palustres de Crète (Lespez et al.) et des îles Baléares (Burjachs et al.) où des sites majeurs d’occupation sont attestés. Le palais minoen de Malia, situé à quelques centaines de mètres du littoral nord de la Crète, semble avoir entretenu des relations particulières avec un vaste marais d’eau douce situé en arrière du cordon dunaire. De toute évidence, alors que de nombreux archéologues imaginaient l’existence d’un port en eau salée, voire saumâtre, au cours de l’époque minoenne, la question relative à la présence d’infrastructures portuaires ne semble plus se poser. Les nouvelles recherches menées par Lespez et al. devraient faire reconsidérer les relations qu’entretenait l’un des plus importants palais minoens de Crète avec un petit marais d’eau douce situé à ses pieds : irrigation des cultures, alimentation en eau de la cité, etc. Toutes ces probématiques géoarchéologiques pourront sans doute être résolues dans un futur proche à la lumière de nouvelles opérations de carottages intégrées dans le cadre d’une démarche géoarchéologique. Enfin, la dernière contribution s’attache à reconstituer l’évolution du couvert végétal des îles Baléares (Burjachs et al.). Cette synthèse, fondée sur l’étude palynologique de plusieurs carottages prélevés en contexte lagunaire (marais saumâtres), est la première du genre à l’échelle de la Méditerranée. Les résultats permettent de clairement distinguer les influences climatiques des influences anthropiques au cours de l’Holocène. L’âge du Bronze (dénommé localement Talaiotique) et les périodes suivantes correspondent à des déstabilisations majeures des écosystèmes végétaux en raison d’une intense anthropisation (introduction d’herbivores, déforestation, etc.). Avant le IIIe millénaire, il est possible d’identifier directement les effets des changements climatiques sur la composition de la végétation dans la mesure où il apparaît que la présence humaine n’est pas alors encore attestée sur l’ensemble des Baléares. Les îles de cet archipel, affranchies du forçage anthropique, constituent ainsi un laboratoire original pour l’étude des conséquences des fluctuations climatiques sur l’environnement pour le début et le milieu de l’Holocène. Cette situation, très rare à l’échelle du bassin méditerranéen (secteurs continental et insulaire), pourrait ainsi permettre de mieux appréhender les conséquences des changements climatiques à venir dans les petites et très petites îles de Méditerranée inhabitées et souvent protégées pour leur biodiversité.

11La cinquième partie, intitulée « Matières premières : exploitation et interactions » regroupe cinq contributions. Ces dernières démontrent que très tôt dans l’Histoire, probablement dès le Paléolithique, les sociétés humaines insulaires de Méditerranée ont su mettre à profit les ressources naturelles disponibles. Le premier chapitre (Carter et al.) s’intéresse plus particulièrement à l’exploitation de ressources minérales de type silex dès le Mésolithique (9000-7000 avant notre ère) sur l’île de Naxos. Fondés sur de nombreuses prospections de surface et la réalisation d’analyses géochimiques, les résultats démontrent l’utilisation importante du silex au cours du Mésolithique à Naxos pour la confection d’outils notamment. La deuxième contribution s’intéresse à l’étude du régime alimentaire des habitants d’un site localisé à l’est de la Sicile (Chowaniek et Grezak) pendant l’époque romaine. L’étude archéologique de nombreux artefacts découverts sur le site d’Akrai, associée à la réalisation d’analyses archéobotaniques et ostéologiques, ainsi qu’à l’interprétation des écrits des auteurs anciens, permet de révéler un régime alimentaire essentiellement carné, où les bovins et les caprins étaient principale- ment consommés. La consommation d’oiseaux et de petits mammifères est également attestée. Les produits issus de la mer sont très peu importés sur le site, probablement en raison de l’éloignement du trait de côte (environ 40 à 50 km), renforçant ainsi un approvisionnement local en denrées alimentaires (plantes locales et élevage). La troisième contribution s’intéresse à l’origine des matériaux ayant servi à la confection de poteries du Néolithique final retrouvées dans les environs du site de Phaistos (Crète, Mentesana et al.). La caractérisation des pâtes de céramique retrouvées lors de prospections archéologiques, puis la comparaison de ces résultats obtenus à partir de lames minces effectuées sur des échantillons géologiques (argiles de type Terra Rossa prélevées à partir d’un carottage réalisé au pied du site de Phaistos) indiquent une provenance locale. Ce chapitre pose clairement, et plus généralement, la question de trouver les bonnes sources de sédiments utilisés pour la réalisation de céramiques à des époques parfois très reculées où la configuration des paysages et des sols était différente de l’actuel. Dans des environnements géomorphologiques très mobiles, soumis à des phases d’érosion intense, certains affleurements de matériau ayant servi aux populations du Néolithique et de l’âge du Bronze ont pu être recouverts sous d’épaisses couvertures sédimentaires et seules des prospections par carottage permettent de retrouver ces anciennes sources et de s’affranchir de ces problèmes taphonomiques. L’approche archéologique classique qui consiste à tenter de retrouver dans les paysages des XXe et XXIe siècles d’éventuelles interactions entre les sociétés du passé et leur environnement est ainsi remise en question. La nécessaire collaboration pluridisciplinaire (entre archéologues, céramologues et géographes paléoenvironnementalistes) démontre l’importance de la reconstitution préalable des paysages du passé pour essayer de mieux identifier les ressources naturelles à disposition. Si les sédiments ont pu être utilisés par les populations antiques, en particulier pour la construction d’habitations et la confection de biens (céramiques, tuiles, etc.), l’exploitation des ressources minérales est égale- ment attestée. Ainsi, la quatrième contribution s’intéresse à l’extraction de plomb dans le nord du Cap Corse (Fagel et al.) et sa signature géochimique dans des lagunes formées au cours de l’Holocène récent. La réalisation de carottages et l’extraction de sédiments à intervalle régulier ont permis dans un premier temps de reconstituer l’évolution morphologique du trait de côte et des environnements depuis 4 000 ans environ. Dans un second temps, l’analyse sédimentologique et géochimique des argiles, issues de la séquence sédimentaire prélevée dans la lagune de la Cala Francese, met en évidence la présence d’isotopes de plomb pendant l’époque romaine. L’origine de ce plomb serait locale et à mettre en relation avec la présence d’un site archéologique (Monte Bughju) occupé au cours de l’Antiquité romaine. La dernière contribution (Coutsinas et al.) traite de l’importance géostratégique de l’îlot de Kouphonisi (au sud-est de la Crète) dans la navigation entre les côtes africaines et égéennes. En plus de disposer de ressources naturelles notables (exploitation du gastéropode Murex Brandaris pour la production de pourpre), la position avancée de cet îlot en fait un lieu incontournable dans le bassin méditerranéen égéen et qui, jusqu’au IVe siècle de notre ère, connaît une forte expansion. La fin brutale de cette prospérité est probablement à mettre en relation avec l’évènement sismique de 365 apr. J.-C.

12Les cinq parties de cet ouvrage permettent d’établir un premier état des connaissances dans le domaine de la géoarchéologie des îles de la Méditerranée. L’éclatement géographique de ces dernières, ainsi qu’une histoire de l’occupation propre à chacune, démontrent toute la difficulté de globaliser ces espaces géographiques, progressivement transformés en territoires sous l’action répétée des sociétés humaines. Des spécialistes de différentes disciplines des sciences humaines et sociales et de l’environnement dressent ici les complexes relations entre les dynamiques et les processus paysagers et les logiques d’occupation humaine depuis la fin du Pléistocène. Les périodes préhistoriques (Néolithique et âge du Bronze en particulier) témoignent d’un asynchronisme à l’échelle méditerranéenne, rendant très difficiles les comparaisons inter-régionales. Quant aux périodes plus récentes et temporellement restreintes, telle que l’Antiquité romaine, elles pourraient faire l’objet d’une réflexion plus globale, à l’échelle des îles de Méditerranée. En effet, l’emprise de l’Empire romain sur le bassin méditerranéen est identifiée, non seule- ment sur les marges continentales, mais aussi des îles Baléares jusqu’à Chypre, en passant par la Corse, la Sardaigne, la Sicile, l’Adriatique et les Mers ionienne et égéenne. Une étude intégrée de géoarchéologie favoriserait une étude globale des forçages environnementaux sur les logiques expansionnistes de Rome, dans un contexte climatique qui semble homogène, où les îles de Méditerranée semblent avoir joué des rôles de relais les unes avec les autres. Il ne s’agit ici que de proposer quelques pistes de recherche futures, en espérant que ces espaces, riches d’une biodiversité unique, puissent continuer à rassembler des chercheurs désireux de comprendre les relations entre l’Homme et son environnement.

13Nous tenons ici à remercier l’ensemble des relecteurs qui ont évalué les vingt-quatre contributions du présent ouvrage : Pascal Arnaud, Dominique Barcat, Manon Besset, Élodie Brisset, Michèle Brunet, Hélène Bruneton, Nathalie Carcaud, Joseph Cesari, Jean-François Cuenot, Stéphane Desruelles, Yann le Drézen, Éric Foulquier, Sébastien Gadal, Joseph et Nicole Ghilardi, Frédéric Guiter, Alex Knodell, Nick Marriner, Christophe Morhange, Samuel Meulé, Chris Pennos, Jordi Revelles, Claudia Speciale, Pierre Stéphan, Brigitte Talon, Patrice Pomey, Katerina Theodorakopoulou, Thierry Theurillat et Matteo Vacchi.

14Les auteurs tiennent à remercier Michel Rasse (Figure 4) et Matteo Vacchi (Figure 2) pour leur avoir permis de réutiliser une partie de leurs travaux. Enfin, Laurence Rodriguez est chaleureusement remerciée pour avoir réalisé la maquette des vingt-quatre contributions, ainsi que de celle de l'introduction générale, sa disponibilité et sa bonne humeur quotidienne ont été grandement appréciées.

Bibliographie

Références

BIRD P., « An updated digital model of plate boundaries, Geochemistry Geophysics Geosystems », Geochemistry, Geophysics, Geosystems, 4-3, 2003, 1027, doi:10.1029/2001GC000252.

CARCAUD N., ARNAUD-FASSETTA G., La géoarchéologie française au XXIe siècle, CNRS Éditions, 2014, 620 p.

CESARI J., COURTAUD P., LEANDRI F., NEBBIA P., « Le site de Campu Stefanu, une occupation du Mésolithique et du Néolithique ancien dans le contexte corso-sarde (Sollacaro) », in Cesari J., Leandri F., Maliet V., 20 années de recherche sur la Préhistoire récente, Stantari : histoire naturelle et culturelle de la Corse, 29, p. 14-16.

CHERRY J.F., « Pattern and process in the earliest colonization of the Mediterranean islands », Proceedings of the Prehistoric Society, 47, 1981, p. 41-68.

CHERRY J.F., « The first colonization of the Mediterranean islands: a review of recent research », Journal of Mediterranean Archaeology, 3-2, 1990, p. 145-221.

GHILARDI M., TRISTANT Y. (eds.), « Geoarchaeology of Egypt and the Mediterranean: Reconstructing Holocene landscapes and human occupation history », Proceedings of the International colloquium on Geoarchaeology (Cairo, Egypt, 19-21 September 2011): Landscape Archaeology: Egypt and the Mediterranean World, Quaternary International, 266, 2012, 187 p.

GHILARDI M., TRISTANT Y. (eds.), « Charting Holocene landscape changes in the Mediterranean: the geoarchaeological approach », Proceedings of the International colloquium on Geoarchaeology (Cairo, Egypt, 19-21 September 2011): Landscape Archaeology: Egypt and the Mediterranean World, Géomorphologie, relief, processus et environnement, 1, 2012, 112 p.

GHILARDI M., FOUACHE E., CHIVERELL, R. (eds.), « Geoarchaeology: human-environment connectivity, » Proceedings of the European Geosciences Union (Vienna, Austria, 19-24 April 2009), Geoarchaeology: an approach at the interface between environmental reconstruction and human settlement, Géomorphologie, relief, processus et environnement, 4, 2009, 96 p.

GUILAINE J., De la vague à la tombe. La conquête néolithique de la Méditerranée, Paris, Le Seuil, 2003, 375 p.

KOLODNY J., « La population des îles en Méditerranée », Méditerranée, 7-1, 1966, p. 3-31.

KLUIVING S., ENGEL M., HEYVAERT V., HOWARD A. (eds.), « Where Earth Scientists meet Cleopatra: Geoarcaheology and geoprospection of ancient lands- capes », Quaternary International, 367, 2012, 122 p.

LAMBECK K., ROUBY H., PURCELL A., SUN Y., SAMBRIDGE M., « Sea level and global ice volumes from the Last Glacial Maximum to the Holocene », Proceedings of the National Academy of Sciences, 111-43, 2014, p. 15296-15303.

LAMBECK K., PURCELL A., « Sea-level change in the Mediterranean since the LGM: model predictions for tectonically stable areas », Quaternary Science Reviews, 24, 2005, p. 1969-1988.

McKENZIE D., « Active tectonics of the Mediterranean region », Geophysical International Journal, 30-2, p. 109-185.

PHOCA-COSMETATOU N., The first Mediterranean islanders: Initial occupation and survival strategies, Oxford University School of Archaeology, OUSA Monograph, 74, 2011, 176 p.

RASSE M., « Modélisation de la diffusion du Néolithique en Europe », Revue Mappemonde, 115-3, 2014, en ligne http://mappemonde.mgm.fr/num43/articles/art14302.html

RENOU S., Les petites îles de Méditerranée, les sentinelles de la biodiversité, Paris, Gallimard, 2012, 176 p.

STRASSER T.F., RUNNELS C., WEGMANN K., PANAGOPOULOU E., McCOY F., DIGREGORIO C., KARKANAS P., THOMPSON N., « Dating Paleolithic sites in Southwestern Crete, Greece », Journal of Quaternary Science, 26-5, 2011, p. 553-560.

VACCHI M., MARRINER N., MORHANGE C., SPADA G., FONTANA A., ROVERE A., « Multiproxy assessment of Holocene relative sea-level changes in the western Mediterranean: sea level variability and improvement in the definition of the isostatic signal », Earth-Science Reviews, sous presse, doi:10.1016/j.earscirev.2016.02.002

VIGNE J.D., BRIOIS F., ZAZZO A., WILCOX G., CUCCHI T., THIEBAULT S., CARRERE I., FRANEL Y., TOUQUET R., MARTIN C., MOREAU C., COMBY C., GUILAINE J., « First wave of cultivators spread to Cyprus at least 10 600 y ago », Proceedings of the National Academy of Sciences, 109-22, 2012, p. 8445-8449.

VOGIATZAKIS I.N., PUNGETTI G., MANNION A.M., Mediterranean island landscapes, natural and cultural approaches, Springer Netherlands, Dordrecht, Landscape Series, 9, 2008, 369 p.

WALSH K., The archaeology of Mediterranean landscapes: Human-Environment interaction from the Neolithic to the Roman period, Cambridge University Press, Cambridge, 2013, 384 p.

Notes

1 Organisé par le CNRS (Matthieu Ghilardi, CEREGE et Laurent Lespez, LGP-Meudon), la Direction Régionale des Affaires Culturelles de Corse (Franck Leandri, Ministère de la Culture et de la Communication) et l’École suisse d’archéologie en Grèce (Sylvian Fachard, Université de Genève, Suisse).

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Carte géodynamique de la Méditerranée faisant apparaître les limites des plaques tectoniques (d’après Bird, 2003) et les séismes dont la magnitude est supérieure à 5.5 pour la période 1976-2005(source : The Global Centroid-Moment-Tensor (CMT) Project, www.globalcmt.org) ;Adri. : Adriatique ; ANAT. : Anatolienne ; ARAB. : Arabique ; Ligur. : Mer de Ligurie ; GR. : Grèce ;Sard. : Sardaigne ; Sic. : Sicile ; TUN. : Tunisie ; Tyrrh. : Mer Tyrrhénienne.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28461/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Légende Figure 2 : Courbes de remontée globale du niveau marin. Figure 2A : depuis la fin de la dernière période glaciaire (source : Lambeck et al., 2014), LGM : Last Glacial Maximum ; 8.2 : Evènement 8.2 Ka BP ; YD : Younger Dryas (ou Dryas récent) ; H1, H2 et H3 référent aux évènements de Heinrich. Figure 2B : pour la Méditerranée occidentale (source : Vacchi et al., 2016).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28461/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Figure 3 : Carte de la reconstitution du bloc corso-sarde au cours de la dernière période glaciaire.La zone hachurée correspond à la superficie comprise entre 0 et 120 m de profondeur (source des données bathymétriques : http://portal.emodnet-bathymetry.eu/​) où - 120 m correspond au niveau de la mer il y a environ 20 000 ans. La zone couverte en bleu ciel autour de l’île d’Elbe correspond également aux profondeurs 0-120 m.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28461/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
Légende Figure 4 : Carte des axes de diffusion des céréales et des animaux domestiqués au Néolithique en Méditerranée (adaptée de Guilaine, 2003 et Rasse, 2014) et chronologie (dates reportées) des premières apparitions du Néolithique dans les grandes îles de Méditerranée (Guilaine, ce volume). Les flèches noires indiquent que la diffusion se poursuit, se référer à Rasse, 2014 pour plus de détails ; E. : Eubée.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28461/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Figure 5 : Carte des principales îles étudiées et mentionnées dans les différentes contributions de ce volume. C. : Céphalonie ; Eu. : Eubée ; T. : Thasos ; K. : Keos ; Ko. : Kouphonisi ; Ky. : Kythera ; L. : Limnos ; N. : Naxos ; R. : Rhodes ; Sa. : Santorin.Les rectangles rouges couvrent les secteurs insulaires non couverts dans le présent ouvrage.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28461/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 259k

Auteurs

Direction Générale des Affaires Culturelles de Corse, Ministère de la Culture et de la Communication / CNRS UMR 5608 TRACES ; Villa San Lazaro, 1, Chemin de la Pietrina, CS 10003, 20704 Ajaccio Cedex 9, France

Université de Liverpool, Royaume-Uni

© CNRS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540