Version classiqueVersion mobile

Les réseaux du livre islamique

 | 
Soraya El Alaoui

Conclusion

Texte intégral

1Les lecteurs comme les intermédiaires du livre viennent d’horizons différents, appartiennent à des générations et à des pays divers ; leurs itinéraires, leurs projets et modes de vie, leurs aspirations n’ont rien de commun. Pourtant tous s’intéressent d’une manière ou d’une autre au livre islamique. C’est l’écriture religieuse qui les réunit dans l’espace parisien, qu’ils soient lecteurs (travailleurs immigrés, enfants issus de la deuxième voire troisième génération, ou étudiants), membres d’associations, libraires, éditeurs, ou distributeurs. Pour chacun d’eux, l’intérêt porté au discours religieux traduit un besoin différent : identitaire pour les lecteurs, politico-religieux pour les associations, commercial pour les intermédiaires du livre.

2Entre l’objectif annoncé, l’étude des lecteurs, et les résultats auxquels nous sommes parvenus, il y a un déplacement. Ce dernier est principalement imputable aux conditions même de l’enquête ou plutôt à l’attitude des enquêtés. Aussi préférerions-nous en parler en terme de « recentrage ». En effet, les premiers résultats des premières enquêtes ont rapidement mis en évidence l’impossibilité d’appréhender cette pratique à travers le prisme du lecteur. Aux questions relatives au type de livres lus, à la manière d’être lu, à la manière dont ils étaient lus, à la formation religieuse ou autre des lecteurs potentiels, on s’est vu opposer ce que nous pourrons qualifier de « discours écran ». Ainsi, face à un questionnement relatif à la maîtrise de la langue arabe, les francophones répondaient avec la force de l’évidence qu’ils parlaient l’arabe parce que leurs parents étaient Maghrébins ou qu’ils avaient une bonne connaissance de la religion sinon une bonne pratique pour les mêmes raisons.

3Ce contraste même, et le discours recueilli auprès des lecteurs francophones, s’il ne permettait pas de construire le portrait d’un lecteur ou des lecteurs permettait d’identifier la logique qui amenait ces jeunes à fréquenter le livre. Cette lecture répond à un besoin motivé par des facteurs dépassant largement le seul cadre du rapport à l’écrit.

4Les premiers entretiens menés avec les éditeurs nous ont également contraints à faire le constat identique d’un discours qui ne répondait pas aux questions mais visait au contraire à les éluder. Mais cette fois, les réponses évasives procédaient plus d’une gêne des interlocuteurs. Il leur fallait toujours cacher la fonction de commerce au profit d’une présentation de soi en qualité d’éducateur. En effet, il aurait été doublement honteux de laisser entrevoir la rentabilité de la vente des livres quand l’écrit à une place privilégiée dans une culture d’origine de tradition orale et plus encore il y aurait un caractère extrêmement indécent à laisser apparaître la motivation économique derrière cette façade tournée entièrement vers la religion.

5Faute de pouvoir appréhender les lecteurs et les libraires de manière directe avec les outils conceptuels dont nous disposions et que nous avions pensé utiliser comme tel, il fallait trouver d’autres moyens ou d’autres pistes dans la poursuite de l’enquête de terrain. Les résultats de la recherche devaient nécessairement être marqués par cette modification dans la stratégie d’enquête. À défaut de présenter des portraits de lecteurs et de libraires, il était possible de peindre un paysage dans lequel ces mêmes lecteurs et libraires étaient de toute façon inscrits. Dans cette peinture, trois pistes d’investigation se sont imposées.

6Les différentes étapes de cette recherche nous ont permis de voir le cadre géographique dans lequel est née cette pratique culturelle qui est la référence au livre religieux ainsi que les différents éléments qui ont contribué à son essor et permis son développement. Le nouveau façonnage ou remodelage des quartiers de la Goutte d’Or et de la Folie Méricourt par la population musulmane qui y réside ou y transite, sa volonté d’y reconstituer autant de pays ou de pôles culturels, ont une incidence sur la place des commerces du livre.

7Les librairies ne sont pas exclusivement les seuls espaces du livre. Les considérer comme le point focal de cette recherche aurait abouti à une étude erronée. En effet ce qui est périphérique à ces lieux et de manière générale au livre semble être plus important. Les librairies ne sont qu’un lieu de vente de livres parmi d’autres : les derniers justifient la place des premières dans la mesure où parfois ils ont contribué à leur création voire à leur essor. L’essentiel se situe dans les relations qu’entretiennent ces différents espaces du livre.

8Ce qui est périphérique au livre est aussi important. Les objets qui l’entourent sont des indices pour comprendre ses différentes fonctions. Ils sont parfois mieux représentés que les livres dans la librairie. Ils sont toujours présents ; ils peuvent changer selon les libraires (et leur nationalité), selon les opportunités, mais ils gardent malgré tout une place de choix dans la librairie. La production de la librairie permet de repérer des pratiques qui échappent au regard, qui tranchent sur nos usages du livre et de l’imprimé. L’analyse fait découvrir les substituts du livre et leurs usages. Elle révèle des objets qui islamisent le temps et l’espace ; d’autres qui soutiennent des pratiques non légitimes et du même coup les islamisent.

9Le recensement des livres a permis, d’abord de repérer les textes et les lectures postulées qu’ils visent, manière détournée d’identifier les lecteurs et de connaître les questions qui les intéressent, ensuite d’être attentif aux manipulations multiples dont les textes de la haute tradition sont l’objet. Résumer, indexer, vocaliser, ponctuer et traduire, c’est chaque fois métamorphoser l’œuvre. Bien sûr dans une logique marchande, pour renouveler le fonds de commerce, mais aussi, pour leur faire traverser des frontières sociales, comme Roger Chartier l’observait dans d’autres contextes.

10À la diversité des lecteurs, répond une multiplicité de livres qui se présentent sous diverses formes et remplissent plusieurs fonctions. Chaque type de livres cible déjà un type de lecteurs. En effet, les modifications apportées par les auteurs aux textes originaux, suggèrent les nouveaux lecteurs auxquels les nouveaux textes sont destinés. Les transformations textuelles, particulièrement celles qui relèvent d’une simplification (résumé, traduction ou transcription), ont permis l’ouverture de la littérature religieuse à des lecteurs qui à la base en sont exclus. Les modifications, qui sont le fait de « pseudo-auteurs » vont être matérialisés, grâce à des procédés techniques bon marché, par les éditeurs. Le rôle de ces derniers, concernant le livre religieux, reste limité, il se résume à celui d’un imprimeur.

11Si nous pensions que les pistes d’investigations choisies en fonction de la nature même de terrain avaient toute leur pertinence et nous ont effectivement permis de produire des résultats sur la configuration de cette pratique nouvelle, il nous apparaît avec un peu de recul que certains points auraient gagné à être développés. Nous voudrions proposer quelques développements à l’approche topographique que nous avons dressée de la librairie, car la peinture que nous donnons peut sembler restreinte. Nous ne nous sommes intéressés qu’aux institutions et aux espaces directement liés à la librairie, marginalisant de la peinture les autres espaces ou autres modalités de l’expression identitaire dans la population musulmane de ces quartiers. Nous ne nous sommes pas attardés par exemple sur les regroupements syndicaux ou les amicales auxquels participaient jadis des franges de cette population (associations laïques). Ces formes de regroupement ont disparu aujourd’hui, et nous si les avions délaissées, c’est aussi parce que ces réseaux n’ont pas débouché sur la création des librairies qui nous intéressaient principalement parce qu’il s’agissait d’un mode d’expression largement « en dehors » de la culture d’origine. Cependant une étude plus approfondie de ces réseaux aurait peut-être permis de cerner avec plus de précision les mutations identitaires de cette population musulmane et de donner une « profondeur » à l’analyse proposée.

12À ce sujet, on pourrait aussi reprocher l’absence d’un tableau historique plus détaillé. Mais la périodisation ne montant pas au-delà du début des années 1980 dans laquelle nous avons ramassé cette recherche a un sens. En fait la date qui fait sens dans le cadre de cette étude est surtout 1981 et le droit pour les étrangers d’avoir leurs propres lieux d’associations. C’est à partir de cette date que, dans la matrice de ces jeunes associations, on a vu naître les mosquées de quartier. Bien sûr la mosquée de Paris existait bien avant le début des années 1980, mais elle relève, si on peut oser la formule, d’un « Islam officiel » dénié par une grande partie de la population qui est l’objet de cette étude. La rupture entre cet Islam là et l’Islam des réseaux autour desquels s’inscrivent les librairies est suffisamment tranchée pour justifier le choix de ne pas nous y être attardé.

13Par ailleurs un autre facteur peut justifier le choix de cette périodisation courte : celui de ne pas avoir voulu donné sciemment à la composante algérienne une place proportionnellement plus importante qu’elle n’occupe par rapport à l’objet traité. En effet, si les premières vagues d’immigration maghrébines dans ces quartiers furent essentiellement algériennes, les Algériens ou enfants issus de parents et de grand-parents algériens sont largement minoritaires au regard des Tunisiens et des Marocains, dans la population des lecteurs du livre islamique.

14Un autre aspect dans la peinture que nous proposons de l’espace dans lequel s’insèrent ces librairies aurait pu être développé : il s’agit de la vocation de certains quartiers à accueillir une population minoritaire et de l’attitude de ces minoritaires selon qu’ils sont dans ou hors du quartier. En ce sens, ce travail prend peut-être trop étroitement en compte les quartiers de La Goutte d’Or et de La Folie Méricourt donnant le sentiment d’une spécificité de la population musulmane qui les occupe alors que l’inscription identitaire d’une minorité dans un espace donné se fait selon des modalités souvent récurrentes et ce, quelle que soit la nature de la minorité considérée qui peut être religieuse, ethnique, nationale, politique ou sexuelle.

15Certains quartiers ou îlots ont bien une vocation à être des enclaves minoritaires dans le tissu urbain parisien. Une minorité définie ne s’y installe pas de manière définitive et lorsqu’une population quitte l’enclave, une autre s’y installe. À la Goutte d’Or, depuis la fin du xixe siècle à nos jours, ce sont succédés les minorités originaires d’Europe occidentale, puis des pays de l’Est, puis de l’Europe du Sud, puis de l’autre rive de la Méditerranée, de l’Afrique subsaharienne, actuellement Sri Lanka et des pays de l’ancien bloc de l’Europe de l’est. Rue Jean-Pierre Timbaud, la minorité politique, communistes, laisse la place à un mouvement religieux spécifique, Jamâcat Tablîgh. Rue Sainte Croix de la Bretonnerie, la minorité religieuse et ethnique juive ashkénaze s’efface pour laisser la place à une minorité homosexuelle.

16On peut souligner un certain nombre de traits récurrents dans le processus d’installation, d’occupation de l’espace par un marquage identitaire de toute minorité. L’implantation commence souvent par la création d’espace de sociabilité dans le quartier. Puis on voit se développer une infrastructure commerciale, des lieux de revendication ou qui marquent une appartenance comme les lieux de culte. Bien souvent, les librairies n’apparaissent qu’au terme de ce processus, comme forme de couronnement de l’expression identitaire d’une minorité avant qu’elle ne s’intègre dans le tissu urbain. Le livre, quelles que soient les différences notables au sein de la minorité considérée, semble jouer un rôle proche de la revendication politique comme facteur unificateur.

17Mais l’appropriation de l’espace d’un quartier n’est pas seulement réalisée à travers l’infrastructure commerciale ou les lieux de sociabilité. Il est tout à fait intéressant à ce titre d’observer les différences de comportement dans et hors du quartier. Elle est notable dans les attitudes du corps, les bruits..., comme si, dans le quartier ainsi investi, l’espace public était en partie assimilé à l’espace privé. Pour ceux qui sont obligés de vivre en dehors du quartier, y passer ou y revenir prend des formes de catharsis.

18Il est difficile de conclure sur un sujet toujours en mouvement (et mouvementé). L’actualité du sujet ne nous permet pas d’avoir du recul par rapport au phénomène, recul nécessaire à la formulation d’interprétations. Cette difficulté apparaît particulièrement à la fin des chapitres quand le moment est venu d’avancer des interprétations dont certaines peuvent être en contradiction les unes avec les autres : elles peuvent se heurter à une multiplicité de contre-exemples. De nouvelles données viennent jeter le doute sur leur pertinence. Il aurait été parfois possible de proposer une conclusion mais à la condition de marginaliser certaines données.

19Plusieurs pistes, comme l’espace des librairies et le type de livres que vendent ces commerces, auraient amené à considérer cette pratique culturelle essentiellement comme un enfermement des lecteurs sur leurs spécificités. Mais encore, elles auraient conduit à considérer la population musulmane et ses lecteurs comme un phénomène qui pose problème à la société d’accueil. Là se situe l’écueil que nous avons voulu éviter tout au long de cette recherche. La référence à l’espace où se situent les librairies islamiques, espace déshérité, délaissé par les pouvoirs publics, aurait pu nous diriger vers cette voie. Cette direction aurait caché le dynamisme des espaces de sociabilité qui entourent les réseaux du livre religieux, comme la dynamique commerciale qu’ils engendrent.

20Face à l’exil, à l’anomie, la population musulmane a besoin de se restructurer pour pouvoir s’intégrer dans la société globale. La pratique de la lecture participe à cette restructuration même si au premier abord elle apparaît (au vu de certains textes qu’elle englobe) comme un enfermement de ses consommateurs dans leurs spécificités culturelles. À la place d’interprétations, nous avons proposé un préambule de réponse à deux questions qui impliquent un rapport d’adéquation : pourquoi on devient lecteur et comment on devient libraire. Du pourquoi au comment deux faits, voire deux innovations majeures apparaissent : la commercialisation de l’Islam à laquelle participe la lecture de livres religieux tout d’abord, et la latinisation et la francisation de l’Islam ensuite. Le message religieux n’est plus tributaire de sa langue originelle ; les caractères latins, la transcription sont un nouveau mode d’accès au discours religieux.

21La langue française devient un outil d’intégration dans la société globale. Le français devient une « langue maternelle » qui se substitue à l’éducation parentale car elle contribue à la transmission de valeurs culturelles. Mais aussi elle ponctue le discours islamique de ses propres concepts, comme la modernité, la laïcité et la spiritualité, qui sont « en dehors » de la culture musulmane. L’idée d’un enfermement sur la religion et la langue qui la véhicule, est ébranlée par l’influence de la société globale sur cette littérature religieuse.

  • 1 Pour le concept de déterritorialisation, cf. O. Roy, L’Islam mondialisé, Paris, 2002.

22La langue française participe aussi à la contextualisation et à la réalité de l’Islam en France ; les thèmes et l’actualité développés sont appréhendés à travers le prisme de la société française voir européenne. Ce n’est pas à un Islam mondialisé, voir déterritorialisé1, mais plutôt un Islam linguistique auquel on assiste.

23Dès lors il est légitime de s’interroger sur la durée de vie de cette pratique. Tout concourt à la considérer comme une pratique « conjoncturelle », donc passagère. Plusieurs indices nous poussent à avancer cette hypothèse. Chez certains lecteurs, l’engouement pour le livre religieux s’effiloche et se désagrège. Pour leurs problèmes, la lecture est un préambule de réponse dans la religion. Le livre leur a donné un mode de vie, des repères. Il leur a permis aussi de retrouver une considération vis-à-vis de leur personne afin de chercher d’autres réponses qui se situent ailleurs, dans la sphère politique.

LA CRISE ANNONCÉE DU LIVRE ISLAMIQUE

24La manière d’agir des éditeurs publiant le livre islamique est une piste qui incite aussi à considérer cette pratique comme éphémère. La rapidité dans l’édition qui aboutit souvent à un produit de mauvaise qualité, traduit chez l’éditeur la peur de perdre une opportunité qui par sa nature même est passagère. Si l’éditeur ne fait aucun effort pour garder cette clientèle en lui proposant un produit de bonne qualité, c’est parce qu’il sait que cette demande de livre est éphémère. La non-spécialisation des « libraires » est encore une preuve pour considérer cette pratique comme fugace. Elle trahirait leur peur de s’engager dans un commerce qui à long terme ne semble pas rentable. Parmi ces commerçants qui ne font pas profession de libraires mais s’étaient spécialisés comme « marchands de livres » nombreux sont ceux qui s’adaptent à la situation en proposant désormais d’autres produits n’ayant parfois aucune relation avec le discours religieux.

25Selon les intermédiaires du livre, la crise que traverse aujourd’hui le commerce du livre est imputable à une crise économique mondiale et locale qui se répercute sur le pouvoir d’achat de leurs clientèles. Rappelons qu’à la base c’est en partie une crise économique qui a engendré à son tour une crise identitaire. Cette dernière a dirigé les lecteurs vers la littérature religieuse.

  • 2 Les éditions Tawhid ouvrent une nouvelle librairie qui se situe sur le boulevard de Belleville. La (...)

26Le terme « crise » employé par les libraires comme les éditeurs apparaît excessif pour traduire la diminution de leurs chiffres d’affaires. L’observation directe la réfute. Bien au contraire, on assiste à une augmentation des lieux de vente de livres2 comme la diversité des réseaux de distribution. Les circuits laïcs de distribution (la Fnac pour les éditions Tawhid) sont devenus des créneaux de diffusion pour les intermédiaires classiques du livre islamique. Par ailleurs, la publication de catalogues a ouvert aux libraires un nouveau mode de diffusion de leurs publications, la vente par correspondance. Enfin, parler de crise est un moyen pour ces commerçants d’anticiper et parallèlement de détourner les questions relatives à l’aspect financier qu’a engendré chez eux cette nouvelle pratique culturelle qu’est la lecture du livre religieux. Si « crise » il y a, deux autres raisons semblent mieux justifier l’explication avancée par les libraires. La première est que de nombreux éditeurs et libraires éditent les mêmes titres. Dès qu’un titre est bien vendu par un éditeur ou un libraire, il est certain que ses confrères vont « éditer » à leur tour un ouvrage du même genre. Cette pratique commerciale a eu pour conséquence une saturation du marché : l’offre dépasse la demande. Ce phénomène semble être l’apanage d’autres commerçants de la Folie Méricourt et de la Goutte d’Or. En effet, il aurait été parfois difficile de trouver la raison commerciale des commerces de ces deux quartiers, si l’enseigne ne la mentionnait pas. La deuxième raison qui justifierait cette crise du livre islamique est que ses consommateurs sont à la recherche d’autres livres.

27Face à la crise annoncée au livre islamique, les libraires utilisent plusieurs stratégies défensives où chacune correspond à une ouverture. Cette dernière s’exprime dans le cas d’une librairie par son changement de nom : la librairie Okba est devenue depuis 1996, librairie Nouvel Horizon. Une des stratégies consiste à introduire plus d’objets comme dans le cas des librairies du XIe arrondissement. Parmi les « libraires » qui ne semblent pas souffrir de cette crise, on rencontre ceux chez qui l’objet a toujours tenu une place de choix dans leur commerce (libraires du XVIIIe arrondissement) ; en effet leur clientèle est constituée en grande partie par des clients achetant des produits autres que le livre.

28La fonction du libraire ne se limite plus à celle d’un commerçant de livres et d’objets traditionnellement associés au livre religieux (chapelets, tapis de prière, etc.). On peut, en fonction des opportunités, acheter dans la librairie divers produits. Ces nouvelles marchandises entrent dans ce commerce grâce au phénomène du troc. Ce qui gravite autour du livre ne doit pas être marginalisé ; ce commerce parallèle au livre constitue un fond de garantie quand celui du livre chute.

  • 3 Régis Blachère, André Miquel, Maxime Rodinson, Louis Massignon, Henri Laoust, André Chouraqui, Rog (...)
  • 4 Particulièrement ceux qui traitent de l’immigration.

29Dans certaines librairies, un changement sensible dans leur production, qui de plus en plus ne se limite plus au livre religieux, est observable. Face aux nouveaux comportements d’achat de leurs clientèles, les libraires ont compris que pour les garder, il leur fallait absolument diversifier leur production par l’apport de livres qui ne se limitent plus à la religion et à son dogme. Cette ouverture correspond en fait à l’ouverture des lecteurs vers d’autres aspects de leur culture. Les ouvrages d’histoire, d’archéologie, de géomancie, de mystique, d’architecture islamique, apparaissent sur les rayons des librairies islamiques. Le catalogue d’Essalam de l’année 1996 présente « Nouveautés sur l’Islam et le Monde Arabe ». Par nouveautés, il faut entendre l’entrée dans la librairie et non pas la date d’édition. Les auteurs non musulmans3 entrent par le biais de leurs écrits dans les librairies islamiques. La diversification des genres littéraires implique une diversification des maisons d’édition. Les livres produits par des maisons d’édition libanaise qui ne publient pas des ouvrages religieux ou rarement comme ceux qui sont produits par des maisons d’édition françaises sont de plus en plus représentés dans les rayons des librairies islamiques4.

30Pour les libraires de la rive droite, la diversification est un moyen d’attirer vers leurs commerces les clients potentiels des librairies de la rive gauche en proposant les mêmes ouvrages à des prix plus compétitifs. Au fil du temps, la différence entre les librairies de la rive droite et de la rive gauche est moins marquée. Un libraire du Ve arrondissement ouvre une nouvelle librairie dans le XVIIIe arrondissement, un des distributeurs des librairies de la rive droite ouvre une librairie dans le Ve arrondissement, un éditeur dont la maison d’édition était située dans le XVIIIe arrondissement reprend une librairie du Ve arrondissement.

31Née dans un contexte critique, la lecture du livre religieux qui exacerbe un sentiment identitaire marginalisant encore plus son consommateur dans la société globale apparaît, en dépit de cet aspect négatif, comme une ouverture vers d’autres horizons. Le livre religieux offre au lecteur francophone l’accès à l’une des formes de la culture écrite arabe, à une autre langue. Mais il lui ouvre également l’accès à d’autres aspects de la culture arabo-musulmane. La lecture religieuse apparaît comme une réponse ponctuelle à une situation conjoncturelle qui l’a provoquée. Ce passage vers cette littérature religieuse est nécessaire dans la mesure où la religion est le noyau dur d’une culture.

32La production de la librairie suit l’évolution des nouveaux besoins des personnes qui circulent dans le quartier. Elle révèle sa non-spécialisation, qui relève d’un bricolage à l’image de sa clientèle qui se cherche. Les lecteurs sont parfois victimes de ces intermédiaires du livre. Ces derniers perçoivent la demande de leur clientèle comme un moyen d’en tirer bénéfice. Malgré cela, le lecteur reste avant tout le maître d’orchestre dans la relation libraire-éditeur-auteur. Il est l’élément de base qui, par la lecture, donne sens au livre.

33Malgré tous ces indices, qui nous conduisent à considérer la lecture du livre religieux et sa commercialisation comme conjoncturelles, de nouvelles données viennent à leur tour contredire cette hypothèse. Parmi ces données intervient précisément l’émergence des sites qui s’appuient sur la littérature islamique.

INTERNET, AUTRE CIRCUIT DU LIVRE ISLAMIQUE

  • 5 Nos pérégrinations sur la toile s’amorcent par une recherche avec les mots clés « librairie » et « (...)

34À l’aube du xxie siècle, les librairies islamiques virtuelles5 viennent à leur tour se greffer sur la toile en la façonnant avec des emblèmes et des couleurs « islamiques ». Les responsables des sites construisent l’espace qu’ils occupent en exploitant des références écrites, imaginaires et symboliques de l’Islam qu’ils transposent sur la toile. La toile est marquée par des référents religieux, son espace est islamisé : « Bienvenue en terre d’Islam », « Sous le soleil d’Allah », « La citadelle du musulman », « L’oasis de l’Islam »...

  • 6 Plusieurs sites appartiennent à une même famille, c’est le cas des sites « Aslim Taslam », « Islam (...)
  • 7 Cf. O. Roy, « La communauté virtuelle, l’Internet et la déterritorialisatrion de l’islam », Réseau (...)
  • 8 Les visiteurs du livre d’or du site « Fraternité des musulmans réunionnais » appartiennent à l’esp (...)

35Ces sites ont été créés à l’initiative d’individus et d’associations. Ils sont hébergés par différents prestataires de services qui se définissent comme des agences web au service de la communauté musulmane et comme des serveurs halâl (licite qui n’accepte sur leur espace aucun site harâm, illicite ou contraire à la sunna, tradition prophétique). La pléthore de sites islamiques est à relativiser, rapidement on se rend compte qu’ils sont beaucoup moins nombreux qu’il n’y paraissait. Cette impression est entretenue par diverses illusions. Le principal élément qui y participe est l’importance des liens que chacun de ces sites propose. En fait ces « nombreux » sites sont en réseau entre eux, voire sont interdépendants. Ces connexions expriment essentiellement des rapports d’affinité entre les responsables des sites et par ricochet une sociabilité virtuelle pour leurs internautes6. Par ailleurs un même site peut avoir deux intitulés ; cette double nomination, qui n’est pas inhérente aux sites islamiques, aurait pour principal objectif de « capter » un public plus large. Pour Olivier Roy, « la prolifération des sites n’est pas liée à l’activisme islamique en soi, mais à la déterritorialisation croissante d’une population musulmane, par ailleurs éduquée, qui cherche à reconstituer un espace communautaire virtuel là où la réalité socioculturelle ambiante ignore ou rejette leur identité religieuse7 ». Le monde virtuel, qui procède d’une recomposition de l’espace, donne aux responsables des sites et aux internautes la possibilité de constituer une communauté que la réalité politico-sociale refuse ; d’un état de minorité, Internet leur octroie le statut de communauté. La combinaison communauté/virtuel remplace celle de minorité/ réalité. La constitution de cette communauté s’accompagne d’un élargissement spatial correspondant non pas à une frontière nationale mais à un espace linguistique francophone8.

36Les sites islamiques se présentent sous formes « annuaires », ou « généralistes ». L’espace le plus important de ces pages web est monopolisé par la rubrique « Forum » qui en est le socle. Les responsables puisent dans les forums la matière de leur site pour l’actualiser. Ils y relèvent les questions les plus récurrentes qu’ils classent par thèmes et qui se confondent avec les rubriques du site.

37Par les informations données, les sites islamiques soutiennent la lecture des livres religieux. Ils renvoient souvent ou émanent d’institutions islamiques, particulièrement les associations, qui ont largement contribué à la lecture, et de là, à la prolifération des librairies islamiques. Certains sites proposent une liste de librairies islamiques en France9. Le site « Aslam Taslim », le magazine en ligne des musulmans francophones, concourt de diverses manières à la lecture du livre religieux : d’abord en recommandant à ses internautes « de se constituer une bibliothèque par la fréquentation des librairies islamiques et en demandant conseil à leurs propriétaires, mais encore en suggérant une liste d’ouvrages à acquérir ». Le site « Islam France » donne quant à lui une liste d’ouvrages en français sur l’Islam. Le site Islamophile, ou Ressources islamiques en langue française, s’est structuré quant à lui autour d’une bibliothèque islamique. « Abislan » est un site de promotion du livre islamique, qui fait la promotion d’ouvrages islamiques francophones et la publicité de ses auteurs. D’autres sites offrent une lecture gratuite et des ouvrages à télécharger. Pour pousser les internautes à lire et à fréquenter les librairies islamiques, des sites10 proposent une rubrique qui permet de consulter des commentaires de livres lus par des lecteurs afin de permettre à l’internaute de se faire une idée de l’ouvrage.

  • 11 Cette liste ne prétend pas à l’exhaustivité, néanmoins elle est représentative des producteurs de (...)
  • 12 Par exemple les membres fondateurs de l’association du Centre Islamique de Genève sont dans la mou (...)
  • 13 Cf. Shaykh Fayçal Mawlawî (http://www.Mawlawî.net).
  • 14 Cf. Y. Gonzalez Quijano, « Shaykh Shaarawi, star de l’Islam électronique », Réseaux, n° 99-100/Her (...)
  • 15 Cf. http://deedat.ifrance.com/deedat. Ce site consacré à Deedat Ahmed comprend sa biographie, sa m (...)

38Aux différentes informations données qui participent à la lecture, Internet offre aux auteurs de la littérature islamique contemporaine une place de choix11. Ils sont souvent regroupés en un réseau d’affinités politico-religieuses dont certaines sont relayées par un réseau familial12 ou ont parfois leur site personnel13. Les producteurs de discours religieux, comme le souligne Yves Gonzalez Quijano, dans le cas du shaykh Shacrawî, « ont embrassé les trois âges de la communication religieuse contemporain, Islam vocal, Islam visuel et Islam électronique14. Cet espace virtuel, nouveau mode de communication permet à ces auteurs d’accroître leur public. Pour les producteurs du discours islamique qui utilisent toutes les formes de communication (cassettes audio, cassettes vidéo, imprimés), Internet est un support pour diffuser leur pensée et prolonger leur notoriété. Le passage d’un support à un autre est facilité par la forme narrative particulière des discours. Leur notoriété est parfois mise à contribution pour la publicité d’autres sites. Ainsi, des sites créés à l’instigation d’individus sont dédiés à des auteurs d’ouvrages islamiques, connus déjà par les lecteurs comme Deedat Ahmed15.

  • 16 Elles ont été créées à l’instigation d’individus, certaines ont le statut de sociétés d’autres d’a (...)
  • 17 Librairie Essalam, Librairie de l’Orient et ses Éditions al-Bouraq, Éditions Tawhid.
  • 18 Le référent religieux apparaît néanmoins dans le contenu du site : http://www.al-andalous.com, la (...)

39Les librairies exclusivement virtuelles répertoriées n’excèdent pas la dizaine16 ; on peut y ajouter celles qui existent hors de la toile et qui utilisent cette dernière pour gagner en visibilité mais surtout pour développer leur service de vente par correspondance17. Ces librairies spécialisées sur le monde arabo-musulman se « convertissent » sur la toile en librairies islamiques. Les responsables de ces commerces utilisent le réseau pour capter le public de lecteurs qui se définit exclusivement dans sa dimension cultuelle et non culturelle. Contrairement aux intitulés des librairies matérielles, ceux des librairies virtuelles n’illustrent pas toujours la terminologie islamique. Cette absence de référent religieux dans l’URL serait un moyen d’intercepter un public plus large18.

  • 19 Le site de Iqrashop a vu le jour en décembre 2001, le site de la librairie al-Madinah n’est pas en (...)

40Les librairies virtuelles et leurs publics se situent hors de l’espace des librairies matérielles. Elles ciblent les lecteurs qui vivent hors de l’espace parisien. La création des librairies virtuelles est récente19. Elle est postérieure aux sites d’institutions islamiques qui ont, comme dans le cas des librairies matérielles, favorisé leur émergence. Elles ont pour objectif de répondre aux attentes de chacun et chacune afin de faciliter l’accès à une meilleure compréhension de la religion musulmane.

41Contrairement aux autres sites, ceux des librairies ne sont affiliés (au vu des ouvrages qu’ils proposent) à aucune tendance politico-religieuse. Le catalogue des librairies virtuelles se veut être « un pont entre le libraire et ceux qui ont soif de découvrir, d’apprendre et d’approfondir la religion musulmane ». Le libraire lui, reste à la disposition de ceux et celles qui s’informent, qui cherchent à connaître et qui sont passionnés de connaissance. Pour suppléer à l’absence du libraire et son rôle essentiel dans l’information et l’orientation du lecteur, ces sites ont créé de véritables « guides d’achat » ou « arguments commerciaux » pour orienter l’internaute mais surtout le pousser à acquérir des ouvrages en ligne. Ils proposent généralement le résumé des ouvrages. Ils mentionnent leurs meilleures ventes mais aussi les ouvrages achetés par les autres internautes.

42La production de la librairie virtuelle diffère sensiblement de celle de la librairie matérielle. Les sites islamiques comme ceux des librairies virtuelles ciblent le public francophone. Cette orientation s’illustre par les ouvrages proposés à la vente, le patrimoine islamique dans sa version originelle est quasi-absent. Le fond de commerce des librairies virtuelles repose essentiellement sur la littérature islamique dans sa version contemporaine française. Les auteurs vivants en France sont les mieux représentés. Ainsi la librairie matérielle gardera le monopole du livre religieux en arabe.

43À l’instar des librairies islamiques matérielles, les sites des librairies virtuelles offrent des produits autres que le livre. En effet, le site de Iqrashop ne se prétend pas essentiellement comme un espace de livres mais se définit comme « le plus grand site marchand francophone spécialisé dans les produits culturels arabo-musulmans ». Le site « islamlivres.com » renvoie à celui de « Dress4Islam » (http://www.dress4islam) qui est une boutique en ligne de prêt à porter féminin destinée aux femmes musulmanes.

  • 20 Le site d’Iqra propose : boussoles, boussole avec boîtier, tapis de prière, tapis de prière avec b (...)

44Par les produits proposés, les librairies virtuelles sont plus proches des librairies de la Folie Méricourt. On rencontre essentiellement les produits qui favorisent la pratique du culte20.

45Cette nouvelle technologie a permis l’émergence de « nouveaux auteurs ». On pourrait supposer que les créateurs de sites se transformeront, grâce à ce nouveau procédé technique en « auteurs ». À l’image des orateurs islamiques pour qui la substitution de la cassette au livre fut un moyen d’accéder au statut d’auteur. Il est envisageable que le discours religieux sous une forme informatisé se transformera en un texte imprimé diffusé par les librairies virtuelles et matérielles. La toile aurait une fonction de « service de presse », un espace de promotion pour les créateurs de sites. Elle est une phase préparatoire à la publication sous une forme imprimée.

46Le support informatique, comme ceux qui l’ont précédé et utilisé par les orateurs islamiques ne peut être considéré comme un concurrent au livre et de la lecture. Nos pérégrinations sur la toile permettent d’affirmer et de documenter l’émergence du web, non en tant que média de substitution, mais bien comme média à part entière complémentaire des supports existants. Il serait vain de les opposer d’autant plus que responsables de sites, libraires, éditeurs et auteurs se confondent. Par ailleurs, il est indéniable que le livre garde toujours son prestige et qu’on ne peut considérer les autres supports comme de réels concurrents de la lecture. Bien au contraire, Internet peut servir le livre et amener les internautes à lire, ce sont des consommateurs potentiels du livre.

Notes

1 Pour le concept de déterritorialisation, cf. O. Roy, L’Islam mondialisé, Paris, 2002.

2 Les éditions Tawhid ouvrent une nouvelle librairie qui se situe sur le boulevard de Belleville. La librairie Al Ghazali s’est ouverte rue Moret à côté de la librairie Ennour. Aux deux points de vente du boulevard de Rochechouart s’est ajouté un nouveau ; un libraire de la Goutte d’Or a ouvert une autre librairie dans le même quartier ; un libraire de la rive gauche a ouvert une autre librairie dans le XVIIIe arrondissement. Sur les marchés de banlieue, où réside une population musulmane, apparaissent de plus en plus des librairies trottoirs.

3 Régis Blachère, André Miquel, Maxime Rodinson, Louis Massignon, Henri Laoust, André Chouraqui, Roger Arnaldez, Gilles Kepel, Bernard Lewis, Pierre Lory, Cliford Geertz, etc.

4 Particulièrement ceux qui traitent de l’immigration.

5 Nos pérégrinations sur la toile s’amorcent par une recherche avec les mots clés « librairie » et « islamique ». L’association de ces deux termes donne l’accès non pas à des librairies virtuelles mais à des sites qui ont eux aussi donné pour mots clés librairie et islamique. Ces pages web sont par ailleurs le passage obligé pour accéder aux librairies islamiques virtuelles.

6 Plusieurs sites appartiennent à une même famille, c’est le cas des sites « Aslim Taslam », « Islamie », « Islam Vista » et « Islam Livres » qui dépendent du site « Islam Index ».

7 Cf. O. Roy, « La communauté virtuelle, l’Internet et la déterritorialisatrion de l’islam », Réseaux, n° 99-100/Hermès Sciences Publications, 2000.

8 Les visiteurs du livre d’or du site « Fraternité des musulmans réunionnais » appartiennent à l’espace francophone : France, Tunisie, Maroc, Sénégal, Côte d’Ivoire, Île de la Réunion, Belgique, Mali, Tahiti, Algérie, Québec, Liban.

9 Cf. Ligue des musulmans de Suisse.

10 http://islamfrance.free.fr

11 Cette liste ne prétend pas à l’exhaustivité, néanmoins elle est représentative des producteurs de la littérature islamique contemporaine : Hassan Amdouni, Ahmed Deedat, Aboubaker Djaber al-Jazayrı, al-Ghazali, Abu al-Hassan cAli an-Nadawi, Youssef al-Qardhawî, Sacîd Ramadan al-Buti, Tariq Ramadan.

12 Par exemple les membres fondateurs de l’association du Centre Islamique de Genève sont dans la mouvance des Frères musulmans. Cette orientation apparaît dans les choix éditoriaux de cette association qui privilégie les publications de ses membres. Les affinités politiques sont relayées par un réseau familial. Saï d Ramadan (1926-1995) est aussi le gendre d’Hassan al Banna, il est le père de six enfants dont trois Hani, Tariq et Arwa jouent aujourd’hui un rôle essentiel dans cette association. Les deux fils Ramadan sont par ailleurs producteurs de discours religieux.

13 Cf. Shaykh Fayçal Mawlawî (http://www.Mawlawî.net).

14 Cf. Y. Gonzalez Quijano, « Shaykh Shaarawi, star de l’Islam électronique », Réseaux, n° 99-100/Hermès Science Publications, 2000, p. 252.

15 Cf. http://deedat.ifrance.com/deedat. Ce site consacré à Deedat Ahmed comprend sa biographie, sa mission, un forum, mais aussi une liste de ses ouvrages dont on peut lire déjà des extraits de certains en ligne.

16 Elles ont été créées à l’instigation d’individus, certaines ont le statut de sociétés d’autres d’associations : Iqra Shop, Islam livres, La librairie électronique, La bonne référence, Al-Andalous, Dar al madinah...

17 Librairie Essalam, Librairie de l’Orient et ses Éditions al-Bouraq, Éditions Tawhid.

18 Le référent religieux apparaît néanmoins dans le contenu du site : http://www.al-andalous.com, la librairie du net 100 % islamique.

19 Le site de Iqrashop a vu le jour en décembre 2001, le site de la librairie al-Madinah n’est pas encore opérationnel dans sa totalité.

20 Le site d’Iqra propose : boussoles, boussole avec boîtier, tapis de prière, tapis de prière avec boussole intégrée.

© CNRS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search