Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les réseaux du livre islamique

 | 
Soraya El Alaoui

Chapitre 6. L’édition locale

Texte intégral

1L’édition locale regroupe des maisons créées à l’initiative de musulmans dont le principal objectif est la diffusion de publications islamiques. Le nom (ou un des termes du nom) de la maison d’édition souligne déjà ses orientations religieuses : Tawhid, Unicité, Éditions de l’Union des organisations islamiques de France par exemple.

2Il est difficile de répertorier et de situer toutes les maisons d’édition diffusant le livre religieux. Parmi elles, certaines ne mentionnent dans leurs publications que la ville en omettant l’adresse (Éditions Universel). D’autres changent de nom (Éditions Rayhane et Éditions al-Qalam) ou portent deux noms différents (Éditions Créadif et Éditions Iqra), d’autres enfin ont une durée d’existence très courte ou ont disparu (comme les Éditions Tougui) alors que de nouvelles apparaissent (Éditions Confluent).

3Lorsque les premières librairies islamiques ont ouvert, un recensement du catalogue montrait à quel point l’édition était alors dominée par la production libanaise. Aujourd’hui, la part de l’édition beyrouthine dans ce marché est de plus en plus concurrencée par une production locale française. Cette édition est-elle en passe de s’ériger en réelle rivale ? Pour répondre à cette question, l’enquête s’est d’abord attachée à la description des caractéristiques de l’édition locale, des moyens mis en œuvre pour se poser en concurrent sérieux, avant de proposer une comparaison avec l’édition levantine.

  • 1 Cf. chapitre 5.

4Six variables différencient les maisons d’édition que regroupent l’édition libanaise et l’édition locale : leur date de création, leurs marché s, la nationalité de leur responsable, leur spécialisation, leurs structures, et enfin le nombre de titres publiés par an. Contrairement au Liban qui monopolise le marché du livre islamique en France et qui possède une tradition éditoriale ancienne, l’édition locale (comme l’apparition des librairies islamiques) est récente. Elle émerge à la fin des années 1980. Alors que l’édition libanaise vit grâce à son marché extérieur1, l’édition locale vit grâce à son marché intérieur. Son champ d’action est très limité ; il se restreint à la France, parfois aux autres pays européens francophones (Belgique et Suisse). Rarement les livres islamiques produits en Europe dépassent ses frontières et sont exportés vers le Maghreb et les pays africains francophones (Sénégal, Mali).

5Dans chacune de ces deux types d’édition une nationalité prime : dominante dans l’une, elle est marginalisée dans l’autre. L’édition libanaise regroupe dans sa grande majorité des Libanais. À l’exception des Éditions Essalam dont le gérant est Syrien et des Éditions al-Bouraq dont le responsable est libanais, les maisons d’édition appartenant au groupe de l’édition locale sont généralement aux mains de personnes d’origine maghrébine, particulièrement marocaine.

SPÉCIALITÉS

6L’édition libanaise et l’édition locale se distinguent aussi par le choix des livres à éditer. La première garde le monopole des livres de turâth alors que la seconde se spécialise dans le livre islamique contemporain. Tandis que les éditeurs libanais diffusent des titres d’abord en arabe, auxquels succèdent leur traduction française en cas de succès de la première version, les éditeurs locaux ne diffusent que des titres en français.

  • 2 Par exemple Précis des sciences du hadith de Amdouni Hassan.

7Le créneau éditorial libanais, le turâth, est relativement marginalisé dans l’édition locale. Bien que très peu représenté dans la production locale, le turâth proposé par les éditeurs locaux a ses propres particularités. Il est rédigé par des auteurs contemporains ; il ne s’agit plus d’un résumé et d’une traduction de l’œuvre originale comme c’est le cas dans l’édition libanaise, il est écrit sous une nouvelle forme et directement en français. Le turâth est réactualisé par le biais d’une présentation pédagogique voire scolaire. C’est pour cette raison que les titres qu’il englobe sont utilisés comme livres scolaires dans les instituts islamiques2.

8Tout en traitant du turâth, certains auteurs ne peuvent échapper à la tentation de le traiter parallèlement avec d’autres questions souvent liées au présent. C’est le cas d’Asmaa Godin, auteur de Les Sciences du Coran. Au chapitre VI, intitulé « Certains sujets voisins », l’auteur développe, par exemple, une étude informatique du Coran.

9Le livre islamique contemporain dans sa version française forme le gros de l’édition locale. Aux nouveaux thèmes de la littérature islamique contemporaine, sujets qui ont permis de renouveler des textes normatifs, femme, médecine, économie et mort, produits naguère par les éditeurs libanais, l’édition locale a ajouté des thèmes qui lui sont propres : immigration, laïcité. Dans les livres produits par les éditeurs locaux, l’Islam et sa nouvelle thématique sont traités en corrélation avec des thèmes qui renvoient à des questions et à une actualité spécifiques des musulmans vivant en France : les musulmans dans la laïcité, le foulard. Le traitement des problèmes varie selon que l’ouvrage est produit au Liban ou en France. Le thème de la femme est traité dans les deux cas à travers le prisme de la législation islamique, mais l’ouvrage produit en France le traitera aussi en fonction de la société française en intégrant sa juridiction. La production locale se caractérise aussi par un genre qui lui est particulier et qui relève d’une orientation prosélytique, ainsi des ouvrages présentent la conversion de leur auteur : Pourquoi sommes-nous musulmans, Journal d’un musulman allemand, Pourquoi j’ai embrassé l’Islam.

  • 3 Cf. Annexe 5, Les maisons d’édition, Éditions Tawhid, p. 209, Éditions al-Qalam, p. 210, Éditions (...)

10A priori les lignes de conduite et les orientations éditoriales apparaissent plus nettes dans le cas des éditeurs en France. Globalement ils diffusent deux types de livres, ceux qui sont rédigés directement en français et ceux qui sont traduits de l’arabe vers le français. Alors que Tawhid a choisi le premier créneau et al-Bouraq le second, al-Qalam les cumule3.

  • 4 À titre d’exemple cf. Riyâd as-Sâlihîn édité par Dar al-Fikr (Beyrouth/Liban) et par les Éditions (...)

11Pour les éditeurs, deux raisons motivent le choix de la traduction. Elle répond à un besoin linguistique des musulmans de France ; elle est aussi un moyen pour eux de concurrencer les éditeurs libanais auxquels ils reprochent la mauvaise qualité de la traduction des titres qu’ils diffusent. Cette deuxième raison avancée par les éditeurs est en partie vérifiable. En effet, pour un même titre, la qualité des ouvrages traduits différencie un éditeur libanais d’un éditeur local4.

12À partir des créneaux éditoriaux de l’édition locale on peut parallèlement comprendre les causes et les effets de son émergence. Elle vient répondre aux faiblesses de l’édition libanaise. Elle serait, particulièrement pour les ouvrages traduits, une réponse aux lacunes de l’édition libanaise. Grâce à l’émergence d’une édition locale, le marché français et son lectorat se dégagent de leur dépendance à l’égard de l’édition arabe. Le Liban et ses éditeurs n’ont plus le monopole du livre religieux. Les éditeurs locaux viennent partager avec eux le marché français.

  • 5 Sauf pour les livres destinés aux enfants.

13L’aspect extérieur du livre produit par l’édition locale est plus proche de celui diffusé par l’édition française que libanaise : couverture, format, mise en page. L’image sur la couverture qui suggère le contenu du livre est quasi-absente5 dans les livres diffusés par les éditeurs locaux. Contrairement aux ouvrages édités au Liban, les livres édités par l’édition locale proposent une bibliographie. Celle-ci a pour fonction de renforcer la lecture future d’ouvrages religieux. Il arrive que la bibliographie se résume à des ouvrages publiés par la même maison d’édition. Elle serait un moyen pour l’éditeur de fidéliser sa clientèle.

STRUCTURES

  • 6 Éditions/librairie : Tawhid ; Al Azhar librairie/ Éditions Chama ; Alif ; Al Imen ; al-Qalam ; Enn (...)
  • 7 Éditions/association : Tawhid / Union des jeunes musulmans ; Ligue mondiale islamique ; Centre isl (...)

14À la structure familiale, modèle de base de l’édition libanaise, se substituent d’autres configurations dans celui de l’édition locale. Celles qui ont été créées par des libraires6 et celles qui se sont construites autour d’une association7. Elles peuvent cumuler les deux configurations.

15Les rares maisons d’édition qui n’entrent pas dans la typologie proposée entretiennent néanmoins une relation privilégiée avec ces associations et ces librairies. Celles-ci constituent une clientèle importante, qui reçoit une grande partie de leur production. Les gérants des librairies, dont le commerce n’a pas une structure associative, peuvent être néanmoins des proches ou des sympathisant d’une association islamique. Il arrive que des éditeurs, même ceux dont la maison d’édition n’a pas une structure associative ou qui ne possèdent pas de librairie, fassent préfacer leurs publications par un responsable d’une association religieuse : recteur ou conseiller culturel d’une mosquée. La référence d’une personne appartenant à une association peut être appréhendée comme un argument important dans la commercialisation du livre. Comme le souligne un éditeur/libraire « cette référence a pour but un intérêt financier, c’est un coup publicitaire ».

  • 8 Cf. Comprendre l’Islam, Association des étudiants islamiques en France, Paris, 1973, p. 13.

16Les éditions ayant à leur base une structure associative sont, par leur nombre, les mieux représentées au sein de l’édition locale. Elles entretiennent entre elles et avec les librairies islamiques différentes relations telles la coédition et la distribution. Il arrive qu’une association islamique en France, par le biais d’une coédition avec une autre association religieuse installée à l’étranger, diffuse la traduction d’un ouvrage ayant connu un grand succès. C’est le cas de l’ouvrage Comprendre l’Islam, rédigé par Mawdudi en 1932 en urdu sous le titre Risâla-édîniyât. La version française se base sur la traduction anglaise Toward Understanding Islam éditée par Islamic Foundation (Leicester, England). Comme le souligne l’éditeur dans la préface : « La version de ce livre est publiée sous le patronage de la Fondation Islamique de Londres [...]. L’enthousiasme et le dévouement des membres de l’Association des Étudiants Islamiques en France méritent d’être cités ici, car ce sont eux qui ont veillé sur l’impression et la réalisation de cette édition8.  » La coédition entre une association et une librairie permet le partage des rôles, à la première revient le financement de la publication, à la seconde sa diffusion.

17D’autres formes de coopération ou de division de travail sont possibles. Ainsi les associations islamiques qui éditent aussi des livres auront pour distributeurs les librairies islamiques en France. Pour diffuser leurs publications, les associations islamiques, particulièrement celles qui sont installées hors de France, utilisent les services des gérants des librairies islamiques qui deviennent leurs distributeurs par excellence. Certaines librairies ont l’exclusivité de la distribution de livres édités par les associations, à l’échelle française et parfois européenne. C’est le cas de la librairie Essalam et de la librairie Tawhid, diffuseurs des livres publiés par l’association International Islamic Federation of Student Organizations (IIFSO) dont le siège est à Riyad en Arabie saoudite.

18Dans d’autres cas, une association/édition utilise les services d’une librairie islamique pour la diffusion de ses publications auprès d’autres associations islamiques. Une association (en France ou hors de France) peut également devenir le client privilégié d’une autre association. La première écoule les publications de la seconde, à des tarifs préférentiels auprès de ses adhérents et sympathisants (lors des foires par exemple). Elle peut aussi devenir diffuseur auprès des librairies islamiques.

19Une association hors de France utilise les services d’une association/édition en France pour la publication des écrits de ses responsables. Cette forme d’association dans la publication n’est possible qu’à la condition que les deux associations aient les mêmes objectifs et qu’elles visent les mêmes lecteurs. C’est le cas de l’association Musulmans Musulmanes de Suisse et de l’Union des jeunes musulmans de Lyon (dont les membres sont propriétaires de la librairie et maison d’édition Tawhid) qui ont pour sympathisants et lecteurs les jeunes musulmans francophones.

20Par le canal de la distribution par correspondance, l’UOIF qui chapeaute l’entreprise Euro-Média, diffuse aussi bien ses publications, que celles d’associations/éditions (Tawhid, IIFSO, AEIF), d’éditions/librairies (al-Qalam, Essalam, al-Azhar) et autres (Créadif, That Esalasil, Nouvelle Cité Rencontre, La Pensée universelle, Maisonneuve et Larose).

  • 9 Sur les 14 titres publiés par l’AEIF et par 8 auteurs différents, 4 ont été écrits sous la plume d (...)
  • 10 Cf. Annexe 5, Les maisons d’édition, Les Éditions Confluent, p. 208.
  • 11 Votre chemin à l’Islam (1993), traduit et commenté par Abdallah Ben Mansour (un des responsable de (...)
  • 12 L’éducation des enfants en Islam, 1995, édité par LFFM.
  • 13 Cf. Annexe 5, Les maisons d’éditions, Éditions Confluent, p. 208.

21S’il est quasi-impossible de dégager à partir des statuts des associations leur tendance politico-religieuse, celle-ci est plus visible dans le cas où elles seraient éditrices. Elles donnent la préférence à des auteurs engagés dans un mouvement religieux et/ou une association islamique9. Les éditeurs-membres d’associations peuvent être en même temps auteurs. Les livres écrits par le comité de rédaction d’une association ne sont pas rares ; c’est le cas de l’AEIF10, l’UOIF11, la LFFM12 et le Centre socio-culturel de la mosquée Dacwa13.

  • 14 Cf. Annexe 5, Les maisons d’éditions, Éditions al-Bouraq, p. 211.

22Pour la diffusion de leurs premiers écrits, des auteurs utilisent souvent les services d’une édition-association avant d’être publiés par d’autres maisons d’édition qui n’ont pas une structure associative. L’association, grâce à ses lecteurs potentiels et à son réseau de distribution, devient un tremplin pour l’auteur afin d’être connu et reconnu par ses consommateurs. C’est le cas de Tariq Ramadan dont les premiers écrits ont étépubliés par l’Union des jeunes musulmans avant qu’il ne se dirige pour les suivants vers les Éditions al-Bouraq14.

PRODUCTEURS LOCAUX POUR UNE CONSOMMATION LOCALE

  • 15 Cf. Annexe 5, Les maisons d’édition, Éditions Tawhid, p. 209.
  • 16 Cf. Annexe 5, Les maisons d’édition, Éditions al-Qalam, p. 210.

23Les éditeurs publient généralement des auteurs contemporains. À partir du catalogue de Tawhid et sur les 18 titres qu’elle a édités, produits par 12 auteurs différents, 11 sont des auteurs contemporains15. Le catalogue d’al-Qalam16 propose 24 titres produits par 19 auteurs dont 18 sont des auteurs contemporains. En répertoriant les auteurs dont les écrits sont publiés par les éditeurs locaux, on observe que dans leur majorité ils résident en France ou dans un autre pays européen (Belgique, Suisse, Allemagne). Parmi les auteurs qui ne résident pas en France, on rencontre d’une part ceux qui, vivant dans leurs pays d’origine ou dans un autre pays musulman, font fréquemment des séjours en France sur invitation d’associations religieuses pour donner dans leurs lieux de culte des causeries, des conférences et/ ou assurer des cours dans les instituts créées par ces dernières comme dans le cas d’Abu Bakr Djaber al-Jazayrî, Muhammad al-Ghazali, Youssef al-Qardhawî, d’autre part ceux qui ont précédemment vécu en France sous le statut d’étudiant dans une université française.

  • 17 Pour les différentes actions de Yacoub Roty auprès des jeunes, cf. G. Kepel, Les Banlieues de l’Is (...)

24Les auteurs ont un contact direct avec leurs consommateurs. Si les lecteurs connaissent déjà les auteurs, ces derniers les connaissent aussi, et c’est en fonction de leurs attentes (que les lecteurs expriment verbalement lors d’un prône ou d’une conférence) qu’ils deviennent écrivains. Leur engagement aboutit à l’écriture. En effet, la majorité des auteurs sont engagés dans la réislamisation des jeunes musulmans francophones, soit en leur qualité de membres d’association, soit en leur qualité de convertis à l’Islam. Grâce à leurs écrits, on peut relever les différentes actions des nouveaux convertis qui touchent particulièrement les fractions les plus jeunes (enfants et adolescents) de la communauté musulmane. Malika Dif, convertie à l’Islam, concernée par tous les problèmes de la communauté musulmane, mène aussi une action engagée auprès des jeunes pour les aider à mieux assumer leur Islam en Occident, en démontrant que l’on peut être musulman et vivre en France. En sa qualité de française, il lui est d’autant plus facile de l’affirmer qu’elle le vit elle-même et qu’elle en tire un enrichissement17.

  • 18 L’auteur peut être imam d’une mosquée.
  • 19 Hassan Amdouni enseigne à l’Institut des études islamiques de Paris.

25Les éditeurs diffusent les écrits d’auteurs déjà connus par le lectorat local. Avant de lire leurs écrits, les lecteurs connaissent déjà et de diverses manières les auteurs. Ils peuvent les découvrir grâce à leurs conférences et colloques diffusés sur cassettes. Soulignons que la majorité des auteurs diffusés par les éditeurs locaux sont aussi producteurs de discours sur cassette. Ils les croisent dans des espaces de sociabilité, lieux de culte18 et à l’occasion des foires du livre islamique et réunions. Les auteurs sont membres d’associations qui ont pour sympathisants des lecteurs. Dans le cas où ils poursuivraient des études dans un institut, les lecteurs ont pour enseignants ces auteurs19.

26Si la proximité des lecteurs aide l’éditeur dans le choix de livres à publier, celle de l’auteur l’aide à répondre rapidement aux demandes du lectorat. Les éditeurs diffusent les écrits d’auteurs connus par le lectorat. La relation directe avec sa clientèle en tant que libraire-éditeur ou membre d’association-éditeur, présente un autre avantage, d’ordre économique ; le risque d’échec, les invendus, est minime. L’éditeur ne crée pas un besoin, mais y répond en fonction des demandes du lectorat. Là, ce n’est pas l’offre qui engendre la demande mais le contraire : l’offre s’adapte à la demande. Cette manière de faire trahit les préoccupations commerciales de l’éditeur. Bien que les éditeurs s’en défendent, d’autres raisons nous poussent à avancer cette hypothèse. L’édition semble être une autre forme de commercialisation de l’Islam.

  • 20 Une des publications des Éditions al-Qalam a été rédigée par le responsable de cette maison d’édit (...)

27Une partie des livres sont édités à la suite des questions des lecteurs. L’éditeur/ libraire ou/et membre d’association demande à un « auteur » de le lui écrire. Il arrive même qu’il lui donne la documentation et le synopsis. Pour l’éditeur le choix de publier un auteur relève dans certains cas de relations amicales ou familiales20.

28Comme chez leurs confrères libanais, la diffusion d’un livre ne nécessite pas une étude de marché. Aussi bien pour les éditeurs libanais que pour ceux qui sont installés en France, les foires du livre sont de véritables baromètres pour connaître les fluctuations, les tendances du marché. Les éditeurs en France ont en outre l’avantage d’avoir d’autres moyens de le connaître. Contrairement aux éditeurs libanais ils n’ont pas besoin d’intermédiaires, ils ont un contact direct avec les consommateurs de leurs produits. Ils sont aussi libraires ou membres d’associations.

IRRÉGULARITÉS

  • 21 Cet éditeur a voulu réparer cet abus en proposant des centaines d’exemplaires à l’association.
  • 22 Cf. S. Sellam, Éditions de la Radio du Monde Arabe, Paris le 11 mars 1996. Objet : Éditions pirate (...)

29L’importance de l’aspect financier dans la manière d’agir des éditeurs est aussi perceptible dans des irrégularités qui sont le fait de certains d’entre eux. Bien que rarement pratiqué, il est possible de relever certains cas de piratage. Comme au Liban on retrouve en France des cas d’éditions pirates. La traduction du Coran par Hamidullah Muhammad éditée par le Club du Livre et dont les bénéficiaires sont les responsables de l’AEIF, a été piratée par un libraire-éditeur parisien21. Suite à une faillite frauduleuse de sa société, un éditeur a créé une nouvelle maison d’édition. À ce changement du nom de la maison d’édition s’ajoute un changement du titre d’un même livre. Cette initiative illégale a amené beaucoup de lecteurs à acheter deux fois le même texte22.

30Il arrive que des titres édités en France soient piratés au Liban et vendus sur le marché français. Le Licite et l’Illicite en Islam de Youssef al-Qardhawî, édité par le soin des Éditions al-Qalam à Paris, a été piraté par un éditeur libanais qui l’a diffusé auprès de son représentant marseillais.

31Contrairement au Liban où les fraudes sont rarement punies, en France elles sont sanctionnées. L’édition/pirate de la traduction du Coran est la raison avancée par le syndicat des éditeurs religieux pour refuser la demande d’adhésion de cet éditeur/pirate. Le recours à la législation française a permis aux Éditions al-Qalam, le retrait des exemplaires piratés de leur ouvrage.

  • 23 Selon la rumeur, un éditeur libraire serait un pourvoyeur de kif importé du Maroc.

32Certains éditeurs s’orientent vers la réédition d’ouvrages épuisés. Cette spécialité peut être considérée comme une autre forme de piratage. Elle consiste à « rééditer » des ouvrages diffusés initialement par des maisons d’édition françaises sans préalablement demander leur autorisation. Une autre irrégularité est le fait que l’édition déguise d’autres commerces moins licites23.

L’ÉDITION, UNE FONCTION SECONDAIRE

  • 24 Beaucoup d’éditeurs se situent en dessous de cette moyenne. Par exemple l’AEIF a édité4 titres en (...)
  • 25 En deux ans, Essalam n’a publié que 5 titres.

33Des données récoltées, il résulte une impression de brouillon. Cette dernière est due au fait que les éditeurs n’ont pas réellement de projet éditorial. Il est difficile de dégager de ces différentes données une cohérence dans le choix des éditeurs. Chez les éditeurs libanais, le nombre des publications se situe autour de cinquante titres par an (rééditions non comprises) alors que chez les éditeurs locaux il chute à cinq24. Là, l’édition est une fonction secondaire par rapport à ceux qui la pratiquent. Vu le nombre de livres édités, particulièrement chez les libraires25 l’édition n’est pas leur spécialité ; elle apparaît plutôt comme une fonction secondaire. Elle a pour principal objectif d’infléchir leur chiffre d’affaire en fonction des opportunités qui se présentent (questions de leurs clients, proximité des auteurs, subventions d’associations). Pour eux, l’édition est une réponse ponctuelle à une demande. Cette manière de faire où le gain est leur principale motivation n’est pas rentable dans le long terme. Pour les associations, l’édition exprime l’évolution de la communauté musulmane qui fréquente leurs lieux de culte. À une population de travailleurs succède et s’ajoute une deuxième et troisième génération dont le niveau intellectuel est plus élevé que la précédente. L’initiative d’éditer n’est pas de leur fait, elle serait une réponse à ce nouveau besoin. Pour les responsables d’associations, l’édition entre dans le cadre d’un programme d’activités culturelles. Grâce à de nouvelles animations, la mosquée espace cultuel devient un espace d’échange. Cette activité succède d’une part à une activité religieuse : création de lieu de culte, objectif premier de ces associations ; d’autre part à d’autres activités culturelles : la mosquée Dacwa propose à ses adeptes des cycles de conférences ; l’UOIF, la Foire du livre islamique et des colonies de vacances ; la LFFM, le soutien scolaire. Les associations qui au fil du temps ont intégré l’édition dans leurs activités sont parmi celles qui ont le plus d’audience auprès des musulmans. L’édition vient couronner et confirmer la légitimité et la représentativité de l’association qui a cette activité.

34Trois activités ou fonctions sont en relation étroite sinon symbiotique avec le milieu éditeur : la distribution, la librairie et la représentation associative. Chacune de ces activités, liées au milieu du livre, peut mener à l’édition, mais dans ce cas la motivation justifiant le « passage à l’acte » éditorial est toujours exclusivement commerciale. Elle est cependant moins perceptible chez les éditeurs dont la maison d’édition a une structure associative. En comparant le prix des livres diffusés par les éditions-associations et les éditions/librairies, on remarque qu’il est plus bas chez les premières que chez les secondes.

  • 26 Un titre de T. Ramadan coûte 15 euros chez Tawhid et 18 euros chez al-Bouraq.

35Le prix d’une publication d’un même auteur est différent selon qu’il est diffusé par un éditeur ou par une association26. Comme la rentabilité n’est pas le principal objectif de ces associations, à quelles autres finalités répondrait l’édition ? Pour les associations, l’aspect commercial est remplacé par un projet plus social, la réislamisation des jeunes musulmans francophones. Deux hypothèses, confirmées en partie par les éditeurs, peuvent être avancées pour justifier le prix bas de leurs publications : elles sont subventionnées par le fond de l’association ; les auteurs cèdent en outre leurs droits. De la saisie du manuscrit à sa vente, une publication est le fait du travail de bénévoles. Seuls les frais d’impression sont à la charge de l’association qui en couvre une partie par la vente. Par ailleurs, les éditions-associations peuvent pratiquer des prix bas, vu l’importance et la diversité de leurs canaux de distribution : leurs locaux où se situe un point de vente, les librairies, les autres associations, les foires du livre islamique – particulièrement celle de l’UOIF qui regroupe une myriade d’associations.

36Qu’ils soient membres d’associations ou libraires, leurs publications sont relativement peu chères. Le prix se justifie par la qualité de l’ouvrage. Pour l’impression de leurs publications, ces éditeurs utilisent les services de petits imprimeurs dont les machines ne sont pas toujours très performantes. Le prix bas du livre se justifie aussi par le nombre de pages qu’il comprend. Il dépasse rarement les cinquante pages. Ces publications font plus penser à des brochures qu’à des livres. Le format choisi par ces éditeurs pour leurs publications est un moyen d’avoir un nombre de pages suffisant pour qu’elles soient considérées comme des livres. Pour justifier le choix de ce format (qui correspond ou qui est proche de celui du livre de poche), les éditeurs avancent comme argument son aspect pratique pour le lecteur.

37Aux années grasses succèdent les années maigres. La concurrence est telle qu’elle aboutit à la saturation du marché. Elle se traduit par la multiplication des éditeurs. Certains parmi eux publient les mêmes titres que ceux de leurs confrères. Il est plus facile de relever les maisons qui n’ont pas publié un ouvrage sur la pratique religieuse que celles qui l’ont fait. D’autres raisons peuvent être avancées pour expliquer la perte de leurs clientèles qu’on peut diviser en deux groupes : la clientèle locale et la clientèle extérieure. La première ne se satisfait plus des publications que leurs proposent les éditeurs ; elle demande d’autres types d’ouvrages. A la perte de cette clientèle immédiate s’ajoute une clientèle extérieure qu’on peut à son tour partager en deux. La clientèle de passage constituée de touristes venant de pays musulmans (particulièrement du Maghreb) est confrontée aux difficultés d’obtenir un visa d’entrée en France ; cette difficulté se répercute directement sur le chiffre d’affaires de l’éditeur. L’autre clientèle extérieure, rarement citée par les éditeurs et néanmoins importante, est composée par des organisations islamiques. Les éditeurs nient percevoir des subventions émanant d’organisations religieuses installées en Europe ou à l’Étranger. Néanmoins leurs relations privilégiées avec ces dernières, perceptibles dans le cas où elles les fournissent, peuvent être considérés comme une forme de subvention. Il arrive que ces organisations achètent à ces éditeurs plus de 10 000 exemplaires de leurs publications pour à leur tour les distribuer gratuitement à d’autres institutions. Le contrôle de ces relations, qui dans certains cas déguise des subventions, par les autorités françaises a eu lui aussi un impact négatif sur le chiffre d’affaire de ces éditeurs.

38Face à l’essoufflement des ventes qui laisse craindre une crise dans ce secteur, les éditeurs se trouvent confrontés à une alternative : soit disparaître soit renouveler leur créneau éditorial par une diversification de leurs productions. C’est le cas des Éditions Ennour qui de plus en plus publient des ouvrages non islamiques comme les rééditions d’ouvrages épuisés d’orientalistes édités initialement par Vrin et Maisonneuve ou des ouvrages de grammaire. Comme l’exprime le propriétaire des Éditions al-Qalam : « À sa création, notre maison d’édition avait pour but de publier et de traduire exclusivement des ouvrages islamiques. Aujourd’hui nous avons un autre projet qui est l’édition d’ouvrages d’histoire et de littérature arabe. »

  • 27 Au dos de chaque publication on peut lire : « Pour le développement et la diffusion d’une connaiss (...)

39Ce projet trahit en fait les difficultés que rencontre cet éditeur à se défaire des publications islamiques. Aux éditeurs qui diffusent l’Islam sous son aspect cultuel ou qui font son apologie, succèdent ceux qui le diffusent sous forme de dialogue. Si le premier type de livres risquait d’enfermer son consommateur dans sa spécificité (qu’il peut parfois exacerber) le second type a pour objectif selon ces nouveaux éditeurs l’effet inverse. Les éditions qui viennent d’être créées profitent de l’expérience des maisons qui les ont précédées. Chez elles, le livre dogmatique est peu ou pas représenté. Aucun titre des publications de Confluent ne traite de l’Islam sous son aspect cultuel. Elles ont pour objectif de proposer à leurs publics une autre facette de la culture islamique ; la dimension cultuelle est prise en charge par les autres éditeurs qui les ont précédées. Créée en juin 1996, cette maison d’édition est représentative des nouvelles orientations de l’édition locale. Elle a pour ligne éditoriale la diffusion des conférences ayant eu lieu au sein de son lieu de culte, la mosquée Dacwa. Cette ouverture s’exprime de différentes manières. Le nom de la maison d’édition « Confluent » est un indice qui traduit déjà cette ouverture. Comme le rappelle son responsable : « Notre maison d’édition et ses publications ont pour but de faire ressortir les éléments de confluence des deux civilisations27. » Elle se traduit, comme le souligne parfois le titre des conférences, par le dialogue : « Des Chrétiens parlent aux Musulmans » ; « Parle-moi de Mohamed je te parlerai de Jésus » ; « Comment les Chrétiens de France apprennent à connaître les Musulmans ».

40L’analyse des titres indique que l’Islam ne se limite plus à son aspect cultuel mais aussi culturel. Jusqu’à présent les Éditions Confluent ont diffusé (sous forme de cassettes audio et vidéo) les interventions de nombreux conférenciers divisibles en deux groupes : les musulmans et les non-musulmans. Ces derniers sont deux fois et demie mieux représenté s que les premiers. Dès lors l’écriture n’est plus monopolisée par une confession religieuse qui la cautionne. Néanmoins parmi les non-musulmans, le tiers est constitué par des hommes d’Église.

41Il faudrait toutefois relativiser cette ouverture ; elle s’exprime par le biais de personnes ayant une perception religieuse de la société. Selon le responsable des Éditions Confluent, le dialogue avec des hommes d’Église qui se manifeste aujourd’hui par leur présence en tant qu’intervenants au sein du programme d’activités de la mosquée est le fruit d’anciennes relations : « Les locaux de la mosquée furent précédemment ceux d’une église ; ce dialogue résulte aussi de la volonté de certains hommes d’église de connaître les Musulmans. »

  • 28 Cf. programme des séminaires et ses intervenants pour l’année 96/97.

42Si dans le programme des séminaires de la mosquée Dacwa, dont certaines conférences se transforment en publications, fait apparaître la présence d’hommes religieux, les laïcs y trouvent de plus en plus une place de choix : directeur et membre de revue scientifique, conservateur de musée, directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études, chercheur au CNRS, professeurs d’universités européennes28.

43Sur les conférences diffusées déjà en cassettes vidéo, certaines sont déjà proposées sous forme de livres : Moïse et l’Exode. Les écritures saintes et l’histoire de Maurice Bucaille, Les sciences dans la civilisation musulmane de Régis Morelon, Histoire de la médecine arabe d’Anne-Marie Moulin, La Coopération nord-sud dans les domaines sanitaires et sociaux de Frédéric Jésu et La Place du Prophète dans l’Islam de Jean Michot.

44La nouvelle orientation éditoriale se manifeste dans les sujets choisis et dans la manière de les appréhender. Ces thèmes apparaissent comme neutres ; par neutres nous entendons des sujets qui n’alimentent pas la polémique comme celui de la femme. Au conflit Occident-Islam, thème récurrent dans la littérature islamique contemporaine, se substitue un autre débat d’ordre économique et non plus religieux. La Coopération nord-sud à partir des domaines sanitaires et sociaux permet à Frédéric Jésu d’analyser le conflit entre ces deux sphères et de relever les inégalités. Même en présence d’un sujet religieux, autre qu’islamique, comme celui traité par Maurice Bucaille, la polémique n’est plus de rigueur ; au contraire l’auteur montre non pas les divergences des deux religions juive et musulmane, mais la concordance de leurs écritures sur des faits historiques. Là, la science n’est plus traitée comme une argumentation religieuse prouvant la validité et la supériorité de l’argumentation islamique ; elle est un lieu d’échange où les civilisations arabe et occidentale viennent se ressourcer l’une au contact de l’autre comme le reflète l’ouvrage, Histoire de la médecine arabe.

45Pour les Éditions Confluent, la diffusion des conférences a pour objectif, non pas de toucher un public déjà acquis, les fidèles de la mosquée, qui ont assisté directement aux conférences, mais un public plus large, particulièrement les non-musulmans afin de leur présenter une nouvelle image de l’Islam qui s’opposerait à celle véhiculée par les médias. Pour le responsable de cette maison d’édition, atteindre cet objectif n’est pas toujours aisé. Il constate que cette orientation, qui ne situe plus l’Islam et sa civilisation exclusivement sous un angle religieux, ne rencontre pas toujours, aussi bien chez une fraction de musulmans que de non-musulmans, un écho favorable. Chez les deux, cette résistance exprime selon cette personne une peur. Les premiers perçoivent cette ouverture comme un élément déstabilisateur de leur identité. Chez les seconds, elle ébranle leurs préjugés.

  • 29 Les publications des Éditions Confluent sont vendus par exemple chez Avicenne comme Le Développeme (...)

46Cette ouverture se traduit matériellement par le basculement d’un support à un autre et par un accroissement des canaux de distribution d’autre part. Pour l’éditeur le passage de la cassette au livre est le moyen d’atteindre un public de lecteurs. Par public de lecteurs, cette personne entend la société française qui est une société d’écriture, contrairement à celles dont sont originaires les musulmans, où la tradition orale prime. La diffusion de leurs publications ne se limite plus aux quartiers de la rive droite. Elles traversent la Seine et sont vendues sur l’autre rive, dans les librairies arabo-musulmanes29. Les Éditions Confluent utilisent pour la distribution de leurs publications deux canaux de diffusion. Le premier est représenté par le gérant d’une librairie islamique qui est leur relais auprès des autres associations islamiques ; le second est une société française de diffusion permettant à leurs publications d’être représentées à la FNAC.

47Selon d’autres sources, il faudrait plutôt appréhender cette ouverture à partir d’un angle politique. Pour cela elles avancent deux raisons qui l’expliquent. Cette nouvelle orientation éditoriale prise à l’initiative du recteur qui parallèlement dirige la collection « L’Islam tel quel » serait pour lui un moyen de « redorer son blason » auprès de la DST. Assigné à résidence lors de l’affaire de Folembray (août 1994) en raison de ses éventuelles relations avec les milieux islamistes, le type de publications qu’il propose aujourd’hui viendrait contredire cette réputation. Cette nouvelle orientation éditoriale serait aussi l’une des conséquences de la nouvelle politique française (de droite) à l’égard des musulmans en France et de leurs représentants, récupérés selon certains par le pouvoir.

48L’édition locale souligne encore une fois l’importance et le rôle des associations dans la lecture du livre religieux. Importante d’un point de vue numérique c’est aussi en son sein qu’on rencontre les maisons qui diffusent relativement le plus de livres. Elles produisent le lecteur et ultérieurement lui produisent ses lectures.

  • 30 Par exemple les Éditions Ennour à Paris et Dar al-Kotob al-Ilmiyah à Beyrouth.

49La création de l’édition locale n’a pas eu pour conséquence la marginalisation de l’édition libanaise sur le marché français. Si elle perd sa place concernant le livre islamique contemporain en français, récupéré par les éditeurs locaux, son avenir est toujours assuré. Elle est en outre sollicitée par les gérants des librairies islamiques concernant ses publications non religieuses, pour répondre aux nouvelles demandes des clients de ces derniers. Les relations entre éditeurs au Liban et en France soulignent leur complémentarité. Il arrive qu’un titre soit le produit d’une coédition entre un éditeur local et un éditeur libanais30. Certains éditeurs-libraires font appel à leurs confrères au Liban pour l’impression de leurs publications.

Notes

1 Cf. chapitre 5.

2 Par exemple Précis des sciences du hadith de Amdouni Hassan.

3 Cf. Annexe 5, Les maisons d’édition, Éditions Tawhid, p. 209, Éditions al-Qalam, p. 210, Éditions al-Bouraq, p. 211.

4 À titre d’exemple cf. Riyâd as-Sâlihîn édité par Dar al-Fikr (Beyrouth/Liban) et par les Éditions Alif (Lyon).

5 Sauf pour les livres destinés aux enfants.

6 Éditions/librairie : Tawhid ; Al Azhar librairie/ Éditions Chama ; Alif ; Al Imen ; al-Qalam ; Ennour ; Essalam ; El-Bouraq.

7 Éditions/association : Tawhid / Union des jeunes musulmans ; Ligue mondiale islamique ; Centre islamique Al Hidayah al Islamiyyah ; Union des organisations islamiques de France ; Association des étudiants islamiques de France ; Intégrité Ligue française de la femme musulmane ; Confluent Ed./Mosquée Dacwa.

8 Cf. Comprendre l’Islam, Association des étudiants islamiques en France, Paris, 1973, p. 13.

9 Sur les 14 titres publiés par l’AEIF et par 8 auteurs différents, 4 ont été écrits sous la plume de Hamidullah Muhammad et 1 par Mawdudi ; sur 18 titres édités par Tawhid, les Ramadan ont une place privilégiée : 5 sont écrits par les deux frères Ramadan, responsables de l’association Musulmans/ Musulmanes de Suisse et petits fils de Hassan al Banna, fondateur des Frères musulmans et 3 par Said Ramadan al Bouti, frère musulman syrien.

10 Cf. Annexe 5, Les maisons d’édition, Les Éditions Confluent, p. 208.

11 Votre chemin à l’Islam (1993), traduit et commenté par Abdallah Ben Mansour (un des responsable de l’UOIF) et Bakiba Diabi.

12 L’éducation des enfants en Islam, 1995, édité par LFFM.

13 Cf. Annexe 5, Les maisons d’éditions, Éditions Confluent, p. 208.

14 Cf. Annexe 5, Les maisons d’éditions, Éditions al-Bouraq, p. 211.

15 Cf. Annexe 5, Les maisons d’édition, Éditions Tawhid, p. 209.

16 Cf. Annexe 5, Les maisons d’édition, Éditions al-Qalam, p. 210.

17 Pour les différentes actions de Yacoub Roty auprès des jeunes, cf. G. Kepel, Les Banlieues de l’Islam, naissance d’une religion en France, Paris, 1987, p. 366.

18 L’auteur peut être imam d’une mosquée.

19 Hassan Amdouni enseigne à l’Institut des études islamiques de Paris.

20 Une des publications des Éditions al-Qalam a été rédigée par le responsable de cette maison d’édition.

21 Cet éditeur a voulu réparer cet abus en proposant des centaines d’exemplaires à l’association.

22 Cf. S. Sellam, Éditions de la Radio du Monde Arabe, Paris le 11 mars 1996. Objet : Éditions pirates de livres sur l’Islam, document remis par l’auteur.

23 Selon la rumeur, un éditeur libraire serait un pourvoyeur de kif importé du Maroc.

24 Beaucoup d’éditeurs se situent en dessous de cette moyenne. Par exemple l’AEIF a édité4 titres en 1994, 2 en 93, aucun en 92 et 3 en 91.

25 En deux ans, Essalam n’a publié que 5 titres.

26 Un titre de T. Ramadan coûte 15 euros chez Tawhid et 18 euros chez al-Bouraq.

27 Au dos de chaque publication on peut lire : « Pour le développement et la diffusion d’une connaissance de l’Islam tel quel, connaissance objective, libératrice, favorable à une participation fécondatrice dans le cadre d’une diversité enrichissante. »

28 Cf. programme des séminaires et ses intervenants pour l’année 96/97.

29 Les publications des Éditions Confluent sont vendus par exemple chez Avicenne comme Le Développement des sciences dans la civilisation musulmane de Régis Morelon, Histoire de la médecine arabe d’Anne-Marie Moulin.

30 Par exemple les Éditions Ennour à Paris et Dar al-Kotob al-Ilmiyah à Beyrouth.

© CNRS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540