Version classiqueVersion mobile

Les réseaux du livre islamique

 | 
Soraya El Alaoui

Chapitre 5. L’édition libanaise

Texte intégral

  • 1 En 1995 et sur trente maisons d’édition, dix-sept sont libanaises (ou installées au Liban) et trei (...)

1Les ouvrages proposés à la vente dans les librairies islamiques ou à la consultation dans les associations et lieux de culte musulmans marquent l’orientation de cette littérature et font apparaître les maisons d’édition qui les diffusent1. L’importance de l’édition libanaise (aussi bien en nombre de titres que d’exemplaires) nous invite à nous interroger sur sa place dans l’édition arabe. L’Égypte et le Liban représentent à eux deux plus de 80 % de l’édition arabe. Alors que l’Égypte détient la première place, elle est très mal représentée dans les livres vendus dans les librairies islamiques. L’excellente représentation du livre libanais sur le marché parisien s’explique en partie par le fait que les Libanais ont longtemps détenu le monopole du réseau de distribution du livre arabe en France. Comment comprendre l’importance de ce pays dans l’édition alors que les livres recensés ont été publiés dans leur majorité durant les années 1980 qui correspondent aux années de guerre qu’a connues ce pays (1975-1990) ? Selon quels critères les éditeurs se basent-ils pour publier un livre ? Est-ce en fonction d’objectifs culturels ou commerciaux (ou les deux à la fois) ? Quel impact peuvent-ils avoir, par leur choix d’ouvrages sur la production écrite ?

  • 2 Le dépôt légal est l’obligation faite aux éditeurs de déposer des exemplaires de leurs publication (...)

2Il est impossible d’apporter des réponses à ces interrogations car des informations fiables dans ce domaine n’existent pas : le Liban est absent des statistiques de l’UNESCO et l’on ne trouve pas plus de données officielles sur place. La raison donnée, qui devient un réel leitmotiv dès que l’on réclame des chiffres, est que le Liban a souffert d’une guerre qui a duré15 ans, et le dépôt légal2 n’est pas toujours respecté.

  • 3 J. Nasrallah, L’Imprimerie au Liban, 1949, Harissa.
  • 4 W. Gdoura, Le Début de l’imprimerie arabe à Istambul et en Syrie, 1706-1787, Tunis/Tunisie, 1985.
  • 5 I. Adel, Le Liban, histoire d’un peuple, 1965, S. Kuri, Une histoire du Liban à travers les archiv (...)

3Alors que le Liban est considéré comme le pôle de l’imprimerie arabe, cette question n’a pas réellement suscité l’intérêt des chercheurs. Les rares études concernant l’imprimé au Liban, ont été néanmoins abordées de différentes manières. L’approche historique regroupe essentiellement les travaux de Joseph Nasrallah3 et de Wahid Gdoura4. Ces auteurs marginalisent de leur champ de recherche les communautés non chrétiennes. L’imprimerie est essentiellement appréhendée à travers le prisme des relations entre chrétiens d’Orient et ceux d’Occident. De manière détournée, on peut néanmoins glaner des informations sur l’imprimerie dans les ouvrages qui traitent de l’histoire du Liban particulièrement quand ils sont l’œuvre d’auteurs libanais5.

  • 6 L’Édition au Liban, étude bibliologique et sociologique, (thèse), université Saint Joseph, faculté (...)
  • 7 Tijârat al harf al-matbûc, nashr al-kitâbfîlubnân wa tawzîcahu fîal-calâm al-carabî, Beyrouth, 199 (...)

4Maud Estefan propose deux différentes manières d’appréhender l’édition au Liban ; la première est une approche bibliologique et sociologique6 alors que la seconde est d’inspiration économique7 ; là, elle aborde l’imprimé comme un produit commercial et non pas comme un produit culturel qui véhicule un sens.

  • 8 La Production des imprimés non périodiques au Liban de 1733 à 1920. Étude bibliométrique, thèse, U (...)
  • 9 S. Rosiny, Shia’s publishing. With special reference to islamic and islamist publications, Berlin, (...)

5Joumana Boustany, quant à elle, nous présente dans sa thèse une approche bibliométrique8. Elle nous dévoile le centre d’intérêt des Libanais pour les différentes classes représentatives du savoir humain. La religion monopolise cette production, ce qui laisse supposer que pour le xviiie, xixe et le début du xxe siècle, le Liban est immergé dans ses croyances. Cette thèse a pour cadre la période qui précède la création de l’E tat libanais (1920) ; alors que celles de Maud Estefan et de Stephan Rosiny9 s’amorcent avec la création du Liban.

6Stephan Rosiny nous offre une approche communautariste de l’imprimé en focalisant sa recherche uniquement sur l’édition chiite qui est de plus en plus représentée dans l’édition libanaise.

7À ces sources parcellaires, à la caducité ou à l’absence de certaines informations, s’ajoutent la réédition et le piratage qui contribuent à rendre la tâche encore plus difficile quand on veut quantifier la production réelle de ce pays afin de voir ses différentes orientations.

8L’analyse des réseaux qui gravitent autour du livre pourrait combler cette production diverse et lacunaire, la compléter par une étude des pratiques sociales qui donnent par ailleurs un aperçu plus adéquat des réalités de la société libanaise. C’est cette approche « sociologique » fondée non plus sur l’étude de l’imprimé stricto sensu, mais aussi sur la considération de tout ce qu’il permet de lire qui sera l’objet de ce texte. Comprendre la place qu’occupe aujourd’hui le Liban dans l’édition arabe passe nécessairement par une analyse des réseaux éditoriaux. L’étude de ces derniers révèle en outre les stratégies d’investissement des éditeurs et leur capacité à mobiliser leur réseau relationnel pour faciliter la distribution de leur production, qui est leur point fort.

LES AVANTAGES DE L’ÉDITION LIBANAISE

  • 10 Les médicaments et les livres sont les seuls produits à être exonérés d’impôts.

9À la concentration des éditeurs à Beyrouth, s’ajoute celle des imprimeries (employant un personnel de haute technicité), des banques et d’un important réseau de transport ; autant d’infrastructures que d’avantages dont bénéficient les éditeurs dans cette ville. Le système économique du Liban, sur le modèle d’une économie libre, présente en outre d’autres avantages qui se répercutent sur la fabrication du livre. Le livre au Liban, comme tout ce qui entre dans sa composition, encre, papier, plaquettes, etc., est exonéré d’impôts10. L’absence de taxation douanière sur les produits importés comme l’absence d’imposition fiscale sur la composition et l’exportation du livre contribue à diriger beaucoup de commerçants libanais vers cette profession. Le Liban attire en outre des éditeurs arabes et même égyptiens. Ces derniers, en raison des nombreuses taxes appliquées dans leur pays et qui touchent aussi bien les matériaux que le produit fini, émigrent vers le Liban.

  • 11 Cf. intervention de M. Sheniti, dans « Le livre arabe et l’édition en Égypte », Bulletin du CEDEJ, (...)

10La création du livre comme sa diffusion n’implique pas de contraintes administratives. Quand l’éditeur a trouvés on acheteur et que le livre est imprimé, il fait appel aux services d’un exportateur. Ce dernier, avant de charger les conteneurs qu’il a préalablement loués, remplit un formulaire, auquel il adjoint le bon de commande de l’éditeur, qu’il dépose à la Sûreté Nationale ; celle-ci a pour principale fonction de contrôler si parmi les livres il n’y aurait pas de publications censurées au Liban11. Dans le cas où des Corans figurent parmi les livres, l’exportateur est tenu de passer par Dar al-Fatwa qui vérifie s’il n’y a pas eu de fautes d’impression dans le texte coranique.

Imprimerie et distribution

  • 12 Pour l’édition égyptienne cf. Y. Gonzalez Quijano, Les Gens du livre. Édition et champ intellectue (...)
  • 13 Chiffre avancé par le ministre de la Culture lors de l’inauguration de la première foire internati (...)
  • 14 En 1980, le fondateur de Dar al-Gharb al-Islami quitte son pays, la Tunisie, pour s’installer au L (...)
  • 15 Entretien avec le responsable de Dar al-Gharb al-Islami, mai 1995, Beyrouth.

11Si l’on peut considérer l’Égypte12 comme le pôle de l’édition arabe, le Liban en est assurément l’imprimerie. Ce pays qu’on appelle le « berceau de l’alphabet » a une tradition d’imprimerie qui remonte au xviiie siècle. On y compte plus de 22013 imprimeries de haute technicité, qui attirent par ailleurs de nombreux éditeurs arabes14. Le choix des éditeurs arabes pour ce pays se justifie par la qualité et le nombre important des imprimeries, quasi-inexistantes dans leur pays d’origine. Au Liban il existe toute une gamme d’imprimeries qui permet d’éditer aussi bien des livres de qualité très moyenne comme d’excellente qualité, voire de luxe et qui peuvent même concurrencer ceux imprimés en Europe. Le sérieux, la rapidité dans le travail et le respect des dates de livraison différencient les imprimeurs libanais des Maghrébins. Pour ces derniers, l’impression d’un livre est secondaire. Enfin les matériaux utilisés pour l’impression des livres, importés par le Liban, justifient largement sa première place dans l’imprimerie arabe15.

  • 16 Le nom de famille d’un éditeur signifie l’imprimeur (at-tabbâc).
  • 17 Entretien avec le responsable de Dar al-Fikr, juin 1995, Beyrouth.
  • 18 R. Escarpit, Sociologie de la littérature, Paris, 1986, p. 61-62.

12C’est grâce à ses imprimeries que le Liban s’est forgé une réputation dans l’édition arabe. Le Liban n’édite pas au sens propre du terme mais imprime. Si on s’intéresse de près aux ouvrages édités dans ce pays on remarque qu’une grande partie, particulièrement les livres religieux surreprésentés dans l’édition libanaise, ont une origine égyptienne : la première édition (ou piratage) libanaise est en fait la réimpression d’une édition égyptienne. À part les éditeurs, peu nombreux, qui publient des ouvrages de composition, la fonction des éditeurs de turâth se résume à celle d’un imprimeur16. Parmi les entretiens avec des éditeurs spécialisés dans le livre religieux un seul le reconnaîtra : « Il y a une différence entre l’éditeur qui publie des livres contemporains laïcs et celui qui publie le turâth. Dans mon cas, il faut prendre le sens d’éditer dans celui d’imprimer et de diffuser17. » Dès lors, la définition de l’édition proposée par Robert Escarpit18, est amputée d’une de ses trois fonctions, choisir. Dans l’édition libanaise, elle se résume aux deux autres fonctions, la fabrication et la distribution.

  • 19 S. Spitzer, « Liban, la religion du livre », Jeune Afrique du 20-26 janvier 1998, p. 58-60.

13L’édition libanaise vit grâce à ses marchés extérieurs. Pour les éditeurs libanais, le marché intérieur dépasse rarement les 10 %. Les chiffres qu’ils avancent se situent généralement entre 5 et 10 %. La guerre du Liban est le meilleur argument pour expliquer que l’édition libanaise n’était pas faite pour le Liban. Pour Maroun Nehmé, responsable de la librairie Orientale, « c’est essentiellement parce qu’elle n’a pas touché ses consommateurs que la guerre n’a pas eu de réelles incidences sur l’entreprise éditoriale ». Un autre indice relevé par S. Spitzer illustre à son tour cette réalité : « Beyrouth compte plus d’imprimeries que de points de vente19. »

  • 20 Le propriétaire de Dar El-Jil est le distributeur des nombreuses maisons d’édition situées au Liba (...)

14Généralement les éditeurs ne font pas appel à un service de distribution ; ils assument le rôle de distributeur, ce qui accroît leur marge bénéficiaire. Certains éditeurs tirent leur force économique de la distribution20. Leur catalogue de distribution est aussi bien fourni en titres que ceux qu’ils publient. La distribution sous forme de « troc » permet à cet éditeur de vendre ses propres publications à d’autres maisons d’édition qui en échange vont profiter à leur tour de son réseau de distribution. Certains éditeurs possèdent en outre leur centre de distribution.

  • 21 À la première foire internationale du livre à Beyrouth on remarque cette caractéristique ; le Liba (...)

15Contrairement à l’édition égyptienne qui souffre d’une mauvaise distribution de sa production, et qui dans certains cas utilise les services de distributeurs libanais, l’édition libanaise doit sa force au réseau de distribution qu’elle a tissé dans les pays importateurs de sa production. Le phénomène de coédition, une caractéristique de l’édition libanaise facilite la diffusion de ses publications21.

  • 22 Par exemple, un des responsables de la société marocaine de distribution, Sochpress, est de nation (...)

16L’immigration des Libanais travaillant dans le domaine du livre (distributeurs, libraires) permet en effet à l’édition libanaise d’être bien implantée dans les pays importateurs de ses livres22. Les liens de parenté entre éditeurs au Liban et éditeurs/ distributeurs/ libraires à l’étranger contribuent à renforcer leur présence sur les marchés du livre.

Le réseau éditorial libanais et ses caractéristiques

17Différentes influences dépendantes de facteurs socio-confessionnels s’entremêlent à l’intérieur de ces réseaux. Les saisir c’est aussi comprendre les causes qui donnent à l’édition libanaise la place qu’elle occupe aujourd’hui au sein de l’édition arabe. Une étude des familles représentées dans l’édition comme de la diaspora libanaise aide à saisir ces liens.

18L’histoire de l’édition se confond avec l’histoire de familles dont les alliances matrimoniales seront mises au service de l’entreprise éditoriale. Les différentes ramifications de la famille Zayn qui chapeaute plusieurs maisons d’édition, comme la dispersion de ses membres (Liban, Iraq, Égypte, Maroc, Malaisie) sont représentatives des familles libanaises.

  • 23 La première imprimerie chiite a été fondée en 1910 à Saida par Ahmad cArıf al Zayn. Cf. S. Mervin, (...)
  • 24 S. Rosiny, Shia’s publishing. op. cit.

19S’attacher à cette famille23 c’est aussi s’intéresser de manière plus générale à l’édition chiite à laquelle elle appartient et dont les membres sont de mieux en mieux représentés dans l’édition libanaise. Une trentaine d’éditeurs libanais appartiennent à la famille Zayn24 ou ont un lien de parenté avec elle. En effet le pourcentage des éditeurs chiites augmente au détriment des éditeurs maronites qui avaient une place de choix dans l’entreprise éditoriale avant-guerre. On rencontre en outre chez les membres de la famille Zayn, les différents métiers du livre (imprimeur, éditeur, distributeur et libraire), parfois même ceux de l’écriture (auteurs mais surtout journalistes).

  • 25 Elle édite aussi pour des organisations islamiques internationales (Ligue mondiale islamique, Trip (...)

20Par les fonds éditoriaux et les marchés qu’elles exploitent, les maisons d’édition gérées par les Zayn sont représentatives de l’édition libanaise. Dans le cas du livre religieux, cette famille édite aussi bien des livres chiites que sunnites. Ainsi elle cumule indifféremment le marché chiite (Iran et Iraq) que le marché sunnite25.

21Son savoir-faire, son pouvoir d’adaptation aux conjonctures illustre bien celui des éditeurs libanais en général. Dar al-Kitab al-Lubnani imprime aussi ses livres en Espagne et en Malaisie. L’utilisation des imprimeries présentes dans ces deux pays se justifie, selon les propos de la responsable, par la proximité du marché maghrébin et dans le cas de la Malaisie qui fait partie de ses marchés, par la proximité de l’Indonésie et du Pakistan. À la raison avancée par l’éditeur, une autre explication semble mieux fondée. En effet, depuis la fin de la guerre, les autorités libanaises ont relevé les taxes douanières sur les matières premières entrant dans la composition du livre. Le faible coût de la main d’œuvre asiatique et les conditions fiscales dans ces pays comme l’absence de taxations douanières, attirent les éditeurs libanais. Ainsi le « choix » d’éditer hors du Liban traduirait, pour les éditeurs, leur adaptation à de nouvelles conjonctures économiques.

22Le milieu éditorial intègre des familles ayant une place privilégiée au sein de leur propre communauté : Nehmé, Bacalbakî, Nawfal, Irânî et Zayn. L’appartenance à une famille qui octroie à l’éditeur un pouvoir symbolique s’accompagne par une reconnaissance sociale qui lui facilite, politiquement et économiquement, la création comme la circulation de ses produits. À part les origines de l’éditeur, qui traduit parfois l’ancienneté de sa maison d’édition, d’autres facteurs contribuent à sa reconnaissance dans le milieu éditorial et de là à la bonne diffusion de sa production.

23La dimension politique semble avoir un impact important. Le terme politique ne doit pas être compris exclusivement dans un sens restrictif, affiliation à des idées, mais aussi dans le sens relationnel. Les relations de l’éditeur avec la politique ou plutôt avec des hommes politiques, doivent être associées à d’autres liens qui d’ailleurs sont étroitement liés. Elles dépendent souvent de relations familiales et/ou confessionnelles. Cette adéquation entre milieu politique et milieu éditorial est déjà perceptible dans les foires du livre au Liban. Chaque représentant politique, qui est aussi un représentant religieux, chapeaute une foire : le président de la République (maronite) la foire d’Antélias, le président du gouvernement (sunnite) la foire permanente du livre et le président du parlement (chiite) la foire internationale.

24Dans le cas de la première Foire internationale du livre au Liban (1995), la dimension confessionnelle n’est pas l’élément qui prime dans les relations entre éditeurs et représentant de la foire. Les éditeurs maronites (bien que rares) et sunnites étaient présents. En fait ce qui domine ces échanges c’est d’abord l’appartenance à une même famille. Les relations familiales sont le point nodal sur lequel s’articulent confessionalisme et politique. La présidente des syndicats des éditeurs au Liban, responsable de la maison d’édition Dar al-Andalous, est une parente du chef du parlement qui a inauguré la foire. La nomination de cette dernière à cette fonction expliquerait l’absence des éditeurs ayant un lien de parenté avec son prédécesseur Yahya al Khalîl, parent par alliance des Zayn, qui conteste son élection. Le boycott de cette foire par ces familles s’est traduit non pas par le refus d’exposer leurs publications mais par leur absence physique. Ce fait jalonne déjà le chemin vers lequel les investigations devraient être dirigées. En marquant une frontière entre différents réseaux, le conflit peut être considéré comme un élément de différenciation. Ainsi la compréhension de ces réseaux passe d’abord par une estimation des attaches familiales et de leurs influences.

  • 26 J.M. Chatelain, « Famille et librairie dans la France du xviiie siècle », in L’Europe et le livre, (...)

25Le réseau éditorial libanais a pour prémices la famille. Les maisons d’édition appartenant à la famille Zayn sont construites sur le modèle d’une entreprise familiale. Cette organisation est représentative de l’entreprise éditoriale libanaise. Soulignons toutefois que l’importance du fait familial n’est pas spécifique à l’édition libanaise. Pour J.M. Chatelain c’est une donnée invariante avant l’industrialisation de la librairie, « si l’on considère qu’au xvie siècle la plupart des grands noms de l’édition parisienne étaient liés par le jeu des mariages et des cousinages et qu’au xxe siècle il n’y a parfois qu’un pas du conseil administration d’une grande maison d’édition au pur et simple conseil de famille »26.

26Cette structure permet un grand investissement de temps de ses membres mais encore un partage des rôles. De manière générale, le père chapeaute l’entreprise tout en déléguant à chacun de ses enfants une fonction qui correspond à un service : le secteur le plus important, la distribution, est tenu par le père, parfois le fils ou la fille (souvent c’est l’aîné) qui a le plus années d’années d’expérience au sein de la maison d’édition.

27Ainsi la transmission de la fonction éditoriale se fait par les liens familiaux. Éditer est une fonction « imposée », elle est tributaire d’un héritage, elle intervient soit après le décès du responsable de la maison d’édition, soit quand le père délègue à ses enfants une responsabilité au sein de l’entreprise familiale. À cette fonction imposée ou héritée s’ajoute chez l’éditeur une fonction liée à sa formation initiale. Néanmoins l’intégration à l’entreprise familiale n’implique pas l’abandon de la fonction initiale, le responsable de Dar al-Kitab al-Lubnani continue d’exercer sa fonction d’avocat comme l’un des responsables de Dar El-Ilm Lilmalayin qui enseigne à l’université libanaise. Bien au contraire la fonction initiale va participer de diverses manières à l’enrichissement de la maison d’édition.

  • 27 R. Chartier, « La librairie d’Ancien Régime », in L’Europe et le Livre, Paris, 1996, p. 587-609.

28Dans d’autres cas, l’éditeur cumule deux fonctions interdépendantes. Sa fonction initiale peut être considérée comme une ouverture à la publication. Grâce à leur connaissance des lecteurs et du livre, des libraires comme des imprimeurs deviennent éditeurs. On rencontre déjà cette particularité dans le monde du livre d’Ancien Régime où comme le souligne Roger Chartier : « La logique corporative traditionnelle, qui veut qu’entreprendre est toujours entreprendre au dépens du voisin, conduit à la capture d’activités proches à partir d’une spécialiation première27. »

29Si cette capture, pour reprendre le terme de cet historien du livre, répond à une logique marchande et à des stratégies commerciales, elle exprime encore la position qu’occupe la profession éditoriale parmi les autres métiers du livre. En effet, il existe une hiérarchisation au sein des métiers du livre, parmi lesquels celui d’éditeur est le plus prestigieux. Ainsi devenir éditeur pour ceux qui viennent d’une autre profession du livre, libraire ou imprimeur, est une promotion sociale. Cet état de fait se manifeste dans les propos des éditeurs où leur statut professionnel se confond avec celui d’homme de lettres. Pour le responsable de Dar al-Kotob al-Ilmiyah, il aurait la culture de tous les types d’auteurs qu’il publie : poète, romancier, historien, etc. En éditant on s’approprie le savoir de celui qu’on publie. Si la fonction du libraire traduit l’aspect commercial du livre et celle de l’imprimeur l’aspect technique celle de l’éditeur traduit l’aspect culturel.

30Combiner deux charges n’est pas exclusivement le fait d’un héritage ou de deux fonctions interdépendantes. On rencontre aussi des éditeurs qui cumulent une autre activité, éloignée par sa nature même de la fonction éditoriale. Dans ce cas, il est difficile de savoir laquelle des deux est la plus importante. Il n’existe entre les deux aucun lien sinon la dimension commerciale. Selon des conjonctures économiques, une activité prime sur l’autre. Ces opportunités peuvent être considérées comme un baromètre de l’édition. Elles indiquent que le marché du livre est lucratif mais aussi l’apparition de nouvelles tendances littéraires.

31Le réseau éditorial se structure par un enchaînement de liens qui commence par la famille. À ce noyau familial, où chaque membre apporte comme « dot » à l’entreprise son « carnet d’adresses » vient se greffer à son tour et par un jeu d’échange de services une multitude de personnes dont les professions sont plus ou moins proches du livre.

32Ainsi le réseau peut être considéré comme un cadre relationnel pour aboutir à des projets individuels. Il se constitue en transversale en fonction des intérêts différents des membres du groupe. Pour Zacarias Moutoukias le réseau doit être considéré comme « une variable exogène et unique qui détermine les modes de circulation d’une trame d’opportunités ».

33L’une des particularités des réseaux éditoriaux libanais est qu’ils ne sont pas constitués uniquement par des éditeurs. La diversification professionnelle les caractérise. Les professions qu’ils rassemblent appartiennent globalement au secteur du tertiaire.

34Le savoir faire des éditeurs trouve son origine dans la faculté de leurs réseaux à se régénérer. L’intégration à un milieu éditorial de nouveaux membres comme l’exclusion de certains, traduit leur capacité ou leur non capacité à répondre aux tendances littéraires de leurs consommateurs. Le renouvellement d’un réseau peut être appréhendé comme un moyen pour l’éditeur d’adapter son offre à la demande du public.

35Ainsi chaque réseau aurait sa propre structure, qui par ailleurs n’est pas figée. Un réseau n’est pas imperméable, il tend à se renouveler par le fait de changements survenus au sein des publics des lecteurs ; de plus il s’opère des mouvements d’un réseau à l’autre. Un réseau évolue selon les opportunités. Selon les conjonctures, des relations se tissent et se défont, un nouveau réseau remplace un autre. Le réseau échappe à toute institutionnalisation.

36Faire partie d’un réseau exprime un rapport d’affinités entre ses différents membres où les alliances respectent un ordre préférentiel (familial, confessionnel, national, professionnel). La perpétuelle reconstruction d’un réseau révèle indirectement la force et la faiblesse de la maison d’édition libanaise, qui est une entreprise de service. Elle répond grâce à son réseau de médiateurs à une demande qui souvent précède la création du produit qu’elle diffuse. En effet, le réseau peut dans certains cas orienter la production.

37L’importance des médiateurs auxquels a recours l’éditeur traduit la diversité ou la spécialisation de ses publications. Plus le nombre des médiateurs est important plus la production de la maison d’édition reflète une absence de spécialisation. Le contraire traduit quant à lui une spécialisation.

38Les relations ne se jouent pas dans un espace délimité. Un bon réseau étend ses ramifications à diverses aires géographiques, il se construit grâce à la mobilité géographique. La diaspora libanaise n’induit pas un effilochement des relations familiales, confessionnelles, nationales, ou une rupture avec l’espace d’origine. Au contraire, dans l’espace hors Liban, la nationalité rapproche et intègre, elle s’ajoute ou se substitue aux réseaux familiaux. La confession religieuse, l’appartenance à une communauté religieuse, s’efface au profit de la nationalité. Les éditeurs installés au Liban exploitent l’immigration de leurs compatriotes pour élargir leurs publics de lecteurs. Les échanges au sein d’un groupe éditorial se font rarement dans deux espaces géographiques mais plutôt trois ou plus.

39Les réseaux éditoriaux se sont développés à la faveur de la grande mobilité des Libanais et de leur spécialisation dans ce qui peut être qualifié « d’économie de relation ». Par leur fonction d’intermédiaires, ils assurent dans les villes où ils se sont installés les relations commerciales entre les marchés locaux et les marchés extérieurs. Les pays où s’est implantée la diaspora libanaise correspond en partie aux quatre pôles de consommation du livre libanais : Moyen-Orient, Maghreb, Afrique sub-saharienne et Europe. L’Asie, représentée par ses pays musulmans (Indonésie, Malaisie et Pakistan), est un nouveau pôle de consommation du livre libanais. Chacun de ces pôles a ses particularités et regroupe des personnes ayant des fonctions et des intérêts différents. Cependant, aussi éloignés et différents que soient ces pôles les uns des autres, tous contribuent à la dynamique du réseau global : Beyrouth, espace éditorial, le Caire, espace concurrent, Paris, espace de transition et de consommation, le Maghreb espace de consommation et de coédition, l’Asie musulmane espace de consommation.

40La diaspora libanaise circule parmi les milieux d’auteurs comme ceux des lecteurs. Répartis sur un espace très étendu, les Libanais sont spécialisés dans l’économie de relation. La diaspora libanaise est caractérisée par une surreprésentation dans les professions libérales, chaque spécialité dans cet ensemble dessinant un type de réseau. Dans le cas de Paris, on peut déjà rencontrer deux types de réseaux, l’un formel, l’autre informel. Le premier rassemble les éditeurs, les libraires, principaux agents de distribution et les journalistes. Les relations interindividuelles de travail se doublent dans la plupart des cas de relations familiales, les éditeurs ayant souvent des membres de leur famille dans le journalisme, ce qui renforce considérablement leur visibilité dans le milieu et à destination du public. Un article élogieux sur un ouvrage est souvent une excellente publicité. À cela, il faut ajouter la capacité des journalistes à circuler dans les milieux des auteurs et des lecteurs, jouant ainsi le rôle très appréciable pour l’éditeur, de révélateurs de tendance et de dénicheur de « talents ».

41Le réseau informel du livre regroupe des personnes dont la profession est difficilement déterminable ; on pourrait néanmoins les qualifier de courtiers. Leur relation au livre est ponctuelle, elle dépend des « besoins » de leurs riches clients et se traduit par l’achat de bibliothèques ou de livres censurés.

  • 28 Par exemple Dar al-Kitab al-Arabi regroupe deux succursales, Dar al-Kitab al-Misri installée au Ca (...)

42Autour du monde livre libanais, différents types de l’émigration libanaise pourraient être relevés. L’émigration libanaise et son corollaire l’émigration éditoriale est perceptible dans les différentes succursales d’une même maison d’édition implantées dans différents pays, dont le modèle est basé sur la famille nucléaire. Par la création de succursales, la structure familiale permet un essaimage géographique28.

43L’autre forme d’émigration familiale à caractère élargi est perceptible dans les liens de parenté entre éditeurs installés au Liban et éditeurs installés dans d’autres pays. Pour une meilleure connaissance des besoins des lecteurs comme pour une meilleure distribution de leur production, des éditeurs, liés par le sang (particulièrement le cousinage) et le mariage, s’unissent. Les liens de parenté entre éditeurs au Liban et éditeurs / distributeurs/ libraires à l’étranger contribuent à renforcer leur présence sur les marchés du livre.

Le piratage

  • 29 Cf. chapitre IV « Infractions et sanctions-Procédure » du Code régissant la profession éditoriale (...)
  • 30 Ce renouvellement a permis l’éviction de l’ancien président qui a été remplacé par un autre éditeu (...)

44La non-application des lois qui régissant l’édition plutôt qu’un réel vide juridique explique qu’au Liban le piratage est devenu pratique courante. Il existe des textes faisant du piratage un délit passible d’une sanction29. Néanmoins cette dernière est rarement mise à exécution dans un pays où liberté et anarchie se confondent, où les pouvoirs publics, en raison de leur division, n’ont aucune autorité. Le comble étant assurément que deux des plus grands éditeurs/pirates ont été élus membres de l’Union des Syndicats des Éditeurs Libanais, lors de la restructuration de cette dernière30. Et quand bien même la loi est appliquée, la sanction qu’elle postule est inférieure au gain dont a pu bénéficier un éditeur en piratant un livre.

45Techniquement, il est difficile de savoir qui a piraté dans la mesure où la date d’édition qui aurait pu être une piste d’investigation n’est pas toujours mentionnée sur le livre. L’absence de la date de publication sur le livre n’est jamais un « oubli » de la part de l’éditeur, c’est une pratique de contournement des règles autorisant des marges bénéficiaires supplémentaires. Ainsi encore, la participation aux foires est soumise de la part des organisateurs à l’obligation d’exposer des ouvrages ayant moins de deux ans. Or la principale fonction des éditeurs libanais, particulièrement ceux qui publient les livres religieux est la réédition. Pour cette raison, certains préféreront ne pas mentionner la date et pourront toujours justifier cette absence, dans le cas d’un éventuel contrôle par un oubli ou une erreur de l’imprimeur.

46Dans le cas où il resterait à l’éditeur un stock de livres d’un précédent tirage, cela lui permet de l’écouler au prix d’un nouveau tirage qui a parfois nécessité un coût de papier plus élevé en raison des fluctuations que connaît ce dernier. L’absence de date d’impression facilite la tâche à l’éditeur en cas de réédition, il peut réimprimer par photocomposition, vu que les plaquettes existent, sans aucune transformation. Elle lui permet en outre, toujours dans le cas de réédition d’un livre, de ne pas verser à l’auteur les « droits réservés » qu’implique un deuxième et troisième tirage qu’attend celui-ci des prochaines rééditions.

  • 31 Cette fatwâ a été rédigée par Khomeyni ; quand j’ai demandé à l’éditeur où je pourrais la consulte (...)

47Le livre de turâth est un bien qui appartient à tout le monde, quiconque le souhaite peut l’éditer. En effet les conventions (lois, actes, traitées, articles) qui régissent les droits d’auteurs stipulent que cinquante ans après le décès d’un auteur, son ouvrage peut être édité sans avoir à verser les moindres droits d’auteur. Cette même loi est applicable aux muhaqqiqîns, vérificateurs. Pourtant on peut remarquer que certains auteurs et vérificateurs sont soit décédés depuis moins de cinquante ans, soit toujours en vie alors qu’on réédite déjà leurs ouvrages sans verser de droits d’auteurs. A cette constatation, les éditeurs donneront plusieurs réponses. II existerait au Liban comme en Iran, une fatwâ stipulant qu’un livre d’intérêt général peut être réédité sans demander une autorisation préalable à l’éditeur et sans verser de droits à l’auteur. Cette fatwâ chiite31 sera utilisée même par les éditeurs « sunnites » quand elle légitime l’illégalité.

48On peut remarquer en outre qu’un livre ayant le même muhaqqiq est édité par plusieurs maisons d’édition. Certains expliqueront que le muhaqqiq a fait don de son tahqîq, ainsi quiconque peut le publier. D’autres diront que la présence d’un même ouvrage chez deux éditeurs est dû au fait que le premier possède un stock de livres d’un muhaqqiq qui a vendu pour un second tirage son tahqîq à un autre éditeur.

  • 32 Ihya al Khalîl, « Nahwa harakat taslîhiay li naqâbat itihâd an nâshirîn fî lubnân » (document remi (...)

49En faisant remarquer à un éditeur qu’un de « ses livres » (matn et tahqîq) est publié par d’autres maisons d’édition (dont je ne lui ai pas cité les noms), il me répondra que ce n’est pas un piratage, mais qu’il s’est associé à deux autres éditeurs (dont il me cite les noms et qui correspondent à ceux auxquels je faisais allusion). Il reconnaît qu’ils ont commis une erreur, car chacun des éditeurs au lieu de mentionner dans l’ouvrage les trois coéditeurs n’a mentionné que le sien. Une réponse peu convaincante dans la mesure où ces trois prétendus co-éditeurs sont considérés par les gens de la profession comme des pirates (le terme arabe utilisé pour pirate est falsificateur, muzawîr). Leurs noms figurent en outre dans la liste noire32 des distributeurs et ceux qui encouragent la falsification des livres.

50Un autre éditeur argumentera différemment la présence de mêmes ouvrages chez différents éditeurs. Selon lui, on ne plus parler de piratage, même si l’auteur et le muhaqqiq sont les mêmes, à partir du moment où le livre subit des changements au niveau de sa forme : changement de classification, tabwîb, nouvel index, fahras, etc. On peut diviser un livre en fonction de ses différentes parties, utiliser un autre papier ou une autre couleur et créer ainsi un nouveau produit.

  • 33 Y. Gonzalez Quijano, op. cit., p. 372 (note 4).

51Pourtant malgré toutes ces réponses, il n’en demeure pas moins que de nombreux livres sont piratés. Un même titre peut être imprimé par plusieurs maisons d’édition. L’ouvrage Ducâ’ al Mustajâb, l’Invocation exaucée d’Abdul Jawad Ahmed – ancien recteur de l’Université d’al Azhâr – est « édité », sur les dix-sept maisons d’édition recensées, par six d’entre elles : Dar al-Kitab al-Lubnani, Dar al-Kotob al-Ilmiyah, Dar El-Jil, Dar al-Qalam, Dar al-Kitab al-Arabi et Dar al-Fikr. Dans le cas de cet ouvrage, il ne semble pas pertinent de chercher à savoir qui a piraté l’autre, car la première édition est égyptienne, comme dans le cas de nombreux livres religieux « édités » au Liban. Vu le succès que cet ouvrage a connu, il a même été piraté en Égypte par trois maisons d’édition fictives qui donneront, chacune, un nom d’auteur fictif33.

  • 34 Il arrive que l’éditeur pirate substitue au terme dâr, maison, le terme maktaba, librairie.

52Certains indices aident à détecter les différentes cas de piratage. Le Muwatta’ de l’Imam Malik, qui a fait l’objet de différentes vérifications, est édité par deux maisons d’édition dont le vérificateur est le même ; celui qui l’a piraté a seulement changé le terme qui précède le nom du vérificateur : à la place de tahqîq, vérification, on trouvera le terme taclîq, commentaire, sans aucune autre forme de transformation. Une autre stratégie consiste à pirater non pas la totalité du livre mais une grande partie à laquelle l’éditeur ajoutera sa « propre » introduction. D’autres pirates changent le titre de l’ouvrage ou certains termes de son intitulé, par exemple « L’ABC de la cuisine » deviendra « La cuisine de A à Z ». L’éditeur/ pirate peut en outre s’inventer, dans le cas où il veut pirater un livre, un nom fictif d’une maison d’édition34 : par exemple j’ai pu voir un livre piraté (la date d’édition est absente) et sa version originale : on retrouve le même texte (matn et tahqîq), la même mise en page, l’éditeur a été jusqu’à reproduire les mêmes couleurs de la couverture du livre, seul le nom de la maison d’édition change. Certains indices extérieurs permettent de reconnaître le livre piraté qui est en fait un texte photocopié (souvent mal centré) et non imprimé.

53Comme me le dira un éditeur, il n’existe pas de livre piraté de bonne qualité et sans erreurs. Les imprimeries auxquelles on demande ce genre de reproduction utilisent un papier et un tajlîd, (couverture en simili cuir), de bas de gamme, une mauvaise reliure qui font du livre un produit de mauvaise qualité ; en cas de chaleur, le cuir utilisé pour la couverture se gondole ; les pages ne se suivent pas, une page peut être à la place d’une autre ce qui rend le texte incohérent. Il arrive même parfois que l’imprimeur oublie d’ôter le nom de la maison à laquelle il a piraté l’ouvrage : ainsi dans un même ouvrage, on trouve deux noms d’éditeurs, le piraté et le pirate.

54Il semble plus pertinent de comprendre ce qui motive le piratage en repérant le genre d’ouvrages piratés que de se lancer sur la piste des pirates qui esquivent trop habilement les investigations. Le piratage est la preuve la plus tangible qu’un livre marche, il est l’indice que le marché est fructueux, que l’on peut écouler facilement sur le marché en raison de la demande. Certains éditeurs (mais aussi distributeurs) profiteront de l’expérience de leurs confrères pour éditer en fonction des résultats obtenus par ces derniers. Les véritables responsables du piratage ne sont pas les éditeurs mais les distributeurs. Ces derniers se dirigent vers des éditeurs leur demandant « d’éditer » certains titres qui trouvent acheteurs. Dans certains cas, le distributeur au lieu de refaire une nouvelle commande chez son fournisseur habituel préfère utiliser directement les services d’un imprimeur, ainsi il fait l’économie de tout ce qu’un livre nécessite avant d’être imprimé.

55On peut d’autre part se demander dans quelle mesure le piratage profite au lecteur. Dans certains cas, plus un livre est piraté plus son prix baisse. Certains distributeurs proposent à leurs clients, les libraires, des titres très prisés par leurs clientèles à des prix plus compétitifs. Dans d’autres cas, le piratage ne profite pas au lecteur et là réside la supercherie du piratage. En fait dans beaucoup de cas, le consommateur n’achète pas le livre moins cher que son original. Ce sont les intermédiaires qui en profitent par une augmentation de leur marge bénéficiaire. Le lecteur est doublement trompé dans la mesure où le livre piraté est souvent une ancienne édition qui depuis a été réactualisé. Pour Maroun Nehme, responsable de la Librairie Orientale et distributeur de Dar el-Machreq, l’éditeur a un moment de répit durant lequel il est protégé du piratage, « le livre n’est pas piraté à sa sortie, le pirate attend que vous preniez le risque pour lui. II vous attend un an ou deux, constate que la vente a considérablement augmenté et là il agit. L’éditeur ne craint pas le piratage à la première édition mais en cas de réédition ».

ABSENCE DE SPÉCIALISATION35

  • 35 Cf. Annexe 5, Les maisons d’éditions, Les différents genres édités par les maisons d’édition, p. 2 (...)

56L’absence de spécialisation mesurable dans la diversité des genres diffusés par les maisons d’édition, trahit en fait les préoccupations commerciales des éditeurs. Par ailleurs, elle traduit les différentes tendances littéraires des lecteurs auxquelles l’éditeur est obligé de se soumettre. Elle est aussi le meilleur moyen pour l’éditeur d’écouler sa production. Cette diversification l’aide à s’adapter aux différents types de lecteurs et donc aux différents marchés et aux différentes politiques des pays importateurs. De plus si un genre littéraire ne marche pas, les autres prennent la relève. Cela permet de régulariser, d’assurer à l’éditeur une moyenne d’entrées.

57Certains livres peuvent être vendus dans certains pays et pas dans d’autres. Les livres traduits du français vers l’arabe ne trouvent aucun écho au Maghreb, pays anciennement colonisés par la France, les lecteurs préfèrent l’acheter dans sa langue originelle. En revanche, les livres traduits de l’arabe vers le français n’auront pour consommateurs que la clientèle des pays francophones. Les livres dont la couverture représente une femme sont interdits en Arabie saoudite.

58La moyenne des genres édités est de dix, le minimum est de quatre et le maximum est de vingt-cinq. Même si une maison d’édition à un nombre limité de genres, la section livres islamiques, par le nombre de ses titres, est toujours la plus importante. Par ailleurs la section livres pour enfants, comme dans le cas de Dar al-Kitab al-Lubnani, comprend aussi des histoires religieuses ; chez Mu’assasat Risala, certains titres des rubriques Médecine et Femme sont traités à travers le prisme de la religion.

Les différents mariages du livre religieux et ses différents genres transition

59Le dictionnaire qui nécessite beaucoup d’investissement (en hommes, en matière première et en argent) contribue à faire la grandeur d’une maison telle Dar el-Machreq (Mounged), Librairie du Liban (Kamil), et Dar El-Ilm Lilmalayin (Abd Nour), qui sont en outre les plus anciennes maisons d’édition (fondée respectivement en 1852 pour la première, en 1944 pour la deuxième et en 1945 pour la troisième). Les livres fonctionnels, livres scolaires et universitaires, dictionnaires et livres religieux qui entrent dans un cadre d’enseignement, ont une place de choix dans l’édition libanaise. Ce type de livres à l’avantage d’avoir un public demandeur qui au fil du temps et en raison des politiques d’alphabétisation, augmente. Les mariages réussis sont : religion/dictionnaire ; religion/livres scolaires et enfin le mariage idéal est dictionnaire/livres scolaires/religion. L’édition des livres fonctionnels est avantageuse pour les éditeurs car il n’y a jamais de perte, ce sont souvent des commandes, bien au contraire ces ouvrages connaissent de nombreuses rééditions.

60À bien y regarder et malgré cette absence de spécialisation, chacune des maisons d’édition à une spécificité, un genre littéraire que les autres n’éditent pas : scoutisme, horoscopes, voyance, ouvrages militaire et cuisine. Ce sont des livres qui offrent aux éditeurs, même si certains d’entre eux ont un public limité, une marge bénéficiaire supplémentaire. Parfois même si elles éditent un même genre comme le livre scolaire ou universitaire elles n’éditent pas les mêmes titres, de plus elles ne travaillent pas avec les mêmes institutions ; certaines maisons d’édition impriment des livres pour des écoles publiques d’autres pour des écoles privées ; certaines impriment des livres universitaires de médecine d’autres de chimie ou d’informatique.

61Bien que les catalogues des éditeurs offrent toute une gamme de genres littéraires on remarque que le livre religieux est toujours bien représenté. Quand il y a « spécialisation » c’est presque toujours dans ce domaine particulier qui, d’après les éditeurs, constitue le secteur le plus rentable car il nécessite peu d’investissement. Dans le cas où un genre se diffuserait mal, le livre religieux constitue toujours pour les éditeurs un fonds de garantie.

  • 36 Par exemples, La Voie de l’éloquence de l’Imam cAli ; L’Iran et sa civilisation ; Les Preuves de l (...)
  • 37 Al-hajj fîal-islâm, Taclîm salât, Mabâdî’ al-islâm, Dalîl al-muslim, Li mâdâ aslamna, Mâ yajibu an (...)
  • 38 Pour une biographie de cet auteur, cf. G. Kepel, Le Prophète et Pharaon, Paris, 1984, p. 40-45 ; e (...)
  • 39 Le livre est traduit et annoté par Osama Khalil avec une nouvelle version des significations du Co (...)
  • 40 G. Kepel, op. cit., p. 54.
  • 41 Rappelons que parmi les livres qui ont fait l’objet d’une interdiction de distribution en France, (...)
  • 42 Fi dilâl al Qur’ân, À l’ombre du Coran ; Al cadâla al ijtimâciyya fîal-islâm, La justice sociale d (...)
  • 43 La bibliothèque de Muhammad Qutb propose dix-neuf titres, autant que celle de son frère.
  • 44 Cf. G. Kepel, op. cit., p. 33-35, 44, 62, 92.
  • 45 Y. Gonzalez Quijano, op. cit., p. 301.
  • 46 Il est décédé en 1996.

62Concernant le livre religieux et selon les éditeurs, on voit se manifester des priorités différentes, où chaque genre de livres religieux s’adresse à un public particulier. Dar El-Ilm Lilmalayin édite peu d’ouvrages de turâth. Ce sont des ouvrages vérifiés par des auteurs reconnus académiquement. Ce genre d’ouvrages et leurs tahqîq ayant une fonction pédagogique, visent les lecteurs spécialisés, les étudiants inscrits dans des universités religieuses et les culamâ’ qui peuvent acheter les différents tahqîq d’un même ouvrage. Dar Nadwa al-Gadida préfère cibler un public de lecteurs non spécialisés plus nombreux en leur proposant le turâth dans sa version résumée à des prix très compétitifs. Le gain de cet éditeur se situe non pas à l’unité mais à la quantité des livres vendus. Dar al-Andalous et Dar al-Kitab al-Lubnani se différencient des autres maisons d’édition par la publication d’ouvrages « chiites ». Leurs catalogues de publication proposent aussi bien des livres chiites36 que des livres sunnites. L’association de ces deux types de livres permet à ces deux éditeurs d’être présents sur les marchés sunnites et chiites (particulièrement l’Iran et l’Iraq). Pour Dar al-Kitab al-Lubnani, la traduction des livres arabes islamiques, ne se limite pas au français. Des titres37 sont aussi traduits en anglais, en allemand, en russe, en espagnol, en indonésien et en malaisien. Spécialisée surtout dans la diffusion de livres islamiques contemporains, une grande partie des ouvrages édités par Dar Shuruq ont été écrits par des auteurs de tendance islamiste, proches ou appartenant au mouvement des Frères musulmans : Sayyid Qutb38 a publié vingt-un ouvrages dont deux sont les plus connus Fî dhill al Kur’ân, À l’ombre du Coran,et Macâlim fîat-tarîq, Signes de piste. Le premier est un commentaire coranique rédigé en prison ; il a été tiré à plus d’un million d’exemplaires ; cet ouvrage a connu un tel succès qu’il sera traduit en français39 en 1988 par l’Association al-Hidâya al Islâmiya (située en banlieue parisienne). Le second est la première référence écrite de l’idéologie islamiste, il est devenu comme le souligne Gilles Kepe140 le « Que faire » des Frères musulmans, livre où se cristallise l’opposition à la politique de tous les pouvoirs41. Dar Shuruq a publié la quasi-totalité de l’œuvre de cet auteur qu’elle présente dans son catalogue sous la rubrique « Bibliothèque du professeur Qutb Sayyid » qui comprend 19 titres42. Dans le catalogue de Dar Shuruq, la bibliothèque de Sayyid Qutb est talonnée par celle de son frère Muhammad Qutb, qui occupera à la mort de ce dernier ses positions politico-religieuses43. Dar Shuruq publie en outre les ouvrages du shaykh Muhammad Al-Ghazali (8 ouvrages) et ceux de Zaynab al-Ghazali (3) dirigeante et « passionaria » des Frères musulmans44. Selon Yves Gonzalez Quijano45, « le fondateur de cette maison d’édition46 ne fait pas mystère de ses affinités avec les milieux opposants proches des Frères musulmans ».

  • 47 A. Gallico, Tunis et les consuls sardes (1816-1834), traduit de l’italien par L. M. Yalaoui, 1re é (...)
  • 48 Pour cette maison d’édition seuls les écrits de Deedat Ahmed ont pu être recensés.
  • 49 Fondateur et directeur depuis 1958 du Centre pour la Propagation de l’Islam, à Durban, en Afrique (...)
  • 50 Sur les 15 genres édités, 10 appartiennent au religieux.
  • 51 Sur les 19 genres édités, 12 appartiennent au religieux.

63Depuis sa fondation en 1980, le responsable de Dar al-Gharb al-Islami, œuvre par le biais de ses publications pour diffuser la culture arabo-islamique maghrébine souvent marginalisée dans l’édition égyptienne et libanaise. Les différentes tâches que s’est assigné cet éditeur a pour objectifs « de faire parvenir la production culturelle marocaine et tunisienne aux pays arabes et à tous les centres d’études et de recherches qui s’y trouvent car les livres maghrébins ne franchissent que très rarement leurs frontières ; de traduire en arabe des œuvres écrites en langues étrangères (français et italiens47) ». La différence entre cette maison d’édition et les autres, est qu’elle publie des livres religieux avec une coloration maghrébine, par ses manuscrits, ses auteurs et ses vérificateurs. Les éditions Baker48 sont spécialisées dans les publications, sous forme de brochures, de Deedat Ahmed, autre figure de la propagande islamiste49. Les autres maisons d’édition, telles Mu’assasat Risala, Dar al-Kotob al-Ilmiyah50 et Dar al-Fikr51, spécialisées dans le livre religieux le publient sous ses différentes formes. On trouve le turâth dans sa version originelle (matn), version augmentée (matn plus le tahqîq), version résumée (mulakhas) et le livre islamique contemporain sous forme de recherches, de sermons, de livre pour enfants. Si tous les éditeurs publient les mêmes livres, comment font-ils pour écouler leur marchandise ?

64Les foires du livre sont considérées par les éditeurs comme le réseau de distribution par excellence, car elles unissent dans le même espace éditeurs, distributeurs, libraires et lecteurs. La foire est un véritable baromètre qui aide l’éditeur à connaître les tendances littéraires de ses consommateurs. En fonction des achats de ces derniers, il publiera les livres qui répondent le mieux à leurs besoins et les exposera dans une suivante foire (chaque pays arabe organise annuellement une foire). Ce lieu de rencontre aide l’éditeur à adapter l’offre à la demande. Chaque éditeur peut avoir son propre réseau de distribution. Si le distributeur de Dar al-Kotob al-Ilmiyah est installé à Paris et celui de Mu’assasat Risala en banlieue parisienne, le représentant de Dar al-Fikr est à Marseille. Les éditeurs libanais n’utilisent pas uniquement pour la diffusion de leurs livres les services des distributeurs installés en France. Les associations peuvent être aussi un canal de distribution. Certains livres publiés par Dar al-Kitab al-Lubnani sont distribués par la succursale libyenne de la Ligue Mondiale Islamique à ses autres centres.

Importance du livre religieux : choix éditorial ou logique commerciale ?

  • 52 Cf. Annexe 5, Les maisons d’édition, Un livre, plusieurs éditeurs, p. 205.
  • 53 La couleur du papier détermine le lecteur auquel il est destiné. Selon les dires des éditeurs, la (...)

65Bien que le livre religieux, reconnaissable à sa couverture, quel que soit son format, en cuir avec des dorures, soit de manière générale sur représenté dans l’édition libanaise, il faudrait néanmoins relativiser cette impression que peuvent donner d’une part la visite des foires, et d’autre part la consultation des catalogues des éditeurs concernés. À partir des livres exposés sur les stands, on remarque que les éditeurs publient de manière générale les mêmes livres de turâth52. De plus, un même livre exposé sur les stands côtoie ses différentes versions qui changent en fonction de la couleur de ses pages, blanc, jaune53 et rose ; de son format, de la couverture et ses couleurs (rouge, noire, bleu et blanc), de la qualité du papier, du nombre de ses volumes qui augmente dans le cas de tahqîq ou diminue dans le cas du résumé. En feuilletant les catalogues on remarque qu’ils sont souvent divisés en deux sections. La première présente les titres des livres selon leur genre littéraire et la seconde selon leur ordre alphabétique ; ainsi on retrouve dans le catalogue un même titre à deux reprises.

  • 54 Les catalogues de certains éditeurs s’ouvrent avec la formule « Au nom de Dieu » suivie de versets (...)
  • 55 Par exemple Majmû cat rasâ’il fi al hijâb wa sufûr (Le hijab et le non port du voile) et Shubuhât (...)
  • 56 À la fin de l’entretien avec le responsable de la succursale libanaise de Mu’assasat Risala, qui e (...)

66À la question « pourquoi éditez-vous des livres religieux ? » trois types de réponses sont données par les éditeurs. L’édition du livre religieux entre dans un projet religieux, il est le prolongement, la conséquence d’une confession religieuse54 : « J’édite des livres religieux parce que je suis musulman. » Une parenthèse s’impose : parmi ceux qui donnent ce genre de réponses on retrouve de manière générale les pirates à l’exception du propriétaire de Mu’assasat Risala. Pour ce dernier, éditer un livre religieux entre dans un projet politico-religieux. Les différentes relations qu’entretient cet éditeur avec des institutions religieuses implantées en Arabie saoudite mais ayant des antennes dans le monde et même en Europe et plus encore le fait qu’il édite gracieusement des ouvrages55 ayant pour perspective de faire connaître l’Islam, vérifient ses dires56. Contrairement à ses confrères, et pour des raisons religieuses, cet éditeur ne publie plus le Coran : « Les imprimeurs n’ont aucun respect pour le Coran qu’ils déposent ou stockent dans des endroits ne répondant pas aux conditions d’hygiène que ce texte exige. »

  • 57 Date de création des maisons d’édition : Dar El-Ilm Lilmalayin, 1945 ; Dar al-Kitab al-Lubnani, 19 (...)

67D’autres éditeurs auront une réponse plus nuancée où le projet commercial et le projet culturel font bon ménage « on fait le bien et on se fait du bien » (Âjar wa ujra), « éditer un livre religieux est une œuvre pieuse qui sera récompensée dans l’au-delà et permet de gagner de l’argent ici-bas ». Enfin le troisième type de réponses donné souvent par ceux qui ne piratent pas, plus réaliste car il tient compte des réalités du marché et des choix des consommateurs. Selon eux l’édition du livre religieux n’entre pas dans un projet éditorial. Même ceux qui avaient une ligne de conduite au départ vont ouvrir leur porte au livre religieux. Ils n’avaient pas d’autre alternative que de diversifier leur production en éditant ce genre littéraire demandé sur le marché, pour éviter la faillite. La grande partie des maisons d’éditions recensées n’ont pas débuté par la diffusion du livre religieux, à l’exception de Mu’assasat Risala et de celles qui ont été créées en 1975, Dar Nadwa al-Gadida et Dar al-Massira, date à laquelle la demande de livres religieux prend son envol57.

68À partir des dates de création des maisons d’édition, on remarque qu’à la fin des années 1960 et au début des années 1970, leur nombre augmente sensiblement. Selon les éditeurs, cette augmentation est la conséquence des différents problèmes qui traversent l’édition égyptienne et de l’augmentation du nombre de lecteurs. Cette phase ascendante de l’édition libanaise correspond à la phase descendante de l’édition égyptienne. La mauvaise qualité des livres imprimés en Égypte dirige les lecteurs vers les livres imprimés au Liban. Cette phase correspond en outre à la politique de nationalisation des maisons d’édition menée en Égypte à la fin des années 1960. Suite à la nationalisation de Dar al-Qalam, le propriétaire de cette maison d’édition créera une nouvelle maison, Dar Shuruq, dont une succursale en 1968 à Beyrouth. Pour récupérer les anciens marchés égyptiens, des libraires se transformeront en éditeurs tel le propriétaire de Maktabat al-Macârif qui créera une maison d’édition, des imprimeurs se transformeront en éditeurs et des éditeurs en imprimeurs (spécialement ceux qui publient le turâth).

  • 58 Son propriétaire est maronite.
  • 59 Pour les éditeurs libanais, le marché intérieur dépasse rarement les 10 %. Les chiffres qu’ils ava (...)

69Se fondant sur leurs chiffres d’affaires, tous les éditeurs s’accordent à reconnaître que l’âge d’or de l’édition libanaise, tous genres littéraires confondus, se situe entre le milieu des années 1970 et l’année 1986, période qui correspond en grande partie à la guerre civile dans ce pays (1975-1990). Contrairement aux idées reçues, la guerre n’a pas eu de réelle incidence sur la santé économique de l’édition libanaise. Un faisceau d’indice témoigne au contraire d’une situation florissante qui justifiait par exemple l’installation à Beyrouth d’un éditeur tunisien ou encore les études indiquant que la plupart des livres recensés dans les librairies islamiques à Paris proviennent de la production libanaise des années 1980. Une cartographie des maisons d’édition fait apparaître qu’à l’exception de Dar El-Jil implantée en zone chrétienne58, la géographie du livre dans la capitale libanaise est celle des quartiers ouest et de la banlieue sud de Hâret Hrayk, zones qui ont porté le plus tardivement et portent encore, des stigmates de la guerre. Comme beaucoup d’autres activités économiques, l’édition et ses imprimeries ne s’arrêteront pas de produire. Les éditeurs trouveront d’autres stratégies pour continuer de travailler ; ainsi un éditeur dont les locaux se situent dans le bastion du Hizb Allah, déménagera son imprimerie dans les sous-sols. La guerre du Liban est le meilleur argument pour expliquer que l’édition libanaise n’était pas produite pour le Liban59. Si elle a survécu pendant les années de guerre, c’est que, selon un éditeur, « ailleurs ça n’allait pas mal » et qu’elle avait des marchés assurés et des demandeurs.

70L’inauguration de cet âge d’or correspond aux conséquences de la flambée des prix du pétrole (1973). Cette dernière se répercute peu de temps après sur l’édition libanaise par l’arrivée en masse de lecteurs originaires des pays exportateurs de pétrole : Irak, les pays du Golfe, et en tête, l’Arabie saoudite et l’Algérie. Les réalités économiques des consommateurs jouent un rôle essentiel dans l’activité éditoriale qui prend son essor avec la manne pétrolière et qui, comme nous le verrons plus tard, chute lors de la crise économique. À cette première cause il faudrait ajouter une seconde, importante, et toujours extérieure au Liban ; ce pays n’a pas de problèmes particuliers avec les pays faisant partie de la Ligue Arabe, contrairement à son concurrent égyptien. Les accords israélo-arabes porteront préjudice à l’édition égyptienne, par un boycott par les pays arabes des livres édités en Égypte. Une fois de plus le Liban bénéficiera des avatars de l’édition égyptienne. La deuxième date, qui marque la fin de cet âge d’or, correspond à la perte du premier importateur de livres qu’est l’Irak. Ses années de guerre contre l’Iran l’ont affaibli financièrement et ne lui permettent plus de remplir ses engagements face à ses créanciers libanais qui ont mis fin à leurs exportations vers ce pays.

71« Certains livres meurent avec les idées qu’ils ont véhiculés. » « Certains livres dorment, mais ne meurent jamais. » Chacune de ces deux définitions a été donnée par deux éditeurs diffusant des livres religieux. La première concerne les livres politiques (sur le marxisme et le nationalisme arabe) qui ont connu leurs années de gloire durant les années 1960 et 1970, la seconde les livres de turâth.

  • 60 La comparaison des dates de fondation des maisons d’édition avec leur spécialisation a permis à Ma (...)
  • 61 A. Rouadja, Les Frères et la Mosquée. Enquête sur le mouvement islamiste en Algérie, Paris, 1990, (...)

72Quand on analyse les différents genres littéraires publiés au Liban, mais aussi en Égypte, on a l’impression que chaque décennie connaît un engouement pour un genre de livres plutôt que d’autres, comme si l’édition et les livres qu’elle diffuse ne faisaient que suivre un phénomène de mode dû plus à des préoccupations, à des courants de pensée liée pour une grande part aux politiques des pays où vivent les lecteurs. Les changements politiques qui traversent le monde arabe influent sur l’information publiée au Liban60. Seul le livre de turâth, indifférent à ce phénomène, augmente dans les tirages de manière constante, pour connaître son apogée dans les années 1980. La multiplication à l’envi des titres religieux, les rééditions incessantes et l’accroissement numérique d’un tirage à l’autre permettent-ils de penser que nous observons là un phénomène de mode ? Si les titres du livre religieux augmentent, comme ses rééditions, c’est que le nombre de lecteurs a connu le même mouvement ascendant. En prenant le cas du Maghreb, un grand consommateur de livre religieux, mais aussi des autres genres littéraires, on remarque que l’augmentation de ses lecteurs est le fruit des différentes politiques d’alphabétisation (gratuité de l’enseignement) et de son corollaire l’arabisation, adoptées par ces pays au lendemain de leur indépendance. L’arabisation, particulièrement en Algérie, va orienter le lecteur vers le livre religieux. Dans le cas de l’Algérie, d’autres facteurs contribuent au succès du livre religieux, si on se souvient que le livre est subventionné entre 30 et 50 % de son prix de vente. La prise de conscience de l’identité algérienne après 1962, la recherche d’une identité nationale qui passe par une identification à l’Islam et un bon pouvoir d’achat malgré un système économique de pénurie, ne sont pas étrangers à la situation politique actuelle. Le shaykh Muhammad al-Ghazali, islamiste modéré égyptien, ne fut-il pas invité par le président Chadli pour diriger le Conseil scientifique de la faculté des sciences islamiques de l’Université Emir Abdelkader de Constantine ? La théorie d’al-Ghazali61, qui s’ordonne autour de deux pôles essentiels, « le rejet de toutes les doctrines quelles qu’elles soient, politiques ou religieuses, et l’affirmation de l’Islam comme religion universelle devant s’imposer inéluctablement à toute l’humanité », sera drainée par ses nombreux écrits qui trouveront un écho favorable en Algérie.

73Le livre religieux répond à de nombreux critères, permettant qu’il soit bien accueilli aussi bien par les gouvernements que ses lecteurs. Le seul livre qui ne souffre pas de la censure dans les pays arabo-musulmans et quelle que soit leur politique est bien le livre de turâth. Autant leurs portes sont grandes ouvertes au premier autant les autres livres, tel le livre politique, sont bien contrôlés avant leur distribution.

74Tous les éditeurs s’accordent à reconnaître que le livre religieux prend son envol, dans les exportations libanaises, au cours de l’année 1980. Ils associent cet essor à la « Sahwa al-islâmiya », l’éveil islamique, lié à la révolution iranienne (1979). Bien que l’Iran soit d’obédience chiite, sa révolution a eu un impact sur les pays sunnites. Les années glorieuses du livre de turâth furent les années 1980. À la fin de cette décennie, ce genre littéraire (comme beaucoup d’autres) vit une crise. D’après les éditeurs, celle-ci est due au fait que certains d’entre eux ont saturé le marché. Cette raison avancée ne peut expliquer cette crise que de manière partielle car il est toujours possible à l’éditeur par diverses stratégies, comme la baisse des prix, d’écouler sa marchandise. En fait ce n’est pas le livre de turâth qui est en crise, ni les idées qu’il véhicule, ni l’absence de ses lecteurs, mais les pays qui l’importent.

75Avec la fin des années 1980 et le début des années 1990, le Liban perd une fois de plus un de ses plus grands clients, l’Algérie, suite à la guerre civile. À cela il faudrait ajouter l’Arabie saoudite et le Koweït qui limitent sensiblement leurs importations du livre en raison des conséquences de la guerre du Golfe. À ces grands marchés, il faudrait ajouter « un petit marché », la Tunisie, qui a décidé pour des raisons politiques (faire obstacle au mouvement islamiste), de limiter l’entrée des livres religieux en imposant aux éditeurs lors des foires du livre qu’elle organise un quota pour ce genre de livres (parfois même refusant leur entrée sur son territoire).

76Pour faire face à la perte de ces marchés, les éditeurs libanais réagissent de différentes manières. Ils prospectent d’autres marchés, d’autres aires « islamiques » comme les républiques islamiques de l’ex-URSS (la Tchétchénie), les pays d’Asie (Malaisie, Indonésie et Pakistan) et la Bosnie. Mais encore, ils s’implantent davantage dans les pays considérés comme de petits marchés du livre religieux, par exemple la France, en créant dès l’année 1989 (date qui correspond au premier livre traduit) un nouveau créneau éditorial, la traduction du livre religieux qui vient prendre la relève de sa version arabe. Dans ces nouveaux marchés, le livre religieux n’aura pas essentiellement une fonction pédagogique (comme dans le cas du marché saoudien) mais une fonction identitaire.

77Et quand bien même ce genre littéraire subit une crise dans les marchés arabes, il a engendré sur un fond de problèmes sociaux, une forme de réécriture et de relecture contemporaine bon marché qui lui emprunte néanmoins ses références. À la fin des années 1980, on assiste à une prolifération de titres de ce nouveau produit éditorial, plus sous forme de brochures que de livres. Il n’est pas tiré, lors de sa première édition, à 3 500 exemplaires comme les ouvrages de turâth et de ses résumés, mais à 20 000.

  • 62 Cf. R. Escarpit, op. cit., p. 16 : « L’Assemblée générale de l’UNESCO de 1964 a recommandé l’adopt (...)
  • 63 Ibid., p. 64-65.

78Le livre islamique contemporain est reconnaissable par son aspect extérieur. Les titres qu’englobe la production contemporaine dépassent rarement les cinquante pages qu’exige la législation libanaise62. Comme le souligne Robert Escarpit, dès le début préliminaire à la fabrication, il faut « penser le public » selon qu’il s’agit d’un livre de luxe destiné à quelques centaines de bibliophiles ou d’un livre populaire à bon marché, tout change : le papier, le format, la marche typographique (choix de caractère, justification, densité des pages, etc.), l’illustration, la reliure et surtout le nombre des exemplaires à tirer. La fabrication poursuit la sélection... L’éditeur traduit techniquement, l’équilibre que, dès le début, il a tenté d’établir entre les écrivains qu’il propose et le public qu’il suppose ou suscite63.

  • 64 Y. Gonzalez Quijano, op. cit., p. 416.

79Selon le public auquel il est destiné, lecteur spécialisé, lecteur non spécialisé, les caractéristiques matérielles du livre religieux, livre de turâth, livre islamique contemporain, change, comme sa fonction. Pour Yves Gonzalez Quijano : « Le livre islamique possède un style qui lui appartient en propre. Parmi les codes visuels qui ont pour fonction de le distinguer des autres ouvrages, l’illustration de couverture joue, avec le titre, un rôle essentiel64. »

  • 65 H. Nyssen, Du texte au livre, les avatars du sens, Paris, 1993, p. 43.
  • 66 Ibid., p. 47.

80Dans la production actuelle, aucun terme du titre ne renvoie à un genre de la littérature religieuse classique comme sîra, tafsîr, hadîth. Néanmoins et dans le cas de sirâ on trouve des termes qui s’en rapprochent comme guide (dalîl), voie (minhâj) principes (mabâdi). Le titre est un emblème qui oriente la lecture du texte par le sens préliminaire et approximatif qu’il lui donne. C’est une grille de lecture confirme M. Butor65. Le titre résumerait ainsi et à lui seul, le contenu du livre. L’aspect extérieur du livre islamique contemporain est plus proche du modèle du livre occidental, dans la version livre de poche, que celui du turâth dans lequel il puise son argumentation. La couverture en cuir de couleur unie, rouge, noire ou verte, est remplacée par une palette de couleurs dans le livre islamique contemporain. Là, on n’utilise plus le cuir pour la couverture mais le carton. Dans le livre de turâth seules les dorures ornent le livre, alors que dans le contemporain d’autres illustrations apparaissent. Alors que l’image est interdite en Islam, elle trouve une place de choix dans cette littérature suggérant le contenu du livre : une femme maquillée ou voilée pour le livre qui a pour thème la femme, une pierre tombale qui rappelle la mort, la représentation très imagée de Satan ou un paysage de flammes évoquant l’enfer et ses tourments. Dans le livre islamique contemporain, il existe une correspondance, un rapport d’adéquation entre son titre et son illustration. Alors que l’épitexte est absent dans l’ouvrage de turâth, il trouve sa place dans le livre islamique contemporain (en arabe mais aussi dans ses traductions). Il se présente sous forme de questions, auxquelles l’auteur a pour ambition de répondre, ou il présente la biographie de l’auteur mais il peut être également sous forme d’avertissement de l’auteur qui indique le but de son ouvrage. L’influence de l’épitexte sur le lecteur est indéniable dans le choix du livre. Comme le propose Hubert Nyssen « il suffit d’observer le comportement des lecteurs dans les librairies : sitôt la couverture examinée, le livre est retourné avec la certitude qu’au dos se trouve un exposé des motifs66. »

81Si les différents signes du livre islamique contemporain peuvent être considérés comme des appâts pour attirer le lecteur, son prix qui vient s’adapter au pouvoir d’achat de son consommateur, explique largement sa mauvaise qualité (celle du papier de bas de gamme, le fait que les marges ne soient pas respectées, que le texte est souvent mal centré, que le papier est mal découpé, le problème d’encre).

  • 67 Al mar’a fi al Qur’ân, La femme dans le Coran ; Tuhfat al ‘arfes, Le don de la femme ; Al hijâb wa (...)

82En s’intéressant à ce nouveau produit éditorial, bien représenté dans les foires par le nombre de ses titres, on retrouve là aussi l’importance des deux thèmes, la femme et la mort, relevés déjà dans la production de la librairie islamique à Paris. On pourrait supposer que les nouveaux titres après leur traduction en français, seront bientôt sur le marché parisien67.

83La fonction du livre religieux diffère selon l’espace géographique où résident les lecteurs musulmans. Dans un pays musulman, la lecture du livre religieux dans sa version contemporaine a été engendrée par un marasme politico-économique. En France, pays qui pour les éditeurs fait partie du marché regroupant les pays non-musulmans et non-arabes, le livre remplit une fonction identitaire née d’une situation d’exil. Par lecteurs exilés, les éditeurs entendent les travailleurs immigrés qui, pour des raisons économiques, ont quitté leur pays, mais aussi leurs enfants nés en France. Pour eux l’exil doit être compris dans un sens large : à l’exil réel des parents s’ajoute l’une de ses conséquences, l’absence de repères qu’il a engendré chez certains de leurs enfants. La lecture serait un lien entre eux et leurs origines (juzûr). D’après les éditeurs, ces mêmes lecteurs, s’ils vivaient dans leur pays d’origine, s’intéresseraient moins à la religion, « c’est le phénomène des minorités » commentent-ils.

LE MARCHÉ FRANÇAIS ET SES PARTICULARITÉS

  • 68 Avant cette date et bien que les livres étaient importés en France, les éditeurs ne considéraient (...)
  • 69 Ils citeront particulièrement la librairie Avicenne, située à mi-chemin entre l’université de Juss (...)

84La France devient un pays importateur de livres religieux au milieu des années 198068. Cette date correspond à l’émergence des librairies islamiques à Paris, mais aussi, en moins grand nombre, dans d’autres villes françaises telles Marseille et Lyon où vit une importante population de musulmans. Le livre religieux tient une place de choix, parfois il a même l’exclusivité dans les commandes faites par les libraires du XIe et XVIIIe arrondissement. Les livres laïcs « cilmânî » comme les définissent les éditeurs, vont vers les librairies du Ve arrondissement69 : dictionnaires, romans, livres politiques, poésie, etc. Les libraires de la rive gauche se fournissent aussi en livres religieux qui entrent dans le cadre des programmes universitaires. Ils se fournissent aussi chez des éditeurs qui ne diffusent pas de livres religieux, tel Dar al-Jadid ou Dar al-Adab spécialisée dans le roman arabe.

  • 70 Selon un éditeur, certains libraires de Belleville achètent cinquante cartons dont quarante-huit s (...)
  • 71 On retrouve cette même réponse chez les libraires pour qui la lecture du livre religieux évite au (...)

85De manière générale, les chiffres avancés par les éditeurs indique que la France est un petit marché si on le compare aux marchés arabes. Néanmoins il faudrait relativiser le terme « petit » dans la mesure où le nombre des lecteurs/ musulmans, consommateurs du livre religieux en France est plus restreint. Pour les éditeurs libanais, leurs grands marchés se repartissent en trois zones géographiques : les pays du Golfe, l’Égypte et le Maghreb. À ces marchés importants s’ajoutent ceux qu’ils considèrent comme des petits marchés dont la France, qui a parmi ces derniers une place de choix. Le marché français vient souvent après le marché maghrébin, pour certains éditeurs et, dans certains cas, il devance la Tunisie. Il précède les marchés « non arabes et musulmans » : le marché africain, Sénégal, Mali et Nigeria, le marché asiatique, Pakistan, Malaisie et Indonésie, et le marché européen, Tchétchénie et Bosnie, comme il précède les marchés « non-arabes et non-musulmans » : Angleterre, Belgique, Allemagne, Espagne et Canada. Pour certains éditeurs, la France est un marché important comme plate-forme par laquelle transitent leurs livres, achetés par des distributeurs résidants à Marseille ou à Paris qui les exportent à leur tour vers le Mali, le Sénégal le Nigeria et le Maghreb70. Pour les éditeurs libanais, la France pourrait être un marché plus important si les autorités françaises étaient plus coopératives. Avant d’arriver à leurs distributeurs, les livres subissent un long contrôle : « Parfois ils sont bloqués à Marseille plus de six mois. » Plusieurs éditeurs, distributeurs et libraires ont trouvé le moyen d’éviter cette contrainte douanière ; leurs livres transitent par un autre pays européen qui ne les contrôle pas. L’attitude des autorités françaises à l’égard du livre religieux traduit selon certains éditeurs leur peur de l’Islam : « Les livres exportés vers la France ne comportent rien qui puisse porter préjudice à ce pays, bien au contraire leur lecture peut amener le lecteur à mieux se comporter71 » ; « On n’a pas le droit d’interdire indirectement aux musulmans de pratiquer leur religion ; c’est par son attitude actuelle que la France risque d’exacerber des comportements qui eux vont réellement lui porter préjudice ».

  • 72 Cf. chapitre 4, le turâth résumé.

86Quels seraient donc les livres prisés par les consommateurs et qui répondent le mieux à leur identité religieuse ? Pour les livres religieux importés en France, à lire les titres cités par les éditeurs et qui continuent d’être demandé par les libraires, on remarque que ce sont les résumés du turâth72, particulièrement les livres qui ont pour sujet la vie du Prophète Mukhtasâr sîra Ibn Hishâm, Mukhtasârsîra ibn Kathîr, ses actes compilés dans les Sahîh de Muslîm et al-Bukhârî Mukhtasar Sahîh Bukhârî et Mukhtasâr Sahîh Muslim. À ces deux genres sîra et hadîth, il faut ajouter le tafsîr, exégèse, particulièrement celui des Jalalayni qui ont le vent en poupe dans leurs exportations. À ces livres en arabe s’ajoutera dès la fin des années 1980 leur version française.

87C’est parmi les maisons d’édition qui publient le plus de livres religieux que l’on trouve les traductions. Le premier livre écrit en français par le traducteur de Dar al-Kotob al-Ilmiyah intitulé Le Pèlerinage et la Visite pieuse, n’est pas en réalité une traduction bien que se trouvant sous la rubrique « livres traduits en français » du catalogue. Comme me l’a confirmé le traducteur, c’est lui-même qui l’a composé et c’est pourquoi il n’existe pas dans sa version arabe. Ce livre est en fait une commande faite par un libraire du XIe arrondissement qui avait remarqué une forte demande chez sa clientèle de livres en français sur le pèlerinage. Le libraire fit part de cette demande à son fournisseur qui s’empressa de trouver dans son entourage « un traducteur ». De cette commande naîtra chez cet éditeur un nouveau produit commercial, le livre traduit. Le choix des ouvrages à traduire est essentiellement déterminé par le libraire. L’émergence chez l’éditeur de ce nouveau produit comme le bon accueil qu’il rencontra ne passa pas inaperçu chez un concurrent qui s’empressa de trouver à son tour un « traducteur » faisant mine de traduire les mêmes titres.

  • 73 Cf. Annexes 5, Les maisons d’éditions, Dar al-Fikr, p. 203.
  • 74 Ce privilège lui a permis de proposer sa fille comme traductrice.

88Pour une raison personnelle, Fawzi Chaaban quitte Dar al-Kotob al-Ilmiyah en 1992, année qui correspond au dernier livre traduit par cette maison d’édition, pour rejoindre Dar al-Fikr. Son ancien « ennemi » devient alors son associé dans les traductions : soit il corrige celles faites par S. Laham, soit il traduit et S. Laham se charge de la transcription73. En récupérant Fawzi Chaaban, Dar al-Fikr lui assigne du même coup un statut privilégié parmi les traducteurs qu’elle emploie74. Il chapeaute toutes les traductions en les révisant.

  • 75 F. Chaaban, S. Laham, N. Younes, A. Harkat, R. Ismael, N. Issa Chaaban, I. Diab, R. Lagha, X. Naji (...)

89La rapidité dans la traduction comme sa qualité médiocre traduit une littérature d’urgence. Elle révèle en outre chez l’éditeur la peur d’être pris de vitesse, d’être concurrencé par ses confrères qui pourraient se rendre compte de l’opportunité à traduire des livres religieux et des gains qu’elle génère. Si le livre remplit une fonction identitaire pour le lecteur, il augmente surtout le chiffre d’affaires de l’éditeur. Dans les deux années à venir, Dar al-Fikr a pour projet de traduire 150 livres, soit 75 titres par an, une moyenne qui dépasse largement celle des grandes maisons d’édition libanaise comme Dar El-Ilm Lilmalayin qui édite actuellement 30 livres par an. Pour faire face à la demande croissante des livres traduits, Dar al-Fikr a embauché12 traducteurs75. Pour répondre plus rapidement à cette demande, un même livre peut être traduit par deux traducteurs, voire plusieurs et vérifié par un autre, généralement Fawzi Chaaban.

90La nationalité des « traducteurs » est une variable qui aide à différencier la qualité des traductions publiées par les maisons d’éditions libanaises, comme celles du Riyâd as-Sâlihîn. Les « meilleures traductions » sont faites par des francophones qui en outre ne résident pas au Liban (le premier est Tunisien et vit dans son pays natal, le second est Algérien et réside en France). Les « bons » traducteurs sont aussi des auteurs. Les différents traducteurs travaillant pour Dar al-Fikr n’ont pas de formation appropriée pour faire ce genre de travail. La traduction est un moyen pour eux d’accroître leurs revenus ; c’est un salaire d’appoint. Ils ont souvent une autre fonction, on retrouve parmi eux des enseignants ou des retraités.

  • 76 Par exemple : les grandes péchés ; ainsi par le rajout d’un e, la foi se transforme en un organe.
  • 77 Les livres traduits du français vers l’arabe tels les ouvrages de l’historien marocain Abdallah La (...)

91À la mauvaise traduction s’ajouteront les fautes de frappe76. L’éditeur estime que ces différentes coquilles n’empêchent pas la vente de ces livres, certains étant réédités sans être corrigés. De plus comme il le souligne encore, « l’essentiel est que le lecteur comprenne le sens, la forme est secondaire ». À la lecture de ces ouvrages, certains passages sont incompréhensibles77 ; comme dirait un autre éditeur « c’est une série de mots constitués effectivement par des signes graphiques mais qui n’ont aucun sens ». Il est difficile dans le cas où le livre n’existerait pas dans sa version arabe chez l’éditeur de savoir si les erreurs qui se trouvent dans le texte en français proviennent de l’auteur ou du traducteur. Les personnes chargées de saisir le manuscrit sur ordinateur (souvent les secrétaires) ne sont pas toujours francophones. Après la saisie, l’épreuve est rarement relue par son auteur. L’édition locale est une réponse aux différentes lacunes dont souffre le livre traduit au Liban.

Notes

1 En 1995 et sur trente maisons d’édition, dix-sept sont libanaises (ou installées au Liban) et treize sont locales dont neuf à Paris et sa banlieue, deux à Lyon, une en Suisse et une en Belgique. Les maisons d’édition libanaises ne sont représentées que sous le créneau éditorial du livre religieux dans les librairies du XIe et du XVIIIe arrondissement, alors que dans celles du Ve ar. on retrouve les différents genres littéraires qu’elles publient tels les romans, la poésie, les dictionnaires...
Ce chapitre a pour objectif l’étude des maisons d’édition représentées uniquement par leurs ouvrages religieux dans les librairies islamiques afin de déterminer leur rôle et leurs capacités à répondre à la demande du lectorat. Notre but est d’élaborer dans un premier temps une typologie des maisons d’édition libanaises en considérant deux variables : leur date de création et leur orientation. La première variable permettra de voir si certaines maisons d’édition ont émergé en même temps qu’une nouvelle pratique de lecture ou si au contraire elles lui sont antérieures. Dans ce cas se sont-elles adaptées à une nouvelle demande par une reconversion et une recomposition de leur champ éditorial ? Ou alors cette demande n’a aucune incidence sur leur production. La seconde variable permettra de considérer la valeur du livre islamique dans la totalité de la production libanaise. L’autre objectif consistera à voir ce que représente le marché français, et ceux des pays d’où sont originaires les clients des librairies islamiques : Maghrébins, Africains, etc.

2 Le dépôt légal est l’obligation faite aux éditeurs de déposer des exemplaires de leurs publications à la Bibliothèque nationale. Cette mention figure au bas de la dernière page du texte imprimé, avec le numéro et la date d’enregistrement.

3 J. Nasrallah, L’Imprimerie au Liban, 1949, Harissa.

4 W. Gdoura, Le Début de l’imprimerie arabe à Istambul et en Syrie, 1706-1787, Tunis/Tunisie, 1985.

5 I. Adel, Le Liban, histoire d’un peuple, 1965, S. Kuri, Une histoire du Liban à travers les archives des jésuites, 1846-1862, 1988, et S. Salibi, Histoire du Liban, 1988.

6 L’Édition au Liban, étude bibliologique et sociologique, (thèse), université Saint Joseph, faculté des Lettres et des Sciences humaines, Beyrouth, 1988.

7 Tijârat al harf al-matbûc, nashr al-kitâbfîlubnân wa tawzîcahu fîal-calâm al-carabî, Beyrouth, 1993.

8 La Production des imprimés non périodiques au Liban de 1733 à 1920. Étude bibliométrique, thèse, Université de Bordeaux III, 1997.

9 S. Rosiny, Shia’s publishing. With special reference to islamic and islamist publications, Berlin, Verlag Arabische buch, 2000.

10 Les médicaments et les livres sont les seuls produits à être exonérés d’impôts.

11 Cf. intervention de M. Sheniti, dans « Le livre arabe et l’édition en Égypte », Bulletin du CEDEJ, 1er trimestre 1989, p. 63 : « Le livre édité en Égypte nécessite 14 ou 16 signatures avant d’être exporté. »

12 Pour l’édition égyptienne cf. Y. Gonzalez Quijano, Les Gens du livre. Édition et champ intellectuel dans l’Égypte contemporaine, Paris, 1998.

13 Chiffre avancé par le ministre de la Culture lors de l’inauguration de la première foire internationale du Livre au Liban qui s’est tenue à Beyrouth du 12 au 23 avril 1995.

14 En 1980, le fondateur de Dar al-Gharb al-Islami quitte son pays, la Tunisie, pour s’installer au Liban.

15 Entretien avec le responsable de Dar al-Gharb al-Islami, mai 1995, Beyrouth.

16 Le nom de famille d’un éditeur signifie l’imprimeur (at-tabbâc).

17 Entretien avec le responsable de Dar al-Fikr, juin 1995, Beyrouth.

18 R. Escarpit, Sociologie de la littérature, Paris, 1986, p. 61-62.

19 S. Spitzer, « Liban, la religion du livre », Jeune Afrique du 20-26 janvier 1998, p. 58-60.

20 Le propriétaire de Dar El-Jil est le distributeur des nombreuses maisons d’édition situées au Liban mais aussi en Égypte, en Arabie saoudite, en Tunisie et à Oman...

21 À la première foire internationale du livre à Beyrouth on remarque cette caractéristique ; le Liban co-édite avec la Syrie (Dâr Talas, al Manâra), la Jordanie (Dar Majadlâwî), le Maroc (Dar al Macrifa et Dar Rashad), la France (Dar al-Kotob al-Ilmiyah et la librairie Ennour) et même avec son concurrent égyptien.

22 Par exemple, un des responsables de la société marocaine de distribution, Sochpress, est de nationalité libanaise, comme la majorité des distributeurs en France. Les liens de parenté entre éditeurs au Liban et éditeurs/ distributeurs/ libraires à l’étranger contribuent à renforcer leur présence sur les marchés du livre : le propriétaire de Dar El-Ilm Lilmalayin a un cousin qui possède une maison d’édition au Maroc, le propriétaire de Dar al-Kitab al-Lubnani a une nièce mariée à un éditeur/ distributeur libano-marocain et un neveu qui possède l’une des plus grandes librairies d’Agadir dans le sud du Maroc ; deux des trois principaux distributeurs installés en France ont des membres de leur famille dans le milieu de l’édition, un éditeur et un libraire/éditeur.

23 La première imprimerie chiite a été fondée en 1910 à Saida par Ahmad cArıf al Zayn. Cf. S. Mervin, Un réformiste chiite, Ed. Karthala, Cermoc IFEAD, 2000 et S. Naef, La presse en tant que moteur de renouveau culturel et littéraire : La revue chiite libanaise Al cIrfân », Études Asiatiques, 1996, Revue de la société suisse, p. 385-397.

24 S. Rosiny, Shia’s publishing. op. cit.

25 Elle édite aussi pour des organisations islamiques internationales (Ligue mondiale islamique, Tripoli/Libye).

26 J.M. Chatelain, « Famille et librairie dans la France du xviiie siècle », in L’Europe et le livre, réseaux et pratiques du négoce de librairie xvie-xixe, Paris, 1996, p. 227-245.

27 R. Chartier, « La librairie d’Ancien Régime », in L’Europe et le Livre, Paris, 1996, p. 587-609.

28 Par exemple Dar al-Kitab al-Arabi regroupe deux succursales, Dar al-Kitab al-Misri installée au Caire et Dar al-Kitab al-Lubnani située à Beyrouth. La première est gérée par Ahmad Zein, la seconde par sa fille aînée. C’est aussi le cas de Mu’assassat Risala dont le père s’occupe de la succursale jordanienne alors que le fils est chargée de la succursale libanaise.

29 Cf. chapitre IV « Infractions et sanctions-Procédure » du Code régissant la profession éditoriale au Liban, Syndicat des éditeurs libanais.

30 Ce renouvellement a permis l’éviction de l’ancien président qui a été remplacé par un autre éditeur dont l’élection ne révèle pas une reconnaissance des gens de la profession mais bien son lien de parenté avec le président du Parlement. C’est sous l’égide de ce dernier que sera inauguré le 12 avril 1995 la première Foire Internationale du Livre au Liban.

31 Cette fatwâ a été rédigée par Khomeyni ; quand j’ai demandé à l’éditeur où je pourrais la consulter, il m’a répondu qu’elle se trouvait chez Fadl Allah, le représentant du Hizb Allah au Liban.

32 Ihya al Khalîl, « Nahwa harakat taslîhiay li naqâbat itihâd an nâshirîn fî lubnân » (document remis par l’auteur).

33 Y. Gonzalez Quijano, op. cit., p. 372 (note 4).

34 Il arrive que l’éditeur pirate substitue au terme dâr, maison, le terme maktaba, librairie.

35 Cf. Annexe 5, Les maisons d’éditions, Les différents genres édités par les maisons d’édition, p. 203, Un livre, plusieurs éditeurs, p. 205, Un livre, plusieurs versions, p. 205.

36 Par exemples, La Voie de l’éloquence de l’Imam cAli ; L’Iran et sa civilisation ; Les Preuves de l’imamat.

37 Al-hajj fîal-islâm, Taclîm salât, Mabâdî’ al-islâm, Dalîl al-muslim, Li mâdâ aslamna, Mâ yajibu an yacrifuhu al-muslim can dînihi, Ahkâm al-janâ’iz, Tahrîm al-khamr, Mawqif al-islâm it-tijâh al adyân as-samâwiya wa ahl ad-dima, Al cibâdât fî-a1-islâm, Talâta ‘usûl fî at-tawhîd.

38 Pour une biographie de cet auteur, cf. G. Kepel, Le Prophète et Pharaon, Paris, 1984, p. 40-45 ; et pour sa production, p. 68.

39 Le livre est traduit et annoté par Osama Khalil avec une nouvelle version des significations du Coran, il est préfacé par Shaykh Ahmed Khettab, guide de cette association.

40 G. Kepel, op. cit., p. 54.

41 Rappelons que parmi les livres qui ont fait l’objet d’une interdiction de distribution en France, se trouvent ceux de Sayyid Qutb édités par Dar Shuruq. Lors de l’entretien que j’ai eu avec le responsable de la succursale libanaise ce dernier ne semblait pas être au courant de cette mesure qui est pour lui incompréhensible.

42 Fi dilâl al Qur’ân, À l’ombre du Coran ; Al cadâla al ijtimâciyya fîal-islâm, La justice sociale dans l’Islam ; An-naqd al ‘adabî, La critique littéraire ; Al-islâm wa mushkilât al hadâra, L’Islam et les problèmes de la civilisation ; At-taswîr al-fanni fîal-Qur’ân ; Mashâhid al qiyâma fîal-Qur’ân, Aspects de la résurrection dans le Coran ; Dirâsât islâmiyya, Études islamiques ; Nahwa mujtamac islâmî, Vers une société islamique ; Macrakatunâ maca al yahud, Notre combat contre les juifs ; As-salâmal calamîwa al-islâm, La paix mondiale et l’Islam ; Macrakat al islâm wa ar-ra’smâliya, Le combat entre l’Islam et le capitalisme ; Ma’âlim fîat-tarîq, Signes de piste ; Hadâ ad-dîn, Cette religion ; Mustaqbal li hadâ addîn, L’avenir de cette religion.

43 La bibliothèque de Muhammad Qutb propose dix-neuf titres, autant que celle de son frère.

44 Cf. G. Kepel, op. cit., p. 33-35, 44, 62, 92.

45 Y. Gonzalez Quijano, op. cit., p. 301.

46 Il est décédé en 1996.

47 A. Gallico, Tunis et les consuls sardes (1816-1834), traduit de l’italien par L. M. Yalaoui, 1re édition 1993.

48 Pour cette maison d’édition seuls les écrits de Deedat Ahmed ont pu être recensés.

49 Fondateur et directeur depuis 1958 du Centre pour la Propagation de l’Islam, à Durban, en Afrique du Sud ; une dizaine de ses écrits ont été censurés en 1994 en France « en raison de leur tonalité anti-occidentale et de la haine qu’elles contiennent ».

50 Sur les 15 genres édités, 10 appartiennent au religieux.

51 Sur les 19 genres édités, 12 appartiennent au religieux.

52 Cf. Annexe 5, Les maisons d’édition, Un livre, plusieurs éditeurs, p. 205.

53 La couleur du papier détermine le lecteur auquel il est destiné. Selon les dires des éditeurs, la couleur jaune est très prisée par les lecteurs maghrébins, c’est pour cette raison qu’on l’appelle aussi le papier marocain « warâq maghribî ».

54 Les catalogues de certains éditeurs s’ouvrent avec la formule « Au nom de Dieu » suivie de versets coraniques et hadîths relatifs au savoir et à la science.

55 Par exemple Majmû cat rasâ’il fi al hijâb wa sufûr (Le hijab et le non port du voile) et Shubuhât fî tarîq al mar’a al muslima (Les suspicions qui entravent le chemin de la femme musulmane), sur lesquels on peut lire sur la couverture « A offrir et non à vendre » (yuhdâ wa lâ yubâc).

56 À la fin de l’entretien avec le responsable de la succursale libanaise de Mu’assasat Risala, qui est le fils du propriétaire de cette maison d’édition (le père gère la succursale jordanienne), il me remettra une revue Asmâ’ éditée par l’Union culturelle en France et dont le directeur de rédaction est son père !

57 Date de création des maisons d’édition : Dar El-Ilm Lilmalayin, 1945 ; Dar al-Kitab al-Lubnani, 1952 ; Dar al-Kitab al-Arabi, 1960 ; Dar al-Macrifa, 1962 ; Dar al-Fikr, 1967 ; Dar al-Qalam, 1967 ; Dar Shuruq, 1968 ; Mu’assasat Risala, 1969 ; Mu’assasat al-Maaref, 1969 ; Dar El-Jil (= al Maktaba taqafiya), 1971 ; Dar al-Kotob al-Ilmiyah, 1971 ; Dar al-Massira, 1975 ; Dar Nadwa al-Gadida, 1975 ; Dar al-Gharb al-Islami, 1980 ; Éditions al-Bouraq, 1990 ; Éditions Baker, ? ; Dar al-Andalous, ?.

58 Son propriétaire est maronite.

59 Pour les éditeurs libanais, le marché intérieur dépasse rarement les 10 %. Les chiffres qu’ils avancent se situent généralement entre 5 et 10 %.

60 La comparaison des dates de fondation des maisons d’édition avec leur spécialisation a permis à Maud Estefan de noter les déplacement des centres d’intérêt en 1956, 1967, entre 1972 et 1974, en 1976 et en 1982. Cf. L’Édition au Liban, étude bibliologique et sociologique, thèse, Beyrouth, Université de Saint-Joseph, 1988, p. 60-61.

61 A. Rouadja, Les Frères et la Mosquée. Enquête sur le mouvement islamiste en Algérie, Paris, 1990, p. 201-208.

62 Cf. R. Escarpit, op. cit., p. 16 : « L’Assemblée générale de l’UNESCO de 1964 a recommandé l’adoption d’une définition statistique universelle : publication non périodique contenant 49 pages ou plus. Il en faut une de plus au Liban et en Afrique du Sud. Le Danemark exige 60 pages, la Hongrie 64 [...]. À l’inverse, la Belgique se contente de 40 pages [...] l’Islande de 17. »

63 Ibid., p. 64-65.

64 Y. Gonzalez Quijano, op. cit., p. 416.

65 H. Nyssen, Du texte au livre, les avatars du sens, Paris, 1993, p. 43.

66 Ibid., p. 47.

67 Al mar’a fi al Qur’ân, La femme dans le Coran ; Tuhfat al ‘arfes, Le don de la femme ; Al hijâb wa as-sufûr, Le hijâb et le non port du voile ; Shubuhât fi tarîq al mar’a al muslima, Les suspicions qui entravent le chemin de la femme musulmane ; Kayfa tuscidîna zawjak, Comment rendre ton mari heureux ; Tawâfuq al zawjâ, L’harmonie du couple ; Mabâhij al zawja, Les charmes du mariage ; Al zawâj al muwaffaq, Le mariage réussi ; Al zawâj al mitâly, Le mariage idéal ; A1 mar’a bayna al hub wa zawâj, La femme, l’amour et le mariage ; Kayfa tatamatac bi zawjatika, Comment jouir de ta femme ; Idfacîzawjak ilâ an najâh, Pousse ton mari à la réussite.

68 Avant cette date et bien que les livres étaient importés en France, les éditeurs ne considéraient pas ce pays comme un marché. Il ne sera considéré comme tel qu’à partir du moment où il sera structuré par un véritable réseau de distribution.

69 Ils citeront particulièrement la librairie Avicenne, située à mi-chemin entre l’université de Jussieu et l’Institut du monde arabe.

70 Selon un éditeur, certains libraires de Belleville achètent cinquante cartons dont quarante-huit sont exportés par la suite vers l’Afrique.

71 On retrouve cette même réponse chez les libraires pour qui la lecture du livre religieux évite au lecteur de tomber dans la délinquance, cf. chapitre IV.

72 Cf. chapitre 4, le turâth résumé.

73 Cf. Annexes 5, Les maisons d’éditions, Dar al-Fikr, p. 203.

74 Ce privilège lui a permis de proposer sa fille comme traductrice.

75 F. Chaaban, S. Laham, N. Younes, A. Harkat, R. Ismael, N. Issa Chaaban, I. Diab, R. Lagha, X. Naji...

76 Par exemple : les grandes péchés ; ainsi par le rajout d’un e, la foi se transforme en un organe.

77 Les livres traduits du français vers l’arabe tels les ouvrages de l’historien marocain Abdallah Laroui, souffrent aussi d’une mauvaise traduction.

© CNRS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search