Version classiqueVersion mobile

Les réseaux du livre islamique

 | 
Soraya El Alaoui

Chapitre 4. Les livres

Texte intégral

1Un jour dans une librairie islamique de la Folie Méricourt, une fillette âgée de 12 ans dit :

« Est-ce-que vous avez le Coran en français et pas cher. C’est pour voir ce qu’il ne faut pas faire, comme mentir. »
Le libraire : « Je vais te donner un livre où tu vas d’abord apprendre ce qu’il faut faire. » Il lui tend Les Cinq Piliers de l’Islam : « Il coûte 18 francs, quand tu l’auras fini, reviens acheter ce qu’il ne faut pas faire. »
La fillette : « Est-ce que c’est vrai que le Coran a été écrit par le Prophète, c’est un copain qui me l’a dit ? »
Le libraire : « Le Coran, c’est la parole de Dieu. »

2Entre le livre demande, le Coran, considéré par les musulmans comme la parole de Dieu dictée par l’ange Gabriel à Muhammad entre 612 et 632 et celui qui a été proposé et acheté, Les Cinq Piliers de l’Islam, édité en 1990, c’est l’histoire de la littérature islamique et de ses différentes mutations que l’on pourrait raconter pour s’adapter au fil du temps à de nouveaux lecteurs et à de nouveaux besoins. Si le lecteur se régénère au contact du discours religieux à travers les livres, la littérature religieuse se régénère quant à elle au contact de nouveaux lecteurs. Le livre change par deux moyens liés aux interventions de nouveaux auteurs et aux interventions éditoriales. Il est un objet « pensé » par rapport au public auquel il est destiné.

3Le recensement des titres de livres laisse percevoir les mutations de la littérature religieuse et de sa thématique. On peut déjà diviser les livres vendus dans les librairies islamiques, selon la période de leur production. Une première strate appartenant au turâth ou patrimoine islamique, couvre la période allant du viiie au xive siècles. Il s’agit de la sîra, ou biographie du Prophète, des recueils de hadîth-s, dires du prophète, et du tafsîr, exégèse. Comme le texte qui a engendré leur écriture - le Coran, les livres appartenant au patrimoine islamique sont reconnaissables à leur aspect extérieur : la reliure est en simili-cuir. Contrairement à la littérature islamique contemporaine, dont les livres sont généralement exposés sur un présentoir, ils trouvent leur place dans des rayons réservés à un genre littéraire bien défini : sîra, hadîth, tafsîr.

  • 1 La division en genre a été retenue pour des raisons de commodité, il va sans dire que certains liv (...)

4La production récente s’amorce au début des années 1980. À partir de ses titres, qui anticipent le contenu, on peut la diviser à son tour en trois genres de livres1 : le turâth réactualisé, l’Islam « catéchisé » et l’Islam « thématisé ». Dans les lignes qui suivent, il s’agira de s’intéresser au lien entre la formation et la production des auteurs de l’Islam classique et celles des auteurs de la production récente.

LA TRADITION ISLAMIQUE

Le Coran

5Les divers exemplaires du Coran ont une place de choix dans la librairie. Ils se trouvent généralement sur des étagères inaccessibles aux clients, derrière le comptoir, ou à proximité du libraire. Seul le Coran, dans une édition « petit format », est présenté sur le comptoir à côté des objets culturels. En partageant avec eux cet espace, le Coran les réunit sous l’étiquette de la religion.

  • 2 Sauf ceux qui par leur essence sont considérés comme impurs.
  • 3 Le Coran n’est pas l’unique texte sacré à monter dans le métro, on voit aussi les Évangiles (chez (...)
  • 4 Ces lecteurs sont généralement des travailleurs immigrés parmi lesquels les Africains sont largeme (...)

6Le Coran est proposé sous différentes éditions : de luxe, courante, et plusieurs formats, qui impliquent des usages différents. Dans un petit format (2,5-3,5 ; 4/8) il a une fonction prophylactique comme les objets (ceux sur lesquels est gravé « âyat al kursi », badge, porte-clés et main de Fatma), qui l’avoisinent sur le comptoir de la librairie. Cette édition du Coran n’a pas pour but la lecture (les caractères sont si petits que le texte est illisible), mais on peut le porter sur soi en l’insérant dans une poche de son vêtement comme un « hijâb », un talisman qui par le seul fait de sa possession protégé son porteur. Si le petit format circule avec le musulman, le Coran (grand format) tient une place fixe dans l’espace familial. Il se situe dans le séjour, pièce partagée par les membres d’une même famille. Il n’est pas, comme le petit format, un objet individuel mais partagé. Mis en évidence dans une vitrine, il tient une place privilégiée dans la mesure où il est rare que d’autres livres trouvent place dans ce meuble. Cette présence ostensible remplit diverses fonctions : elle est la source qui régit les relations entre ces personnes (homme/femme ; époux/épouse ; parents/enfants) ; il affirme et symbolise une appartenance. Lorsqu’il n’y a pas de tableau pour la protection contre le mauvais œil, on peut supposer qu’il remplit simultanément une fonction prophylactique en préservant l’espace familial. Objet précieux, il n’est pas plus que le précédent destiné à être lu ou manipulé. Le format approprié à la lecture a aussi sa place dans l’espace familial. Il s’agit des formats, 14/20 ; 17/24,5 ; 14,5/23 ; 18/24,5. Lu avant et après la prière, il peut devenir un livre de chevet. Il circule entre les membres de la famille, il est lu à haute voix par le père. Quand il circule hors l’espace privé, il est protégé par une jaquette (8,5/12) pour lui éviter d’être au contact des impuretés. Comme le petit format, il circule dans différents espaces2, mais contrairement à ce dernier, son texte est lisible. On peut le lire dès que le temps le permet. Cette édition a donc son entrée dans le métro3 ; la lecture tout au long du trajet islamise le temps et l’espace. Durant le trajet, le lecteur s’approprie un espace public que la lecture privatise. Ce mode de lecture et son espace sont étroitement liés au contexte français. Il n’est pas observable dans les pays d’origine où la lecture du Coran est réservée à l’espace familial et à l’espace cultuel. Par cette lecture, les passagers musulmans4 extériorisent leur différence. Aux autres passagers qu’ils côtoient et qui lisent des romans, des journaux ou jouent aux mots croisés, ils opposent leur propre lecture. Remarquons que la récitation du Coran peut entrer dans le métro sans la possession du texte : les passagers récitent à voix basse des passages du Coran qu’ils ont mémorisés. Bien que les moyens de transport ne remplissent pas les conditions de purification qu’exige la lecture du Coran, il est lu dans cet espace ; le corps du voyageur devient un espace sacralisé, purifié par les ablutions, qu’il délimite comme un tapis de prière.

7Le Coran dans une belle édition est souvent acheté pour être offert. Dans un espace non-musulman, offrir un Coran est une pratique qui devient de plus en plus courante, rarement observable dans les pays d’origine. Cet échange entre musulmans renforcerait leur lien dans un milieu étranger. Dans les cas que j’ai pu observer, les destinataires, comme les occasions, diffèrent. Il est offert lors d’un mariage, à la mosquée, et aux malades. Offrir un Coran en un lieu de culte, c’est remplir un acte de piété ; le don ici-bas se transformera en une rétribution dans l’au-delà. Offrir un Coran à un malade implique une double rétribution : au don s’ajoute la visite au malade, considérée elle aussi comme un acte de piété. Pour celui qui le reçoit (ici le malade) le Coran remplit à la fois une fonction prophylactique contribuant à sa guérison et une fonction « d’accompagnement » brisant la solitude dans un milieu hospitalier. Il remplit cette même fonction dans le cas où la personne serait condamnée. Les cassettes de psalmodie du Coran, vendues dans un coffret, sont aussi offertes aux malades, particulièrement à ceux qui ne savent pas lire et à ceux qui ne peuvent plus lire, comme les personnes gravement malades.

8Les éditions luxueuses du Coran sont vendues particulièrement dans les librairies de la rive gauche. Imprimées en Europe (France et Allemagne), au Moyen-Orient ou en Turquie, leur coût dépasse les 300 euros et atteint parfois les 1 500 euros. La clientèle de ce type d’édition n’est pas, comme on pourrait le penser, uniquement musulmane. Ce sont souvent des patrons de sociétés françaises qui achètent une édition luxueuse pour l’offrir à des clients musulmans des pays du Golfe. Dans ce cas, le Coran contribue à l’échange commercial qu’il vient couronner lors de la signature d’un contrat.

9La version originale du Coran côtoie plusieurs traductions françaises (celles de Régis Blachère, Denise Masson, Jean Grosjean, André Chouraqui, Jacques Berque, Kazimirski, Si Hamza Boubakeur, Hamidullah Muhammad et Kechrid Salaheddine). Alors que celles des deux premiers sont les plus vendues dans les librairies arabo-musulmanes, celles des deux derniers ont le vent en poupe dans les librairies islamiques. Dans les librairies de la rive droite, ce n’est pas le prix qui prime dans le choix de la traduction. La confession religieuse du traducteur contribue largement au choix de la traduction par les clients : Hamidullah Muhammad et Kechrid Salaheddine sont de confession musulmane ; ils sont aussi auteurs de livres islamiques. Ces deux traductions proposent, en outre, le texte coranique sous une forme bilingue : sur une page le texte en arabe, sur l’autre sa traduction. L’édition bilingue est très prisée chez les lecteurs, particulièrement chez les francophones. À ce type d’édition associant la version arabe et française, s’est ajouté depuis peu la transcription.

  • 5 La même édition m’a été offerte à deux occasions et en deux lieux différents : par un responsable (...)

10Le Coran, texte qui a engendré toute une littérature exégétique, qui est le plus cité, sous forme de fragments dans les livres contemporains, le texte partagé par tous les musulmans qu’il regroupe quelle que soit leur obédience (sunnites, chiites et kharijites) et leur rite (hanbalite, malikite, shafi’ite et hanafite) n’est pas le livre le plus vendu comme on pourrait le penser. Trois raisons semblent justifier cela. Le Coran fait partie des objets ramenés du pays d’origine. Il réinscrit dans l’espace de l’Islam le musulman en situation d’exil. Il est parfois offert à l’émigrant avant de quitter son pays par un membre de sa famille. Ce don peut être interprété comme un moyen de le rappeler à sa culture dont le noyau dur est la religion ; le Coran devient le lien par excellence avec le pays d’origine. Beaucoup d’organismes, comme la Ligue mondiale islamique à Paris, offrent gracieusement le Coran édité par le « Complexe du roi Fahd » dont l’unique fonction est l’impression de ce texte5. La Fédération nationale des musulmans de France propose gratuitement aux musulmans francophones une édition bilingue du Coran intitulée Le Saint Coran et la traduction en langue française du sens de ses versets. En outre plusieurs exemplaires du Coran sont mis à la disposition de ses adeptes dans l’espace où il est le plus lu et écouté, le lieu de culte. Ce même lieu propose aussi les trois genres littéraires constituant le patrimoine islamique qui a pour objectif d’expliquer le Coran.

Le patrimoine islamique : la sîra6, les recueils de hadîth-s, le tafsîr7

  • 6 La définition est tirée de L’Encyclopédie de l’Islam (I), tome IV, p. 458-460.
  • 7 Cf. Annexe 4, Les différents Tafâsîr, p. 196.

11Employée pour la première fois comme titre de l’œuvre d’Ibn Hishâm, sîra signifie « biographie » dont le sens dérive de « conduite », « manière de vivre ». L’idée de réunir en un récit la vie du Prophète n’a pas surgi de bonne heure ni spontanément dans la communauté musulmane. L’intérêt de réunir ce récit avait un caractère autre qu’historique. Il s’agissait plutôt, d’un côté, de fixer les règles pratiques du culte et du droit religieux d’après l’enseignement et l’exemple du Maître, de l’autre côté de célébrer selon la coutume de l’Arabie antéislamique, les exploits guerriers des musulmans sous la conduite de leur chef. Le premier de ces deux motifs a donnée l’impulsion au processus de formation de la sunna, sous sa forme typique de hadîth-s normatifs, lequel, quoi qu’il se présente en un recueil de données biographiques, a en réalité un caractère et un but tout à fait différents. Le second motif a provoqué une pléthore de récits relatifs à la période médinoise de la carrière de Muhammad, remplie d’exploits militaires. Ces récits constituent en effet, la continuation et le développement de la littérature des aiyam al-Arab, dont les traits caractéristiques étaient déjà fixés à une époque antérieure à l’Islam.

  • 8 Ibn Ishâq est né à Médine vers 85/704 et mourut vers 150/767. Il est une des autorités principales (...)

12On admet que ce sont les kussas, conteurs professionnels, répandus dans tout le monde musulman aussitôt après les premières conquêtes arabes, qui ont les premiers composé et propagé des récits sur la vie de Muhammad, probablement inspirés des légendes bibliques et des contes d’origine iranienne qui formaient l’essentiel de leur répertoire. Il en sortit un genre de littérature qui tenait davantage du roman historique que de l’histoire. Mais le succès que ces récits ont pu obtenir a été éclipsé par celui de l’œuvre de Muhammad Ibn Ishâq8 qui constitue en même temps le point d’arrivée de l’élaboration de la tradition médinoise et le point de départ d’une nouvelle conception de la sîra. En effet, tandis que ses prédécesseurs semblaient avoir considéré l’histoire du Prophète comme un phénomène isolé, quoique grandiose, Ibn Ishâq fut le premier à placer l’Islam et son fondateur dans le plan de l’histoire universelle. Selon lui, l’avènement de l’Islam constitue la continuation et la conclusion de « l’histoire sacrée » juive et chrétienne telle qu’elle résulte de l’œuvre divine de la création et de la prédication des prophètes antérieurs à Muhammad.

  • 9 Cf. Encyclopédie de l’Islam, tome V, p. 516.

13La renommée d’Ibn Hishâm9 provient de son édition de la sîra d’Ibn Ishâq qui est devenue l’ouvrage fondamental en la matière. La sîra d’Ibn Ishâq n’existe plus sous la forme d’ouvrage indépendant, mais les passages qui en ont été omis par Ibn Hishâm se retrouvent dans les récits d’historiens tels qu’al-Tabârî et al-Azrakî. Une comparaison montre que ce qu’Ibn Hishâm avait omis était surtout la matière qui ne concernait pas directement la carrière de Muhammad. Il donne également une version plus exacte de certains poèmes de la sîra et explique des mots et des expressions difficiles, d’où la popularité de l’édition d’Ibn Hishâm.

  • 10 Cf. Annexe 4, Sahîh al-Bukhârî, p. 197, et Sahîh Muslim, p. 198.

14Le hadîth, récit ou propos, désigne la tradition rapportant les actes et les paroles du Prophète, ou son approbation tacite de paroles ou d’actes effectués en sa présence. Le Prophète ne s’était pas contenté de transmettre les messages divins qui formèrent ensuite le texte du Coran. Il avait pris des décisions, tranché des différends, donné des conseils et des ordres ; il avait aussi sa manière propre de mener sa vie quotidienne ou de se comporter dans telle ou telle autre circonstance, de manifester son approbation ou son mécontentement. Tout cela constitua la sunna, deuxième source de la loi musulmane. La sunna aboutit à la constitution de recueils contenant les traditions les plus sûres et dont l’authenticité comporte des degrés divers, soigneusement déterminés. Parmi ces recueils, les Sahîhs d’al-Bukhârî et de Muslîm jouissent d’un prestige qui leur confère une sorte d’infaillibilité. C’est d’ailleurs ces deux ouvrages qui feront l’objet de nombreuses études sous forme de réécriture10 et de rééditions.

15En Islam, le mot tafsîr est spécialement employé pour désigner les commentaires du Coran, et la science même de son interprétation. Le tafsîr s’appuie sur les recherches des philologues et sur les recueils des traditions. Quand on se réfère aux biographies des auteurs de l’Islam classique et aux études dont ils ont fait l’objet, on remarque que différents éléments contribuent à leur formation : le milieu familial, la poursuite d’un enseignement auprès de maîtres et le voyage.

  • 11 Encyclopédie de l’Islam (II), tome III, p. 976.

16Ibn Taymiyya11 est issu d’une famille d’obédience hanbalite qui avait déjà donné à cette école juridique deux hommes fort connus (son oncle et son grand-père paternels). À Damas, il commença sa formation dans la madrasa Sukkariyya dirigée par son père, auquel il succéda en 1284.

  • 12 Pour la formation de Tabari, cf. C. Gilliot, Exégèse, langue et théologie en islam. L’exégèse cor (...)

17La poursuite de leur enseignement auprès de maîtres contribue à leur formation. Pour Tabari : « Les deux matières qui tiennent la première place non seulement par ordre d’importance mais aussi chronologiquement, sont les études coraniques et le hadit ou, plus généralement les traditions12. » Il arrive que ces auteurs succèdent aux fonctions de leurs maîtres suite à leur décès. En juin 1296, Ibn Taymiyya donnait son premier cours à la Hanbaliyya, la plus ancienne madrasa hanbalite de Damas, où il succédait à l’un de ses maîtres Zayn al-dîn al Munadjdjâ, qui venait de mourir. En 1348, Ibn Kathîr succédait à son maître défunt al-Dhahabi, comme professeur de hadîth-s à la turba d’Umm Sarh.

  • 13 Encyclopédie de l’Islam (II), tome I, p. 1336.
  • 14 Encyclopédie de l’Islam (II), tome VII, p. 691.
  • 15 Pour le rôle du voyage dans la formation des lettrés cf. H. Touati, Entre Dieu et les hommes, Lett (...)

18Pour al-Bukhârî13, Muslîm14 et Ibn Taymiyya, le voyage est un moyen d’aller à la source du savoir. Le premier « voyagea beaucoup à la recherche de traditions visitant les principaux centres, du Khurâsân à l’Égypte, et il prétendait avoir recueilli des traditions de plus de mille shaykh-s ». Le second aurait « dès son plus jeune âge, parcouru le ‘Irâk, le Hidjâz, la Syrie et l’Égypte, en quête de hadîth-s. Il aurait recueilli des traditions auprès d’un certain nombre de maîtres... Un autre de ses maîtres est Harmala b. Yahyâ (m. 858), disciple de cAbd. Allâh b. Wahb (m. 812) collecteur égyptien de traditions ». Le troisième rapporte de « ... son pèlerinage à la Mekke qu’il accomplit en novembre 1292, la matière de sa dissertation sur les Manâsik al-hadj ». Si nous rapportons ici les différents éléments qui ont contribué à la formation des auteurs de l’Islam classique, c’est pour souligner leurs différences avec les auteurs contemporains qui ont exceptionnellement une légitimité scripturaire pour écrire sur la religion15.

  • 16 Haqaqa (vérifier avec exactitude), dabata (ajouter la ponctuation, vocaliser), murājaca (révision (...)

19Les livres appartenant au turâth, datent en grande partie des xiiie et xve siécles. Ils vont se réactualiser, par le biais de l’imprimerie et de pseudo-auteurs, de réédition en réédition, d’authentification en vérification, d’explication en explication, de commentaire en annotation, de correction en ajustement, d’introduction en présentation, d’extrait en résumé et de nouvelle mise en page en index. Le terme /verbe16 qui précède le nom du pseudo-auteur détermine sa fonction dans la réactualisation du texte ancien ; son rôle se limite à une édition critique du texte pour en faciliter l’accès.

  • 17 Cf. Exemples : As-sîra an nabawiyya li ibn Hisham, haqaqaha wa dabataha wa wadaca fihârasaha musta (...)

20Certains ouvrages du patrimoine islamique continuent de subir des augmentations comme le sharh (explication) ou le taclîq (commentaire) mais ils sont rares. En regardant de plus près, on remarque que de manière générale l’apport des auteurs contemporains, azharites et spécialistes de littérature arabe, se limite à des changements au niveau de la forme comme l’insertion d’un index (f’ahras), l’agencement différent du texte (tansîq) ou l’introduction d’une présentation (taqdîm)17.

LA LITTÉRATURE ISLAMIQUE CONTEMPORAINE

21Cette littérature vise tous les lecteurs, hommes, femmes et enfants, marginalisés dans le Turâth augmenté qui a pour consommateurs des lecteurs spécialisés. Différentes stratégies y sont utilisées pour susciter la pratique religieuse, cautionnée par des versets coraniques et des hadîth-s, ayant pour modèle le comportement du Prophète. La répétition de mêmes hadîth-s par des argumentations différentes, le cas de personnes converties à l’Islam, Pourquoi sommes-nous devenus musulmans, les interdictions (alcool par exemple), l’emploi de l’impératif, les titres de livres sous forme d interrogations, comme les questions que se poserait le lecteur et auxquelles l’auteur apporte des réponses, les recommandations, les invocations, font de ces livres, où chaque question est traitée dans un paragraphe ou un chapitre, de véritables codes de vie. Certains titres sont du reste explicites, tels La Voie du musulman, Ce que doit connaître le musulman de sa religion, Le Guide du musulman.

  • 18 Sur la couverture du livre on peut lire à la suite du nom de l’auteur, sa confession religieuse, p (...)

22L’écriture est monopolisée par une confession religieuse : tous les auteurs sont musulmans18. Ceux qui portent un nom occidental sont des convertis à l’islam comme Lucien Ferre ; certains portent un prénom arabe : Yacoub Roty, Abd Allah Penot, Asma Godin, Nadia Corel (l’auteur porte le nom de son mari, converti à l’Islam).

  • 19 Cf. Annexe 5, Les livres, p. 199.

23Écrire sur la religion, ne nécessite plus une formation religieuse qui la cautionne. Exceptionnellement, on rencontre parmi les auteurs contemporains ceux qui ont suivi un enseignement religieux dans une institution, al-Azhar par exemple. Il est parfois très difficile d’avoir une biographie de l’auteur, ou de connaître sa formation. Contrairement aux grands de la littérature de turâth qui ont leur entrée dans l’Encyclopédie de l’Islam et dont les textes ont fait l’objet d’études, les auteurs contemporains en sont exclus. De plus, certains auteurs ont des noms de plume, comme Haja Fdal qui a pourtant produit plusieurs livres vendus dans les librairies islamiques et qui réside en France. Les libraires et les éditeurs interviewés semblent connaître son identité, mais refusent de la divulguer. Le flou du nom de cet auteur contribue à rehausser son prestige. Selon d’autres sources, cet « auteur » de nationalité marocaine est un ouvrier en bâtiment, qui fut un moment gérant d’une librairie islamique de la Folie Méricourt. Dans la littérature islamique contemporaine, le nom d’emprunt n’est pas une exception. Il arrive que l’auteur ajoute à son nom un titre religieux pour donner plus de poids au texte : les auteurs qui deviennent shaykh (docteur en religion) ne sont pas exceptionnels. Les auteurs engagés dans un mouvement politico-religieux ou appartenant à des associations islamiques sont relativement bien représentés dans la littérature islamique contemporaine19.

  • 20 A. D. Eldjazaïri, La Voie du musulman, p. 6.
  • 21 A. Abdel Wahab, La Situation de la femme, cf. préface.
  • 22 H. Amdouni, Le Hijab de la femme musulmane, p. 6.

24Globalement, les auteurs, comme les traducteurs, ont toujours besoin de justifier l’acte d’écrire. Écrire est souvent présenté comme un acte indépendant de leur volonté. Il est suscité soit par une demande formulée par des lecteurs : « Lors de la visite que j’ai effectuée à Oujda, au Maroc, dans le but d’exhorter mes frères à s’attacher aux principes du Coran et de la tradition du Prophète (S.B. sur lui), seule voie de salut et première source de force et de bonheur, ces frères croyants avaient insisté pour que j’écrive à leur intention un livre qui serait un guide pour le musulman dans sa foi en Dieu et dans sa conduite envers son prochain20. » Mais aussi par une situation actuelle : « Le sujet de la femme dans les religions est un sujet délicat. Dans ce vieux débat, toujours de notre siècle, la passion l’emporte, la plupart du temps, sur la raison. C’est d’ailleurs le sujet des croisés de notre temps21. » Ou les deux à la fois : « Nous avions constaté une demande répétée pour ce genre d’ouvrage, de la part de nos sœurs musulmanes non arabophones qui cherchaient à connaître les limites fixées par Dieu en la matière. Le contexte dans lequel elles vivent, véritable amalgame de notions diverses, a plutôt tendance à éloigner les êtres humains de la vraie connaissance des Lois divines révélées22. »

25L’écriture contemporaine et la réécriture d’ouvrages anciens, comme la traduction, peuvent être appréhendées comme un acte de piété. Pour ces auteurs ou « pseudo-auteurs » écrire est un moyen de faire le bien ici-bas pour une éventuelle récompense dans l’au-delà « Que Dieu rende cet ouvrage sincère ne visant par là que Sa Noble Face, et d’une grande utilité, par Sa grâce, car il est le Généreux par excellence et plein de mansuétude » (Murrakuchi) ; « Je loue Dieu et j’espère avoir accompli un travail profitable ne désirant par là que la satisfaction du Seigneur des mondes » (Fawzi Chaaban) ; « En espérant que ce livre portera ses fruits à notre frère musulman, nous adressons le vœu à Allah pour que ce modeste travail trouve sa bénédiction auprès de lui » (Abdenabi Alem).

Le turâth réactualisé

26Cette classification réunit les nouvelles versions du turâth :le turâth résumé, turâth traduit et le turâth recomposé. L’aspect du livre de turâth résumé (en arabe ou traduit en français ou transcrit) concourt à faire croire au lecteur qu’il a acheté et par conséquent qu’il va lire l’œuvre dans sa version originelle. Ce sont là les signes extérieurs du livre qui contribuent à donner cette illusion comme d’ailleurs la couverture et le titre. C’est un livre dont la reliure est en cuir (mujallad). Toutefois la qualité du cuir utilisé dans la version originelle (et augmentée) n’est pas la même dans la version résumée. Là c’est un tajlîd de bas de gamme, comme d’ailleurs le papier utilisé. Le nom du producteur initial, comme le titre de son texte, garde sa place sur la couverture du livre résumé auxquels s’ajoute celui du « pseudo-auteur » et du nouveau titre qui englobe un terme spécifiant le résumé : quintessence, sommaire. Dans le titre, parfois transcrit et non traduit, il existe un terme qui indique implicitement l’action de résumer tels le tajrîd, dépouillement, ou alors le lubânatu, matière de la plus haute importance.

  • 23 Al Murrakuchi, Le Souhait de tout musulman, p. 8.

27Dans ce genre littéraire, l’auteur participe non pas à la création d’un livre mais à un nouveau produit éditorial. Le rôle de ces pseudo-auteurs, voire « tailleurs » se limite à résumer le patrimoine islamique. La forme de résumé la plus fréquente est de faire disparaître l’isnâd (chaîne des transmetteurs), véritable accumulation de marques d’authentification. On ne cite que le premier maillon de l’isnâd ou alors on ne cite que le compilateur (Al-Bukhârî et Muslîm). Certains de ces « tailleurs » définissent leur fonction dans la préface de leur livre, comme Murrakuchi qui a résumé aussi bien le Sahîh de Muslîm que celui d’al-Bukhârî : « [...] il m’est venu à 1’esprit de transmettre ce que j’ai trouvé de nécessaire de ces hadîth-s afin de permettre au lecteur de connaître les règles et les bases (fondements) de la foi musulmane, et je lui ai donné le nom de “Le souhait de tout musulman, Extrait du Sahîh Muslîm23 ».

  • 24 Al Murrakuchi, Libanatou al qaryei, p. 8.

28Parmi les 7 397 traditions, avec des isnâd complets, compilées par al-Bukhârî dans son Sahîh (si on ne tient pas compte des répétitions, le total n’atteint pas 2 762 traditions), Murrakuchi en a extrait 509 (matn sans isnâd) en ayant pour critère de choix leur importance et leur brièveté : « Il m’est venu à l’esprit de transmettre ce dont on a besoin incessamment du Sahîh al-Bukhârî qui renferme tout ce qu’un lecteur doit savoir des règles religieuses. Pour cette fin, j’ai extrait de son contenu - comme de l’or pur - les plus importants de brefs hadith-s, pour être à la portée du lecteur et à la disposition de quiconque cherche à apprendre. Je lui ai donné le nom “Le désir du lecteur, extrait du Sahih al-Bukhârî24 ».

29Tout ce qui a fait le prestige des auteurs de la tradition islamique est amputé dans la production récente. Le patrimoine résumé dans sa version contemporaine a néanmoins un modèle préexistant, Le Riyâd as-Sâlihin de Nawawî. On va emprunter à cet auteur les différentes techniques qui ont contribué et jusqu’à nos jours à expliquer le succès de son ouvrage.

  • 25 Tafsîr al kabîr, Minhaj as-sunna ; Al imân ; Ahkâm at-tahâra ; Al forqân, An nubuwât ; Assiyâsa ac (...)

30Une autre illusion qui contribue à faire croire au lecteur qu’il a acheté le livre dans sa forme originale, consiste à garder au texte résumé le nom de son auteur initial. L’exemple le plus représentatif est celui d’Ibn Taymiyya et de ses ouvrages25. La majorité des livres proposes dans les librairies islamiques n’ont pas été écrits sous cette forme par l’auteur. Cette illusion a pour origine des interventions éditoriales. L’éditeur prend l’initiative d’extraire de l’œuvre une partie ou un chapitre qu’il édite sous forme de livre qui garde parfois le même titre que la version complète ou celui du chapitre.

  • 26 H. Touati, op. cit., p. 38.

31La production de bréviaires à des fins didactiques et mnémotechniques est traditionnelle. Dans un travail sur les lettrés du xviie siècle au Maghreb, Houari Touati a souligné que cette période avait été particulièrement productrice en abrégés26. Rappelons toutefois que les auteurs producteurs de bréviaires du xviie siècle (al Tha’âlbi, Muhammad b. Yûsuf), n’ont, par leur formation, aucune relation avec les auteurs contemporains.

  • 27 R. Chartier, Lectures et Lecteurs dans la France d’Ancien Régime, Paris-Marseille, 1987, p. 9, 247 (...)
  • 28 R. Chartier, Pour une sociologie de la lecture, Paris, 1988, p. 18 ; Pratiques de la lecture, Pari (...)

32Les modifications que les ouvrages du turâth ont subies et tels qu’ils sont proposés aujourd’hui dans leur version résumée rappellent à bien des égards (et bien qu’appartenant à une autre culture et période) le corpus des livres bleus de la société française d’Ancien Régime. Le corpus de la bibliothèque bleue et les textes qui la composent appartiennent à tous les genres, à toutes les époques et à toutes les littératures ; ils sont d’origine lettrée et savante27. Comme l’écrit Roger Chartier, la politique des inventeurs de cette formule éditoriale, les imprimeurs de Troyes, consiste à puiser dans le répertoire des textes déjà édités ceux qui leur paraissent convenir aux attentes et aux compétences du large public qu’ils cherchent à atteindre28. Les différentes interventions éditoriales ont pour but de rendre les textes plus lisibles aux lecteurs qui ne sont pas des familiers du livre :

  • 29 R. Chartier, 1988, p. 18.

Ce travail d’adaptation modifie le texte tel qu’il est donné par l’édition antérieure qui sert de copie aux imprimeurs de livres « populaires », il est guidé par la représentation qu’ont ceux-ci des compétences et des attentes culturelles des lecteurs. Ces transformations sont de trois ordres. Elles raccourcissent les textes, ôtent les chapitres, épisodes ou digressions jugés superflus, simplifient les énoncés en dépouillant les phrases de leurs relatives et incises. Elles découpent les textes en créant de nouveaux chapitres, en multipliant les paragraphes, en ajoutant titres et résumés. Elles censurent les allusions tenues pour blasphématoires ou sacrilèges. Par ces transformations, les imprimeurs imposent des formes inédites « populaires » à des textes qui traversent ainsi les frontières sociales, gagnant ceux-là mêmes à qui, originairement, ils n’étaient pas destinés29.

33Dans le cas du turâth résumé on retrouve les deux premières transformations relevées par Roger Chartier dans le cas des livres bleus ; quant à la troisième transformation elle n’a aucune raison d’être dans la mesure où le turâth et les genres qu’il englobe sont considérés comme l’orthodoxie par excellence. Les modifications textuelles qu’il subit ne sont pas uniquement du ressort des éditeurs, les « pseudo-auteurs » y contribuent dans une large mesure.

  • 30 Cf. Annexe 5, Les livres, Le turâth réactualisé en français et ses titres, p. 200.

34Au résumé s’ajoute une autre modification, la traduction30 qui lui est souvent associée. Parmi les livres qui auraient subi le plus de changements tels le résumé et l’extrait, on retrouve les textes qui sont traduits en français. Généralement les livres traduits sont ceux qui ont pour objet la vie et les dires du Prophète. Exceptionnellement on traduira des textes dans leur version originale, qui se présente déjà sous une forme résumée comme Matn ar-Risâla d’Al-Qayrawânî. Le choix de traduire un livre de turâth est aussi motivé par le rite des lecteurs résidant en France. Les Maghrébins, qui appartiennent au malikisme, constituent, selon les libraires, la plus grande partie de leur clientèle : ainsi, les ouvrages les plus traduits sont Le Muwatta’ de Malik Ibn Anas (708/716-796), juriste musulman, imam du madhab malikite qui porte son nom ; Le message (Risâla) d’al-Qayrawânî (922-996) chef de l’école malikite de Kairouan ; Mukhtasar d’al-Akhdarî (auteur algérien du xve siècle) qui est un traité populaire élémentaire sur les obligations rituelles selon l’école malikite ; AI Muqaddima al cizzia d’al-Ghadilî qui est un guide des devoirs religieux pour ceux qui suivent le rite malikite.

35Aucun « traducteur » de livres de turâth réactualisé (ou des livres contemporains) n’a les compétences requises pour traduire : Salaheddine Kechrid est un pharmacien tunisien, Fawzi Chaaban est un retraité de l’administration libanaise qui dans les années 1960 a fait un stage de formation en France. Le choix d’un traducteur par l’éditeur, est d’abord motivé par son savoir religieux (qui se traduit par une pratique religieuse) que par la maîtrise de la langue vers laquelle il traduit. Comme le précise d’ailleurs un éditeur : « Il vaut mieux une traduction approximative qu’une traduction bonne du point de vue linguistique mais comportant parfois des faux et contre sens dus à une méconnaissance, aux incompétences religieuses du traducteur de la religion. »

  • 31 Il a traduit aussi Le Coran, La Femme à travers les versets coraniques de Karkar Ismet-Ouddine, Qu (...)
  • 32 S. Kechrid, Méditations d’un musulman sincère et Le Vrai Visage de l’Islam, édité par l’AEIF.

36Dans le cas du Riyad as-Salihin traduit par Salaheddine Kechrid31, qui est aussi auteur32, sa fonction ne s’arrête pas à la traduction ; cet exercice lui offre aussi celui du commentaire. En répertoriant ses différents commentaires, on peut y distinguer trois modes. Le commentaire consiste à définir un personnage, un terme du hadîth cité et parfois à l’expliquer par un terme « contemporain ». L’une des formes les plus fréquentes de commentaire est d’expliquer un hadîth par le rajout d’un autre hadîth venant corroborer le précédent. Le traducteur met au service de la traduction et de ses lecteurs son savoir religieux. La deuxième forme de commentaire est d’expliquer des hadîth-s par le biais d’exemples scientifiques. Là aussi le traducteur met à contribution sa formation médicale. Le commentaire est aussi un moyen d’expliquer un hadîth par une situation actuelle (politique-économique-sociale) ; cela permet à l’auteur de faire simultanément la critique de l’Occident, des sociétés « dites musulmanes » et du Tiers-Monde. Il arrive que le traducteur prenne l’initiative d’expliquer un hadîth par ses propres expériences qui viennent le cautionner.

37Le turâth traduit est proposé sous plusieurs versions. Chacune est dirigée vers un type de lecteurs différents. Parmi les premiers livres traduits, l’ouvrage est présenté dans une édition bilingue : sur la page gauche, la traduction, sur celle de droite le texte en arabe. La deuxième forme éditoriale présente uniquement la traduction. Depuis le début des années 1990, les éditeurs proposent une nouvelle présentation du turâth où chaque paragraphe du livre est imprimé en arabe, suivi de sa traduction et de sa transcription. Chacune de ces formes éditoriales implique un coût différent

  • 33 Cf. Le Prophète de l’Islam, sa vie, son œuvre de M. Hamidullah, Étude scientifique de la vie du Pr (...)
  • 34 Mohammad Hamidullah est né au début du xxe siècle dans l’ancien sultanat d’Haiderabad. Installé en (...)
  • 35 Cf. « Avant-propos », M. Hamidullah, Le Prophète de l’Islam : « Malgré la grande richesse de la li (...)
  • 36 Cf. Annexe 3, p. 193.

38Le turâth est décliné aussi sous une forme « recomposée ». Par recomposée, nous entendons les livres écrits (et non résumés) par des auteurs contemporains33. Là aussi, la biographie du Prophète a une place de choix car comme le postule Muhammad Hamidullah34, on ne peut être musulman si on ne suit pas la conduite de son guide, le Prophète Muhammad. Cet ouvrage a pour matériau les textes de ses devanciers (études faites dans les sources originales) et les travaux d’autres chercheurs rédigés dans différentes langues. L’écriture de ces ouvrages est censée combler une lacune, l’absence d’une biographie du Prophète écrite en langue française par un musulman35. Parmi ces livres, ceux écrits initialement en français sont des livres scolaires étudiés dans les instituts islamiques en France36.

L’Islam « catéchisé »37

  • 37 Cf. Annexe 5, L’Islam catéchisé et ses titres, p. 200.

39En 1988, date de l’édition de son ouvrage L’Attestation de Foi, première base de l’Islam, Yacoub Roty déplorait le manque d’ouvrages destinés aux jeunes francophones : « Il n’existe en français que peu de livres de qualité destinés à l’éducation de la jeunesse. Il est à espérer que les éditeurs feront un sérieux effort pour combler cette regrettable lacune. » Son souhait sera exaucé. Actuellement il existe de nombreux livres publiés en français par le soin d’éditeurs installés aussi bien à l’étranger qu’en France. Avant que la version française du livre dogmatique n’apparaisse sur le marché français et afin de répondre à la demande de leur clientèle, les libraires importaient les livres du Maroc et d’Algérie. En immigrant, le livre pour enfant change aussi de fonction, comme dans le cas de Minhâj al muslim as-saghîr ; édité au Maroc, ce livre scolaire pour le primaire, est le support de la matière « Éducation civique ». En France, sa fonction se résume à l’apprentissage du dogme. En comparant les ouvrages édités à l’étranger et en France, comme L’Islam raconté aux enfants, même s’ils ciblent des lecteurs de même âge, on remarque plusieurs différences particulièrement dans les illustrations.

  • 38 Y. Roty, Le Jeûne du Ramadan expliqué aux enfants et aux adolescents, Paris, 1988, p. 63.

40Les illustrations du livre produit au Maroc représentent des jeunes portant le costume traditionnel. En feuilletant L’Islam raconté aux enfants, on constate que certains paysages qui l’illustrent (par exemple l’architecture) rappellent ceux de l’espace géographique où vit l’enfant musulman francophone. Une même illustration38 peut combiner un symbole religieux et un symbole spatial, sur laquelle on peut voir un minaret et la tour Eiffel. À ces illustrations s’ajoutent celles qui se présentent sous forme de planches indiquant les différentes étapes des rituels comme ceux des ablutions et de la prière. Ces planches résument à elles seules le contenu du livre.

41Dans les titres des livres, comme dans leur texte, traitant d une ou de plusieurs pratiques cultuelles, la présentation dialoguée « Comment faire ses ablutions », « Pourquoi jeûner » a une place de choix. Cette présentation est plus fréquente dans les livres ayant pour lecteurs les enfants, « Où est Allah ? », « Que fait Allah ? ». Cette technique est utilisée dans ce cas comme un moyen pédagogique ; l’auteur pose des questions simples comme celle que se poserait un enfant et y répond ; des exercices suivent, reprenant les mêmes questions afin de faire le point sur l’acquisition et la compréhension du chapitre lu. Là, la fonction de l’auteur se confond avec celle d’un enseignant.

42Les auteurs intègrent souvent comme mode d’écriture la transcription des termes arabes en caractères latins avant d’en donner la définition, donnant ainsi au lecteur le moyen d’apprendre au fil des pages la terminologie islamique. Le livre pour enfant applique cette technique pour les sourates proposées à ses jeunes lecteurs afin de leur faciliter lecture et apprentissage.

  • 39 Cf. Annexe 3, p. 193.

43L’Islam n’est pas traité exclusivement à partir des pratiques cultuelles. Des livres incluent aussi les mucâmalat, pratiques sociales, comme La Voie du musulman d’al-Jazayrî et Le Licite et l’Illicite en Islam d’al-Qardhawî, deux livres qui se présentent comme des codes de conduite du bon musulman. La Voie du musulman comprend cinq parties dont chacune est consacrée à la foi, le savoir-vivre, l’éthique, les pratiques religieuses et les rapports sociaux. Comme le souligne son auteur, cet ouvrage englobe les principes et les détails de la religion musulmane ; c’est pour cette raison qu’il l’a intitulé La Voie du musulman. Dans son introduction, al-Jazayrî appelle les fidèles à se conformer à ses prescriptions et à les appliquer, « Je formule l’espoir que nul foyer n’en soit dépourvu ». Son vœu a été exaucé. C’est le livre qui est le plus vendu dans les librairies islamiques, c’est aussi l’ouvrage qui remplit simultanément deux fonctions : c’est un livre scolaire39 et un guide de pratique religieuse. Sa structure comme son argumentation contribue à son succès. Chaque chapitre commence par un énoncé que l’auteur considère comme une vérité qu’il étaye par des preuves citées selon leur degré d’autorité. Aux preuves nommées coraniques, révélées ou islamiques, qui incluent des versets coraniques et des hadîth-s prophétiques, suivent des preuves logiques (ou raisonnement logique) qui se limitent parfois à la citation d’autres preuves islamiques.

  • 40 Journal officiel du vendredi 28 avril 1995.
  • 41 A. Damien, Conseiller de C. Pasqua chargé des cultes et maire (CDS) de Versailles. Cf. Liberation (...)
  • 42 Chapitre II « Le licite et l’illicite dans la vie personnelle du musulman » (les aliments et les b (...)

44Le Licite et l’Illicite en Islam, comme le précédent ouvrage est parmi les livres les mieux vendus dans les librairies islamiques. C’est d’ailleurs cet argument qu’utilisera le ministère de l’Intérieur pour justifier la censure - provisoire - dont ce livre fera l’objet40 : « Nous avons choisi celui-là parce qu’il a un très grand succès. C’est une mesure pédagogique41. » Une condamnation pour l’exemple en somme. Une autre preuve confirme le succès de ce livre édité par le soin des Éditions al-Qalam à Paris : il a été piraté par une maison d’édition libanaise. Cet ouvrage est axé non pas sur les pratiques cultuelles mais sur le comportement du musulman. En quatre chapitres, l’auteur traite de l’ensemble des aspects de la vie quotidienne42.

  • 43 P. Bourdieu, « La lecture : une pratique culturelle », in Pratiques de la lecture, Marseille-Paris (...)
  • 44 S. M. Ali Harakan, Comment faire la prière (pour les filles).

45À la fin de sa lecture, le texte se transforme en pratique religieuse. Il serait comme la Bible, « un guide de vie auquel on demande l’art de vivre43 ». Le lecteur ayant intégré dans son comportement le modèle de vie instauré par ce type de livres peut le donner à son entourage pour qu’à son tour il le lise. La circulation de ces livres n’est pas rare, elle est en outre recommandée par des auteurs affiliés à des organisations islamiques pour la propagation de l’Islam : « [...] si tu en a achevé la lecture, je te prie de le passer à une sœur qui aura besoin de connaître la manière de pratiquer l’ablution et la prière44. »

  • 45 Al-Ghazali, La Femme entre les traditions et la modernité, op. cit., p. 57.
  • 46 Al-Murrakuchi, Le Souhait de tout musulman, 1992, p. 8.

46Si la lecture du livre islamique sous forme de catéchèse a pour finalité l’apprentissage du culte, elle remplit une autre fonction d’ordre social : elle préserve de la délinquance. Les dires des vendeurs comme ceux des auteurs vont dans le même sens : « Il vaut mieux lire que se droguer. » Pour Al-Ghazali, auteur contemporain, « l’accomplissement des cinq prières au cours de la journée éloigne le spectre de la débauche des jeunes esprits45 ». Ces déclarations sont sur la même ligne que celle que formulait déjà en 1986 le responsable de la Fédération Nationale des Musulmans de France : « Ouvrir une mosquée, c’est fermer une prison. » Pour les lecteurs, qui se trouvent dans une situation d’anomie, la lecture et la pratique religieuse qu’elle engendre, sont un moyen de se créer des repères. On peut guérir les maux, comme la délinquance, leur trouver un remède efficace dans la lecture des textes anciens. Pour Murrakuchi « le hadîth prophétique est une pommade pour remédier aux blessures apparentes et cachées et sa mise en exécution pourra amener aux postes admirables46 ».

47Aux ouvrages qui initient à la pratique religieuse, s’ajoutent ceux qui ont pour objet le rappel, dhikr, et les invocations, ducâ’. Ces dernières sont des appels à Allah en avouant les fautes et les méfaits devant lui et en lui demandant sa grâce et son pardon. Le dhikr se distingue de l invocation par le fait que l’on ne s’adresse pas directement à Allah, c’est un monologue qui rappelle au croyant la gloire d’Allah. Parmi ces livres, certains existent dans une version française comme Les Invocations coraniques, traduites et translittérées précédées des 99 noms de Dieu de Bélamine Muhammad Badr el Islam, Le Rappel et les Invocations du musulman de Abdenabi Alem et L’Invocation exaucée de Abdul Jawad Ahmed (traduction de Ducâ’ al mustajab).

48Le livre d’Abdenabi Alem et celui d’Abdul Jawad Ahmed ont l’avantage de présenter les invocations selon les occasions où elles doivent être récitées. Le rappel et les invocations du musulman est divisé en cinq parties. La première concerne les rappels et les invocations relatifs à la prière qui est un des piliers de l’Islam (avant les ablutions, quand on entend l’appel à la prière, en entrant dans la mosquée et en sortant...). La deuxième partie traite du rappel et des invocations le long du jour et de la nuit (en se mettant au lit, quand on fait un cauchemar ou un songe, en sortant de la maison et en y entrant...). La troisième porte sur les rappels du matin et du soir. La quatrième est consacrée aux rappels et aux invocations dans des circonstances particulières (quand on cherche la meilleure solution, quand on monte dans une voiture, quand on voyage, pour éloigner l’angoisse, la tristesse et les soucis, invocations contre les mauvaises suggestions de Satan, quand on visite un cimetière ou quand on passe à côté, invocations concernant le mariage...). La cinquième partie conclut l’ouvrage par des rappels et des invocations de caractère général. L’invocation exaucée d’Abdul Jawad Ahmed propose en outre une collecte d’invocations quotidiennes que le musulman doit réciter selon les jours de la semaine, qui commence par le vendredi : « Pour le jour du Vendredi », « Pour le jour du Jeudi »...

  • 47 A. Abdenabi, Le Rappel et les Invocations du musulman, p. 10.

49Aux livres qui se présentent comme des guides de pratique religieuse s’ajoutent les livres d’invocations qui sont un véritable moyen pour apprendre le Coran. L’expression verbale des invocations est libre, mais elle usera fréquemment des textes coraniques ou de prières traditionnelles déjà existantes. En effet, une grande partie des invocations est tirée du texte coranique soit sous forme de sourates entières (dans le cas de celles qui comprennent un nombre restreint de versets), soit des extraits de sourates. Comme la pratique cultuelle, « le dikr et les invocations doivent figurer dans l’emploi du temps du musulman47 ». Ces éléments spirituels ont deux objectifs : ils renforcent la pratique de la prière qui lie en permanence le musulman à Dieu ; ils peuvent être considérés comme une immunité ; contre les méfaits de la vie sociale. En priant, en invoquant Dieu, on n’a plus le temps de sombrer dans la délinquance. Le temps « libre » est au service de Dieu.

50Le protocole de lecture ne s’arrête pas aux livres proposant l’Islam sous sa forme dogmatique. Il continue avec les livres qui proposent l’Islam sous forme de thèmes ; ces derniers ont pour lecteurs ceux qui viennent de finir leur initiation religieuse par le biais de livres relevant de « l’Islam catéchisé » et ceux qui l’ont acquis, non pas par le livre, mais par une éducation parentale et/ou sur les bancs d’une école coranique.

L’Islam thématisé

  • 48 Cf. Annexe 5, Les livres, Le livre islamique au féminin, p. 201.
  • 49 Les Editions al-Qalam ont édité depuis 1997 L’Encyclopédie de la femme de Abd Al Halim Abou Chaqqa (...)
  • 50 Par exemple la section du chapitre II « La tenue vestimentaire de la femme musulmane » dans Le Lic (...)
  • 51 Cf. Le Statut de la femme musulmane, p. 75.
  • 52 Ibid., p. 107.
  • 53 Cf. M. Al-Ghazali, La Femme entre les traditions et la modernité, p. 208-210.
  • 54 Chap. 3 « Intégrisme et intégrité » ; chap. 4 « Intégriste et intégrateur » ; chap. 5 « Hasard et (...)

51La littérature islamique contemporaine traite de nombreux thèmes perceptibles, déjà dans ses titres, dont les plus récurrents sont ceux de la femme, de la mort, de l’économie. Pour plusieurs raisons, on s’attachera particulièrement à celui de la femme48. Sujet actuel, médiatisé à l’extrême il possède un nombre important de titres par rapport aux autres thèmes. Il est d’ailleurs l’objet d’une encyclopédie49. Les « auteurs » qui choisissent ce sujet comme leurs argumentations sont représentatifs de la littérature islamique contemporaine. Même si certains livres n’ont pas pour objet la femme, ils intègrent cette question sous forme de chapitres ou de paragraphes50. Comme on pourrait le penser, les livres ayant pour thème la femme ne sont pas achetés et lus exclusivement par des femmes. En effet il arrive que des hommes achètent ces livres (particulièrement ceux qui relèvent du vêtement féminin) pour leur femme, fiancée, filles ou sœurs. À la lecture de livres ayant pour thème la femme, l’homme trouvera la liste des femmes qu’il ne peut épouser51 et selon quels critères il doit choisir celles qui lui sont permises, ses devoirs et ses obligations à l’égard de son épouse52 (et vice versa). Certaines sections de ces livres peuvent s’adresser aux hommes comme le chapitre II de La Parure des femmes, intitulé « Parole adressée aux hommes ». D’autres traitent de questions qui ne sont pas exclusivement féminines. À partir de ce thème, l’auteur traite de questions en corrélation avec lui, comme : « La calamité de la drogue » ou « Le sida et la liberté homosexuelle53. » Il arrive même que le thème principal devienne secondaire : sur les 16 chapitres composant le livre de Kuhmane Sultana, 12 développent d’autres questions que celui de la femme54.

52Tout le monde peut écrire : la seule condition à remplir est d’être musulman. La diversité de la formation des auteurs est un échantillon représentatif de ceux de la littérature islamique contemporaine. Cette diversité se retrouve à l’échelle des lieux de résidence de ces auteurs (le pays de résidence se confond parfois avec leur nationalité) : Égypte, Arabie saoudite, Qatar, Tunisie, France (Paris et Strasbourg), Belgique (Bruxelles), Suisse.

  • 55 « Après m’avoir arraché une dent, j’étais tombée gravement malade... Chirurgiens et médecins s’éta (...)

53Dans la littérature islamique contemporaine, la présence d’auteurs femmes est rare, à l’exception des livres développant le thème de la femme. Remarquons que ces auteurs portent le voile. Nicmat Sidqi et Sultana Kuhmane le disent explicitement dans leur texte, l’équipe de femmes auteurs de Statut de la femme musulmane, Questions-Réponses, le serait aussi aux dires de leur éditeur. Les raisons qui pousseraient les femmes à écrire sont diverses. Dans le cas de Nicmat Sidqi et Sultana Kuhmane, l’écriture vient couronner une conversion, un retour à la religion. Leur livre se présente comme un récit de conversion, indépendante de leur volonté ; dans le premier cas c’est la maladie55 alors que dans le second c’est le mari qui a contribué au retour à la religion et au respect de ses prescriptions ; le port du voile en est la preuve la plus tangible. On remarque en outre que ces deux auteurs signent leur livre du nom de leur mari. Cette pratique n’a pas de fondement religieux, car la femme garde toujours son nom de jeune fille. On pourrait penser que le rajout du nom de leur mari et de leur titre est un moyen donnant plus d’autorité au livre et par conséquent à l’acte d’écrire : Sidqi Nicmat est l’épouse d’un docteur et Kuhmane Sultana est l’épouse d’un shaykh.

54Si on peut considérer les « auteurs » qui résument le turâth comme des « tailleurs », ceux qui choisissent de traiter un thème en corrélation avec l’Islam peuvent être considérés comme « des braconniers ». Ils vont puiser leur argumentation dans des sources appartenant au registre religieux, dans la rue, la politique, la médecine, leurs propres expériences et celles de leur entourage. Cette pléthore d’arguments est associée à un style d’écriture alambiqué où les digressions, répétitions et métaphores sont fréquentes. L’écriture permet des digressions grâce auxquelles le lecteur voyage dans le temps et l’espace : les références anciennes le projettent dans le passée de l’Arabie, les récentes le ramènent à l’actualité égyptienne ou parisienne. En étant inhabitué à cette littérature et en la lisant pour la première fois, on ne voit pas a priori la cohérence de ses textes. En effet, le livre se présente comme une suite de chapitres, de paragraphes, d’argumentations très diverses, n’ayant aucun lien entre eux. Néanmoins on peut dépasser les premières impressions que donne cette littérature par la relecture d’un même livre et par la lecture d’autres livres de même type pour enfin se familiariser avec une écriture qui a sa propre cohérence, sa propre logique. On peut relever plusieurs types d’incohérences dont les plus fréquentes sont celles qui apparaissent entre le titre et le texte qui suit et celles qui apparaissent entre l’idée et l’argumentation utilisée.

55Ainsi, par exemple, au titre du chapitre 16 intitulé ; « L’Islam et les réfugiés politiques » de L’Islam, la Femme et l’Intégrisme, l’auteur développe l’histoire d’un Arabe vivant en Belgique à qui on refusait un logement parce qu’il avait quatre enfants. Afin d’obtenir un logement il a eu recours à un subterfuge : ses enfants se sont transformés en quatre petits chiens.

  • 56 Al-Ghazali, La Femme entre les traditions et la modernité, op. cit., p. 212 : « Il faut savoir que (...)

56Le titre du chapitre « Le rôle absent de la femme » dans La Femme entre les traditions et la modernité n’a aucune relation avec le texte qui suit et l’idée que l’auteur y développe : l’iniquité de la politique américaine à l’égard des Palestiniens et sa complaisance à l’égard des juifs qui massacrent les musulmans. Soulignons que cette argumentation n’est pas fréquente dans la littérature islamique contemporaine dans sa version française et que la critique à l’égard des juifs est exceptionnelle. Les lecteurs au service du ministère de l’Intérieur sont des garde-fous pour empêcher la distribution de cette littérature sur le territoire français. Dans le même livre et dans un autre passage, on remarque en outre que les propos tenus par Al-Ghazali à l’égard des juifs ne sont pas toujours négatifs56.

  • 57 Al-Ghazali, La Femme entre les traditions et la modernité, op. cit., p. 55.
  • 58 Cf. Le Mariage islamique bienheureux.

57Chez ce même auteur, un autre type d’incohérence peut être relevé. Ainsi aux métiers déconseillés aux femmes (chauffeurs de bus, policiers, etc.), l’auteur passe et sans transition à la citation d’un article et de deux études sur les conséquences du sport chez les « femmes sportives actives » qui subissent un dérèglement menstruel qui peut engendrer la stérilité, car les « activités trop dynamiques influencent la sécrétion des strérogènes qui sont à l’origine de la fertilité de la femme ». On apprend aussi « qu’elles sont atteintes plus que celles qui ne pratiquent aucun sport, du cancer du sein et du cancer des organes génitaux »57. On pourrait supposer que les filles voilées demandant à être dispensé des cours d’éducation physique ont lu ce passage. Certains auteurs utilisent des « preuves » médicales même si certaines sont fausses comme celle utilisée par Istambouli. Ce dernier nous apprend que la frigidité et l’impuissance, conséquences des relations sexuelles hors du mariage, sont des maladies sexuelles transmissibles58.

58Il ne faut surtout pas penser que les auteurs de cette littérature ont un esprit incohérent, ce serait leur nier une forme d’intelligence. Le texte devient compréhensible au moment où on comprend le but de son auteur. Les lignes comprises entre le titre et la dernière phrase peuvent être considérées comme un espace de liberté donnant aux auteurs l’opportunité d’exposer leurs positions politiques. Par leurs écrits, ils ont donné naissance à un genre littéraire nouveau que l’on pourrait désigner par « littérature dénonciatrice ». Les mots qui dénoncent monopolisent la quasi-totalité du texte. Littérature de dénonciation, elle n’en propose pas pour autant une solution gérable, applicable dans les sociétés de ses consommateurs. Même quand les auteurs proposent une solution telle l’application de la sharica ou droit musulman (qui ponctue le texte), ils restent évasifs sur les moyens d’y parvenir.

59La multiplication des livres développant le thème de la femme suppose qu’un nouveau titre annule ceux qui le précèdent. Or même si les références coraniques ponctuent toute cette production, chaque auteur traite différemment la question en y intégrant de nouvelles données qui lui sont propres. Les différentes argumentations des auteurs, leurs attraits pour le thème de la femme déguisent leurs objectifs qui ne sont pas que religieux. L’Islam « thématisé » est un moyen de renouveler des textes normatifs. L’argument privilégié est la référence coranique donnée sous forme de verset complet ou partiel. Dans le cas d’ouvrages relatifs aux vêtements des femmes, Le Hijâb islamique et La Parure des femmes, deux versets sont utilisés :

Prophète, dis à tes épouses, à tes filles, aux femmes des croyants de revêtir leurs mantes : sûr moyen d’être reconnues (pour des dames) et d’échapper à toute offense.
Dieu est Tout indulgence, Miséricordieux. Sourate 33, « Les Coalisés », verset 59.
Dis aux croyantes de baisser les yeux et de contenir leur sexe ; de ne pas faire montre de leurs agréments, sauf ce qui en émerge, de rabattre leur fichu sur les échancrures de leur vêtement. Elles ne laisseront voir leurs agréments qu’à leur mari, à leurs enfants, à leurs pères, beaux-pères, fils, beaux-fils, frères, neveux de frères et de sœurs, aux femmes (de leur communauté), à leurs captives, à leurs dépendants hommes incapables de l’acte, aux garçons encore ignorants de l’intimité des femmes. Qu’elles ne piaffent pas pour révéler ce qu’elles cachent de leurs agréments.
Par dessus tout, repentez-vous envers Dieu, vous tous les croyants, dans l’espoir d’être des triomphants. Sourate 24, « La Lumière », verset 31.

60Ces deux versets coraniques sont répétés tout au long du texte, qu’ils ponctuent. Écrit dans sa totalité au début du livre, le verset apparaît par la suite sous forme d’extrait. La répétition a pour but de convaincre, elle est aussi un moyen permettant de mémoriser des versets au fil de la lecture.

  • 59 Inconnu, peut être qu’il s’agit d’une erreur de transcription ; il s’agirait plutôt d’al-Bazzaz tr (...)
  • 60 Ibn Hibban (vers 883-965), traditionniste et auteur de al Musnad as-sahih où les traditions sont d (...)
  • 61 Ibn al-Mundhir : vétérinaire en chef des écuries du Sultan mamlûk d’Égypte al Nâsir. Il s’agirait (...)

61Aux versets coraniques s’ajoute le hadîth. Dans Le Hijâb de la femme musulmane c’est un cocktail de références anciennes. Aux deux grandes autorités en matière de hadîth-s, al Bukhârî et Muslîm, s’ajoutent d’autres traditionnistes, compilateurs de sunan (traditions) dont certains n’ont pas eu la même notoriété : Abu Dawud, Tabarani, Ibn Majah, Tirmidhi, Ibn Hanbal, al Bazzar ( ?)59, Ibn Hibban60, al Bayhaqui, Ibn al Mundhir ( ?)61, Ibn as-Sunni, ad-Daylami. À partir des références citées par l’auteur, une rétrospective s’impose. Parmi les recueils de hadîth-s de type musanafs (classés par matière), les musulmans considèrent comme jouissant de la plus grande autorité :le Sahîh d’al-Bukhârî (810-870), le Sahîh de Muslîm (821-876), les Sunan d’abu Dawud (817-889), les Sunan d’al Tirmidhi (825-892), les Sunan d’al Nasa’i (830-815) et les Sunan d’ibn Madja (824-887).

  • 62 Par exemple le livre intitulée Les Hadîths quodoss comprend 400 hadîths de sources différentes : L (...)

62Au xe siècle, les recueils d’al-Bukhârî et de Muslîm furent à peu près reconnus, et les sunan ne le furent que plus tardivement. Les traditions rapportées par al-Bukhârî et Muslîm, sont tenues pour saines tandis que celles des autres livres possèdent divers degrés de valeur. D’autres ouvrages furent également composés qui, sans inspirer le même respect général que les six premiers, sont jugés importants comme celui d’al-Bayhakî (994-1066) traditionniste et fakîh shaficite que cite Hassan Amdouni. Marginalisés dans le patrimoine islamique, les livres de sunan n’ont pas fait l’objet de traductions, néanmoins les traditions qu’ils englobent trouveront leur place par leur citation dans la production actuelle62. Elles deviennent d’une part une source nécessaire pour les auteurs, quand certaines traditions font défaut dans les deux Sahîh, pour confirmer et légitimer certaines de leurs positions (ou idées) ; d’autre part elles peuvent être parfois une référence supplémentaire. Le degré d’authenticité de certaines traditions compilées dans les sunan est parfois dacîf (faible). L’utilisation de ces traditions est néanmoins permise quand il s’agit d’exhortations à une bonne conduite, comme dans le cas de ces livres.

63De cette pléthore de hadîth-s, l’auteur extrapole certains qu’il utilise à d’autres fins pour appuyer son argumentation ; comme dans le cas de ce dire prophétique « Les femmes manquent et de raison et de foi » utilisé par Nicmat Sidqi pour critiquer les femmes qui se maquillent. À l’argumentation islamique s’ajoutent d’autres arguments qui viennent l’appuyer. Hassan Amdouni utilise quant à lui une argumentation religieuse autre qu’islamique l’Evangile, épître aux Corinthiens.

64Nicmat Sidqi utilise quant à elle une argumentation profane, comme les proverbes et la poésie ; même Victor Hugo trouve ici sa place : « La plus belle femme est celle qui ignore être de beauté. »

  • 63 « N’est-ce pas une tragicomédie, de voir la brune vieille femme si âgée, se couvrir de poudre blan (...)

65Si Hassan Amdouni et Nicmat Sidqi traitent du même sujet, le tabarruj ou le non-respect du hijâb, chacun l’appréhendera de manière différente. Le premier citera les conséquences du tabarruj (l’adoration du corps, la priorité donnée sexe, l’augmentation de l’adultère, les couples et les enfants illégitimes, les adultes trop sollicités sexuellement négligent leurs devoirs, la prostitution devient un métier admis, la propagation des maladies sexuelles transmissibles, la foi se perd...). La seconde s’érige en censeur et jette l’opprobre sur les femmes ; une violence verbale se dégage des attributs appliqués par Sidqi Nicmat à la femme qui ne porte pas le voile, « charogne », « le diable maudit », « une bonne proie et un bon gibier », « débauchée »63.

  • 64 Consultation sur un point de droit (fiqh), ce terme s’appliquant à l’Islam, à toutes matières civi (...)
  • 65 Shaykh Moisa Salih Charaf, Professeurs Hamza et Majid, Dr Ahmad Charabasi (connu pour son livre Ya (...)

66Le Statut de la femme musulmane est un cocktail d’argumentations sous forme de fatwâ64 données par des jurisconsultes du xive siècle, Ibn Taymiyya, Ibn al Jawzî, et de jurisconsultes contemporains65. Par le biais des fatâwî, les morts comme les vivants répondent aux questions que se posent actuellement des femmes musulmanes résidant en France.

67L’argumentation utilisée par al-Ghazali, dans Les Problèmes de la femme entre les traditions et la modernité, est encore plus diversifiée : on trouve aussi bien des références islamiques que des références tirées du Times, auxquelles s’ajoutent des statistiques (qu’il donne sans citer la source). La formation comme la nationalité des auteurs qu’il cite est multiple : Jack Strow (porte parole du parti des ouvriers britanniques), Dr Omar Nassif (président de la Ligue du monde musulman), Qassim Amine (avocat égyptien, m. en 1908, il est considéré comme le « père » du féminisme en Orient), Ernest Renan, Jamel Eddine al Afghani (1838-1897, réformiste et moderniste musulman), Muhammad Abduh (1849-1905, réformiste religieux égyptien qui s’attacha à moderniser l’Islam et à le corriger par la raison en essayant d’ajuster les lois islamiques aux impératifs du monde moderne), Issam al Atar (Frère musulman syrien, exilé en Allemagne où il est responsable du Centre Islamique d’Aix-la-Chapelle, qui édite la revue an-Nadhir, (Le guide ou le présage Le Rappel ou L’Avertissement), Taha Hussein (1889), Well Diorabt (historien auteur de Les Plaisirs de la philosophie), Georges Balochi (auteur de La Révolution sexuelle), Arnold Twinbi (historien), Hafiz Ibrahim (poète égyptien). Ce livre associé dans le même texte Jésus à Thatcher. Cette pléthore de noms et de citations dans un même texte est une des caractéristiques de la littérature islamique contemporaine. Le texte est formé par un découpage de données collées les unes à la suite des autres, souvent sans aucun lien entre elles. Pourtant toutes servent les propos dénonciateurs de son auteur. Elles légitiment ses prises de position comme elles lui permettent de faire montre d’érudition.

68De cette argumentation, celle relative au registre scientifique, particulièrement médical, a une place de choix. L’utilisation de « preuves » médicales est un moyen concret, compréhensible, à la portée des lecteurs. Elles sont en apparence irrécusables, alors que les autres seraient des faits d’opinion.

  • 66 La Médecine du prophète et Le Livre de la miséricorde dans l’art de guérir les malades de Jalal Ed (...)
  • 67 La Médecine selon le Coran et la Sunna d’A. Taha, Éditions Tawhid.

69À la médecine occidentale s’oppose la médecine dans sa version musulmane. Les libraires proposent à leurs clients des titres en français appartenant à ce thème, soit d’auteurs anciens66 soit d’auteurs contemporains67. Ce sujet est bien représenté non pas par le nombre de ses titres mais par les diverses traductions et éditions d’un même titre.

  • 68 A1-Ghazali, La Femme entre les traditions et la modernité, op. cit., p. 20.
  • 69 On retrouve la métaphore médicale dans le discours des prédicateurs comme Kichk cAbd al Hamîd. Cf. (...)

70Par ailleurs, dans la littérature actuelle, la science devient le commentaire contemporain du Coran car il n’est pas incompatible avec elle : « Le progrès scientifique est l’allié de la foi et l’ennemi de l’athéisme68. » Elle est la preuve de la pérennité de l’argumentation islamique (Coran et hadîth-s). La métaphore médicale est un moyen pour faire concorder science et foi69.

71À l’interdiction coranique (II. verset 222) d’avoir des relations sexuelles durant les menstrues, vient s’ajouter une argumentation médicale qui la cautionne :

La médecine moderne a montré ce que les excrétions menstruelles contiennent des substances toxiques nuisibles à l’organisme si elles n’en sont pas expulsées. Elle a aussi expliqué la raison de l’interdiction d’avoir des rapports avec les femmes durant les règles. Pendant cette période, l’appareil génital de la femme est congestionné. Son système nerveux est troublé par la sécrétion de certaines hormones. C’est pourquoi les rapports sexuels lui sont nuisibles car elles peuvent bien empêcher la sortie des excrétions menstruelles et provoquer des troubles nerveux. Ces mêmes rapports peuvent aussi créer des inflammations dans les organes génitaux de l’homme et de la femme.

  • 70 Y. Al-Qardhawî, Le Licite et l’Illicite en Islam, p. 102.

72A l’interdiction prophétique de détenir un chien sans aucune nécessité s’ajoute l’avis de la science moderne sur la détention des chiens par la citation d’un savant allemand sur les maladies que le chien transmet à l’homme comme le ténia. Cette argumentation permet à Youssef Al-Qardhawî de démontrer la justesse du hadîth et de faire l’apologie de son auteur, le Prophète : « Comment les directives de Mohammad (B.S.D.L), l’arabe illettré, s’accordent pleinement avec les récentes découvertes de la science contemporaine de la médecine moderne70. »

  • 71 A. Rouadja, Les Frères et la Mosquée, Paris, 1990, p. 172.

73On applique à l’Islam une terminologie médicale : il « immunise », « vaccine », « guérit », « prévient le mal ». Si la métaphore médicale est utilisée pour confirmer l’argumentation religieuse, elle est aussi un moyen de dénoncer l’Occident et les maux qu’il a engendrés. À ces maux, on propose des remèdes islamiques qui, comme l’écrit Ahmed Rouadja, « tirent leur efficacité thérapeutique du Coran71 ». Ainsi l’Imam Saghir Mohammed intitule son ouvrage : Vaccin et traitement islamiques anti-sida. Pour Mokhtar Aniba, auteur de Le mal du siècle vu par l’Islam, « le préservatif ne protège pas du relâchement des mœurs qui est la cause du sida. Le remède c’est l’application de la Charia ».

  • 72 Al-Ghazali, op. cit., p. 21.

74L’Occident et les pays qu’il regroupe sont cités de manière explicite, les États-Unis, l’Angleterre, la France et Israël ; et de manière implicite : « sociétés modernes », « pays dits civilisés », « les croisés », « les nations nouvelles venues dans l’histoire qui construisent leurs fameux gratte-ciel après n’avoir été que des gardiens de vaches ». L’Occident a ses tares mais aussi les figures qui le symbolisent, comme Freud, Durkheim et Marx. On apprend que ce sont des « malades égarés » et des « nouveaux prêtres », sous l’emprise de maladies psychologiques qui n’auraient jamais pu imposer leurs idées si l’incapacité et la négligence des religieux ne leur avaient pas frayée un chemin72.

  • 73 Comme le souligne l’auteur dans son introduction le présent ouvragé est un abrégé d’une partie de (...)
  • 74 Le chapitre II.

75Le thème de la femme est un moyen utilisé par les auteurs pour comparer les trois religions monothéistes. Si les textes fondateurs du christianisme sont utilisés comme une référence supplémentaire, confirmant une argumentation islamique (comme dans le cas de Amdouni Hassan), ils fournissent, par comparaison avec les textes coraniques, une preuve de la supériorité de l’Islam. L’ouvrage de A. Abdel-Wahab La Situation de la femme dans le judaïsme, le christianisme et l’Islam73 est représentatif de cette tendance, comme celui de Ismet-Ouddine Karkar La Femme à travers les versets coraniques. Avant d’entrer dans le vif du sujet, l’auteur réserve tout un chapitre74 à « la femme dans les différentes sociétés civilisationnelles du passée, la femme dans la société hindoue, dans la religion de Zoroastre, chez les Assyriens et les Babyloniens, dans la civilisation égyptienne antique, chez les Libyco-berbères, dans la civilisation romaine, dans la religion juive, la femme dans la religion chrétienne, dans la société antéislamique ». L’objectif de l’auteur est de démontrer le statut privilégié qu’octroie l’Islam à la femme par rapport aux civilisations et religions qui l’ont précédé.

  • 75 Y. Al-Qardhawî, Le Licite et l’Illicite en Islam, op. cit., p. 162.
  • 76 Al-Ghazali, La Femme entre les traditions et la modernité, op. cit., p. 108.

76Il existe d’autres manières de critiquer l’Occident. Véritable renvoi de balles, on le critique à partir de ses propres critiques, comme celle de la polygamie, faites aux musulmans : « [...] l’Occident chrétien reproche aux musulmans la polygamie [...] Ce même Occident chrétien a pourtant permis à ses hommes d’avoir plus d’une amante et d’une maîtresse, sans restriction et sans nombre. Il n’y reconnaît aucune obligation légale ou morale vis-à-vis de la femme et des enfants fruits de cette polygamie contraire à toute religion et à toute morale75 » ; « N’a-t-on pas accusé Salomon d’être toujours en quête, dans les rues de Jérusalem, d’une compagne, en ayant alors mille épouses [...] Quant à Muhammed, l’homme qui passa sa vie dans le jeûne, la chasteté et la lutte, qui à la fin de sa vie réunit chez lui quelques veuves abandonnées, qui vécurent auprès de lui une vie plus que démunie est le premier à être diffamée et c’est contre lui que l’OTAN s’est regroupé pour défendre ses ennemis76 ».

77C’est par l’usage de métaphores et en prenant pour emblème la femme que cette littérature qui a pour cible les exclus du système social désigne de manière détournée les responsables de leurs problèmes. Au lieu de critiquer les responsables politiques qu’ils visent, et leurs systèmes politiques importés de l’Occident, les auteurs préfèrent critiquer ce dernier (ils courent ainsi moins de risques) qui par son imitation a engendré les déviations telle l’impudicité de la femme.

78L’indécence va engendrer d’autres maux, tels la prostitution, les maladies sexuellement transmissibles, la perte des valeurs familiales qui mènent à l’éclatement de la famille. On peut faire le procès de la société en substituant l’autorité de l’État et sa responsabilité dans les différents maux sociaux à celle du père. C’est cette technique qu’utilise Nicmat Sidqi pour critiquer de manière détournée l’État égyptien. Selon l’auteur, les pères de famille reproduisent à l’échelle familiale les déviances produites à l’échelle nationale par ceux qui gouvernent : « [...] tu as pris profondément soin de la laisser jouir des plaisirs terrestres éphémères, tu as cherché à lui faire apprendre les habitudes et les coutumes occidentales, fréquentant différentes écoles, là où elle allait apprendre ce qui lui est inutile ; finissant par adapter fanatiquement les conceptions de ceux qui appellent au dévoilement et à la débauche [...]. »

79Le despotisme politique associé à la déliquescence des mœurs dont la femme est la représentante par excellence n’est pas une association actuelle. Elle trouve déjà sa source dans un hadîth prophétique rapporté par Abu Hurayra : « Je ne vois toujours pas catégories des gens de l’Enfer des hommes ayant avec eux des fouets tels les queues de vaches avec lesquels ils frappent les autres [c’est une allusion aux gouvernants injustes et aux ennemis du peuple] et des femmes vêtues et dévêtues faciles à séduire les hommes. Leurs coiffures sont comme les bosses courbées des grands chameaux du Khourassan [... ] »

  • 77 Y. Al-Qardhawî, op. cit., p. 70.

80C’est cette même association qu’utilise al-Qardhawî pour montrer la pérennité de ce hadîth77 : « On compare leurs coiffures aux bosses des chameaux car elles élèvent leurs cheveux sur le milieu de leurs têtes. On dirait vraiment que le Prophète voyait de derrière l’inconnu les choses de notre temps où des salons spécialisés de “haute coiffure” sont là pour arranger et embellir les cheveux de diverses manières. C’est la plupart du temps des hommes qui dirigent ces salons et qui touchent en contre partie les salaires les plus chers. »

81Comme le mentionne encore cet auteur, la réalité prouve toujours l’association despotisme politique et déliquescence des mœurs : « Les tyrans occupent leurs peuples à tout ce qui augmente leurs désirs et tout ce qui détourne l’attention des gens du contrôle des problèmes nationaux en la fixant sur leur jouissance personnelle. »

  • 78 Azhariste égyptien appartenant au mouvement des Frères musulmans. Pour sa doctrine, cf. A. Rouadji (...)

82Les ennemis de l’Islam ne sont pas uniquement les Occidentaux, on trouve parmi eux des musulmans, représentés par des hommes de religion : « Uléma » et « Fuqaha ». Pour Al-Ghazali78 certains sont responsables car ils présentent leur religion altérée et déformée et donnent une image honteuse à l’Islam, comme « ceux qui appellent à porter des gants et à recouvrir les visages en représentant la femme comme un fantôme isolé du monde, n’ont rien à voir avec notre religion ». Aux hommes de religion s’ajoutent les laïcs : « Le comportement des Arabes touristes dans les capitales occidentales nous fait honte, leur course vers le désir ne peut qu’étonner. »

83Aux traditionnelles interdictions s’ajoutent des interdictions contemporaines, « locales » : la fête des mères est interdite car célébrer des fêtes non-musulmanes, imiter les non-musulmans est blâmable. Le Prophète a dit : « Celui qui introduit dans notre ordre une nouveauté (qui n’en fait pas partie), qu’on la rejette. » La fréquentation des salons de coiffure est interdite pour la musulmane car en y allant elle transgresse deux interdits. À part son époux et ceux avec qui elle ne peut conclure de mariage, personne n’a le droit de la toucher, hadîth : « Enfoncer une épingle en fer dans la tête de l’un de vous est préférable que de toucher une femme qui lui est étrangère ». En restant seule avec le coiffeur, elle commet un autre péché. Fumer est un péché. Non que les cigarettes soient une drogue, mais en application d’un hadîth : « L’envoyée de Dieu a interdit toutes les boissons alcooliques et toutes les drogues. » Les cigarettes sont du gaspillage, conféré le hadîth : « Il vous déconseille de répandre les commérages, de demander les choses avec insistance et de gaspiller l’argent. » Le fumeur fait du mal aux gens avec les odeurs et la fumée qui se dégagent de sa cigarette, conféré le hadîth : « Celui qui a fait du mal à un Musulman, m’a fait du mal, et celui qui m’a fait du mal, a fait du mal à Dieu. »

  • 79 Al-Ghazali, La Femme entre les traditions et la modernité, op. cit., p. 204.
  • 80 Ibid., p. 202.

84La liste des interdictions n’est pas épuisée. La natation, l’insémination artificielle, etc., font l’objet des mêmes condamnations. Grâce à elles, les hadîth-s se réactualisent par une interprétation contemporaine. À ces diverses interdictions s’en ajoutent d’autres qui ne sont pas argumentées comme les précédentes. Écouter la musique pop et rock n’roll est interdit, et al-Ghazali jette l’anathème sur les auditeurs de cette musique : « Que Dieu coupe vos oreilles et vos nez et assourdisse vos ouïes79. » Les différents auteurs justifient cette interdiction par trois motifs. Elle éloigne les auditeurs musulmans de leur langue maternelle, l’arabe (or on peut être musulman sans être arabe). Elle est souvent écoutée dans des lieux où règne la promiscuité qui engendre la débauche. Le racisme de certains chanteurs justifie enfin l’interdiction : « Je me souviens alors des propos du chanteur Michael Jackson qui hait profondément les Arabes, qui répondit, lorsqu’on lui apprit que les Arabes aimaient écouter ses chansons : si je l’avais su, je n’aurais jamais chanté80. »

  • 81 Y. Al-Qardhawi, op. cit., p. 143.

85Si les nouvelles interdictions, fonction de l’espace où résident les musulmans, viennent s ajouter aux anciennes, le contraire est aussi possible. L’espace dans lequel vit le musulman contribue à lever certaines interdictions. Condamnée par la législation islamique, la masturbation est permise dans deux cas, par crainte de tomber dans l’adultère et quand on est dans l’incapacité de se marier : « C’est par exemple un jeune qui poursuit ses études ou qui travaille en pays étranger où les causes de la tentation abondent et où il craint de s’imposer une obligation au-delà de ses forces. Il n’encourt dans ce cas aucun blâme s’il recourt à ce moyen d’éteindre la révolte de l’instinct à condition qu’il y évite tout excès et que cela ne devienne pas chez lui une règle à suivre81. »

  • 82 Cf. Annexe 5, Les livres, La mort et ses titres, p. 202.
  • 83 Y. Gonzales, Les Gens du livre. Champ intellectuel et édition dans l’Égypte républicaine, thèse, P (...)

86Dans l’énoncé des titres, le thème de la mort82 vient en deuxième position après celui de la femme. Comme le précise Yves Gonzales Quijano83, de très nombreux textes traitant de l’invisible, des problèmes de l’au-delà, du monde métaphysique, on a souvent expliqué le succès populaire de la littérature islamique moderne en arguant que les lecteurs cherchaient une réponse à leurs inquiétudes quotidiennes. Les évocations souvent violentes des tourments de l’au-delà seraient ainsi, pour l’individu lecteur, comme une sorte de thérapie face aux angoisses et aux interrogations du temps présent.

  • 84 Par « auteurs conjoncturels », nous entendons des personnes (qui ne sont pas des auteurs) à qui ce (...)

87La lecture de ces livres permettrait au lecteur de transférer ses propres peurs (qui sont en fait, largement, le résultat de problèmes sociaux) sur la mort qui est plus angoissante. Néanmoins un lecteur angoissé n’a pas nécessairement besoin d’autres peurs, les siennes lui suffisent. Il ne faut pas oublier que cette littérature entre dans le genre du wacd (sermons et sentences) qui exploite la peur et son corollaire, la culpabilité pour engendrer la pratique religieuse. La lecture des livres ayant pour sujet la mort est un moyen persuasif pour susciter la pratique religieuse chez ceux qui douteraient encore de sa nécessité. Ces livres insistent sur les souffrances de l’Enfer que connaîtront ceux qui n’auraient pas appliqué les préceptes coraniques. Une grande partie des livres dont le sujet tourne autour de la mort, n’ont pas de fondement religieux orthodoxe, Coran et sunna, qui restent évasifs sur cette question. Les écrits qui pallient l absence des deux premiers et qui s’alimentent de substrats locaux sont appelés isrâ’iliyât ; apocryphes, ils auraient pour origine des traditions judéo-chrétiennes (elles mêmes apocryphes). Comme me le souligneront certaines personnes, et bien que l’utilisation d’éléments faux soit contraire à la religion, l’intention de ces livres est louable dans la mesure où la croyance en ces superstitions et khurâfât (fables), pousse le lecteur à bien agir dans la vie d’ici-bas. Lors d’une discussion, à Beyrouth, avec une personne dont certains amis étaient les « auteurs conjoncturels84 » de livres, du reste obscurs, ayant pour thème la mort, mon interlocuteur me disait que « le but de ces publications n’est pas de comprendre mais d’avoir peur, plus on a peur plus on est crédule ».

  • 85 Une grande association islamique installée en Arabie saoudite utilise les services de Dar Risala ( (...)

88Une autre réalité et non pas interprétation, justifié l’importance des titres sur la mort et de leur succès. Cette littérature eschatologique tient compte du pouvoir d’achat des lecteurs. Le coût de ces livres est relativement faible par rapport aux livres traitant d’un autre thème. De plus certains ouvrages peuvent être gratuit85.

89À partir des livres achetés et selon leur ordre d’achat par les lecteurs, un protocole de lecture peut être dégagé. Les jeunes achètent d’abord les titres qui traitent des piliers de l’Islam. À la fin de la lecture de ce type de livres, ils reviennent acheter ceux qui englobent le culte et le comportement dont La Voie du musulman et Le Licite et l’Illicite en Islam. Rappelons que les livres englobant les cinq piliers de l’Islam les traitent pragmatiquement, répondant à la question « comment les accomplir ». Le pourquoi est traité dans les livres thématiques. Le comment précède le pourquoi, c’est quand le lecteur aura intégré l’apprentissage du culte qu’il pourra lire ceux qui l’expliquent et le pérennisent.

  • 86 Que disent-ils du Coran, Ce qu’ils disent de l’Islam, Le Système moral de l’Islam, Un aperçu de l’ (...)

90De la division en genres que nous avons retenue pour faire une classification de la littérature islamique, on remarque que chacun remplit une fonction. Si le thème du culte permet l’apprentissage du culte qui devient l’antidote aux problèmes sociaux, les autres thèmes visent d’une part les maux et leurs responsables et donnent leurs remèdes d’autre part. Les auteurs tentent d’inculquer par leurs écrits, à la jeunesse musulmane, une confiance totale en la suprématie du système islamique sur tout autre système. C’est d’ailleurs l’un des objectifs de l’Assemblée Mondiale de la Jeunesse Musulmane (WAMY, World Assembly of Muslim Youth), dont le siège est en Arabie saoudite, qui édite des livres distribués à Paris, sur la rive droite86. Pour arriver à cet objectif, l’argument privilégié est la comparaison. On retrouve cette tendance chez des auteurs dont les publications en langue française ont fait l’objet récemment d’une censure par le ministère de l’Intérieur français en raison de « leur tonalité violemment anti-occidentale et de la haine qu’elles contiennent ». Beaucoup de ces livres, ayant pour titre Deedat affronte le pasteur de l’Église de Suède, Dieu dans la doctrine chrétienne, Entre Évangile et Coran, Le Christ de l’Islam, Ce que la Bible dit de Muhammad, Crucification ou Cruci-fiction, ont été écrits par Ahmed Deedat, fondateur et directeur du Centre pour la Propagation de l’Islam, à Durban en Afrique du Sud. L’éloge de l’Islam au détriment des deux autres religions qui l’ont précédé peut être interprétée comme un moyen de permettre aux lecteurs vivant dans une situation de marginalisation, de retrouver une certaine estime d’eux-mêmes. La lecture de ce genre d’ouvrages pourrait exacerber chez les lecteurs visés, vivant souvent des problèmes d’exclusion et de rejet, un sentiment identitaire qui risque de les marginaliser plus encore dans la société globale.

91Le discours véhiculé par le livre tient compte de l’espace culturel et linguistique où résident les lecteurs qu’il vise. Le discours de l’auteur n’est pas sorti de son contexte par rapport à la société où vit son lecteur. Par exemple en traitant du hijâb, il se référera aussi aux tenues vestimentaires portées par les femmes occidentales et au phénomène de mode. Certains auteurs vivent en Europe (France, Belgique, Suisse) comme leurs lecteurs, ils sont diplômés d’une université française et peuvent être membres d’associations islamiques.

  • 87 Apprenez l’arabe facilement, L’Arabe facile, L’Arabe sans maître, L’Arabe pour le Français, L’Arab (...)

92Les différentes observations nous conduisent à formuler une hypothèse : la lecture des livres islamiques peut être considérée comme une étape nécessaire précédant la lecture du livre religieux en arabe. Le premier permettra au lecteur, par la lecture de termes arabes transcrits en latin, de se familiariser avec la terminologie religieuse. En allant vers le livre en arabe, le lecteur se tourne du même coup vers la source des références citées dans le livre en français. Soulignons que les livres en français côtoient dans les librairies différents ouvrages d’apprentissage de la langue arabe, des dictionnaires bilingues et des méthodes de langue, qui seront des outils indispensables à la lecture du livre en arabe87.

93A priori, il peut sembler difficile de définir de manière précise des types de comportements de consommation, en fonction des produits achetés, de la diversité des consommateurs et de leurs particularités. Indifféremment, les étudiants comme les travailleurs immigrés, peuvent acquérir les mêmes produits. En outre toutes les combinaisons d’achat sont possibles : achat du livre uniquement, association du livre et d’objets cultuels et/ou culturels dans l’achat, enfin celui-ci peut se limiter à un produit seul.

94Néanmoins l’acquisition de certains objets, particulièrement les vêtements et les cassettes vidéo, contribue à distinguer les travailleurs des étudiants. Seuls les premiers, quelle que soit leur nationalité, restent fidèles au costume traditionnel djellaba, pipaw, chéchia qui diffère, selon l’origine géographique de la personne, par sa matière, sa forme et ses couleurs. Chez les étudiants, aucun indice vestimentaire culturel n’est visible. Chez les femmes, on assiste à la création d’un nouveau vêtement souvent calqué sur le modèle oriental : par exemple la manière de porter le foulard.

95Les travailleurs achètent plus souvent que la majorité des étudiants des cassettes vidéo. L’achat de ce produit est à mettre en relation avec la situation économique de ces deux catégories d’individus. En effet, cet objet nécessite un magnétoscope, que les étudiants n’ont pas toujours les moyens de posséder. On relève aussi que, parmi les étudiants, ceux qui achètent des cassettes vidéo vivent dans une structure familiale.

96C’est parmi ceux qui sont capables de lire ou réciter le texte coranique, les travailleurs immigrés, que l’on rencontre les faibles lecteurs. De cette constatation, on peut supposer que la lecture ou la récitation du Coran se suffit à elle-même ; elle est totale, elle « interdit » d’autres lectures. Faibles lecteurs, ils sont néanmoins de bons consommateurs des autres produits vendus dans les librairies islamiques, particulièrement ceux qui appartiennent au registre culturel et qui soulignent leur appartenance à un pays.

97Au contraire, on rencontre les grands lecteurs, ou plutôt consommateurs du livre islamique, parmi ceux qui ne maîtrisent pas la langue du Coran. Ce sont eux qui consomment le plus de titres appartenant à la littérature islamique contemporaine dans sa version française. Cette dernière peut être considérée comme une lecture de substitution du texte coranique. Par les livres achetés, les enfants issus de l’immigration font le chemin à rebours. Chez ce type de lecteurs, le libraire joue un rôle important dans les choix de livres.

98Ainsi, le protocole de lecture est à associer à un protocole de vente. Le libraire participe au choix du livre en dirigeant le lecteur. En effet il suffit d’observer l’attitude des personnes, particulièrement la clientèle jeune, entrant dans les librairies islamiques pour comprendre le rôle du libraire. Souvent elle se dirige directement vers lui au lieu d’aller vers les rayons et les présentoirs où les livres sont présentés selon leur genre. Si les lecteurs s’en remettent le plus souvent au vendeur, c’est qu’ils n’ont pas en tête un titre de livre, mais une idée du livre qu’ils désirent, traduite souvent par une question qu’ils posent au libraire et par conséquent qu’ils se posent. C’est souvent la proposition du libraire qui se transforme en achat comme dans le cas de la jeune fille citée dans l’introduction. Pour cette personne, qui cherchait la réponse à la question « Qu’est ce qu’il ne faut pas faire », le libraire aurait pu proposer directement la traduction d’al-Kabâ’ir de Dhahabi, Les Grands Péchés ou celui d’al-Qardhawî Le Licite et l’Illicite en Islam. Pour le libraire, vendre au client l’ouvrage qui répond à sa question c’est le perdre. Au contraire, il faut pour le garder qu’il crée chez lui d’autres attentes que d’autres achats viendront assouvir.

  • 88 H. Malevoska-Peyre, « L’identité et les différences chez les adolescents immigrés », in Les Nords- (...)

99Les différentes questions posées par cette fille (comme « Est-ce que c’est vrai que le Coran a été écrit par le Prophète ») et par les jeunes de manière générale, permettent de constater l’absence d’une éducation religieuse transmise par les parents, à laquelle le livre vient se substituer. À partir d’une enquête menée sur 500 jeunes (Maghrébins, Portugais, Espagnols et Français) issus de la classe ouvrière, Hanna Malevoska-Peyre a pu constater que la transmission des valeurs entre les générations, qui fait partie du processus de socialisation, ne se fait pas ou très mal dans le cas des immigrés, et surtout dans le cas où le statut socio-économique de la famille est bas et où la distance entre les cultures du pays d’origine et du pays d’accueil est grande88. Par la vente de livres qui remplissent cette fonction, le libraire devient éducateur.

  • 89 Le libraire qui a proposé à sa cliente Les Cinq piliers de l’Islam, a édité depuis un livre du mêm (...)

100Grâce aux questions de sa clientèle, il peut devenir à l’occasion éditeur89. À son influence sur les lecteurs s’ajoute son influence sur l’édition. Le libraire apparaît comme un chef d’orchestre dans la relation lecteur/éditeur. C’est par lui et en fonction de ses commandes, que les éditeurs savent si leur choix de publier un livre est bon ou mauvais. Il arrive qu’il propose à l’auteur comme à l’éditeur le genre de livre à écrire ou à éditer.

Notes

1 La division en genre a été retenue pour des raisons de commodité, il va sans dire que certains livres échapperont à cette typologie. Néanmoins certains peuvent être intégrés à deux genres de la classification proposée ; d’autres intègrent dans leur écriture les particularités de la littérature islamique contemporaine.

2 Sauf ceux qui par leur essence sont considérés comme impurs.

3 Le Coran n’est pas l’unique texte sacré à monter dans le métro, on voit aussi les Évangiles (chez des personnes originaires des DOM TOM), la Torah et les Psaumes. En fonction du type d’emploi, comme le gardiennage, la lecture du Coran peut avoir lieu lors des heures de travail.

4 Ces lecteurs sont généralement des travailleurs immigrés parmi lesquels les Africains sont largement représentés.

5 La même édition m’a été offerte à deux occasions et en deux lieux différents : par un responsable du bureau de la Ligue islamique mondiale à Paris et par un shaykh à Tripoli (Liban).

6 La définition est tirée de L’Encyclopédie de l’Islam (I), tome IV, p. 458-460.

7 Cf. Annexe 4, Les différents Tafâsîr, p. 196.

8 Ibn Ishâq est né à Médine vers 85/704 et mourut vers 150/767. Il est une des autorités principales en matière de sîra nabawiyya. Cf. Encyclopédie de l’Islam (II), tome III, p. 835.

9 Cf. Encyclopédie de l’Islam, tome V, p. 516.

10 Cf. Annexe 4, Sahîh al-Bukhârî, p. 197, et Sahîh Muslim, p. 198.

11 Encyclopédie de l’Islam (II), tome III, p. 976.

12 Pour la formation de Tabari, cf. C. Gilliot, Exégèse, langue et théologie en islam. L’exégèse coranique de Tabari, Paris, 1990, p. 19-37.

13 Encyclopédie de l’Islam (II), tome I, p. 1336.

14 Encyclopédie de l’Islam (II), tome VII, p. 691.

15 Pour le rôle du voyage dans la formation des lettrés cf. H. Touati, Entre Dieu et les hommes, Lettres, saints et sorciers au Maghreb (xviie siècle), Paris, Éditions de l’École des hautes études en Sciences sociales, 1994.

16 Haqaqa (vérifier avec exactitude), dabata (ajouter la ponctuation, vocaliser), murājaca (révision et vérification), sharh (commentaire), fahrasa (faire un index), ikhtisâr (résumé), taqdîm (présentation), tansîq (agencer, organiser un récit), taclîq (annotation, explication), taslîh (correction, rectification).

17 Cf. Exemples : As-sîra an nabawiyya li ibn Hisham, haqaqaha wa dabataha wa wadaca fihârasaha mustafa as Saqâ, Ibrahim al Abyâri, cAbd al Hafid Shalabi ; Mukhtasar sirat ibn Katir..., ikhtisâr wa sharh cAli Qutb ; Tahdîb sirat ibn Hisâm. cAbd Salâm Harûn ; Al bidâya wa an nihâya li ibn Katir, acadda fihârasahu cabd Allâh Anis at Taba’, bi ishtirâk ma’a ‘abd al Fattâh Muhammadal Hilw ; Tafsir al câli al qadir li ikhtisâr tafsir ibn Katîr, ihtasarahu wa callaqa calayhi wa akhtara asahha riwâyatihi Nasib ar Rifâcî ; Mukhtasar tafsîr at Tabarî, lil imâm al mufassirîna abî Gacfar Muhammad bnu Garîr at Tabarî al Musammâ “Gami ‘al bayân ‘an ta ‘wil ‘ây al Qur’ân”, ikhtisâr wa tahqîq Muhammad as Sâbunî ; Tafsir al qur’ân al karîm, li ibn cArabi, tahqîq wa taqdîm Mustafa Gâlib ; Mukhtasar tafsir al Qurtubi, ashrafa calâ nashrihi Tawfiq al Hakîm ; Tafsîr al galâlarni, lil imâmayni Galal ad dîn al Mahalî wa Galal ad dîn as Suyutî, icdâd wa tansîq.

18 Sur la couverture du livre on peut lire à la suite du nom de l’auteur, sa confession religieuse, par ex. Le Mal du siècle vu par l’Islam de Mokhtar Aniba, chercheur musulman.

19 Cf. Annexe 5, Les livres, p. 199.

20 A. D. Eldjazaïri, La Voie du musulman, p. 6.

21 A. Abdel Wahab, La Situation de la femme, cf. préface.

22 H. Amdouni, Le Hijab de la femme musulmane, p. 6.

23 Al Murrakuchi, Le Souhait de tout musulman, p. 8.

24 Al Murrakuchi, Libanatou al qaryei, p. 8.

25 Tafsîr al kabîr, Minhaj as-sunna ; Al imân ; Ahkâm at-tahâra ; Al forqân, An nubuwât ; Assiyâsa ach-charciya ; Al cubûdiya ; Al fatwâ al-himawiya est extraite d’un ensemble de fatâwi ; cllm al hadîth ; Fiqh al kitâb wa as-sunna.

26 H. Touati, op. cit., p. 38.

27 R. Chartier, Lectures et Lecteurs dans la France d’Ancien Régime, Paris-Marseille, 1987, p. 9, 247-267.

28 R. Chartier, Pour une sociologie de la lecture, Paris, 1988, p. 18 ; Pratiques de la lecture, Paris-Marseille, 1985, p. 62-88.

29 R. Chartier, 1988, p. 18.

30 Cf. Annexe 5, Les livres, Le turâth réactualisé en français et ses titres, p. 200.

31 Il a traduit aussi Le Coran, La Femme à travers les versets coraniques de Karkar Ismet-Ouddine, Quintessence des partages successoraux de Shaykh Mohammed Sadok Chatti et Le Licite et l’Illicite en Islam de Youssef al-Qardhawî.

32 S. Kechrid, Méditations d’un musulman sincère et Le Vrai Visage de l’Islam, édité par l’AEIF.

33 Cf. Le Prophète de l’Islam, sa vie, son œuvre de M. Hamidullah, Étude scientifique de la vie du Prophète d’al Bouti, Ce bien-aimé (la vie de Muhammad) d’al-Jazayrî, La tradition du Prophète de M. Al-Ghazali, Les Sciences du Coran d’A. Godin, Précis des sciences du hadîth de M. Tahan, Les Quatre Califes de H. Amdouni.

34 Mohammad Hamidullah est né au début du xxe siècle dans l’ancien sultanat d’Haiderabad. Installé en France depuis une quarantaine d’années, il a exercé les fonctions de Maître de recherche au CNRS. Auteur de nombreux ouvrages dont une traduction du Coran, fort appréciée, ses conceptions littéralistes et fondamentalistes en font un modèle reconnu par toutes les tendances qui se veulent les « revivificateurs » du message coranique. Cf. H. Terrel, Les Cahiers de l’Orient, no 3, Paris, 1986, p. 28.

35 Cf. « Avant-propos », M. Hamidullah, Le Prophète de l’Islam : « Malgré la grande richesse de la littérature française, il me semble qu’il manque une étude d’ensemble portant sur la sîra ou la vie et l’œuvre du Prophète de l’Islam, messager d’une des principales religions du monde. C’est là le sujet de ce travail, qui s’efforce d’en étudier les multiples aspects. »

36 Cf. Annexe 3, p. 193.

37 Cf. Annexe 5, L’Islam catéchisé et ses titres, p. 200.

38 Y. Roty, Le Jeûne du Ramadan expliqué aux enfants et aux adolescents, Paris, 1988, p. 63.

39 Cf. Annexe 3, p. 193.

40 Journal officiel du vendredi 28 avril 1995.

41 A. Damien, Conseiller de C. Pasqua chargé des cultes et maire (CDS) de Versailles. Cf. Liberation et Le Monde du jeudi 4 mai 1995.

42 Chapitre II « Le licite et l’illicite dans la vie personnelle du musulman » (les aliments et les boissons, l’abattage légal, la chasse, le vin, les stupéfiants, les vêtements et les parures, la maison, l’acquisition des biens et l’exercice des métiers) ; chapitre III « Le licite et l’interdit dans le mariage et dans la vie de famille » (dans le domaine de l’instinct, le mariage, les rapports entre les époux, les relations entre les géniteurs et les enfants) ; chapitre IV « Les croyances et les traditions » (les relations commerciales, les loisirs et le luxe, les relations sociales, les rapports du musulman avec le non musulman).

43 P. Bourdieu, « La lecture : une pratique culturelle », in Pratiques de la lecture, Marseille-Paris, 1985, p. 227.

44 S. M. Ali Harakan, Comment faire la prière (pour les filles).

45 Al-Ghazali, La Femme entre les traditions et la modernité, op. cit., p. 57.

46 Al-Murrakuchi, Le Souhait de tout musulman, 1992, p. 8.

47 A. Abdenabi, Le Rappel et les Invocations du musulman, p. 10.

48 Cf. Annexe 5, Les livres, Le livre islamique au féminin, p. 201.

49 Les Editions al-Qalam ont édité depuis 1997 L’Encyclopédie de la femme de Abd Al Halim Abou Chaqqa (tome I, La personnalité de la femme musulmane ; tome II, La participation de la femme musulmane à la vie de la société ; tome III, Dialogue avec les opposants à la participation de la femme musulmane à la vie de la société ; tome IV, La tenue vestimentaire et la parure de la femme musulmane).

50 Par exemple la section du chapitre II « La tenue vestimentaire de la femme musulmane » dans Le Licite et l’Illicite en Islam de Youssef Al-Qardhawî.

51 Cf. Le Statut de la femme musulmane, p. 75.

52 Ibid., p. 107.

53 Cf. M. Al-Ghazali, La Femme entre les traditions et la modernité, p. 208-210.

54 Chap. 3 « Intégrisme et intégrité » ; chap. 4 « Intégriste et intégrateur » ; chap. 5 « Hasard et providence » ; chap. 7 « Terrorisme et liberté : » ; chap. 8 « Souvenir de l’école » ; chap. 9 « Hooliganisme et intégrisme » ; chap. 10 « Mohammed est-il le Messager de Dieu ? » ; chap. 11 « Politique et publicité » ; chap. 12 « Le Sida : qui est responsable ? » ; chap. 13 « Une laïcité intégriste » ; chap. 14 « La liberté d’opinion en Islam » ; chap. 16 « L’Islam et les réfugiés politiques ».

55 « Après m’avoir arraché une dent, j’étais tombée gravement malade... Chirurgiens et médecins s’étaient embarrassés de mon état, cure et remède étaient devenus vains et tout espoir de guérison était perdu ! C’est alors, que Dieu, de sa généreuse main, me débarrassa de l’enflure et de la maladie, ce qui étonna les médecins, qui, par miracle, dirent humblement : “Vraiment Dieu est Tout Puissant et Triés Miséricordieux, Il fait revivre les ossements”... Alors j’ai compris ce que Dieu voulait me faire savoir de par cette maladie, ce qu’Il m’avait fait apprendre et ce qu’Il m’avait fait clairement montrer. J’ai compris qu’il faut me couvrir la tête et le visage par le voile conformément à ce que Dieu me l’avait montré... Alors j’ai par mes écrits, essayé de prohiber le vice, invoquant Dieu tant qu’il m’est possible. »

56 Al-Ghazali, La Femme entre les traditions et la modernité, op. cit., p. 212 : « Il faut savoir que les juifs éduquent leurs enfants différemment, l’histoire hébraïque, les événements de l’Ancien Testament et les mémoires des siècles, la langue qui ressort du linceul, la ferveur religieuse, la coopération entre les époux dans le champ, dans l’usine ou dans l’administration tout cela favorise l’éducation du foyer et promet aux fils d’Israël un jour décisif face aux Arabes errants. »

57 Al-Ghazali, La Femme entre les traditions et la modernité, op. cit., p. 55.

58 Cf. Le Mariage islamique bienheureux.

59 Inconnu, peut être qu’il s’agit d’une erreur de transcription ; il s’agirait plutôt d’al-Bazzaz traditionniste et auteur d un recueil de traditions.

60 Ibn Hibban (vers 883-965), traditionniste et auteur de al Musnad as-sahih où les traditions sont disposées de façon plus systématique que dans les livres de ses prédécesseurs.

61 Ibn al-Mundhir : vétérinaire en chef des écuries du Sultan mamlûk d’Égypte al Nâsir. Il s’agirait plutôt d’al Moundhiri, né en Égypte en 1189 ; il fut pendant 20 ans professeur de hadîth de rite chaféïte à la medressé Kamiliyya au Caire, et y mourut en 1258. Son Kitab tarhîbwat-terhîb est un recueil de traditions rangées de telle façon que d’un coté sont celles qui conduisent au bien, tandis que de l’autre sont celles qui font éviter le mal. Cf. C. Huart, La Littérature arabe, Paris, Armand Colin, 1939, 4e éd., p. 231.

62 Par exemple le livre intitulée Les Hadîths quodoss comprend 400 hadîths de sources différentes : Le Mouatta’ de l’imam Malik Ibn Anas, Le Sahîh de Muslîm et celui d’al-Bukhâri, les Sunan d’abu Dawd, celle de Tirmidhi, d’ibn Madja, d’al Darimi et Le Musnad de l’imam Ahmad.

63 « N’est-ce pas une tragicomédie, de voir la brune vieille femme si âgée, se couvrir de poudre blanche, les rides et les lignes son visage, alors que ce dernier est aride, pareil à des étangs où le sel se gonfle au centre, entouré d’eau pâteuse ! ? et celle dont les épaisses lèvres devenues pendantes, sur une bouche allant de l’extrémité gauche à l’extrémité droite, de la couvrir de rouge, la rendant plus grande et plus large, à tel point qu’elle attire l’attention ! et celle dont les cheveux ébouriffés pareils à ceux des chats, qui sort dévoilée, en les tenants sur sa tête comme une forêt aux arbres touffus, à l’ombre épaisse, cachant toute clarté ; et celle qui dessine tout autour de ses yeux, et au-dessus de ses paupières gonflées comme celle d’une grenouille, un arc noir ou bleu brillant, les rendant, grâce à cette teinture, aussi flagrants que de hautes coupoles, et qui resserre sur elle sa robe, de façon à montrer ses jambes gonflées et grosses ou encore ses jambes aussi minces à rappeler les os d’un squelette ? ! et la grosse dont la chair est molle, et qui malgré tout met les habits qui lui serrent le corps, laissant voir clairement toute partie de son corps, horrible à regarder faute de creux par-ci, de fossés par là... »

64 Consultation sur un point de droit (fiqh), ce terme s’appliquant à l’Islam, à toutes matières civiles ou religieuses. Cf. Encyclopédie de l’Islam, t. II, p. 886.

65 Shaykh Moisa Salih Charaf, Professeurs Hamza et Majid, Dr Ahmad Charabasi (connu pour son livre Yas’alûnaka fî ad-in), Shaykh cabd al-cAzîz ibn Bâz, moufti de l’Arabie saoudite, Shaykh Muhammad Ibn Salih al cUthaymine, religieux saoudien, Youssef al-Qaradhawî, président de l’Université de la Charîca au Qatar, Shaykh Mohammad Moutawalli Shacrawî, imam en Égypte, Mohammad cUthman al Khachb.

66 La Médecine du prophète et Le Livre de la miséricorde dans l’art de guérir les malades de Jalal Eddine Siouti publiés par les Éditions al-Bouraq.

67 La Médecine selon le Coran et la Sunna d’A. Taha, Éditions Tawhid.

68 A1-Ghazali, La Femme entre les traditions et la modernité, op. cit., p. 20.

69 On retrouve la métaphore médicale dans le discours des prédicateurs comme Kichk cAbd al Hamîd. Cf. G. Kepel et le prône qu’il a analysé dans Le Prophète et Pharaon, Paris, 1984, p. 171.

70 Y. Al-Qardhawî, Le Licite et l’Illicite en Islam, p. 102.

71 A. Rouadja, Les Frères et la Mosquée, Paris, 1990, p. 172.

72 Al-Ghazali, op. cit., p. 21.

73 Comme le souligne l’auteur dans son introduction le présent ouvragé est un abrégé d’une partie de son livre intitulé : La Polygamie des prophètes et la situation de la femme dans le judaïsme, le christianisme et l’Islam.

74 Le chapitre II.

75 Y. Al-Qardhawî, Le Licite et l’Illicite en Islam, op. cit., p. 162.

76 Al-Ghazali, La Femme entre les traditions et la modernité, op. cit., p. 108.

77 Y. Al-Qardhawî, op. cit., p. 70.

78 Azhariste égyptien appartenant au mouvement des Frères musulmans. Pour sa doctrine, cf. A. Rouadjia, op. cit., p. 197-208.

79 Al-Ghazali, La Femme entre les traditions et la modernité, op. cit., p. 204.

80 Ibid., p. 202.

81 Y. Al-Qardhawi, op. cit., p. 143.

82 Cf. Annexe 5, Les livres, La mort et ses titres, p. 202.

83 Y. Gonzales, Les Gens du livre. Champ intellectuel et édition dans l’Égypte républicaine, thèse, Paris, 1993, p. 421.

84 Par « auteurs conjoncturels », nous entendons des personnes (qui ne sont pas des auteurs) à qui certains éditeurs demandent de rédiger des textes sur des sujets précis.

85 Une grande association islamique installée en Arabie saoudite utilise les services de Dar Risala (Liban) pour imprimer ce genre de livres distribués gracieusement et sur lesquels on peut lire en arabe « offert et non vendu ».

86 Que disent-ils du Coran, Ce qu’ils disent de l’Islam, Le Système moral de l’Islam, Un aperçu de l’Islam, Les droits de l’homme en Islam, Le Concept de culte en Islam.

87 Apprenez l’arabe facilement, L’Arabe facile, L’Arabe sans maître, L’Arabe pour le Français, L’Arabe aux francophones.

88 H. Malevoska-Peyre, « L’identité et les différences chez les adolescents immigrés », in Les Nords-Africains en France, Paris, 1984, p. 111.

89 Le libraire qui a proposé à sa cliente Les Cinq piliers de l’Islam, a édité depuis un livre du même genre : Faisons nos ablutions et notre prière.

© CNRS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search