Version classiqueVersion mobile

Les réseaux du livre islamique

 | 
Soraya El Alaoui

Chapitre 3. Les objets

Texte intégral

1La devanture de la librairie et de tout commerce en général, c’est sa publicité. Elle dé livre un message voulu par le commerçant, compris par les clients potentiels qui la longent. Elle a un but é vident : agir sur le passant et le faire entrer. S’arrêter devant, c’est déjà un prémice d’achat. De manière générale, les devantures des librairies islamiques sont surchargé es. Cette impression immédiate d’accumulation suggère chez le passant que ce qui se trouve à l’intérieur n’est pas cher. En effet, les vitrines des librairies islamiques rappellent à bien des égards celles des commerces de type « farfouille » qui proposent une diversité de produits à bon marché.

  • 1 R. Escarpit, Sociologie de la littérature, Paris, 1986, p. 77.

2Si l’examen de la vitrine de la librairie, comme le propose Robert Escarpit1, permet de deviner le voisinage d’une institution (faculté, cathédrale, théâtre, et dans le cas pré sent, les lieux de cultes et associations islamiques) d’une part, et d’autre part de dessiner à grand traits la structure socio-professionnelle de la population avoisinante, elle nous révèle, grâce à l’échantillon qu’elle y expose, que sa production ne se limite pas à celle des livres. Là, dans un cadre formel, on retrouve l’association livres-objets relevé e dans un cadre de vente informelle, les trottoirs.

3Observer la librairie islamique et les produits qu’elle diffuse remet en question aussi bien la définition donné e par les dictionnaires que la perception que nous avons de ce lieu. Si la librairie est strictement dé finie comme un lieu de vente de livres, les librairies concernant l’objet de cette étude sortent du cadre de cette définition. Si en outre on interroge l’interviewé sur la définition d’une librairie, sa réponse rejoint et confirme celle proposé e par les dictionnaires. Néanmoins quand on lui demande quelles librairies il fréquente, il citera inévitablement une librairie islamique, qui diffuse à la fois des livres et des objets, parfois même son achat se limitera à un objet autre que le livre.

  • 2 Il existe de nombreux commerces qui sans pour autant porter le nom de librairies intègrent les liv (...)

4Là, le livre côtoie d’autres objets n’appartenant pas au registre de l’imprimé, vêtements, parfums, cassettes audio et vidéo, etc. II est utile de remarquer que le livre est parfois incidemment intégré dans l’espace des objets en ce sens que certaines librairies ne sont pas considéré es comme telles par la Chambre de Commerce de Paris. La liste des librairies2 dé posé es au bureau des registres des commerces n’a pas toujours trouvé raison. D’emblé e certaines demandes ont été rejetées : soit parce que l’intitulé du commerce est en langue arabe, comme la librairie Sacâda fi dârayni, soit parce qu’il n’est pas mentionné. Certaines demandes accepté es au dé part seront ensuite rejetées avec pour motif : « D’après les renseignements fournis par le requérant, aucune inscription n’a été trouvé e jusqu’à pré sent. » Cette source incomplète conduit à avancer l’hypothèse que ces commerces ont évolué en fonction de nouveaux besoins locaux qui leurs offrent l’opportunité d’augmenter leur chiffre d’affaires.

5Par sa production et sa clientèle, la librairie islamique est le réceptacle vers lequel affluent des objets d’origines géographiques et de registres divers et un public constitué d’éléments hétérogènes (nationalité, formation et âge). Il n’est pas vain de remarquer que la librairie islamique n’a pas l’exclusivité de cette particularité qui est l’association livres/objets dans le même espace. Les librairies spécialisé es dans un pays, une culture ou une religion, introduisent aussi dans leur production des objets emblématiques (artisanat, images pieuses). Il semble plus pertinent de mettre en comparaison des éléments de même nature, c’est pourquoi notre choix s’est porté sur les librairies religieuses.

6Dans l’espace parisien, chaque religion a son quartier de pré dilection. Alors que les librairies islamiques se situent à la Goutte d’Or et à la Folie Méricourt, à la proximité des mosquées, les librairies catholiques gravitent autour de l’église Saint-Sulpice, et les librairies hébraïques se situent dans le quartier Saint-Gervais (rue des Rosiers) et dans le quartier du Faubourg-Montmartre (particulièrement dans la rue Richer).

AUTRES LIBRAIRIES RELIGIEUSES

  • 3 Cf. Annexe 1, Le quartier Saint-Sulpice, p. 187.

7Bien que ces deux types de librairies diffusent des objets, la configuration de la librairie hébraïque et notamment la place qu’elle donne aux objets se rapproche de celle de la librairie islamique. En ce sens, elle offre un meilleur terrain de comparaison que la librairie catholique dans laquelle l’importance des objets est moindre. Il arrive même que les objets soient absents comme dans le cas de La Procure. Les objets liturgiques chrétiens – chapelets, vêtements pour hommes d’église, cierges, statuts – n’ont pas besoin, à l’instar des objets « hébraïques » et « islamiques », des librairies pour être diffusés. Contrairement à ces derniers, ils ont leurs propres espaces commerciaux situés à proximité des librairies catholiques3.

8Alors que les chrétiens « sociologiques » sont majoritaires dans la société française, le nombre de librairies catholiques est relativement moins important que celui des librairies islamiques et des librairies hébraïques par rapport à la population qu’elles sont censées toucher. Les deux religions monothéistes dans lesquelles se spécialisent ces commerces font apparaître par rapport au christianisme leur situation de religions minoritaires en France. Il semble en effet que la situation de minorité engendre un besoin d’affirmer et de revendiquer, parfois même d’afficher par des signes extérieurs, une identité religieuse par le biais d’une pratique religieuse.

  • 4 Cf. Annexe 1, Le quartier Saint-Gervais, p. 188.

9En considérant l’espace où sont situées les librairies hébraïques et les librairies islamiques, on comprend comment un espace identitaire s’inscrit dans un espace urbain. Les librairies hébraïques se situent dans le quartier Saint-Gervais. Néanmoins ce n’est pas la totalité du quartier Saint-Gervais qui est investi par le judaïsme mais la partie limité e approximativement au nord par la rue des Francs-Bourgeois, au sud par la rue du Roi-de-Sicile, à l’ouest par la rue Vieille-du-Temple et à l’est par la rue Pavé e. Cette partie constitue à elle seule un quartier. Dans cette enclave, tout concourt à rappeler la judéité de ce quartier dans lequel au fil du temps et des conjonctures politiques, ashkénazes et séfarades sont venus s’installer en l’investissant de symboles propres à leur histoire et à leur religion4.

10La librairie islamique comme la librairie hébraïque se situe dans un espace investi par la religion : concentration d’institutions et de commerces à caractère religieux auxquels s’ajoute le symbole religieux, croissant et é toile de David. D’autre part par l’écriture : en effet l’intitulé de la librairie renvoie à la langue liturgique, l’arabe ou l’hébreu selon les cas. À l’instar de la librairie islamique, la librairie hébraïque est dé signé e par un terme emprunté au registre religieux, par exemple « Le bonheur dans les deux mondes » pour la première, et pour la seconde « Le Temple ». L’ouverture et la fermeture de la librairie sont un indice important : la librairie hébraïque ferme le vendredi avant le shabbat et le samedi, alors que la librairie islamique ferme aux moments des prières cultuelles, où on peut lire sur une pancarte accrochée à sa porte, « fermé e pour prière ». La vie de la librairie est ainsi rythmé e par les pratiques religieuses.

  • 5 J. Brody, Rue des Rosiers, une manière d’être juif, Paris, 1995, p. 34.
  • 6 Selon J. Brody : « La synagogue de la rue des Tournelles est fréquenté e surtout par des Algériens (...)

11Il existe d’autres quartiers investis par le judaïsme, aussi bien à Paris que dans sa banlieue, où l’on peut remarquer une forte concentration de commerces cacher (mais moins marqué) : par exemple dans le IXe arrondissement autour de la rue Richer, où il existe des librairies et dans le XXe arrondissement autour du boulevard de Belleville. Chacun de ces quartiers est souvent peuplé par une des composantes nationales de cette population : c’est le cas des Tunisiens à Belleville. Mais comme le rappelle Jeanne Brody, seule la rue des Rosiers constitue un pôle où tous se croisent. Nulle part ailleurs on ne trouve cette densité de synagogues, d’oratoires, de magasins de denrées typiquement juives et d’objets de culte représentatifs de cette diversité culturelle et idéologique au sein d’une même population5. Bien que ce quartier soit fréquenté par différents groupes, on observe que chaque lieu de culte est fréquenté par un mouvement religieux, voire des individus de même origine nationale6. Cette tendance se retrouve au niveau des commerces et de leurs clientèles.

  • 7 Le recensement a pour base les productions de la librairie du Temple (IVe ar.) et de la librairie (...)

12À partir de l’inventaire7 de la librairie hébraïque, on constate que sa production est axé e essentiellement sur les textes sacré s : le Tanakh (Bible ou Ancien Testament) et le Talmud, recueil de la tradition. Le Tanakh comprend la Torah (ou Loi de Moïse), Les Nébiim (ou Prophètes) et les Kétoubim (ou les Hagiographes). La Torah, se nomme aussi le Khumach (Pentateuque) parce qu’elle englobe cinq partie : Béréchit (la Genèse), Chemot (l’Exode), Vayikra (le Lévitique), Bamidbar (les Nombres), Dévarim (le Deutéronome). Le livre Les Prophètes comprend deux catégories de livres : les « Premiers Prophètes » et les « Derniers Prophètes ». Enfin les Hagiographes englobent les psaumes, les proverbes, Job, le Cantique des Cantiques, Ruth, les Lamentations, l’Ecclésiaste, Esther, Daniel, Ezra et Né hé mie, les Chroniques.

13L’autre source principale de la loi hébraïque est le Talmud, recueil de la tradition. Si la Torah s’appelle aussi loi écrite, le Talmud renferme la loi orale. Ce recueil se divise en deux partie, la Michna et la Guémara. La première qui est un code de lois religieuses a eu pour principal objectif de fixer la Loi orale tout en précisant la Loi écrite. La seconde, la Guémara, constitue le développement et le commentaire dé taillé de la Michna. Seule la partie législative, la Halakha a un caractère obligatoire.

14La fin de la rédaction du Talmud (en 500) n’a pas arrêté la production des textes post-talmudiques de codification des lois. Des livres de codes résumant les préceptes du Judaïsme sont nés sous la plume de rabbins dont les plus connus sont le Michné Torah (1180) de Maïmonide et le Choulkhan Aroukh (1570) de Joseph Caro. Ce dernier qui est devenu une référence de base, proposé sous différentes formes, a subi le plus d’interventions éditoriales.

15Au-delà de son aspect de codifications, la religion hébraïque est aussi proposé e dans sa version mystique, la kabbale. Aux rayons Tanakh, Talmud, Guémara, Halakha, vient se greffer une multitude d’ouvrages de livres de prières, de bé né dictions journalières et celles qui concernent les cinq fêtes. Certaines éditions deviennent des classiques comme le Patah Eliahou qui est un livre de prières adopté par un grand nombre d’écoles. Il est proposé sous différentes formes : traduction, transcription.

16La production religieuse marque une identité et offre un cadre de vie, où le livre participe au rituel. À cette littérature de base, s’ajoute une production contemporaine qui relève de domaines « laïcs » comme l’histoire, la philosophie, la littérature, l’actualité vus néanmoins à travers le prisme du judaïsme et produite essentiellement par des auteurs juifs.

17L’époque contemporaine est la mieux représenté e dans le rayon histoire, les périodes de la Shoah et de la création de l’E tat d’Israël sont privilégié es. La littérature est représenté e par le roman, la nouvelle et la poésie. Là aussi l’écriture est monopolisé e par des auteurs juifs : Eliette Abecassis, Joseph Joffo, Marek Halter, Isaac Bashevis Singer, Elie Wiesel... La production « conjoncturelle » y a une place de choix. Elle relève souvent et selon les « opportunité s » de l’actualité politique de type « polémique » avec les thèmes de la judéophobie, le conflit israélo-palestinien.

18L’objectif de la description de la librairie hébraïque est avant tout la comparaison avec la librairie islamique, dont la production est analogue à certains égards : le texte sacré, le Coran et les textes post-coraniques qui constituent l’explication du premier, le tafsîr et son interprétation à travers le modèle prophétique, le hadîth. Dans les deux cas la production ancienne qui constitue la référence pour chacune de ces deux religions est écrite dans la langue liturgique à laquelle s’ajoute une production récente souvent simplifié e (dans la forme) en langue française. Ces deux productions impliquent, en l’occurrence, deux types de lecteurs pratiquants : ceux qui maîtrisent la langue du texte sacré et ceux qui ne la maîtrisent pas. Dans les deux cas de figure, la production ancienne tient une place fixe (fixe comme son contenu) dans l’espace de la librairie, alors que la seconde est souvent exposée et mise en valeur sur une table sur le passage obligé de la clientèle.

  • 8 C’est une ceinture que portent certains hassidims, juifs d’origine d’Europe centrale qui ont suivi (...)

19Dans la librairie hébraïque, la majorité des objets appartiennent au registre cultuel. On peut différencier ceux qui sont toujours présents et ceux qui font leur entrée à certaines occasions et selon le calendrier juif. Les objets d’utilisation courante englobent les keli, ustensile (en plastique et en métal) pour le lavage rituel des mains ; tephilin (phylactères) ; châles de prière pour les hommes, talith gadol et talith katan (tsitsith) ; gartel8, mezouza (parchemin qu’on accroche au linteau des portes), ménorahs (chandeliers) et cassettes de chants religieux.

20Des tableaux représentant l’allumage des bougies du shabbat, un Juif portant le talith et sonnant le choffar, des portraits de rabbins célèbres, un homme pieux en train d’étudier, des scènes représentant des moments clé s de l’histoire biblique, Moïse portant les tables de la Loi sur le mont Sinaï, le Mur des lamentations, où encore la traversé e de la mer rouge, sont exposé s sur les murs de la librairie ; généralement ces peintures touchent de près à la tradition, ils sont des références traditionnelles et historiques.

21Aux objets d’utilisation courante s’ajoutent ceux lié s au rite du shabbat : verre de kiddouch pour la sanctification du vin le vendredi soir qui inaugure le shabbat, bougeoirs, napperons pour couvrir les haloth (pains de shabbat), nappes blanches à motifs brodés relatifs au shabbat (verre de kiddouch, haloth), plata (plaque chauffante sur laquelle on laisse au chaud les plats déjà cuisinés), doud (grande casserole pour garder l’eau chaude pendant le chabbat), ceinture de shabbat pour les clés, service pour la havdalah (fin de shabbat) comprenant une bougis tressé e de plusieurs mèches et son support, une boite à bessamim (herbes odorantes), un verre, le tout sur un plateau.

22À l’approche des fêtes religieuses d’autres produits abondent ou font leur apparition. À Roch Hachana (Nouvel an) le choffar (corne de bélier dans laquelle on souffle) qui côtoie le pot à miel dans lequel on trempe une pomme pour que l’année soit douce, sont proposés à la vente tandis que pour Kippour (le Grand pardon) c’est au tour des kitel, (robe blanche de prière pour les hommes). À la veille de Souccot (la Fête des Cabanes) on trouve les décorations pour la souccah (cabane), le loulav (branche de palmier garnie de feuilles de saule et de myrte), l’etrog (cédrat), boite à cédrat. Pour Hanouka apparaissent les hanoukia, (chandelier à huit branches), bougies de hanouka (mèches/huile) et les sevivone (toupies).

23À Pourim, les déguisements (maquillage et masques), la présence de pétards, de Méguila (rouleau comportant le livre d’Esther) qui relate la délivrance par Dieu, lu à cette occasion, marquent l’aspect joyeux de cette fête alors que le plateau du Seder (nuit de Pâques), le livre de la Haggadah (récit de la sortie d’Égypte et rituel de la nuit de Pâques) annoncent Pessah considéré avec la Pentecôte et la Fête des Cabanes comme les trois fêtes de pèlerinage. L’utilisation de ces objets reste intimement liée aux livres religieux qui ont pour principal objectif l’apprentissage du rituel de l’objet. Ainsi une partie Des éphémérides de l’année juive traite de la manière d’utiliser l’objet dans le rituel.

24Le livre n’est pas l’unique instrument outil du discours religieux, il va s’approprier tous les supports de reproductions modernes comme le cédérom ; l’Apprentissage de l’hébreu biblique, La Méthode d’apprentissage de l’hébreu moderne viennent enrichir le fonds de livres scolaires (pour les écoles privé es hébraïques) de méthode d’hébreu et de dictionnaires. Les CD et la cassette vidéo se partagent la musique liturgique (chants de synagogues) et la musique profane qui renvoie aux différentes aires culturelles de la diaspora juive. Les supports ludiques pour enfants englobent aussi bien les livres (contes, coloriages) que les cassettes audio (comme les chants de Hanouka) qui portent eux aussi l’empreinte religieuse.

25Quand il est fait pour autrui, l’achat recouvre d’abord un aspect « convivial » mais encore un aspect « intégrateur ». L’achat comme forme de convivialité s’exprime dans le contexte d’une relation d’un juif vers un juif mais aussi d’un non juif vers un juif. Il a pour but de participer à l’intégration religieuse de l’autre dans le monde du judaïsme à l’occasion d’étapes initiatiques comme celles des fêtes (offre d’objets lié à la fête), de la Bar Mitsva ou majorité religieuse (talith, poche pour talith, kippa, livre de prière, téphilin, offerts souvent par les proches ; les moins proches offrent des livres comme Le dictionnaire du judaïsme ou Les symboles du judaïsme), du mariage (service pour le Shabbat, mezouza...).

26Contrairement à la librairie islamique, l’é lé ment masculin ne domine pas toujours dans la librairie hébraïque. Il est pré dominant dans les rares librairies consacrées exclusivement aux ouvrages d’études en hébreu, et aux articles religieux destinés aux hommes. La librairie est fréquentée aussi bien par une clientèle de confession juive (majoritaire) que non juive. Cette dernière s’intéresse notamment aux sources judaïques du christianisme. Parmi la clientèle juive, on rencontre plusieurs types de lecteurs d’horizons différents qui peuvent étudier les mêmes textes fondamentaux, « de l’orthodoxe au non pratiquant ». Les intellectuels non pratiquants s’intéressent à la sagesse judaïque et à la philosophie juive, au symbolisme des différents rites, à l’identité juive à travers le livre. Chez les hommes pratiquants, barbe, papillotes et port de la kippa peuvent être significatifs et indiquer le degré de pratique religieuse ; les femmes pratiquantes ont quant à elles la tête couverte et sont habillées « selon les critères de la religion ».

27La clientèle juive pratiquante peut se diviser en deux catégories mesurables à deux critères : la formation et le livre acheté. Les étudiants des écoles talmudiques ayant fréquenté l’école juive depuis l’enfance puis les centres d’études juives, et y ayant reçu une formation religieuse, sont reconnaissables aux ouvrages qu’ils demandent (ouvrages d’études, textes sacré s, commentaires, Talmud, le tout en hébreu). L’étudiant pratiquant s’intéresse au livre en tant qu’outil permettant d’avancer dans sa démarche religieuse, elle-même considérée comme une application de la loi (pratique). Il est important cependant de noter que tout un chacun a accès à l’étude et que celle-ci est difficilement dissociable de la pratique. Par exemple le shabbat et les jours de fête, on lit à la synagogue des passages de la Torah que l’on a coutume de commenter. La religion est toujours véhiculée par un « canevas » d’études qui la fondent ; certains vont très loin dans la conceptualisation et dans le dé cryptage des textes anciens, qui les aident à appréhender l’existence.

  • 9 F. Dubet et D. Lapeyronnie, Les Quartiers d’exil, Paris, 1992, p. 94.

28Les étudiants, en quête de leur identité juive, se penchent sur les textes comme un moyen de retrouver celle-ci. Ils attendent des réponses de la religion sur tout, aussi bien des maîtres qui l’enseignent que des livres qui servent de guides spirituels, dans la très grande majorité pour approfondir soi-même un enseignement reçu d’abord oralement d’un parent, d’un professeur ou d’un maître. Ces personnes en quête de leur identité religieuse ne sont pas en situation d’exclusion sociale comme c’est le cas pour certains Beurs. Au contraire, comme le soulignent François Dubet et Didier Lapeyronnie, lorsque l’insertion et l’assimilation sont réussies, la double appartenance est souvent revendiquée comme une source d’enrichissement. Effacée pendant une gé né ration ou deux, elle peut ré apparaître quand elle n’est pas un handicap. Ainsi beaucoup d’immigrés de troisième génération, Italiens, juifs, retrouvent leurs racines communautaires nationales ou religieuses9.

29Les rabbins, les hommes religieux porté s sur l’étude, ou toute personne érudite, achètent entre autres des livres en hébreu, des livres d’approfondissement très pointilleux (exégèse, livres de Halakha) pour affiner leur savoir et mieux guider leur pratique. C’est une clientèle qui vient régulièrement et achète souvent. Les étudiants, qui en l’occurrence sont généralement très religieux, achètent le même genre d’ouvrages que les rabbins. Ces deux types de lecteurs s’intéressent aussi à certaines nouvelles parutions en langue française, salué es généralement par tous les publics qui apprécient les productions nouvelles de qualité, « c’est-à-dire bien dans la tradition », offrant un regard qu’ils trouvent intéressant sur le judaïsme (commentaires anciens traduits par un rabbin contemporain ou des petits ouvrages sur la vie juive, sur la foi, sur le rôle de la femme, ou tout simplement des livres pour enfants qui ont une pertinence éducative).

30Enfin les personnes qui étudient afin de se mettre au courant de la pratique religieuse (afin de pratiquer eux-mêmes) lisent un peu de tout et s’en remettent le plus souvent au vendeur qui les conseille en fonction de leur demande, de leurs connaissances linguistiques et autres, et les informe de la particularité des ouvrages et de leurs degrés de difficulté.

31Il est déjà possible de distinguer deux fonctions du livre où chacune d’elles renvoie à un type de lecteur à partir de deux indices corrélatifs : formation et livre acheté. Dans le cas du lecteur religieux, la référence au livre s’inscrit dans une logique, car son utilisation fait partie de la pratique religieuse, l’étude est un commandement, mitsva, de la Torah. Le lecteur, par ses croyances, sa formation et sa maîtrise de la langue liturgique (jeune il a souvent été dans le système scolaire religieux) possède les outils conceptuels pour appréhender le livre religieux. Ce dernier a fonction d’enrichissement et d’approfondissement. Quant au lecteur devenu récemment religieux, (essentiellement pour une raison identitaire), souvent de formation laïque et ne maîtrisant pas la langue hébraïque, le livre devient pour lui un guide, une réponse à ses questionnements, un support d’identité. À partir de ces constatations, nous devons tenir compte, pour les lecteurs qui nous intéressent, de la variable formation, mais aussi du moment où le lecteur devient religieux, car cela a de nombreuses implications sur le type de livres achetés.

32Alors que c’est l’association livre/objet qui a attiré notre attention vers la librairie hébraïque, nous constatons que c’est justement sur ce point que réside l’une de ses principales différences avec la librairie islamique. Pour la librairie hébraïque, les objets appartiennent essentiellement au registre cultuel, alors que pour la librairie islamique ce n’est pas le cas. À quels registres appartiennent donc les objets que l’on trouve dans la librairie islamique ?

OBJETS ISLAMIQUES

33La librairie islamique donne l’impression d’un bazar, où prolifèrent des objets hétéroclites : cassettes audio et vidéo, chapelets, tapis de prière, vêtements, parfums, encens, plantes séchées, écorces d’arbres, pelotes de laines de différentes couleurs, charbon, boussoles pour s’orienter vers La Mecque, calendriers lunaires mentionnant les fêtes religieuses, images de La Mecque, calligraphies, etc. La diversité et la variété des produits diffusés par ce commerce permettent néanmoins une classification provisoire qui aide à mieux comprendre les différentes combinaisons de l’objet avec le livre, à travers lesquelles se profilent plusieurs types de consommateurs et différentes pratiques de lectures.

  • 10 McKenzie, La Bibliographie et la Sociologie des textes, Paris, 1991, p. 5-6.
  • 11 R. Chartier, L’Ordre des livres, Aix-en-Provence, 1992, p. 95-96.

34D’emblée, nous remarquons l’incidence du livre sur les cassettes qui se situe au niveau du contenu sémantique. On rencontre dans les deux cas une terminologie islamique, seul le support change : véhiculé par l’écriture pour l’un, par l’oralité pour l’autre. Cette constatation suggère que le discours religieux n’est pas l’apanage de l’écrit, mais qu’il relève aussi de l’oralité. De plus, comme le précise Donald Francis McKenzie « tout texte n’est pas nécessairement donné dans la forme du livre : les productions orales, les donné es informatisé es ou numérisé es sont autant de textes non livresques qui monopolisent le langage sans pour autant appartenir à la classe des objets imprimés10 ». Avec ce support et pour reprendre une idée de Roger Chartier, les textes ne sont plus prisonniers de leur matérialité originelle dont ils s’émancipent11.

  • 12 Le catalogue d’Euro-Média de l’année 90/91 proposait 148 titres de cassettes vidéo, alors que pour (...)
  • 13 Iquioussen Hassan anime la branche « Jeunesse » de l’UOIF, il est actuellement membre de ce bureau (...)

35La cassette peut être abordée à partir de deux questions. Peut-on la considérer comme un concurrent du livre ? Mais encore quelles seraient les conséquences du basculement d’un support, le livre, à un autre, la cassette ? Bien que le nombre des cassettes soit annuellement en hausse12, on remarque que cette augmentation va de pair avec celle du nombre des livres qui suit la même tendance. On remarque en outre que certaines librairies, (comme la librairie Okba) font de la cassette vidéo comme du livre religieux la spécialité de leur commerce. Un autre argument, voire une preuve plus tangible, permet d’affirmer que les cassettes ne concurrencent pas la lecture : en effet, certains libraires produisent des cassettes audio et vidéo et diffusent celles produites par des associations islamiques. Il n’est pas vain de mentionner que le recensement des cassettes audio et vidéo permet de constater qu’une grande partie de celles-ci est enregistré e par le soin des associations islamiques en France : UOIF, et l’Association islamique Intégrité qui par leurs différentes actions – création de lieux de culte, d’écoles coraniques et d’instituts islamiques et édition de livres islamiques –, peuvent être considéré es comme les promoteurs de la lecture du livre religieux. On observe en outre parmi les orateurs des membres d’associations13.

36Dans certains cas, il arrive même que des cassettes se transforment en livres. Les conférences de Hani Ramadan initialement diffusé es sous forme de cassettes audio et vidéo ont été éditées sous forme de livres. On retrouve les mêmes titres en cassettes audio et vidéo et en livres. Il est indéniable que le livre garde toujours son prestige et qu’on ne peut considérer les autres supports comme de ré els concurrents de la lecture. Bien au contraire, ces nouveaux supports peuvent servir le livre et amener les auditeurs à lire. Les consommateurs de cassettes sont déjà des lecteurs ou des consommateurs potentiels du livre. On é coute le discours religieux sur cassettes puis on se donne les moyens de le lire. Le premier contact dans les sociétés musulmanes avec le discours religieux est auditif. L’enseignement de l’arabe dans ces pays commence par un enseignement religieux transmis essentiellement par l’oralité. On apprendra à l’enfant à mémoriser des versets coraniques avant de lui apprendre à lire et à écrire. Cette forme inédite du discours religieux loin de dissuader l’auditeur d’aller vers sa forme écrite, amorce au contraire de nouveaux lecteurs.

37En ramenant le livre à une forme plus simple, on peut penser qu’il est plus é couté que lu mais encore qu’on le met à la porté e de personnes venant de pays où la tradition orale prime. Il serait alors plus pertinent d’appréhender ce support comme substitut du livre, car il tient compte de la culture orale de ses auditeurs, culture où le savoir religieux est transmis par l’é coute. Ainsi les cassettes vidéo qui se pré sentent comme des mises en images et en son des textes, initient à une forme de littérature qui resterait autrement inaccessible à certains. La cassette peut être abordé e en outre comme une initiation à la lecture du livre religieux. Par l’écoute, l’auditeur se familiarise déjà avec des références écrites. La citation fréquente de références écrites, de versets coraniques et de hadîth-s, l’inciterait à consulter les textes par la suite et lui en faciliterait l’accès.

  • 14 Pour une analyse des discours de cAbd al Hamîd Kichk, cf. G. Kepel, Le Prophète et Pharaon, chapit (...)

38Les conséquences du basculement d’un support à un autre, dé voilent les avantages de la cassette. Par le temps de sa duré e, ce support offre une consommation aisé e et rapide par rapport au livre qui nécessite plus d’effort et de temps. L’audition de discours religieux permet le prolongement d’un espace cultuel à un espace privé ou familial. La cassette audio est le support de trois formes de discours religieux composant le prêche du vendredi. Le premier type de cassettes diffuse le Coran sous forme de psalmodies ; le deuxième diffuse le Coran, chaque cassette correspond à une sourate ; le troisième diffuse les « khutâb al wacd wa al irshâd » deux types de discours en forme de sermons complémentaires, l’un exhortant le musulman à suivre le bon chemin, et l’autre explicitant comment y parvenir. Parmi les cassettes d’exordes et de sermons, le prédicateur égyptien cAbd al-Hamîd Kichk a une place de choix. Imam d’une mosquée au Caire, il profite du prône du vendredi pour dénoncer tous les maux de la société égyptienne, comme la corruption et l’adultère, sans pour autant donner des remèdes14 ses adeptes peuvent se procurer une semaine plus tard ses prêches en cassettes audio.

39À l’exception du Coran qui fait l’objet d’une lecture collective au sein de l’espace cultuel, les autres livres supposent une lecture individuelle et silencieuse. La cassette, du fait même des espaces où on peut l’é couter, espace familial et associatif, lieux regroupant plusieurs personnes, implique une audition collective. L’étude des titres de cassettes vidéo et audio montre que certains titres peuvent toucher différents membres d’une même famille, notamment ceux qui ont pour thème la femme. Ces cassettes traitent aussi bien des devoirs et des obligations de l’homme à l’égard de son épouse (et inversement), que des prescriptions selon lesquelles les parents sont tenus d’é lever leurs enfants et le respect que ces derniers leur doivent. Il arrive qu’une cassette pré sente plusieurs sujets comme « Le chemin vers le paradis», de cAbd al Hamîd Kichk, qui discute du mariage, de l’usure et de l’adultère. Quel que soit le sujet, l’audition d’une cassette est souvent prolongé e par un dé bat et donne lieu à des commentaires faits par les différents auditeurs.

40Par opposition au livre qui exige la maîtrise de l’écrit, la cassette pré sente l’avantage, et non des moindres, qu’elle s’adresse aussi à ceux qui ne le maîtrisent pas. Il est possible de s’approprier le texte religieux écrit sous une forme orale. Le support modifie les conditions de compréhension. Dans le cas des cassettes de psalmodie du Coran, le consommateur du discours religieux est mis au contact de texte qu’il ne peut maîtriser sous une forme écrite.

  • 15 R. Chartier, « Textes, imprimés, lectures », in Pour une sociologie de la lecture, Paris, 1988, p. (...)

41Dans le cas d’une partie des publications interdites en France par le ministère de l’Intérieur, « en raison de leur tonalité violemment anti-occidentale, antisémite et de l’incitation de la haine qu’elles contiennent », le basculement d’une forme écrite à une forme orale peut être considéré comme un moyen de dé tourner la censure : l’interdiction va pousser à trouver une autre forme de diffusion. Selon les écrits de Roger Chartier, tout dispositif qui vise à créer du contrôle et de la contrainte secrète toujours, en effet des tactiques qui l’apprivoisent ou le subvertissent15. Le changement d’un support à un autre s’accompagne souvent d’un changement de lieu de production : aux livres édités initialement à l’étranger, se substituent les cassettes produites en France.

  • 16 Éditions Ramou/Paris, Éditions AEIF/Paris, Éditions Essalam/Paris, Éditions Ennour/Paris, Éditions (...)
  • 17 Euro-Média est chapeautée par l’UOIF. Cette entreprise est spécialisé e dans l’audiovisuel et l’éd (...)
  • 18 Cf. recensement des livres.

42Depuis le dé but des années 1990 on observe une multiplication des producteurs de cassettes et de leurs lieux de production : douze en tout, ré partis entre Paris et sa banlieue, Amiens, Lyon et Marseille, etc.16 En raison de l’importance du nombre de cassettes qu’elle diffuse, on s’attachera particulièrement à celles qui sont produites par Euro-Média17 sous forme de conférences, colloques, documentaires, apprentissage du culte, pièces de théâtre, chants, dessins animés et films. Parmi les orateurs des conférences, certains sont aussi des auteurs de livres. Ils utilisent parallèlement à l’imprimé cet autre support médiatique qu’est la cassette pour la diffusion de leurs idées, comme dans le cas de Mohamed Said Ramadan Al-Buti, frère musulman syrien. Les titres de ses livres18 différent de ceux des cassettes. Ce n’est pas le texte sous sa forme originelle qui est repris par ce support. L’auteur utilise la cassette pour divulguer ses principales idées préalablement développé es dans ses ouvrages.

43Il arrive qu’on retrouve dans les cassettes des titres identiques à ceux des livres comme « la biographie du Prophète » (as sira an nabawiyya), ou « la voie du musulman », Minhâj al muslim. Néanmoins le producteur n’est pas le même : il s’agit d’un enseignant (abu Bakr Al-Jazayrî) et d’un historien traditionniste du xive siècle (Ibn Kathîr) dans le cas du livre, alors que pour la cassette, l’orateur est un shaykh (shaykh cUmar ad-Dacûq). Avec la cassette, le texte est diffusé sous une forme orale et abrégée, comme le souligne un terme de son titre : « Partie du Riyad Salihin », Nuzuhât Riyad Sâlihîn.

44La cassette est un support qui tient compte de tous les publics, les illettrés comme les autres ; elle tient compte aussi de la langue maîtrisé e par son public, les francophones comme les arabophones. La langue utilisée différencie les orateurs et parallèlement les publics qu’ils ciblent. Bien que les cassettes en arabe et en français se partagent la psalmodie du Coran, chacune de ces deux langues se distingue par des thèmes qui lui sont propres.

  • 19 Cf. Annexe 5, Les cassettes vidéo, p. 198.

45Par le nombre de leurs titres, deux orateurs monopolisent la cassette audio et vidéo en français : Iquioussen Hassan et Ramadan Hani. Répétons que les deux sont membres d’associations islamiques ; le premier réside en France et le second en Suisse. Par leurs discours, les orateurs visent le public francophone composé en grande partie par des jeunes issus de la deuxième et troisième génération. Les cassettes ont principalement pour sujet la vie du Prophète, le comportement du jeune musulman, et des questions relatives aux jeunes musulmans de France19. Par le public visé et les thèmes développés, Euro-Média apparaît comme une entreprise de catéchèse.

46De manière générale, la cassette en arabe ne porte pas sur l’Islam en tant que dogme, contrairement aux cassettes en français, mais elle traite uniquement de son instrumentalisation politique. Si parmi les cassettes audio et vidéo on trouve celles qui ont trait à la psalmodie du Coran, comme celles du célèbre récitant égyptien shaykh Abdessamad, du shaykh Souissy, du shaykh Mahmud El Tablaoui et du shaykh Antar Mouslim, ou encore d’exégèses du Coran mais dans une version contemporaine, comme le propose le shaykh M. Moutawali Shacrawî, ou des cassettes traitant des piliers de l’Islam comme l’aumône lé gale, zakât, mais selon un point de vue contemporain, on constate que leur nombre est particulièrement peu important par rapport à l’ensemble des cassettes. Dans les cassettes en arabe, les titres religieux proprement dits sont peu nombreux. L’Islam y est traité à travers le prisme de la politique et non par son aspect dogmatique comme les cassettes en français intitulées par exemple : « Le jeûne », « Pourquoi prions-nous ? », « La foi musulmane ». Pour preuve, la terminologie utilisé e dans ces discours renvoie directement à la politique : manifeste (bayân), parti politique (hizb siyâsî), changement (taghyîr), etc. Entreprise de catéchèse, Euro-Média peut aussi être considéré e une entreprise de mobilisation politique.

  • 20 Cf. Annexe 5, Les prédicateurs islamiques, p. 198.

47Contrairement aux orateurs des cassettes en français, ceux des cassettes en arabe ne vivent pas en France. La cassette audio et plus particulièrement la cassette vidéo en arabe est le support de pré dilection des islamistes appartenant aux différentes tendances du mouvement des Frères musulmans : shaykh Fayçal Mawlawî (16 cassettes), Hassan Ayoub (13), Ahmad al-Qatan (26), Youssef al-Qardhawî (8), cIssâm al Bachir (11), cAbd al-Majîd Zendanî (6), Mohammad Moutawali Shacrawi (16), Mohammad Sacîd Ramadân al-Buti (13), cAbdal-Hamîd Kichk (10)20.

  • 21 B. Étienne, L’Islamisme radical, Paris, 1987, p. 134.

48Comme le remarque à juste titre Bruno Étienne la cassette a été aux islamistes ce que l’imprimerie fut aux calvinistes, le vecteur maté riel de la diffusion idéologique21. Parmi les orateurs, certains sont considéré s comme des islamistes modérés. Un indice en est fourni par les titres de leurs conférences où le terme jihâd (guerre sainte), qui est fréquent dans les discours des islamistes extrémistes, est quasi-absent. Les rares fois où il est utilisé c’est quand il se réfère a un espace autre que celui où résident les orateurs (Égypte ; Syrie, Jordanie ; Yémen) et les auditeurs qu’ils visent (Europe).

  • 22 Les Droits de l’homme en Islam, Si l’Islam a le pouvoir, Les Fondements de l’État islamique, Systè (...)
  • 23 Le Mouvement islamique : réalités et horizons, Le Mouvement islamique : missions et défis et tous (...)

49L’une des préoccupations des orateurs est d’affirmer par le biais de leurs conférences une « identité islamique » qui se manifeste comme une identité politique. Le discours de ces islamistes, où se mêlent la théorie et l’action politique, développe plusieurs thèmes récurrents dans les titres : Palestine, femme, Islam et Occident. Nombreux sont les titres qui relèvent de la théorie politique22 auxquels s’ajoutent ceux qui illustrent l’action politique23.

50Les divers titres qu’on peut intégrer au thème Islam/Occident sont très bien représentés dans le catalogue d’Euro-Média. Ce fait conduit à des interrogations : pourquoi le choix de ce thème par ces orateurs ? Pourquoi le nombre de ces titres est plus important en arabe ? Soulignons que parmi les orateurs, certains sont invité s par des instituts islamiques en France pour donner des conférences ou assurer des cours (Youssef Al-Qardhawî, shaykh Ahmad Al-Qatan, shaykh Fayçal Mawlawî). Les consommateurs de ces cassettes, les musulmans de France, qui trouvent des difficultés à s’intégrer dans la société française sont prêts à recevoir toutes sortes de messages critiques à l’égard de la société dans laquelle ils résident. La critique du système occidental ainsi que du « vide spirituel » qu’il a engendré, autorise ces orateurs à dé montrer les avantages sociaux du système islamique et de proposer aux musulmans résidant dans un pays occidental des remèdes à leurs problèmes.

  • 24 Exemples : « Tunisie, Afghanistan, Palestine, Soudan, Égypte » de H. Mokni, K. al Halbawi et M. Ta (...)
  • 25 Festival du chant de l’Intifada, festival des chants de la victoire et du jihâd, festival des chan (...)

51À l’énoncé du titre, qui renvoie à un thème bien précis, d’autres éléments peuvent permettre au consommateur d’arrêter son choix. La formulation même du titre parfois sous forme de questions peut aider à choisir une cassette en fonction de ses propres interrogations. Les titres d’autres cassettes sont sous forme de dialogues qui interpellent le consommateur. Aux conférences qui ont une place de choix dans la cassette vidéo, s’ajoutent des colloques (Nadawât) regroupant plusieurs intervenants proches du mouvement des Frères musulmans traitant particulièrement de l’actualité politique des musulmans dans le monde24. Les documentaires (istitlâc) rappellent la grandeur historique de l’Islam. Des programmes didactiques (taclîm) traitent essentiellement du culte. Les pièces de théâtre (masrahiyât) mettent en scène quant à eux des hé ros. Les cassettes mettent aussi en scène des festivals de Chants (anâshid) à caractère islamique ou patriotique25. Les dessins animés (sûra mutaharrika lil atfâl) inculquent aux enfants et de manière ludique des références coraniques. Les films et les feuilletons (aflâm wa musalsalât) mettent en scène des personnages historiques musulmans.

52La production récente des cassettes vidéo islamiques et leur multiplicité pourraient être interprété es comme un moyen pour ses diffuseurs de faire barrage à celles qui les précédent et qui inondent les quartiers musulmans comme celui de la Goutte d’Or. Ils proposent aux consommateurs habituels de cassettes de films égyptiens, de danse orientale et de Raï une autre forme et un autre aspect de leur culture, et une version plus orthodoxe. Aux acteurs de ciné ma, ils opposent des prédicateurs eux aussi égyptiens, à l’art de la danse se substitue l’art de réciter le Coran, et au Raï qui chante l’amour et l’alcool se substituent les sermons qui rappellent le jour du Jugement dernier et ses tourments si on ne suit pas le droit chemin.

  • 26 À titre indicatif, voici quelques exemples d’âge des libraires, gérants des librairies du XVIIIe a (...)

53À part certains objets cultuels, chapelet et tapis de prière, qui favorisent l’exercice du culte ainsi que les cassettes, la majorité des autres objets appartiennent au registre culturel. Les librairies du XVIIIe arrondissement pré sentent quelques particularités intéressantes qui les différencient de celles du XIe arrondissement. Ces caractéristiques concernent l’âge du libraire26, sa clientèle, mais aussi les produits qu’il propose.

54Le public des librairies du XIe arrondissement est plus jeune que celui des librairies du XVIIIe arrondissement. Les diverses composantes de la clientèle des librairies de la rue Jean-Pierre Timbaud permettent de discerner l’évolution des produits de ces librairies par rapport à celle du XVIIIe arrondissement. Nous remarquons d’abord que l’espace réservé au livre est y plus grand et mieux structuré : à chaque rayon correspond un thème bien pré cis (par exemple tafsîr, fiqh, falsafa...). L’espace réservé aux autres produits est plus ré duit que celui qui leurs est réservé dans le XVIIIe arrondissement. C’est parmi les librairies de la Goutte d’Or qu’on observe une plus grande diversité de produits n’appartenant pas au registre de l’imprimé. C’est également parmi elles que l’on trouve les librairies qui ne sont pas enregistré es en tant que telles par la Chambre de commerce de Paris.

  • 27 Écorce d’arbre utilisé pour se curer et nettoyer les dents.
  • 28 Plantes et écorces d’arbres.

55La présence de certains objets renvoie à la nationalité du libraire et de sa clientèle. On trouvera par exemple, la djellaba et les babouches chez le libraire maghrébin et plus particulièrement marocain, le pipaw chez le malien et les robes algériennes chez l’algérien. Si dans toutes les librairies (notamment celles du XVIIIe arrondissement) on trouve le souaq27, on ne trouvera par contre le gnama, le faraboulou, le soussou et le gasambé28 que chez le libraire malien.

56Ces plantes, qu’on pensait être des plantes à but médicinal, permettent de souligner une autre fonction du libraire : le « maraboutage » dont le libraire se fait le vecteur. À la proximité des librairies maliennes, des cabinets de marabouts trouvent leur place. En signalant que cette pratique n’est pas conforme aux prescriptions coraniques, les personnes interrogé es ré pondent qu’elle vont chez un marabout musulman, « un moro pas un bambara ». Selon leurs dires, les moyens utilisé s comme l’objectif de l’un et de l’autre ne sont pas les mêmes : « Le moro se sert de formules coraniques, de plus la finalité c’est de faire le bien et non pas le contraire comme chez le bambara. » Ainsi dans la librairie s’inscrivent deux pratiques qui ont pour point commun le fait qu’elles se ré clament de l’Islam. On pourrait penser que le « marabout-libraire » utilise la présence du livre, symbole du savoir scripturaire, pour renforcer une légitimité que de simples marabouts ne possèdent pas. L’arrière-boutique de cette librairie fait aussi office d’école coranique le mercredi pour les enfants du quartier. Elle est un lieu de lecture partagé où se rassemblent après le travail des Maliens qui y viennent, un livre à la main, Coran ou ouvrages appartenant au patrimoine islamique. L’arrière-boutique de ces commerces aide parfois à dé terminer la fonction initiale de ces commerçants devenus libraires. C’est le cas d’un « libraire » de la rue Myrha qui est aussi tailleur : en attendant les clients, il confectionne des vêtements dans l’arrière-boutique.

  • 29 Il arrive que la boussole soit intégrée dans le tapis de prière.
  • 30 Depuis 1992, il existe un agenda musulman qui comporte une présentation des différents États à for (...)

57Parmi cette diversité de produits, on trouve des objets liés à l’organisation du temps. Si le tapis de prière dé limite l’espace de la prière et par Là le sacralise, si la boussole29 donne l’orientation vers laquelle elle doit être faite, les objets, tels le calendrier musulman, l’agenda musulman et l’appareil qui sonne à l’approche des heures de prière et selon la ville où réside le pratiquant, islamisent le temps « chrétien ». Ainsi ces objets vont rythmer le temps selon sa version islamique et donnent au croyant la possibilité de se créer un temps musulman30 à l’intérieur d’un temps ambiant qui se réfère à une autre religion.

  • 31 Au vu de la matière des gants et des chaussettes, ces derniers n’ont pas pour but de protéger du f (...)
  • 32 Tout ce que la pudeur ne permet de voir, ni de faire voir. Toute la partie du corps entre le nombr (...)

58Le henné en poudre pour la teinture des cheveux et les collages pour décorer les mains sont vendus dans certaines librairies du XVIIIe arrondissement alors qu’ils sont absents dans les librairies du XIe arrondissement. On trouvera toutefois dans les librairies de la Folie Méricourt, près des livres destiné s aux femmes, des pochettes pour ces dernières, sur lesquelles est inscrit en arabe « cadeau pour ma sœur musulmane » ; elles comprennent une cassette, un foulard, des gants et des chaussettes31. Si le henné est l’un des rares produits culturels ayant l’aval de la tradition islamique, si la présence du foulard apparaît normale car il ré pond à des prescriptions coraniques, celle des gants ne l’est pas dans la mesure où ils couvrent les mains, l’une des deux parties du corps de la femme, l’autre é tant le visage, qui ne sont pas considéré es comme cawra32. À côté de ces pochettes, on trouve aussi des produits dé rivés de la nigelle (ou cumin noir) tels shampooings, crèmes, savon, huile, pilules, thé, etc.

  • 33 De nombreux passages du Coran fournissent au croyant des formules incantatoires pour chercher refu (...)

59Parmi ces divers produits, certains objets, appartenant à un même registre et tous destinés à protéger du mauvais œil : porte-clés avec pendentif sur lequel est gravé « âyat al kursi » (Verset 255 de la sourate II)33, main de Fatma, badge avec le nom de Dieu en arabe ou l’inscription « âyat al kursi », tableau sur lequel on peut lire « Protection de la maison contre le mauvais œil, l’envie, la sorcellerie et le démon » suivi de versets coraniques et de hadîth-s prophétiques ainsi que la phrase « Nous avons fait ce tableau (à accrocher) afin de protéger ceux qui ne connaissent pas le Coran comme le faisait Abdallah ibn cUmar ». L’ensemble de ces objets allient culturel et religieux : le mauvais œil, qui relève de la superstition « culturelle » et les inscriptions religieuses qui sont un moyen « orthodoxe » pour s’en pré munir. Ces objets permettent de se protéger dans deux espaces différents : le porte-clé et la main de Fatma qu’on porte sur soi dans l’espace public, tout comme le badge à coller sur le pare-brise de la voiture, le tableau dans l’espace privé.

  • 34 Cf. El-Bokhâri, Les Traditions islamiques traduites de l’arabe, Paris, 1984, tome IV, titre LXXV, (...)

60Islamiser l’objet en y joignant des références religieuses ou en le nommant « islamique » est un argument commercial, important pour la vente. La référence religieuse peut être appréhendé e comme un support publicitaire. Pour faire la publicité du produit, la référence des versets coraniques et des hadîth-s dans les prospectus n’est pas rare, comme pour les produits dé rivé s de la nigelle : « Le Prophète a dit : prenez la nigelle car elle guérit de tous les maux, sauf du poison34. »

  • 35 C’est un jeu qui a pour objectif de faire connaître, rappeler et développer la connaissance de la (...)

61La référence islamique dans les produits ne doit pas être appréhendé e uniquement comme le prolongement de la confession religieuse de leurs producteurs. Ce serait leur attribuer une forme de philanthropie dé mentie par les bénéfices qu’ils en tirent. Le producteur de À la poursuite de l’Islam35, qui est un jeu sur le modèle du Trivial Poursuit n’est pas de confession musulmane. Cette commercialisation de l’Islam est partagée par différentes associations musulmanes dont les bénéfices qu’elle engendre, leurs octroient une meilleure représentation et légitimité au sein de la population musulmane : à la mosquée de Paris, le marché de la viande halâl, à l’UOIF, le marché de l’audiovisuel islamique.

62En changeant d’espace, voire en « immigrant », les objets changent aussi de statut : du culturel ils passent au cultuel. Inclure, parmi les objets cultuels, le vêtement, l’encens ou le parfum peut paraître à certains égards incongru. Mais l’assimilation de ces derniers au registre cultuel est le fait du libraire, comme l’illustrent les inscriptions sous le nom de la libraire « vente de livres et de produits islamiques » ou encore, dans son registre de commerce, « vente de parfums islamiques (sans alcool) ». Les parfums incluent également dans leur nom un qualificatif religieux, comme : « le parfum du paradis » (catr al janna) ou « les invocations du paradis » (ducâ’ al janna).

63De cette pléthore d’objets, une autre classification est possible ; en effet on remarque que chacun d’eux sollicite un organe sensoriel ou deux : la cassette vidéo la vue, la cassette audio et vidéo l’ouï e, le parfum et l’encens l’odorat, les tisanes le goût, le chapelet et le tapis de prière le toucher. Par les sens qu’ils stimulent, ces objets participent à cette pratique et parfois se substituent au livre (cassettes). Par leur manipulation, ils suscitent le langage : écouter un discours religieux, é grener un chapelet, mettre un vêtement, se parfumer, tous ces actes sont l’occasion de la formulation d’invocations coraniques, formules de louanges à Dieu. En intégrant au passage d’autres objets, cette pratique de lecture (à savoir la référence au livre religieux) élargit son champ d’action et investit le champ sensoriel. Parallèlement à cela, les objets modifient la matérialité des textes.

64Il y a des objets qu’il est difficile d’insérer dans un registre, qui arrivent selon les opportunités, disparaissent pour faire place à d’autres. Les producteurs comme les libraires ne leur ont pas encore trouvé une formule islamique leur permettant d’être inséré dans le registre religieux : crème hydratante, blousons, chaussures de sport, etc.

  • 36 Ibn Taymiyya (1263-1328) théologien et jurisconsulte appartenant au hanbalisme, école qui ne recon (...)

65Quand il a lieu, le basculement d’un registre à un autre suscite une question : les objets donneraient-ils plus d’assise au culte qui se les approprie ? La religion récupère cette hétérogénéité, objets venant de sphères et de registres différents, pour lui donner un cachet d’homogénéité sous le sceau de l’Islam. Le livre, comme nous le verrons dans le chapitre qui suit, a tendance à se focaliser sur un Islam orthodoxe, Coran et Sunna, parfois même fondamentaliste, le contenu de certains ouvrages se réfère à Ibn Taymiyya36 et à ainsi nier, à effacer les particularité s des espaces où il s’est développé. Les objets sont Là à l’inverse pour confirmer tout ce qu’il ne reconnaît pas. Ils viennent lui donner une « note locale », le culte se met au « parfum » de la culture d’origine, il s’inscrit toujours dans le culturel, car il est une de ses composantes. Le culturel n’a pas disparu, même si on le nomme autrement, il persiste au contraire et émerge sous des formes parfois complexes avec des implications sur cette pratique qui ne se cantonne pas uniquement à l’imprimé. Avec beaucoup de facilité, les objets et produits culturels peuvent passer d’un registre à un autre, dans la mesure où ils ré pondent aux normes de celui vers lequel ils basculent, comme dans le cas des vêtements.

Notes

1 R. Escarpit, Sociologie de la littérature, Paris, 1986, p. 77.

2 Il existe de nombreux commerces qui sans pour autant porter le nom de librairies intègrent les livres dans leur production.

3 Cf. Annexe 1, Le quartier Saint-Sulpice, p. 187.

4 Cf. Annexe 1, Le quartier Saint-Gervais, p. 188.

5 J. Brody, Rue des Rosiers, une manière d’être juif, Paris, 1995, p. 34.

6 Selon J. Brody : « La synagogue de la rue des Tournelles est fréquenté e surtout par des Algériens, la synagogue de la place des Vosges par les familles et les enfants des commerçants ashkénazes qui ont leur boutique de gros rue de Turenne, le numéro 17 de la rue des Rosiers est fréquenté par des loubavitch et le numéro 25 par des orthodoxes ; le numéros 18 de la rue des Écouffes est aujourd’hui une synagogue séfarade fréquenté e par les Algériens et les Tunisiens, le petit oratoire qui donne sur le trottoir au même numéro est marocain », ibid., p. 61.

7 Le recensement a pour base les productions de la librairie du Temple (IVe ar.) et de la librairie Colbo (IXe ar.).

8 C’est une ceinture que portent certains hassidims, juifs d’origine d’Europe centrale qui ont suivi le mouvement hassidique qui a pour particularité de ré unir les disciples autour d’un maître.

9 F. Dubet et D. Lapeyronnie, Les Quartiers d’exil, Paris, 1992, p. 94.

10 McKenzie, La Bibliographie et la Sociologie des textes, Paris, 1991, p. 5-6.

11 R. Chartier, L’Ordre des livres, Aix-en-Provence, 1992, p. 95-96.

12 Le catalogue d’Euro-Média de l’année 90/91 proposait 148 titres de cassettes vidéo, alors que pour l’année 94/95 il en proposait 317.

13 Iquioussen Hassan anime la branche « Jeunesse » de l’UOIF, il est actuellement membre de ce bureau ; Hani Ramadan est membre de l’association Musulmans-Musulmanes de Suisse ; D. Youssef Leclerc est président de l’Association Intégrité et membre de la Fédération Nationale des Musulmans de France ; M. Zeina est le fondateur de la Fédération des Associations Islamiques d’Afrique, des Comores et des Antilles ; A. Jaballah est membre de l’UOIF.

14 Pour une analyse des discours de cAbd al Hamîd Kichk, cf. G. Kepel, Le Prophète et Pharaon, chapitre VI, « La prédication du Shaykh Kichk », Paris, 1984, p. 165-182.

15 R. Chartier, « Textes, imprimés, lectures », in Pour une sociologie de la lecture, Paris, 1988, p. 25.

16 Éditions Ramou/Paris, Éditions AEIF/Paris, Éditions Essalam/Paris, Éditions Ennour/Paris, Éditions Intégrité /Bobigny, Éditions Tawhid/Lyon, Éditions Alif/Lyon, Éditions Mérabet/Lyon, Euro-Média/Amiens, Librairie Dar al Fikr/Marseille, Éditions El Imen/Bruxelles, Mu’assassat Sanâ’/Arabie saoudite.

17 Euro-Média est chapeautée par l’UOIF. Cette entreprise est spécialisé e dans l’audiovisuel et l’édition relative à l’Islam en Europe. Sur le catalogue de mars 1997 on peut lire : « Ses relations avec le milieu associatif musulman et l’expérience de ses cadres lui ont permis de réaliser une gamme de produits adapté s aux besoins des musulmans en Europe. » Dans le catalogue, elle propose comme produits, cassettes vidéos, cassettes audio, livres, jeux de société, foulards...

18 Cf. recensement des livres.

19 Cf. Annexe 5, Les cassettes vidéo, p. 198.

20 Cf. Annexe 5, Les prédicateurs islamiques, p. 198.

21 B. Étienne, L’Islamisme radical, Paris, 1987, p. 134.

22 Les Droits de l’homme en Islam, Si l’Islam a le pouvoir, Les Fondements de l’État islamique, Système juridique et politique dans la législation islamique, Concepts pour une stratégie d’action islamique, L’Aspect politique en islam, Le Politique en Islam...

23 Le Mouvement islamique : réalités et horizons, Le Mouvement islamique : missions et défis et tous les titres qui incluent le terme « Manifeste » (bayân).

24 Exemples : « Tunisie, Afghanistan, Palestine, Soudan, Égypte » de H. Mokni, K. al Halbawi et M. Tahhan ; « La jeunesse musulmane en France : qu’attend-on d’elle ? » de Shaykh Al-Qatan et Shaykh Mawlawî; « Les réalités contemporaines entre al Jahiliyya et l’islam » de Mohammed Sacîd Ramadan al Buti ; tous ces intervenants appartiennent au mouvement des Frères musulmans.

25 Festival du chant de l’Intifada, festival des chants de la victoire et du jihâd, festival des chants du réveil islamique, chants lors des colonies de vacances organisé es par l’UOIF, premier festival du chant islamique en France.

26 À titre indicatif, voici quelques exemples d’âge des libraires, gérants des librairies du XVIIIe arr. : le gérant de la librairie africaine est né en 1920, celui de la librairie arabe et musulmane est un ouvrier retraité, enfin celui de la librairie de la rue de Chartres a plus de soixante ans. Gérants des librairies du XIe arr. : les gérants des librairies el Badr et de la librairie al Bouchra sont nés en 1952, celui de la librairie Essalam est né en 1960.

27 Écorce d’arbre utilisé pour se curer et nettoyer les dents.

28 Plantes et écorces d’arbres.

29 Il arrive que la boussole soit intégrée dans le tapis de prière.

30 Depuis 1992, il existe un agenda musulman qui comporte une présentation des différents États à forte population musulmane, des hadîths, la date de célébration de fêtes musulmanes et les horaires de prière avalisés par l’UOIF.

31 Au vu de la matière des gants et des chaussettes, ces derniers n’ont pas pour but de protéger du froid.

32 Tout ce que la pudeur ne permet de voir, ni de faire voir. Toute la partie du corps entre le nombril et les genoux (chez l’homme). On le dit aussi, en parlant de la même partie du corps chez les femmes. Cf. Kazimirski, Dictionnaire arabe/français, Librairie du Liban, tome second, p. 405.

33 De nombreux passages du Coran fournissent au croyant des formules incantatoires pour chercher refuge contre le Mal. Parmi ces versets de refuge, âyat al-hifz, le plus célèbre est âyat al kursî, verset du Trône. Ce verset, plus long que la moyenne des versets du Coran, est récité comme moyen de se confier au soin de Dieu et on le retrouve souvent inscrit sur les amulettes. Le pouvoir du Verset du Trône est célébré dans les hadîths.

34 Cf. El-Bokhâri, Les Traditions islamiques traduites de l’arabe, Paris, 1984, tome IV, titre LXXV, chap. VII, p. 64-65.

35 C’est un jeu qui a pour objectif de faire connaître, rappeler et développer la connaissance de la culture islamique ; il contient un plateau piste de jeu et 12 paquets de 83 cartes questions/réponses réparties en 6 thèmes génériques : le Coran, les piliers, l’histoire, les sciences, l’art, la culture générale.

36 Ibn Taymiyya (1263-1328) théologien et jurisconsulte appartenant au hanbalisme, école qui ne reconnaît que le Coran et la tradition islamique comme sources juridiques au droit musulman.

© CNRS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search