Version classiqueVersion mobile

Les réseaux du livre islamique

 | 
Soraya El Alaoui

Chapitre 2. Autres circuits du livre religieux

Texte intégral

1Les librairies islamiques ne monopolisent pas le commerce du livre religieux ni son public. Le livre parcourt aussi les réseaux de l’économie informelle (étalages sur les trottoirs, points de vente dans les foyers Sonacotra), et son commerce n’est pas sans évoquer les pratiques de colportage qu’a connues l’Europe de l’Ancien Régime. Il circule dans des réseaux plus institutionnels : les librairies arabo-musulmanes, la Foire du livre islamique du Bourget, les instituts islamiques qui, à partir des études proposées à leurs étudiants, produisent des lecteurs, des consommateurs du livre religieux et par conséquent des clients potentiels des librairies islamiques.

2Grâce à la multiplicité ; des lieux de vente, la pratique de lecture déborde de son cadre qui est traditionnellement celui de la librairie. Il convient donc de s’interroger sur les relations qu’entretiennent ces différents systèmes de diffusion. Chacun de ces réseaux cible une clientèle différente, parfois ils entretiennent entre eux un rapport de complémentarité.

3Ces lieux de vente qui peuvent apparaître au premier abord comme concurrents sont en fait interdépendants. Par un jeu d’échange entre commerçants, un même livre peut transiter dans différents circuits avant d’être vendu dans l’un d’entre eux. À l’affût des clients potentiels du livre religieux qui ne fréquentent pas habituellement son commerce, un libraire peut utiliser les autres canaux de distribution comme une stratégie pour arriver à ces consommateurs. Ici apparaît déjà la logique commerciale.

QUAND LES TROTTOIRS DEVIENNENT LIBRAIRIES

  • 1 Durant le mois de Ramadan, ces points de vente se multiplient, on en trouve deux autres sur le bou (...)

4Sur des caisses couvertes de tissus et de cartons, les vendeurs bricolent et transforment en libraire foraine les trottoirs des lieux de culte et des marchés. Ils s’installent le samedi sur le boulevard Rochechouart, qui longe le marché, en deux points de vente1, et proposent aux passants une cinquantaine de titres. Le nombre des titres comme celui des exemplaires d’ouvrages, appartenant au patrimoine islamique est ici très limité ; en revanche les productions récentes, sous forme de brochures, qui impliquent une consommation rapide, sont plus nombreuses.

  • 2 R. Chartier, séminaire du 17 novembre 1994.

5À côté des livres islamiques, les commerçants proposent chapelets, tapis de prière, cassettes audio et vidéo. Leurs produits - qui associent livres et autres produits - comme leur espace de vente rappellent à bien des égards la balle du colporteur. Dans l’assortiment de ce dernier on trouvait aussi bien des ballades d’amour, des tissus, des miroirs, des bijoux et des nécessaires à couture. Le contenu des ballades parlant d’amour justifierait les présents de séduction2.Un lien existe aussi entre livres et produits proposés sur les trottoirs des lieux de culte et des marchés : le livre comme les objets appartiennent au registre cultuel.

  • 3 R. Escarpit, Sociologie de la littérature, Paris, 1986, p. 89.

6On ne peut considérer ces commerçants comme des concurrents pour les libraires. Au contraire ils constituent une part de la clientèle des libraires qui leur délèguent une partie de leur fonction commerciale. Ils utilisent ce canal de distribution pour écouler leur marchandise. Parmi les ouvrages de glose proposés à de bons prix aux piétons-lecteurs, on remarque que certains appartiennent à une ancienne édition qui depuis a été réactualisée. Ce réseau de distribution, où il est rare de trouver des éditions récentes, offre aux libraires la possibilité de liquider un ancien stock. La hotte du colporteur contenait aussi des romans portant les signatures de De Foe, de Swift, de Perrault, de Florian, de Bernardin de Saint Pierre, etc. La plupart de ces œuvres étaient des classiques et non des nouveautés3.

7Pour les libraires, le choix des livres achetés par ces vendeurs est un moyen d’évaluer les tendances du marché. Exceptionnellement et dans le cas des nouveautés, ce circuit parallèle les aident à se défaire de certains livres récents qui ont fait l’objet d’une censure par le ministère de l’Intérieur. Sur les trottoirs et sous le nez des agents de police, très présents dans ce quartier, les publications interdites se perdent parmi les ouvrages du patrimoine islamique. Les vendeurs s approvisionnent aussi chez les libraires en cassettes audio et vidéo (psalmodie du Coran et film sur le pèlerinage à La Mecque) pour les revendre sur les trottoirs des lieux de culte et des marchés.

8Le livre religieux parcourt un autre circuit informel. Une partie des locaux de certains foyers Sonacotra fait office de « librairie à domicile ». Tel lieu de résidence d’une population malienne cumule plusieurs autres fonctions : dans son hall se vendent les livres islamiques, les objets cultuels, la viande halâl, des poissons séchés. Ces produits sont proposes aussi bien pour la consommation des résidents (constitues uniquement par des hommes) que pour les personnes extérieures qui viennent leur rendre visite. On y trouve également une salle qui selon le moment fait office de lieu de culte et d’école coranique pour les enfants.

9Si la diversité des lieux de vente des livres religieux laisse apparaître les substituts de la librairie islamique, elle permet aussi de s’interroger sur le rapport lieu/ produit et les implications qu’il engendre sur l’acte d’acheter. Acheter un livre sur le trottoir d’un lieu de culte ou dans un marché, révèle des motivations diverses et répond à des besoins différents de la part des consommateurs. L’intention d’acheter un livre est en quelque sorte déterminée par la proximité du lieu de culte fréquente, qui la conditionne. En revanche, l’achat d’un livre dans un marché n’est pas intentionnel, il est accidentel et traduit néanmoins une motivation latente. De par les produits proposes, la raison principale pour ceux qui fréquentent ce lieu, c’est l’achat de produits qui répondent à des habitudes alimentaires et culturelles. On peut dire que par son aspect « culturel » le livre s’intègre dans l’espace des autres produits, qui deviennent culturels par les particularités de leurs consommateurs.

  • 4 Y. Gonzalez Quijano, « La littérature des trottoirs et le livre islamique », Les Cahiers de l’Orie (...)

10La présence du livre religieux sur les trottoirs n’est pas spécifique à Paris. Les trottoirs des médinas au Maroc partagent cette caractéristique où, à proximité des lieux de culte, le sol est pavé de livres religieux. Les vendeurs, en immigrant, importent un mode de vente qui existe dans leur pays d’origine. Les études sur le milieu éditorial en Égypte, confirment le phénomène du livre islamique et des librairies-trottoirs. Pour Yves Gonzales Quijano, ce circuit informel de l’imprimé constitue une des caractéristiques du marché du livre égyptien. À côté du secteur traditionnel de la librairie, une grande partie de la production éditoriale est écoulée directement dans la rue...4. Cette omniprésence du livre, hors du cadre de la librairie, près des lieux de culte et de passage fréquentés par les musulmans, favorise sans aucun doute la naissance de nouveaux lecteurs qui généralement ne fréquentent pas les librairies.

LES LIBRAIRIES ARABO-MUSULMANES : AUTRES LECTURES QUE RELIGIEUSES

  • 5 Al Bustan, 1 rue Larrey ; Alphabeta, 82 rue Claude-Bernard ; Avicenne, 25 rue Jussieu pour le fond (...)
  • 6 Les universités de Paris I, Paris II, Paris III, Paris IV, Paris VI et Paris VII.
  • 7 Précédemment cette librairie fut gérée par un Marocain qui a du la quitter suite à un problème ave (...)

11Les librairies arabo-musulmanes5 se situent particulièrement dans le Ve arrondissement, quartiers de type « bourgeoisie intellectuelle », où sont concentrés les universités6, l’Institut du Monde arabe et la mosquée de Paris. Ces différentes institutions, universitaire, culturelle ou cultuelle, ont la particularité de partager un point en commun : elles ont toutes été créées par la France qui les subventionne. Par le biais de cette localisation d’autres différences émergent entre les libraires du Ve arrondissement et celles des XIe et XVIIIe arrondissement. La nationalité du libraire diffère selon le type du quartier. Alors que les librairies de la rive droite ont la particularité d’être gérées par des Maghrébins et des Maliens (à l’exception d’Essalam7 qui est tenue depuis 1990 par un Français d’origine syrienne), celles du Ve arrondissement sont gérées par des Français originaires du Moyen Orient. Contrairement aux librairies du XIe arrondissement et du XVIIIe arrondissement où on trouve parfois dans le nom de la librairie un référent religieux (librairie al Badr al Muqaddas, librairie el Houda) dans le cas des librairies du Ve arrondissement il est inexistant.

12Les propriétaires ou gérants des libraires de la rive gauche ont un niveau d’études équivalent à un troisième cycle - DEA ou Doctorat - alors que ceux de la rive droite on un niveau beaucoup moins élevé. Parmi les libraires de la Goutte d’Or on trouve d’anciens ouvriers qui sont devenus « libraires » après leur retraite.

13Le nombre des titres est aussi plus élevé chez les libraires de la rive gauche par rapport à ceux de la rive droite ; la librairie Avicenne possède 15 000 titres alors que la librairie Ennour, l’une des librairies islamiques les mieux fournies n’en possède que 1 000. Approximativement, la moitié des titres sur le monde arabe, vendus dans les librairies arabo-musulmanes, sont édités en France et produits par des auteurs non musulmans, alors que dans les librairies islamiques, l’édition française est très peu représentée ; de plus les rares auteurs français de souche sont généralement convertis à l’islam : Roty Yacoub et Garaudy Roger par exemple.

14Les librairies arabo-musulmanes ont un nombre de fournisseurs largement supérieur à celui des librairies islamiques. Elles se fournissent globalement chez plusieurs maisons d’édition françaises dont 15 fournisseurs principaux (Actes sud, Gallimard, Maisonneuve et Larose...) et chez des maisons d’édition étrangères : Liban 65, Égypte 50, et dans une moindre mesure Jordanie, Maroc, Algérie et Tunisie.

  • 8 Les libraires donnent une estimation de 0,5 %.
  • 9 La majorité des libraires du Ve arrondissement sont d’obédience chiite.

15Si le pourcentage des livres religieux atteint parfois plus de 90 % de la production de la librairie islamique, il chute dans le cas des librairies arabo-musulmanes à 20 %. Dans ce pourcentage, le livre traitant de l’Islam sous son aspect dogmatique est très peu représenté8 alors qu’il a une place de choix dans les librairies islamiques. En outre dans les librairies du Ve arrondissement, la section Islam regroupe des auteurs, particulièrement des orientalistes comme Louis Massignon et Henri Laoust, et des genres très peu représenté dans les librairies islamiques : la mystique (soufisme) ; les sectes en islam (firâq), particulièrement le chiisme9 et ses différentes fractions (zaydisme, ismaelisme), le kharijisme, le bahaïsme, les druzes ; la pensée islamique à l’époque moderne et contemporaine, comme le réformisme. Le rayon religion ne comprend pas uniquement des ouvrages sur l’Islam mais aussi des ouvrages qui ont trait aux autres religions dans le monde arabo-musulman : ouvrages sur les minorités religieuses du Moyen-Orient et leurs différentes églises -maronite, copte, arménienne, et du Maghreb, communautés juives. Rive gauche, la culture ne s’arrête pas à l’Islam et à son dogme. La production de la librairie est constituée à 80 % d’autres genres littéraires : roman, poésie, prose, études littéraires classiques, biographies, dictionnaires, encyclopédies. La politique (nationalisme, conflits régionaux, guerre israel-pays arabes) remplace la religion.

  • 10 Ouvrages sur la Guerre du Golfe.

16La clientèle de ces deux types de librairies est une autre variable qui aide à les différencier. Si la clientèle des librairies islamiques est constituée par les adeptes des lieux de culte qui se trouvent à leur proximité et par les institutions religieuses, associations et instituts islamiques, et les lecteurs qu’elles produisent, celle des librairies arabo-musulmanes est constituée en grande partie par des personnes non musulmanes et par des institutions laïques ; les Français constituent la grande clientèle de ces libraires. Cette clientèle, en fonction des livres achetés, regroupe plusieurs types de lecteurs. On trouve parmi elle, les personnes qui s’intéressent au monde arabe, soit à la suite d’une mutation dans un pays arabe, comme dans le cas des coopérants, soit pour faire du tourisme. Les Françaises dont l’époux est originaire d’un des pays arabes et qui suivent une initiation d’arabe dans le centre culturel syrien ou algérien, viennent acheter sous forme de livres scolaires différentes méthodes d’apprentissage de cette langue. Pour d’autres, la fréquentation de ces librairies traduit une curiosité « événementielle » conditionnée en grande partie par l’actualité ou par des scandales10. Si on retrouve dans les librairies arabo-musulmanes les mêmes ouvrages de glose que ceux vendus dans les librairies islamiques, leurs fonctions comme leurs consommateurs sont différents. Là, le livre religieux n’a plus une fonction cultuelle mais devient un outil de travail comme dans le cas des chercheurs - autre composante de la clientèle des librairies du Ve arrondissement - qui travaillent sur l’Islam. Ces derniers peuvent acheter un même titre avec des tahqîq (vérification) ou des taclîq (commentaire) différents et parfois même diverses éditions.

  • 11 Cette idée sera développée dans le chapitre V, « L’édition libanaise », afin de voir comment les é (...)

17Parmi les institutions françaises que fournissent les librairies du Ve arrondissement, on trouve les institutions parisiennes (hôpitaux, prisons, bibliothèques municipales, bibliothèques universitaires et centres de recherche) ; les langues orientales (librairie Avicenne) ; le CNRS (librairie Alphabéta) ; Saint-Cyr (librairie al Manar) ; Institut du Monde arabe. Ce dernier constitue un client partagé par toutes les librairies arabo-musulmanes. Chacune d’elles le fournit selon sa spécialité : librairie Avicenne (pensée arabe contemporaine), librairie Alphabéta (textes anciens), librairie al Bustan (religion), librairie Byblion (religion comparée). À côté de ces institutions locales, les librairies du Ve arrondissement ont pour clientes des universités de province où il existe un UER d’arabe, comme celles de Toulouse et d’Aix-en-Provence pour la librairie Alphabéta et celle de Lyon pour la librairie al Bustan. On découvre en outre parmi la clientèle de ces librairies des institutions européennes, espagnoles et italiennes, et américaines comme dans le cas de la librairie Avicenne. Ces centres de recherche s’approvisionnent chez ce dernier essentiellement en livres édités dans les deux pôles de l’édition arabe : Liban et Égypte. Par ce réseau de distribution, Paris est en passe de devenir une plate forme par laquelle transite le livre arabe avant d’être redistribué dans les pays européens, maghrébins et africains11.

18Les intellectuels « arabes » qui fréquentent les librairies sont essentiellement, aux dires des libraires, des journalistes. Suite à la guerre du Liban où vivaient beaucoup de journalistes arabes et à l’absence des libertés d’expression dans les autres pays arabes, on remarque une forte concentration de journalistes arabes à Paris. Ces derniers consomment de préférence les ouvrages de nouveautés qui leur permettent de se documenter avant de rédiger leurs articles.

19Parmi les clients de la rive gauche on trouve des étudiants inscrits dans un UER d’arabe qui achètent les titres entrant dans leur programme scolaire, et les dictionnaires, auxquels s’ajoutent les ouvrages nécessaires à la préparation du CAPES et de l’agrégation d’arabe.

20Dans une moindre mesure et dans le cas de la librairie Avicenne, il apparaît dans sa clientèle et dans la typologie qu’en fait son gérant « les clients qui viennent par erreur », qui ne connaissent pas encore les librairies de la rive droite, et qui demandent des ouvrages sur la tradition islamique (tafsîr et sîra). Ceux qui les réclament sous forme de fascicules : « Je les oriente vers les librairies de Belleville. » Ce type de clients fait penser « aux visiteurs du vendredi » de l’IMA, comme les définit le responsable de la section arabe de cet institut. Ces lecteurs, adeptes de la mosquée de Paris, qui viennent après la prière du vendredi, sont reconnaissables, selon ce bibliothécaire, à leurs vêtements et aux ouvrages qu’ils désirent consulter. Ils demandent la traduction Française du Coran de Hamidullah Muhammad, les ouvrages d’Al-Qardhawî comme Le Licite et l’Illicite en islam ou ceux qui ont trait à la pratique cultuelle (arkân al islâm), « je les oriente vers les livres de Roty Yacoub » commente le bibliothécaire.

  • 12 On verra dans le chapitre V, « L’édition libanaise », les répercussions de cette fermeture sur le (...)

21Dans le cas de la librairie al Bustan, on observe une nouvelle clientèle composée par des Algériens de passage à Paris. Cette manière de s’approvisionner est à associer à l’arrêt, depuis la fin des années 1980, de la Foire Internationale du Livre en Algérie (FILA)12.

  • 13 Lors de mes entretiens avec les libraires du Ve arrondissement, certains ont omis de les citer par (...)

22Bien que les librairies islamiques ne soient citées qu’en dernière position par les libraires de la rive gauche13, elles ne constituent pas moins pour ces derniers, un client important. Un libraire du Ve arrondissement considère les librairies arabo-musulmanes de son quartier comme orientées vers les « intellectuels » alors que celles de Belleville s’adressent aux ouvriers. Une constatation qui n’est plus d’actualité car aujourd’hui on observe que, de plus en plus, les clients habituels du Ve arrondissement, les chercheurs, se dirigent pour l’achat de livres religieux et de grammaire vers celles du XIe arrondissement, particulièrement la librairie Essalam et la librairie Ennour, où les prix sont plus bas.

23Les libraires de la rive gauche considèrent ces commerces comme des bazars et traitent leurs propriétaires de « vendeurs de tapis ». Pourtant ce mépris à leur égard ne les empêche point d’entretenir avec eux des relations commerciales qui infléchissent leur chiffre d’affaires.

  • 14 L’emmagasinage des livres, qui peut parfois durer une année, est au frais du libraire. Cela pourra (...)

24Les relations d’échange entre ces deux types de librairies ne sont pas à sens unique. Contrairement à ce que laissent entendre les libraires du Ve arrondissement, on peut relever différents cas où les librairies du XIe arrondissement fournissent celles du Ve. Ainsi, le gérant de la librairie al Manar avait pendant les quatre années qui ont précédé la vente de la librairie au propriétaire de la maison d’édition al-Qalam, pris l’habitude de se fournir non plus directement chez les éditeurs libanais comme il le faisait auparavant, mais chez un libraire du XIe arrondissement. Cette manière nouvelle de s’approvisionner chez ce commerçant coïncidait avec les difficultés qu’il rencontrait, comme ses confrères (aussi bien ceux du Ve que du XIe), à faire rentrer sur le territoire Français leurs commandes de livres en provenance des pays arabes. Les livres subissent en effet un long contrôle au niveau de la douane marseillaise avant d’être remis à leurs destinataires14. Face à cette situation, certains libraires commencent à faire de plus grandes commandes (non pas au niveau des titres mais au niveau des exemplaires) afin d’éviter une rupture de stock, comme dans le cas du gérant de la librairie Ennour, qui contrairement à librairie al Manar, possède un entrepôt lui permettant de mettre en réserve des livres et de fournir les autres librairies.

25Dans le cas où ils ont besoin d’un nombre limité d’exemplaires, les libraires du Ve arrondissement préfèrent se diriger vers les librairies islamiques qui les achètent en grande quantité et par conséquent à des prix plus bas, au lieu de faire leur commande directement auprès des éditeurs.

  • 15 Il s’agit de l’ouvrage, al Mughnî, d’al Qadi cAbd al Jabbâr, auteur muctazilite du xie siècle, qui (...)

26Pour répondre à la commande, provenant d’une université américaine, d’un ouvrage qui lui manquait15, le gérant d’une librairie de la rive gauche eut recours à un libraire du XIe arrondissement : « On peut trouver à Belleville des ouvrages très intéressants qui de manière générale ne trouvent pas d’acquéreurs. Les libraires de Belleville achètent le livre en fonction du titre et non pas du contenu. J’ai pu ainsi récupérer ce titre mais aussi d’autres comme une bonne édition de la Muqaddima d’Ibn Khaldun. » La traversée de la Seine par le livre se répercute sur son prix.

  • 16 1993/1994, al Bustan ; 1994/1995, al Manar et Alphabéta ; 1995/1996, al Manar, Alphabéta et Byblio (...)

27Les livres du programme d’agrégation et leur clientèle constituent un marché non négligeable pour les libraires du Ve arrondissement qui se le partagent selon les années16. Parmi les ouvrages proposés au programme, certains sont rares voire inexistants dans les librairies du Ve arrondissement. Un des libraires qui monopolise ce marché, a pu trouver chez la librairie Essalam un exemplaire d’un ouvrage manquant. Plutôt que de le commander au Liban, ce qui aurait pris trop de temps, il a préféré le photocopier. La photocopie est plus rentable aussi bien pour le libraire que pour l’étudiant dans la mesure où les livres demandés sont en fait une partie ou un chapitre d’un ouvrage comportant plusieurs volumes.

28Pour répondre à la demande des professeurs d’arabe, qui donnent des cours privés ou enseignent dans des écoles privés, les libraires se fournissent dans la libraire Ennour en livres scolaires. Le propriétaire de ce commerce, de nationalité marocaine, est aussi le diffuseur à Paris des livres scolaires édités au Maroc.

29Il arrive que les libraires du XIe arrondissement reçoivent dans leurs commandes et par inadvertance des livres invendables dans leur commerce mais qu’ils revendent aux librairies de la rive gauche où ils trouvent acheteurs : ainsi un ouvrage sur le vin dans la poésie arabe.

  • 17 A ce réseau, s’ajoute celui des voleurs qui se « fournissent » en livres dans les librairies orien (...)

30Outre les librairies islamiques qui les fournissent, les libraires ont un réseau d’approvisionnement parallèle. Comme dans le cas des librairies des XIe et XVIIIe arrondissements qui entretiennent des relations avec d’autres réseaux informels du livre (vendeurs ambulants) à qui elles vendent une partie de leur production, les librairies arabo-musulmanes ont leur propre réseau, mais dans leur cas l’échange commercial se fait dans le sens inverse. Elles se fournissent chez deux Iraniens et deux Tunisiens dans le cas de livres édités en Iran et en Tunisie. Les marchands ambulants, souvent des étudiants, font des allers-retours entre leur pays et la France, portant avec eux des livres dont la vente est une source de revenu. Parmi les livres vendus par ce canal17 on trouve des ouvrages de philosophie comme celui d’Avicenne, Shifa, édité en Iran une première fois par l’Institut français de Téhéran, épuisé mais piraté par une maison d’édition locale.

  • 18 Cette idée sera développée dans le chapitre V, « L’édition libanaise ».

31Les librairies du Ve arrondissement font figure de distributeurs des librairies islamiques, ils sont les intermédiaires de ces dernières auprès des éditeurs libanais qu’ils représentent en France. Le lien entre cette fonction de distributeur et leur origine nationale justifie largement leur monopole sur la diffusion du livre arabe en France18.

32Les libraires se fournissent directement chez les éditeurs pour leur propre commande mais aussi pour celles des librairies islamiques. Ainsi dans le cas des livres religieux, une partie est vendue dans leur commerce, l’autre est répartie entre les librairies du XIe et du XVIIIe. Il arrive qu’une commande faite par un libraire du Ve soit redistribuée dans sa totalité dans les librairies du XIe arrondissement, comme les écrits de Deedat Ahmed qui font l’apologie de l’Islam prisés par la clientèle de la rive droite, ils ne sont pas appréciés par celle de la rive gauche. Chez cette clientèle le livre religieux remplit d’abord une fonction fonctionnelle. Toujours dans le cas de ce libraire, on découvre un autre lien commercial avec les librairies de la rive droite.

  • 19 Cf. Catalogue des publications.

33La librairie Alphabéta a créé en 1989 sa propre maison d’édition, les Éditions Afkar. Elle publie des ouvrages islamiques19 qu’elle ne vend que rarement dans sa propre libraire, mais les distribue en grande partie dans les librairies islamiques. Aux dires du propriétaire de ce commerce, l’édition de ce type d’ouvrages lui permet d’accroître son chiffre d’affaires.

34Un autre lien unit les librairies de la rive gauche à celles de la rive droite. Certains libraires de la rive gauche entretiennent une sorte de troc avec les librairies du XVIIIe arrondissement, en échange de livres islamiques, ils reçoivent des cassettes de psalmodie du Coran. A partir de ce type d’échanges, la librairie al Bustan mérite de retenir l’attention pour diverses raisons : sa localisation, sa production, ses relations privilégiées avec les librairies et les institutions islamiques du XVIIIe arrondissement.

  • 20 La typologie du public de cette librairie est issue d’un entretien avec son propriétaire.
  • 21 1165-1240, auteur sûfi musulman, cf. Encyclopédie de l’Islam (II), tome III, p. 729-734.
  • 22 858-922, théologien mystique, cf. Encyclopédie de l’Islam (II), tome III, p. 102-106.
  • 23 R. Chartier, Pratiques de la lecture, Paris-Marseille, 1985, p. 8.

35Par son emplacement, la librairie al Bustan se situe au croisement de deux courants, l’un universitaire, la Sorbonne Nouvelle, et l’autre religieux, la mosquée de Paris. L’intersection de ces deux courants se répercute aussi bien sur le public que sur le livre ; elle élargit son champ d’action et touche un public plus complexe. Selon ce libraire20, la clientèle se compose de plusieurs types de publics, caractérisés par l’âge, le niveau intellectuel, la conviction religieuse et enfin l’origine nationale. De plus, il détermine son public par le choix du livre que ses clients achètent. Les intellectuels achètent le roman, remarquons que ce genre littéraire a été emprunté par les arabes à l’Occident, par exemple les écrits de Maalouf et Mahfoud (écrits récents). Les Français convertis à l’Islam sont sensibles à la mystique, au soufisme, d’où l’intérêt qu’ils portent aux traductions d’Ibn cArabi21 ou d’al-Hallâj22. La clientèle estudiantine (UER « Langue et Civilisation arabes » de la Sorbonne Nouvelle) achète quant à elle les ouvrages traitant de la civilisation arabo-musulmane (histoire, politique, littérature : prose et poésie). Les fidèles de la mosquée, retraités et chômeurs, souvent illettrés ou possédant à peine les rudiments de la langue arabe, achètent les livres traitant de la tradition islamique : « Ils viennent avec une liste d’ouvrages d’Ibn Hishâm (ou/ et) d’Ibn Kathîr ; leurs enfants, français, sont davantage attirés par les ouvrages traduits en Français, tels le Coran, et ceux abordant les divers aspects de la civilisation musulmane. » Cette typologie nous aide à mieux considérer l’adéquation existant entre le livre et le lecteur, chaque public s’approprie une production littéraire en fonction de ses capacités intellectuelles, de sa conviction religieuse, de sa langue. Ces différentes caractéristiques sont celles que relève Roger Chartier pour un autre contexte : « Chaque lecteur à partir de ses propres références individuelles ou sociales, historiques ou existentielles donne un sens, plus ou moins singulier, plus ou moins partagé aux textes qu’il s’approprie23. »

36La librairie al Bustan présente certaines analogies avec les librairies islamiques qui aident à discerner les relations qu’elle entretient avec la mosquée de Paris qui la jouxte et qui influe sur sa production. À l’instar des librairies islamiques, mais dans une moindre mesure, apparaissent dans l’inventaire de cette librairie, des produits autres que le livre, tels chapelets, tapis de prière et cassettes de psalmodie du Coran. Elle est l’unique librairie du Ve arrondissement à vendre des objets cultuels.

  • 24 Ce libraire a ouvert depuis la fin de l’année 1996 une librairie dans le XVIIIe arrondissement, 29 (...)

37Contrairement à ses confrères du Ve arrondissement qui ont des relations commerciales uniquement avec les librairies islamiques du XIe, le propriétaire d’al Bustan entretient des relations privilégiées avec les librairies du XVIIIe arrondissement et les institutions islamiques qui s’y trouvent24. Il est le fournisseur en livres islamiques des libraires de la rive droite comme certaines associations religieuses, d’un foyer Sonacotra. Par ailleurs, il est l’unique libraire du Ve arrondissement à exposer à la mosquée de Paris durant le mois de Ramadan, mais aussi et jusqu’en 1994, à la Foire du livre islamique au Bourget. Il participait à celle-ci non pas en louant un stand comme ses autres confrères du XIe arrondissement, mais en fournissant un libraire de Strasbourg en livres islamiques. À la fin de la foire, ils se partageaient les bénéfices.

LA FOIRE DU LIVRE ISLAMIQUE DU BOURGET : UNE PRATIQUE QUI S’INSTITUTIONNALISE

  • 25 Voir les plaques minéralogiques des voitures et des cars dans le parc de stationnement du Bourget.

38Depuis 1988, du 21 au 25 décembre, alors que les chrétiens se regroupent en famille pour fêter la Nativité, les musulmans venus de plusieurs villes et régions françaises, parfois même de Belgique25, sont quant à eux, regroupés autour d’associations islamiques locales ou régionales et viennent célébrer, au Parc des Expositions du Bourget, à leur manière, la naissance d’un Islam à la Française sous l’égide de l’Union des organisations islamiques de France.

39Le logo choisi par cette organisation représente deux emblèmes de la France - les contours de sa carte géographique et les trois couleurs de ce pays - sur lequel s’ajoutent selon les années un dessin et une inscription qui se modifient en fonction de l’évolution interne des populations musulmanes et des rapports de celles-ci avec la société d’accueil. En 1994 apparaît sur le logo, du nord au sud, un croissant vert, symbole de l’islam, qui se termine par un point ; l’ensemble évoquant un point d’interrogation qui n’est pas sans rappeler la question de cette année : « Qui représente les musulmans de France ? » Le programme de l’UOIF va dans ce sens et déplore l’absence d’instances représentatives qui parleraient au nom des musulmans de France et qui veilleraient à sauvegarder leurs intérêts. En 1995, sur le logo apparaît une mosquée au-dessous de laquelle on peut lire « Être musulman en France ». C’est pour sensibiliser la communauté musulmane et l’opinion publique que l’UOIF organise cette rencontre annuelle, et invite les participants à assister aux conférences où interviendront différents membres d’associations et chercheurs.

  • 26 Cf. article d’A. Fohr, « Moi, Schérazade, combattante de l’Islam », Le Nouvel Observateur, 24 févr (...)

40L’ambiance qui règne dans la salle d’exposition rappelle à bien des égards les Fêtes de l’Humanité. On retrouve dans les deux cas ce sentiment d’appartenance à une communauté (minoritaire) dont les adeptes partagent les mêmes idéaux ; l’engagement, pour changer le monde, d’un côté comme de l’autre, ne se limite pas à l’individu. Ici la camaraderie fait place à la fraternité ; pour se saluer, on juxtaposera les expressions en arabe et en Français « salâm alaykum » et bonjour, auxquelles on ajoutera encore l’appellation « mon frère » ou « ma sœur » suivant le cas. Tout comme la Fête de l’Humanité, la foire possède son propre service d’ordre assuré dans ce cas par des fidèles. On retrouve également des stands destiné à l’alimentation, ayant leurs particularités : le hot-dog fait place au sandwich « halâl » ; on ne trouve que des boissons non alcoolisées (thé à la menthe, café et sodas). La musique fait place aux « khutâb al wacd wal irshâd », deux types de discours en forme de sermons qui se complètent. L’un exhortant le musulman à suivre le bon chemin et l’autre explicitant comment y parvenir. A ces sermons d’exhortations s’ajoutent les psalmodies coraniques au son desquelles évolue bruyamment une foule hétérogène par l’âge, le sexe, les nationalités, mais constituée de gens également portés par un même enthousiasme. Enthousiasme qui fera dira à Schérazade : « Il y avait des milliers de personnes et on sentait, comme on dit, notre foi monter. Tout le monde était beau, tout le monde était gentil, il n’y avait personne pour regarder l’autre de travers ou pour dire un gros mot. On avait envie de rester là tout le temps26. »

41Les personnes présentes sont déjà pour la plupart des adeptes du livre religieux et celles qui ne le sont pas encore sont des lecteurs potentiels qui ont de fortes chances de le devenir lorsqu’ils quitteront cette foire appelée aussi la Foire du livre islamique. Tout est prévu dans ce sens par les organisateurs et les exposants. Parmi ces derniers, je m’attacherai principalement à ceux qui contribuent directement à la pratique de lecture, les libraires, et à ceux qui y contribuent indirectement, les associations, comme le Secours Islamique et le GIF, qui cherchent à développer un sentiment identitaire poussant à la lecture de textes religieux.

42La foire est pour les libraires, comme les librairies-trottoirs, un moyen d’écouler un ancien stock. Cela pourrait expliquer les prix que pratiquent ces commerçants au Bourget, les soldes pouvant atteindre parfois 60 % de réduction. Ces prix bas peuvent aussi être interprétés comme un moyen pour les libraires d’attirer les visiteurs de la foire - lecteurs ou potentiels lecteurs - dans leurs commerces. La réduction deviendrait pour eux une forme de publicité.

  • 27 Histoire de l’Église copte ; Les Maronites ; Peintures murales dans les églises maronites mediéval (...)

43À la Foire du livre islamique du Bourget, tous les libraires de la Folie Méricourt exposent alors que ceux de la Goutte d’Or sont absents. L’absence de ces derniers pourrait s’expliquer par le fait que le livre n’est pas leur unique spécialité et qu’il fait plutôt partie d’un commerce plus général. Les libraires de la rive gauche sont quasi absents à une seule exception. Le seul libraire de la rive gauche à exposer au Bourget est aussi l’unique propriétaire d’une librairie arabo-musulmane qui soit de confession chrétienne. Serait-il « plus musulman que les musulmans » comme le définissent certains de ses confrères du Ve arrondissement, ou aurait-il compris que cette foire est un moyen non négligeable, une opportunité, lui permettant d’augmenter son chiffre d’affaires ? Le public du Bourget déterminant le choix des livres à exposer, le propriétaire de cette librairie élimine des livres exposés à cette foire ceux qui constituent sa spécialité dans la rive gauche : livres de religion comparée, livres sur les chrétiens d’Orient par exemple27.

  • 28 On peut ainsi voir un distributeur de livres présents les années précédentes à cette foire ayant d (...)

44Les membres d’associations font aussi office de libraires. Rappelons qu’à l’origine ce sont les associations qui ont créé en quelque sorte des librairies islamiques et continuent à avoir par la suite une influence sur le choix des produits qu’on y trouve. L’objectif de cette foire n’est pas de vendre au prix fort, mais de promouvoir des produits qui ont trait à la pratique religieuse (livres, chapelets, tapis de prière, etc.). Les prix proposés sont bien en deçà de ceux pratiqués habituellement par les librairies28.

45Ce circuit parallèle de vente de produits identiques à ceux que l’on trouve dans les librairies islamiques ne peut être considéré comme un réel concurrent de ces dernières. Il fait, bien au contraire, leur publicité en incitant les participants et les visiteurs à les fréquenter. Par exemple l’association islamique Intégrité (groupe européen pour le chant islamique qui anime fêtes, mariages ainsi que « rencontres joyeuses ») et diffuse sur cassettes audio la lecture du Coran (en arabe-français verset par verset) invite par des tracts imprimés à cet effet, à se procurer ses produits dans les librairies islamiques.

46Les exposants participent eux aussi d’une manière ou d’une autre à la lecture d’ouvrages religieux ce qui aide à mesurer les autres motivations qui entrent en jeu dans l’acte d’acheter et par conséquent d’appréhender les autres fonctions du livre islamique.

  • 29 Le Secours islamique est une organisation humanitaire internationale d’aide et de développement cr (...)
  • 30 En 1994, sur Radio Orient, le Secours islamique lançait un appel pour venir en aide, par des dons, (...)

47Le Secours islamique, dont le siège social en France29 se situe dans la banlieue parisienne, profite de cette foire pour sensibiliser les musulmans présents aux problèmes actuels vécus par les communautés musulmanes d’autres pays, notamment la Palestine, la Bosnie et la Tchétchénie, problèmes ne manquants pas de faire vibrer leur fibre religieuse30.

  • 31 Turquie, Pakistan, Afghanistan, Albanie, Bosnie, Bengladesh, Ouzbékistan, Tadjikistan, Kazakhstan, (...)

48Si le Secours islamique a pour principal objectif de venir en aide et de soulager la souffrance des nécessiteux partout dans le monde sans aucune distinction de race, de nationalité ou de religion, on remarque que cette dernière reste un facteur déterminant dans le choix des pays à aider, dans la mesure où les actions de cette organisation touchent actuellement des pays où vivent d’importantes communautés musulmanes31.

49À part les différentes actions humanitaires - forage de puits, parrainage des orphelins, formation professionnelle, unité médicale - menées par cette organisation, on remarque aussi l’importance d’aides à caractère religieux : dons de moutons à l’occasion de la fête du sacrifice ; distribution de repas à la fin du jeune du mois de Ramadan (iftâr) ; rénovation et construction de mosquées ; distribution de vêtements pour al cîd (fête qui met fin au Ramadan) ; collecte et distribution de la zakât (aumône légale) ; impression du Coran en langues arabe, bosniaque et albanaise, et distribution gratuite de ce texte auprès des populations concernées. Cette dernière action favorisant un éventuel intérêt pour la lecture des textes post-coraniques.

50Les tracts publicitaires proposés aux visiteurs de la foire reprennent la même rhétorique que celle utilisée par de nombreuses organisations humanitaires comme le Secours catholique, la Fondation Raoul Follereau ou les Restos du Cœur, mais à laquelle s’ajoute une note islamique. En haut de tous les tracts apparaît l’inscription en français : « Au nom d’Allah le Clément et le Miséricordieux » et à côté de la photo d’un enfant orphelin ou souffrant de la faim un texte tiré du Coran « Apporte donc au proche parent son droit, au pauvre aussi, et à l’enfant de la route. C’est mieux, pour ceux qui recherchent le visage de Dieu : et ce sont eux les gagnants. Ici-bas et dans l’au-delà » (S. 30-V.38), ou de la tradition islamique « Le Prophète (bénit soit-il) a affirmé : Moi et celui qui s’occupe d’un orphelin serons au Paradis comme ceux-ci. Et il a joint l’index et le majeur [hadîth] ».

51Bien que les principales activités du Secours islamique soient menées à l’extérieur de la communauté européenne, on remarque qu’actuellement son champ d’action s’est élargi à la France qui commence, elle aussi, à être confrontée aux problèmes de la pauvreté, par un nouveau projet intitulé le « Couscous de l’Amitié » consistant à distribuer un repas chaud aux nécessiteux, tous les vendredis jour saint chez les musulmans, de décembre à la fin du mois de mars. En feuilletant l’organigramme du Secours islamique, on est frappé par le choix des photos sélectionnées pour illustrer la distribution du couscous ; en effet, on y voit des musulmans portant tous les signes extérieurs d’appartenance à l’Islam (voiles pour les femmes et barbes pour les hommes), offrant de la nourriture à des personnes apparemment de « type européen ». On se serait plutôt attendu à voir les musulmans du côté des demandeurs, car étant pour la plupart immigrés, ils sont souvent dans des situations économiques difficiles.

52La politique internationale se résume à la Bosnie, à la Palestine, à la Tchétchénie et à l’Irak. Acheter est un acte politique. L’acte de piété et l’acte politique peuvent se confondre. De manière générale dans les stands tenus par les associations, acheter un livre est un acte de piété, il contribue à la construction d’une mosquée : « Votre achat est une aide pour la mosquée - Association des musulmans de Lorraine, Centre al Ihsène. »

53Le Groupement islamique de France (foire de 1994) propose aux participants comme aux visiteurs de participer à un concours qui consiste à rédiger un exposé détaillant les principaux éléments entrant dans la personnalité du musulman sincère. La rédaction de cet exposé implique la connaissance de l’Islam et de ses références textuelles. Pour ceux qui ne possèdent pas encore ces derniers, il leur suffit d’aller se les procurer dans ce stand ou dans ceux des libraires. En raison de l’importance des musulmans francophones, cet exposé peut être rédigé en français. Les meilleurs exposés seront récompensés par des ensembles de livres éducatifs (par éducatif il faut entendre religieux) et des cassettes audio et vidéo (de prêche et de psalmodie du Coran par exemple).

  • 32 Cf. le Coran : 11, 219 et V, 92-93.

54Pour faire la promotion de son agence de voyage qui se situe à la même enseigne que celle du GIF, la société Al Micrâj organise une tombola qui consiste en un séjour à La Mecque pour accomplir la cUmra (petit pèlerinage). Le jeu de hasard est interdit en Islam32 mais la nature même de sa récompense, accomplissement d’un des cinq piliers de l’Islam, le rend dans ce cas licite. Al Micrâj a aussi la particularité de proposer d’autres services que ceux proposés par les autres agences de voyage ; elle dispense aussi dans les locaux du GIF, des cours pratiques sur le pèlerinage auxquels s’ajoute la projection de film vidéo.

  • 33 Afin de faciliter leur hébergement, deux bâtiments sont aménagés en dortoir, l’un pour les hommes, (...)

55Selon les organisateurs, la foire attire plus de 20 000 visiteurs. Selon les estimations, la moitié du public est composée par des membres ou sympathisants33 d’associations islamiques, présents bien avant l’ouverture de la foire, venant de diverses villes et régions Françaises. L’autre moitié se compose du public de proximité et du public de la publicité. La foire a lieu au Bourget dans le département de la Seine-Saint-Denis qui regroupe les communes où réside une forte population étrangère, parmi laquelle les Maghrébins sont les plus nombreux. Cette foire fait partie des rares manifestations qui aient lieu dans leur département et qui les touchent de près. Pour attirer un maximum de visiteurs, l’UOIF fait la publicité de sa rencontre annuelle d’une part en posant des affiches dans les quartiers où vivent et où circulent beaucoup de musulmans (parmi ces quartiers, on retrouve celui de la Folie Méricourt et celui de la Goutte d’Or où sont concentrées les librairies islamiques), dans les lieux fréquentés par ces derniers - associations et lieux de culte islamiques - et chez les commerçants, particulièrement les libraires. Car comme le rappelle le responsable de cette foire, « il y va de leur intérêt de faire la publicité de cette foire dans la mesure où ils y exposent ». L’UOIF fait la publicité de cette rencontre par le biais des radios locales et nationales, telle Radio Orient.

56La majorité des visiteurs sont d’origine maghrébine, rares sont les personnes d’origine africaine, turque et pakistanaise. Pour expliquer cela, le responsable de cette foire avance pour raison l’importance numérique des Maghrébins au sein de la communauté musulmane. Le fait que l’UOIF ne regroupe pas en son sein des associations islamiques maliennes, sénégalaises, turques et pakistanaises pourrait de même expliquer leur absence à la foire.

57La foire est le lieu par excellence où découvrir les différentes clientèles des librairies islamiques dont certaines ne sont pas apparues bien représentées lors des investigations dans ces lieux : les femmes et les jeunes. Le choix de visiter les librairies, avant et après l’heure de la prière, faisait apparaître essentiellement le public masculin, composé en grande partie par des chômeurs, des retraités et des étudiants qui se rendent à ce moment précis des lieux de culte aux librairies se trouvant à proximité. Les femmes priant pour la plupart chez elles, n’ont aucune raison de se trouver à ces heures-là dans les librairies. Or à la foire, elles sont très bien représentées. Qu’est-ce qui témoignerait de leur intérêt pour cette foire et justifierait leur présence ?

  • 34 Elle possède une boutique rue Jean-Pierre-Timbaud.
  • 35 Cf. H. Amdouni, Le Hijab de la femme musulmane, Éd. el Imen, Bruxelles, 1993, p. 28-31.

58Les uniques stands de cette foire à être tenus par des femmes sont ceux qui proposent des vêtements et ceux des associations féminines. Contrairement aux librairies (particulièrement celles de la Goutte d’Or) qui vendent sous le titre « islamique » des vêtements traditionnels venant du Maghreb ou d’Afrique, ceux qui sont proposés ici par deux stands n’ont rien de commun avec eux. Sur l’un de ces stands, LAFI34, tenu par des Maghrébines, on peut voir une banderole portant l’inscription « Bienvenue dans l’oasis du costume islamique » ; l’autre stand est tenu par des Turcs qui profitent de cette foire pour faire la publicité de leurs différents magasins (portant le nom de « Textile habillement islamique ») en région parisienne. Ces deux stands attirent l’attention par la particularité des vêtements proposés à la vente. Ce sont les mêmes types de vêtements que ceux portés par la grande majorité pour ne pas dire la totalité des femmes présentes à cette foire. Le stand LAFI propose différents modèles selon l’usage désiré : ville, pèlerinage ou fêtes (robes agrémentées de coiffe) ; il invite ses clientes à une présentation en exclusivité de tenues de sports dans sa boutique de la Folie Méricourt. Pour comprendre les critères de conception de ce vêtement, les formes qu’il peut prendre, ses différentes couleurs, sa longueur, il suffit d’aller aux stands tenus par les Éditions Tawhid ou les Éditions el Imen et de chercher parmi les livres exposés ceux qui ont pour thème la femme. Le livre intitulé Le Hijab de la femme musulmane, l’une des dernières versions en son genre donne une définition de ce vêtement en se basant sur les sources mêmes de la législation islamique, Coran, livres d’exégèse et de tradition prophétique : « Il doit couvrir tout le corps excepté le visage et les mains », « être ample pour ne pas donner la forme du corps », « ne pas être transparent », « doit éviter d’être attirant », « il ne doit pas être parfumé », « il ne doit pas être d’une couleur attirante ». L’auteur va insérer dans le texte des illustrations qui présentent les différents modèles du hijab islamique, identiques à ceux vendus dans les stands ; comme il le souligne dans sa préface « un petit dessin vaut mieux qu’un discours35 ».

59La Ligue française de la femme musulmane (LFFM), présente à la Foire du livre islamique a été créée en avril 1995. La LFFM a pour programme d’établir, approfondir et organiser les liens entre ses membres, une participation active et effective de la femme musulmane dans la société ; participer à l’évolution et à l’essor de la société ; représenter la femme musulmane en France et défendre ses intérêts ; défendre les droits de l’homme et combattre le racisme ; établir les liens d’amitié et de coopération avec les organisations similaires. On constate d’une part que la LFFM a élu domicile dans les locaux de l’Institut européen des Sciences humaines créé par l’UOIF, d’autre part que la responsable de cette Ligue porte le même nom que celui d’un membre du GIF et que celui de l’ancien secrétaire général de l’UOIF. Une des forces de cette organisation, est d’inclure la composante féminine de la population musulmane, en créant des sections féminines au sein des associations qu’elle chapeaute. La Ligue Française de la femme musulmane regroupe cinq associations réparties sur le territoire Français dans des zones à forte immigration : association Sociale et culturelle à Paris ; association Espoir à Amiens ; association Asma à Strasbourg ; association Intégration et ouverture à Marseille ; association À cœur ouvert à Metz.

  • 36 Au sommaire du premier numéro : la place de la morale en Islam, la retraite légale de la femme rép (...)
  • 37 L’association Espoir édite aussi une revue bimestrielle Afifa, revue de la jeune musulmane. En rai (...)

60L’intitulé des cinq associations affiliées à la LFFM ne comporte aucune référence religieuse, alors que leurs objectifs le sont. L’absence d’un référent religieux dans l’intitulé de l’association serait faite sciemment de la part de ses membres afin de bénéficier de subventions étatiques, refusées aux associations religieuses quelle que soit leur obédience. Dans le cas de l’association Sociale et culturelle, qui se situe dans le XIe arrondissement parisien comme les librairies islamiques de la Folie Méricourt, on remarque que ses activités sociales peuvent avoir un caractère religieux et qu’elles visent exclusivement des personnes de confession musulmane. Cette association a pour objectifs l’enseignement de la langue arabe et son corollaire les cours d’éducation religieuse ; le soutien scolaire ; l’organisation de cours de couture, de cuisine, de colonies de vacances et des sorties ; l’aide aux jeunes musulmans en difficultés sociales et visite des malades ; l’animation des fêtes avec le groupe de chant islamique « Attakwa » et des rencontres « mariage islamique ». On retrouve les différentes activités de l’association sociale et culturelle36 sous forme d’articles dans la revue trimestrielle Addhikra qu’elle édite depuis le début de l’année 199137.

61Une division sexuelle des champs d’action des associations est visible selon qu’elles sont constituées par des femmes ou des hommes et selon les personnes qu’elles visent. Les activités de la LFFM comme celles des associations qu’elle regroupe restent liées en grande partie au domaine social (soutien scolaire, aides, etc.) et aux personnes considérés comme mineures (enfants-femmes-malades) alors que les associations masculines constituées d’hommes adultes monopolisent le domaine religieux qui reste leur apanage : création des lieux de culte.

  • 38 Cf. Le Monde du 9 novembre, « Le débat sur les foulards et la laïcité », et du 21 novembre, « La p (...)
  • 39 Le Monde du 4 novembre 1989, « La polémique sur le port du foulard islamique et les problèmes de l (...)
  • 40 Cf. L’Express du 17 novembre 1994, Dossier, « Foulard, le complot. Comment les islamistes nous inf (...)
  • 41 Cf. Événement du Jeudi, 4 janvier 1990.
  • 42 L’UOIF organise des colonies de vacances, au retour desquelles on voit fleurir des voiles.
  • 43 Cf. F. Gaspard et F. Khosrokhavar, op. cit., p. 75-79, « Elles m’avaient parlé : du Bourget [...] (...)

62La décision pour les femmes voilées de créer des associations n’est pas étrangère à « l’affaire des voiles islamiques ». La médiatisation de cette affaire semble avoir déclenché chez les femmes une solidarité qui a contribué à l’émergence d’associations féminines. La première affaire des foulards date d’octobre 1989. Par un article de Libération du 4 de ce même mois, on apprend que trois collégiennes de Creil sont exclues de leur collège pour avoir refusé de retirer leur foulard. Cet article sera suivi par d’autres. Grâce aux médias, ce fait divers est devenu un problème national. Si la question du voile prend une telle ampleur dans les médias, c’est qu’elle porte en elle plusieurs autres questions : la laïcité de l’État et de l’école publique38, le problème des banlieues, le statut des femmes, etc. La polémique sur l’affaire des foulards relance en outre le débat sur l’immigration et sur la place de l’Islam en France39. Le débat qu’il suscite au sein de la droite comme de la gauche, oppose les tenants de l’autorité aux partisans du compromis, les adeptes d’une nationalité volontariste à ceux d’une citoyenneté de tolérance40. Alors qu’elle avait pour but de dénoncer, comme le titre L’Express, le complot islamiste, elle a eu pour effet de cristalliser chez les jeunes les signes d’une identité vacillante. Comme le constate un médecin du Planning familial : « On n’a jamais vu autant de femmes voilées que depuis cette affaire41. » Elle nous permet d’une part de percevoir le rôle des associations islamiques - particulièrement l’UOIF - dans cette affaire et d’autre part comment elle contribue à ce que les filles « prennent le voile42. » En effet c’est souvent au contact d’associations que certaines filles prennent la décision de se voiler, comme dans le cas de F., tandis que d’autres décident de garder leur voile comme dans le cas des filles de Creil et de Schérazade. F.43 a pris la décision de se voiler après qu’elle a assisté à des colloques islamiques proposés par l’UOIF à la foire du Bourget et à Lyon.

  • 44 Il exige que les femmes puissent figurer avec leur voile sur la carte d’identité et veut obtenir u (...)

63Le vendredi 13 octobre, E. Chenière, le principal du lycée de Creil, recevait dans son bureau le secrétaire général de l’UOIF et le responsable du GIF. Les trois adolescentes étaient prêtes à céder, puis elles ont changé d’avis juste après la visite de ces deux membres d’associations islamiques. Cette affaire sera récupérée par un représentant de la Fédération nationale des musulmans de France, Daniel Youssef Leclerc44, un Français converti à l’Islam, proche des parents de ces jeunes filles lors de cette affaire, qui dira « le foulard c’est le préservatif des musulmans ».

  • 45 Cf. article de A. Fohr : « Une beurette raconte la guerre du voile, “Moi, Schérazade, combattante (...)
  • 46 La Jeunesse musulmane de France est la branche « jeunesse » de l’UOIF qui gère une myriade d’assoc (...)
  • 47 Cf. article d’A. Fohr, op. cit.
  • 48 « Le Coran, c’est le mode d’emploi que nous a donné Dieu notre Créateur pour vivre sur terre. Quan (...)

64Suite à son exclusion et à travers ses pérégrinations à travers la France, Schérazade45 rencontre plusieurs personnes ayant, de manière directe ou indirecte, des relations avec des associations islamiques ; « en juillet je suis allée à Lyon chez une musulmane. J’ai rencontré chez elle et dans une librairie-bibliothèque des étudiantes comme elle ». Cette librairie n’est autre que la librairie Tawhid qui appartient à l’Union des jeunes musulmans, association membre amie de l’UOIF. C’est cette association (UJM) qui rassemblera au mois de février plus d’un millier de jeunes musulmans, venus soutenir Schérazade qui avait entamé une grève de la faim suite à son exclusion. Au mois de décembre 1993, c’est au côté de la Jeunesse musulmane de France46 qu’elle monte à Paris pour assister à la rencontre annuelle de l’UOIF au Bourget. Là, elle fut invitée à une conférence pour raconter son histoire, ponctuée de références prophétiques : « Même si on mettait le soleil dans ma main droite et la lune dans ma main gauche, je n’enlèverais pas mon foulard47. » Le début de cette phrase sur la lune et le soleil, c’est le Prophète qui l’a prononcé, le jour où les gens de La Mecque sont venus lui proposer d’abandonner sa religion. C’est par le biais d’un jeu, « Sur la piste de l’Islam » version islamique du modèle de Trivial Pursuit (vendu dans les librairies islamiques) et dans le car qui la conduisait au Bourget que Schérazade a appris ce hadîth. Désormais on trouve dans sa bibliothèque plusieurs exemplaires du Coran. C’est suite à la lecture (en Français) de ce texte, devenu pour elle un véritable guide de vie48, qu’elle a décidé de se voiler. A côté du Coran on trouve des cassettes de chants religieux qui parlent du Prophète, de Dieu ou de la Bosnie, des ouvrages de convertis et un guide islamique à l’usage des enfants, des articles de Tariq Ramadan ; autant de supports du discours religieux que l’on retrouve dans les stands de la Foire du livre islamique.

  • 49 La circulaire de F. Bayrou qui interdit les « signes ostentatoires » à l’école sera l’occasion pou (...)

65Dans les années qui suivent et parmi les conférences que proposera l’UOIF, on retrouvera celles qui ont pour thème la femme et son corollaire le foulard. En 1994, il fera l’objet d’une table ronde intitulée « Foulard et laïcité », à laquelle seront conviées comme Schérazade l’année précédente, des jeunes filles voilées ainsi qu’un représentant des droits de l’homme en France. Durant tout le débat ces femmes revendiqueront leur différence au nom des lois françaises qui régissent l’instruction en citant Jules Ferry, en outre elles se sont toutes présentées d’abord comme Françaises, comme musulmanes ensuite. Cette question comme celle de la représentativité des musulmans en France, les deux thèmes de année 1994, sera l’occasion pour l’UOIF de déplorer l’absence d’écoles privées musulmanes49 qui dispenseraient en plus du programme républicain général un enseignement religieux et assureraient la transmission indispensable d’une morale ; elle déplore en outre le faible niveau socio-économique des musulmans en France et ses incidences négatives sur le financement des activités et projets musulmans.

  • 50 À ne pas confondre avec celui de F. Gaspard et F. Khosrokhavar, Le Foulard et la République, Paris (...)

66En 1995, ce sujet sera réactualisé par une autre conférence. À l’entrée de la foire une jeune femme voilée distribuera (uniquement aux personnes de sexe féminin) un prospectus faisant la publicité du livre de Dr Abdallah, médecin généraliste à Strasbourg et converti à l’Islam, intitulé : Le Foulard islamique et la République française50. Sous forme de conférence, l’auteur viendra présenter son livre ; comme le stipule le sous-titre « mode d’emploi », il donne les recettes juridiques en cas de litige au sujet du port du voile pour faire face aux institutions françaises. Pour la rédaction de leur courrier, les femmes voilées n’ont qu’à se reporter à l’annexe de cet ouvrage afin d’y trouver les lettres-types qui les aideront à faire valoir leurs droits : « Lettre type de demande de dérogation à la réglementation sur les photos d’identité », « texte de la lettre à adresser au Recteur d’académie immédiatement après une décision défavorable du Conseil de discipline ».

  • 51 Cf. F. Gaspard et F. Khosrokhavar, chapitre II, « Les trois significations du voile », p. 34-69, i (...)

67Si les chapitres deux et trois de cet ouvrage traitent ce sujet du point de vue religieux et du point de vue républicain, le quatrième chapitre intitulé « Concrètement que faire » s’adresse, comme le souligne l’auteur, aux « victimes » des affaires du foulard. Il leur donne les différentes stratégies d’action (le dialogue, la stratégie juridique, la stratégie politique) pour garder leur voile en toute légalité. Véritable guide juridique indiquant « ce qu’il ne faut surtout pas faire », et fournissant « quelques petits trucs », l’auteur en profite pour critiquer certains journalistes et la virulence de leurs attaques dont il craint une dérive raciste. Il critique en outre l’enquête menée par les sociologues Françoise Gaspard et Farhad Khosrokhavar et la typologie des différents foulards que ces deux chercheurs proposent : le voile de l’immigrée, le foulard de l’adolescente, le voile revendiqué51. Pour le Dr Abdallah seul le « foulard revendiqué » correspond à son appréhension de la question.

  • 52 Cf. Annexe 5, Le livre islamique au féminin, p. 201.
  • 53 Ceux qui ont été édités avant cette date feront l’objet d’une réédition.
  • 54 L’ouvrage Les Problèmes de la femme entre la tradition et la modernité, édité par Dar al-Bouraq, e (...)

68Il est intéressant de voir comment à l’origine un fait divers, médiatisé à l’extrême, récupéré par les associations - et à leur avantage - va donner naissance à un nouveau produit éditorial : le livre féminin52. Cette production inédite, et ses publications, font la devanture des librairies islamiques. Ces différents livres ont été édités en grande partie après l’affaire des foulards53 en 1989 et en 1994. Parmi ces ouvrages, on remarque d’une part que certains sont imprimés ou distribués par des associations/éditions islamiques comme Tawhid et Intégrité qui utilisent l’affaire des foulards pour amener des lectrices à consommer leurs publications ; d’autre part qu’une partie de cette production est éditée par des maisons d’édition récemment installées en Europe - France et Belgique. On pourrait ajouter à ces titres, ceux édités par Dar al-Bouraq dans la mesure où cette maison d’édition appartient à un distributeur libanais de livres islamiques à Paris, résidant en France comme les personnes qui font la préface et la traduction de ses livres54.

69À la composante féminine du public de la foire, s’ajoute sa correspondante masculine dont la tranche d’âge 15-25 ans est surreprésentée. Sachant que cette dernière constitue une partie importante des membres ou sympathisants de l’UOIF ce phénomène s’explique en partie. Le GIF, l’AEIF, l’UJM et la JMF, branche ou amie de cette organisation, connaissent la même tendance. C’est aussi le moment où la recherche d’une identité est la plus forte. On retrouve à La Foire du livre islamique du Bourget la même tranche d’âge que celle qui étudie dans les instituts islamiques. On remarque entre outre et parmi les visiteurs de cette foire des étudiants de l’institut de la Nièvre créé par l’UOIF.

LES INSTITUTS ISLAMIQUES

  • 55 Comme le souligne Ali Didier Bourg, cette université, contrairement à ce qui a été annoncé dans la (...)

70Le problème que le CORIF n’a pu résoudre avant d’être marginalisé est le statut des imams en France. Cette question sera reprise par deux grandes institutions islamiques, indépendamment du CORIF dont elles sont membres, l’UOIF et la mosquée de Paris, et par le Centre européen de recherche et d’information sur l’Islam (CERESI). Elle sera à l’origine de trois réalisations : Institut européen des Sciences humaines (10 octobre 1992), Institut d’études supérieures de formation religieuse et théologique (4 octobre 1993) et l’Université islamique de France (9 octobre 1993)55. Bien qu’ayant des objectifs similaires, on remarque que ces instituts ciblent différentes composantes de la population musulmane en France.

  • 56 Cf. A. D. Bourg, Regards d’Islam, n° 3, Paris, 1991.

71L’idée de créer une université islamique en France fut à l’origine celle d’islamologues. Ils furent pris de vitesse par l’UOIF qui inaugura au mois d’octobre 1992 dans la Nièvre l’Institut européen des Sciences humaines ; « La faculté islamique est une initiative qui, bien qu’imparfaite, méritait meilleur accueil. En effet en prenant de vitesse les nombreux projets avancés par le gouvernement, les islamologues type Bruno Etienne ou les “progressistes” façon Mohammed Arkoun qui souhaitaient voir des imams à la sauce laïque, notamment en Alsace, l’UOIF a bâti un projet qui a le mérite d’émerger de musulmans »56.

  • 57 Bien que les renseignements généraux ont rendu un rapport défavorable à la création de cet institu (...)

72Cet institut érigé grâce aux dons saoudiens57, a élu domicile dans un cadre naturel, en pleine campagne sur un terrain de 11 hectares, à Saint Léger-de-Four-geret situé à 5 km de Château-Chinon dans le département de la Nièvre. Non seulement situé dans un lieu agréable, l’institut a le privilège de se trouver au beau milieu d’un axe traversant la France du nord-ouest au sud-est, bénéficiant ainsi d’une zone d’influence comprenant les régions suivantes : Nord-Pas-de-Calais, Picardie, Haute-Normandie, Île-de-France, Provence-Alpes-Côte-d’Azur, régions précisément à forte concentration d’immigrés.

73Bien qu’aucune référence religieuse n’apparaisse dans le nom de l’institut, créé en juin 1990 et ayant le statut d’association, celui-ci propose un programme d’enseignement basé sur la religion musulmane. En fait de sciences humaines seules les sciences religieuses et la langue qui les véhicule, à savoir l’arabe, y sont enseignés. L’intitulé en langue arabe semble plus adéquat à l’enseignement proposé par cet institut : al Kullia al ’urubiyya lil dirâsât al islâmiyya, faculté européenne d’études islamiques. Les objectifs de l’association se résument en cinq points : former des cadres qualifiés dans les sciences islamiques qui pourront assister les musulmans afin qu’ils puissent vivre harmonieusement dans la société d’accueil ; former des enseignants spécialisés dans les sciences islamiques et en langue arabe ; former des chercheurs en islamologie ; organiser des stages accélérés pour les cadres d’associations et les imams afin de leur donner une formation théologique en sessions intensives ; organiser des colloques et des rencontres scientifiques autour de thèmes précis relatifs à l’Islam et aux problèmes spécifiques aux musulmans d’Europe.

74Cet établissement privé propose à ses étudiants trois filières d’études adaptées à leurs besoins. La Faculté des Études islamiques accueille des bacheliers pour un cursus universitaire de quatre années au sein de l’institut, sanctionné par un diplôme équivalent à la maîtrise. Elle comporte deux branches : théologie et jurisprudence. Les principales matières enseignées sont : les sciences du Coran, les sciences du hadîth, le dogme, l’étude de la vie du Prophète, la jurisprudence, la science de la méthodologie, la culture islamique, la morale islamique, la civilisation européenne, la langue arabe, la langue Française. Pour faciliter l’accès aux textes et aux ouvrages de référence dans leur version originale, les sciences islamiques sont enseignées en langue arabe. Les matières secondaires, civilisation et histoire des religions européennes, sont dispensées en langue Française. L’Institut de formation des Imams accueille pour deux ans des étudiants arabophones, avec ou sans baccalauréat, dans le but de leur dispenser une formation d’imam et d’éducateur. Les enseignements portent, d’une part, sur les principes fondamentaux de l’Islam et, d’autre part, sur les aspects socio-culturels et idéologiques du monde occidental. Le but de la formation est de pourvoir les étudiants d’une connaissance assez large de l’Islam et des modes de pensée inhérents à la société Française afin qu’ils soient aptes à encadrer des activités islamiques et à expliquer à un public tant musulman que non-musulman ce qu’est l’Islam. L’Institut de langue arabe permet aux étudiants non arabophones de suivre des cours intensifs durant une année ; cette filière les aidera à poursuivre ultérieurement des études soit à la FEI soit à l’IFI. Les étudiants avec ou sans bac qui désirent apprendre uniquement l’arabe peuvent s’y inscrire.

75Trois activités de la mosquée de Paris méritent de retenir l’attention dans la mesure où elles contribuent à la lecture du livre religieux : Institut d’études supérieures de formation religieuse et théologique ; activités culturelles dont l’exposition de livres islamiques lors du mois de Ramadan.

76La mosquée de Paris inaugure en 1993 l’Institut d’études supérieures de formation religieuse et théologique. A son ouverture, et sur les cinquante personnes qui se sont présentées, seulement trente ont réussi le test d’admission. Rapidement ce chiffre chutera à six. On aurait pu penser que la gratuité de la formation dans cet institut aurait attiré plus d’étudiants que ses deux autres concurrentes. Quatre raisons semblent justifier l’échec de cet institut. Cette entreprise fut engagée sans avoir la condition principale, contrairement à ses deux concurrentes, elle ne reçut aucune subvention. Les étudiants qu’elle ciblait sont très rares parmi les musulmans de France : arabisants et simultanément francophones. Par rapport aux deux autres instituts, les conditions d’admission sont restrictives : avoir au minimum le bac ou un titre équivalent ; être résidant en France (carte de séjour de 10 ans) ; motivation suffisante. Pour les étudiants venus s’inscrire, la motivation principale n’était pas la formation en elle-même, beaucoup pensaient y trouver une bourse d’études.

77La mosquée de Paris propose deux activités culturelles, d’une part un enseignement de l’arabe, orienté vers le texte coranique, pour les femmes, les enfants et les adultes et d’autre part une initiation à l’Islam. Cette dernière activité regroupe des jeunes issus de la seconde génération mais aussi des non musulmans qui le deviendront à la fin de cette formation : les futurs convertis. Parmi ces derniers on trouve surtout ceux ou celles dont le futur conjoint est de confession musulmane. Dans ce cas la conversion n’est pas l’aboutissement d’une démarché personnelle, elle apparaît plutôt comme une obligation sociale. Pour compléter leur initiation à l’Islam, ces nouveaux convertis peuvent lire des ouvrages comme celui qu’a édité en 1993 l’UOIF, Votre chemin à l’Islam, destiné à cette composante de la population musulmane, ou ceux de Roty Yacoub.

78Durant le mois de Ramadan d’autres activités sont organisées par la mosquée de Paris : conférences ; prêches et causeries par des imams et des enseignants ; le 27e jour de ce mois - qui correspond au lendemain de la « Nuit du destin », ce lieu de culte organise pour cet événement un concours de psalmodie du Coran, tajwîd ; la mosquée de Paris organise aussi une exposition du livre islamique.

  • 58 Lors de l’exposition de cette année, le stand de la librairie al Bustan était tenu par un Iranien (...)

79À la fin des années 1980, la mosquée de Paris intégra dans le programme de ses activités culturelles une exposition de livres islamiques durant le mois de Ramadan. Sur un lieu de passage, le patio, que le pratiquant doit traverser pour accéder à la salle de prière, les exposants viennent installer leur marchandise sur des tréteaux. Par son emplacement, cette exposition cible comme lecteurs les adeptes du lieu de culte auxquels s’ajoutent les membres d’associations islamiques qui viennent là pour faire leurs commandes. En comparant la liste des participants à cette exposition de ses début à nos jours on perçoit une augmentation des exposants. Les libraires se rendent comptent de l’opportunité d’exposer dans les mosquées en allant sur les lieux où se trouvent les consommateurs du livre religieux. Si cette exposition, à ses débuts ne comptait qu’un exposant, en 1996 elle en a regroupé cinq58. Cette attraction devenue concurrence a poussé un distributeur de livres islamiques à exposer dans un autre lieu de culte, la mosquée Dacwa qui se situe dans le XIXe arrondissement.

80Si de manière générale, l’achat du livre remplit une fonction cultuelle chez les visiteurs de cette exposition, nous avons pu remarquer que dans certains cas, le Coran est acheté pour être offert à la mosquée : par ce don l’acheteur aurait accompli un acte de piété. Le milieu ambiant du lieu de culte contribue au choix de livres à acheter ; il arrive que l’adepte demande conseil à un membre du lieu de culte qui le dirige vers le livre à acheter.

81Avant d’aborder les différentes formations que propose l’Université islamique de France et les étudiants qu’elle recrute, il serait utile de donner dans un premier temps un aperçu de la Ligue Mondiale Islamique, où se situe cette université, qui contribue aussi à la lecture du livre religieux par la distribution gratuite de Corans et de textes post-coraniques aux associations islamiques ; et dans un second temps de s’intéresser à la publication, Regards d’Islam, éditée par le CERESI avant qu’il ne fonde l’Université islamique de France.

  • 59 Les données qui suivent sont tirées de « Les organisations islamiques internationales », Études Ar (...)

82La Ligue mondiale islamique59 est née en 1962 dans un contexte politique bien précis. La création de la Ligue s’inscrit au cœur de la rivalité égypto-saoudienne pour la propagation de l’Islam à l’échelle de la planète. Porté sur le devant de la scène par la Révolution des Officiers libres qui a pris le pouvoir en Égypte dix ans plus tôt, le colonel Nasser est devenu le chef de file de ces pays qu’on appelle alors « progressistes » et son influence s’étend au-delà des limites du monde arabe. Sous le double étendard de l’arabité et du socialisme, Nasser, et malgré de nombreux échecs, poursuit inlassablement sa quête de l’unité. Loin de faire l’unanimité, sa politique suscite une opposition ouverte, en particulier de la part des régimes qualifiés de « réactionnaires », où l’Arabie saoudite figure en bonne place. Pour contrecarrer l’influence nassérienne, le roi Saoud réunit le 18 mai 1962 un véritable congrès islamique mondial où 21 pays étaient représentés. Le climat de division et de méfiance réciproque qui régnait alors au sein de monde musulman se reflète dans certaines des 21 recommandations finales du congrès : on y rappelait entre autres que « l’Islam ne connaît pas la lutte des classes », qu’il rejette le communisme et le socialisme. Le conseil constitutif qui fut formé comprenait vingt-et-un membres, dont le président et le secrétaire général sont de nationalité saoudienne, comme le stipulent d’ailleurs les statuts de la Ligue.

83L’objectif principal qui fut alors assigné à cet organisme pourrait se résumer ainsi : réaliser l’unité et le renforcement du monde musulman, en luttant contre les courants qui détournent les croyants de leur foi, en améliorant la qualité de l’enseignement religieux, en multipliant les publications dans les langues modernes les plus répandues, tout en diffusant davantage l’arabe parmi les musulmans.

84L’augmentation du prix du pétrole après la guerre israélo-arabe de 1973, a eu pour conséquence l’enrichissement des pays producteurs. Certains pays, comme l’Arabie saoudite, utilisent cette richesse pour propager l’Islam. En 1975, la Ligue fonde à Bruxelles le Conseil mondial suprême des mosquées, et en 1977 elle ouvre un bureau à Paris. Remarquons que ces deux dates d’ouverture correspondent à la phase de sédentarisation de la population musulmane.

85La tâche du bureau parisien de la Ligue mondiale islamique est multiple : recension des lieux de culte musulmans et mosquées existants en France, centralisation des demandes d’aide financière formulées par des associations islamiques, versements des subventions, diffusion de Coran et d’ouvrages religieux, traductions, formation et affectation d’imams. Ses objectifs sont : favoriser les contacts entre les oulémas exerçants en France et ceux qui viennent à l’occasion de l’étranger, établir des liens entre les associations et les centres islamiques disséminés sur l’ensemble du territoire Français, entreprendre des études et des enquêtes intéressant les musulmans qui vivent en France et organiser des cycles de réunions et de conférences, financer la restauration et la transformation de bâtiments destinés à devenir des mosquées, ainsi que la construction de nouvelles mosquées, guider les convertis de souche Française et réunir la documentation nécessaire pour ces études et conférences.

  • 60 A. Boyer, L’Institut musulman de la mosquée de Paris, Paris, 1992, p. 73.

86Dans la pratique, le rôle de ce bureau est minime par rapport aux objectifs qu’il s’est assigné. En fait sa tâche se résume à deux formes d’aide : d’une part la distribution gratuite du Coran et autres ouvrages religieux aux associations islamiques qui en feraient la demande ; d’autre part il met une partie de ses locaux à la disposition de l’Université islamique de France et de la Fédération nationale des musulmans de France. Cette dernière aide peut-être interprétée comme un moyen de faire pièce à la mosquée de Paris et de récupérer « ses ennemis », comme dans le cas de la FNMF, afin de trouver une légitimité une représentativité à l’intérieur du champ de l’Islam en France. C’est sous l’impulsion du BOLIM que s’est constituée le 12 décembre 1985, la Fédération nationale des musulmans de France, qui regroupe des associations très diverses mais ayant en commun l’hostilité aux prétentions hégémoniques de la mosquée de Paris60.

  • 61 Il existe 15 parutions, soit mensuelles ou bimensuelles, qui couvrent une période de deux années, (...)
  • 62 Regards d’Islam, n° 4 : « UOIF et AEIF en congres » ; n° 7 : « Un nouveau recteur pour la Grande M (...)
  • 63 Même le débat avec les hommes politiques, toutes tendances confondues, s’articulent autour de l’Is (...)

87Bien avant de fonder l’Université islamique de France, le Centre européen de recherche et d’information sur l’Islam (CERESI) dont le responsable Ali Didier Bourg est un Français converti à l’islam, édita la revue Regards d’Islam61. Cette publication présente plusieurs intérêts dont certains sont liés à la lecture du livre religieux. En parcourant ses différents articles et ses pages publicitaires on peut voir les différentes branches touchées par l’islamisation. A part l’inscription coranique et la date hégirienne, la langue française s’islamise, par exemple après un verbe au futur suit la formule « Si Dieu le veut » transcrite en Français : « inch ’Allah ». La première page est réservée à l’événement du mois, liée à de nouvelles activités islamiques62. Même la politique est islamisée : en effet, l’actualité, nationale63 et internationale, est traitée à travers le prisme de l’Islam. Alors qu’en général les musulmans, particulièrement les islamistes, sont présentés comme des coupables dans la presse, tant nationale qu’internationale, là ils se transforment en victimes : « Trois fondamentalistes musulmans ont été pendus en Tunisie... » ; « Amnesty International dénonce la pratique systématique de la torture en Égypte ». L’organisation précise que la plupart des victimes sont soupçonnés d’être membres de groupes islamiques ou leurs proches ; « le Maroc a proposé au parti islamiste Adl Wal Ihsan (Justice et Charité) interdit de le légaliser à certaines conditions... » ; « L’ancien champion du monde de boxe converti à l’Islam, Mohamed Ali, a effectué un voyage en Égypte et en Syrie pour présenter son projet de création d’un groupe de pression musulman aux États Unis capable d’y contrer le puissant lobby juif ».

  • 64 Particulièrement l’alimentation : l’association Intégrité édite un guide « Avis sur les produits a (...)
  • 65 Cf. recensement des livres.

88Les publicités qu’on découvre dans cette revue sont un moyen de mesurer les différentes branches touchées par l’islamisation64 et de saisir celles qui ont des liens avec le discours religieux et ses différents supports : cours, cassettes et livres. On apprend que l’AEIF propose des cours intensifs qui ont lieu à la mosquée Dacwa située dans le XIXe arrondissement, sur l’Islam pour les francophones. Des week-ends sont consacrés à la « la foi musulmane », « la science du Coran », « la science du hadîth », « la biographie du Prophète », « fe fiqh-théologie ». Les titres de ces cours rappellent ceux des livres vendus dans les librairies islamiques65 et les différents genres composant la littérature religieuse qui en outre structurent les rayons de ces commerces. Toujours par le biais de cette revue, la FNMF propose gratuitement aux musulmans francophones une nouvelle édition bilingue du Coran intitulée Le Saint Coran et la traduction en langue française du sens de ses versets.

89La publicité de discours religieux sous forme de cassettes trouve place dans cette revue : « Enfin disponible en France Al Hadîth An-Nabawy en cassettes audio (bilingue arabe-français) édité par La Fédération Nationale des Musulmans de France. En vente dans les libraires islamiques ».

  • 66 La revue nous permet en outre de recenser d’autres publications islamiques : l’association islamiq (...)
  • 67 Cet auteur enseigne à l’Institut des Études islamiques de Paris.

90Grâce aux rubriques « Lu pour vous », « Vient de paraître » et « Chez les libraires » et à certaines publicités de librairies - publicité de la librairie Dar al-Azhar et d’associations islamiques -, cette revue66 contribue à la lecture d’ouvrages islamiques, comme La Famille musulmane. Relations familiales et éducation de Hassan Amdouni67 : « Si vous n’achetez qu’un livre cette année, achetez celui-ci. Les réponses aux problèmes de l’immigration, de délinquance, de seconde génération... tout y est. Il suffit de le parcourir pour découvrir tous les secrets, fort simples au demeurant, d’une éducation islamique réussie... Alors courez vite l’acheter et mettez en pratique ce qui aurait pu jusqu’à présent vous échapper. Il y a urgence ! » ou Invocations coraniques de Bélamine Mohammed Badr el Islam : « Un livre très utile au nouveau converti. »

  • 68 Regards d’Islam, n° 1, p. 19.
  • 69 Regards d’Islam, n° 2, p. 18.

91Élogieuse à l’égard des nouvelles publications traitant de la civilisation arabo-musulmane, sous son aspect religieux voire dogmatique, écrites sous la plume de musulmans, la revue Regards d’Islam peut être très critique, parfois même caustique à l’attention de certaines publications produites généralement par des non musulmans : ainsi La Revanche de Dieu de Gilles Kepel, « ce livre dont plusieurs des faits historiques peuvent être contestés, est écrit par un islamologue dont l’objectivité a été à plusieurs reprises remise en cause par la communauté musulmane68 », Le Coran de Jacques Berque, « on peut regretter la tendance de certains orientalistes qui s’engagent dans des traductions du Coran avec une vision extérieure. Refusant de s’appuyer sur la tradition islamique et les nombreux exégètes qui ont pourtant précisé le sens de bien des versets, ils en arrivent ainsi à des erreurs. De plus, sans adhésion intérieure au Coran, peut-on véritablement espérer en traduire le sens profond69 », ou encore Atlas mondial de l’Islam activiste de X. Raufer, « Le livre idéal pour effrayer votre concierge ». Avant de disparaître, cette revue a permis de faire la publicité de l’université islamique de France.

92Au mois d’octobre 1993, le CERESI fonde l’Université Islamique de France. Son objectif est de former des cadres pour la communauté musulmane de France pouvant agir au sein d’une association, ou être consultants de plusieurs organisations. Elle offre une formation complémentaire aux imams formés à l’étranger et qui souhaitent officier en France, diplômés ou non, mais dont la qualité de l’enseignement et le niveau d’exigence concernant l’évaluation des travaux des étudiants sont très élevés afin que les diplômes obtenus témoignent des capacités réellement acquises. Elle propose aux étudiants sept diplômes : cadre conseil en communication de la communauté musulmane de France, cadre conseil en gestion administrative de la communauté musulmane de France, cadre conseil en gestion financière de la communauté musulmane de France, cadre conseiller juridique de la communauté musulmane de France, cadre conseiller religieux de la communauté musulmane de France, cadre conseiller d’éducation jeunesse de la communauté musulmane de France, cadre conseiller économique de la communauté musulmane de France. Pour dispenser ces sept formations cette université a pour projet d’ouvrir quatre départements : Sciences religieuses, Connaissance de la France et de l’Europe, Connaissance de la communauté musulmane de France et d’Europe ; Sciences et techniques. C’est le département « Sciences religieuses » qui aurait la place choix. Il dispenserait un enseignement concernant les connaissances de bases de la religion musulmane et développerait des thèmes particuliers à la situation des musulmans en France : foulard, statut de la femme, polygamie, éducation familiale, système bancaire, investissement...

  • 70 Malgré cette interdiction, l’institut continue de s’appeler en arabe université : al jâmica al isl (...)

93Entre le projet initial et sa mise en application il y aura plusieurs changements imposés par la conjoncture. L’Institut d’Études Islamiques de Paris a succédé à l’Université Islamique de France. Ce changement de nom est dû au fait que selon la législation Française aucun enseignement privé ne peut porter le nom d’université70.

  • 71 Regards d’Islam, n° 9, juillet / août 1992.

94Par manque de locaux et avant de venir s’installer dans ceux que mettra à sa disposition la Ligue Mondiale Islamique, cette université fut une université ambulante. Bien avant son ouverture, ses membres avaient envisagé de dispenser les cours dans un certain nombre de mosquées parisiennes et de la proche banlieue, « afin d’ancrer cette université au cœur même de ce qui constitue notre communauté et dynamiser ainsi certaines structures déjà existantes tout en permettant à des pôles culturels islamiques locaux de prendre forme et se développer71 ». A son ouverture, cette université s’installa dans la mosquée de Mantes-la-Jolie qu’elle dut quitter rapidement. Les fidèles de la mosquée étaient gênés par cette jeunesse au sein de laquelle il y avait des filles dont certaines n’étaient pas voilées.

  • 72 Cf. Annexe 3, p. 193.

95Les différentes filières présentées par l’Université Islamique de France dans son projet se résument aujourd’hui à quatre formations72. La formation A qui se divise en deux groupes, arabophone et francophone, est ouverte aux étudiants titulaires du baccalauréat ou ceux qui ont une équivalence et qui devront passer un examen d’admission. La formation B qui n’exige aucun diplôme est plus légère ; à la différence du programme complet pour les études islamiques et intensives pour la langue arabe de la formation A, on trouve dans la formation B, un programme simple. Elle est susceptible de toucher un public plus large avec un niveau scolaire plus bas ; les personnes inscrites dans cette formation sont déjà dans la vie active, ayant obtenu depuis longtemps comme diplôme un CAP ; on y trouve aussi des femmes au foyer et des convertis à l’Islam. La formation C est l’équivalent de la formation B, par correspondance, pour les études islamiques. La formation D se résume à un enseignement intensif de la langue arabe.

96Cette structure a été prévue au moment de sa création pour recevoir un nombre de cinquante à deux cents étudiants ; elle dépassera rapidement ce chiffre. Au cours de ses deux premières années, plus de six cents étudiants ont suivi son enseignement. Par le nombre de ses effectifs, l’Institut d’études islamiques de Paris dépasse largement ces deux concurrentes : cent cinquante étudiants pour l’Institut européen des Sciences humaines et moins d’une dizaine pour l’institut de la mosquée de Paris. Plusieurs raisons justifient le succès de cet institut. L’Institut d’études islamiques de Paris est une structure d’enseignement qui fonctionne sur le modèle des « open universities », c’est-à-dire une université dispensant des cours uniquement le week-end. Elle propose en outre une formation par correspondance qui ne se limite pas à la filière « langue arabe » comme dans le cas de l’Institut européen des Sciences humaines. L’emplacement de cet institut contribue à attirer vers lui de nombreux étudiants. Il se situe au cœur de Paris, à la proximité du département de la Seine Saint-Denis dont les communes regroupent le taux le plus élevé d’étrangers en France et où les Maghrébins sont sur-représentés.

97Bien que cet institut soit privé, les frais d’inscription sont équivalents à ceux pratiqués dans les universités publiques. Pour les étudiants n’ayant pas les moyens de les payer, l’institut pratique une exonération partielle ou totale. Si les autres formations exigent le paiement de frais d’inscription, l’initiation à l’Islam est gratuite, ce qui n’est pas le cas dans l’institut de la mosquée de Paris où elle est payante. Par exemple, pour l’année 1994-1995, l’Institut d’Études islamiques de Paris a accueilli trois cent trente-sept étudiants qui se divisent de la manière suivante : 60 % étudient sur place et 40 % préparent les diplômes par correspondance ; 2/3 sont des hommes. Ils se situent principalement dans la tranche d’âge 20-30 ans ; 55 % sont issus de la seconde génération et sont de nationalité française ; 10 % appartiennent à cette génération, mais sont de nationalité étrangère ; 15 % sont des convertis à l’Islam de souche Française ou européenne ; 15 % appartiennent à la première génération ; moins de 5 % ne sont pas musulmans.

98On constate d’une part la présence des femmes, l’importance des musulmans francophones d’autre part. Bien que ne représentant que le tiers des inscrits, les femmes sont présentes dans cet institut, toutes formations confondues, alors que dans les autres instituts elles sont marginalisées. De fait elles sont exclues de l’institut de théologie de la mosquée de Paris, où l’une des conditions d’admission est d’être de sexe masculin. Dans le cas de l’institut de la Nièvre, la filière Faculté des études islamiques est ouverte uniquement aux hommes, alors que la filière « Institut de formation des imams » propose aux hommes une formation d’imam et aux femmes une formation d’éducatrice.

99Une autre raison du succès de cet institut auprès des populations musulmanes est le choix de la langue Française pour véhiculer un savoir religieux. Si chacune des formations cible des étudiants différents par le niveau, toutes sont orientées vers des étudiants francophones. A la section arabophone, la formation A joint une section francophone. Bien que les formations B, C et D soient accessibles à tous, elles exigent cependant une bonne connaissance de la langue Française qui est indispensable pour être en mesure de suivre les cours qui sont dispensés en Français. Le responsable de cet institut rappelle que l’Institut d’études islamiques de Paris « a pour vocation première de s’adresser plus spécifiquement aux musulmans francophones » qui sont en passe de devenir la composante majoritaire de la communauté musulmane en France. On remarque en outre l’importance des musulmans de nationalité française (70 % des inscrits) et même ceux qui ne sont pas Français résident depuis longtemps en France, alors que dans les autres instituts une grande partie des étudiants est de nationalité étrangère.

100Contrairement aux autres instituts où le français véhicule essentiellement les matières secondaires, là il a une place de choix. L’une des raisons qui pourrait expliquer la faiblesse des effectifs, particulièrement dans le cas de la mosquée de Paris, c’est que son institut veut former des imams en proposant un enseignement uniquement en arabe, alors que les candidats potentiels ayant un bon niveau dans cette langue, sont rares.

  • 73 A. D. Bourg, « L’université islamique de France, un instrument d’intégration pour la seconde génér (...)

101Pour Ali Didier Bourg, si l’arabe est approprié pour faire le prône du vendredi dans un pays arabophone, il n’est pas approprié pour véhiculer la religion, y compris chez les fidèles, dans un pays non arabophone. Dans le monde musulman non arabophone, hormis le texte sacré, la langue du pays est vecteur ordinaire de l’Islam. Ce qui n’empêche pas d’étudier la langue arabe, indispensable pour la recherche sur la religion musulmane. Le développement de l’Islam dans le monde est directement lié à l’utilisation des supports en langue nationale73. Aujourd’hui, de plus en plus de jeunes musulmans revendiquent des prônes bilingues. Comme le souligne encore Ali Didier Bourg, le succès obtenu par certains imams auprès des jeunes, repose notamment sur l’introduction, dans leurs prônes, des thématiques propres à la seconde génération exprimées en langue française.

  • 74 Dans la formation A, 27 étudiants sont inscrits dans la section francophone et 28 dans la section (...)

102Si pour l’année universitaire 1994/1995, l’institut a frôlé les 350 étudiants, l’année qui suit (1995/1996) voit une baisse de ses effectifs : 14074. Cette chute de plus de la moitié s’explique par le départ du professeur d’arabe qui, ayant créé son propre institut, a entraîné certains de ses étudiants qui ont soit quitté l’Institut d’Études islamiques de Paris soit partagé leur formation entre les deux instituts.

  • 75 Cf. les statuts de l’association, particulièrement Article II. Document remis par le président de (...)
  • 76 Cf. dossier de candidature et de motivation ; conditions d’adhésion.

103L’Institut parisien pour la formation et l’apprentissage (IPFAL) a été créé le 28 février 1995. Cet institut ayant le statut d’association a pour but l’application de la méthodologie analytique et fondamentale75 afin de dispenser : l’enseignement intensif de la langue arabe ; l’enseignement de la langue Française aux étrangers et aux arabophones résidant en France ; l’enseignement des autres langues étrangères ; la formation d’enseignants à la méthodologie pédago-linguistique ; l’encadrement de la recherche dans les deux secteurs : méthodologie analytique et pédagogique ; l’aide à la recherche en linguistique. Pour atteindre les objectifs précités, l’association se donne la possibilité d’éditer toutes publications et diffusions indispensables. Bien qu’aucun diplôme ne soit exigé pour l’inscription, les responsables, à la suite d’un entretien et du versement de la totalité des frais du cursus trimestriel en cours, exigent une motivation réelle de la part des étudiants76. Si cette association a pour objectif l’apprentissage des langues, on remarque que la section langue arabe attire le plus d’élèves : selon le responsable 150 à 200 étudiants sont inscrits et suivent selon « les méthodes Samo » une formation d’arabe intensif. Bien que le président de l’IPFAL (membre de la Ligue, qui fut en outre membre de l’Université Islamique de France) prétend que son institut est indépendant de l’Institut d’études islamiques de Paris, on peut le considérer comme un relais de ce dernier. L’IPFAL propose aux étudiants désirant suivre ultérieurement la formation A, section arabophone, de se perfectionner en arabe.

  • 77 Cf. Annexe 3, p. 193.

104Afin d’arriver à son objectif qui est de former des cadres pour la communauté musulmane de France, l’Institut d’Études islamiques de Paris fera de ses étudiants, grâce aux formations proposées, des lecteurs spécialisés. Dans le cadre de son enseignement, cet institut (comme les précédents) forme des lecteurs professionnels, pour qui le livre religieux a une fonction pédagogique, voire fonctionnelle. Chaque livre est le support d’une matière ; il arrive parfois que le titre d’un ouvrage, ou un de ses termes, rappelle celui de la matière enseignée : sîra, hadîth, caqîda77.

105L’Institut d’études islamiques de Paris propose à ses étudiants de leurs fournir les ouvrages nécessaires à des prix inférieurs de 10 % à ceux qui sont pratiqués dans les librairies islamiques. Les étudiants peuvent aussi, sans passer nécessairement par les librairies de la rive droite, se procurer les livres demandés dans le point de vente qui se situe à l’intérieur des locaux de la Ligue Mondiale Islamique.

  • 78 H. Amdouni, Les Quatre Califes, Éditions al-Qalam, Paris, 2000.

106L’institut a quatre fournisseurs principaux, dont un éditeur, les Éditions al-Qalam et trois libraires de la Folie Méricourt, Essalam, Najah et Dar al-Azhar. Le choix de l’institut privilégiant certains fournisseurs plutôt que d’autres, aide à saisir les liens qu’il entretient avec ces derniers. L’un des livres scolaires écrit par un enseignant de l’Institut d’études islamiques de Paris est édité par les Éditions al-Qalam78. Cet éditeur est aussi le fournisseur de l’institut en livres arabes qu’il importe du Maroc et qui coûtent moins cher que ceux vendus en France. Dans la librairie Dar al-Azhar, on peut voir une affiche faisant la publicité de cet institut, comme on pouvait voir la publicité de ce commerce dans l’ancienne revue du CERESI, Regards d’Islam.

Notes

1 Durant le mois de Ramadan, ces points de vente se multiplient, on en trouve deux autres sur le boulevard de la Chapelle, continuité du boulevard de Rochechouart.

2 R. Chartier, séminaire du 17 novembre 1994.

3 R. Escarpit, Sociologie de la littérature, Paris, 1986, p. 89.

4 Y. Gonzalez Quijano, « La littérature des trottoirs et le livre islamique », Les Cahiers de l’Orient, n° 20, 1990, p. 170 et Les Gens du livre. Champ intellectuel et édition dans l’Égypte républicaine (1952-1993), thèse, Paris, Fondation des Sciences politiques, 1993, p. 409.

5 Al Bustan, 1 rue Larrey ; Alphabeta, 82 rue Claude-Bernard ; Avicenne, 25 rue Jussieu pour le fonds en français et 30 rue des Fossés-Saint-Bernard pour le fonds en arabe ; L’Orient, 18 rue des Fossés-Saint-Bernard ; al Manar, 220 rue Saint-Jacques.

6 Les universités de Paris I, Paris II, Paris III, Paris IV, Paris VI et Paris VII.

7 Précédemment cette librairie fut gérée par un Marocain qui a du la quitter suite à un problème avec la justice française. Il aurait vendu la traduction française et arabe d’un livre interdit en France, Les Protocoles des sages de Sion, ouvrage reconnu pour son antisémitisme.

8 Les libraires donnent une estimation de 0,5 %.

9 La majorité des libraires du Ve arrondissement sont d’obédience chiite.

10 Ouvrages sur la Guerre du Golfe.

11 Cette idée sera développée dans le chapitre V, « L’édition libanaise », afin de voir comment les éditeurs libanais utilisent leurs compatriotes libraires en France pour la distribution de leur production.

12 On verra dans le chapitre V, « L’édition libanaise », les répercussions de cette fermeture sur le chiffre d’affaires des éditeurs libanais pour qui l’Algérie représentait, après l’Arabie saoudite, l’un des deux plus grand consommateur de leur production.

13 Lors de mes entretiens avec les libraires du Ve arrondissement, certains ont omis de les citer parmi leurs clientèles, ils ne les ont mentionnées que lorsque j’y faisais allusion.

14 L’emmagasinage des livres, qui peut parfois durer une année, est au frais du libraire. Cela pourrait être une raison expliquant l’écart entre le prix du catalogue de l’éditeur et celui pratiqué par les libraires.

15 Il s’agit de l’ouvrage, al Mughnî, d’al Qadi cAbd al Jabbâr, auteur muctazilite du xie siècle, qui traite, en 16 volumes, différentes questions théologiques à travers le prisme du cilm al-Kalām.

16 1993/1994, al Bustan ; 1994/1995, al Manar et Alphabéta ; 1995/1996, al Manar, Alphabéta et Byblion.

17 A ce réseau, s’ajoute celui des voleurs qui se « fournissent » en livres dans les librairies orientalistes - Geuthner, Maisonneuve et Larose et Edifra - pour les revendre dans les librairies arabo-musulmanes à des prix qui défient toute concurrence.

18 Cette idée sera développée dans le chapitre V, « L’édition libanaise ».

19 Cf. Catalogue des publications.

20 La typologie du public de cette librairie est issue d’un entretien avec son propriétaire.

21 1165-1240, auteur sûfi musulman, cf. Encyclopédie de l’Islam (II), tome III, p. 729-734.

22 858-922, théologien mystique, cf. Encyclopédie de l’Islam (II), tome III, p. 102-106.

23 R. Chartier, Pratiques de la lecture, Paris-Marseille, 1985, p. 8.

24 Ce libraire a ouvert depuis la fin de l’année 1996 une librairie dans le XVIIIe arrondissement, 29, rue de Chartres.

25 Voir les plaques minéralogiques des voitures et des cars dans le parc de stationnement du Bourget.

26 Cf. article d’A. Fohr, « Moi, Schérazade, combattante de l’Islam », Le Nouvel Observateur, 24 février 1994, p. 78-80.

27 Histoire de l’Église copte ; Les Maronites ; Peintures murales dans les églises maronites mediévales ; Croix et symboles dans l’art maronite antique ; La Sainte-Vierge au Liban ; Les Ermites de l’Église maronite ; Le chant de l’Église maronite ; L’Orient chrétien à la veille de l’Islam ; Précis d’histoire de l’Église maronite ; Les Origines des Maronites, essai d’histoire et de géographie.

28 On peut ainsi voir un distributeur de livres présents les années précédentes à cette foire ayant décidé depuis 1993 de ne plus y participer. Il déplore en effet le peu de marge bénéficiaire pratiquée par l’ensemble des libraires et des associations. Toutefois, après cette foire, et le mois de Ramadan approchant, les commandes des libraires seront conséquentes.

29 Le Secours islamique est une organisation humanitaire internationale d’aide et de développement créé en Grande Bretagne en 1984 qui a le statut de membre consultatif au sein du conseil économique et social des Nations Unies. Il y a d’autres bureaux à Lille, Lyon, Marseille, Nancy, villes où résident des immigrés de confession musulmane.

30 En 1994, sur Radio Orient, le Secours islamique lançait un appel pour venir en aide, par des dons, à la Tchétchénie.

31 Turquie, Pakistan, Afghanistan, Albanie, Bosnie, Bengladesh, Ouzbékistan, Tadjikistan, Kazakhstan, Liban, Palestine.

32 Cf. le Coran : 11, 219 et V, 92-93.

33 Afin de faciliter leur hébergement, deux bâtiments sont aménagés en dortoir, l’un pour les hommes, l’autre pour les femmes ; les visiteurs peuvent également aller dans l’un ou l’autre pour se reposer.

34 Elle possède une boutique rue Jean-Pierre-Timbaud.

35 Cf. H. Amdouni, Le Hijab de la femme musulmane, Éd. el Imen, Bruxelles, 1993, p. 28-31.

36 Au sommaire du premier numéro : la place de la morale en Islam, la retraite légale de la femme répudiée ou veuve, l’éducation en tant que modèle pour enfant, le voile islamique en France, la femme exemplaire, le congrès de l’UOIF, des conseils pour soulager le dos, des recettes de cuisine. Dans le second numéro : la foi et la croyance en Dieu à travers la raison, la révélation et l’innéité, le développement du nourrisson, l’institut européen des études islamiques, des conseils pratiques sur la contraception et des informations pratiques concernant l’éducation.

37 L’association Espoir édite aussi une revue bimestrielle Afifa, revue de la jeune musulmane. En raison de difficultés financières la publication de cette revue n’est pas régulière.

38 Cf. Le Monde du 9 novembre, « Le débat sur les foulards et la laïcité », et du 21 novembre, « La polémique sur le voile à l’école ».

39 Le Monde du 4 novembre 1989, « La polémique sur le port du foulard islamique et les problèmes de l’immigration », du 7 novembre, « Le débat s’élargit à la politique de l’immigration », du 8 novembre, « Foulard islamique et intégration », du 25 novembre, « Le débat sur l’immigration ».

40 Cf. L’Express du 17 novembre 1994, Dossier, « Foulard, le complot. Comment les islamistes nous infiltrent », article de M. Faure, « Un clivage dévoilé. Autorité républicaine ou compromis communautaire ? Les Français divisés ».

41 Cf. Événement du Jeudi, 4 janvier 1990.

42 L’UOIF organise des colonies de vacances, au retour desquelles on voit fleurir des voiles.

43 Cf. F. Gaspard et F. Khosrokhavar, op. cit., p. 75-79, « Elles m’avaient parlé : du Bourget [...] on est parties. Heureusement d’ailleurs, heureusement, parce que ça m’a apporté beaucoup de chose [...] c’était aller s’instruire un peu plus sur notre religion ».

44 Il exige que les femmes puissent figurer avec leur voile sur la carte d’identité et veut obtenir un statut de la polygamie. Il dirige le journal L’Index où les articles sont écrits sur un ton corrosif « A quoi sert la mosquée de Paris », « Foulard : en avant toutes voiles dehors », « Boudiaf mort d’un pourri ».

45 Cf. article de A. Fohr : « Une beurette raconte la guerre du voile, “Moi, Schérazade, combattante de l’islam” », dans Le Nouvel Observateur du 24 février 1994.

46 La Jeunesse musulmane de France est la branche « jeunesse » de l’UOIF qui gère une myriade d’associations islamiques. Elle est animée par Iquioussen Hassan qui depuis est devenu membre du bureau de l’UOIF. Il a en outre une place de choix dans l’audio-visuel musulman. Cf. Catalogue des cassettes vidéo produites par l’UOIF-Euro-Média.

47 Cf. article d’A. Fohr, op. cit.

48 « Le Coran, c’est le mode d’emploi que nous a donné Dieu notre Créateur pour vivre sur terre. Quand on achète une machine à laver, si on n’a pas la notice du fabriquant, on ne peut pas la faire fonctionner. Le Coran, c’est pareil. »

49 La circulaire de F. Bayrou qui interdit les « signes ostentatoires » à l’école sera l’occasion pour les partisans du foulard de revendiquer des écoles musulmanes. Suite à l’exclusion de jeunes filles voilées de leur lycée lillois, le président de la Ligue islamique du nord (association affiliée à l’UOIF) déclarait « puisque l’État ne nous laisse à présent d’autre choix, nous allons revendiquer la création d’une école privée musulmane », L’Express, 17 novembre 1994.

50 À ne pas confondre avec celui de F. Gaspard et F. Khosrokhavar, Le Foulard et la République, Paris, 1995.

51 Cf. F. Gaspard et F. Khosrokhavar, chapitre II, « Les trois significations du voile », p. 34-69, in Le Foulard et la République.

52 Cf. Annexe 5, Le livre islamique au féminin, p. 201.

53 Ceux qui ont été édités avant cette date feront l’objet d’une réédition.

54 L’ouvrage Les Problèmes de la femme entre la tradition et la modernité, édité par Dar al-Bouraq, est préfacé par le directeur des Affaires culturelles de la mosquée de Paris et traduit par une étudiante à Paris (voilée).

55 Comme le souligne Ali Didier Bourg, cette université, contrairement à ce qui a été annoncé dans la presse, n’a pas été fondée par la FNMF, mais a effectivement obtenu le soutien de plusieurs responsables de cette organisation. L’élément qui contribue à cette confusion est le fait que l’IJIF comme la FNMF ont pour siège la même adresse ; les deux ont leurs locaux dans la Ligue Mondiale Islamique dans le XVe arrondissement.

56 Cf. A. D. Bourg, Regards d’Islam, n° 3, Paris, 1991.

57 Bien que les renseignements généraux ont rendu un rapport défavorable à la création de cet institut et bien que Bruno Etienne et Mohamed Arkoun interviennent pour rappeler que trois membres du conseil scientifique de cet institut sont des islamistes notoires (Y. al-Qardhawî, Shaykh al-Qatan et F. Mawlawî), le gouvernement Français laisse faire. Une rumeur, confirmée par les opposants du projet, soutient que l’affaire a été négociée directement entre Riyad et Paris en échange de quelques contrats d’armement.

58 Lors de l’exposition de cette année, le stand de la librairie al Bustan était tenu par un Iranien qui a participé par un apport d’une cinquantaine de titres. Ces livres appartiennent à la littérature biographique chiite : Fatima la fille du Prophète et femme de cAli, Hassan et Hussayn ses petits fils...

59 Les données qui suivent sont tirées de « Les organisations islamiques internationales », Études Arabes, n° 66, 1984, p. 25-26, et H. Terrel, « L’islam arabe en France », Les Cahiers de l’Orient, 1986, p. 34-35.

60 A. Boyer, L’Institut musulman de la mosquée de Paris, Paris, 1992, p. 73.

61 Il existe 15 parutions, soit mensuelles ou bimensuelles, qui couvrent une période de deux années, de février 1991 à février 1993.

62 Regards d’Islam, n° 4 : « UOIF et AEIF en congres » ; n° 7 : « Un nouveau recteur pour la Grande Mosquée de Paris » ; n° 8 : « Pari gagné pour l’Union des jeunes musulmans de Lyon » ; n° 9 : « Le CERESI fonde l’université islamique de France » ; n° 11 : « Inauguration officielle pour l’Institut de la Nièvre » ; n° 14 : « Naissance du Conseil de coordination de l’audiovisuel musulman de France » ; n° 15 : « France 2 : l’émission islamique qui s’ouvre enfin à tous les musulmans ».

63 Même le débat avec les hommes politiques, toutes tendances confondues, s’articulent autour de l’Islam : « Front national et Islam, Bruno Mégret répond à nos questions », n° 4, déc. 1991.

64 Particulièrement l’alimentation : l’association Intégrité édite un guide « Avis sur les produits alimentaires » qui donne la liste des ingrédients d’origine haram (illicite) contenus dans les aliments vendus en France et rappelle les prescriptions islamiques en matière d’alimentation ; Délice Iqbal vend un saucisson islamique strictement halâl ; SOS Pizza, une pizzeria 100 % halâl, dirigée par un converti à l’Islam. L’intégration version Strasbourg, c’est la choucroute islamique ; l’un des épiciers-bouchers traiteurs musulmans de Strasbourg, a eu une idée géniale : il propose ces articles élaborés à partir de veau, bœuf ou poules égorgés rituellement.

65 Cf. recensement des livres.

66 La revue nous permet en outre de recenser d’autres publications islamiques : l’association islamique Intégrité édite L’Index, une feuille mensuelle d’information gratuite, l’association Sociale et Culturelle édite Addhikra, l’association des Étudiants islamiques de France édite Le Musulman, El Forkane est un journal publié par des intellectuels proches du FIS ; Le Malade musulman à l’hôpital est une brochure éditée par l’association des musulmans de la Gironde ; Le Critère, Al Insan, L’Audace, etc.

67 Cet auteur enseigne à l’Institut des Études islamiques de Paris.

68 Regards d’Islam, n° 1, p. 19.

69 Regards d’Islam, n° 2, p. 18.

70 Malgré cette interdiction, l’institut continue de s’appeler en arabe université : al jâmica al islâmiyya fi faransa.

71 Regards d’Islam, n° 9, juillet / août 1992.

72 Cf. Annexe 3, p. 193.

73 A. D. Bourg, « L’université islamique de France, un instrument d’intégration pour la seconde génération musulmane », Migrations et Sociétés, n° 33-34, Paris, 1994, p. 75.

74 Dans la formation A, 27 étudiants sont inscrits dans la section francophone et 28 dans la section arabophone, dans la B 19 étudiants, dans la C, 27 étudiants et dans la D, 40.

75 Cf. les statuts de l’association, particulièrement Article II. Document remis par le président de cet institut.

76 Cf. dossier de candidature et de motivation ; conditions d’adhésion.

77 Cf. Annexe 3, p. 193.

78 H. Amdouni, Les Quatre Califes, Éditions al-Qalam, Paris, 2000.

© CNRS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search