Version classiqueVersion mobile

« Le Jardin de la Corse »

 | 
Jean-André Cancellieri
, 
Marie-Antoinette Maupertuis

Avant-propos

Marie-Antoinette Maupertuis

Texte intégral

1Le littoral méditerranéen connaît depuis une cinquantaine d’années une pression anthropique jamais égalée auparavant. Les effets conjugués de la pression résidentielle et de la pression touristique posent aujourd’hui avec acuité la question de la durabilité du développement de cette zone géographique, considérée comme un des hot spots de biodiversité à l’échelle planétaire mais aussi première destination touristique de l’économie mondialisée. Si, en certains points de ces rivages – comme à Benidorm en Espagne –, les conséquences de la littoralisation des activités et des hommes semblent d’ores et déjà irréversibles, il est des territoires littoraux comme la Balagne, en Corse, où rien n’est encore définitivement joué en matière d’occupation des terres et d’aménagement de l’espace.

2Comprendre d’une part comment ce territoire littoral a fait preuve jusqu’au xxe siècle d’une forme de résilience et s’interroger d’autre part, sur sa capacité future à affronter de nouveaux bouleversements, constituent la double finalité poursuivie par l’équipe de recherche à l’origine de cet ouvrage. Il s’est agi non seulement d’étudier les recompositions actuelles dans l’occupation du sol du fait de la pression touristico-résidentielle mais aussi de décrypter ce qui hier a constitué une forme de résilience à l’apparition du fait urbain et ce, afin de mieux éclairer les trajectoires du développement territorial de demain. Ce faisant, la réflexion menée dans ce travail à l’échelle d’une portion du littoral corse vient apporter sa pierre à l’édifice d’une analyse plus globale des conditions d’habitabilité du littoral méditerranéen.

3Pour comprendre une situation de crise territoriale qui s’exprime en particulier par une augmentation sans précédent du prix du foncier et par de nombreux conflits d’usage des sols depuis une quinzaine d’années, il a fallu mobiliser des compétences pluridisciplinaires au-delà de l’économie et de la géographie. Ainsi, en partenariat avec des historiens, une analyse des conséquences de l’urbanisation du littoral balanin, de la naissance des premières villes au Moyen Âge jusqu’à la pression urbano-touristique contemporaine, a pu être menée.

4Centrée sur la notion d’« urbanisation », l’étude de l’occupation humaine du littoral balanin consiste à établir les continuités et les ruptures dans l’utilisation des ressources du territoire, en particulier foncières. Elle autorise la mise en perspective de la situation actuelle sur le temps long et interroge la capacité d’adaptation du territoire littoral aux différents chocs urbains qui l’ont affecté au cours du temps. Il a donc été décidé de mesurer l’impact territorial de l’urbanisation du littoral balanin dans une démarche comparatiste menée non pas à l’échelle spatiale mais à l’échelle du temps.

5Cet ouvrage a pour objectif principal de rendre compte des résultats de cette recherche réalisée dans le cadre de l’appel d’offre 2013 de l’OHM Littoral Méditerranéen du CNRS et financée par le LABEX DRIIHM.

6Au-delà de la production de connaissances scientifiques nouvelles sur les dynamiques de long terme de l’occupation des sols dans une île méditerranéenne, cette recherche est susceptible d’éclairer le citoyen comme le décideur public soucieux du développement équilibré d’un territoire donné.

© CNRS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search