Version classiqueVersion mobile

Prosélytismes

 | 
Fatiha Kaouès
, 
Myriam Laakili

Partie III. L’islam : une foi conquérante ?

La dynamique de recrutement chez les Frères musulmans : La da’wa, un processus de mobilisation

Fatiha-Amel Abbassi

Texte intégral

  • 1 Pour analyser ces différentes acceptions de la da’wa, pensée comme appel ou le religieux et le pol (...)

1Notion plurivoque dans le Coran ?, la da’wa renvoie chez les Frères musulmans à l’appel destiné aux hommes à rejoindre l’islam. Mais la da’wa désigne aussi les pratiques discursives destinées à affirmer la justesse de l’islam, aussi bien pour conforter les musulmans dans leurs choix que pour appeler les non musulmans vers le droit chemin. A ce titre, elle peut être assimilée à une forme de prosélytisme. Par extension, cette notion est utilisée comme concept de mobilisation pour appeler les individus à rejoindre les Frères musulmans en tant que groupe politiquement constitué, qui travaille à promouvoir l’islam dans l’ici-bas.1

L’émergence de la pensée des Frères musulmans

2Hassan al-Banna, fondateur de la Gamâ’a (l’organisation) a précisément défini la nature du mouvement qu’il a fondé en Égypte en 1928 :

  • 2 Extrait des lettres de Hassan Al-Banna au 5e congrès des Frères musulmans ; 1986, Majmu’at rasâl a (...)

Nous ne sommes pas un parti politique même si la politique pratiquée selon les règles de l’islam est au cœur de notre pensée. Nous ne sommes pas une association caritative même si le travail caritatif est l’un de nos principaux objectifs. Nous ne sommes pas un groupe sportif, même si le sport est un moyen pour nous. Nous ne sommes rien de tout cela, nous sommes une idée et un dogme, une ligne de conduite, un Nizâm (un système) qui ne peut être délimité et catégorisé. Il dépasse toute frontière géographique. Il existera jusqu’à la fin des temps, car ce Nizâm est celui d’Allah. Nous sommes sur le même chemin des compagnons du Prophète, nous poursuivons sa mission, la da’wa2.

  • 3 Le vocable Al-Gamâ’a peut être traduit par le mot « groupe ». Bien que la traduction soit loin de (...)
  • 4 Hassan Al-Banna est né en 1906 dans le village d’Al-Mahmûdiyya dans la province égyptienne d’al-Bu (...)
  • 5 Le mot khalifa (kḫalīfa) en arabe signifie « successeur ». C’est un titre porté par les personnes (...)
  • 6 Rashîd Ridâ (1925-1935). D’une façon générale, Ridâ dénonce chez les nouvelles élites intellectuel (...)

3Le fait d’inscrire la Gamâ’a des Frères musulmans dans une définition polymorphe n’est pas fortuit3. Ce type de définition lui permet de prétendre à plusieurs rôles en même temps : à la fois acteur politique, religieux, associatif, etc., une flexibilité qui répond aux logiques mêmes de l’idéologie et de la pensée forgées par le père fondateur Hassan al-Banna4. Pour en saisir pleinement le sens, il convient de prendre en considération les conditions de l’émergence de la Gamâ’a. En effet, quelques années avant sa formation en 1928, le monde arabe et musulman vivait la chute de l’empire Ottoman et l’abolition du califat achevée en 19245, puis l’instauration de l’État Turc. De tels bouleversements politiques étaient considérés par un certain nombre de penseurs et intellectuels musulmans, notamment ceux appartenant au mouvement réformateur dirigé par Rashid Ridah6, comme une séparation entre l’État et la religion, une pratique vue comme contraire à la pensée islamique. Rashid Ridah affirme en effet en 1925 : l’islam est « dîn wa dawla » (religion et État). S’inscrivant dans la même ligne de pensée réformatrice que ses maîtres Jamal ad-dîn al-Afghâni (1838-1897) et Mohamed Abdu (1849-1905), fondateurs de l’association le Lien indissoluble (al-’Urwa al-wuthqâ), il crée une revue qui porte le même nom, et une association dont al-Banna est membre pendant plusieurs années (Imara, 2002).

4Rashid Ridah pense son projet à partir des deux modalités de réformes, politique et sociale qu’il promeut dans la revue Al-Manâr dont il est le rédacteur en chef. Il aborde l’ensemble des questions liées à la réforme (islâh) et appelle notamment à des réformes religieuses, civiles et politiques. La revue ambitionne d’accomplir deux objectifs : la défense et la propagation de l’islam en mettant en œuvre une activité prosélyte, et l’appel à l’union des musulmans (Ridah, 1923).

5C’est dans cet univers intellectuel qu’al-Banna puise et construit sa pensée dont les contours sont marqués aussi par un double contexte : la colonisation et la présence des missionnaires évangéliques, notamment dans son village et sa région (le Delta). Cela explique la décision d’al-Banna de fonder avec d’autres personnes une association caritative appelée « al-jam’iyya al-hassâfiyya » (Hawwa, 1984 : 5) pour pratiquer la da’wa, faire connaître l’islam et affirmer l’identité islamique pour combattre le prosélytisme évangélique. Il s’agit là d’une première mise en pratique de son projet inspiré de la réflexion de Rashid Ridah, à savoir la réforme sociale et politique de la société par le retour à la religion. Une telle manière de penser le religieux comme un système englobant est appelée « shomuliyyat al-Islâm » (universalité de l’islam), une notion façonnée par al-Banna. C’est cette approche de la réforme (al-islâh) qui a conduit al-Banna à construire la shomuliyya de la pensée frériste (Hawwa, 1984 : 218-219).

6Dans cette perspective, les Frères musulmans veulent être à la fois :

  • Une idéologie « salafie », car ils prônent le retour aux premiers textes de l’islam des « pieux ancêtres ».
  • Une idéologie sunnite dans la mesure où il est question de se conformer à la tradition prophétique.
  • Une vérité soufie, car les actions sont dites fondées sur la « pureté de l’âme », « l’amour d’Allah » et la bienfaisance.
  • Une organisation politique, qui a pour but de réformer le système à de multiples niveaux ainsi que dans les relations que le groupe noue avec la communauté musulmane globale (oumma).
  • Une idéologie sociale, car leur terrain d’action est la société dans son ensemble et l’objectif affiché est de guérir la société de ses maux.
  • Une entreprise économique, car une bonne gestion financière est considérée comme un commandement religieux.
  • Une organisation culturelle et scientifique, car le savoir est considéré par eux comme une obligation pour tous les musulmans. Les clubs et les écoles des Frères musulmans sont créés dans cette perspective.
  • Un groupe sportif, car, aux yeux des Frères musulmans, la force réside dans un corps sain et constitue le moyen d’accomplir toutes sortes d’activités : le travail, la prière, le pèlerinage (al-haj), etc.7.

7Cette pensée est constitutive d’un projet de réforme (islâh). Il consiste en une reconstruction de l’identité islamique par des réformes sociales, politiques et économiques. Celles-ci se réalisent d’abord par l’éducation et la formation des individus, de la famille, de la société, puis du gouvernement, à travers une vision islamique conforme à la notion totalisante de la shomuliyya forgée par le père fondateur.

  • 8 La Gamâ’a est dissoute pour la première fois après la découverte par les autorités égyptiennes d’u (...)

8C’est à partir de cette conception et de sa première expérience de terrain associatif que Hassan al-Banna concrétise son projet et fonde en 1928 la Gamâ’a des Frères musulmans appelée « Jamâ’at al-ikhwan al-muslimin » dans la ville de Ismaïliyya. L’organisation dispose d’un statut juridique de type associatif (1928-1948)8 et remplit une fonction caritative à caractère religieux. C’est sous cet angle que j’aborde l’objet « Frères musulmans » dont la réflexion menée ici tente de comprendre les mécanismes d’approche et de mobilisation à des fins de recrutement militant par l’analyse de la da’wa comme notion et comme pratique. Pour cela, il faut saisir tout d’abord la manière dont la da’wa est théorisée dans la pensée frériste, puis analyser la mise en pratique du processus de recrutement. Il convient, enfin, d’interroger la notion de fraternité et de communauté chez les Frères musulmans notamment en situation de sortie du groupe.

La notion de la da’wa et la théorisation frériste

  • 9 Dictionnaire encyclopédique de langue arabe Lisân al-arab.
  • 10 C’est une jurisprudence qui se fonde sur le Coran, la sunna (la tradition prophétique) et la litté (...)
  • 11 Abd al-Rahim Tahân, Shrut al-taklif bitawhid, il s’agit ici d’une série de conférences sur ce thèm (...)
  • 12 Sourate Saba’ verset XXVII.
  • 13 Le Prophète Mohamed est considéré comme le dernier des prophètes dont il s’agit de perpétuer la tr (...)

9La da’wa signifie littéralement « l’appel », être invité à, dont le signifiant religieux est la prédication9. Il est question de faire passer un message par le discours ou par tout autre moyen afin de faire connaître et propager la foi islamique. La da’wa occupe une place importante en islam, encadrée par une littérature théologique que l’on appelle « fiqh da’wa »10 qui définit la da’wa et précise les règles et les conditions de sa pratique. On peut distinguer deux registres dans la da’wa : la da’wa destinée aux non musulmans a pour objectif la conversion à l’islam ; la da’wa pour les musulmans a pour objet de conforter la foi du musulman, de défendre les valeurs islamiques dans l’objectif de « prôner le bien et révoquer le mal ». La littérature théologique considère la da’wa comme une obligation pour tout musulman : un taklif11. Parmi les versets de référence pour faire la démonstration de ce taklif on peut citer celui qui affirme : « Nous t’avons envoyé à l’ensemble des hommes, comme annonciateur de bonne nouvelle et comme avertisseur. Mais la plupart des gens ne le savent pas »12. A partir de ce rôle dévolu au Prophète, tout musulman sunnite doit être le porte-parole de la da’wa13. La da’wa est ipso facto un principe fondamental en islam. La da’wa est aussi un devoir des pays reconnaissant l’islam comme religion d’État ; c’est le ministère des affaires religieuses et des waqf (fondations pieuses) qui en ont la charge : mais dans ce cas, la da’wa est plutôt orientée vers les pays étrangers où résident des communautés musulmanes. Cela se concrétise par l’envoi d’imams. Il ne s’agit pas seulement d’étendre l’influence de l’islam mais de permettre aux musulmans à l’étranger de pratiquer leur culte en mettant à leur disposition des imams dont la mission est d’expliquer les fondements et les préceptes de l’islam. Cela étant dit, peut-on classer dans la catégorie du prosélytisme la notion de da’wa ? La réflexion menée par Mohamed-Sghir Janjar sur le thème « prosélytisme et / ou da’wa » démontre parfaitement la spécificité de la notion de la da’wa en islam et les passages entre les deux notions (Sghir-Janjar, 2013).

10C’est à partir du cadre religieux qu’al-Banna repense la da’wa comme nous l’avons déjà évoqué. Al-Banna identifiait directement les Frères musulmans comme les héritiers du Prophète de l’islam s’agissant de la da’wa, donc des dâ’iyya ou prédicateurs :

Vous êtes le nouvel esprit qui ravit le cœur de la Oumma par le Coran, vous êtes la nouvelle lumière qui disperse les ténèbres en faisant connaître Allah, vous êtes la voix qui porte le message du Prophète. En réalité, et en toute objectivité, prenez conscience que vous portez un fardeau que les gens ont ignoré. Si on vous demande : au bénéfice de qui faites-vous la da’wa ? Dites-leur que vous faites la da’wa pour l’islam, l’islam du Prophète Mohamed. (Hawwa, 1984 : 226)

  • 14 Le choix de cette définition a été formulé à partir d’observations sur le terrain et d’une lecture (...)

11Dans la pensée frériste, la da’wa se comprend différemment de son sens premier que l’on peut considérer comme une forme de prosélytisme en vue de convertir. En effet, la da’wa s’entend comme un appel à la pratique et au respect des obligations religieuses (la prière, le jeûne, la zakât), et œuvre à restaurer d’autre part un système de valeurs et de normes religieuses dans tous les domaines de l’espace public et privé, à tous les niveaux (l’individu, la famille, la société, les institutions...). Pour ce faire, al-Banna opte pour la création d’une Gamâ’a, car un tel projet nécessite selon lui une force collective organisée capable de gérer des militants, de s’assurer de leur compétence afin qu’ils exécutent à leur tour un projet sur le terrain. Il met alors en place le Tanzim, un système d’organisation hiérarchique afin de mieux gérer à la fois les militants et les unités composant la Gamâ’a14, laquelle est encadrée par un règlement intérieur. De même, des critères de recrutement, de sélection et d’évaluation des futurs candidats et candidates au recrutement sont formulés. Une homogénéité interne, voulue par al-Banna, se fonde aussi sur une adhésion au projet de réforme. Celui-ci consiste en une reconstruction de l’identité islamique par des réformes sociales, politiques et économiques, qui se réalisent d’abord par l’éducation et la formation des individus, de la famille, de la société, puis du gouvernement, à travers une vision islamique totale, selon la conception d’al-Banna. Cette mission s’accomplit par la da’wa. Ainsi se singularisent les deux principaux axes de la pensée frériste la Gamâ’a et al-fikhra (l’idée du projet de réforme) dont le moyen de réalisation est la da’wa. Mais concrètement de quelle manière la da’wa prend-elle forme sur le terrain ? Cet extrait permet d’y répondre en partie :

(…) L’élément financier est important dans la da’wa mais il n’est pas central, l’histoire a démontré que la force ne peut être un moyen pour faire la da’wa, la véritable da’wa est celle qui inspire les âmes, qui touche les cœurs et les esprits égarés. Des moyens tels que le bâton et l’épée n’ont pas fait leurs preuves non plus. À notre sens, le moyen pour centrer la da’wa et la consolider se résume en deux phrases : l’amour, le travail et la fraternité. (Al Banna, 1986 : 123)

Faire adhérer, faire la dawa  : le processus de recrutement

12L’activité de la da’wa occupe une place importante dans la Gamâ’a. Une section lui est consacrée, appelée Qism Al-da’wa ; la section générale a pour mission de préparer les manuels de formation, de coordonner les autres sections et de gérer le financement des activités. Quant aux sections locales, elles sont chargées de former les acteurs de la da’wa et d’organiser les événements qui lui sont liés. D’après la littérature frériste, toute personne a le devoir d’exercer la da’wa. Al-Banna a pensé ses étapes et ses critères d’inclusion, et établi ce que doit être un militant des Frères musulmans ; ce dernier doit à ses yeux incarner la dâ’iya ; être honnête, humble, loyal, prêt à tout sacrifice. Être un(e) bon(ne) pratiquant(e) (effectuer la prière, le jeûne, la récitation du Coran) nécessite en outre de maîtriser l’arabe littéral. Le militant doit avoir certaines compétences personnelles, faire preuve de patience, de calme, être ouvert d’esprit, attentif et à l’écoute. Il doit être capable de garder le « secret », savoir rester mesuré dans ses distractions tout en gardant à l’esprit sa mission principale, faire la da’wa pour servir d’abord l’islam puis la Gamâ’a dont l’acceptation réside dans la compréhension de l’islam (Hawwa, 1984 : 298). Ce sont là théoriquement les critères des militants en mesure de pratiquer la da’wa.

13D’une manière générale, tout individu musulman peut être objet de la da’wa, cependant il existe des mécanismes de présélection. D’après al-Banna, les gens appartiennent à quatre catégories : le croyant, l’arriviste, l’intolérant, et l’indécis. Seuls le croyant et l’indécis peuvent être prédisposés au dialogue contrairement aux deux autres. Le recrutement s’effectue en direction de toutes les catégories sociales et professionnelles et est conditionné à un seul critère : il s’agit d’approcher des personnes prêtes à s’investir et capables de gérer leur temps.

  • 15 Cette notion désigne la relation qui se noue entre militants, puis entre le militant et la Gamâ’a (...)

14Il existe deux modalités d’approche qui se déclinent en deux méthodes de da’wa qui s’exerce à son tour sur deux niveaux. La première approche appelée « Al-rabt al-kẖas »15 désigne la nécessité d’établir une relation privée de proximité, pour pratiquer la da’wa à l’échelle individuelle, c’est la « da’wa fardiya ». La seconde approche, appelée Al-rabt al-‘am consiste en une fabrique d’un lien social au niveau public, ce qui correspond à la pratique de la da’wa à l’échelle collective, la « da’wa ‘ama ».

15A l’échelle individuelle se développe donc la da’wa fardiya. Al-Banna la considère comme une phase importante : c’est l’étape de la sélection qui précède la formation. Elle s’exerce à un niveau privé. Elle compte sept étapes pratiques. Le portrait d’Ahmed illustre parfaitement cette première approche de la da’wa. Ce jeune homme de 30 ans diplômé en ingénierie, est issu du quartier populaire Al-Haram dans la banlieue cairote. Il a été membre des Frères musulmans pendant neuf ans. Son parcours illustre dans un premier temps un processus d’adhésion, puis, dans un deuxième temps, une modalité de sortie.

  • 16 Al-Oussra, « la cellule » est le premier échelon dans l’organigramme de la Gamâ’a. Elle est compos (...)
  • 17 Entretien à Gizah, le 15 janvier 2012.

C’est lors de ma première année à l’université de Helwain que j’ai rejoint les Frères musulmans. Je ne le savais pas au départ, j’ai été approché par Moaaz qui est devenu par la suite un très bon ami. D’abord en s’entraidant pour les cours, les révisions, les devoirs, en participant ensemble aux mêmes activités de l’université. Puis on est devenus de plus en plus proches, et on a commencé à se voir en dehors de l’université. Avant de le rencontrer, je n’étais pas très pratiquant, je ne faisais pas mes prières dans les temps, je fumais, j’avais une copine. Puis avec Moaaz, on a commencé à aller à la mosquée ensemble, ou bien on faisait aussi des activités avec les enfants et pendant le ramadan aussi, on allait en vacances ensemble avec Moaaz et d’autre copains à lui. J’ai commencé à pratiquer de plus en plus, je me sentais bien. Mes parents étaient contents de ce changement. Je me suis inscrit comme bénévole dans une association caritative dans mon quartier pour aider les familles en difficulté, je donnais aussi des cours de soutien scolaire aux enfants. Je me suis retrouvé, j’ai trouvé un sens à ma vie. Pendant tout ce temps, j’ignorais que j’avais été Frère musulman. C’est seulement trois ans après que j’ai été invité officiellement à assister à la Oussra dans mon quartier16. C’est là que j’ai appris que j’étais membre de la Gamâ’a. Mon responsable nous a expliqué en quoi consiste notre engagement, puis les consignes de sécurité à suivre, puis on a prêté serment et fait allégeance « al-bay’a ». J’ai été en colère parce que je ne l’ai su que trois ans après, je me suis expliqué avec Moazz, j’ai compris leur point de vue mais j’ai mis du temps pour accepter les choses. Ce qui me console est que je crois à l’idée mou’min bil-firah17.

16La première étape est une phase de prise de contact ; il s’agit de faire connaissance avec le sujet, de gagner sa confiance et d’évaluer sa prédisposition à accepter l’étape suivante. Il faut montrer de l’intérêt à la personne et créer un lien avec elle. C’est la phase de présélection. La seconde étape, qu’al-Banna décrit comme le moyen de réveiller la foi somnolant à l’intérieur de chaque musulman, consiste à l’amener indirectement à réfléchir sur des sujets de spiritualité, la création de l’être humain et son utilité dans la société, et dans la vie en général. C’est la phase de la sélection ; elle permet de déterminer si la personne peut ou non être considérée comme candidate au recrutement. S’il passe cette étape, le candidat est appelé « Akẖ muhibb » (frère aimant), cela signifie que le candidat militant a prouvé dans un premier temps sa motivation de faire partie de la Gamâ’a.

17À la troisième étape, la relation s’approfondit avec le candidat, c’est la phase de socialisation : elle consiste d’une part à expliquer les pratiques religieuses admises et à surveiller d’autre part la bonne application des préceptes. Il faut amener le candidat à s’impliquer davantage dans les différentes activités sur le terrain et tester son degré de motivation. C’est aussi le moment de consolider le lien avec le candidat. Cette étape est importante, elle peut durer plusieurs mois. En effet, il faut vérifier l’ancrage de l’identité islamique et sa stabilité. A ce stade, le militant devient Frère associé « Akẖ musâ’id ». Puis vient la quatrième étape, qui correspond à son intégration dans la communauté des Frères, à savoir la Oussra. Lorsqu’elle parvient à cette étape, la personne est considérée comme ayant rempli les critères attendus et peut enfin faire allégeance à la Gamâ’a, c’est la « bay’a ». Une fois cette phase franchie, le candidat valide son adhésion aux Frères musulmans. Le candidat devient un membre des Frères musulmans, un « frère actif ». Pour al-Banna, l’adhésion doit se faire sur la base de la conviction de la personne, elle est une condition primordiale. Autrement dit, la da’wa consiste en une mise en pratique du projet de réforme.

18Un autre cas de figure peut être mobilisé, celui d’Abd al-Rahman. Agé de 28 ans, ce jeune dentiste est issu de la classe moyenne. Il fait la rencontre des Frères musulmans dans son quartier de Nasr City. Conscient de leur identité, il décide de participer à toutes leurs activités : à l’association, à la mosquée et lors des campagnes électorales de 2000 et de 2005 :

  • 18 Entretien à Nasr City, 30 décembre 2011.

Au départ je me suis intéressé aux Frères musulmans, car ils étaient pour moi la seule voix d’opposition à Mubârak. Les connaissant de plus près, j’ai apprécié leur travail social, je me suis donc engagé comme bénévole pendant quatre ans. Je me sentais comme l’un des leurs mais j’ai découvert après que je n’étais pas considéré à leurs yeux comme un militant des Frères musulmans18.

19Le parcours d’Ahmed met en lumière les étapes du recrutement chez les Frères musulmans. Opérant d’une manière progressive par la da’wa, il répond aux logiques de la méthode de recrutement formulé par al-Banna. S’inscrivant dans cette même approche, on ne peut parler d’emblée d’engagement, car l’engagement résulte ici d’un long processus et il ne peut être abordé à notre sens qu’à partir de la dernière phase, l’adhésion.

20Le second extrait qui concerne Abd al-Rahman, exprime une autre situation de recrutement où le candidat est soumis indirectement à toutes les épreuves. Dans le cas d’Abd al-Rahman, il semble les réussir du fait de son intégration dans le système de l’organisation des Frères musulmans et sa participation aux activités au niveau local, bien qu’il n’ait pas accédé à l’étape de l’adhésion. Ce résultat peut s’expliquer par les craintes et la méfiance que suscite le candidat, ou être dû aux appréciations négatives ou mitigées exprimées par les responsables de la cellule « Oussra » et de la section « Sho’ba » qui sont déterminants pour l’issue de recrutement.

21Le constat que révèlent les deux expériences de Ahmed et de Abd al-Rahman, est que l’engagement dans la Gamâ’a des Frères musulmans est d’abord un engagement de foi.

  • 19 C’est seulement à partir de l’an 2000 que les Frères musulmans commencent à être visibles dans l’e (...)

22La da’wa s’exerce aussi à l’échelle collective, c’est la « da’wa ‘ama ». Il s’agit d’activités organisées dans l’espace publique : à la mosquée, le quartier, l’université. La da’wa collective se traduit aussi par des activités caritatives, soit dans le cadre d’associations fréristes, soit d’une manière invisible sous d’autres labels, par le biais d’associations proches des frères musulmans19. C’est sous l’angle de la religiosité que les événements sont organisés, des activités religieuses lors des jours définis par les Frères musulmans portant sur des thèmes spécifiques : le jour du Jugement, l’éthique et la morale du Prophète. Les activités peuvent aussi avoir lieu lors des fêtes religieuses pour la naissance du Prophète (Al-mawlid al-Nabawi) le Ramadan ou le jour de l’orphelin (« yawm al-yatim »).

  • 20 Note d’un terrain effectué les 17, 18 et 19 novembre 2011.

23Notre analyse de la da’wa ne se limite pas au constat d’une forme d’islamisation par le « bas ». C’est un procédé de socialisation dont le but est de faire émerger l’idéologie des Frères musulmans et de créer un ancrage social, un capital de ressources mobilisables lors des élections. Car la stratégie frériste consiste à émerger dans la société, créer des liens à tous les niveaux, se faire connaître et se faire accepter. En effet, une étude portant sur l’analyse du dispositif de mobilisation des Frères musulmans lors des élections électorales en 2011-2012 a mis en évidence la manière dont la da’wa s’exerce dans ces deux formes et se matérialise en premier lieu par un dispositif informel intra et extra-familial (Abbassi, 2013). Cela est bien illustré par le cas d’une militante des Frères musulmans que nous avons rencontrée et qui a eu recours à la da’wa à l’échelle individuelle pour convaincre son entourage de voter pour son candidat favori. Nous avons rencontré Fatma qui a été observatrice durant la campagne électorale de 2011-2012. Nous l’avons accompagnée lorsqu’elle a rendu visite à sa sœur et à sa nièce dans le quartier de Mohandessin. Fatma a essayé de convaincre sa sœur de voter pour le parti Liberté et Justice (PLJ). Alors que sa sœur semblait convaincue, Fatma a voulu s’assurer qu’elle irait voter. Ainsi, elle l’a conduite elle-même au bureau de vote le lendemain. Fatma a tenté de convaincre par la suite ses anciennes camarades de l’université, ainsi que des voisins, en les invitant chez elle durant une après-midi. La discussion a porté sur les élections, Fatma a discuté le choix électoral de chacune des personnes présentes20.

24Faire de la da’wa un moyen de mobilisation, revient à explorer le registre religieux dans le discours.

  • 21 Journal de bord 2011-2012, le Caire.

25Par ailleurs, la da’wa se réalise également sous la forme d’un dispositif informel extra-familial ; les espaces de la da’wa à l’échelle collective (« da’wa ‘ama ») sont aussi des lieux de mobilisation électorale21. De ce fait, la connaissance de ces terrains et du public est un élément non négligeable dans le développement du groupe. Cela démontre l’imbrication du politique et du religieux dans la pensée des Frères musulmans et la façon dont le registre religieux, au moyen de la da’wa (Pagis, 2010), peut devenir un outil pour faire adhérer d’une manière directe ou indirecte à une vision ou un projet politique (Abbassi, 2013).

26La da’wa pensée de la sorte ne constitue pas seulement un répertoire de mobilisation religieuse et/ ou électorale. C’est aussi une stratégie de « survie » pour les Frères musulmans. En effet, la da’wa collective ou « da’wa ‘ama » était pratiquée publiquement lors de la création de la Gamâ’a en 1948. Cette date correspond à sa première dissolution ; puis elle reprend ses activités de 1952 à 1963, avant d’être interdite de nouveau par le président Gamâl Abd-Nasser. En situation de clandestinité totale, la da’wa s’organise à l’échelle individuelle, « la da’wa fardiyya » étant la plus adaptée à cette situation. Sous le président Anouar al-Sadate, on assiste à une ouverture de l’espace public ; c’est alors le pluralisme religieux qui prévaut. Dès lors, la da’wa collective et publique des Frères musulmans a accéléré leur ancrage social. Mais après l’assassinat de Sadate et l’arrivée de Hosni Mubarak au pouvoir, les Frères musulmans sont interdits encore une fois, ce qui n’a pas entravé la continuation de la da’wa sous ces deux formes, active mais invisible. C’est dans un registre informel que la da’wa manifeste tout son potentiel de développement.

  • 22 Après la création du parti politique Justice et Liberté, la question de la séparation entre da’wa (...)
  • 23 Journal de bord 2013-2014, le Caire.

27Après le 25 janvier 2011, date du début de la « révolution » égyptienne, la da’wa est confirmée22, tout d’abord à un niveau individuel ; les militants s’identifient comme membres des Frères musulmans, une chose qui était impossible par le passé au vu du risque d’arrestation policière. Les activités sont réalisées en usant du logo de la Gamâ’a et sous le nom des Frères musulmans. Puis vient l’officialisation de la situation de la Gamâ’a avec son inscription comme association en mars 2013. Mais après le coup d’État du 3 Juillet 2013 qui a vu la chute de l’ex-Président Mohammed Morsi qui émanait de leurs rangs, les Frères musulmans sont alors stigmatisés, puis déclarés comme organisation terroriste en décembre 2013. L’organisation est enfin dissoute et plusieurs centaines de ses dirigeants et militants sont arrêtés. Dès lors, et pour la première fois depuis la présidence de Nasser, les Frères musulmans retombent à nouveau dans une situation de clandestinité totale, et la da’wa sous les deux configurations que nous avons exposées, devient impossible à exercer23.

Les Frères musulmans une communauté de Frères, Ikhwa

La trajectoire d’Ahmed, de la communion à l’excommunication

28La cellule al-Oussra est le premier échelon dans l’organigramme de la Gamâ’a, réunissant entre cinq à six personnes dirigées par un responsable. Al-Banna la définit comme un des outils d’éducation. Ses membres se réunissent de manière hebdomadaire. Les militants étudient un programme défini selon leurs niveaux d’implication. La Oussra est fondée sur trois valeurs : l’amour, la fraternité et la solidarité. Ce micro-dispositif de socialisation n’a pas seulement pour fin de former les militants, mais de créer une communion entre les différents membres de la cellule. C’est aussi un procédé qui vise à incarner l’idéologie frériste à travers la pratique des principes fondamentaux. C’est ce processus qui permet de construire un « nous frériste », un élément important dans la formation de la communauté des Frères (Ikhwa). La trajectoire d’Ahmed met en relief cet aspect :

  • 24 Entretien avec Ahmed.

J’ai été très vite intégré dans le groupe, dans la Oussra je me sentais avec mes frères, voire mieux qu’avec mes frères de sang. Avec eux je pouvais parler de tous mes problèmes sans être jugé. De même, pour mon responsable, c’était comme un grand frère pour moi. Il demandait de mes nouvelles. Il a été là pour moi lorsque mon ordinateur est tombé en panne, tout le monde s’est cotisé pour m’acheter un nouvel ordinateur. Lorsque j’ai cherché un travail, tout le monde a activé ses réseaux pour m’aider à trouver un emploi. J’ai trouvé un poste à Mahallah, une ville où je ne connaissais personne, mais à mon arrivée des Frères m’attendaient à la gare, ils m’ont aidé à m’installer. Là, j’ai encore une fois compris les valeurs expliquées par Al-Banna. On avait des liens très solides24.

29À l’intérieur de la Gamâ’a les liens sont socialement construits à partir de valeurs forgées en lien avec la pensée et l’idéologie frériste ; cela se révèle d’une manière contrastée à la fois dans le processus de recrutement par la da’wa mais aussi dans les situations de sortie du groupe :

  • 25 Tous les militants qui ont participé à l’événement, ou en ont soutenu l’idée ont été soumis à une (...)
  • 26 Entretien au Caire, le 3 janvier 2012.

… La situation a commencé à se dégrader en 2010, j’avais des remarques sur certaines choses et je posais trop de questions selon mon responsable, qui m’a fait la remarque à plusieurs reprises, puis il m’a convoqué. C’est en janvier 2011 où la situation s’est aggravée, lorsque j’ai rejoint d’autres jeunes Frères musulmans pour organiser une journée publique « critique » sur certains points, demandant à la Gamâ’a de réformer les méthodes d’enseignement et revoir certaines idées qui ne nous semblaient pas adaptées à notre situation et à notre société contemporaine25. La réaction de mon responsable et de mes frères dans le quartier et à la Oussra a été violente d’abord : les conversations se faisaient de plus en plus courtes, même à la mosquée, et tout le monde a pris ses distances, mon responsable ne me répondait plus au téléphone, j’ai senti que je dérangeais par ma présence lors de notre réunion hebdomadaire. Selon eux, j’avais fait du tort à tout le monde et j’avais trahi la Gamâ’a. J’ai fait l’objet d’une enquête interne et j’ai été exclu de la Gamâ’a. Mais cela ne m’a pas affecté, je me suis dit : après tout c’est une mesure administrative. Ce qui m’a blessé profondément, c’est la mise à l’écart de ceux qui se disaient mes frères, que je pensais être mes frères. Notamment quelques semaines après les événements, j’ai eu un accident et personne n’est venu me rendre visite ni m’appeler au téléphone pour prendre de mes nouvelles, ça m’a fait énormément mal, j’ai compris que nous étions « frères dans le Tanzim » seulement, mais pas vraiment dans la fraternité de l’islam « Al-hob fi Allah » comme je le pensais26.

30Ahmed a décidé de déménager, de changer de région et d’emploi pour « surmonter cette phase », selon ses termes. Sa trajectoire met en évidence une facette des pratiques de la Gamâ’a des Frères musulmans dans le cheminement depuis l’adhésion et à la sortie, une adhésion qui s’explique par l’acceptation d’une idéologie qui, une fois remise en cause de quelque façon que ce soit, aboutit aussi à l’exclusion.

  • 27 Il faut reconnaître au groupe des Frères musulmans un aspect polymorphe, ce qui nous offre plusieu (...)

31Enfin, aborder les Frères musulmans sous l’angle de l’objet religieux amène à affirmer sa nature confrérique27. Cela est dû à la construction même des Frères musulmans, notamment dans sa dimension communautaire, qui se fonde sur l’idéologie forgée par un seul homme, Hassan al-Banna. Par ailleurs, on peut s’interroger sur les pratiques de la Gamâ’a des Frères musulmans : peut-elle être considérée comme une forme de prosélytisme ? Une telle question trouve d’autant plus son sens qu’en Égypte, on remarque l’absence d’un cadre juridique pour définir ce qu’est le prosélytisme. C’est à partir des situations de conversion vers le chiisme ou le christianisme que le prosélytisme est invoqué. Cela m’a amené à une seconde interrogation : à partir du cas des Frères musulmans, il convient de soulever l’hypothèse de l’existence d’un prosélytisme islamique qui s’exercerait dans un pays à majorité musulmane, où l’islam est la religion d’État, en direction des musulmans « sociologiques ». En effet, après l’analyse de la da’wa comme processus de recrutement, on peut être tenté de classer ces pratiques comme prosélytes. À notre sens, au-delà de la théorisation de la da’wa par Hassan al-Banna et la caractéristique communautaire chez les Frères musulmans qu’on peut notamment observer dans la situation de sortie, les pratiques des Frères musulmans fonctionnent selon une certaine logique que l’on peut identifier comme prosélyte en raison de la nature même de l’idéologie qui fonde l’existence des Frères musulmans. La Gamâ’a, ancre en effet son identité et ses logiques de développement sur des représentations et des imaginaires religieux qu’elle ambitionne de promouvoir à de vastes échelles. Toutefois, cette forme de « prosélytisme » se double d’une logique de recrutement proprement politique qui, bien que légitimée par la da’wa, et basée sur une culture islamique partagée, ne se limite pas à un pur prosélytisme religieux.

Bibliographie

Bibliographie indicative

Abbassi, Fatiha-Amel, 2013, « Les Frères musulmans à la sortie de clandestinité : le parti Liberté et Justice dans les élections législatives », Revue Égypte-Monde Arabe, no 10.

Al-Banna, Hassan, 1986, Majmu’at rasâl al-imâm Hassan al-Banna, Le Caire, Dâr al-shiâb.

Al-Banna, Hassan, 1986, al-Imâm al-shaîd Hassan al-Banna, Le Caire, Dâr alnashr al-islâmiyya.

Aclimendos, Tewfik, 2007, « Les frères musulmans : pour une critique des vœux pieux », Politique africaine, no 108, p. 25-46.

Becker, Howard, 1985, Outsiders. Etudes de sociologie de la déviance, Paris, Métailié.

Berlivet, Luc et Sawicki, Frédéric, 1994, « La foi dans l’engagement. Les militants syndicalistes CFTC de Bretagne dans l’après-guerre », in Politix, vol. 7, no 27. Troisième trimestre, p. 111-142.

Botiveau, Bernard, 2013, « Se convertir au Chisme ? Le pluralisme religieux interrogé par les révolutions arabes ? », Paris, Karthala, coll, Histoire, monde et cultures religieuses, no 28.

Bourdieu, Pierre, 1971, « Genèse et structure du champ religieux », in Revue française de sociologie, p. 295-334.

Bourdieu, Pierre, 1971, « Une interprétation de la théorie de la religion selon Max Weber », in Les archives européennes de la sociologie, p. 2-31.

Donegani, Jean-Marie, 1979, « Itinéraire politique et cheminement religieux. L’exemple de catholiques militant au Parti socialiste », in Revue française de science politique, p. 693-738.

Elshobaki, Amr, 2009, Les Frères musulmans des origines à nos jours, Paris, Karthala.

Fillieule, Olivier, (dir.), 2005, Le désengagement militant, Paris, Belin.

Fillieule, Olivier et Mayer, Nonna, 2001, « Introduction », in Revue française de science politique, Devenir militants, 51 no 1-2.

Fretel, Julien, 2004, « Quand les catholiques vont au parti. De la constitution d’une illusion paradoxale et du passage à l’acte chez les “militants” de l’UDF », Actes de la recherche en sciences sociales, p. 76-89.

Hawwa, Saïd, 1984, Introduction à la da’wa des Frères musulmans, Wahba, Le Caire.

Hervieu-Léger, Danièle, 2000, « Le pèlerin et le converti, la religion en mouvement », in Revue française de sociologie. p. 395-398.

Imâra, Mohamed, 2002, Al-Mashrou’Al-hadhâri fi fikr Hassan AlBanna, Al-Nashr Al-islâmiyya, Égypte.

Janjar, Mohamed-Sghir, 2013, « Prosélytisme et/ou da’wa. Réflexions sur le cas de l’islam », Paris, Karthala, coll, Histoire, monde et cultures religieuses, no 28.

Lagroye, Jacques (dir.), 2003, La politisation, Paris, Belin, « Socio-histoires », p. 123-146.

Le Gall, Laurent, Offerlé, Michel et Ploux, François (dir.), 2012, La politique sans en avoir l’air. Aspects de la politique informelle, xixe- xxie siècle, Rennes.

Maréchal, Brigitte, 2009, Les Frères Musulmans en Europe : Racines et discours, Presse Universitaire de France, Paris.

Pagis, Julie, 2010, « La politisation d’engagements religieux », in Revue française de science politique, vol. 60.

Ridâ, Rashîd, 1923, Al-khilâfa aw al-imâma al uzmâ, Al Manâr, Le Caire.

Sawicki, Frédéric et Siméant, Johanna, 2009, « Décloisonner la sociologie de l’engagement militant. Note critique sur quelques tendances récentes des travaux français », Sociologie du travail, 51, janvier-mars, p. 97-125.

Siméant, Johanna, 2/2009 « Socialisation catholique et biens de salut dans quatre ONG humanitaires françaises », Le Mouvement Social, no 22, p. 101-122.

Suárez, Hugo-José, 2004, « Un mystique de la politique. Note de recherche : Sur l’engagement de prêtres-ouvriers dans la guérilla révolutionnaire en Bolivie », Actes de la recherche en science sociale.

Notes

1 Pour analyser ces différentes acceptions de la da’wa, pensée comme appel ou le religieux et le politique paraissent imbriqués, ce texte s’appuie sur des données empiriques recueillies dans le cadre d’une thèse.

2 Extrait des lettres de Hassan Al-Banna au 5e congrès des Frères musulmans ; 1986, Majmu’at rasâl alimâm Hassan al-Banna, Le Caire, Dâr al-shiâb.

3 Le vocable Al-Gamâ’a peut être traduit par le mot « groupe ». Bien que la traduction soit loin de rendre compte des nuances sémantiques du mot en arabe, elle en est la plus proche, c’est pourquoi j’opte pour l’emploi de cette terminologie.

4 Hassan Al-Banna est né en 1906 dans le village d’Al-Mahmûdiyya dans la province égyptienne d’al-Buhayra à l’ouest d’Alexandrie. Instituteur de formation, il exerce le métier d’enseignant dans la fonction publique. Il reçoit une éducation religieuse de tradition Azharite de son père. Il est assassiné en 1949. Pour comprendre l’historiographie des Frères musulmans en Égypte et le rôle de Hassan al-Banna dans la formation du mouvement, cf. les travaux de Olivier Carré et Gérard Michaud, 1983, Les Frères musulmans (1928-1982), coll. Archives, Gallimard, Paris ; Maréchal Brigitte, 2009, Les Frères Musulmans en Europe : Racines et discours, PUF, coll. Proche Orient, Paris.

5 Le mot khalifa (kḫalīfa) en arabe signifie « successeur ». C’est un titre porté par les personnes qui ont succédé au Prophète Mohammed qui était, à sa mort en 632, à la tête de la « Oumma », la communauté des musulmans. Les califes réunissaient le pouvoir temporel et le pouvoir spirituel. Le porteur du titre a pour rôle de garder l’unité de l’islam et tous les musulmans lui doivent obéissance : c’est le dirigeant de la « Oumma ». Il porte aussi le titre de commandeur des croyants « Amīr al-Mu’minīn ».

6 Rashîd Ridâ (1925-1935). D’une façon générale, Ridâ dénonce chez les nouvelles élites intellectuelles égyptiennes la fascination, sans distance et sans perspective historique pour le modèle européen reproduit servilement par les Turcs. Selon lui, le renouveau doit préserver la personnalité autochtone (tajdîd istiqlâlî), au lieu de se traduire par le suivisme, l’emprunt et la reproduction aveugles des modes de pensée étrangers (taqlîdî).

7 Ibid.

8 La Gamâ’a est dissoute pour la première fois après la découverte par les autorités égyptiennes d’une section activiste formée pour participer à la guère israélo-palestinienne de 1948.

9 Dictionnaire encyclopédique de langue arabe Lisân al-arab.

10 C’est une jurisprudence qui se fonde sur le Coran, la sunna (la tradition prophétique) et la littérature théologique. Elle est enseignée dans les universités et les écoles religieuses comme une discipline à part entière.

11 Abd al-Rahim Tahân, Shrut al-taklif bitawhid, il s’agit ici d’une série de conférences sur ce thème qui sont publiées sur son site internet.

12 Sourate Saba’ verset XXVII.

13 Le Prophète Mohamed est considéré comme le dernier des prophètes dont il s’agit de perpétuer la tradition.

14 Le choix de cette définition a été formulé à partir d’observations sur le terrain et d’une lecture de la littérature frériste.

15 Cette notion désigne la relation qui se noue entre militants, puis entre le militant et la Gamâ’a et enfin la relation du militant avec les autres groupes religieux.

16 Al-Oussra, « la cellule » est le premier échelon dans l’organigramme de la Gamâ’a. Elle est composée de cinq à six personnes maximum sous la tutelle d’un responsable. Lors des séances, hommes et femmes sont séparés. Chaque séance porte sur un thème précis et les manuels d’éducation prévus à cet effet sont discutés lors de séances hebdomadaires.

17 Entretien à Gizah, le 15 janvier 2012.

18 Entretien à Nasr City, 30 décembre 2011.

19 C’est seulement à partir de l’an 2000 que les Frères musulmans commencent à être visibles dans l’espace public, après leur intégration dans le jeu politique. En effet, ils obtiennent lors des élections législatives de cette même année, 17 sièges au Parlement.

20 Note d’un terrain effectué les 17, 18 et 19 novembre 2011.

21 Journal de bord 2011-2012, le Caire.

22 Après la création du parti politique Justice et Liberté, la question de la séparation entre da’wa et politique chez les Frères musulmans a commencé à faire débat

23 Journal de bord 2013-2014, le Caire.

24 Entretien avec Ahmed.

25 Tous les militants qui ont participé à l’événement, ou en ont soutenu l’idée ont été soumis à une enquête interne, ce qui a conduit à l’exclusion d’une grande partie d’entre eux.

26 Entretien au Caire, le 3 janvier 2012.

27 Il faut reconnaître au groupe des Frères musulmans un aspect polymorphe, ce qui nous offre plusieurs possibilités d’approche.

© CNRS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search