Desktop versionMobile Version

Prosélytismes

 | 
Fatiha Kaouès
, 
Myriam Laakili

Partie III. L’islam : une foi conquérante ?

Des prosélytes connectés ?

Le cas des combattants étrangers en Syrie

Loïc Le Pape

Volltext

Introduction

1La présence de combattants volontaires étrangers dans une zone de guerre n’est pas en soi, une nouveauté. Des précédents célèbres existent qui ont suscité maintes analyses, et qui ont été fortement médiatisés, comme lors de la guerre d’Espagne entre 1936 et 1939 (Prezioso, Batou, Rapin, 2008 ; Eby, 2007). Force est de constater que les combattants volontaires et les mercenaires ayant rejoint la guerre en Syrie ont fait couler beaucoup d’encre jusqu’à devenir un problème pour les populations qu’ils prétendent vouloir aider (ou délivrer) et pour les pouvoirs publics des pays d’origine, suscitant même des projets d’action publique spécifiques : la déradicalisation.

2L’ampleur de la stupéfaction et des commentaires exprimés tient sans doute à la particularité de ces engagements volontaires : les jeunes hommes et femmes qui s’engagent aux côtés de groupes extrémistes religieux, ont connu des basculements ou des conversions quasi-sectaires, et prônent une violence multiforme renforcée par la circulation des images de ses effets (décapitations, amputations, lapidations, crucifixions etc.) visant à établir un État islamique. La force de ces images, largement relayées par des utilisateurs des médias sociaux, aurait tendance à renforcer les vocations et déciderait d’autres jeunes à aller en Syrie pour se transformer en combattant. Plus encore, ces témoignages en direct de la guerre présenteraient une réalité faussée tout en étant un puissant vecteur de prosélytisme.

3En définissant le prosélytisme comme un « effort déployé en vue de susciter l’adhésion de nouveaux adeptes à sa foi » (selon Myriam Laakili et Fatiha Kaouès), il faudrait alors lire les témoignages numériques de ces combattants volontaires comme autant d’efforts ou d’incitations à montrer un quotidien de guerre sous un aspect enjolivé, de façon à susciter l’envie auprès d’autres militants radicaux de les soutenir ou de les rejoindre. Cela suppose que le témoignage via les réseaux sociaux soit une mise en scène de soi, réalisée spécifiquement dans le but de susciter soutiens et adhésions. L’hypothèse développée dans cet article cantonne les usages numériques individuels sur un champ de bataille au rôle de témoignage purement individuel. Je soutiens qu’il n’y a pas, a priori, d’effort de prosélytisme dans les témoignages personnels, la mise en scène de soi étant un indiscutable de l’usage des réseaux sociaux. En revanche, le prosélytisme est omniprésent dans la structure de communication collective de ces combattants. Dit autrement, ce ne sont pas les témoignages des combattants occidentaux qui représentent l’effort de prosélytisme, ce sont les usages qui sont fait de ces témoignages par des structures plus institutionnalisées, plus expérimentées et bien plus armées politiquement.

4C’est essentiellement au sein de deux groupes islamistes (Jabhat al Nusra – JN –, affilié à Al-Qaeda et l’État Islamique – EI – devenu indépendant) que des combattants étrangers sont venus clandestinement s’engager et qu’ils témoignent de leurs engagements via les réseaux sociaux. Ces hommes dans leur grande majorité, plutôt jeunes, utilisent notamment Facebook, Twitter, Tumblr, Ask ou Instagram, en jouant de leur anonymat et en déjouant les menaces de fermeture des comptes. L’objet de la réflexion conduite dans cet article sera d’interroger la façon dont ces témoignages sont produits (et reçus), et de discuter à partir de ceux-ci la notion de prosélytisme.

  • 1 Les dénominations varient au fil du temps. L’État islamique, que nous évoquerons, s’est auparavant (...)

5En préambule, il faut rappeler que la Syrie est en guerre depuis 2011, et voit plusieurs groupes affronter l’armée « régulière » de Bachar Al Assad. Une première phase (2011-mi 2012) a vu l’affrontement entre d’un côté l’armée syrienne loyaliste et de l’autre l’ASL (Armée syrienne libre), un des premiers acteurs de la contestation, dont la grande partie est composée de citoyens, de soldats et de cadres ayant fait défection. Depuis fin 2012, aux côtés de l’ASL marginalisée, se sont reconfigurés des groupes combattants à l’idéologie politico-religieuse plus affirmée, des groupes islamistes, dont le premier a été le Front Islamique, regroupement de plusieurs brigades de combattants syriens ; ce fut la principale force islamiste de la contestation de Bachar Al Assad (Pierret, 2014). Depuis mi-2013 deux autres groupes prennent de l’importance : Jabhat al Nusra (littéralement le Front de la victoire, qui est une « filière » d’Al Qaïda œuvrant en Syrie) et l’État islamique1. Ce dernier ensemble sera au centre de nos analyses. Historiquement, il provient de l’Irak voisin et s’est s’installé en Syrie, avec succès, depuis 2013. Romain Caillet (2013) distingue deux générations de combattants au sein de JN et de l’EI : JN serait un groupe combattant composé davantage d’anciens Moudjahidines, de combattants en Afghanistan, de « vétérans » de l’engagement islamiste radical, fortement inspiré des méthodes de combat d’Al-Qaeda en Irak et dans la péninsule arabique. L’EI serait plutôt composé de combattants ayant fait leurs armes en Irak dans la lutte contre la coalition internationale (2003-2011) et contre le gouvernement irakien depuis. Les combattants de l’EI seraient plus jeunes, plus violents, et disposeraient de bien meilleures capacités de communication. Surtout l’EI a tranché définitivement une question de fond des mobilisations islamistes radicales, déjà soulevée par Olivier Roy (1999), celle de la tension entre le combat contre des États jugés impies et la perspective de l’établissement d’un « État islamique ». Ils œuvrent à la réalisation d’un État qui est en cours (un État aux frontières incertaines, sous l’autorité d’un calife, disposant d’administrations embryonnaires, comme dans la ville de Raqqa en Syrie) et s’opposent ainsi aux autres groupes combattant le régime historique de Bachar Al-Assad.

  • 2 Si les chiffres sont un enjeu, on reprendra les estimations de Richard Barrett (2014) qui comptabil (...)

6Le nombre de combattants étrangers présents sur le sol syrien fait l’objet de savantes discussions qui n’intéressent en rien notre démarche. Notons simplement que les chiffres sont un enjeu politique à la fois pour les groupes qui accueillent (le recrutement de forces militaires) et pour les pays de provenance des jihadistes qui ne peuvent interdire à des jeunes de partir se battre pour ce qu’ils avancent comme des idéaux. Notons également que les flux ont été importants, que les entrées et sorties du territoire syrien ont été fréquentes, et que c’est par la Turquie que la majorité de ces combattants a transité, avant d’entrer clandestinement en Syrie2.

7Cet article se divise en trois parties. Tout d’abord, une réflexion méthodologique sera avancée afin de clarifier la démarche expérimentale qui prévaut ici. Nous verrons ensuite que les pratiques numériques des combattants jihadistes ne sont qu’individuelles et comment elles obéissent à une mise en scène de soi normée. Enfin nous verrons la façon dont ces témoignages sont repris, utilisés et mis en scène dans un but clairement prosélyte.

L’observation des pratiques numériques : enjeux méthodologiques

8L’usage des réseaux sociaux par les combattants, et notamment par de jeunes volontaires occidentaux, ne cesse d’interroger sur la puissance médiatique de groupes extrémistes et sur les compétences numériques des combattants. Nous allons voir dans ce premier point comment, dans une démarche ethnologique, il est possible d’observer des pratiques numériques.

9Le nœud méthodologique qui sous-tend cet article consiste à travailler sur des informations rendues publiques sur Internet via des réseaux sociaux, à partir de comptes personnels difficilement identifiables, et qui deviennent très rapidement des comptes anonymes et temporaires. Les jihadistes étrangers sont sous la surveillance des agences de renseignement de leurs pays respectifs et leurs usages des réseaux sociaux s’effectuent en satisfaisant à la fois une identification aisée par leurs proches ou leurs soutiens et un anonymat relatif de façon à ne pas voir son compte fermé rapidement. Cette problématique de recherche soulève plusieurs questions méthodologiques : les informations publiées sont-elles publiques, et jusqu’à quel point ? Est-il possible de travailler sur des comptes et des diffuseurs anonymes ? Enfin, comment prendre en considération l’aspect temporaire du témoignage ?

  • 3 Le texte complet de la décision de la Cour de Cassation est disponible à cette adresse : https://ww (...)

10La question de la publicité et du caractère public des publications sur Facebook semble avoir été tranchée par le droit, au moins en France : dans un arrêt du 10 avril 2014, la cour de Cassation estime que les publications sur les réseaux sociaux ne s’apparentent pas à des propos tenus en public (Cour de Cassation, CIV 1, 10-04-2014, no 3443). Il n’est donc pas possible de tenir pour publiques et réutilisables sans précautions de telles données. La question de leur usage par les praticiens des sciences sociales est donc sujette à une autre question, d’ordre éthique : est-il possible de réutiliser des données privées à des fins de recherche, et si oui, comment en rendre compte ? Je conçois une « exceptionnalité académique » qui autorise à utiliser des données existantes sous un statut juridique qui nous interdit en principe de les utiliser. Notre métier d’observateurs de la société, et bien souvent de l’observation de ses marges requiert, lorsque les cadres juridiques sont flous et non-appropriés, une démarche expérimentale et parfois transgressive. En l’occurrence j’utiliserai à des fins académiques les publications des jihadistes étrangers en Syrie parce qu’ils étaient « mes amis » sur Facebook, ou parce qu’ils partageaient leur quotidien sur Twitter.

11Un deuxième obstacle méthodologique réside dans l’anonymat des comptes Facebook et Twitter. Là encore, la question n’est pas tranchée et les observateurs sont tributaires du verrouillage progressif de la communication. Les comptes ne sont cependant pas si anonymes que cela. Les observateurs avertis savent identifier les titulaires de certains comptes, à la fois par le contenu de leurs publications (langue dans laquelle ils s’expriment, photos ou vidéos postées, etc.) et par l’importance du pseudonyme retenu (qui correspond, peu ou prou, à leur nom de guerre). J’ai pour ma part authentifié (noms, régions d’origine et lieux où ils se trouvaient en Syrie) une dizaine de comptes Twitter et Facebook, sans pour autant renoncer à l’exploitation des autres comptes.

  • 4 J’ai par exemple beaucoup travaillé à partir d’une liste de comptes Twitter établie par un étudiant (...)

12Enfin, une dernière question d’ordre méthodologique porte sur la fermeture des comptes étudiés. Je dois pour cela confesser une démarche méthodologique expérimentale. En effet, j’ai travaillé sur un corpus d’environ trente comptes Facebook et également sur cinquante-quatre comptes twitter. Mais entre le travail « de terrain » (l’observation quotidienne de ces publications) et la rédaction de l’article (soit six mois) tous les comptes ont été fermés, les accès définitivement perdus et très peu ont été ré-ouverts sous d’autres pseudonymes. Cela implique que toutes les informations, illustrations, photos etc. ont été extraites de comptes qui n’existent plus. Cet article est donc au moins sur ce point « infalsifiable » au sens poppérien, car l’existence même du témoignage n’existe plus4. De plus, à partir de l’été 2014 une première réflexion politique des pays occidentaux a été menée pour limiter le départ de jeunes combattants et freiner l’expansion de l’EI. Des milliers de comptes ont été fermés et leurs réouvertures compliquées par les principaux réseaux sociaux. Enfin, les grandes entreprises que sont Twitter et Facebook n’autorisent pas facilement la collecte de données, qu’ils considèrent comme leur appartenant et qui fait leur force économique. Le travail d’observation des réseaux sociaux jihadistes est donc devenu beaucoup plus compliqué depuis 2014.

13J’ai donc dû, dans cet article, prendre quelques libertés avec la méthodologie canonique, sur deux points précis. En premier lieu, en ne disposant pas d’un corpus numérique clair, circonscrit, archivé et consultable et potentiellement réutilisable. Je n’ai aucune certitude sur l’identité des combattants, sur la véracité de ce qu’ils disent, et je ne peux pas rendre publique la liste des « amis » Facebook sur lesquels j’ai travaillé. Plus encore, en utilisant Twitter, j’ai pris le parti de travailler publiquement mais c’est peut-être à cause de moi que certains comptes ont été fermés. Dans une curieuse analogie entre leur vie et leur utilisation des réseaux sociaux, les combattants étrangers sont soumis au précaire, au risque et à la censure permanente. En second lieu, je ne respecte pas totalement les règles juridiques qui s’appliquent lorsqu’on travaille sur des sources numériques : citer, démontrer, respecter le droit d’auteur. Je n’ai l’autorisation de personne pour réutiliser, comme je le fait, des images des combattants, mais je me l’autorise au nom de la liberté académique, de la dimension intrinsèque du témoignage dans les usages des réseaux sociaux et parce qu’il n’y a pas, et n’y aura pas d’utilisation commerciale des données utilisées.

14Les réseaux sociaux qui sont privilégiés dans cet article sont Facebook et Twitter et le corpus est entièrement masculin. Il est important de noter que les jihadistes étrangers présents en Syrie et en Irak utilisent de nombreux autres sites de réseaux sociaux : les plus jeunes utilisent notamment Ask. fm, qui consiste à poser des questions à des individus que l’on suit, et qui y répondent, ou Tumblr, qui est un site de partage rapide de photos et de commentaires. L’utilisation de Tumblr est intuitive et facilite la publication, le partage et les commentaires. Accessible à tous, très utilisé dans le monde, il est donc assez facile pour les combattants de poster des vidéos ou des photos et de passer à travers les mailles du filet des censures. Cela permet également de partager différemment de Facebook ou twitter. Enfin, les combattants étrangers utilisent également Instagram, qui permet de poster des photos, et surtout de les retoucher. C’est une application qui s’installe sur les téléphones, très répandue en Europe et aux États-Unis et qui est très utilisée pour l’échange de photos destinées à témoigner de son quotidien.

Quelles pratiques numériques des combattants radicaux ?

  • 5 Une seconde hypothèse non vérifiée tente de caractériser ces usages comme « continuistes » car ils (...)

15Quels sont les usages des réseaux sociaux des combattants étrangers et comment s’en servent-ils ? L’hypothèse soutenue ici est que ces usages ne correspondent pas prioritairement à un but ouvert de prosélytisme. Ils correspondent plutôt à une « habitude d’usage », celle d’exposer une partie (et une partie seulement) de sa vie à destination d’un groupe de personnes choisies (les followers pour Twitter, les amis pour Facebook5).

16L’un des points essentiels de l’analyse des réseaux sociaux est de supposer qu’on y parle de soi, mais en choisissant de quoi on parle et le moment où on le fait. Il faut, dans le cas de la guerre syrienne, supposer une discontinuité d’usage : les témoignages arrivent seulement lors des temps calmes, lorsqu’un réseau est disponible, lorsqu’on y pense ou lorsqu’on le peut. Peuvent alors être postés des images, des récits, des commentaires qui ne reflètent pas forcément l’immédiateté de l’évènement. Il y a l’exposition de soi qui compte, mais également le choix et le moment de cette exposition. Nous allons voir que celle-ci est assez vaste (2.1.). Nous verrons également les tendances les plus visibles de l’exposition de soi (2.2).

Trois types de communication personnelle

17J’ai identifié dans l’observation des publications sur les réseaux sociaux trois grands usages des réseaux sociaux : la communication avec les proches, le témoignage personnel (que j’appellerai aussi la publicisation de soi) et l’inscription de soi dans une dimension plus vaste, dans une communauté locale (en Syrie) et internationale (le jihadisme).

18La communication avec les proches (famille, amis, parfois avocats) est un usage des réseaux sociaux qui nous échappe totalement, mais dont on sait qu’il existe, par les témoignages des combattants comme de leurs proches. Même en Syrie, dans une zone de combats, les contacts entre la famille et le combattant volontaire sont possibles via le classique réseau téléphonique et via internet. Ces échanges sont essentiellement téléphoniques (et surtout l’échange de SMS). Cependant, dans l’éventail des pratiques numériques, beaucoup de jihadistes utilisent le logiciel Skype (ou un équivalent) pour échanger avec leurs familles et amis. L’avantage de Skype est de mettre à disposition la fonction d’échange instantané en visioconférence, ce qui est important pour les familles. En effet, voir le proche, le voir transformé physiquement mais vivant, peut-être souriant, apparaît comme un élément auquel les familles peuvent se raccrocher. Si l’usage des téléphones et de Skype est attesté par les familles et aussi par les journalistes qui réalisent de nombreux entretiens ainsi (Thomson, 2014) on peut supposer qu’il existe également nombre de conversations qui se tiennent en Tchat (communication instantanée écrite) soit sur des logiciels spécifiques (Skype, MSN, Pidgin) ou sur des forums publics. Il faut également inclure dans ces usages des réseaux sociaux les communications interpersonnelles entre combattants, par exemple, lorsqu’ils sont situés dans différentes villes syriennes ou irakiennes.

19La seconde dimension est celle du témoignage, celle de la publicisation de soi. C’est ici le cœur de l’hypothèse de recherche : dans cette dimension, le combattant parle de lui comme il l’a peut-être toujours fait auparavant. Il met en avant la vie au quotidien, sa place dans un dispositif accueillant, pour donner à voir le maximum de son environnement immédiat. Là encore, nous sommes dans une communication plutôt personnelle, à destination des amis Facebook ou des followers sur Twitter. Plus large que la communication avec les proches, la publicisation de soi est la modalité la plus aisée du partage par les réseaux sociaux. Donner des nouvelles, parler de son quotidien, discuter si on a le temps, bref, c’est une mise en scène de la vie quotidienne destinée à montrer, in fine, que le combattant est toujours vivant. Cette façon de se dévoiler est plurielle, fonction des projets de chacun des combattants et vise une reconnaissance : « les formes de reconnaissance recherchées sont particulièrement diversifiées, dans la mesure où elles sont en lien avec la structure des identités des individus et des facettes de leur personnalité qu’ils exposent. Il s’agit là, non pas d’expérimentations identitaires, mais de dévoilements organisés de ce que les individus estiment être leur(s) identité(s) per se ou leur subjectivité, qu’ils cherchent à faire adouber et faire ainsi l’expérience de leur liberté à exprimer leurs singularités » (Granjon et Denouël, 2010). L’observation de ces mises en scène de soi montre des moments calmes – on peut y déceler l’attente du combat lorsqu’ils posent avec leurs armes – ou des moments plus divertissants, entre combattants ou avec des interactions avec la population syrienne. Ce qui est fondamentalement montré c’est un quotidien hors des combats avec ses joies, sa fraternité, ses images insolites, ses clins d’œil, au gré des mouvements de leurs unités ou brigades.

20Enfin, la troisième dimension de l’usage est l’inscription du combattant dans une dimension plus vaste. J’appelle cette dimension l’islamismité qu’on pourrait définir comme le caractère intrinsèque d’un éthos islamiste, dont le but est de montrer son appartenance à la communauté de l’islamisme radical. Cette exposition de soi est destinée à un public plus large que celui des connaissances et des soutiens. Elle vise à inscrire l’individu dans une appartenance politico-religieuse revendiquée, la communauté de l’islamisme radical (Étienne, 1987) et agit comme une prise de position politique visant à situer l’individu dans un espace de revendications. Cette inscription de soi s’opère dans un double mouvement : en partant du local et en montrant une appartenance internationale. Le niveau local (les zones d’attente et de combat) est mentionné dans les commentaires de l’actualité du terrain (les groupes qui s’affrontent, les lieux des combats, les encouragements aux autres jihadistes) et dans le partage de nouvelles (les commentaires des photos des morts, l’invocation de formules générales). L’inscription dans le niveau général s’opère en partageant des avis juridiques (fatwas), des mots d’ordre, des photos de combattants anonymes mis en scène ou des animations (drapeaux qui flottent au vent, bannières islamistes, photomontages politiques, etc.).

21Ces trois dimensions de l’exposition de soi obéissent à des types de partage qui varient en fonction de ce qu’on veut signifier. Nous allons voir quelles en sont les normes principales à partir d’exemples précis.

Du selfie au chevalier. Les règles de l’exposition de soi

22Je propose ici une analyse de contenu appliquée aux trois dimensions évoquées ci-dessus : les « données » partagées (photos, images animées et vidéos pour l’essentiel) sont de types différents en fonction des trois niveaux de témoignages, et tendent progressivement vers l’anonymat. Plus les jihadistes sont dans l’évocation du quotidien, dans le témoignage individuel, plus l’individu y est représenté, la forme ultime étant le selfie (autoportrait photo) représentant la mise en scène de soi par soi. Inversement, plus les combattants s’inscrivent dans la communauté de l’islamisme radical, dans l’islamismité, moins l’individu y est représenté : c’est le règne des bannières et des chevaliers mis en scène.

23La première façon de partager des choses de sa vie, à destination des proches ou des connaissances est de partager des informations sur les activités centrales du quotidien : ce qu’on fait, ce qu’on mange, où l’on dort, etc. J’ai identifié ces trois thèmes le corps / la nourriture / le sommeil (qui ne sont finalement que la traduction des fonctions vitales nécessaires à l’homme) en opérant une veille durant plusieurs mois sur les profils de nombreux jihadistes.

24Le premier degré de la communication de soi à destination des proches est le selfie, c’est-à-dire une photo prise par soi-même, se mettant en scène. En guise de témoignage, nous allons étudier quelques clichés postés sur Facebook et Twitter par Abu Abdallah Guitone dit aussi Abu Tamima, un jihadiste français originaire de la région grenobloise (décédé au combat en juillet 2014). Très connu et suivi sur les réseaux sociaux, il a été une icône numérique en partageant son quotidien et en commentant abondamment ses propres publications. Il a également tourné de nombreuses vidéos à but clairement prosélyte (nous y reviendrons dans la dernière partie).

25Dans la première image, il se représente assis sur une chaise, les pieds posés négligemment sur le drapeau officiel syrien, montrant ainsi sa défiance envers Bachar Al Assad. Il montre également son engagement militaire en mettant en scène son gilet pare-balles et un pistolet. Ses chaussures et son allure décontractée témoignent de la tranquillité apparente du moment. Pourtant son pantalon d’inspiration militaire et la mise en scène des armes semblent indiquer que le combat n’est pas loin. Peut-être un poste de contrôle ou de garde. L’uniforme volontairement imparfait souligne un non-conformisme mis en scène.

  • 6 La symbolique de l’index levé n’est pas spécifique à l’EI ou à JN. Romain Caillet explique dans une (...)

26Sur la deuxième photo postée sur son compte Twitter, Guitone (à droite) pause avec un combattant français blessé au combat. La photo semble être prise par lui-même (selfie) et illustre cette dimension centrale du corps, de l’importance d’être vivant, si possible en bonne santé ; en cas de blessure, il est bien d’être entouré de ses amis et pour les valides, de s’occuper de ses amis combattants. Les deux hommes posent souriants, complices, l’un adossé à l’épaule de l’autre, index levé en signe d’allégeance6.

2. Abu Abdallah Guitone et un combattant blessé.

27Sur les troisième et quatrième photos, postées sur son compte Facebook (lui aussi fermé), Guitone met en scène des moments de repos où il montre qu’il prend le temps de s’octroyer des pauses gourmandes. Que ce soit en mangeant du chocolat (photo 3, probablement importé ou apporté par un autre jihadiste) ou en partageant un thé avec d’autres combattants (photo 4), cette présence de produits « occidentaux », des signes culturels d’un monde confortable, hors de la guerre, des icônes, tel le chocolat Milka, qui rattachent le djihadiste à son public, entretient une sorte de connivence, d’univers partagé. Il faut également noter la présence quasi systématique des armes et une pratique du cadrage qui cherche à dissimuler le contexte précis de la prise de vue : la rue sur laquelle donne le balcon où il est assis, le visage d’autres combattants qui partagent le thé. Nous verrons plus loin que cette aptitude à (se) montrer tout en (se) cachant l’essentiel a progressivement été apprise par les jihadistes, afin de ne pas être repérés.

3. Abu Abdallah Guitone – pause gourmande.

4. Abu Abdallah Guitone – Thé partagé entre combattants.

28Le deuxième degré de partage d’un quotidien dans un pays en guerre est la mise en scène du « autour de soi » : de ce que les jihadistes partagent avec les habitants des régions où ils se trouvent, des bâtiments ou des paysages (parfois difficiles à partager pour éviter leur localisation), et des relations avec les autres. Dans ce cas il s’agit pour eux de témoigner de leur aisance là où ils sont ou de montrer qu’ils sont bien accueillis par la population locale (ce qui n’est pas toujours le cas…).

29Dans cette photo-composition assez fouillée, Guitone se met en scène dans ce qu’il dit être son bureau. Les attributs classiques des jihadistes sont mis en avant : le drapeau, les armes, nombreuses (grenades, chargeurs, pistolets et fusil d’assaut), un sac à dos de combat. Dans cette photo Guitone instille également plusieurs références à son parcours personnel, notamment des graffitis (posé sur le bureau, et sous forme de post-il collés au volet), qu’il s’amusait souvent à dessiner sur les murs des maisons qu’il occupait. Enfin des références politiques également, avec une première allusion à l’ancien président français Nicolas Sarkozy, férocement parodié par le slogan « la Dawlat [l’État Islamique], tu l’aimes ou tu la quittes » (en écho à une phrase controversée prononcée en 2006, « la France, tu l’aimes ou tu la quittes ») et un dessin insolite d’une tour Eiffel cassée, à l’image des tours du World Trade Center de New-York.

5. Abu Abdallah Guitone – le bureau.

30D’autres photos mettent en scène les jihadistes avec les Syriens qu’ils côtoient. C’est le cas de Ylmaz (connu aussi sous le nom de Israfil Bin Aslan) et reconnu par son pseudo de Chechclear, qui poste beaucoup de photos sur un Tumblr (voir cette sauvegarde en date de décembre 2014 : https://web.archive.org/web/20141210095438/http://chechclear.tumblr.com/​). C’est un des premiers jihadistes à avoir photographié et posté des chats, souvent lovés contre lui ou contre ses armes. Il a, sans le vouloir, lancé la mode des « chats du Jihad » (#catsofJihad est un hastag récurrent de Twitter), successions de photos de chats assoupis dans les bras ou lovés contre les combattants jihadistes. Dans la photo 6, Chechclear met en scène un groupe d’enfants qu’il situe à Alep. Comme à l’habitude, la photo est posée, les petits devant et les grands derrière, souriants, levant le doigt signifiant à la fois la soumission à Dieu et l’allégeance à l’EI.

6. Chechclear – Enfants d’Alep.

31Enfin le troisième degré dans la norme du parler de soi, vise à s’inscrire dans une communauté plus vaste que celle qui entoure immédiatement les combattants. C’est l’islamismité, le fait de s’attacher au mouvement international de l’islamisme, dont l’EI est en train de redéfinir les codes. Pour ce faire les combattants étrangers partagent des images anonymes, souvent guerrières et politiques, tout comme des bannières de drapeaux, des images animées qui font appel à tout un imaginaire guerrier. Cette dimension si elle est moins personnelle et plus abstraite est aussi celle des « faiseurs d’images », amateurs et professionnels qui truquent, détournent et inventent anonymement des images dont le succès se mesure au nombre de partages sur les réseaux sociaux.

32Les photos 7 et 8, partagées par plusieurs jihadistes sur Twitter, illustrent bien l’islamismité, le caractère de ce qui est islamiste radical. Ces photos sont des bannières, des étendards qu’Abdelassiem El Difraoui (2013) identifie comme un élément central de la communication d’Al Qaeda depuis les années 1990. La photo 7 est le drapeau utilisé par le groupe JN tandis que la no 8 montre un combattant portant le drapeau dit du Tawheed, utilisé entre autres par l’EI. Dans les deux photos transparaissent un imaginaire guerrier, un espoir de conquête militaire, que ce soit par la hampe brillante (photo 7) ou la marche déterminée du soldat (photo 8).

7. Drapeau utilisé par Jabhat Al Nusra.

8. Capture d’une bannière animée. Un combattant anonyme brandit le drapeau utilisé par l’État islamique.

33Dernière illustration, beaucoup plus politique, la photo no 9 est à la fois un grossier photomontage et une puissante illustration de l’imaginaire guerrier de l’EI. Elle représente un combattant vu de dos, armé et à l’air serein. Il est au bord de la mer, au sec sur le sable et l’on voit des vagues qui moussent, signe d’une mer agitée. Le combattant représenté n’est pas effrayé par un monstre qui le menace, gueule ouverte et crocs menaçants, allégorie facile des ennemis des jihadistes, identifiés par leurs drapeaux : Israël, États-Unis, Arabie-Saoudite, etc. Le ciel nuageux que viennent balayer quelques rayons d’un soleil couchant achève de donner à l’ensemble une tonalité apocalyptique. Ce photomontage, qui a eu beaucoup de succès dans les réseaux sociaux jihadistes, est à la limite des genres : il est souvent partagé car les ennemis sont clairement identifiés et pose les combattants comme un ultime rempart. Cependant il est aussi signé d’une agence média dont le but est de présenter l’EI comme une organisation puissante, ordonnée et venant sauver l’honneur des musulmans. Largement partagée, cette image est devenue un élément de la communication de l’EI plus que des individus qui composent l’organisation.

9. L’imaginaire guerrier de l’État islamique.

34On a vu dans cette partie que l’exposition de soi via les réseaux sociaux était stéréotypée, et accordait une plus grande attention aux modalités du partage et du témoignage que du prosélytisme strictement dit. On a vu également le lien entre témoignage du quotidien où l’individu est omniprésent et les manifestes d’appartenance à l’islamismité où il s’efface au profit de photomontages anonymes. L’ensemble de ces observations pose la question des contours flous du prosélytisme, puisque ces témoignages personnels, où les individus se mettent en scène, n’ont pas pour objectif premier de rallier à leur cause. Pour autant, la dimension prosélyte n’est jamais totalement absente. Nous allons voir que ce sont les usages pluriels qui sont faits de ces témoignages qui s’apparentent davantage à du prosélytisme.

Du témoignage au prosélytisme

35Après avoir caractérisé les usages des réseaux sociaux par les combattants étrangers après leur arrivée en Syrie, l’idée qui structure cette dernière partie est de soutenir que ce sont les usages de ces pratiques numériques qui en révèlent la dimension prosélyte, ou qui, selon les cas, les transforment en actes prosélytes. Deux dimensions se superposent dans ce processus : la logique interne des réseaux sociaux qui implique une circulation accélérée de l’information et l’encapsulation de ces témoignages individuels dans une logique de communication plus globale, à l’échelle d’un quasi-État.

Le prosélytisme des retweets

36Les observateurs attentifs de la production des jihadistes sur les réseaux sociaux (la « jihadosphère ») sont de plusieurs ordres. Il y a tout d’abord des personnes très concernées émotionnellement telles que les familles, les amis ou les proches des combattants étrangers. Il y a ensuite des sympathisants et des soutiens, qui partagent la cause et l’engagement et qui s’informent des opérations en cours ou vivent à travers ces témoignages un engagement qu’ils ne peuvent honorer, pour des raisons multiples. On trouve également des institutions spécialisées dans l’observation des radicalités ainsi que des chercheurs et spécialistes du jihad, qui trouvent eux aussi beaucoup d’informations de première main. On peut légitimement supposer que des membres des services spéciaux et des agences de renseignements sont aussi à l’affût d’informations permettant identifications et localisations. Il y a d’ailleurs un jeu avec les services secrets de la part des jihadistes, par des photos ou des commentaires postés explicitement pour désinformer ou brouiller des pistes, pour menacer ou narguer. Enfin les journalistes sont un groupe très important de l’observation des pratiques numériques des jihadistes.

  • 7 J’ai également dans un billet de blog (http://politicsofreligion.hypotheses.org/677) fait état d’au (...)

37Dans l’attention portée à la « jihadosphère » le travail des journalistes n’est pas si différent de celui des chercheurs ou des spécialistes. Le livre de D. Thomson (2014) détaille son utilisation des réseaux sociaux et les interviews qu’il a réalisées, via Skype notamment, avec des combattants français établis en Syrie7. Ce travail s’apparente à celui du chercheur en ce qu’il cherche à restituer un quotidien et une façon de vivre, de penser et de parler autour de son engagement. Cette partie est ainsi basée sur une veille quotidienne des usages des réseaux sociaux par les jihadistes étrangers, tout comme le font les journalistes. La différence se situe moins dans la récolte d’information que dans l’utilisation qui est faite du corpus et de la façon dont on s’autorise à le questionner.

38D’autres journalistes, moins scrupuleux ou devant travailler avec des contraintes plus strictes, utilisent ces témoignages directement accessibles sans effort de contextualisation ou de présentation. Ces utilisations créent un prosélytisme par défaut, le prosélytisme des retweets. Il est très facile de citer des tweets (une fonction spécifique pour le partage de l’information a été développée par Twitter) ou de reprendre des informations obtenues via l’exploration de Facebook. Il s’agit dans ce cas d’utiliser ces témoignages pour montrer la guerre différemment, parce que les journalistes ne disposent pas d’informations fiables ou parce que les formats demandés ne permettent pas d’approfondir le sujet. L’utilisation non contextualisée de ces témoignages a tendance à introduire de l’engagement et des croyances là où les combattants n’en mettent pas forcément, voire à présenter leurs quotidiens comme des reportages de vacances ou des guerres sanguinaires. Cette utilisation non questionnée des réseaux sociaux érige les combattants islamistes radicaux en prosélytes, sans qu’ils ne le soient forcément. De plus ces prosélytes connectés représentent une altérité radicale pour les journalistes et leurs publics : ils sont combattants (guerriers, armés, en guerre), bien souvent convertis et deviennent donc une « incongruité » (des Français volontaires qui font la guerre au nom de la religion dans un pays étranger) d’autant plus dérangeante qu’elle est « connectée », et donc que tout un chacun peut entamer une conversation numérique.

39La même logique de décontextualisation et de circulation rapide de l’information s’applique à d’autres d’observateurs attentifs qui partagent la cause jihadiste. Mus par leur volonté de faire progresser une cause qu’ils trouvent juste, les sympathisants ont tendance à transformer les témoignages en publicité pour le jihad, en véritable prosélytisme. Cela se fait essentiellement par le partage (retweeter des informations, faire publicité à des photos insolites, réutiliser les statuts Facebook en ajoutant des encouragements ou des commentaires, etc.). Cette façon de partager le jihad par le retweet ne montre la vie des combattants que par l’anecdotique ou l’information mal maîtrisée.

40C’est bien l’intentionnalité qui fait le prosélytisme : le témoignage d’un combattant peut être détourné en acte de prosélytisme par sa recontextualisation dans une optique différente. On tombe dans le prosélytisme lorsque l’intention individuelle du témoignage rencontre un intérêt collectif, celui de la propagation du jihad.

Le prosélytisme d’institution

41Dans ce deuxième cas, ce ne sont pas des actions individuelles qui viennent transformer un témoignage en acte prosélyte mais plutôt une logique institutionnelle de communication. Les deux groupes privilégiés dans cette étude JN et EI se sont dotés de brigades de communication ou de Media Center très performants qui renouvellent grandement la forme du prosélytisme moderne.

42L’EI aurait ainsi développé trois branches autonomes et différentes dévolues à la communication de l’organisation : Al Furqan Media Production, Al Hayat Media Center, Al Itissam. Chacune d’entre elles travaille en autonomie, mais les trois branches sont complémentaires. Al Hayat est la plus récente et fait figure d’agence la plus en pointe, car elle produit spécifiquement des traductions, des supports multi-langues à destination de l’Occident, visant clairement une démarche prosélyte en appelant à la Hijra l’émigration en vue du jihad. Elle édite, par exemple, le journal Dabiq (en plusieurs langues) qui propose des reportages au sein de l’État islamique ainsi que des appels à le rejoindre. Al Furqan est la branche historique, principale, qui est le principal canal de diffusion des vidéos « importantes » nécessitant authentification de la part des services de renseignements. Toutes les agences produisent à la fois des vidéos, des supports écrits et interviennent directement sur les réseaux sociaux en ouvrant de multiples comptes Twitter, Facebook, Diaspora, etc., de façon à échapper à la censure et aux suspensions de comptes.

43La communication de l’EI sur les réseaux sociaux semble s’être stabilisée autour d’une tripartition des tâches : un commandement centralisé et directif qui trace les grandes lignes et s’occupe de la communication la plus importante, des aspects internationaux, théologiques et de recrutement ; une présence importante (et suscitée par les agences centrales) des administrations embryonnaires de l’EI (au niveau des provinces ou des zones sous contrôle en Irak et en Syrie) qui garantissent la publicité de leurs actions (que ce soit avec des témoignages de la population sur la vie quotidienne ou par la mise en scène des sanctions envers les « mécréants »). Enfin, troisième et dernière partition, une relative liberté laissée aux individus combattants, qui peuvent témoigner de leurs quotidiens, sous réserve de respecter les règles édictées par le centre (respect de l’anonymat, attention portée à l’impossibilité de la localisation, etc.). Notons toutefois que l’engagement militaire de la coalition contre l’EI a amené celle-ci à durcir les règles des témoignages individuels et à encadrer plus durement les pratiques des jihadistes sur les réseaux sociaux.

44Sur le plan technique, les jihadistes privilégient l’utilisation des Smartphones : dotés de capacités de stockage satisfaisantes, et d’une définition correcte pour les photos et petits films, leur taille et leur poids font qu’il est plus facile de se déplacer avec un téléphone plutôt qu’avec une caméra. C’est donc majoritairement par les téléphones que se passent la majorité des échanges et l’utilisation des réseaux sociaux. Les agences de l’EI privilégient des dispositifs techniques beaucoup plus performants, avec l’usage de caméras filmant en haute définition, avec plusieurs cadrages d’une même action. Les vidéos produites sont plutôt longues (autour de 50 minutes) avec des images travaillées, des incrustations et des commentaires ajoutés au montage, des génériques, etc. Les agences orchestrent la communication de masse à chaque nouvelle publication de vidéo.

  • 8 Voir également sur le sujet cet article complet de William Audureau et Madjid Zerrouky, « Comment l (...)

45Pour revenir aux pratiques numériques à visées prosélytes, je m’attarderai ici sur l’utilisation de twitter par l’organisation. Une équipe technique très performante a mis en place une application dédiée aux téléphones portables fonctionnant sous Android, un logiciel système très utilisé dans le monde (environ 60 % des Smartphones) appelé Ustream. Bannie depuis des plateformes officielles, l’application permettait à l’organisation d’envoyer des tweets à volonté, à partir des comptes des personnes qui l’avaient installée, sans leur demander leur consentement. Cette application s’est révélée redoutable dans l’occupation d’un espace numérique, inondant le réseau de tweets favorables à l’EI, d’appel à la Hijra, ou de menaces contre Israël et les États-Unis. Le prosélytisme de l’EI se base également sur une utilisation maîtrisée des hashtags (un système de classement sur Twitter), sur des compétences linguistiques étendues (l’EI travaille avec quatre langues principales : arabe, anglais, français et allemand)8. Un autre élément éclairant dans la communication globale est la série de vidéos intitulée Mujatweets. Live in the Islamic State, contraction de Mujahidine (combattant) et de tweets. Ces courtes séquences, numérotées de 1 à 8 jusqu’ici, sont une transformation en images de la diversité des tweets des combattants. Cette série de vidéos produite par Al Hayat a été inspirée par les pratiques numériques de Twitter des jihadistes, et par la volonté de montrer de manière positive la vie dans les zones sous contrôle. De courtes séquences filmées mettent en contexte les tweets des jihadistes : on n’y voit que des aspects positifs, des gens à l’air heureux, des marchés achalandés et une vie quotidienne qui transparaît comme étrangère à tout conflit. Chaque vidéo met à l’honneur un ou plusieurs combattants étrangers (Abu Abdallah Guitone dit Abu Tamima est présent dans l’épisode 6).

46La force de la communication de l’EI a surtout été, et demeure, une mise en scène et une non-censure de la violence de ses troupes. Dans les tweets des combattants, comme dans ceux des différents niveaux de l’organisation, la violence est omniprésente. Elle est parfois anecdotique lorsque les individus partagent des moments du quotidien, du chocolat ou du thé (mais les armes ne sont jamais absentes des photos). En revanche, elle est présente, parfois jusqu’à l’écœurement des observateurs, lorsque sont tweetées des scènes de décapitation, lorsqu’un tribunal local met en scène les lapidations d’hommes et de femmes, lorsque des groupes coupent et amputent des membres, ou lorsqu’ils partagent l’exposition de crucifiés ou de têtes décapitées. La violence ainsi exposée est une caractéristique du prosélytisme de l’EI, qui n’hésite pas à diffuser des vidéos contenant des scènes choquantes. En faisant de l’exposition de la violence un élément de sa communication, l’EI se différencie des autres groupes combattants et assure ainsi une publicité plus forte à son message.

Conclusion : un prosélytisme par défaut ?

47La problématique des combattants étrangers opérant dans une zone de guerre n’est pas une question nouvelle. La situation s’est déjà posée en 1936 en Espagne et elle représente encore un exemple paradigmatique, puisque la période de la guerre civile espagnole correspond également à celle du développement de la photo de guerre et du photoreportage. Si l’on décide de s’en tenir aux combattants islamistes radicaux, il y a eu de nombreux précédents, dès l’opposition aux Soviétiques en Afghanistan dans les années 1980. Dans les années 1990, des combattants français et européens ont été recensés en Bosnie (1994-1995), en Afghanistan (2000-2001), en Irak (2003), etc. Méthodologiquement, il m’apparaît important de privilégier des comparaisons et de spécifier les contextes socio-historiques, de façon à dé-historiciser les situations de crise et d’attention médiatique comme celle que nous vivons aujourd’hui avec l’État islamique.

48Nous avons voulu dans cet article prendre part à l’étude des réseaux sociaux tout en menant une réflexion sur les dimensions individuelles et institutionnelles des entreprises prosélytes. Les acteurs que l’on étudie pratiquent un prosélytisme religieux en plus d’un prosélytisme politique. La démarche exploratoire vise à élargir l’étude des réseaux sociaux par l’anthropologie, en participant au mouvement des digital humanities qui s’intéresse à la façon dont le numérique modifie la recherche des sciences sociales.

49Au terme de cette étude, la notion de prosélytisme oppose les logiques du témoignage individuel à l’action prosélyte d’une institution. Je soutiens donc l’hypothèse, qu’au-delà des appels au jihad des combattants à leurs entourages (amis, famille, etc.), il n’y a pas spécifiquement de dimension prosélyte dans leurs usages des réseaux sociaux. Ce sont surtout des témoignages, des façons de raconter leur quotidien et de maintenir un lien avec leur vie d’avant. En revanche, le prosélytisme apparaît lorsque ces témoignages sont additionnés, cités, mis en cohérence. De même les structures de l’EI procèdent, par l’intention et la prévision d’opérations techniques de communication à la transformation des témoignages personnels en actes prosélytes.

Literaturverzeichnis

Bibliographie indicative

Barrett, Richard, 2014, Foreign Fighters in Syria, The Soufan Group, June 2014.

Caillet, Romain, 2013, « The Islamic State : Leaving al-Qaeda Behind », Carnegie Endowment for International Peace : Guide to Syria in Crisis, December, [En ligne] http://carnegieendowment.org/syriaincrisis/?fa=54017

Eby, Cecil D., 2007, Comrades and Commissars. The Lincoln Battalion in the Spanish Civil War, Pennsylvania, Penn State University Press.

El Difraoui, Abdelassiem, 2013, Al Qaeda par l’image. La prophétie du martyre, Paris, PUF, coll. Proche-Orient.

Étienne, Bruno, 1987, L’islamisme radical, Paris, Hachette.

Gonzalez-Quijano, Yves, 2012, Arabités numériques. Le printemps du Web arabe, Paris, Actes-Sud, coll. Simbad.

Granjon, Fabien & Denouël, Julie, 2010, « Exposition de soi et reconnaissance de singularités subjectives sur les sites de réseaux sociaux », Sociologie 1/2010 (vol. 1), p. 25-43 URL : www.cairn.info/revue-sociologie-2010-1-page-25.htm. DOI : 10.3917/socio. 001.0025.

Orwell, Georges, 1999 [1938], Hommage à la Catalogne, Paris, 10/18.

Paoli, Bruno & Burgat, François (dir.) 2013, Pas de printemps pour la Syrie. Les clés pour comprendre les acteurs et les défis de la crise (2011-2013), Paris, La Découverte.

Pierret, Thomas, 2014, « La Syrie d’un soulèvement à l’autre : Exacerbation du confessionnalisme, déséquilibres socio-économiques et ambiguïtés géopolitiques », in Les ondes de choc des révolutions arabes, Beyrouth, Presses de l’Ifpo. [en ligne] : <http://books.openedition.org/ifpo/7007>.

Prezioso, Stéphanie, Batou, Jean, & Rapin, Ami-Jacques, 2008, Tant pis si la lutte est cruelle : Volontaires internationaux contre Franco, Paris, Syllepse.

Roy, Olivier, 1999, L’échec de l’islam politique, Paris, Seuil.

Roy, Olivier, 2007, La sainte ignorance. Le temps de la religion sans culture, Paris, Seuil.

Thomson, David, 2014, Les français jihadistes, Paris, Les Arènes.

Anmerkungen

1 Les dénominations varient au fil du temps. L’État islamique, que nous évoquerons, s’est auparavant appelé EIIL pour État islamique en Irak et au Levant (dit aussi ISIS pour Islamic State of Irak and Sham, ou Daesh pour al dawlat al islamiyya fi Irak wa Cham).

2 Si les chiffres sont un enjeu, on reprendra les estimations de Richard Barrett (2014) qui comptabilise, mi-2014 environ 2500 combattants européens (dont plus de 700 Français, 400 Britanniques, 270 Allemands, 250 Belges, 120 Néerlandais, etc.), arrivés entre 2012 et 2014.

3 Le texte complet de la décision de la Cour de Cassation est disponible à cette adresse : https://www.courdecassation.fr/jurisprudence_2/premiere_chambre_civile_568/344_10_26000.html

4 J’ai par exemple beaucoup travaillé à partir d’une liste de comptes Twitter établie par un étudiant en droit Algérien (que je ne connais pas). Il avait créé une liste publique intitulée « Jihad » de 153 comptes, en majorité des combattants arabes étrangers et des comptes officiels des brigades ou des groupes de JN ou IS présents en Syrie. Cette liste extrêmement précieuse, n’est plus disponible publiquement, elle a sans doute été supprimée par l’auteur. De même, quasiment tous les comptes de jihadistes présents dans ma liste (publique) http://twitter.com/llepape/lists/Syria ont été fermés. Seuls y subsistent ceux qui ne sont plus utilisés et ceux des chercheurs, journalistes et spécialistes de la situation en Syrie.

5 Une seconde hypothèse non vérifiée tente de caractériser ces usages comme « continuistes » car ils correspondraient à une continuité d’usage d’avec « la vie d’avant ». Les combattants occidentaux auraient migré avec leurs habitudes d’usage des réseaux sociaux, et je soutiens qu’il s’agit d’une permanence dans la communication personnelle, comme le font quotidiennement en France 15 millions d’utilisateurs actifs de Facebook et 2,3 millions d’utilisateurs de Twitter. Voir http://www.blogdumoderateur.com/chiffres-reseaux-sociaux/ page consultée le 14/03/2014.

6 La symbolique de l’index levé n’est pas spécifique à l’EI ou à JN. Romain Caillet explique dans une interview au journal Libération (13 août 2014) que c’est un signe banal signifiant l’appartenance à l’islam, et qu’il est mobilisé depuis plusieurs décennies dans des mobilisations à référent islamique. L’importance des images partagées sur les réseaux sociaux dans le conflit syro-irakien en aurait fait, à tort, un signe distinctif de l’EI. Voir l’interview : http://www.liberation.fr/monde/2014/08/13/pourquoiles-jihadistes-levent-ils-l-index-vers-le-ciel_1079820, page consultée le 22 avril 2015.

7 J’ai également dans un billet de blog (http://politicsofreligion.hypotheses.org/677) fait état d’au moins trois autres témoignages de journalistes qui contextualisent avec détails leurs rencontres : le plus souvent les jihadistes sont « ferrés » sur le net, suivis puis contactés (dans deux des trois cas les combattants étaient des connaissances lointaines). Le recueil de témoignage s’effectue dans un troisième temps par des échanges réguliers via Facebook, par tchat ou par Skype. Dans un seul cas le journaliste a effectué un voyage en Syrie pour filmer (après huit mois de contacts et d’échanges quotidiens…).

8 Voir également sur le sujet cet article complet de William Audureau et Madjid Zerrouky, « Comment l’État islamique a réorganisé son armée numérique sur Twitter », Le Monde, 28 mars 2015 URL : http://www.lemonde.fr/pixels/article/2015/03/28/commentletatislamiqueareorganisesonarmeenumeriquesurtwitter_4602551_4408996.html.

© CNRS Éditions, 2016

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search