Version classiqueVersion mobile

Prosélytismes

 | 
Fatiha Kaouès
, 
Myriam Laakili

Partie II. Chrétiens à la conquête du monde

Le Christianisme en Tunisie et au Maroc : une évangélisation à deux vitesses ?1

Katia Boissevain

Texte intégral

  • 1 Je remercie mes collègues de l’ANR CIRELANMED et du Séminaire IREMAM, IDEMEC, LAMES « Vous avez di (...)

1Un promeneur passant devant une église catholique ou protestante à l’heure du culte, dans une grande ville du Maghreb aujourd’hui, entendra très probablement prières, chants et louanges. Après un déclin massif de fréquentation consécutif aux indépendances en 1956 et le départ des populations européennes, les églises chrétiennes au Maghreb jouissent depuis les années 2000 et l’arrivée de migrants d’Afrique subsaharienne d’un surcroît d’activité très important. En plus des Occidentaux résidant de longue date ou travaillant au Maroc et en Tunisie, les églises catholiques et protestantes des villes principales accueillent désormais des fidèles originaires d’Afrique de l’Ouest. Qu’ils soient étudiants, migrants économiques ou cadres expatriés, ces derniers ont revitalisé et régénéré les cultes ainsi que les activités sociales annexes. Les effectifs sont tels que plusieurs églises doivent multiplier le nombre de cultes afin de satisfaire tous les fidèles. La réalité de la migration africaine au Maghreb se donne à voir également par les transformations des institutions religieuses qui les accueillent, même si ces changements ne sont pas tout à fait de même nature ou de même ampleur d’un pays à l’autre (Bava, Boissevain, 2014). En effet, au Maroc, où l’afflux de migrants souvent en situation irrégulière est plus important qu’en Tunisie, la préoccupation principale de l’Église Évangélique au Maroc (EEAM) est l’accueil et l’encadrement social et religieux des migrants subsahariens (Coyault, 2014 ; Robin, 2014). En revanche, si les Églises en Tunisie sont également préoccupées par le bienêtre de ces populations (notamment par leur présence à la frontière libyenne, auprès des travailleurs réfugiés de Libye), la présence de la Banque africaine de Développement et de ses cadres et employés dans la capitale depuis 2004 fait que la communauté chrétienne africaine bénéficie d’un très fort capital social et matériel.

  • 2 http://w2.vatican.va/content/john-paul-ii/fr/letters/1984/documents/hf_jp-ii_let_19840205_hassan-i (...)

2Si les gouvernements respectifs ont accepté, par des accords officiels avec le Vatican que l’Église catholique demeure présente dans leur pays, une des contreparties fut le renoncement explicite à toute forme de prosélytisme. L’Église pouvait continuer d’œuvrer dans les domaines de l’éducation et de la santé et s’occuper de l’encadrement religieux de sa communauté. En 1964, un texte appelé le Modus Vivendi est signé en ce sens entre la Tunisie et le Vatican. Il faudra attendre 1984 pour qu’un échange de lettres entre le roi du Maroc et le Pape Jean-Paul II précise les attributions de l’Église catholique dans le royaume2. Si les accords ne concernent officiellement que les chrétiens catholiques, les protestants historiquement présents, de tradition réformée, adoptent la même posture non-prosélyte, car dès l’origine, « cette Église dédiée à l’accompagnement des colons protestants n’a aucune velléité évangélisatrice auprès des autochtones » (Coyault, 2014 : 82 ; Smith, 2011).

3Dans cet article, je souhaite limiter mon propos à la question du prosélytisme chrétien en Tunisie et au Maroc. Pour ce faire, je comparerai la place des convertis au christianisme dans ces deux pays, en me fondant sur la recherche en histoire, en anthropologie et en droit qui existe depuis quelques années sur le sujet dans la région (du Maroc au Liban, en passant par l’Égypte), ainsi que sur mes propres observations. Depuis 2008 en Tunisie et depuis 2012 au Maroc, je mène des recherches sur les conversions au protestantisme évangélique en m’intéressant aux changements plus ou moins profonds qui prennent place dans la vie et les relations sociales des convertis qui évoluent dans un milieu principalement musulman. Ici, plutôt que d’analyser comment le changement de religion « transforme » la place du converti dans le monde, les relations à sa famille, à son histoire nationale, à sa religion d’origine ou à sa langue, j’interrogerai la visibilité de la religion évangélique dans l’espace public et la ou les manières dont les vocations chrétiennes sont encouragées et encadrées.

  • 3 Dans le vocabulaire évangélique, cette « fenêtre » désigne une large zone située entre le dixième (...)

4La situation des chrétiens d’origine musulmane est contrastée selon que l’on se trouve dans l’un ou l’autre pays. Nous verrons que l’appareil juridique, plus répressif au Maroc qu’en Tunisie y est plus souvent mobilisé, avec pour conséquence directe une plus grande vulnérabilité des chrétiens, qu’ils soient marocains ou étrangers et une plus grande méfiance à mon encontre. Malgré ces obstacles, je me fonderai principalement sur mon travail de terrain pour expliquer l’attrait de cette nouvelle religion sur un groupe somme toute assez restreint d’individus et les moyens déployés pour que ce groupe s’élargisse. Une des difficultés intellectuelles est de présenter les données recueillies sans être tentée de les organiser dans un schéma d’interprétation uniquement « top-down », selon lequel tout s’expliquerait par les énormes moyens déployés par les églises évangéliques parties à la conquête du monde, et plus précisément du monde arabe, inclus dans la fenêtre 10/403. Nadège Mézié (2008) a très intelligemment démontré que les chrétiens se sont toujours intéressés à cartographier le monde dans un but prosélyte, afin de glorifier Dieu et de sauver les populations qui n’ont pas encore eu accès au Vrai Dieu. En affinant leurs outils, ils espèrent mieux évaluer les besoins en missionnaires selon les régions du monde, et mener des campagnes d’évangélisation ciblées, pendant des périodes précises. Pour autant, il me semble important de « tenir les deux bouts » de l’observation et de l’interprétation, et de laisser toute la place à l’analyse des aspirations et aux pratiques des convertis eux-mêmes, qui le plus souvent, deviendront prosélytes à leur tour. Ne pas le faire nous empêcherait de comprendre comment la métabolisation du christianisme évangélique s’opère, ce qui change un individu en profondeur dans la perception de soi et des autres, dans son rapport au monde.

  • 4 Ceci est également vrai en Algérie (tant dans les églises historiques des grandes villes que dans (...)

5De plus, s’il est important de distinguer les Églises protestantes officielles présentes dans ces deux pays des réseaux missionnaires évangéliques plus souterrains, il est intéressant d’interroger le regard que les premières portent sur les seconds et inversement et sur les liens, même ténus, qui se tissent4.

Tunisie et Maroc : des situations juridiques contrastées

La possibilité juridique d’une pluralité religieuse

  • 5 Les liens, inexistants d’un point de vue institutionnel, sont avérés entre certains membres de l’É (...)

6Bernard Coyault (2014), dans un article très précis sur l’Église évangélique au Maroc (EEAM), explique clairement le climat social qui prévalait par rapport à la présence protestante. En somme, tandis que les autorités sont tolérantes face à la présence chrétienne étrangère, l’opinion publique et la presse s’inquiètent épisodiquement, à partir de 2005, de la présence de missionnaires étrangers qui seraient sur le territoire pour évangéliser les Marocains. Bien que l’EEAM n’entretienne pas de relations officielles avec ces réseaux5, en 2009 et 2010, lors des expulsions de dizaines d’étrangers suspectés de prosélytisme, l’Église se trouve dans l’obligation de démentir toute accointance, afin de contrer les amalgames, favorisés par le fait que tous partagent l’appellation « évangélique ».

7Au Maroc, l’article 220 du code pénal concernant le prosélytisme religieux énonce :

« Quiconque, par des violences ou des menaces, a contraint ou empêché une ou plusieurs personnes d’exercer un culte, ou d’assister à l’exercice de ce culte, est puni d’un emprisonnement de six mois à trois ans et d’une amende de 100 à 500 dirhams.
Est puni de la même peine, quiconque emploie des moyens de séduction dans le but d’ébranler la foi d’un musulman ou de le convertir à une autre religion, soit en exploitant sa faiblesse ou ses besoins, soit en utilisant à ces fins des établissements d’enseignement, de santé, des asiles ou des orphelinats. En cas de condamnation, la fermeture de l’établissement qui a servi à commettre le délit peut être ordonnée, soit définitivement, soit pour une durée qui ne peut excéder trois années. »

  • 6 http://www.medinapart.com/2012/03/16/les-chretiens-tunisiens-en-quete-de-paix/.

8De manière semblable, bien que partageant leur église avec les Tunisiens convertis au christianisme, l’Église réformée de Tunis (ERT) se défend de toute action prosélyte et ne s’occupe que de la communauté déjà chrétienne, occidentale ou africaine. Aussi, le pasteur américain s’adresse à un journaliste en affirmant : « On ne fait pas de prosélytisme. Mais si quelqu’un entre à l’église et demande une Bible en arabe, on lui en donne. D’ailleurs, nous sommes en rupture de stock. L’Evangile, c’est la Bonne nouvelle. Qui n’en voudrait pas ? » Le journaliste ajoute : « L’Église réformée tunisienne ne refuse pas les baptêmes, mais ils ne sont donnés qu’après une longue période de suivi. À charge des pasteurs arabophones de distinguer si la démarche de conversion est sincère6. »

Dessin publié dans le journal en ligne Contrepoints, le 15 février 2014.

9Ces extraits d’articles appellent quelques commentaires. D’une part, on remarque l’acceptation restreinte de la notion de prosélytisme, qui se limiterait à une posture active en vue de convaincre l’autre de changer de religion. Ici, le pasteur admet donner des Bibles en arabe à ceux qui en demandent, ce qu’il distingue implicitement d’une distribution de bibles, qui serait, elle, prosélyte. D’autre part, l’article annonce que les baptêmes sont célébrés si les pasteurs arabophones estiment la conversion sincère. Si les pasteurs sont arabophones, il n’est pas précisé s’ils sont tunisiens ni si le baptême est accordé seulement par le pasteur américain. De plus, le cadre physique du culte – le bâtiment de l’église – implique des relations nombreuses et continues entre le pasteur américain et les pasteurs tunisiens. Au-delà des questions d’intendance logistique (ouverture et fermeture de l’église, horaires d’occupation et nature des activités) les échanges fréquents peuvent prendre la forme de conseils, souvent prodigués par le pasteur américain. En effet, malgré leur expérience et leur savoir théologique, les pasteurs tunisiens se tournent vers le coreligionnaire lorsque le besoin se fait sentir. Les conseils peuvent notamment concerner l’attitude à adopter face à une demande de baptême lorsqu’un doute persiste quant à la sincérité ou la maturité de la requête. Il ne s’agit pas de prosélytisme au sens strict, mais l’étanchéité affirmée entre ERT et Église tunisienne gagne à être fortement nuancée.

10On voit donc le côté malléable de la notion de prosélytisme, lorsque donner un livre qui a été demandé ou administrer un baptême sur demande justifiée ne sont plus considérés par les acteurs comme des actions qui pourraient être qualifiées par ce terme. Au fil de plusieurs conversations que j’ai eues avec le pasteur Brown, principalement avant 2011, celui-ci affirmait volontiers que si la majorité des baptêmes de Tunisiens avaient lieu après une formation biblique suivie, d’autres étaient parfois célébrés de manière un peu hâtive, lorsque l’enthousiasme des pasteurs tunisiens prenait le pas sur le poids de l’engagement. Par ailleurs, il regrettait le travail d’évangélisation agressif de certaines églises africaines pentecôtistes et affirmait que les individus engagés dans ce type de mission ne se rendaient pas suffisamment compte du contexte politique et culturel dans lequel ils se trouvent.

11En Tunisie, la nouvelle constitution, votée en 2014, reconduit l’article 1, qui affirme que « La Tunisie est un État libre, indépendant et souverain, l’islam est sa religion, l’arabe sa langue et la République son régime » et ajoute par l’article 6 que « L’État est gardien de la religion. Il garantit la liberté de conscience et de croyance et le libre exercice du culte. Il est le protecteur du sacré, garant de la neutralité des mosquées et des lieux de culte par rapport à toute instrumentalisation partisane ». Pourtant, si la liberté de conscience – donc la liberté religieuse – est garantie, l’action de prosélytisme demeure interdite et tombe sous le coup de la loi.

L’application différenciée des libertés de culte

12Si les deux pays partagent des principes similaires (liberté de culte et interdiction de prosélytisme), il semble que l’application de la loi y diffère, ce qui expliquerait les attitudes très différentes relevées au Maroc et en Tunisie. Autant au Maroc, les nouveaux chrétiens se cachent et se méfient avant de prendre la parole sur des questions religieuses, autant la plupart des convertis tunisiens rencontrés depuis 2008 affichent une confiance assumée. Dans plusieurs cas, même des séances d’interrogatoires musclés au ministère de l’Intérieur ou dans des commissariats (témoignages recueillis avant la chute de Ben Ali en 2011) m’ont été contées non pas comme étant le signe ou la preuve d’une répression étatique, mais plutôt comme étant le simple fait de policiers trop zélés, qui estiment que faire respecter l’islam est une charge qui leur incombe. La conclusion des jeunes hommes passés par cette épreuve était que, d’une part, la Constitution tunisienne les protégeait et que, d’autre part, l’épisode devenait bénéfique en leur permettant de témoigner haut et fort de leur foi, de ne rien dire d’autre que la Vérité de Jésus, et peut-être d’avoir ému, par leur force et leur intégrité, des officiers de police un peu perdus d’un point de vue spirituel.

  • 7 Leur expulsion a été invalidée par la justice marocaine. D’après Jean-Luc Blanc, ancien président (...)
  • 8 Par souci de discrétion, je fais le choix de ne pas donner de détails sur ces associations.

13Rien de tel au Maroc, où la presse regorge d’articles sur les emprisonnements de Marocains pour cause de prosélytisme, et les histoires d’expulsions hâtives d’étrangers suspectés du même chef d’accusation circulent à foison. Les expulsions sont d’ailleurs une des raisons qui m’ont amené à choisir la ville de Fès comme terrain pour étudier la situation des chrétiens au royaume chérifien. En effet, à quelques kilomètres de Fès se trouve Aïn Leuh, petit village qui avait défrayé la chronique en mars 2010 après qu’une quinzaine d’étrangers chrétiens en ait été expulsées. Ces étrangers chrétiens, notamment américains, travaillaient dans un orphelinat appelé le « Village of Hope » et ont été accusés d’y faire du prosélytisme auprès des enfants et des employés7. Il me semblait probable que cet évènement ait marqué les esprits dans la région, ce qui allait me permettre de recueillir des discours sur les convertis à défaut de me mêler à une communauté accueillante de nouveaux chrétiens. Un terrain plus long m’aurait certainement permis de rencontrer plus de convertis marocains, car, selon B. Coyault (2014, 100), le christianisme y est « ultra minoritaire mais déjà organisé ». À l’inverse, un séjour court m’a appris que la communauté de nouveaux chrétiens ne se donne pas à voir. Par ailleurs, les Marocains, convertis ou non, les ayant côtoyés, l’ont fait dans les secteurs associatifs de santé ou d’apprentissage des langues. Ces espaces de rencontre semblent plus investis que d’autres par les réseaux évangéliques comme les nombreux exemples à Fès et dans d’autres villes (Meknès notamment), le suggèrent8.

14Il découle de ces différentes attitudes une visibilité sociale très contrastée des chrétiens tunisiens et marocains, que je souhaite détailler ici.

Des pratiques religieuses chrétiennes discrètes en Tunisie, invisibles au Maroc

15En Tunisie, le milieu des convertis est plus ou moins ouvert ; la communauté chrétienne y est installée – avec des églises, des cultes, et des pasteurs tunisiens – et a pignon sur rue. C’est une communauté méfiante, mais pas craintive. La force du converti tient dans sa certitude d’être dans la Vérité et qu’il est protégé. Ayant entrepris ce travail de recherche depuis 2009, je dispose ici d’une plus grande familiarité.

16Au Maroc, en revanche, après un premier séjour en septembre 2012, j’ai pu constater que les quelques groupes de convertis constitués à Rabat se retrouvent dans des cellules de prières et des églises de maison. J’ai pourtant choisi de poursuivre ma recherche à Fès, où je me suis rendue en avril 2014, et ce, pour plusieurs raisons. Tout d’abord, lors de mon séjour à Rabat j’ai pu mesurer à quel point l’Église et leurs représentants sont mobilisés autour de la situation des migrants subsahariens. En effet, l’Église cherche à assurer l’encadrement rituel et spirituel de ces derniers, qu’ils soient étudiants, travailleurs ou clandestins, mais aussi à améliorer les aspects pratiques de leur vie quotidienne (Robin, 2014). De plus, le grand nombre de migrants qui cheminent vers la capitale attire également un très grand nombre de chercheurs européens et américains travaillant sur des problématiques liées à la migration. Et les membres des Églises, fidèles ou pasteurs, sont souvent sollicités pour les aider à avancer dans leurs recherches.

Prier au Maroc : les églises de maison

17Une des premières étapes d’implantation des groupes évangéliques, particulièrement dans des pays de tradition non-chrétienne, est l’out-reach ou tent planting, un vocabulaire évangélique qui sert à désigner le fait d’aller « à la rencontre » des non-chrétiens, de les « atteindre », grâce à des installations légères et mobiles « comme des tentes ». Le tent-planting consiste à envoyer des missionnaires qui ont pour tâche de réunir quelques individus susceptibles de se convertir, ou fraîchement convertis, afin de dire le culte dans des espaces privés, dans l’espoir de fidéliser et institutionnaliser ce groupe de nouveaux croyants, qui lui-même, de manière individuelle et autonome, ira planter des tentes un peu plus loin, en portant la Parole de Dieu.

  • 9 Hubert Lyautey, par le Traité de Fès signé en 1912, interdit l’accès des non-musulmans aux mosquée (...)

18Tandis que les chrétiens tunisiens se réunissent pour célébrer le culte – en tunisien – au sein de l’Église réformée de Tunis depuis 1999 et à l’église anglicane Saint-Georges à Bab Carthagène quelques années plus tard, à ma connaissance les Marocains chrétiens se réunissent uniquement dans des églises de maisons. Les quelques Marocains qui se mêlent aux fidèles africains lors des cultes, le font avec la plus grande discrétion et courent le risque de se faire éconduire dès l’entrée, si d’aventure un policier y était posté. J’ai moi-même aperçu plusieurs fois des Marocains d’une vingtaine d’années, assis au fond de l’église protestante de Fès, exclusivement fréquentée par des étudiants d’Afrique de l’Ouest, lors d’un culte ou d’une répétition de chants pour un concert religieux. À chaque fois, ils se sont éclipsés aussi discrètement qu’ils étaient entrés, avant la fin de la célébration. En théorie, il pourrait bien entendu s’agir de curieux et non de convertis, mais les musulmans maghrébins ont souvent des réserves à entrer dans les églises chrétiennes9.

19Les églises de maison permettent à des convertis ou à des personnes curieuses de la religion chrétienne de se retrouver autour de quelqu’un qui agira comme pasteur – qu’il soit Marocain ou étranger – pour prier et faire des lectures de la Bible sans trop attirer l’attention des autorités. Le dispositif du culte y est léger et mobile, quelques chaises arrangées en cercle permettant aux fidèles de louer Dieu, cercle qui se défait rapidement après la séance, lorsque, une fois les « frères et sœurs en Christ » partis, le ou la maîtresse de maison redonne à la pièce son apparence habituelle, replaçant les chaises et petites tables, rangeant bibles, napperons, et crucifix. Le lecteur comprendra aisément qu’en ce qui concerne cet aspect des choses, je ne donne que peu d’indications, quant au quartier (on trouve des cellules de prières dans les quartiers périphériques de la ville et dans la médina), ni de parcours de formation (certains Marocains officiants comme pasteurs ont eu un parcours d’étude à l’étranger, parfois dans l’humanitaire, tandis que d’autres, souvent plus jeunes, ont été initiés et formés au Maroc).

20Voici ce que B. Coyault (2015, 85) explique à propos de la composition de l’église évangélique au Maroc :

« Les principales nationalités représentées sont le Congo Brazzaville (20 %), la République démocratique du Congo (14 %), la Côte d’Ivoire (13 %), le Cameroun (10 %) et la Centrafrique (9 %), qui totalisent à eux cinq les deux tiers des membres. Sur les 23 autres pays africains représentés dans l’EEAM, 10 sont francophones, 8 anglophones, 3 lusophones, 1 hispanophone et 1 arabophone. Du fait des restrictions légales (et de la discrète surveillance policière à l’entrée des temples), les Marocains chrétiens ne sont quasiment pas présents lors des cultes ordinaires. »

Les multiples activités des églises en Tunisie

  • 10 Je renvoie à Boissevain 2013 pour une explication plus détaillée de l’évolution des termes Église (...)
  • 11 La Petite Sicile, quartier suspect par excellence, marqué par « la délinquance, […] la prostitutio (...)

21Cette réalité contraste fortement avec la sérénité relative de l’Église tunisienne10. J’ai décrit ailleurs la vitalité des cultes et je reviendrai ici brièvement sur leur organisation. Plusieurs pasteurs tunisiens, ayant des formations universitaires du plus haut niveau, œuvrent dans la capitale où deux cultes sont célébrés dans chacune des deux églises protestantes historiques de la ville. Par ailleurs, ils alternent leur présence hebdomadaire dans les petites églises de Jendouba et Aïn Draham, et j’ai assisté, en 2014, à l’ouverture d’une église supplémentaire dans l’ancien quartier italien11 de la ville, encadrée par un pasteur américain et une diaconesse tunisienne ayant étudié en Égypte. L’Église tunisienne, animée par des pasteurs et par des fidèles, célèbre plusieurs baptêmes et mariages chaque année et ordonne des jeunes diacres, faisant preuve d’une évidente vitalité et préparant une potentielle relève.

22En Tunisie, il n’existe pas de pastorat féminin, à l’inverse de ce qu’on peut voir dans d’autres contextes, notamment les églises évangéliques africaines, sur leur continent d’origine ou en Europe (Maskens, 2009). Si le rôle des pasteurs est fondamental dans l’encadrement religieux et social des chrétiens, celui de leurs épouses l’est tout autant, car, par leur présence constante et dévouée aux côtés de leur époux et des croyants, elles endossent également un rôle de référent chaleureux et bienveillant. Toujours présente lors du culte, la femme du pasteur occupe une place décentrée, à gauche de l’église, sur les bancs qui longent le mur. Sans occuper une place de prestige sur les premiers bancs, elle se tient au-devant de l’assemblée. En quelque sorte, elle est « sur la touche » tout en étant visible. Elle voit ceux et celles qui entrent et les accueille d’un sourire ou de quelques bises lorsqu’ils viennent jusqu’à elle (il s’agit souvent de femmes), oriente les enfants vers la salle du fond. Ces femmes, toutes deux étrangères, parlent bien tunisien et ont adopté les codes sociaux qui permettent leur intégration sociale, ont des enfants chrétiens tunisiens. D’une certaine manière, elles incarnent à la perfection la synthèse recherchée entre identité et altérité, entre des valeurs visées telles que le respect et la dévotion envers un mari et l’autonomie de la femme moderne. Par ailleurs, elles assistent, soit comme animatrices, soit comme simples participantes actives aux différents groupes de femmes qui rythment la sociabilité chrétienne, tels que les ateliers sur la sexualité et la contraception, sur la petite enfance, sur les relations entre mari et femme ou des groupes de réflexion biblique. Elles s’occupent souvent d’organiser la « Bible school » dans une pièce au fond de l’église, pour les enfants venus au culte avec leurs parents. En somme, elles encadrent les « à-côtés » du culte, toutes ces activités qui indiquent la présence d’une communauté chrétienne, peu nombreuse mais structurée et active.

23Comme je l’ai mentionné, l’Église tunisienne organise chaque année quelques mariages et des cérémonies de baptême (Boissevain, 2014). Ces dernières ont lieu au sein de l’Église dans une piscine gonflable ou un caisson en plastique en guise de baptistère ou, si le temps le permet, à la plage, lors d’une cérémonie qui allie prières, pique-nique et baignades. Ce baptême en extérieur est le plus prisé. À cette occasion, la ou les personnes baptisées s’entourent de certains membres de leur famille chrétienne, immortalisent cette journée festive par de nombreuses photos et en gardent un souvenir très joyeux. L’histoire chrétienne de la région est réinvestie, les saints du christianisme antique, s’ils ne sont pas convoqués, sont tout de même évoqués, et l’eau de mer, semblable à celle du Jourdain, lave les individus de leur histoire passée et leur permet de re-naître, de faire advenir leur « vraie identité ».

24Au Maroc, de telles célébrations sont très rares. Quelques baptêmes sont célébrés au printemps ou à l’été, dans l’enceinte des églises dans une petite piscine gonflable. Le pasteur de Fès, qui a pris sa retraite durant l’année 2014, m’a confié que les baptêmes en extérieur peuvent être dangereux et que par crainte de s’exposer au regard des autres, un pasteur de son entourage :

« … baptise les convertis en mer, (à Mohamedia). Pas sur la plage, pas au bord de la mer, mais vraiment en mer, plus loin, pour qu’on ne voit pas ce qu’il est en train de faire. (Il rit.) C’est compliqué, des fois il faut prendre une barque parce que les gens parfois ne savent pas nager, mais c’est drôle. Cet homme s’est converti en Angleterre par Operation Mobilisation, pendant ses études de médecine, puis a suivi une formation. Au Yémen il était médecin volontaire et a rencontré une jeune Suissesse. Ils se sont mariés, puis il a passé deux ans dans un collège de mission (All Nations), où il a acquis une formation de base. Il exerce la fonction de pasteur et est reconnu dans les églises clandestines pentecôtistes. Il voyage de ville en ville et rend visite aux différents groupes marocains ».

Préparatifs de mariage. Église Réformée de Tunis. Hiver 2012.

25Comme on peut aisément l’imaginer, le sacrement des obsèques est bien plus problématique. La communauté chrétienne en Tunisie est encore jeune dans son ensemble et les décès y sont rares. Néanmoins, la situation s’est déjà produite et, outre les questions juridiques en rapport avec les règles de succession, le déroulement des rites funéraires pose problème dès les premiers instants. En effet, dans les cas où le décès est celui d’un homme chrétien marié à une épouse chrétienne de longue date, mais dont la famille (frères et sœurs) est restée musulmane, on observe souvent que cette dernière prend les choses en main et organise les obsèques selon les règles musulmanes. On organise les obsèques selon les règles et les usages musulmans : lavage du corps, obstruction des orifices, mise en terre dans un cimetière consacré, « comme si » le défunt n’avait jamais quitté sa religion de naissance. Le désarroi de la veuve explique en partie la prise en main par la famille du mari. Parfois, elle cherche à s’y opposer, mais sans succès. En l’absence de cadre législatif, le conjoint survivant ne peut s’appuyer sur aucune loi ni aucune jurisprudence pour faire valoir la volonté du défunt. En effet, où et comment enterrer un chrétien tunisien ? Il n’y a pas de réponse claire à cette question qui a déjà suscité de nombreux drames et déchirures au sein des familles.

  • 12 Je relativise cette vitalité car seul l’avenir dira quel sera l’enracinement réel du protestantism (...)

26Autre signe de vitalité relative12, une nouvelle église s’est ouverte en février 2014 dans l’ancien quartier italien. La veille de la première cérémonie, les ouvriers fignolent les peintures. Un jeune homme est à la porte et me demande s’il peut m’aider. Je lui dis être intéressée par l’histoire du bâtiment, et il m’oriente vers un couple d’Occidentaux qui habitent au-dessus de l’église depuis de très nombreuses années. La femme est suisse, le mari américain. Cet ancien bâtiment de culte avait été érigé pour, et par, les mécaniciens et maçons italiens qui vivaient et travaillaient dans le quartier au cours de la première moitié du xxe siècle. Après l’indépendance et le départ de la communauté, il est laissé sans affectation. Dans les années 1980, l’organisation les Assemblées de Dieu (ADD) prend contact avec un couple américano-suisse et lui demande de s’installer au premier étage du bâtiment pour s’en occuper, contre un loyer modique qui servira entièrement à l’entretien du lieu. Le couple accepte et y vit tranquillement pendant 35 ans. Le monsieur y est aujourd’hui pasteur. Le bâtiment est la propriété des Assemblées de Dieu qui possèdent également un presbytère à Ben Arous. Les ADD ont laissé le bâtiment sans activité, car « il n’était pas encore temps ». Alors que l’heure du culte approche, le pasteur me dit que le Church Planting est comme l’Arche de Noé : « It’s enough to open the doors and to pray : the rest happens, the animals come ! »

27L’église a été entièrement rénovée par un entrepreneur américain, présent ce jour-là avec son épouse. Son physique très particulier lui donne un air déplacé : il porte des cheveux longs, blancs, ramassés en queue de cheval, une barbiche blanche et rousse, une chemise et une veste noires rehaussées d’une cravate blanche très fine. Son pantalon, blanc et près de son corps élancé, ses chaussures à bouts pointus font de lui un étranger absolu. Le couple ne vit pas en Tunisie mais s’est déplacé pour conduire les travaux exécutés par des ouvriers tunisiens. Outre ce couple, moi-même, une femme marocaine et un homme algérien que je présenterai plus bas, est également présent un Australien de Sydney, dénommé C., professeur d’anglais à l’Université du 9 avril. Ce dernier a répondu à un appel de Dieu « to do something for the church ». Après une recherche sur Internet, il décida de prendre contact avec les évangélistes et s’installa à Tunis. Il s’occupe de l’aspect « son et lumière » du culte, en passant la musique sur laquelle les participants chanteront, et le diaporama où défilent des paroles en dialecte tunisien et des images aux thématiques plus ou moins arabes (photos d’instruments tels que le luth, des enfants arabes dans des champs) et chrétiennes (images de Jésus, d’églises, de rassemblements de chrétiens).

28J’ai assisté à plusieurs services, toujours menés par ce pasteur américain, assisté d’une Tunisienne anglophone formée en Égypte. Le prêche est donc bilingue, ce qui permet aux quelques anglophones présents de suivre, et à l’assistante de prendre appui sur le pasteur pour dire le culte aux Tunisiens. Il faut tout de même dire que le dispositif est tout à fait chancelant par rapport aux cultes bien rodés de l’ERT ou de l’Église Saint-Georges. Ici, les chants sont hésitants et fragiles, les mélodies vacillantes, les flottements rituels, nombreux, et l’assistance, très jeune dans son ensemble, n’est pas encore très assurée. Il y a une pièce dédiée aux enfants, et une jeune femme, célibataire, me dit être venue la première fois car elle a trouvé un « out reach program for single women » sur Internet, et elle a cliqué. Elle a trouvé des gens très sympathiques et aidants et a décidé de continuer à venir. L’assistante du pasteur, plus jeune que lui mais plus âgée que la plupart des individus dans l’assistance, a une apparence très sérieuse. Vêtue d’un tailleur-pantalon foncé, d’une chemise blanche et de chaussures noires, elle porte un long sautoir doré et ses cheveux mi-longs sont lâchés. Toute son apparence est rassurante et professionnelle. Elle tempère parfois l’enthousiasme du pasteur, notamment lorsqu’il s’adresse de manière très directe aux participants au culte. Elle reformule les questions de manière plus douce, moins frontale. Par exemple, tout le début du culte vise à individualiser les fidèles en les faisant parler de choses personnelles. Le pasteur demande : « qui a eu des problèmes cette semaine, qui a eu une semaine difficile ? » Quelques mains se lèvent, timides, et le pasteur enchaîne « Prions, remercions Dieu ». Un peu plus tard, lorsqu’il n’obtient pas de réponse à sa demande « Dîtes-moi quelque chose qui vous a touché cette semaine ! », la jeune femme reprend l’injonction en tunisien et rajoute, plus cajoleuse : « ce n’est pas grave, même si c’est quelque chose de petit, qui ne vous semble pas important : ici on peut tout dire ». La jeune femme, au-delà de ses compétences de traductrice simultanée, fait également office de « liant culturel » en s’adressant aux jeunes gens pour ceux qu’ils sont, c’est-à-dire des individus qui n’ont ni l’habitude ni l’occasion de parler en public, notamment dans un cadre religieux dont les normes ne sont pas encore connues.

Le travail d’évangélisation : faire éclore une aspiration enfouie

29Sans entrer plus avant dans le détail des données de terrain, tout ce travail de mise en forme rituel fait clairement partie des différents procédés d’évangélisation. En Tunisie, où mes conversations avec les convertis sont moins contraintes qu’au Maroc, j’ai souvent entendu dire que la rencontre avec Jésus avait eu lieu à l’occasion d’un rêve, ou plutôt de plusieurs rêves. D’autres se sont convertis par amour, dans le sens où c’est l’élu-e de leur cœur qui les a convaincus de s’ouvrir à la « Bonne Parole ». D’autres encore, ont « accepté Jésus » (non sans résistance) après de longues discussions avec un missionnaire pas toujours identifié comme tel. Bon nombre d’entre eux se présentent, comme Karima Dirèche le souligne également en Algérie, comme ayant été de bons musulmans, croyants, pratiquants, mais parfois insatisfaits et anxieux à l’idée de ne pas réussir la gageure d’être des musulmans irréprochables.

30J’ai donc écouté et collecté de nombreux rêves de révélation, parfois comparables à ceux que j’avais entendus au sujet des personnages saints en islam. Pourtant, derrière les rêves, signes et autres preuves de l’appel de Jésus, derrière aussi les quelques conversions « spontanées » qui peuvent advenir à travers une émission de télévision satellitaire ou par internet, l’encadrement institutionnel évangélique est tout à fait actif et visiblement efficace.

31Je détaillerai deux modalités d’encadrements institutionnels que j’ai observées et qui se déroulent alors que l’individu se trouve déjà au sein de l’Église mais qu’il n’a pas encore acquis tout le savoir-être, tous les habitus du chrétien évangélique, toutes ces manières de se comporter envers les autres et de penser sa relation au monde qui fait de soi un nouveau chrétien. Comme nous le verrons, il s’agit de savoir parler de manière chrétienne et de faire communauté afin de se sentir relié aux autres membres de l’Église. L’apprentissage de la nouvelle religion passe par l’adhésion à une foi désincarnée, mais aussi par une relation à Jésus qui se construit au travers d’un ensemble de processus tangibles.

32Tout d’abord, je décrirai une séquence observée lors de l’ouverture de l’Église dans l’ancien quartier italien de Tunis qui montre combien l’agencement de la parole est important, notamment lors du témoignage. Lors d’un culte du dimanche matin, en plus des quelques Tunisiens présents, du pasteur américain, d’un entrepreneur américain responsable de la rénovation du bâtiment, d’une visiteuse marocaine et de moi-même, il y avait un Algérien parmi nous, invité à témoigner de la situation de l’église en Kabylie, sa région d’origine, et de son parcours individuel hors-norme. À l’occasion de ce récit de lui-même, du témoignage qui visait à nous faire comprendre comment sa vie avait changé grâce à Dieu, j’ai assisté en direct à une opération de mise en conformité de son discours. C’est ce que Yannick Fer appelle le « travail institutionnel invisible », dans la mesure où ce travail, pourtant très visible, passe inaperçu aux yeux des premiers concernés. Il ne s’agit nullement de faire passer les convertis pour des idiots inconscients de leur environnement, mais plutôt de se rendre à l’évidence que l’observateur extérieur et distant remarque des enchaînements que les acteurs principaux ne peuvent pas voir, tant ils sont tout entier tournés vers ce qui les occupe. Il s’agit ici de saisir « comment parler en public ».

33M. est invité par le pasteur à prendre la parole afin de raconter son parcours. Un diaporama a été monté et est diffusé en même temps qu’il parle. Il vit à Monastir où il anime une église de maison, tandis qu’il vient de la région de Tizi-Ouzou. Sa femme est tunisienne, nous la voyons, souriante sur les photos, entourée de leur fils aîné et portant son nouveau bébé dans ses bras. Leurs noms nous sont transmis ; nous apprenons la date de naissance de l’enfant, le pasteur américain souligne la grâce de Dieu et à quel point ce foyer est béni. Puis, on nous présente des photos de Tizi-Ouzou, pendant que M. décrit les premiers temps de sa conversion, les chrétiens qui se réunissent dans la forêt, craintifs et persécutés, les appels de Dieu, le fait qu’il les a entendus et qu’ils sont aujourd’hui « plus de 1000 » dans sa localité. Une vidéo de « Algeria for Mission » est diffusée, puis la parole lui est rendue dans un anglais un peu hésitant, que je traduis ici en français.

M. : « I., de Sousse, est venu me voir en Algérie » ; le pasteur l’interrompt, lui pose la main sur l’épaule et le reprend « God brought I. from Sousse to Algeria ». M. reprend son récit : « Oui, Dieu m’a amené I. jusqu’en Algérie. Et puis, j’étais bien à Tizi-Ouzou, mais j’ai voulu revenir à Tunis ».
Pasteur : « You heard the call of God, telling you to come to Tunis ». M. “Oui, c’est ça. Il y avait une grande tension en moi, j’étais tiraillé entre l’Algérie et la Tunisie, je ne savais plus. J’étais à la frontière et j’ai demandé à Dieu « Pardonne moi Dieu, mais montre-moi où je dois aller. Pardonne-moi ».
Pasteur : « God brought you to the border ».
M. : « Yes, God brought me to the border ».
M. “Et puis je me suis marié”/Pasteur “God wanted you stable”. M. « Oui, Dieu a fait que je me suis marié ». Ma femme a vu le revival en Algérie et les miracles. Dieu l’a travaillée comme une olive. Ma femme a trouvé sa liberté avec Dieu. »
Pasteur : « When God puts you somewhere, he doesn’t tell you why he puts you there. Even if you don’t know ! God knows why ! Jesus is building his Church. Listen ! « I will build my church ». It has been 2000 years ! and there are new churches every day ! »/

34Cet extrait d’une séquence plus longue montre la manière dont le pasteur reformule chacune des propositions de M. en mettant Dieu comme acteur principal, auteur de toute action et intention. Bien que M. se conforme au credo chrétien en livrant une part de son intimité et en se mettant « à nu » devant ses frères et sœurs chrétiens au sujet de ses doutes et ses tourments, l’exercice n’est pas parfaitement exécuté dans la mesure où le sujet des phrases est trop souvent « je », plutôt que « Dieu ». Le pasteur, gentiment mais avec fermeté grâce à sa main sur l’épaule de son « élève », répète en modifiant chacune des phrases de M. dans l’attente que celui-ci les dise à nouveau, dans leur forme aboutie. Le pasteur algérien emporté par son récit, reprend à son compte certaines des phrases et en laisse passer d’autres. Qu’importe. L’effet escompté est atteint car les voix se sont mêlées et celle du pasteur américain, plus forte et plus assurée, a fait résonner le nom de Dieu plusieurs fois, et plus souvent que M. ne l’aurait fait s’il avait été seul à conduire son témoignage, pourtant personnel, donnant l’impression que le destin de M. ne pouvait être autre.

35Enfin, pour illustrer le travail discret qui vise à former l’ethos évangélique dans les tout premiers temps de l’évangélisation (je rappelle que les jeunes gens présents sont novices dans leur ensemble), j’aborderai la manière dont les pasteurs insistent sur l’importance de la construction d’une famille chrétienne. Être évangélique ne consiste pas à louer Dieu et à venir au culte tous les dimanches. Il faut bien sûr diffuser la « Bonne Nouvelle » autour de soi, construire une relation directe et pleine d’amour avec Jésus, et, par extension, aimer ses coreligionnaires en se comportant envers eux comme on le ferait avec sa famille de sang. Comment atteindre ce but dans une société où les liens en dehors de la famille sont presque tous subordonnés à cette dernière ? Comment demander à une femme de se comporter en sœur avec quelqu’un qu’elle connaît à peine, alors que la méfiance envers les inconnus, hommes et femmes, est une valeur inculquée depuis l’enfance, au profit d’une autre catégorie d’individus, la famille ou « les proches » ?

« Nous sommes dimanche. Vous viendrez mardi, jeudi, et dimanche prochain. Le 30 mars il y aura un repas tous ensemble. Aussi, n’oubliez pas que vous avez un « contrat », que vous êtes membres de l’Église. Qu’est-ce que c’est être membre de l’Église ? Nous avons quelqu’un à l’hôpital. Elle demande de la soupe. Sabra peut l’apporter, si quelqu’un veut bien la cuisiner. C’est ça être une Église.
Le grand-père de D. vient de décéder. Je demande à chacun de prier en son cœur pour que Dieu l’accepte auprès de lui. Nous devons construire des relations. Que nous ne soyons pas des étrangers mais une famille. « Let us not be strangers ».
Nous pouvons prier ici tous les jours. Il y a un nouvel espace à côté aussi. Vous pouvez venir le mercredi soir de 5 à 6. Il y aura des classes pour apprendre la Bible. Il y a beaucoup de choses pour une petite église. Téléphonez-vous, appelez-vous pendant la semaine pour prendre des nouvelles. N’hésitez pas à parler de vos joies et de vos peines. Il faut être amis, il faut être une famille. »

36Cette église est localisée dans un quartier assez central de la ville, entre la gare de la place Barcelone et Bab Alioua, où les métros (tramways), cars, et nombreux taxis et taxis collectifs partent pour desservir la ville, les banlieues et les villes du pays. On peut imaginer des jeunes gens faire un saut rapide à l’église avant de rentrer chez eux, où ils vivent souvent avec leurs parents. Faire église, devenir une famille chrétienne sont des objectifs qui se travaillent à force de proximité et d’échanges, à l’intérieur et à l’extérieur du bâtiment. Le travail rituel qui s’y opère a toute son importance : communier ensemble, chanter et danser, vibrer sur le thème de l’amour de Dieu sont des puissants vecteurs. Ici, le rituel est encore balbutiant, mais nous pouvons supposer que le savoir-faire des pasteurs et la volonté des convertis viendront à bout des hésitations.

Conclusion

37Le prosélytisme évangélique au Maghreb revêt des aspects multiformes. Distribuer des bibles ou en donner lorsqu’elles sont demandées, s’appuyer sur des missionnaires américains ou coréens présents pour dispenser un enseignement linguistique ou un savoir médical, diffuser des informations sur les médias chrétiens (principalement Internet) font partie des procédés observés.

38La mise en évidence d’un travail prosélyte va à l’encontre de la fiction d’autogenèse qui anime le milieu des chrétiens tunisiens. Le discours communément partagé est que la révélation a eu lieu de manière individuelle et inattendue. Si elle a été accompagnée ou même précédée d’une information sur Jésus par un proche ou un « nouvel ami », cette parole ne remet pas en cause la dimension d’élection divine individuelle vécue par le nouveau converti. L’augmentation du nombre de chrétiens au Maghreb est présentée comme le travail de Dieu et de celui-ci uniquement. Pour les chrétiens convertis, tout le reste (les formations, l’encadrement institutionnel) lui est subordonné et ne mérite pas d’être mentionné tant il est secondaire. Notre description de la manière dont des talents tunisiens ont été sollicités et valorisés pour écrire les chants évangéliques ou nos remarques sur le fait que le dispositif technique mis à la disposition de la création a été importé puis est reparti, peuvent susciter des réticences. Certains, parmi nos lecteurs chrétiens évangéliques, pourraient s’agacer de nous voir désenchanter le processus spirituel (Boissevain, 2012).

39De même, la description de réunions de prières dans des églises de maison, d’ouverture d’églises ou l’encadrement social et rituel de nouveaux chrétiens, tout comme les techniques à l’œuvre pour créer une communauté religieuse distincte de la communauté religieuse englobante, va à l’encontre du discours émique qui insiste sur l’autogenèse de l’appel chrétien et de l’œuvre de Jésus. Néanmoins, cet encadrement existe et il est important de l’étudier, comme d’étudier les réseaux de formation des chrétiens évangéliques. Par exemple, Fatiha Kaouès montre que l’Arab Baptist Theological Seminary (ABTS), organe de formation évangélique à Beyrouth, qui vise à former des pasteurs dans le monde arabe, trouve ses étudiants parmi des convertis qui peuvent être anciennement musulmans ou, le plus souvent, chrétiens d’orient. Ici, elle permet d’approcher les profils sociologiques des individus qui investissent plusieurs années de leurs vies dans ces formations, et ce type d’étude, doublée d’une analyse réticulaire des parcours, permettra de saisir les circulations internationales, les obstacles qui se dressent, les contournements mis en place, et les liens d’une part entre les formations officielles et les enseignements parallèles, et d’autre part entre les églises évangéliques « mainline » et les églises plus autonomes.

  • 13 On connait la puissance évangélisatrice des Coréens qui ont le plus grand nombre de missionnaires (...)

40En effet, les parcours des étudiants sont variés et les liens qui se tissent entre eux d’une part, et entre eux et les lieux et sociétés qu’ils traversent d’autre part, mettent au jour une cartographie singulière des réseaux de l’évangélisation protestante contemporaine. Lors d’un de mes séjours à Fès, j’ai participé à une réunion de prière dans une église de maison, un soir de fin de semaine. Nous étions treize participants. Outre les étudiants africains, le pasteur, son épouse et moi-même, étaient présents un étudiant allemand (étudiant dans un institut biblique des Pays Bas et fiancé à une Coréenne qui étudie dans le même institut), et une jeune femme coréenne. Cette dernière partait le lendemain matin, en bus, avec trois amies/collègues coréennes13 vers la Mauritanie. Ces trois jeunes femmes sont dentistes et se déplacent pour une organisation non gouvernementale (ONG) chrétienne afin d’évaluer les besoins en matériel de soin dentaire. Est-ce que partir pour une ONG chrétienne vers un pays musulman en transportant des bibles est un acte prosélyte ? Par ailleurs, décrire la composition de l’assemblée donne une idée des diverses routes et motivations qui ont mené les uns et les autres vers cette église de maison.

41Au Maroc, la prudence de mes interlocuteurs et les risques que j’aurais pu leur faire courir m’ont amenée à être moi-même très prudente, préférant passer par des chemins détournés pour glaner des informations plutôt que d’aller bille en tête à la recherche de nouveaux chrétiens. Le milieu dans lequel j’ai finalement appris le plus sur le travail de prosélytisme mené dans la ville de Fès est celui des expatriés européens. Certains d’entre eux, sans toujours être chrétiens pratiquants, se tiennent informés de ce qui se passe dans les églises catholiques ou protestantes, ou sont en contact avec des associations paramédicales ou des lieux d’enseignement dans lesquels des rumeurs d’actions prosélytes peuvent avoir cours. Les histoires de dons de bibles avec des billets de banque glissés à l’intérieur, de promotions professionnelles soudaines et inexpliquées, d’invitation à des cultes, d’intimidations sont nombreuses et ressemblent aux histoires caricaturales dont se défendent, en Tunisie, les pasteurs tunisiens : « Tu vois bien, ici on ne distribue pas de billets de banques ni de visas ! C’est vraiment n’importe quoi ! » me dit un jour un pasteur pendant un culte à l’Église réformée de Tunis. Que dire de ce décrochage dans le temps ? Des méthodes d’évangélisation et de leurs effets ? Quelles sont les relations réelles entre les réseaux évangélisateurs qui œuvrent dans la clandestinité et les Églises officielles aux discours et aux pratiques politiquement acceptables ?

42À Fès, même si le pasteur affirme ne pas souhaiter convertir des Marocains, s’occupant avant tout de la gestion religieuse et l’encadrement des jeunes Africains, il aborde la question des quelques conversions et mentionne parfois le rôle tenu par des Marocains qui « agissent comme pasteurs » ou celui de pasteurs anglophones. Par ailleurs, lors d’un échange moins formel, d’une conversation où le pasteur et sa femme me posaient des questions sur la Tunisie, la remarque « oui, ils sont bien plus avancés là-bas » m’a donné à réfléchir. Elle est révélatrice d’une position « sur le fil » puisque l’idéal du christianisme évangélique est de transmettre la Bonne Nouvelle, tandis qu’il doit se combiner avec le souhait de ne pas faire de vagues dans le pays d’accueil, lorsque celui-ci est musulman. C’est tout le paradoxe avec lequel doivent composer les hommes et les femmes missionnaires au Maghreb, ainsi que les nouveaux-chrétiens eux-mêmes qui aspirent à parler de leur foi pour la diffuser.

Bibliographie

Bibliographie indicative

Bava, Sophie, Boissevain, Katia (dir.), 2014, Routes migratoires africaines et dynamiques religieuses, quels enjeux sociaux ? L’Année du Maghreb, no 11.

Boissevain, Katia, 2014, « Le baptême adulte de chrétiens tunisiens. Rituels public d’un engagement privé », in Cahiers d’Etudes du Religieux -Etudes interdisciplinaires, no spécial, Montpellier. (revue en ligne)

Boissevain, Katia, 2013, « Devenir Chrétien évangélique en Tunisie. Quelques aspects d’une conversion en pays musulman à la veille de la révolution », in C. Pons (dir.), Jésus, moi et les autres. La construction collective d’une relation personnelle à Jésus dans les Églises évangéliques : Europe, Océanie, Maghreb, Paris, CNRS Éditions.

Boissevain, Katia, 2012, « Les chants évangéliques en Tunisie. Des chants locaux venus d’ailleurs », Science and Video des écritures multimédia en sciences humaines, no 4.

Coyault, Bernard, 2014, « L’africanisation des églises au Maroc : revitalisation d’une institution religieuse et dynamiques d’individualisation », Routes migratoires africaines et dynamiques religieuses, quels enjeux sociaux ? L’Année du Maghreb, no 11, p. 81-104.

Dirèche-Slimani, Karima, 2009, « Dolorisme religieux et reconstructions identitaires. Les conversions néo-évangéliques dans l’Algérie contemporaine », Annales. Histoires, Sciences sociales, 5.

Giudice, Christophe, 2003, « La Petite Sicile, inventaire avant démolition », IBLA, Tunis, décembre, p. 205-227.

Kaouès, Fatiha, 2013, “Evangelicals in the Arab world : the Example of Lebanon”, in Olivier Roy, Nadia Marzouki (dir.), Religious conversion in the Mediterranean world, Palgrave, MacMillan.

Maskens, Maïté 2009, « Identités sexuelles pentecôtistes : féminités et masculinités dans des assemblées bruxelloises », Autrepart, no 49, p. 65-81.

Mézié, Nadège (2008) « Les évangéliques cartographient le monde. Spiritual mapping », Archives de Sciences Sociales des Religions, no 142, p. 63-85.

Robin, Julie, 2014, « Entre Église catholique, bailleur européen et Gourvernement marocain, l’acion de Caritas Maroc auprès des migrants subsahariens », Routes migratoires africaines et dynamiques religieuses, quels enjeux sociaux ? L’Année du Maghreb, no 11, p. 173-194.

Smith, Karen, 2011, « Les relations islamo-chrétiennes en Afrique du Nord », in Basset, Jean-Claude et Désiré Johnson Samuel (dir.), Les chrétiens et la diversité religieuse, les voies de l’ouverture et de la rencontre, Paris, Karthala.

Notes

1 Je remercie mes collègues de l’ANR CIRELANMED et du Séminaire IREMAM, IDEMEC, LAMES « Vous avez dit Maghreb ? » pour leur écoute active lors de mes présentations orales. De plus, la version écrite a bénéficié des conseils précieux de Loïc Le Pape.

2 http://w2.vatican.va/content/john-paul-ii/fr/letters/1984/documents/hf_jp-ii_let_19840205_hassan-ii.html.

3 Dans le vocabulaire évangélique, cette « fenêtre » désigne une large zone située entre le dixième et quarantième parallèle du globe, qui regroupe les régions les moins christianisées, telles que le Moyen-Orient, l’Inde et la Chine.

4 Ceci est également vrai en Algérie (tant dans les églises historiques des grandes villes que dans les petites églises de fortune qui accompagnent les Africains dans leur migration) mais dans ce pays, la situation des églises protestantes évangéliques est différente. Je ne ferai mention des chrétiens en Algérie que pour évoquer les travaux de mes collègues historiens et juristes, dans la mesure où dans ce pays, bien que des discriminations existent, la Loi de 2006 encadre précisément les cultes non-musulmans, obligeant par là-même les églises évangéliques indépendantes à se fédérer sous un même parapluie institutionnel, l’Église protestante d’Algérie.

5 Les liens, inexistants d’un point de vue institutionnel, sont avérés entre certains membres de l’Église officielle et des membres des Églises évangéliques missionnaires. Il s’agit souvent de liens d’interconnaissance, de natures variées, parfois suivis lorsque ces liens sont fondés sur de la sympathie.

6 http://www.medinapart.com/2012/03/16/les-chretiens-tunisiens-en-quete-de-paix/.

7 Leur expulsion a été invalidée par la justice marocaine. D’après Jean-Luc Blanc, ancien président de l’Église Evangélique au Maroc (EEAM), l’orphelinat avait déjà eu des antécédents judiciaires. Deux ans auparavant certains chrétiens avaient déjà été arrêtés pour prosélytisme et pour non-respect de la Kafala. Pourtant, les autorités locales de Aïn Leuh ont choisi de laisser les enfants à l’orphelinat. On voit ici un exemple de l’intérêt que porte l’EEAM, en tant qu’Église protestante officielle, envers les réseaux missionnaires évangéliques, dans la mesure où, tout en s’en démarquant, ils se sentent concernés par eux. Enfin, certains Marocains, choqués par cette expulsion violente, ont manifesté devant la mosquée pour réclamer la protection des orphelins et des travailleurs sociaux américains.

8 Par souci de discrétion, je fais le choix de ne pas donner de détails sur ces associations.

9 Hubert Lyautey, par le Traité de Fès signé en 1912, interdit l’accès des non-musulmans aux mosquées. Cette règle peut expliquer que certains pensent que la réciproque existe, rendant la visite des églises interdite aux musulmans.

10 Je renvoie à Boissevain 2013 pour une explication plus détaillée de l’évolution des termes Église de Tunisie, Église en Tunisie, Église tunisienne.

11 La Petite Sicile, quartier suspect par excellence, marqué par « la délinquance, […] la prostitution, […] la débauche, [l]es activités politiques et syndicales » (Giudice, 2003, p. 219).

12 Je relativise cette vitalité car seul l’avenir dira quel sera l’enracinement réel du protestantisme évangélique dans ce pays. Pour l’instant, nous observons quelques lieux de cultes, deux générations de chrétiens (la première, convertie, la seconde, née dans une famille chrétienne), et un encadrement institutionnel structuré. Ne pas nuancer la vitalité de cette religion laisserait penser à un mouvement exponentiel et inévitable.

13 On connait la puissance évangélisatrice des Coréens qui ont le plus grand nombre de missionnaires à travers le monde.

© CNRS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search