Version classiqueVersion mobile

Prosélytismes

 | 
Fatiha Kaouès
, 
Myriam Laakili

Introduction

Fatiha Kaouès et Myriam Laakili

Texte intégral

  • 1 Marianne, 22 au 28 mai 2015, numéro spécial « les complices de l’islamisme », no 944.

1Le prosélytisme apparaît comme une notion malaisée à définir et qui varie considérablement selon le contexte sociétal. En certains lieux, il peut paraître illégal, sans que cela soit forcément conforté par le droit. Dans le monde arabe, le prosélytisme chrétien est considéré comme une menace et réprimé ou sinon traité sous l’angle du scandale. En France, une partie des médias s’émeuvent du caractère conquérant des religions, en particulier de l’islam, et décrivent un monde laïc inquiété par des religions dont le pouvoir grandirait1.

  • 2 http://www.huffingtonpost.fr/2015/04/28/laicite-ecole-interdiction-cours-jupe-longuejugee-signe-re (...)

2Si le prosélytisme semble connaître une activité brûlante, les problématiques qu’il pose sont récurrentes dans les débats des sociétés française et d’ailleurs. Depuis les révolutions ou « printemps arabes » commencés en 2011, la question religieuse semble l’un des principaux moteurs des mobilisations politiques. C’est cette même question religieuse qui motive un « djihad » islamique mondialisé, recrutant massivement des combattants étrangers, dont beaucoup de jeunes Européens fraîchement convertis, pour lutter en Syrie, en Irak, au Yemen ou ailleurs. Le phénomène inquiète les pouvoirs publics occidentaux qui le considèrent comme un effet quasi exclusif de l’islam prosélyte. En Europe, particulièrement en France, c’est dans le domaine scolaire que le débat se fait le plus virulent : les écoles sont confrontées à une visibilité plus forte des religions et des voix s’élèvent pour faire appliquer une laïcité de plus en plus restrictive, allant jusqu’à rejeter le port par des collégiennes de jupes jugées trop longues et assimilées de ce fait à un signe religieux « ostentatoire »2. Au printemps 2015, défendant une vision maximaliste de la laïcité, le magazine Marianne a ainsi proposé un dossier sur « Les complices de l’islamisme » où furent stigmatisés tour à tour un imam controversé, le mouvement des Indigènes de la République et la radio franco-maghrébine Beur Fm. De manière symptomatique, les éditorialistes, experts et journalistes, engagés dans la défense d’une certaine laïcité, considéraient l’expression même d’une spécificité ethno-religieuse (en l’espèce musulmane et maghrébine) comme la marque d’un prosélytisme, prosélytisme forcément militant et attentatoire à la paix sociale, sans que la démonstration en soit faîte.

3Dans ce contexte de la mondialisation des religions, lié à une fluidité inédite des frontières et à la mobilité accrue des individus, le prosélytisme revêt une importance particulière. Les études rassemblées ici couvrent ainsi de larges espaces géographiques, depuis l’Europe (France, Suède, Italie), jusqu’en Afrique (Cap-Vert) en passant par le monde arabo-musulman (Maroc, Tunisie, Égypte et Liban), et aspirent à présenter une diversité de situations qui illustrent le traitement différencié de la question prosélyte. Le contexte sociétal mérite en effet d’être pris en compte, ainsi que les spécificités socio-historiques de chaque pays considéré qui agissent certainement sur le rapport de ces sociétés au prosélytisme. Dans les sociétés occidentales, qui connaissent une sécularisation avancée, la libre expression de ses convictions religieuses et notamment le droit à changer de religion est une liberté inscrite dans les textes de loi. Cependant, il y a loin de la pratique à la théorie et la libre expression religieuse semble se heurter à la question de sa visibilité, objet de restrictions plus ou moins fortes. Dans tous les espaces considérés, le prosélytisme apparaît comme un enjeu sociétal et politique de grande portée. Un certain marketing religieux qui se double parfois d’un engagement militant se développe, notamment sur Internet. Cette thématique appelle de nombreux questionnements : existe-t-il une forme institutionnalisée du prosélytisme ? Peut-on parler de prosélytisme interne et de prosélytisme externe aux religions ? Quelles différences existent entre les formes de prosélytisme selon les religions considérées, notamment le judaïsme, le christianisme et l’islam ? À ce sujet, le judaïsme, réputé peu ouvert aux conversions et partant, au prosélytisme, l’est-il réellement ?

4Quoiqu’il en soit, en matière de prosélytisme, les religions, notamment le christianisme évangélique et l’islam, sont à l’avant-garde et se développent concomitamment au phénomène mondial de sécularisation.

  • 3 Dictionnaire Le Petit Robert, 2011.

5L’étymologie du mot prosélytisme renvoie au latin ecclésiastique proselytus qui signifie « nouveau venu dans un pays »3. Loin de ses origines latines, le prosélytisme désigne aujourd’hui, une insistance fervente, un zèle déployé par certains individus ou groupes en vue de rallier de nouveaux adeptes à une religion ou à une cause. Dans sa signification littérale, le prosélytisme consiste à faire connaître sa pensée, ses croyances religieuses pour rallier à sa foi de nouveaux adeptes. Si le terme de prosélytisme est souvent lié à l’idée de conversion, il tend à prendre une connotation péjorative lorsqu’on l’utilise pour qualifier l’ardeur à convertir un individu à ses idées pour tenter d’imposer ses convictions. Dans la mesure où le mot prosélytisme a acquis une signification péjorative, il est souvent employé pour décrire un discours captieux, volontiers sophistique.

Le prosélytisme dans l’islam

6Dans la tradition musulmane, le terme arabe utilisé pour désigner le prosélytisme est da‘wa qui signifie littéralement « invitation », la racine « d. ‘. â » en arabe a plusieurs registres de significations : « appel, invitation, invocation de Dieu », etc. Selon le dogme islamique, la da‘wa est l’invitation faite aux hommes par Dieu, à croire en la « vraie » religion (XIV, 44). Le prophète Mohammad, considéré comme le sceau des prophètes, a eu pour mission de renouveler cet appel à tous les hommes, en transmettant le message révélé par Dieu (XXXIII, 45, 46). Dans plusieurs versets, le Coran ordonne au Prophète d’assurer cette mission de da‘wa ou d’invitation à adhérer au message de l’islam, en faisant appel au dialogue et à la persuasion (XXXVIII, 87 ; XXII, 68 ; Amir-Moezzi, 2007). Cependant, il s’avère difficile de traduire le terme prosélytisme au regard de la religion musulmane. Lorsque nous cherchons une traduction du mot « prosélytisme » dans le dictionnaire français-arabe Larousse de Daniel Reig, dans son édition 1999, nous trouvons le mot : tabshîriyya pour « prosélytisme » qui vient de la racine bashara « annoncer une bonne nouvelle, évangéliser ; prêcher », et un peu plus loin mubashir qui signifie « annonciateur ; missionnaire, évangélisateur ». À ce propos, le sociologue marocain Mohamed Sghir-Janjar a réalisé une étude éclairante sur la notion de prosélytisme à partir du cas de l’islam (Sghir-Janjar, 2013). Il explique que le terme n’a pas toujours eu la connotation négative ou péjorative qui est la sienne aujourd’hui. En effet, selon le sociologue, c’est dans le climat de conflit et de polémique du xixe siècle entre les défenseurs de la laïcité et les autorités religieuses en Europe que le mot a acquis une nuance dépréciative. À l’issue de deux siècles de débats et de luttes pour le droit à la liberté religieuse, la conscience moderne rejette désormais toute forme de prosélytisme. Elle y voit une sorte d’agression ou de violation de la liberté des autres. C’est dans ce contexte que, progressivement, le prosélytisme est devenu synonyme d’une action sur autrui. Quand il s’agit d’évoquer sa propre activité, on parle plus volontiers d’apostolat, d’évangélisation ou de prédication. Selon le sociologue, ces derniers termes sont empruntés au vocabulaire chrétien, tandis que le mot « prosélytisme » relève du vocabulaire laïc et s’applique à différents domaines, politique, philosophique ou religieux. Le terme da’wa dans le monde musulman revêt une connotation positive contrairement aux activités des missionnaires chrétiens désignées par le terme tabshir. On peut encore rencontrer le terme tansir qui signifie « christianisation ». Ces deux termes ont un sens négatif dans le discours religieux arabe moderne.

7Dans le Coran, avec la notion de da‘wa qui peut être traduite par « l’appel ou l’invitation » (à adhérer à l’islam), plusieurs passages insistent sur le fait de faire appel au dialogue et à l’échange :

« Si ton Seigneur l’avait voulu, auraient cru tous ceux qui sont sur Terre sans exception. Est-ce donc toi qui pourrais contraindre les hommes jusqu’à ce qu’ils deviennent croyants ! » (X, 99).

8Ou encore cet autre passage extrait de la sourate des Abeilles (sourate An-Nahl, XVI, 125) :

« Par la sagesse et la bonne exhortation appelle (les gens) au sentier de ton Seigneur. Et discute avec eux de la meilleure façon. Car c’est ton Seigneur qui connaît le mieux celui qui s’égare de Son sentier et c’est Lui qui connaît le mieux ceux qui sont bien guidés. »

  • 4 Entretien avec Pierre Larcher, professeur de linguistique arabe à l’université Aix-Marseille, avri (...)

9La da‘wa se veut être une explication des principes censée n’engager que la libre adhésion des personnes concernées. Adhésion de cœur, donc, et par là vue comme « sincère », elle est un des principes fondamentaux mis en avant pour un individu qui souhaite se convertir à l’islam. Il convient de prononcer la chahâda avec « conviction et sincérité ». Il n’y aurait donc « pas de contrainte dans la religion » (lâ ikrâha fî-d-dîn, II, 256). Ainsi, selon le Coran et la tradition islamique, la da‘wa consiste en une prédication. Il s’agit avant tout pour chaque musulman d’appeler au « sentier d’Allah », de « recommander le bien et de blâmer l’illicite ». Par ailleurs, sur le plan linguistique, pour traduire au mieux le mot « prosélytisme » en arabe, le linguiste Pierre Larcher propose da‘iya diniyya qui signifie littéralement « propagande religieuse »4. Le terme « prosélytisme », revêt donc plusieurs significations selon que l’on se place aux plans biblique ou islamique stricto sensu ou dans un cadre non religieux.

10Cependant, la terminologie ne va pas de soi : la da’wa désigne-t-elle une forme de prédication, de propagande ou de prosélytisme ? La définition du prosélytisme est marquée par l’ambivalence et ses usages ne font aucunement l’objet d’un consensus, tout au contraire. Les différentes analyses contenues dans cet ouvrage, qui se déploient dans divers contextes sociopolitiques permettent néanmoins d’apporter quelques éclairages significatifs.

Une approche du prosélytisme à travers le cas des conversions à l’islam : entre témoignages et prosélytisme

  • 5 Ahmed Deedat (1918-2005), est un apologiste et théologien musulman. Ses réflexions portent sur des (...)

11Au terme d’une enquête de terrain menée à Marseille pendant quatre ans, Myriam Laakili fait le constat d’une certaine forme de prosélytisme non institutionnalisée, assez informelle. À partir d’un corpus composé de récits de vie, d’entretiens semi-directs et d’observation participante, elle analyse les logiques discursives qui président aux récits de conversion collectés. Elle observe que les enquêtés ne se sont pas convertis suite à un prosélytisme institué mais plutôt à des « choix individuels », selon l’expression de Stefano Allievi, et en général à la suite d’une rencontre avec des musulmans. En revanche, M. Laakili fait le constat de discours prosélytes répandus chez ces convertis, qu’ils adaptent au public auquel ils s’adressent. S’il s’agit par exemple d’un interlocuteur aux convictions cartésiennes, ces convertis exposent des « preuves scientifiques » issues du Coran. Par exemple, l’exposé des découvertes alléguées du docteur Maurice Bucaille (converti à l’islam) est fréquent. Bucaille est connu au sein de l’univers francophone musulman pour ses travaux concordistes sur le Coran, dans lesquels il tente de démontrer que le Coran est conforme aux théories scientifiques modernes. Une autre catégorie d’arguments très récurrents expose les « contradictions » supposées contenues dans la Bible. Cet emploi est surtout le fait de convertis issus de la tradition catholique. À cette occasion, tout converti se fait théologien à l’image du prédicateur Ahmed Deedat, musulman sud-africain d’origine indienne, très connu pour ses conférences et débats notamment avec les missionnaires évangéliques5.

12Des personnalités célèbres, actuelles ou passées sont décrites comme converties. C’est le cas du commandant Cousteau qui se serait converti à l’islam suite à ses découvertes scientifiques qui auraient confirmé les dires du Coran sur le fonctionnement des mers et océans. Plus récemment, des informations circulant sur Internet affirment que Michael Jackson se serait converti à l’islam. Le point commun de ces arguments est qu’ils sont invérifiables. Lorsqu’un démenti est exprimé, cela n’empêche pas l’information de circuler sur Internet. Enfin, sont exposés des arguments en lien avec la notion islamique de « signe » (al ayât) de Dieu qui serait contenu dans la nature, comme on peut le voir dans l’illustration ci-dessous figurant un arbre qui se prosterne. Ce type d’illustration circule beaucoup sur Internet.

(Source photo : http://livreislam.over-blog.com/​article-sur-terre-laprosternation-devant-allah-85096841.html, consulté le 13 mai 2015).

13Les convertis que rencontre la chercheuse ne sont pas en situation de prosélytisme affiché mais ils ont recours à des arguments traditionnellement dévolus au prosélytisme. On se trouve là face à une situation complexe, une sorte d’état limite. L’usage d’un argumentaire et d’outils rhétoriques empruntés à la logique prosélyte démontre une volonté de convaincre. Il y a une volonté de justifier, de légitimer et donc de convaincre autrui de la légitimité de sa démarche conversionnelle, ce qui doit être compris dans un contexte français fortement nourri d’islamophobie où ces choix religieux peuvent apparaître des plus controversés. Ces convertis parviennent fréquemment à convaincre leurs proches de se convertir à leur tour à l’islam. Ainsi, cette forme de prosélytisme peut fonctionner, dans la mesure où elle déploie ses effets sur la base d’échanges interpersonnels.

Le protestantisme évangélique, une religion de conversion

14De nos jours, l’islam et le christianisme sont les deux religions qui connaissent le plus grand essor à échelle mondiale. En particulier, ce sont les mouvances salafiste et évangélique qui sont les plus dynamiques. Ces trente dernières années, les évangéliques ont développé une activité missionnaire sur tous les continents, au point de bouleverser le paysage religieux mondial, dans des pays aussi différents que le Brésil, le Nigéria et la Corée du Sud. Le monde musulman demeure à cet égard l’un des espaces les plus rétifs à ce développement. Dès le xixe siècle, les missionnaires protestants ont pourtant bien pris pied dans le monde arabe. Mais c’est depuis le début des années 2000 seulement que les conversions chrétiennes y prennent une réelle ampleur.

15Depuis les années 1930, un mouvement inverse est né au sein de groupes chrétiens plus libéraux qui encourageaient le dialogue interreligieux au détriment du prosélytisme auprès des non-chrétiens. Le Conseil mondial des Églises (World Council of Churches), une organisation libérale, avait entrepris dans les années 1970, de se détourner de l’évangélisation au profit du dialogue interreligieux. Plus récemment, en 2001, elle diffusait un document sur les relations entre musulmans et chrétiens qui stigmatisait les manœuvres « manipulatoires » des missionnaires, lesquels cibleraient les gens les plus vulnérables afin de les convertir (Kidd, 2009 : 121). Bien que le Conseil mondial concédât que les croyants « appréciaient la liberté de convaincre et d’être convaincu », il affirmait que les musulmans et les chrétiens devaient fondamentalement « respecter l’intégrité religieuse de l’autre ». De telles vues ont toujours suscité le dédain des fondamentalistes et des évangéliques.

16En vérité, le débat s’avère plus complexe. En effet, l’activité missionnaire ne peut être séparée de thématiques telles que la liberté de religion, de conscience et d’expression, dans le cadre plus général des libertés publiques et des responsabilités et pouvoirs de l’Église. Cette question du prosélytisme et de la liberté de religion des groupes minoritaires ne concerne pas seulement les chrétiens ou les protestants au Moyen-Orient, ou les musulmans en Occident. Elle questionne aussi les rapports entre croyants d’une même tradition religieuse, comme le chiisme au sein de l’islam.

17Si dans un nombre croissant de pays, les églises comme les mosquées sont généralement pleines, la question qui se pose est : pourquoi les gens viennent-ils ? Est-ce la foi en Dieu qui les fait se déplacer en si grand nombre dans les lieux de culte ou l’obligation familiale, communautaire qui prévaut dans leur choix ? Même si en Afrique, en Asie et dans les Amériques, l’irréligion est loin de connaître l’ampleur qu’elle atteint en Europe occidentale, le succès des Églises évangéliques ou les conversions salafistes démontrent que « l’individualisation du croire » et le refus d’une adhésion passive du statut de croyant « hérité » connaissent une importance mesurée mais réelle.

  • 6 Fath Sébastien, 2007, Questions sur le prosélytisme à la lumière de l’exemple des évangéliques, «  (...)
  • 7 Rappelons en effet qu’en 1965, le conseil du Vatican a mis en œuvre le Nostra Aetate, un décret dé (...)
  • 8 Il s’appuie sur les chiffres de Grace Davie (Davie, 1996 : 54).

18Dans un texte stimulant6, Sébastien Fath s’est essayé à une analyse du prosélytisme en contexte évangélique, en discutant quelques propositions pour en vérifier la validité. Il remarque tout d’abord que le prosélytisme a une connotation péjorative depuis les années 19607. Sébastien Fath remarque, à partir de quelques éléments factuels simples, que le prosélytisme, bien loin de fragiliser l’Église la renforce puisque les Églises libérales, qui se refusent à étendre le nombre de leurs ouailles par le prosélytisme, traversent depuis quelques décennies un phénomène marqué de désaffiliation qui atteint des seuils critiques dans certains pays européens. Il donne l’exemple des Églises protestantes de Scandinavie, éloignées de tout prosélytisme et qui connaissent un taux très bas de pratique religieuse8. Au contraire, rappelle le chercheur, « le pentecôtisme ne rassemblait aucun adepte à l’amorce du xxe siècle. Il en regroupe plus de 200 millions aujourd’hui ».

19La relation systématique effectuée entre prosélytisme et extrémisme lui semble fallacieuse. Le refus de l’extrémisme participe parfois d’une volonté de dialogue œcuménique et même interreligieux. Comme le fait justement remarquer Sébastien Fath, le prosélytisme, en encourageant à aller vers autrui, oblige à faire effort de connaissance plutôt que de repli. De façon générale, le lien entre l’intolérance et le prosélytisme ne peut être considéré comme une relation obligée. Un exemple peut être mobilisé pour illustrer le fait qu’il est peu légitime de faire le procès d’extrémisme aux évangéliques ouverts au prosélytisme, sans autre forme de distinction. Cela ressort de recherches récentes réalisées au Moyen-Orient (Kaouès, 2015). Les évangéliques dispensationalistes ou « sionistes chrétiens », les plus rétifs à toute solution politique de règlement du conflit israélo-arabe sont généralement peu engagés dans le prosélytisme à destination du monde musulman. En effet, les tenants du discours le plus virulemment opposé aux autres confessions sont peu susceptibles de chercher à convertir ceux pour qui ils vouent un tel mépris. De fait, vouloir sauver des individus selon la doxa évangélique nécessite de manifester un certain intérêt pour eux ; or, ce que Castoriadis appelle l’« inconvertibilité essentielle » (Castoriadis, 2003) décrit une forme extrême de rejet qui s’exprime comme un refus de la conversion, en tant qu’elle transcende les catégories ethniques ou raciales.

20L’intérêt pour le prosélytisme peut-il avoir quelque rapport avec la pauvreté intellectuelle ? Il existe certainement une posture « intellectualiste » marquée dans l’élite protestante libérale. Cette tendance s’illustre dans la thématique de l’enfouissement qui incite à l’intériorité et à la réflexivité. Au contraire, nombre de protestants évangéliques se défient de l’intellectualisme. Le pentecôtisme est exemplaire à cet égard, donnant à voir une dimension affectuelle très marquée.

21Cet anti-intellectualisme revendiqué par nombre de protestants évangéliques s’illustre en outre dans la volonté de réduction du message à un petit nombre de règles censées contenir la totalité du sens religieux. C’est ce que Danièle Hervieu-Léger qualifie de « credo minimum », ou de « minimalisme théologique », c’est-à-dire une religiosité « réduite aux affects ». (Hervieu-Léger, 2001 : 87) De même, les fondamentalistes musulmans affirment accorder la primauté à la lettre des Textes et non à la parole des clercs.

22Notons que le prosélytisme peut être rejeté non pour des raisons philosophiques mais du fait de son inefficacité supposée. C’est typiquement la posture du croyant qui infère de l’incommunicabilité de sa foi, de la vanité du prosélytisme. Indicible en son ipséité, le divin échapperait à toute tentative de mise en mots. Jean Ansaldi l’exprime ainsi : « Le réel de la foi, comme d’ailleurs tout réel, est hétérogène au langage ; il se donne dans une suspension de celui-ci, dans une déchirure « hors le temps et l’espace » (Ansaldi, 1991 : 60). Ce refus ou cette incapacité d’expression peut conduire, comme le dit bien Sébastien Fath, à un repli sur soi.

23Toutefois, l’importance qu’accordent les Évangéliques à l’accès libre, direct et à la saisie personnelle des Écritures, à distance de toute cléricature, leur refus de l’apprentissage par cœur, de la répétition vaine, indiquent une volonté de la maîtrise de sens, et de quête personnelle à défaut d’intellectualisme.

24Finalement, on ne peut que faire le constat d’une grande diversité et complexité des expressions du prosélytisme, et du caractère très incertain des catégorisations dans lesquelles on tente parfois de l’enserrer.

Prosélytisme et concurrence pour la conquête des âmes

25Pour les adversaires du prosélytisme, le fait que l’islam et le christianisme partagent la même prétention à l’universalité justifie que la logique dialogique doit nécessairement s’imposer, pour éviter que la confrontation ne dégénère en affrontement, « un peu comme deux géants doivent se mesurer pour apprendre à se respecter », comme l’écrit Jean-Claude Basset. (Basset, Johnson, 2011) Considérant l’éclatement de l’offre religieuse et la perte d’exclusivité en matière de production des normes, Peter Berger avance la nécessité d’un « impératif hérétique » (Berger, 2005).

26Mais ce qui influe sur l’attractivité de tel ou tel courant religieux et sur sa capacité à convaincre, ce sont aussi des qualités propres qui lui sont attribuées, et/ou la capacité à proposer une offre religieuse susceptible de convenir à la demande. À cet égard, Henri Marrou exprime de manière singulière l’attrait exercé par le christianisme durant les premiers siècles de l’Empire romain : « En face d’un paganisme appauvri par l’usure du temps ou compromis par ses complaisances avec l’occultisme, c’est le christianisme qui représente le secteur actif, l’élément ascendant, le principe directeur du Zeitgeist, de l’atmosphère culturelle du siècle. Il faut souligner d’autre part le lien qui se retrouve toujours entre sociologie et culture : statistiquement parlant, le christianisme est donné gagnant : comment s’étonner que l’idéal nouveau de la culture chrétienne rassemble la majorité des meilleurs esprits de ce temps ? » (Marrou, 1963 : 342).

27En d’autres termes, la problématique de la désaffiliation inquiète les croyants même lorsqu’ils sont rétifs par principe au prosélytisme. Sur ce sujet, Joel Brummel, aumônier au Central College de l’Iowa, expose clairement dans un article ce qui, d’après lui, explique les changements survenus dans le culte protestant aux États-Unis : « Les changements extrêmes de la forme et du style de culte au cours des vingt-cinq dernières années reflètent le désir des dirigeants de l’Église de regagner une génération perdue. La fréquentation de l’Église (aux États-Unis) a chuté de 12 % de 1991 à 2004. Nous sommes une nation post-chrétienne, dont 60 % des gens ne fréquentent même pas l’église une fois par semaine. Depuis 1991, le nombre d’adultes non-croyants en Amérique a doublé (passant de 39 millions à 75 millions). L’Église contemporaine ne recrute plus. C’est être fidèle à son appel que de ramener les égarés dans le Royaume de Dieu. (…) Le but de l’adoration dans une ère post-chrétienne sera de plus en plus de faire connaître le Christ. La nature extrême de l’Église contemporaine témoigne de la volonté désespérée des dirigeants de toucher une société qui ne connaît pas Dieu par un culte innovant et renouvelé » (Brummel, 2005 : 16).

28Un tel constat légitime des stratégies élaborées pour éviter une accélération du mouvement de désaffiliation. Parmi ces méthodes, l’apprentissage de l’histoire religieuse et de ses doctrines aurait pour objectif de faire pièce à l’éparpillement et à l’inconstance. Le programme Alpha qui consiste en une série de formations à la théologie et à l’histoire du christianisme constitue une méthodologie peu contraignante qui connaît un succès important à travers le monde.

  • 9 Cette analyse est développée plus amplement dans la thèse de Fatiha Kaouès (2013).

29Au Moyen-Orient, des chrétiens engagés dans l’activité prosélyte tentent de résoudre la tension entre évangélisation et dialogue en élaborant une théorie de réciprocité (Kaouès, 2013). Ils considèrent que les pays musulmans pourraient admettre la liberté des missionnaires chrétiens à évangéliser des musulmans, à la condition que les pays à majorité chrétienne admettent celle de musulmans à destination des populations autochtones. La principale aporie d’un tel raisonnement tient dans l’idée de réciprocité qui semble ici forcée et superficielle. En effet, la da’wa, concept qui se rapproche le plus du prosélytisme n’est pas l’équivalent musulman de l’évangélisation. En vérité, il n’existe pas dans le monde musulman quelque chose qui ressemblerait à l’entreprise évangélique mondiale et multidimensionnelle qui conduit des organisations dotées de dizaines de millions de dollars et de milliers de missionnaires à sillonner le monde pour mener des chrétiens sur la voie de l’islam9.

30Comme on l’a vu, il n’existe d’ailleurs pas en langue arabe d’équivalent au terme « prosélytisme » mais le mot da’wa désigne bien l’idée de témoignage. Par exemple, un verset célèbre du Coran appelle le Prophète à faire œuvre de da’wa, c’est-à-dire à inviter les hommes à l’islam : « Appelle les hommes dans le chemin de ton Seigneur, par la sagesse et une belle exhortation, discute avec eux de la meilleure manière » (Coran XVI, 25). Ce verset peut certes être rapproché d’un passage de la Bible cher aux missionnaires évangéliques (Mt 28,19) : « Allez donc, de toutes les nations, faites des disciples, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit ».

31Mais l’orthodoxie islamique n’a jamais considéré qu’au-delà de la mission du Prophète, un tel appel avait valeur universelle et éternelle. Ainsi, Abdul Hamid el-Ghazali dans son étude majeure Ihyâ’‘Ulûm ad-dîn (Revivification des sciences de la religion) considère la da’wa comme une exhortation à la « commanderie du bien et à la défense du mal » (Ghazali, (1853) 1957). Les écoles théologiques de l’islam sont unanimes pour considérer que l’appel de la da’wa était destiné à ramener les musulmans sur la juste voie, c’est là une interprétation qui ne fait pas débat en islam.

32Il existe certes de grandes organisations islamiques mondiales qui s’engagent dans le témoignage, la da’wa, pensée comme prédication et activité missionnaire.

33Il faut évoquer d’abord la Ligue islamique mondiale (LIM, en arabe Rabita al-Alam al-Islami ou al-Rabita, en anglais World Muslim League ou WML). La LIM est une Organisation non gouvernementale islamique fondée en 1962 par le prince saoudien Fayçal dans le but de promouvoir le panislamisme, dans un contexte de nassérisme et de nationalisme arabe triomphants. Elle intervient dans de nombreux pays pour soutenir des projets culturels et éducatifs liés à l’islam ou strictement religieux. En Europe, elle sert typiquement de bailleur de fonds pour la construction de mosquées, dans des pays où il n’existe pas de possibilité de financement étatique. Elle ne s’occupe pas d’évangéliser les chrétiens. Lors d’une conférence internationale organisée en 1987, la Ligue islamique mondiale réunit ses membres pour discuter de la question de la da’wa et des modalités futures de sa politique missionnaire. À cette occasion, l’œuvre des organisations missionnaires chrétiennes fut citée en exemple. Toutefois, ce n’est pas l’activité évangélisatrice qui était l’objet de ces rapprochements, mais le fait que ces ONG chrétiennes étaient parvenues à renouveler les questionnements habituels sur l’aide aux pauvres, avec des thématiques sociales ancrées dans le vécu des individus, telles que le chômage, le sida ou le racisme. Une telle posture était considérée positivement par la Ligue islamique mondiale (Davies, Pasha, 1989).

34L’autre organisation de prédication qui mérite peut-être plus encore l’examen à des fins de comparaison est la Djamâ’at-Tabligh ou Société pour la propagation de la foi. Cette organisation missionnaire islamique a été fondée en 1927 par Mohammed Elias dans ce qui est aujourd’hui le Pakistan. Comme pour les Frères musulmans nés un an plus tard, la naissance du Tabligh est inséparable de son contexte social et politique : dans l’environnement colonial des Indes britanniques, les mouvements missionnaires islamiques, chrétiens et hindous se livraient à une intense compétition pour la conquête des âmes. Peu après la chute de l’Empire ottoman, Elias souhaitait fonder le réveil des musulmans sur la revivification du sentiment islamique. Développée plus tard par Abû al-A’lâ el Mawdûdî, cette théorie selon laquelle les musulmans ont été dominés parce qu’ils ont abandonné les valeurs et l’éthique profonde de la foi islamique est devenue une idée-force des mouvements islamistes.

35Considérée comme un mouvement piétiste, apolitique, la Djamâ’at-Tabligh est aussi comparée parfois aux Témoins de Jéhovah parce que ses prédicateurs pratiquent également le porte-à-porte. De plus, en contexte non musulman, certains prédicateurs, rencontrant dans leurs sorties (khurûj) des non-musulmans, ont cédé à la tentation de les convertir également. Mais cette tendance est toujours restée très minoritaire par rapport à la ligne générale de la Société portant sur la réislamisation des musulmans sociologiques (Troll, 1994).

36Finalement, les musulmans prosélytes s’engagent pour réislamiser les individus nés musulmans tandis que les chrétiens évangéliques dirigent leur prosélytisme vers l’ensemble des personnes, quelle que soit leur culture religieuse ou areligieuse d’origine. C’est là une différence majeure entre les prosélytismes chrétien et musulman.

37À partir des différentes contributions, plusieurs thématiques se dégagent et permettent d’alimenter notre réflexion. Le prosélytisme qui se donne à voir au sein d’une même religion est étudié par Christophe Pons et Sébastien Tank-Storper. Christophe Pons analyse la manière dont l’islam de la Djamâ’at-Tabligh ou l’idéologie wahabbite concurrencent l’islam confrérique soufi. Il s’agit là d’un prosélytisme qui révèle un premier niveau d’enjeux internes à un groupe religieux. Au sein du monde juif, les théoriciens du judaïsme n’ont, semble-t-il, jamais eu une position claire sur le prosélytisme. Sébastien Tank-Storper fait état d’une forme de rejudéisation. Dans le cas étudié par Josselin Tricou, « les manifestations pour tous » s’opposant à la légalisation du mariage homosexuel en France donnent à voir un renouveau des mobilisations catholiques dans le pays.

38Dans sa contribution, Fatiha Kaouès montre que l’activité évangélique conduite au Liban sous couvert d’activités humanitaires et sociales pose d’importantes questions théoriques sur le sens de l’engagement missionnaire. L’auteure constate en outre qu’à travers les séminaires Alpha, les missionnaires mettent en exergue une stratégie bien déterminée. Il s’agit de conquérir les âmes en nouant des liens de proximité avec les individus, les missionnaires se montrant très hospitaliers au sens le plus étroit, avec la tradition du repas collectif autour duquel s’ordonne le travail de formation/prédication. Cet intérêt pour l’individu et les liens approfondis noués avec lui à des fins prosélytes est décrit par Emir Mahieddin comme composant le cœur d’une stratégie missionnaire suédoise, adaptée aux temps présents et à l’esprit d’une sécularisation avancée. Au Maghreb, Katia Boissevain observe que le protestantisme évangélique et les formes de prosélytisme qu’il déploie sont largement à mettre en rapport avec les migrations africaines et donnent à voir des formes d’expression différentes au Maroc et en Tunisie.

39Le prosélytisme, décidément bien ancré dans la modernité se déploie désormais par l’intermédiaire des réseaux sociaux. À partir de l’observation des usages numériques des combattants étrangers en Syrie, Loïc le Pape se propose de rendre compte des modes de mise en scène de soi et des formes de témoignage pratiqués par leurs utilisateurs. Il examine l’hypothèse selon laquelle l’intention prosélyte résiderait moins dans la production des combattants eux-mêmes que dans les usages de ces témoignages par des organisations auxquelles ils sont plus ou moins rattachés.

40La question de l’intention est aussi au cœur de la réflexion proposée par Françoise Lorcerie, dans le contexte de l’école française. C’est qu’en effet, les tenants d’une laïcité offensive émettent des doutes sur de supposées intentions cachées des usagers de l’institution scolaire dont il s’agirait de court-circuiter le possible prosélytisme. Catégoriser une attitude de prosélyte ne va donc pas de soi. Fatiha-Amel Abbassi montre comment la da‘wa chez les Frères musulmans est un processus de mobilisation et de recrutement tout à la fois, mêlant politique et religieux dans des proportions qu’il n’est pas aisé de définir.

41La conversion religieuse est à la fois une entreprise individuelle et un fait social et peut révéler d’importants enjeux lorsque le contexte sociopolitique s’y prête. En Occident, l’importance accordée de nos jours à l’œcuménisme, s’ajoutant aux valeurs de tolérance et de convivence pacifique, explique que les conversions tendent à être déconsidérées, car elles sont soupçonnées de porter atteinte aux relations interreligieuses (Willaime, 1995). Elles ne sont cependant pas interdites, bien que des tentatives d’encadrer ou de contrôler le prosélytisme soient à l’œuvre ici et là. En France, le foulard islamique est soumis à des restrictions de plus en plus étendues dans l’espace public, mais cela n’est pas la seule tentative légale de limitation de l’exercice religieux.

42Pour les tenants d’une laïcité offensive, le port d’un foulard islamique constitue à lui seul un acte prosélyte. La dernière proposition de loi en date déposée en 2012 au Sénat par les radicaux de gauche ambitionnait d’imposer une « obligation de neutralité en matière religieuse » dans les établissements et services (crèches, centres de vacances et de loisirs) accueillant des enfants de moins de six ans, qu’ils soient financés sur fonds publics ou privés (à l’exception des établissements confessionnels). La loi prévoyait même d’interdire le port de signes religieux aux assistantes maternelles exerçant chez elles, ce qui reviendrait à nier le clivage entre espaces publics et privés. La loi a été votée le 13 mai 2015, après avoir été en bonne partie vidée de son contenu au vu des polémiques qu’elle a provoquées. La version finalement adoptée limite son champ d’action aux crèches.

43En France, particulièrement dans le domaine scolaire, les débats sur la laïcité sont souvent passionnés et de fait, générateurs de tensions délétères. En effet, l’école est l’espace où se cristallisent nombre des tensions de la société, dans la mesure où elle constitue le cœur de la reproduction des élites et des classes sociales. Françoise Lorcerie analyse dans cet ouvrage les enjeux que revêt le débat sur la laïcité et le prosélytisme au sein de l’école française, qui ne vont pas sans dérives excluantes au détriment de l’islam.

44En France, les propositions de loi se multiplient donc pour restreindre l’expression religieuse associée à une forme de prosélytisme. Le 22 octobre 2012, une proposition de loi visant à instituer un délit de harcèlement religieux a été déposée au Sénat. Dans l’exposé des motifs, cependant, les rédacteurs reconnaissent que le prosélytisme ne saurait être interdit car il est garanti au nom de la liberté religieuse. C’est également au motif d’interdire les « pressions » exercées sur les individus que l’Algérie pénalise l’exercice du prosélytisme depuis 2006. En effet, de part et d’autre de la Méditerranée, l’activité missionnaire ne peut être séparée de thématiques telles que la liberté de religion, de conscience et d’expression, dans le cadre plus général des libertés publiques, et des responsabilités et pouvoirs des autorités religieuses. Comment donc faire le départ entre la libre expression de sa foi et l’empiétement sur celle des autres ? Lorsque les conversions se font en terres musulmanes, les enjeux sont de nature encore plus politique. Au Moyen-Orient comme au Maghreb, la thématique des conversions éclaire, avec une acuité particulière, la formation du lien social au-delà des appartenances primordiales, singulièrement le lien à la citoyenneté.

45Le concept de régénération radicale de l’Église de Dieu caractéristique du protestantisme évangélique est étranger à la tradition de l’orthodoxie catholique. Pourtant, l’univers catholique est toujours travaillé par la tentation du prosélytisme. Marie Balas a étudié le cas singulier de l’organisation italienne Sant’Egidio, engagée dans maints pays confrontés à des conflits, où elle a proposé ses bons offices en matière de dialogue interreligieux. Marie Balas démontre que c’est à partir de la notion d’universel que l’organisation catholique développe son activité prosélyte, mais le relatif échec de ses activités démontre la difficulté à concilier diplomatie et discours religieux, notamment dans l’Algérie des années 1990, en proie à une guerre civile destructrice. Autre pays d’Afrique du Nord traité dans ce volume, l’Égypte est le pays de naissance des Frères musulmans, la plus ancienne organisation de l’islam politique. Fatiha Amal Abassi soutient que, pour les Frères musulmans, la da’wa peut être autant analysée dans le cadre de la promotion de l’idéologie frériste (comme projet civilisationnel ou « idée » globale) que dans le contexte plus restreint du recrutement de ses membres. Là aussi, la frontière entre prosélytisme religieux et discours politique n’est pas si aisée à définir.

  • 10 Daech ou Da’esh signifie « État islamique en Irak et au Levant », en arabe addawla al-islāmiyya fi (...)

46Au Moyen-Orient, les chrétiens favorables à l’œcuménisme s’inquiètent de la régression numérique des chrétiens moyen-orientaux, à l’heure de la montée en puissance de l’organisation État islamique10. Porté à son point culminant, le complexe minoritaire est susceptible de créer une mentalité assiégée, accentuée par l’essor du fondamentalisme au sein des trois religions monothéistes. Une telle conjoncture exacerbe le sentiment d’urgence d’une unité chrétienne qui semble même, pour beaucoup de chrétiens orientaux, une condition de la pérennité de leur présence en Orient. Mais pour les évangéliques, cela constitue aussi un motif supplémentaire pour accentuer leurs efforts prosélytes dans la région. Au Liban, Fatiha Kaouès démontre que les protestants évangéliques déploient des stratégies multiples dans leurs activités prosélytes pour s’adapter à la pluralité des profils auxquels ils font face.

47C’est bien, nous dit Fatiha Kaouès, dans la plasticité du protestantisme évangélique que réside l’une des clefs d’explication de son succès. Cela apparaît fort bien dans l’analyse que propose Emir Mahieddin sur le protestantisme évangélique suédois ; s’adaptant à la culture locale, les évangéliques ont compris que les manifestations spectaculaires à l’œuvre dans les protestantismes évangéliques africain ou sud-américain ne pouvaient être d’aucune efficacité dans ce qu’il appelle « le cadre de pensée séculariste » qu’il pense hégémonique en Europe. Ils déploient des techniques conversionnistes fort différentes, privilégiant une méthode axée sur la longue durée, l’interconnaissance et le développement de relations personnelles entre le pasteur et la « cible » de son discours prosélyte.

48Dans un contexte de concurrence des prosélytismes au Cap Vert, Christophe Pons démontre que l’islam, de par sa relative unité, peut tirer son épingle du jeu face à la profusion des christianismes, fruit d’une activité missionnaire effrénée.

49Dans le monde juif, le prosélytisme aussi fait débat et fait l’objet de lectures diverses, ce que Sébastien Tank-Storper décrit comme une opposition entre « préservation » et « expansion ». Il décrit l’entreprise initiée par certains courants du judaïsme libéral nord-américain pour contrecarrer le phénomène de désaffection qui affecte un nombre important de juifs nord-américains, légitimant une politique conversionniste volontariste.

50L’ensemble de ces contributions ne vise naturellement pas à l’exhaustivité dans le traitement d’un sujet complexe, le prosélytisme, qui prend des visages aussi divers que les lieux où il se déploie. Cet ouvrage entend plutôt donner des pistes de réflexion pour saisir les mutations d’un monde religieux effervescent où le religieux entend toujours présider aux destinées des individus, en dépit du phénomène concomitant et aussi dynamique, de sécularisation.

Bibliographie

Bibliographie indicative

Encyclopædia of Islam (seconde éd.), 1960-2005, Leiden, Brill Publishers. Dictionnaire Le Petit Robert, 2011.

Allievi, Stefano, 1998, Les convertis à l’islam. Les nouveaux musulmans d’Europe, Paris, L’Harmattan.

Amir-Moezzi Mohammed Ali (dir.), 2007, Dictionnaire du Coran, Paris, Robert Laffont “Bouquins”.

Ansaldi, Jean, 1991, l’Articulation de la Foi, de la Théologie et des Écritures, Paris, Le Cerf.

Basset, Jean-Claude, Johnson Samuel, 2011, Les chrétiens et la diversité religieuse : Les voix de l’ouverture et de la rencontre, Paris, Karthala.

Berger, Peter, 2005, L’impératif hérétique, Paris, Van Dieren.

Brummel Joël, 2005, “Today in the church : Worship in the 21st century”, A Servant Bond, Reformed Church in America, volume 11, number 2.

Castoriadis, Cornelius, 2003, Une société à la dérive : Entretiens et débats (1974-1997), Paris, Seuil.

Davie, Grace, in Hervieu-Léger, 1996, (dir.), Identités religieuses en Europe, Paris, La Découverte.

Ghazali, Abu Hamid, (1269/1853), 1957, Ihyâ’‘Ulûm ad-dîn (Revivification des sciences de la religion), Cairo, Dâr al Kutub al ‘arabiya,

Davies, Merryl Wyn, Pasha Adnan Khalil, 1989, « Beyond Frontiers, Islam and Contemporary Needs », Proceedings of the International Islamic Conference on Daawa and Development of the Muslim World : the Future Perspective, Muslim World League, Mansell.

Hervieu-Léger, Danièle, 2001, « Crise de l’Universel et planétarisation culturelle : les paradoxes de la « mondialisation » religieuse », in La globalisation du religieux, in Bastian J.P., Champion F., Rousselet K., Paris, l’Harmattan.

Fath, Sébastien, 2007, Questions sur le prosélytisme à la lumière de l’exemple des évangéliques, « Évangélisation et prosélytisme », colloque des Facultés de théologie, Institut Catholique de Paris, Institut Protestant de Théologie, Institut de Théologie Orthodoxe Saint-Serge, 30 janvier 2007. Disponible en ligne sur : http://blogdesebastienfath.hautetfort.com/files/ISEO_Colloque_2007_Texte_S.Fath.pdf.

http://www.huffingtonpost.fr/2015/04/28/laicite-ecole-interdiction-cours-jupelongue-jugee-signe-religieux-ostentatoire_n_7164546.html

Kaouès, Fatiha, 2013, Thèse : Développement du protestantisme évangélique dans le monde arabe (Liban ; Egypte), du xixe siècle à nos jours, Ecole Pratique des Hautes Etudes, Paris.

Kaoues, Fatiha, 2015, « Chrétiens évangéliques au Moyen-Orient, de la confrontation au dialogue ? », à paraître, Paris, Garnier.

Kidd, Thomas, 2009, American Christians and Islam, Princeton, Princeton University Press.

Marrou Henri, 1963, « L’âge d’or des Pères de l’Église », dans Nouvelle Histoire de l’Église, Des origines à Saint Grégoire le Grand, t. 1, Paris, Seuil.

Sadouni, Samadia, juillet-septembre 2007, « Ahmed Deedat et l’islam indien en Afrique du Sud. Individualisme et transnationalisme islamique. », Archives des sciences sociales des religions, no 139.

Sghir-Janjar, Mohamed, 2013, « Prosélyisme et/ou da’wa », in D’une croyance à l’autre, le cas de l’islam, no 28.

Troll, Christian, 1994, « Two conceptions of Da’wa in India », Archives de sciences sociales des religions, no 87, p. 115-133.

Willaime, Jean-Paul, 1995, L’Encyclopédie du protestantisme, Cerf et Labor et Fides.

Notes

1 Marianne, 22 au 28 mai 2015, numéro spécial « les complices de l’islamisme », no 944.

2 http://www.huffingtonpost.fr/2015/04/28/laicite-ecole-interdiction-cours-jupe-longuejugee-signe-religieux-ostentatoire_n_7164546.html

3 Dictionnaire Le Petit Robert, 2011.

4 Entretien avec Pierre Larcher, professeur de linguistique arabe à l’université Aix-Marseille, avril 2015.

5 Ahmed Deedat (1918-2005), est un apologiste et théologien musulman. Ses réflexions portent sur des thèmes tels que « Les contradictions et les divergences dans la Bible » ou bien « Le prophète Mohammad dans la Bible ». Ses conférences filmées bénéficient d’une large diffusion sur Internet. Pour plus d’informations sur Ahmed Deedat, voir l’article de Samadia Sadouni (2007).

6 Fath Sébastien, 2007, Questions sur le prosélytisme à la lumière de l’exemple des évangéliques, « Évangélisation et prosélytisme », colloque des Facultés de théologie, Institut Catholique de Paris, Institut Protestant de Théologie, Institut de Théologie Orthodoxe Saint-Serge, 30 janvier 2007. Disponible en ligne sur : http://blogdesebastienfath.hautetfort.com/files/ISEO_Colloque_2007_Texte_S.Fath.pdf. Ces théories sont discutées plus amplement dans la thèse de Fatiha Kaouès, 2013, Développement du protestantisme évangélique dans le monde arabe (Liban ; Egypte), du xixe siècle à nos jours, Ecole Pratique des Hautes Etudes, Paris.

7 Rappelons en effet qu’en 1965, le conseil du Vatican a mis en œuvre le Nostra Aetate, un décret décisif qui revisitait la relation de l’Église avec les religions non chrétiennes. Ce texte est venu conforter une évolution progressive dans le monde chrétien occidental vers l’œcuménisme, souvent opposé au prosélytisme. Le Vatican reconnaissait le patrimoine spirituel unissant chrétiens et juifs, déplorait l’antisémitisme et s’opposait au fait de faire porter sur tous les juifs la responsabilité de la crucifixion de Jésus. Le monde protestant était déjà engagé dans cette voie œcuménique et interreligieuse et ce tournant catholique a abouti à conforter une sorte d’unanimisme du caractère obligé de l’œcuménisme, au sein des Églises libérales, catholiques et protestantes. Cette étape décisive a contribué à faire de l’œcuménisme, pensé en opposition au prosélytisme, un langage commun.

8 Il s’appuie sur les chiffres de Grace Davie (Davie, 1996 : 54).

9 Cette analyse est développée plus amplement dans la thèse de Fatiha Kaouès (2013).

10 Daech ou Da’esh signifie « État islamique en Irak et au Levant », en arabe addawla al-islāmiyya fi-l-‘irāq wal-shām.

© CNRS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search