Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le village de Jerf el Ahmar (Syrie, 9500-8700 av. J.-C.)

 | 
Danielle Stordeur

Deuxième partie. Conception et structuration de l’espace construit. Vie et mort des villages successifs à Jerf el Ahmar

Chapitre IV. Préparation, conception et utilisation de l’espace construit

Texte intégral

1De la quête des matériaux à la construction terminée et habitée, nous avons, dans la première partie de cet ouvrage, présenté ce que l’on savait des maisons et des bâtiments communautaires de Jerf el Ahmar. Évidemment, ces constructions ne sont pas isolées, et l’ensemble qu’elles forment, pour chaque épisode villageois – chaque niveau, pour l’archéologue – a sa propre structure et sa cohérence.

2Il nous faut, à présent, changer d’échelle. C’est désormais le village que nous considérons, en suivant son développement, de sa conception à son abandon. Comment s’organisent les constructions à l’intérieur de l’espace construit ? Au hasard de la place disponible, ou de façon concertée, programmée ? Le terrain est-il préparé à l’avance ? A quelle échelle ? Les constructions sont-elles disposées selon des orientations régulières ? Entourent-elles des places ? Comment circule-t-on à l’intérieur de l’agglomération ? Les différents modèles de construction se mêlent-ils ou forment-ils des groupes homogènes de maisons de conception identique ? Ces questions seront examinées, tour à tour, en suivant la séquence naturelle des opérations qui s’enchaînent lorsqu’un village est implanté, construit, puis habité et fréquenté.

3Ainsi, commencerons-nous par aborder la préparation du terrain, préalable obligatoire à toute construction, dont l’amplitude et la nature peuvent varier considérablement. Puis, nous examinerons l’orientation des maisons, leurs positions relatives et les liens qui les unissent. Nous verrons si elles s’organisent pour former un tissu villageois compact ou lâche, structuré ou non par des règles et des normes. Nous tenterons de retracer, à l’intérieur du tissu villageois, les voies de circulation et les aires communes. Enfin, nous rechercherons, dans ces espaces partagés, les équipements aménagés et utilisés collectivement par les habitants du village.

4Le même questionnement s’appliquera à toutes les phases qui se succèdent au cours des huit cents ans d’occupation du site. Ainsi pourrons-nous suivre, dans ce village qui s’est renouvelé au moins onze fois, l’évolution de ses composantes et de sa structure. Le nombre et la variété des modèles architecturaux ne cessent de s’enrichir au cours du temps, qu’en est-il à présent du village dans sa globalité ?

PRÉPARATION DE L’ESPACE CONSTRUIT. DES PENTES AUX TERRASSES

5Lorsqu’un village se construit, ses habitants doivent d’abord adapter l’implantation de leurs maisons à l’environnement : vents dominants, pentes, cours et points d’eau. Ces contraintes et ces avantages naturels suscitent des solutions diverses, parmi lesquelles la communauté choisit ce qui lui convient, en fonction de règles sociales qui sont plus ou moins complexes, plus ou moins prégnantes. Le plus souvent, avant que ne s’édifient les maisons, le terrain est préparé. Cette préparation peut être réduite à l’emprise de la future construction, elle peut concerner des groupes de maisons, voire l’espace villageois tout entier.

6À Jerf el Ahmar, le degré de préparation du terrain varie selon la localisation des constructions. La topographie, d’abord naturelle puis transformée par les vestiges [Fig. 8 ; Fig. 77] accumulés des occupations successives, joue un rôle déterminant. La préparation de l’espace évolue aussi avec le temps, elle s’amplifie et, comme nous le verrons, d’individuelle devient collective.

7Les termes que nous utiliserons ici sont, la plupart du temps, des termes courants. On peut tout de même rappeler quelques définitions techniques. Une « terrasse » est une plate-forme aménagée sur un terrain en pente. On peut transformer une pente, une colline entière, en la sculptant en « gradins ». Cela nécessite des travaux de terrassement qui combinent des creusements et des apports de matériaux. Ce sont parfois les mêmes matériaux qui sont déplacés. Les « déblais » retirés lors du creusement servent de « remblais » pour rehausser une terrasse. Enfin, une terrasse tient difficilement si elle n’est pas retenue par un « muret de soutènement », dit aussi « de rétention » ou « de contention ».

8Quand les premières terrasses sont-elles attestées ? Que nous en reste-t-il ? Comment sont-elles organisées ? C’est ce que nous allons voir à présent, en plongeant, comme nous l’avons fait dans la première partie de ce livre, dans la réalité des données recueillies sur le terrain.

Une colline à sculpter : l’Éminence Est

9À la fin de son occupation, le village de Jerf el Ahmar occupe deux buttes séparées par un wadi, nommées Éminence Ouest et Éminence Est. Quant au wadi qui les sépare, il a été qualifié de Petit wadi par contraste avec un torrent plus important qui coule à l’extrémité orientale de l’Éminence Est. C’est sur le versant ouest de cette dernière, descendant vers le Petit wadi, que les vestiges les plus anciens ont été trouvés. La totalité de la stratigraphie y est représentée. C’est principalement de cette pente ouest qu’il sera donc question ici.

La phase ancienne : des maisons sur une pente douce

10Pendant toute la phase ancienne (niveaux VII/E à IV/E) les maisons sont posées sur la pente sans que celle-ci ait été aménagée. Leur sol est horizontal, il y a donc [Fig. 78] bien eu un travail d’aplanissement préalable, mais il se limite à l’emprise de la construction. Nous avons vu que seule l’assise de fondation des maisons de cette phase était enfouie (Chapitre I). Le sol lui-même est légèrement creusé dans les maisons du niveau V/E, puis tout à fait de plain-pied à partir du niveau IV/E. [Fig. 78 : 2, 4]

  • 1 Les altitudes sont calculées en fonction d’un Point 0 établi en début de fouille au sommet du site (...)

11Les altitudes1 indiquent que la pente est douce, la déclivité étant d’environ 0,50 m pour 20 m, soit 2,5 %. Le profil est le même que celui du substrat naturel. Mais, à la fin de la phase ancienne, la pente s’accuse. Et c’est à ce moment-là, au début de la phase moyenne, que le travail de terrassement est identifié pour la première fois.

Les terrasses de la phase moyenne

Les premières terrasses (niveau III/E)

12Comme lors de la phase ancienne, l’occupation du premier niveau de la phase moyenne (III/E) se déploie sur le versant ouest. La pente accuse alors un dénivelé [Fig. 79] E-O d’au moins 1,5 m sur les 20 m qui nous sont connus, soit 7,5 %. Les ruines accumulées au cours des quatre premiers niveaux d’occupation ont donc suffi pour tripler l’angle d’inclinaison originel.

13[Fig. 79 : 1] Les maisons révélées par la fouille se répartissent sur trois terrasses, de bas en haut : [Fig. 79 : 2, 3] T3, T2 et T1. La terrasse T1 n’est pas la plus haute. Elle est surplombée par une aire presque plate : T0, sur laquelle aucune maison n’a été retrouvée, mais il faut dire qu’elle a été peu explorée. Elle correspond peut-être au sommet de la colline de l’époque, qui semble bien avoir été aplani. Il a, en tout cas, été fréquenté, comme l’attestent des épandages de déchets.

14Toutes les maisons ont des sols plats, non creusés. On note en effet, pour chacune, [Fig. 79 : 2] que l’altitude du gradin sur lequel elle est construite, coïncide avec celle de son sol. Les gradins, régulièrement horizontaux, se distinguent nettement les uns des autres, mais aucun muret de soutènement ne semble les séparer, ils n’ont en tout cas pas été identifiés par la fouille.

15[Fig. 79] Trois maisons sont posées sur la terrasse T1. À l’est, EA48, pluricellulaire à deux pièces en enfilade, est adossée contre la limite de la terrasse T0, qui la surplombe d’environ 50 cm. Comme nous l’avons évoqué, un épandage de déchets (silex, restes de faune, cendres et charbons), nettement en relation avec le mur de la maison, s’étale derrière elle, sur cette terrasse. Vers l’Ouest, en revanche, cette maison donne de plain-pied sur l’extérieur. La terrasse T1 est assez large pour recevoir de ce côté-là une deuxième maison, monocellulaire et ronde : EA68. Enfin, une petite maison, également monocellulaire et arrondie, se place au Nord de EA48. C’est EA67a.

16[Fig. 79 : 2, 3] Deux maisons : EA47, la « maison aux bucranes », et EA25, prennent place environ 60 cm plus bas, sur la terrasse T2. Cependant chacune a un lien avec une autre terrasse. EA47 est entièrement construite sur la terrasse T2, mais une partie de l’espace extérieur qui lui est associé, équipée de plusieurs foyers, la surplombe. Quant à EA25, profondément endommagée par des travaux postérieurs, nous avons déjà formulé l’hypothèse de son étagement. Si notre interprétation de la ligne de fracture qui la coupe transversalement correspond à la réalité, l’intérieur de cette maison se pose sur T2, et sa cour sur T3. Ce qui ferait de EA25 non seulement une des plus anciennes maisons tripartites du site, mais la première à présenter une structure étagée. Nous verrons – et peut-être cela renforce-t-il notre hypothèse – que, sur les ruines de EA25, viendront se superposer successivement deux maisons tripartites [Fig. 80 ; Fig. 81] et étagées : EA2 au niveau II/E, puis EA1 au niveau I/E.

17Enfin, sur la terrasse T3 qui se déploie 50 cm plus bas que T2, deux petites maisons monocellulaires sont construites, très près l’une de l’autre. La plus grande, EA8, est polygonale. La plus petite, EA9b, est arrondie.

18L’étagement est donc régulier, il descend de 50 cm en 50 cm. Cette mesure restera la norme dans les deux autres niveaux d’occupation de la phase moyenne. De façon plus générale, la hauteur, l’emplacement et le nombre de terrasses ne vont presque pas évoluer par la suite. Ainsi la morphologie de cette partie du village est pratiquement fixée au début de la phase moyenne, pour une durée qui pourrait se prolonger jusqu’à la fin de la phase récente.

Des ruines pour les remblais des terrasses : le niveau II/E

19Un incendie généralisé (Chapitre V) interrompt brutalement l’occupation du niveau III/E. Les maisons s’effondrent, leurs vestiges, hauts en couleurs, s’accumulent sur le sol. La terre à bâtir des enduits et des toits est de rouge à noire, les pierres des murs ont rosi sous la chaleur, charbons noirs et cendres grises se mêlent au sédiment. Grâce à ces couleurs, on a pu identifier deux gros tas de ruines brûlées à proximité de deux maisons dont le sol avait été totalement nettoyé (EA8 et EA25). Les décombres des toits brûlés et des murs de ces maisons ont donc été rejetés à l’extérieur. Ils ont été ensuite remaniés et, surtout, l’accumulation chaotique qu’ils formaient a été aplanie. Or, cette manipulation a lieu lors de l’épisode villageois qui succède immédiatement au niveau III/E. L’emplacement des ruines montre clairement qu’elles ont servi de remblai aux bâtisseurs du niveau II/E, qui reconstruisent [Fig. 80] intégralement le village. Matériau présent sur place, elles ont été exploitées pour rehausser et régulariser une des terrasses au moins : T2. Si l’identification du geste de remblayer est directement identifiable pour cette terrasse, on voit, en examinant l’ensemble des altitudes, que les autres terrasses sont, elles aussi, rehaussées avant la reconstruction. Ainsi, le profil général du terrain bâti reste inchangé par rapport à [Fig. 79 : 2 ; Fig. 80 : 2] celui de l’épisode villageois précédent.

20Deux groupes de maisons, séparés par un espace vide, se différencient par leur emplacement sur les terrasses et par leurs types. Le premier se situe sur la terrasse basse T2. [Fig. 80 : 2, 3] Le second occupe les terrasses hautes, T1 et surtout T0.

21Cinq maisons au moins constituent le Groupe 1. Elles sont toutes pluricellulaires [Fig. 80 : 1] tripartites sauf une, qui est monocellulaire. Elles sont séparées par des passages d’environ un mètre de large. Au nord, EA2 est accrochée à EA5 et à EA83 par deux murets courts qui traversent le passage. Celui qui lie EA2 à EA5 consolide le front de la terrasse T2. Celui qui lie EA2 à EA83, situé plus bas, joue le même rôle pour la terrasse T1. Sans ces deux murets, il faudrait franchir, à cet endroit, un dénivelé de près d’un mètre. C’est la raison pour laquelle nous pensons qu’ils ont servi de marches, de 50 cm chacune, et facilité la descente. Une hauteur de 50 cm peut paraître encore élevée pour une marche, et le franchissement n’en était sans doute pas très confortable. Mais nous ne voyons pas d’alternative à cette explication, et il ne nous semble pas possible d’interpréter la présence de ces murets comme des obstacles, leur hauteur ne dépassant pas l’affleurement du sol. Leur construction est solide, avec trois assises de moellons puis des assises de pierres en cigare. Murets et [Fig. 21 : 1] murs de maisons sont chaînés, leurs assises mutuelles s’interpénétrant systématiquement. Cette imbrication implique que murets et murs aient été construits en même temps. On a ici la démonstration des capacités du groupe à organiser, de façon intimement liée et synchrone, des travaux à caractère collectif (les terrasses) et des travaux à caractère individuel (les maisons).

22Les six maisons qui forment le Groupe 2 se répartissent sur deux terrasses, mais [Fig. 80 : 2, 3] elles s’établissent principalement sur la plus élevée, T0. Presque toutes sont monocellulaires, à l’exception de EA36. Celle-ci, de modèle pluricellulaire agglutinant, comporte deux pièces, l’une placée sur la terrasse T0, l’autre sur la terrasse T1.

23Cet exemple n’est pas isolé. L’étagement, à l’intérieur même d’une habitation, devient alors assez courant. Ainsi, EA2, qui se superpose à EA25 (III/E), est une maison tripartite dont les deux pièces sont posées sur la terrasse T2 et la cour sur [Fig. 53 ; Fig. 80 : 4] la terrasse T3. Or, cette terrasse T3 a été déblayée et même recreusée au moment de la reprise des ruines incendiées du niveau III/E. Ces gros travaux sont ceux-là mêmes qui, sans doute, ont provoqué la disparition de la cour de EA25.

  • 2 Dans son emplacement actuel.
  • 3 On peut toujours penser que des murets de soutènement aient échappé aux fouilleurs. Compte tenu de (...)

24La terrasse la plus basse, T3, surplombe directement le bâtiment communautaire EA7a, qui est enterré tout en bas de la pente, à la limite de l’espace construit, non loin du Petit wadi2. De haut en bas de l’agglomération, les terrasses descendent en [Fig. 80 : 3] direction de ce bâtiment. Mais, à part les marches dont nous avons parlé plus haut, les murets qui soutiennent les terrasses restent difficiles à identifier, alors que l’on constate bien l’étagement régulier d’un gradin à l’autre3. L’un de ces murets de soutènement est attesté à l’intérieur même de la maison EA2 qui chevauche les terrasses [Fig. 80 : 4] T2 et T3. Mais, il ne s’articule pas directement aux marches, dont nous avons vu qu’elles ponctuaient les passages étroits entre deux constructions, il se place entre les deux. Cette absence de murets, dans les espaces complètement ouverts, oblige à se demander si les terrasses étaient soutenues partout. Se pourrait-il que la consolidation de leurs fronts se soit limitée aux endroits les plus étroits ou les plus fragiles ? On les trouve en effet là où la circulation est particulièrement canalisée, et sans doute fréquente : les passages et les intérieurs de maisons. Voyons si des attestations plus récentes nous éclairent sur ce point.

Les grands travaux du niveau I/E

25Le village de ce niveau s’étage exactement comme celui de II/E avec, tout en bas, [Fig. 81] le bâtiment communautaire EA7b, reconstruit dans la fosse qu’occupait EA7a. Une partie seulement des terrasses est soumise à des travaux de réfection. Ce sont les terrasses hautes : T1 et T0, qui sont reprises, et parfois assez profondément. En revanche, les terrasses basses, T2 et T3, restent telles qu’elles.

26Sur les terrasses basses, le Groupe 1 rassemble plusieurs maisons, qui se superposent à des maisons démolies du niveau II/E. Sauf exception, les nouvelles constructions diffèrent à peine de celles qui les précèdent. Toutes sont de type pluricellulaire tripartite structurées en T. Là où des marches avaient été identifiées au niveau II/E, on constate qu’elles sont toujours en usage, quoique soigneusement reconstruites, parfois depuis leur soubassement en moellons. Les travaux gardent, en s’amplifiant, le même caractère collectif qu’auparavant. L’on voit nettement que les fronts des marches qui traversent les passages sont chaînés avec les murs des nouvelles maisons qui les bordent. Sur la terrasse T2, pas moins de cinq maisons sont maintenant reliées, deux par deux, par des murets consolidant des fronts de marches. Ce qui [Fig. 81 : 1-3] veut dire qu’au moins cinq constructions ont été élevées en même temps. Et que la consolidation des anciennes marches s’effectue en même temps que la construction de nouvelles maisons individuelles.

27Un bon exemple de pérennité des terrasses est donné par la maison EA1 qui se super [Fig. 81 : 4] pose à la maison EA2. Comme la maison sur les ruines de laquelle elle s’établit, sa conception est étagée, l’intérieur (sur la terrasse T2) surplombant la cour (sur la terrasse T3) de 50 cm. Mais le mur qui, pour EA2, servait à la fois de soutènement de terrasse et de mur de maison, est dédoublé. L’intérieur et la cour de la maison EA1 sont séparés par un mur et un muret parallèles. Le premier constitue la paroi qui ferme la maison. Le deuxième consolide la terrasse T2 et se prolonge, pour assurer cette même fonction, de part et d’autre de la maison. Traversant les passages qui la bordent, il y joue le rôle de marche.

28Mur et muret sont séparés par un espace d’une trentaine de centimètres de large, qui est rempli de pierres, liées par un mortier très compact. La hauteur de ce bourrage ne dépasse pas celle du muret, L’ensemble ne s’élève pas plus haut que le sol intérieur de la maison. La masse qu’il constitue rend, à cet endroit précis, le front de terrasse particulièrement solide. Soigneusement recouvert d’un enduit de terre, nous avons vu que ce massif pouvait être interprété comme une banquette adossée au mur. Pour passer de l’intérieur à la cour, les habitants de la maison la franchissaient forcément, en l’utilisant comme marche. Mais l’emplacement exact de la porte reste inconnu.

29Au sommet de l’agglomération, de nouvelles maisons, monocellulaires ou pluricellulaires agglutinantes, forment le Groupe 2. Avant d’entamer les travaux de construction, les terrasses préexistantes ont été remaniées en profondeur.

30La terrasse la plus haute, T0, se décale vers l’Est. Ce recul a pour effet d’élargir la terrasse T1 qui peut contenir, de ce fait, davantage de maisons et un vaste espace extérieur commun sur lequel nous reviendrons. Le remaniement se traduit d’abord par un arasement radical des architectures du niveau II/E, en particulier sur la terrasse [Fig. 81 : 2, 3] T1. Rien n’émerge du sol, il ne subsiste des maisons anciennes que l’assise de fondation. Les déblais recueillis sur la terrasse T1 servent de remblais pour rehausser la terrasse T0.

31La reconstruction témoigne d’un renouvellement presque total. Les maisons du niveau I/E sont rarement de même type que celles sur lesquelles elles se superposent. Elles sont, en général, plus grandes et subdivisées de façon plus compliquée qu’au niveau II/E. On peut le voir en comparant les plans et les reconstitutions des niveaux [Fig. 80 ; Fig. 81] II/E et I/E. C’est très net dans le cas de la maison EA19 et de son environnement immédiat. La réfection et la consolidation de la terrasse T1 y ont laissé des traces très lisibles, permettant de reconstituer l’enchaînement des opérations. En premier, les murs de deux anciennes maisons du niveau II/E (EA36 et EA82) sont arasés. Les ruines sont grossièrement aplanies, et les creux qui subsistent sont comblés par du cailloutis calcaire. Une couche de cailloutis recouvre le tout. Un temps mort, dont il est impossible d’évaluer la durée, suit cette opération. On ne le détecte qu’à l’emplacement de la future maison EA19. Il se traduit par le dépôt d’une couche continue de limon fin, d’origine éolienne, sur laquelle repose le sol de la maison. L’expérience nous a montré qu’il suffisait de quelques heures de tempête de sable pour qu’un chantier, de construction ou de fouille, soit recouvert par une appréciable épaisseur de limon de ce genre. L’épisode venteux a sans doute noyé le chantier lors de la construction de EA19. Peut-être que la localisation limitée de cette accumulation signifie que, lors du vent de sable, les autres maisons de cette terrasse étaient déjà bâties. Et que donc la construction des maisons du Groupe 2 n’a pas été aussi synchrone que celle des maisons du Groupe 1 qui s’élèvent sur les terrasses inférieures. Cela n’empêche pas que l’aménagement global de la terrasse, très soigné, soit homogène. L’apport de cailloutis pour égaliser les ruines est général, et l’espace extérieur, surtout autour de EA19, est tapissé de pierres.

32La nature et l’ampleur des travaux de préparation du terrain, à la fin de la phase moyenne, montrent donc une forte disparité entre deux zones de l’établissement, chacune correspondant à un groupe bien distinct de maisons. Sur les terrasses basses, on ne constate que des améliorations sur l’existant. Les murets qui soutenaient les anciennes terrasses sont consolidés et ils lient, plus solidement qu’auparavant, un grand nombre de maisons de même modèle, construites en même temps. Sur les terrasses hautes, le terrain est profondément remodelé. Des maisons de plusieurs modèles s’y construisent, séparées les unes des autres, sans aucun lien matériel entre elles.

33Nous reviendrons sur les questions que pose cette différence lorsque nous aborderons l’organisation de l’espace construit (Chapitre VI). En attendant on ne trouve, une fois de plus, aucune trace nette de murets de soutènement, en dehors de l’intérieur des maisons ou de leur environnement immédiat, dans les passages. La question que nous nous posons depuis l’apparition des terrasses trouve peut-être sa réponse ici. Si les fronts de terrasses consolidés par de vrais murets construits ne sont jamais attestés ailleurs que dans les passages et les maisons étagées, c’est sans doute qu’ils n’y ont jamais été construits de façon vraiment structurée.

La phase récente

Les terrasses du niveau 0/E

34Du fait de l’érosion, toutes les maisons du niveau 0/E ont disparu, sauf celles qui ont été bâties sur la terrasse la plus haute, T0. Mais l’on sait, grâce à la présence de structures enfouies – foyers, tronçons de fondations –, que la totalité de l’espace construit à la fin de la phase moyenne était encore occupée. Les foyers, notamment, sont repérés grâce au fait qu’ils ont été si profondément creusés qu’ils ont percé les niveaux anciens. Une évaluation de leur altitude d’ouverture permet de comprendre que, comme par le passé, le village qui inaugure la phase récente sur l’Éminence Est s’établit sur des terrasses.

35L’étagement, entre les deux gradins les plus hauts, paraît amplifié. Il y a maintenant presque un mètre de différence entre la terrasse T0 et la terrasse T1. Le mur extérieur ouest de la maison EA17 se juxtapose à un gros mur profondément ancré, qui soutient, à cet endroit, l’extrémité de la terrasse T0. Sur la partie haute, une épaisseur notable de cailloutis montre que l’on a rechargé soigneusement la terrasse T0. EA17 et deux autres maisons s’y enfoncent légèrement, et ces cailloutis y remplacent avantageusement les radiers de calcaires, couramment utilisés lors de la phase moyenne pour isoler les sols (Chapitre I).

36On ne peut en savoir davantage (c’est pourquoi les terrasses de ce niveau ne figurent pas dans notre illustration) et il n’est pas possible de recourir à l’implantation des anciennes terrasses pour reconstituer celles de cette phase. En effet, comme nous le verrons plus loin (Chapitre V), il y a de fortes chances pour que la configuration du village ait changé à partir de la phase récente.

La phase récente sur l’Éminence Ouest. Un village au sommet d’une colline ?

37Lors des derniers niveaux d’occupation, l’Éminence Ouest présente, à son sommet, une aire presque tabulaire de grande amplitude. Ce qui subsiste du village au [Fig. 8 ; Fig. 77] niveau II/W, très érodé en direction de l’est et du Petit wadi, aussi bien qu’en [Fig. 82] direction de l’Euphrate, se limite au sommet de la colline. Une grande partie des maisons qui s’y implantent a été mise au jour. De plain-pied, sur un sol relativement plat, elles semblent surplomber de 60 cm, sur une sorte de terrasse unique, [Fig. 82 : 2] l’affleurement de la fosse dans laquelle le bâtiment est enterré. De ce fait, leur sol se trouve à la même hauteur que le toit du bâtiment, puisque la partie en élévation de son mur dépasse le sol de 60 cm. Il resterait alors un espace creux, d’un mètre de large, qui ferait le tour du bâtiment. Ici tout devient confus. L’éboulement du mur en élévation et des remaniements postérieurs empêchent de s’assurer d’une telle configuration. Mais c’est avec regret qu’on y renonce, sachant que la compréhension des abords pourrait largement contribuer à résoudre plusieurs de nos interrogations à propos de l’accès et de la protection de ce lieu.

La phase de transition sur l’Éminence Est. Un village établi sur une aire plate ?

38Plus tard, lors de la phase de transition, le même type d’implantation des maisons sur une aire plate, légèrement surélevée par rapport à l’espace étroit et creux qui entoure le bâtiment communautaire (EA53), semble se retrouver, cette fois, sur l’Éminence Est. Malheureusement, les données sont encore moins explicites que celles que nous venons d’interroger. Il faut donc renoncer, aussi bien pour la phase récente, telle qu’elle apparaît sur l’Éminence Ouest, que pour la phase de transition, à l’Est, à comprendre. Mais retenons la répétition de cette configuration. Elle ne peut être fortuite, ce qui incite à continuer la recherche des indices.

Conclusion sur la préparation du terrain

39À Jerf, la structure en terrasses ne concerne que l’implantation villageoise établie sur l’Éminence Est. Elle y est déterminée par le choix du terrain. En effet, dès le début, les maisons se fixent sur le versant occidental de cette colline. Tout au long de la phase ancienne, les maisons se posent à différents niveaux de cette pente, qui reste naturelle, mais ne cesse de s’accuser. Les travaux de terrassement apparaissent dès le début de la phase moyenne, lors du cinquième épisode d’occupation du site. Le village se déploie toujours sur la même pente, mais celle-ci est désormais sculptée en gradins. À cet endroit, l’usage des terrasses se développe et prend de l’ampleur jusqu’à la phase récente.

40On ignore comment se présente l’implantation villageoise au début de son extension vers l’Éminence Ouest (aux niveaux VII à III/W). Mais, à la phase récente, il semble bien que la préférence est donnée à un terrain plat, au sommet d’une colline, pour baser l’agglomération. Bien entendu, nous ignorons si le village s’étendait vers des zones en pente qui ont été amputées par l’érosion, et un doute persiste sur l’existence d’éventuelles terrasses. Mais nous connaissons le centre de l’agglomération, matérialisé par l’emplacement du bâtiment communautaire. Ce centre se place sur le sommet, relativement plat, de la colline.

41Or, cette préférence donnée à une aire plate, plutôt qu’à une pente, semble se poursuivre à la phase de transition. Là encore le bâtiment communautaire, ainsi que toutes les maisons associées qui nous sont connues, sont situés dans une zone plate. Une fois de plus, on ignore quelle était l’extension du village à l’époque, et s’il existait encore des maisons sur pente.

42Nous réfléchirons plus loin sur la signification sociologique de ces travaux de terrassement (Chapitre VI). Soulignons simplement ici qu'ils montrent la capacité du groupe à concevoir des projets à l’échelle collective, et à gérer leur exécution.

43À présent, voyons si la conception et la structure de l’espace habité nous donnent des indications qui vont dans le même sens. Et d’abord, tournons-nous vers l’orientation des maisons. Est-elle aléatoire ou préétablie ? À l’intérieur d’un épisode villageois donné, est-elle régulière ou variable ? Peut-on lire, dans le choix d’une orientation, des critères de choix imposés par la topographie ou suggérés par la société ?

Fig. 77. Implantation des maisons et pentes naturelles.

Fig. 78. La phase ancienne. Des maisons sur une pente naturelle.

Fig. 79. Les premières terrasses. Le niveau III/E, début de la phase moyenne.

Fig. 80. Les terrasses du niveau II/E, phase moyenne.

Fig. 81. Les terrasses du niveau I/E, phase moyenne.

Fig. 82. Des maisons posées sur le même plan, autour d’un bâtiment communautaire enterré. Le niveau II/W, phase récente.

CONCEPTION DE L’ESPACE CONSTRUIT. L’ORIENTATION DES CONSTRUCTIONS

44Que ce soit sur un terrain naturel ou sur un terrain préparé, que ce soit à l’échelle villageoise ou à l’échelle urbaine, les exemples d’agglomérations à l’intérieur desquelles aucune règle d’orientation n’est respectée sont rares. Alors, qu’en est-il de Jerf el Ahmar, dans cette période qui voit se construire les premiers villages organisés ? L’orientation des maisons y est-elle laissée au hasard ou obéit-elle à des règles ? Et, si c’est le cas, lesquelles ?

45Quand on parle de l’orientation d’une maison, on pense d’abord à l’« orientation principale », correspondant à l’implantation globale de la construction. On la définit en évaluant la position de son axe, qui coïncide avec sa plus grande dimension (grand diamètre d’une ellipse, grand côté d’un rectangle par exemple). L’orientation la plus classique est celle qui s’aligne sur deux points cardinaux opposés. Cette « orientation cardinale » est N-S ou E-O. Une fois l’orientation principale déterminée, on peut aussi s’intéresser à différentes « orientations spécifiques ». L’orientation des pièces, liée à la structure des divisions intérieures, et celle des principaux aménagements (ouvertures, cours, équipements) sont révélatrices.

46Mais l’orientation des maisons n’est pas forcément cardinale. Elle peut aussi se polariser régulièrement sur un axe donné, dont il faut déterminer l’angle par rapport au Nord. Enfin, il peut y avoir, dans un même contexte, plusieurs groupes d’architectures, chacun étant caractérisé par une orientation donnée.

47Quand l’orientation n’est pas cardinale, mais néanmoins systématique, il faut se demander ce qui explique le choix d’une direction particulière. Les conditions naturelles – vents dominants, ensoleillement, pentes, saison de la construction – jouent assurément un rôle dans les choix. Elles se combinent à des conditions imposées par la structure de l’espace construit – emplacement par rapport à une terrasse, un passage, une place, un monument important, une maison voisine.

48Comme toujours, nous suivrons le cours du temps pour mieux saisir les changements qui surviennent d’un épisode villageois à l’autre, pendant les huit cents ans d’occupation de Jerf el Ahmar. Ceci nous conduira à examiner d’abord les architectures de l’Éminence Est, puisque nos données provenant de l’Éminence Ouest ne deviennent explicites qu’à partir de la phase récente.

Adaptation de l’orientation des maisons à la morphologie du terrain. Pentes et terrasses de l’Éminence Est

49Aux phases ancienne et moyenne, l’implantation des maisons sur une pente, d’abord naturelle, puis sculptée en terrasses, a-t-elle des conséquences sur leurs orientations ?

Le début d’une habitude. La phase ancienne

50On ne peut rien dire de l’orientation principale des premières constructions implantées sur la pente ouest et le sommet de l’Éminence Est, toutes étant arrondies et non subdivisées. Seul, le bâtiment EA37 (niveau V/E) fait preuve d’une certaine « orientation spécifique », celle de son axe de symétrie. Il est structuré intérieurement par des subdivisions et des aménagements qui s’ordonnent symétriquement par rapport à un axe orienté NE-SO. Or, cette direction correspond à celle de la [Fig. 69 : 1] pente qui, pourtant, n’est pas sensible à l’intérieur du bâtiment puisque le sol en a été aplani. Mais le parallélisme est net. Cette direction deviendra plus tard celle de [Fig. 83 : 1, 2] l’étagement des terrasses et, comme nous allons le voir, l’orientation des maisons en tiendra compte. Ainsi, on peut dire que EA37, qui est peut-être un prototype de bâtiment communautaire, inaugure un choix qui restera dominant, pendant toute la durée de l’occupation, dans ce secteur.

Orientation des maisons sur terrasse. La phase moyenne

Signes discrets d’une orientation : le niveau III/E

51Les maisons du premier épisode villageois de la phase moyenne sont presque toutes arrondies et monocellulaires. Pas question donc, une fois encore, de parler d’orientation principale. Mais cela ne veut pas dire qu’aucun souci de cet ordre ne guide la construction. L’orientation des murs de subdivision – les premiers à être construits dans des maisons – est claire, dans deux maisons au moins. Ainsi, sur la terrasse T2, [Fig. 83 : 3, 4] l’espace intérieur de EA25 est partagé en deux par un mur de direction ENE-OSO. C’est la direction même de l’étagement. Plus haut, EA48 se pose entièrement sur la terrasse T1. Elle est subdivisée transversalement en deux pièces, et son mur de [Fig. 79 : 1, 2] refend suit exactement la même direction que celui de EA25. Ses équipements domestiques, bien préservés dans la pièce située le plus au Sud, longent ce mur et [Fig. 61] s’alignent donc, eux aussi, selon la même direction ENE-OSO.

52À ces deux exemples s’ajoute celui d’un mur extérieur qui abrite des équipements domestiques liés à EA47, la « maison aux bucranes ». Ce mur s’accroche à la paroi de la maison, tout en étant posé sur la terrasse supérieure : T0. Or il suit exactement cette orientation ENE-OSO et, de ce fait, est perpendiculaire au front de la terrasse. [Fig. 83 : 3, 4]

53L’orientation de l’ensemble de ces murs semble bien s’adapter à celle des terrasses qui structurent la pente du village, pour la première fois. [Fig. 79]

Adaptation des orientations. Confirmation des disparités dans l’espace villageois. Les niveaux II/E et I/E

54Au niveau II/E se met en place, sur des terrasses bien délimitées, un réseau de [Fig. 80] constructions nettement organisées en fonction de leur étagement. Nous avons vu que deux groupes se distinguaient sans ambiguïté. Le Groupe 1 des maisons tripartites, reliées les unes aux autres, s’implante sur les terrasses basses, le Groupe 2 des maisons monocellulaires ou bicellulaires agglutinées, non reliées entre elles, se situe sur les terrasses hautes. Cette bipartition se confirme quand on aborde les [Fig. 84] orientations. Comme ces dernières ne font que se préciser au niveau I/E, tout en restant de même nature, nous ne les aborderons ici qu’à propos de ce dernier niveau de la phase moyenne.

55Au niveau I/E le sens de la pente, et donc celui des terrasses, ne se répercute sur les [Fig. 84] orientations principales que pour les maisons du Groupe 1. Comme toutes ont des formes allongées, il devient possible de déterminer ces orientations. Trois d’entre elles, strictement parallèles, s’orientent ENE-OSO, c’est-à-dire dans la direction [Fig. 84 : 1] même de l’étagement. En revanche, l’orientation des deux maisons, EA77 et EA78, qui se situent au NO, accuse une rotation de l’axe principal vers le Nord. Ainsi, la direction de ces maisons s’adapte parfaitement à la pente qui descend, à partir de cet endroit, de façon précipitée vers l’Euphrate.

56Les trois maisons tripartites dont l’orientation est identique sont, du NE au SO : [Fig. 81 : 1] EA1, EA6 et EA23. L’orientation spécifique de leurs murs intérieurs est aussi la [Fig. 84 : 1] même. À un détail près qui, tout en étant anecdotique, nous semble révélateur. Dans le cas de EA1 et EA6, c’est le mur de séparation entre les deux pièces de ces maisons tripartites qui matérialise cette orientation. Alors que, dans le cas de EA23, plus large que profonde, c’est le mur séparant la cour de l’intérieur qui s’y aligne. La raison en est simple. Pour des raisons de topographie et de situation dans le tissu villageois, la cour de EA23 s’ouvre vers le Sud, alors que les deux autres cours débouchent vers l’Ouest. Tout en étant bâties sur la même orientation principale, ces trois maisons ne s’organisent pas de la même façon ; la structure de la maison EA23 est perpendiculaire à celle des deux autres.

57Plusieurs murs et murets suivent, plus ou moins strictement, une orientation ONO-ESE [Fig. 84 : 1] perpendiculaire à l’orientation principale ENE-OSO. C’est le cas des murets de soutènement des terrasses, des murs intermédiaires entre intérieur et cour de EA1 et EA6, du mur de refend de EA23. Et c’est sur cette même direction que s’aligne l’axe qui passe à égale distance des deux murs porteurs du bâtiment communautaire EA7b.

58Enfin, à propos de l’orientation spécifique des aménagements domestiques, conservés en place uniquement dans la maison EA23, on note qu’ils sont concentrés dans la pièce NE, et qu’ils longent le mur de subdivision, s’alignant ainsi sur l’orientation [Fig. 62] générale ENE-OSO.

59Rien de net ne se dessine dans l’orientation des maisons du Groupe 2. Elles semblent plutôt s’organiser de façon concentrique, et cette organisation ne se combine nullement avec des orientations déterminées. Il faut donc penser que les habitants de [Fig. 84] ce « quartier » ne se pliaient pas à ce type de norme.

Premières maisons quadrangulaires et premières orientations cardinales. La phase récente de jerf el ahmar

60Dans la séquence d’occupation de Jerf el Ahmar, il y a peu d’épisodes villageois pour lesquels l’option d’une orientation cardinale des constructions est attestée. Cette option est tardive, on ne la rencontre pas avant la phase récente, et elle n’est nette que sur l’Éminence Ouest.

La phase récente sur l’Éminence Est

61Le niveau 0/E témoigne, avec trois maisons voisines (EA17, EA18, EA20), situées sur la terrasse supérieure, d’une orientation qui se rapproche de l’orientation cardinale. Il faut, d’emblée, limiter la portée de cette observation car l’extension de la zone fouillée est faible, et seules les maisons de la terrasse supérieure, relativement plate, ont été épargnées par l’érosion. On ne connaît donc pas les maisons qui étaient édifiées sur les terrasses. On peut seulement constater que les trois maisons conservées ont strictement la même orientation NNE-SSO, qu’elles sont presque collées les unes aux autres, et que deux d’entre elles sont rectangulaires. Etudions à présent les informations, bien plus claires et nombreuses, qui ont été recueillies pour le niveau II/W.

La phase récente sur l’Éminence Ouest

62L’épisode villageois II/W est caractérisé par le fait que le bâtiment communautaire enterré (EA30) est entouré, sur les trois quarts de sa périphérie, au Nord, à l’Est et à l’Ouest, par des maisons. Il aurait semblé naturel que l’orientation principale de [Fig. 85] ces dernières se conforme à la logique de cette structure concentrique. C’est-à-dire que leurs axes principaux convergent vers l’épicentre du village : le bâtiment communautaire. Or, il n’en est rien. Ces orientations méritent d’être examinées en fonction de la position de chaque maison. C’est donc à leur description que nous allons nous attacher maintenant.

L’orientation cardinale exacte

63Quand on examine de près l’orientation des maisons du niveau II/W, on voit se [Fig. 85 : 2] dégager deux groupes. Le premier, qui réunit trois constructions, se caractérise par une orientation cardinale presque stricte. C’est d’abord EA10, tripartite, dont la cour débouche à moins d’un mètre au Nord du bâtiment communautaire EA30. À l’opposé, à moins de deux mètres de sa limite sud, c’est EA51, quadripartite à structure en croix. Ces deux maisons sont exceptionnelles en ce qui concerne la [Fig. 72] conservation de leurs aménagements. EA51 recèle plusieurs structures de stockage. [Fig. 63-67] Quant à EA10, nous avons vu qu’elle avait conservé son équipement domestique, entièrement concentré dans la pièce et la cour situées à l’Est (comme EA23 du niveau I/E). La troisième construction est une annexe rectangulaire de EA30 (EA57) qui s’accroche au bâtiment communautaire, du côté Est.

64[Fig. 85 : 1] On remarque un certain nombre d’alignements. Le mur ouest de EA10 est sur le même axe qu’un des murets du bâtiment communautaire. Et le mur nord de EA57 se trouve dans l’exact prolongement d’un des murs porteurs. Peut-être ne s’agit-il que d’une coïncidence ? Retenons surtout, pour le moment, que l’orientation cardinale exacte caractérise les trois constructions les plus proches du bâtiment communautaire. L’annexe EA57 est collée contre lui, EA51 est légèrement décalée vers l’Ouest, EA10 est décalée vers l’Est. Reste que les trois constructions s’organisent de façon circulaire autour de ce bâtiment. Nous allons voir qu’il n’en va pas de même pour le second groupe de maisons.

L’Orientation cardinale avec pivotement de 30°

65Trois maisons et une annexe de maison sont orientées selon une direction NNE-SSO. [Fig. 85 : 2] Le pivotement, par rapport à l’axe NS, est d’à peine 30 °.

66La plus proche du bâtiment communautaire, EA15, est à deux mètres de son pourtour. Elle est quadripartite à structure en croix, comme sa voisine EA51 (du premier groupe). Les deux autres maisons : EA13 et EA11, sont plus éloignées du bâtiment communautaire. Toutes deux sont tripartites, et communiquent avec une [Fig. 41] annexe placée dans le prolongement de leur pièce SO. La similitude entre ces deux entités est frappante. D’autant que l’orientation des issues la renforce : on passe de la maison à l’annexe, dans les deux cas, en allant du NNE au SSO. Pourtant, l’annexe de l’une de ces maisons est orientée plein NS. Cet exemple pourrait suggérer que l’inflexion de 30° ne change rien à la cohérence de l’ensemble des constructions qui entourent EA30, et qu’elle n’est que le résultat d’imprécisions tout à fait compréhensibles pour l’époque. Nous reviendrons sur cette question.

67Rien ne sépare EA 13 de EA30. Elle borde, au Nord, la place autour de laquelle sont disposées les trois maisons qui cernent le bâtiment communautaire au plus près. L’orientation de EA13, tripartite, ovale, est NNE-SSO, direction matérialisée par son grand diamètre et un mur de refend. Par ailleurs, on note un alignement qui consolide le lien entre cette maison et sa voisine quadripartite : un mur de son annexe (EA14) est dans l’exact alignement d’un des murs de EA15. Encore plus [Fig. 85 : 1] loin, au Nord, se place EA11 avec son annexe EA12. Elle est en arrière de EA10 et EA13, mais elle n’est pas dissimulée par elles. Son contour, annexe comprise, se cale exactement dans le prolongement de l’espace vide qui sépare ces deux maisons. Son annexe se trouve ainsi au fond d’une sorte de renfoncement de la place qui entoure EA30. [Fig. 85]

68Les trois maisons que nous venons d’évoquer ne s’organisent donc pas de façon circulaire comme celles du premier groupe. Au contraire, elles sont parallèles les unes aux autres. Elles s’alignent en se suivant sur un axe virtuel parallèle à l’orientation [Fig. 85 : 2] principale de leur contour, NNE-SSO. Ce faisant, elles s’éloignent progressivement du bâtiment communautaire.

Les marginaux de l’orientation

69Malgré le léger infléchissement qui caractérise les maisons situées au Nord et à l’Ouest de EA30, l’impression qui domine est celle d’un parallélisme global de toutes les maisons. Des liens logiques les unissent, qui se tissent à travers l’alignement de murs associant deux, voire trois constructions. Mais cette image harmonieuse ne suffit pas à décrire l’ensemble de cet épisode architectural. Il se trouve que la fouille a révélé principalement les maisons les plus proches du bâtiment communautaire. Or, les choses semblent se passer différemment lorsqu’on s’en éloigne. On en a l’indice avec deux maisons : EA16 et EA83, dont l’orientation échappe à tout [Fig. 85 : 1, en bas à gauche] souci d’alignement sur une direction cardinale.

Orientations et organisation de l’espace

70L’orientation des maisons du niveau II/W est donc étroitement liée à l’organisation générale de l’espace construit. L’aire qui entoure le bâtiment communautaire [Fig. 85] est circonscrite par des constructions de « premier rang » qui toutes sont « orientées », que ce soit une orientation cardinale stricte, ou que celle-ci soit infléchie de 30°. Elles occupent un espace de forme allongée, orienté NNE-SSO. [Fig. 91 : 1]

71On sait peu de chose des constructions de « deuxième rang », qui ne suivent pas d’orientation bien définie. Lors de nos observations à propos du niveau I/E, nous avons vu que seules les maisons proches du bâtiment communautaire EA7 étaient orientées de façon régulière, l’orientation des maisons éloignées ne répondant à aucune règle. Aussi sommes-nous sans doute, au niveau II/W, dans la même conception [Fig. 84] de l’organisation spatiale du village.

72Nous avons énoncé, en abordant le village de niveau II/W, que nous nous attendions à une conformité entre l’implantation des maisons et leurs orientations principales. Nous savons maintenant qu’il y a un contraste entre la position concentrique des habitations autour du bâtiment communautaire, centre névralgique du village, et leurs orientations. En effet, les maisons qui entourent de près le bâtiment se placent sur des axes N-S, à quelques corrections près. Au lieu de s’orienter de façon radiale par rapport à ce bâtiment, elles s’alignent sur des axes presque parallèles. Rien ne renforce l’image de pôle d’attraction qu’on pourrait imaginer ici.

La phase de transition : options plus complexes ou orientations moins nettes ?

À l’Ouest : rien de nouveau

73Le niveau I/W se superpose directement au dernier niveau nettement PPNA du site sur l’Éminence Ouest, le niveau II/W auquel nous venons de nous consacrer. Conservé sur une surface réduite, on en sait peu de choses, et rien de neuf ne saute aux yeux. EA54, quadripartite, superposée à EA15, est orientée comme elle : NNE-SSO. Mais EA56, accrochée pourtant à EA54, échappe à la règle. Les niveaux de transition, sur l’Éminence Est, nous renseignent-ils davantage ?

À l’Est : significations plus complexes ou options moins marquées ?

74[Fig. 86] Pour cet épisode, les orientations des maisons ne sont pas faciles à caractériser. Deux groupes se distinguent. Au nord de la surface fouillée, trois maisons ont l’air [Fig. 86] d’entourer un espace commun. Le plus grand axe des deux maisons tripartites, matérialisé par le mur de refend intérieur, est NNE-SSO.

75Les maisons qui, au sud, sont en relation plus directe avec le bâtiment communautaire EA53, forment un second groupe. Les deux constructions les plus proches de EA53 s’orientent vers lui, mais cela semble normal si on les considère comme des annexes. Les murs de refend des trois autres maisons s’orientent NNO-SSE, perpendiculairement à un axe ENE-OSO qui pourrait avoir été important, car c’est celui d’une sorte de large passage bordé par deux maisons, qui débouche sur le Grand wadi. Quant au bâtiment communautaire lui-même, le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il est tout sauf orienté, puisqu’il est circulaire, et que son seul aménagement en fait le tour.

76À partir de ces observations, il est difficile de percevoir une logique globale dans l’organisation des maisons. On constate que l’orientation des maisons n’est pas influencée par la position du bâtiment communautaire. Dépend-elle de l’appartenance à un groupe d’habitations ? C’est possible. En tout cas, il semble bien que des maisons aient été alignées de part et d’autre du large passage conduisant au Grand wadi.

Conclusion sur l’orientation des constructions

77Plusieurs règles se suivent, ou coexistent, au cours des huit cents années d’occupation du site. Chacune résulte du respect d’un critère déterminant, ou de la combinaison de deux critères. Quand l’implantation des maisons se situe sur une pente qui, à un moment donné, se structure en terrasses, l’orientation cardinale n'est jamais choisie. L’adaptation à la terrasse est prioritaire. Le critère « terrasse » (ou pente) est donc déterminant au cours des phases ancienne et moyenne, sur l’Éminence Est.

78Mais il faut tempérer cette règle par un autre critère qui se combine avec le premier. Dans un même niveau, comme le niveau I/E, les maisons les plus éloignées (Groupe 2) ne sont pas orientées. On n’observe d’orientation liée à celle des terrasses que pour le rang des maisons tripartites qui sont les plus proches du bâtiment communautaire (Groupe 1). Le critère « terrasse » ne joue donc que lorsqu’il se combine au paramètre « proximité du bâtiment communautaire ». Le parallélisme des maisons du Groupe 1, placées sur les deux terrasses les plus basses, donne à ce groupe une configuration rigide, linéaire. Cette linéarité s’oppose à toute notion de convergence, ou d’attraction vers un centre. Certes, ces maisons sont proches du bâtiment communautaire et le surplombent, mais elles ne l’entourent pas.

79Quand il n’y a ni pente, ni étagement en terrasses, c’est le critère de « l’orientation cardinale » qui domine. Comme on le constate, dans l’exemple bien documenté du niveau II/W, phase récente, cette orientation n’est pas stricte, elle peut dévier légèrement. Là aussi, comme dans le cas des maisons sur terrasses, le critère de la proximité avec le bâtiment communautaire intervient. Quand on s’en éloigne nettement, l’orientation semble échapper à toute règle. Seules les maisons de « premier rang » sont orientées et parallèles entre elles (à 30 ° près parfois). Là, contrairement à ce qu’on a constaté pour les villages en terrasses de la phase moyenne, les maisons proches du bâtiment communautaire l’entourent véritablement, sur un trois quart de cercle. Mais, une fois encore, on ne voit aucun signe de polarisation vers ce centre. L’orientation principale, constante, de ces maisons parallèles, semble totalement l’ignorer.

80Que dire de la phase de transition ? Les orientations paraissent obéir à plusieurs règles à la fois, difficiles à interpréter. Une seule constatation : suivant une tendance née à la phase moyenne : l’édifice commun ne semble avoir aucune influence directe sur l’orientation. L’étude de la structure de l’espace construit et de sa fréquentation nous permettra de revenir, avec de nouveaux indicateurs, sur cette tendance. Nous allons donc nous concentrer sur la conception des espaces villageois et sur leurs transformations lorsqu’ils se succèdent, de phase en phase.

Fig. 83. L’Éminence est : pentes et orientations à la phase ancienne et au début de la phase moyenne.

Fig. 84. Une orientation adaptée à la direction des terrasses. Le niveau I/E, phase moyenne.

Fig. 85. Orientation cardinale et emplacement des maisons. Le niveau II/W, phase récente.

Fig. 86. Orientation des maisons à la phase de transition. Le niveau -II/E.

CONCEPTION ET UTILISATION COMMUNE DE L’ESPACE CONSTRUIT. CIRCULATION ET OBSTACLES. RELATIONS ET RUPTURES

81Nous avons vu comment, au fil du temps, l’espace construit était préparé de façon de plus en plus concertée et programmée. Nous avons constaté ensuite que l’orientation des maisons était loin d’être quelconque. Elle résultait, soit de la décision de choisir une même direction cardinale, soit de l’adaptation, tout aussi collective, de l’orientation des constructions aux pentes et aux terrasses. Dans les deux cas, le paysage villageois était bien structuré et ordonné.

82Pour arriver à comprendre l’espace construit qui commence ainsi à prendre forme, il nous reste à rechercher et à interpréter les signes révélateurs de sa fréquentation. L’idéal aurait été de les examiner ensemble, phase par phase. Mais l’information est touffue et, vu le risque de confusion, nous avons préféré dissocier les questions, même si ce parti se traduit parfois par quelques répétitions. Quatre paliers seront donc à franchir avant de combiner tous les éléments dont nous disposons. En premier, nous examinerons les relations entre maisons : sont-elles agglutinées, reliées entre-elles, ou totalement isolées les unes des autres ? Nous aborderons ensuite les groupements de constructions autour d’aires communes, en nous demandant si ces « places » étaient équipées de dispositifs pouvant servir à plusieurs unités domestiques. Pour que la structure villageoise s’anime, et que le tableau soit dynamique, nous essaierons de reconstituer les voies de circulation. Pour comprendre comment s’organise la vie commune dans un village, il manque encore un élément qui peut avoir son influence : l’emplacement des ouvertures. Où sont les portes des maisons ? Débouchent-elles directement sur les aires et sur les passages ? Nous verrons que les choses ne se passent pas de façon si simple à Jerf el Ahmar.

83Commençons par examiner les différentes formes de relations entre maisons. Elles sont parfois concrètes, matérialisées par des murets ou des structures communes qui s’intercalent entre deux constructions. Mais elles pourraient aussi être virtuelles. Nous nous demanderons plus loin si certains groupes de maisons se distinguent par leur homogénéité ou leur disposition, alors qu’aucun lien direct ne relie entre elles les constructions qui les composent. Pour le moment, contentons-nous de repérer les liaisons concrètes.

Liaisons entre maisons

La phase moyenne

84Les liaisons solides, sous forme de murets chaînés, n’apparaissent pas avant le niveau II/E. Rappelons que trois maisons du Groupe 1 sont accrochées les unes aux autres, toutes trois tripartites et construites en bas de l’agglomération. Deux murets, [Fig. 80] distants de trois mètres, étayent les marches du passage qui sépare EA2 d’un côté, EA5 et EA83 de l’autre. Ces mêmes murets assurent la liaison chaînée entre les maisons. Simultanément, aucun lien ne se dessine entre les maisons du Groupe 2, monocellulaires, ou à deux pièces agglutinées, qui s’organisent sur les terrasses hautes.

85C’est la même image, en plus étendu et en plus clair, que l’on retrouve au niveau I/E. [Fig. 81] Toutes les maisons du Groupe 1, soit cinq maisons, tripartites et alignées sur la même terrasse, forment un ensemble chaîné, sans rupture. Du Nord au Sud, chacune est reliée à la précédente par un mur bas, qui joue en même temps le rôle de soutènement d’un front de terrasse. Le plus puissant correspond au front de la terrasse T2. Il relie sans interruption trois maisons : EA78 à EA1 et EA1 à EA6 et on le suit ainsi sur 6 m de long. Plus court, mais tout aussi bien conservé, un muret relie EA1 à EA77, soutenant en même temps le front de la terrasse T1. Enfin, vers le sud, EA6 s’accroche à EA23b par un muret qui se trouve presque à l’entrée du passage, consolidant en même temps le front de la terrasse T1. Ces liaisons renforcent encore l’impression de cohésion que suscitent ces maisons homogènes. Comme au niveau précédent, aucune construction ne lie entre elles les maisons du Groupe 2, bâties sur les terrasses hautes.

86Ainsi, l’examen des liaisons ne fait que confirmer ce que nous avions déduit de l’examen des terrasses et de celui des orientations à propos des deux groupes de maisons. Le Groupe 1 est soudé à trois niveaux : il est homogène typologiquement, une seule orientation le caractérise, les maisons qui le composent sont reliées entre elles. Au contraire, les maisons du Groupe 2, que ne caractérisent aucune uniformité typologique et aucune orientation partagée, sont isolées les unes des autres. Elles sont pourtant bien organisées comme nous le verrons bientôt.

La phase récente

87Sur l’Éminence Est, le niveau 0/E, peu exploré, n’est connu que par trois maisons. Elles ne sont pas liées, mais elles sont extrêmement proches les unes des autres, formant un ensemble compact, malgré leur appartenance à des modèles très différents. Sur l’Éminence Ouest, malgré la richesse de la documentation, on ne relève aucune trace de lien entre maisons. Cette habitude semble perdue. Est-ce définitif ?

La phase de transition

88À la fin de l’occupation, quelques liens entre maisons réapparaissent. Ainsi, les deux petites constructions, annexes probables, qui donnent sur le bâtiment communautaire [Fig. 86] EA53, sont accrochées l’une à l’autre par un muret.

89Du côté de l’Éminence Ouest, un aménagement commun rend deux maisons solidaires et peut-être même complémentaires. Il s’agit de EA54, quadripartite, et de [Fig. 75 : 1, 2] EA56 à pièces en enfilade. Nous avons vu que l’étroit espace qui les séparait était occupé par une structure fermée, que nous avons interprétée comme un silo à grains.

90C’est donc lors de la phase moyenne que les liaisons directes entre maisons apparaissent le plus nettement. Elles appartiennent à un même Groupe et sont de même type. À la phase récente, on ne trouve aucune attestation de lien direct, mais il y a sans doute des liens d’un autre ordre qui rassemblent les maisons les plus proches du bâtiment communautaire. Elles présentent beaucoup de points communs. Enfin, à la phase de transition, malgré deux exemples de liens directs, on ne voit guère se dessiner de regroupement. Comment interpréter ces variations ou cette évolution ? Voyons quelles informations peuvent être recueillies à travers la disposition des maisons autour d’aires communes.

Espaces communs. Equipements communs

Disposition des maisons autour d’aires communes

91Peut-on déceler une disposition concertée des maisons autour d’espaces communs ? C’est difficile à mettre en lumière pour le début de l’occupation, mais nous verrons que les choses prennent forme progressivement, à mesure que la surface fouillée s’agrandit. Les aires entourées de maisons ont parfois des sols aménagés. Des équipements les meublent. Des restes divers s’y accumulent comme autant de signes d’une fréquentation quotidienne. Tous ces éléments seront examinés simultanément, pour essayer de retrouver une image aussi animée que possible de la vie du village à l’extérieur des maisons.

Une aire commune équipée d’un foyer. La phase ancienne

  • 4 Et peut-être même à deux niveaux, l’état le plus ancien pouvant appartenir au niveau V/E. C’est po (...)

92A partir du niveau V/E et surtout du niveau IV/E, il semble bien que les maisons [Fig. 87] entourent des petites aires communes, équipées de structures de combustion. Deux groupes de trois maisons se distinguent. Le premier, en haut de pente, réunit les maisons monocellulaires EA33, EA32b et EA31b. Elles entourent un espace d’une douzaine de mètres carrés, qui donne des signes très explicites d’un entretien et [Fig. 87 : 3] d’une utilisation commune. Cette aire semble avoir été stabilisée, peut-être assainie, par l’épandage d’une couche de cailloutis rapportée. Un grand « foyer posé », trapézoïdal, est construit au milieu de cet espace. Autour de lui, un sédiment gris-noir compact, contenant des fragments de charbon, des restes de faune, du silex, recouvre le sol, traduisant une fréquentation intense. Des traces de brûlures signalent, en particulier, que l’on a vidangé le foyer immédiatement à côté de lui. Le foyer présente deux états, correspondant à deux sols distincts4. Dans sa forme la plus récente, il est entouré par un rebord construit en pierre et en terre. La partie en terre forme une masse brûlée orange, indiquant une combustion intense.

93Plus bas sur la pente, le second groupe, éloigné d’une dizaine de mètres du premier, [Fig. 87] rassemble une grande maison (EA28) et deux plus petites. Il y a bien une « fosse-foyer » à entourage de pierres à proximité de ces maisons, mais, à cause de sa position un peu décalée, on ne peut affirmer qu’elle leur soit commune.

Une aire commune qui dure. La phase moyenne

94Avec la construction de nouvelles maisons et l’édification des terrasses, l’organisation des maisons devient plus explicite dès le premier niveau, III/E, de la phase moyenne. [Fig. 88]

95L’aire commune qui, dans l’épisode précédent, était entourée de trois maisons, est [Fig. 87] réaménagée entre trois nouvelles habitations, basées sur la terrasse haute. Deux [Fig. 88] d’entre elles se superposent aux maisons détruites (EA68, EA67a), la troisième est légèrement décalée (EA48). L’aire, dont la surface est restée la même, est aménagée de façon encore plus soignée qu’auparavant. Un pavage puissant stabilise le sol, il est fait de gros moellons calcaires jointifs (20 à 30 cm), plats ou bombés. Un sol en [Fig. 88 : 3] cailloutis, dense et dur, adhère aux pavés. Cet espace, intensément fréquenté, est recouvert par une couche détritique noire et compacte, riche en restes de faune et en silex. Il est équipé de trois foyers qui ne sont pas tous utilisés en même temps. Le plus ancien a fonctionné seul, et il n’en reste que le fond rubéfié. On voit qu’il a été arasé volontairement, puis remplacé par les deux autres foyers qui, de type différent, pourraient se prêter à des usages différenciés. L'un est un foyer posé, à parois de pierres. Il est grand (diamètre 80 cm) et encore rempli de cendres. L’autre est un foyer creusé, avec un tour de pierres enduit de terre. La combustion a été assez intense pour que, non seulement sa bordure soit brûlée, mais que la chaleur ait contaminé son environnement immédiat. On trouve, dans son remplissage, des cendres blanches et quelques os. Les charbons et les cendres qui l’environnent signalent qu’il a été vidangé sur place.

96La « maison aux bucranes » n’est pas loin de cet ensemble, et à peine plus bas, sur la terrasse T2. Mais elle se place en marge de cette aire. Le fait que le pavage ne s’étende pas au-delà des trois maisons qui l’entourent renforce en outre l’idée d’une gestion et d’une utilisation partagées seulement par ces trois unités domestiques. C’est ailleurs qu’il faut rechercher l’aire d’activité gérée par les habitants de EA47. Protégée par un mur qui part de sa périphérie, et la dominant d’une hauteur de terrasse, cette aire s’organise en une véritable concentration de foyers et d’équipements liés à des activités de mouture. Nous avons vu (Chapitre III) que leur nombre, leur emplacement et le caractère particulier du lieu incitent à penser qu’ils sont à la fois collectifs et contrôlés à partir de cette maison bien particulière.

97Comme on l’a déjà noté à propos des terrasses, les habitants du niveau II/E, après l’incendie qui a ravagé l’installation III/E, restent fidèles à la configuration de l’espace construit, tout en l’enrichissant par de nouvelles constructions. Ainsi, sur la terrasse haute T0, c’est cette fois cinq maisons (celles du Groupe 2) qui se regroupent [Fig. 89] autour d’un espace commun, presque superposé à l’aire qui rassemblait les maisons [Fig. 87 ; Fig. 88] des niveaux IV/E puis III/E. Mais aucun aménagement, aucun équipement ne suggèrent l’idée d’activités communes. C’est seulement la structure en cercle de ce groupe d’habitations qui leur donne une certaine cohérence, et les isole de l’autre ensemble (Groupe 1), situé sur les terrasses basses. Celles-ci, presque alignées, ne semblent entourer aucun espace commun. Elles ne sont même pas tournées vers le [Fig. 89] bâtiment communautaire, pourtant tout proche d’elles.

98À une exception près, qui concerne la maison EA2. Cette belle maison tripartite donne directement sur le bâtiment communautaire. Nous avons déjà évoqué (Chapitre III) l’existence, en plus des foyers domestiques qui équipent sa cour pavée [Fig. 70] et basse, d’une fosse-foyer, à la fois extérieure et proche. Cette très grosse structure de combustion est installée juste devant le pavage, à quelques pas du bâtiment communautaire EA7a, dans un étroit passage. Cet emplacement et les dimensions de ce foyer suggèrent que son usage était collectif, tout en étant contrôlé à partir de EA2.

99À la fin de la phase moyenne, au niveau I/E, les deux ensembles de maisons (Groupe 1 [Fig. 90] et Groupe 2) se distinguent désormais sans ambiguïté et à tout point de vue l’un de l’autre : situation sur les terrasses, agencement, composition typologique.

100Le Groupe 2, fait de maisons de plusieurs types, s’établit en haut de pente. Sur la [Fig. 90] terrasse T1, quatre maisons entourent un espace commun. En arrière, sur T0, deux autres maisons montrent que cet ensemble ne se réduit pas à un seul rang. Il y a une vraie rupture dans l’agencement des maisons de ce groupe par rapport au passé. L’espace commun qu’elles entourent est limité par le front que constituent les maisons [Fig. 81 : 1-3] du Groupe 1. Un seul foyer a été dégagé dans cette aire, il se situe entre EA19, EA34 et EA40. En revanche, cet espace commun est très chargé en déchets, même si un certain effort semble avoir été poursuivi pour canaliser un peu l’afflux des restes. Cette démarche n’est pas immédiate. Elle est entreprise quand l’une des maisons, EA43, est en ruines. Arasée très modérément, elle devient la poubelle privilégiée de EA42, encore debout et toute proche. Cette observation ne nous a nullement étonnés. Nous avons remarqué au cours des années 1980, dans le village d’El Kowm, dans la steppe syrienne, que des maisons détruites se transformaient souvent en décharges ou en latrines publiques.

101Quant au Groupe 1, il est formé par le rang continu des cinq maisons tripartites [Fig. 81, Fig. 84 ; Fig. 90] qui tiennent sur la terrasse T2 et débordent sur la terrasse T3, où est enterré le bâtiment communautaire. On ne peut pas parler à leur propos d’aire commune de fréquentation. Seule EA1 (superposée à EA2) perpétue le lien privilégié de ses prédécesseurs avec le bâtiment.

102Ce qui caractérise la phase moyenne, sur le plan des espaces extérieurs et de la structure du bâti autour d’eux, c’est le contraste, de plus en plus affirmé à mesure que le temps passe, entre deux Groupes de maisons. Les maisons du haut de pente, dès la phase ancienne, se déploient en cercle autour d’aires communes, et cette habitude se perpétue jusqu’à la fin de la phase moyenne. L’agencement des maisons du bas de pente est résolument rectiligne, les maisons y sont parallèles les unes aux autres.

La phase récente

103Nous ne dirons rien de la phase récente sur l’Éminence Est, la surface fouillée étant trop restreinte. On peut seulement y noter la multiplication des foyers extérieurs, très grands, dont l’utilisation ne pouvait être que collective.

104En revanche, le niveau II/W nous offre une image exceptionnellement précise de l’organisation de l’espace construit autour d’un bâtiment communautaire. Résumons, [Fig. 91] en y ajoutant quelques remarques, ce que nous avons déjà développé à propos des orientations. Les maisons s’organisent en trois quarts de cercle autour de ce bâtiment. Rien n’a jamais été bâti dans le quart Sud, à part la petite construction annexe qui lui est accrochée. Comme l’a clairement montré une vaste exploration à la pelle mécanique, la limite Sud du bâtiment communautaire correspond à celle de l’espace [Fig. 77] construit. À partir de là, et sur une large étendue, on ne trouve que d’énormes accumulations de déchets. C’était donc à l’extérieur de l’agglomération qu’était rejetée la plus grande quantité du rebus, ce qui explique la relative propreté des espaces entre les maisons.

105Le bâtiment communautaire est-il au centre d’une « place » ? Sa position détermine un certain clivage. Si l’on prolonge son axe de symétrie, on trouve toutes les maisons tripartites au Nord de cette ligne, et les maisons quadripartites au Sud. [Fig. 91]

106Mais cette bipartition ne semble avoir aucun rapport avec l’espace central, principalement occupé par son toit. En effet il nous faut abandonner l’idée que ce toit constituait la plus centrale et la plus vaste des aires communes. Sa fréquentation devait être limitée. L’accès n’en était pas facile puisque, dans la mesure où il surplombait le sol d’environ 60 cm, il fallait déjà y monter. Malgré la robustesse de son système de charpente, il ne devait pas non plus se prêter au piétinement d’un grand nombre de personnes. Il n’était pas fait pour rassembler. Vu des maisons, il constituait plutôt un grand vide. C’est sous cet espace vacant que des activités communes, des rassemblements, se déroulaient de façon souterraine et cachée. Lesquelles ? Et qui y avait accès ?

  • 5 À ce propos, il faut se souvenir que des foyers à usage collectif avaient déjà été remarqués par J (...)

107En revanche, les espaces extérieurs qui s’ouvrent entre les maisons ne sont pas vides. Equipés de gros foyers auxquels il est impossible d’attribuer un propriétaire, ils témoignent d’activités culinaires communes, sinon à toutes les maisons, du moins à celles qui en sont les plus proches. Tous se situent latéralement par rapport au bâtiment communautaire. On citera l’exemple d’une grosse « fosse-foyer » entre EA10 et l’annexe EA63 du bâtiment. Et celui d’un autre foyer de ce type qui s’ouvre entre EA15 et EA515.

108En ce qui concerne le rapport entre les villageois et leur bâtiment communautaire, il nous semble important de revenir sur un certain nombre de foyers qui, tout en étant clairement situés dans la cour d’une maison, pourraient avoir eu une fonction d’ordre collectif. Placés dans les cours des deux maisons les plus proches du bâtiment, EA10 et EA15, ils sont particulièrement grands et intensément utilisés. Dans le cas de EA10, il s’agit d’un véritable four, de forme et de dimensions exceptionnelles. [Fig. 67] Dans celui de EA15, c’est une grosse fosse-foyer à bordure de pierre, [Fig. 71 : 4] entourée d’une zone brûlée et de déchets, qui prend place au milieu de la cour. Nous pensons que ces foyers pourraient être collectifs, tout en étant gérés directement par les habitants de ces maisons. Exactement, sans doute, comme c’était le cas, à la phase moyenne, pour le foyer que maîtrisaient les habitants de EA2.

La phase de transition

  • 6 Nous limitons notre réflexion à l’aire explorée par notre propre équipe, laissant de côté les mais (...)
  • 7 Comme semble le montrer une tranchée d’exploration creusée à l’ouest et au sud (Fig. 77). À l’est (...)

109On ne peut pas dire grand-chose des regroupements au niveau I/W. C’est cette fois de l’Éminence Est que vient le peu d’information dont nous disposons pour la phase de transition. La zone fouillée du niveau-II/E6 laisse apparaître des maisons qui entourent le bâtiment communautaire EA53 sur un tiers à peine de sa [Fig. 86] périphérie, du N-O au S-E. Il n’y avait sans doute pas de maisons sur les deux autres tiers7. L’agglomération devait se développer surtout vers le nord. Vers l’est, elle s’arrête rapidement, et les deux maisons les plus orientales qui aient été dégagées marquent la limite réelle du village. Il ne pouvait en être autrement car, très vite, une pente assez raide s’amorce et descend vers le Grand wadi.

110Les deux annexes de EA53 ferment un espace que limitent EA59 au N-O et EA61 au S-E. Cet espace est ouvert en direction du Grand wadi, comme s’il y conduisait. [Fig. 86] On n’y compte pas moins de trois très grandes fosse-foyers alignées, dont on ignore si elles ont été utilisées en même temps ou successivement. Elles sont toutes cernées d’un tour de pierres et leurs diamètres vont de 90 cm à 100 cm. Leurs profondeurs dépassent le mètre. L’une d’elles a eu visiblement deux temps d’utilisation, avec recreusement de la fosse. Une autre aire, plus vaste, pourrait s’étendre entre EA80, EA64, EA58 et EA59, au nord de EA53. On y rencontre six foyers creusés, tous assez proches des maisons et tous très grands (90 à 100 cm de diamètre).

111Ainsi pourrait se préciser une proposition que nous avons émise à propos de l’orientation des habitations. La configuration de l’espace construit de cet épisode semble révéler plusieurs groupements de maisons. Aucun n’est tourné vers le bâtiment communautaire, mais une aire rectangulaire, partant de sa périphérie, pourrait avoir servi à la fois de lieu de rassemblement autour des foyers, et de voie conduisant au wadi. Justement, que sait-on des voies et des passages, du début à la fin de l’occupation ?

Passages et circulation

112On circule aisément entre les maisons de Jerf el Ahmar, et de l’une à l’autre. A partir de la phase moyenne, les passages s’ordonnent selon des directions significatives et comportent parfois des aménagements particuliers.

Les passages

113Nous avons déjà évoqué les passages, au moment d’aborder la préparation du terrain et les orientations des maisons. C’est pourquoi on trouvera ici quelques répétitions que nous ne pouvons éviter, tant il nous paraît important de rappeler les faits, quand on cherche à les interpréter avec de nouvelles questions.

La phase moyenne

114Dès le niveau II/E, plusieurs passages descendent du haut de l’espace bâti, jusqu’en bas, vers le bâtiment communautaire. L’un d’eux, ponctué de deux marches, sépare EA2, d’un côté, de EA83 et EA5 de l’autre côté. Ce passage, toujours utilisé au niveau I/E, est simplement consolidé. Il fait partie d’un ensemble de trois chemins [Fig. 92] étroits et parallèles qui partent tous de la place entourée par les maisons du Groupe 2, et qui sont subdivisés par une ou deux marches pour faciliter la descente. Leur largeur ne dépasse pas un mètre. Quant à la hauteur des marches, elle peut paraître élevée, mais elle correspond à celle des terrasses, soit environ 50 cm.

115[Fig. 92 : 1] Des passages sont aussi prévus entre les maisons du Groupe 2, en haut de pente. Ils convergent vers le centre de l’aire semi-circulaire qu’elles entourent, et leurs orientations s’organisent de façon radiale. La structure qu’elles forment donne une grande cohérence à ce groupe de maisons, pourtant dissemblables sur le plan typologique.

116Si l’on examine à présent l’image globale de la circulation à la fin de la phase [Fig. 92 : 2] moyenne, on constate que tout, finalement, communique. Il n’y a aucun obstacle entre les maisons du haut de l’agglomération et le bâtiment communautaire. À partir du sommet, on se dirige, en passant entre les maisons du Groupe 2, vers l’aire qui leur est commune. Poursuivant vers le bas, on se trouve face au front des maisons du Groupe 1. Mais on passe aisément entre elles par plusieurs passages, pour déboucher aux alentours du bâtiment communautaire. Un seul passage semble y conduire directement, c’est celui qui sépare EA1 de EA6. Les autres s’ouvrent sur [Fig. 93] les espaces libres qui l’entourent. Les emprunter ne conduit qu’à s’en rapprocher.

117Quant aux habitants du Groupe 1, ils sont tout près du bâtiment communautaire et n’ont, en principe, pas à emprunter un long chemin pour y parvenir. Mais nous verrons, en abordant les ouvertures des maisons, que les choses ne sont pas si simples.

La phase récente

118Si l’on considère l’organisation des maisons du niveau II/W, on observe que tous les passages entre les maisons convergent vers le bâtiment communautaire. Cette [Fig. 85 ; Fig. 91-94] convergence est due à l’organisation concentrique des habitations. Le fait qu’elles soient parallèles entre elles n’empêche rien, c’est de cette structure seule que dépend l’orientation des passages.

La phase de transition

119On ne peut pas dire grand-chose de la circulation lors de cette phase. Il faut seulement signaler une nouveauté : la disposition des maisons des deux côtés d’une large [Fig. 86] voie qui conduit au Grand wadi.

Disposition des ouvertures. Sur quels espaces débouchent les maisons ?

120Pour comprendre la circulation à l’intérieur du village, il nous faut savoir d’où partent les pas. Et, par conséquent, découvrir par lequel de ses côtés la maison communique avec l’extérieur, et sur quels espaces débouchent les portes.

121Nous n’allons pas nous lamenter une fois de plus sur l’absence d’attestations, même si c’est dans cette partie de notre réflexion qu’elles manquent le plus. Mais comment comprendre la circulation quand le nombre des maisons dont les portes se révèlent est infime ? Face à cette difficulté, il ne nous reste plus qu’à imaginer, en procédant [Fig. 53-55] par l’absurde, et donc par élimination, l’emplacement des ouvertures. Tentative difficile et risquée, nous ne l’avons tentée que lorsque plusieurs arguments conjoints renforçaient une hypothèse.

122La phase ancienne s’illustre par l’absence totale de portes visibles. Comme les douze constructions connues sont monocellulaires et arrondies, on ne peut même pas imaginer l’emplacement le plus logique pour placer une ouverture.

123Rien de plus, au début de la phase moyenne. Au niveau III/E, les maisons sont presque toutes monocellulaires arrondies, et quand le plan se complique un peu par une subdivision, il n’y a pas davantage d’indices pour trouver la porte. C’est à peine si l’on peut en dire plus au niveau II/E, mais les quelques indications récoltées annoncent des options qui deviendront claires au niveau I/E. Ainsi, parmi les maisons tripartites, une seule permet de reconstituer l’ensemble de son système de circulation, entre les pièces intérieures, de l’intérieur à la cour et de la cour à l’extérieur. [Fig. 53 ; Fig. 92] Il s’agit de la maison EA2, dont on a vu qu’elle donne directement sur le bâtiment communautaire EA7a.

124Superposée à EA2 et de même modèle, la maison EA1 donne aussi des indications sur l’issue depuis la cour. Celle-ci est limitée par le prolongement des murs en antes. [Fig. 93] L’ante située le plus au nord se recourbe et clôt l’espace vers l’ouest, alors que l’ante Sud est courte. Il reste, entre leurs extrémités, une ouverture de trois mètres environ qui donne, à l’est du bâtiment communautaire, sur une aire élargie. On évite ainsi de se retrouver dans le passage très étroit qui longe ce dernier.

125Vers le sud, pour EA6 (mal conservée), le plus logique serait de placer la sortie à partir de sa pièce (ou sa cour) non subdivisée. On sortirait alors de cette maison vers le haut, à l’opposé du bâtiment communautaire vers la place qui réunit les maisons du [Fig. 93] Groupe 2, alors qu’elle appartient au Groupe 1. Il ne faut peut-être pas s’en étonner. À regarder attentivement la structure d’ensemble des maisons du Groupe 1, on note qu’une seule issue seulement s’oriente vers le bâtiment communautaire.

126Ainsi toutes les sorties des maisons peuvent être considérées comme centrifuges par rapport à ce que nous considérons comme le pôle d’attraction principal du village.

127[Fig. 93] En effet, EA77 semble donner vers le nord, sur la pente qui descend vers l’Euphrate. EA70 et EA23 s’ouvrent vers le sud-est. Elles se placent à la limite de la zone construite, c’est donc vers l’extérieur de l’agglomération que se dirigent leurs habitants quand ils en sortent. Cette option est particulièrement claire pour EA23, la plus grande de toutes les maisons tripartites. Sa cour est très fermée et les deux ouvertures symétriques (1,5 et 2 m de large) qui permettent d’en sortir sont nettement délimitées. Par quel chemin ses habitants pouvaient-ils s’approcher du bâtiment communautaire ? Ils devaient contourner l’angle de la cour, longer leur propre mur Sud, puis celui de EA6. Ils n’atteignaient EA7b qu’en traversant l’aire sur laquelle débouchait EA1. Faut-il penser que les habitants de EA1, les seuls qui accédaient directement à EA7b, détenaient une sorte de contrôle sur le lieu ?

128Quant aux ouvertures des maisons du Groupe 2, nous avons vu que les passages [Fig. 92] ménagés entre elles convergeaient vers une aire commune. Mais les rares ouvertures [Fig. 93] attestées ou déduites dans chacune des maisons ne semblent pas y conduire. Si l’on prend par exemple les deux maisons à pièces agglutinées : EA19 (dont les murs sont pourtant conservés sur 40 cm de hauteur) et EA22, aucune ouverture ne se détecte dans les pièces d’habitation. Seules les plus petites annexes montrent une nette interruption dans le mur. Dans les deux cas, cette large ouverture conduit, sans ambiguïté, vers l’extérieur de l’aire commune. On rétorquera que c’est sans doute normal de mettre une annexe à l’arrière de la maison, et que peut-être l’annexe elle-même ne communiquait pas avec l’intérieur de la maison. C’est possible, et il faut beaucoup relativiser le poids de cette information. Finalement la seule maison, peut-être tripartite (EA70), dont la porte pourrait être déduite de l’emplacement de sa pièce transversale, donne sur l’extérieur, exactement dans la même direction que EA23. Il n’y aurait donc aucun signe d’accès à la place commune, mais il est impossible de s’en assurer.

129La pauvreté de la documentation concerne les deux groupes de maisons. Mais si l’on décide, malgré cet obstacle, de faire un bilan des indications les plus explicites, on se retrouve devant un tableau cohérent. Il semble bien que l’emplacement des ouvertures réponde aux mêmes règles pour les maisons des deux groupes. Et ces règles peuvent paraître paradoxales. Elles se résument ainsi : les ouvertures des maisons débouchent à l’opposé du lieu destiné à en rassembler les habitants. Ceux du Groupe 2 ne sortent pas directement sur la place autour de laquelle sont implantées leurs maisons. Et ceux du Groupe 1 doivent faire des détours pour se diriger [Fig. 93] vers le bâtiment communautaire. La seule exception à cette règle est celle de EA1.

130Finalement, la disposition des ouvertures suggère que les habitants de cet épisode villageois ne sortent pas directement de leurs maisons vers la place. Peut-être ne souhaitaient-ils pas que leurs maisons soient directement accessibles depuis l’espace public, privilégiant ainsi la protection de l’espace privé plutôt qu’une ouverture largement offerte à la collectivité.

131Observe-t-on le même comportement à la phase récente ?

132Au niveau II/W, quand les maisons s’organisent en trois quart de cercle autour de leur bâtiment communautaire, deux maisons – EA10, tripartite et EA15, quadripartite –, présentent des issues qui débouchent dans sa direction. Ce sont les maisons [Fig. 94] les plus proches du bâtiment (avec EA51, quadripartite, dont il est impossible de situer la porte).

133Un peu plus loin, mais tout de même en bordure de l’espace commun, c’est une configuration inverse qui caractérise les maisons EA11 et EA13. Leurs ouvertures ne débouchent pas directement sur l’extérieur. Pour sortir, il faut passer par les annexes. Celles-ci sont largement ouvertes (un mètre environ) dans la direction opposée à celle du bâtiment communautaire, vers l’ouest et le nord-ouest. Plus loin encore, EA16 débouche, elle aussi, vers l’extérieur de l’agglomération, dont elle marque, avec EA51, la limite Sud. [Fig. 94]

134À la seule différence que deux maisons, au lieu d’une, débouchent vers le bâtiment communautaire, les choix sont les mêmes que lors de la phase moyenne. Cette fois encore, les portes des maisons n’orientent pas les occupants vers les lieux de rassemblement. Au contraire elles les dirigent vers l’extérieur. Et si l’on veut accéder aux environs du bâtiment communautaire, il faut faire un détour.

135On ne sait pas grand-chose des ouvertures à la phase de transition. On peut seulement dire qu’il n’y a pas la moindre trace d’issue vers le bâtiment communautaire EA53 au niveau -II/E, sauf celles des annexes, pas plus que vers la place/voie qui conduit vers le wadi. Quand une ouverture est attestée, elle indique une direction centrifuge par rapport à ces deux lieux.

136Rien de nouveau donc, la tendance à éviter l’accès direct à un espace public, amorcée à la phase moyenne, est une constante qui s’observe jusqu’à la fin de l’occupation.

CONCLUSION. PREPARATION, CONCEPTION ET UTILISATION DE L’ESPACE CONSTRUIT

137À partir des informations que nous venons de réunir et que nous avons déjà partiellement combinées, peut-on dresser un tableau des caractéristiques essentielles du village de Jerf el Ahmar, depuis sa conception jusqu’à sa fréquentation ? Peut-on avoir une idée de l’organisation de la société qui se développe dans ce village, depuis ses premières manifestations, restreintes, jusqu’à son plein épanouissement ? Pour conclure ce chapitre, nous nous bornerons à répondre à la première question. La seconde, qui nécessite d’aller plus loin dans la démarche interprétative, sera examinée dans la synthèse finale (Chapitre VI).

138Le but de cette synthèse partielle va donc être de définir, à travers les étapes de l’édification du village et de son mode de fréquentation, la tradition qui se maintient tout au long de ses huit cents ans d’occupation. Mais huit cents ans, c’est long, et il ne faut pas oublier que le village a été reconstruit au moins onze fois. On a vu à quel point il a changé au cours du temps. La question n’a donc de sens que si on la pose pour chaque phase.

Préparation du terrain

139Aucune maison n’a été bâtie sans préparation préalable du terrain. La préparation est individuelle – maison par maison – tout au long de la phase ancienne. Elle ne devient collective qu’à la phase moyenne. Quand le terrain est plat, il est alors probablement égalisé, mais cela n’est clairement perceptible qu’entre les maisons qui se regroupent autour d’un espace commun. En revanche, quand le terrain est en pente, de gros travaux sont engagés pour le transformer en une succession régulière de terrasses. Le profil définitif de cette structure en gradins est fixé dès le départ. Les terrasses seront seulement consolidées, restaurées ou agrandies au cours du [Fig. 79-81] temps.

Liaisons

140Les maisons sont isolées les unes des autres tout au long de la phase ancienne. C’est seulement à partir du milieu de la phase moyenne qu’un accrochage direct constitue la preuve de liaisons concrètes entre plusieurs maisons. Ce degré élevé de cohérence caractérise seulement les habitations les plus proches du bâtiment communautaire (Groupe 1).

141Rien de tel ne se détecte à la phase récente, où l’on note, seulement dans le niveau II/W, des ressemblances entre maisons voisines, qui pourraient correspondre soit à des liens privilégiés, soit à un statut commun entre leurs habitants.

142La liaison entre deux maisons est attestée à nouveau à la phase de transition. Cette fois, contrairement à ce qui se passe précédemment, ce sont deux maisons de type et de forme radicalement différents qui sont intimement liées, par le partage d’un aménagement commun.

Orientation

143La notion d’orientation des maisons ne prend son sens qu’à partir de la phase moyenne, quand elles cessent d’être toutes arrondies et monocellulaires. L’orientation est une option collective. Elle varie en fonction de la topographie naturelle (pente, plat) ou artificielle (terrasses) du terrain, mais aussi en fonction de l’appartenance à un groupe.

144Ainsi, les maisons de la phase moyenne s’orientent en fonction du sens des terrasses qui structurent les pentes de l’Éminence Est. Pour se placer au mieux, perpendiculairement à l’axe des gradins, elles sont orientées ENE-OSO. Cette règle ne s’applique qu’aux maisons tripartites du Groupe 1, situées en bas de pente. Pas d’orientation commune en revanche pour les maisons du Groupe 2 qui sont pourtant, elles aussi, positionnées sur des terrasses.

145L’agglomération du niveau II/W, à la phase récente, est installée sur un terrain plat. L’orientation des maisons y est systématiquement cardinale. Pourtant, l’agencement des maisons est plutôt concentrique. On a donc ici une combinaison de deux [Fig. 91] structures, l’une concentrique, l’autre parallèle. Sans vouloir rechercher de correspondance symbolique dans la comparaison, on rappellera que le bâtiment communautaire de cette phase est structuré au sol de façon radiale, donc dans une logique concentrique, alors que sa charpente est organisée de façon parallèle. Les deux schémas se combinaient aisément dans l’esprit des bâtisseurs de l’époque.

Émergence des groupes, aires communes et circulation

146Dès la phase ancienne, les maisons semblent s’organiser par rapport à des aires communes. À cette époque, elles se ressemblent toutes et ont les mêmes dimensions. [Fig. 87] Une seule, à chaque épisode, se distingue par sa grandeur. Dès le début de la phase moyenne, ces aires sont aménagées avec soin, entretenues, équipées en commun. [Fig. 88] L’ensemble des maisons reste encore assez homogène, mais une construction, la « maison aux bucranes », se distingue par son contenu et sans doute par sa fonction.

147C’est au cœur de la phase moyenne que deux groupes de maisons se distinguent nettement, à la fois par leur appartenance typologique et par la qualité de leur exécution. Topographiquement séparés les unes des autres, les deux groupes ne se mélangent pas. L’un des deux est proche du bâtiment communautaire (Groupe 1), l’autre (Groupe 2) en est éloigné, et il est le seul qui, placé en haut d’agglomération, [Fig. 89 ; Fig. 90] se déploie autour d’une sorte de place.

148L’organisation autour d’espaces extérieurs communs, parfois subdivisés en petites places, se poursuit à la phase récente, et même à la phase de transition. Ces espaces sont fréquentés, mais on y laisse relativement peu de déchets, ceux-ci étant accumulés de préférence à l’extérieur du village ou dans des ruines. En revanche, on y cuit en commun des quantités de plus en plus grandes de nourriture, si l’on se fie aux dimensions des foyers qui y sont aménagés.

149Mais voici qu’un paradoxe surgit. À la phase moyenne, comme à la phase récente, l’on va d’un espace commun à l’autre sans problème, grâce à des passages ménagés entre les maisons. Mais, quand on sort de sa maison, c’est rarement en direction de [Fig. 92] l’aire commune ou du bâtiment communautaire. Les rares ouvertures identifiables sont à l’opposé. Et pour se rendre vers un espace commun, il faut contourner des constructions. Une, deux habitations tout au plus, donnent directement sur le bâtiment communautaire. Le plus souvent, l’intimité de la maison est protégée.

Fig. 87. La configuration de l’espace construit au niveau IV/E, phase ancienne.

Fig. 88. La configuration de l’espace construit au début de la phase moyenne. Le niveau III/E.

Fig. 89. La configuration de l’espace construit au niveau II/E, phase moyenne.

Fig. 90. La configuration de l’espace construit au niveau I/E, phase moyenne.

Fig. 91. Le niveau II/W, phase récente. Répartition des maisons autour du bâtiment communautaire EA30.

Fig. 92. Passages, circulation, obstacles. Le niveau I/E, phase moyenne.

Fig. 93. Circulation et emplacement des issues. Une structure centrifuge. Le niveau I/E, phase moyenne.

Fig. 94. Sur quels espaces donnent les maisons ? Le niveau II/W, phase récente.

Notes

1 Les altitudes sont calculées en fonction d’un Point 0 établi en début de fouille au sommet du site. Ce point est coordonné avec un point géodésique, de façon à pouvoir géo-référencer les altitudes relevées. Dans ce chapitre, où elles jouent un rôle important, nous avons noté les altitudes des constructions et de leurs environnements dans nos illustrations.

2 Dans son emplacement actuel.

3 On peut toujours penser que des murets de soutènement aient échappé aux fouilleurs. Compte tenu des méthodes utilisées sur le chantier, cela nous paraît peu probable.

4 Et peut-être même à deux niveaux, l’état le plus ancien pouvant appartenir au niveau V/E. C’est pourquoi nous ne parlerons ici que de l’état récent.

5 À ce propos, il faut se souvenir que des foyers à usage collectif avaient déjà été remarqués par J. Cauvin (1977) à Mureybet.

6 Nous limitons notre réflexion à l’aire explorée par notre propre équipe, laissant de côté les maisons dégagées par T. Mc Clellan, pour lesquelles nous ne disposons que de relevés imprécis.

7 Comme semble le montrer une tranchée d’exploration creusée à l’ouest et au sud (Fig. 77). À l’est la lecture des coupes d’une tranchée a montré que la zone construite coïncidait avec la zone fouillée.

Table des illustrations

Légende Fig. 77. Implantation des maisons et pentes naturelles.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28017/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 407k
Légende Fig. 78. La phase ancienne. Des maisons sur une pente naturelle.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28017/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Fig. 79. Les premières terrasses. Le niveau III/E, début de la phase moyenne.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28017/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 487k
Légende Fig. 80. Les terrasses du niveau II/E, phase moyenne.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28017/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 814k
Légende Fig. 81. Les terrasses du niveau I/E, phase moyenne.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28017/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 743k
Légende Fig. 82. Des maisons posées sur le même plan, autour d’un bâtiment communautaire enterré. Le niveau II/W, phase récente.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28017/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Légende Fig. 83. L’Éminence est : pentes et orientations à la phase ancienne et au début de la phase moyenne.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28017/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Légende Fig. 84. Une orientation adaptée à la direction des terrasses. Le niveau I/E, phase moyenne.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28017/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 595k
Légende Fig. 85. Orientation cardinale et emplacement des maisons. Le niveau II/W, phase récente.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28017/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Légende Fig. 86. Orientation des maisons à la phase de transition. Le niveau -II/E.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28017/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 87. La configuration de l’espace construit au niveau IV/E, phase ancienne.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28017/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 88. La configuration de l’espace construit au début de la phase moyenne. Le niveau III/E.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28017/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 687k
Légende Fig. 89. La configuration de l’espace construit au niveau II/E, phase moyenne.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28017/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 550k
Légende Fig. 90. La configuration de l’espace construit au niveau I/E, phase moyenne.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28017/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 531k
Légende Fig. 91. Le niveau II/W, phase récente. Répartition des maisons autour du bâtiment communautaire EA30.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28017/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 474k
Légende Fig. 92. Passages, circulation, obstacles. Le niveau I/E, phase moyenne.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28017/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 542k
Légende Fig. 93. Circulation et emplacement des issues. Une structure centrifuge. Le niveau I/E, phase moyenne.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28017/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Légende Fig. 94. Sur quels espaces donnent les maisons ? Le niveau II/W, phase récente.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/28017/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 415k

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540