Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tromelin

 | 
Max Guérout

Remerciements

Texte intégral

1C’est tout au long d’une dizaine d’années que les données contenues dans ce livre ont été glanées et rassemblées, d’abord pour recueillir les informations concernant l’histoire de l’Utile, son naufrage et la survie des naufragés, puis pour mieux connaître les évènements ayant pu laisser des traces sur le site des fouilles archéologiques : naufrages, installation et vie de la station météorologique en particulier.

2Je remercie vivement ceux qui m’ont guidé dans mes recherches ou m’ont aidé amicalement à rassembler les documents d’archives dispersés en de nombreux endroits : Gilles Bancarel, Norbert Benoît, Sébastien Berthaut-Clarac, Claude Clergue, Joe Guesnon, René Estienne, Bernard Harnie-Cousseau, Philippe Haudrère, Cyril Hofstein, Anne Joyard, Stéphane Launay, Arnaud Lafumas, François Le Goarant de Tromelin, Gérard Nicolle, Bako Rasoarifetra, Jean-François Rebeyrotte, Yann Von Arnim en particulier.

3J’exprime aussi toute ma gratitude aux techniciens et aux aides de Météo-France qui m’ont décrit la vie sur l’île et confié leurs souvenirs et leurs photographies : Gilles Boue, Jean-Michel Dalleau, Joël Mouret, Guy Petit de la Rhodière, Christophe Perrier, Jacques Quillet.

4Je remercie les pilotes qui m’ont permis de mieux comprendre comment ont été assurées les liaisons aériennes avec l’île, ce qui n’a pas été une mince affaire à reconstituer : Michel Ego, Gérard Ethève, Gaston Zinzius,

5Je suis reconnaissant envers les scientifiques qui m’ont fourni les données concernant leurs spécialités : J. Bourgea, S. Ciccione, Luc Gigord, Bruno Le Corre ; ainsi que le service historique du service hydrographique du Royaume-Uni (UKHO) qui nous a autorisé à utiliser gratuitement ses documents inédits.

6Au-delà de la conception de ce livre, je tiens à nouveau à remercier l’UNESCO et le Comité national pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage qui nous ont accordé leur parrainage ; les institutions et les organismes qui ont assuré le financement des recherches historiques et archéologiques du programme « Esclaves oubliés » : l’UNESCO, la DRAC de l’océan Indien, le Conseil Régional de La Réunion, le Conseil Général de La Réunion, la fondation d’entreprise Groupe Banque Populaire, la Fondation du Patrimoine, La Commission de l’Océan Indien, l’INRAP ; les services de l’état et les organismes qui depuis le commencement de cette aventure nous ont accordé leur support administratif et logistique : Forces armées dans la zone Sud de l’océan Indien, les Terres Australes et Antarctiques Françaises, Météo-France La Réunion.

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540