Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tromelin

 | 
Max Guérout

Annexe 2. Biographie de Jacques Marie Boudin de Tromelin, seigneur de Lanuguy

Texte intégral

Préambule

  • 1 Toussaint A. (éd.), Dictionnaire de biographie mauricienne, Sociétéde l’Histoire de l’île Maurice, (...)
  • 2 Lacour-Gayet G., auteur d’un ouvrage de référence : La Marine militaire de France sous le règne de (...)

1D’innombrables erreurs ont été commises concernant l’identité du sauveteur des naufragés de l’Utile abandonnés sur l’île de Sable. La source principale de ces erreurs se trouve dans le Dictionnaire de biographie mauricienne1. Une seule notice rédigée par Auguste Toussaint, qui se trouve aux pages 409 et 410, concerne le nom de Tromelin, celle de « Maurice Jean Marie Boudin de Tromelin (1730-c.1800). » Cette notice est le mélange malheureux de la biographie de trois frères : Bernard Marie, Maurice Jean Marie et Jacques Marie, tous trois officiers dans la marine royale et présents à la même époque dans l’océan Indien. A la décharge d’un biographe pressé, il n’est pas toujours facile de distinguer l’un de l’autre dans des pièces de correspondance où ils sont désignés par le même nom, rarement par leur grade et assez souvent par l’appellation « chevalier de Tromelin », distinction à laquelle ils furent tous les trois élevés2. Pour mieux brouiller les pistes, les aînés embarquèrent souvent leurs frères cadets à bord des bâtiments qu’ils commandaient.

Le patronyme de Jacques Marie
Le nom figurant dans les archives est variable : le certificat de baptême porte le nom de Jacques Marie Boudin, tandis que le Dossier individuel est sous le nom de Boudin Tromelin de la Nuguy. La croix de Saint-Louis lui est remise sous le nom de Chevalier de la Nuguy Tromelin Pendant la Révolution il se fait appeler et signe ses correspondances du nom de Lanuguy Tromelin. Il embarque à Copenhague sur le Norge sous le nom de Christian Trommelin Son fils aîné est baptisé sous le nom de Jacques Marie Boudin de la Nuguy de Tromelin.

  • 3 AN –Marine, C7 40 –- Dossier individuel de Bernard Marie Boudin de Tromelin. Service Historique de (...)

2Pour lever toutes les incertitudes, il nous a fallu avoir recours à l’examen de leurs dossiers individuels qui sont conservés aux archives du Service historique de la Défense ou aux Archives nationales3.

Famille

  • 4 Chassin de Guerny R., Généalogie de la famille Chassin de Guerny en Bretagne, Rennes, 1938, p. 148
  • 5 Charge de secrétaire du Roi : « La plus importante sans contredit, et celle qui jouissait des plus (...)

3La famille Boudin est originaire de Normandie. En 1640, la branche aînée s’installe à Morlaix. Bernard Boudin, sieur de Launay, écuyer, épouse en 1699 Thérèse Coroller. Procureur syndic et juge-consul de Morlaix4, il est anobli par achat d’une charge de secrétaire du Roi en 17015. La famille acquiert de nombreuses propriétés autour de la rivière de Morlaix et avec le mariage de Jacques Guillaume Boudin, fils de Bernard, avec la fille de Nicolas le Diouguel de Penanru, elle reçoit la terre de Tromelin en Plougasnou et ajoute ce nom à son patronyme. Les membres de la famille Boudin deviennent ainsi seigneurs de Launay, paroisse de Ploujean, de Longpré (en Normandie), de Tromelin, de Kergreiz, paroisse de Plougasnou, de Lanuguy, paroisse de Saint-Martin-des-Champs.

Figure A2-1 – Sceau de la Famille Tromelin.

Devise et armoiries

  • 6 Traduit par : « Il tente de monter aux astres », par O. de Bessas de la Mégie (1865).

4Ecu de sable avec épée d’argent en pal, la pointe en haut accostée en chef de deux étoiles d’or. La devise « Ad sidera tentat », que l’on peut traduire par « Il tente d’atteindre les étoiles6. »

  • 7 AN – Marine, C7 40, pièce 15.

5Jacques Guillaume Boudin, écuyer et seigneur de Tromelin (né en 1702, mort en 1777) et Dame Marie Françoise Jacquette Le Diouguel7 de Penanru (morte le 31 décembre 1766), mariés en 1726, auront neuf enfants.

Figure A2-2 - Armoiries.

  • 8 Bien que les dates de naissance de tous les enfants ne soient pas connues, ils sont classés ici pa (...)

6La fratrie comporte sept garçons et deux filles8 :

  1. Nicolas Thérèse Bernard Boudin, seigneur de Tromelin qui fut cornette dans le Dauphin-cavalerie et vénérable de la loge « La noble amitié » de Morlaix de 1776 à 17859, né le 14 septembre 1727 à Kergreis, marié en 1758 à Geneviève du Buisson de Vieux Chatel, mort 23 avril 1790 à Plougean.
  2. Laurent Marie Boudin, seigneur abbé de Tromelin10.
  3. Bernard Marie Boudin, seigneur de Tromelin, né à Morlaix le 15 février 1735, mort en 181611.
  4. Maurice Jean Marie Boudin, seigneur de Launay, né à Morlaix le 21 février 174012.
  5. Jean Marie François Boudin, seigneur de Kergreis. Il est mort noyé à Achem (Sumatra) le 28 octobre 176713. Il figure sur le document manuscrit concernant le partage des biens de la famille signé le 6 décembre 1767. Il y est représenté par Maître Gabriel Regnault, Sieur Dumesnil, procureur et notaire au siège royal de Morlaix auquel il a signé une procuration. La nouvelle de sa mort survenue près de deux mois auparavant n’était donc pas encore parvenue à sa famille.
  6. Un garçon désigné sous le nom de La Nuguy Tromelin, dont les prénoms ne nous sont pas connus, embarqué comme volontaire sur la frégate Terpsichore participe en juin 1765 à l’attaque de Larache (Maroc). Blessé au cours du débarquement, il meurt de ses blessures à Cadix le 14 septembre 176514. Il est sans doute plus âgé que Jacques Marie, ce dernier se voyant probablement transmettre la seigneurie de Lanuguy à la mort de son frère.
  7. Jacques Marie Boudin, seigneur de Lanuguy, né à Ploujean le 31 mai 1751.
  8. Marie-Joseph Boudin de Tromelin, mariée au chevalier Jacques Magdelein Gonery Artur, seigneur de Keralio (témoin du baptême de Jacques Marie), mort en 1804 ; signataire de l’acte de partage des biens de la famille datédu 6 décembre 1767, morte en 1808.
  9. Marie Thérèse de Tromelin, témoin du baptême de Jacques Marie.

Figure A2-3 - Venelle au son.

Jacques Marie Boudin, seigneur de Lanuguy

Naissance

  • 15 AN –Marine, C7 40, pièce 16.

7Jacques Marie est donc né à Ploujean le 31 mai 1751. L’extrait du registre de baptême et mariage du canton de la commune de Ploujean pour l’année 1751, se trouve dans son dossier individuel15 :

« Jacques Marie Boudin, fils naturel et légitime de Jacques Guillaume Boudin et de Dame Marie Françoise Jacquette Le Diouguel Dame de Tromelin, né le trente et un may mil sept cent cinquante et un et baptisé solennellement le second jour de juin de la même année par Messire Le Brigant recteur de Plouezoch dans l’église paroissiale de Ploujean, a eu pour parrain et marraine Jacquet Madelain Gonery Artur de Kerralio son beau-frère et demoiselle Marie Thérèse Boudin de Tromelin sa sœur, qui avec le père présent signent signé sur le registre , Marie Thérèse Boudin de Tromelin, Jacquet Artur de Kerralio, Marie Anselme de Kerret, J.G. Boudin de Tromelin, Laurent Marie Boudin de Tromelin, Maurice Marie de Tromelin Boudin, Gabriel Berton clerc tonsuré,
Gillet Siouris curé de Ploujean, G. Le Saviec, prêtre, C. Le Brigant recteur de Plouezoch, J. Mahé Br. de Ploujean. »

Héritage

  • 16 On ne trouve plus trace de ce manoir.
  • 17 Pour Cu n’meur autrement dit le grand chef.

8Le 6 décembre 1767, lors du partage des biens de la famille provenant de la succession de Marie Françoise Jacquette Le Diouguel de Penanru, après son décès survenu le 31 décembre 1766, Jacques Marie reçoit : « Le manoir de Kerbastien et ses dépendances16, le lieu du Mur et dépendance, la maison sise à la venelle au Son, et la rente censive sur les garennes du Cunmeur17 . »

Figure A2-4 – Extrait du registre de baptême et mariage de la commune de Ploujean (1751).

Mariage

  • 18 http://perso.wanadoo.fr/henri.maurel/ilemau.htm.
  • 19 François de Souillac, (né en 1732 - mort en 1803) fut gouverneur de l’île Bourbon du 26 oct. 1776 (...)
  • 20 AN – Marine, C7 40, pièce 11.
  • 21 AN – Marine, C7 40, pièce 12.

9Le 12 janvier 1784, Jacques Marie épouse à Saint-Denis (île Bourbon) à Marie Charlotte Julie Martin, créole, née à Saint-Denis à l’île Bourbon le 25 août 1758. Fille d’Honoré Martin, ancien Ingénieur de la Compagnie des Indes, et de Marie Anne Denise Beaumont. Honoré Martin serait l’un des descendants d’Etienne de Flacourt (fondateur de Fort-Dauphin à Madagascar)18. L’autorisation de mariage, signée par le vicomte de Souillac19, est datée du 3 mars 1784 à l’île de France20 : « J’ai cru bon devoir lui permettre ce mariage étant avantageux pour lui et cette jeune personne lui donnant une fortune fort honnête. » Le contrat de mariage est passé devant notaire, il est repris dans un extrait du registre du dépôt des chartes des colonies établi à Versailles par édit du mois de juin 1776 « registré en la ci-devant chambre des comptes le 15 avril 177721 » :

« Jacques Marie Lanuguy Tromelin, fils majeur de feu Jacques Guillaume Tromelin et feue Penanru, ses père et mère, natifs de Ploujean, évêché de Tréguier…
Marie Charlotte Julie Martin, fille majeure d’Honoré Martin, ancien ingénieur de la Compagnie des Indes et de feue Marie Anne Denise Beaumont… »
Les époux se marient sous le régime de la communauté et se font une donation mutuelle. Les biens de Marie Charlotte sont évalués à 50 000 livres, dont une rente de 300 livres servie par son oncle Beaumont (habitant Cateau-Cambrésis). »

  • 22 Bernardin de Saint-Pierre, Voyage à l’Isle de France, Paris, 1773, p. 184.

10Cette dot est importante, si on en croit la réflexion de Bernardin de Saint-Pierre à propos des partis à l’île de France : « D’ailleurs, il y a peu de partis avantageux, il est rare de trouver une fille qui apporte dix mille francs comptant en mariage22. »

  • 23 SHD – Marine (Vincennes), CC7 carton 280 –Dossier individuel de Jacques Marie Boudin de la Nuguy d (...)

11Il eut cinq enfants dont trois garçons. L’aîné Jacques Marie Boudin de la Nuguy de Tromelin23, né à Saint-Denis (île Bourbon) le 29 mai 1785, fera lui aussi carrière dans la marine où il entre en 1803. Enseigne de vaisseau le 18 juillet 1811, il prendra sa retraite le 1er juin 1822 et décèdera en 1825. Deux autres enfants (Alphonse Luc Marie et Marie Thérèse Pierre Michelle née en 1787) sont mentionnés dans les « Etats détaillés des liquidations » édités en 1828. Ce même état indique que Marie-Charlotte-Julie s’est remariée avec Armand-Marie-Nicolas Le Baillif de Mesnager dont elle a eu une fille.

Carrière militaire

Grades successifs

Garde marine à Brest

12/1/1766

Brigade de Bayonne

01/5/1772

Brigade de Saint-Malo

28/9/1772

Brigade de Brest Enseigne de vaisseau

01/10/1773

Lieutenant de vaisseau

13/3/1779

Major de vaisseau (5e esc. 5e Div.)

01/5/1786

Mort en mer à bord du Norge

04/12/1798

Embarquements successifs

  • 24 La Sensible, frégate de 34 canons type Indiscrète, Construite à Indret entre mai 1766 et le 15/3/1 (...)
  • 25 Cotre le Lézard construit à Bordeaux, commencé en décembre 1770, mis à flot en juin 1771. Le rôle (...)
  • 26 La Dauphine, corvette de 8 canons, construite à l’île Bourbon, commencée en 1772, mise à flot en 6 (...)
  • 27 Pintade, flûte de 22 canons de 300 t. achetée en 8/1777 à Pondichery, vendue en 12/1779 à l’île de (...)
  • 28 Cet embarquement indiqué dans le répertoire abrégé manuscrit C7 40 ne figure pas dans le dossier i (...)
  • 29 Sylphide, corvette, construite à Indret, mise sur cale 7/1762 ; mise à flot 7/1763. 190 t ; L. : 29 (...)
  • 30 Subtile, corvette de 24 canons, construite à Rochefort, mise en chantier 5/1777, mise à flot 7/9/17 (...)
  • 31 Pourvoyeuse, frégate de 40 canons construite à Lorient, mise en chantier : 3/1772, mise à flot : 10 (...)
  • 32 Saint-Michel, vaisseau de 64 canons, construit à Brest, commencé le 11/1738 et mis à flot en 1/1741 (...)

Embarquement à bord de la Sensible24.

1/11/1767 –27/1/1768

Embarquement à bord du cotre le Lézard25

/10/1772

Embarquement à bord de L’Africain

/1773

Embarquement comme 1er Lieutenant à bord de la Dauphine26

/1773

Commande la Dauphine (corvette)

14/6/1774 - 2/7/1779

Commande la Pintade27

/5/177928

Commande l’Argus

/12/1779

Commande la Sylphide29

/12/1781

Commande la Subtile30

9/2/1782

Commande la Pourvoyeuse31

23/2/1782

St-Michel32

5/1783

Commande la Pourvoyeuse

7/1783

Commande l’Osterley

/1784

Reçoit une gratification de 1 200 £

14/10/1779

Sa veuve reçoit une pension de 450 £

/1815

La Sensible

12La Sensible est commandée par du Chaffault. Resté malade à Saint-Domingue Jacques Marie rentre à Brest à bord d’un navire marchand le 1/11/1768.

Le Lézard

  • 33 Cette mention figure dans le dossier individuel de Maurice de Tromelin, mais les deux autres bâtim (...)

13Armé à Lorient le 29 septembre 1772 sous le commandement de Maurice Jean Marie Boudin de Launay de Tromelin l’un de ses frères aînés, il gagne l’océan Indien. Jacques Marie est premier lieutenant. Le voyage est exceptionnel, il dure huit mois et demi dont sept mois et quatorze jours sous voile, le Lézard est le « seul de trois bâtiments partis en même temps à arriver à destination33. » L’appareillage a lieu après le 17 octobre 1772. On découvre à bord le 19 octobre un passager clandestin (?) : Yves Tromelin, 16 ans de la paroisse de Glo évêché de Quimperlé. On fait au moins une escale à Rodrigue à la mi-juin 1773 où on embarque un malabar libre débarqué à l’île de France le 26 du même mois. Cette campagne vaudra à Maurice Jean-Marie une gratification de 1 200 livres. Le bâtiment sera désarmé à l’île de France le 17 juin 1774 après avoir effectué avec la corvette Nécessaire le levé de la côté est de Madagascar « depuis la Baye de Vohemare jusqu’au Cap d’Ambre ».

Figure A2-5 - Rôle d’équipage du Lézard.

La Dauphine

14Nommé enseigne de vaisseau (1er octobre 1773), Jacques Marie embarque comme premier lieutenant à bord de la corvette la Dauphine, qui vient d’être mise à flot (juin 1773) dans le chantier de construction de l’île Bourbon. La Dauphine, commandée par Ferron du Quengo, fait partie avec le vaisseau Roland (de Kerguelen), et la frégate l’Oiseau (de Saulx de Rosnevet), de la troisième expédition d’Yves de Kerguelen-Trémarec vers les terres australes. Les trois bâtiments appareillent le 19 octobre 1773. Le 14 décembre, la Dauphine reconnaît une terre au nord des Kerguelen ; le 16 décembre, on découvre les îles Nuageuses ; le 6 janvier 1774, l’enseigne de vaisseau de Rochegude débarque au fond de la baie de l’Oiseau et prend possession de l’île.

15Le 9 mars 1774, la Dauphine qui a mouillé en baie d’Antongil avec les deux autres bâtiments de l’expédition de découverte de Kerguelen, le Gros Ventre et l’Oiseau, appareille, sur ordre de Kerguelen, pour aller à Foulepointe traiter des esclaves. Elle en revient le 24 mars.

16Jacques Marie prend le commandement de la Dauphine au retour de l’expédition de Kerguelen le 14 juin 1774. Ce commandement, jusqu’en novembre 1778, est passé à naviguer dans l’océan Indien et est marqué en 1776 par le sauvetage des esclaves malgaches.

Figure A2-6 – Extrait du journal de bord de l’Oiseau.

17Voici quelques pièces de correspondance évoquant les activités de la Dauphine.

  • 34 Le chevalier de Tromelin.
  • 35 AN – Colonies, C4 39 - Correspondances de Maillard Dumesle, Intendant des Isles de France et Bourb (...)

« Je le dis et je le regrette encore si le cabotinage continue à être fait par les officiers du Roy, j’y renonce. La Dauphine corvette de rien, commandée par un enseigne34, me tourmente plus que toutes les escadres possibles, ces messieurs sont d’un ton, d’une hauteur, d’une indiscrétion à faire mettre la clé sous la porte35. »

  • 36 Cultru P., 1906, p. 101.
  • 37 SHD – Marine (Brest), Ms 97 - Lettre de Maillard à de Sartine du 19/12/1775.
  • 38 AN – Colonies, C5A 5 no 89, correspondance du 6/12/1775 : Facture des effets, vivres et munitions (...)

18Fin 1774 la Dauphine procède au ravitaillement de Benyowsky36. En décembre 1775, le gouverneur de l’île de France envoie pour 47 979 livres 5 sols 2 deniers de ravitaillement à Benyowsky malgré l’attitude indépendante de ce dernier3738.

19Cet envoi est confirmé par de Ternay :

« Je ferai partir la corvette du roi la Dauphine, sous huit jours. M. Maillard enverra des habillements avec des effets de traite et autres provisions de bouche. J’y ferai passer un millier de poudre pour le service de la troupe et M. le chevalier de Tromelin restera jusqu’à la fin janvier [1776], dans la baie d’Antongil pour seconder M. le baron de Benyowsky dans la défense de son poste principal, s’il est attaqué. »

  • 39 AN- Col., C5A 6 no 27 – Correspondance du 7/1/1776.
  • 40 AN –Col., C5A 6 no 31 –Correspondance du 16/2/1776.

20La Dauphine était utilisée pour transporter du grain entre l’île Bourbon et l’île de France. En janvier 1776, le baron de Benyowsky donne l’ordre au chevalier de Tromelin, lors de son retour, de recevoir à son bord le sieur Le Certain, officier volontaire de Benyowsky, se rendant à l’île de France chargé des lettres destinées à la cour39. A son arrivée à l’île de France la Dauphine est porteuse d’une demande de fusils formulée par Benyowsky40.

21Fin 1776, Tromelin est envoyé à « l’île aux Sables » pour y récupérer les naufragés de l’Utile

  • 41 AN- Col., C5A 8 no 82 –Correspondance du 8/9/1777.
  • 42 AN- Col., C5A 8 no 86 –Correspondance du 1/10/1777.

22En septembre 1777 la Dauphine et la Créole passent à Foulepointe à l’occasion de la perte de la corvette le Coureur41. Un mois plus tard la Dauphine rapporte la nouvelle de la révolte des volontaires de Benyowsky à Foulpointe42.

La Pintade

  • 43 Il y a une ambiguïté concernant le retour vers la France, certains documents disent que le retour (...)

23Tromelin reçoit le commandement de la Pintade, une flûte de 22 canons achetée à Pondichery en août 1778. Le voyage de l’Isle de France vers Lorient a lieu entre le 28 décembre 1778 et le 2 juillet 1779. Jacques-Marie est chargé de paquets pour la cour. Cette traversée est marquée par un combat contre un corsaire anglais43. Tromelin rend compte de ce combat dans le rapport sur son séjour dans l’océan Indien :

  • 44 SHD – Marine (Brest), Ms 161 90.

24« Compte rendu par le Sr. de Lanuguy-Tromelin, Lieutenant de Vaisseau du Roi,
à Monseigneur de Sartine, de sa mission aux Indes44.

  • 45 Il s’agit du senau Sainte-Reine commandé par le L.V. Ferron du Quengo et du cotre la Sauterelle co (...)
  • 46 Jacques-Marie enjolive un peu, il ne s’agit pas d’une frégate mais d’une flûte.

Je reçus ordre le 12 août 1772 de M. le Comte de Roquefeuille commandant la marine à Brest de m’embarquer en qualité de second sur le cutter le Lézard commandé par M. de Launay-Tromelin mon frère. Nous partîmes de compagnie avec un senau et un autre cutter45 ; nous fûmes assaillis dans le golfe de Gascogne d’une tempête qui força les deux bâtiments de relâcher à Brest, nous fûmes heureusement en état de continuer notre route, et nous arrivâmes à l’Isle de France le 22 juin 1773, après une navigation aussi longue que pénible.
En 1776, M. le chevalier de Ternay voulut faire un nouvel effort pour sauver les nauffragés qui s’étaient perdus en 1761 dans le vaisseau l’Utile sur un écueil de la mer des Indes connu sur les cartes sous le nom de l’Isle de Sable.
Mrs. les administrateurs du Roi me chargèrent de cette mission honorable, dans le tems où l’arrière-saison ne permettait pas que je pusse naviguer et servir à l’approvisionnement de la colonie.
Tous ceux qui avoient tenté avant moi de sauver ces nauffragés y avaient échoué : j’eus le bonheur de réussir complettement dans mon expédition, mais il est de mon devoir d’annoncer publiquement que je dois une partie de mes succès au S. Lepage officier sur ma corvette. Je le chargeai du commandement de la chaloupe destinée à approcher de cet écueil. Cet officier prit si bien ses mesures, que, sans perdre un seul homme il fit passer à la pirogue la Barre dans l’endroit le moins dangereux, et sauva sept négresses et un enfant. Seul reste des 300 naufragés, qui depuis 15 ans vivaient sur ce danger ; de tortues, de poissons et d’eau saumâtre, car on ne trouve sur cette Isle, que la mer couvre presqu’en entier dans les gros tems, ni arbrisseaux, ni même d’herbe.
C’est sans doute aux services rendus à la colonie, dont M. de Ternay a rendu un compte si avantageux à Monseigneur et peut-être encore plus au succès de mon expédition de l’Isle de Sable que je fus redevable du commandement de la frégate du Roi la Pintade46, et d’une mission beaucoup plus flatteuse encore, dont M. le Commandeur de La Brillane me chargea le 28 décembre. Ce Gouverneur qui m’a honoré d’une confiance particulière, et a donné dans tous les tems à mes services les éloges les plus distingués m’expédia pour apporter à Monseigneur des nouvelles de l’Etat de cette colonie.
Je partis de l’Isle de France le 10 janvier 1779 et le 24 avril, je rencontrai à la hauteur des Açores un cutter de 14 canons et de 4 pierriers d’une marche supérieure, et ayant sur moi l’avantage du vent. Le combat s’engagea à 2 heures après midi et fut très vif de part et d’autre jusqu’à 4 heures que l’Anglais tenta l’abordage. Il eut lieu de se repentir de ce parti, car n’ayant que 12 pierriers, dont l’effet ne pouvait lui être dommageable lorsqu’il combattait à la portée de ses canons, il lui devint funeste, lorsqu’il s’approcha pour m’aborder.
L’anglais voyant que je lui présentais un abordage facile, évita subitement de s’engager, ayant d’ailleurs une grande partie de son équipage blessé par le feu de mes pierriers et de ma mousqueterie. La supériorité de la marche de ce cutter et l’avantage du vent lui permirent de m’échapper et de continuer à me combattre jusqu’à la nuit hors de portée de mes pierriers.
Ainsi, malgré l’inégalité de force qui devoit naturellement me rendre en un instant la proie de ce batiment, la valeur de mon équipage et l’intrépidité de mes officiers m’ont fait, non seulement échapper à de danger, mais encore forcer l’ennemi à la retraite

Je crois après cet exposé succint de ce combat, pouvoir solliciter les bontés de Monseigneur pour les officiers et une gratification pour mon équipage
Les Srs Morphy, Lepage et Stuart se sont tellement distingués, que ce seroit, en les récompensant selon leurs désirs, rendre un bon service à la Marine que de les y attacher par le Brevet de Lieutenant de frégate.
Permettés-moi, Monseigneur, de solliciter vivement cette grace, et de vous faire une mention particulière du Sr. Lepage qui a toujours été embarqué avec moi, et qui m’a si bien secondé dans ma mission à l’Isle de Sable. Cet officier qui est sans fortune a été bien dangereusement blessé dans le combat ; il est exposé à perdre la cuisse ; il est conséquemment dans le cas d’une pension, et en a plus besoin que personne
Le Sr. Morphy a aussi servi avec distinction dans la dernière guerre sous les ordres de M. le Comte d’Ache. »

25Ce texte non daté et non signé est peut-être incomplet.

26Cette action lui vaudra d’être proposé pour recevoir la croix de Saint-Louis :

  • 47 AN – Marine, C7 40, Pièce 9 – Lettre du 13/10/1779 le proposant pour la Croix de Saint-Louis.

« Le sieur Chevalier de la Nuguy Tromelin, Lieutenant de vaisseau qui a commandé la corvette la Dauphine, expédié de l’Isle de France pour apporter les paquets du gouverneur a eu à soutenir dans la traversée deux combats très vifs dont il s’est tiré avec avantage malgré la supériorité des forces de l’ennemi. Quoique cet officier soit encore éloigné d’avoir la Croix de Saint-Louis à son rang, la circonstance de ces deux combats, celle de la campagne longue qu’il va faire commandant la corvette l’Argus pour porter les dépêches à l’Isle de France paraissent devoir lui mériter cette grâce par anticipation. On propose en conséquence à sa Majesté de la charger d’un paquet adressé au gouverneur contenant une croix et les ordres nécessaires pour le recevoir Chevalier à son arrivée…47. »

La Sylphide puis la Subtile

27Lorsque l’escadre des Indes commandée par l’Amiral d’Orves appareille de l’île de France le 7 décembre 1781, Jacques-Marie commande la corvette la Sylphide. D’Orves décède en mer le 9 février 1782, alors que Suffren avait déjà pris le commandement de l’escadre dès le 3. Les commandements sont redistribués et Jacques Marie prend alors le commandement de la corvette la Subtile.

La Pourvoyeuse

  • 48 L’Annibal est un bâtiment anglais de 50 canons pris par Suffren au commandement du Héros, le 22 ja (...)

28Le 23 février 1782, l’escadre commandée par Suffren est au mouillage en rade de Pondichéry et Jacques Marie prend le commandement de la frégate la Pourvoyeuse, qui fait partie de la division commandée par son frère aîné Bernard qui a sa marque sur l’Annibal48. Il participe le 12 avril 1782 à la bataille de Provédien.

  • 49 Le Locko, ex Modeste, vaisseau français de 64 canons, construit à Toulon, mis à flot le 12 février (...)
  • 50 Samuel Rogers, avait commandé un bâtiment déjà nommé Osterley qui fut pris le 21 février 1779 par (...)
  • 51 Ile de Pulau Pisang –Latitude : 01°28’N ; Longitude : 103°15’E.
  • 52 British Library, L/MAR/B/400 H-I Journal de bord de l’Osterley et L/MAR/B/24 E Journal de bord de (...)

29Le 1er mars la frégate Bellone, capitaine de Beaulieu, rallie l’escadre de Suffren après avoir attaqué un convoi de quatorze navires marchands qui ont été brûlés ou pris. La Pourvoyeuse reçoit pour mission d’escorter les prises jusqu’à Trinquebar et est ensuite envoyée à Malacca pour approvisionner des mâts de rechange dont l’escadre a un besoin urgent. Au retour elle croise la route de cinq bâtiments armés de la Compagnie des Indes orientales anglaise (EIC), partis le 4 mars 1782 de Bombay à destination de Canton (Chine) : le Locko49, 1004 t., capitaine Peter Lawson, l’Asia, 816 t., capitaine Robert Maw, l’Essex, 794 t., capitaine Arthur Morris, l’Osterley, 775 t., capitaine Samuel Rogers50, accompagnés d’un bâtiment local le Shah Byramgore. Avant de passer le détroit de Malacca, le capitaine Lawson interroge un navire malais qu’il trouve au mouillage près de la côte et apprend la présence de navires français au mouillage à l’est de l’île Pulau Pisang51. L’engagement a lieu le 10 septembre, il commence à 3 heures de l’après-midi et va durer quatre heures. Le vent étant de sud-est, la Pourvoyeuse engage le combat avec les quatre bâtiments formés en ligne de file dans l’ordre : Osterley, Locko, Asia, Essex, route à l’ENE. Le Shah Byramgore se trouve tout près, sous le vent du Locko. La Pourvoyeuse qui a remonté la ligne, venant du sud, engage successivement l’Asia, le Locko et l’Osterley, puis vire de bord lorsqu’il a atteint la tête de la ligne et fait route vent arrière vers le nord. Elle essuie deux nouvelles bordées du Locko qui vire de bord à son tour et entame la poursuite accompagné de l’Osterley. Le capitaine du Locko, fait preuve à cette occasion de beaucoup de combativité. La Pourvoyeuse s’échappe à la faveur de la nuit après avoir fait un feu intermittent avec ses pièces de retraite. La saison étant déjà avancée, Peter Lawson renonce finalement à la poursuite pour ne pas compromettre l’issue de son voyage vers la Chine (Bassett 1961, p. 26-31)52.

Figure A2-7 - Plan de la bataille de Provédien.

30Au cours de l’engagement, le Locko a eu l’itague (palan de hissage) de la vergue de son grand hunier emportée par un boulet. Son maître d’équipage et quatre marins ont été blessés, alors qu’à bord de l’Osterley, plusieurs boulets ont frappé la coque, perforé les voiles, tué deux marins et blessé un officier. L’Asia quant à lui s’en tire sans dommage. Au retour, Jacques Marie est accueilli fraîchement par Suffren :

« Le 18 novembre (1782) la Pourvoyeuse arriva de Malac, apportant deux bas mâts et des gaules de teck propres à faire des mâts de hune. Le général reçut très mal M. de Lanuguy Tromelin, qui la commandait. Il était venu à sa connaissance que le capitaine avait rencontré cinq bâtiments de commerce armés de la Compagnie, qui avaient à bord plusieurs millions ; qu’au lieu de les attaquer, il les avait laissés continuer leur route, après avoir échangé quelques coups de canon à grande portée. Quelle ressource pour l’escadre, toujours dans le besoin ! Quel coup eût reçu le commerce britannique ! Mais la Bailli de Suffren, toujours mal secondé, devait encore avoir à déplorer la faute commise par un de ses capitaines. M. de Lanuguy, dont la manoeuvre était l’objet de plaisanteries des matelots, qui en ce genre n’ont pas la main légère, offrit son journal à Mr. De Suffren ; et, quoiqu’on doive présumer qu’il eût cherché à y atténuer sa faiblesse, le général discourant peu, louant en peu de mots et blâmant de même, lui dit, en le lui remettant le lendemain : « Eh bien ! Mr. de Lanuguy, eh bien ! Je persiste à dire que vous avez entaché le pavillon. » (Cunat 1852, p. 250)

Figure A2-8 - Plan de situation (Bassett 1961).

  • 53 « Le Brillant, le plus ancien des vaisseaux français dans l’Inde, et le Vengeur, ne tenaient sur l (...)

31Jacques Marie demande alors à être démis de son commandement, mais il reçoit l’ordre d’escorter jusqu’à Trincomalee les vaisseaux Brillant et Vengeur53.

32Le mémorialiste anglais William Hickey relate dans son journal l’arrivée de la Pourvoyeuse à Trincomalee en décembre 1782, alors que le reste de l’escadre de Suffren hiverne à Ache, au nord de Sumatra. Le navire à bord duquel Hickey avait embarqué était entré par inadvertance dans le port de Trincomalee, le croyant encore aux mains des Anglais. Prisonnier, il rencontra Jacques Marie qu’il décrit comme un homme familier « assez jeune ». Après sa libération, il fait une description de la Pourvoyeuse à l’amiral Sir Edward Hughes, à Madras : « Un bâtiment de 44 canons, tombant presque en ruine, à la recherche de toutes sortes d’approvisionnements » (Spencer 1913, tome IV, p. 45-46).

  • 54 AN de Maurice, OC 13 –1781-1783 - Rôle d’équipage de la frégate La Pourvoyeuse, Cap de Ruitter et (...)

33Jacques-Marie passe le 18 mai 1783 sur le Saint Michel, mais il garde sa table sur la Pourvoyeuse sur laquelle il réembarque le 25 juillet 178354.

Figure A2-9 - Détail de la page 2 du rôle de la Pourvoyeuse.

L’Osterley

  • 55 Durup J., A Short Seafaring Adventures and Conflicts in the Indian Ocean 1405-1811, accessible par (...)
  • 56 AN de Maurice, OC 67 B, OC 67C, OC 68, OC 69A, OC 69B –Pièces de procédure concernant la prise ang (...)

34En 1784, Tromelin prend le commandement de l’Osterley. C’est un navire de l’East India Company, capitaine Rogers, pris par la Pourvoyeuse, capitaine Saint-Orens, et l’Elisabeth, capitaine Crozet au large du Cap des aiguilles le 21 février 177955. Plusieurs documents concernant l’Osterley se trouvent aux Archives nationales de l’île Maurice56. L’Osterley est estimé à 5 millions de francs à Port-Louis, Saint-Orens et certains de ses officiers furent cassés de leur grade et rayés des listes de la Marine pour avoir détourné l’argent de la prise. Plus tard, Saint-Orens fut tué en duel.

  • 57 Il figure toutefois avec le grade de Major de vaisseau, sur une liste publiée par le Moniteur (Vol (...)

35Pendant la révolution Jacques Marie Boudin de Lanuguy de Tromelin demande un congé en 1790 puis sollicite sa retraite fin 1791 (document ci-dessous). Celle-ci fut semble-t-il acceptée57, il émigre en 1792 et est enrôlé dans l’armée des Princes. Il est inscrit sur la liste des émigrés et ses biens sont confisqués.

  • 58 AN – Marine, C7 40 –pièce 11.

36Lettre datée du 18/10/1791 à Mantes, lettre signée Lanuguy Tromelin et reçue le 19 Pluviose 1792 par le citoyen commis de la liquidation58 :

« ….J’ai cinq enfants dont trois garçons, l’aîné à six ans. Si je veux sauver les débris de ma fortune et donner une existence à mes enfants, j’ose donc Monsieur vous supplier de m’accorder ma retraite et la liberté de vaquer à mes affaires domestiques. »

Figure A2-10 - Signature AN (Marine C7 40 – Pièce 11).

Retraite et émigration

  • 59 Baudry 1905, p. 276. Rochon fait aussi libérer par la même occasion la veuve de Dominique Gatien d (...)

37En 1792, il est arrêté sur dénonciation d’un prêtre constitutionnel de la commune de Guerlesquin, procureur-syndic de cette localité en même temps que curé. Il est incarcéré avec sa femme dans la prison des carmélites de Morlaix. « L’abbé » Rochon, qu’il avait connu dans l’océan Indien et qui avait acquis, par ses services, une certaine influence, usa de tout son crédit auprès de Jean Bon-Saint-André, alors tout-puissant à Morlaix, pour obtenir leur mise en liberté59.

  • 60 En 1792, parfois pour défendre la cause royaliste, libérer la famille royale et rétablir la monarc (...)

38La même année (1792), après avoir obtenu sa retraite, il demande à passer à l’île de France pour régler ses affaires. Il émigre alors dans l’armée des Princes60.

39Il rentre en France en 1797 pour quitter à nouveau son pays. Il embarque à Copenhague sur un vaisseau danois de la Compagnie des Indes orientales : le Norge.

Décès

  • 61 AN – Marine, C7 40, pièce 16.

40Il meurt en mer à bord du Norge le 4 décembre 1798. L’acte de décès daté du 25 avril 1800, est établi par Hans Olsen Gottsche, notaire à Copenhague61. Un extrait du registre de baptême et mariage du canton de la commune de Ploujean pour l’année 1751 comportant l’acte de baptême de Jacques Marie Boudin, trouvé dans ses papiers, est annexé à l’acte de décès.

« …mort le 4 décembre 1798 à bord du Norge, capitaine C. Schultz, entre le Cap de Bonne Espérance et le Bengale. Mort à 4 heure du matin d’une apoplexie qui l’avait atteint deux heures auparavant et dans l’intervalle des quelles il n’a pas un seul instant repris l’usage de ses sens. A la suite de quoi ledit Tromelin fut jeté à la mer avec les cérémonies d’usage. Il avait embarqué le 23 mai 1798 en qualité de peintre sous le nom de Christian Trommelin. »

Démarches de sa veuve : Marie Charlotte

  • 62 AN – Marine, C7 40, pièce 25.

41Le dossier individuel de Jacques Marie, contient surtout des pièces relatives à son mariage et aux démarches de sa veuve pour recouvrer sa dot après la confiscation de ses biens par la Révolution. On y trouve en particulier un extrait du registre des délibérations de l’administration centrale du département de Seine et Oise62 : « Rapport sur la liquidation des droits et reprises matrimoniales de la citoyenne Marie Charlotte Julie Martin épouse commune en biens de Jacques Marie Lanuguy Tromelin, inscrit sur la liste des émigrés. Séance publique du 5 Nivose an VIII. »

  • 63 AN – Marine, C7 40, pièce 27.

42Le 29 juin 1814, Marie Charlotte veuve de Jacques Marie, écrit une lettre datée de Mantes (Seine et Oise) où elle réside63. Il s’agit d’une des multiples lettres de réclamation et de supplication écrites pour obtenir une pension en compensation des pertes subies du fait de la confiscation de ses biens. Elle obtiendra finalement une rente de 450 livres l’année suivante. L’intérêt de cette lettre est qu’elle donne dans son préambule un résuméde la carrière de Jacques Marie dans la Marine royale :

« …en second sur la corvette la Dauphine pour les terres Australes en 1774, commandant le même bâtiment, a eu la mission de délivrer les naufragés sur l’île de Sable, ce qu’il a effectué, revenant en France en 1779 avec la Dauphine, il soutint un combat de six heures contre un corsaire de 14 canons n’ayant que 12 pierriers. Sa Majesté Louis XVI lui accorda en récompense la Croix de Saint-Louis et le brevet de Lieutenant de Vaisseau. En 1780, il retourna dans l’Inde comme commandant de l’Argus, passa successivement au commandement des corvettes la Sylphide et la Sensible, la frégate la Pourvoyeuse sur laquelle revenant de Malacca il eut un engagement de quatre heures avec cinq bâtiments anglais armés. En 1784, il prit le commandement de l’Osterley, revint en France en 1788, fit son service à Brest de 1789 à 1790, a servi dans l’armée des Princes en 1792 jusqu’au licenciement et est décédé en 1798 allant de l’Europe dans l’Inde. »

Notes

1 Toussaint A. (éd.), Dictionnaire de biographie mauricienne, Sociétéde l’Histoire de l’île Maurice, Port-Louis, 1941.

2 Lacour-Gayet G., auteur d’un ouvrage de référence : La Marine militaire de France sous le règne de Louis XVI, 1905 rédige en ces termes une note concernant Launay de Tromelin qui montre bien ses hésitations : « Launay de Tromelin ou La Nugny de Tromelin. Les Tromelin étaient plusieurs frères dans la Marine. La Nugny de Tromelin : G : 12/1/1766, L : 13/3/1779 » (Appendice XIII, note 32, p. 660).

3 AN –Marine, C7 40 –- Dossier individuel de Bernard Marie Boudin de Tromelin. Service Historique de la Défense - Marine –Vincennes, CC7 40 - carton 280 - Dossier individuel de Maurice Jean Marie Boudin de Launay de Tromelin. AN –Marine, C7 40 – Dossier individuel de Jacques Marie Boudin de la Nuguy de Tromelin.

4 Chassin de Guerny R., Généalogie de la famille Chassin de Guerny en Bretagne, Rennes, 1938, p. 148.

5 Charge de secrétaire du Roi : « La plus importante sans contredit, et celle qui jouissait des plus grands privilèges, était la charge de Secrétaire du roi maison couronne de France. Ses prérogatives étaient telles, qu’en entrant en charge les secrétaires du roi, étaient réputés nobles de quatre races et capables de recevoir tous les ordres de chevalerie. Il serait trop long de rapporter ici les divers arrêts et règlements qui modifièrent à diverses époques les privilèges attachés à cet office. Nous mentionnerons seulement les lettres patentes du roi du 18 juillet 1784, registrées au parlement le 3 septembre suivant, par lesquelles S. M. attribue à ses conseillers en ses conseils, secrétaires des finances et greffiers du conseil privé, le droit et privilège de noblesse héréditaire. Il faut dire au reste, à l’avantage de ce corps, qu’un grand nombre de familles d’ancienne noblesse a fourni des secrétaires du roi. » (Armorial Général de Bretagne).

6 Traduit par : « Il tente de monter aux astres », par O. de Bessas de la Mégie (1865).

7 AN – Marine, C7 40, pièce 15.

8 Bien que les dates de naissance de tous les enfants ne soient pas connues, ils sont classés ici par âge décroissant, tels qu’ils sont cités dans un document manuscrit daté du 6 décembre 1767 concernant le partage des biens de la famille Boudin de Tromelin. Ce document a été présenté à une vente aux enchères à Lorient le 10 novembre 2012 et acquis par François Legoarant de Tromelin qui nous en a communiqué la teneur. Seul l’enfant décédé le 14 septembre 1765 à Cadix après le débarquement de Larache n’y figure pas. Le prénom de ce dernier n’est toujours pas connu.

9 Il eut dix enfants dont un seul garçon, Jacques Jean Marie Boudin de Tromelin né le 22 août 1771, qui se maria en 1790 à Henriette Jollivet de Treuscoat, émigra, fut capturé avec Sydney Smith devant Le Havre, emprisonné au Temple puis devint général d’empire. Il est mort en mars 1842.

10 Laurent Marie fut prévôt du chapitre de l’église collégiale et royale de Notre-Dame-du-Mur à Morlaix de 1760 à 1784. A ce titre il est le premier dignitaire ecclésiastique de la ville de Morlaix. Il y reçoit un preciput de 150 livres par an. Il indique en 1771 à côté de sa signature apposée en bas de l’acte de baptême de Jacques Jean Boudin de Tromelin : « Prévôt du Mur, vicaire général ».

11 Bernard Marie s’oriente vers une carrière maritime après un court service dans l’armée où il sert comme lieutenant dans le régiment du Limousin. Il participe au siège de Maastricht dans l’armée commandée par le maréchal de Saxe en 1748. Il est particulièrement connu pour avoir été chargé à l’île de France de l’exécution des travaux de curage du port Port-Louis de 1771 jusqu’en octobre 1783. Ayant conduit ces travaux en chef, il a conservé la direction du port quoique ayant reçu plusieurs commandement à la mer dans l’océan Indien. Il commande en particulier l’Annibal et une division de l’escadre de Suffren aux Indes. Il participe aux batailles de Provédien (12 avril 1782), Negapatam (4 juillet 1782) et Trinquemalé (3 septembre 1782). Son action au cours de la bataille de Trinquemalé est gravement mise en cause par Suffren : « M. de Tromelin, soit par faiblesse, soit par jalousie, avait toujours compromis le succès de nos armes, en restant spectateur bénévole du combat. » Il est désavoué et, à sa demande, quitte son commandement. Il ne cessera, au moyen d’un mémoire apologétique, de demander à être traduit devant un conseil de guerre afin que sa conduite soit jugée, ce qui lui sera refusé jusqu’à la Révolution qui le nommera finalement vice-amiral en 1793. Il fut nommé chevalier de Saint-Louis le 1er avril 1771.

12 Maurice Marie entre également dans la marine royale en 1756, il y effectuera une longue carrière mouvementée de 44 ans. Chevalier de Saint-Louis en 1815, membre fondateur de la société des Cincinnati pour sa participation comme premier lieutenant de l’Ardent à la bataille du Cap Henry à l’entrée de la baie de la Chesapeake le 20 juin 1780. Membre de l’Académie de Marine, il émigrera en Grande-Bretagne dans l’armée des Princes en 1792. Resté célibataire, il terminera sa carrière comme contre-amiral.

13 AN – Marine, C7 40 - Dossier individuel de Boudin de Tromelin Chevalier de Kergreis - Garde marine à Brest le 16 janvier 1758, noyé sur la barre d’Achem dans l’Indes, le canot du vaisseau la Paix dans lequel il allait à terre ayant chaviré le 28 octobre 1767. Embarquements successifs : Protée, 1758 ; Sauvage, 1759 ; Tonnant, 1759 ; Opale, 1760/1762 ; Union, 11 mai au 6 septembre 1764 ; Biche, 29 mars au 13 août 1766 ; Licorne, 12 mars au 31 août 1766 ; Paix, de février au 28 octobre 1767. Haudrère (2005, p. 404), indique que Tromelin de Kergrize a été embarqué en 1767 comme garde marine sur un navire de la Compagnie des Indes pour recevoir une initiation à la navigation vers l’Asie (APL 2 P 41, II, 23). La Paix est effectivement un navire de la Compagnie des Indes.

14 Bidé de Maurville 1775, p. 33.

15 AN –Marine, C7 40, pièce 16.

16 On ne trouve plus trace de ce manoir.

17 Pour Cu n’meur autrement dit le grand chef.

18 http://perso.wanadoo.fr/henri.maurel/ilemau.htm.

19 François de Souillac, (né en 1732 - mort en 1803) fut gouverneur de l’île Bourbon du 26 oct. 1776 jusqu’au 30 avril 1779, puis Gouverneur général des Mascareignes du 14 fév. 1782 au 3 juillet 1785. Il sera ensuite Gouverneur général de l’Inde française.

20 AN – Marine, C7 40, pièce 11.

21 AN – Marine, C7 40, pièce 12.

22 Bernardin de Saint-Pierre, Voyage à l’Isle de France, Paris, 1773, p. 184.

23 SHD – Marine (Vincennes), CC7 carton 280 –Dossier individuel de Jacques Marie Boudin de la Nuguy de Tromelin.

24 La Sensible, frégate de 34 canons type Indiscrète, Construite à Indret entre mai 1766 et le 15/3/1767 date de sa mise à flot. Caractéristiques : 600 t, Longueur : 42,2 m, largeur : 10,7 m, tirant d’eau : 4,6 m, 26 canons de 12.

25 Cotre le Lézard construit à Bordeaux, commencé en décembre 1770, mis à flot en juin 1771. Le rôle d’équipage du cotre le Lézard, capitaine Tromelin, venant de Lorient, se trouve aux AN de l’Ile Maurice, cote OC 16.

26 La Dauphine, corvette de 8 canons, construite à l’île Bourbon, commencée en 1772, mise à flot en 6/1773, retiré du service en 6/1780 (prise par trois corsaires anglais ?).

27 Pintade, flûte de 22 canons de 300 t. achetée en 8/1777 à Pondichery, vendue en 12/1779 à l’île de France.

28 Cet embarquement indiqué dans le répertoire abrégé manuscrit C7 40 ne figure pas dans le dossier individuel et ne correspond pas aux dates d’embarquement sur la Dauphine et ensuite sur l’Argus. Il faut remarquer que sur ce répertoire l’embarquement sur la Dauphine s’arrête en novembre 1778, alors que les documents du dossier individuel indiquent que Tromelin assure le commandement de la Dauphine du 28/12/1778 au 2/7/1779 pour un voyage de l’île de France à Lorient. Le rapport de Jacques Marie de Tromelin sur son séjour dans l’océan Indien (SHD – Marine - Brest, Ms 161 90) confirme l’embarquement sur la Pintade aux dates indiquées dans le répertoire.

29 Sylphide, corvette, construite à Indret, mise sur cale 7/1762 ; mise à flot 7/1763. 190 t ; L. : 29,9 m ; l. : 8 m ; tirant d’eau : 3,7 m ; 12 canons de 4.

30 Subtile, corvette de 24 canons, construite à Rochefort, mise en chantier 5/1777, mise à flot 7/9/1777. 320 tonnes ; L. : 35,7 m ; l. : 9,1 m ; tirant d’eau : 4,7 m.

31 Pourvoyeuse, frégate de 40 canons construite à Lorient, mise en chantier : 3/1772, mise à flot : 10/11/1772. 840 tonnes ; L. : 50 m ; l. : 12,3 m ; tirant d’eau : 6,3 m ; 26 canons de 18 ; 12 canons de 8.

32 Saint-Michel, vaisseau de 64 canons, construit à Brest, commencé le 11/1738 et mis à flot en 1/1741. Participe au combat de Gondelour le 20/6/1782.

33 Cette mention figure dans le dossier individuel de Maurice de Tromelin, mais les deux autres bâtiments partis en même temps, la gabarre Sainte-Reine et le cotre la Sauterelle, destinés à accompagner l’expédition de découverte de de Kerguelen, sont bien arrivés eux aussi. La Sauterelle est désarmée à l’île de France à la même époque que le Lézard. La Sauterelle réarmée effectuera en 1775 la première tentative de sauvetage des naufragés de l’Utile.

34 Le chevalier de Tromelin.

35 AN – Colonies, C4 39 - Correspondances de Maillard Dumesle, Intendant des Isles de France et Bourbon au Ministre de la Marine. 1775, fo 463 datée du 6 juin 1775.

36 Cultru P., 1906, p. 101.

37 SHD – Marine (Brest), Ms 97 - Lettre de Maillard à de Sartine du 19/12/1775.

38 AN – Colonies, C5A 5 no 89, correspondance du 6/12/1775 : Facture des effets, vivres et munitions chargés par ordre de Maillard Dumesle sur la corvette la Dauphine pour être remis à Madagascar au baron de Benyowsky.

39 AN- Col., C5A 6 no 27 – Correspondance du 7/1/1776.

40 AN –Col., C5A 6 no 31 –Correspondance du 16/2/1776.

41 AN- Col., C5A 8 no 82 –Correspondance du 8/9/1777.

42 AN- Col., C5A 8 no 86 –Correspondance du 1/10/1777.

43 Il y a une ambiguïté concernant le retour vers la France, certains documents disent que le retour fut effectué avec la Dauphine (lettre de sa veuve et demande d’attribution de la croix de Saint-Louis) d’autres avec la Pintade (Etat des services). Toutefois le compte rendu du séjour dans l’Océan Indien (ci-dessous) permet de trancher en faveur de la Pintade. Kerguelen (Kerguelen-Tremarec 1796, p. 69) mentionne le combat de la Pintade, commandée par Jacques Marie de Lanuguy, C’est d’ailleurs lui qui permet de préciser la date du 24 avril, illisible sur le manuscrit de Brest.

44 SHD – Marine (Brest), Ms 161 90.

45 Il s’agit du senau Sainte-Reine commandé par le L.V. Ferron du Quengo et du cotre la Sauterelle commandée par l’E.V. Mengaud de la Hage.

46 Jacques-Marie enjolive un peu, il ne s’agit pas d’une frégate mais d’une flûte.

47 AN – Marine, C7 40, Pièce 9 – Lettre du 13/10/1779 le proposant pour la Croix de Saint-Louis.

48 L’Annibal est un bâtiment anglais de 50 canons pris par Suffren au commandement du Héros, le 22 janvier 1782, au cours du transit de l’escadre de l’île de France à Pondichéry.

49 Le Locko, ex Modeste, vaisseau français de 64 canons, construit à Toulon, mis à flot le 12 février 1759, pris à la bataille de Lagos par l’Amiral Boscawen en août 1759.

50 Samuel Rogers, avait commandé un bâtiment déjà nommé Osterley qui fut pris le 21 février 1779 par la Pourvoyeuse alors commandée par de Saint-Orens. Ayant accédé au commandement d’un autre navire portant le même nom, dont son oncle William Dent était propriétaire, il retrouve à nouveau la Pourvoyeuse sur son chemin. On assiste donc au deuxième combat entre la Pourvoyeuse et un bâtiment de la « East India Company » portant le nom d’Osterley. Par un autre détour de l’histoire, Jacques Marie Lanuguy de Tromelin, sera ensuite nommé au commandement du premier Osterley (voir ci-après).

51 Ile de Pulau Pisang –Latitude : 01°28’N ; Longitude : 103°15’E.

52 British Library, L/MAR/B/400 H-I Journal de bord de l’Osterley et L/MAR/B/24 E Journal de bord de l’Asia.

53 « Le Brillant, le plus ancien des vaisseaux français dans l’Inde, et le Vengeur, ne tenaient sur l’eau que par le jeu continuel des pompes, et les équipages étaient sur les dents. En donnant une forte bande au premier de ces vaisseaux, ont parvint à étancher ses voies d’eau ; le Vengeur après avoir été lardé avec des voiles, fut envoyé à Trinquemalay pour y caréner. » (Cunat, 1852, p. 250).

54 AN de Maurice, OC 13 –1781-1783 - Rôle d’équipage de la frégate La Pourvoyeuse, Cap de Ruitter et Tromelin, en croisière dans la mer des Indes.

55 Durup J., A Short Seafaring Adventures and Conflicts in the Indian Ocean 1405-1811, accessible par le site Internet http://perso.wanadoo.fr/henri.maurel/ilemau.htm : « In May 1779, Captain Saint-Orins in the Pourvoyeuse and Captain Crozet in the Elizabeth captured the Osterly an East Indiaman arriving at Port Louis the value was estimated to be 5 million Francs. Later Saint-Orins and other officers were dismissed for embezzled the proceeds of the prize money. Saint-Orins was later killed in a duel. »

56 AN de Maurice, OC 67 B, OC 67C, OC 68, OC 69A, OC 69B –Pièces de procédure concernant la prise anglaise l’Osterley faite par la frégate la Pourvoyeuse, correspondances, ventes de la marchandise. OC 31 –Journal de bord de la prise l’Osterley, Cap. Rogers, pris par la frégate la Pourvoyeuse.

57 Il figure toutefois avec le grade de Major de vaisseau, sur une liste publiée par le Moniteur (Vol. 10, p. 527) envoyée par Ballanger de la société des amis de la constitution et chef de bataillon de la garde nationale : « Des officiers de marine du département de Brest, absents sans congé ni permission quelconque, le 20 novembre 1791, époque d’une revue extraordinaire demandée par pétition des citoyens actifs. » Figurent également sur cette liste son frère Maurice Launay-Tromelin avec le grade de capitaine de vaisseau et avec le grade de major de vaisseau, son beau-frère Artur-Keralio.

58 AN – Marine, C7 40 –pièce 11.

59 Baudry 1905, p. 276. Rochon fait aussi libérer par la même occasion la veuve de Dominique Gatien de Saint-Maurice, qu’elle avait épousé en 1781. Née Marie Michèle de Tromelin en 1759, s’était la sœur de Jacques Jean Marie Boudin de Tromelin (né en 1771 et mort en 1842), fils de Nicolas Thérèse le frère aîné de Jacques Marie. Il fut écuyer, puis comte de Tromelin et plus tard général d’Empire. Rochon épousa la veuve qu’il avait fait libérer.

60 En 1792, parfois pour défendre la cause royaliste, libérer la famille royale et rétablir la monarchie absolue parfois pour échapper aux persécutions des révolutionnaires, de nombreux nobles émigrent et gagnent les armées des coalisés qui ont déclaré la guerre à la République. Parmi de nombreux corps militaires, trois armées principales se constituent regroupant environ 20 000 émigrés, celle du Prince de Condé, celle du Prince de Bourbon, et celle des Princes. Cette dernière se constitue à Trèves en Allemagne et participera à l’offensive aux côtés de l’armée prussienne.

61 AN – Marine, C7 40, pièce 16.

62 AN – Marine, C7 40, pièce 25.

63 AN – Marine, C7 40, pièce 27.

Table des illustrations

Légende Figure A2-1 – Sceau de la Famille Tromelin.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27934/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende Figure A2-2 - Armoiries.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27934/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Figure A2-3 - Venelle au son.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27934/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Légende Figure A2-4 – Extrait du registre de baptême et mariage de la commune de Ploujean (1751).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27934/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Figure A2-5 - Rôle d’équipage du Lézard.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27934/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Légende Figure A2-6 – Extrait du journal de bord de l’Oiseau.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27934/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Figure A2-7 - Plan de la bataille de Provédien.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27934/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Légende Figure A2-8 - Plan de situation (Bassett 1961).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27934/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende Figure A2-9 - Détail de la page 2 du rôle de la Pourvoyeuse.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27934/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Légende Figure A2-10 - Signature AN (Marine C7 40 – Pièce 11).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27934/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 97k

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540