Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tromelin

 | 
Max Guérout

Annexe 1. Le journal de bord de la Diane, une illustration des difficultés de la navigation au début du xviiie siècle

Texte intégral

Le journal de bord de la Diane

1Ce journal est rédigé par Guillaume Le Housel, le pilote de la Diane.

  • 1 14 L : 14 lieues marines.

2« Du Dimanche 9e aoust 1722. Les vents variable d’ESE au SE bon petit frais bautan [beau temps] nous avons singlé [cinglé : fait voile] au NNE jusque sur les 6 heures du matin, la pointe la plus ouest au Sud, la pointe la plus à l’est au SSE 14 L1, la Grande Coupée au S1/4 SE jusqu’à midi que ayant pris hauteur,

je observe

19 °49’

je arette [arrête] mond [si in se réfère à la copie ci-dessous il s’agit du

52°36’

point de départ] par la longitude de

75°05’

3Du Lundi 10e aoust 1722. Les vents variable du SE à ESE bon frais, bautant nous avons singlé au NNE jusque a midi que ayant pris hauteur je trouve que la

route m’a vallu le Nord 4 deg Ouest

36 L

52°31’

Latt observée

18°02’

Longitude

75°00

Du mardi 11e aoust 1722. Les vents variables du Sud au SSE et SE bon petit frais. Nous avons singlé au NNE jusque à midi que ayant pris hauteur je trouve que la routte ma vallu le Nord 4 deg Ouest

34 L

Latt observée

16°19’

52°22’

Longitude

74°51’

4Sur les 5 heure ¼après midi nous avons eu connaissance de un illote base qui este par Latt de 16 dg elle me reste le milieu au NNE distance de 2 L ½, la pointe de l’est au NE1/4 N elle peut avoir environ 2 lieues de lon. Fesant valloir la routte Le Nord de Bourbon vous alle droitte la charcher [chercher] de boute au corré( ?)

5Du mercredi 12e aoust 1722. Les vents variables du Sud à ESE bon frais, bautan nous avons singlé jusque sur les 1 heur après minuit que nous avons mis a panne jusque sur les 5 heur du matin que nous avons fait servir et singlé sur plusie( ?) au NNO jusque midi que ayant pris hauteur je trouve que la routte ma vallu le

NO 2 dg O

20 L 2/3

Lat observ

15°37’

51°33’

Longitude

74°02’

Le calcul de la position à la mer au milieu du xviiie siècle

6Avant d’aller plus avant, il importe de revenir sur les conditions du calcul des positions à la mer au début du xviiie siècle.

7Le calcul de la latitude est relativement simple dans son principe, il repose sur l’observation de la hauteur du soleil au-dessus de l’horizon (angle pris dans un plan vertical entre l’horizon et le soleil) au moment de sa culmination (hauteur maximale au-dessus de l’horizon), c’est à dire à midi du lieu où se trouve l’observateur. Les moyens d’observation au début du xviiie siècle sont encore relativement imprécis, on utilise l’arbalestrille ou mieux le quartier anglais : des instruments dont la précision laisse à désirer. Dans la seconde moitié du xviiie siècle, l’utilisation de l’octant améliorera beaucoup la précision des observations.

  • 2 La Connaissance des temps est une publication d’éphémérides astronomiques publiée depuis 1679.

8Avant l’apparition des montres d’habitacle et des chronomètres précis et stables, dans le dernier quart du xviiie siècle, le calcul de la longitude n’est pas maîtrisé par la plupart des navigateurs. On se contente, à partir de la position de départ, d’évaluer la vitesse, le cap suivi et la dérive due au vent et au courant pour établir une estime de la distance et de la route parcourues pour calculer la longitude où l’on se trouve. Cette méthode entraîne souvent des erreurs importantes, d’autant que la route est suivie à l’aide d’un compas magnétique dont la précision et la justesse ne sont pas non plus exemptes de défauts. Pour connaître la direction du nord géographique, on doit donc, grâce à des tables établies au préalable par les astronomes et publiées dans La connaissance des temps2, effectuer des mesures de l’azimut du soleil au lever et au coucher afin de déterminer la valeur de l’angle entre le nord géographique et le nord magnétique. Difficulté supplémentaire pour l’historien : les journaux de navigation n’indiquent que rarement, si les relèvements et les routes sont mesurés à partir du nord magnétique ou à partir du nord géographique. Dans ce dernier cas, le relèvement est dit « du monde ».

L’octant
Cet instrument, analogue au sextant, est inventé par John Hadley qui le propose en 1731 à la Société royale de Londres. En 1736, d’Après de Mannevillette embarque comme second lieutenant sur le Prince de Conti, capitaine Danican, à destination de la Chine. C’est au cours de ce voyage qu’il fait l’essai du nouveau quartier anglais ou octant d'Hadley. Il le simplifie en supprimant le miroir qui permet d’observer par derrière. En 1749, d’Après de Mannevillette prend le commandement du Chevalier Marin pour le Sénégal, son second est Jean Lafargue, futur commandant de l’Utile. C’est à cette occasion qu’il pratique, avec l’octant, les premières observations astronomiques pour déterminer la longitude en mer par la méthode des distances lunaires.

  • 3 La longitude exacte de l’île de Fer ne sera mesurée avec précision que plus tard, elle se trouvera (...)

9Les longitudes sont toujours mesurées à partir d’un méridien de référence. Mais la multiplicité des méridiens de référence utilisés au début du xviiie siècle complique aussi la lecture des journaux de navigation. Selon une décision prise par le cardinal de Richelieu en juillet 1634, le méridien de l’île Hiero ou île de Fer (Canaries) devait être utilisé comme méridien de référence par les navigateurs, les géographes et les hydrographes français. Les longitudes se comptaient alors de 0 à 360° d’ouest en est. En 1634 la longitude de l’île de Fer adoptée fut fixée arbitrairement à 20° à l’ouest du méridien de Paris3.

Quel méridien origine le pilote Guillaume Le Housel utilise-t-il ?

  • 4 Jonkers A.R.T., Parallel meridians: Diffusion and change in early-modern oceanic reckoning, in Noor (...)
  • 5 AN –Marine, 4JJ 46, Journal de bord de l’Oriflamme.
  • 6 AN – Marine, 4 JJ 74, Journal de bord de l’Atalante.

10Malgré la décision de Richelieu, au début du xviiie siècle, les instructions nautiques et les cartes marines utilisées, en particulier par les marins français, étaient le plus souvent d’origine portugaise ou hollandaise. Le méridien de référence utilisé était situé soit aux Açores (île de Corvo ou de Flores), soit aux Canaries (îles de Hiero ou de Ténériffe), soit aux îles du Cap Vert (îles de San Iago ou de Boavista)4. Voici quelques exemples : en 1707, Dupin d’Ages, pilote du vaisseau Oriflamme commandé par de Courbon, utilise un routier portugais lors d’un voyage à destination du Chili en passant par le Cap Horn5 ; en 1720, le pilote de la Sirenne mentionne dans son journal de bord : « Je prends mon point de départ sur la carte hollandaise qui prend son méridien au Ténériffe, et qui est bien juste et fort bonne. ». Deux ans plus tard, en 1722, l’Atalante, qui fera le voyage vers les Mascareignes en compagnie de la Diane, utilise la carte hollandaise de Pieter Goos et donne les longitudes à la fois en longitude de Paris et en longitude de Ténériffe.6

11La carte de l’océan Indien de d’Après de Mannevillette publiée en 1753 (ci-dessous) utilise conjointement le méridien de Paris et celui de Ténériffe.

Figure A1-1 – Carte de d’Après datant de 1753.

12Si la longitude de Paris qui figure en marge du journal de bord de la Diane, a été inscrite en même temps que celle qui figure dans le corps du texte, elle doit nous permettre d’identifier le méridien de référence utilisé, puisque les méridiens ont entre eux un angle constant. La longitude de ce méridien de référence est donc 75°05’-52°36’=22°29’ à l’ouest du méridien de Paris. Un tel méridien de référence n’est ni celui de l’île Hiero (20°), ni celui de Ténériffe (18°58’), ni celui des îles du Cap vert (Boavista : 24°10’ et San Iago : 25°10’). Il ne correspond pas non plus à une terre émergée dans l’Atlantique. Il est cependant indispensable qu’un méridien de référence passe par une terre, parce que sa position doit être calculée au moyen d’observations astronomiques précises et répétées, incompatibles avec une observation à la mer et parce que l’intérêt des navigateurs est de pouvoir recaler leur navigation lorsqu’ils passent à la vue du lieu choisi. C’est la raison pour laquelle nombreux sont les méridiens de référence qui passent par de petites îles placées sur les routes habituelles de navigation. Ainsi en est-il des Açores pour les voyages transatlantiques des Espagnols ou des Canaries ou des îles du Cap vert pour les voyages vers l’océan Indien ou l’Atlantique Sud.

13Nous nous trouvons donc devant une impossibilité.

14Comment résoudre cette difficulté ? Une première solution consiste à considérer que le pilote se trompe de longitude lorsqu’il prend son point de départ (point à partir duquel on va « entretenir » l’estime). Cependant, en étudiant de plus près le journal de bord original de la Diane, on constate que le bâtiment fait un aller-retour entre l’île de France et l’île Bourbon avant son départ et qu’à son premier passage à Bourbon le pilote utilise la même longitude que lors de son départ le 8 août : « 3 juin 1722, appareillage de Saint-Paul, à 12 h 00 longitude : 75°05’. » La probabilité pour que par deux fois le pilote fasse la même erreur à deux mois d’intervalle devient alors très faible.

15Il reste toutefois une autre solution : il est possible que contrairement à notre première hypothèse, l’inscription au crayon de la longitude par rapport au méridien de Paris ait été portée à une date ultérieure. Peut-être par le cartographe du Dépôt des cartes qui consulte le journal de bord de la Diane pour y relever la position de l’île de Sable, nouvellement découverte, afin de la porter sur une carte. Il n’est pas possible de savoir à quelle date les inscriptions marginales ont été portées, on peut cependant supposer qu’au plus tard, elles ont été portées au moment de l’élaboration de la carte publiée en 1739 où apparaît pour la première fois l’île de Sable, soit vers 1738 ou 1739.

16Il est alors probable qu’entre 1722 et la date à laquelle les inscriptions au crayon ont été portées, de nouvelles observations astronomiques ont permis de rectifier la longitude de l’île Bourbon. La longitude de l’île Bourbon indiquée au crayon est donc très probablement une longitude rectifiée, qui est ensuite utilisée pour corriger toutes les autres observations figurant sur le journal de navigation et en particulier celle qui concerne la découverte de l’île de Sable.

17La carte française du Dépôt des cartes datée de 1739 vient heureusement à notre secours. En effet, elle conforte cette hypothèse, contenant un volet où sont comparées les positions données par la carte anglaise de John Thornton, hydrographe de la East India Company (1669-1701), en vert, par la carte hollandaise de Pieter Goos (1616-1675), en jaune, et par la carte du Dépôt de 1739, en rouge. Cette comparaison est particulièrement éclairante. Elle illustre en particulier les énormes différences de longitude qui coexistent entre les cartographes. On a présenté ci-dessus un détail de cette carte, centré sur les Mascareignes et Madagascar. On y constate par exemple que l’île de France des Anglais se trouve au centre de l’île de Madagascar des Hollandais !

Figure A1-2 – Détail de la carte française du Dépôt des cartes datée de 1739.

18Dans son journal de bord, le pilote de l’Atalante qui naviguait de conserve avec la Diane indique qu’il utilise la carte du Hollandais Pieter Goos et le méridien de référence de Ténériffe. Il est donc très probable que les pilotes des deux navires utilisaient les mêmes références pour calculer leur position. On peut en se reportant aux graduations de la carte qui sont hors du cadre de l’agrandissement ci-dessus, mesurer la différence de longitude entre les positions de l’île Bourbon données par la carte hollandaise de Pieter Goos et la carte du Dépôt : elle est de 3°28’, aux erreurs de lecture près.

19Si on corrige la valeur de la longitude indiquée pour le point de départ dans le journal de bord de la Diane de cette différence on obtient 75°05’– 3°28’= 71°37’. L’écart entre ce méridien et le méridien de Paris est donc à présent de 71°37’–52°36’= 19°01’. Il apparaît dès lors à l’évidence que le méridien de référence utilisé est bien celui de Ténériffe dont la longitude par rapport au méridien de Paris est 18°58’ (Longitude du Pic de Teide).

Calcul de la position de l’île de Sable

  • 7 AN – Marine, 3 JJ 330 –Pièce 13.

20Un autre document, une lettre de Mr. de la Feuillée datée du 24 avril 17247, rend compte de sa découverte et donne la position calculée de l’île :

  • 8 Briand de la Feuillée pense avoir vu une île qui figure alors sur les cartes sous le nom d’Angasay.

« Passage de l’Isle de Bourbon à la côte de Malabar rangeant le coste de l’Est de Madagascar.
En partant de l’Isle Bourbon, je fis route au Nord sans prendre beaucoup de l’O, après 96 lieues de chemin nous trouvâmes pour la latitude de 16 d 4 min et par 75 d de Longitude, un islet de sable que nos cartes marquent beaucoup plus dans l’Est et c’est une erreur
8. J’en passay à l’O et dirigeay ma route pour voir le N et le bout de l’isle de Madagascar, laquelle je trouvais aussi plus à l’Ouest que les cartes ne le marquent. …. »

21Alors que le journal de navigation de la Diane donne d’une part, le point estimé à midi le 11 août et d’autre part le relèvement et la distance estimée de l’île au moment de sa découverte, la lettre de 1724 indique la position calculée de l’île. Elle tient compte pour cela des cinq heures et quart qui se sont écoulées entre l’adoption du point à midi du 11 août et le moment de la découverte de l’île.

22On peut considérer que la latitude a été observée chaque jour à midi depuis le départ et donc recalée quotidiennement. Quant à la longitude indiquée, elle correspond à l’estime entretenue depuis le dernier point observé sur l’île Bourbon soit depuis le 9 août à 6 heures du matin. Il s’est donc écoulé 83 h 15, entre le dernier point observé et la découverte de l’île de Sable, période pendant lesquelles il a fallu évaluer la dérive due au vent et celle due au courant.

23La dérive due au vent peut être considérée comme faible, car la Diane navigue au largue par vent de SSE à l’ESE, une allure où la dérive est peu importante. L’évaluation du courant est par contre beaucoup plus difficile, le courant permanent est presque toujours sous-estimé, il porte en général à l’ouest et peut atteindre 20 milles par jours comme le souligne le capitaine de corvette Jehenne (voir chapitre 10). On considère en général que le courant permanent est d’environ 0,5 nœud.

24Il est intéressant de remarquer que si l’on calcule la longitude de l’île de Tromelin à partir du point à midi du 11 août et de la route parcoure, on trouve une longitude de 74°43’ E (ou 52°14’ E par rapport au méridien de Paris), mais Briand de La Feuillée lui attribue ici 75  ou 52°31’E par rapport au méridien de Paris), il a donc très probablement corrigé après coup la position, sans doute en réévaluant la dérive due au courant d’environ 17 milles vers l’est.

25Dans la mesure où l’île de Tromelin ne fut plus observée avant le naufrage de l’Utile, on est en droit de se poser la question de savoir sur quels critères la position portée sur les cartes fut différente de celle indiquée par le pilote de la Diane. Sans doute faut-il y voir une réévaluation de la dérive. Sur les deux cartes du Dépôt de 1739 et 1740, la longitude indiquée est de 53°10’E ce qui équivaut à réévaluer la dérive d’environ 58 milles. Sur la carte de d’Après, éditée en 1757, la longitude indiquée est de 52°32’ E soit pratiquement la longitude estimée par Briand de la Feuillée dans sa lettre de 1724. La longitude indiquée sur les cartes actuelles est 52°11’ E.

Notes

1 14 L : 14 lieues marines.

2 La Connaissance des temps est une publication d’éphémérides astronomiques publiée depuis 1679.

3 La longitude exacte de l’île de Fer ne sera mesurée avec précision que plus tard, elle se trouvera être supérieure d’environ 23’ à cette valeur.

4 Jonkers A.R.T., Parallel meridians: Diffusion and change in early-modern oceanic reckoning, in Noord-Zuid in Oostindish perspectief, The Hague : Walburg, 2005, p. 17-42.

5 AN –Marine, 4JJ 46, Journal de bord de l’Oriflamme.

6 AN – Marine, 4 JJ 74, Journal de bord de l’Atalante.

7 AN – Marine, 3 JJ 330 –Pièce 13.

8 Briand de la Feuillée pense avoir vu une île qui figure alors sur les cartes sous le nom d’Angasay.

Table des illustrations

Légende Figure A1-1 – Carte de d’Après datant de 1753.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27931/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Figure A1-2 – Détail de la carte française du Dépôt des cartes datée de 1739.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27931/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 280k

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site