Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tromelin

 | 
Max Guérout

Deuxième partie

Chapitre XXIII. Mission Esclaves oubliés 2010

Texte intégral

1Avec le soutien des mêmes partenaires, une troisième campagne de fouille est organisée en 2010. Le financement de l’opération a été assuré par la DRAC La Réunion, le conseil régional de La Réunion, la Commission de l’océan Indien (COI, coopération régionale dans la zone de l’océan Indien.) Le transport a été assuré à l’aller par les vols de Transall des 1er septembre et 8 novembre et au retour par le vol du 10 décembre.

Objectifs de fouille1

  • 1 Compte rendu des recherches archéologiques sous-marines et terrestres effectuées sur l’île Tromeli (...)

2La mission continue son étude des bâtiments : phases de construction, orientation dans l’espace, disposition relative, manière dont les murs ont été construits et renforcés. De même, la connaissance des dimensions de l’espace occupé à l’extérieur des bâtiments mis au jour n’étant que partielle, un sondage au moins doit permettre d’avoir une meilleure évaluation des zones occupées.

3Toutefois, l’objectif principal reste de localiser et fouiller des sépultures dont la présence est attestée par la description qu’en a fait le Commander Parker de la Royal Navy lors de sa visite en octobre 1851 avec le HMS Pantaloon. Cet officier décrit ce qu’il estime être des sépultures, mais en donne une localisation peu précise. Ce point revêt un grand intérêt pour la compréhension du groupe des naufragés et de son adaptation au milieu. La participation d’une archéologue malgache doit permettre, d’une part, de confronter les observations avec celles des fouilles des habitats à Madagascar (type de construction, orientation, aménagement) et, d’autre part, de documenter les objets d’usage courant mis au jour.

Les participants de la mission 2010
Parmi les participants aux missions précédentes figurent Max Guérout (chef de mission), Thomas Romon (INRAP), Joe Gueson et Jean-François Rebeyrotte. Bako Rasoarifetra, une archéologue malgache de l’Institut de Civilisation/ Musée d’art et d’archéologie de l’Université de Tananarive nous a rejoints, ainsi que Zineb Guérout et Philippe Tournois.

Figure 23-1 – Pause de 9 h 30 (16 novembre) : Joe, Max, Zineb, Bako, Philippe, Olivier, Thomas.

Figure 23-2 – J.F. Rebeyrotte Figure

23-3 – Thomas Romon Figure

23-4 – Joe Guesnon

Figure 23-5 – Zineb Guérout, Bako Rasoarifetra.

Fouille archéologique (Thomas Romon)

  • 2 Instrument de topographie, le tachéomètre est un théodolite, c’est-à-dire un appareil servant à la (...)

4La mission se déroule du 8 novembre au 10 décembre, explorant, à la fois l’intérieur d’un bâtiment détruit appelé « case météo », mais aussi la partie ouest et nord de ce même bâtiment, poursuivant ainsi les travaux des deux missions précédentes. Onze secteurs (les secteurs 9 à 20) totalisant 115 m2, ont été ouverts (Figure 23-6). Une série de plus petits sondages de surface d’environ 1 m2, distribués en périphérie de la zone de fouille, nous a permis d’appréhender l’extension des zones occupées par les naufragés. Le levé topographique a été réalisé à l’aide d’un tachéomètre2.

Secteur 9

5Un sondage a été effectué dans la pièce sud de la case météo, un bâtiment semi-enterré construit après le cyclone de 1956 (Figure 23-6). Il a dû être limité au quart sud-ouest de la pièce, car le bâtiment était construit sur une dalle de béton de 8 cm d’épaisseur. Un carré de 50 cm par 50 cm a été percé dans cette dalle. Ce sondage a permis de vérifier que le niveau d’occupation daté du xviiie siècle n’avait pas été conservé sous la chape de béton. Par ailleurs à l’intérieur du bâtiment, sous l’enduit de ciment, on constate que, dans le coin sud-ouest, les murs de la case météo ont été construits en s’appuyant sur les murs datés du xviiie siècle.

Figure 23-6 – Les sondages sur le point haut (mission 2006, 2008 et 2010).

Figure 23-7 – Stratigraphie.

Secteur 10 et 11

6Les sondages de 3 m par 4 m effectués à l’ouest de la case météo ont permis de confirmer la stratigraphie détaillée (Figure ci-contre) observée en 2006.

Secteur 12

7Ce sondage de 3 m par 5 m se trouve au nord de la case météo (Figure 23-6). La stratigraphie rencontrée est identique à celle observée dans les secteurs précédents. Outre les restes de faune, peu d’objets ont été trouvés hormis un élément d’accastillage réutilisé comme marteau. Situé à l’extérieur de l’habitat ce secteur peut être interprété comme une zone de dépotoir.

Figure 23-8 – Détail du « marteau » (PH5.720) in situ, avec un os de tortue.

Secteur 13

8Ce sondage de 5 m par 6 m englobe le bâtiment 4 (Figure 23-9). La stratigraphie y est identique à celle observée dans les sondages précédents.

9La fouille de ce secteur a été complexe, car le bâtiment 4 finalement dégagé était partiellement recouvert par un mur érigé par les naufragés à une époque plus tardive. De surcroît au moment de la construction de la station météo, l’un des ancrages d’un hauban du mât supportant une éolienne y avait été implanté (un fût de 200 litres identique à celui qui se trouvait dans le bâtiment 3).

10Le bâtiment 4 présente plusieurs particularités : les coins nord-ouest et sud-est sont détruits, le mur présente un décrochement, la partie sud-ouest était entièrement recouverte par le mur 3 (Figure 23-12).

11Le mur 3, dont le dégagement a été commencé en 2008, a été étudié entièrement. Sa longueur totale est de 9 m pour une largeur pouvant atteindre 3 m. Seule sa face externe est présente dans le secteur 13. Il est conservé sur 1 m d’élévation, sa partie supérieure ayant été arasée lors de la construction de la station météo. Sa face interne est elle aussi détruite par la construction de la « case météo ». La construction de ce mur est très tardive.

12Après avoir enlevé le fût de 200 litres, la présence du parement intérieur de ce qui s’est révélé être le mur ouest du bâtiment 4 a été décelée sous le mur 3. Le démontage de ce dernier a permis de dégager l’entrée du bâtiment 4 d’origine (Figures 23-10 et 23-11).

13L’ensemble de ces observations a permis de restituer la séquence de construction/destruction ci-après (Figure 23-12).

Figure 23-9 - Vue générale du secteur 13 et du bâtiment 4 depuis le sud.
1) fût de 200 litres ;
2) secteur 14, bâtiment 5 ;
3) secteur 15, bâtiment 6 ;
4) mur nord du bâtiment 4 ;
5) décrochement dans l’angle nord-est du bâtiment 4 ;
6) mur est du bâtiment 4 ;
7) mur 3 recouvrant le coin sud-ouest et l’entrée du bâtiment 4 ;
8) mur ouest du bâtiment 4.

Figure 23-10 – Entrée du bâtiment 4 depuis le nord (l’intérieur du bâtiment)
1) mur sud du bâtiment 4 ;
2) mur 3 (en partie démonté) ;
3) mur ouest du bâtiment 4.
4) probable pierre de seuil.

Figure 23-11 – Entrée du bâtiment 4 (vue de dessus)

Figure 23-12 – Essai de restitution chronologique des constructions du secteur 13.

14Le bâtiment 4 d’origine mesure 2,6 m (nord-sud) x 2,8 m (est-ouest), il a son entrée vers le sud dans l’angle sud-ouest.

15Dans une seconde phase, un décrochement de 80 x 45 cm a été rajouté dans son angle nord-est. Au cours de cette même phase, alors que le mur 3 recouvre son entrée, ses angles sud-est et nord-ouest sont détruits, transformant en passage ce bâtiment clos à l’origine. Un autre bâtiment, le bâtiment 7, se trouvait à l’ouest du bâtiment 4 ; il a été détruit par la construction de la case météo.

16La séquence de construction/destruction mise au jour dans le secteur 13 est particulièrement parlante et émouvante dans la mesure où elle illustre la capacité des naufragés à gérer leur environnement et à s’organiser pour surmonter des aléas climatiques qui sont sans doute à l’origine de la construction du mur 3.

Figure 23-13 – Vue du bâtiment 5 depuis le nord.

Secteur 14

17Ce secteur englobe le bâtiment 5. La stratigraphie inscrite sur les dalles de grès de sable constituant la base des murs du bâtiment 5 est très différente de celle qui a été observée jusqu’ici, elle est aussi très différente de celle du sédiment remplissant le bâtiment.

18Il résulte de ces observations que le bâtiment a connu une occupation postérieure au départ des naufragés et antérieure à l’installation de la station météo ; puis qu’il a été vidé, et rebouché dans les années 1950 lors de la présence des personnels de Météo-France. En conséquence le sédiment de remplissage contient, en désordre, de nombreux éléments métalliques du xviiie siècle (clous, tiges, barres de fer, plaques de fer et de cuivre…) ainsi que des éléments du xxe siècle (couvercle en aluminium).

19Malgré ces aléas, plusieurs éléments encore en place datant du xviiisiècle ont été observés. Il s’agit, à l’extrémité nord du bâtiment, de deux gros clous en fer à tête ronde plantés dans le sol (Figure 23-16), dans un espace délimité par des dalles de corail verticales placées sur champ. Ces clous ont pu servir d’enclume. Sous une dalle de grès de sable du parement du mur est qui a basculé, quelques objets ont été mis au jour : un briquet en fer, une pierre à fusil et une balle d’espingole en plomb.

Figure 23-14 – Vue générale depuis le nord : 1) secteur 15 (bâtiment 6) ; 2) secteur 12 ; 3) secteur 13 (bâtiment 4 avant dégagement de son entrée) ; 4) secteur 14 (bâtiment 5).

20Le bâtiment 5 est l’un des premiers bâtiments mis en place dans ce secteur, tout au début de l’occupation de la zone. Il se présente sous la forme d’une pièce unique, rectangulaire, de 2,3 x 2 m orientée dans l’axe nord-sud. Son entrée est située au sud, dans l’ange sud-ouest du bâtiment. Comme le bâtiment 4, il présente un décrochement dans son angle nord-est qui a été ajouté par la suite.

Secteur 15

21Ce sondage de 2,5 m par 3 m, situé au nord du secteur 13, comporte le bâtiment 6 (Figure 23-14). La stratigraphie rencontrée est pratiquement identique à celle rencontrée dans le secteur 14.

22Le bâtiment 6 se présente sous la forme d’une pièce unique, presque carrée, de 2 m de côté. L’entrée est située à l’ouest, dans l’angle sud-ouest. Il diffère des bâtiments précédents à la fois techniquement, dans la mesure où les murs, bien qu’ayant adopté une technique de construction semblable à celle des autres bâtiments, sont beaucoup moins épais : environ 45 cm contre 100 à 150 cm ; mais aussi chronologiquement, car la base des mûrs se trouve au-dessus de la couche de sable blanc qui scelle le site archéologique correspondant à l’occupation des naufragés malgaches. Il a donc été érigé entre 1776 et 1953, soit après le sauvetage des naufragés de l’Utile et avant l’installation de la station météorologique. Sa construction et son occupation constituent une énigme dont nous n’avons pas encore trouvé la clé.

Figure 23-15 – Dessin de Sylvain Savoia.

Secteur 16, 17, 18, 19 et 20

23Ces sondages dont la localisation est indiquée sur la figure (23-7) ont permis d’identifier l’amorce de plusieurs bâtiments : le bâtiment 9, accoté au bâtiment 5, et dont l’accès est difficile en raison de la présence d’une citerne semi-enterrée ; le bâtiment 10 dont les parements internes de deux murs ont été dégagés. La fouille de ce nouveau bâtiment devra faire l’objet d’une autre campagne de fouille.

Les sondages périphériques

24Une série de neuf sondages d’un mètre carré ont été implantés de façon à définir l’extension de l’occupation au xviiie siècle.

Mobilier archéologique

Objets en fer

25Au cours de la mission 2010, les objets en fer mis au jour représentent 106 objets sur 454 soit 23 %.

26On notera en particulier un trépied trouvé à l’intérieur du bâtiment 6. Identique à celui qui a été mis au jour en 2008, il était disposé à l’envers, avec un ensemble d’autres objets en fer, dont un croc, comportant un œil situé dans un plan perpendiculaire à celui du crochet, semblable à ceux trouvés au cours des missions précédentes.

Clous, broches, chevilles.

27Un très grand nombre de clous (176), de chevilles ou broches (50) a été mis au jour. Les clous utilisés pour la construction des navires de la Marine royale sont des clous de section carrée dont la tête est également carrée et dont l’extrémité se termine en coin. La longueur des clous était standardisée.

28Parmi ces nombreux éléments déjà décrits à la suite de la mission 2008, quelques-uns méritent une attention particulière. En effet, si certains clous introduits horizontalement entre les blocs de corail formant le parement interne des mûrs peuvent être considérés comme des points de suspension, la fonction de nombre d’entre eux retrouvés plantés dans le sol est moins claire.

Figure 23-16 – Chevilles PH5.834 et PH5.835 en place dans le bâtiment no 5.

Figure 23-17 – Tête de la cheville PH5.835.

29Des clous plantés à l’entrée du bâtiment 5 à la hauteur du seuil peuvent avoir servi à bloquer une planche ou une plaque de grès de sable destinée à empêcher le sable d’envahir le bâtiment, ou même comme cela se pratique encore maintenant dans l’île pour empêcher les bernard-l’hermite d’y pénétrer.

30La présence des nombreux clous plantés dans le sol du bâtiment 4, soit le long des murs soit en son milieu, est plus difficile à expliquer ; ont-ils une fonction pratique ou une fonction symbolique ? Les clous récupérés en brûlant le bois de l’épave sont très abondants, ils ont probablement perdu de leur valeur intrinsèque au fil du temps et peuvent aussi avoir eu une fonction ludique. Deux chevilles ont été trouvées plantées dans le sol du bâtiment 5 à l’intérieur d’un espace délimité par des plaques de grès de sable disposées verticalement, identifié comme un foyer.

31Une interprétation possible de ces chevilles à grosse tête s ont pu être utilisées comme enclume pour façonner le ou en plomb.

Gond de sabord utilisé comme marteau

32Cet objet (Figure ci-contre) illustre la capacité des naufragés à détourner des équipements provenant du navire pour en faire des outils ou des ustensiles.

Figure 23-18 – « Marteau » PH5.720.

33Il s’agit d’une ferrure formé d’une tige de fer comportant à son extrémité une ouverture circulaire à l’intérieur de laquelle est encastrée une cheville de fer à tête plate 43,7 cm ; larg. de la tête : 10,7 cm ; poids : 2250 g. L’extrémité de la cheville a été matée à la suite de son emploi comme marteau. Il s’agit probablement d’un gond utilisé en liaison avec une penture sur un sabord d’artillerie.

Figure 23-19 – Equipement d’un sabord. Figure

23-20 – Vue du gond rivé dans la muraille.

Briquets

Figure 23-21 – Utilisation d’un briquet.

34Deux objets en fer se présentant comme un anneau ouvert de diamètre intérieur de 32 mm et extérieur de 52 mm ont été trouvés dans les bâtiments 4 et 5.

35Ces deux anneaux ont été interprétés comme étant des briquets, constitués d’un anneau de fer qui se passe autour d’un doigt et sert à frapper un silex afin de produire une étincelle.

Figure 23-22 – Briquet PH5.629.

Figure 23-23 – Briquet PH5.836.

Figure 23-24 – Briquet PH5.836.

Objets en cuivre

36De nombreux fragments de cuivre, près d’une quarantaine, ont été trouvés dans la couche archéologique. Ce sont pour la plupart des éléments de réparation (plaques percées, avec ou sans rivet) ou des chutes de découpe. Ils attestent, autant que les réparations portées par les divers récipients trouvés en 2006 et en 2008, du savoir-faire des naufragés en matière de travail du cuivre.

37PH5.727, un fragment de cuivre épais, est à cet égard représentatif de l’industrie des naufragés. Il comporte sur les deux faces des traces de martelage et des incisions profondes.

Figure 23-25 – PH5.727.

38Outre ces nombreux débris, des fragments de cuillère, une sorte de grattoir et un bouton d’uniforme ont été trouvés.

Céramique

  • 3 Identification effectuée par Mme Zhao Bing (CNRS UMR 7133) d’après photo et dessin.

39Plusieurs tessons de céramique chinoise ont été trouvés. Le bol (PH5 795) est le mieux conservé et le plus caractéristique. Il s’agit d’une production chinoise des fours de Dehua au Fujian, couvrant la période allant du xviiie au premier quart du xixe siècle3.

Figure 23-26 – Bol PH5.795.

Silex

40Deux fragments de silex ont été trouvés dans le bâtiment 5 et dans le sondage P5.

Figure 23-27 – Bol PH5.795.

41Avec le silex trouvé collé au briquet PH5. (Figure 23-22) ce sont donc trois nouveaux fragments de silex qui ont été trouvés. En 2008, une pierre à fusil intacte avait été découverte. L’état des trois fragments trouvés cette année indique une utilisation intensive et laisse penser que la pierre à fusil de 2008 avait été perdue dans le sable.

42Avec ces trois silex vient la réponse aux questions posées depuis le commencement des fouilles : d’une part, savoir si le feu avait été maintenu allumé ou bien si les naufragés avaient les moyens de le rallumer et, d’autre part, quel moyen était employé pour rallumer éventuellement le feu.

Etude de la faune consommée

43Alors que les milliers d’ossements prélevés lors de la mission 2008 sont en cours d’étude, ceux collectés en 2010 ont été envoyés en métropole pour enregistrement et étude.

44Afin d’assurer ce travail, l’équipe scientifique s’est enrichie de deux nouveaux archéozoologues, Christine Lefèvre, professeur au MNHN, spécialiste des oiseaux, et son collègue Philippe Béarez, chercheur au CNRS, spécialiste des poissons. Aurélien Royer, étudiant à l’Université de Bordeaux a également été mis à contribution pour examiner les restes de tortues issues de la première campagne de fouille.

Figure 23-28 – Fragment de silex PH5.802.

Notes

1 Compte rendu des recherches archéologiques sous-marines et terrestres effectuées sur l’île Tromelin (8 novembre –10 décembre 2010), rapport non publié.

2 Instrument de topographie, le tachéomètre est un théodolite, c’est-à-dire un appareil servant à la mesure d’angles horizontaux et verticaux, mais mesurant également les distances.

3 Identification effectuée par Mme Zhao Bing (CNRS UMR 7133) d’après photo et dessin.

Table des illustrations

Légende Figure 23-1 – Pause de 9 h 30 (16 novembre) : Joe, Max, Zineb, Bako, Philippe, Olivier, Thomas.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27925/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 414k
Légende Figure 23-2 – J.F. Rebeyrotte Figure
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27925/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende 23-3 – Thomas Romon Figure
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27925/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende 23-4 – Joe Guesnon
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27925/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Figure 23-5 – Zineb Guérout, Bako Rasoarifetra.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27925/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende Figure 23-6 – Les sondages sur le point haut (mission 2006, 2008 et 2010).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27925/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Figure 23-7 – Stratigraphie.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27925/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende Figure 23-8 – Détail du « marteau » (PH5.720) in situ, avec un os de tortue.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27925/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Figure 23-9 - Vue générale du secteur 13 et du bâtiment 4 depuis le sud.1) fût de 200 litres ;2) secteur 14, bâtiment 5 ;3) secteur 15, bâtiment 6 ;4) mur nord du bâtiment 4 ;5) décrochement dans l’angle nord-est du bâtiment 4 ;6) mur est du bâtiment 4 ;7) mur 3 recouvrant le coin sud-ouest et l’entrée du bâtiment 4 ;8) mur ouest du bâtiment 4.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27925/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 403k
Légende Figure 23-10 – Entrée du bâtiment 4 depuis le nord (l’intérieur du bâtiment)1) mur sud du bâtiment 4 ;2) mur 3 (en partie démonté) ;3) mur ouest du bâtiment 4.4) probable pierre de seuil.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27925/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Légende Figure 23-11 – Entrée du bâtiment 4 (vue de dessus)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27925/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende Figure 23-12 – Essai de restitution chronologique des constructions du secteur 13.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27925/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Légende Figure 23-13 – Vue du bâtiment 5 depuis le nord.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27925/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende Figure 23-14 – Vue générale depuis le nord : 1) secteur 15 (bâtiment 6) ; 2) secteur 12 ; 3) secteur 13 (bâtiment 4 avant dégagement de son entrée) ; 4) secteur 14 (bâtiment 5).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27925/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Légende Figure 23-15 – Dessin de Sylvain Savoia.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27925/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende Figure 23-16 – Chevilles PH5.834 et PH5.835 en place dans le bâtiment no 5.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27925/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende Figure 23-17 – Tête de la cheville PH5.835.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27925/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Légende Figure 23-18 – « Marteau » PH5.720.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27925/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Figure 23-19 – Equipement d’un sabord. Figure
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27925/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende 23-20 – Vue du gond rivé dans la muraille.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27925/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende Figure 23-21 – Utilisation d’un briquet.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27925/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende Figure 23-22 – Briquet PH5.629.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27925/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Figure 23-23 – Briquet PH5.836.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27925/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende Figure 23-24 – Briquet PH5.836.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27925/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende Figure 23-25 – PH5.727.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27925/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Légende Figure 23-26 – Bol PH5.795.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27925/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Figure 23-27 – Bol PH5.795.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27925/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Figure 23-28 – Fragment de silex PH5.802.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27925/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 29k

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540