Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tromelin

 | 
Max Guérout

Deuxième partie

Chapitre XXI. Mission Esclaves oubliés 2008

Texte intégral

Février 2008 : Passage du cyclone Ivan

1Le centre d’Ivan passe à 25 km au NNE de l’île le vendredi 15 février 2008 vers 19 h. En une heure, la pression a brutalement chuté de 7 hectopascals. La station météorologique enregistre une pression mini­male de 969 hectopascals. L’île va rester un peu moins de trois heures dans la zone de calmes avec des pluies faibles. Les vents maximaux ont été enregistrés au moment du premier passage du mur de l’œil à 17 h, à savoir 96 km/h en vent moyen sur dix minutes et près de 150 km/h en rafales (direction sud-est). A 15 h 30, au moment du deuxième passage du mur de l’œil, le vent a tourné au nord-est. Le diamètre au sol de l’œil d’Ivan a été estimé à 65 kilomètres.

2Ivan poursuit sa route et frappe la côte de Madagascar près de Fénerive avec des vents de 125 nœuds, puis traverse l’île. Le bilan est terrible. On déplore 83 morts, 177 disparus, 580 blessés, 187 000 sans-abri, 322 000 sinistrés

Figure 21-1 – Trajectoire du cyclone Ivan.

Deuxième mission « Esclaves oubliés » (27 octobre-1er décembre)

3Encouragée par les résultats obtenus au cours de la mission 2006, une seconde mission est mise sur pied. A cet effet, une convention-cadre entre le GRAN et l’Etat représenté par l’administrateur supérieur des TAAF est signée.

Figure 21-2 – Arrivée de Yann Von Arnim à bord de l’avion des coast guards mauricien.

4Le financement de l’opération a été assuré par la fondation d’entreprise du groupe Banque Populaire ; le conseil régional de La Réunion ; la Fondation du patrimoine ; la DRAC La Réunion.

5Les vols de transport du matériel prévus dans le cadre de la convention signée entre le GRAN et les FAZSOI ont eu lieu les 1er septembre, 27 octobre transport de matériel restant et du personnel, 1er décembre retour du personnel et du matériel.

Les membres de la mission 2008
Max Guérout (GRAN) - Chef de mission ; Thomas Romon (INRAP) – Responsable du chantier terrestre ; Nick Marriner - Géomorphologue (CEREGE-Aix en Provence) ; Sudel Fuma (Université de La Réunion) ; Joe Guesnon (GRAN) ; Laurent Hoarau (CHAM) ; Jean-François Rebeyrotte (GRAN) ; Jean Boggio Pola – cameraman ; Sylvain Savoia – dessinateur.
En fin de mission l'équipe a été rejointe par Yann Von Arnim, dans le cadre d'un accord de coopération avec le gouvernement Mauricien. l'équipe météo était composée de : Joël Mouret, Jean-Michel Dalleau, Eugène Baran.

Objectifs de recherche1

  • 1 Compte rendu des recherches archéologiques sous-marines et terrestres effectuées sur l’île Tromeli (...)

6L’apport principal de la mission 2006 avait été la localisation de l’ha­bitat des esclaves. Le sondage du point haut de l’île avait mis en évidence deux phases d’occupation séparées par un épisode de tempête, des vestiges de constructions et du mobilier liés à la présence des naufragés de l’Utile après le départ des Français. Il était maintenant nécessaire d’élargir le secteur de fouille.

7Plusieurs aspects concentrent l’attention. Le feu intrigue : a-t-il été entretenu, conservé par les Malgaches ou a-t-il été allumé par des moyens propres ? La construction d’un habitat, mis au jour lors de la mission 2006 et attesté par des photographies en 1954, paraît une pratique inhabituelle pour des Malgaches.

8L’utilisation des objets provenant de l’épave et leur adaptation aux besoins des naufragés est également un des champs d’observation privilégiés.

9Afin d’élucider les pratiques alimentaires, il est nécessaire de constituer des échantillons statistiquement étudiables des restes de faune consommée. Le recours à la micro-stratigraphie doit accroître la connaissance de l’histoire cyclonique de la région.

10Autre objectif : la localisation et la fouille des sépultures dont la présence est attestée par la description qu’en a fait le Commander Parker lors de sa visite en 1851. Ce dernier point revêt un intérêt majeur pour la compréhension du groupe et de son adaptation au milieu.

11Il faut souligner enfin l’intérêt théorique et méthodologique de la mission. Il s’agit en effet d’étudier l’occupation d’un territoire très restreint par un groupe d’individus dont le nombre et la durée de présence sont connus, paramètres dont il est rare de disposer lorsque l’on aborde l’étude d’un site archéologique. Cette particularité donne à l’étude du site de Tromelin une importance particulière.

Géomorphologie de Tromelin et impacts des paléotempêtes (Nick Marriner)2

  • 2 Marriner N., Guérout M., Romon T., The forgotten slaves of Tromelin (Indian Ocean): new geoarchaeo (...)

12Tromelin n’avait jamais fait l’objet d’études géographiques ou géolo­giques approfondies. Pour comprendre les relations entre les naufragés et leur milieu, la mission a dressé une carte précise de l’île et a décrit les différentes unités géomorphologiques. Il s’agit d’appréhender les processus de transferts sédimentaires autour de l’île et d’étudier les couches sédimentaires dans le contexte archéologique afin d’élucider l’impact des tempêtes sur la vie des esclaves ainsi que sur leurs habitats.

Les paysages de Tromelin3

  • 3 Marriner N., Les paysages de Tromelin, dans Guérout Max, Romon Thomas, Tromelin l’île aux esclaves (...)

13Tromelin est un récif de corail couvert de sable situé sur la cime d’un point chaud volcanique qui jaillit des profondeurs de l’océan Indien. Vue du ciel, les contours de l’île décrivent une forme ovoïde, une configuration entièrement façonnée par la houle océanique créée par l’alizé du sud-est. D’une superficie d’à peine 1 km2, soit 1750 m de long par 700 m de large, l’île est entourée d’un platier corallien qui émerge lors des marées basses et qui fournit l’essentiel du sédiment présent sur l’île. L’énorme masse océanique qui entoure l’îlot limite toute variation brutale de température et d’humidité. Il n’y a donc pas de saisons prononcées.

Figure 21-3 – Carte topographique de l’île de Tromelin.

Figure 21-4 – Typologie des plages de Tromelin.

14En raison de la petite taille de l’île, la diversité des paysages est très réduite. Pour l’essentiel, les distinctions les plus prononcées existent entre la façade sud, recevant de plein fouet le vent et la houle de l’océan, et le flanc nord, situé à l’abri du vent. De ce fait, le littoral sud est constitué d’un talus façonné par les tempêtes, formé de blocs de corail qui s’étagent jusqu’à une crête délimitant la couronne de l’îlot.

15Cette unité paysagère se juxtapose aux plages nord, larges et plates, qui sont formées d’un sable blanc d’origine corallienne remanié par l’action des vagues. A l’extrémité nord, les accumulations de sable ont engendré une pointe sableuse en forme de « queue de comète » dont la forme est variable selon l’orientation des vents, et qui marque le terme des transferts sédimentaires du sud vers le nord.

Figure 21-5 – Vue du récif sud et du talus de blocs de corail.

Figure 21-6 – Vue aérienne de la pointe nord.

16Sur la couronne de l’île, les paysages témoignent de ces processus éoliens continus qui s’expriment sous forme de dunes. Ces zones coïncident également avec les formations végétales les plus importantes, principalement les arbustes de veloutiers, qui fixent les sables mobilisés par le vent. De ce fait, la partie nord de l’île est aussi la plus haute. Elle culmine à environ 8 m d’altitude. C’est l’endroit où les naufragés ont fini par se réfugier dans l’attente de leur sauvetage.

Figure 21-7 – Veloutier en bord de plage sur la côte Est.

17Cette configuration contraste avec celle du sud de l’île, où le paysage témoigne de processus météorologiques et marins beaucoup plus dynamiques. En deçà des plages de tempêtes, la présence de blocs de corail, transportés jusqu’à 250 m à l’intérieur des terres, atteste que cette partie de l’île est ponctuellement inondée. Ce paysage, quasiment dépourvu de végétation, forme une dépression d’environ 40 000 m2. Située à seulement 1,2 m au-dessus du niveau de la mer, il s’agit de la zone la plus basse de l’île. De façon générale, la topographie de Tromelin rend cette l’île particulièrement vulnérable aux effets des cyclones.

Figure 21-8 – Dépression centrale située au sud de l’île.

Historique et impact des tempêtes à Tromelin4

  • 4 Marriner N., Impact des tempêtes sur l’île de Tromelin, dans Guérout Max, Romon Thomas, Tromelin l (...)

18Tromelin se situe dans le bassin cyclonique du sud-ouest de l’océan Indien, qui s’étend depuis les côtes africaines jusqu’au méridien 90 Est. En moyenne, neuf perturbations tropicales naissent dans la région chaque année, dont quatre atteindront le stade de cyclone tropical. Le terme cyclone définit une perturbation météorologique caractérisée par une zone centrale de basse pression. Naissant entre les 5e et 20e parallèles, ces cyclones se forment généralement au cours de la saison estivale, au-dessus des mers et océans tropicaux où la température s’élève à plus de 27°C. Le gradient de pression entre le centre et l’extérieur engendre une rotation de l’air autour du centre de basse pression, souvent appelé œil cyclonique. Ces vents tournent dans le sens des aiguilles d’une montre dans l’hémisphère sud. Ces perturbations sont accompagnées de pluies torrentielles ainsi que d’une remontée du niveau relatif de la mer et d’une houle cyclonique, dont la crête peut dépasser de plusieurs mètres le niveau des plus hautes mers. La masse nuageuse cyclonique est généralement d’un diamètre de 500 km mais peut parfois dépasser 1 000 km.

Figure 21-9 – Cyclone tropical Huddah (2000).

Figure 21-10 – Stratigraphie de la zone d’habitat des naufragés.

19La topographie de Tromelin rend l’île particulièrement vulnérable aux effets des cyclones et a probablement fait courir aux survivants de l’Utile des risques importants. Quels sont les témoignages de ces tempêtes passées ? En dépit de données instrumentales directes, l’étude des vestiges laissés dans les couches sédimentaires par le passage des tempêtes anciennes permet de reconstituer l’histoire des tempêtes à partir de couches sédimentaires préservées. En effet, ces couches s’accumulent comme un mille-feuilles au fil du temps pour permettre une lecture fine de l’évolution des paysages et de l’impact de ce type d’événement.

20Nos observations ont permis de mettre au jour plusieurs couches sédimentaires remontant au xviiie siècle, témoignant de tels impacts cycloniques. Deux niveaux de tempêtes particulièrement intenses situés de part et d’autre de la couche d’occupation attribuée aux naufragés de l’Utile ont été observés sur le principal site de fouille. Ce niveau archéo­logique d’occupation est très riche en micro-charbons et en matière organique, ce qui donne aux sédiments un aspect brunâtre et indique une relative stabilité de l’environnement. Par endroits, des lentilles de sables blancs éoliens sont intercalées dans cette couche, et constituent vraisemblablement le témoignage sédimentaire de tempêtes ayant frappé l’île pendant l’occupation du site par les naufragés. Cette unité archéologique contraste avec les deux niveaux de tempêtes intenses, pré- et post- occupation, caractérisés par un sable blanc pur remanié par l’action du vent et de la mer. Ces dépôts traduisent les fortes rafales cycloniques ainsi qu’une montée graduelle des eaux, aboutissant à l’inondation complète du site, suivie d’un retour vers une sédimentation de « beau temps » à la fin de l’événement. Quelques blocs de corail, éparpillés en vrac dans ces strates, attestent de la puissance hydrodynamique des deux catastrophes enregistrées.

21À l'exception du témoignage du capitaine de l’Atieth Rahamon en 1867 (voir ci-dessus chapitre 12), nous disposons uniquement de témoignages rédigés depuis l’installation de la station météo. Et, comme en atteste le récit du passage du cyclone Erenista, les phénomènes les plus puissants sont capables d’effacer les traces d’évènements antérieurs, notamment dans les zones les plus exposées. Cette érosion explique pourquoi nous n’en retrouvons pas les traces comme c’est souvent le cas dans d’autres régions tropicales du monde où les milieux lagunaires fonctionnent comme des centres de dépôts sédimentaires.

Fouille archéologique (Thomas Romon)5

  • 5 Romon T., Guerout M., L’Utile, 1761.... « Esclaves oubliés », Archéopages – numéro hors-série – Co (...)

22Au cours de la mission précédente un mur de pierres sèches interrompu par un bâtiment de la station météo a été dégagé, ainsi qu’une partie du sol occupé par les naufragés. Cependant, le faible développement de ces structures et le fait qu’elles étaient fortement perturbées par l’implantation de la station météorologique, n’avaient pas permis de comprendre leur fonction.

Figure 21-11 - Emplacement de la fouille autour du bâtiment météo détruit (rectangle rouge).

23Trois bâtiments complets ont été mis au jour. La base des murs repose au-dessus d’un premier niveau d’occupation. Les murs ont donc été construits après un temps d’occupation initial. Ils sont conservés sur un des bâtiments de la station météorologique, et marquent la hauteur du sol au milieu du xxe siècle. Les murs sont constitués de blocs de corail et de plaques de grès de sable (ou beach rock). Ces dernières sont disposées verticalement à la base des murs, les blocs de corail étant posés à plat au-dessus. Les murs ont une épaisseur qui dépasse souvent 1,5 m, seule la face intérieure des murs comporte un parement.

Figure 21-12 – Plan général (relevé et dessin T. Romon, M. Guérout, S. Savoia).

Figure 21-13 – Bâtiment no 1.

Le bâtiment 1

24Il est situé au sud de la zone fouillée. Il est constitué d’une seule pièce rectangulaire orientée est-ouest, son entrée est à l’ouest (sous le vent). Ses dimensions intérieures sont de 2,3 par 1,5 m, soit 3,45 m2. Dans l’angle sud-est 3 blocs posés de champs délimitent l’espace d’un foyer. Au-dessus, dans le mur est fichée une barre de fer recourbée qui était sans doute destinée à supporter un récipient pendant la cuisson. Des ustensiles très nombreux et principalement liés à une fonction culinaire étaient rangés dans cet espace. Ils permettent d’identifier ce bâtiment comme étant une cuisine.

Le bâtiment 2

25Ce bâtiment est situé à l’est de la zone fouillée. Il est constitué d’une seule pièce presque carrée. Son entrée est pratiquée dans un coin au nord. Ses dimensions intérieures sont de 2,7 par 2,4 m, soit 6,5 m2. Le mur est construit sur le même modèle que celui du bâtiment 1. Cependant, les plaques de grès de sable sont utilisées de manière plus systématique dans la réalisation du parement intérieur. De ce fait, les assises sont beaucoup plus régulières. L’absence de mobilier archéolo­gique permet d’avancer l’hypothèse qu’il s’agit plutôt d’un local d’habitation : peut-être une chambre.

Figure 21-14 – Bâtiment no 2.

Le bâtiment 3

26Situé au nord de la zone fouillée, il est constitué d’une seule pièce trapézoïdale orientée nord-sud, prolongée, après un coude de 90°, par un couloir. L’entrée masquée par la « case météo » se trouvait sans doute à l’ouest. Les dimensions intérieures du bâtiment proprement dit sont de 2,3 par 1,3 m, soit 3 m2. Le mur est construit sur le même modèle que ceux des bâtiments précédents. Cependant, ce bâtiment a la particularité d’avoir été modifié. Sans doute à la suite d’un accident climatique, un mur de protection (le mur 3) a été construit. Le mur oriental du bâtiment a alors été déplacé et la longueur du mur 1 réduite.

Figure 21-15 – Bâtiment no 3.

27Par ailleurs, les côtés sud et ouest du mur 1 de ce bâtiment ont été fortement perturbés par la construction de la « case météo » et par la présence d’un ancrage formé d’un fût de 200 litres rempli de ciment, rendant la description et l’interprétation de celui-ci assez délicate. Le mobilier abandonné par les naufragés dans ce bâtiment (haches, massette) permet d’avancer l’hypothèse qu’il pourrait s’agir d’un atelier.

Figure 21-16 – Vue du foyer extérieur (trépied au premier plan), des casseroles en cuivre et du grand récipient en plomb (au second plan).

Le foyer extérieur

28Les naufragés ont construit un foyer dans l’angle extérieur nord-est du bâtiment 1. Il est délimité par une rangée de blocs de corail ayant chauffé (très blancs et pulvérulents). Un trépied en fer, pouvant servir de support, y a été retrouvé en position d’utilisation. Le sédiment situé en dessous est calciné. Des objets abandonnés par les naufragés ont été retrouvés autour de ce foyer. Il s’agit de petits bols en cuivre. Une grande bassine en plomb est appuyée contre le mur à droite de l’entrée du bâtiment 1, reposant sur une plaque de grès de plage.

Les restes humains

29Des ossements humains ont été trouvés épars dans le niveau du sédiment correspondant aux déblais liés à l’édification de la case météo, construction qui a perturbé les niveaux et les constructions du xviiie siècle. Il s’agit des ossements de deux individus rassemblés chacun en un endroit : au-dessus de l’extrémité occidentale du bâtiment 1 pour le premier et au-dessus du bâtiment 3 pour le second.

Figure 21-17 1 et 21-17 2 – Squelettes 1 et 2.

30Le squelette 1 est bien conservé, mais les os sont fragmentés. Il s’agit des éléments d’un seul individu, un jeune adulte de 20-24 ans, dont le crâne est fragmenté, la face détruite. Le squelette 2 est également bien conservé ; les ossements sont épars sur une surface de 1,5 m2. Il s’agit des éléments d’un seul individu, un jeune adulte (15-19 ans) robuste. Le crâne est complet. Aucune trace de découpe ou cassure antemortem n’a été observée sur ces deux squelettes.

31Ils ont été trouvés dans les mêmes couches sédimentaires que les objets provenant de l’Utile, dont certains portent des indices de transformation par les naufragés. Il est probable qu’il s’agit des restes de ces naufragés. Ils ont été déplacés lors de la construction de la case météo et rejetés parmi les déblais comme le reste du mobilier du xviiie siècle, sans aucun traitement particulier.

32La localisation d’origine de ces ossements est énigmatique. Ils se trouvaient au cœur de l’habitat, pratique funéraire qui semble en contradiction avec les coutumes malgaches. Quelle structure a été détruite ? S’agit-il d’une structure funéraire (sépulture, tombeau), ou bien d’une structure d’habitat dans laquelle ont été abandonnées les dépouilles des naufragés décédés ?

Objets mis au jour

Objets en fer

33Quatre haches ont été trouvées dans le bâtiment 3. L’une d’entre elles est une véritable hache, les trois autres sont des pentures de porte transformées en haches.

Figure 21-18 – Penture transformée en hache.

Figure 21-18 – Hache (PH5.403).

Figure 21-20 – Trépied.

Figure 21-21 1, 2, 3 – Hameçons.

Objets en cuivre

Récipients

34Seize récipients de formes diverses ont été mis au jour, douze d’entre eux dans la « cuisine » et les autres à l’extérieur entre le foyer extérieur 0 5 cm et l’entrée de la cuisine. Avec les six récipients trouvés en 2006, ce sont donc 22 récipients en cuivre au total qui ont été mis au jour.

Cuillères

35Seize cuillères en cuivre ont été retrouvées entières, ainsi que plusieurs fragments ou ébauches. L’ensemble de ces éléments apporte la preuve que les cuillères ont bien été fabriquées sur place. Leur principe est ingénieux, une amorce de manche solidaire de la partie creuse (le cuilleron) comporte deux ailes qui repliées servent à enserrer un manche en bois.

Figure 21-22 1, 2, 3 – Récipient de forme carénée.

Figure 21-23 1, 2, 3 – Récipient en forme de calotte sphérique

Figure 21-24 1et 2 – Cuillères.

Figure 21-25 – Pointes démêlairs (PH5.270).

Pics ou pointes démêloirs

36Cinq aiguilles ont été trouvées à l’intérieur du bâtiment 1 (cuisine) avec les cuillères. Si leur fonction n’est pas exactement définie, leur lieu de découverte permet de penser que leur usage est lié à la préparation ou à la consommation des aliments. Peut-être s’agit-il d’une four­chette simplifiée, un pic. Il peut s’agir aussi de pointes démêloirs.

Figure 21-26 – Décor gravé sur une aiguille (PH5.232)

  • 6 Laboratoire de Conservation-Restauration et Recherche (LC2R), Draguignan.

37Les travaux de conservation effectués par le Laboratoire de Draguignan6 ont mis en évidence, après nettoyage, des motifs décoratifs gravés qui sont très semblables aux décorations des pointes démêloirs utilisées comme peigne par les hommes et les femmes malgaches.

Bracelets

38Deux bracelets en cuivre ont été retrouvés dans la couche correspond aux déblais de construction de la station météo, à proximité du squelette 2. Ces bracelets, courants à Madagascar, où ils sont appelés vangovango et manille par les Européens, ont également une fonction de talisman.

Figure 21-27 – Bracelets (PH5.335, PH5.340).

Objets en plomb

39Trois grandes bassines en plomb et leurs couvercles du même métal ont été mis au jour dans le bâtiment 1 et à l’entrée de celui-ci. Deux récipients plus petits ont aussi été trouvés dans les bâtiments 1 et 3.

40Ces récipients ont été fabriqués sur place à l’aide de feuilles de plomb récupérées sur l’épave de l’Utile, comme l’attestent des coulures de plomb et des fragments de plomb découpés retrouvés dans le sol. Ils ont probablement servi à conserver l’eau de boisson

Figure 21-28 1 et 2 – Bassine en plomb et son couvercle (PH5.355).

Objets en matières organiques

Figure 21-29 – Coquille de triton aménagée en louche (ci-contre, PH5.244).

Figure 21-30 – Coquille de porcelaine aménagée en cuillère (ci-dessous, PH5.236).

Objet en silex

41Cette pierre à fusil n’a apparemment pas été utilisée et laisse en suspend nos interrogations concernant l’entretien du feu.

Figure 21-31 – Pierre à fusil (PH5.231).

Notes

1 Compte rendu des recherches archéologiques sous-marines et terrestres effectuées sur l’île Tromelin (27 octobre–1er décembre 2008), rapport non publié.

2 Marriner N., Guérout M., Romon T., The forgotten slaves of Tromelin (Indian Ocean): new geoarchaeological data, in Journal of Archaeological Science, 37.
Marriner N., Guérout M., Romon T., Dussouillez, Ph., Géomorphologie de Tromelin (ocean Indien), dans Comptes rendus géosciences, vol. 341, no 10, p. 766-777 (octobre 2010).
Marriner N., Pirazzoli P.A., Fontugne M., Guérout M., Guillaume M., Reyss J.L ., A geomorphological reconnaissance of Tromelin Island, Indian Ocean, in Journal of Coastal Research: Volume 28, Issue 6, 2012, p. 1606 –1616.

3 Marriner N., Les paysages de Tromelin, dans Guérout Max, Romon Thomas, Tromelin l’île aux esclaves oubliés, Paris, 2010, p. 28 – 30.

4 Marriner N., Impact des tempêtes sur l’île de Tromelin, dans Guérout Max, Romon Thomas, Tromelin l’île aux esclaves oubliés, Paris, 2010, p. 122-124.

5 Romon T., Guerout M., L’Utile, 1761.... « Esclaves oubliés », Archéopages – numéro hors-série – Constructions de l’archéologie – Hommage à Jean-Paul Demoule, Paris, 2008, p. 59-63.
Guérout M., Romon T., Tromelin (Océan Indien), Une archéologie de la détresse, dans Les nouvelles de l’Archéologie, no 108-109, juillet 2007, p. 113-118.
Guérout M., Romon T., Tromelin l’île aux esclaves oubliés, Paris, 2010.

6 Laboratoire de Conservation-Restauration et Recherche (LC2R), Draguignan.

Table des illustrations

Légende Figure 21-1 – Trajectoire du cyclone Ivan.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27919/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Figure 21-2 – Arrivée de Yann Von Arnim à bord de l’avion des coast guards mauricien.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27919/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Légende Figure 21-3 – Carte topographique de l’île de Tromelin.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27919/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 329k
Légende Figure 21-4 – Typologie des plages de Tromelin.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27919/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende Figure 21-5 – Vue du récif sud et du talus de blocs de corail.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27919/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 614k
Légende Figure 21-6 – Vue aérienne de la pointe nord.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27919/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Légende Figure 21-7 – Veloutier en bord de plage sur la côte Est.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27919/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 313k
Légende Figure 21-8 – Dépression centrale située au sud de l’île.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27919/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 370k
Légende Figure 21-9 – Cyclone tropical Huddah (2000).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27919/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Légende Figure 21-10 – Stratigraphie de la zone d’habitat des naufragés.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27919/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Figure 21-11 - Emplacement de la fouille autour du bâtiment météo détruit (rectangle rouge).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27919/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 355k
Légende Figure 21-12 – Plan général (relevé et dessin T. Romon, M. Guérout, S. Savoia).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27919/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Figure 21-13 – Bâtiment no 1.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27919/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Figure 21-14 – Bâtiment no 2.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27919/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 702k
Légende Figure 21-15 – Bâtiment no 3.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27919/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Figure 21-16 – Vue du foyer extérieur (trépied au premier plan), des casseroles en cuivre et du grand récipient en plomb (au second plan).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27919/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 429k
Légende Figure 21-17 1 et 21-17 2 – Squelettes 1 et 2.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27919/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 427k
Légende Figure 21-18 – Penture transformée en hache.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27919/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende Figure 21-18 – Hache (PH5.403).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27919/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende Figure 21-20 – Trépied.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27919/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Figure 21-21 1, 2, 3 – Hameçons.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27919/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende Figure 21-22 1, 2, 3 – Récipient de forme carénée.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27919/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Légende Figure 21-23 1, 2, 3 – Récipient en forme de calotte sphérique
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27919/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Figure 21-24 1et 2 – Cuillères.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27919/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende Figure 21-25 – Pointes démêlairs (PH5.270).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27919/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 529k
Légende Figure 21-26 – Décor gravé sur une aiguille (PH5.232)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27919/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 708k
Légende Figure 21-27 – Bracelets (PH5.335, PH5.340).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27919/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 271k
Légende Figure 21-28 1 et 2 – Bassine en plomb et son couvercle (PH5.355).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27919/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 849k
Légende Figure 21-29 – Coquille de triton aménagée en louche (ci-contre, PH5.244).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27919/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende Figure 21-30 – Coquille de porcelaine aménagée en cuillère (ci-dessous, PH5.236).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27919/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 341k
Légende Figure 21-31 – Pierre à fusil (PH5.231).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27919/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 120k

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540