Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tromelin

 | 
Max Guérout

Deuxième partie

Chapitre XIX. Tromelin habitée et active

Chronique 1973-2005

Texte intégral

1973 : Etudes et prélèvements de tortues vertes

  • 1 Batori G. 1974 – Rapport d’activité. Ile Tromelin. Note ronéotypée. Service Météorologique de La R (...)
  • 2 Lebrun G., Elevage à La Réunion de juvéniles de la tortue verte (Chelonia Mydas) (Linnaeus) 1758, (...)

1L’intérêt scientifique pour les tortues vertes s’est concrétisé en 1973 par les travaux de Batori1 sur Tromelin et de Servan sur Europa. L’intérêt de l’ISTPM, devenu depuis IFREMER, pour ces recherches s’est renforcé avec la création d’un élevage de tortues vertes à La Réunion. 880 jeunes tortues prélevées à Tromelin et Europa furent mises en élevage à La Réunion de novembre 1972 à fin décembre 19732.

  • 3 Le Gall et al. 1986.
  • 4 Le Gall 1988.
  • 5 Lauret-Stepler et al. 2007.
  • 6 Derville S. et al., accepté en 2014.

2Ces études se sont ensuite étendues grâce aux travaux de Jean Yves Le Gall3 qui fut le premier chercheur à évaluer la population de Tromelin. Il estime que, chaque saison, 850 à 1100 tortues vertes pondent sur l’île, « produisant » entre 0,15 et 0,3 million de nouveau-nés par an4. Le Gall a, entre autres, mis en place un suivi sur le long terme d’un indicateur d’abondance du nombre de tortues, au moyen d’un comptage journalier du nombre de traces5. D’abord assuré par les aides météos, un suivi est continué aujourd’hui encore par les agents des TAAF. Les études récentes6, concernant la saison 2009/2010, montrent que pour les trois mois de ponte maximale, 999 tortues sont venues pondre, avec un nombre estimé de jeunes tortues écloses de 180 069. Ces chiffres, comparés à ceux de Le Gall, indiquent une relative stabilité.

Figure 19-1 – Tortue verte regagnant l’océan après avoir pondu à la pointe nord de Tromelin (Max Guérout, 2006).

Figure 19-2 – Ponte d’une tortue verte (Jacques Morin 14 octobre 2006).

3En 1977, les premières petites tortues prélevées sur l’île d’Europa sont arrivées dans les bassins de la ferme Corail à Saint-Leu (La Réunion). La ferme Corail pratique alors l’élevage des tortues marines selon le principe du « ranching » (collecte de juvéniles en milieu naturel et élevage jusqu’à l’âge adulte en captivité), et fait commerce des produits de cet élevage.

4Cependant, en 1981, les tortues marines sont classées à l’annexe I de la convention de Washington (CITES - Commerce International des espèces de faune et flore sauvage menacées), qui interdit le commerce de ces espèces. La ratification par la France de la Convention de Washington met en cause la poursuite des activités de la ferme et ouvre la réflexion sur sa reconversion. Deux ans plus tard, un arrêté préfec­toral est pris pour protéger les tortues à La Réunion. En 1989, la Région Réunion devient alors propriétaire des terrains et bâtiments de la ferme Corail pour soutenir la filière tortue et maîtriser un foncier convoité.

5L’élevage commercial cesse en 1994, un moratoire est mis en place pour permettre la reconversion de la ferme Corail. La Région décide alors de transformer le ranch en un « centre d’étude et de découverte des tortues marines ». Baptisé Kélonia, l’observatoire des tortues marines est inauguré le 18 août 2006.

Figure 19-3 – Caractéristiques des tortues vertes.

6L’étude des tortues se poursuit en particulier en équipant ces dernières de balises Argos, permettant de suivre en temps réel leur déplacement. La carte ci-dessous indique le déplacement des Chelonia Mydas équipées à Tromelin en 2011-2012. Elle met en lumière une étonnante migration qui mène la plupart des tortues vertes vers Madagascar où elles se nour­rissent, mais aussi des pérégrinations plus aventureuses vers les côtes africaines.

Figure 19-4 – Suivi des tortues vertes équipées de balises Argos à Tromelin.

8-9 mars 1973 : Le cyclone Lydie

  • 7 hpa : hectopascal.

7Dans la matinée du jeudi 8 mars 1973, le cyclone Lydie passe à une distance d’environ 20 km de l’île. La pression atmosphérique descend jusqu’à 932 hpa7, et bien que l’anémomètre ait été emporté par les rafales, on estime que les vents ont dépassé 250 km/h. Les météos présents, Jean-Claude Fontaine et Philippe Lombard, restent calfeutrés dans la station jusqu’au 9 mars à l’aube.

  • 8 Bande latérale unique.

8Le bâtiment principal tient bien, mais la trappe d’accès à la terrasse, une fenêtre et des volets sont arrachés ; l’eau entre dans la salle d’observation et détériore le tiroir haute fréquence de la radio BLU8. La radio cesse de fonctionner vers 10 h 20. Elle ne pourra reprendre à nouveau ses émis­sions que le lendemain matin. Jean-Claude Fontaine, le chef de station envoie alors un télégramme soulignant l’importance des dégâts.

9La piste d’aviation est impraticable :

  • 9 Rapport sur les dégâts causés aux installations de l’île Tromelin par le passage du cyclone Lydie (...)

« Les 250 premiers mètres à l’entrée Ouest sont inutilisables. Le sable a été soufflé par endroits sur une épaisseur de 15 cm, laissant apparaître les blocs de corail. A partir de l’autre extrémité et sur une longueur d’environ 600 m, la piste a été inondée… En conclusion, la piste n’est praticable correctement que sur 1000 m9. »

10Ce n’est qu’après une remise en état partielle de la piste que le Piper chieftain (FOCZY) de l’aéroclub Marcel Goulette, piloté par Ethève, peut se rendre à Tromelin. Malick, le directeur du service météorologique de La Réunion et Darricarrère (service de la Navigation aérienne) viennent évaluer les dégâts : l’abri en plastique contenant la radiobalise a été soufflé et les tiroirs dispersés alentour ; la structure du phare à résisté, mais son alimentation électrique a souffert et doit être entièrement revue ; le toit, les portes et les fenêtres de la cuisine ont été arrachés, l’eau et le sable rendant inutilisables les vivres frais et la cuisinière à mazout ; les tôles de l’abri servant au gonflement des ballons sonde ont été arrachées, mais la structure métallique a tenu ; le toit et l’auvent de l’ancien bâtiment administratif de la station sont détruits. Comme pour les autres bâtiments les enduits ont été sablés mettant à nu le béton et les fers à béton. Le toit de la « case »de passage a résisté mais portes et fenêtres ont été arrachées.

  • 10 Un élément de pluviomètre a été retrouvé lors des fouilles archéologiques en 2010.

11Le pylône anémométrique dont deux haubans ont cédé, a été abattu, entraînant dans sa chute son socle de béton. Le carter du pluviographe a disparu10.

12Les dégâts sont estimés à 12 millions de francs CFA.

Figure 19-5 – Trajectoire du cyclone Lydie.

Figure 19-6 – Cyclone Lydie : enregistrement de la pression atmosphérique à Tromelin.

31 juillet 1973 : Les forces armées françaises quittent Madagascar

13Suite aux manifestations qui secouent Madagascar en mai 1972, le président Philibert Tsiranana, favorable à la France, est renversé et remplacé par le général Gabriel Ramanantsoa. Les autorités malgaches demandent alors la révision des accords franco-malgaches puis l’évacuation des troupes françaises basées à Madagascar. Ce sera chose faite le 31 juillet 1973 : l’armée de l’Air évacue la base d’Ivato pour s’installer à La Réunion. Le général Bigeard, qui avait pris le commandement des forces françaises présentes dans l’océan Indien, fait alors le tour des îles Eparses et met plusieurs d’entre elles en état de défense, craignant une incursion malgache. Selon les souvenirs de son chef d’état-major, François Jourdier, il ne semble pas qu’il soit passé à Tromelin.

14En octobre 1973, au cours d’une mission de présence dans l’océan Indien, l’aviso-escorteur Protet commandé par le capitaine de frégate Japy passe à proximité de Tromelin après une escale à La Réunion.

1975 : Rotations aériennes commerciales vers Tromelin

15Gérard Ethève reçoit le 7 mars 1975 l’agrément des autorités pour créer sa compagnie aérienne « Réunion Air Service », afin de développer le transport à la demande vers les îles. La compagnie voit son activité se développer grâce à la desserte de Mayotte qui a voté son rattachement à la France après l’indépendance des Comores. Les liaisons sont assurées par un Piper PA 31 Navajo qui peut transporter 6 passagers, puis par un Piper PA 31 Chieftain embarquant 9 passagers.

  • 11 AN (Pierrefitte-sur-Seine) – Carton 19840538/23 – Aérodrome de Tromelin – P.-V. de la séance de la (...)

16La piste de Tromelin qui, depuis le 23 novembre 1963, avait le statut d’aérodrome à usage privé, changera de ce fait de statut et sera agréé comme aérodrome à usage restreint, servant à la desserte de la station météo, mais aussi comme aérodrome de secours ou escale technique pour la liaison Réunion/Mayotte11.

Figure 19-7 – Piper PA 31 Chieftain (F-OCZY) au premier plan et Piper Navajo (F-OCPC) de Réunion Air Service sur le parking de Tromelin, à l’occasion d’une relève et du passage d’une équipe de tournage de RFO en 1975. Quatre films sont diffusés sur RFO et TF1 le 9 novembre 1975.

Février 1975 : Passage du Champlain

17Le bâtiment de transport léger (BATRAL) Champlain de la Marine nationale, participe à une campagne dans l’océan Indien en 1974 et 1975. Il passe à Tromelin le 18 février 1975.

Le Champlain
Construit à Brest par la Direction des constructions navales, le Champlain est mis en chantier en 1973. Lancé le 17 novembre 1973, il est admis au service actif le 5 octobre 1974. D’abord affecté à Toulon, il va effectuer une campagne jusqu’en 1975 dans l’océan Indien. Il sera désarmé en 2004.

1976 : Revendication de souveraineté par le gouvernement de l’île Maurice12

  • 12 Oraison A., Radioscopie critique de la querelle franco mauricienne sur le récif de Tromelin, (La s (...)

18Le 2 avril 1976, le gouvernement de l’île Maurice, indépendant depuis 1968, revendique officiellement la souveraineté sur Tromelin. La France pour sa part considère qu’elle a toujours possédé l’île et que le traité de Paris de 1814, dont la version française fait foi, précise que les territoires remis à l’Angleterre sont « l’isle de France et ses dépendances nommément Rodrigues et les Séchelles ». Tromelin n’étant pas nommé, Paris considère que l’île est restée sous la souveraineté de la France. Cette possession française n’a été contestée, ni par la Grande-Bretagne, ni par le gouvernement indépendant de Maurice de 1968 à 1976.

19Le gouvernement de l’île Maurice oppose à la France la version anglaise du traité de Paris. Cette dernière indique « especially Rodrigues and The Seychelles ». L’adverbe especially signifie « en particulier », et l’expression n’écarte donc pas les autres îles. A la suite du traité restituant l’île de La Réunion à la France, les autorités britanniques ont pris possession quant à elles d’îles qui n’étaient pas mentionnées dans le traité : Diego Garcia, Agalega, Saint-Brandon. Les Seychelles quant à elles, seront plus tard détachées de l’île Maurice et deviendront un Etat indépendant. Pour appuyer sa revendication, Maurice s’appuie également sur les baux accordés à quatre Mauriciens entre 1901 et 1956 pour l’exploitation du guano (voir Chapitre 15), mais ceux-ci ne semblent pas avoir été portés à la connaissance de la France.

1976 : Jacques Quillet en contact avec un radio amateur inattendu !

  • 13 Contact.

« Le 14 novembre 1976, j’obtiens un contact depuis Tromelin avec une station jordanienne. Tout se passe bien et le QSO13 est chaleureux avec une bonne propagation. Nous parlons de notre matériel, de la météo… puis il me dit qu’il est le Roi de Jordanie. Surpris (je pensais à une blague), je lui rétorque sur le ton de la plaisanterie que je suis la reine !
A mon retour à La Réunion, j’ai trouvé la carte QSL de JY1 Hussein, Roi de Jordanie et sur la carte la mention : « On the occasion of the 41st birthday of his Majesty King Hussein of Jordan. »
Nous avons fait d’autres QSO sur les autres iles et depuis La Réunion. Il m’a même invité à venir le voir en Jordanie. Je ne suis pas allé et je le regrette; c’était devenu un bon copain ! »

Figure 19-8 – le roi Hussein de Jordanie en radio-amateur.

8 août 1977 : Passage du Foch

20Le porte-avions Foch commandé par le capitaine de vaisseau Bernard Klotz passe près de l’île le 8 août 1977. Un hélicoptère super frelon de la flottille 32 F dépose une vingtaine de personnes. Les météos qui n’avaient pas été prévenus peinent à trouver de quoi assurer leur nourriture. La présence du navire dans l’océan Indien à cette date est liée à l’accession de Djibouti à l’indépendance (suite au referendum du 8 mai 1977). La mission a reçu le nom de Saphir II et dure du 6 juin au 10 décembre.

1978-1979 : Vols touristiques de Réunion Air Service

21La compagnie aérienne Réunion Air Service organise des séjours touristiques à Tromelin et publie une brochure d’information destinée aux visiteurs. Ces vols sont mis en place avec l’accord de Météo-France et du préfet de La Réunion qui est aussi administrateur des îles Eparses.

Figure 19-9 – Document publicitaire.

22Les passagers passent 24 h 00 sur l’île. Ils décollent de l’aéroport de Gillot à 7 h 30 et arrivent deux heures plus tard à Tromelin. Ils s’installent dans l’ancien bâtiment technique qui a été alloué à Réunion Air Service par la Météo et qu’on appelle alors « case Ethève ». Après s’être installés, les « touristes » vont visiter la pointe nord avant de déjeuner. Dans l’après-midi ils visitent la station météo, assistent à un lâcher de ballon sonde, puis rendent visite à la colonie de fous et vont marcher le long de la côte est. Après le diner, ils vont observer les tortues « à la lueur des lampes torches ». Le lendemain après un petit déjeuner tout le monde embarque et l’avion décolle vers 9 h 00. Le coût de l’escapade est de 1000 FF.

23A titre d’exemple, en 1982, Réunion Air Service organise 29 vols sur Tromelin (12 sont des relèves de personnel, 13 des missions scientifiques ou techniques, 4 des liaisons touristiques). Gaston Zinsius assure comme pilote la majorité de ces vols, aux commandes du Piper PA 31 Chieftain.

Figure 19-10 – Le Hawker Siddeley HS 748 de Réunion Air Service, immatriculé F BSRA.

Gaston Zinzius
Né en 1935, il obtient son brevet de pilote à l’age de 16 ans et trois mois. Après cinq années passées dans l’armée de l’air, il commence une carrière de pilote dans l’aviation civile et assurera pour Réunion Air Service, les vols à destination de Tromelin entre A le 23 juillet 1979 et le 3 mai 1990.

  • 14 Hawker Siddeley HS 748 immatriculé F BSRA.

24Un Hawker Siddeley14, d’une capacité de transport de 40 à 58 personnes, acheté en 1977 par la compagnie Réunion Air Service pour desservir l’île de Mayotte (Comores), assure en 1981 et 1982 des vols touristiques à destination de Tromelin. Les vols sont souvent organisés au profit de comités d’entreprise comme l’ORTF ou la Sécurité sociale. Les passa­gers devaient signer un certificat par lequel il s’engageait à respecter l’environnement, la faune et la flore. Le séjour sur l’île durait environ 8 heures et le repas consistait en un sandwich apporté depuis La Réunion.

  • 15 Le Quotidien de La Réunion, du 17 février 1981 –Charter pour Tromelin pour le CASE de Grand-Ilet pa (...)

25Le dimanche 15 février 1981, Guy Petit de la Rhodière organise le voyage d’une cinquantaine de personnes de la commune de Grand-Îlet, hommes, femmes, enfants et des journalistes ; ces derniers rendent compte de l’évènement15.

1981 : Arrêté de protection

26Un arrêté datant du 06 août 1981 détaille les mesures à respecter, en matière de protection de la faune et de la flore, mais également ce qui concerne la gestion des déchets. Sous la pression des écologistes et en particulier de Guy Clergue, un ingénieur météorologue, militant écologiste, les vols par HS 748 seront interrompus avant avril 1983.

1983-1984 : Installation d’éoliennes

27Pour essayer de diminuer le transport par avion du carburant destiné aux groupes électrogènes alimentant l’île en électricité, des éoliennes furent installées. Une première éolienne est installée et est opérationnelle en mai 1983. Une seconde éolienne est installée l’année suivante. L’alizé soufflant en permanence, cette solution paraissait intéressante. Mais la violence des vents liés au passage des dépressions tropicales eut raison avec le temps de cette solution, en effet à plusieurs reprises les pylônes support furent abattus.

Guy Clergue
Né le 28 juillet 1927 à Saint-Denis (La Réunion), diplômé de l’école de la météorologie de Saint-Cyr (Yvelines), il connaît diverses affectations : en Afrique et à Nice. Officier météorologie avec le grade de capitaine, en Alsace (1965-1969), il sera ensuite nommé à Saint-Denis (La Réunion), section Informatique (1969-1983), avant de prendre sa retraite. Il fut membre, comme conseiller technique, du Conseil de la Culture, de l’Education et de l’Environnement (1985-1998). Militant écologiste, candidat à plusieurs élections régionales et cantonales, il fonda la Société Réunionnaise pour l’Etude et la Protection de l’Environnement (SREPEN) en 1971, après avoir créé en 1970 la SPA, Société Protectrice des Animaux, ainsi que Nature et Progrès Réunion (1980-1992). Il sera membre fondateur en 1981 puis président (1982-1995) d’Ecologie Réunion. Il est décédé à Saint-Denis le 17 octobre 2012.

1986 : Erenista et Honorinina - Deux cyclones passent à proximité de l’île

28Le 4 février 1986, le cyclone Erenista passe à son tour à une quarantaine de kilomètres dans le nord-ouest de Tromelin. Classé cyclone tropical intense, la pression descend jusqu’à 937 hpa et les vents atteignent près de 234 km/heure dévastant les paysages de l’île.

  • 16 Archives de la station météorologique de La Réunion

29L’impact de cette catastrophe est décrit dans le journal de bord de la station météo16. Il permet de comprendre les effets d’un cyclone tropical intense sur la morphologie de Tromelin :

« Bien qu’elle n’ait jamais été très abondante, la végétation est méconnaissable. Les vents violents et chargés de sable n’ont laissé en place que quelques vacoas et veloutiers sur lesquels il ne reste plus de feuillage. […] De nombreux coquillages venant des grands fonds gisent sur le sable. […] La piste d’aviation est dévastée. Les 250 premiers mètres ont été déssablés (sic) laissant apparaître des blocs de corail dangereux lors d’un atterrissage. Pour espérer d’éventuels secours, il va nous falloir ré-ensabler la piste. De plus, les 600 derniers mètres sont inondés probablement à cause de la marée de tempête. »

Figure 19-11 – Trajectoire du cyclone tropical Erenista.

30On note à cette description que les effets d’Erenista sur la piste sont identiques à ceux qui avaient été observés lors du passage de Lydie en 1973.

Figure 19-12 – La cuisine, dont le toit a une fois encore été arraché.

Figure 19-13 – La cuisine et à l’arrière-plan le radôme.

Figure 19-14 – Le local de gonflage des ballons est en partie détruit.

31Fréderic Mansel, un technicien de la météo, qui a enduré le passage du cyclone raconte :

  • 17 Journal de l’île de La Réunion du 10 février 1986 cité par Alain Hoarau (Hoarau 2002, p. 180).

« C’était fou. Je suis breton, et j’en ai vu des mers en furies. Mais ce n’était rien comparé à cela. Il y avait des creux allant de 12 à 20 mètres, et les flots ont totalement balayé l’île… Tous les petits des fous et des frégates sont morts, et la population adulte a diminué de moitié. Même chose pour les tortues : tous les nids ont été détruits…17. »

32Jean-Michel Dalleau qui était présent fait la même description, il faudra huit jours avant que la piste ne s’assèche et que le premier avion ne parvienne à se poser : un Piper Aztèque piloté par Gaston Zinzius, qui s’embourbe en bout de piste. Selon lui, les oiseaux pressentent le cyclone et quittent l’île, un ou deux jours avant. Les juvéniles sont bien entendu tués et les œufs détruits. Les oiseaux mettent longtemps à revenir.

Figure 19-15 – L’eau a envahi le local météo.

Figure 19-16 - Trajectoire du cyclone Honorinina.

Figure 19-17 – Le cyclone Honorinina le 13 mars à 11 h 11 UTM (NOAA/MODIS (NASA).

  • 18 Zitte 2010, p. 82.

33Les lapins semble-t-il ont aussi payé leur tribut et il ne reste guère qu’une femelle avec sa portée de lapereaux. Le dépeuplement de la colonie de lapins, déjà présente en 1962, semble avoir été amorcé par les campagnes de dératisation entreprises dès 1984. Ces derniers et leur mère ne résisteront pas au passage d’un second cyclone : Honorinina un mois plus tard18.

34Le cyclone Honorinina apparait le 7 mars, il est baptisé dès le lende­main. Lorsqu’il passe à 25 km au sud de Tromelin, le 13 mars 1986, il va atteindre le stade de cyclone tropical très intense. Les vents atteignent 232 km/h et 287 km/h dans les rafales. L’île est à nouveau dévastée par la mer et le vent.

1987 - Ballons-sondes : accident de gonflage aux Glorieuses

35Les ballons destinés aux sondages aérologique étaient gonflés à l’hydrogène. Ce gaz était fabriqué en mélangeant, du ferro-silicium, de la soude caustique et de l’eau, mélange produisant de l’hydrogène selon la formule suivante : Si + NaOH + 2 H2O = SiO3NaH + 2 H2.

36Cette méthode que l’on utilise aussi sur les navires de la Marine natio­nale pour gonfler les ballons météos est très exothermique. L’hydrogène lui-même est inflammable, on se souvient de l’incendie du Zeppelin Hindenburg près de New-York, le 6 mai 1937. C’est en utilisant cette méthode que se produisit aux Glorieuses, en novembre 1987, l’explosion d’un ballon, gonflé par le technicien météo Joël Fontaine. Ce dernier, gravement brulé et évacué par Transall à La Réunion puis à l’Hopital Cochin à Paris, devait mourir de ses blessures.

37A la suite de cet accident, qui laissait une veuve et deux enfants, cette méthode de fabrication sera abandonnée. Les ballons sonde furent alors gonflés avec de l’hélium dont le transport en « rack » constitua désor­mais une part importante du fret des avions de l’armée de l’air.

1988-1990 - Passages de batiments de la Marine nationale

38Le 14 novembre 1988, le bâtiment de commandement Marne basé à Djibouti passe à Tromelin. Le contre-amiral Guy de Labouerie comman­dant les forces maritimes françaises en océan Indien (ALINDIEN) se trouve à bord.

Figure 19-18 – Le bâtiment de commandement Marne.

39Le 22 mai 1990, l’aviso-escorteur Protet est de nouveau de passage.

1993 : Etude des oiseaux de mer

40Une série d’études des oiseaux marins présents sur l’île débute en 1993 et continue jusqu’à maintenant sous l’égide du MNHN, du Centre d’études biologiques de Chizé (CEBC), du CNRS, de l’université de La Réunion (Laboratoire d’écologie marine : ECOMAR). Il s’agit de recenser les oiseaux marins et d’étudier leur écologie : reproduction, nidification, génétique, régime alimentaire et déplacements.

41La première mission a lieu du 21 février au 2 mars 1993, elle est réalisée par Matthieu Le Corre, pour le compte du Museum d’histoire naturelle de La Réunion. Il participe aussi à la seconde qui se déroule du 8 juin au 3 juillet 1994 dans le cadre de son DEA. La mission suivante, du 15 novembre au 15 décembre 1997 est réalisée par Hervé Lormée (doctotant du CEBC –CNRS). Elle est consacrée à l’étude des comportements reproducteurs.

42La quatrième mission a lieu du 5 décembre 2005 au 2 janvier 2006. Elle est réalisée par une personne des TAAF et David Pinaud (CEBC – CNRS). Le séjour est l’occasion d’un inventaire et d’un suivi des oiseaux équipés de balises Argos lorsqu’ils vont pêcher au large. Cette mission est également mise à profit pour éradiquer les rats et les souris qui se sont multipliés et causent des dommages dans la population des oiseaux juvéniles.

  • 19 Le Corre M. 1996 ; Le Corre M. 1999 ; Le Corre M., Jouventin P. 1999, Lormée et al., 2000 ; Kappes (...)

43Du 22 aout au 21 septembre 2012, une cinquième mission est effectuée par Matthieu Bastien, sous contrat avec le laboratoire ECOMAR, afin de réactualiser le recensement des oiseaux et vérifier les conséquences de la dératisation. Le résultat des observations donne lieu à plusieurs publications19.

44Les fouilles archéologiques réalisées sur Tromelin par le GRAN et l’INRAP à partir de 2006 (voir chapitres suivants) ont mis en évidence la présence d’une colonie de sternes fuligineuses (Sterna fuscata) lors du séjour des naufragés de l’Utile (de 1761 à 1776). Cette colonie qui a constitué une part importante de leur alimentation est aujourd’hui disparue.

1994 : Interdiction de pêche

45Un arrêté préfectoral du 15 février 1994 interdit toute pêche à l’inté­rieur des eaux territoriales (12 milles marins) des îles Tromelin, Glorieuses, Juan de Nova, Europa et Bassas da India. Ceci se traduit par une protection intégrale de la faune et de la flore marines dans la mer territoriale, avec cependant des possibilités de dérogation pour les recherches scientifiques.

1995 : Passage d'un bâtiment de la Marine nationale

46En mai 1995, le bâtiment océanographique d’Entrecasteaux effectue un nouveau relevé des sondes autour de l’île.

Figure 19-19 – A l'occasion du passage à Tromelin, le bureau naval no 64 est ouvert à bord de la Marne.

Figure 19-20 – Courlis (Ph. Tournois, 2010).

Figure 19-21 – Le bâtiment Océanographique d’Entrecasteaux passe à Tromelin le 3 mai 1995.

1996 : Nouvelle carte du SHOM

47Le service hydrographique n’avait pas publié de carte de Tromelin depuis 1959 (voir chapitre 18). Une nouvelle carte en couleur de l’île est dessinée à l’aide des observations effectuées en 1959 par le Lapérouse et l’année précédente par le d’Entrecasteaux.

Figure 19-22 – Carte SHOM no 7349 (International 7730). De La Réunion à Maurice (Mauritius) – Ile Tromelin Publiée en 1996 – échelle du cartouche Tromelin : 1/30000.

Mars 2000 : Passage du porte avions Foch au cours de l’opération Myrrhe

  • 20 Après une escale au mouillage à Bombay, suivie de manœuvre avec la marine indienne en mer d’Oman, (...)

48Le 8 mars 2000, une Alouette III et l’hélicoptère Puma du Foch ont déposé une délégation de quelques officiers de l’Etat major du bâtiment sur l’île Tromelin20.

Septembre 2000 : Relevé topographique de l’île

49Le gendarme Swingedruw réalise un relevé topographique de l’île Tromelin où figure en particulier le couvert végétal de l’île.

Figure 19-23 – Relevé topographique de Tromelin.

15 septembre 2004 : Pêche illégale dans la ZEE

  • 21 Le Koryo Maru 38, (indicatif JIBC), armé à Takaoka (Japon) propriétaire Ogino Gyogyo, mesure 60 m (...)

50Le 15 septembre 2004, deux unités de la marine nationale française : la frégate Nivose et le patrouilleur type P. 400 Rieuse arraisonnent deux navires de pêche japonais dans la zone exclusive de l’île Tromelin. Ces deux palangriers : le Koryo Maru 3821 et le Shokyu Maru 38, étaient chargés respectivement de 50 et 90 tonnes de thon. Ils étaient détenteurs de licences de pêche accordées par Maurice. L’affaire fut suivie de tensions entre la France et Maurice.

3 janvier 2005 : Tromelin administrée par les TAAF

  • 22 Journal officiel de la République française du 18 janvier 2005, p. 798.

51Depuis 1960, Tromelin comme l’ensemble des îles éparses, désignées comme étant des « territoires résiduels de la République », était administrée par le préfet du département de La Réunion agissant en tant que délégué du Gouvernement. Un arrêté daté du 3 janvier 200522 transfère ces responsabilités au préfet administrateur supérieur des Terres Australes et Antarctiques Françaises (TAAF). On passera de la gestion à l’intégration à l’occasion de la loi du 21 février 2007, les îles éparses constituant le 5e district des TAAF.

52Le 20 février 2005, Mme Brigitte Girardin, ministre de l’Outre-mer fait un passage à Tromelin. Un journaliste du Figaro, Cyril Hofstein, l’accompagne. Une plaque commémorative concernant cette visite sera plus tard apposée sur l’avant de l’affût du canon de l’Utile qui se trouve devant la station. Cet affût a été réalisé par l’équipe des archéologues du programme « Esclaves oubliés » à l’occasion de la campagne de fouille 2006. Le canon gisait à terre devant la station, aussi en fin de mission les plongeurs, utilisant les madriers qui avaient été apportés sur l’île pour réaliser une plateforme de plongée, construisirent cet affût.

Figure 19-24 – Plaque commémorative.

Figure 19-25 – Mise en place du canon sur son nouvel affût par l’équipe du GRAN et les météos (5 novembre 2006).

Notes

1 Batori G. 1974 – Rapport d’activité. Ile Tromelin. Note ronéotypée. Service Météorologique de La Réunion, 15 p.

2 Lebrun G., Elevage à La Réunion de juvéniles de la tortue verte (Chelonia Mydas) (Linnaeus) 1758, dans Science et Pêche, Bull. Inst, Pêches marit., no 248, juin 1975.

3 Le Gall et al. 1986.

4 Le Gall 1988.

5 Lauret-Stepler et al. 2007.

6 Derville S. et al., accepté en 2014.

7 hpa : hectopascal.

8 Bande latérale unique.

9 Rapport sur les dégâts causés aux installations de l’île Tromelin par le passage du cyclone Lydie daté du 12 mars 1973 (Archives de Météo-France La Réunion).

10 Un élément de pluviomètre a été retrouvé lors des fouilles archéologiques en 2010.

11 AN (Pierrefitte-sur-Seine) – Carton 19840538/23 – Aérodrome de Tromelin – P.-V. de la séance de la commission centrale des servitudes aéronautiques du 4 février 1977.

12 Oraison A., Radioscopie critique de la querelle franco mauricienne sur le récif de Tromelin, (La succession d’Etats sur l’ancienne Isle de Sable)– Saint-Denis, 28 septembre 2011. Bien que comportant sur le plan historique quelques lacunes, cette étude fait le tour de la question juridique.

13 Contact.

14 Hawker Siddeley HS 748 immatriculé F BSRA.

15 Le Quotidien de La Réunion, du 17 février 1981 –Charter pour Tromelin pour le CASE de Grand-Ilet par Roger Serre.
Le Journal de l’île de La Réunion de 19 février 1981 –Des habitants de Grand-Ilet à la découverte de Tromelin.

16 Archives de la station météorologique de La Réunion

17 Journal de l’île de La Réunion du 10 février 1986 cité par Alain Hoarau (Hoarau 2002, p. 180).

18 Zitte 2010, p. 82.

19 Le Corre M. 1996 ; Le Corre M. 1999 ; Le Corre M., Jouventin P. 1999, Lormée et al., 2000 ; Kappes et al., 2011.

20 Après une escale au mouillage à Bombay, suivie de manœuvre avec la marine indienne en mer d’Oman, du 24 au 28 février, le Foch a poursuivi son tour du monde dans le cadre de l’opération Myrrhe. Le Tourville et l’Emeraude ont quitté le groupe de la Task Force 473 pour rentrer à leur base.

21 Le Koryo Maru 38, (indicatif JIBC), armé à Takaoka (Japon) propriétaire Ogino Gyogyo, mesure 60 m de longueur, 9 m de large et 4 m de tirant d’eau pour un tonnage de 499 tonnes.

22 Journal officiel de la République française du 18 janvier 2005, p. 798.

Table des illustrations

Légende Figure 19-1 – Tortue verte regagnant l’océan après avoir pondu à la pointe nord de Tromelin (Max Guérout, 2006).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27913/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Légende Figure 19-2 – Ponte d’une tortue verte (Jacques Morin 14 octobre 2006).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27913/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Légende Figure 19-3 – Caractéristiques des tortues vertes.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27913/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende Figure 19-4 – Suivi des tortues vertes équipées de balises Argos à Tromelin.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27913/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Légende Figure 19-5 – Trajectoire du cyclone Lydie.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27913/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende Figure 19-6 – Cyclone Lydie : enregistrement de la pression atmosphérique à Tromelin.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27913/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Légende Figure 19-7 – Piper PA 31 Chieftain (F-OCZY) au premier plan et Piper Navajo (F-OCPC) de Réunion Air Service sur le parking de Tromelin, à l’occasion d’une relève et du passage d’une équipe de tournage de RFO en 1975. Quatre films sont diffusés sur RFO et TF1 le 9 novembre 1975.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27913/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Légende Figure 19-8 – le roi Hussein de Jordanie en radio-amateur.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27913/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Figure 19-9 – Document publicitaire.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27913/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende Figure 19-10 – Le Hawker Siddeley HS 748 de Réunion Air Service, immatriculé F BSRA.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27913/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Légende Figure 19-11 – Trajectoire du cyclone tropical Erenista.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27913/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Légende Figure 19-12 – La cuisine, dont le toit a une fois encore été arraché.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27913/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende Figure 19-13 – La cuisine et à l’arrière-plan le radôme.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27913/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende Figure 19-14 – Le local de gonflage des ballons est en partie détruit.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27913/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Légende Figure 19-15 – L’eau a envahi le local météo.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27913/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende Figure 19-16 - Trajectoire du cyclone Honorinina.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27913/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende Figure 19-17 – Le cyclone Honorinina le 13 mars à 11 h 11 UTM (NOAA/MODIS (NASA).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27913/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Figure 19-18 – Le bâtiment de commandement Marne.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27913/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Figure 19-19 – A l'occasion du passage à Tromelin, le bureau naval no 64 est ouvert à bord de la Marne.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27913/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Figure 19-20 – Courlis (Ph. Tournois, 2010).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27913/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Figure 19-21 – Le bâtiment Océanographique d’Entrecasteaux passe à Tromelin le 3 mai 1995.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27913/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende Figure 19-22 – Carte SHOM no 7349 (International 7730). De La Réunion à Maurice (Mauritius) – Ile Tromelin Publiée en 1996 – échelle du cartouche Tromelin : 1/30000.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27913/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 337k
Légende Figure 19-23 – Relevé topographique de Tromelin.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27913/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 474k
Légende Figure 19-24 – Plaque commémorative.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27913/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende Figure 19-25 – Mise en place du canon sur son nouvel affût par l’équipe du GRAN et les météos (5 novembre 2006).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27913/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27913/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 246k

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site