Version classiqueVersion mobile

De Bonaparte à Balfour

 | 
Ran Aaronsohn
, 
Dominique Trimbur

Initiatives économiques et sociales

Les embarras du Crédit lyonnais en Palestine1 au début du xxe siècle

Jacques Thobie

Texte intégral

  • 1 Pour éviter tout anachronisme, précisons que la Palestine, à l’époque de notre étude, est plus alo (...)
  • 2 Sur le Crédit lyonnais en Égypte et l’agence d’Alexandrie, on regardera notamment Bouvier, Jean, L (...)
  • 3 Lorsqu’au milieu des années 1960, le Crédit lyonnais, pionnier en la matière, commençait à ouvrir (...)

1Pour des raisons de proximité géographique et donc de facilité de communications, la succursale du Crédit lyonnais ouverte à Jérusalem en 1892, est une sous-agence du siège d’Alexandrie. Cette singularité rend particulièrement acrobatique, notamment sur le plan des résultats financiers, la lecture des archives du Crédit Lyonnais, source essentielle de cette communication. En effet, les différents postes financiers de l’agence de Jérusalem ne sont que partiellement, et d’une façon souvent hétérogène, tant du point de vue sectoriel que chronologique, individualisés, par rapport aux résultats globaux d’Alexandrie2. C’est ainsi que les principaux postes des dépôts et des emplois apparaissent pour Jérusalem à partir de 1899, mais le compte de profits et pertes n’est dégagé qu’à partir de 1911. Les résultats mensuels ne figurent que pour 1913 et 1914. Quoi qu’il en soit, la correspondance avec la direction des agences étrangères du Crédit lyonnais, remarquablement classée3, et quelques documents complémentaires, nourriront cet article.

2Après avoir donné un aperçu de l’installation et de l’évolution générale de l’agence du Crédit lyonnais à Jérusalem, nous traiterons trois points principaux qui ont marqué son histoire : le problème de l’ouverture d’une succursale à Jaffa, la question de l’attitude à tenir au moment de l’installation d’une agence de la Banque impériale ottomane à Jérusalem, l’inquiétude chronique de la direction de la banque devant la gestion délicate du compte du Patriarcat grec.

Une agence modeste mais bien gérée

  • 4 Escoffier à Kleinmann, le 15 janvier 1892. Archives du Crédit lyonnais (CL), direction des agences (...)

3Trois considérations majeures sont à l’origine de la création d’une agence du Crédit lyonnais à Jérusalem. Elles sont bien résumées dans la lettre que le directeur de l’agence d’Alexandrie, Louis Escoffier, adresse au directeur des agences étrangères du Crédit lyonnais, Edouard Kleinmann, le 15 janvier 18924.

  • 5 Télégr. de Kleinmann à Escoffier, le 6 janvier 1892. CL DAE 1116.

4La première est fortuite. Depuis 1881, le siège d’Alexandrie traite avec un correspondant à Jérusalem, la maison Nefi Melville Bergheim & Sons. Or, à la fin de 1891, cette maison entre dans une période de déconfiture qui entraîne le siège central de la banque à demander, au tout début de l’année 1892, à son agence d’Alexandrie, « de s’abstenir complètement avec nos correspondants de Jérusalem5 ». La recherche d’un nouveau correspondant s’avère fort délicate. Le seul banquier sérieux à Jérusalem est Jacob Valero, mais « c’est un usurier de premier ordre », qui a peu de considération pour les personnes qui lui sont adressées, et qui prend couramment « des commissions variant entre 2 et 3 % sur les paiements qu’il effectue pour le compte de tiers ». Cette difficulté ne pousse-t-elle pas à mettre à l’ordre du jour l’ouverture à Jérusalem d’une sous-agence, qui pourrait rendre « au Crédit lyonnais en général et à tous nos correspondants en particulier » certains services, notamment celui des lettres de crédit « qui a dans cette ville une importance considérable ».

  • 6 Le premier accord politique franco-russe est du 27 août 1891 ; l’accord militaire, qui scelle l’al (...)
  • 7 Cette autorisation est obtenue en juin 1891, et les agences de Moscou et d’Odessa ouvrent à l’auto (...)
  • 8 L’antisémitisme régnant à Saint-Pétersbourg est largement responsable de cette rupture et de sa du (...)

5C’est qu’en effet le mouvement des fonds à Jérusalem a une certaine ampleur et L. Escoffier est convaincu « qu’un bureau ouvert dans des conditions modestes aurait une grande chance de réussite ». Il estime, en effet, que la nouvelle agence pourrait jouer « les intermédiaires entre le gouvernement russe et ses nombreux établissements religieux en Palestine ». Cet espoir est réaliste, en cette période de négociations qui vont mener de l’entente à l’alliance franco-russe6, au moment précisément où le Crédit lyonnais, en remerciement de son action dynamique dans les placements et investissements français en Russie, vient d’obtenir l’autorisation d’ouvrir deux succursales, à Moscou et à Odessa7. Ainsi Escoffier compte bien que, « si l’agence de Saint-Pétersbourg veut bien faire quelques démarches », la future agence finira bien par être chargée, « en lieu et place des Rothschild », de la transmission des fonds qui sont envoyés continuellement de Russie en Palestine. La rupture entre le gouvernement russe et les Rothschild, à l’occasion de la négociation de l’emprunt russe de 18918, facilitera grandement ces transferts attendus.

  • 9 Ayant obtenu, en janvier 1889, la concession d’un chemin de fer de Jaffa à Jérusalem, Youssouf Nav (...)
  • 10 Incapable de faire face à ses dettes, la société obtient un concordat en mai 1894, qui lui permett (...)

6Enfin, le rapporteur compte sur les retombées de la mise en marche du chemin de fer Jaffa-Jérusalem, en cours de construction et dont l’achèvement est proche9. Il pense notamment que le train entraînera l’augmentation sensible du nombre des pèlerins et donc « un nouveau développement des affaires de ce pays ». À cet égard, Escoffier ne peut ignorer que les avis sont très partagés sur l’avenir du chemin de fer : il se place ici du côté des optimistes, mais la réalité donnera raison, dans les premières années de son fonctionnement, aux pessimistes10. Il n’empêche que la perspective d’obtenir la gestion locale de cette nouvelle société est un argument non négligeable.

7Quoi qu’il en soit, il est clair, pour le directeur général des agences d’Égypte, qu’en ce qui concerne « l’influence française en Orient », l’installation en Palestine d’un établissement comme le Crédit lyonnais ne peut être que vivement appréciée. Le ton même de sa lettre laisse entendre que des discussions ont déjà eu lieu et que la décision est pratiquement prise, puisque le moment est venu d’établir l’organigramme de la nouvelle agence. « Si, comme nous le supposons, vous donnez suite à cette création, nous vous proposerions d’en confier la direction à M. Joannides. » L’affaire paraît donc entendue, et pour lancer l’agence dans les meilleures conditions, Escoffier envoie à Jérusalem un agent de la direction d’Alexandrie, Petcovich, qui rend son rapport le 27 février 1892.

  • 11 CL DAE 6116, Petrovich à Louis Escoffier, le 27 février 1892. Les citations des prochains paragrap (...)

8Il n’y a pas de doute que sur le plan des affaires de finance, l’initiative du Lyonnais arrive au bon moment. La récente faillite de Melville Bergheim a impressionné le public et laisse le terrain à seulement trois maisons, J. Frutiger et J. Valero à Jérusalem, Breisch & Cie à Jaffa qui, à l’ancienne, combinent commerce et finance. Frutiger et Breisch, « dont le crédit commence à se ressentir énormément du contrecoup de cette faillite, et qui seront discrédités petit à petit11 », trouvent leurs principales ressources dans les dépôts à terme « sur lesquels ils paient des intérêts variant de 6 à 9 % », ainsi que dans les dépôts temporaires de couvents et institutions religieuses. Pour leurs affaires courantes en change, « ils se procurent l’argent en Syrie et en Égypte » contre l’envoi de papiers qu’ils reçoivent de leurs clients. Ils ont le plus souvent employé la contrepartie de leurs ressources en spéculations de terrains, particulièrement profitables durant les années 1880, mais la demande foncière se restreint et les bénéfices aussi. Breisch & Cie font aussi beaucoup de crédit « en ville et dans les campagnes », car ils s’occupent, pour leur compte, d’affaires de marchandises en tous genres, principalement de bois. Quant à Jacob Valero, le plus solide, il n’accepte pas de dépôts à terme, et spécule sur les terrains avec ses propres ressources ; il s’occupe de change et d’arbitrages de monnaie mais, en dernière analyse, « il ne s’occupe pas assez d’opérations de banque pour être un concurrent sérieux ».

  • 12 Sur la base du recensement ottoman de 1876, Vital Cuinet (op. cit., p. LVII) estime la population (...)
  • 13 Selon les douanes ottomanes, le trafic du port de Jaffa pour 1891, a été le suivant : aux importat (...)
  • 14 Jaffa exporte des oranges (environ 40 % du trafic), des orges, parfois du blé, des huiles, des vin (...)

9L’analyse sectorielle de Petcovich est naturellement fonction des statistiques dont il dispose. Il estime que le bassin de population, comprenant les villes de Jérusalem, Jaffa, Gaza, Caïffa, Naplouse, Bethléem et Hébron, correspond, « comme importance commerciale, à une ville de 100 000 habitants12 ». Cinq types d’affaires intéressent la banque. Le commerce extérieur par Jaffa est estimé par le rapporteur entre 7 et 10 millions de francs dans les deux sens. Les importations13 se font par l’entremise de commissionnaires établis à Jérusalem et à Jaffa, les fabricants se remboursant avec des traites fournies sur les commissionnaires ou directement sur les acheteurs. Il y a là en perspective un élément de travail « assez important pour l’agence qui, outre sa commission de recouvrement, aura le change de la couverture ». Quant aux exportations14, le marché des agrumes est entre les mains de la maison Houghton de Londres, dont l’agent à Jaffa est chargé de faire des avances aux propriétaires des vergers et reçoit les oranges en consignation : constatant que « cette manière de travailler ne présente aucun danger », l’envoyé de la banque espère que l’agence attirera cette clientèle « qui fait un mouvement de 15 000 à 20 000 livres par an ».

10Au consulat général, on évalue le mouvement annuel de touristes et pèlerins à environ 10 000 personnes, mais on déclare impossible d’évaluer le roulement de fonds qui en découle. On y sait seulement que le pèlerinage français laisse annuellement dans le pays 4 000 à 500 000 F. Petcovich a pris contact avec l’agent de Cook, qui vient fort opportunément de rompre avec Breisch & Cie : « J’espère que nous parviendrons à l’avoir comme client » conclut-il, probablement sur la base de promesses verbales. Notre homme est fort impressionné par « l’immensité de toutes ces constructions religieuses » qui reçoivent des fonds de tous les pays du monde, pour leurs besoins matériels et des constructions en constante progression. Selon le consul de France, les seules institutions françaises reçoivent de 1,5 à 1,8 million de francs par an, mais il y a encore les œuvres arméniennes, grecques, russes, les missions anglaises et américaines, les patriarcats : au bas mot, il vient de ce chef à Jérusalem 5 millions de francs par an : « C’est du change de tout repos sur lequel il n’y a absolument aucun risque », conclut le rapporteur.

11Celui-ci, et on le comprend, est troublé par le système monétaire qu’il qualifie abusivement de « confusion complète ». Le napoléon d’or domine la circulation monétaire, les livres turques et les livres sterling sont rares, et la petite monnaie turque manque ; les medjidiés (monnaie turque) ont un cours différent à Jérusalem et à Jaffa. « Dans cette confusion, il y aura souvent de bons petits arbitrages à combiner par l’agence ». Il en sera de même pour les opérations du gouverneur qui remet régulièrement à Constantinople les surplus entre ses ressources et ses dépenses sur place.

12La conclusion est modérément optimiste, pour une implantation attendue avec intérêt et curiosité par un public dûment prévenu de l’installation d’une agence du Crédit lyonnais par le consul général Ledoulx, qui a été aux petits soins avec l’envoyé de la banque. Celui-ci estime qu’on peut être assuré, la concurrence étant pratiquement inexistante, d’une clientèle, particuliers et institutions, heureuse de placer sûrement son argent. Il se laisse même aller, avec quelque témérité, à écrire qu’après peu de temps, l’agence n’aura pas besoin de fonds, et « que les dépôts à terme lui suffiront pour le roulement des affaires ». Enfin, la marge sur les opérations de change étant avantageuse, il sera possible de gagner suffisamment avec un mouvement relativement restreint.

  • 15 Les salaires annuels sont les suivants : Joannidès, 7 400 F. ; Frey, 5 400 ; Spagnolo 2 100 ; Ayou (...)
  • 16 Le loyer annuel des magasins et des chambres passera de 5 000 F à 6 000 F, à la suite de réaménage (...)

13C’est ainsi que, dans les derniers jours de mars 1892, ouvre l’agence de Jérusalem du Crédit lyonnais. Celle-ci est dirigée par Jean Joannidès, assisté d’Alexis Frey, contrôleur, chargé de la comptabilité. Joannidès, levantin grec protégé français de Smyrne, a d’abord assuré des responsabilités subalternes à l’agence du Crédit lyonnais de cette ville et, au début de 1892, il est à la tête du bureau de Mousky (Égypte). À la suite de graves problèmes familiaux, il a dû s’endetter, mais il a ensuite remboursé régulièrement sa dette en voie d’extinction. C’est « un garçon très honnête, intelligent et surtout très dévoué aux intérêts du Crédit lyonnais15 ». Escoffier pense que le manque de perspective que présente le bureau de Mousky l’a sans doute un peu découragé, mais que l’agence de Jérusalem lui permettra de donner toute sa mesure. Au couple dirigeant Joannidès-Frey s’ajoutent un caissier, Jean Spagnolo, un confectionneur de bordereaux, Selim Ayoub et un apprenti, David Sidaoui. Il faut enfin ajouter un domestique arabe, un gardien de nuit et un garde armé. Les bureaux de l’agence sont installés dans deux « magasins » qui font partie d’une série de bâtiments nouveaux, avec au premier étage le logement du gérant et de son adjoint16. La situation du local est, selon Petcovich qui l’a déniché, « ce que l’on pourrait désirer de mieux », à deux minutes de la Porte de Jaffa, passage obligé de toute personne arrivant à Jérusalem, à cinq minutes des bureaux de Cook, de Valero, de Frutiger et à proximité du consulat de France et d’autres consulats. Toutes les nouvelles constructions sont groupées à partir et en dehors de la Porte de Jaffa, sur tout le long de la rue où se trouve l’agence, au centre, en somme, de tout le mouvement des affaires.

  • 17 CL DAE 6116. Barrelet (Jaffa) à Escoffier (Alexandrie), le 14 avril 1892. Cet accord avait été pré (...)
  • 18 CL DAE 6116. Alexandrie à DAE, le 1er juin 1892. Si les fonds sont modestes, on utilise les courri (...)

14Enfin, un nouveau correspondant est choisi à Jaffa. Il s’agit d’une maison de commerce de moyenne surface, Marius Barrellet. L’accord précise les commissions qui lui seront allouées : 1 % sur les ventes et achats de change ; 1,4 % sur les recouvrements d’effets sur Jaffa ; 1 % sur les tirages des agences du Crédit lyonnais. En ce qui concerne les dépôts des clients, la commission sera de 1 % sur les dépôts à un an, 1,5 % sur les dépôts à deux ans et 1,4 % sur les dépôts à trois ans. Barrellet est chargé de la réception des groups, moyennant une commission de 1,4 %. En contrepartie, il demeure entendu, précise Barrellet lui-même, « que je suis chargé des fonctions de votre caissier à Jaffa, en opérant les encaissements et paiements pour votre compte ; que le coffre-fort que vous avez bien voulu m’envoyer demeure votre propriété, et que je demeure responsable des fonds que j’encaisserai pour compte du Crédit lyonnais, et qu’ils demeureront à votre disposition à tout moment et sans aucun préavis17 ». Les accords sont prévus pour un an, renouvelables par tacite reconduction. L’agent de Jaffa doit naturellement garder en caisse quelques milliers de francs, surtout pour achat de change, et notamment en octobre quand commence l’exportation des oranges. Lorsque l’encaisse atteint 20 000 à 25 000 F, il expédie une partie des fonds à Jérusalem18. En 1897, M. Barrellet sera remplacé par la maison B. Alonzo et Fils ; nous en ignorons les raisons.

15L’observation de la comptabilité de la banque, partiellement résumée dans nos tableaux annexes I, II et III, nous amène aux remarques suivantes. Il s’agit d’abord d’une agence de modeste surface. La moyenne annuelle des bénéfices nets de l’agence de Jérusalem (qui comprennent le correspondant puis le bureau de Jaffa), entre 1893 et 1913 est de 18 276 F, ce qui représente 26,45 % des résultats de Smyrne, 6,77 % des résultats de Constantinople et 1,67 % de ceux d’Alexandrie (agences d’Égypte). Pour les années de guerre, les bénéfices nets annuels moyens de Jérusalem, en francs constants 1913, atteignent 21 905 F, ce qui montre que les perturbations ont été largement compensées par un effort sur le rendement. Disons encore pour situer Jérusalem que, sur les quinze années 1899-1913, la valeur des dépôts et comptes à vue représente 10,5 % de l’agence de Constantinople, 1,7 % de celle d’Alexandrie et 0,8 % du total des agences étrangères ; pour les avances sur garanties les chiffres respectifs sont 9 %, 2,7 % et 0,9 % ; pour le portefeuille effets, 5,1 %, 1,7 % et 0,24 %. Enfin, le tableau ci-dessous vient confirmer ces quelques pourcentages.

Tableau 1. Quelques chiffres sur les agences du Crédit Lyonnais en Méditerranée orientale au 31 janvier 1914

Tableau 1. Quelques chiffres sur les agences du Crédit Lyonnais en Méditerranée orientale au 31 janvier 1914

Source :CL 31 AH 81

  • 19 CL DAE 4287/2. Alexandrie à DAE, le 11 septembre 1907.

16En revanche, sur le plan du rendement, l’agence de Jérusalem est mieux placée. Les rendements moyens annuels comparés, selon le ratio bénéfices nets sur bénéfices bruts (ou recettes), donnent, pour les huit années comparables (1899-1903 et 1911-1913), 24,6 % pour Jérusalem, alors qu’Alexandrie atteint 46,1 % et Constantinople 39,5 %. Le pourcentage de Jérusalem s’explique par le fait que les frais généraux d’une modeste implantation sont toujours relativement plus élevés, car certains sont incompressibles, et l’ouverture d’un bureau à Jaffa a sensiblement alourdi les frais de Jérusalem : en effet, le rendement de cette agence pour les années 1893-1902 atteint 36,7 %. Pendant les années de guerre, Jérusalem battra tous les records avec un ratio de 64 %. Si l’on calcule le rendement à travers le ratio bénéfices nets sur emplois, Jérusalem avec 1,39 % se situe entre Alexandrie, 1,49 % et Constantinople, 1,36 %. Ces rendements ont d’ailleurs tendance à baisser durant la période précédant la Grande Guerre, pour cause surtout de concurrence internationale ; ils n’ont pas souffert de la crise économique de 1907, qui est passée inaperçue à Jérusalem19.

  • 20 CL 31 AH 2 à 7, Grands bilans généraux définitifs.
  • 21 CL DAE 7272 et 7273. Inspection de M. Wagen, mars-mai 1909 ; inspection de MM. Welti et Chenorkian (...)

17La hiérarchie des principaux postes des ressources et des emplois de l’agence de Jérusalem peut être établie sur la base des moyennes annuelles entre 1899 et 1913, cette agence ne prenant son autonomie complète dans la comptabilité de la banque qu’à partir de 189920. Les trois principaux postes des ressources (passif) sont les dépôts et bons à vue (843 400 F), les bons et comptes à échéance (505 800 F) et les comptes courants créanciers (319 704 F). Les trois principaux postes des emplois (actif) sont les avances sur garanties (697 400 F), le portefeuille effets ou escompte (350 000 F) et les comptes courants débiteurs (321 283 F) ; notons au passage la modicité du portefeuille-titres (11 602 F). Il est peu aisé de donner avec précision la ventilation des recettes, les deux principaux postes étant les bénéfices sur change et les intérêts. Lors de son inspection à Jérusalem et Jaffa, Wagen dresse un bilan de l’agence au 31 mars 1909, qui présente ainsi les recettes : viennent en tête les bénéfices sur changes, 11 754 F, puis les intérêts, 6 733 F, enfin les commissions diverses, 3 662 F Grâce à l’inspection de Welti et Chenorkian21, en juin 1914, on peut se faire une idée de l’apport moyen annuel de Jaffa dans les résultats globaux de l’agence : il s’établit autour de 30 %, avec en tête les bénéfices de change, 12 500 F, puis les intérêts, 13 600 F, enfin les commissions diverses, 2 400 F.

  • 22 Une vingtaine d’œuvres françaises (établissements d’enseignement et hôpitaux) ont ouvert un compte (...)
  • 23 Essentiellement, le consulat général de France et le consulat général impérial de Russie.
  • 24 Il ne peut être question de les énumérer ici. Citons seulement, le banquier-négociant J. Valero & (...)
  • 25 Citons : Th. Cook & Son, le Chemin de fer Jaffa-Jérusalem (en 1903), A. Lolas, « contracteur » de (...)
  • 26 De « riches rentières » comme Anna Friedmann et Margaret A. Palmer, des clients disposant d’une «  (...)

18Ces quelques indicateurs trouvent leur raison d’être dans la qualité et les activités des clients de l’agence : ce sont essentiellement des établissements religieux et des commerçants et négociants, les premiers dominant à Jérusalem, les seconds à Jaffa. Les établissements à caractère religieux22 reçoivent périodiquement des subventions et remises venues de leurs pays respectifs, ainsi que les représentations diplomatiques23 : cela entraîne un important mouvement d’argent et alimente un change très actif. Il arrive souvent, par ailleurs, que ces remises, pour des considérations bureaucratiques ou de transport, connaissent des retards provoquant des découverts sur compte courant, ou des avances appelant des garanties, productifs d’agios et d’intérêts. En ce qui concerne les commerçants, commissionnaires, agents de l’import-export, changeurs24, l’agence prend part à l’escompte de leur papier et traite des affaires de change, notamment en ce qui concerne l’exportation de savon (à destination de l’Égypte), de céréales et de plus en plus d’oranges ; l’agence tient par ailleurs les comptes d’organismes liés aux secteurs de la communication, de l’enseignement, de l’agriculture, ainsi que de quelques administrations25. Elle a aussi, bien entendu, de nombreux clients individuels, parmi lesquels quelques-uns26 disposent d’une solide fortune.

Faut-il ouvrir une succursale à Jaffa ?

19L’initiative ne vient nullement du siège ou de l’agence de Jérusalem, mais du consulat général de France, relayé par le ministre des Affaires étrangères. L’affaire se déroule dans un climat de concurrence qui ira s’exaspérant.

  • 27 Voir les bulletins d’annonce d’ouverture avec les signatures des responsables. CL DEA 6116. Pour u (...)
  • 28 Présidé par Max Schoeler, le conseil d’administration de la Deutsche Palästina-Bank comprend les p (...)
  • 29 CL DAE 6116. Note pour le MAE tirée de la lettre d’Auzépy à Delcassé, le 15 septembre 1900.
  • 30 Ibid.

20Les bons résultats affichés par la Deutsche Palästina-Bank de Jaffa provoquent chez le consul général de France à Jérusalem, un réflexe patriotique, qui va permettre de mesurer l’écart entre la vision du diplomate et celle du banquier sur une même situation. Depuis 1897, fonctionne à Jérusalem une agence de la Deutsche Palästinaund Orient-Gesellschaft ; en 1899, elle passe dans le giron de la Deutsche Palästina-Bank, qui ouvre une nouvelle succursale à Jaffa27, appelée semble-t-il à un brillant avenir. Le consul général de France s’en émeut : après avoir fait remarquer que le capital de la banque allemande à Jérusalem est passé de 61 000 à 465 000 marks, souligné l’importance de son implantation à Jaffa et de sa pénétration jusqu’à Gaza28, Auzépy affirme que, étant entrée en lutte ouverte avec le Crédit lyonnais, « elle a réussi non seulement à lui disputer une partie de sa clientèle purement commerciale, mais encore à détacher de lui diverses communautés religieuses qui ont cédé à l’appât d’offres plus particulièrement avantageuses29 ». Le Crédit lyonnais ne sait décidément pas s’adapter aux besoins de la clientèle orientale, et le consul général frémit à la pensée de voir le capital de l’agence allemande passer, comme le principe en a été récemment décidé, à un million de marks. Selon lui, le moyen le plus efficace pour remédier à cet état de chose « serait sans doute que le Crédit lyonnais... se départît de la rigueur habituelle de ses règlements, accordât à ses représentants plus d’initiative et fondât, lui aussi, une agence à Jaffa30 », port qui prend une importance grandissante.

  • 31 Delcassé à Mazerat, le 15 octobre 1900. En fait, le Crédit lyonnais avait été alerté téléphoniquem (...)
  • 32 Mazerat à Delcassé, le 18 octobre 1900.
  • 33 Très exactement, en 1899, 0,04 %.
  • 34 Comme la note 31.

21On ne s’étonnera pas que Delcassé, ministre des Affaires étrangères, réagisse immédiatement, pour attirer l’attention du président du Lyonnais « sur la situation exposée par M. Auzépy et notamment sur l’intérêt que présenterait, dans son opinion, la création d’une agence du Crédit lyonnais à Jaffa »31. A. Mazerat, président du Lyonnais, visiblement agacé, prend sa plus belle plume pour écarter cette éventualité : « La connaissance que nous avons du peu de ressources du pays nous donne la conviction que cette agence ne trouverait pas un aliment suffisant32. » Il souligne que le correspondant à Jaffa de l’agence de Jérusalem ne traite que d’affaires fort restreintes. Pis encore, l’agence de Jérusalem elle-même ne travaille que dans des proportions très limitées : « Son existence peut servir, dans une certaine mesure, les intérêts français en Orient, mais l’appoint33 qu’elle apporte aux bénéfices du Crédit lyonnais est insignifiant. La pauvreté de la région est un obstacle à une exploitation fructueuse34. » L’affaire est donc entendue, il n’y aura pas d’agence du Crédit lyonnais à Jaffa.

  • 35 CL DAE 6116. Alexandrie à DAE, le 22 novembre 1901.

22Pourtant, l’alerte est donnée et si la décision du président n’a pas été le fruit d’une véritable concertation, les cadres de Jérusalem ont vu là l’occasion de rompre une monotonie qui confine à l’ennui. L’affaire sera relancée, quelques mois plus tard, par la direction de l’agence de Jérusalem, avec l’appui de la tutelle alexandrine. Il s’agit désormais de convaincre le siège central d’installer un « bureau » autonome du Crédit lyonnais à Jaffa, sur la base d’une double argumentation : l’augmentation du mouvement commercial du port de Jaffa, et l’inconvénient que représentent les activités nouvelles du correspondant B. Alonzo et fils. Escoffier insiste particulièrement sur le deuxième point : les clients se lassent de cet intermédiaire car « en même temps que ces messieurs sont nos correspondants et s’occupent de banque et de compagnies de navigation, ils se sont mis également à faire de la culture et de l’exportation ; ils se sont ainsi placés en posture de concurrents vis-à-vis de notre public... D’où le double inconvénient de correspondants apprenant le métier à nos dépens et désaffectionnant notre clientèle35 », sans parler des frais de fréquents transports à Jérusalem. Pour remédier à ces inconvénients, il conviendrait de rendre le bureau de Jaffa indépendant en y installant le directeur récemment nommé, Gérassimo, de l’agence de Jérusalem, qui deviendrait, sous la houlette de Spagnolo, une annexe de Jaffa. Ainsi, les frais nécessités par cette innovation seraient « insignifiants ».

  • 36 Id. DAE à Alexandrie, le 2 décembre 1901.
  • 37 Pour faire plus court nous avons renoncé à donner ces deux tableaux.
  • 38 CL DAE 6116. Jérusalem à Alexandrie, le 29 mars 1902. Lettre transmise à DAE, Paris.
  • 39 Ibid.

23La réponse du siège central n’est pas une fin de non-recevoir, mais un appel à des arguments précis justifiant l’ouverture d’un bureau à Jaffa36. Gérassimo se décide alors à plaider sur pièces, notamment un tableau du mouvement commercial du port de Jaffa et les statistiques des opérations de la banque à Jérusalem et à Jaffa depuis 189737. Le directeur à Jérusalem fait remarquer que pour certaines rubriques « telles que les recouvrements d’effets et des recettes publiques, les achats et ventes de change commercial », les affaires de Jaffa représentent des chiffres « sinon supérieurs, du moins égaux à ceux obtenus par Jérusalem38 ». On pourrait encore faire mieux : il en veut pour preuve les résultats pour 1900 de la Deutsche Palästina-Bank à Jaffa, qui démontrent, en dépit des moyens très modestes dont elle dispose, que mis à part le change des communautés religieuses, « les affaires commerciales proprement dites présentent à Jaffa un mouvement plus important et une rémunération plus grande39 ».

Tableau 2. Les résultats de la Deutsche Palästina-Bank à Jaffa en 1900

Tableau 2. Les résultats de la Deutsche Palästina-Bank à Jaffa en 1900

Source : CL DAE 6116. Jérusalem à Alexandrie, le 29.3.1902

  • 40 Ibid.
  • 41 Ibid.
  • 42 Ibid.

24Gérassimo revient alors sur l’inconvénient que présente, pour le Crédit lyonnais, la qualité de négociants de ses correspondants à Jaffa, B. Alonzo et fils. « Ainsi, les principaux exportateurs d’oranges et de céréales, tels que Houghton, Sorini, Portalis, etc., ont dû nous quitter ou prendre d’autres dispositions pour leurs remises, afin d’éviter l’indiscrétion de leurs concurrents. De même, les compagnies de navigation, comme les Messageries maritimes, le Lloyd autrichien et la Compagnie russe, sont très gênées de cette situation qui les soumet, pour ainsi dire, au contrôle de messieurs Alonzo qui sont agents de Rubbatino et d’autres compagnies40. » Sont évoqués enfin les frais très élevés de transport périodique de numéraire entre Jaffa et Jérusalem. En outre, la concurrence s’exacerbe, les Anglais envisagent de s’installer : « Avant que de nouveaux concurrents viennent occuper la place, ou que la société allemande ne consolide sa situation, il importe que nous prenions des mesures pour maintenir et favoriser la situation privilégiée que nous y possédons déjà41. » La solution proposée diffère cependant de celle avancée par Alexandrie : Gérassimo, montrant plus de souplesse tactique, pense qu’il serait préférable, « pour le début, de maintenir le bureau principal à Jérusalem et d’établir à Jaffa un bureau dépendant de ce dernier et dont la comptabilité serait fusionnée avec celle du bureau principal ». On reporterait ainsi à plus tard la question de savoir quelle importance il y aura lieu de donner à ce bureau. En tout cas, cela ne coûterait pratiquement rien, le budget du bureau de Jaffa, calculé par Gérassimo, étant exactement égal aux frais actuels payés à Jaffa, soit 6 800 F. Cette installation à Jaffa, conclut le directeur de Jérusalem, « nous permettra, tout en surveillant nous-mêmes nos affaires, de leur donner tout le développement que notre situation présente en Palestine favorisera à coup sûr42 ».

  • 43 Id. DAE à Alexandrie, le 19 avril 1902.
  • 44 Ibid.
  • 45 Ibid.

25Ce beau plaidoyer est alors passé au crible de la critique du siège parisien, visée par le directeur des agences étrangères. L’exécution a lieu en cinq points. L’auteur a beau jeu en commençant, de démonter l’argument de l’augmentation du mouvement commercial à Jaffa. L’examen du tableau fourni par Jérusalem montre bien, en effet, que le chiffre des importations est sujet à de grandes variations, sans qu’aucune tendance à la hausse puisse en être dégagée ; quant aux exportations, « il n’est pas possible de dire qu’elles progressent, elles semblent, au contraire, se ralentir43 », le chiffre de 1900 étant de 30 % inférieur à celui de 1891. Le siège central reconnaît que les chiffres de la Deutsche Palästina-Bank « semblent plus probants ». On y constate, en effet, que la banque à Jaffa, avec un portefeuille représentant seulement les deux tiers et des avances représentant à peine les trois cinquièmes des chiffres de Jérusalem, a cependant produit des bénéfices nets sensiblement égaux. « On pourrait donc admettre – sans rechercher si cette circonstance est le résultat de l’absence actuelle de concurrence à Jaffa ou, peut-être plutôt, la conséquence du plus grand risque encouru – que les affaires soient mieux rémunérées à Jaffa qu’à Jérusalem. Mais il paraît toutefois bien risqué d’en déduire que l’activité des affaires est plus grande sur cette place que sur l’autre. Le contraire semble mieux fondé44 ». La direction des agences étrangères souligne la contradiction de l’argument liée aux difficultés que représenterait la situation des correspondants Alonzo et fils. Les chiffres fournis montrent en effet que, sur cinq ans, les affaires du Crédit lyonnais chez Alonzo ont été multipliées par cinq. « C’est là un de ces arguments plutôt équivoques car, s’il s’applique selon le vœu de Jérusalem, il ne corrobore guère, d’autre part, les reproches qu’elle fait à nos correspondants de s’occuper d’affaires personnelles, et d’éloigner ainsi la clientèle45 ».

  • 46 Ibid.
  • 47 Ibid.
  • 48 Poussant le pessimisme à l’extrême, une « Note » de la DAE du 21 avril 1902 précise : « Avant tout (...)

26Enfin, le rédacteur en vient aux chiffres. En ce qui concerne les frais concernant les voyages « continuels » entre les deux places, le rapport les ramène à une somme ne dépassant pas les 1 000 F, étant entendu que la réforme demandée ne supprimerait pas ces voyages complètement. Quant aux recouvrements d’effets, aux versements des administrations publiques et aux achats et ventes de change – cette dernière rubrique étant particulièrement faible à Jaffa – les commissions n’atteignent pas 4 000 F, « tandis que, en prenant telles quelles les prévisions de l’agence, et sans parler des frais d’installation, une caisse à Jaffa nous coûterait 6 800 francs par an46 ». Il s’ensuit que les chiffres et statistiques fournis par Jérusalem ne justifient pas les modifications radicales proposées par Alexandrie, ni même la réforme atténuée préconisée par Jérusalem. « Je dirais donc à l’agence d’Alexandrie que la note de la sous-agence de Jérusalem, qu’elle nous a transmise sans commentaires, ne nous a pas démontré l’utilité de modifier le statu quo. » Enfin, In cauda venenum ! Le manuscrit du rapport comporte le post-scriptum suivant : « Jérusalem est un tombeau où l’on meurt d’ennui. Jaffa est moins triste et la vie doit y être plus facile. Mieux que toutes les statistiques, cela expliquerait le transfert demandé. Mais alors qu’on pose nettement la question sur ce terrain, elle aura peut-être plus de chance d’être résolu dans le sens désiré que si l’on persiste à vouloir prouver l’improuvable47 ». En tout cas, pour l’instant, c’est non48.

  • 49 CL DAE 6116. Alexandrie à DAE, le 3 octobre 1902.
  • 50 Gerassimo avait été prévenu que B. Alonzo cherchait à vendre une propriété et en avait hypothéqué (...)
  • 51 Comme la note 49.

27En sommeil pendant quelques mois, la question d’un bureau à Jaffa prend un tour nouveau avec la maladie du chef de la maison Alonzo. B. Alonzo étant tombé gravement malade le 17 septembre 1902, la sous-agence de Jérusalem entrevoit immédiatement le danger auquel la mort de ce dernier l’exposerait : les scellés seraient alors mis indistinctement sur l’encaisse du Crédit lyonnais et celle des Alonzo, puisqu’elles sont fusionnées, et des contestations pourraient surgir. Pour pallier ces difficultés, le directeur de Jérusalem, Gérassimo et son caissier Kachadour, se sont installés à Jaffa afin, écrit Escoffier, le 3 octobre, au directeur des agences étrangères, « de surveiller directement les affaires faites pour notre compte par MM. Alonzo et fils et conserver séparément notre encaisse et notre portefeuille49 ». Gérassimo, pour ne pas porter préjudice à B. Alonzo et fils, a bien spécifié à la clientèle de Jaffa que c’est uniquement en raison de la maladie du père que cette décision a été prise. La mort du chef de maison ne créerait du reste désormais aucune difficulté, mais la situation présente ne peut être que provisoire : si le malade revenait à la santé, l’excuse donnée ne serait plus valable, et le retour à l’ancienne organisation « serait imprudent, aujourd’hui que nous connaissons l’immobilisation50 de cette maison ». Il faut donc en revenir aux demandes antérieures d’Alexandrie et de Jérusalem : « Les raisons sur lesquelles nous nous fondions demeurent entières, fortifiées encore par les incidents que nous vous exposons51. »

  • 52 CL DAE 6116. DAE à Alexandrie, le 10 octobre 1902.
  • 53 Ibid.
  • 54 Id. Alexandrie à DAE, le 17 octobre 1902.
  • 55 Id. DAE à Alexandrie, le 24 octobre 1902.

28Cette fois, Paris réagit promptement et positivement : « L’élément nouveau, en ce qui concerne l’ouverture à Jaffa, est que nous n’avons plus de sécurité avec Alonzo52. » La direction des agences étrangères se déclare donc d’accord pour « ouvrir un petit bureau à Jaffa53 », à condition qu’il soit bien surveillé, les bénéfices à en attendre étant insignifiants. Une manche est donc gagnée pour Jérusalem-Alexandrie : reste désormais la question de savoir quelle structure organisationnelle sera choisie pour l’implantation à Jaffa. Dès la disparition du chef de la maison Alonzo, Gérassimo est rentré à Jérusalem, après avoir installé à Jaffa son adjoint, Spagnolo, assisté d’un employé subalterne recruté sur place. Le directeur d’Alexandrie rappelle alors sa position qui consiste à installer l’agence à Jaffa, sous la direction de Gérassimo, et à faire de Jérusalem une annexe sous Spagnolo. Reconnaissant cependant que la situation n’est pas « mûre » pour une telle solution, il indique que « deux combinaisons provisoires54 » sont possibles : soit on laisse à Jaffa Spagnolo faire simplement les opérations dont Alonzo était chargé, sans pouvoir émettre de chèques, soit Gérassimo revient pour quelque temps à Jaffa, pour prendre la température, avec la possibilité d’émettre des chèques. Paris a alors beau jeu d’en revenir à la position émise naguère par Jérusalem, y maintenir le bureau principal. « Nous sommes d’avis que Jaffa ne doit être que sous-agence de Jérusalem n’ayant pas droit d’émettre des chèques et n’ayant pas droit d’acheter du papier sans autorisation de Jérusalem55. » Il n’y a donc pas lieu, dans ces conditions, de modifier les pouvoirs de Gérassimo.

  • 56 Le voyage doit s’effectuer en trois étapes, avec désinfection à chaque étape et quarantaine de dix (...)
  • 57 CL DAE 6116. Alexandrie à DAE, les 22.10 et 1.11. 1902.
  • 58 Ibid.

29C’est dans cette position d’attente qu’éclate, le 29 octobre 1902, la nouvelle de l’irruption du choléra en Palestine. Trois semaines plus tôt, l’épidémie s’était déclarée à Jaffa, Gaza et Tibériade. Jérusalem se trouvant indemne, les autorités ottomanes ont mis Jaffa en quarantaine et interrompu, le 18 octobre, le service du chemin de fer, rendant les relations des personnes et des marchandises entre les deux villes fort acrobatiques56. Grâce aux autorités consulaires, la banque a pu transporter son numéraire d’une ville à l’autre, mais l’interruption des communications télégraphiques avec l’Égypte a contraint Jérusalem « à réclamer des napoléons à Constantinople », importation absolument désavantageuse en raison « de la forte prime de l’or sur cette dernière place57 », sans parler des complications du transbordement de Jaffa à Jérusalem. Gérassimo tire parti de cette crise imprévue pour revenir sur sa position initiale, et demande, en accord avec Alexandrie, à installer l’agence principale à Jaffa : « En effet, à Jaffa, au cas d’épidémie pareille ou d’autres événements susceptibles de désorganiser la région, elle serait mieux placée pour recevoir ou expédier son or, et cette importation lui serait beaucoup simplifiée et moins onéreuse58. »

  • 59 Id. Note du 10 novembre 1902.
  • 60 Id. Alexandrie à DAE, le 20 mars 1903.

30Avec sagesse, la direction des agences étrangères note qu’il ne convient pas de se fonder sur une situation exceptionnelle pour prendre hâtivement une décision « que des considérations normales, permanentes et longuement réfléchies, nous ont déterminés déjà à repousser59 ». On convient donc d’attendre le retour à une situation sanitaire normale pour prendre une décision définitive. Ce sera chose faite en mars 1903. Le directeur d’Alexandrie se rallie à la position préférée de Paris : « Maintenir le siège de la sous-agence à Jérusalem avec, à Jaffa, le bureau tel qu’il fonctionne aujourd’hui, c’est-à-dire à l’aide de M. Spagnolo assisté d’un autre employé60. » Nous n’avons pas trouvé la réponse de la DAE, mais elle ne fait pas de doute, le commentaire marginal manuscrit indiquant tout simplement « Bien ».

  • 61 CL DAE 7272. Rapport d’inspection de Defforges, le 28 juillet 1906.
  • 62 Id. Rapport d’inspection de Welti et Chenorkian, le 17 juin 1914.

31En juin 1906, l’inspecteur Defforges se contente de souligner la simplicité de l’installation de Jaffa, faisant un sort uniquement au coffre-fort « encastré dans le mur et entouré de briques réfractaires61 ». En juin 1914, Welti et Chenorkian sont plus descriptifs : « Le bureau de Jaffa est très bien installé ; le local répond admirablement à ses besoins. Il est clair, bien divisé et très proprement tenu. Son aération nous a paru suffisante62. » En 1906, le personnel est celui mis en place en 1902-1903 : J. Spagnolo, fondé de pouvoirs, fait fonction de gérant ; Kittaneh est caissier avec la signature ; Masbar, comptable, tient les différents registres ; Nicolas Guirovitch, cawas armé, est chargé de la garde du bureau et des encaissements. En 1914, Kittaneh assure l’intérim du gérant, un fils Alonzo ; Masbar est devenu caissier et deux autres employés s’occupent de la tenue des comptes ; le bureau est gardé par l’Algérien Ahmed ben Saïd. Toutes les inspections louent la bonne marche du bureau de Jaffa, de ce fait sans histoire.

Faut-il laisser la place à la Banque impériale ottomane ?

  • 63 AN F30 361, Jérusalem à MAE, le 18 septembre 1904. Voir l’étude documentée de Gross, Nachum T., «  (...)
  • 64 Autheman, André, La Banque impériale ottomane, Paris, Comité pour l’histoire économique et financi (...)

32Les premières années du xxe siècle sont des années de croissance économique, et l’Empire ottoman, dans son ensemble, ne fait pas exception : le développement des affaires, surtout dans les ports, entraîne un regain d’activités pour les banques, mais aussi une concurrence accrue. Ainsi, au moment où il donne un statut définitif à son bureau de Jaffa, le Crédit lyonnais doit faire face à la concurrence de l’Anglo Palestine Bank qui s’installe au début de 1904 à Jérusalem63, et va être amenée à traiter la plupart des affaires des colonies juives. La Banque impériale ottomane (BIO), qui doit du reste suivre son cahier des charges relatif à l’ouverture d’agences dans l’Empire, ne peut naturellement pas demeurer en reste. C’est ainsi qu’elle va ouvrir en 1904, pas moins de six agences64, dont celle de Jérusalem.

  • 65 Les contraintes éditoriales nous conduisent à ramener cet épisode à sa plus simple expression.
  • 66 CL DEA 6116, Télégr. Escoffier à Roselli, le 2 octobre 1904 et président du CL à Escoffier, le 4 n (...)
  • 67 Id. Rosselli à Escoffier, le 11 novembre 1904.
  • 68 CL DAE 6116. Prospectus et signature autorisés, décembre 1904. Le prospectus est signé par Jules D (...)

33La décision d’ouvrir une agence à Jérusalem prise par la BIO en juin 1904 ne surprend pas le Crédit lyonnais, mais plonge le ministère français des Affaires étrangères dans l’embarras65. Sur les recommandations d’Escoffier, le directeur des agences étrangères du Crédit lyonnais, Rosselli, propose de céder la place pour 4 000 £ (100 000 F66). Le Quai d’Orsay, qui entretient avec la BIO des relations privilégiées, se contente d’exprimer son « étonnement67 », et le directeur de la BIO à Londres, Barry, juge trop élevé le prix à payer au Crédit lyonnais. En décembre 1904 est ouverte la succursale de la BIO à Jérusalem, dirigée par Italo Roselli68 : il y a désormais dans cette ville deux banques françaises. Quelques mois plus tard, la BIO ouvre une succursale à Jaffa, qui deviendra l’agence principale, et Jérusalem un bureau annexe.

  • 69 CL DAE 5666. Alexandrie à DAE, les 27 août et 29 septembre 1913.

34Les relations entre l’Ottomane et le Lyonnais en Palestine n’ayant pratiquement laissé aucune trace dans les archives, il y a tout lieu de penser qu’elles furent plutôt courtoises, allant parfois jusqu’à un partage des tâches. Le Crédit lyonnais n’eut à déplorer la perte que d’un important client, la Régie des Tabacs, encore était-ce là inévitable, cette Régie étant un monopole d’État lié à l’administration de la Dette publique ottomane, deux organismes où la présence de la BIO est éminente. Dans les affaires courantes, la coopération entre les deux banques va parfois jusqu’au partage des bénéfices, ainsi que le montre le tirage, en août 1913, par l’ex-sultan du Maroc Moulay Hafid, sur sa banque de Tanger, d’une somme de 250 000 francs, dont le traitement sera réparti par moitié pour chaque banque69.

  • 70 CL DAE 5677. DAE à Alexandrie, le 2 janvier 1914.

35Aussi est-on un peu surpris de la lettre adressée par la direction de Jérusalem, en janvier 1914, à la direction d’Alexandrie, et qui tranche par un ton particulièrement vigoureux. La cible principale en est le directeur de la BIO à Jaffa, Christodoulidès et, accessoirement, le gérant de Jérusalem, Frigère. Gérassimo et ses collaborateurs se plaignent de ce que la concurrence « revêt un caractère d’hostilité systématique à notre endroit... qui porte préjudice à l’intérêt même de nos deux établissements ». Insistant à juste titre sur le fait que, la BIO étant constamment exportatrice de numéraire vers Constantinople, et le Crédit lyonnais toujours importateur, l’avantage d’affaires mutuelles est évident, ils déplorent que « l’intransigeance de la BIO [les] ait amené à ne faire aucune opération de change avec cette banque ». Du reste Frigère a mangé le morceau en précisant qu’il s’informe toujours des conditions du Crédit lyonnais, pour proposer à son client une transaction plus avantageuse. Du reste « une des conditions de bonnes relations avec l’Ottomane, surtout pour les crédits à consentir, est l’assurance que le client ne fera aucune opération avec le Crédit lyonnais70 ».

  • 71 Levantin grec né à Constantinople en 1872, Triandafillidès entre au service de la BIO, comme compt (...)
  • 72 Comme note 85. S. Christodoulos Christodoulidès a un dossier vide aux archives de la BIO à Istanbu (...)

36Les gens de la BIO ne reculent pas devant le débauchage systématique, voire l’espionnage financier. « Depuis fin 1905, sept de nos employés sont passés au service de la concurrence, non pas à la suite de circonstances fortuites, mais sollicités, talonnés par la direction de cette banque. » C’est ainsi qu’en deux mois, le personnel subalterne de Jaffa a disparu. Une fois au travail à l’agence de la BIO, l’employé « est l’objet de pressions afin de révéler celles de nos opérations dont il a pu avoir connaissance ou d’amener tel client du Crédit lyonnais auprès duquel on lui sait du crédit ». Ces procédés s’accentuent, mais ils ne sont pas nouveaux : « Cet esprit d’animosité, développé au plus haut point par M. Christodoulidès, semble être une tradition dans les agences de Palestine... Notre directeur nous avait entretenu, en son temps, de l’attitude de M. Rossi, le premier directeur de la BIO à Jérusalem » ; sans oublier que divers directeurs de la BIO, comme Lambert et Triandafillidès71 ont été déplacés en raison de leur animosité à l’égard de la concurrence. Les rédacteurs de la lettre se déclarent prêts à améliorer leurs relations avec l’Ottomane, « mais la personnalité de M. Christodoulidès nous présente un obstacle que nous serions heureux de voir disparaître, pour le bien de nos deux établissements72 ».

  • 73 CL DAE 5677. DAE à Alexandrie, le 6 février 1914.

37La direction de Jérusalem se dit bien entendu incapable de produire aucune attestation matérielle à l’appui de sa plainte, mais demande de se référer aux bonnes relations qu’elle entretient avec la Deutsche Palästina Bank et l’Anglo Palestine Bank, ainsi qu’en témoignent les affaires traitées avec ces deux maisons : « Il est alors difficile de n’être pas frappé de l’abstention hostile de l’Ottomane ». Sans doute y a-t-il à prendre et à laisser dans cet implacable réquisitoire, mais il témoigne incontestablement de l’exacerbation de la concurrence, dans une conjoncture ottomane qui vient contrecarrer un mouvement plutôt favorable des affaires. Comme cela avait été suggéré, les deux directions parisiennes se sont rencontrées à ce sujet. « Nous avons vu ici la Banque ottomane, écrit le siège central, qui autant que nous désire que nos représentants entretiennent partout les relations les plus courtoises ». Renseignements pris, le directeur de l’Ottomane à Jaffa ne serait pas le monstre froid présenté par la plainte, ce qui inclinerait à penser qu’il y a peut-être « quelque exagération » dans les griefs de l’agence de Jérusalem. Une démarche sera donc faite, dans le meilleur esprit, à Constantinople, mais la direction parisienne suggère à Alexandrie, « de recommander à la sous-agence de Jérusalem d’éviter, dans la mesure du possible, toute cause de froissement73 ». On ne saurait mieux dire.

Le Patriarcat grec : client choyé et redouté

38Le Patriarcat grec est de loin le plus gros client de l’agence ; c’est aussi celui qui a les plus gros et les plus tenaces découverts. Or, le directeur des agences étrangères a constamment les yeux fixés sur les comptes débiteurs et mène une traque en règle contre le moindre client à risque. Dans notre exemple va s’établir, à partir de 1896 et jusqu’en 1914 un dialogue répétitif entre Paris avec ses incessants rappels à l’ordre, et Jérusalem avec ses explications apaisantes, dans le souci, au fond partagé par Paris, de conserver ce considérable client.

  • 74 CL DAE 5197. Alexandrie à DAE, le 29 septembre 1905.

39Jérusalem a sans doute raison de répéter que le Patriarcat n’est pas un client comme un autre. Cette institution, écrit un peu maladroitement Gérassimo, jouit « de privilèges et d’immunités, en vertu de chartes impériales, qui en font, pour ainsi dire, un État dans l’État souverain du pays74 ». Il est vrai que le Patriarcat grec ne peut être assimilé à une congrégation ou à un ordre religieux. Il est considéré par « son influence prépondérante et par les ressources dont il dispose » comme le plus important des quatre sièges officiels de l’Église grecque, avant Constantinople, Alexandrie et Antioche. Le directeur à Jérusalem joint à sa lettre de septembre 1905, la traduction du Firman concernant le Patriarche alors en place, Mgr Damianos, qui donne le détail des privilèges et immunités accordés à ce prélat et qui « constitue un tel ensemble de droits civils et religieux qu’on peut dire, qu’en dehors de la politique, le Patriarche gouverne, juge et administre dans son diocèse comme toute autorité souveraine indépendante ». On est cependant étonné que le terme de Millet (« nation ») ne vienne pas sous la plume du rédacteur.

  • 75 Voir réf. note 89.

40Enfin et surtout, à l’honorabilité le Patriarche joint la solvabilité. Celle-ci est telle « que nos transactions avec lui sont entourées de toutes les garanties voulues75 ». En effet, le Patriarcat possède de nombreuses propriétés foncières et immobilières dans plusieurs pays ; son plus important domaine est celui de Bessarabie et de Caucasie (30 millions de francs), suivi par celui de Palestine (25 millions), de Grèce, Crète et Chypre (15 millions), de Turquie (2 millions) et d’Autriche (2 millions) : au total un patrimoine de 74 millions de francs. Ajoutons que le Patriarcat fait fonction de banquier : grâce à un taux alléchant de 6 %, il a obtenu des dépôts de fidèles qui ont atteint 3 millions de francs, employés « à défaut d’autres placements en Orient, en nouvelles acquisitions foncières ou en construction d’immeubles ». Sous la sage gestion de G. Akiada, conseiller financier du Couvent, le taux d’intérêt vient d’être ramené à 5 %. Le budget du Patriarcat, donné dans le tableau 3, montre que le mouvement annuel des fonds tourne, en 1905, autour de 1,4 million de francs.

41C’est qu’en effet, le Patriarcat grec est, de loin, le plus gros client de l’agence. Le tableau des bénéfices réalisés sur ce compte entre 1892 et 1904 (annexe IV), montre qu’à partir de 1897-1898, ils oscillent entre 25 et 40 % de la totalité des bénéfices de l’agence, avec une pointe à 43 % en 1901. Une estimation sur la période 1893-1913, montre que le Patriarcat grec pèse de plus d’un tiers dans les activités de l’agence. Il mérite donc d’être soigneusement conservé, fût-ce au prix de quelques facilités. Et pourtant, ce compte souffre de découverts chroniques, dus au fonctionnement même de l’administration patriarcale et à l’origine extérieure de la majorité de ses revenus. Le calendrier des remises, entre 1898 et 1905, montre d’importantes variations, qui doivent être compensées, pour une gestion sans à-coups, par des avances de la banque. Et c’est là que le bât blesse.

  • 76 CL DAE 6116. Escoffier à DAE, le 27 février 1892.

42Il est intéressant de noter que ce problème avait été abordé par Escoffier dès l’enquête préliminaire à l’ouverture de l’agence. Celui-ci écrivait, en effet : « Quelquefois, les établissements religieux qui construisent ont des retards dans la réception de leurs fonds d’Europe, et s’adressent aux banquiers pour des avances temporaires. Il est certain qu’ils s’adresseront à nous, étant français, et nous ne pourrons pas faire moins que de leur accorder ces avances, avec intérêts, bien entendu... mais il faudrait que la direction des agences étrangères nous laissât une certaine latitude, car autrement il y aura trop de perte de temps, et la réponse arrivera souvent quand l’établissement n’aura plus besoin de notre aide76 ». Cette question va engendrer, notamment en ce qui concerne le Patriarcat grec, une considérable correspondance.

Tableau 3. Le budget du Patriarcat grec de Jérusalem pour l’exercice 1905-1906

Tableau 3. Le budget du Patriarcat grec de Jérusalem pour l’exercice 1905-1906

Source : CL DAE 5197. « Note » de l’Agence de Jérusalem, Alexandrie à DAE, le 29 septembre 1905.

  • 77 CL DAE 5197. Gérassimo à Escoffier, le 9 novembre 1896.

43La première alerte sérieuse date de septembre 1896, lorsque Paris note un découvert du compte du Patriarcat de 124 400 F, qui atteindra quelques semaines plus tard 213 110 F. Pour un compte dont le mouvement annuel total tourne alors autour de 900 000 F, ce découvert n’est pas mince. Les explications données par Jérusalem, en novembre, constituent en quelque sorte l’archétype de toutes les correspondances similaires ultérieures. Le Patriarcat est un client à ménager : « Nous ne pouvons point refuser ces avances à un client dont tout le mouvement, espèces, remises, tirages, monnaies, roubles, est centralisé chez nous. Si nous refusons un moment de payer ses chèques, nous perdrons ce client77 » qui ira s’adresser ailleurs. Le Patriarcat comprend que nous lui faisons une faveur, mais il n’en abuse point. Le directeur de l’agence reconnaît que quelques Bons de la Banque nationale de Grèce ne constituent pas une garantie suffisante, mais il souligne que le retard des remises qui viennent de Russie est dû à des circonstances exceptionnelles : « Les fêtes du couronnement, le voyage du Czar, la mort du prince Lobanoff, les vacances d’été, ont contribué à retarder ces envois. » Mais il n’y a pas lieu de s’inquiéter, car l’arrivée des remises est imminente.

  • 78 DAE à Alexandrie, le 29 janvier 1897.
  • 79 Célérier (DAE) à Escoffier, les 21 janvier et 29 janvier 1897.
  • 80 Note de Célérier du 23 février 1897.
  • 81 Larédo à Escoffier, le 29 janvier 1897.
  • 82 Qu’il ne faut pas confondre avec le directeur de l’agence, Gérassimo.
  • 83 Rapport de Larédo du 12 février 1897.
  • 84 Jérusalem à Alexandrie, le 18 janvier 1897.
  • 85 Ces titres sont essentiellement de la Rente perpétuelle russe 4 % ; s’y ajoutent quelques obligati (...)

44Malheureusement, en janvier 1897, rien n’est venu. Le directeur des agences étrangères, Célérier, se dit « très inquiet », et bombarde Alexandrie de dépêches : il ne comprend pas pourquoi ce découvert est apparu en 189678, il se demande si ce découvert « ne serait point parfois fictif, ou en tout cas beaucoup moindre que le chiffre annoncé79 », et il prie Alexandrie de dépêcher à Jérusalem un « homme de confiance ». Il réclame enfin, avec insistance, le dépôt de garanties suffisantes80. Envoyé à Jérusalem, Larédo câble à Alexandrie : « Compte parfaitement en règle81 » et précise dans son rapport qu’au moment de l’avènement, en 1891, de Mgr Gérassimos82, le découvert du Patriarcat était le double de ce qu’il est aujourd’hui83, sans préciser qu’il ne s’agissait point alors du Crédit lyonnais. Quant à l’obtention de garanties, l’agence de Jérusalem va s’attaquer à la question ; encore fallut-il expliquer à Sa Béatitude, avec tous les ménagements appelés par sa santé chancelante, ce que signifie un nantissement. S’imaginant que l’agence allait procéder à la réalisation immédiate de son dépôt de titres, Mgr Gérassimos était quelque peu effrayé. « Nous avons fait comprendre à S. B. que le dépôt restait tel quel à la Banque Nationale de Grèce et que, jusqu’à complet remboursement de nos avances, nous restions propriétaires de ces sommes, quitte après à lever l’opposition et à signifier à la banque la libre disposition de ce dépôt par le Patriarche84. » On n’en est pas là, mais le 19 juin 1897, la garantie en titres85 du compte du Patriarcat est de 202 370 F pour un débit de 154 180 F, soit une marge jugée acceptable de 23 %. Aussi Paris ne verra pas d’inconvénient à autoriser une avance de 10 000 F pour le couronnement du nouveau Patriarche élu le 29 juillet 1897, Mgr Damianos.

  • 86 Alexandrie à DAE, le 2 juillet 1901.
  • 87 DAE à Alexandrie, le 9 juillet 1901.

45Après quelques rappels à l’ordre, pour des découverts modestes, les années 1901-1902 sont de nouveau plus rugueuses. En juin 1901, plusieurs membres du Synode, désireux d’éviter toute difficulté de la part de l’agence, viennent trouver son gérant intérimaire, Charruy, pour lui demander de leur fixer le chiffre maximum des prélèvements que la communauté pourrait éventuellement effectuer à découvert, c’est-à-dire en plus de la valeur de son nantissement. Charruy en réfère à Alexandrie, qui suggère à Paris que « pour toutes les raisons précédemment exposées dans de nombreuses notes échangées à ce sujet, un chiffre de 100 000 francs [lui] paraîtrait raisonnable86 ». La réponse de Paris reste dans la meilleure tradition. D’abord, le mécontentement : « La façon dont marche ce compte depuis des années prouve qu’il y a un grand désordre dans l’administration financière du Patriarcat et qu’elle pourra un jour se trouver dans de telles difficultés qu’elle n’en pourra plus sortir. » Il ne peut donc être question de l’autoriser, « en principe » à se mettre de 100 000 F à découvert, ce qui rendrait « cette administration encore plus négligente ». Ensuite l’indulgence : toutefois, s’il s’agit de 100 000 F « pour un temps très court et pour une cause bien déterminée et facile à comprendre, j’accepterais87 ». La cause est donc gagnée.

  • 88 DAE à Alexandrie, le 6 février 1902.
  • 89 DAE à Alexandrie, le 29 octobre 1902.

46Mais Paris surveille le compte de près. En février 1902, le directeur des agences étrangères fait remarquer que ce qui constitue, pour Jérusalem, un atout (les privilèges dont jouit le Patriarcat) est considéré par le siège central comme un handicap « car, en cas de besoin, il serait probablement impossible d’obtenir ou d’essayer d’obtenir un jugement contre ce débiteur88 ». On voit mal également à Paris, en quoi le fait de posséder des propriétés en Bessarabie constitue une garantie. Comme le crédit en blanc autorisé tend à prendre un caractère de permanence, il faut obtenir du Patriarcat une augmentation de son nantissement : « Nous espérons qu’en y mettant le tact voulu, votre sous-agence parviendra à ce but, le Patriarcat devant comprendre qu’en lui faisant une avance sans marge, nous lui faisons une réelle concession et le traitons en client privilégié. » L’agence de Jérusalem réussira à mener à bien sa mission, et la direction des agences étrangères exprime sa satisfaction en octobre 190289, mais il n’est plus question pour Paris d’accorder désormais un quelconque découvert au Patriarcat grec.

  • 90 Jérusalem à Alexandrie, le 7 avril 1905.
  • 91 Alexandrie à DAE, le 12 avril1905.
  • 92 DAE à Alexandrie, le 22 avril 1905.
  • 93 Note d’Escoffier du 9 avril 1905.

47Situation en vérité peu tenable, alors que la BIO s’installe à Jérusalem. L’argument ne manque pas d’être utilisé par l’agence, en avril 1905, pour répondre à une demande provisoire de découvert de 150 000 F du Patriarcat, d’autant que la situation de son compte est bonne90. Alexandrie surenchérit : « Il est certain que le Patriarcat pourrait trouver auprès de la BIO toutes les facilités désirables... et la clôture de ce compte serait forcément suivie, dans un délai plus ou moins long, de la fermeture de l’agence91. » À Paris, on a compris le signal, et après avoir rappelé les bons principes, le directeur des agences étrangères se déclare d’accord pour une avance de 150 000 F, et ajoute même qu’il est prêt à étudier « toute demande régulière de crédit92 ». Ceci répond à un souci d’Alexandrie, exprimé d’une façon manuscrite, sans doute par Escoffier, sur la lettre même de Jérusalem : « Le Patriarcat semble continuer à améliorer la situation de sa trésorerie. Si tel est le cas, son compte débiteur devrait prendre fin... et il y aurait lieu de prévoir que cet emploi manquera en tout cas à notre agence de Jérusalem93. » Revers de la médaille, mais on peut toutefois faire confiance au Patriarcat pour éviter ce fâcheux aboutissement.

  • 94 Rosselli à Escoffier, le 1er mars 1906.
  • 95 DAE à Escoffier, le 21 novembre 1908.

48Il y aura encore quelques crises ponctuelles. Ainsi, en mars 1906, pour une avance de moins de 100 000 F, Rosselli pique une colère : « Nous ne pouvons plus avoir la moindre confiance dans ce que dit notre sous-agence... nous voulons le remboursement de notre argent... et nous ne ferons plus aucune avance à découvert94. » Après les contorsions d’usage, l’avance sera accordée95, mais la suspicion reste tenace. En réalité, il existe entre les trois intéressés à Paris, Alexandrie et Jérusalem, une certaine complicité imposée par la situation : le Crédit lyonnais ne manque pas de disponibilités, et le Patriarcat n’a jamais chipoté pour payer les services rendus. Cela vaut bien, conjointement avec la haute proclamation des principes transmis depuis les fondateurs de la banque, quelques facilités.

  • 96 CL DAE 3799. DAE à Escoffier, le 23 février 1906.

49Bien entendu, le compte du Patriarcat grec n’est pas le seul à susciter la vigilance de Paris. Indiquons simplement que les comptes débiteurs le plus souvent évoqués par la correspondance du siège central sont les suivants : le consulat général de Russie, Mgr Blyth, évêque anglican de Jérusalem, qui dispose de cinq comptes pour différentes œuvres et que Paris ne réussira pas à faire regrouper ; la Jewish Colonisation Association ; le couvent de Saint-Étienne ; sans parler d’un grand nombre de comptes particuliers, dont celui de... Gérassimo. Pour finir sur une touche pittoresque, j’évoquerai le cas du premier secrétaire du consulat général de Russie, G. Zeugew, dont le compte personnel, en février 1906, est débiteur de 4 300 F. La réponse de Rosselli est cinglante : « Nous sommes d’avis qu’on ne devrait pas accorder de découvert à des fonctionnaires96. » En 1998, la remarque concernant un fonctionnaire russe pourrait peut-être se comprendre, mais en 1906 cela paraît moins plausible.

Conclusion

  • 97 CL DAE 8086. Les particuliers sont sans doute restés plus fidèles car, à la fermeture, le nombre d (...)
  • 98 CL DAE 8086. Note du 12 mai 1927.
  • 99 Gérassimo part en retraite le 1er janvier 1927, autorisé à prendre le titre de directeur honoraire

50La conclusion sera tout simplement chronologique. La guerre mondiale ne mettra pas immédiatement en jeu l’existence de l’agence de Jérusalem. Malgré la fermeture, pour des raisons de sécurité, du bureau de Jaffa en 1917, et l’effet désastreux de la révolution bolchevique sur les revenus du Patriarcat, le mouvement provoqué par l’arrivée des troupes alliées et un phénomène inévitable de rattrapage, font que les années 1918 et 1919 sont les meilleures de toute l’existence de l’agence. Mais la dégradation va être rapide à la suite de l’installation du mandat britannique et du développement du sionisme, conséquence de la déclaration Balfour. Les meilleurs clients97 d’avant guerre ont quitté le Crédit lyonnais ou ont disparu. Il n’y a plus guère à compter sur le Patriarcat, dont les intérêts restants seront pris en charge par une commission internationale ; la Société impériale russe orthodoxe de Palestine et les missions russes ont disparu ; le chemin de fer Jaffa-Jérusalem a été racheté par le gouvernement de la Palestine ; la solide clientèle israélite (la Jewish Colonisation Association, l’Alliance israélite universelle, le Carmel oriental et divers particuliers) est passée avec armes et bagages à la sioniste Anglo Palestine Bank ; les comptes des missions anglaises et américaines, comme la Church Missionnary Society, qui était au Crédit lyonnais, ont été attirés par la Barclay’s Bank qui héritera finalement du Patriarcat grec ; enfin le Banco di Roma dispute à l’agence les comptes des missions catholiques composées surtout de prêtres et de moines italiens ; les missions françaises sont peu nombreuses, elles reçoivent moins de fonds qu’avant-guerre et la concurrence les sollicite aussi98. On comprend aisément qu’à partir de 1921, comme le montre notre courbe (annexe V), les pertes iront croissantes et que la fermeture (définitive ?) devienne inévitable en 192799.

Notes

1 Pour éviter tout anachronisme, précisons que la Palestine, à l’époque de notre étude, est plus alors un concept historico-culturel qu’une unité géographique, économique et administrative. Vital Cuinet (Syrie, Liban et Palestine, Paris, E. Leroux, 1896, Avant-propos, p. III) réduit la Palestine au mutessariflik de Jérusalem. Dans les rapports diplomatiques et consulaires français, la Palestine recouvre un secteur géographique plus vaste, qui ne correspond, ni à une subdivision administrative ottomane, ni à une circonscription diplomatique française. Nous entendons par Palestine la région comprenant le mutessariflik de Jérusalem et les sandjaks de Akka (St Jean d’Acre) et de Balga (Naplouse), couverte par le consulat général de Jérusalem et le vice-consulat de Haïfa, rattaché au consulat général de Beyrouth. Voir Thobie, J., « Relations internationales et zones d’influence : les intérêts français en Palestine à la veille de la Première Guerre mondiale », dans L’historien et les relations internationales, en hommage à Jacques Freymond, Genève, 1981, pp. 427-446.

2 Sur le Crédit lyonnais en Égypte et l’agence d’Alexandrie, on regardera notamment Bouvier, Jean, Le Crédit lyonnais de 1863 à 1882, Paris, EPHE, SEVPEN, 1961, tome II, pp. 657-682, et Saul, Samir, La France et l’Égypte de 1882 à 1914, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière, 1997, pp. 174-184.

3 Lorsqu’au milieu des années 1960, le Crédit lyonnais, pionnier en la matière, commençait à ouvrir ses archives aux chercheurs, je n’avais pu disposer que de quelques dossiers ; ce qui explique la modestie des informations dans Thobie, Jacques, Intérêts et impérialisme français dans l’Empire ottoman 1895-1914, Paris, Imprimerie nationale, Publications de la Sorbonne, 1977, pp. 466-467. Aujourd’hui, grâce à un considérable travail d’archivistique, cette banque propose aux chercheurs, les richesses d’un fonds déjà très fortement répertorié. Que M. Nogaret et ses collaboratrices soient ici particulièrement remerciés pour leur compétent et sympathique accueil.

4 Escoffier à Kleinmann, le 15 janvier 1892. Archives du Crédit lyonnais (CL), direction des agences étrangères (DAE), carton n° 6116. Sauf indications contraires, les citations des trois prochains paragraphes sont tirées de cette lettre.

5 Télégr. de Kleinmann à Escoffier, le 6 janvier 1892. CL DAE 1116.

6 Le premier accord politique franco-russe est du 27 août 1891 ; l’accord militaire, qui scelle l’alliance proprement dite, est signé le 17 août 1892.

7 Cette autorisation est obtenue en juin 1891, et les agences de Moscou et d’Odessa ouvrent à l’automne. Girault, René, Emprunts russes et investissements français en Russie 1887-1914, Paris, A. Colin, 1973, p. 226, note 19.

8 L’antisémitisme régnant à Saint-Pétersbourg est largement responsable de cette rupture et de sa durée. Voir à ce sujet Girault, R., op. cit., p. 188.

9 Ayant obtenu, en janvier 1889, la concession d’un chemin de fer de Jaffa à Jérusalem, Youssouf Navon intéresse à son projet Camille Collas, administrateur général des Phares de l’Empire ottoman, qui deviendra le premier président de la Société du chemin de fer ottoman de Jaffa à Jérusalem et prolongements. La construction en est confiée à la Société des travaux publics et construction, et la ligne de 67 kilomètres est inaugurée le 26 septembre 1892. Voir Thobie, J., op. cit., pp. 158-161 et 330-331.

10 Incapable de faire face à ses dettes, la société obtient un concordat en mai 1894, qui lui permettra de continuer sur des bases financières plus saines.

11 CL DAE 6116, Petrovich à Louis Escoffier, le 27 février 1892. Les citations des prochains paragraphes sont tirées de ce rapport.

12 Sur la base du recensement ottoman de 1876, Vital Cuinet (op. cit., p. LVII) estime la population de mutessariflik de Jérusalem, en 1896, à 341 638 habitants, soit 251 832 musulmans, 44 389 chrétiens, 39 866 juifs et 6 051 étrangers, sur une surface de 22,000 km2.

13 Selon les douanes ottomanes, le trafic du port de Jaffa pour 1891, a été le suivant : aux importations, 7 192 000 francs, aux exportations, 10 005 000 francs. CL DAE 6116, Jérusalem à Alexandrie, le 29 mars 1902. En dehors des bestiaux, des volailles, des céréales, des huiles et du vin, Jaffa importe d’Europe tout se qui est nécessaire à l’alimentation, l’habillement, l’ameublement et les constructions de toutes sortes ; en effet, le pays ne produit que des objets en bois d’olivier pour la vente aux pèlerins et touristes.

14 Jaffa exporte des oranges (environ 40 % du trafic), des orges, parfois du blé, des huiles, des vins et des raisins. Les oranges prennent le chemin de Londres. Les carences du conditionnement font que les pertes sont souvent importantes.

15 Les salaires annuels sont les suivants : Joannidès, 7 400 F. ; Frey, 5 400 ; Spagnolo 2 100 ; Ayoub, 900 ; Sidaoui, 0 ; le domestique, 720 ; le gardien, 480 ; le garde armé, 1 500, soit un total de 18 500 F. CL DAE 6116, Alexandrie à DAE, le 1er juin 1892.

16 Le loyer annuel des magasins et des chambres passera de 5 000 F à 6 000 F, à la suite de réaménagements. CL DAE 8050.

17 CL DAE 6116. Barrelet (Jaffa) à Escoffier (Alexandrie), le 14 avril 1892. Cet accord avait été préparé par Pétrovich avant son retour à Alexandrie.

18 CL DAE 6116. Alexandrie à DAE, le 1er juin 1892. Si les fonds sont modestes, on utilise les courriers de la poste autrichienne ou du consulat de France. Si les fonds sont importants, on loue une voiture spéciale avec un garde soigneusement choisi : « Cela coûte 40 F aller-retour ; contrairement à ce que vous pouvez penser, c’est un moyen très sûr, car on rencontre toujours du monde. » Bien entendu, le train sera utilisé dès sa mise en route.

19 CL DAE 4287/2. Alexandrie à DAE, le 11 septembre 1907.

20 CL 31 AH 2 à 7, Grands bilans généraux définitifs.

21 CL DAE 7272 et 7273. Inspection de M. Wagen, mars-mai 1909 ; inspection de MM. Welti et Chenorkian, 30 mai-17 juin 1914.

22 Une vingtaine d’œuvres françaises (établissements d’enseignement et hôpitaux) ont ouvert un compte à l’agence du Crédit lyonnais, mais cela ne représente au total qu’une somme modeste ; les gros poissons viennent d’ailleurs : le Patriarcat grec, la Société impériale orthodoxe de Palestine, la Custodie de Terre sainte, le Patriarcat latin, l’Evêché et les œuvres anglicanes qui disposent de sept comptes dont celui de l’East Mission Fund, la Church Missionnary Society, la London Jews Society, le Carmel oriental, etc.

23 Essentiellement, le consulat général de France et le consulat général impérial de Russie.

24 Il ne peut être question de les énumérer ici. Citons seulement, le banquier-négociant J. Valero & Cie, agent des Rothschild à Jérusalem, les commerçants Rock &Cie (trois maisons de commerce), J. Kokia, R. El. Tahier, Khalil Nasser et fils, Y. Amon et J. Ades, les changeurs et courtiers J. Heffès, M. S. Lewin, J. Hachmechwile.

25 Citons : Th. Cook & Son, le Chemin de fer Jaffa-Jérusalem (en 1903), A. Lolas, « contracteur » de voyage, la Jewish Colonisation Association et d’autres associations qu’elle patronne, la Régie des tabacs (jusqu’en 1906), l’Alliance israélite universelle.

26 De « riches rentières » comme Anna Friedmann et Margaret A. Palmer, des clients disposant d’une « solide surface personnelle », comme A. Brill, en outre administrateur de la JCA, etc.

27 Voir les bulletins d’annonce d’ouverture avec les signatures des responsables. CL DEA 6116. Pour une étude de cette banque, Gross, Nachum T., « Die Deutsche Palästina-Bank 1897-1914 », dans Zeitschrift für Unternehmensgeschichte, Stuttgart, 1988, Heft 3, pp. 149-177.

28 Présidé par Max Schoeler, le conseil d’administration de la Deutsche Palästina-Bank comprend les personnalités suivantes : Peter Paul Cassensby, le prince de Hohenlohe-Ockringen, Max Hiller, Karl von der Heydz, le comte Zietein Schwerin, Heimbach. (Archives du Quai d’Orsay [MAEP] Correspondance consulaire [CC] Jérusalem 5, « Note » de novembre 1899). La banque ouvrira une agence à Haïfa en octobre 1904, à Beyrouth en juillet 1907, à Alep en 1909 (Archives nationales [AN] F30 361, Constantinople à MAE, le 5.12.1910).

29 CL DAE 6116. Note pour le MAE tirée de la lettre d’Auzépy à Delcassé, le 15 septembre 1900.

30 Ibid.

31 Delcassé à Mazerat, le 15 octobre 1900. En fait, le Crédit lyonnais avait été alerté téléphoniquement par le ministère des Affaires étrangères, dès le 8 août.

32 Mazerat à Delcassé, le 18 octobre 1900.

33 Très exactement, en 1899, 0,04 %.

34 Comme la note 31.

35 CL DAE 6116. Alexandrie à DAE, le 22 novembre 1901.

36 Id. DAE à Alexandrie, le 2 décembre 1901.

37 Pour faire plus court nous avons renoncé à donner ces deux tableaux.

38 CL DAE 6116. Jérusalem à Alexandrie, le 29 mars 1902. Lettre transmise à DAE, Paris.

39 Ibid.

40 Ibid.

41 Ibid.

42 Ibid.

43 Id. DAE à Alexandrie, le 19 avril 1902.

44 Ibid.

45 Ibid.

46 Ibid.

47 Ibid.

48 Poussant le pessimisme à l’extrême, une « Note » de la DAE du 21 avril 1902 précise : « Avant tout, il y a lieu de voir si nous pouvons nous entendre avec le Patriarcat grec (voir notre 4e point) car, dans la négative, au lieu de nous étendre en Palestine, ce sera plutôt la question contraire qui se posera. »

49 CL DAE 6116. Alexandrie à DAE, le 3 octobre 1902.

50 Gerassimo avait été prévenu que B. Alonzo cherchait à vendre une propriété et en avait hypothéqué une autre, pour faire face à des difficultés financières attribuées à l’expansion trop brusque de leurs opérations.

51 Comme la note 49.

52 CL DAE 6116. DAE à Alexandrie, le 10 octobre 1902.

53 Ibid.

54 Id. Alexandrie à DAE, le 17 octobre 1902.

55 Id. DAE à Alexandrie, le 24 octobre 1902.

56 Le voyage doit s’effectuer en trois étapes, avec désinfection à chaque étape et quarantaine de dix jours à l’une d’elle.

57 CL DAE 6116. Alexandrie à DAE, les 22.10 et 1.11. 1902.

58 Ibid.

59 Id. Note du 10 novembre 1902.

60 Id. Alexandrie à DAE, le 20 mars 1903.

61 CL DAE 7272. Rapport d’inspection de Defforges, le 28 juillet 1906.

62 Id. Rapport d’inspection de Welti et Chenorkian, le 17 juin 1914.

63 AN F30 361, Jérusalem à MAE, le 18 septembre 1904. Voir l’étude documentée de Gross, Nachum T., « The Anglo-Palestine Company 1903-1914 », dans Gilbar, Gad G. (ed.), Ottoman Palestine 1800-1914, Leiden, E.J. Brill, 1990, pp. 219-253.

64 Autheman, André, La Banque impériale ottomane, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1996, p. 170. Outre Jérusalem, il s’agit des agences de Dédéagatch, Eskichéhir, Bassora, Cavalla et Tripoli de Syrie.

65 Les contraintes éditoriales nous conduisent à ramener cet épisode à sa plus simple expression.

66 CL DEA 6116, Télégr. Escoffier à Roselli, le 2 octobre 1904 et président du CL à Escoffier, le 4 novembre 1904.

67 Id. Rosselli à Escoffier, le 11 novembre 1904.

68 CL DAE 6116. Prospectus et signature autorisés, décembre 1904. Le prospectus est signé par Jules Deffès, le directeur général à Constantinople, qui a remplacé Gaston Auboyneau le 1er janvier 1904, et par le directeur, A. Pangiris. Italo Rossi, Levantin italien né à Salonique en 1874, est embauché comme comptable à l’agence centrale de la BIO à Constantinople en 1895 ; dès 1902 il est sous-directeur à Alep, puis à Salonique. Parlant couramment l’italien, le français, le turc et l’allemand, il est considéré en 1903, par le directeur général A. Nias, comme « un des meilleurs agents recrutés jusqu’à ce jour », et nommé directeur à Jérusalem en 1904. Fondé de pouvoir à Alexandrie, puis directeur à Bursa, à Samsun et à Adana, il démissionne, en mars 1912, pour « une situation plus avantageuse », celle de directeur... de la Deutsche Bank à Stamboul. Archives BIO Istanbul, PP 103 L.

69 CL DAE 5666. Alexandrie à DAE, les 27 août et 29 septembre 1913.

70 CL DAE 5677. DAE à Alexandrie, le 2 janvier 1914.

71 Levantin grec né à Constantinople en 1872, Triandafillidès entre au service de la BIO, comme comptable, à l’agence de Samsun, en 1893. Après être passé par plusieurs agences, il est directeur à Sivas, à Damas, puis à Jérusalem de 1908 à 1911. Il dirigera ensuite les agences d’Andrinople, de Smyrne et de Rhodes. Après une mission à Athènes, il est licencié en juin 1928. Archives BIO Istanbul, PP 008 A.

72 Comme note 85. S. Christodoulos Christodoulidès a un dossier vide aux archives de la BIO à Istanbul.

73 CL DAE 5677. DAE à Alexandrie, le 6 février 1914.

74 CL DAE 5197. Alexandrie à DAE, le 29 septembre 1905.

75 Voir réf. note 89.

76 CL DAE 6116. Escoffier à DAE, le 27 février 1892.

77 CL DAE 5197. Gérassimo à Escoffier, le 9 novembre 1896.

78 DAE à Alexandrie, le 29 janvier 1897.

79 Célérier (DAE) à Escoffier, les 21 janvier et 29 janvier 1897.

80 Note de Célérier du 23 février 1897.

81 Larédo à Escoffier, le 29 janvier 1897.

82 Qu’il ne faut pas confondre avec le directeur de l’agence, Gérassimo.

83 Rapport de Larédo du 12 février 1897.

84 Jérusalem à Alexandrie, le 18 janvier 1897.

85 Ces titres sont essentiellement de la Rente perpétuelle russe 4 % ; s’y ajoutent quelques obligations de l’Emprunt intérieur russe 4 % 1891, de la Banque de la noblesse 4,5 %, de la Ville de Paris, du Crédit foncier égyptien 3 %, et quelques Lots turcs.

86 Alexandrie à DAE, le 2 juillet 1901.

87 DAE à Alexandrie, le 9 juillet 1901.

88 DAE à Alexandrie, le 6 février 1902.

89 DAE à Alexandrie, le 29 octobre 1902.

90 Jérusalem à Alexandrie, le 7 avril 1905.

91 Alexandrie à DAE, le 12 avril1905.

92 DAE à Alexandrie, le 22 avril 1905.

93 Note d’Escoffier du 9 avril 1905.

94 Rosselli à Escoffier, le 1er mars 1906.

95 DAE à Escoffier, le 21 novembre 1908.

96 CL DAE 3799. DAE à Escoffier, le 23 février 1906.

97 CL DAE 8086. Les particuliers sont sans doute restés plus fidèles car, à la fermeture, le nombre de comptes est de 468, peu inférieur à celui de 1914.

98 CL DAE 8086. Note du 12 mai 1927.

99 Gérassimo part en retraite le 1er janvier 1927, autorisé à prendre le titre de directeur honoraire.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Quelques chiffres sur les agences du Crédit Lyonnais en Méditerranée orientale au 31 janvier 1914
Légende Source :CL 31 AH 81
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2791/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre Tableau 2. Les résultats de la Deutsche Palästina-Bank à Jaffa en 1900
Légende Source : CL DAE 6116. Jérusalem à Alexandrie, le 29.3.1902
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2791/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Titre Tableau 3. Le budget du Patriarcat grec de Jérusalem pour l’exercice 1905-1906
Légende Source : CL DAE 5197. « Note » de l’Agence de Jérusalem, Alexandrie à DAE, le 29 septembre 1905.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2791/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 411k

Auteur

Professeur émérite des universités, ancien élève de l’ENS de Saint-Cloud, agrégé d’histoire, docteur ès lettres, a enseigné l’histoire des relations internationales à Paris I, Rennes II et Paris VIII. Ancien directeur de l’Institut français d’études anatoliennes d’Istanbul, il est l’auteur de nombreux ouvrages et articles, notamment sur la Turquie et le Moyen-Orient.

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search