Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tromelin

 | 
Max Guérout

Deuxième partie

Chapitre XVI. Installation de la station météo (avril-mai 1954)

Texte intégral

1L’année suivante, une seconde mission, à nouveau placée sous l’autorité de Serge Frolow, fut organisée pour installer la station météo. Deux adjoints techniques, Marc Jouanny et Chedhomme, avaient été chargés de préparer le matériel et les vivres nécessaires à l’opération. En prévision du débarquement, les vivres furent conditionnés en emballage étanche. Un bâtiment préfabriqué avec charpente métallique fut aussi préparé.

2Le Marius Moutet appareilla de Tamatave le 26 avril 1954 à 23 h 30. Il avait chargé les 32 tonnes du matériel destiné à la construction de la station, arrivées les jours précédents sur deux wagons de chemin de fer.

3L’heure d’appareillage avait été choisie pour optimiser l’arrivée sur l’île de Tromelin le 28 avril, mais le ciel couvert et la mauvaise visibilité ne permirent pas d’observer le soleil et en soirée faute de point précis, il fallut s’éloigner dans le sud-ouest. Le lendemain, les conditions d’observation ne s’étant pas améliorées, un point d’étoile fut tenté à travers les nuages, le résultat étant imprécis, le Marius Moutet entreprit de faire un cercle autour de la position de l’île de Tromelin, sans parvenir à la découvrir. Le 30 avril enfin, le ciel étant dégagé, il fut possible d’observer le soleil et à 9 h 00 l’île était en vue. A 10 h 00 du matin, le Marius Moutet mouilla à 1500 m au large de la pointe nord-ouest.

Les rapports de mission de Serge Frolow
Il existe trois rapports de mission établis par Serge Frolow : le premier intitulé : Mission de reconnaissance à l’île Tromelin provenant des archives du service météorologique de Madagascar (Année 1953), fait partie d’un document qui ne comporte ni date, ni référence, ni mention du rédacteur. Les trois premières pages (folios 198 à 200) traitent de la mission de reconnaissance et constituent sans doute le rapport no 0400/A du 22 janvier 1954 que S. Frolow cite dans un rapport ultérieur. Les autres pages traitent des deux missions de 1954 (mai et novembre), effectuées pour l’installation de la station. Leur rédaction date du début 1955 dans la mesure où le texte fait mention du passage du croiseur Jeanne d’Arc à Tromelin qui a eu lieu le 17 janvier 1955.Le troisième rapport de 11 pages est intitulé : Rapport sur l’installation de la station météorologique de l’île Tromelin, il est signé et daté du 15 mai 1954, sans autre référence.
Ce dernier rapport figure également aux Archives nationales (Pierrefitte-sur-Seine) – F/14/20994, navire baliseur Marius Moutet (1946-1954).

4L’installation de la station fut réalisée par l’équipe suivante : l’ingénieur en chef de la Météo Serge Frolow, l’ingénieur de la météo Langlois, le médecin commandant A. Legeais, le géologue R. Pavlovsky, l’adjoint technique Jouanny, l’adjoint technique Chedhomme, le commis prin­cipal Rapiera, deux ouvriers spécialisés, dix manœuvres malgaches, six manœuvres destinés à aider au débarquement de matériel et à assister le géologue. Quatorze personnes restèrent sur l’île après le débarque­ment et l’installation des matériels : les deux agents techniques, les dix manœuvres malgaches et les deux ouvriers spécialisés. Les ouvriers malgaches resteront eux aussi des « oublies de Tromelin », dans la mesure où nous n’avons pu retrouver le nom d’aucun d’entre eux.

Figure 16-1 – L’équipe des ouvriers malgaches et l’adjoint technique Chedhomme (à gauche).

5Comme il fallait s’y attendre, le débarquement du matériel allait poser de nombreux problèmes. Le commandant Robain, avait fait construire un radeau capable de contenir 7 à 800 kg, soutenu par des futs de 200 litres, outre le radeau on disposait d’un youyou a aviron de 7 m, et d’une vedette à moteur qui était destinée a remorquer radeau et youyou a proximité de la plage. Il était par ailleurs prévu de mettre à l’eau tout le matériel qui pouvait flotter comme les panneaux de contreplaque marine destines à équiper les parois du bâtiment et les futs.

6Vers 11h30, la reconnaissance effectuée par Robain et son second avec la vedette conclut à l’impossibilité de débarquer. Les prévisions météo étant pessimistes, il fut décidé de tenter de débarquer à l’aide d’une pirogue a balancier vezo qui avait été embarquée a bord du Marius Moutet, outre un marin vezo, Frolow, Legeais et Jouanny y prennent place au début de l’après-midi. Cependant remorquée jusqu’à une centaine de mètres de la plage, la pirogue est immédiatement retournée. Ses occupants peuvent regagner la vedette à la nage et la pirogue récupérée est ramenée à bord.

7Une troisième tentative est alors effectuée a l’aide du youyou répute plus maniable. Vers 15 h 00, la vedette remorque le youyou jusqu’à une distance de 2 à 300 mètres de la plage. Ce dernier barré par Le Gallic, le second du Marius Moutet, parvient à franchir les déferlantes et à aborder sur la plage, bien que rempli d’eau. Plusieurs voyages sont alors effectués afin de débarquer le minimum de matériel nécessaire : tente, vivres, eau, distillateur, matériel de couchage. Serge Frolow constate alors que le profil de la côte a été profondément modifié par les cyclones passés à proximité de l’île. Le point de débarquement utilisé en 1953 a complè­tement disparu remplacé par une plage ayant une pente de près de 30 degrés. Pavlovsky, le géologue, débarque avec une équipe pour essayer de creuser un puits.

Figure 16-2 – Retour de la vedette remorquant la pirogue chavirée.

Figure 16-3 – Préparation de la pirogue à balancier.

  • 1 Le médecin commandant Legeais diagnostiquera une côte fracturée.
  • 2 Il s’agit d’un émetteur de 50 W fourni par la société SFR avec le matériel de contrôle et des pièc (...)

8Le lendemain 1er mai, le transfert de matériel reprend dans les mêmes conditions mais les difficultés du franchissement des déferlantes et de l’arrivée sur la plage, jointes au manque d’entraînement de l’équipe d’ouvriers malgaches débarqués entraînent plusieurs accidents dont celui d’un ouvrier qui est heurté par le youyou alors qu’il est soulevé par une vague1. La présence du médecin commandant Legeais permet de s’assurer que le cas du blessé peut être géré sur place. Dix voyages permettent de mettre tous les vivres à terre, mais la caisse de l’émetteur radio2 s’est ouverte et il faudra en faire la révision avant qu’il ne fonctionne. Le riz mouillé au cours du débarquement est mis à sécher.

Figure 16-4 – Les ouvriers malgaches mettent au sec la vedette échouée.

  • 3 Ce distillateur fabriqué par l’atelier mécanique du service météorologique, produit 14 à 15 litres (...)

9Le 2 mai au premier voyage, c’est au tour de la vedette de s’échouer et il ne faudra pas moins de vingt-trois hommes pour la soustraire aux déferlantes, au prix de nouveaux blessés légers. Mais il s’avère alors impossible de remettre la vedette à l’eau. Dans l’après-midi le Marius Moutet profitant d’une accalmie vient mouiller à environ 300 mètres du rivage et fabriquant une bouée avec quelques fûts vides parvient à mettre à terre un filin de 400 m de long et à tirer la vedette de son mauvais pas. Il faudra cependant entièrement démonter le moteur pour le remettre en état. Le débarquement du matériel est suspendu. L’eau venant à manquer sur l’île, on décide de monter le distillateur3 et de le mettre en marche. Fort heureusement avant que l’opération ne soit terminée, la pluie se met à tomber.

10Le 4 mai, l’alizé a fraîchi et ce n’est que vers 17 h 00 qu’une période de calme permet de poursuivre le débarquement du matériel. Le reste du matériel, en particulier une seule tonne de ciment est débarquée le lendemain avant le départ le 5 mai vers 18 h 30. La nuit est en train de tomber, le Marius Moutet qui s’éloigne salue les hommes qui restent de trois coups de sirène, c’est alors qu’au-dessus de l’île, en guise d’adieu, trois fusées s’élèvent l’une après l’autre dans les ténèbres puis un instant après une fusée verte. Le Marius Moutet atteindra Tamatave le 7 mai à 1 heure du matin.

11Le 6 mai, la liaison radio est établie et les premières observations météorologiques sont transmises. Dès le 7 mai, au cours d’une liaison radio, le médecin commandant Legeais diagnostique une crise d’asthme chez un manœuvre malgache et lui prescrit des soins. Dès le 10 mai, on commence à travailler à la construction du bâtiment préfabriqué et à l’aménagement de la piste d’aviation. La dalle sur laquelle le bâtiment préfabriqué est installé fut réalisée avec du ciment de chaux fabriqué sur place par la calcination de blocs de corail.

Figure 16-5 – Déséchouage de la vedette.

Figure 16-6 – L’adjoint technique Jouanny creusant au pied d’un mur.

12Les météorologues intrigués par les vestiges de construction entreprirent de creuser au pied de l’un des murs construits en blocs de corail. Comme le montre la photo ci-contre, le fouilleur fut l’adjoint technique Marc Jouanny. L’ardeur mise par Jouanny à creuser a sans doute plus à voir avec la légende du pirate Olivier Levasseur dit La Buse qu’avec le naufrage de l’Utile. Ce dernier avait capturé en 1721, en rade de Saint-Denis, la Vierge du Cap, un vaisseau portugais richement chargé. La légende veut que le 7 juillet 1730 à Saint-Denis, le célèbre pirate ait lancé depuis le gibet où il allait être pendu, un parchemin contenant un cryptogramme en s’écriant : « Mon trésor à qui saura le prendre ! » Depuis cette date, il n’est d’île de l’océan Indien où quelque chercheur, ayant pensé avoir trouvé la clef du mystère, n’ait tenté de retrouver le fameux trésor.

  • 4 Legeais Alain, Naufragés volontaires à l’île de Tromelin, La grande île militaire, no 19, octobre (...)

13Le médecin commandant Legeais rend compte de son séjour4, à ce propos il note :

« Nous avions également vu sur le monticule nord de l’île des vestiges de ce que l’on considérait comme les anciens abris des naufragés, petites cases grossièrement formées de pierres de corail empilées les unes sur les autres.
Les météorologistes permanents ont fouillé le sol en ce point ; ils ont pu se rendre compte d’un fait important : ce que nous avions pris pour la structure de niveau de ces abris n’est en réalité que la partie supérieure des murs qui prennent assise à 2 m 50 de profondeur. En dégageant ainsi les parois d’une case les explorateurs ont trouvé successivement les débris métalliques d’une toiture, de petites fenêtres, les traces d’un foyer et, au milieu d’un humus formé de détritus décomposés, ils ont découvert une gamelle en cuivre ancien (rapiécée en de multiples points), des aiguilles de métal comme on en voit encore entre les mains des couturière malgaches, de pauvres bijoux de pacotille et des amulettes ou gri-gri.
A quelques mètres de cette fouille, sous une plus faible couche de sable, il a été trouvé, en bon ordre et intactes, des briques d’argile cuite sur lesquelles on lit distinctement des inscriptions en langue anglaise. »

Figure 16-7 – Vue d’une partie des vestiges de l’habitat des esclaves.

Alain Legeais
Né le 6 mai 1915 à Tuléar, devenu médecin militaire, il entre dans la résistance après l’invasion de la France par l’armée Allemande, sans doute dans l’organisation de résistance armée (ORA) formée de militaires. Arrêté fin 1943, il est déporté à Buchenwald par un convoi parti de Compiègne le 17 janvier 1944 (matricule 39854). Il est ensuite dirigé vers Flossenbürg où il sera libéré le 23 avril 1945. Il est mort en 2002 à l’âge de 87 ans avec le grade de médecin-général. Avec deux autres médecins : Jacques Michelin et Michel Bommerlaer, il eut une conduite exemplaire dans le camp de Flossenburg. Leur action permettra de sauver plus de 2000 détenus des « marches de la mort » organisées par les SS peu avant la libération du camp. Un livre intitulé En ces années-là écrit par Hervé Bommelaer, fils de Michel retrace les heures de la déportation des trois médecins.

  • 5 Médecin commandant Legeais Alain, Chef du service de santé de l’Air en A.O.F., Mission à Tromelin, (...)
  • 6 Forces aériennes françaises, revue mensuelle de l’armée de l’Air, no 106, juil. 1955, p. 89 à 109.
  • 7 L’île Tromelin, une belle aventure sous le signe de la météorologie française, Almanach du Pèlerin, (...)

14Legeais publie plusieurs articles : dans la revue La médecine aéronautique5, dans la revue Forces aériennes françaises6, c’est sans doute lui aussi qui écrit un article signé « A.L. »et publié dans l’Almanach du Pèlerin en 19567.

Figure 89 – Almanach du Pèlerin 1956, p. 102.

Figure 16-9 et 16-10 – Arrivée du Toucan no 372, le 23 juillet 1954.

Le premier avion se pose sur la piste (23 juillet 1954)

  • 8 Il s’agit d’un radiophare américain du type B.C. 191 prêté par l’armée de l’air.
  • 9 Ces deux essais infructueux sont mentionnés dans le rapport de mission de Serge Frolow, fo 202, l’ (...)
  • 10 Il s’agit de la version française du Junker 52 construit après la guerre par les usines Amiot à Co (...)

15Un radiophare a été installé8 et l’aménagement de la piste est terminé le 20 juin. Le premier vol prévu dès cette date est différé. Le 23 juillet, après deux essais infructueux officiellement en raison de la mauvaise visibilité9, mais probablement parce que l’île n’a pas été trouvée, le premier avion AAC 1 Toucan10 no 372 de la base aérienne 181 d’Ivato, immatriculé F-SCLL, se pose sur l’île. Il est piloté par le capitaine André Poux, son navigateur est l’adjudant-chef Espinet.

Le 23 juillet 1954, premier vol vers Tromelin
Si cette date était mentionnée précisément dans l’article rédigé par le médecin commandant Legeais dès 1955, on ne pouvait, compte tenu du mauvais état de conservation du rapport de Frolow, lire que le chiffre 3. Ainsi de nombreux auteurs, y compris nous-mêmes (Guérout, Romon 2010, p. 28), mentionnent par erreur soit la date du 9 juillet (Malick, 1976 ; Oraison 1987…), soit celle du 8 juillet (Pénette 2005).
Ce dernier ouvrage indique p. 35 : « 8 juillet [1954], première liaison aérienne Madagascar – Tromelin, la poste appose un cachet spécial sur le courrier », ce qui semble indiquer que la date du vol a très probablement été déduite de celle qui figure sur le cachet de la poste.
Ce dernier est parfois apposé avant le départ, comme le montre les quelques exemples dont nous disposons. Peut-être aussi ces enveloppes « Première liaison aérienne Tromelin – Madagascar » ont-elles été tamponnées avant le départ des deux tentatives avortées dont nous ne connaissons pas les dates exactes. Legeais signale à propos du vol du 31 juillet : « En même temps 17 kg de lettres faisaient le voyage aérien entre Tananarive, Antalaha, Tromelin et retour pour le plus grand plaisir des philatélistes du monde entier ».

Figure 16-11 – Le Toucan du 23 juillet 1954 sur le parking (Musée de l’air et de l’espace – réf. MA 36563).

Premières photographies aériennes

  • 11 Bordereau no 3784 AORF/3/OPS du 2 septembre 1954

16Lors de ce vol du 23 juillet, le capitaine Poux effectue la première couverture photographique de l’île. Et, à la suite de cette mission, le colonel Fleurquin, commandant de l’Air en Afrique orientale fran­çaise, transmet au directeur du service de la Météorologie à Madagascar, le compte rendu du médecin commandant Legeais, accompagné de 3 photos verticales (échelle approximative 1/2000) et de 15 photos obliques et vues du sol11. Il y joint les observations suivantes :

« La deuxième mission à laquelle participait le Médecin Commandant Legeais permet d’apporter les précisions suivantes :
Les « bosses » signalées sur la piste par le capitaine Poux sont dues à des apports de sable par le vent ;
La piste est bonne et seule une vérification devra être effectuée avant chaque atterrissage ;
La position de l’île donnée par les documents anciens est certainement erronée. Au lieu de 15° 54’S – 54° 29’E, elle semblerait après restitution des divers éléments de navigation, être la suivante : 16°14’S – 54° 10’E. Toutefois ces coordonnées ne pourront être confirmées qu’à l’occasion d’une mission d’étude ayant en particulier la possibilité d’effectuer plusieurs séries de mesures de hauteur sur les étoiles. »

  • 12 Ces tirages de l’ensemble du négatif portaient les no 8 et no 10.

17Cet ensemble de photographies n’a été retrouvé ni dans les archives de Météo-France La Réunion, ni dans les archives du SHD, et il nous a fallu de longs mois pour en retrouver quelques-unes, souvent par le plus grand des hasards. Par exemple deux d’entre elles sont apparues au début de l’année 2012 sur le site Internet « Google images » sans que nous ayons pu remonter à leur source12.

18Fort heureusement la définition de ces images était suffisante pour que nous puissions en réaliser un agrandissement.

19Sur le même site de vente en ligne est également apparue une troisième photo en basse définition accompagnée d’une carte postale adressée le 31 juillet à Madame R. Lombaert, peut-être par le capitaine Lombaert lui-même. L’acheteur Philippe Roulois, retrouvé et identifié, a accepté de nous l’envoyer en haute définition, qu’il en soit ici remercié.

  • 13 Legeais 1955.

20Ce n’est qu’en 2014 que nous avons retrouvé un article rédigé par le médecin commandant Legeais13, qui est illustré par les deux photographies ci-dessus. Elles sont accompagnées à la page 90 d’un montage photo de vues verticales (voir chapitre 17) qui servira par la suite à l’élaboration de la carte du Père Cattala.

Figure 16-12 – Timbre émis par les TAAF le 20 septembre 2014 à l’occasion du 60ème anniversaire du 1er vol.

Figure 16-13 – Lettre de félicitations adressée au capitaine Poux en date du 16 décembre 1954.

Figure 16-14 – Photographie dont le négatif porte le no 10.

Figure 16-15 – Détail de la station en 1954 (agrandissement du tirage du négatif no 10).

Figure 16-16 – Photographie accompagnant la lettre du capitaine Lombaert.

Figure 16-17 – Carte envoyée par le capitaine R. Lombaert à sa femme à l’occasion de la seconde mission.

Evacuation des ouvriers et des malades (31 juillet 1954)

  • 14 Legeais, (A. Legeais, 1954, p. 108) précise à ce propos : « Les météorologistes de Tromelin dirent (...)
  • 15 Chedhomme souffre de nausées, de vomissements et se plaint de vives douleurs au creux de l’estomac (...)

21Un deuxième vol, assuré par un Toucan AAC1 de la base aérienne 181, se pose le 31 juillet, il est piloté par le sous-lieutenant Dubreuil, son navigateur est le sous-lieutenant Laffont. Il vient récupérer six manœuvres dont l’un souffre d’asthme14 et l’adjoint technique Chedhomme qui est tombé malade le 23 juillet15 et doit être hospitalisé à Tananarive.

Figure 16-18 – Le campement.

22Figure 16-19 – Timbre émis par les TAAF en 2014.

23C’est ainsi que 178 ans après le sauvetage des sept femmes malgaches et du bébé de l’une d’entre elles, sept ouvriers malgaches et un français allaient à leur tour quitter l’île.

  • 16 Série de 48 photographies prises entre le 1er mai et le 31 juillet 1954 se trouvant dans les archi (...)

24A l’aide des photos aériennes prises par l’armée de l’Air, de celles de l’adjoint technique Chedhomme (dit album de Chedhomme)16 et de la topographie que nous avons effectuée au cours des campagnes archéologiques de 2006 à 2013 (voir ci-après), nous avons essayé de restituer le plan de la station météorologique.

Figure 16-20 – L’une des tentes prêtées par l’armée.

Figure 16-21 – Plan de restitution de la station en 1954 (carroyage de 50 m de côté).

Notes

1 Le médecin commandant Legeais diagnostiquera une côte fracturée.

2 Il s’agit d’un émetteur de 50 W fourni par la société SFR avec le matériel de contrôle et des pièces de rechange. L’énergie est fournie par deux groupes électrogènes à essence portatifs de 1,5 et 3 Kw.

3 Ce distillateur fabriqué par l’atelier mécanique du service météorologique, produit 14 à 15 litres d’eau à l’heure.

4 Legeais Alain, Naufragés volontaires à l’île de Tromelin, La grande île militaire, no 19, octobre 1954, p. 12-13.

5 Médecin commandant Legeais Alain, Chef du service de santé de l’Air en A.O.F., Mission à Tromelin, dans Médecine aéronautique, Volumes 9 à 10, 1954, p. 106-108.

6 Forces aériennes françaises, revue mensuelle de l’armée de l’Air, no 106, juil. 1955, p. 89 à 109.

7 L’île Tromelin, une belle aventure sous le signe de la météorologie française, Almanach du Pèlerin, 1956, p. 102-103.

8 Il s’agit d’un radiophare américain du type B.C. 191 prêté par l’armée de l’air.

9 Ces deux essais infructueux sont mentionnés dans le rapport de mission de Serge Frolow, fo 202, l’un d’eux a probablement eu lieu le 9 juillet.

10 Il s’agit de la version française du Junker 52 construit après la guerre par les usines Amiot à Colombes (France) et baptisée AAC1 Toucan.

11 Bordereau no 3784 AORF/3/OPS du 2 septembre 1954

12 Ces tirages de l’ensemble du négatif portaient les no 8 et no 10.

13 Legeais 1955.

14 Legeais, (A. Legeais, 1954, p. 108) précise à ce propos : « Les météorologistes de Tromelin dirent, non sans humour, qu’ils perdaient leur meilleur prévisionniste. Cet asthmatique ne faisait pas mentir les auteurs classiques : il “indiquait” les changements de temps avec une régularité et une ponctualité que lui seul regrettait. »

15 Chedhomme souffre de nausées, de vomissements et se plaint de vives douleurs au creux de l’estomac, les prescriptions du médecin commandant Legeais lui permettront d’attendre jusqu’au 31 juillet dans de meilleures conditions.

16 Série de 48 photographies prises entre le 1er mai et le 31 juillet 1954 se trouvant dans les archives de Météo-France La Réunion.

Table des illustrations

Légende Figure 16-1 – L’équipe des ouvriers malgaches et l’adjoint technique Chedhomme (à gauche).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27904/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 321k
Légende Figure 16-2 – Retour de la vedette remorquant la pirogue chavirée.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27904/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 366k
Légende Figure 16-3 – Préparation de la pirogue à balancier.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27904/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Figure 16-4 – Les ouvriers malgaches mettent au sec la vedette échouée.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27904/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 263k
Légende Figure 16-5 – Déséchouage de la vedette.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27904/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Légende Figure 16-6 – L’adjoint technique Jouanny creusant au pied d’un mur.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27904/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Figure 16-7 – Vue d’une partie des vestiges de l’habitat des esclaves.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27904/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 265k
Légende Figure 89 – Almanach du Pèlerin 1956, p. 102.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27904/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende Figure 16-9 et 16-10 – Arrivée du Toucan no 372, le 23 juillet 1954.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27904/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Légende Figure 16-11 – Le Toucan du 23 juillet 1954 sur le parking (Musée de l’air et de l’espace – réf. MA 36563).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27904/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Légende Figure 16-12 – Timbre émis par les TAAF le 20 septembre 2014 à l’occasion du 60ème anniversaire du 1er vol.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27904/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Figure 16-13 – Lettre de félicitations adressée au capitaine Poux en date du 16 décembre 1954.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27904/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende Figure 16-14 – Photographie dont le négatif porte le no 10.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27904/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Légende Figure 16-15 – Détail de la station en 1954 (agrandissement du tirage du négatif no 10).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27904/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Figure 16-16 – Photographie accompagnant la lettre du capitaine Lombaert.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27904/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Figure 16-17 – Carte envoyée par le capitaine R. Lombaert à sa femme à l’occasion de la seconde mission.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27904/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Figure 16-18 – Le campement.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27904/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27904/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Figure 16-20 – L’une des tentes prêtées par l’armée.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27904/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Légende Figure 16-21 – Plan de restitution de la station en 1954 (carroyage de 50 m de côté).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27904/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 179k

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540