Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tromelin

 | 
Max Guérout

Deuxième partie

Chapitre XV. Reconnaissance en vue de l’installation d’une station météo (1953)

Texte intégral

Concessions délivrées par le gouvernement de l’île Maurice (1901-1956)

1Avant que l’installation d’une station météorologique sur l’île ne soit décidée, le gouvernement mauricien délivré à plusieurs reprises des concessions pour l’exploitation du guano. Ces concessions dont le gouvernement français, qui est propriétaire de l’île, n’avait pas eu connaissance, ont été révélées en octobre 1977, par le premier ministre de l’ile Maurice, S. Rangoolam. Quatre concessions pour l’exploitation du guano avaient été délivrées à des particuliers :

  • Louis Lebreton Jr., du 1er mai 1901 au 30 avril 19111 ;
  • G. T. Britter, du 27 mars 1931 au 30 juin 1941 ;
  • Able de Lapelin Dumont, du 17 janvier 1946 au 6 février 1948 ;
  • François Lavoipierre, du 7 février 1948 au 3 juin 19562.
  • 3 Oraison André, Revue de droit international, de sciences diplomatiques et politiques – The Interna (...)

2« Le bénéficiaire devait verser un loyer annuel de 100 roupies à la colonie anglaise de l’ancienne île de France. Tout le guano exploité à Tromelin devait être acheminé à l’île Maurice et une redevance de 5 roupies payée à la Trésorerie mauricienne pour chaque tonne importée dans l’île. Si le guano n’était pas débarqué sur le territoire mauricien, le locataire devait payer une pénalité de 1 000 roupies aux autorités de Port-Louis…3. »

3L’objet de ces concessions est curieux, car outre la superficie très réduite de l’île, le guano produit par les oiseaux qui y nidifient est régulière­ment lessivé par les fortes pluies et les vents violents qui accompagnent les cyclones. Il se peut cependant que les concessionnaires en demandant officiellement de récolter du guano aient eu une autre idée derrière la tête, celle par exemple de la recherche du fameux trésor d’Olivier Levasseur dit La Buse (voir chapitre 16).

4Au demeurant, il semble que ces baux n’aient pas été mis à exécution, mais la présence d’un bâtiment construit en bloc de corail édifié après le départ des naufragés de l’Utile en 1776 et avant la construction de la station météo en 1955 (voir chapitre 23), laisse encore planer un doute à ce sujet.

L’organisation météorologique mondiale décide d’implanter une station météo à Tromelin (1953)

5C’est au cours d’une conférence réunie par l’association régionale de l’OMM à Tananarive en janvier 1953, que fut souligné l’intérêt d’installer une station météorologique sur l’île de Tromelin.

  • 4 Lecarrieu, Jean, Réhabilitation de Tromelin, dans Revue de Madagascar, no 18, 1er trim., 1954, p.  (...)

« L’île de Sable sera un poste avancé dans le réseau malgache de protection contre les cyclones. Ce sera en outre un élément non négligeable dans le réseau de sécurité aérienne4. »

  • 5 Serge Frolow est né le 16 janvier 1903 à Saratow (Russie), sorti premier de l’école d’agronomie co (...)
  • 6 Service Historique de la Défense (Air), E 339 – Rapports de mission Océan Indien - Ordre de Missio (...)

6Afin de vérifier la faisabilité de ce projet, la direction des services météorologiques de Madagascar prit en novembre 1953, la décision d’envoyer une mission de reconnaissance sur l’île. Jacques Ravet, l’inspecteur général, signe alors un ordre de mission qui charge l’ingénieur en chef, hors classe, de la météorologie Serge Frolow5, d’effectuer une « recon­naissance de l’île de Tromelin en vue d’installer éventuellement une station météorologique permanente6 ».

  • 7 SHD – Air, E 339 – Rapports de mission Océan Indien - Note 5597/AORF/3/OPS du 17 nov. 1953.

7L’équipe se compose des membres suivants : Renaud Paulian (directeur-adjoint de l’institut de recherches scientifiques de Madagascar), Jean Lecarrieu (représentant le service général de l’information), commandant Lhuillier (capitaine de port, adjoint au chef du service maritime de Madagascar), Luçay Alidor (chef du réseau radioélectrique du service météorologique) et Andria Robinson (spécialiste de l’institut de recherches scientifiques de Madagascar). Le capitaine Raphaël Lombaert du Groupe aérien mixte no 50 fut adjoint à cette équipe, avec mission « d’étudier les conditions d’atterrissage sur l’île Tromelin, la possibilité d’y établir un aérodrome de secours et les aménagements qu’il convient éventuellement de faire7 ».

Raphaël Lombaert
Né le 27 mai 1920 à Maretz (Nord), Raphaël Lombaert s’engage comme volontaire en 1939. Elève pilote à Angers puis affecté en Afrique du Nord en 1941, il sort premier de sa promotion. Il passe en Angleterre début 1944 où il prend les commandes d’un « spitfire » combattant sur les plages du Débarquement. A la fin des hostilités, il rentre en France avec l’escadrille des Cigognes et, après diverses affectations, est envoyé à Madagascar de 1952 à 1955. Entré à l’école de guerre en 1958, il est promu colonel en 1967, et quitte le service en 1971.
Le SHD (Air) a recueilli en septembre 1985 ses souvenirs, en particulier son témoignage sur l’installation de la station météorologique de Tromelin (SHD, RI 8 Z 437). Il meurt le 8 mai 2003.

Figure 15-1 – Premier débarquement. A l’arrière-plan : le Marius Moutet.

  • 8 L’état-major se compose de Le Gallic (officier en second), de Coudeneuve (Premier lieutenant), Lab (...)

8Un « Toucan » (AAC-1, Junker 52) de la base de Tananarive conduisit toute l’équipe à Tamatave où elle embarqua à bord du baliseur Marius Moutet, capitaine Robain8. Le Marius Moutet appareilla le 22 novembre 1953, en matinée et arriva en vue de l’île le 24 et mouilla dans le nord-ouest de l’île à un demi-nautique, par fond de 10 m. Ayant mesuré le risque que représentaient les brisants, cinq personnes furent seules autorisées à descendre à terre. Les deux premiers furent le capitaine Lombaert et Jean Lecarrieu qui entreprirent de concert une topographie des lieux. Luçay Alidor suivit et installa un baromètre enregistreur et un pluviomètre.

9On chercha en vain le puits creusé par les naufragés de l’Utile et on émit des doutes sur la possibilité de parvenir à creuser le sol de l’île. A ce sujet le médecin commandant Legeais qui participa l’année suivante à l’installation de la station, exprime les mêmes réserves :

  • 9 Legeais Alain, Forces aériennes françaises, revue mensuelle de l’armée de l’Air, no 106, juil. 195 (...)

« Un conseil primaire peut être donné aux naufragés qui se trouveraient en détresse sur un rocher corallien semblable à l’île des sables : il est vain de chercher à creuser le sable dans l’espoir de trouver de l’eau douce (sous le sable on trouve une dalle de corail très dure et très épaisse)9. »

  • 10 Rapport de mission no 0400/A du 22 janvier 1954.

10Serge Frolow conclut10 à la possibilité d’installer un bâtiment préfabriqué sur le point culminant de l’île, d’aménager une piste d’atterrissage de 1000 m de long en environ six semaines avec huit à dix manœuvres. Il considère que l’époque favorable pour le débarquement se situe aux moments du changement de régime des alizés soit en novembre ou fin avril et que le point de débarquement le plus adapté se trouve au nord-ouest de l’île.

  • 11 Lecarrieu Jean, Réhabilitation de Tromelin, dans Revue de Madagascar, no 18, 1er trim., 1954, p. 4 (...)
  • 12 Paulian Renaud, Observations de la faune terrestre de l’île de Tromelin , dans Le Naturaliste Malg (...)

11A leur retour Lecarrieu et Paulian publient le récit de leur séjour et de leurs observations dans la Revue de Madagascar, sous le titre commun « Voyage à l’île des cyclones11 ». Renaud Paulian, publie également un compte rendu de sa visite intitulé « Observations de la faune terrestre de l’île de Tromelin12 ».

  • 13 La patate à Durand a disparu de l’île.

« … L’île de Tromelin, longue de 1750 m, se termine au Nord-Ouest par un banc de sable mobile ; elle comprend, sur un socle corallien, une partie Nord un peu relevée, bordée, vers l’est de sable, et, vers l’ouest, d’une banquette corallienne, à laquelle fait suite, au sud, une zone légèrement déprimée, ceinturée d’une muraille où blocs de corail et épaves se mêlent.
L’ensemble atteint au maximum 6 m au-dessus du niveau des hautes mers. Ce niveau paraît en exhaussement continu, car les météorologistes installés sur l’île ont eu la surprise de découvrir que les abris en pierre construits par les naufragés de l’Utile étaient actuellement complètement ensevelis sous le sable.
La végétation comprend une broussaille assez dense de Tournefortia argentea L., surtout répandue sur le Nord et sur le pourtour du Sud ; quelques pieds, poussant dans des entonnoirs de sable de la côte Nord-Est, atteignent 2,5 m de haut et ont des troncs noueux et épais.
A ces arbustes s’associent, principalement vers le Nord, Ipomea pescaprae Roth, la Patate à Durand13 ; dans le Sud, Portulaca oleracea L., un peu partout Boerhaviza diffusa L., et Sida cf. grewioides Guill. et Perr., plus rarement Achynranthes aspera L. »

12Concernant les oiseaux, Paulian note :

« Les seuls oiseaux observés ont été des fous, des frégates et une bande de petits chevaliers. Fous et frégates sont abondants et il semble que les premiers nichent à peu près toute l’année. Les nids à terre comprenaient de un à trois œufs, le plus souvent deux. »

Figure 15-2 – Pulvinaria tromelini Mamet.

Joseph Raymond Mamet (1912–1996)
Entomologiste français et mauricien, né à Rose Hill, il a dirigé le laboratoire d’entomologie du ministère de la Santé jusqu’à son départ à la retraite en 1967.
Auteur de nombreuses publications, il a décrit 177 nouvelles espèces et 45 nouveaux genres de cochenilles, toutes endémiques des Mascareignes.

  • 14 Mamet J.R., A new species of Coccoidea from Tromelin Island, Le naturaliste Malgache, tome VIII, F (...)

13On capture une tortue verte qui sera embarquée puis transportée par avion de Tamatave au zoo de Tananarive. On imagine mal le destin de cette voyageuse au long cours dans les limites confinées d’un zoo ! A son retour, Paulian confie pour étude les insectes qu’il a collectés à plusieurs entomologistes. Il soumet à Joseph Raymond Mamet l’étude d’une espèce de cochenille (Coccoidea) observée pour la première fois à Tromelin. Décrite dans la revue Le naturaliste malgache14, cette espèce est baptisée Pulvinaria tromelini Mamet.

  • 15 Eugène Séguy (1890–1985) est un spécialiste des diptères. Il a travaillé presque 50 ans au MNHN do (...)
  • 16 Seguy E., Diptères de l’île Tromelin, Le Naturaliste Malgache, tome VII, Fascicule 1, 1955, p. 9-1 (...)

14Les diptères sont confiés à Eugène Seguy15, et les hémiptères à W.E. China. Ils publient tous deux le résultat de leurs travaux l’année suivante16. China dédie à Paulian un hémiptère de la famille des Meziridae, qu’il baptise : Pictinus Pauliani.

Figure 15-3 – Vestiges de l’habitat des naufragés malgaches de l’Utile. A gauche le commandant Lhuillier, à droite Luçay Alidor.

Figure 15-4 – Plan de l’emplacement choisi pour la construction de la station météo.
Il semble bien que l’emplacement indiqué sur ce plan n’ait pas été respecté, le bâtiment préfabriqué sera en effet construit au sud des vestiges de l’habitat des naufragés si l’on en croit les photographies prises par Chedhomme en 1954 et la vue aérienne de l’île (voir ci-après), à moins qu’il ne s’agisse du second ensemble décrit par le Commander Parker.

Figure 15-5 – De gauche à droite, le commandant Lhuillier, Serge Frolow et le capitaine Lombaert.

Figure 15-6 – Plan et profil de Tromelin illustrant l’article de Lecarrieu dans le no 18 de la Revue de Madagascar.

15Dans les commentaires de Paulian, deux informations retiennent l’attention : l’enfouissement des structures de l’habitat des naufragés de l’Utile et la présence dans la partie sud de l’île de débris d’épaves. Un autre naufrage postérieur à celui de l’Athiet Rahamon s’est en effet produit dans le sud de l’île (voir chapitre 14)

16Un plan de l’emplacement choisi pour la construction de la station météo, sur lequel figurent les vestiges de l’habitat des esclaves, ainsi que l’emplacement où deux dépôts de vivres (des rations de l’Armée) furent laissés dans les archives.

17L’une des photos illustrant l’article de Paulian montre au premier plan les vestiges d’un abri fait de pièces de charpente plantées dans le sol, en arrière-plan on aperçoit les vestiges de l’habitat des esclaves. Paulian ajoute à sa publication le plan de l’île levé par le capitaine Lombaert qui figurait aussi dans la Revue de Madagascar.

18Lombaert a dessiné une carte peu précise. Il a surtout été intéressé par la longueur de la piste d’aviation et l’on constate qu’il a un peu négligé la mesure de la largeur de l’île. Dans ses mémoires orales, il indique qu’avec l’aide de Lecarrieu, il avait mesuré la longueur de l’île avec un double décamètre. Il note avec amusement que les rats intrigués par leur travail, sortis de leur trou, avaient sans être effrayés suivi en groupe l’extrémité du décamètre pendant toute la mesure.

Notes

1 Il doit s’agir de Louis Gustave Le Breton de la Vieuville, né en 1864 à Maurice et mort en 1919. Il épousa en 1885, Alice Poupinel de Valencé et eut 5 enfants.

2 Hoarau Alain, Les îles éparses, Sainte-Marie, 2002, p. 186.

3 Oraison André, Revue de droit international, de sciences diplomatiques et politiques – The International Law. Volume 65 – 1987, p. 105.

4 Lecarrieu, Jean, Réhabilitation de Tromelin, dans Revue de Madagascar, no 18, 1er trim., 1954, p. 45.

5 Serge Frolow est né le 16 janvier 1903 à Saratow (Russie), sorti premier de l’école d’agronomie coloniale de Nancy, il fera carrière dans la météorologie.

6 Service Historique de la Défense (Air), E 339 – Rapports de mission Océan Indien - Ordre de Mission no 6439 du 18 novembre 1953.

7 SHD – Air, E 339 – Rapports de mission Océan Indien - Note 5597/AORF/3/OPS du 17 nov. 1953.

8 L’état-major se compose de Le Gallic (officier en second), de Coudeneuve (Premier lieutenant), Labouly (Chef mécanicien).

9 Legeais Alain, Forces aériennes françaises, revue mensuelle de l’armée de l’Air, no 106, juil. 1955, p. 100.

10 Rapport de mission no 0400/A du 22 janvier 1954.

11 Lecarrieu Jean, Réhabilitation de Tromelin, dans Revue de Madagascar, no 18, 1er trim., 1954, p. 44-49.
Paulian Renaud, Faune et flore d’un désert, dans Revue de Madagascar, no 18, 1er trim., 1954, p. 50-54.

12 Paulian Renaud, Observations de la faune terrestre de l’île de Tromelin , dans Le Naturaliste Malgache, tome VII, 1955, Fasc.1, p. 1-7.

13 La patate à Durand a disparu de l’île.

14 Mamet J.R., A new species of Coccoidea from Tromelin Island, Le naturaliste Malgache, tome VIII, Fascicule1, p. 138-140.

15 Eugène Séguy (1890–1985) est un spécialiste des diptères. Il a travaillé presque 50 ans au MNHN dont il a été directeur du laboratoire d’entomologie de 1955 à 1960. Il a rédigé plus de 20 ouvrages, illustrés de magnifiques planches.

16 Seguy E., Diptères de l’île Tromelin, Le Naturaliste Malgache, tome VII, Fascicule 1, 1955, p. 9-12.
China W.E. Hemiptera of the Island of Tromelin, Le Naturaliste Malgache, tome VII, Fascicule 1, 1955, p. 13-18.

Table des illustrations

Légende Figure 15-1 – Premier débarquement. A l’arrière-plan : le Marius Moutet.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27901/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Figure 15-2 – Pulvinaria tromelini Mamet.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27901/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Légende Figure 15-3 – Vestiges de l’habitat des naufragés malgaches de l’Utile. A gauche le commandant Lhuillier, à droite Luçay Alidor.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27901/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 507k
Légende Figure 15-4 – Plan de l’emplacement choisi pour la construction de la station météo.Il semble bien que l’emplacement indiqué sur ce plan n’ait pas été respecté, le bâtiment préfabriqué sera en effet construit au sud des vestiges de l’habitat des naufragés si l’on en croit les photographies prises par Chedhomme en 1954 et la vue aérienne de l’île (voir ci-après), à moins qu’il ne s’agisse du second ensemble décrit par le Commander Parker.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27901/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 310k
Légende Figure 15-5 – De gauche à droite, le commandant Lhuillier, Serge Frolow et le capitaine Lombaert.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27901/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 358k
Légende Figure 15-6 – Plan et profil de Tromelin illustrant l’article de Lecarrieu dans le no 18 de la Revue de Madagascar.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27901/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 215k

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540