Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tromelin

 | 
Max Guérout

Première partie

Chapitre XIII. Qui a donné le nom de Tromelin à l’île de Sable ?

Texte intégral

1Depuis 1825 et avant qu’un second levé hydrographique soit effectué en 1875, l’île est désignée indifféremment sous le nom d’île de Sable ou sous celui de Tromelin. Nous allons essayer de comprendre comment le passage d’un nom à l’autre s’est produit.

Second levé hydrographique de l’île (1875)

Le HMS Shearwater
Lancé le 17 octobre 1861, au chantier de Pembroke le Shearwater est un sloop, une corvette mixte (voile et vapeur) à hélice, coque de bois, d’un tonnage de 811 tonnes, armé de 11 canons et ayant un équipage de 140 hommes. W.J.L. Wharton en prend le commandement en mai 1872. Après un séjour en Méditerranée, il assure l’année suivante (1873) les croisières de répression de la traite illégale sur la côte est de l’Afrique à partir de la station navale de Zanzibar, placée sous les ordres du contre-amiral Cumming. Il assure ensuite le transport depuis Maurice vers Rodrigue de l’équipe destinée à observer le transit de Vénus devant le soleil. Wharton et son état-major participent aux observations le 8 et 9 décembre 1874. Puis ils effectuent au début de l’année 1875 le levé de Coetivy, de l’île Plate, du banc de la Perle et probablement de Tromelin à la même époque. Le tampon de l’Hydrographic Office imprimé sur le levé de Tromelin porte la date du 9 mars 1875.

Figure 13-1 – Le HMS Petrel (classe Rosario) du même type que le HMS Shearwater.

  • 1 UKHO (United Kingdom Hydrographic Offi ce), Carte A 4116 Africa 3 (La position indiquée est celle (...)

2Le levé hydrographique de l’île1 fut effectué par le HMS Shearwater sous les ordres de W.J.L. Wharton, il fut repris dans un cartouche en bas et à droite de la carte n° 1881 du Royal Navy Hydrographic Service (RNHS).

Figure 13-2 – Relevé hydrographique de Tromelin par le HMS Shearwater.

  • 2 No 682 - Océan Indien – Instructions nautiques sur Madagascar et les îles de l’Océan Indien méridi (...)

3Les Instructions nautiques françaises (édition de 1885)2 font allusion à ce levé hydrographique :

« Lors de sa reconnaissance par le Shearwater en 1875, son extrémité nord paraissait prolongée par un épi de sable sur lequel la mer déferlait ; mais on était alors en mousson de SE, et le commandant Wharton dit que probablement cet épi se transporte à l’extrémité sud avec les vents de nord. »

4L’hypothèse de Wharton reprise ici ne repose que sur une observation ponctuelle et ne correspond pas à la réalité.

Figure 13-3 – Cartouche de la carte no 1881 du RNHS.

Figure 13-4 – Reprise de la carte anglaise de 1875, par la carte française SH 4769, on distingue une épave au Sud-est de l’île. Epave identifiée comme étant celle de l’Atieth Rahamon naufragé en 1867 (voir chapitre 12).

Qui a donné le nom de Tromelin à l’île de Sable ?

5Le sauvetage des naufragés de l’Utile par l’enseigne de vaisseau de Tromelin commandant la Dauphine en novembre 1776, paraît être à l’origine du changement de nom de l’île, de prime abord personne n’en disconvient. Toutefois lorsque l’on cherche à savoir quand et par qui le nom de Tromelin fut donné à l’île de Sable, les choses sont moins évidentes.

6Nous n’avons retrouvé aucun document mentionnant explicitement ce changement de nom. Nous avons donc effectué un recensement des relevés hydrographiques, des cartes, des journaux de bord et des récits. Ce recensement ne peut pas être, bien entendu, considéré comme exhaustif, mais le voici en l’état.

7Dans tous les documents nautiques et les correspondances que nous avons trouvés entre la découverte de l’île en 1722 et 1809, l’île est appelée « île de Sables » ou « îlot de Sables ». Quelquefois, elle prend le nom d’île « de corail ». En anglais, elle est nommée « Sandy Island ».

8En 1809, le Horsburgh’s Directory mentionne « Sandy Island ».

  • 3 Nommé par le Gouvernement anglais, ingénieur hydrographe du Roi et sera chargé en 1816 du Dépôt de (...)
  • 4 AN – Marine, 3 JJ 358 fo26.
  • 5 Memoir and notice explanatory of a chart of Madagascar and the North-East Archipelago of Mauritius

9En 1817, Lislet Geoffroy3, alors chef du Dépôt des cartes de l’île Maurice, dans un mémoire manuscrit4, imprimé en 18185, mentionne la position de l’» île de Sables », indiquant qu’elle a été observée par Le Gentil.

  • 6 Instructions de d’Après, édition 1818.

10En 1818, d’Après de Mannevillette6 mentionne lui aussi l’» île de Sables ».

  • 7 UKHO, E 421 Africa 3.

11La première mention du nom de Tromelin que nous ayons trouvée apparaît sur le relevé hydrographique anglais7 effectué par le sloop HMS Barracuta, le 22 juillet 1825 placé sous les ordres de W.F.W. Owen commandant une mission hydrographique anglaise chargée de l’hydro­graphie la côte orientale de l’Afrique. Dans le cartouche de la carte se trouve l’inscription : « Sandy island of Tromelin ». Ce nom sera repris dans la carte de l’océan Indien publiée par Owen. C’est pour cette raison qu’en 1841 le capitaine de corvette Jehenne, nous l’avons vu, attribue à ce dernier la paternité de ce nouveau nom.

12Si l’on examine le nom donné à l’île à l’occasion des passages successifs de bâtiments français et anglais on obtient la liste suivante :

131830 – La Favorite, commandée par le capitaine de frégate Laplace : « île de Sables ».

141830 – Dumont d’Urville, à bord de la frégate anglaise Sirius, capitaine Lewis : « île de Sable ».

151840 – Carte anglaise de Archer : « Tromelin Island ».

  • 8 AN – Marine, 3 JJ 358, pièce 27.

161841 – La gabare la Prévoyante, commandée par le capitaine de corvette Jehenne8 : « île de Sables ».

  • 9 Nautical Magazine, XXI (1852), 283.

171851 – HMS Pantaloon, commandé par Commander H. Parker : « Tromelin Island9 ».

  • 10 Brooke, R.K., Layard’s bird hunting visit to Tromelin or Sandy Island in December 1856.

181856 – HMS Castor, commandé par le Commodore H.D. Trotter10 : « Tromelin or Sandy Island ».

191867 – Naufrage de l’Athiet Rahamon : « Tromelin or Sandy island ».

201875 – Relevé hydrographique du HMS Shearwater : « Tromelin Island ».

211885 – Instructions nautiques françaises : « île de Sable ou Tromelin ».

Figure 13-5 – Lislet Geoffroy.

22On voit donc que les navires français continuent à employer la dénomination « île de Sables » tandis que, dès 1825, les Anglais ont adopté celle de « Tromelin Island ».

23Le statut juridique de l’île semble flou à cette époque. En 1810, l’île de France a été rétrocédée à l’Angleterre et rebaptisée île Maurice, mais l’île de Sable ne figure pas explicitement dans le traité, si bien que Français et Anglais, les premiers depuis l’île de La Réunion et les seconds depuis Maurice ou depuis la station du Cap viennent alternativement observer l’île ou y débarquer. La liste ci-dessus est cependant très explicite et montre que le nom de Tromelin a été donné à l’île par les Anglais, sans doute en 1825.

  • 11 Biographie de Lislet Geoffroy dans Compte rendu hebdomadaire des séances de l’Académie des Science (...)

24Nous y voyons indirectement la main de Lislet Geoffroy qui publie en 1818 une carte de l’océan Indien et répertorie la position de toutes les îles et dangers de la zone11.

25Sans doute Lislet Geoffroy a-t-il tenu au courant de ces détails W.F.W. Owen à l’occasion de l’escale qu’il fit à Maurice avant d’aller effectuer le relevé hydrographique de 1825. Et ce dernier, en donnant à l’île le nom de Tromelin, a sans doute saisi l’occasion d’honorer à la fois le sauveteur des naufragés de l’Utile et le mentor du chef du Dépôt des cartes de l’île Maurice.

26En 1885, pour la première fois et soixante ans après les Anglais, les Instructions nautiques françaises donnent à l’île le nom de Tromelin.

Jean-Baptiste Lislet Geoffroy (1755-1836)
Fils d’un ingénieur de la Compagnie des Indes et d’une esclave africaine, Lislet Goeffroy reçoit de son père une éducation scientifique pour laquelle il montre de réelles dispositions. Afin d’acquérir une formation de géomètre et de topographe, il sera confié par son père au capitaine de vaisseau Bernard Marie Boudin de Tromelin – frère du sauveteur des esclaves abandonnés sur l’île de Sable (voir Annexe 1), chargé depuis 1771 de l’exécution des travaux de curage et d’amélioration du Port-Louis (île de France). En 1779, Lislet Geoffroy embarque comme aide-pilote sous les ordres de de Bernard de Tromelin. C’est à cette collaboration qu’il devra d’acquérir le titre de dessinateur du Génie puis le grade de capitaine du Génie en 1803. En 1810, il sera promu ingénieur hydrographe par les Anglais, puis en 1816 sera nommé chef du Dépôt des cartes de l’île Maurice.

Notes

1 UKHO (United Kingdom Hydrographic Offi ce), Carte A 4116 Africa 3 (La position indiquée est celle de la pointe Nord)

2 No 682 - Océan Indien – Instructions nautiques sur Madagascar et les îles de l’Océan Indien méridional... collationnées à la direction générale des services hydrographiques par le service des instructions nautiques – Paris, 1885.

3 Nommé par le Gouvernement anglais, ingénieur hydrographe du Roi et sera chargé en 1816 du Dépôt des cartes et journaux de l’Ile Maurice.

4 AN – Marine, 3 JJ 358 fo26.

5 Memoir and notice explanatory of a chart of Madagascar and the North-East Archipelago of Mauritius.

6 Instructions de d’Après, édition 1818.

7 UKHO, E 421 Africa 3.

8 AN – Marine, 3 JJ 358, pièce 27.

9 Nautical Magazine, XXI (1852), 283.

10 Brooke, R.K., Layard’s bird hunting visit to Tromelin or Sandy Island in December 1856.

11 Biographie de Lislet Geoffroy dans Compte rendu hebdomadaire des séances de l’Académie des Sciences – tome 3 – juillet–déc. 1836, p. 206

Table des illustrations

Légende Figure 13-1 – Le HMS Petrel (classe Rosario) du même type que le HMS Shearwater.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27889/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende Figure 13-2 – Relevé hydrographique de Tromelin par le HMS Shearwater.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27889/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Légende Figure 13-3 – Cartouche de la carte no 1881 du RNHS.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27889/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 295k
Légende Figure 13-4 – Reprise de la carte anglaise de 1875, par la carte française SH 4769, on distingue une épave au Sud-est de l’île. Epave identifiée comme étant celle de l’Atieth Rahamon naufragé en 1867 (voir chapitre 12).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27889/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Légende Figure 13-5 – Lislet Geoffroy.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27889/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 90k

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540