Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tromelin

 | 
Max Guérout

Première partie

Chapitre XI. L’île à nouveau visitée

Texte intégral

Le Commander Hyde Parker met le pied à terre (1851)

1Le 5 octobre 1851, le HMS Pantaloon, un brick basé à la station navale du Cap de Bonne Espérance, s’arrête près de l’île.

Figure 11-1 – « HMS Pantaloon entering harbour » peinture anonyme ca.1832.

Figure 11-2 – Raz à la pointe nord en 2008.

  • 1 Tromelin Island and Acorn Shoal – Extract of a letter from Commander H. Parker of HMS Pantaloon, d (...)

2Son capitaine le Commander Hyde Parker parvient à mettre le pied sur l’île. Il en fait la description1 :

  • 2 Peut-être s’agit-il du levé effectué par le Barracouta ?

« Il semblerait que le banc tracé sur le vieux plan2 à l’extrémité sud de l’île de Tromelin, s’est élevé et a crû au-dessus du niveau de la mer, car à présent l’île est presque accore, à l’exception d’une interruption dans le coin sud-ouest, et un banc s’étendant à presque un mile et demi de l’extrémité nord de l’île. Sur ce dernier à trois quarts de mille au large, des sondes de 7 à 12 brasses furent trouvées, sable et grandes roches de corail ; mais avec la mousson du sud-est, il est sous le vent de l’île. Lorsqu’on se tient au-dessus du banc le fond est clairement visible.
Un puissant raz est formé par la rencontre de la marée descendante et du courant d’ouest au large de la pointe nord de l’île, et déferle souvent d’une manière dangereuse pour les embarcations à une distance d’un mile du rivage. L’île est entourée d’un récif ou au moins d’une plateforme de corail, s’étendant à 150 yards ou plus de la plage, sur lequel la mer déferle puissamment. Le fond est partout rocheux et très accidenté, aucune embarcation ne peut aborder sans être presque certainement défoncée excepté au point marqué (a) près du côté est de la pointe nord. A cet endroit se trouve une plage de sable escarpée, claire de toute roche sur une courte distance, et bien qu’étant au vent de l’île, si on attend une occasion favorable une chance d’aborder d’une manière relativement douce peut être trouvée aux environs de la marée haute. Le long de la plage le courant qui porte au nord est très fort, avec la marée descendante il transportera toute embarcation chavirée dans les déferlantes vers le raz, où ils seront en grand danger.
La moitié nord de l’île est la plus haute, et est couverte de buissons peu élevés pas plus haut que quatre à cinq pieds, et quelques herbes grossières. Sur le point le plus élevé de l’extrémité nord de l’île se trouvent les restes d’une très ancienne construction faite de blocs de corail, elle comporte cinq compartiments, et à proximité il y a deux autres ruines carrées.
Dans le voisinage il y a plusieurs rangées de pierres d’environ six pieds de long apparemment des tombes. J’essayais de creuser dans l’une d’elles avec un morceau de bois, et trouvais quelques clous, mais ne disposant pas de pelle, je ne pus creuser plus profond. Je ne trouvais aucun reste humain, marques ou inscriptions dans les ruines ; je suppose que celles-ci sont si vieilles que de tels vestiges ont été depuis longtemps effacés.
Du côté ouest ou nord-ouest de l’île, se trouvent deux grandes ancres dans les déferlantes, et huit canons très corrodés, toutes les marques effacées, certaines parties presque ovales et les tourillons comme des ailes de requin. Les ancres sont d’un modèle ancien, longue verge, et grand organeau, et apparemment très lourdes, mais je fus incapable de m’en approcher compte tenu des déferlantes. Les canons (dont l’un avait été apparemment hissé depuis le récif au-dessus du niveau de la mer) sont des canons de 12 livres d’un modèle ancien, de huit pieds six pouces de long et très lourds, dépassant trente hundredweight [environ 1,5 tonne].
Quelques vestiges de ferrures, telle qu’une chaîne, était éparpillés et je ne pus découvrir aucun indice permettant d’identifier l’épave, qui je pense ne pouvait pas dater de plus d’une cinquantaine d’années, et peut-être plus ancienne. L’île grouillait d’oiseaux venus se rassembler là pour la saison de reproduction. »

L’ornithologue Edgar Leopold Layard débarque sur l’île et en décrit les oiseaux (1856)3

  • 3 Brooke, R. K., Layard’s Bird Hunting visit to Tromelin or Sandy Island in December 1856, in Atoll (...)

3Cinq ans plus tard c’est au tour d’un autre navire de sa gracieuse Majesté, le HMS Castor, une frégate commandée par le capitaine de vaisseau Henry Dundas Trotter, qui est également commandant en chef (Commodore) de la station navale du Cap, de parvenir à envoyer une embarcation à terre.

4Le HMS Castor avait appareillé de Simonstown le 10 octobre 1856 pour l’île Rodrigue, mais une brume épaisse décida le commodore Trotter à se diriger vers l’île Maurice où le Castor passa cinq semaines, mises à profit pour effectuer quelques sorties autour de Round Island une île inhabitée qui se trouve 13 milles nautiques au nord de l’île Maurice. Le passage à Tromelin doit se situer vers la mi-décembre.

5A bord du Castor, se trouve l’ornithologue Edgar Léopold Layard, conservateur du South African Museum du Cap (Afrique du Sud), qui nous a laissé un récit très vivant de sa visite :

  • 4 L’un des anciens noms binomial de la Sterne fuligineuse, encore récemment nommée Sterna fuscata. A (...)
  • 5 Patronyme de Fregata ariel.
  • 6 Patronyme de Sula sula, le fou à pieds rouge.
  • 7 Patronyme de Sula dactylatra, le fou masqué.
  • 8 Patronyme de Sula sula dans sa phase brune, due à un dimorphisme sexuel.

6« Terre ! » cria l’homme de veille depuis la vergue de misaine du HMS Castor, alors que par une belle matinée le Commodore et moi-même arpentions le pont de la bonne vieille frégate. « Dans qu’elle direction ? » lui répondit le midship de quart sur le pont, qui montant sur le gaillard vers l’officier de quart et touchant sa casquette galonnée d’or, lui rendit compte de la réponse. A son tour l’officier en rendit compte au Commodore ; après quelques questions, l’ordre fut donné de faire route vers la terre, puis nous reprîmes notre marche.
Le rivage bas de l’île devint bientôt visible, le ciel bleu clair était piqueté d’oiseaux, volant çà et là, quelques-uns plongeant tête en avant dans le clapot dont l’azur rivalisait en intensité avec celui du ciel, cherchant leur proie, quelques-uns retournaient vers leurs nids lourdement chargés pour leurs petits, pendant que d’autres flottaient avec contentement sur le sein de la mer que la houle soulevait doucement, ou s’élevaient paresseusement dans le sillage de la frégate, qui labourait majestueusement son chemin, ses voiles blanches miroitant dans l’éclat du soleil. Une par une les voiles établies furent amenées et le noble navire fi t route avec précaution vers l’île qui se rapprochait rapidement, et pendant que l’ordre était donné de préparer les embarcations, nous descendîmes pour jeter un dernier coup d’œil sur le Horsburgh’s Directory, afin de prendre connaissance des instructions pour l’atterrissage, des dangers cachés, des courants, etc.
Pour le bénéfice de ceux de mes lecteurs (et je suppose qu’ils sont nombreux) qui ne savent pas où se trouve “Sandy Island”, je transcris les informations données par le grand hydrographe concernant sa position et son aspect : « Sandy Island ou l’Ile de Sable, en latitude 15° 52’ S, longitude 54° 40’ E, est une île plate sableuse, environ quinze pieds au-dessus de l’eau, un demi-mile de long, du NNW au SSE. Elle fut découverte par la Diane en 1722 et en 1761 la flûte l’Utile y fi t naufrage. »
Après que l’équipage ait pris son repas, on rendit compte que les embarcations étaient prêtes, et le premier canot et le dinghy destinés à assurer l’atterrissage furent bientôt mis à l’eau le long du bord, biens équipés en paniers, fusils et munitions, harpons, lignes de pêche, etc. Le vaisseau se tint aussi près de l’île que la légère brise qui soufflait le lui permettait et, quand nous l’eûmes quitté, il vira de bord et s’éloigna, le Commodore essayant de sonder (bien qu’on n’ait pas trouvé le fond avec une ligne de 100 brasses) et exerçant l’équipage à prendre des ris dans les huniers et à effectuer d’autres manœuvres.
Les embarcations avancèrent allègrement, les hommes étaient impatients d’aller à terre et de faire un repas de steak de tortue, et moi-même je jubilais à l’idée de visiter le lieu de nidification d’un nombre incommensurable de frégates, fous, sternes, et autres oiseaux qui maintenant remplissaient l’air de leurs cris perçants et assombrissaient le ciel de l’île.
Lorsque nous atteignîmes le rivage convoité, l’eau passa soudain du bleu au vert, et la ligne des déferlantes apparut, se brisant dans un bruit de tonnerre sur la plage de sable. Le dinghy avait été désigné pour éclairer la route, les deux Kroomen qui tenaient les avirons, des êtres amphibies aussi à l’aise dans l’eau qu’à terre, se dépêchèrent de porter en avant leur frêle esquif, sous le vent de l’île l’eau était relativement calme, et nous décidâmes d’aborder à cet endroit.
Le dinghy se trouva bientôt hissé au sec ; mais notre attention à bord du canot fut attirée par un objet séduisant qui flottait dans l’eau calme, à moins d’une douzaine de yards en avant, aussitôt reconnu avec mon instinct de citadin, comme étant une soupe de tortue dans sa boîte d’origine. Un vieux baleinier rampa jusqu’à la proue du canot et en tira un harpon étincelant, l’équipage du canot rama sans bruit, l’officier responsable donna ses ordres en murmurant, et nous nous glissâmes vers notre proie. Dans nombre de têtes trottait la phrase “Ah ! Vieille amie, combien de bols de soupe vas-tu nous fournir ? », et dans au moins l’une d’entre elles « Quelle belle carapace pour le Musée ». Regardez le harponneur, il se tient droit, un pied sur le plat-bord, le harpon en équilibre, une demi-douzaine de coups d’avirons et il est – Non, pas du tout – Maîtresse tortue est complètement éveillée, et sans une vague, l’énorme bol de soupe plonge et disparaît à notre vue.
Déçus par l’échec de notre première tentative pour attraper une tortue, nous prîmes la direction du rivage, ramant et évitant grâce à l’habilité des marins les énormes rouleaux qui brisaient sur la plage dans une masse d’écume blanche. Nous courrons au-dessus d’une vague, scions et la laissons déferler, puis nous ramons de nouveau. L’homme qui est désigné pour hisser le canot sur la plage saute par-dessus bord, et à notre consternation, bien que se trouvant à seulement quelques mètres du dinghy notre compagnon ne trouve pas le fond. Avant qu’ils puissent sortir de la confusion dans laquelle cet accident nous avait jeté, et que les hommes aient repris leurs avirons, une énorme déferlante se brisa au-dessus de nous, projetant deux hommes par-dessus bord et prenant le canot par le travers. Je me cramponnais aux fusils et au banc, prêt à sauter au moment favorable, heureusement la vague suivante couru jusqu’à la côte, et bien qu’elle nous ait emporté comme une coque de noix, elle nous porta sur des petits fonds.
Les hommes encore agrippés au plat-bord prirent pieds –, le reste de l’équipage sauta par-dessus bord et en un moment nous nous trouvâmes en sécurité, quoique au prix d’un bon plongeon et pour ma part au moins, ne sachant pas nager, d’une bonne frayeur. Après avoir essuyé nos fusils et étendu nos vêtements superflus sur le sable pour les sécher, nous montâmes vers ce que nous identifiâmes au premier coup d’œil comme une habitation humaine.
Nous trouvâmes les ruines d’une hutte, qui avait compris trois pièces ; dans la plus grande se trouvait un espace carré entouré de pierres noircies, qui avait dans le passé servi de foyer ; mais qui à présent contenait le nid de trois ou quatre noddis (Anous stolidus), qui insouciants de notre approche, becquetèrent nos mains quand nous essayâmes de prendre possession de leurs jolis œufs tachetés.
Nous trouvâmes les nids de ces oiseaux dans chaque trou et recoin des ruines, ils avaient pris possession de chaque pierre et pendant que le mâle était perché au-dessus, la femelle couvrait son unique œuf sur le côté dans une dépression du sol recouverte d’algues. Les œufs étaient magnifiquement tachetés de diverses nuances de violet pâle sur un fond de couleur crème. Les œufs mesuraient en moyenne deux pouces sur un pouce et demi ; mais on trouvait rarement deux d’entre eux de la même taille ou colorés de la même façon ; cependant un œil exercé pouvait les distinguer de ceux de Onychoprion fuliginosus4, que nous trouvâmes nichant dans une autre partie de la même île, qui nous apparut couverte de buisson ayant environ la hauteur d’un homme.
Jusqu’alors, les frégates étaient restées bien hors de portée, mais à présent un bruissement se fit entendre au-dessus de nous, comme la chute d’un corps lourd dans l’air, et jetant un œil en l’air, je vis une frégate piquant comme pour nous attaquer. Comme elle dégageait, je pointais mon fusil sur elle, et tirais, elle culbuta, alors les fusils eurent beaucoup de travail, car les oiseaux dégringolèrent, et le sol fut bientôt jonché de morts et de mourants.
Combien d’oiseaux convoités avons-nous massacrés je ne sais pas ? Quand un des hommes ordonna, « Tenez bon, Monsieur, – N’en tirez plus, il y en a ici par vingtaine sur leurs nids. »
Et alors la vérité m’apparut tout à coup, - nous étions entrés dans leur « rookery » et les pauvres oiseaux avaient perdu la vie dans une vaine tentative pour intimider les monstres à deux jambes qui étaient venus soudain troubler leur domaine privé.
Impatient de posséder leurs œufs, je les délogeais de leur nid, oiseau après oiseau, à l’aide d’une longue baguette. Approcher ses mains était le plus sûr moyen de se faire sévèrement pincer. Presque chaque nid contenait un oisillon chauve niché sous l’aile maternelle ; je n’obtins qu’un petit nombre d’œufs prêts à éclore.
Les matelots qui rôdaient alentour, trouvèrent un endroit où l’incubation ne semblait pas aussi avancée, probablement la nurserie de nouveaux mariés ou de couples inexpérimentés. Jack s’en saisit et bien que les œufs aient été couvés, dans la pluspart des cas, ils furent tous dévorés : autant pour le goût !
J’entendis un garçon dire à son camarade en en avalant un : « Jette-le, Ned, il y avait un os dans celui-ci. »
Les frégates (Attagen A.5), et les fous, dont il y avait trois espèces, – Sula fasciata6, S. personata7, S. fusca8, nichaient côte à côte, dans certaines zones.
Leurs nids étaient de grandes structures faites d’algues, de fiente et d’arêtes de poisson, leur aspect stratifié témoignait que leur taille augmentait d’année en année.
A cet endroit l’odeur était terrible, le sol étant jonché de débris de poisson et de jeunes oiseaux. Je ne pus m’appuyer sur le comptage de ces derniers, car je vis un gros Bernard l’Hermite poilu (Pagurus), habitant dans la coquille vide d’un gros Turbo, qui gisaient sur le sol en grande abondance, descendre du tronc d’un des arbustes, avec un oisillon se tortillant dans ses pinces.
Je vis alors que les branches étaient pleines de ces cannibales, le plus souvent chargés de poissons volés dans les nids.
Je présume que les voleurs ne se saisissaient qu’occasionnellement des morceaux les plus délicats des tendres oisillons, lorsque la mère est absente du nid, sans aucun doute suffisamment souvent pour assurer la croissance rapide de ses oiseaux - voleurs à leur tour, car de la bouche de l’un d’entre eux que je tirais, il ne dégorgea pas moins de dix-sept poissons de 3 à 9 pouces de long.
Après avoir forcé notre passage à travers les buissons, nous émergeâmes sur le bord de l’île opposé à celui où nous avions abordé, et découvrîmes un récif, une plateforme de corail et de roc, s’étendant le long du rivage, où à la limite extérieure, les déferlantes se brisaient avec une splendeur effrayante. Un appel d’un des hommes qui me précédaient, et le regroupement des autres gaillards lorsqu’ils atteignirent l’endroit, nous incita, nous qui marchions paresseusement avec des regards curieux, à hâter nos pas.
Nous trouvâmes en arrivant sur les lieux que les hommes étaient activement engagés dans l’examen de deux ou trois lourds canons de fer, ils gisaient à moitié enfouis et mêlés entre les rochers, et vers le large se trouvait la charpente d’un vaisseau, une ancre énorme dont une patte émergeait dans les brisants. Il s’agissait là des vestiges de l’infortuné Utile, le navire de guerre français auquel Horsburgh fait allusion : la maison maintenant occupée par des fous vagabonds avait été le logis des survivants pendant leur long emprisonnement sur ce grain de sable au milieu de l’océan, le foyer dans la grande pièce avait connu les rires joyeux des insouciants, les plaintes amères des désespérés, et les pensées élevées et viriles des braves et des indomptables, chacun d’eux peut-être, méditant à sa façon sur le moyens de s’échapper, ou sur la nourriture du lendemain.
Le commandant dans sa petite pièce, contemplant les restes de son vaisseau perdu, les officiers rassemblés dans l’autre pièce, pensaient aux êtres aimés qu’ils pourraient ne jamais revoir, et maintenant combien parmi ce groupe d’hommes ont survécus ? Aucun ? L’endroit de leur long séjour n’entendra plus jamais le son de leurs voix
Nous poussâmes vers la partie nord de l’île, et traversâmes une plaine ouverte qui s’étendait entre les buissons et un haut talus de pierres roulées, jetées sur cette extrémité de l’île par des multitudes de tempêtes.

  • 9 Pour Onychoprion fuscatus.
  • 10 Westley Richards est une célèbre armurerie anglaise fondée en 1812 par William Westley Richards.

7Au centre de cette plaine, nous arrivâmes à un cercle de pierres, disposées autour d’un point, dont le vert vivant attestait la présence d’eau dans le sous-sol, c’était l’endroit d’où les naufragés tiraient leurs besoins. Près de cet endroit nous pouvions à peine marcher sans écraser de jeunes Noddi (Anous stolidus) et leurs œufs, et en retournant une pierre, deux souris jaillirent, une autre puis une autre suivirent de chaque pierre déplacée, elles pullulaient littéralement à cet endroit. Elles étaient probablement venues avec le navire français, et avaient peuplé l’île.
Expliquer la présence d’une grande quantité de grosses fourmis noires, qui creusaient leurs galeries dans toutes les directions sous le gazon, était plus difficile, de même la présence d’un lézard (Gecko) que je capturais, mais qui plus tard se sauva.
Avançant à quelques mètres de cet endroit, nous entrâmes dans le domaine d’une autre espèce de sternes (Onychoprion fuliginosus9), dont la présence nous fut d’abord révélée par des oiseaux intrépides qui nous frappaient au visage avec leur bec acéré.
De même que dans les autres endroits nous n’avions vu aucun nid de ces espèces, nous ne trouvâmes pas non plus là un seul nid de A. stolidus.
Le bruit de ce nombreux rassemblement était si grand qu’à peine nous entendions les cris de nos voisins les plus proches, et je fus heureux de m’échapper du haut talus de pierre et de gagner le calme du fracas des déferlantes. C’était évidemment le côté tempétueux de l’île, et la direction d’où soufflent les vents dominants.
Tout le rivage consistait en grosses pierres roulées ; aucune n’avait un angle ; toutes étaient aussi lisses que des pierres de cordonnier, elles faisaient irrésistiblement penser à des centaines de joyeux cordonniers tapant activement semelles et trépointes.
Nous trouvâmes là une autre épave – un arbre énorme ; depuis quel endroit avait-il dérivé ? Madagascar probablement, et c’était l’Arche avec lequel les fourmis étaient venues ; ainsi ces points sur l’océan sont-ils peuplés. Nous écartant de la scène de nos spéculations, nous portâmes nos pas vers nos embarcations le long d’un large chemin, nettoyé de toute pierre et minutieusement aplani. Pourquoi les pauvres naufragés avaient-ils construit ce chemin ?
Peut-être leur commandant, un homme avisé, pensant que dans une telle situation l’oisiveté favorisait les sombres pensées, avait mis ses hommes au travail pour nettoyer ce chemin, pour y transporter quoi ? Du bois à brûler provenant des charpentes de l’épave, des pierres jetées par les vagues pour construire leur maison, c’était comme un chemin carrossable qu’ils l’avaient certainement utilisé, car nous trouvâmes la roue brisée d’un affût de canon sur un tas de pierres.
Pendant que nous marchions, j’avais donné mon fusil au chapelain, qui voulait s’essayer la main au tir. Il avait tiré une fois sans succès sur un huîtrier (Haematopus) ; et maintenant à mon grand dépit, je vis un nouvel oiseau magnifique d’une blancheur de neige, ressemblant beaucoup à une sterne, passant lentement près de lui. « Un oiseau nouveau ! », criais-je ; « tirez, mon père, tirez ! » hélas, mon ami avait la main plus habile avec le livre des Hébreux qu’avec une Westley Richards10, et ces éminents tubes semeurs de mort individuelle furent pointés en vain sur le bel étranger.
A l’éclair brillant et à la détonation, la créature neigeuse répondit par une gracieuse inclination, comme une demoiselle en mousseline blanche à une invitation à la danse, et elle plana au-dessus de nos têtes, nous regardant bien en face avec ses grands yeux noirs.

  • 11 Achates était le plus fidèle et le plus assidu des compagnons d’Enée. Aussi dit-on, le plus souven (...)
  • 12 Ou Quantum mutatus ab illo : phrase prononcée par Enée dans l’Enéide (II, 274) de Virgile, lorsqu’ (...)
  • 13 Patronyme de Gygis alba.

8J’étais frénétique, je bourrais rapidement une charge de poudre, mais hélas je n’avais plus de balles. Moi et mon fidus Achates11, « Ed » et « Jack le curieux » comme les marins nous avaient surnommés lui et moi, était retourné au canot avec mon sac.
Mais de l’aide arrivait, le lieutenant - tireur d’élite du bord - se hâtait vers la scène, attiré par mes cris et mes vaines tentatives pour atteindre l’oiseau avec des pierres. Voyant un autre monstre étrange accourir, mon blanc ami se détourna, et s’éloigna à tire-d’aile vers le large.
Oh ! angoisse ! Que connaît seul le naturaliste, qui voit une nouvelle espèce lui glisser entre les mains.
Dans mon for intérieur je résolus de ne jamais plus laisser filer mon arme hors de mes mains sur ces côtes inconnues. La blanche vision fait un autre tour, cette fois vers la terre « viens, viens oiseau inconnu ».
Viser de loin ! « Ah, ma beauté, l’aumônier ne tient plus ce solide canon : un œil mortel mesure la distance que vous allez parcourir, avant que le messager plombé ne vous atteigne. »
Et maintenant, le tir précis ! Bruit sourd, l’oiseau infortuné est tombé.
Le retentissement de la détonation atteint mes oreilles, je me précipite et la prise est à moi ; quel beau plumage d’un blanc immaculé, sans une tâche, sauf quelques points roses sur la poitrine, d’où la vie s’écoule avec le sang, le bec bleu brillant et les grands yeux sombres maintenant clos par la mort. Et maintenant, quam mutatus ab illo12, sa peau séchée, ratatinée et son bec noirci, honorent les étagères du Museum, une caricature de la vie, une parodie du plus bel oiseau que j’ai jamais vu, je le pense.
Lecteur, vous devez le voir répertorié Gygis Candida13.
Les oeufs de Onychoprion fuliginosus sont relativement plus grands que ceux de A. stolidus, ils ont environ 2 pouces et 2 lignes de long, pour 1 pouce et 7 lignes de large, ils sont plus densément tachetés de tâches plus petites sur l’extrémité obtuse.
Ils sont généralement plus noirs, et peuvent être facilement distingués par quiconque a déjà pris les deux. Je pense qu’une description écrite devrait suffire pour chaque espèce. Les œufs des frégates Attagen Ariel sont très semblables en taille et en forme à ceux des fous ; mais ont une texture plus lisse et plus fine, et ne comportent pas d’épaisses incrustations calcaires qui distinguent immédiatement ceux de ces dernières. Ils sont d’un blanc pur lorsqu’ils sont fraîchement pondus ; mais deviennent tristement souillés par la fiente dans laquelle ils reposent. Ils mesurent environ 2 pouces 7 lignes de long pour 1 pouce 9 lignes de large. Comme nous commencions juste nos préparatifs pour la nuit, la vieille frégate qui s’était rapprochée de l’île amena soudainement ses huniers, hissa son pavillon de rappel et tira un coup de fusil. Sautant dans le dinghy, je me rendis à bord pour m’informer des raisons du changement de plan, pendant que le canot était mis à l’eau et préparé pour le retour, au cas où le rappel se révélerait être général.
« Quelle chasse ? » cria le Commodore, lorsque nous fûmes à portée de voix.
« Splendide ! » fut ma réponse.
« Avez-vous aperçu des tortues ? » fut la question suivante.
« Très peu ! Pas de traces de ponte à terre. »
Le petit dinghy cognait sous les hautes murailles du navire quand retentit un nouveau coup de fusil, et que la lanterne de rappel du canot fut hissée en tête de mât ; juste au moment où l’obscurité complète tombait sur nous, le canot accosta le long du bord et en un instant se balança sur ses bossoirs ; le vieux navire gonfla ses voiles, vira dans la brise du soir et nous nous éloignâmes de l’île.
« Je ne connais pas les courants par ici », dit le Commodore, comme je terminais la narration de nos aventures de l’après-midi.
« Nous ne devons pas laisser les os du Castor près de ceux de l’Utile. »

Figure 11-3 – Le H.M.S. Castor abordant le cotre Caméléon. devant Douvres en 1834. (Petrus Nefors).

Figure 11-4 – E.L. Layard, conservateur du South African Museum de 1854 à 1875.

Figure 11-5 – Sterne fuligineuse, Onychoprion fuscatus (G. Berger, 2008).

Figure 11-6 – Frégate, Fregata ariel (G. Berger, 2008).

Figure 11-7 – Fous à pieds rouges et plumage blanc, Sula sula (M. Guérout, 2006).

Figure 11-8 – Fou à pieds rouges etplumage brun, Sula sula (M. Guérout,2006).

Figure 11-9 – Fou masqué, Sula dactylatra.

Figure 11-10 – Fou masqué, Sula dactylatra sur son œuf (M. Guérout, 2008).

Figure 44 – Gygis blanche, Gygis alba (M. Guérout, 2013).
Le Gygis Alba qui avait disparu de l’île fut à nouveau observé par l’équipe des archéologues du GRAN et de l’INRAP, en septembre 2013. Une douzaine de ces oiseaux gracieux et attachants avait élu domicile sur des veloutiers situés dans le sud-ouest de l’île.

Notes

1 Tromelin Island and Acorn Shoal – Extract of a letter from Commander H. Parker of HMS Pantaloon, dated 5th October, 1851. The Nautical magazine Vol. 21, 1852, p. 283.

2 Peut-être s’agit-il du levé effectué par le Barracouta ?

3 Brooke, R. K., Layard’s Bird Hunting visit to Tromelin or Sandy Island in December 1856, in Atoll Research Bulletin, no 25573-82, 1981, p. 55-64. Layard, E.L., Sport on Sandy Island, in Cape Monthly Magazine, ser. 1, vol. 3, 1858, p. 289-296.

4 L’un des anciens noms binomial de la Sterne fuligineuse, encore récemment nommée Sterna fuscata. Aujourd’hui le nom accepté par la plupart des autorités ornithologiques est Onychoprion fuscatus.

5 Patronyme de Fregata ariel.

6 Patronyme de Sula sula, le fou à pieds rouge.

7 Patronyme de Sula dactylatra, le fou masqué.

8 Patronyme de Sula sula dans sa phase brune, due à un dimorphisme sexuel.

9 Pour Onychoprion fuscatus.

10 Westley Richards est une célèbre armurerie anglaise fondée en 1812 par William Westley Richards.

11 Achates était le plus fidèle et le plus assidu des compagnons d’Enée. Aussi dit-on, le plus souvent en plaisantant, en latin : « fidus Achates » (fidèle Achates) pour désigner un ami très intime.

12 Ou Quantum mutatus ab illo : phrase prononcée par Enée dans l’Enéide (II, 274) de Virgile, lorsqu’Hector lui apparait en rêve non plus sous la forme d’un héros, mais couvert de plaies saignantes. Elle est généralement prononcée lorsqu’on se trouve en face de personnes ou de choses qui ont changé d’aspect depuis la dernière fois qu’on les a vus.

13 Patronyme de Gygis alba.

Table des illustrations

Légende Figure 11-1 – « HMS Pantaloon entering harbour » peinture anonyme ca.1832.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27883/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 286k
Légende Figure 11-2 – Raz à la pointe nord en 2008.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27883/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Légende Figure 11-3 – Le H.M.S. Castor abordant le cotre Caméléon. devant Douvres en 1834. (Petrus Nefors).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27883/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende Figure 11-4 – E.L. Layard, conservateur du South African Museum de 1854 à 1875.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27883/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende Figure 11-5 – Sterne fuligineuse, Onychoprion fuscatus (G. Berger, 2008).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27883/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Légende Figure 11-6 – Frégate, Fregata ariel (G. Berger, 2008).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27883/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende Figure 11-7 – Fous à pieds rouges et plumage blanc, Sula sula (M. Guérout, 2006).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27883/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Légende Figure 11-8 – Fou à pieds rouges etplumage brun, Sula sula (M. Guérout,2006).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27883/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Figure 11-9 – Fou masqué, Sula dactylatra.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27883/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Légende Figure 11-10 – Fou masqué, Sula dactylatra sur son œuf (M. Guérout, 2008).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27883/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Légende Figure 44 – Gygis blanche, Gygis alba (M. Guérout, 2013).Le Gygis Alba qui avait disparu de l’île fut à nouveau observé par l’équipe des archéologues du GRAN et de l’INRAP, en septembre 2013. Une douzaine de ces oiseaux gracieux et attachants avait élu domicile sur des veloutiers situés dans le sud-ouest de l’île.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27883/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 65k

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site