Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tromelin

 | 
Max Guérout

Première partie

Chapitre X. L’île enfin vue et hydrographiée

Texte intégral

La Villecolet aperçoit l’île de Sables (1778)

1L’île est à nouveau aperçue et décrite par Jean-Baptiste Julien Nicolas Servais de la Villecollet (né vers 1750), un capitaine de la marine marchand de Saint-Malo, au cours d’un voyage de l’île Bourbon vers l’île Juan de Nova située dans le canal du Mozambique.

2Son navire, le Diligent, appareille de Saint-Denis le mercredi 18 mars 1778 et il aperçoit l’île le 24 au matin :

  • 1 « Du monde » : manière d’indiquer que le relèvement est effectué par rapport au nord géographique (...)

« … A minuit et demie la brise augmentant j’ai fait carguer la misaine pour ne pas approcher la latitude de l’Isle de Sable de plus de 3 lieues avant le jour. A 2 heures du matin, cargué aussi la grand-voile et serré le grand foc. A 5 heures nous avons fait servir sous toutes voiles et à 6 heures et demie nous avons la connaissance de l’Isle de Sable du haut des mâts, que j’ay relevé aussitôt au N 1/4 NO 5° Ouest du compas, j’ai laissé arriver afin d’en avoir une parfaite connaissance d’en bas et l’ai doublée dans l’Est à la distance d’une demie lieue tout au plus. C’est un platier de sable qui parait garni de gros corail et qui est fort peu élevé sur l’eau. La mer est fort houleuse à terre et les courants serrent avec force dessus. Ce qui fait que je n’essayerai jamais à la doubler au vent de si près. J’ai remarqué aussi qu’il y a fort peu d’oiseaux sur cette isle et à son approche puisqu’à peine en avons-nous vu deux ou trois. A 8 heures du matin relevé le milieu de l’isle à l’Ouest du monde1 distance 2/3 de lieue et à 10 heures perdu la ditte isle de vue dans le SO du compas à 2 fortes lieues de distance. A midy la route m’a vallu par ma hauteur le N NE 1° 50 Nord chemin 21 lieues.

Latitude observée

15° 42’ S

Latitude estimée

15° 38’ S

Longitude estimée

52° 38’ E

  • 2 AN – Marine, 4 JJ 87, journal de bord du Diligent.

Variation observée 12° 30’ Ouest2. »

Le Diligent
Brick de 100 tx, armé à Saint-Malo. Mentionné par Auguste Toussaint (1967, p. 245 et 279), il arrive à l’Île de France en provenance de Saint-Malo le 11 fév. 1777, et également en provenance de Galle (Ceylan) le 15 nov. 1779.

3On peut noter la prudence dont fait preuve La Villecollet. La position de l’île recalée à partir du point à midi est :

Latitude

15° 53’ S

Longitude

52° 34’ E

4La remarque de la Villecollet concernant le petit nombre d’oiseaux rencontrés est peut-être à mettre en rapport avec les périodes de migration de ces derniers, à moins qu’elle ne confirme l’impact négatif sur la faune aviaire, du séjour des naufragés de l’Utile. En effet on se souvient qu’en 1756, Morphey signale un grand nombre d’oiseaux alors qu’il se trouve dans les parages de l’île.

5Il faudra attendre longtemps encore avant qu’un pied humain ne foule à nouveau l’île, même si de nombreuses cartes marines publiées en France et en Angleterre indiquent désormais sa position.

Carte de Laurie et Whittle (1798)3

  • 3 AN – Cartes et Plans, 6 JJ 40 B – Pièce 22 bis – A new and correct chart of the Indian Ocean from (...)
  • 4 Horsburgh’s Directory - Volume 1, p. 122 : “Description of the Archipelago of Islands and Dangers, (...)

6Sandy Island est décrite dans les instructions nautiques anglaises (1809) puis françaises (1818). En 1809 Horsburgh publie son Horsburgh’s Directory4, il y décrit Sandy Island :

« DESCRIPTION of the ARCHIPELAGO of ISLANDS and dangers NORTH and NORTH-EAST from MADAGASCAR…

Sandy Island
Sandy Island, or l’Isle de Sable, in latitude 15° 52’ S, longitude 54° 50’ E, is a flat sandy spot about 15 feet above water, nearly ½ of a mile long from N.N.W. to S.S.E and about ¼ of a mile broad, having a sand bank projecting ¾ of a mile toward S.S.E.
It was discovered by the ship La Diane in 1722; and in 1761 the Flute l’Utile was cast away there. Ships passing to the eastward of Madagascar, if not certain of their longitude, should be careful in crossing the parallel of the low and dangerous island. In Grenier’s chart, it is placed on the same meridian as the east part of Bourbon, but on other charts, generally about 1° more westward. »

  • 5 Gazette de Bourbon du 2 août 1817.

7En 1812, il semble, selon le rapport du capitaine de corvette Jehenne cité ci-dessous, que le Bridgewater, un navire marchand ait observé l’île. En 1817, le brick La petite fille, passe à la vue de l’île5.

Figure 10-1 – Carte de Laurie et Whittle.

Figure 10-2 – Carte de Laurie et Whittle.

  • 6 Correard A., Savigny J.B.H., Naufrage de la frégate La Méduse, Paris, 1818.

8En 1818 paraît la troisième édition du Neptune Oriental publié par d’Après. La même année, l’histoire de l’Utile est évoquée dans un ouvrage consacré au naufrage de la Méduse qui s’est produit deux ans auparavant. Ce drame, bien plus que celui de l’Utile, frappera l’opinion publique6, d’autant qu’en 1819, Géricault présente au Salon de peinture et de sculpture son célèbre Radeau de la Méduse, une œuvre majeure du xixe siècle.

9L’année suivante Lislet Geoffroy publie l’ouvrage dont nous avons parlé plus haut.

Premier levé hydrographique de l’île (1825)

  • 7 “Another run to Mauritius was made by the two vessels in company between the dates of June 3rd and (...)

10En août 1821 le capitaine de vaisseau W.F.W Owen reçoit de l’Amirauté britannique le commandement du HMS Barracouta, du HMS Leven et du Cockburn, un navire auxiliaire, avec ordre de procéder à l’hydrographie des côtes est et ouest de l’Afrique et de l’île de Madagascar. En 1822, W.F.W. Owen prend le commandement du HMS Leven et A.T.E. Vidal celui du HMS Barracouta. En 1823, Owen basé au Cap, commence l’hydrographie de la côte est de l’Afrique, le Cockburn naufragé est remplacé par l’Albatross. C’est au cours de cette campagne que sera effectué, le 22 juillet 1825, le premier relevé hydrographique de l’île de Sable par le brick HMS Barracouta7.

Figure 10-3 – Le brick HMS Barracouta effectuant le relevé hydrographique du port et de la baie de Mahé des Seychelles en 1825 par William John Huggins (1781 – 1845) (London, Government Art Collection).

11Le levé de l’île sur lequel figure la route suivie par le HMS Barracouta montre que le navire hydrographe n’a fait que passer sans s’arrêter.

12Le relevé est accompagné d’une vue de la côte depuis le nord-ouest de l’île à une distance de 1 mile, dessinée par Hillock, il s’agit de la première représentation de l’îlot. On remarque, sur le point haut de l’île, un pavillon (ou un signal) qui semble avoir été vu par Laplace cinq ans plus tard.

Figure 10-4 – Levé hydrographique du HMS Barracouta.

Figure 10-5 – Levé hydrographique du HMS Barracouta (détail de la vue de côte).

Le C.F. Laplace inspecte l’île (1830)

13En 1830, trois cyclones traversent l’océan Indien, les 15 janvier, 27 mars et 3 avril. Dès la saison des cyclones passée, la corvette la Favorite, commandée par le capitaine de frégate Cyrille Laplace est envoyée pour inspecter l’île de Sable afin de vérifier qu’aucun naufrage ne s’y est produit.

La Favorite
Corvette à batterie barbette, armée de 4 canons de 30 et 16 caronades, 100 hommes d’équipage. Construite à Lorient, construite entre 1827 et mars 1829, elle appareille le 31 décembre 1829 de Toulon, sous le commandement du capitaine de frégate Laplace pour effectuer un voyage autour du monde.

Figure 10-6 – Corvette La Favorite.

  • 8 Laplace, Cyrille, Pierre, Théodore, Voyage autour du monde par les Mers de l’Inde et de la Chine, (...)

« Le 6 mai, au lever du soleil, le temps était beau et clair, le vent du sud-est mais faible ; nous laissâmes arriver, et à 9 heures nous aperçûmes la terre du haut des mâts, à 11 heures la corvette n’en était plus éloignée que d’un mille, côtoyant la partie est, et manœuvrant pour doubler la pointe nord… Les lames se déroulaient d’une manière effrayante sur les récifs dont le rivage est entouré comme d’un rempart contre les assauts de l’océan. La vue de ce dangereux écueil nous faisait éprouver le sentiment d’une pénible et inquiète curiosité ; nos yeux cherchaient, sur cette surface uniforme de sable, dont la blancheur brillait sous les rayons d’un soleil brûlant, des vestiges qui annonçassent l’existence de quelques malheureux naufragés. Sur le monticule qui forme le point le plus élevé de l’île, était une perche à moitié renversée par le vent, et surmontée d’une croix ; autour nous apercevions les restes de cabanes et de puits, faits sans doute par l’équipage de l’Utile qui en 1767 découvrit l’île de Sable et s’y perdit pendant la nuit. […] J’aurais désiré mettre à terre quelques hommes pour l’explorer ; mais quoique la brise fut très modérée, la mer brisait avec une telle violence sur les récifs, que toute communication était impossible. Je me bornais donc à en faire le tour d’assez près, pour que rien ne pût échapper à nos regards. Les coups de canon, que je fis tirer à des intervalles rapprochés, n’eurent d’autres résultats que de faire lever une multitude d’oiseaux de mer, dont les cris causaient un bruit assourdissant. A 4 heures du soir, après des observations d’angles horaires nous leur laissâmes la tranquille possession de l’île, dont la position, qui venait d’être parfaitement déterminée, est bien différente que celle qui lui est assignée sur toutes les anciennes cartes : Latitude S 15° 53’ 8, Longitude E 52° 11’ 9. Avant le coucher du soleil, nous étions hors de vue du danger, d’autant plus redouté des marins, qu’à peine visible à deux lieues par un temps clair et beau, il est impossible de l’apercevoir assez à temps pendant la nuit, ou sous un ciel sombre et couvert8. »

Cyrille Pierre Théodore Laplace
Né en mer le 7 novembre 1793 et mort à Brest en 1875, Laplace est un explorateur maritime français. En 1830, devenu capitaine de frégate, il entreprend une circumnavigation sur la corvette la Favorite. Parti de Toulon, son voyage le mène successivement en Inde, en Asie du Sud-Est, en Australie et en Nouvelle-Zélande, au Chili et enfin au Brésil. Promu capitaine de vaisseau à son retour en 1834, il renouvelle son périple entre 1837 et 1840 sur la frégate l’Artémise. Il est nommé préfet de Rochefort en 1848 et de Brest en 1855. Il termine sa carrière au grade de vice-amiral.

14Le tome IV du même ouvrage publié en 1835, donne quelques indications supplémentaires : d’une part le détail des observations effectuées par Mrs de Boissieu et de Sholten pour calculer la position de l’île qu’ils corrigent pour donner : « Latitude 15° 53’ 52” S ; Longitude 52° 11’ 9”,50 E. » Il signale aussi la présence des vestiges de l’épave de l’Utile. Il ajoute cette considération : « C’est sans doute pour consacrer le souvenir de cette action généreuse que le capitaine Howen [Owen], a donné à l’île de Sable, sur la carte de l’Océan Indien, le nom d’île Tromelin. »

Le C.C. Jehenne observe l’île (1841)

  • 9 AN – Marine, 3 JJ 358, pièce 27. Rapport à Mr Le contre-amiral de Hell Gouverneur de Bourbon & dép (...)

15En septembre 1841, le capitaine de corvette Aimable Constant Jehenne (1799-1863), commandant la gabarre la Prévoyante effectue une campagne hydrographique dans les îles Mascareignes. Dans son rapport, il note à propos de l’Isle de Sable9 :

« … J’avais déjà la conviction que l’Isle de Sables qu’on dit avoir été vue en 1812 par le Bridgewater était le seul danger que j’avais quelque chance de rencontrer. Je prie de remarquer que l’expression on dit est employée par Horsburgh qui est le seul auteur qui ait parlé de cette rencontre du Bridgewater et son correctif annonce qu’il n’y croit pas beaucoup ».

16Il nous livre aussi dans son rapport quelques considérations sur l’hydro­graphie de la zone :

« Quand on jette alternativement un coup d’œil sur la carte de d’Après de 1774 et celle de Daussy en 1838, donnant l’une et l’autre les positions des îles situées à l’Est et au Nord-Est de Madagascar, on peut juger des progrès de l’hydrographie dans cet espace de temps. Les progrès ont été dus au perfectionnement des instruments à réflexion et surtout à l’usage des montres marines pour la détermination de la longitude, découverte que je considère comme la plus utile pour la Marine, parmi celles de la fin du siècle dernier. Avant que ce moyen ne fût connu ; on opérait sur des distances lunaires, comme rien n’empêche de le faire aujourd’hui avec l’immense avantage de posséder de bons instruments, et de bonnes tables, choses dont étaient privés nos aïeux ; mais comme les circonstances favorables pour ces sortes d’observations sont assez rares à la mer, les navigateurs du siècle dernier, ou du moins jusqu’en 1775, concluaient ordinairement leur longitude de la déclinaison de l’aiguille, ainsi que nous voyons le respectable d’Après leur en faire la recommandation expresse. On conçoit facilement à quelles erreurs a dû entraîner une pareille méthode ; et, si l’on ajoute à cela dans les parages dont nous nous occupons les courants portant toute l’année à l’Ouest, avec une vitesse moyenne de 20 à 25 minutes par jour, sera-t-on surpris des erreurs des cartes de d’Après qui ont été pendant longtemps ce que nous possédions de mieux ? »

Le Bridgewater
Un navire anglais de 1276 tonnes de l’East India Company (EIC) porte ce nom, lancé dans les chantiers Randall, Brent & Gray de Londres le 5 octobre 1812. Commandé par Philip Hughes, il appareille de Portsmouth le 29 janvier 1813 pour les Indes en compagnie de l’Essex, de l’Atlas et de la Pricess Amalia, du Baring, de la Rose, du Marquis de Wellington. Il arrive au Cap le 7 mai (India record office /L/MAR/B/42Q) et à Madras le 7 juillet. Il n’est donc pas impossible qu’il ait pu observer l’île Tromelin, mais pas avant le milieu de l’année 1813. Il se pourrait alors que Jehenne citant Horsburgh se trompe d’une année.

Notes

1 « Du monde » : manière d’indiquer que le relèvement est effectué par rapport au nord géographique et non par rapport au nord magnétique.

2 AN – Marine, 4 JJ 87, journal de bord du Diligent.

3 AN – Cartes et Plans, 6 JJ 40 B – Pièce 22 bis – A new and correct chart of the Indian Ocean from the Cape of Goodhope to Canton with the West part of the Pacific Ocean which include the Eastern Passage to China, London, published Sept. 1st 1798 by Laurie & Whittle.

4 Horsburgh’s Directory - Volume 1, p. 122 : “Description of the Archipelago of Islands and Dangers, North and North-East from Madagascar”.

5 Gazette de Bourbon du 2 août 1817.

6 Correard A., Savigny J.B.H., Naufrage de la frégate La Méduse, Paris, 1818.

7 “Another run to Mauritius was made by the two vessels in company between the dates of June 3rd and 15th, and here the Albatross was found, having completed the survey of the Cargados Garagos islands. Sailing again July 19th, after examining Tromelin islet, the Leven touched at St. Mary,”
Dawson L.S, Commander R.N., Brief Biographies of the Principal Officers who have served in E.M. Naval Surveying Service between the years 1750 and 1885, Part I – Years 1750 to 1830, Eastbourne, 1830, p. 62.
Voir également : Owen W.F.W, Captain RN, Narrative of voyages to explore the shores of Africa, Arabia and Madagascar performed by HMS Leven and Barracouta, Volume 2, London,1833, p 197. Owen y précise qu’il arrive le 26 juillet à Sainte-Marie.

8 Laplace, Cyrille, Pierre, Théodore, Voyage autour du monde par les Mers de l’Inde et de la Chine, exécuté par la corvette de l’Etat La Favorite pendant les années 1830, 1831 et 1832 sous le commandement de M. Laplace, Paris, Imprimerie royale, 1833, tome 1, p. 129-131.

9 AN – Marine, 3 JJ 358, pièce 27. Rapport à Mr Le contre-amiral de Hell Gouverneur de Bourbon & dépendances sur les îles Galega & Coetivi, ainsi que les dangers portés sur les cartes à l’ESE des Seychelles entre les méridiens 57 à 60 degrés de longitude orientale. Par Mr Jehenne, Capne de Corvette, commandant la gabarre la Prévoyante, septembre 1841.

Table des illustrations

Légende Figure 10-1 – Carte de Laurie et Whittle.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27880/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende Figure 10-2 – Carte de Laurie et Whittle.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27880/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende Figure 10-3 – Le brick HMS Barracouta effectuant le relevé hydrographique du port et de la baie de Mahé des Seychelles en 1825 par William John Huggins (1781 – 1845) (London, Government Art Collection).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27880/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Légende Figure 10-4 – Levé hydrographique du HMS Barracouta.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27880/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 618k
Légende Figure 10-5 – Levé hydrographique du HMS Barracouta (détail de la vue de côte).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27880/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Figure 10-6 – Corvette La Favorite.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/27880/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 142k

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site